Desktop versionMobile Version

La laïcité à l'œuvre et à l'épreuve

 | 
Hiam Mouannès

Deuxième partie : La laïcité à l'épreuve

La laïcité à l’épreuve de la doctrine romaine

Christine Mengès-le-Pape

Volltext

  • 1 Francis Mesnner et Pierre-Henri Prélot (sous la direction de), Traité de droit français des religi (...)
  • 2 René Rémond, L’anticléricalisme en France, de 1815 à nos jours, Paris, A. Fayard, 1976.
  • 3 Yves-Maire Hilaire, Histoire de la papauté, 2000 ans de mission et de tribulations, Paris, Talland (...)
  • 4 Ces expressions sont données par Gérard Cholvy, Yves-Maire Hilaire, Histoire religieuse de la Fran (...)
  • 5 Achille Mestre, « La loi de séparation, bilan et perspective », Études, 2005/5, tome 402, p. 609.
  • 6 Jean-Louis Bruguès, « Laïcité à la française, analyses et interrogations sur un élément central da (...)
  • 7 François Veuillot, « La séparation et les élections », L’Univers, 12 décembre 1905, non paginé.

1Avec le début du XXe siècle, les relations entre la France et le Saint-Siège se tendent fortement, jusqu’à la fracture opérée par Émile Combes devenu président du Conseil, en 19021. De la part de la République, c’est un anticléricalisme de combat qui est mis alors en œuvre2. Les Français assistent à l’expulsion des congréganistes et à la laïcisation de l’instruction. En même temps, le gouvernement engage une politique contre le Vatican. Selon la formule de Clémenceau, le concordat de 1801 se fait discordat, avec ce mot d’ordre lancé contre Rome, « Divorçons ! »3. Le 30 juillet 1904, la rupture des relations diplomatiques entre le Saint-Siège et la France conduit inévitablement à la séparation. Après avoir mis « Dieu hors de l'école », le gouvernement d’Émile Combes décide désormais de mettre « Dieu hors de l'État »4. La République n'en finit donc pas de « se séparer du religieux »5. À Auxerre, le 4 septembre 1904, Émile Combes annonce la séparation comme inéluctable. Le 3 juillet 1905, la Chambre des députés vote la loi concernant la séparation des Églises et de l'État qui est approuvée par le Sénat, le 9 décembre 1905. Les lendemains du vote seront affectés par de fortes contradictions qui montrent combien l’unité française s’est brisée. Il y a les déclarations anti-confessionnelles, et l’on entend encore les paroles d’Henri Brisson qui a été président du Conseil à la fin du XIXe siècle : « La séparation n’est plus une théorie, c’est un fait, et le monde regarde attentivement la France qui accomplit ce grand acte »6. Mais il s’agit aussi des condamnations contre le traumatisme provoqué par la nouveauté législative. Le 12 décembre 1905, seulement quelques jours après la promulgation de la loi de séparation, le journal L’Univers commente : « le vote de la loi ne met pas fin à la lutte, il en ouvre une phase nouvelle plus dure et plus terrible »7.

  • 8 Yves-Maire Hilaire, Histoire de la papauté, op. cit., p. 433 à 445 ; Audrey Virot, Les négociation (...)
  • 9 Robert Lecourt, Entre l’Église et l’État. Concorde sans concordat (1952-1957), Paris, Hachette, 19 (...)
  • 10 Déclaration de Mgr. Dominique Mamberti, secrétaire pour les rapports avec les États, au débat géné (...)
  • 11 Discours du pape Benoît XVI aux participants au congrès national d'études de l'union des juristes (...)
  • 12 Pierre Debergé, Enquête sur le pouvoir : approche biblique et théologique, Paris, Nouvelle Cité, 1 (...)
  • 13 Discours du pape Benoît XVI, à l’occasion de sa visite pastorale à l'archidiocèse de Milan et de l (...)
  • 14 Discours du pape Benoît XVI, lors de l’audience générale du 20 février 2008, Cité du Vatican, Libr (...)
  • 15 Ibid., p. 3.

