Version classiqueVersion mobile

La territorialité de la laïcité

 | 
Hiam Mouannès

Deuxième partie : La laïcité au-delà des frontières

Dialogue pagnolesque autour de la laïcité au XXIe siècle en France

Jacques Viguier

Résumé

(Marcel Pagnol écrit, à partir de 1957, ses « Souvenirs d’enfance », comprenant quatre tomes, « La gloire de mon père », « Le château de ma mère », « Le temps des secrets », « Le temps des amours ». Il y décrit, notamment, surtout dans le premier tome, les rapports entre son père, Joseph, et son oncle, Jules. L’été, les deux beaux-frères pratiquent la chasse et Joseph réalise un magnifique doublé de bartavelles. Joseph est un grand défenseur de la laïcité-combat. Jules est un catholique pratiquant. Leur violente opposition initiale s’adoucira avec le temps, parce qu’ils sont tous les deux généreux).

Texte intégral

Joseph : « Qu’est-ce qui m’est arrivé ? Que faites-vous là, mon cher Jules ? Comment suis-je ici avec vous ? A quelle époque sommes-nous ? ».

  • 1 Je vous précise, d’entrée de jeu, deux éléments, mon cher Joseph. D’une part, tout ce que je vous (...)

Jules : « Je vous ai fait venir à Marseille en l’an 2018, afin que vous puissiez constater par vous-même si le monde s’était modifié dans le sens d’un progrès accru, comme vous l’annonciez. Je tenais aussi à confronter mes idées avec les vôtres sur certaines questions essentielles, en particulier, l’évolution du principe de laïcité. Quant à ma présence ici, j’ai été en quelque sorte aspiré vers le futur. J’ai l’impression que c’est Dieu qui m’a aspiré en 2018 ! Dieu ou Satan … vu la situation horrible que j’ai trouvée ici1».

Joseph : « Vous savez bien que Satan n’existe pas. Et donc Dieu par la même occasion. Mais de quelle manière m’avez-vous fait venir ? ».

Jules : « J’ai pensé à vous fortement et vous êtes arrivé ».

Joseph : « Bon ! Peu importe. Je suis là et je veux vraiment profiter de l’observation des progrès de la nature humaine avec, en particulier, ce recul toujours accru de votre religion tellement dangereuse pour les enfants, parce qu’étouffant leur intelligence. Vous êtes mort en 1943 et, comme je suis décédé en 1951, j’ai encore bien mieux vu que vous, à ce moment-là, que l’on avait quasiment triomphé des bigots de votre espèce ».

Jules : « Certes, oui, le progrès. Je crois, mon cher Joseph, que je vais vous faire déchanter. L’avenir n’a pas fait fleurir ce progrès que vous attendiez pour les humains. Il y a eu, certes, d’importantes évolutions techniques et scientifiques, mais pas d’évolution très positive dans le domaine de l’amélioration de la qualité des êtres humains ».

Joseph : « En êtes-vous certain ? L’amélioration des techniques conduit forcément les hommes à être plus ouverts, généreux, meilleurs. Le progrès permanent, n’est-ce pas ce qui permet, notamment, de lutter contre l’obscurantisme religieux et contre la bêtise qui chemine avec ? ».

Jules : « Vous êtes optimiste en matière de progrès. Pour vous expliquer ce qui se passe dans la société française de 2018, je vais prendre l’exemple d’une technique nouvelle. Elle s’appelle la télévision. C’est après votre mort qu’elle a pris une importance centrale dans les foyers. Il s’agit d’une sorte de cinéma en modèle réduit ou, si vous voulez, d’une radio, mais avec l’image en plus. Elle diffuse sur ses écrans des films et des informations, et cela, à Marseille comme dans toute la France ».

Joseph : « Mais c’est extraordinaire, mon cher Jules. On peut mettre à la portée de chaque enfant, voire de chaque adulte, aussi bien la culture marseillaise que la culture nationale ».

  • 2 Il existe aussi une série télévisée française, intitulée tous simplement « Marseille ». Elle montr (...)

Jules : « Eh bien, non. On assiste à des œuvres qui mettent en scène la violence, la bêtise. Ainsi, j’ai assisté à une émission de télévision nommée ‘Les Marseillais’2».

Joseph : « Extraordinaire ! On y évoque toute la culture marseillaise et française, je suppose ? Les participants s’affrontent sur des questions culturelles, c’est-à-dire littéraires, historiques, philosophiques, scientifiques ? ».

Jules : « Hélas, non, mon cher Joseph ! Vous n’allez pas me croire. Il s’agit de suivre des jeunes gens, filles et garçons, qui se prétendent beaux et qui se battent pour devenir célèbres …, accessoirement se séduire entre eux. Ils sont, comment dire, totalement stupides. Ce qui m’a marqué aussi, c’est qu’ils sont tous couverts de tatouages. Cela m’a étonné, parce que je croyais que seuls les marins et les légionnaires étaient tatoués … ».

Joseph : « Bon ! Peu importe. Mettez à part ce type d’émission, qui semble ridiculiser Marseille. Ce qui me préoccupe, c’est si le recul progressif et permanent du catholicisme a fait naître une société, dans laquelle les enfants sont protégés contre l’extrémisme religieux et si le principe de laïcité a permis d’éradiquer dans l’école la bêtise, l’intolérance et le fanatisme. Alors qu’en est-il ? ».

Jules : « Justement, je vous ai fait venir pour constater l’originalité de la situation actuelle en matière de laïcité. Je suis sorti désorienté des recherches que j’avais entreprises. C’est pour cela que je souhaitais éclaircir certains éléments avec vous. Ce principe de laïcité touche Marseille, mais aussi, apparemment, l’ensemble du territoire français. Il conduit à évoquer des questions juridiques et politiques ».

Joseph : « Attendez, je suis nul en matière juridique ».

Jules : « Certes, mais, en réalité, tout part de questions politiques. Nos réflexions seront inévitablement plus politiques que juridiques ».

Joseph : « D’accord. Je préfère cela. Et, donc, mon cher Jules ? Je suis impatient d’entendre ce que vous voulez m’expliquer ».

  • 3 L’édition de référence, ici, c’est : Marcel Pagnol, Œuvres complètes, tome 3, Souvenirs et romans, (...)
  • 4 Marcel Pagnol, op. cit., La gloire de mon père, p. 20.
  • 5 Marcel Pagnol, op. cit., La gloire de mon père, p. 21.
  • 6 Marcel Pagnol, op. cit., La gloire de mon père, p. 39.

Jules : « Avant de commencer je voulais vous rappeler nos querelles de naguère. Votre, notre Marcel a écrit un ouvrage sur nous, sur sa famille en quatre tomes, que vous n’avez pas pu lire, puisque vous étiez déjà décédé. Le premier tome a été édité en 1957. Marcel y évoque nos disputes passées, nos affrontements confraternels, mais, parfois, particulièrement vifs sur Dieu, l’école, la laïcité, les sans Dieu. Je vous en livre quelques extraits, qui nous visent3. Voici pour vous et votre corps d’instituteurs : ‘ Les écoles normales primaires étaient à cette époque de véritables séminaires, mais l’étude de la théologie y était remplacée par des cours d’anticléricalisme. On laissait entendre à ces jeunes gens que l’Église n’avait jamais été rien d’autre qu’un instrument d’oppression et que le but et la tâche des prêtres, c’était de nouer sur les yeux du peuple le noir bandeau de l’ignorance, tout en lui chantant des fables, infernales ou paradisiaques. La mauvaise foi des ‘curés’ était d’ailleurs prouvée par l’usage du latin, langue mystérieuse, et qui avait, pour les fidèles ignorants, la vertu perfide des formules magiques’4. Il ajoute : ‘ Le plus remarquable, c’est que ces anticléricaux avaient des âmes de missionnaires. Pour faire échec à ‘Monsieur le curé’ (dont la vertu était supposée feinte), ils vivaient eux-mêmes comme des saints et leur morale était aussi inflexible que celle des premiers puritains. M. l’inspecteur d’Académie était leur évêque, M. le recteur l’archevêque, et leur pape, c’était M. le ministre : on ne lui écrit que sur grand papier, avec des formules rituelles. ‘Comme les prêtres’, disait mon père, ‘nous travaillons pour la vie future : mais nous, c’est pour celle des autres’5. N’oublions pas non plus ce que vous disiez à votre femme à mon sujet, alors que vous ne me connaissiez pas encore vraiment : ‘ Voilà l’intolérance de ces fanatiques … Est-ce que je te défends de fréquenter ta sœur parce qu’elle est mariée à un homme qui croit que le Créateur de l’Univers descend en personne, tous les dimanches, dans cent mille gobelets ? Eh bien, je veux lui montrer ma largeur d’esprit. Je le ridiculiserai par mon libéralisme. Non, je ne lui parlerai pas de l’Inquisition, ni de Calas, ni de Jean Hus, ni de tant d’autres que l’Église envoya au bûcher, je ne dirai rien des papes Borgia, ni de la papesse Jeanne ! Et même s’il essaie de me prêcher les conceptions puériles d’une religion aussi enfantine que les contes de ma grand-mère, je lui répondrai poliment, et je me contenterai d’en rigoler doucement dans ma barbe !’6. Avouez que vous n’étiez pas tendre avec moi ».

Joseph : « Oui il est vrai que, lorsque je vous ai mieux connu, j’ai mesuré vos qualités humaines et, notamment, votre générosité. Notre amitié a triomphé des querelles philosophiques grâce à une compréhension mutuelle et grâce aussi à cette extraordinaire activité qu’est la chasse ».

  • 7 Marcel Pagnol, op. cit., La gloire de mon père, p. 84.

Jules : « Je dois quand même vous avouer que votre cher Marcel a aussi souligné mes contestations par rapport à la politique menée contre la religion catholique. Voici ce qu’il me prête comme propos : ‘L’oncle attaquait des gens qui s’appelaient ‘les radicots’. Il y avait un M. Comble, qui était un radicot, et sur lequel il était difficile de se faire une opinion : mon père disait que ce radicot était un grand honnête homme, tandis que l’oncle le nommait ‘la fine fleur de la canaille’ et offrait de signer cette déclaration sur papier timbré. Il ajoutait que ce Comble était le chef d’une bande de malfaiteurs qui s’appelaient ‘les Framassons’. Mon père parlait aussitôt d’une autre bande, qui s’appelaient ‘les jézuites’, c’étaient d’horribles ‘tartruffes’, qui creusaient des ‘galeries’ sous les pieds de tout le monde. Alors, l’oncle Jules s’enflammait, et le sommait de lui rendre de suite ‘le milliard des congrégations’. Mais mon père, qui pourtant ne tenait pas à l’argent, répondait avec force : ‘Jamais ! Jamais on ne vous rendra tant de richesses, arrachées sur des lits de morts à des agonisants terrorisés !’7. Voyez que Marcel nous a bien caricaturés tous les deux ».

Joseph : « Je le reconnais, mon cher Jules, mais je persiste à affirmer que mon but était de soustraire de jeunes têtes, enfants et adolescents, à l’emprise de votre religion propagandiste. Nous avons opéré un véritable choc avec notre laïcité-combat qui a, petit à petit, permis de faire échapper ces jeunes à un endoctrinement religieux. J’espère que ce combat a porté ses fruits en 2018 ».

Jules : « Écoutez, le plus simple est de vous décrire la situation contemporaine du principe de laïcité dans l’enseignement, dans nos écoles à Marseille, mais aussi ailleurs en France. Plusieurs questions se posent, à commencer par la question des programmes... ».

Joseph : « Alors là, que peut-on dire ? Les programmes sont définis à l’échelon national, dans le cadre ministériel ? Quelle pourrait être la difficulté ? Ces enseignements sont justement là pour favoriser une ouverture d’esprit des élèves, susceptibles d’être manipulés par des religions obscurantistes ».

  • 8 « Le fait d’être confronté à des élèves qui refusent d’écouter certaines parties du programme d’hi (...)

Jules : « Certains parents et enfants contestent les programmes prodigués par les établissements d’enseignement8. Je vous précise, mon cher Joseph, que cette tendance n’existe pas seulement à Marseille. Elle existe aussi aux États-Unis. Des groupes protestants extrémistes contestent l’origine du monde, telle qu’elle a été mise en lumière par des scientifiques. Plus généralement ils remettent en cause l’Histoire ».

Joseph : « Ce sont vos rivaux protestants qui défendent ces inepties aujourd’hui en France ? ».

  • 9 « Ce qui effraie les religieux réticents à toute réforme, c’est la tentative de désacraliser la pa (...)

Jules : « Non, pas seulement. Il s’agit surtout de ceux qu’on appelait, à notre époque, les Mahométans. On parle aujourd’hui de l’islam et des Musulmans. Certains Protestants contestaient l’Histoire en se fondant sur l’Ancien Testament. Certains Musulmans la rejettent en se fondant sur le Coran. Ils veulent s’en tenir aux textes sacrés et écartent tous les éléments scientifiques qui iraient dans un sens contraire9 ».

Joseph : « Mais il est impossible d’accepter cela ».

Jules : « Je suis bien d’accord avec vous. D’ailleurs votre ministre de l’Éducation a présenté le 9 septembre 2013 une Charte de la laïcité à l’école, comportant un article 12 on ne peut plus clair : ‘Aucun élève ne peut invoquer une conviction religieuse ou politique pour contester à un enseignant le droit de traiter une question au programme’. Je trouve que la formule est bien tournée. Selon l’article 13, ‘Nul ne peut se prévaloir de son appartenance religieuse pour refuser de se conformer aux règles applicables dans l’école de la République’. Vous reconnaîtrez, mon cher Joseph, que ces dispositions ont le mérite de la clarté ».

Joseph : « Attendez, mon cher Jules ! Ici ce n’est pas la clarté ou la bonne formulation qui me choque. C’est qu’il paraisse nécessaire de l’affirmer. Tout ce qui est sous-entendu par cela est inadmissible ! Je suis véritablement anéanti. Finalement, on pourrait prétendre aujourd’hui que les bébés viennent au monde dans les choux et cette opinion devrait être considérée ! Et que font les parents de ces jeunes ? Ils ne peuvent quand même pas aller contre toute l’Éducation Nationale ».

  • 10 Malek Chebel, Manifeste pour un islam des Lumières, Pluriel, 2ème édition, 2011 (Cet écrivain a pu (...)

Jules : « Il y a diverses possibilités, principalement la suivante pour les plus intégristes. Certains retirent leurs enfants des établissements d’enseignement, en prétendant qu’ils s’occuperont eux-mêmes de l’enseignement de leur progéniture ou que leurs rejetons suivront des cours par correspondance. Les plus austères les placent dans des écoles clandestines illégales, qui ne les initient pas aux matières susceptibles de leur ouvrir l’esprit. Parallèlement ils les mettent dans une école coranique, où l’activité centrale est d’apprendre le Coran par cœur, sans réflexion. Voici ce que souligne un écrivain algérien à ce propos : ‘ L’école coranique où l’on égrène à longueur de journée des sourates et des versets, sans les comprendre et sans les relier à un contexte historique, est, de ce point de vue, la caricature de l’apprentissage mécanique’10. Qu’en pensez-vous ? ».

Joseph : « Il est inacceptable que des parents empêchent leurs enfants d’avoir une ouverture d’esprit. Effectivement la situation a l’air plus grave que je ne le pensais. Je n’ai aucun a priori contre votre islam … ».

Jules : « Attendez, mon cher Joseph, ce n’est pas mon islam ».

Joseph : « Oui, en fait ce que je veux vous dire c’est que, sans a priori, quand je vous écoute, je ne comprends pas ».

Jules : « Voici une autre question difficile à régler : l’accompagnement des enfants dans des sorties scolaires ».

Joseph : « Excellente idée ! Pourquoi cela serait critiquable ? ».

