Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La confiance

 | 
Aurore Gaillet
, 
Nicoletta Perlo
, 
Julia Schmitz

Deuxième partie : Histoire et Droit

Débats

Texte intégral

  • 1 Les Liens qui Libèrent, 2013 (trad. de l’anglais par Françoise et Paul CHEMLA).

1Michel AGLIETTA : Il y a un livre que vous n’avez pas cité qui est celui de David GRAEBER Dette : cinq milles ans d’histoire1. La notion de confiance renvoie à celle de dette qui est le concept fondamental et la relation de base des sociétés humaines. En effet, l’homo sapiens a introduit une abstraction qui est la dette. Celle-ci n’existe pas dans les autres sociétés animales. La dette n’est autre chose qu’une promesse et, en ce sens, elle implique un véritable engagement. La confiance se lie à l’engagement de manière intrinsèque puisqu’il y a incertitude sur l’avenir. Si le temps n’est pas incertain, vous n’avez pas besoin de confiance puisque vous savez à quel moment la dette va être honorée. Le lien social que la dette représente me semble donc le point de départ. Dans les sociétés sans État, étudiées notamment par Marcel MAUSS, existe le don contre don. Les dettes circulent dans le temps mais elles sont ritualisées. Il y a toujours une procédure sociale qui garantit que cette dette est une vraie dette. L’État change beaucoup de choses à partir du moment où la division du travail conduit les hommes à se regrouper et que l’État apparaît sous la forme des empires. Il est intéressant d’observer qu’apparaît alors une formalisation beaucoup plus précise et abstraite : l’écriture. La tenue d’une comptabilité introduit les grands empires. En conséquence, on voit à ce moment-là que la confiance passe à travers un processus social par une autorité située au-dessus de la société. À partir de là, peuvent s’établir des contrats commerciaux, etc. Cela me semble essentiel. Si l’on veut vraiment faire une analyse de fond de la croissance, il faut partir de la notion de dette : la dette comme mode d’existence des sociétés dans le temps. L’incertitude du futur me paraît vraiment la dimension essentielle du problème.

  • 2 J. Krynen, L’État de justice. France, XIIIe-XXe siècles. I. L’idéologie de la magistrature ancienn (...)

2Jean-Christophe GAVEN : Juste une petite réponse pour aller dans votre sens. C’est effectivement la notion de dette qui compte, même dans une histoire politique et des idées politiques. Je renvoie tout simplement aux travaux de Jacques KRYNEN sur la notion de dette de justice qui est à la base de l’idéologie du pouvoir et de l’idéologie de la magistrature au tout début du Moyen-âge2. Là, on retrouve une notion qui, à mon avis, rejoint votre préoccupation et qui est à la fois très riche et passionnante. La dette de justice est la créance qu’ont les peuples envers le roi. C’est donc plus qu’une promesse, c’est une créance. Dans une représentation idéologique, ce que le roi doit dans cette dette aux sujets n’est pas seulement le fait de trancher l’affaire, mais de la trancher en droit. D’où l’expression « dette de justice ».

3Claire JUDDE DE LARIVIÈRE : Sur la question de la dette, les sociétés médiévales y ont recours, en particulier dans les cités italiennes à travers les mécanismes de l’endettement public et des « emprunts d’État ». Comme l’ont montré les travaux de Jacques Le Goff, tout le problème, pour les clercs de l’époque, est de savoir dans quelle mesure il est légitime de spéculer sur le temps, qui n’appartient qu’à Dieu. En outre, pour être garantie, la dette a besoin de contrats, et les sociétés médiévales sont d’abord des sociétés de l’oralité. La production de contrats notariés puis de documentations spécifiques renforcent progressivement les moyens de garantir les échanges.

Une autre remarque à propos des empires et des relations entre empires : la confiance est évidemment possible entre des marchands qui appartiennent à des systèmes juridiques différents, mais qui doivent ajuster les mécanismes de la négociation et les moyens d’y parvenir. C’est tout l’enjeu de l’historiographie récente qui s’intéresse aux échanges économiques et culturels entre des espaces impériaux différents, en analysant les mécanismes de régulation, de traduction et de négociation.

4Catherine COLLIOT-THÉLÈNE : J’ai une question pour Claire JUDDE de LARIVIERE. Tout d’abord, merci. Vous avez passé en revue de manière très complète, les développements récents de la littérature en histoire économique sur ces questions de la confiance et, effectivement, c’est un thème qui est devenu central dans les dernières décennies. Est-ce que, de votre point de vue, en ce moment historique, nous vivons dans des sociétés de défiance ? Mon sentiment est les États-Unis actuels constituent la société de défiance à l’état le plus pur. Il s’agit d’une société qui glorifie la défiance à travers le conflit permanent entre les institutions, et à tous les niveaux des institutions. À partir de mes connaissances historiques, je n’arrive pas à trouver une société plus clairement fondée sur la défiance que la société américaine. Je souhaiterais savoir si vous partagez ce même sentiment.

