Version classiqueVersion mobile

Santé, numérique et droit-s

 | 
Isabelle Poirot-Mazères

L'impact du numérique sur la relation de soins

Les technologies de l’information dans la santé. Cadre de réflexion sur leur portée et leur impact

Luc Viallard

Texte intégral

1L’accélération majeure du développement et de la diffusion des technologies de l’information, à la fois sans fil ou s’appuyant sur des infrastructures plus lourdes comme des câbles de fibre optique, a eu pour conséquence des évolutions sociétales majeures. En effet, ces nouvelles technologies et leurs usages, associés à l’émergence de nouvelles sources et techniques de stockage de l’énergie, sont le pilier majeur de la « troisième révolution industrielle », théorisée notamment par le prospectiviste Jeremy Rifkin.

2Dans la continuité des premières révolutions industrielles, à la suite de l’invention de la machine à vapeur par James Watt à la fin du XVIIIe siècle puis celle de la première centrale électrique par Thomas Edison à la fin du XIXe siècle, c’est encore un réseau qui est à la source de changements majeurs dans les sociétés humaines. Après avoir permis le transport de la matière via les premiers réseaux ferrés et le transport de l’énergie via les réseaux électriques, les réseaux de communication offrent désormais la possibilité de transporter directement l’information sous sa forme élémentaire. Pour être diffusée, celle-ci devait jusqu’alors être incluse dans la matière, sous forme de livre, de disque, de photographie… Comme ont pu l’expliciter Philippe Forget et Gilles Polycarpe dans leur ouvrage Le réseau et l’infini, la notion de « poids » d’un élément à transporter au sein d’un réseau a historiquement été le principal facteur en limitant sa circulation. Les technologies de l’information offrent donc, pour la première fois, l’opportunité de s’affranchir de ces importantes limitations grâce à la transformation de la nature même de l’information et à sa mise en réseau.

3En effet, ces technologies offrent une nouvelle représentation de nombreux éléments de notre monde, sous forme de séries de 0 et 1 (la forme binaire, élémentaire de l’information). Qu’il s’agisse de sons, d’images, d’éléments biologiques ou physiques, ces nouvelles représentations du monde gagnent continuellement en précision et en pertinence. Le traitement, par l’intermédiaire de fonctions logiques simples, permet de reproduire l’information, de la modifier ou d’en créer une nouvelle forme évoluée grâce à des outils de traitements toujours plus performants. Initialement, ce traitement consistait en la reproduction d’actions cognitives simples qu’aurait réalisé un humain par l’utilisation de programmes séquentiels ou procéduraux. Les avancées en matière d’intelligence artificielle permettent désormais d’élargir la capacité de traitement de ces informations en introduisant une possibilité d’auto-évolution à des programmes traditionnels jusqu’alors figés. Il s’agit notamment de la notion d’apprentissage (supervisé ou non) : au fur et à mesure que les algorithmes de traitement vont accéder à des informations, ils vont pouvoir en identifier certains motifs, certaines tendances qui seront d’autant plus précis que la masse d’information soumise est importante.

I – La portée de l’information, la taille du réseau

4Afin de mieux appréhender l’impact des technologies de l’information, il est important de structurer la base de la réflexion autour de deux idées clés : la notion de rôle dans la communication (émetteur, récepteur, vecteur), et celle de portée de l’information, à la fois dans l’espace au sein du réseau, mais aussi dans le temps.

5Préalablement à la diffusion massive des nouveaux vecteurs de l’information qu’ont été, par exemple les livres imprimés, la portée de l’information était fortement limitée. Il était globalement nécessaire de se trouver à portée de voix de l’émetteur d’une information afin d’être à même de la recevoir. Les autres vecteurs d’information disponibles (dessins, livres manuscrits) n’apportaient que peu d’améliorations à cette problématique de diffusion de l’information : celle-ci était fortement contrainte dans l’espace. De plus, dans ce contexte, l’information était liée à une problématique temporelle très forte : l’information s’oublie. Régler cette problématique de « mémoire collective » a d’ailleurs été l’un des défis les plus importants de l’humanité jusqu’au XVIe siècle. L’enjeu était de ne pas perdre la connaissance à disposition de la génération précédente. La non-maîtrise de cette problématique de pérennisation de la connaissance, donc de l’information, a d’ailleurs été la source de longues périodes de régression des sociétés humaines, notamment au cours du premier millénaire de notre ère. Dans ce contexte, le fait même que, dans notre société actuelle, il ait été nécessaire de créer un « droit à l’oubli » est significatif de la portée des évolutions amenée par les technologies de l’information.

