Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vanuatu : oscillation entre diversité et unité

 | 
Michèle Boubay-Pagès

Allocutions d’ouverture

Texte intégral

Discours de M. le Chef Malfatumaori

  • 1 Melle Maltaus, ayant suivi avec succès le cursus de la licence AES à Port-Vila, est actuellement é (...)

1Discours en Bislama
Transcrit et traduit par Melle Marceline MALTAUS1
Chief to Chairman Ceremonie
Thank you long master ceremony we i save givim taem ya long mi, especialy mi president blong Malvatumauri blong mi save kivim smol toktok. Before mi mekem wan toktok, mi ting se I gud blo mekem wan smol custom we mi preparem I kong long chairman blong this organising conference.
Chairman blong this conference, long behalf blong Malvatumauri, National council of chief we hem na I lukaotem custom blo Vanuatu, mi think se before umi stat blong toktok; I gud,umi clinim or umi wokbaot wetem custom fastaem, and then umi save toktok long fasin blo custom blong yumi.
So long this morning, mi askem you blo yu kam receivim gift we I stap logn hand blong mi, hemi wan traditionnel samting we Vanuatu I stap usum, mat. Taem umi tokbaot kastom, yumi staon antap long matt blong yumi tokbaot custom and hemia since taem yumi born I kam wetem ol bubu blong yumi specially long Vanuatu.
So mi askem you blo kam long front mo reivim gift ya fastaem.

2Discours
Ol chief reprensentative we umi satp insaet long this conference, ol officers, ol skul pikinini we ufala I stap wetem umi long morning ya. first of all mi wantem talem thank you long Chairman blong this conference we I save jusum Vanuatu blong conference I stap long hem. Last year taem cyclon pam I hitim umi harem ol result blong damage, be umi no think se ba ol nara country ba oli wantem kambak long Vanuatu. Be mi wantem talem se mi praod mo talem bigfala thank you blong jusum Vanuatu blong yumi kam and save mekem research long custom blong vanuatu. So welcome long Vanuatu.
Mi anderstand se long 2 days ya ba yumi tokbaot custom and culture. And taem yumi tokbaot custom and culture, yumi stap thing se word ya hemi smol nomo, be taem we yumi mekem researche long hem, evri book blong yumi ba I finis, umi mkm funding, funding ya babae I finis be custom and culture blong yumi I still stap yet and mi praot blo talem olsem. Yumi stap long Port vila ya be stamba blo custom ya I stap long ol aeland council. Olsem we Constitution I kivim paowa long custom long Malvatumauri we mi mi stap long hem, mi praod blo talem olsem ya na. Se yumi gat 22 aeland council we oli stap oli stap lukaotem gud custom ya, and Vanuatu hemi wan country we hemi wan diffrent country olgeta we custom blong yumi hemi holem taet I stap today.
Long morning ya mi wantem givim 2 example nomo long fasin blong custom. First point hemi taem yumi tokbaot se yumi born wetem custom. Taem yumi born long mama blo yumi haow yumi born, and ba mi tokbaot example blo mi how mi born folem fasin blong castom. Today yumi born long hospital, long clinique. Be taem yumi born long fasin blo custom hemia na I refer back long history blong yumi. And taem mi born long custom umi born insaet long wan kitchen, we mama blo mi afta long 9 manis I bornem mi insaet. And mama blong mi I no staon long wan bed or clin samting, hemi staon long stone blo bornem mi and mi born long 1960 25 december. So afta we hemi bornem mi, mi no stap long wan clin bed sit ya, oli putum mi long wan mat. Mama blong mi long custom blo mi hem hang long wan rop, and hemi bornem mi hemi long 1960. So taem yumi tokbaot custom long stat we yumi born, hemi ol stat blong ol process I ko.
So insaet, taem yumi born long fasin blo custom, yumi mas respectem fashin we umi born long hem. Mama blo mi I no save kamaot aotsaet within 10 days. Hemi process blo custom ya na, afta 10 days hemi save ko pusum hed blem nomo aotsaet. Be I gat ol activirty we ba I tek ples taem mi stap insaet ya. So hemi wan longfla storian. And hemia mi sta relate long fasin we mi mi grow up long hem.
So taem yumi tokbaot custom and culture, hemi very important long wan country olsem yumi long Vanuatu. That’s why mi happy blo confrence ya I sta long Vanuatu. And olsem we ol custom ya oli kam long ol aeland, mi wantem se ol conference olsem oli take place too long ol aeland from ol ples ya i gat ol custom i stap long hem, ol custom place oli stap long hem mo ol olfala blo yumi tu oli stap long hem.
Second samting: wan toktok we mi wantem mekem I klia se yumi wokbaot long fasin blong custom that’s why Vanuatu I wan peacefull country. Yumi wokbaot wetem stick, tut blo pik or lif namelé mo hemia I blo shoem se peace I remeind long yumi.
And Vanutau we always peace mo unity I stap long hem, from the only samting we hemi upholdem yumi hemi fasin blo custom blong yumi…
Chairman blong this conference wetem members blo delegation we yufala I kamaot long ol nara country I kam mi thing se 2 days ya babae ufala I lanem more mo ufala I lukluk plante long custom mo culture blong yumi. Before mi finis mi wantem talem long yumi se long 2 days ya, mi recamendem I kam long yumi, ol ministers, yumi gat ol university we oli stap blong study long hem be mi thing se ba yumi mas gat wan university too blong lanem ol culture blong yumi from taem yumi comperem 1600 I kam I gat fulap samting I change plante. So mi mithing se long yumi, blo tokbaot custom and culture I ko more, mi ting se wan university blong lanem more maintenem ol culture and hemi important blo ol pikini blo yumi.
Thank yu tumas long attention blong yumi evriwan, so proud blo kivim wan toktok, and olsem chairman blo Malvatumauri, mi talem thank you tumas.