Jules : « Eh bien ! Certaines femmes viennent voilées ».

Joseph : « Là encore, mon cher Jules, je ne peux vous croire. C’est impossible. On ne peut pas en même temps apprendre à nos enfants à lutter contre l’obscurantisme religieux et accepter que des femmes voilées les accompagnent ».

  • 11 Une décision TA Nice, 9 juin 2015, n° 1305386, Mme D, semble défendre la possibilité du port du vo (...)

Jules : « Pour essayer de vous rassurer, même s’il y a une grande ambiguïté sur cette question, il existe une circulaire ministérielle du 27 mars 2012, demandant un respect du principe de laïcité et du principe de neutralité du service public : ‘Ces principes permettent notamment d’empêcher que les parent d’élèves ou tout autre intervenant manifestent, par leur tenue ou leurs propos, leurs convictions religieuses, politiques ou philosophiques, lorsqu’ils accompagnent les élèves lors des sorties et voyages scolaires’. Cette circulaire est elle-même parfois contestée. Tout n’est pas vraiment clair. Il y a même une décision relative à une ville, donnant, comme la nôtre, sur la Méditerranée11. Je suppose que tout cela n’est pas fait pour vous rassurer ? ».

Joseph : « Pas vraiment. Vous avez raison ».

Jules : « Une question se pose aussi à propos des repas dans les cantines des établissements d’enseignement. Ici, à l’école, des repas sont servis aux élèves, ce qui n’était pas, je crois, le cas à votre, notre époque ».

Joseph : « Je ne vois rien là que de positif. Que chaque élève puisse manger à midi, voilà enfin un progrès incontestable ».

  • 12 … reprise dans une « Réponse du Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et (...)

Jules : « Oui, mais il y a ici une revendication de repas ne comportant pas d’aliments interdits par la religion. Pour résumer, mon cher Joseph, des repas sans porc. Même si, là encore, les gouvernants préfèrent rester dans le flou, une circulaire existe sur ce sujet. C’est la circulaire n° 2011-118 du 25 juin 201112, qui affirme que ‘ l’État ne fait aucune obligation aux établissements scolaires de prendre en compte les pratiques religieuses des élèves, notamment en matière alimentaire, en proposant des plats de substitution dans les cantines scolaires’. La restauration scolaire serait donc un service public facultatif, rattaché au service public de l’enseignement, marqué par le principe de laïcité. Qu’en pensez-vous ? ».

Joseph : « Écoutez, mon cher Jules, je crois qu’ici l’important c’est de permettre de nourrir tous les enfants. Si certains parents choisissent de favoriser un obscurantisme religieux, on ne peut lutter contre cette ignominie et essayer d’éduquer les enfants à la réflexion personnelle que dans le cadre de l’école. Un interdit religieux est intolérable dans un établissement d’enseignement, mais il faut apporter aux enfants une éducation ouverte ».

Jules : « Vous avez totalement raison, mon cher Joseph. Il y a un réel progrès, si des parents ne retirent pas leurs enfants des établissements d’enseignement, pour les placer dans ces écoles clandestines illégales que j’évoquais tout à l’heure ».

Joseph : « Y-a-t-il maintenant encore d’autres problèmes qui se posent à Marseille et en France ? ».

  • 13 … fin janvier 2018.
  • 14 Il s’agit du Lycée Gallieni à Toulouse.

Jules : « Il existe des situations encore plus graves que vous ne pouvez imaginer, dans lesquelles tout est remis en cause, les programmes, le refus d’une réflexion, le rejet des valeurs de la laïcité. Je vais vous décrire une situation singulière. Dans certains collèges ou lycées, les élèves et même les enseignants ont peur de circuler seuls dans l’établissement. On trouve, bien sûr malheureusement, des exemples à Marseille, dont les professeurs n’osent pas parler, mais aussi dans toute la France. Ainsi, récemment13, une affaire est remontée vers les médias, parce que les enseignants ne pouvaient plus supporter une situation inadmissible14. Les filles se font doubler à la cantine, n’osent plus aller aux toilettes seules. Leur tenue est critiquée, lorsqu’elles s’habillent librement. Par rapport aux enseignants, au mieux, on ne les écoute pas, au pire on conteste le programme. Des armes blanches sont totalement anodines, des armes à feu apparaissent. Ces jeunes hommes, parfois délinquants, prétendent appliquer des principes religieux, en rejetant aussi bien l’homosexualité que l’égalité femme-homme, les jeunes filles devant porter une tenue, qu’ils leur imposent et qui serait la seule décente ».

Joseph : « Attendez, mon cher Jules, vous divaguez. Notre école, instrument d’éducation et de promotion républicaine, ne peut être devenue cela ! ».

  • 15 « Devra-t-on aussi allouer des créneaux horaires aux vieux, aux nudistes, aux moches ? Faudra-t-il (...)
  • 16 « On décèle depuis une dizaine d’années une réelle dégradation des relations entre patients et soi (...)

Jules : « Et, pourtant, ce sont des faits. Pour poursuivre notre discussion, je veux évoquer deux services publics. Vous allez très vite comprendre la nature des difficultés qu’ils rencontrent. D’une part, un élément quasi-secondaire, … mais quand même. Certaines grandes communes, équivalentes à Marseille par leur importance, qui possèdent des piscines, ont décidé de les ouvrir une demi-journée par semaine exclusivement pour les femmes. Vous voyez, mon cher Joseph, il s’agit, sous cette approche qui semble neutre, de réserver la piscine aux Musulmanes. Or c’est une atteinte à la fois, à l’égalité entre les hommes et les femmes et à l’égalité devant le service public15. D’autre part, un élément beaucoup plus grave, parce qu’il porte atteinte là encore à l’égalité homme-femme, mais, surtout, il nuit à la santé publique. Il y a un refus de certaines patientes ou de leur mari des médecins hommes16. Cette question est particulièrement dramatique dans les services d’urgence, dans lesquels il peut y avoir des situations tragiques ».

  • 17 Il faut que je vous dise aussi que, dans le domaine sportif, Marseille possède une équipe extraord (...)

Joseph : « Sur le premier point, j’ai envie de vous dire, tellement tout cela est ridicule, que, dans les piscines ces jours-là, il faudrait écarter tous les surveillants hommes et conserver seulement des surveillantes femmes. On peut en trouver facilement dans notre club réputé au plan national, Le Cercle des nageurs de Marseille17 … Sur le second point, dans les établissements de santé, pour les services d’urgence, je vois mal un homme face à sa femme qui est mourante, dire : ‘Attendez, envoyez un médecin femme’. Encore une fois vous exagérez, mon cher Jules ».

Jules : « Ne vous moquez pas. Voyons ce qu’il adviendra de tout cela. Sachez qu’il existe aujourd’hui, à côté des Musulmans intégristes, d’autres groupes religieux ou sectes, je ne sais comment les qualifier, qui refusent les transfusions sanguines, même avec un risque de décès. Quand vous voyez ce fanatisme au travail, ce n’est pas rassurant. Cela me conduit à évoquer une autre difficulté. C’est le problème du voile islamique, ainsi que l’interrogation sur l’interdiction de certaines tenues particulières dans l’école et dans l’ensemble de la société. La question est très délicate. J’hésite moi-même. Certains analystes rejettent la présence de la laïcité dans la société. Mais il me semble qu’en l’espèce, ce n’est pas tant l’État qui souhaite étendre la laïcité dans la société que certains groupes religieux radicaux, qui veulent imposer leurs règles vestimentaires, ainsi que d’autres obligations ou interdits. La laïcité n’est qu’une réponse à cette volonté d’introduction dans la société française d’éléments discutables. Dans ce contexte, la question du voile islamique soulève un enjeu crucial à l’intérieur de l’école et de la société. Le sujet est apparu il y a une trentaine d’années. C’est en 1989 que des jeunes filles ont voulu venir dans un établissement d’enseignement public avec un foulard cachant leurs cheveux et une partie du visage ».

Joseph : « Bien évidemment, mon cher Jules, on les a priées de quitter ce voile pour pénétrer dans l’enceinte de cet établissement ».

  • 18 … alors même que « le port du voile ne relève pas d’une obligation cultuelle absolue au même titre (...)
  • 19 Les jeunes filles avaient porté le foulard islamique à l’intérieur de l’établissement début septem (...)
  • 20 « Multipliant les interviews, passant du plateau d’une chaîne de télévision française à une autre, (...)

Jules : « Non ! Pas vraiment ! Tout le monde semblait hésitant. Et elles en ont profité18, surtout, en réalité, leurs parents et certains Musulmans particulièrement revendicatifs19, pour s’emparer des médias20».

Joseph : « Attendez, si cette question soulève une difficulté, le ministre propose un texte … et c’est terminé. Un arrêté, un décret, et même, si nécessaire, il en appelle au législateur ».

  • 21 Le dossier brûlant arrive sur le bureau du Ministre de l’Education, puis à Matignon. « Dans tout a (...)

Jules : « Nous y sommes. Le ministre n’a voulu prendre aucune décision. Il a été d’une pusillanimité, voire d’une lâcheté sans nom21. Il a laissé la liberté, dans le domaine de l’accueil, à chaque établissement ».

Joseph : « Alors, là, effectivement. C’est un scandale. Il ne manquerait plus alors que vos coreligionnaires envoient leurs enfants ou adolescents catholiques en aube au lycée. De toute façon, cette attitude est bien représentative de vos gouvernements vendus à l’extrême-droite et à la tradition réactionnaire. Ils doivent être tous dévots. Je ne peux supporter une France avec un gouvernement réactionnaire ».

Jules : « Ah voilà que vous vous échauffez. Alors, écoutez-moi bien, mon cher Joseph. Il s’agit d’un gouvernement socialiste ».

Joseph : « Non ! Vous mentez ! C’est une usurpation d’identité. Ce gouvernement a dû être chassé par une véritable coalition républicaine ».

Jules : « Non ! Et c’est ensuite grâce à des gouvernants de droite que la situation a été modifiée. Certaines propositions ont été formulées par la Commission Stasi de réflexion sur l’application du principe de laïcité dans la République, en particulier l’adoption d’une législation sur le port des signes religieux ostentatoires. Une loi du 15 mars 2004, explicitée par une circulaire du 18 mai 2004, encadre les tenues et les signes manifestant ostensiblement une appartenance religieuse, avec une interdiction dans les écoles, les collèges et les lycées. Cette interdiction touche toutes les religions. On interdit le voile, la kippa ou une croix de dimension démesurée ».

Joseph : « Tout cela est parfait. A bas la calotte, la Kippa ou le voile ! Je ne défendrai aucune de toutes ces religions aussi obscurantistes les unes que les autres ! Mais arrêtez de me mener en bateau ! Comment pouvez-vous dire que la droite a lutté contre l’obscurantisme religieux. C’est le rôle de la gauche … ».

Jules : « Je vous le répète : les gens de gauche ne défendent plus la laïcité ».

Joseph : « Ce que vous dites, je le qualifie, quand je corrige les devoirs de mes élèves, de barbarisme. Vous voudriez me faire croire que les gens de gauche défendent une religion et réclament des avantages pour elle. Ils ne peuvent que défendre la religion du progrès, celle que j’ai apprise à mes élèves. Ils ne vont quand même pas défendre la religion catholique, ça m’étonne ».

Jules : « Mais non pas du tout ! Il s’agit bien de l’islam »

Joseph : « Alors, là, je ne comprends plus rien. On a combattu, avec mes amis de gauche pendant des décennies les Catholiques, pour extirper la moisissure du cœur et de l’esprit de nos enfants. Et maintenant qu’on a triomphé des méfaits de la religion catholique, certains gouvernants ou certains élus défendent une autre religion. Ce n’est pas croyable. On ne peut pas laisser à nouveau s’épanouir une religion obscurantiste, opposée à l’apprentissage de la réflexion et à l’éveil de nos élèves à l’histoire, à la littérature et à bien d’autres domaines ».

Jules : « C’est pourtant le cas. Peut-être suis-je un peu jaloux de cette situation ? Nos églises sont désertées. Il y a un prêtre pour vingt églises dans les campagnes. Mais toujours est-il que la gauche ne combat plus l’obscurantisme religieux, et même pire. La plupart des gens de gauche semblent adopter les idées des gens de droite, défendant la religion, et une partie de la droite s’appuie sur la laïcité qu’elle a combattue il y a un siècle ».

Joseph : « Je ne comprends pas. Ces attitudes religieuses grignotent pourtant du terrain sur la République ? Les hommes politiques et les intellectuels de gauche réagissent vraiment comme cela ? ».

  • 22 Elisabeth Badinter, Régis Debray, Alain Finkielkraut, Elisabeth de Fontenay, Catherine Kintzler, « (...)

Jules : « Heureusement certaines personnalités de gauche minoritaires ont souligné combien il était nécessaire de maintenir une conception de la laïcité, qui permette d’offrir aux élèves une éducation favorisant une ouverture de l’esprit. Un article de 1989 affirme l’importance de la protection du développement intellectuel des élèves : ‘ Il faut que les élèves aient le plaisir d’oublier leur communauté d’origine et de penser à autre chose que ce qu’ils sont pour pouvoir penser par eux-mêmes. Si l’on veut que les professeurs puissent les y aider, et l’école rester ce qu’elle est — un lieu d’émancipation —, les appartenances ne doivent pas faire la loi à l’école … Neutralité n’est pas passivité, ni liberté simple tolérance. La laïcité a toujours été un rapport de forces. Est-ce au moment où les religions sont de nouveau en appétit de combat qu’il faut abandonner ce que vous appelez la ‘laïcité de combat’ au profit des bons sentiments ? La laïcité est et demeure par principe une bataille, comme le sont l’école publique, la République et la liberté elle-même. Leur survie nous impose à tous une discipline, des sacrifices et un peu de courage. Personne, nulle part, ne défend la citoyenneté en baissant les bras avec bienveillance’22. Voilà ce qu’ils ont affirmé. Je suppose que vous êtes d’accord ? ».

Joseph : « Vous voyez bien qu’il existe des gens de gauche, qui ne renient pas notre principe fondamental de laïcité ! Ce qui me gêne, c’est que vous semblez indiquer qu’il s’agirait d’une position minoritaire dans la gauche républicaine ».

  • 23 Propos prononcés par Benoit Hamon au cours d’un débat télévisée l’opposant à un autre candidat à d (...)
  • 24 Chahdortt Djavann, Bas les voiles !, Gallimard, 2003, p. 11.
  • 25 Kamel Daoud, « Mes indépendances », Chroniques 2010-2016, Actes Sud, 2017.

Jules : « Je ne veux pas vous affoler, mais voici ce que déclarait le candidat du Parti socialiste aux élections présidentielles de 2017. Il affirmait à propos du voile à peu près ceci : ‘celles qui veulent le porter le portent, celles qui ne veulent pas le porter ne le portent pas’. La formule exacte est la suivante : ‘ Là où une femme décide de porter librement le foulard islamique, et il en existe,… elle est libre de le faire, et moi je veux lui assurer cette liberté’23. C’est caricatural quand on sait qu’il semble rarement y avoir une volonté affirmée, mais plutôt une influence psychologique, physique, morale, etc., de l’entourage. Et, surtout, ce que cet homme politique révèle sans le vouloir, c’est le caractère minoritaire du port volontaire. Il dit : ‘et il en existe’, ce qui montre qu’il ne croit pas lui-même à son propre discours. Pourtant le voile est un danger pour la laïcité dans l’école et dans la société. Voici ce qu’affirme une Iranienne qui a quitté son pays : ‘Le voile. Non pas le voile à l’école, mais : le voile tout court. Faut-il être aveugle, faut-il refuser de regarder la réalité en face, pour ne pas voir que la question du voile est une question en soi, antérieurement à tout débat sur l’école et la laïcité ! Le voile n’est nullement un simple signe religieux … pas un simple foulard sur la tête ; il doit dissimuler entièrement le corps. Le voile, avant tout, abolit la mixité de l’espace et matérialise la séparation radicale et draconienne de l’espace féminin et de l’espace masculin … c’est le dogme islamiste le plus barbare qui s’inscrit sur le corps féminin et s’en empare’24. Voici ce que soutient un journaliste algérien25 : ‘Dans le monde d’Allah, la femme est niée, refusée, tuée, voilée, enfermée ou possédée … Je suis algérien, je vis en Algérie et je n’accepte pas qu’on pense à ma place. L’accusation d’’islamophobe’ est servie comme une fatwa. C’est un peu le synonyme poli d’hérétique, d’apostat, d’impie. Vous êtes donc islamophobe si vous êtes contre l’invention horrible de la burka comme linceul vivant’. Ces remarques sont pour le moins catégoriques ».