6En effet celles-ci ont amené trois changements majeurs :

  • la multiplication du nombre d’émetteurs et de récepteurs de l’information notamment illustrée par l’émergence des objets connectés, autant dans les usages professionnels que dans la vie quotidienne ;
  • la portée globale et instantanée de l’information, parfaitement illustrée par l’Internet et les réseaux sociaux qui font que toute information, parfois même anecdotique, est immédiatement accessible à presque la moitié des humains où qu’ils se trouvent ;
  • la persistance des informations produites, désormais dupliquées et stockées dans le cloud, dans les systèmes de mise en cache des moteurs de recherche ou des systèmes d’archivage distribués qui rendent l’information presque impossible à effacer.

II – Impact des technologies de l’information dans différents domaines

7Ces changements ont été à l’origine d’évolutions majeures dans de nombreux domaines. L’un des exemples les plus parlants reste le domaine de l’industrie. En effet, les chaînes de production ont été l’un des premiers secteurs à connaître de profondes modifications intégrant à la fois l’arrivée d’objets communicants, « capteurs » ou « effecteurs », et une circulation plus importante de l’information aux différentes personnes de la chaîne, de l’opérateur au gestionnaire en passant par les services transverses. Cela a eu pour conséquence une véritable continuité entre l’action des systèmes informatiques ou automatiques et les personnes impliquées dans le processus de production, avec, pour résultat, d’importants gains de productivité. Cet exemple de l’industrie est particulièrement intéressant car la logique d’intégration des technologies de l’information a été poussée à son maximum. En effet, l’information transmise entre les différentes entités de la chaîne de production utilise de nombreux vecteurs qui sont à la fois différents et interopérables : les systèmes se parlent dans un langage commun. Cela permet aux différents systèmes informatiques et automatiques de transformer l’information reçue en une action adaptée dans le contexte global de la chaîne de production.

8Ces changements ont été encore plus prégnants dans d’autres secteurs comme la finance ou la logistique dans lesquels l’information constitue le cœur de l’activité. Dans ces domaines, les technologies de l’information ont permis des évolutions majeures, permettant notamment la création du concept de chaînes d’approvisionnements (suivi intégré du flux des produits jusqu’au destinataire final) ou du « juste à temps ». En matière de services financiers, l’impact est peut-être encore plus important : les technologies de l’information ont permis l’accès à un compte en banque pour plusieurs centaines de millions de personnes dans les pays émergents.

9Ces révolutions en termes d’usages ont été rendues possibles par un ensemble de nouvelles technologies positionnées sur l’intégralité de la chaîne de l’information :

  • création de l’information par l’intermédiaire de nouveaux dispositifs pouvant être autonomes (objets connectés, capteurs industriels…) ou utilisés par des personnes dans un nouveau contexte (utilisation d’applications générant de l’information dans la mobilité, par exemple) ;
  • transmission grâce à un vaste spectre de technologies, adaptées à de nombreux cadres d’utilisation différents ;
  • traitement automatisé de l’information transmise par des algorithmes complexes pouvant intégrer un nombre croissant de sources d’information ;
  • stockage des données générées dont la croissance est exponentielle (selon David Reinsel, John Gantz et John Rydning, chaque année voit une croissance de 30 % dans la production globale de données: Data Age 2025: The Evolution of Data to Life-Critical Don’t Focus on Big Data; Focus on the Data That’s Big, 2017) ;
  • diffusion de l’information présentée de façon compréhensible par le récepteur qui en a l’utilité, individu ou système « effecteur » (qui va effectuer une action à partir de l’information reçue).

III – Les technologies de l’information dans le monde de la santé

10Dans le secteur de la santé, le potentiel de changement induit par les technologies de l’information est probablement supérieur à celui évoqué dans les exemples précédents. En effet, le cœur même de la pratique médicale évolue de façon paradoxale, à la fois vers plus de technicité (ultra spécialisation, complexité accrue des procédures, approche segmentée « par organe ») et vers une approche plus globale du patient (physiopathologie) alors que de nombreuses personnes commencent à être confrontées à la problématique de la polypathologie. Ce changement majeur du cœur des métiers de santé, associé à une forte évolution de l’épidémiologie dans les pays développés, pousse vers une mutation de l’exercice médical, accélérée par le foisonnement des possibles amenés par les technologies de l’information.

