Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vanuatu : oscillation entre diversité et unité

 | 
Michèle Boubay-Pagès

La diversité, menace de l'identité ?

L’informatique, des outils fédérateurs adaptables à la spécificité des communautés

Jean-Marc Thevenin

Texte intégral

Introduction

1Dans les années 80, la France introduit le MINITEL (Médium interactif par numérisation d’information téléphonique), un terminal peu onéreux permettant d’accéder à des données numérisées stockées dans des ordinateurs distants via le réseau  français de Videotex baptisé Télétel.  Tout d’abord distribué gratuitement puis vendu ou loué par les PTT, le MINITEL a permis très rapidement à tous les particuliers français d’accéder à des services numériques tels que l’annuaire téléphonique, des services de vente par correspondance (tels que les billets de train par exemple), l’accès à certains journaux ou encore des sites de rencontre. Ainsi, grâce au MINITEL, le réseau Télétel est reconnu dans le monde entier comme le premier réseau télématique grand public et fut un succès commercial.

2Le succès croissant des ordinateurs personnels auprès du grand public, l’apparition des écrans graphiques et des systèmes d’exploitation fonctionnant avec des fenêtres, ainsi que la démocratisation de l’accès à Internet au début des années 90, ont rapidement contribué à une marginalisation des services proposés par le MINITEL au profit des services proposés dans le contexte du World Wide WEB (WWW ou Web) au travers de pages HTML accessibles facilement via un navigateur. L’intérêt majeur de ces services Web est qu’ils sont accessibles dans le monde entier et démocratisent l’accès l’information. Leur inconvénient par rapport aux services proposés dans le cadre du MINITEL est que l’accès aux services Web dans les années 90 à 2010 implique de disposer d’un ordinateur personnel.

3Les nouvelles technologies favorisent le développement de services Web interactifs accessibles à tout le monde. D’une part, avec l’arrivée des écrans tactiles et donc interactifs, située aux alentours de 2010, il est désormais possible d’accéder aux services Web via un Smartphone ou une tablette. Les coûts de ces appareils ayant une tendance à diminuer très fortement (notamment par le biais de phénomènes de mode), les services Web sont dorénavant accessibles à la majorité des personnes. D’autre part, les environnements de développement open source permettent actuellement de développer des sites Web interactifs à très faible coût. Par exemple, l’environnement de développement EasyPHP offre une plateforme dotée du serveur Web (HTTP) Apache, du serveur bases de données MySQL et de l’interprète PHP permettant de générer dynamiquement des pages HTML (cf. Figure 1). De plus, de nombreux CMS (Content Management System) sont proposés pour configurer des sites Web dynamiques standards à des besoins particuliers. Enfin, les innovations autour de ce qui est communément appelé les Big Data ouvrent à l’infini les possibilités de ce que l’on peut faire avec les sites Web interactifs. D’une part, le Cloud ouvre la possibilité de stocker de très gros volumes de données sans disposer en propre d’une infrastructure onéreuse. D’autre part, les données partagées (Open Data) ainsi que les objets connectés (Internet of Things IoT) permettent à toute organisation de croiser ses données avec des données provenant de l’extérieur pour augmenter la palette de services qu’elle peut proposer.

Figure 1 : plateforme de développement EasyPHP

Figure 1 : plateforme de développement EasyPHP

4Dans le contexte du Vanuatu, pays constitué de 83 îles et possédant la plus grande densité de langues au monde, les services Web dynamiques ont certainement un rôle fédérateur à jouer. Si les infrastructures actuelles ne démocratisent pas encore l’accès à Internet dans toutes les îles, la situation peut évoluer rapidement. Ainsi la majeur partie de cet article sera consacrée à présenter un éventail des services Web proposés dans le monde et/ou en Europe, ainsi que dans des plus petites communautés comme celle de Toulouse Métropole, afin de monter la diversité de ces services et des possibilités offertes. La section 1 sera consacrée à des cas d’usage concernant les sites d’e-government. La section 2 sera consacrée à la présentation de l’offre en matière d’e-learning et aux outils qui peuvent être utiles pour accompagner cette offre. La section 3 sera consacrée au projet Toulouse Smart City dans lequel les sites Web interactifs tiennent une place importante. La section 4 présentera quelques cas d’usage dans le domaine de l’économie collaborative ainsi que des éléments de réflexion concernant un projet de loi en France destiné à réglementer cette nouvelle forme d’économie. Finalement la section conclura en présentant d’autres domaines de l’informatique susceptibles de rendre service dans un contexte mixant l’unité et la diversité.