Joseph : « Bon, j’entends bien ce que dit ce socialiste, qui, effectivement, semble dévoiler une attitude, que vous qualifiiez tout à l’heure de pusillanime. Mais il doit quand même y avoir une extrême-gauche, qui applique les idéaux de la Commune. Je peux vous dire, mon cher Jules, que j’ai admiré la position des Communards sur leur critique de l’Église. Un décret du 2 avril 1871 est particulièrement offensif. Son préambule affirme que ‘le budget des cultes … impose les citoyens contre leur propre foi’ et, surtout, ‘que le clergé a été complice des crimes de la monarchie contre la liberté’. Le texte était catégorique, en affirmant, dans son article 1er, que ‘l’Église est séparée de l’État’ et dans son article 2 que ‘le budget des cultes est supprimé’. Il y a quand même bien aujourd’hui en France un groupe politique, qui se revendique de la Commune, disons un groupe d’extrême-gauche, dont les membres connaissent les paroles de l’Internationale : ‘Ni Dieu, ni César, ni tribun’ ».

  • 26 Pierre Cassen, « Trotskistes d’Allah et chiens de garde du capital », in L’islamisation de la Fran (...)
  • 27 C’est, par exemple, ce qu’affirmait Danièle Obono, porte-parole de « La France insoumise », dans u (...)
  • 28 Michel Onfray, Penser l’Islam, Bernard Grasset, 2016, p. 99.

Jules : « Je suis désolé de détruire tous vos idéaux. Vous n’allez peut-être pas me croire. Allez ! Je vous assène cela brutalement. La droite défend la laïcité dans l’enseignement et dans la société. L’extrême-droite est aujourd’hui le seul groupe politique à faire en permanence référence à la laïcité. La gauche est, majoritairement, du côté de ceux qui portent atteinte à la laïcité, vraisemblablement pour des raisons électorales. Et, le plus terrible pour vous, l’extrême-gauche défend l’application de certains principes de l’islam en France. Selon certains analystes, ’en théorie, l’islam et la gauche marxiste devraient être ennemis intimes, tout comme le catholicisme et la gauche marxiste sont des ennemis intimes. Pourtant, par opportunisme et désignation d’un ennemi commun, la liberté et la démocratie, ils se retrouvent main dans la main, contre la France et l’intérêt supérieur des Français’26. Le parti ‘La France insoumise’, qui correspond aux idéaux que vous évoquez, voudrait abroger la loi de 200427. Or ‘si la religion c’est l’opium du peuple, alors l’islam étant une religion, il est aussi l’opium du peuple. On devrait donc, quand on se réclame du marxisme, penser et agir en athée, c’est-à-dire s’opposer autant à la Torah qu’à la Bible et au Coran’28».

Joseph : « Attendez, ça fait trop d’un coup. Vous pouvez reprendre cela lentement ».

Jules : « Pour résumer, les partis de gauche ne condamnent pas les pratiques de l’islam, qui pourraient pourtant apparaître en contradiction avec nos principes républicains ».

Joseph : « Vous vous répétez, mon cher Jules. C’est pour mieux me persuader. Je vais finir par vous croire, tellement vous avez l’air convaincu ».

  • 29 « Ces dernières années, la laïcité se trouve confrontée à l’islam, à une certaine forme d’islam et (...)
  • 30 C’est Charles Peguy, qui est à l’origine de cette expression. Il écrit dans « L’argent » en 1913 : (...)
  • 31 Patrick Kessel, Ils ont volé la laïcité, Jean-Claude Gawsewitch Editeur, 2102, pp. 12‑13. Dans le (...)

Jules : « Je vous assure, mon cher Joseph, que je n’exagère pas. Les partis de gauche demandent qu’on développe l’autonomie intellectuelle et l’esprit critique des enfants et adolescents et, simultanément, qu’on opère un recul de la laïcité à l’école et dans la société, ce qui constitue un facteur de soumission aveugle aux idéaux véhiculés par des intégristes islamistes29. Les seuls véritables hommes de gauche, qui défendent la laïcité, ce sont vos amis les francs-maçons. Voici ce qu’écrit l’un d’entre eux à propos de la laïcité : ‘ Dans la confusion idéologique la plus totale, ce beau mot, négligé, renié, doucement ostracisé par la plupart des républicains de gauche comme de droite, se retrouva dans la bouche … de l’extrême droite. Un comble. On avait envie, devant ce spectacle amnésique et révulsant, de dire aux enfants du père Combes, de Clémenceau, à tous ces hussards noirs30 de la République ‘Réveillez-vous’. On avait envie de hurler au voleur … Cette laïcité n’est qu’une duperie. C’est un ersatz. Un mot-valise qui, dans sa novlangue, veut dire anti-Arabe/super chrétien’31. Vous voyez que ces remarques insistent bien sur le fait que la laïcité a été ‘inventée’ par la gauche républicaine. C’est cette laïcité qui doit demeurer présente ».

Joseph : « Je partage totalement cette position, mon cher Jules. Encore une fois, c’est contre-nature que la gauche défende l’obscurantisme et la droite l’ouverture des esprits. Les francs-maçons, heureusement, sont là pour défendre les valeurs inaltérables de la République ».

  • 32 Il s’agit de Manuel Valls.
  • 33 Manuel Valls, La laïcité en face (Entretiens avec Virginie Malabard), éditions Desclée de Brouwer, (...)

Jules : « Vous voyez, mon cher Joseph, il y a quand même, des hommes politiques de gauche, qui osent s’engager et défendent l’application du principe de laïcité au sein même de la société. C’est le cas d’un homme politique atypique, qui a été Premier ministre, et qui est redevenu député32. Il a écrit un livre sur la laïcité, dans lequel il déclare notamment : ‘ En 1905, c’est une loi de combat contre l’Église catholique ; en 2004, c’est bien le voile islamique qui apparaît en filigrane de la loi. Dans les deux cas, la religion interroge un modèle républicain en construction permanente. Car la laïcité est avant tout une question politique. Encore une fois, l’enjeu ultime est bien l’affirmation d’un modèle de société’33. Il s’est opposé en janvier 2018 à des déclarations du Président de la République actuel. Au fait, vous ne devinerez jamais le prénom du Président de la République actuel … ».

Joseph : « ??? ».

  • 34 … sur une radio, Europe 1, le 9 janvier 2018.

Jules : « Il se prénomme Emmanuel. Vous savez que cela signifie ‘Dieu avec nous’. N’est-ce pas amusant pour un Président qui doit défendre la laïcité ? Or il a eu des propos pour le moins incroyables. Lorsqu’il recevait les représentants des cultes, le 21 décembre 2017, il a affirmé qu’il fallait se méfier d’une ‘radicalisation de la laïcité’, par une sorte de symétrie avec la radicalisation de certains Musulmans. Ces propos ont profondément choqué cet homme politique, dont je vous parlais. Il a répondu à ces remarques34, en affirmant que ‘le vrai danger dans la société française, c’est l’islam radical, ce n’est pas la laïcité radicalisée. Faire un parallèle à travers cet adjectif, radicalisé, me paraît une faute’. Il s’agirait, selon lui, d’’une manière de disqualifier les avocats, les défenseurs de la République et de la laïcité’. Le Président avait aussi affirmé que c’était la République qui était laïque et non pas la société. Et cet homme politique a répondu que ‘notre société était profondément laïque’. J’avoue que, là, je ne sais plus trop quoi penser ».

Joseph : « Attendez mon cher Jules, là c’est moi qui pourrait exprimer le mieux une vision logique et de bon sens de la laïcité, que certains semblent avoir oubliée. En tant qu’hussards de la République, nous étions les parangons de la laïcité. Aujourd’hui, si nous appliquons strictement la laïcité dans l’école, c’est pour qu’elle triomphe dans la société. Vous m’avez parlé de ceux qui retirent les enfants et adolescents de l’enseignement public, pour les placer dans des écoles illégales, propagandistes en faveur de leur religion. Or ce sont eux qui, par leurs agissements, font pénétrer l’obscurantisme dans la société. Donc, nécessairement, en réponse, la société doit aussi être laïque. Quand certains Musulmans minoritaires et, bien évidemment, les représentants extrémistes de tous les groupes religieux, veulent interdire la liberté de conscience dans la société, cela conduit obligatoirement les défenseurs de la liberté de l’esprit à proclamer la nécessité de la présence de la laïcité dans la société. On peut même s’appuyer ici sur les deux derniers textes constitutionnels français. Pour la IVème République, c’est l’alinéa 13 du Préambule de la Constitution de 1946 : ‘ La Nation garantit l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L’organisation de l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’État’. Encore plus fort, l’article 1er affirme : ‘La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion’. La Constitution de 1958 reprend mot pour mot, dans son article 1er, le texte de 1946. Là encore, l’adjectif ‘laïque’ figure en tout début de liste. Cela justifie bien la nécessité de maintenir son application aujourd’hui. Certes, je ne suis pas compétent en matière juridique. En revanche, dans le domaine politique, je crois pouvoir m’exprimer, même si je suis parfois hésitant. Il me semble que la République, c’est l’État, mais aussi le peuple. Le caractère démocratique de la République, évoqué au début de la Constitution de 1958, cela vise l’État, ainsi que d’autres structures publiques, comme les collectivités territoriales, mais aussi des structures privées. Ainsi la démocratie s’applique dans toute la société. Pourquoi considérer que cela serait différent pour la laïcité ? Il me semble qu’elle s’applique à la totalité de la société sur l’ensemble du territoire national, à Marseille et ailleurs ».

  • 35 CE, Ordonnance du 26 août 2016, Ligue des droits de l’Homme, Association de défense des droits de (...)

Jules : « Puisque vous parlez de Marseille, nous avons ici des plages. Or une situation ubuesque a existé sur plusieurs plages françaises, où quelques femmes musulmanes se baignaient avec un vêtement, le burkini, qui leur couvrait tout le corps. Certains maires ont pris un arrêté pour interdire cette tenue. Mais le Conseil d’État a sanctionné cette possibilité du maire, sauf en cas d’atteinte grave à l’ordre public. C’est une décision de 201635, qui a remis en cause l’arrêté d’un maire, parce qu’il aurait porté atteinte ’aux libertés fondamentales que sont la liberté d’aller et de venir, la liberté de conscience la liberté personnelle’».

Joseph : « Par rapport à cette question du burkini, je suis moins choqué que vous. Regardez les baigneurs de notre époque. Ils avaient des tenues qui couvraient largement le corps, y compris les hommes ».

  • 36 … sur son compte Facebook. Je ne vous explique pas ce dont il s’agit, mon cher Joseph. Ce serait t (...)
  • 37 Gérard Davet et Fabrice Lhomme, Un président ne devrait pas dire çà … », Stock, 2016.

Jules : « Attention, mon cher Joseph, votre argument est à double tranchant. Vous parlez de la situation en 1900. Un siècle après, en France, la situation a largement évolué dans la défense des droits des femmes. Vous montrez, en quelque sorte involontairement, que cette tenue n’est plus acceptable, parce qu’archaïque. Ce qui est curieux, c’est que les seuls Français à avoir vigoureusement, voire violemment réagi, ce sont les Corses. Comme ils défendent, bec et ongles, leur originalité culturelle, ils sont prêts à lutter, les armes à la main, contre les Musulmans qui imposent le burkini à leur femme. Le communautarisme régionaliste corse s’est ainsi opposé catégoriquement au communautarisme religieux musulman et l’a fait reculer en le menaçant de représailles. Dans un communiqué du 28 juillet 2016, le Front de Libération Nationale Corse du 22 octobre a mis en garde les islamistes radicaux’. Il affirme notamment : ‘Votre philosophie moyenâgeuse ne nous effraie pas … toute attaque contre notre peuple connaîtrait de notre part une réponse déterminée sans état d’âme’. Pas de discussion possible ici ! Par ailleurs, ce qui a été, si l’on peut dire, cocasse, sur cette question du burkini, c’est l’opposition entre le Président François Hollande et le Premier ministre, Manuel Valls. Ce dernier a osé des paroles extrêmement fortes. Il a écrit, le 26 août 201636: ‘… dénoncer le burkini, ce n’est en aucun cas mettre en cause une liberté individuelle. Il n’y a pas de liberté qui enferme les femmes ! C’est dénoncer un islamisme mortifère, rétrograde. Une vision que je n’accepte pas au nom même de la place que l’islam doit trouver dans notre société’. Il a aussi affirmé devant ses amis socialistes, dans un meeting de rentrée, le 29 août 2016 : ‘Vous parlez de Marianne, le symbole de la République. Elle a le sein nu parce qu’elle nourrit le peuple, elle n’est pas voilée, parce qu’elle est libre’. A l’opposé, le président avait affirmé : ‘La femme voilée d’aujourd’hui sera la Marianne de demain’37. Certes il ne faut pas détacher la phrase du contexte, où l’évolution positive de la femme musulmane est espérée. Mais c’est quand même faire preuve d’angélisme que de sembler croire que tout cela se passera naturellement ».

Joseph : « Je ne pensais vraiment pas que de telles situations pourraient apparaître sur les plages marseillaises et ailleurs. Le progrès, que j’espérais rencontrer ici, me semble de moins en moins présent. Cela me conduit à considérer, après quelques hésitations, que le principe de laïcité doit s’appliquer, de manière étendue, à la fois dans l’école et dans la société, afin d’éviter une nouvelle forme d’obscurantisme ».

  • 38 Il s’agit de Frédérique Vidal.
  • 39 … le dimanche 7 janvier 2018 sur une chaine de télévision, France 3.

Jules : « Certains responsables politiques semblent partager vos idées. Ils considèrent que la laïcité doit s’appliquer à la sphère publique et que la pratique religieuse doit relever de la sphère privée. Je peux vous citer ici une femme ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation38. Elle avait affirmé39 que la laïcité, ‘c’est mettre dans la sphère privée, et uniquement dans la sphère privée, les convictions philosophiques, religieuses des individus … Mais elles n’ont pas à entrer dans la sphère publique’. La ministre a subi des critiques féroces. Ce qui contribue à compliquer la situation, c’est que, depuis quelques années, des qualificatifs sont adossés au terme ‘laïcité’. On parle aujourd’hui de laïcité ouverte, de laïcité stricte, de laïcité active, de laïcité radicalisée, de laïcité bienveillante, de laïcité offensive, de laïcité passive, de laïcité revancharde, de laïcité restrictive. Je ne sais trop quoi penser de la diversité de ces qualificatifs ».

  • 40 « En France, le projet national et le projet républicain se sont confondus autour d’une certaine i (...)

Joseph : « Alors là, mon cher Jules, je peux être catégorique. Il me semble que le terme ‘laïcité’, dans toute sa pureté et dans toute sa force, se suffit à lui-même. Pour moi, ce mot s’applique à l’école et dans la société40 ».

  • 41 Il s’agit de Marlène Schiappa.