2Dans ce mouvement de désapprobation qui se renforce, les nombreuses lettres et les discours donnés par le Saint-Siège renseignent beaucoup. Au cours du XXe siècle, leur écriture très dense va évoluer de la réprobation vers un apaisement de puissante envergure, marqué par de très nombreux efforts qui voient l’établissement de relations nouvelles8. Les Républicains, qu'ils soient anticléricaux ou non, ont fini par mesurer les embarras et l’impossibilité d’une telle fracture. Surtout, avec l’épreuve de la Première Guerre mondiale, le Siège apostolique redevient progressivement le grand lieu de l’action diplomatique que la France ne peut plus éviter, sauf à se priver de l’élan d’après-guerre et se mettre à l’écart, en raison de sa conception initiale de la laïcité qui, en Occident, reste isolée. À partir de 1921, les relations entre la France victorieuse et le Saint-Siège s’améliorent donc, mais sans lien concordataire. Robert Lecourt, qui a été plusieurs fois ministre, parlera plus tard d’une concorde sans concordat9. Dès lors et à travers une forte diversité d’écrits, se poursuit à Rome une réflexion sur le principe de laïcité pour tenter d’en saisir la définition. Ces documents ne s’adressent pas seulement à la France, mais à tous les États avec lesquels le Saint-Siège entretient des relations. Y sont livrées des mises en garde contre l’incertitude des termes liée aux crises du relativisme. Dans une note doctrinale de novembre 2002, la congrégation pour la doctrine de la foi demandera une clarification, et pas seulement d’ordre terminologique, surtout pour éviter « une conception biaisée », selon l’expression du cardinal Dominique Mamberti, alors secrétaire pour les rapports avec les États10. C’est le discours de Benoît XVI, au Congrès La laïcité et les laïcités, organisé par l’union des juristes catholiques italiens : « il n'existe pas une seule, mais plusieurs laïcités, ou mieux, il existe de multiples façons de comprendre et de vivre la laïcité, des façons parfois opposées et même contradictoires entre elles »11. Toutefois, cette recherche d’une définition de la part du Saint-Siège n’est pas nouvelle, elle s’insère dans une doctrine ancienne sur les relations entre l’Église et l’État qui trouve son origine dans le verset évangélique du « Rendez à César ce qui est à César »12 et qui se nourrit de la pensée des Pères de l’Église. Par le discours de 2012 aux autorités de Milan, Benoit XVI rappelle les Epistolae de saint Ambroise13 ; surtout il invite à relire la Cité de Dieu d’Augustin d’Hippone14. Au moment de l’audience générale du 20 février 2008, est en effet retracé l’apport imposant des textes augustiniens pour le développement de la pensée politique occidentale. Et le pape de remarquer : « Augustin répond par cette œuvre grandiose, en clarifiant ce que nous devons attendre ou pas de Dieu, quelle est la relation entre le domaine politique et le domaine de la foi et de l'Église ; aujourd'hui, ajoute-t-il, le De civitate Dei est une source pour bien définir la véritable laïcité et la compétence de l'Église »15. Au milieu des crises toujours parcourues par une volonté de dialogue, les lettres et les discours des papes proposent donc une doctrine pour dire d’abord quelles sont les déformations de la notion de laïcité (I), puis quel en est le principe selon le dépôt judéo-chrétien (II).

3Regardons dans un premier temps :

I – Les altérations du principe

  • 16 Encyclique du pape Pie X au peuple français, Vehementer nos, 11 février 1906, « SS. D. N. Pii div. (...)
  • 17 Encyclique Sapientiae christianae du pape Léon XIII, « Litterae Encyclicae Sanctissimi D. N. Leoni (...)
  • 18 Encyclique du pape Pie X au peuple français, Vehementer nos, 11 février 1906, Acta sanctae sedis, (...)
  • 19 Encyclique du pape Pie X Gravissimo Officii munere du 10 août 1906, « SS. D. N. Pii Div. Prov. PP. (...)
  • 20 Encyclique « Une fois encore » du 6 janvier 1907, « SS. D. N. Pii PP. X ad Episcopatum, clerum et (...)
  • 21 Ecclesia in Europa, exhortation apostolique post-synodale du pape Jean-Paul II, 28 juin 2003, Cité (...)
  • 22 Message du pape Benoît XVI pour la célébration de la journée mondiale de la Paix, du 1er janvier 2 (...)
  • 23 Discours du pape Benoît XVI aux Évêques de la Conférence épiscopale de France en visite « Ad limin (...)
  • 24 Ibid.
  • 25 Discours du pape Benoît XVI aux participants au congrès national d'études de l'union des juristes (...)
  • 26 Discours du pape François aux parlementaires français, au Vatican, 15 juin 2013, Cité du Vatican, (...)