A – Cas d’usage dans le domaine e-government

5En septembre 2003 la CEC (Commission of European Communities) a publié un rapport sur le rôle des sites e-government dans le futur de l’Europe [CEC 2003]. Ce rapport commence par rappeler qu’une enquête concernant de nombreux pays a fait ressortir que dès 2003, les sites e-government sont des outils puissants pour produire une meilleure qualité de services public, réduire les délais d’attente et améliorer la rentabilité ainsi que la transparence des services publics. Il fait ensuite ressortir que le potentiel des sites e-government est accru par possibilité de se connecter à Internet sans passer nécessairement par un ordinateur portable, en exploitant les écrans tactiles et la 3G comme nous l’avons mentionné en introduction. En effet cette évolution offre aux citoyens un accès plus facile à l’information et aux outils de communication. Elle ouvre aussi de nouvelles opportunités économiques et sociales avec la création de nouveaux marchés, une augmentation de la productivité et par conséquent une amélioration de la croissance et de l’emploi au travers de l’économie. Ce rapport fait aussi remarquer que le développement de nouveaux services nécessite des investissements provenant des gouvernements mais aussi du secteur privé afin de créer une bonne dynamique. Ainsi l’Europe se donne les objectifs suivants pour 2005 :

  • Disposer de services publics en ligne modernes (e-government), avec une attention particulière dédiée aux sites pour l’enseignement en ligne (e-learning) et les services autour de la santé (e-health)
  • Encourager un environnement e-business dynamique
  • Un réseau à large bande très répandu et à coût compétitif
  • Une infrastructure sécurisée pour l’information

6Concernant le dernier point, l’Europe a notamment mis en place une force de cyber sécurité.

7En 2016 on peut dire que les objectifs que l’Europe s’était fixés en 2003 ont été atteints. La Figure 2 illustre une partie des sites de la catégorie e-government proposés en France. Nous détaillons ensuite l’un d’entre eux, le site pole-emploi .fr, afin d’illustrer une partie des possibilités offertes par la dynamique dans un site Web. La section suivante sera consacrée aux services e-learning.

Figure 2 : quelques sites e-gouvernment français

Figure 2 : quelques sites e-gouvernment français

8Le service pole-emploi.fr gère une base de données comportant des offres d’emploi et des CV. Il s’adresse aux demandeurs d’emploi et aux employeurs afin de mettre en relation l’offre et la demande dans le domaine de l’emploi. Les employeurs peuvent créer un compte puis créer une page pour décrire leur entreprise ou déposer des offres d’emploi qui sont enregistrées dans la base de données. Ils peuvent aussi consulter les CV déposés par les demandeurs d’emploi. Ils peuvent aussi gérer des projets de recrutement sur lesquels ils ont présélectionné plusieurs CV. De son côté le demandeur d’emploi peut s’inscrire et créer son espace personnel pour déposer son CV et rechercher un emploi. Les figures 3 et 4 illustrent une recherche d’emploi précisant un secteur d’emploi et une région.

Figure 3 : extrait de la page d’accueil pôle-emploi avec un 
formulaire d’interrogation

Figure 3 : extrait de la page d’accueil pôle-emploi avec un 
formulaire d’interrogation

Figure 4 : résultat de la recherche

Figure 4 : résultat de la recherche

9Sur la Figure 4 on voit que le résultat de la recherche est affiché dans un tableau HTML qui a été généré dynamiquement par un programme ayant piloté la recherche dans la base de données. Il est possible de trier les résultats affichés dans ce tableau en fonction de la colonne de son choix.

10Le site pole-emploi.fr propose aussi un service appelé “La Bonne Boîte”, qui sur la base de statistiques évoluées, propose une liste d’entreprises ayant une forte probabilité d’embaucher dans les six mois à venir. Ce service permet ainsi au demandeur d’emploi d’être plus efficace dans ses démarches de candidature spontanée. Enfin, dans une section appelée EmploiStore (www.emploi-store.fr/portail/accueil), il propose des séquences de type e-learning permettant au demandeur d’emploi d’apprendre à se servir des réseaux sociaux pour dynamiser sa recherche d’emploi par exemple, ou familiariser aux entretiens d’embauche via un simulateur d’entretiens d’embauche.

11Au cours de l’année 2016 le gouvernement français a mis en place un nouveau portail réunissant tous les services e-government gérés par l’état (https://www.service-public.fr/​) afin de simplifier les démarches des citoyens. Notamment le citoyen n’a plus qu’à renseigner ses coordonnées qu’une fois, il dispose d’un seul compte sécurisé et d’un seul mot de passe pour toutes ses démarches.

12Nous avons évoqué pendant la conférence qui s’est tenue les 28 et 29 avril 2016 à Port Vila, un projet concernant la mise en place, dans le cadre du Master Économie & Société, d’un Laboratoire d’Etude Juridiques, Economiques et Sociales du Vanuatu. L’un des objectifs de ce laboratoire serait de proposer un service comparable au service e-government français Légifrance, permettant notamment d’effectuer des recherches thématiques concernant les textes de loi.

B – L’offre en matière de e-learning

13Les services de type e-learning sont en plein développement dans le monde entier. L’intérêt majeur de ces services est de libérer les apprenants des contraintes temporelles, géographiques et de favoriser l’accès aux études aux personnes en situation de handicap. Ces services sont répartis dans trois catégories décrites ci-dessous.

