Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Image(s) & Environnement

 | 
Marie-Pierre Blind-Franchomme

Titre 2. L'image dans l'environnement : des éléments du droit au paysage à l'atteinte à l'image

Rendre (in)visibles les dommages causés à l’environnement

L’exemple de la marée noire du Prestige

Julien Weisbein

Texte intégral

  • 1 C. Gilbert, E Henry, “Lire l’action publique au prisme des processus de définition des problèmes”, (...)
  • 2 De nombreux courants sociologiques (anthropologie des connaissances, sociologie pragmatique, étude (...)
  • 3 C’est en ce sens que Bruno Latour analyse la révolution pastorienne en médecine, par l’entremise d (...)

1Les dommages infligés à l’environnement ont, très souvent, une réalité visuelle forte qui équipe leur saisie en tant qu’objet de contestation et d’action publique. C’est en effet parce qu’ils sont montrés à un public que de tels événements sont inscrits à l’agenda politique et appellent une prise en charge par les autorités. Si la façon dont ces enjeux sont construits comme des problèmes publics doit autant à leurs caractéristiques propres qu’à la capacité de certains acteurs à en orienter les contours, le sens ainsi que les modalités de traitement1, il convient donc de prendre également en compte les diverses médiations techniques (photographie, télévision, statistique, tableau, carte, imagerie médicale ou microscope)2 qui permettent d’opérer à distance un contact visuel avec ces problèmes et qui contribuent à les rendre réels malgré l’absence d’une expérience immédiate de ceux-ci. Cette problématique intéresse notamment la question de l’image de l’environnement. En effet, qu’elle soit idéelle (une image de marque, un brevet d’exemplarité attribué à un environnement) ou bien réelle (comme une représentation physique de celui-ci), celle-ci est avant tout médiatisée par des dispositifs, normatifs pour la première et sociotechniques pour la seconde. C’est peut-être d’ailleurs ce que la sociologie politique pourrait modestement proposer aux réflexions des juristes sur cette mise en image de l’environnement : en insistant sur l’importance de l’expérience visuelle de ce type d’enjeux, elle invite à prendre en compte, à côté des formes juridiques qui attribuent à ces questions une certaine robustesse dans des normes, les dispositifs de visualisation qui rendent celles-ci possibles en amont, c’est-à-dire tous les instruments matériels par lesquels un problème ou un malheur sont révélés, offerts à la vue, rendus appréhendables par ce sens3.

  • 4 X. Itçaina, J. Weisbein, dir., Marées noires et politique. Gestion et contestations de la pollutio (...)
  • 5 Ce registre de la vue est d’autant plus présent qu’on a affaire ici à une entité visible, matériel (...)
  • 6 Pour une présentation des dispositifs juridiques de prévention et de gestion des marées noires, vo (...)
  • 7 Pour cela, voir J. Weisbein, “La marée noire du Prestige vue de la côte aquitaine. Les dynamiques (...)