11En effet, dans la médecine plus qu’ailleurs, l’information qualifiée constitue l’élément d’entrée primordial à la qualité de l’exercice. Son échange, lors du colloque singulier entre le patient et le professionnel, est limité dans le temps, autant en matière de fréquence que de durée. De plus, les tensions sur les ressources médicales, tout du moins dans certains secteurs géographiques ou pour certaines spécialités, imposent des contraintes additionnelles très fortes sur l’utilisation du temps et la disponibilité des professionnels de santé.

12Dans ce contexte, la disponibilité de nouvelles sources d’information pour les patients est un changement important. Cela leur permet de contourner les limites de disponibilité de temps d’échange avec celui qui était, traditionnellement, la seule source d’information santé pour le patient : son médecin.

13Cette tendance s’est initialement matérialisée par l’apparition de sites Internet puis de forums spécialisés permettant des échanges directs d’information entre patients. L’exemple le plus connu en la matière est Doctissimo avec, comme principale limitation, la qualité scientifique souvent inégale de l’information diffusée. Depuis, grâce à l’évolution des technologies et notamment la démocratisation des smartphones, de nombreuses applications spécifiques à la santé ont vu le jour. Initialement dédiées à la diffusion d’information comme leurs prédécesseurs, les applications se sont peu à peu spécialisées. Grâce à la proximité permanente avec le patient, elles ont permis de proposer une information de plus en plus adaptée au contexte précis du patient ainsi qu’à des besoins de santé spécifiques (rappels de prise de médicament, programmes d’activité physique…).

14L’information est devenue de plus en plus personnalisée, tout d’abord en la croisant avec les éléments disponibles directement sur le smartphone (localisation, activité de la personne par exemple), puis avec l'aide de questionnaires spécifiques permettant d’identifier les besoins particuliers du patient. Enfin l’émergence des objets connectés de santé a, par la suite, permis de compléter les questionnaires en apportant de nouvelles données. Ces nouvelles mesures, objectives, permettent de pousser encore plus la personnalisation de l’information délivrée, directement en fonction des paramètres physiologiques et environnementaux de la personne.

15Au-delà des usages des patients, ce foisonnement de nouvelles sources d’information concerne également les professionnels de santé. Ce qui est particulièrement marquant est l’ampleur du phénomène. Même si, depuis la fin des années 1980, l’avancée de la pratique médicale dans certains domaines d’expertises (radiologie, analyse médicale…) a été très fortement corrélée au développement de technologies produisant des informations au format « numérique », seul un nombre restreint de professionnels étaient réellement concernés.

16La démocratisation de l’usage de l’Internet et des smartphones a été la source d’une évolution majeure de la pratique : les échanges entre professionnels sont simplifiés et enrichis (possibilité de partage d’images notamment), l’accès à l’information scientifique et sa traduction est simplifié, l’échange avec le patient est révolutionné par la télémédecine et la e-santé… Ce dernier point est une véritable innovation de rupture : il s’agit d’une nouvelle approche des métiers de la santé. L’établissement d’un flux d’information continu entre le professionnel de santé et le patient, dont l’intensité et la fréquence dépendent du protocole clinique, offre d’importantes possibilités en matière de service médical rendu. De plus, l’évolution combinée, continue et rapide des technologies utilisées sur l’ensemble de la chaîne de l’information rend le champ des possibles difficile à explorer, à complètement appréhender. Ce phénomène est également renforcé par la disparité entre le temps de développement des technologies de l’information (rapide) et le temps de conviction et d’adoption de nouveaux outils ou protocoles au sein du monde médical (lent).

17L’ampleur de l’impact amené par les technologies de l’information dans le monde de la santé est avant tout lié au nombre de briques technologiques matures disponibles qui permettent enfin de couvrir la quasi intégralité des besoins et des usages. Dans un univers aussi morcelé que la santé qui voit de nombreux professionnels, issus de parcours, de métiers différents, et de nombreuses organisations coopérer au bénéfice d’un seul et unique patient, la capacité nouvelle à répondre à leurs exigences en matière d’usage constitue une vraie révolution. Celle-ci est clairement rendue possible par l’intégration simultanée de nouvelles briques technologiques sur l’ensemble de la chaîne de l’information.