14FOAD  (Formation Ouverte A Distance) : l’objectif de ces services est de permettre aux étudiants d’obtenir, à distance, un diplôme identique aux diplômes ouverts en formation en présentiel. Le public visé peut relever de la formation initiale ou de la formation continue. Ce type de service nécessite une inscription dans un établissement et comporte de ce fait des contraintes d’accès en terme de pré-requis (diplôme d’accès à la formation) et/ou financières (la plupart de ces diplômes sont payants). Les apprenants inscrits dans une formation en FOAD bénéficient d’encadrement réalisé par une équipe pédagogique gérée par l’établissement proposant la formation.

15MOOC (Massive Online Open Courses) : il s’agit de services de formation gratuits, non diplômants. L’inscription à ces services nécessite une inscription qui ne fait pas l’objet d’une sélection. Les apprenants bénéficient d’un encadrement réalisé par des pairs. Ce genre de service fonctionne souvent sur un modèle économique se rapprochant de ceux utilisés en économie collaborative. Certains MOOCs proposent un diplôme attestant les compétences acquises. Dans ce cas le diplôme est payant.

16UNT (Université Numériques Thématiques) : l’objectif ici est de proposer des supports de cours en libre-service. Bien que ce ne soit pas une obligation, l’utilisation de ces services nécessite un accompagnement pour aider les apprenants à choisir des supports adaptés à leur niveau.

17L’AUF (Agence Universitaire de la Francophonie), qui accueille la Licence AES délocalisée au Vanuatu par l’Université de Toulouse 1 Capitole, offre un portail d’accès aux services e-learning, regroupant notamment des formations proposées en FOAD et des MOOCs. Notamment, certaines formations proposées par l’AUF au Vanuatu se font dans le contexte de la FOAD. Sur ce portail, il est possible de rechercher les formations proposées en FOAD par domaine de formation, par niveau de formation, par région, par université ou par date, comme on peut le voir Figure 5. Via ce portail, il est par exemple possible de s’inscrire en Master 2 (M2) mention Econométrie, Statistiques, Parcours-type Statistiques et économétrie FOAD proposé par l’Université Toulouse 1 Capitole. Cette formation proposée en FOAD dure un an. L’inscription se fait obligatoirement en ligne au travers d’un formulaire d’inscription via lequel le candidat doit justifier du fait qu’il dispose de l’un des diplômes donnant accès à cette formation. Pour l’année 2016-2017, les inscriptions étaient ouvertes jusqu’au 15 juin 2016. Cette formation a un coût : pour les candidats francophones du Sud, le coût de la formation est fixé à 3 250 euros ; le montant de l’allocation d’étude à distance de l’AUF est de 975 euros, Il reste donc 2 275 euros à payer pour les étudiants bénéficiaires de cette allocation.

Figure 5 : portail FOAD MOOC de l’AUF

Figure 5 : portail FOAD MOOC de l’AUF

18En ce qui concerne les MOOCs, de nombreuses plateformes proposent des cours dans de nombreuses disciplines, avec des inscriptions fréquentes. Il s’agit de cours adossés à des exercices animés par des pairs. Comme pour une inscription en FOAD, l’inscription à un MOOC se fait en ligne via un formulaire. La différence principale vient du fait qu’il n’y a pas besoin de justifier ses prérequis avec un diplôme. La durée de formation d’un MOOC est variable et l’apprenant s’engage à y consacrer le volume d’heures nécessaire par semaine. Généralement un MOOC propose plusieurs inscriptions au cours de l’année. La Figure 6 illustre la diversité des cours proposés via la plateforme fun-mooc. Sur les quelques MOOC affichés en priorité, on peut en effet constater la diversité des disciplines et des thèmes abordés. Comme on peut le voir sur la section à gauche, cette plateforme permet de sélectionner les MOOCs par discipline et par thème. Les MOOCs ne sont a priori pas diplômants. Il existe cependant quelque MOOCs diplômant. Dans ce cas, l’épreuve de certification est payante.

Figure 6 : cours proposés via la plateforme fun-mooc

Figure 6 : cours proposés via la plateforme fun-mooc

19Les Universités Numériques Thématiques n’ont pas pour objectif de proposer des formations. Elles sont au service des établissements et proposent des supports de cours utiles dans plusieurs scénarios comme la lutte contre l’échec, la formation continue, la problématique de la formation permanente, le flux croissant des étudiants en situation de handicap, l’appui à la mobilité internationale entrante et sortante ainsi que pour la préservation de connaissances et compétences disciplinaires rares [univ-numerique]. L’idée est de permettre de compléter les supports de cours proposés dans le contexte d’une formation avec d’autres supports de cours accessibles en libre-service. Il est souhaitable que le choix des supports provenant de l’UNT utilisés par l’apprenant soit effectué en partenariat avec son équipe pédagogique. Par exemple, dans le cas de la lutte contre l’échec, il faut identifier les lacunes de l’étudiant, identifier à l’aide du catalogue de l’UNT [Sup-numerique] les ressources correspondant au besoin de l’étudiant, puis construire un dispositif de mise à niveau articulant les ressources de l’UNT avec celles disponibles dans la formation de l’étudiant. Les supports proposés par les UNT sont accessible en ligne gratuitement. Il s’agit de supports fiables, créés par des enseignants du supérieur et validés par des pairs. La production de ces supports est financée par des appels à projets effectués par l’état.

