Version classiqueVersion mobile

L'accès aux soins

 | 
Isabelle Poirot-Mazères

Deuxième partie. Le droit d'accéder aux soins. Traductions singulières

Mal être et souffrance psychique : un défi pour le système de santé ?

Alain Grand

Texte intégral

1Dans un contexte socio-économique qui se durcit, on peut observer l’apparition d’un “effet ciseau” vis-à-vis de la santé.

2La dette sociale et le déficit de la sécurité sociale se creusent de manière abyssale (30,6 milliards d’euros de déficit prévu pour l’exercice 2010) ce qui affecte notamment les hôpitaux publics, et tout particulièrement les Centres Hospitaliers Régionaux. Dans ce contexte, l’objectif général de notre système de santé est d’adapter l’offre aux besoins. Or, avec le vieillissement démographique, les besoins croissent déjà beaucoup plus vite que les ressources.

3A cela se surajoutent des exigences sociétales sous tendues par l’utopie de la santé parfaite. Ces exigences (sur-exigences ?) sont multiformes. Elles se traduisent tout d’abord par la tyrannie du risque zéro qui se manifeste notamment dans la lutte contre les infections nosocomiales dont on demande l’éradication. Elles se traduisent également par l’impératif d’une qualité totale des soins. Ce qui correspond concrètement, pour le système de santé et les professionnels, au passage progressif, sous haute surveillance sociétale, d’une obligation de moyens à une obligation de résultats. Enfin, les principes de non discrimination et d’égalité d’accès et de traitement tendent à s’imposer dans le système de soins ; ce qui génère des tensions entre sécurité et égalité d’accès aux soins d’une part, entre progrès et égalité de prise en charge d’autre part. Ce phénomène a pour conséquence une augmentation considérable de la demande, sans que cette dernière soit nécessairement sous-tendue par des besoins réels. La santé mentale en est une illustration. Les Français consomment, en moyenne, plus de psychotropes que les autres citoyens européens. On peut s’interroger sur l’origine d’une telle sur-consommation qui pourrait traduire un recours excessif au système de soins pour prendre en charge le mal-être des Français. Cette médicalisation du mal être doit être interrogée et la CRS de Midi-Pyrénées a inscrit comme une de ses cinq priorités : “La lutte contre la médicalisation systématique du mal être et le bon usage des psychotropes”.

4Cela nous amène à nous poser trois grandes questions.

1ÈRE QUESTION : “QU’EST-CE QUI EXPLIQUE LA CROISSANCE ACTUELLE DES DIVERSES FORMES D’EXPRESSION DU MAL ÊTRE ?”

5Le premier constat qui s’impose est celui de l’augmentation de l’expression de la souffrance des Français qui trouve son origine tant dans le travail que dans les relations avec la famille ou les pairs. Cette souffrance étant de plus en plus reconnue, on assiste à une véritable des-inhibition de son expression.

A – L’augmentation du mal être

  • 1 P. BRUCKNER, L’euphorie perpétuelle : essai sur le devoir de bonheur, Grasset.

6Comme le montre Pascal Bruckner, à la question “Comment vivre selon Dieu ?”, s’est peu à peu substituée la question : “Comment vivre tout court ? »1

  • 2 A. SCHIAVONE, L’histoire brisée, BELIN p. 233.

7Avec l’avènement de la modernité, qui peut à la fois s’entendre comme la “productivité infinie du travail et de l’intelligence humaine”, mais aussi comme “la croissance illimité des besoins, des désirs et des individualités2, les religions, les idéologies et les cadres éducatifs et moraux ont perdu de leur importance, laissant ainsi l’individu désemparé. Un certain nombre d’ouvrages rédigés par Pascal Bruckner sont ainsi consacrés à cette forme de dépression collective qu’on appelle l’acédie et dont semblent frappés les Français :

  • “La mélancolie démocratique”
  • “Misère de la prospérité”
  • “La tyrannie de la pénitence”

8Les Français expriment par ailleurs une perte de confiance considérable en autrui. En effet, alors que seulement 21 % d’entre eux déclarent faire confiance aux autres, ce taux s’élève à 40 % pour les Anglo-saxons, 50 % pour les Chinois, et jusqu’à 60 % pour les Scandinaves.

