Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vanuatu : oscillation entre diversité et unité

 | 
Michèle Boubay-Pagès

La diversité, fondement d'une identité

Histoire du peuplement et structure de population

Francis Bestion

Texte intégral

I – Histoire du peuplement, structure de population

A – Le contexte spatio-temporel planétaire

1) Origine

1Longtemps probablement les archipels du Pacifique Sud ont dû rester vides d’êtres humains ; en raison de leur éloignement des sources initiales de peuplement de la planète (Orient africain) d’une part, en raison de la faible densité de terres émergées dans cette région du globe de l’autre.

2Ailleurs le peuplement a été plus précoce, bien que fort récent à l’aune de l’histoire de l’univers.

3En effet si nous ramenons à une année le temps écoulé (13 milliards d’années) entre le big bang et aujourd’hui, après ce bang du 1er janvier à 0 heure, les premières étoiles apparaissent le 1er février, le système solaire le 25 aout, la vie sur terre (bactéries) le 25 septembre, les poissons le 19 décembre, les dinosaures le 25 (ils disparaissent cinq jours plus tard, le 30).

4Le dernier jour de l’année, les événements se bousculent. En fin de journée, ce qui commence à ressembler à l’homme moderne apparaît.

5Le 31 décembre donc :

  • à 19h, Toumai, premier hominidé (7 millions d’années)
  • à 21h, Lucy, australopithèque (4 millions d’années)
  • à 22h, homo habilis (2,5 millions d’années)
  • à 22h30, homo erectus (2 millions d’années)
  • à 23h44, sapiens (aujourd’hui renommé homme moderne), et néanderthal (200 mille ans)
  • à 23h56, début du dernier âge glaciaire (100 mille ans)
  • à 23h 59, fin du glaciaire, révolution néolithique (15 mille ans)

6Ces tous deniers temps donc, on rencontre l’être humain sur la planète.

7Avec un quart d’heure de présence, contre cinq jours pour le dinosaure, disparu, ou neuf pour la fourmi, toujours là, l’homme moderne n’a pas encore prouvé sa résistance.

2 ) Dynamique

8S’il n’a donc pas prouvé sa résistance, au moins affiche-t-il son dynamisme ; la progression de ses effectifs en témoigne.

9Entre moins 65 mille ans et moins 35 mille ans, on estime que l’effectif de cueilleurs-chasseurs fluctue autour de 600 mille.

10Les innovations techniques du paléolithique supérieur font décupler cet effectif en quelques millénaires. Soit six à sept millions.

11Puis, voilà une dizaine de milliers d’années, c’est l’extraordinaire révolution néolithique avec les inventions de l’agriculture et de l’élevage qui conduisent l’homme jusqu’ici nomade à se sédentariser.

12Dès lors c’est l’explosion :

13250 millions à la naissance du Christ, et 18 siècles plus tard, avec la révolution industrielle le premier milliard est atteint. Cette dernière va donner un coup de fouet sans précédent aux effectifs ; le nombre d’années nécessaires pour incrémenter chaque milliard supplémentaire ne cesse de fondre :

  • 127 ans pour passer de 1 à 2 (1927)
  • 33 ans de 2 à 3 (1960)
  • 14 ans de 3 à 4 (1974)
  • 13 ans de 4 à 5 (1987)
  • 12 ans de 5 à 6 (1999)
  • 12 ans de 6 à 7 (2011)

14En 2016, 7,5 milliards d’individus occupent la planète, c’est dire si aujourd’hui avec un nivanuatu pour trente mille humains environ ce peuple est minuscule.

15Mais de la même façon que l’évolution quantitative de la population planétaire interroge, notamment du point de vue de la compatibilité de son accroissement futur avec la disponibilité des ressources et la nécessaire protection environnementale, celle du Vanuatu doit également être mise en relation avec le potentiel de son territoire.

16Aucun état Nation ne peut rejeter sur les autres la responsabilité de son destin collectif ; il appartient à chacun d’eux de se donner les moyens de garantir la survie de tous, même et surtout lorsque les paramètres évoluent rapidement, comme par exemple le ratio population en âge de produire sur population totale ; lorsqu’il diminue, le salut passe par l’accroissement de la productivité individuelle du travail ; à défaut, c’est la richesse disponible par habitant qui fléchit.

