Version classiqueVersion mobile

Santé, numérique et droit-s

 | 
Isabelle Poirot-Mazères

Le numérique en santé vu par des organismes de protection sociale

La numérisation à la base des nouvelles formes d'exercice et de prise en charge

Philippe Rognié

Texte intégral

1FILIERIS est une offre en santé issue du régime de protection sociale des mineurs qui est la première forme de protection sociale en France créée sous le règne d’Henri IV en 1604. Du fait de la fermeture des mines dans les années 1980, ce réseau, composé de centres de santé, établissements sanitaires et médico-sociaux, SSIAD… a été, pour des raisons sanitaires et sociales, ouvert à l’ensemble de la population à partir de 2005. Aujourd’hui découpé en trois régions (Nord, Est, Sud), il se développe et évolue pour s’adapter aux nouveaux besoins des populations sur chaque territoire.
La nouvelle région SUD de FILIERIS regroupe les régions Occitanie, Nouvelle-Aquitaine, Auvergne Rhône-Alpes et Provence Alpes Côte d'Azur. FILIERIS y a développé 26 centres de santé polyvalents, 6 services de soins infirmiers à domicile (SSIAD), un service polyvalent d'aide et de soins à domicile (SPASAD), un EHPAD, une Résidence d’hébergement temporaire, deux établissements de soins de suite et réadaptation, sans oublier un magasin dédié à l’optique.
L’ensemble rassemble plus de 700 personnes dont 75% de soignants. L’objectif est d’aller plus loin et divers projets d’ouverture de nouveaux centres de santé dans les prochaines années sont envisagés.
Le constat est unanimement partagé, le mode d’exercice pluri professionnel et coordonné est l’avenir de la prise en charge des patients, singulièrement dans le contexte du vieillissement de la population et de la généralisation des maladies chroniques et affections de longue durée. D’ailleurs, les gouvernements successifs et désormais la Ministre de la Santé, Agnès Buzyn, se sont attachés à développer cette coopération interprofessionnelle tout en la fois en créant un encadrement juridique et institutionnel opérationnel et en encourageant la création de centres et maisons de santé pluridisciplinaires. Il suffit pour en être convaincu, de reprendre notamment les dispositions des Pactes Territoires Santé et les grands axes de la Stratégie Nationale de santé.
Si les formes peuvent en être diverses, la médecine en équipe, salariée mais intéressée à l'activité, telle que pratiquée dans certains centres en soins primaires est l’une des réponses aux aspirations du jeune corps médical et aux difficultés d’accès aux soins, sur les zones rurales ou sous-dotées. La mutualisation coordonnée des ressources médicales garantit aux patients en effet une offre élargie de soins de proximité mais aussi une continuité de la prise en charge et un meilleur suivi.
Dans ce contexte de regroupement et de mutualisation, la numérisation de la santé est aujourd’hui essentielle au développement de cette nouvelle forme de prise en charge des patients. Par les outils mis à la disposition des professionnels de santé, elle permet de fluidifier la relation médecin-patient sans la déshumaniser pour autant. Les centres de santé, qui sont voués à devenir de véritable plateformes de santé, sont ainsi de formidables terrains d’expérimentation pour amorcer cette transformation de la pratique comme de la relation médicale et de cette autre vision du patient-acteur.
Les régions du Sud sont particulièrement affectées par les tensions pesant sur le système de soins et nous sommes donc souvent implantés sur des zones souvent sous-dotées médicalement, ce qui a favorisé l’expérimentation précoce des outils numériques de nature à améliorer l’accès et l’exercice des soins. Nos médecins ont de fait très vite intégré l’idée d’une médecine connectée, mobile et interactive.
En parallèle, au-delà même des données médicales partagées et des dossiers électroniques des patients, de nouveaux besoins et demandes ont émergé, portés notamment par l’accueil d’internes en stage dans nos structures. Ces internes sont devenus, par la suite, de jeunes médecins qui ont choisi de débuter leur carrière dans des centres ou maisons de santé, notamment gérés par des organismes comme le nôtre, car ils y ont trouvé des conditions de travail favorables et des modes d’exercice facilitant leur pratique professionnelle et la gestion de leur temps : exercice collectif et coordonné, formations en ligne et certifiantes leur permettant de se spécialiser sur certains aspects (échographies, électrocardiogrammes, capacités en pédiatrie, gynécologie…).
Des partenariats avec des centres hospitaliers pour établir des diagnostics à distance ont également permis des économies de transport et de temps au bénéfice des patients et des comptes de la Sécurité sociale. Le développement de la télémédecine, tel que le permet désormais la LFSS 2018, répond à l’une des demandes les plus aiguës des patients des territoires isolés ou désertés par les professionnels de santé.
Après la réintégration de la prévention dans le soin, puis la réhabilitation du domicile comme lieu de prise en charge, l'exercice collectif, pluriprofessionnel et coordonné autour du patient semble désormais acquis. L'expertise dans ces domaines et le maillage des territoires supposent un développement rapide et multidimensionnel de la santé numérique. C'est la raison de notre soutien à vos travaux.

Auteur

Directeur régional de FILIERIS Sud

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search