4Par Rome, sont désignées deux possibles déviations, d’abord celle d’une séparation radicale, ensuite celle de la sacralisation étatique. Dès le vote de la loi de 1905, les documents du Saint-Siège contiennent la fermeté des condamnations contre la dissociation totale, autrement dit l’enfermement des religions dans la sphère privée des consciences. Ce sont les termes de l’encyclique Vehementer nos, donnée par Pie X, le 11 février 190616. On y regrette la rupture unilatérale, sans dénonciation diplomatique. Dans la reprise de l’encyclique Sapientiae christianae de Léon XIII17, Pie X contredit le principe d’une séparation stricte : « Qu'il faille séparer l'État de l'Église, c'est une thèse absolument fausse, très gravement injurieuse pour Dieu, une très pernicieuse erreur qui est basée, en effet, sur ce principe que l'État ne doit reconnaître aucun culte religieux »18. Ce refus d’une fracture radicale entre l’État et l’Église est répété dans l’encyclique Gravissimo Officii munere du 10 août 1906, « pour défendre et conserver la religion en France »19. L’opposition est renouvelée dans l'encyclique « Une fois encore », du 6 janvier 1907, qui représente la troisième lettre adressée par Pie X aux catholiques français, avec des arguments identiques prononcés contre le déracinement de la foi chrétienne20. Presque cent ans plus tard, on retrouve cette protestation dans l’exhortation apostolique Ecclesia in Europa donnée par Jean-Paul II, en juin 2003, contre « un type de laïcisme idéologique ou de séparation hostile entre les institutions civiles et les confessions religieuses »21. On peut entendre une pareille affirmation dans le message pour la journée mondiale de la Paix, du 1er janvier 2011 : « La détermination avec laquelle sont condamnées toutes les formes de fanatisme et de fondamentalisme religieux, doit animer aussi l’opposition à toutes les formes d’hostilité à l’égard de la religion, qui limitent le rôle public des croyants »22. Plusieurs fois, sont d’ailleurs employés les termes « d’hostilité » et « d’exclusion » du religieux pour dénoncer les dérives vers l’irrespect. Contre ce rejet qui parfois moque la part spirituelle, il y a le discours de Benoît XVI, prononcé en novembre 201223. Y est exprimé le défi « de vivre dans une société qui parfois cherche à ridiculiser ou à marginaliser l’Église en désirant la confiner dans l’unique sphère privée »24. Surtout, on y relit le refus d’une fracture radicale entre le politique et le religieux. Benoît XVI écrit, au moment du Congrès des juristes catholiques italiens, contre une laïcité qui s'exprimerait dans « la séparation totale entre l'État et l'Église, cette dernière n'ayant aucun titre pour intervenir sur des thèmes relatifs à la vie ; la laïcité comprendrait même l'exclusion des symboles religieux des lieux publics »25. Le pape François s’inscrit dans cette lignée. Lors de son discours aux parlementaires français, du 15 juin 2013, il se prononce « contre une hostilité à la réalité religieuse, ou une exclusion des religions du champ social et des débats qui l’animent »26.

  • 27 Message du pape Jean-Paul II aux participants au Congrès européen d'étude sur le thème : Vers une (...)
  • 28 Discours du Cardinal Tarcisio Bertone, au Congrès de la Fondation Ambrosienne Paul VI, organisé pa (...)
  • 29 Jean-Paul II, Mémoire et Identité, Paris, Flammarion, 2005, p. 16 à 25 ; Rémy Kurowsky, Nation élu (...)
  • 30 Jerzy Kloczowski, « Les évêques polonais et le concile Vatican II », Le deuxième concile du Vatica (...)
  • 31 Discours du pape Benoît XVI, à l’occasion de sa visite pastorale à l’archidiocèse de Milan et de (...)
  • 32 Ibid., p. 2.