3) La région

17Il est établi que l’Australie est peuplée depuis 50 mille ans environ.

18L’océanie a été initialement occupée par deux peuples de souche différente : les australoïdes et les mongoloïdes.

19Les premiers sont les ancêtres des aborigènes d’Australie ; ils ont les premiers, il y a 40 mille ans, occupé la Nouvelle Guinée, alors rattachée à l’Australie en période de glaciation.

20La diversité physique et linguistique des mélanésiens suggère qu’ils se soient répandus jusqu’en Nouvelle Calédonie et au Vanuatu, malgré l’absence de trace archéologique de leur arrivée. Cette absence est aisément explicable ; les remaniements des sols consécutifs aux activités volcaniques y sont permanents et ont probablement gommé nombre de traces laissées par les premiers habitants ; en outre les premières fouilles ne datent que de la seconde moitié du siècle dernier, et comme elles se poursuivent de bonnes surprises ne sont pas à exclure.

21Les seconds pénètrent la zone beaucoup plus récemment, il y a seulement 3500 ans, en provenance plus éloignée au nord, de Taiwan. Ils maîtrisent alors l’art de la navigation hauturière et exploitent les ressources marines et terrestres des îles qu’ils colonisent. Au Vanuatu, il est probable qu’ils consomment des tubercules (voir les tessons de poteries de l’île de Vao). Ils occupent d’abord les îles les plus occidentales du Pacifique, où les échanges culturels modifient leur langue pour donner naissance au proto-océanien, langue ancestrale commune d’où découlent 450 langues du Pacifique insulaire. Ces locuteurs sont entre autres, des potiers connus sous le nom de Lapita et dont les plus anciennes poteries retrouvées au Vanuatu datent de 3100 ans. En effet au Vanuatu, pour l’heure, les traces archéologiques les plus anciennes sont Lapita.

22Ainsi ces deux peuples premiers, à l’origine du peuplement dominant mélanésien du Vanuatu, constituent-ils un élément de diversité qui a débouché sur l’unité actuelle.

II – Le Vanuatu

A – De la diversité à l’unité

23Issu du condominium franco-anglais institué en 1906 sous le nom de Nouvelles Hébrides, il n’a accédé à l’indépendance que le 30 juillet 1980. Vanuatu signifie “la terre qui est la nôtre”.

24Il s’agit d’un espace fragmenté constitué d’une douzaine de grandes îles de plusieurs centaines de kilomètres carrés et d’environ 8o petites îles et îlots.

25L’archipel, qui s’étend sur 900 km est, avec 12189 km2, le plus petit état mélanésien ; issu du conflit de deux plaques tectoniques, il est géologiquement très jeune, les îles les plus récentes ayant moins d’un million d’années. Il s’agit d’îles volcaniques, montagneuses, difficilement pénétrables car couvertes de forêts tropicales humides ou de savanes sur les versants ouest.

26Le littoral et les îlots sont plus hospitaliers car constitués de plaines côtières et de terrasses coraliennes.

B – Occupation du territoire

27Ces espaces sont occupés initialement par deux humanités différentes :

28les man bush, peuple des forêts, de l’intérieur des terres, occupent des villages au-dessus de 300m d’altitude.

29les man sol vora, peuple du littoral, des bords de mer.

30Au moment de leur découverte par les européens, les îles sont densément peuplées (30 à 50 habitants par km2, soit probablement environ 60000 individus), avec cependant des no man’s land entre groupes d’occupation.

31On trouve les derniers villages man bush, considérés comme des guerriers redoutables, dépositaires de pouvoirs sacrés, vers six à sept cents mètres d’altitude.

32Littoral et premières pentes reçoivent une couronne de peuplement man sol vora assez dense, avec une tendance à éviter la proximité immédiate du rivage en raison des risques qu’il comporte (raz de marée, cyclones, raids guerriers, enlèvements…). Les îlots constituent a contrario des lieux privilégiés d’habitat man sol vora, en raison de la sécurité qu’ils offrent, (surveillance aisée contre les agressions hostiles…).

33On note sur certaines îles, l’existence d’un troisième type de peuplement “les gens du milieu”, qui constitue un groupe de contact entre les deux principales humanités.