20Afin que les services proposés dans le domaine du e-learning soient pleinement efficaces, il est souhaitable de proposer aux apprenants des outils d’accompagnement. En effet un des écueils possible dans le domaine du e-learning est l’isolement de l’étudiant. Nous présentons ci-dessous deux catégories d’outils susceptibles de permettre d’éviter cet écueil, en pleine expansion en France, à savoir le PEC (Portefeuille d’Expérience et de Compétences) et ce qu’il est convenu d’appeler des Learning Center.

21Le Consortium PEC est un regroupement d’établissements d’enseignement supérieur (34 en 2015) engagés dans le développement d’une démarche et d’un outil numérique Portefeuille d’Expériences et de Compétences [pec-univa]. L’objectif du PEC est d’aider les étudiants à analyser leur expérience, leur savoir-faire et leur savoir être au travers d’un bilan sur les compétences qu’ils ont acquises au travers de leurs formations, mais aussi de leur expérience professionnelle. Dans ce contexte, une méthodologie a été mise en place par le PEC afin d’aider l’étudiant à faire ce bilan et à constituer un dossier autour de son insertion professionnelle. Les moyens mis à disposition sont une équipe d’accompagnateurs formés à la méthodologie du PEC (ces accompagnateurs peuvent être des enseignants du supérieur) et une plateforme accessible via le Web permettant à chacun de constituer son dossier PEC et d’échanger avec les accompagnateurs pour améliorer les documents produits [pec-univb]. Un des objectif du PEC est de favoriser l’insertion professionnelle en préparant les étudiants à constituer leur CV, écrire des lettres de motivation et à communiquer lors des entretiens d’embauche. Un autre objectif du PEC est d’aider les étudiants à se réorienter lorsque leur parcours scolaire ne correspond pas à leurs attentes professionnelles. En effet, un des intérêts de la démarche du PEC est d’inciter l’étudiant à mieux se connaître et à comprendre les métiers auxquels il aspire. Les étudiants sont incités à suivre la démarche PEC très tôt dans leur scolarité afin de choisir au mieux leur orientation. Bien entendu la démarche PEC est conçue pour que les personnes puissent ensuite tout au long de leur vie pour d’éventuelles réorientations professionnelles ou pour la formation continue. Enfin, pour les étudiants inscrits en e-learning, le PEC est un moyen pour lutter contre l’isolement, puisque chaque étudiant est suivi par un encadrant dans sa démarche PEC.

22Le concept de Learning Center est apparu vers la fin des années 90 dans les universités américaines, anglaises et néerlandaises. Son apparition est liée à une évolution de l’enseignement supérieur et des bibliothèques, consistant à allier un lieu, des ressources, des services pédagogiques et technologiques, tout ceci dans le but de réduire les frontières entre l’éducation et la documentation, ainsi que de favoriser les modes de travail collaboratifs (production de documents, souvent multimédia, assistance aux usagers) [EnsSup 2009]. Le concept de Learning Center est en plein développement dans les Universités Françaises et les objectifs associés évoluent. A titre d’exemple, la figure 7 résume les services offerts par le Learning Center de l’Université de Toulouse 1 Capitole. Comme on peut le voir sur la figure, ces services sont adossés à la bibliothèque mais aussi au service des TICE (Technologie de l’Information et de la Communication pour les Enseignements). Derrière ces services, un des objectifs est de lutter contre l’isolement. Ainsi l’université a mis en place des points de rencontre au travers de petites salles matérialisée par des cloisons mobiles pour le travail collaboratif et de plus grandes salles pour organiser des petits séminaires ou des formations ponctuelles. Du matériel informatique et des équipements multimédia collaboratifs sont aussi mis à disposition. Ces équipements sont équipés d’écrans tactiles et permettent de partager le contenu de son écran avec d’autres outils ou écrans. Des médiateurs peuvent intervenir pour former les étudiants à ces outils ou dynamiser le travail collaboratif. Sur cette figure, on peut noter la présence d’un lien permettant aux étudiants et aux enseignants de réserver en ligne ces ressources. Ce lien affiche un calendrier permettant de consulter les disponibilités de chaque salle, afin de faciliter les réservations. Le site en question interroge la base de données de l’intranet d’UT1 Capitole, afin d’identifier les usagers, leurs droits et la disponibilité des salles.