3Traduction
Discours de M. le Chef Malvatumauri

Je tiens à remercier le maître de cérémonie de m’avoir donné cette opportunité en tant que Président des chefs Malvatumauri de prendre la parole. Avant de commencer, je crois qu’il est très important de faire un geste coutumier que j’ai préparé moi-même et c’est au Président de la conférence que j’aimerais adresser ce geste coutumier.
Ainsi, ce matin, je te demande de recevoir ce cadeau Mr le Président. Il s’agit ici d’une natte. C’est un objet traditionnel aux valeurs traditionnelles et qui est très utilisé au Vanuatu. En effet, lorsqu’on discute de ce qui est de coutume et des cultures, c’est sur une natte qu’on s’assoit pour en discuter et cela depuis très longtemps ici au Vanuatu.
Je te demande ainsi de le recevoir.

4Discours
Représentants des chefs aujourd’hui présents à ce colloque, enseignants, étudiants et tout le monde ici présent, je tiens premièrement à remercier le Président de la conférence d’avoir choisi notre pays, le Vanuatu comme lieu de ce colloque. Depuis le cyclone Pam, on croyait qu’aucun étranger n’aimerait y revenir. Malgré cela, vous revenez toujours pour nous tendre la main. Pour cela, je suis très fier et je les remercie encore une fois d’avoir choisir notre pays malgré tout pour tenir ce colloque. Je vous souhaite donc la bienvenue au Vanuatu.
J’ai compris que lors ces deux jours de colloque, le thème sera coutume et culture. Cependant, lorsque nous parlons de la coutume, nous avons l’intuition que ce mot ne signifie pas grande chose. Mais ce n’est pas cas, car si nous faisons des recherches par rapport à ce sujet, il n’y aurait plus de livres, mais la coutume sera toujours là et je suis très fier d’affirmer cela aujourd’hui.
Nous sommes à Port-Vila, et toutes les sources coutumières sont détenues et préservées par les vingt-deux conseils coutumiers des îles. C’est la Constitution qui consacre une place importante à la coutume et attribue ainsi ce pouvoir au Conseil national des chefs dont je suis le président. J’ai l’honneur de vous dire cela. C’est grâce au travail fourni par le Conseil national des chefs et les Conseils des chefs des îles que le Vanuatu reste aujourd’hui un pays totalement différent des autres car il est toujours soutenu par sa coutume.
Ce matin j’aimerais vous donner deux exemples de la façon dont on vit et l’on grandit avec sa coutume et sa culture.
Premièrement, je vais vous parler de la manière d’être né avec la coutume. Tout le monde se demande comment se passe une naissance. Je vais donc vous parler de la façon dont moi je suis né. De nos jours, ici au Vanuatu, la naissance se fait soit dans une clinique, soit dans un hôpital. Mais une naissance à la manière traditionnelle n’est pas du tout la même chose car elle se réfère à toute une histoire.
Une naissance traditionnelle se fait dans une case traditionnelle. Ce fut le cas pour moi. Ma mère, après neuf mois, m’a donné naissance dans une case traditionnelle servant de cuisine. A ce moment elle ne s’allongea pas sur un lit ou un drap propre, mais elle s’assit sur un rocher afin de me donner naissance, et cela le 25 décembre 1960. Après ma naissance, on ne m’a pas posé sur un drap ou un lit mais on m’a posé sur une natte. Ma mère, selon ses coutumes, s’est accrochée à une corde pour donner naissance. Ainsi, lorsqu’on parle de coutume, c’est une procédure qui commence dès la naissance.
Lorsqu’on parle des coutumes et cultures, on doit également les respecter et pour cela respecter la manière dont on est né. Après qu’une femme ait accouché, elle ne sort pas pendant dix jours. Elle reste à l’intérieur de la maison. Dès le dixième jour après la naissance, elle sort juste pour se montrer et rentre à nouveau dans la maison. Après cette naissance, il y a plusieurs cérémonies coutumières par la suite, au cours de la vie du nouveau-né. C’est une longue histoire.
Lorsqu’on parle des coutumes et cultures, ceci est très important pour un pays comme le Vanuatu, qui tient à ses valeurs traditionnelles et coutumières. C’est pour cela que je tiens à vous faire part de ma joie que ce colloque puisse avoir lieu ici. Et du fait que les coutumes se préservent et se pratiquent plus dans les îles, j’aimerais bien que de tels colloques puissent se faire dans ces îles également. C’est dans les îles de l’archipel qu’il y a des endroits coutumiers, des hommes coutumiers et où se pratiquent et respectent le plus les coutumes et traditions.
Deuxième exemple : je voudrais insister sur un point. Nous avançons tout en respectant les valeurs coutumières et traditionnelles et c’est pour cela que le Vanuatu reste aujourd’hui un pays où règne la paix. Les chefs avec les dents de cochons, les lances, les endroits où sont présentes les feuilles namélé, tout cela montre que la coutume et les cultures traditionnelles existent toujours.
Et Vanuatu est le pays où il existe toujours la paix et l’unité car ce qui rend tout cela possible, ce sont les coutumes et les cultures traditionnelles.