9Cette méfiance envers l’autre se retrouve également vis-à-vis des institutions. Elle concerne déjà le parlement, la justice, les syndicats et annonce une “société de défiance” qui ne manquera pas de toucher le système de santé.

B – La reconnaissance croissante de la souffrance

10Dans les sociétés où la Religion tient une place importante, la souffrance est souvent considérée comme rédemptrice. Elle serait un moyen d’expier un péché, de gagner le pardon.

11A l’inverse, la société actuelle se caractérise par une intolérance croissante à la souffrance. La souffrance dans toutes ses formes doit être éradiquée.

12Parfois, la réduction de la souffrance mentale ou de la douleur psychique prime sur la prise en charge des symptômes et de la maladie. On en arrive ainsi à classer les hôpitaux publics en fonction de leurs résultats spécifiques dans le traitement de la douleur, plutôt qu’en fonction de leurs performances médicales globales.

13Une étude européenne, menée entre 2001 et 2003, montre que 38,4 % des Français ont au moins un trouble mental dans leur vie (moyenne européenne : 19,8 %) et 24,1 % présentent des troubles dépressifs (contre 14 % des européens).

14Les femmes sont 1,5 à 2 fois plus exposées que les hommes et les célibataires 1,5 à 2,4 fois plus exposés que les personnes en couple. Les chômeurs apparaissent logiquement plus exposées : 1,4 à 2,1 fois plus que les actifs. Les personnes se déclarant “en mauvaise santé” sont trois fois plus exposées que les autres.

15Cette même étude montre également que 24,5 % consomment des psychotropes. Les plus grands consommateurs sont les personnes âgées (34 % des plus de 65 ans), mais aussi les jeunes filles (37 % des jeunes filles de 17 ans, contre 13 % des garçons).

16Enfin, la mortalité par suicide s’élève à 13 000 cas par an (dont 500 en Midi-Pyrénées, positionnant la région au 3ème rang des régions françaises ayant le plus faible taux de suicide).

2ÈME QUESTION : “LE SYSTÈME DE SANTÉ EST-IL le SEUL À DEVOIR SE MOBILISER AUTOUR DE LA LUTTE CONTRE LE MAL ÊTRE ?”

17Force est de constater que les questions de pathologie mentale et de souffrance psychique débordent largement du domaine de la psychiatrie. Elles concernent l’ensemble de la société et constituent ainsi une véritable problématique sociétale.

18Or, on observe une tendance forte à la médicalisation de cette problématique. Par exemple, la question du stress au travail devient un problème de santé (psychique) au travail ; l’actualité de France-Télécom, Thales ou encore PSA en témoigne. D’autres questions sociétales, telle que la récidive chez les délinquants sexuels, l’inadaptation scolaire, mais aussi le handicap ou encore les toxicomanies “licites” ou “illicites” font également l’objet d’une médicalisation ; ce qui souvent empêche de s’interroger sur les mécanismes sociétaux responsables.

3ÈME QUESTION : “LE SYSTÈME DE SANTÉ EST-IL PRÊTÀ RÉPONDRE À UNE DEMANDE CROISSANTE ?”

19La réponse à une demande en constante augmentation se heurte à de nombreux obstacles, tels que l’insuffisante formation des professionnels, la pénurie en professionnels (psychiatres, infirmiers, etc.), les conditions d’exercice, les modes de rémunérations… Elle se heurte surtout à un manque drastique de moyens financiers, en lien avec le déficit “abyssal” des budgets sociaux, illustrant la phrase prophétique de Michel Foucault : “la santé est un domaine où des moyens limités doivent faire face à des besoins infinis”.

Notes

1 P. BRUCKNER, L’euphorie perpétuelle : essai sur le devoir de bonheur, Grasset.

2 A. SCHIAVONE, L’histoire brisée, BELIN p. 233.

Auteur

Professeur à la Faculté de médecine de Toulouse

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search