Figure 7 : services proposés par le Learning Center d’UT1 Capitole

Figure 7 : services proposés par le Learning Center d’UT1 Capitole

C – Toulouse Smart City un projet pour une communauté

23Comme de nombreuses grosses agglomérations, Toulouse Métropole s’est lancée en 2015 dans un projet Smart City pour la période 2015-2020. Nous détaillons ci-dessous les aspects de ce projet en liaison avec l’utilisation de l’informatique au service de la communauté. Ce projet est construit autour de trois grands principes, illustrés Figure 8, pour construire une métropole évolutive [TlsMétoplole 2015]. De même que dans la politique mise en place par la CEC pour les services e-government, on retrouve parmi ces principes une co-construction public-privé. L’un de ces trois principes concerne le numérique, avec des données publiques partagées comme fondement de la Smart City.

Figure 8 : trois principes pour Toulouse Smart City

Figure 8 : trois principes pour Toulouse Smart City

24Pour la co-construction  de Toulouse Smart City, la métropole utilise trois modes de consultation : des focus groupes avec le Laboratoire des Usages, des séminaires entreprises-partenaires et citoyens, et une e-consultation via le site web de Toulouse Métropole et les réseaux sociaux. La Figure 9 reprend des exemples de déploiements publics-privés en cours. Deux d’entre eux concernent des investissements dans le domaine du numérique afin de permettre au citoyen d’être connecté en permanence à peu de frais. Il s’agit du déploiement de la 4G dans le métro et le déploiement du wifi dans la ville.

Figure 9 : exemples de déploiements publics-privés en cours

Figure 9 : exemples de déploiements publics-privés en cours

25L’un des trois principes fondamentaux du projet Smart City concernant le numérique, Toulouse Métropole a mis en place un service important pour faciliter l’accès aux données publiques partagées. Ce service gère un portail d’accès à toutes les données publiques partagées : https://data.toulouse-metropole.fr/​page/​home/​ (cf. Figure 10).

Figure 10 : Portail d’accès aux données publiques partagées
 de Toulouse Métropole

Figure 10 : Portail d’accès aux données publiques partagées
 de Toulouse Métropole

26Cette figure illustre la diversité des données publiques partagées mises à disposition. Une liste de mots clés (incomplète sur la figure 10) apparaît en orange, et il suffit de cliquer sur le mot-clé pour obtenir une liste de jeux de données en rapport. Il est aussi possible de faire sa propre recherche en remplaçant le texte “Trouver un jeu de données” par sa liste de mots clés. La Figure 11 montre les jeux de données mis à disposition concernant le mot-clé “écoles”. Onze jeux de données sont proposés. Sur les quatre jeux de données représentés sur la figure, on distingue notamment les données concernant les menus pour la cantine et les centre de loisirs, concernant le mois de juillet et le mois de juin 2016. Comme on peut le constater, il est possible de récupérer les données sous la forme d’un tableau, d’une analyse ou encore d’exporter les données pour les importer ensuite dans une application de son choix.

Figure 11 : Données proposées avec le mot-clé “écoles”

Figure 11 : Données proposées avec le mot-clé “écoles”

27L’un des objectifs du projet Toulouse Smart City est d’utiliser les nouvelles technologies de l’information et de la communication pour offrir aux citoyens des services-clés plus flexibles, interactifs et efficaces sur 4 thématiques prioritaires, à savoir : l’autonomie des citoyens et l’aide aux seniors, la mobilité,  l’énergie, les e-services (services numériques). Ainsi, huit expérimentations ont été réalisées en 2015 avec des startups porteuses de projets. Ces expériences sont brièvement décrites ci-dessous par thématique.

28Quatre expérimentations concernent les e-services :

29Spotminder (http://www.spotminder.com/​store/​c1/​Produits_disponibles.html) est un e service culturel correspondant à un mur sur lequel sont affichés des tweets autour d’événements : “lorsque vous postez sur les réseaux sociaux à propos d’un événement, n’oubliez pas d’y rajouter le #mot-clé correspondant, cela vous permettra de partager vos messages et photos avec tous les autres participants ; Spotminder regroupe ensuite les messages et photos liés à cet événement pour les afficher au même endroit : le mur social de l’événement” [Spotminder 2015]. Dans le cadre des huit expériences de sa démarche Smart City, Toulouse Métropole a proposé à la startup SPOTMINDER d’expérimenter son service lors la première édition française de l’événement mondial EmTech, conférence internationale organisée par la revue MIT Technology Review, qui s’est tenue à Toulouse en décembre 2015. Depuis ce service a commencé à séduire d’autres villes comme Lille.

30MyFeelBack (http://www.myfeelback.com/​fr) est une startup Toulousaine qui propose un outil sur la connaissance du client (CRM Client Relation Management). Dans le cadre des huit expériences de Toulouse Smart City elle a proposé un e-service permettant de demander une intervention et de remplir un formulaire de satisfaction.

31Qui-dit-miam (https://play.google.com/store/apps/details?id=fr.zolivem.QuiDitMiam) : e service Toulousain permettant de suivre les menus des enfants à l’école pour gérer les problèmes d’allergie ou les problèmes culturels. Cette application qui s’installe sur un téléphone portable (cf. Figure 12), récupère en temps réel les données publiques mises à disposition par le service repas sur le site https://data.toulouse-metropole.fr/​page/​home/​ mis en place par Toulouse Métropole dans la rubrique cantine.