5Par cette réflexion, le Saint-Siège montre le danger d’une séparation-exclusion, car elle entraîne une marginalisation discriminatoire des religions, et dirige à la fois vers l’anonymat des individus et la diffusion d’une sorte de nihilisme anthropologique. Est reprochée une conception absolutiste de l’ordre temporel qui couvre tous les liens sociaux et confisque la sphère publique, en particulier l’espace plus étroitement académique. En juin 2002, par le message adressé au colloque Vers une constitution européenne, sont indiqués les effets d’une telle négation du spirituel, ceux que l'histoire du continent européen a douloureusement démontrés, situés entre les idéologies nazie et marxiste27. Le Saint-Siège continuera à parler de ces dérives où l’on perçoit –même en démocratie– les pulsions totalitaires dont parlait Tocqueville et que cite le cardinal Bertone28. À relire Mémoire et Identité de Jean-Paul II, il est clair que dans le cadre d’une séparation offensive, imposée par les totalitarismes du XXe siècle, le monde appartient uniquement à l’État. L’Église est donc enserrée dans un domaine privé qui, pour ainsi dire, est au-delà des frontières du monde. Sur cette mise à distance de l’Église, Jean-Paul II a livré une théologie très proche de celle du cardinal Stefan Wyszyński29. En septembre 1965, lors du Concile Vatican II, le primat de Pologne s’était prononcé, contre les pratiques du Diamat, c’est-à-dire du matérialisme dialectique qui par l’athéisation politique institue une religion renversée au service de l’État30. Tout au long du XXe siècle, le Siège apostolique redira son inquiétude lorsque l’État se fait totum et qu’il englobe les religions, dans un jus circa sacra. En 2012, dans son discours de Milan, Benoît XVI contredira cette divinisation du pouvoir qui ramène l’air cosmique du Bas-Empire, « on a beaucoup fait, dit-il, pour la sacralité politique »31, avec un État fondé sur une religion parfois dite civile ou de style syncrétique, autour d’un souverain auréolé d’un prestige religieux. Est ici reprise la tradition biblique, selon laquelle aucun pouvoir de l’homme ne peut être considéré comme divin, donc aucun homme n’est maître d’un autre homme. Benoît XVI d’expliquer qu’Ambroise de Milan rappela courageusement à l’empereur qu’il ne pouvait être dominus mundi, il lui écrivit : « Toi aussi, ô auguste empereur, tu es un homme » (Epistula 51, 11)32. Avec ce souvenir, est en outre restreinte la théorie du pouvoir absolu de la loi, qui -selon le Conseil Pontifical pour les laïcs- a souvent substitué le légal au moral, pour abaisser l’influence des religions. Or la loi civile ne dit pas ce qui est moral. Selon Rome, elle doit seulement organiser la vie de la cité, à savoir l’État civique, et ce terme est rendu synonyme du mot laïcité. Ici l’on s’approche de :

II — La doctrine romaine sur la laïcité

6À travers la vision de la cité, et donc de l’État civique, le Siège apostolique pose deux critères qui sont la conséquence l’un de l’autre pour dire la laïcité. Vient ainsi l’autonomie des sphères qui débouche sur l’urgence d’un dialogue, et vice-versa.

  • 33 Antonios Naguib, patriarche d’Alexandrie des Coptes, rapporteur général à l’Assemblée spéciale pou (...)
  • 34 Ibid.
  • 35 Lettre encyclique Deus Caritas est du pape Benoît XVI, 25 décembre 2005, Cité du Vatican, Libreria (...)
  • 36 Homélie du pape Benoît XVI, messe pour la nouvelle évangélisation, Basilique Vaticane, 16 octobre (...)
  • 37 Ibid., Saint Augustin, Œuvres complètes, édité par Jean-Baptiste Raulx, Bar-le-Duc, Louis Guérin, (...)
  • 38 Discours du pape Benoît XVI, lors de l’audience générale du 20 février 2008, « La leçon de saint A (...)
  • 39 Discours du pape Benoît XVI, lors de l’audience générale du 16 décembre 2009, « Jean de Salisbury  (...)
  • 40 Lettre du pape Jean-Paul II aux évêques de France, 11 février 2005, Cité du Vatican, Libreria edit (...)
  • 41 Discours du pape Benoît XVI, 12 septembre 2008, lors de la cérémonie de bienvenue, Paris, palais d (...)
  • 42 Lettre du pape Jean-Paul II aux évêques de France, 11 février 2005, Cité du Vatican, Libreria edit (...)

