Version classiqueVersion mobile

La justice criminelle des capitouls de Toulouse (1566 - 1789)

 | 
Claire Faure

Première partie. Le tribunal capitulaire

Le Tribunal capitulaire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image 1000000000000223000002F3A006E4C1.jpg

Note174

81. L’Etat naissant a tenté de contrôler et d’imposer son autorité sur l’ensemble du domaine, et notamment sur les pouvoirs locaux puisque, au-delà des progrès de la centralisation, le pouvoir royal avait cette volonté d’être pourvoyeur d’une plus grande efficacité. La justice, comme représentant l’ordre, était alors l’outil essentiel pour y parvenir.

82. Les capitouls, face à ce qu’ils considéraient comme une ingérence du pouvoir royal et de son représentant dans la ville - le parlement -, comprirent très tôt l’importance de maintenir leurs pouvoirs. Ils y réussirent jusqu’à la Révolution grâce aux relations qu’ils tissèrent avec le roi et le parlement de Toulouse qui, bien que parfois tendues, assurèrent un certain équilibre entre les parties. Ce lien étroit entre juges municipaux et royauté, mais également l’attitude de la royauté à l’égard de la justice municipale, orienta largement l’activité judiciaire des capitouls. En effet, la justice, représentant l’indépendance de l...

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search