32Loliplop (http://www.loliplop.com/​) : application pour la formation des scolaires à la logique de l’algorithme et à la programmation informatique. Cette application a été conçue pour rendre plus éducatif le temps passé par les enfants sur les écrans tactiles : sous la forme d’un jeu, les enfants de 6 à 12 ans organisent des blocs de couleurs correspondant à des actions de base (faire un pas, tourner à gauche …) pour atteindre un objectif. Loliplop est une startup qui a bénéficié de l’incubateur Midi-Pyrénées et a participé a participé au Startup Weekend organisé à Toulouse en mars 2015.

Figure 12 : Application QuiDitMiam pour téléphone mobile

Figure 12 : Application QuiDitMiam pour téléphone mobile

33Deux expérimentations concernent l’autonomie :

34Helpiness (http://www.helpiness.fr/​) : permet de construire un réseau social solidaire pour l’aide aux seniors en perte d’autonomie en regroupant au sein d’une seule application la famille, les proches, les aidants professionnels. “Helpiness apporte une réponse simple aux besoins de coordination liés aux situations de stress et difficultés d’organisation des aidants, de perte d’autonomie et l’isolement et d’éclatement géographique des familles”. Cette application permet notamment de partager des documents tels que des factures et le planning de la personne en perte d’autonomie, afin de simplifier la synchronisation entre la famille et les intervenants.

35Telegrafik (http://www.telegrafik.fr/​) : service d’alerte et de monitoring pour les personnes fragilisées ; envoie des alertes par SMS soit aux proches soit vers un plateau d’assistance.

36Deux expérimentations concernent la mobilité :

37Coovia (https://coovia.fr/​accueil/​#/​) : service de co-voiturage urbain en connexion avec le réseau de transport en commun et l’ensemble des solutions de mobilité sur le territoire.

38Parkisseo (http://www.parkisseo.com/​) : solution de stationnement intelligent faisant remonter le statut d’occupation des places et leur identification.

39D’autres applications concernant la mobilité  ont aussi bénéficié de l’appui de Toulouse Métropole :

40OpenBikes (https://www.data.gouv.fr/​fr/​reuses/​openbikes/​) : initié par deux étudiants en statistique et informatique de Toulouse III, réutilise les données libres de JC Decaux, gestionnaire de Vélo Toulouse, pour prédire la disponibilité des vélos à certains horaires, dans les stations de votre choix. Cette application a été lauréate du prix spécial “Open data Toulouse Métropole”. Elle est en cours d’extension pour fonctionner dans les villes du monde entier en exploitant les Open Data.

41GeoVélo (http://www.geovelo.fr/​#/​toulouse/​bikestations) : affiche une carte avec les stations de vélo, leurs disponibilités et calcul des itinéraires en tenant compte des pistes cyclables. Cette application propose si possible plusieurs itinéraires allant du plus sécurisé au plus rapide. Cette application s’installe sur un téléphone portable, exploite des données publiques et fonctionne dans toute la France.

D – Economie Collaborative

42L’économie collaborative est une économie de pair à pair (sans ou avec peu d’intermédiaires) basée sur l’échange ou le partage de biens (voiture, habitat, outils), de services (co-voiturage, jardinage, enseignement) avec ou sans échange monétaire. L’économie collaborative se développe très rapidement via les plateformes numériques permettant de mettre les acteurs en relation facilement. Une étude réalisé par PwC en 2013, a estimé que le chiffre d’affaire concernant cinq secteurs de l’économie collaborative (prêts de pair à pair, partage de logement, partage de voitures, recrutement en ligne et échange de musique ou vidéos en streaming) pourrait passer de 5 milliards de dollars en 2013 à 235 milliards à l’horizon 2025 [PwC 2014]. Les secteurs d’activité de l’économie collaborative peuvent évoluer d’un pays à l’autre, en fonction des habitudes des habitants. Pour la France, les secteurs concernés sont [Vie Publique 2016] :

  • Logement : location entre particuliers, colocation, échange d’appartement, habitat participatif ;
  • Transport : location de véhicules entre particuliers, échange ou revente de billets de transport, covoiturage, livraison collaborative, voiture de tourisme avec chauffeur (VTC) ;
  • Alimentation : groupements de consommateurs, associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP), co-restauration ;
  • Équipement divers : vente ou achat de matériel d’occasion, don, prêt, échange ou location de matériel ou appareil ;
  • Habillement : location, don, troc, revente/achat de vêtements ;
  • Services d’aide entre particuliers : courses, bricolage, gardiennage, soins aux animaux ;
  • Culture, enseignement : cours en ligne, soutien scolaire, etc.