7Pourquoi ces termes d’État civique sont-ils utilisés ? Parce que dans de nombreux pays du Moyen-Orient, les termes de séparation et de laïcité sont mal compris, suspects d’athéisme ou du moins de laïcisme. D’après le synode des Évêques du Moyen-Orient d’octobre 2010, le terme d’État civique doit être préféré, car il favorise la distinction entre l’ordre civil et l’ordre religieux, sans domination de l’un sur l’autre, et dans le respect de l’autonomie de chacun. Antonios Naguib, patriarche d’Alexandrie des coptes catholiques, expose : « La religion ne doit pas être politisée, ni l’État se prévaloir de la religion »33. Il s’agit donc d’une expression rendue équivalente à celle de saine collaboration entre Église et État. Là se trouve le principe de la distinction du politique qui ne doit assumer aucune position confessionnelle et du religieux qui doit veiller au respect de la liberté religieuse34. Au-delà de la distinction, la lettre encyclique Deus Caritas est montre la dimension historique de ce principe de répartition, et alimente ainsi la pensée sur les racines chrétiennes de la laïcité que pratique l’Europe. Voici les termes de l’encyclique : « La distinction entre ce qui est à César et ce qui est à Dieu (cf. Mt 22, 21), à savoir la distinction entre État et Église ou, comme le dit le Concile Vatican II, l’autonomie des réalités terrestres, appartient à la structure fondamentale du christianisme. Les deux sphères sont distinctes, mais toujours en relation de réciprocité »35. À l’audience générale du 17 septembre 2008, pour éclairer la part de César et la part de Dieu, Benoît XVI reproduit le vingt-quatrième sermon d’Augustin Hippone sur l’Évangile de Luc, « Il y avait un homme riche »36. On y voit rapporté que : « sur les monnaies romaines était imprimée l'effigie de César et c'est pourquoi celles-ci devaient lui être restituées, mais dans le cœur de l'homme il y a l'empreinte du Créateur »37. C’est seulement dans cette tradition de distribution que le Siège apostolique qualifie la laïcité « d’authentique », « de véritable et de saine »38, lorsqu’elle respecte ce double mouvement et que l’État n’impose pas de religion, mais en garantit la liberté. Contre le mélange ou la rupture entre les deux domaines, Benoît XVI recommande la lecture du Policraticus de Jean de Salisbury, qui établit clairement les fonctions respectives39. Par conséquent, ni hier ni aujourd’hui, la distinction n’a voulu dire l’ignorance. Le Saint-Siège reconnaît particulièrement ici les évolutions françaises les plus récentes vers la réciprocité. La lettre de Jean-Paul II aux évêques de France, du 11 février 2005, note ces changements qui ont permis à l’Église de France de remplir sa mission propre, dans le respect des compétences de chacun40. Au moment de sa réception à l’Elysée, le 12 septembre 2008, Benoit XVI montre combien la méfiance du passé s'est transformée peu à peu en un dialogue serein et positif, qui se consolide toujours plus41. On entrevoit dès lors la finalité du temporel et du religieux, et de leurs relations à consolider. À la lumière de la constitution pastorale Gaudium et spes, il est possible d’en saisir l’objectif : « que tous travaillent dans l’intérêt général et pour le bien commun, que la communauté politique et l’Église recherchent davantage entre elles une saine coopération »42.

  • 43 Ibid., p. 5.
  • 44 Paul Corset, Jürgen Habermas et Joseph Ratzinger, Raison et religion, la dialectique de la sécular (...)
  • 45 Jürgen Habermas, Joseph Ratzinger, « Les fondements prépolitiques de l’État prédémocratique », Esp (...)
  • 46 Conférence du cardinal Tarcisio Bertone, à l’université de La Havane, 25 février 2008 ; Jean-Marc (...)
  • 47 Barthélemy Adoukonou, Evangélisation, Inculturation et Interculturalité, conférence pour le Consei (...)

8C’est cette voie du dialogue et de la coopération que Rome ne cesse de réclamer entre les institutions civiles et religieuses, puis entre les différentes confessions. Le Siège apostolique assortit ces échanges d’épithètes ; ils doivent être sereins, bienveillants, constructifs, placés sous le signe de la fraternité43. À l’occasion de la journée mondiale de la Paix de 2011, Benoît XVI précise les enjeux de ces rencontres, elles doivent diriger vers un dialogue sincère entre les institutions civiles et religieuses, pour l’harmonie de la société et le développement intégral de la personne humaine contre l’individualisme. C’était auparavant le contenu de la rencontre entre Jürgen Habermas et Joseph Ratzinger, en janvier 2004, à l’Académie Catholique de Bavière44. La discussion a défendu la nécessité de la contribution des confessions religieuses au débat public, en tant qu'élément d'intégration sociale, mais également comme source de savoir et de connaissance. En Europe, cette rencontre essentielle a sûrement permis de renouveler des débats, souvent repliés de façon trop exclusive autour du principe de laïcité, pour les ouvrir à une réciprocité entre le politique et le religieux, avec « cette vision de la religion comme l’autre du politique, tout comme la foi est l’autre de la raison »45. Au moment de la conversation Habermas-Ratzinger, c’est-à-dire entre celui qui a promu l’éthique de la discussion et celui qui est devenu Benoît XVI, une proposition est faite aux sociétés sécularisées, d’entrer dans une culture du relationnel, surtout d’écouter davantage les messages des religions46. Aujourd’hui, contre le fanatisme qui est une déviation idéologique et politisée, la France s’est largement engagée dans une connaissance de sympathie, selon les expressions de Barthélemy Adoukonou, secrétaire du Conseil pontifical pour la culture47. C’est ici prendre conscience de l’urgence d’aller vers une réciprocité de dialogue entre le politique et le religieux, pour le maintien de la paix.