Discours de M. le doyen Francis QUEROL 

5Monsieur le ministre de l’éducation je vous remercie également pour votre présence mais d’une certaine façon c’est vous qui m’accueillez dans les locaux que vous avez durant de très nombreuses années dirigés. Chers collègues, mesdames et messieurs, j’avais ici la possibilité de faire un discours mais finalement je ne le ferai pas parce que le temps passe très vite. Je voudrais tout simplement dire combien l’Université Toulouse 1 Capitole est fière et orgueilleuse d’organiser une manifestation scientifique telle qu’un colloque à 20 000 km de Toulouse, que ce colloque est une réussite non pas parce qu’il y a des chercheurs éminents mais surtout parce qu’il y a un public jeune, un public qui prendra la relève et ceci est une très grande satisfaction pour tous les enseignants qu’ils soient de Toulouse et qu’ils soient d’ailleurs. Je remercierai également tous ceux qui ont participé à la réalisation de ce colloque, à l’AUF, à l’USP, les collègues bien entendu mais je ne voudrais pas m’éterniser. J’espère que les débats seront fructueux, qu’ils seront nourris, qu’ils susciteront la réflexion et une fois encore je le répète, qu’ils susciteront peut-être des vocations en matière d’enseignement. Je vous remercie beaucoup.