Jules : « Un autre élément fondamental, c’est le droit à la moquerie. Je pourrais vous citer plusieurs interventions de la Secrétaire d’État chargée de l’égalité femmes-hommes41, qui défend ce droit. Ainsi, le 7 janvier 2018, elle a affirmé qu’il ne fallait pas transiger avec la liberté d’expression. Elle a souligné qu’il fallait défendre ‘le droit de se moquer de tout et de tout le monde, y compris des représentations religieuses’. Est-ce que cela vous satisfait, mon cher Joseph ? ».

Joseph : « Mais attendez, on n’a même pas à préciser cet élément, tellement il est évident. Cela s’appelle purement et simplement la liberté d’opinion et la liberté d’expression. Je ne vais pas vous faire l’injure, mon cher Jules, de vous citer l’article 10 et l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, ainsi que la loi sur la liberté de presse du 29 juillet 1881 ».

Jules : « Certes, mais il faudrait que je vous livre un élément important sur l’atteinte permanente à la liberté d’expression dans le monde contemporain. Je ne peux pas tout vous dire en quelques minutes sur ce monde. Il faut que je vous apprenne qu’il y a un développement dans le monde et, notamment en France, du terrorisme islamiste. Certains terroristes commettent des attentats partout dans le monde. L’action la plus spectaculaire est celle du 11 septembre 2001, où des terroristes ont lancé plusieurs avions sur des points stratégiques et symboliques aux États-Unis. Ils ont, en particulier, détruit à New-York deux très hautes tours jumelles. En France plusieurs attentats ont aussi eu lieu ».

Joseph : « Mais quelle est l’idéologie de ces terroristes ? ».

Jules : « Ecoutez, mon cher Joseph, pour vous donner une idée, rappelez-vous, à notre époque, les anarchistes qui voulaient détruire la société. Ces terroristes islamistes ont justement pour but de détruire la société occidentale ».

Joseph : « Vous disiez qu’en France, il y avait eu des attentats commis par des terroristes islamistes ? ».

Jules : « Hélas oui. Je ne vais pas tous vous les citer. Certains terroristes ont tué une seule personne, avec un caractère très symbolique et particulièrement atroce, par exemple, un prêtre, le père Hamel, et un officier de gendarmerie, le colonel Arnaud Beltrame. Un des attentats les plus abominables a été commis contre un journal, qui s’appelle ‘Charlie Hebdo’. Plusieurs journalistes ont été tués, parce que ce journal avait publié des caricatures de Mahomet ».

Joseph : « Attendez ! Répétez-moi cela, mon cher Jules, je ne comprends pas. La caricature est pour moi l’un des arts français les plus beaux, déjà sous l’Ancien Régime, mais encore tout au long du XIXème siècle, et je supposais encore aujourd’hui ».

  • 42 Salman Rushdie, Les Versets sataniques, 1988. Pour la traduction en France : éditions Christian Bo (...)
  • 43 Je dois reconnaître, mon cher Joseph, que certains groupes catholiques extrémistes déposent eux-mê (...)

 Jules : « Avant même ces caricatures, des écrivains ont été inquiétés pour ce qu’ils avaient écrit. Le cas le plus célèbre, c’est celui de Salman Rushdie. Cet écrivain britannique d’origine indienne a écrit un roman42. Il portait sur un épisode de l’histoire de Mahomet, qui n’était pas au centre du roman, mais sur la réalité duquel les théologiens musulmans s’interrogent encore aujourd’hui. Salman Rushdie a été soumis à ce qu’on appelle une fatwa, qui consiste à donner l’ordre à tous les Musulmans de tuer l’écrivain. Elle a été lancée par le chef d’État iranien (l’Iran est un État théocratique). Il y avait même une récompense de 20.000 dollars. Pour être complet, je dois vous dire que certaines caricatures, qui ont suscité l’ire des Musulmans intégristes, ont été publiées, en septembre 2005, dans un journal danois. Cette parution a suscité des réactions d’une violence extrême dans le monde musulman. Certains journaux français ont publié ces caricatures, notamment ‘France Soir’ et ‘Charlie hebdo’. Ce dernier journal est réputé pour son caractère libertaire et violemment critique sur la société, en particulier vis-à-vis de toutes les religions, sans exception. ‘Charlie Hebdo’ présentera quelques années plus tard, en septembre 2012, d’autres caricatures qui visent Mahomet. Les réactions critiques étonnent. Des organisations musulmanes françaises vont alors déposer un recours devant les juridictions pénales. Je sais, mon cher Joseph, cela paraît incroyable de porter atteinte à la liberté d’expression en France43 ».

Joseph : « Rassurez-moi, les juges ont rejeté ces recours ? ».

  • 44 Tribunal correctionnel de Paris, 7 février 2007.
  • 45 Cour d’appel de Paris, 12 mars 2008.
  • 46 « En France le blasphème fut passible de mort jusqu’à la Révolution française, la victime la plus (...)

Jules : « Oui, de ce côté-là, les juges ont respecté le droit français. Un tribunal correctionnel, en 200744, et une cour d’appel, en 200845, ont rejeté ces demandes. Mais ce qui est choquant, c’est qu’il soit nécessaire que les juges rappellent à ceux qui ne voudraient pas qu’elle existe, ce que signifie la liberté d’expression en France. Il n’y a pas dans notre pays, et j’ajouterai, bien heureusement, de délit de blasphème46. En revanche, maintenant, je suis obligé de vous instruire de la manière dont le terrorisme a frappé, dans les locaux de ce journal, les caricaturistes et journalistes, après qu’ils aient, à nouveau, simplement publié des caricatures sur Mahomet ».

Joseph : « Ils ont occupé le journal ? ».

  • 47 Maryse Wolinski, Chérie, je vais à Charlie, Seuil, 2016, p. 112. Elle remarque aussi : « Cinquante (...)
  • 48 « La confusion, dans laquelle se complaît une grande partie de l’élite politique française, est tr (...)

Jules : « Non, pire que cela. Des terroristes islamistes ont pénétré dans les locaux du journal et tué plusieurs journalistes. Ils les ont lâchement assassinés, à cause de la publication de caricatures. La femme d’un de ces dessinateurs assassinés a rappelé les charges terribles du journal dans les années 70 contre le catholicisme, en particulier de son mari : ‘A l’époque, la religion dont il se moquait, c’était le catholicisme, celle du Pape et des cathos intégristes, qui faisaient son bonheur ... Certains dessins des années soixante-dix et quatre-vingt, on l’a oublié, plaçaient le Pape dans les mêmes situations irrévérencieuses qu’aujourd’hui le prophète Mahomet. Parfois il y a eu procès, mais jamais de bombe’47. Je trouve ce témoignage de la veuve d’un homme tué par les terroristes, parce qu’il profitait de sa liberté d’expression, très émouvant. On pourrait dire aux intégristes islamistes qu’ils n’achètent pas le journal, si son contenu ne leur plaît pas48 ».

Joseph : « Je reste abasourdi. Toute la société française a dû être traumatisée et tout le monde a condamné vigoureusement ce lâche attentat ».

Jules : « Hélas, vous allez être incrédule. Disons qu’il y a eu une grande majorité de la population qui a été bouleversée, mais certains Musulmans, ainsi que certains membres de la gauche, n’ont pas clairement condamné l’attentat. Ils ont utilisé la formule suivante : ‘Il faut une liberté d’expression, mais …’, sous-entendu, ‘ il ne fallait pas faire de caricatures qui touchent à l’Islam, cela est trop agressif’ ».

  • 49 « Pourquoi, face aux victimes des crimes de janvier 2015, certaines voix s’élèvent-elles pour dire (...)

Joseph : « Cette formule, ‘ La liberté d’expression, mais’ est proprement intolérable. Il faut dire qu’il y a une liberté d’expression … point. Dès qu’il y a ‘mais’, tout est fini. Vraiment vous m’énervez avec toutes vos histoires. Au fait, je pense à un point qui me paraît essentiel pour protéger la liberté d’expression. En France le délit de blasphème a été supprimé depuis longtemps. Il faut veiller à ce que certains ne demandent pas à ce qu’il soit rétabli49. Encore une fois, je suis choqué. Mais, continuez, mon cher Jules, qu’est-ce que vous allez m’apprendre encore ? ».

  • 50 CC, 2010-613 DC, 7 octobre 2010, Loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public.
  • 51 Elle implique aussi que, ni le voile, ni la burqa, ne peuvent être portés sur des documents admini (...)

Jules : « J’en viens à la question qui fait vraiment débat en 2018, la question de l’habillement. Je vous avais parlé tout à l’heure du burkini. Certes cette tenue reste marginale. En revanche se pose la question dans l’espace public du port de certaines tenues. Pour l’école, les interdictions sont claires. Mais le fait que certaines tenues se répandent dans l’ensemble de la société peut poser problème. Pour tout vous dire, à Marseille, circulent de nombreuses femmes portant une tenue qui recouvre tout le corps et la quasi-totalité ou la totalité du visage. Le législateur est donc intervenu. Une loi, portée, désolé de vous infliger encore cela, par la droite, a été adoptée en 2010. C’est la loi du 11 octobre 2010, qui interdit la dissimulation du visage dans l’espace public, précédée d’une décision du Conseil constitutionnel50. Il s’agit ici de lutter contre la burqa, qui est un vêtement dissimulant totalement le corps et le visage. Selon l’article 1er de la loi, ‘Nul ne peut, dans l’espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage’. La formulation est claire51. Il est possible de sanctionner une femme portant ce type de tenue ».

Joseph : « Quel que soit le parti qui a décidé cela, cette disposition a au moins le mérite de la clarté ».

Jules : « Pourtant, il y a encore un problème quant à la qualification claire de ces tenues. Il existe de nombreux vêtements pour les femmes musulmanes. Avec la burqa, les femmes sont totalement voilées, avec juste une sorte de grillage devant les yeux, pour y voir ».

Joseph : « Grillage, mon cher Jules, je ne sais pas si vous avez inventé ce mot, mais il est bien symbolique de la suppression de la liberté et, même, de l’identité pour ces femmes. Alors, parlez-moi des autres tenues ».

Jules : « Il y a le niqab, équivalent de la burqa, sauf qu’il n’y a pas de grillage, mais c’est quasiment identique, parce que le niqab comporte juste une étroite fente pour les yeux, avec parfois un sitar, c’est-à-dire un voile qui complète le niqab. Il existe aussi le jilbab ou jilbeb, qui couvre l’ensemble du corps, y compris les cheveux, mais l’ovale du visage est dégagé. L’hidjab est un voile, qui laisse, là aussi, l’ovale du visage dégagé ».

Joseph : « Attention, mon cher Jules, je suis un peu perdu. Ce qu’il me semble comprendre, c’est que la burqa et le niqab sont interdits, mais aucune autre tenue, à partir du moment où le visage est dégagé. Est-il vraiment possible de distinguer facilement tous ces habits ? ».

Jules : « Écoutez, mon cher Joseph. Je me suis promené dans les rues de Marseille pour voir le nouveau visage de notre ville et j’avoue avoir été parfois surpris. J’ai vu toutes les tenues possibles et imaginables et j’ai été étonné par certaines d’entre elles. Certaines femmes portent un vêtement enveloppant tout le corps, des gants et, surtout, leur visage est couvert depuis les sourcils jusqu’aux lèvres. Dans quelle mesure cette tenue peut-elle être acceptée, parce qu’il y a une différence de quatre ou cinq centimètres par rapport à la burqa ? Je suis perplexe. Je ne sais plus trop quoi penser après cette promenade ».

Joseph : « Encore une fois, mon cher Jules, je reste abasourdi. Il me semble que la multiplication de ces tenues est contraire au principe d’égalité homme-femme, qui existait déjà de mon vivant. Je suppose que certaines de ces femmes doivent subir, à Marseille ou ailleurs en France, une pression de leur entourage, une pression à la fois culturelle, familiale, voire physique ».

  • 52 Il s’agit du film dramatique Timbuktu, d’Abderrahmane Sissako (2014), qui a obtenu le César du mei (...)

Jules : « Effectivement la sanction est particulièrement violente contre celles qui refusent de subir ces humiliations. C’est beaucoup plus clair dans des États étrangers. On m’a parlé d’un film52 qui met en scène une lapidation au Mali. Il comporterait même une scène à la fois surréaliste et comique, dans laquelle un des gardiens de la loi musulmane demande à une femme sur un marché de couvrir ses mains, … sauf qu’elle vend du poisson. Elle répond : ‘Coupe moi la main, si tu veux, mais moi je ne peux pas manipuler le poisson avec des gants’. En France, dans certains quartiers où il n’y a quasiment que des Musulmans, certaines femmes affirment que la contrainte peut exister ».

Joseph : « En France, pour la gauche républicaine, à laquelle j’adhère, l’égalité homme-femme me paraît être une règle fondamentale. Je me rappelle qu’elle figure à l’alinéa 3 du Préambule de la Constitution de 1946 : ‘La loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l’homme’. D’ailleurs, bien avant que ce principe soit formulé, je l’appliquais déjà chez moi. J’étais le chef de la maison, sauf quand mon épouse, votre belle-sœur, mon cher Jules, entrait dans le domicile. Je pratiquais donc cette égalité, voire une certaine obéissance. On pourrait dire que mon épouse avait effectivement tendance à être plus égale que moi ».

Jules : « Oui, je m’en souviens. Quant à cette égalité femme-homme, elle est aujourd’hui insusceptible de remise en cause. Le Préambule de la Constitution de 1946 a été complété par l’alinéa 2 de l’article premier de la Constitution de 1958 : ‘La loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales’. Face à cette égalité femme-homme, il est difficile d’accepter que des femmes subissent une domination, qui leur impose le port du voile. Ce que disent les observateurs, c’est que, dans certains quartiers où des Musulmans intégristes sont particulièrement présents, les jeunes filles se voient prescrire un voile qu’elles refuseraient de porter, si elles avaient le choix. Elles cèdent à contrecœur face aux menaces de violence qu’elles subissent. C’est vraiment fouler aux pieds le respect de liberté individuelle et de conscience et l’égalité femme-homme ».

Joseph : « Je suis quand même étonné de la description apocalyptique que vous faites de la situation. En est-on vraiment à ce degré de remise en cause de tous nos principes par quelques intégristes, qui imposent leur pouvoir sur un quartier donné, un peu comme des seigneurs ? ».

Jules : « C’est cocasse, mon cher Joseph, on parle dans ces quartiers, non pas de seigneurs, mais de caïds, qui paradoxalement, se fondent sur l’islam, tout en volant et vendant de la drogue ».

Joseph : « Mais comment, mon cher Jules, ces hommes peuvent-ils à la fois être délinquants et prétendre respecter, même pas la lettre, mais l’esprit du Coran ? ».

  • 53 Il a accompli toute sa carrière dans l’univers politique, en occupant des positions importantes da (...)
  • 54 Jean-Louis Debré, Tu le raconteras plus tard, Robert Laffont, 2017, p. 50.
  • 55 Idem, p. 60.

Jules : « Justement, certains considèrent qu’il y a un curieux mariage de la carpe et du lapin. Voici ce qu’écrit un homme politique53 contemporain: il y a une ‘interconnexion du grand banditisme et du terrorisme. Ce qu’on appelle le ‘gangsterrorisme’ … la frontière entre terrorisme et délinquance est devenue incertaine et perméable … (avec) une interpénétration croissante entre les milieux du banditisme et ceux du terrorisme islamiste’54. Il écrit même, ce qui va très loin dans l’appréciation du développement du terrorisme islamiste : ‘l’islam est aujourd’hui présent dans les territoires où il est non seulement majoritaire, mais pratiquement ‘unanimitaire’, d’où sa tentation d’intolérance. L’islam n’a ni culture ni tradition de religion minoritaire’55. Ces remarques sont extrêmement fortes, surtout de la part de quelqu’un qui a vu l’islamisme radical et le terrorisme islamiste au travail dans la société ».