Anmerkungen

1 Francis Mesnner et Pierre-Henri Prélot (sous la direction de), Traité de droit français des religions, Paris, Litec, 2003 ; Laïcité et liberté religieuse. Recueil de textes et de jurisprudence, Paris, Les éditions des journaux officiels, 2011 ; La laïcité, archives de philosophie du droit, Paris, éd Dalloz, mars 2005, t. 48 ; Le pluralisme, archives de philosophie du droit, Paris, éd Dalloz, mars 2006, t. 49 ; Philippe Chiappini, Le droit et le sacré, Paris, éd. Dalloz, 2006 ; Claude Durand-Prinborgne, La laïcité, éd. Dalloz, 2004 ; Dominique Laszlo-Fenouillet, La conscience, Paris, LGDJ, 1993 ; Convictions philosophiques et religieuses et droits positifs, colloque national de Moncton, Bruxelles, éd. Bruylant, 2010.

2 René Rémond, L’anticléricalisme en France, de 1815 à nos jours, Paris, A. Fayard, 1976.

3 Yves-Maire Hilaire, Histoire de la papauté, 2000 ans de mission et de tribulations, Paris, Tallandier, 2003, p. 433 ; Mathilde Guilbaud, « La loi de séparation ou l’impossible rupture », Revue d'histoire du XIXe siècle : 1848. Révolutions et mutations au XIXe siècle, 2004, n° 28, p. 163.

4 Ces expressions sont données par Gérard Cholvy, Yves-Maire Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine, Toulouse, Privat, 2000, tome II : 1880-1914, p. 172.

5 Achille Mestre, « La loi de séparation, bilan et perspective », Études, 2005/5, tome 402, p. 609.

6 Jean-Louis Bruguès, « Laïcité à la française, analyses et interrogations sur un élément central dans la vie du pays », Osservatore romano, 26 décembre 2012, p. 6.

7 François Veuillot, « La séparation et les élections », L’Univers, 12 décembre 1905, non paginé.

8 Yves-Maire Hilaire, Histoire de la papauté, op. cit., p. 433 à 445 ; Audrey Virot, Les négociations diplomatiques entre la France et le Saint-Siège, 1870-1939, thèse dactylographiée sous la direction de Brigitte Basdevant-Gaudemet et de François Jankowiak, Université de Paris 11, 2003, introduction.

9 Robert Lecourt, Entre l’Église et l’État. Concorde sans concordat (1952-1957), Paris, Hachette, 1978 ; Yves-Maire Hilaire, Histoire de la papauté, op. cit., p. 444.

10 Déclaration de Mgr. Dominique Mamberti, secrétaire pour les rapports avec les États, au débat général de la 67e session de l'assemblée générale des Nations Unies, Rome, 1er octobre 2012. www.vatican.va/roman_curia/secretariat_state/2012/documents/rc-seg-st_20121001_new-york_fr.html - 26k - 2012-10-01

11 Discours du pape Benoît XVI aux participants au congrès national d'études de l'union des juristes catholiques italiens, 9 décembre 2006, Cité du Vatican, Libreria editrice vaticana, 2006, p. 1.

12 Pierre Debergé, Enquête sur le pouvoir : approche biblique et théologique, Paris, Nouvelle Cité, 1997.

13 Discours du pape Benoît XVI, à l’occasion de sa visite pastorale à l'archidiocèse de Milan et de la VIIe rencontre mondiale des familles, 1-3 juin 2012, rencontre avec les autorités, salle du Trône de l'archevêché de Milan, 2 juin 2012, Cité du Vatican, Libreria editrice vaticana, 2012, p. 2.