Discours de M. Jean-Pierre NIRUA, Ministre de l’Education nationale du Vanuatu

6M Francis QUEROL, doyen de la faculté d’administration et de la communication de l’Université de Toulouse, Monsieur le Président du Conseil national des chefs Malfatumaori, Mme la représentante de la Nouvelle Calédonie à vous les chercheurs, chers étudiants, Mesdames et Messieurs, bonjour. Hier j’assistais à la première remise des diplômes de la licence d’administration économique et sociale de l’Université de Toulouse Capitole à l’AUF en compagnie d’une foule assez nombreuse composée de parents, d’institutionnels, d’enseignants et bien sûr des étudiants et j’en suis sûr parmi eux de futurs universitaires. Aujourd’hui ici sur le campus d’Emalus j’ai l’impression de retrouver la même audience qu’hier. J’en reconnais plusieurs même s’ils ont changé de tenue, des étudiants et le corps professoral. Je vais vous faire une confidence. Je crois savoir pourquoi ce changement de look aujourd’hui. Hier on sanctionnait, on vénérait l’enseignement comme l’aboutissement d’un enseignement, aujourd’hui on passe à la recherche. J’en déduis que les étudiants qui ont reçu hier leur diplôme sont invités à s’initier à la recherche à travers l’expérience de leurs aînés. L’exemple le meilleur des enseignants, le meilleur moyen de la motivation, vos étudiants vous ont appréciés, vous les chercheurs, et les professeurs pour vos cours ils ne manqueront pas de vous vénérer pour le résultat de vos recherches et celles de vos invités qui seront présentés à ce colloque.
J’annonçais hier la volonté du Vanuatu de s’investir dans l’enseignement supérieur et la création d’une nouvelle université nationale mais je suis très conscient de la réalité et surtout le défi pour le Vanuatu que cette réalité impose. Une université repose sur deux piliers principaux : l’enseignement et la recherche tous deux animés par un corps professoral et des chercheurs qualifiés et motivés. Je salue donc l’initiative de l’université de Toulouse pour initier nos jeunes et futurs chercheurs du pays à travers ce colloque car le Vanuatu doit aussi penser à la création d’un centre de recherche. Cette manifestation me semble préfigurer la vocation de ce centre. L’annonce par le doyen Francis QUEROL de la mise en place de la délocalisation d’un master AES par exemple montre que petit à petit les marches qui nous rapprochent de l’objectif se construisent. Dans un avenir pas très lointain le Vanuatu devra commencer à produire ses propres chercheurs, j’en suis sûr et je m’en réjouis déjà d’avance.
Quand je feuillette le programme très riche qui est là devant moi je constate que beaucoup d’universitaires et de spécialistes participent à ce colloque adapté au thème : Le Vanuatu : oscillation entre diversité et unité. En tant que ministre responsable de l’Education Nationale, je souhaiterais vous faire part de mon admiration pour la composition de ce plateau scientifique de haute qualité. Le choix d’un colloque bilingue ici, à Port-Vila, même si d’apparence banale ou assez logique dans la plupart des colloques, les thématiques des rassemblements régionaux et internationaux, me tiennent particulièrement à cœur. Vous connaissez ma campagne pour un Vanuatu moderne et bilingue où les citoyens anglophones ou francophones ne seront tout simplement que des citoyens Vanuatais compétents en demande internationale que sont l’anglais et le français, bien sûr, en plus de la langue nationale qu’est le Bislama.
J’entends donc remercier les chercheurs venus d’Australie, de Nouvelle-Calédonie, de l’USP, de Toulouse Capitole, permettez-moi aussi d’être un peu chauvin, du Vanuatu. Je tiens particulièrement à honorer un certain Morsen MOSSES qui a fraîchement obtenu son titre de docteur au Canada et qui revient au pays pour contribuer à la promotion de la licence AES. En effet il est important de conforter l’autonomie du pays, que ce pays dispose d’une recherche propre autonome et indépendante dans les années à venir car tous les gouvernements devraient s’inspirer du travail des chercheurs avant d’adopter des politiques de développement et de prendre des décisions politiques.
Quant au thème de votre colloque : Le Vanuatu : oscillation entre diversité et unité j’y vois à la fois du concret mais aussi de l’abstrait ; concret parce que notre pays et notre espace au Vanuatu est en lui-même une manifestation culturelle économique et politique concrète où il fait bon vivre en harmonie dans une diversité et dans des contrastes inimaginables parfois. Et pourtant nous sommes bien là. En tant que petit peuple de deux cent cinquante mille habitants partageant plus d’une centaine de dialectes, langues vernaculaires, une langue nationale et deux langues internationales. Prenez le contexte politique actuel : le pays a un gouvernement, deux coalitions de douze partis politiques et pourtant on a l’impression que tout va bien et tout ira bien, bien sûr. Le thème peut apparaître aussi abstrait car il peut bien représenter une déclaration philosophique quand on parle d’osciller entre diversité et unité mais je vous laisserai plutôt le soin de le décortiquer, de rendre sa substance facile à digérer, surtout pour les personnes simples comme certains d’entre nous. J’imagine que ce thème est propre au développement de beaucoup de matières puisque dix-sept interventions sur ces deux jours sont prévues. Moi, profane, je comprends que cet archipel de quatre-vingt-trois îles représente une grande diversité. Entre le nord et le sud, le pays compte plus de cent dix langues vernaculaires, donc la diversité est au rendez-vous. Bon courage à vous !
Quant à l’unité, moi, ministre, j’en rêve. Mais après, je serais incapable de traiter le sujet. C’est pourquoi, chers amis, vos connaissances m’amènent plutôt, par prudence, d’être votre allié. Je vous cède donc la parole et la place tout à l’heure. Que vos interventions soient la base d’un échange riche et fructueux, pour vous et surtout pour notre pays. Et malheureusement si mes préoccupations ne me permettent pas d’assister à vos travaux, je vous promets de placer les actes de ce colloque sur ma table de chevet. Et sur ces mots je voudrais donc tout d’abord saluer les organisateurs de ce colloque et aussi vous souhaiter à vous toutes et tous un bon travail et j’ai l’immense plaisir de déclarer maintenant le colloque Vanuatu, oscillation entre diversité et unité, ouvert. Merci.

Notes

1 Melle Maltaus, ayant suivi avec succès le cursus de la licence AES à Port-Vila, est actuellement étudiante en M1 de droit international à Toulouse. Elle a accepté de retranscrire et de traduire le discours du Chef Malvatumauri, ce dont nous la remercions chaleureusement.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540