Version classiqueVersion mobile

La justice criminelle des capitouls de Toulouse (1566 - 1789)

 | 
Claire Faure

Seconde partie. La pratique judiciaire criminelle du tribunal capitulaire

Conclusion de la partie II

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

975. Les critiques de la rigueur et de la sévérité sans borne de la justice municipale, qui tentait de punir à tout prix au détriment de la vérité, s’avèrent largement infondées. Les capitouls ne rendaient pas une justice bien plus sévère que les autres juges du royaume. Comme ailleurs, l’administration judiciaire de la ville était à la fois guidée par un idéal de paix et de justice, et la sévérité dont les capitouls se faisaient les garants étaient au service de cet idéal. Pour mener à bien leur mission les capitouls neutralisaient d’abord l’homme qui, par son comportement déviant, avait choisi de se soustraire lui-même à la société. Elle le stigmatisait ensuite. Pour les capitouls, les deux temps de cette peine étaient indissociables puisqu’il était nécessaire, pour punir le criminel, d’attenter à la fois à son corps par l’application d’une peine afflictive, mais également à son honneur en le stigmatisant tout comme l’enseignait Platon. Ainsi stigmatisé, le public était édifié des...

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search