Version classiqueVersion mobile

La territorialité de la laïcité

 | 
Hiam Mouannès

Allocutions d’ouverture

Brigitte Barèges et Valérie Rabault

Texte intégral

Brigitte Barèges

Maire de la Ville de Montauban

__________________________________________________________________

Monsieur le Préfet,

Madame la Députée,

Madame la Présidente de l’Université Toulouse Capitole,

Mesdames et Messieurs les élus, les professeurs d’Universités, les doctorants, les étudiants,

Mesdames et Messieurs,

Chère Hiam,

1Vous ne pouviez choisir meilleur endroit que Montauban pour discourir de la laïcité.

Montauban qui reste un haut lieu de rencontre des religions, ancienne cité fortifiée protestante, siège d’une faculté de théologie, et ici même, dans cette Maison de la Culture, ancien collège de Jésuites.

2En cette ville qui a créé en 2004 « Montauban Espérance », lieu d’échanges entre les dignitaires religieux et l’édile de la ville, garante de la laïcité.

3Vous êtes ici chez vous, et nous sommes heureux et fiers d’accueillir vos travaux.

Vous ne pouviez aussi, hélas sans le savoir, trouver date aussi symbolique que le jour de l’hommage national à Arnaud BELTRAME, ce héros, militaire et chrétien, qui incarne le sens du DEVOIR ABSOLU, celui qui va jusqu’au sacrifice de sa vie.

4C’est le moment ou jamais de revisiter le mot laïcité, que vous avez choisi d’évoquer, sous l’angle de la TERRITORIALITÉ.

Le débat est passionnant quand on sait qu’on a toujours revendiqué le caractère FRANCO FRANÇAIS de cette notion : l’a-t-on exporté ? Existe-t-il des nuances ailleurs ? Dans d’autres pays ?

C’est ce que les éminents juristes et spécialistes en droit comparé vont évoquer aujourd’hui.

5En ce qui me concerne, je tenais à rappeler, en concluant mon mot d’accueil ici même à Montauban, première ville frappé par le terrorisme en 2012, que le mot de laïcité comme celui de DÉMOCRATIE, ne peut avoir de sens, s’il n’a, comme socle, le PARTAGE, fondé sur l’AMOUR, c’est-à-dire le RESPECT DE L’AUTRE et s’il n’est pas compris dans la RÉCIPROCITÉ, le nécessaire équilibre entre les DROITS et les DEVOIRS, la nécessaire liberté qui s’arrête où commence celle des autres.

6Je voudrais donc dédier, si vous m’y autorisez, ce Colloque à Arnaud BELTRAME qui, comme je le rappelais à l’instant, a exacerbé ce sens du devoir jusqu’au don de soi, jusqu’à sa mort, jusqu’à donner sa propre vie pour l’AUTRE…

Bon Colloque.

Je vous remercie.

Valérie Rabault

Députée de Tarn-et-Garonne
Secrétaire de la commission des finances

__________________________________________________________________

7C’est un grand plaisir pour moi de participer à l’ouverture de la 7ème édition de ce Colloque sur la laïcité, qui promet, comme chaque année, d’aiguiser notre réflexion et notre savoir !

8Ce 7ème Colloque sera le dernier que vous consacrerez à la laïcité. Au cours des éditions précédentes, vous avez eu l’occasion d’aborder la laïcité sous l’angle du droit. Cette année, vous proposez une déclinaison plus concrète : dans le fond, comment concrètement et où sur les territoires se vit la laïcité ?

9Elle devrait se vivre partout dans notre République. Ce n’est malheureusement pas le cas. Ce n’est pas le cas, car elle demeure un concept complexe et original, unique au monde. Parce qu’elle est un concept complexe, elle est instrumentalisée par les uns, rejetée par les autres, ignorée par d’autres. C’est donc ce qui rend complexe sa mise en œuvre concrète.

10Au cœur de la laïcité, il y a la notion même d’espace. C’est pour cela que je trouve très judicieux le choix que vous avez fait d’associer laïcité et territorialité.