43Bien souvent, l’économie collaborative s’inscrit dans un contexte de défiance des acteurs institutionnels et se matérialise par des plateformes commerciales mettant les acteurs en relation. Les écueils derrière ce constat sont nombreux. Par exemple, il serait inéquitable que les services proposés dans le contexte de l’économie collaborative ne soient pas taxés alors qu’ils le sont dans le contexte classique. L’économie collaborative génère des emplois mais les employés correspondant n’ont pas forcément un statut clair et ne bénéficient pas des mêmes protections que les autres. Enfin, certains acteurs peuvent générer des services dans le but d’un enrichissement personnel qui s’éloigne de l’esprit collaboratif. Ainsi les pouvoirs publics doivent faire face à de nouveau défis : comment favoriser la dynamique de cette nouvelle économie, qui peut notamment avoir des effets positifs concernant les nouvelles exigences environnementales, tout en la régulant ? Dans ce but une mission parlementaire a été confiée à Pascal Terrasse à qui a produit un rapport en février 2016 [Terrace 2016]. Dans ce rapport figurent notamment 19 propositions concernant la réglementation à mettre en place autour de l’économie collaborative. Nous commentons ci-dessous quelques propositions, pour plus de détail nous renvoyons le lecteur au rapport ou à la synthèse de rapport (accessibles via le même lien [Terrace 2016]) :

44Proposition 1 : Fiabiliser les conditions de référencement
Proposition 2 : Fiabiliser les avis en ligne, indiquer si les avis sont filtrés
Proposition 3 : Créer un espace de notation des plateformes
Proposition 5 : Poursuivre la trajectoire de convergence entre la protection sociale des indépendants et celle des salariés.
Proposition 11 : Assurer la contribution des plateformes aux charges publiques en France
Proposition 12 : Clarifier la doctrine de l’administration fiscale sur la distinction entre revenu et partage de frais et celle de l’administration sociale sur la notion d’activité professionnelle

45La proposition 1 vise à éviter que certaines plateformes instaurent un monopole dans leur domaine d’activité par le biais d’un référencement trop agressif. Les propositions 2 à 4 visent à ce que le consommateur soit clairement informé sur le service proposé et sa qualité. La notion de confiance est effectivement très importante dans le domaine de l’économie collaborative (cf Figure 14). Les propositions 5 à 7 ont pour objectif d’offrir un cadre aux employés de l’économie collaborative, afin que leurs droits se rapprochent de ceux des salariés classiques. Les propositions 8 à 10 concernent les prestataires impliqués indirectement dans un système d’économie collaborative. Les propositions 11 et 12 concernent la fiscalité et la contribution de l’économie collaborative aux charges de l’état. Les mesures 13 à 19 ont pour objectif de créer un environnement favorable au développement de l’économie collaborative.

46BlaBlaCar (https://www.blablacar.fr/​) est un exemple de plateforme collaborative française connaissant un très gros succès. Elle permet faire du covoiturage (cf Figure 13).

Figure 13 : Trouver un covoiturage sur BlaBlaCar

Figure 13 : Trouver un covoiturage sur BlaBlaCar

47Cette plateforme permet à un conducteur de proposer des trajets à des dates données, et à un passager de rechercher un trajet correspondant à son besoin. Dans le cas où aucun trajet ne correspond exactement à sa demande, le passager peut élargir sa recherche sur un rayon de 10 à 50km, ou de laisser une alerte. Dans le dernier cas le passager reçoit un email lorsqu’un trajet correspondant à sa demande est créé. Comme dans tout service proposé dans le domaine de l’économie collaborative, la confiance entre passagers et conducteurs est fondamentale. Après chaque trajet, le conducteur peut noter ses passagers et les passagers peuvent noter le conducteur. La Figure 14 illustre la politique de BlaBlaCar concernant la confiance.

Figure 14 : la confiance dans les usagers chez BlaBlaCar

Figure 14 : la confiance dans les usagers chez BlaBlaCar

48Les MOOC constituent un autre exemple de système fonctionnant en économie collaborative.

E – Conclusion

49Dans cet article, nous avons développé des cas d’usage des sites web interactifs dans quatre domaines : les services de type e-government, le e-learning, le projet Smart City de Toulouse Métropole et l’économie collaborative. L’objectif était d’illustrer la diversité de ce qu’il est possible de faire et d’encourager de nouvelles initiatives. Dans un contexte riche comme le Vanuatu, avec des habitants répartis sur 83 îles, les sites web interactifs on certainement un rôle à jouer pour rapprocher les communautés. Les outils de e-learning sont par exemple déjà très utilisés au Vanuatu. Au travers de ces cas d’usage, avons aussi illustré les politiques de l’Europe, de Toulouse Métropole ou encore de la France pour permettre de développement et l’utilisation de tous ces services. Il est important de retenir que le développement de ces services ne nécessite pas forcément de gros investissements, dès lors que l’on dispose d’un réseau de communication numérique.