18Par exemple, la capacité à connecter des objets permet désormais de déporter la fonction « communication » qui imposait à chaque équipement d’être doté d’une interface homme-machine (écran numérique, affichage colorimétrique…). En effet, la mesure peut désormais être réalisée de façon autonome par un objet miniaturisé puis son résultat transmis à un système de traitement qui restituera l’information au format approprié. Grâce à cela, une nouvelle génération de capteurs biomédicaux, donc de nouvelles sources d’information est en train de voir le jour, donnant accès à de nouvelles mesures, jusqu’alors irréalisables ou permettant une mesure continue ou plus simples de paramètres physiologiques déjà accessibles. Un exemple célèbre en la matière est la conception, par Verily (filiale de Google) d’une lentille connectée mesurant en continu le taux de glucose dans le liquide lacrymal.

19Un domaine également important de la chaîne d’information qui a vu les innovations se multiplier et offrir des perspectives importantes en matière d’utilisation pour la santé est l’accès au réseau. La transmission de l’information est en effet l’une des étapes primordiales qui ne comportait jusqu’alors que peu d’alternatives : les dispositifs devaient être connectés par câble à un routeur Internet ou une prise téléphonique, en WiFi ou à une connexion cellulaire (3G, 4G…) directement ou par l’intermédiaire d’un lien Bluetooth vers un smartphone. Ces technologies s’adaptaient à de nombreux cas d’usage mais comptaient cependant de très importantes limitations : besoin d’une connexion Internet au domicile, utilisation restreinte hors du domicile, synchronisation avec un smartphone.

20L’impact de ces contraintes en termes d’utilisabilité restait malgré tout un vrai frein à l’utilisation en restreignant le cadre d’usage ou en imposant des manipulations potentiellement complexes aux utilisateurs. Dans ce contexte, l’émergence des réseaux de l’« Internet des Objets » permettant une transmission autonome des mesures réalisées par les différents capteurs est une vraie avancée. Une fois la mesure réalisée, celle-ci est transmise directement par l’objet aux serveurs de traitements. Plus besoin de gérer différents scénarios de connexion au réseau, d’installer des applications sur son téléphone (est-il compatible d’ailleurs ?)… Cela permet désormais de proposer des services mieux intégrés, fonctionnant de façon équivalente en toute situation et ainsi plus simple à opérer pour les acteurs de santé. Garantir une remontée simple et efficace des différentes informations collectées est une avancée majeure et un activateur important du développement et de l’efficacité des systèmes de traitement automatisés de type « big data » ou « intelligence artificielle ».

21Enfin, le bout de la chaîne d’information, à savoir les outils de restitution de l’information aux utilisateurs, est également en train de traverser des évolutions importantes. Encore une fois, il s’agit d’une amélioration de l’acceptabilité des outils telle que définie par les travaux de Davis dans Perceived Usefulness, Perceived Ease of Use, and User Acceptation of Information Technology, 1989. En effet, l’émergence de nouvelles applications fonctionnant sans installation nécessaire d’un logiciel et amenant, au-delà d’un design de qualité, d’importants niveaux de personnalisation des interfaces a favorisé grandement l’utilisation des outils restituant les informations produites par les autres acteurs de la chaîne de soin, qu’il s’agisse du patient ou des autres professionnels. Ce nouveau contexte dans lequel l’usage de la technologie par les professionnels n’apparaît plus comme un frein offre de nouvelles perspectives de collaborations et de synergies, s’appuyant sur une circulation accrue de l’information. L’impact de ce changement est majeur :

  • pour le patient en termes de service rendu ainsi que d’implication dans sa propre prise en charge ;
  • pour les professionnels qui voient les collaborations facilitées avec leurs pairs (seconds avis par exemple) ou avec des praticiens issus d’autres disciplines ;
  • pour les organisations qui peuvent évoluer de façon plus souple et cohérente, avec notamment l’émergence de nouveaux types de structures en réseau agrégeant des compétences complémentaires parfois intégrées à une dimension territoriale.