14 Discours du pape Benoît XVI, lors de l’audience générale du 20 février 2008, Cité du Vatican, Libreria editrice vaticana, 2008.

15 Ibid., p. 3.

16 Encyclique du pape Pie X au peuple français, Vehementer nos, 11 février 1906, « SS. D. N. Pii div. prov. PP. X ad Archiepiscopos, Episcopos universumque clerum et populum Galliae », Acta sanctae sedis, Ephemerides romanae, a Ssmo D. N. Pio PP. X, Authenticae et Officiales Apostolicae Sedis Actis Publice Evulgandis Declaratae, Rome, Directio et Administratio, 1906, vol. XXXIX, p. 3 à 15.

17 Encyclique Sapientiae christianae du pape Léon XIII, « Litterae Encyclicae Sanctissimi D. N. Leonis Papae XIII de praecipuis civium christianorum officiis », Acta sanctae sedis, II Compendium Opportune Redacta Et Illustrata, Rome, ex Typographi A Polyglott, 1889-1890, vol. XXII, p. 385 à 404. 

18 Encyclique du pape Pie X au peuple français, Vehementer nos, 11 février 1906, Acta sanctae sedis, op. cit., 1906, vol. XXXIX, p. 5.

19 Encyclique du pape Pie X Gravissimo Officii munere du 10 août 1906, « SS. D. N. Pii Div. Prov. PP. X ad Archiepiscopos et Episcopos Galliae, ubi, consociationibus cultualibus ex lege Gallica constituendis improbatis, iidem incitantur disponendo instruendoque religioso cultui », Acta sanctae sedis, op. cit., vol. XXXIX, p. 385.

20 Encyclique « Une fois encore » du 6 janvier 1907, « SS. D. N. Pii PP. X ad Episcopatum, clerum et populum Galliae, de Gallica persecutione », Acta sanctae sedis, Ephemerides romanae, a Ssmo D. N. Pio PP. X, Authenticae et Officiales Apostolicae Sedis Actis Publice Evulgandis Declaratae, Rome, Directio et Administratio, 1907, vol. XL, p. 4.

21 Ecclesia in Europa, exhortation apostolique post-synodale du pape Jean-Paul II, 28 juin 2003, Cité du Vatican, Libreria editrice vaticana, 2003, p. 53.

22 Message du pape Benoît XVI pour la célébration de la journée mondiale de la Paix, du 1er janvier 2011, Cité du Vatican, Libreria editrice vaticana, 2011, p. 4.

23 Discours du pape Benoît XVI aux Évêques de la Conférence épiscopale de France en visite « Ad limina apostolorum », le 17 novembre 2012, Cité du Vatican, Libreria editrice vaticana, 2012, p. 3.

24 Ibid.

25 Discours du pape Benoît XVI aux participants au congrès national d'études de l'union des juristes catholiques italiens, 9 décembre 2006, Cité du Vatican, Libreria editrice vaticana, 2006, p. 2.

26 Discours du pape François aux parlementaires français, au Vatican, 15 juin 2013, Cité du Vatican, Libreria editrice vaticana, 2013, p. 1.

27 Message du pape Jean-Paul II aux participants au Congrès européen d'étude sur le thème : Vers une constitution européenne ?, 20 juin 2002, Cité du Vatican, Libreria editrice vaticana, 2002, p. 2.

28 Discours du Cardinal Tarcisio Bertone, au Congrès de la Fondation Ambrosienne Paul VI, organisé par l’Institut Supérieur d’Études de la Fondation Ambrosienne Paul VI sur le thème de La liberté religieuse, pierre milliaire de la nouvelle Europe, Centre des congrès de la Villa Cagnola, Gazzada-Varese, 19 octobre 2007,

www.vatican.va/roman_curia/secretariat_state/card-bertone/2007/documents/rc_seg-st_20071019_fond-paolo-vi_fr.html.

29 Jean-Paul II, Mémoire et Identité, Paris, Flammarion, 2005, p. 16 à 25 ; Rémy Kurowsky, Nation élue et théologie de l’histoire dans les lettres pastorales de Mgr Wyszyński (1901-1981), doctorat d’histoire, Paris, université Paris-Sorbonne, 1992.

