Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Avant propos

p. 613-616


Extrait

1224. Une fois la dette publique contractée, le discours politique est univoque : les personnes publiques doivent verser aux créanciers les sommes qui leur sont dues. Cette affirmation est juridiquement correcte : la France est un Etat de droit qui doit respecter ses engagements juridiques1978 ; les contrats valablement formés ont force obligatoire. Cependant, ce raisonnement est incomplet. En effet, lorsque les administrations connaissent d’importantes difficultés financières, leurs obligations pécuniaires doivent être resituées dans l’ensemble de leurs devoirs et objectifs. Si elles ne parviennent pas à respecter tous leurs engagements, elles les hiérarchiseront, elles choisiront celles qu’elles exécuteront en premier.

1225. La décision d’accorder ou non la priorité au paiement des créanciers revient à l’Etat1979 et ce pour quatre raisons. D’abord, malgré le double mouvement d’européanisation et de décentralisation, il reste l’échelon de prise de décision démocratique1980, et

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques qui l’ont acquis dans le cadre de l’offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.