C – Modes de vie

34Les man sol vora pratiquent la culture de l’igname, du cocotier, et l’élevage de porcs nourris de noix de coco. En complément, ils consomment des produits de cueillette, d’arbres fruitiers et pratiquent la pêche dans les récifs.

35Aguerris à la mer, ils naviguent en pirogue et entretiennent des relations avec des groupes man sol vora parfois éloignés d’autres îles, avec qui ils échangent des nattes, des cochons, des femmes…

36Les man bush, quant à eux, sont principalement chasseurs-cueilleurs des forêts primaires, et pratiquent accessoirement une culture irriguée du taro. Ils sont en outre d’excellents artisans du bois et fabriquent armes et nattes.

37Au total, les productions et activités man bush d’un côté, man sol vora de l’autre, sont largement complémentaires, ce qui explique l’existence d’échanges réguliers entre les uns et les autres.

38Ces échanges prennent très rarement la forme de troc, mais le plus fréquemment celle de dons et contre-dons (celui qui donne le plus est le plus puissant). Ils sont réalisés dans le cadre de relations d’alliance et de parenté. On échange ainsi des taros, des ignames, des nattes, des armes, du sel, des coquillages, des poissons…

D – Idéologie du territoire

39L’homme partage la sédentarité avec la plante; il est biologiquement relié à la terre, il vit et meurt où il naît et où sont nés ses ancêtres. En effet, les mythes font sortir les hommes des plantes, des rochers voire des animaux ; la loi de la terre constitue donc de fait la culture dominante.

40Les clans, indépendants sur leur territoire, sont complémentaires économiquement et culturellement. Mais le territoire de chaque clan est précisément identifié ; par exemple, un man bush ne s’aventure que rarement vers la mer, et pour traverser les territoires étrangers, dispose d’une route qu’il ne doit pas quitter sous peine de représailles.

41De façon générale, il n’existe pas de pouvoir au-dessus du groupe et du micro-territoire originel. En conséquence, vente et achat de terre sont pratiquement impossibles ; aucune terre n’est aliénable.

42Ainsi un étranger peut être accueilli sur une terre mais reste indéfiniment dépendant socialement, ne pouvant obtenir de légitimité sur une quelconque terre.

43La terre et elle seule donne donc l’identité, le statut social et les pouvoirs, politiques et magiques.

44Pour résumer, tout s’est finalement passé comme si un peuple issu des pirogues qui abordèrent les îles voilà plusieurs millénaires, avait oublié son origine lointaine pour s’investir sur les terres de l’archipel. On est ainsi passé d’un peuple navigateur à un peuple paysan ayant beaucoup oublié de son origine marine et fondé une idéologie de la stabilité, de la pérennité et de l’indépendance.

1) L’effondrement avec l’arrivée des européens

45Cette société, diverse donc tant par ses origines que par ses façons d’investir la variété des terres de l’archipel et d’en tirer parti, avait atteint une forme d’équilibre et de stabilité lorsque les européens découvrirent l’archipel.

46Le contact avec le monde blanc dès la seconde moitié du 19ème siècle provoqua un profond bouleversement. Le premier résultat fut l’apparition puis l’extension d’épidémies nouvelles qui décimèrent les populations man sol vora ; on observa également une crise de natalité (perte du goût de vivre et de procréer).

47On a ainsi pu craindre au début du 20ème siècle, une disparition de la population, qui après être passée par un point bas d’environ 40 mille personnes, n’a commencé à se redresser qu’au début des années trente.

48Ce choc brutal a entraîné des changements profonds dans la répartition de la population avec la disparition de nombreux villages man bush et une concentration croissante de la population sur le littoral.

49Le contact avec les blancs s’est traduit par une crise d’abord démographique, puis culturelle, foncière et politique.

50Dans nombre de grandes îles ont eu lieu des aliénations de terres au profit de colons et de sociétés européennes. Aliénations toujours contestées, les terres n’ayant pas été vendues mais simplement mises à disposition (droit d’usage) en échange de marchandises.

51Ce droit d’usage, bien que de durée indéterminée, était personnel et non permanent. Mais les blancs l’ont le plus souvent considéré comme un droit de propriété et ont vendu les terres entre eux.