Joseph : « Là encore, j’ai toujours l’impression que vous exagérez. Mais, en même temps, tous ces exemples et analyses semblent vraiment convaincants ».

  • 56 Mohamed Sifaoui, Une seule voie : l’insoumission, Plon, 2017, p. 318.
  • 57 Idem, p. 408.
  • 58 Idem, p. 401.

Jules : « Je pourrais encore vous citer bien d’autres propos. Voici ce qu’affirme un Algérien, journaliste et écrivain : ‘l’islamisme ne permet ni contradiction, ni opposition et entend régir, dans le moindre détail, la vie de chaque individu, niant les moindres libertés individuelles et collectives’56. Il ajoute : ‘L’islamisme doit être approché comme un totalitarisme représentant un risque majeur’57. Il juge que le Président, ‘Dieu avec nous’, ne prend pas assez en compte le risque de l’extrémisme islamiste : ‘Macron est de ces optimistes quelque peu béats convaincus qu’une embellie économique suffirait à endiguer l’islamisme, persuadés que le voile islamiste relève du référentiel islamique, donc que son port ne représenterait rien d’autre, au pire, qu’un intégrisme, voire une banale pratique religieuse’58. Ces remarques sont d’autant plus violentes qu’elles émanent d’un observateur, qui, par son origine, ne peut être suspect de racisme ».

Joseph : « Bon. Effectivement. Je vais arrêter de m’exclamer ou de m’énerver. Vous estimez quand même que toutes ces attitudes intégristes ne touchent qu’une minorité, représentative d’une idéologie extrémiste, voire totalitaire ? La plupart des Musulmans ne soutiennent pas le terrorisme ».

  • 59 Ils apprennent, eux aussi, par cœur des phrases des textes sacrés, qu’ils ne comprennent pas. Pour (...)
  • 60 Mohamed Sifaoui, op. cit., p. 408.

Jules : « Certes, mon cher Joseph, il s’agit d’une minorité. Mais, en même temps, ce qui m’affecte profondément, c’est qu’une large majorité de Musulmans semble adhérer à l’idée que la liberté d’expression devrait être limitée. Vous avez vu que certains sont prêts à défendre l’idée d’une réapparition du délit ou du crime de blasphème. Même nous, les Catholiques, sauf une infime minorité, dans laquelle je ne me reconnais pas, avons cessé d’exiger cela. Les Musulmans n’ont cependant pas le monopole de la référence brute à un texte sacré. Les Protestants, débarquant dans le Nouveau Monde, faisaient référence à la lettre de l’Ancien Testament, comme si Israël était la terre, sur laquelle ils s’installaient. Certains groupes protestants extrémistes ne valent pas plus aujourd’hui que les islamistes intégristes59. Mais restons sur notre sol. Voilà ce que dit l’écrivain que je vous ai cité tout à l’heure : ‘ Lorsque des apprentis inquisiteurs dans les quartiers, s’immiscent dans la pratique religieuse de leurs coreligionnaires, lorsque d’autres mènent une offensive prosélyte et propagandiste afin d’inciter des jeunes filles à porter le voile sous ses différentes formes ; lorsque des fanatiques, dans des hôpitaux ou des cliniques, refusent, ‘au nom de l’islam’, que leur compagne soit examinée par des médecins hommes ; lorsque des enfants ou des adolescents sont déscolarisés avant l’âge légal de seize ans, afin de ne pas recevoir l’enseignement de l’école laïque de la République, on n’est plus dans la liberté de culte et de conscience, mais dans le prosélytisme religieux totalitaire’60. L’analyse est particulièrement inquiétante ».

Joseph : « Mon cher Jules, chaque fois, chaque fois, on se heurte à la même question de l’application de la laïcité, non seulement à l’école, mais aussi dans la société ».

  • 61 Rapport d’information n° 2262, enregistré à l’Assemblée nationale le 26 janvier 2010, au nom de la (...)
  • 62 Audition de Sihem Habchi, Rapport préc., p. 319.
  • 63 Audition de Sihem Habchi, Rapport préc., p. 322.

Jules : « Effectivement. Par ailleurs, si cette intolérance touche au premier chef les femmes, il y a aussi d’autres domaines, dans lesquels apparaissent des revendications étonnantes et, semble-t-il contraires, à ce qui a toujours existé en France depuis que l’Ancien Régime a disparu. Ainsi cela touche les entreprises. Un Rapport précédant la loi de 2010, sur la dissimulation du visage dans l’espace public61, a permis de connaître des exigences ou des pratiques choquantes. Cet énorme rapport repose sur l’audition de plus de deux cents personnes. Il faudrait citer l’ensemble du rapport et des interventions, qui mettent l’accent sur les dangers de l’extrémisme islamique sur notre société. Le témoignage de la présidente de l’association ‘Ni putes, ni soumises’ en 2010, Sihem Habchi, est particulièrement virulent dans sa dénonciation de la soumission forcée de la femme, imposée par les intégristes musulmans : ‘La burqa est bien le symbole le plus violent de l’oppression des femmes … La burqa symbolise l’apogée d’un système de relégation des femmes qui prend sa source dans nos quartiers populaires …’Il ne faut pas stigmatiser’, nous disait-on. Parler, dénoncer, lever le voile, c’était discriminer les populations, souvent immigrées ! J’appelle cela du racisme à l’envers. Et c’est une belle entourloupe pour flatter les bonnes consciences de certains responsables politiques’62. ‘Avec le voile intégral – burqa, niqab, appelez-le comme vous voulez –, nous avons atteint le paroxysme de l’oppression machiste. C’est pourquoi je parle d’un point de non-retour. Comment peut-on dire que les femmes ont le choix de porter ou non le voile intégral alors qu’elles subissent le plus souvent des pressions quotidiennes de leur entourage ?’63. Là encore cette description est proprement incroyable ».

Joseph : « Je tombe des nues. Par ailleurs, je suis un peu choqué de l’appellation de cette association. On parle comme ça en 2018 ? ».

Jules : « Désolé si vous êtes touché dans votre pudeur, que je sais grande, mais il est vrai que le langage quotidien est plus cru qu’autrefois. Un triste constat découle de ce rapport. Ainsi voit-on, hélas pour vous, que des syndicats de gauche, ont défendu des demandes surprenantes. Ils ont soutenu, dans les restaurants d’entreprises, des demandes, afin que les Musulmans puissent bénéficier de menus halals, ce qui paraît acceptable. Mais, ensuite, il faudrait que les repas puissent être pris à part, sans qu’il y ait une mixité avec d’autres employés. Cela paraît impossible à accepter. Par la suite, il faudrait que les femmes qui servent les repas aient une tenue dite décente, par exemple, en enfilant des gants que l’on demandait de porter, sous risque d’amputation, à la poissonnière malienne, que j’évoquais tout à l’heure. Par ailleurs il faudrait parfois mettre en place des salles de prières dans des entreprises ».

Joseph : « Alors, là, c’est au moins un point positif pour vous, Catholiques. Vous pouvez demander la mise en place d’une petite chapelle, dans laquelle serait célébrée la messe tous les matins, comme cela se pratiquait autrefois pour vos coreligionnaires les plus convaincus ? ».

Jules : « Alors, là, mon cher Joseph, je suis désarçonné. Personne n’a eu l’idée de faire une telle demande, qui serait d’ailleurs certainement rejetée ».

Joseph : « Là encore, je suis surpris. Je ne suis pas le moins du monde croyant, quelle que soit la nature des sornettes invoquées par tel ou tel, mais je suis pour le principe d’égalité. S’il y a une salle de prières pour les Musulmans, il doit y avoir un lieu de recueillement pour les Protestants, de même pour les Juifs, et pour d’autres religions. Au fait, il me vient à l’esprit une question. Ces avantages que demandent ceux que vous qualifiez de musulmans intégristes, je suppose qu’ils sont accordés dans tous les pays musulmans à ceux qui ne pratiquent pas leur religion ? ».

Jules : « Silence ! Attendez, heureusement que nous ne sommes que tous les deux, parce que cette question ne doit jamais être posée en public ».

Joseph : « Pourquoi donc ? ».

Jules : « Parce que c’est mal venu de la poser. Vous allez vous faire traiter de raciste, comme le disait la présidente de cette association que j’évoquais tout à l’heure ».

Joseph : « Comment cela … de raciste ? Je suis pour une totale égalité entre tous les hommes de la planète et les horreurs que j’ai vues avant de mourir m’ont vraiment imposé, de manière catégorique, cette nécessité de l’égalité ».

Jules : « Seulement voilà, le problème est qu’il existe encore aujourd’hui des théocraties, principalement musulmanes, dans lesquelles se pratiquent lapidations et amputations. Bien évidemment il n’y a pas de laïcité, mais, au contraire, des peines graves, si vous voulez vous proclamer athée ou changer de religion. Dans certains États minoritaires, les peines sont extrêmement graves. En un mot, l’apostasie est interdite ».

Joseph : « Oui, mais attendez, là, vous parlez d’États barbares. Pour moi, je vais être franc et égoïste. Il m’importe peu qu’une théocratie existe dans tel ou tel État. C’est la situation en France qui m’intéresse. Je ne vais pas aller lutter contre ces États, qui font ce qu’ils veulent. Alors foin d’apostasie ! Cela ne touche pas la France ».

Jules : « Sans le vouloir, c’est vous qui touchez juste. On a déjà ensemble évoqué le fait que, depuis 1789, existe en France une liberté d’opinion et une liberté d’expression et, en toute logique, l’apostasie est permise et pratiquée. Mais, un problème s’est posé, dans ce domaine, avec les représentants du culte musulman ».

Joseph : « Qui sont les représentants du culte musulman ? ».

  • 64 Il s’agit de Jean-Pierre Chevènement, un homme politique totalement attaché aux principes républic (...)
  • 65 Il s’agit de l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme du 10 décembre 1948 (...)
  • 66 On peut citer la déclaration du représentant de l’Iran devant l’Assemblée générale de l’Organisati (...)

Jules : « En fait, il faut, pour chaque religion, un interlocuteur donné, qui la représente auprès de l’État. Cela existe depuis longtemps avec la Conférence des Évêques de France pour les Catholiques et le Consistoire central israélite de France pour les Juifs. Pour les Musulmans, il y a une profusion de courants et l’État français n’arrivait pas à mettre en place un organisme représentant officiellement toutes les tendances. Finalement cela a été réussi avec la création en 2003 du Conseil français du culte musulman. Les rapports ne sont pas évidents entre tous les membres, parce qu’ils appartiennent à des courants fortement distincts. Pourtant un élément les réunit systématiquement, c’est la contestation juridictionnelle d’écrits ou de dessins, généralement humoristiques, touchant à l’islam. Avant la création du Conseil français du culte musulman, des négociations pour créer une structure commune avaient déjà été entreprises sans aboutir. Un ministre de l’Intérieur et des Cultes64 avait essayé d’établir une sorte de charte avec les associations musulmanes de France. Or, alors même qu’il insistait pour que l’apostasie soit reconnue, elle avait été écartée par les associations musulmanes. Aujourd’hui encore, dans la France de 2018, aucun document ne reconnaît vraiment un droit à l’apostasie. La conversion à l’islam est vivement souhaitée en cas de mariage mixte, mais le changement de religion et la capacité à s’affirmer athée sont exclus chez les Musulmans. Pourtant tous les citoyens devraient accepter en France, qui n’est pas une théocratie, cette liberté de changer de religion ou de conviction. Cette nécessité d’admettre l’apostasie repose même sur des textes internationaux. L’expression utilisée par deux d’entre eux est catégorique. Ils affirment ‘la liberté de changer de religion ou de conviction’65. Mais la plupart des États musulmans continuent à interdire l’apostasie et à régenter la société, en imposant des règles rigides. Ils n’hésitent même pas à rejeter des règles internationales, qui leur déplaisent, en l’affirmant haut et fort, y compris devant l’Assemblée générale de l’ONU66 ».

Joseph : « Je suis ébahi, mon cher Jules, devant toutes vos connaissances. Vous avez même fait des recherches au plan international. Alors, quelle est votre conclusion ? Est-ce que les libertés liées à la religion existent réellement dans la France de 2018 ? ».

Jules : « Il faudrait que je vous précise un élément historique important. Il y a eu en 1968, à travers des revendications, des manifestations, des grèves, une avancée exceptionnelle de la liberté d’expression. A cette époque, la liberté de religion n’intéressait personne. Les jeunes manifestants étaient quasiment tous athées. Cette époque, extraordinaire pour toutes les libertés, a duré une vingtaine d’années après 1968. Pendant cette période, tout tabou en matière d’humour a disparu. Ainsi les contestataires de 1968 ont lancé de nombreux slogans manifestant leur liberté d’esprit. Le plus symbolique, c’est : ‘Il est interdit d’interdire’. En matière religieuse, les militants de 68 ont été extrêmement radicaux. Ils ne se revendiquaient d’aucune religion. Voici deux slogans particulièrement catégoriques : ‘ Comment penser librement à l’ombre d’une chapelle ?’ ; ‘A bas le crapaud de Nazareth’. C’est une liberté de ton, qui caractérise la France de cette époque, et dont je suis sûr, mon cher Joseph, qu’elle vous satisfait ».

Joseph : « Ah oui. Elle me convient totalement. Voilà les véritables descendants de la Commune. Donc, si je vous suis bien, on peut dire aujourd’hui tout à fait librement, à Marseille ou ailleurs, ‘Comment penser librement à l’ombre d’une mosquée ?’ et ‘ A bas le crapaud de Médine’. C’est vraiment satisfaisant pour moi que la laïcité se soit installée dans tous les domaines ».

Jules : « Attendez, mon cher Joseph, la situation n’est pas si idyllique. Si vous prononcez ces deux phrases en public, vous pouvez vous attendre à de fortes réactions ».

Joseph : « Je n’y comprends plus rien. Vous m’avez parlé d’une totale liberté de pensée et de religion après 1968 … ».

Jules : « Oui, mais, justement, cette liberté n’est plus aussi forte aujourd’hui. Jusqu’aux années quatre-vingt, tout pouvait être dit sur les religions, avec des blagues, des sketches ou des écrits. Aujourd’hui toutes les religions jouent les vierges effarouchées et voudraient réduire la liberté d’expression, y compris, suis-je obligé de le reconnaître, mon cher Jules, dans mon propre camp, chez les Catholiques. Certains groupes, vous l’avez vu, veulent interdire des livres, des pièces de théâtre, des caricatures. Quant aux terroristes islamistes, ils ne font pas de recours, mais ils tuent, parfois au hasard ».

Joseph : « Mais alors, mon cher Jules, ces terroristes sont restés à une époque équivalente à votre Inquisition. Est-ce que ces terroristes se réclament vraiment de l’islam ? ».

Jules : « Totalement. Mais il y a ici des désaccords. Certains prétendent que ce terrorisme n’a rien à voir avec l’islam. Qu’en pensez-vous ? ».

Joseph : « Il me semble que, lorsqu’il y a une déviation par rapport à une religion, le lien avec elle demeure, puisque ces individus se fondent sur cette religion pour commettre des assassinats. A mon tour de vous poser une question : Peut-on dire que l’Inquisition ou la Saint-Barthélemy n’a rien à voir avec la religion catholique ? ».

Jules : « Là, mon cher Joseph, je reconnais que vous visez juste. Bien évidemment cela a à voir avec la religion catholique ».

Joseph : « Peut-on dire aussi que les dictatures théocratiques de certains pays d’Afrique ou d’Asie, ainsi que le terrorisme islamiste en France, n’ont rien à voir avec l’islam ? ».