50Dans ce contexte d’unité et de diversité que représente le Vanuatu, d’autres techniques informatiques sont certainement utiles. Par exemple, les réseaux sociaux permettent de représenter sous forme de graphes les relations ou interactions entre personnes (relations familiales, professionnelles, amicales, se prêter des biens). Dans un tel graphe, les nœuds représentent les individus et les arcs, les relations qui peuvent exister entre eux. Le graph peut alors être examiné et analysé en considérant la structure sociale qui relie les individus : le graphe est plus ou moins dense ; le plus court chemin moyen entre deux individus est plus ou moins grand ; caractériser certains individus de ce graphe, notamment les plus centraux ; capturer le pouvoir plus ou moins grand des individus). Les ontologies sont un autre aspect de l’informatique susceptibles d’être utiles dans un contexte de diversité. Les ontologies constituent un modèle de représentation de la connaissance dans un domaine, permettant de décrire un ensemble de concepts ainsi que des relations entre ces concepts. Ces modèles sont utilisés en intelligence artificielle, dans le Web sémantique, le génie logiciel, l’informatique biomédicale ou encore l’architecture de l’information comme une forme de représentation de la connaissance. Ils sont utilisés en particulier dans les systèmes multi-agents pour comprendre les services rendus par chaque agent et permettre aux agents de collaborer.

Bibliographie

[CEC 2003] The Role of E-government in Europe’s Future, I-Ways, Digest of Electronic Commerce Policy and Regulations 26 (2003), p. 168.

[univ-numerique] Les UNT au service des établissements : des exemples de scénario concrets, http://univ-numerique.fr/wp-content/uploads/2014/02/Plaquette2-UNT-finale.pdf

[Sup-numerique] Un moteur de recherche pour les UNT, http://www.sup-numerique.gouv.fr/pid33288/moteur-des-ressources-pedagogiques.html

[pec-univa] Site officiel du PEC, https://www.pec-univ.fr/accueil-pec-11496736.kjsp

[pec-univb] Les nouveautés sur la plateforme PEC, https://www.pec-univ.fr/medias/fichier/les-nouveautes-sur-le-site-pec_1464427307851.pdf

[EnsSup 2009] Les Learning centres : un modèle international de bibliothèque intégrée à l’enseignement et à la recherche, http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/2009/33/6/Rapport_Learning_Centers_7-12_RV_131336.pdf

[TlsMétoplole 2015] Toulouse l’Open Métropole, http://www.toulouse-metropole.fr/projets/smart-city, http://documents.toulouse.fr/SmartCity/master-6/sources/indexPop.htm

[Spotminder 2015] Spotminder, un service pour se rassembler autour des évènements ! http://www.spotminder.com/uploads/5/4/6/2/54621299/v6_pr_spotminder_dec2015_vemtech.pdf

[PwC 2014] The sharing economy: how will it disrupt your economy, http://pwc.blogs.com/files/sharing-economy-final_0814.pdf

[Vie Publique 2016] L’économie collaborative : un nouveau modèle socio-économique ? http://www.vie-publique.fr/actualite/dossier/rub1859/economie-collaborative-nouveau-modele-socio-economique.html

[Terrace 2016] Rapport au premier ministre sur l’économie collaborative, http://www.gouvernement.fr/partage/6421-rapport-de-pascal-terrasse-sur-le-developpement-de-l-economie-collaborative.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : plateforme de développement EasyPHP
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/2932/img-1.png
Fichier image/png, 15k
Titre Figure 2 : quelques sites e-gouvernment français
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/2932/img-2.png
Fichier image/png, 99k
Titre Figure 3 : extrait de la page d’accueil pôle-emploi avec un 
formulaire d’interrogation
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/2932/img-3.png
Fichier image/png, 137k
Titre Figure 4 : résultat de la recherche
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/2932/img-4.png
Fichier image/png, 124k
Titre Figure 5 : portail FOAD MOOC de l’AUF
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/2932/img-5.png
Fichier image/png, 148k
Titre Figure 6 : cours proposés via la plateforme fun-mooc
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/2932/img-6.png
Fichier image/png, 125k
Titre Figure 7 : services proposés par le Learning Center d’UT1 Capitole
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/2932/img-7.png
Fichier image/png, 31k
Titre Figure 8 : trois principes pour Toulouse Smart City
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/2932/img-8.png
Fichier image/png, 41k
Titre Figure 9 : exemples de déploiements publics-privés en cours
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/2932/img-9.png
Fichier image/png, 47k
Titre Figure 10 : Portail d’accès aux données publiques partagées
 de Toulouse Métropole
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/2932/img-10.png
Fichier image/png, 106k
Titre Figure 11 : Données proposées avec le mot-clé “écoles”
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/2932/img-11.png
Fichier image/png, 59k
Titre Figure 12 : Application QuiDitMiam pour téléphone mobile
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/2932/img-12.png
Fichier image/png, 113k
Titre Figure 13 : Trouver un covoiturage sur BlaBlaCar
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/2932/img-13.png
Fichier image/png, 62k
Titre Figure 14 : la confiance dans les usagers chez BlaBlaCar
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/2932/img-14.png
Fichier image/png, 67k

Auteur

Maître de conférences, Université Toulouse 1 Capitole

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540