Version classiqueVersion mobile

La justice criminelle des capitouls de Toulouse (1566 - 1789)

 | 
Claire Faure

Seconde partie. La pratique judiciaire criminelle du tribunal capitulaire

Titre II. Les peines exécutées et leur vertu exemplaire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

810. « Punir un crime commis, c’est justice ; empecher qu’on commette des crimes, c’est quelque chose de plus, et les obstacles que l’on y met sont le chef d’oeuvre de la sagesse »1874.

811. « la justice des fleurs de lis qui est en posture de se haster et marcher à grands pas pour nous proc(e)urer une paix ferme, establie et asseurée »1875.

812. S’inscrivant dans une longue tradition illustrée par les auteurs grecs tel que Platon, Aristote, Xénophon et Plutarque ou les auteurs latins comme Cicéron, les capitouls affirmaient que « le premier soing et cure de tout bon magistrat est d[’]expurger la cité de gens criminelz, malings et de maulvaise vie […] car autrement l’innocence des bons citoyens et vertueux ne seroit jamais en asseurance et tranquilité de leurs personnes et [de leurs] biens si les meschans estoient impugnis parmy les bons »1876. La charge des capitouls devait alors se tourner vers la protection de la société civile, « l’entretenement et conservation de toutes villes, c...

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search