Jules : « A mon avis, de manière catégorique, il y a un rapport entre une religion et sa déviation. Mais, dans la France de 2018, certains refusent de le dire ou prétendent même le contraire. On donne un nom à ces attitudes. On parle de ‘politiquement correct’. Mais tout le monde n’est pas d’accord ».

Joseph : « Pour moi, mon cher Jules, je crois que vous avez raison. Mais je suis, là encore, étonné que tout le monde ne pense pas comme vous ».

  • 67 « J’entends, je lis partout que les Kouachi, les Coulibaly ‘n’ont rien à voir avec l’islam’. Et Bo (...)

Jules : « Rassurez-vous, il y a des personnes, qui considèrent, comme nous, que le rapport entre l’islam et le terrorisme islamiste est une déviation des préceptes islamiques, mais qu’il y a forcément un lien entre eux, puisque ces terroristes se réclament eux-mêmes du Coran et que certains Musulmans français n’ont condamné les attentats que du bout des lèvres67. Ils affirmaient parfois que les journalistes avaient abusé et qu’ils n’auraient pas dû, comme je vous le disais tout à l’heure, utiliser dans toute son étendue leur liberté d’expression ».

Joseph : « Effectivement. J’adhère à votre analyse. C’est étrange que nous soyons tous les deux d’accord sur une question touchant à la religion. Je n’en reviens pas ».

Jules : « Je crois que, lorsqu’il s’agit d’atteinte à nos principes fondamentaux, nous ne pouvons qu’être d’accord. Une autre question délicate se pose, qui dépasse notre pays, mais peut avoir exceptionnellement des conséquences sur lui. Faut-il être critique par rapport aux États d’Occident, comme la France, et considérer qu’ils pourraient être caractéristiques d’un totalitarisme des droits de l’Homme ? C’est ce que disent, implicitement ou explicitement, certains États africains et asiatiques. Peut-on aller contre la culture d’un pays, même lorsqu’elle prône l’excision, ce que font de nombreux États et de nombreux groupes, parmi lesquels, je le précise, les Musulmans sont minoritaires ? Le principe nouveau – il est apparu depuis une vingtaine d’années – de la dignité humaine devrait pouvoir servir de fondement pour lutter contre des situations intolérables, caractérisées par une brutalité physique, psychologique et morale ».

Joseph : « Il me semble surtout, pour revenir au cas français, que le danger, ici, c’est que des groupes se créent à l’intérieur de la Nation et remettent en cause nos principes les plus sacrés ».

Jules : « Encore une fois, nous nous retrouvons sur ce point. On parle aujourd’hui de communautarisme, ce qui vise les personnes voulant constituer un sous-groupe dans la Nation française. Cela me paraît étonnant de remettre en cause les idéaux révolutionnaires, portant en particulier sur la défense de l’individu, qui conduit à écarter toute forme de corporatisme ou de communautarisme. Le communautarisme religieux est considéré comme aussi condamnable que le communautarisme territorial ou sexuel ».

Joseph : « Comme tout à l’heure, je suis choqué de vos propos, en particulier avec votre référence au sexe. Je n’aime pas trop parler de cela. C’est très personnel ».

  • 68 Selon Sihem Habchi (Rapport préc), « Quand je pense que M. Obama a tendu la main aux intégristes a (...)

Jules : « Rassurez-vous ! Depuis une cinquantaine d’années, ce sujet, tabou à notre époque, est très largement évoqué. D’ailleurs une prise en compte, même minime, de l’évolution des mœurs de la société française par les Musulmans pourrait conduire à un changement chez les plus rigoristes d’entre eux. Le communautarisme religieux pourrait alors s’estomper. Cependant, mon cher Joseph, ce qui est extraordinaire, c’est que d’autres peuples se manifestent pour nous donner des leçons, comme les Anglais et les Américains. Certes ils ont tout à fait le droit d’avoir leur conception de la société, que nous ne nous permettons pas de fustiger, mais, alors, qu’ils ne viennent pas critiquer la nôtre. En Angleterre, on admet qu’un policier sikh porte, au lieu d’un képi, son turban. C’est totalement inacceptable en France, où il s’agit de respecter les règles du service public. Aux États-Unis, lorsqu’il s’agit de qualifier le peuple américain, on parle de ‘melting pot’ : tous les migrants se seraient mêlés, construisant ainsi le peuple américain. Il me semble, mon cher Joseph, qu’il s’agit d’un contresens total. Que voit-on dans les grandes villes américaines ? Le quartier chinois, le quartier noir, le quartier latino, le quartier italien, le quartier irlandais, etc. ... Les Américains se sont tellement peu fondus entre eux qu’ils rejettent totalement notre approche, ce qui aboutit à des résultats étonnants68. Ils pratiquent l’identification ethnique. Ainsi, sur leurs documents administratifs, les individus sont définis comme caucasien, afro-américain, latino… En France, cela choque, puisqu’on interdit la moindre prise en compte d’une identification ethnique. Tous ces éléments sont fondés sur le principe d’unité nationale, avec une ouverture de la Nation française à tous ceux qui voudraient adhérer à ses principes. L’école et le principe de laïcité sont là pour permettre une intégration à la Nation ».

Joseph : « Que voulez-vous dire avec le terme ‘intégration’ ? ».

  • 69 Ernest Renan, Discours sur la Nation, conférence à La Sorbonne, 11 mars 1882.
  • 70 Ils ont une conception objective de la Nation, c’est-à-dire, que, dans cette conception, on rejett (...)
  • 71 Ces principes sont, bien sûr, de manière centrale, inculqués par l’école, pour tous ceux qui vienn (...)

Jules : « Tout simplement qu’il faut une égalité entre tous et, comme je vous le disais tout à l’heure, aucun communautarisme. Rappelez-vous, mon cher Joseph, les phrases si connues d’Ernest Renan sur la Nation, en 1882 : ‘ Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n’en font qu’une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L’une est dans le passé, l’autre dans le présent. L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs ; l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis … La nation, comme l’individu, est l’aboutissement d’un long passé d’efforts, de sacrifices et de dévouements. Le culte des ancêtres est de tous le plus légitime ; les ancêtres nous ont faits ce que nous sommes... Avoir des gloires communes dans la passé, une volonté commune dans le présent … Une nation est donc une grande solidarité, constituée par le sentiment des sacrifices qu’on a faits et de ceux qu’on est disposé à faire encore. Elle suppose un passé ; elle se résume pourtant dans le présent par un fait tangible : le consentement, le désir clairement exprimé de continuer la vie commune. L’existence d’une nation est (pardonnez-moi cette métaphore) un plébiscite de tous les jours’69. La France a inventé l’idée de nation subjective, opposée à la conception allemande70. Elle reçoit les individus, qui adhérent, à la fois, à notre Nation et à nos conceptions politiques et philosophiques. Les étrangers sont accueillis en France, à condition qu’ils souscrivent à ses principes républicains, pour résumer, liberté, égalité, fraternité, ainsi que quelques autres, comme la liberté d’expression71. Et, bien évidemment, chaque Français doit adhérer à ces valeurs, quel que soit son origine ou son groupe de référence, territorial, sexuel ou religieux ».

Joseph : « Est-ce qu’il y a encore, mon cher Jules, dans le monde, des États qui rejettent, contrairement à la France, certaines catégories de personnes ? ».

Jules : « Bien sûr, les théocraties, en particulier, mais pas seulement. Je peux vous donner deux exemples d’États qui rejettent une égalité entre tous les individus. Il y a l’Inde avec son système de castes. Un autre État a mis fin, depuis plus de vingt-cinq ans, à un système encore plus inadmissible, l’apartheid. Il s’agit de l’Afrique du Sud ».

Joseph : « Cela signifie quoi ‘apartheid’ ? ».

Jules : « Cela signifie que des individus, jugés inférieurs, ont des droits très limités. Il s’agissait, en Afrique du Sud, des noirs, qui étaient considérés comme des sous-hommes. Cette politique, si indigne pour nous, porte atteinte à notre conception de la Nation et de l’égalité entre les citoyens ».

Joseph : « Si je vous suis bien, l’apartheid est une ségrégation imposée. ».

Jules : « Exactement ».

Joseph : « Cela est effectivement totalement contraire à nos principes. Tout ce que vous me dites me conduit à m’interroger encore une fois. Certes il ne semble pas y avoir eu en France de laïcité de stigmatisation. Au contraire il s’agit de permettre à chacun de vivre dans un pays où l’on peut étudier l’histoire, la philosophie, les sciences ou la littérature, qui sont les bases d’un enseignement tourné vers l’épanouissement de l’enfant et de l’adolescent. Toute forme d’exclusion, de rejet, d’ostracisme, ainsi que tout refus de participation à la logique d’un enseignement ouvert vers l’universel, sont totalement anti-laïques. Or il me semble que toute religion, qui se mettrait volontairement en marge de la République, demanderait elle-même sa propre mise à l’écart. Cela me conduit à me demander si la situation en France n’est pas, d’une certaine manière, similaire à ce pays où était pratiqué l’apartheid. J’ai l’impression qu’on pourrait dire, s’il y a, pour un groupe d’individus donné, la revendication d’une identité supérieure à toute autre au sein de la Nation, que cela entraînerait un apartheid demandé, une forme de ségrégation revendiquée ? ».

Jules : « Taisez-vous, mon cher Joseph. Je vous ai dit qu’aujourd’hui, dans notre pays, il y avait une impossibilité de tenir certains propos, qui heurteraient le ‘politiquement correct’ ».

Joseph : « Mais, enfin, qu’est-ce que cela veut dire le ‘politiquement correct’ ? ».

Jules : « C’est difficile à expliquer. On pourrait dire que cela signifie qu’il y a une pensée dominante, qui refuse d’adopter certaines attitudes, et qui critique violemment ceux qui osent prendre des positions originales ? ».

Joseph : « Dit comme cela, j’ai l’impression que c’est dangereux ».

Jules : « Là encore, taisez-vous. Ce qui est fondamental, afin d’éviter l’apparition de l’apartheid en France, c’est votre rôle. C’est vous, mon cher Joseph, qui permettez l’intégration. Votre école, notre école, doit former des citoyens, en essayant de favoriser leur épanouissement intellectuel. Mais cette mécanique ne fonctionne pas toujours. Cela tient à ce que ces jeunes esprits reçoivent parfois à la maison une éducation fondée sur des principes antinomiques de ceux de la Nation française et rejettent la laïcité. La démonstration la plus impressionnante a été faite juste après les attentats dans les locaux du journal ‘Charlie’. Le gouvernement avait demandé une minute de silence partout en France. Dans certains collèges et lycées, des élèves ont refusé ce moment. Il a en été de même dans certaines écoles, je dis bien écoles. Comment des enfants de huit ou neuf ans peuvent-ils rejeter un tel hommage à des journalistes lâchement assassinés par des terroristes !?! C’est bien qu’ils ont subi une influence de certaines personnes, qui, au mieux, ne condamnent pas, au pire, admettent ou souscrivent à cette horrible action ».

  • 72 « La réaffirmation la plus visible des religions dans l’espace public prend aujourd’hui la forme d (...)

Joseph : « Oh, mon cher Jules, comme vous êtes virulent, je ne vous reconnais pas. Ce qui est certain, c’est que nous n’admettons, ni l’un, ni l’autre, ces actions qui foulent au pied nos principes les plus sacrés. Il me semble que la France ne peut pas admettre une volonté d’imposer une idéologie attentatoire à toutes nos libertés. Comment accepter dans notre pays, l’affirmation d’une différence entre pur et impur, une différence entre les sexes, qui impose une soumission totale de la femme72 !?! Si des groupes intégristes, quels qu’ils soient, veulent imposer des principes de ce type à la société française, il est obligatoire de réagir, en se fondant, notamment, sur le principe de laïcité ».

Jules : « Je suis d’accord avec vous, mon cher Joseph. J’ai bien fait de vous faire venir. J’hésitais à défendre certains points de vue par rapport à la laïcité. Finalement nous sommes dans l’ensemble plutôt d’accord. Cela me montre bien qu’une réflexion de bon sens nous réunit ».

Joseph : « Nous ne sommes pas les seuls à avoir recours au bons sens. Cette attitude apparaît dans une pièce de théâtre, qui pourrait s’appliquer mot à mot aujourd’hui. Tout y est dit sur l’intégrisme islamique. Elle est de Molière ».

Jules : « Ah, bien sûr, ‘Le Tartuffe’. Comment ne pas y penser ! ».

Joseph : « Rappelez-vous l’entrée en scène de Tartuffe à l’acte 3, scène 2. Il est offusqué par le décolleté de la servante Dorine. Il lui dit alors :

‘TARTUFFE :

Couvrez ce sein que je ne saurais voir :

Par de pareils objets les âmes sont blessées,

Et cela fait venir de coupables pensées.

La servante Dorine, comme toutes les servantes de Molière, a la langue bien pendue. Elle lui rétorque :

DORINE :

Vous êtes donc bien tendre à la tentation,

Et la chair sur vos sens fait grande impression !

Certes je ne sais pas quelle chaleur vous monte :

Mais à convoiter, moi, je ne suis pas si prompte,

Et je vous verrais nu du haut jusques en bas,

Que toute votre peau ne me tenterait pas’.

Cette pièce date de 350 ans et elle s’applique parfaitement à l’islam radical. Aujourd’hui, si les intégristes musulmans imposent catégoriquement un voile aux femmes, c’est parce qu’ils prétendent que les femmes non voilées sont impudiques. Or, comme le montre la réplique de Dorine, le pêché n’est pas dans la tenue de la personne regardée, mais dans l’œil de celui qui regarde. C’est une sorte d’affirmation : si tu n’es pas voilée, je peux te violer en toute justice, sans remettre en cause mes principes religieux ».

Jules : « Là aussi, j’adhère à vos propos. Mais, encore une fois, que cette discussion reste entre nous. Certains pourraient être choqués et nous en vouloir de tenir de tels propos ».

Joseph : « Attendez, mon cher Jules, la liberté d’expression n’a pas disparu en France ?!? ».

Jules : « Indubitablement. Mais, quand même, il vaut mieux être discret ».

  • 73 « Il a fallu à une religion comme le christianisme des siècles pour être débarrassée de certaines (...)

Joseph : « Je ne suis pas d’accord. Selon vous, le principe de laïcité est aujourd’hui contesté. Si la République a vaincu le catholicisme à une époque où il était si fortement établi, il faut adopter les mêmes armes face à une religion revendicatrice comme la vôtre autrefois. Il faudrait que les gouvernants aient le courage de mettre à nouveau en place, aujourd’hui en France, la laïcité-combat. Face à des revendications, que vous me dites heureusement minoritaires, mais très dangereuses ! Face au communautarisme et aux principes obscurantistes. Pas d’apartheid, pas de ségrégation demandée. La question fondamentale en France, que vous m’avez expliquée tout à l’heure, c’est celle de l’intégration. Le modèle d’intégration des étrangers à la Nation française existe depuis des décennies. Il a fonctionné depuis la Révolution, à travers l’application du principe d’égalité et le rejet du communautarisme. La laïcité-combat, appliquée au XXIème siècle, permettrait de faire resurgir cette idée de perfectionnement intellectuel, d’initiation à la réflexion, pour les Français tentés par le communautarisme. Je suis persuadé que l’application catégorique du principe de laïcité pourrait être un procédé d’ouverture face à une religion rejetant une éducation ouverte pour les enfants ainsi que l’apostasie. Si les anciennes générations ont logiquement du mal à se plier au principe de laïcité, il serait tout aussi logique que les jeunes générations souhaitent s’intégrer et adhérent sans nuance à la Nation73 ».