30 Jerzy Kloczowski, « Les évêques polonais et le concile Vatican II », Le deuxième concile du Vatican, 1959-1965, actes du colloque organisé par l'École française de Rome en collaboration avec l'université de Lille III, l'istituto per le scienze religiose de Bologne et le dipartimento di studi storici del Medioevo e dell'età contemporanea de l'università di Roma-La Sapienza, Rome, 28-30 mai 1986, Publications de l'École française de Rome, 1989, vol. 113, n° 1, p. 165 à 177.

31 Discours du pape Benoît XVI, à l’occasion de sa visite pastorale à l’archidiocèse de Milan et de la VIIe rencontre mondiale des familles, 1-3 juin 2012, rencontre avec les autorités, salle du Trône de l'archevêché de Milan, 2 juin.

32 Ibid., p. 2.

33 Antonios Naguib, patriarche d’Alexandrie des Coptes, rapporteur général à l’Assemblée spéciale pour le Moyen-Orient du synode des Évêques, 10-24 octobre 2010,

www.vatican.va/news_services/press/sinodo/documents/bollettino_25_xiii-ordinaria-2012/03_francese/b18_03.html.

34 Ibid.

35 Lettre encyclique Deus Caritas est du pape Benoît XVI, 25 décembre 2005, Cité du Vatican, Libreria editrice vaticana, 2006, p. 19.

36 Homélie du pape Benoît XVI, messe pour la nouvelle évangélisation, Basilique Vaticane, 16 octobre 2011, Cité du Vatican, Libreria editrice vaticana, 2011, p. 3.

37 Ibid., Saint Augustin, Œuvres complètes, édité par Jean-Baptiste Raulx, Bar-le-Duc, Louis Guérin, 1872, tome 11, p. 468.

38 Discours du pape Benoît XVI, lors de l’audience générale du 20 février 2008, « La leçon de saint Augustin sur la véritable laïcité », Cité du Vatican, Libreria editrice vaticana, 2008, p. 3.

39 Discours du pape Benoît XVI, lors de l’audience générale du 16 décembre 2009, « Jean de Salisbury », Cité du Vatican, Libreria editrice vaticana, 2009, p. 3.

40 Lettre du pape Jean-Paul II aux évêques de France, 11 février 2005, Cité du Vatican, Libreria editrice vaticana, 2009, p. 1: « Cependant, dès 1920, on sait gré au Gouvernement français lui-même d’avoir reconnu d’une certaine manière la place du fait religieux dans la vie sociale, la démarche religieuse personnelle et sociale, et la constitution hiérarchique de l’Église, qui est constitutive de son unité. Le centième anniversaire de cette loi peut être aujourd’hui l’occasion de réfléchir sur l’histoire religieuse en France au cours du siècle écoulé, considérant les efforts réalisés par les différentes parties en présence pour maintenir le dialogue, efforts couronnés par le rétablissement des relations diplomatiques et par l’entente scellée en 1924, souscrite par le Gouvernement de la République, puis décrite dans l’encyclique de mon Prédécesseur le Pape Pie XI, en date du 18 janvier de cette année-là, Maximam gravissimamque. Dès 1921, après des années difficiles, sur l’initiative du Gouvernement français, étaient déjà engagées de nouvelles relations entre la République française et le Siège apostolique, qui ouvraient la voie à un cadre de négociation et de coopération ».

41 Discours du pape Benoît XVI, 12 septembre 2008, lors de la cérémonie de bienvenue, Paris, palais de l’Élysée, Cité du Vatican, Libreria editrice vaticana, 2009, p. 2.

42 Lettre du pape Jean-Paul II aux évêques de France, 11 février 2005, Cité du Vatican, Libreria editrice vaticana, 2009, p. 2.

43 Ibid., p. 5.

44 Paul Corset, Jürgen Habermas et Joseph Ratzinger, Raison et religion, la dialectique de la sécularisation, Paris, éd. Salvador, 2010.

45 Jürgen Habermas, Joseph Ratzinger, « Les fondements prépolitiques de l’État prédémocratique », Esprit, n° 306, juillet 2004, p. 6.

46 Conférence du cardinal Tarcisio Bertone, à l’université de La Havane, 25 février 2008 ; Jean-Marc Latouche, « De la religion dans l’espace public. Vers une société post-séculière », Éthique publique, vol. 8, n° 1/2006.

47 Barthélemy Adoukonou, Evangélisation, Inculturation et Interculturalité, conférence pour le Conseil Pontifical de la Culture, Cité du Vatican, Libreria editrice vaticana, 2012, p. 12.

Autor

Professeur des Universités, Université Toulouse Capitole, CTHDIP

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2017

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search