11La laïcité organise le vivre ensemble autour de deux espaces :

  • D’une part, un espace personnel individuel, intime, jardin du soi et des fois, où règne la liberté absolue de conscience. C’est l’espace du droit à penser par soi-même, avec soi-même qui est malheureusement trop souvent aliéné dans de nombreux pays
  • D’autre part un espace public, citoyen qui doit être pacifié par le refus du prosélytisme et la nécessité de paraître et d’agir sans agresser l’autre, pour asseoir l’échange, le partage, la cohésion, la concorde.

12Aujourd’hui, le défi réside dans la volonté de faire vivre ces deux espaces, sans que l’un n’empiète sur l’autre.

Si en France, nous avons depuis la Révolution française consacré l’autonomie du premier espace - l’espace personnel avec la liberté de croire ou de ne pas croire, de penser en liberté par soi-même, nous nous posons depuis quelques années beaucoup de questions sur le second :

  • Qu’est-ce qui est prosélytisme et qu’est-ce qui ne l’est pas ?
  • Qu’est-ce qui dans l’affirmation de ma liberté est susceptible d’agresser l’autre ?

13Dans le fond, la laïcité revient dans ce second espace à fixer une hiérarchie des valeurs. Elle revient à dire que lorsque ma liberté individuelle devient prosélytisme, alors elle n’est pas acceptable dans l’espace public.

Pour qu’il en soit ainsi, il faut qu’il y ait des règles claires et acceptées dans l’espace public. Ces règles, il faut se les approprier dès l’enfance.

Comme pendant très longtemps, la laïcité a été considérée comme « allant de soi », l’apprentissage de ces règles n’a pas été jugé nécessaire, et donc a été inexistant.

  • Il y a eu la charte de la laïcité en septembre 2013 dans les écoles ;
  • Et puis il y a des initiatives individuelles d’élus ou de collectivités. Permettez-moi de revenir sur celle lancée par le conseil départemental de la Haute-Garonne pour la rentrée de septembre 2016. Il s’agit d’un parcours laïque et citoyen. Ce dispositif, unique en France, permet aux 30 000 élèves de 4e et 3e du département de participer à des actions éducatives sur les valeurs de la République et de la laïcité, pendant le temps scolaire ou périscolaire. Depuis se sont joints les élèves de 6ème et 5ème. [148 actions retenues]

14Autre action concrète : la manière dont on organise l’espace. Là aussi toujours à la main du conseil départemental il y a la carte scolaire. Sur ce plan aussi, le CD31 a été innovant en affectant plusieurs élèves des territoires défavorisés dans des collèges du centre de la métropole, moyennant un peu de transport en plus. Ceci s’accompagne d’un plan ambitieux de rénovation des collèges dans les quartiers les moins favorisés. Vingt départements en France expérimentent un plan de mixité sociale au collège.

15Enfin, permettez-moi de saluer le RP Salim Daccache, professeur, Recteur de l’Université Saint Joseph de Beyrouth que vous avez invité cette année pour aborder la manière dont le Liban agrège la laïcité et la citoyenneté, sur la base d’un compromis de répartition du pouvoir entre les différentes communautés religieuses qui a permis l’émergence d’une unité nationale libanaise. Comme le dit le grand écrivain Amin Maalouf (dans Les désorientés) « Les principes sont des attaches, des amarres ; quand on les rompt, on se libère, mais à la manière d’un gros ballon rempli d’hélium, et qui monte, monte, monte, donnant l’impression de s’élever vers le ciel, alors qu’il s’élève vers le néant ». Chacun peut aisément se représenter l’envol d’un ballon d’hélium qui pour acquérir sa liberté accepte de la livrer au hasard des vents. Amin Maalouf a raison de comparer les principes aux amarres : la laïcité est l’une des amarres essentielles pour notre République.

16Pour conclure, je tiens à remercier toutes les personnes qui ont contribué à l’organisation de ce bel événement, ainsi que tous les orateurs qui se succèderont à cette tribune, et vous souhaite à toutes et tous un excellent colloque !

Auteurs

Députée de Tarn-et-Garonne

Secrétaire de la commission des finances

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search