Version classiqueVersion mobile

L'organisation judiciaire en Indochine française 1858-1945. Tome I

 | 
Adrien Blazy

Partie II. Les Pays de Protectorat jusqu'en 1898

Chapitre IV. Le Cambodge : une organisation conditionnée politiquement

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1208 Le tout premier des protectorats indochinois est mis en place au Cambodge, en 1863, c’est-à-dire au moment où la colonisation se précise en Cochinchine. Pourtant, le Cambodge est un pays radicalement différent : langue, coutumes, organisations administratives et judiciaires, rien ne permettait de relier ces deux pays, si ce n’est leur histoire commune. L’existence de pays différents unis par la colonisation française, conduit à se demander comment les Français ont pu concilier les restrictions qu’imposaient un protectorat et les volontés de réforme et d’assimilation, que nous avons pu décrire lors de notre étude de la Cochinchine. Cette étude sera en deux parties, se focalisant, d’abord, sur la période 1863-1884, où le protectorat s’affirme alors progressivement ; puis sur la période 1884-1898, qui se caractérise par une succession de réformes, et où les orientations changent radicalement.

SECTION 1 : UN PROTECTORAT QUI S’AFFIRME PROGRESSIVEMENT (1863-1884)

1209 Le royaume du Cam...

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search