Jules : « Encore une fois, dites cela discrètement. Je suis cependant en accord avec vous. Il est inadmissible, que, sur des mobiles religieux, on veuille imposer des règles totalement contraires à la Nation française. Il faudrait que vos amis, en particulier les descendants de la Commune, se reprennent ... Je vous vois bien songeur, mon cher Joseph. Allez, pour vous montrer que la plupart des sociétés dans le monde pratiquent l’intégration, je vais vous citer un surprenant proverbe sénégalais, qui illustre à merveille cette question : ‘ Quand on arrive dans un village où tout le monde marche sur une seule jambe, le mieux est de se mettre à marcher aussi sur une seule jambe ».

Joseph : « Alors là, effectivement, mon cher Jules, je reste bouche bée. Cela me confirme dans mon désir d’une application catégorique du principe de laïcité, à Marseille et, plus largement, en France ».

Jules : « Oui, vous avez raison, mon cher Joseph, mais, pour certains, la laïcité-combat relève d’une autre époque ».

Joseph : « J’entends ce que vous dites, mon cher Jules, mais, quand il s’agit de la protection et de l’éducation de nos enfants, comment les gouvernants pourraient-ils refuser cela ? ».

  • 74 Voltaire, article « Fanatisme », Dictionnaire philosophique portatif, 1764.

Jules : « Finalement, à l’issue de notre discussion, je vois que nous sommes plutôt d’accord. Cependant, je crois, contrairement à vous, que la situation actuelle n’est pas favorable à l’application des principes de la philosophie des Lumières. Rappelez-vous ce que dit notre Voltaire, à propos des intégristes : ‘ Ils sont persuadés que l’esprit saint qui les pénètre est au-dessus de lois, que leur enthousiasme est la seule loi qu’ils doivent entendre. Que répondre à un homme qui vous dit qu’il aime mieux obéir à Dieu qu’aux hommes, et qui, en conséquence, est sûr de mériter le ciel en vous égorgeant ?’74. Comme Molière, Voltaire a écrit pour aujourd’hui ».

Joseph : « Ces remarques, tellement justes, m’anéantissent. Quel monde ! Et moi qui pensais trouver du progrès. Au, contraire on a reculé. Allez, mon cher Jules, appelez vite votre Diable ou votre Dieu, peu importe, mais renvoyez-moi à mon époque ».

Notes

1 Je vous précise, d’entrée de jeu, deux éléments, mon cher Joseph. D’une part, tout ce que je vous dis repose sur des réflexions personnelles issues de ces quelques semaines, pendant lesquelles j’ai fait des recherches sur la question de la laïcité. Il me semble avoir compris certains éléments, mais j’étais perplexe sur d’autres et mes propos n’engagent donc que moi, à cause de ces incertitudes. Pour vous, je sais que vous parlez librement et que vous me direz exactement ce que vous pensez. Certes, nous sommes tous les deux d’un autre temps et, peut-être, nos réflexions paraitront-elles à la fois désuètes et désordonnées. D’autre part, il n’est pas question ici de citer tous les ouvrages relatifs à la laïcité sur plus d’un siècle. Il y en a plusieurs milliers. Mais, comme j’ai quand même beaucoup lu, avant de vous faire venir, j’en citerai parfois quelques-uns.

2 Il existe aussi une série télévisée française, intitulée tous simplement « Marseille ». Elle montre la lutte pour le pouvoir municipal, avec malversations, illégalités, prévarications. Il faut dire que le maire de Marseille, qui a été élu après votre mort, en 1953, est resté en fonction pendant presque trente-trois ans et son comportement a pu inspirer les auteurs de cette série.

3 L’édition de référence, ici, c’est : Marcel Pagnol, Œuvres complètes, tome 3, Souvenirs et romans, Editions de Fallois, Souvenirs d’enfance.

4 Marcel Pagnol, op. cit., La gloire de mon père, p. 20.

5 Marcel Pagnol, op. cit., La gloire de mon père, p. 21.

6 Marcel Pagnol, op. cit., La gloire de mon père, p. 39.

7 Marcel Pagnol, op. cit., La gloire de mon père, p. 84.

8 « Le fait d’être confronté à des élèves qui refusent d’écouter certaines parties du programme d’histoire ou mettent en doute ce qu’on leur apprend … ou le fait (plus rare) de voir des parents refuser de serrer la main aux femmes enseignantes, tout cela et bien d’autres attitudes obligent à agir » (Yves Brulez, La laïcité française, Les Editions du Cerf, 2015, p. 248).

9 « Ce qui effraie les religieux réticents à toute réforme, c’est la tentative de désacraliser la parole divine » (Claude Sicard, L’Islam au risque de la démocratie, François-Xavier de Guibert, 2011, p. 107).

10 Malek Chebel, Manifeste pour un islam des Lumières, Pluriel, 2ème édition, 2011 (Cet écrivain a publié de nombreux ouvrages, parmi lesquels on peut en retenir, de manière arbitraire, quatre : L’islam et la raison, le combat des idées, Perrin, Tempus, 2006 ; Le Kama sutra arabe, 2000 ans de littérature érotique en Orient, Pauvert, 2006 ; Changer l’islam : Dictionnaire des réformateurs musulmans des origines à nos jours, Albin Michel, 2013 ; L’inconscient de l’islam : Réflexions sur l’interdit, la faute et la transgression, CNRS, 2015). Voici une remarque d’un autre auteur, allant dans le même sens. « Enfants, ils en apprennent des fragments (du Coran) par cœur sans les comprendre. Devenus grands, ils fréquentent le texte sans oser le penser. Ils égrènent les mots, récitent ou psalmodient les versets … Ils ne s’aventureront pas dans une recherche de sens, encore moins dans une interprétation » (Mahmoud Hussein, Penser le Coran, Grasset, 2009, p. 27).

11 Une décision TA Nice, 9 juin 2015, n° 1305386, Mme D, semble défendre la possibilité du port du voile lors d’une sortie scolaire. Le tribunal affirme : « Les restrictions à la liberté de manifester leurs opinions religieuses ne peuvent résulter que de textes particuliers ou des considérations liées à l’ordre public ou au bon fonctionnement du service ». Mais, de son côté, le Conseil d’État, dans un avis du 23 septembre 2013, ménage la chèvre et le chou.

12 … reprise dans une « Réponse du Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (JO Sénat, 31 août 2006, p. 2280).

13 … fin janvier 2018.

14 Il s’agit du Lycée Gallieni à Toulouse.

15 « Devra-t-on aussi allouer des créneaux horaires aux vieux, aux nudistes, aux moches ? Faudra-t-il changer l’eau souillée par les impurs à l’arrivée des purs ? Et va-t-on demain compartimenter les plages l’été ? Ne vaudrait-il pas mieux éduquer dès aujourd’hui au respect mutuel … ? » (Régis Debray, Ce que nous voile le voile. La république et le sacré, Gallimard, 2004, p. 45). Plus largement, en matière de sport, on peut constater la mainmise de certains Musulmans sur cette activité. « Pour renforcer leur emprise, les islamistes ont investi le champ sportif, notamment amateur, comme s’en alarme une note des renseignements généraux d’octobre 2015 intitulée ‘Le sport amateur vecteur de communautarisme et de radicalité’. A Perpignan, les arbitres ont dû assister à une prière collective sur la pelouse avant un match, ce qui a fait réagir les dirigeants ; mais les prières dans les vestiaires et le refus de la mixité sont monnaie courante » (Céline Pina, Silence coupable, Kero, 2016, p. 73). A l’échelon international, certains dérapages se produisent. Il paraît normal que, dans les théocraties, le port du voile soit possible, voire imposé, mais pas au plan international. Cela remet en cause l’universalité du sport, qui rapproche et, non pas éloigne. En mars 2014, la Fédération internationale de football a accepté la possibilité pour les femmes de porter le voile lors des matchs internationaux. La France ne doit pas accepter cette possibilité, qui porte atteinte à notre conception de la laïcité.

16 « On décèle depuis une dizaine d’années une réelle dégradation des relations entre patients et soignants, qui trouve très souvent son origine dans l’émergence de revendications à caractère religieux » (Jean Glavany, Laïcité : les deux points sur le i, Jean Jaurès Fondation, 2012, p. 64). Il y a une « multiplication de revendications religieuses, formulées par des patients qui ne souhaitent pas être pris en charge par des praticiens d’un sexe ou d’une religion autres que les leurs. Ces situations ont suscité depuis une vingtaine d’années des conflits au sein des établissements hospitaliers » (Jean-Michel Ducomte, Laïcité – Laïcité(s), Editions Privat, 2012, pp. 406‑407). « Certains comportements d’inspiration religieuse viennent régulièrement perturber l’organisation des soins à l’hôpital. Il peut s’agir d’agissements de soignants qui, au nom de leur croyance, adoptent des attitudes rigides, ce qui met à mal le bon fonctionnement des services. Plus fréquemment ce sont des exigences des patients ou de leur entourage qui posent des problèmes au personnel. Un certain nombre de préceptes appliqués à la lettre peuvent entraîner la mise en danger de la vie des patients » (Martine Cerf et Marc Horwitz (sous la direction de), Dictionnaire de la laïcité, Armand Colin, 2ème édition, 2016, p. 181). « On se souvient – exemple parmi, hélas, tant d’autres – de l’incident survenu en 1998 à Bourg-en-Bresse, qui vit un père interdire physiquement l’accès à la salle d’accouchement à tout médecin masculin, alors même que les difficultés et les souffrances de son épouse, qui auraient pu être minorées par l’intervention d’un obstétricien, devaient in fine donner lieu à un handicap dramatique chez le nouveau-né. Les motifs invoqués par ce père de famille étaient d’ordre purement religieux » (Jean Glavany, La laïcité, un combat pour la paix, Editions Héloïse d’Ormesson, 2011, p. 132).

17 Il faut que je vous dise aussi que, dans le domaine sportif, Marseille possède une équipe extraordinaire en football. Toute la ville suit ses matches avec passion.

18 … alors même que « le port du voile ne relève pas d’une obligation cultuelle absolue au même titre que les fameux cinq piliers de l’islam que sont la profession de foi, la prière, l’aumône, le jeûne et le pèlerinage à la Mecque, sur lesquels repose la charpente de la pratique cultuelle. Par conséquent, sa non-observance ne minore en rien l’islamité de la femme musulmane non voilée, contrairement à ce que voudraient laisser entendre les islamistes radicaux au raisonnement obtus » (Gilles Bencheikh, La laïcité au regard du Coran, Presses de la Renaissance, 2005, p. 223).

19 Les jeunes filles avaient porté le foulard islamique à l’intérieur de l’établissement début septembre. Puis un accord avait été trouvé entre le proviseur, l’inspecteur d’académie et les parents. Mais, le 9 octobre 1989, elles viennent à nouveau en portant le foulard. « Il semblerait que ce revirement de comportement ait succédé à des rencontres entre les jeunes musulmanes et l’un des représentants de la Fédération nationale des musulmans de France. Ces contacts auraient, semble-t-il, poussé les élèves concernées à radicaliser leur velléité de refus » (Sonia Bressler et David Simard, La laïcité, Bréal éditions, 2006, p. 100). « Or il faut souligner le fait que le contexte dans lequel la revendication du port du voile se fait valoir ne laisse pas de préoccuper, voire d’inquiéter. Certes il ne s’agit surtout pas de confondre islam et islamisme (ni d’ailleurs islamisme et terrorisme). Mais il reste que le port du foulard, s’il s’identifie parfois à un acte de liberté et de revendication d’une ‘identité’ bafouée, résulte souvent des pressions du milieu que l’école n’a surtout pas à entériner » (Guy Haarscher, La laïcité, PUF, Que sais-je ?, 4ème édition, 2008, p. 39).

20 « Multipliant les interviews, passant du plateau d’une chaîne de télévision française à une autre, Fatimah, Leila et Samira étaient devenues des stars par le simple fait qu’elles avaient gardé un foulard sur la tête. Il fallait voir ces jeunes filles, de plus en plus télégéniques, portant un foulard de plus en plus pimpant. Et quel sentiment de puissance elles ont dû éprouver à diviser ainsi la France entière » (Jean Baubérot, La laïcité, quel héritage ? De 1789 à nos jours, Labor et Fides, 1990, p. 104).

21 Le dossier brûlant arrive sur le bureau du Ministre de l’Education, puis à Matignon. « Dans tout autre pays, des instructions précises auraient été tout de suite acheminées par le gouvernement vers l’ensemble des directeurs des établissements épars sur le territoire. Indécis, gêné, timoré, le gouvernement français, lui – qui n’avait rien prévu – décida de ne rien décider » (Jacques Robert, La fin de la laïcité, Odile Jacob, 2004, p.p. 157‑158). « C’est un désastre, le triomphe de l’ambiguïté et de la lâcheté. Dans la brèche ainsi ouverte vont s’engouffrer les organisations musulmanes et leurs relais dans les quartiers et les cités. Elles font pression sur les familles : il faut couvrir la tête de leurs filles et les envoyer en cours en hidjab » (Elisabeth Schemla, Islam, épreuve française, Plon, p. 63).

22 Elisabeth Badinter, Régis Debray, Alain Finkielkraut, Elisabeth de Fontenay, Catherine Kintzler, « Foulard islamique : Profs, ne capitulons pas ! », Le Nouvel Observateur, 2 novembre 1989. On peut aussi citer un autre intellectuel : « Le port du voile peut être tenu pour un acte militant, avec une dimension de propagande missionnaire doublée de discrimination sexuelle, par nature susceptible de provoquer des manifestations et réactions de signe contraire » (Régis Debray, op. cit., p. 22). D’autres auteurs creusent le même sillon, en défendant la laïcité-combat. C’est le cas de Caroline Fourest, qui a publié plusieurs ouvrages. Pour citer simplement les deux plus récents sur le sujet : Eloge du blasphème, Grasset, 2015 ; Le génie de la laïcité : La laïcité n’est pas un glaive, mais un bouclier, Grasset, 2016. Comme elle est féministe et homosexuelle, il est évident qu’elle s’est attirée les foudres des défenseurs catégoriques de l’islam. On peut relever aussi le cas particulièrement remarquable de Zineb El Rhazoui. Menacée, attaquée anonymement, elle est une véritable féministe. Elle est athée, elle collabore avec « Charlie Hebdo » depuis 2013. Le titre de son dernier livre a le mérite de la clarté : Détruire le fascisme islamique, The New York Times, Ring, 2016.

23 Propos prononcés par Benoit Hamon au cours d’un débat télévisée l’opposant à un autre candidat à des élections primaires, Manuel Valls, le 25 janvier 2017, diffusé par plusieurs médias.

24 Chahdortt Djavann, Bas les voiles !, Gallimard, 2003, p. 11.

25 Kamel Daoud, « Mes indépendances », Chroniques 2010-2016, Actes Sud, 2017.

26 Pierre Cassen, « Trotskistes d’Allah et chiens de garde du capital », in L’islamisation de la France : fantasme ou réalité … (présentation de Philippe Randa, L’Aencre), volume 1, p. 64.

27 C’est, par exemple, ce qu’affirmait Danièle Obono, porte-parole de « La France insoumise », dans une émission télévisée le dimanche 1er octobre 2017 sur BFM TV.

28 Michel Onfray, Penser l’Islam, Bernard Grasset, 2016, p. 99.

29 « Ces dernières années, la laïcité se trouve confrontée à l’islam, à une certaine forme d’islam et elle s’est sentie affaiblie … une identité athée ou agnostique, individualiste de surcroît, est toujours en position d’infériorité face à une identité fondée sur des principes et des valeurs religieuses ou métaphysiques. En France les élites intellectuelles ou politiques ne l’ont pas encore compris » (Ivan Brovelli, Laïcité : Réflexions autour d’un mal français. Les limites d’une société sans Dieu, Editions de France, 2006, p. 67).