52Au final, la population a mal accepté la vision centralisée de l’espace construite par les blancs ainsi que l’idée d’un Vanuatu unifié avec pour capitale Port Vila.

2) Redressement et projections.

53A partir du point bas de 40 mille individus, l’effectif de population s’est d’abord redressé très vigoureusement avec un taux de croissance annuel passant successivement de 3,1% à 2,4 puis 2,3 pour la dernière période (ce qui correspond à des durées de doublement de respectivement 23, 29 et 30 ans).

54La population totale a ainsi plus que triplé entre 1967 (78 000) et 2015 (272 000).

55Il s’est agi cependant d’une croissance très déséquilibrée entre milieu urbain et rural au détriment de ce dernier. La croissance en milieu urbain s’est faite au cours des trente dernières années à un rythme une fois et demi supérieur à celui observé en milieu rural.

56Aujourd’hui, cette population est caractérisée par sa jeunesse avec un âge médian de 21,4 ans.

57Les moins de 15 ans représentent 40% de la population (monde 26%, France 19%) quand les plus de 65 ans ne pèsent que 3% (monde 8%, France 17%).

58Toutefois, un lent vieillissement commence à se manifester puisque l’âge médian a augmenté de 3 points au cours des quinze dernières années.

59Ce vieillissement suggère qu’un processus de transition démographique est à l’œuvre conformément à ce que l’on observe dans l’ensemble des pays émergeants de la planète.

60Comme toute transition, elle résulte de la combinaison de deux phénomènes consécutifs, à savoir une baisse de la mortalité notamment infantile (elle est aujourd’hui deux fois moindre que celle observée au niveau mondial : 2,1% contre 4%) suivie de celle de la fécondité (6,5 enfants par femme en 1980, contre 3,25 aujourd’hui).

61De ces points de vue, des marges de progression existent, puisqu’un pays comme la France connaît un taux de mortalité infantile encore 5 fois moindre avec 4 pour 1000 et un nombre d’enfants par femme proche de deux.

62Mais l’avenir dépendra surtout de la dynamique de la baisse de la fécondité des femmes nivanuatu

3) Projections

63Ainsi à l’horizon de 2040 selon ces hypothèses :

64Si la fécondité reste à son niveau actuel, la population atteindra 520 000. Ce scénario est peu probable car il suppose l’interruption du processus en cours qui a conduit au niveau planétaire à 2,5 enfants par femme et non pas 3,25.

65Il convient donc de retenir plutôt des hypothèses de fécondité moindres.

66Si elle chute à 2,6, la population ne sera plus que de 464 000 en 2040.

67Avec une hypothèse plus basse encore, inférieure au niveau mondial actuel (de 2,1), l’effectif passera simplement à 395 000 habitants. Soit tout de même, une augmentation de 60% en un quart de siècle.

Conclusion

68Dans tous les cas ce que doit affronter le Vanuatu, c’est un accroissement fort ou très fort de sa population et ce à un horizon très proche.

69En outre cet accroissement se fera dans un contexte de dégradation du ratio population en âge de produire sur population totale en raison de la transition démographique à l’œuvre.

70Cette transition génère un vieillissement de la population dans un premier temps, le plus difficile, mais est suivi, via la meilleure capacité à faire vivre la quasi-totalité des enfants, par une période dite de dividende démographique où le ratio se redresse à nouveau, et où donc tout accroissement de production débouche sur une augmentation de la richesse par habitant.

Bibliographie

G. Caselli, J. Vallin, G. Wunsch, Histoire du peuplement et prévisions, éditions de l’INED, 2004

J. Garanger, Archéologie des Nouvelles Hébrides, Société des océanistes, 2014

P. Simeoni et alii, Peuplement et population, Atlas du Vanouatou, 2009, p. 207

J. Bonnemaison, Espace géographique et identité culturelle en Vanuatu, Journal de la société des océanistes, 1980, volume 36, p. 181

National population policy 2011-2020, Department of strategic policy planning and aid coordination, Ministry of prime minister, 2011.

Auteur

Maître de conférences, Université Toulouse 1 Capitole, ancien Doyen de la Faculté d’Administration et de Communication, Université Toulouse 1 Capitole

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540