22Ce changement soulève également une autre question, parfois occultée, qu’est le rôle des fournisseurs de ces technologies au sein du domaine de la santé. En effet, les technologies qu’ils ont créées sont à la base de l’évolution profonde de la prise en charge des patients. Il semble donc primordial de bien définir le rôle de ceux qui sont, à ce jour, principalement perçus comme des « fournisseurs d’outils ».

IV – Portée du changement et impact des technologies de l’information

23Comme nous avons pu le voir, le monde de la santé se transforme petit à petit. L’intégration des technologies de l’information s’opère en parallèle par différents vecteurs : les patients en quête de réponses à leurs problèmes de santé, les professionnels de santé, les organisations nouvelles ou anciennes et les institutions. Tous les acteurs du monde de la santé adoptent ou développent des technologies innovantes qui sont, pour l’instant, considérées comme de simples outils au service de leur pratique.

24Cependant, la plupart des « outils » qui ont été évalués à ce jour sont des technologies relativement anciennes. Par exemple, le télésuivi des patients insuffisants cardiaques est effectué par une pesée quotidienne, transmise via un réseau de télécommunication. Les informations sont généralement traitées par des algorithmes simples qui comparent les valeurs remontées à des seuils prédéfinis. Les traitements plus poussés de grands jeux de données, notamment à l’aide de l’intelligence artificielle, ont commencé à être utilisés récemment et leurs résultats sont à la fois spectaculaires et perturbants.

25Spectaculaires, car ils permettent d’associer de nombreux éléments physiologiques, génétiques, environnementaux ou beaucoup d’autres données disparates (y compris des listes d’achats en supermarché…) et d’effectuer des corrélations inaccessibles à l’esprit humain afin de diagnostiquer certains états ou de proposer un traitement optimal. Ces systèmes complexes sont notamment utilisés en oncologie, domaine dans lequel il est nécessaire de croiser de nombreux paramètres pour déterminer le traitement optimal.

26Perturbants, car l’homme n’est plus capable de comprendre pourquoi l’intelligence artificielle effectue un choix. Cela pose donc de nombreux problèmes éthiques, notamment pour la validation clinique de ce type de solution. En outre, plus les données remontées seront riches et complexes, plus cette problématique deviendra prégnante. Ainsi la vague de création de capteurs ou même de nano-capteurs biomédicaux autorisant la mesure de nouveaux biomarqueurs au plus près de processus physiologiques identifiés imposera aux soignants le besoin de s’assister d’outils algorithmiques afin de tirer la quintessence de l’information disponible. En outre la question de la qualité des données d'entrées, sur lesquelles se base l'algorithme pour prendre sa « décision », sera également un point clé à traiter.

27Chercher à cantonner ce type de technologies au rang d’outil semble être réducteur tant le changement qu’elles amènent est profond. Il s’agit littéralement d’une modification de la notion même d’espace autour des patients, de la fluidification de cet espace comme théorisé par Laurent Henninger (Espaces fluides et espaces solides : nouvelle réalité stratégique, 2012). Cette révolution est avant tout stratégique. Elle implique une réorganisation profonde de la chaîne de valeur de la santé et de l’organisation globale des soins avec notamment une possibilité unique d’entrée sur ce marché fort lucratif pour des acteurs qui en étaient jusqu’alors écartés.

28Compte tenu du développement exponentiel des possibilités amenées par la rencontre des biotechnologies, des technologies de l’information et de l’intelligence artificielle (sa capacité sera-t-elle décuplée par les ordinateurs quantiques comme annoncé ?), il est en l’état impossible d’identifier une limite, un plafond, aux possibilités des développements techniques en matière de santé. Cette réalité est sans doute effrayante pour de nombreuses personnes qui cherchent probablement à se rassurer en circonscrivant le rôle des technologies à celui d’un outil, au service d’un opérateur sachant. Il semble donc important d’embrasser le potentiel amené par les technologies afin de ne pas en laisser la réalisation à d’autres, que ce soit par désintérêt, ignorance ou déni. La révolution est en marche. Nous sommes devant une feuille blanche et c’est à chacun, citoyens, patients et professionnels de santé, de se saisir de ce sujet en toute humilité car, s’il nous est impossible d’entrevoir et d’anticiper tout ce que les technologies pourraient apporter au monde de la santé, nous nous devons d’en guider le développement.

Auteur

Président de la société Winnov

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search