30 C’est Charles Peguy, qui est à l’origine de cette expression. Il écrit dans « L’argent » en 1913 : « nos jeunes maîtres étaient beaux comme des hussards noirs. Sveltes, sévères, sanglés, sérieux et un peu tremblants de leur précoce, de leur soudaine omnipotence. La couleur noire et austère des uniformes que portent les élèves instituteurs dans les écoles normales rappelle en effet celle des hussards hongrois, célèbres à l’époque » (Dictionnaire de la laïcité, préc., p. 187).

31 Patrick Kessel, Ils ont volé la laïcité, Jean-Claude Gawsewitch Editeur, 2102, pp. 12‑13. Dans le même sens : « La gauche laïque se trouve mise à rude épreuve. La laïcité, qui semblait constituer un élément essentiel de son identité, est aujourd’hui brandie comme une oriflamme par la droite dure et par l’extrême-droite » (Jean Baubérot, La laïcité falsifiée, La Découverte, Poche, 2014, p. 7). « Le Font national a su en tirer profit (de la situation). Il a repris à son compte la figure de la victime en l’inversant, rappelé sur un ton véhément des réalités dérangeantes, dans une logique de revanche et de ressentiment qui aggrave les fractures de la société française » (Jean-Pierre Le Goff, Malaise dans la démocratie, Stock, 2016, p. 245). « Mme Le Pen, s’emparant récemment de l’étendard laïque sans vergogne, en rejoignant ce camp-là, l’a, en même temps, démasqué. C’est un énorme défi pour les laïcs et, en particulier, pour la gauche : l’extrême droite, qui véhicule des valeurs – sont-ce d’ailleurs des ‘valeurs’ ? – d’exclusion et de discrimination, doit être empêché d’usurper l’étendard laïque » (Jean Glavany, op. cit., p. 150). « Or, ce FN est une fiction, une baudruche, un leurre, un chiffon rouge qui excite les médias, trompe le peuple et ne doit pas abuser quiconque » (Michel Onfray, op. cit., p. 11). Et pour faire à nouveau référence à vos amis les francs-maçons, on peut citer un représentant du Grand Orient de France, qui correspond à votre idéologie : « Que l’on ne nous objecte pas que, soutenant une loi contre le port des signes religieux et donc le foulard, nous sommes arabophobes ou islamophobes. Nous ne nous rangeons pas dans ces classifications. Les francs-maçons du Grand Orient de France refusent le concept de race, ils l’ont banni de leurs textes. Nous ne reconnaissons que le concept de genre humain » (Gilles Guglielmi, « Retour du ‘religieux’ ou regain d’obscurantisme », in La laïcité ciment de notre République universelle, Actes du colloque du 18 décembre 2003, Sénat, Editions maçonniques de France, 2004, p. 10).

32 Il s’agit de Manuel Valls.

33 Manuel Valls, La laïcité en face (Entretiens avec Virginie Malabard), éditions Desclée de Brouwer, 2005, p. 13.

34 … sur une radio, Europe 1, le 9 janvier 2018.

35 CE, Ordonnance du 26 août 2016, Ligue des droits de l’Homme, Association de défense des droits de l’Homme, n° 402742, 402777.

36 … sur son compte Facebook. Je ne vous explique pas ce dont il s’agit, mon cher Joseph. Ce serait trop compliqué pour vous. Il y en a largement assez à découvrir avec l’application du principe de laïcité.

37 Gérard Davet et Fabrice Lhomme, Un président ne devrait pas dire çà … », Stock, 2016.

38 Il s’agit de Frédérique Vidal.

39 … le dimanche 7 janvier 2018 sur une chaine de télévision, France 3.

40 « En France, le projet national et le projet républicain se sont confondus autour d’une certaine idée de la citoyenneté … elle exclut l’éclatement de la nation en communautés séparées, indifférentes les unes aux autres, ne considérant que leurs propres règles et leurs propres lois » (Sonia Bresseler et David Simard, op. cit., p. 103).

41 Il s’agit de Marlène Schiappa.

42 Salman Rushdie, Les Versets sataniques, 1988. Pour la traduction en France : éditions Christian Bourgeois, 1989.

43 Je dois reconnaître, mon cher Joseph, que certains groupes catholiques extrémistes déposent eux-mêmes des recours juridictionnels contre des caricatures, des pièces de théâtre ou des films.

44 Tribunal correctionnel de Paris, 7 février 2007.

45 Cour d’appel de Paris, 12 mars 2008.

46 « En France le blasphème fut passible de mort jusqu’à la Révolution française, la victime la plus tristement célèbre de cette loi religieuse est le Chevalier de la Barre. Il fut accusé en 1765 de blasphème et condamné à mort pour avoir chanté deux chansons libertines irrespectueuses à l’égard de la religion et être passé devant une procession en juillet 1765 sans enlever son couvre-chef » (Dictionnaire de la laïcité, préc., p. 44).

47 Maryse Wolinski, Chérie, je vais à Charlie, Seuil, 2016, p. 112. Elle remarque aussi : « Cinquante ans de combat en faveur de la liberté d’expression pour être confronté à l’obscurantisme, à la barbarie, à la charia. Etre à nouveau contraint de se poser la question : peut-on rire de tout ? Georges a choisi son camp : le rire de résistance » (p. 20). Dans le même sens, Charb avait affirmé avant son assassinat : « Un jour, pour rire, il faudra que je publie toutes les lettres de menace que j’ai reçues à ‘Charlie Hebdo’ de la part des fascistes catholiques et des fascistes musulmans » (Charb, Laïcité… oui mais, Chêne, 2015, p. 5).

48 « La confusion, dans laquelle se complaît une grande partie de l’élite politique française, est tragique et lourde de conséquences. Les attaques contre les musulmans (comme celle contre les juifs, les chrétiens, les bouddhistes, etc.) sont inqualifiables et insupportables. Mais on a le droit de critiquer, de rire, de tourner en dérision, et même de détester TOUTES les religions. Et si l’on est choqué par des caricatures, on n’achète pas le journal dans lesquelles elles sont publiées » (Jacques Sapir, Souveraineté, démocratie, laïcité, Michalon Editeur, 2016, pp. 31‑32).

49 « Pourquoi, face aux victimes des crimes de janvier 2015, certaines voix s’élèvent-elles pour dire qu’ils ne l’ont pas volé, et de fait demandent implicitement le rétablissement de l’ignoble délit de blasphème » (Jacques Sapir, op. cit., p. 32). « La question du blasphème dont le retour en France, après les assassinats de 2015, a suscité certaines interrogations : créer un droit au blasphème, un délit de blasphème, légiférer contre le délit de blasphème. Rien de tout cela dans une République démocratique et laïque… Toute loi sur le blasphème, quel que soit son sens, est une atteinte au principe de laïcité… le blasphème ne peut être pris en considération par le droit ; le blasphème n’existe pas en droit » (Frédérique de la Morena, Les frontières de la laïcité, LGDJ, Lextenso Editions, 2016, pp. 152‑153).

50 CC, 2010-613 DC, 7 octobre 2010, Loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public.

51 Elle implique aussi que, ni le voile, ni la burqa, ne peuvent être portés sur des documents administratifs. Pour une simple carte d’identité, chaque personne doit figurer tête nue.

52 Il s’agit du film dramatique Timbuktu, d’Abderrahmane Sissako (2014), qui a obtenu le César du meilleur film et le César du meilleur réalisateur.

53 Il a accompli toute sa carrière dans l’univers politique, en occupant des positions importantes dans des gouvernements, à l’Assemblée nationale et, pour finir, au Conseil constitutionnel.

54 Jean-Louis Debré, Tu le raconteras plus tard, Robert Laffont, 2017, p. 50.

55 Idem, p. 60.

56 Mohamed Sifaoui, Une seule voie : l’insoumission, Plon, 2017, p. 318.

57 Idem, p. 408.

58 Idem, p. 401.

59 Ils apprennent, eux aussi, par cœur des phrases des textes sacrés, qu’ils ne comprennent pas. Pour l’anecdote, on peut citer un film, dans lequel apparaît un tueur, qui, avant d’exécuter chaque victime, lui récite le même passage de la Bible. Ce tueur, c’est Jules, qui se prénomme donc comme vous (Samuel Leroy Jackson), dans un film, ‘Pulp fiction’, réalisé par Quentin Tarantino (1994). Voici le passage de l’Ancien Testament, qu’il débite bêtement lors de chaque meurtre : « La marche des vertueux est semée d’obstacles qui sont les entreprises égoïstes que fait sans fin surgir l’œuvre du Malin. Béni soit-il l’homme de bonne volonté qui, au nom de la charité, se fait le berger des faibles qu’il guide dans la vallée d’ombre, de la mort et des larmes, car il est le gardien de son frère et la providence des enfants égarés. J’abattrai alors le bras d’une terrible colère, d’une vengeance furieuse et effrayante sur les hordes impies qui pourchassent et réduisent à néant les brebis de Dieu. Et tu connaîtras pourquoi mon nom est l’Eternel quand sur toi s’abattra la vengeance du Tout-Puissant’ ».

60 Mohamed Sifaoui, op. cit., p. 408.

61 Rapport d’information n° 2262, enregistré à l’Assemblée nationale le 26 janvier 2010, au nom de la Mission d’information sur la pratique du port du voile intégral sur le territoire national, président André Gerin et rapporteur Eric Raoult.

62 Audition de Sihem Habchi, Rapport préc., p. 319.

63 Audition de Sihem Habchi, Rapport préc., p. 322.

64 Il s’agit de Jean-Pierre Chevènement, un homme politique totalement attaché aux principes républicains.

65 Il s’agit de l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme du 10 décembre 1948 et de l’article 9 de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales du 4 novembre 1950. La liberté de religion « se matérialise par le droit d’avoir une religion, de la pratiquer, de la manifester, de l’exprimer, de la revendiquer, de la nier, mais aussi de la délaisser ou d’en changer. Implicitement la liberté religieuse correspond aussi au droit de ne pas avoir de conviction de cette nature ; au droit d’avoir une religion, de la délaisser ou d’en changer correspond celui de ne pas avoir de confession » (Mathilde Philip‑Gay, Droit de la laïcité. Une mise en œuvre de la pédagogie juridique de la laïcité, Ellipses, 2016, p. 125).

66 On peut citer la déclaration du représentant de l’Iran devant l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies le 7 décembre 1984 : « La Déclaration universelle des droits de l’Homme, qui illustre une conception laïque de la tradition judéo-chrétienne, ne peut être appliquée par les Musulmans et ne correspond nullement au système de valeurs reconnues par la République islamique d’Iran ; cette dernière ne peut hésiter à en violer les dispositions, puisqu’il faut choisir entre violer la loi divine ou les conceptions laïques ».

67 « J’entends, je lis partout que les Kouachi, les Coulibaly ‘n’ont rien à voir avec l’islam’. Et Boko Haram, qui répand une ignoble terreur dans le Nord du Nigéria, non plus ? Ni les égorgeurs du ‘califat’ de Mossoul, ni leurs sinistres rivaux d’Al‑Qaïda, ni les talibans qui tirent sur les petites filles pour leur interdire l’école ? Ni les juges mauritaniens qui viennent de condamner à mort pour blasphème et apostasie un homme coupable d’avoir critiqué une décision de Mahomet ? Ni les assassins par lapidation d’un couple d’amoureux, crime qui a décidé Abderrahmane Sissako à faire son film ‘Timbuktu’. J’aimerais qu’on me dise où, dans quel pays, l’islam établi respecte les libertés d’opinion, d’expression, de croyance, où il admet qu’une femme est l’égale de l’homme » (Natacha Polony, Nous sommes la France, Plon, 2015, p. 89). « S’il est vrai que les courants islamistes quiétistes condamnent les attentats, ils prônent pourtant la même idéologie obscurantiste et belliqueuse que leurs avatars sanguinaires. Ils ne sont pas des terroristes, mais ils sont les préparateurs du terrain, ceux qui ensemencent les têtes de haine, de rejet et de violence. Il faut nommer l’islamisme pour ce qu’il est : une stratégie politique qui vise à islamiser les pays où elle s’implante et qui est en opposition avec les fondamentaux de notre contrat social » (Céline Pina, op. cit., p. 32). « Les tenants des communautarismes exploitent à fond les possibilités de la démocratie pour conquérir tout ce qui peut l’être en matière d’affirmation identitaire et les suppriment là où ils prennent le pouvoir, comme on l’a vu en Afghanistan », (Henri Pena‑Ruiz, La laïcité, Flammarion, 2003, Vade mecum, article ‘communautarisme’, p. 226). Cet auteur se fonde notamment sur la remarque suivante : « Avec vos lois démocratiques, nous vous coloniserons. Avec nos lois coraniques, nous vous dominerons » (Youssef al‑Quaradâwî théologien islamologue, 2002). Michel Onfray dénonce avec force ceux qui disent « Le terrorisme n’a rien à voir avec l’islam » ou « Il faut éviter l’amalgame » (Michel Onfray, op. cit., p. 28 à p. 32).

68 Selon Sihem Habchi (Rapport préc), « Quand je pense que M. Obama a tendu la main aux intégristes au Caire en pensant les acheter avec le voile. Il n’a pas dit un mot sur les libertés fondamentales au Caire, ni sur l’orientation sexuelle, les homosexuels séquestrés, assassinés, les violences faites aux femmes ! Pas un mot pour toutes ces femmes qui sont en train de se battre de par le monde afin de poser le débat dans leur pays ! ».

69 Ernest Renan, Discours sur la Nation, conférence à La Sorbonne, 11 mars 1882.

70 Ils ont une conception objective de la Nation, c’est-à-dire, que, dans cette conception, on rejette celui qui n’est pas « comme nous ».

71 Ces principes sont, bien sûr, de manière centrale, inculqués par l’école, pour tous ceux qui viennent s’installer en France : « Dans ma circonscription, …constituée des vagues successives d’immigrants de toutes nationalités et confessions – Espagnols et Italiens fuyant le fascisme, Arméniens fuyant le génocide, Juifs ashkénazes de l’Europe de l’Est, Juifs sépharades d’Afrique du Nord, Algériens, Marocains, Tunisiens, Turcs, Africains du Sénégal et du Mali –, cette pluralité d’origines, de confessions et de cultures a trouvé à l’école républicaine un espace commun, un espace de valeurs communes à partager » (Nathalie Gautier, Laïcité : Le débat à l’assemblée nationale, Assemblée Nationale, Séances publiques du 3 au 10 février 2004, p. 206).

72 « La réaffirmation la plus visible des religions dans l’espace public prend aujourd’hui la forme d’un retour du traditionalisme et du communautarisme qu’on aurait pu croire disparus avec le développement de la modernisation de l’après-guerre. Le port du voile chez les femmes de confession musulmane, la distinction de ‘pur’ et de l’‘impur’ dans les pratiques alimentaires, l’endogamie …en sont les signes les plus manifestes. L’affirmation ostentatoire du traditionalisme et du communautarisme religieux dans l’espace public apparaît comme un retour en arrière pour une partie de la population qui demeure attachée à une certaine idée de la France et de l’Europe liée à la modernité démocratique » (Jean-Pierre Le Goff, Malaise dans la démocratie, Stock, 2016, p. 185).

73 « Il a fallu à une religion comme le christianisme des siècles pour être débarrassée de certaines traditions qui lui ont été associées à la même époque, celles qui faisaient de l’Église un organe de supervision et de gestion de l’ensemble de la vie sociale et politique des chrétiens. Pour que l’islam soit à son tour pleinement distingué des traditions qui lui ont été associées, il faudra une évolution qui, apparemment, ne fait que commencer » (Abdou Filali‑Ansary, L’Islam est-il hostile à la laïcité ?, Editions Le Fennec, 1999, p. 129).

74 Voltaire, article « Fanatisme », Dictionnaire philosophique portatif, 1764.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search