5Claire JUDDE DE LARIVIÈRE : Il m’est difficile de répondre pour l’époque contemporaine. Toutefois, dans le temps long, il semble bien que la question de la défiance soit capitale. La difficulté réside dans notre capacité à nous abstraire des définitions actuelles de la confiance et de la défiance, pour les saisir dans les sources des époques passées. Par exemple, dans les archives vénitiennes des XVe et XVIe siècles que j’étudie, comment mesurer cette défiance, à partir du moment où celle-ci ne s’exprime pas nécessairement par l’emploi de ce mot-là ? Il faudrait donc construire un questionnement qui permette d’identifier des marqueurs de défiance. Dans la société contemporaine, le discours sur la défiance me semble plus diffus et explicite, alors que dans les archives que j’exploite, je trouve davantage de discours sur la confiance que sur la défiance. Cela ne signifie pas que les hommes et les femmes avaient plus confiance ou que les liens de confiance étaient plus solides. Mais plutôt que la rhétorique de la confiance était fortement mobilisée et constituait l’un des mécanismes essentiels du discours politique et de la justification. Dans le cas vénitien, appartenir à la société impliquait de se fier à la justice et aux institutions, de leur faire confiance. En retour, le gouvernement et les patriciens qui en avaient la charge se devaient de se montrer à la hauteur de cette confiance.

6Aurore GAILLET : J’ai l’impression en vous écoutant qu’on pose la confiance comme étant la base des relations entre les personnes, donc de la construction de la société. Je me demande alors si, au contraire, il ne faudrait pas partir de la défiance. Si on était certain que l’autre était capable de remplir ses obligations ou engagements, nous n’aurions pas besoin de créer des mécanismes de surveillance ou de contrôle de l’exécution de ces obligations. En d’autres termes, on n’aurait pas besoin d’avoir des mécanismes qui garantissent la confiance. N’est-ce pas plutôt la défiance qui structure notre société et les relations entre les personnes ?

7Claire JUDDE de LARIVIÈRE : Sans doute faut-il toujours penser ensemble la défiance et la confiance. C’est l’incertitude dans le futur, dans l’action de l’autre, qui rend nécessaire l’établissement soit de règles, soit de médias qui cherchent à compenser cette incertitude. Je pense que les deux notions se construisent ensemble. En tout cas, dans la pratique, le lien social se noue dans l’équilibre constant entre ces deux notions.

8Jean-Christophe GAVEN : Pour compléter, je pense qu’effectivement une histoire de la confiance est nécessairement une histoire de la défiance. À cette différence près que la confiance apparaît comme une construction. Cela pose la question de savoir qui construit la confiance, dans quel but, avec quel contenu, dans quel domaine d’application. En revanche, la défiance – et je le dis sous réserve d’être mille fois contredit – me paraît être prise en compte par ceux qui veulent construire la confiance comme une donnée naturelle qu’on veut juguler pour X raisons. Mis à part cela, l’histoire de l’une est l’histoire de l’autre, sans qu’elles aient toutefois une nature équivalente.

En ce qui concerne le deuxième aspect, je rebondis à la question précédente avec une autre question. Aujourd’hui, on a tendance à séparer le registre de la confiance de celui de la foi. En réalité, comme tu l’as montré au début, d’un point de vue étymologique, tout est lié par des racines communes. Or, quand cette séparation stricte entre l’univers de la foi, de la fides, auquel on peut rattacher le serment, et l’univers de la confiance, avec le sens contemporain qu’on lui donne, se produit-elle ? Ces deux univers se séparent-ils vraiment ? Le trouble que l’on ressent parfois à s’emparer de ces notions ne tient-il pas précisément au fait que ressurgit la double nature de cette notion et que nous nous trouvons face à l’impossibilité d’opérer une césure hermétique entre les deux univers ? Les États-Unis en sont un bon exemple. C’est un monde de défiance mais qui brandit très largement sa foi.

9Claire JUDDE de LARIVIÈRE : Juste en un mot pour conclure. Jacques LE GOFF se plaisait à dire que certains usages médiévaux se retrouvaient encore au XXe siècle. En effet, certains types de relations, de croyances, voire de mécanismes politiques perdurent longtemps au-delà de la rupture chronologique canonique de la fin du XVe siècle. On pourrait revenir sur cette chronologie pour se demander dans quelle mesure la façon dont on pense la confiance, même à l’époque contemporaine, s’inscrit dans un lien très fort avec ce qu’était la foi dans les sociétés médiévales.

Notes

1 Les Liens qui Libèrent, 2013 (trad. de l’anglais par Françoise et Paul CHEMLA).

2 J. Krynen, L’État de justice. France, XIIIe-XXe siècles. I. L’idéologie de la magistrature ancienne, Paris, Gallimard, 2009.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540