2La marée noire causée par le naufrage du pétrolier Prestige est ainsi une opportunité intéressante pour comprendre en quoi l’image attribuée à un environnement peut être recomposée à la suite d’un événement catastrophique, acquérir une certaine densité sociale et politique pour enfin ouvrir à des processus d’action publique visant à le protéger. En effet, tant les caractéristiques générales de cette classe de phénomène de pollution maritime que celles, plus singulières, de l’épisode de 2002-2003 poussent à cette question du visible et du faire4 : une marée noire est non seulement un événement spectaculaire (au sens où elle propose un spectacle désormais bien ritualisé, fait de plages souillées, d’oiseaux englués dans le pétrole et de bénévoles maculés de noir) mais surtout un scandale public, abondamment relayé par les médias notamment audiovisuels. Cette dimension de controverse, mettant plusieurs parties en opposition sur la définition de la situation et sur la façon de la traiter, est notamment outillée par de l’image5. Et il sera bien question de cela dans la gestion de la marée noire du Prestige, à la fois du côté des acteurs appelés à gérer cet épisode, comme du point de vue d’autres acteurs, économiques, médiatiques et associatifs qui contestent l’action des premiers. En effet, les controverses qui se déploient entre le 19 novembre 2002, date du naufrage, et l’été 2003, en pleine période estivale, se focalisent grandement sur la figuration du pétrole échappé de l’épave du tanker, ce qui fait de l’enjeu de sa qualification visuelle (et donc du type de dispositif qui permet d’en attester) le point nodal à partir duquel se structurent les arguments et les moments de la crise. Le but de ce texte n’est donc pas d’établir la juridicité ou la cohérence per se des différentes normes et instruments établis pour définir, garantir ou mesurer le statut d’image de l’environnement affecté par une marée noire, comme la notion de “préjudice écologique” reconnue dans le cadre du procès de l’Erika ou bien les normes qui régulent ce type de pollution (comme la convention Marpol, le Mémorandum de Paris, le Oil Pollution Act, le plan Polmar ou bien les paquets Erika I et II)6 ; car avant leur qualification en problèmes politiques puis juridiques, appelant des formes de régulation propres à cette technologie, les événements de 2002-2003 ont été médiatisés par divers dispositifs de visualisation qui ont permis de “voir la marée noire” et de lui donner une certaine réalité tangible : images médiatiques (comme des photographies, des reportages à la télévision ou bien des films diffusés sur Internet), cartes satellites (qui permettent de repérer à distance les nappes de pétrole), plans d’action (comme ceux qui sont établis dans le cadre du dispositif Polmar), mais aussi des objets plus concrets comme des tee-shirts, des chaussures, des choses de la nature ou même des corps… Ces divers artefacts ont été d’autant plus nécessaires que la marée noire du Prestige s’est caractérisée par une cinétique particulière (faible urgence, latence des arrivées de fioul mais aussi durée importante de la crise qui a perduré plusieurs mois) et par l’étendue considérable des zones concernées embrassant le littoral de trois Etats membres de l’UE (l’Espagne, la France et, plus marginalement, le Portugal), dégageant de la sorte un vaste espace social pour des opérations de définition concurrentielle de la situation. Sous cet angle, trois moments se dessinent durant lesquels les acteurs impliqués, les imputations de responsabilité qu’ils établissent ou même la façon dont ils définissent la situation et surtout la rendent visible diffèrent. Il ne s’agira pas ici de décrire chacune de ces phases7, mais d’analyser plus particulièrement la place qu’y prennent les dispositifs de visualisation du pétrole, leur nature et leurs usages. En effet, ceux-ci sont passibles d’usages stratégiques de la part des acteurs qui s’engagent dans la controverse tant ils participent au cadrage public de la situation. Ils relèvent dès lors d’une analyse de sociologie politique.

I – TRACER LE PETROLE : USAGES TECHNICIENS ET GESTIONNAIRES

3La première période de la marée noire est ouverte par la dérive du pétrolier, son naufrage puis la dérive erratique des nappes de fioul dans le Golfe de Gascogne. Le Prestige est en avarie au large du Portugal le 13 novembre avec à son bord une importante cargaison de 77.000 tonnes de fioul lourd ; le lendemain, des remorqueurs tentent de le ramener au large, 4000 tonnes s’étant déjà déversées dans la mer ; le 19, le Prestige se brise finalement en deux et coule par 3.500 mètres de fond, causant ainsi une pollution de très grande ampleur (d’environ 63.000 tonnes). A ce stade, les pouvoirs publics en France sont toutefois placés en situation de forte incertitude, notamment quant à l’anticipation de la menace, dont on connaît bien la nature (une marée noire) mais dont on peine à évaluer la possibilité d’advenue et surtout l’ampleur. Les conditions météorologiques rencontrées tout au long du mois de décembre 2002, avec des vents variables en direction mais constants dans leur intensité, rendent en effet particulièrement problématiques la nature du danger et l’efficacité des opérations de récupération du pétrole en mer. Or si la pollution des côtes françaises est d’abord considérée comme une hypothèse, les experts estiment assez vite qu’il ne s’agit que d’un sursis et que celles-ci ne sont que provisoirement épargnées, suscitant une mobilisation préventive des autorités (activation du plan Polmar, organisation de la chaîne des responsabilités, rencontre avec les élus et certains groupes socioprofessionnels, etc.).

4Pour autant, la crise reste encore diffuse au sens où celle-ci manque de consistance visuelle. Sur la côte française, la carrière publique du Prestige est en effet inaugurée par son absence de réalité tangible : le pétrole n’est alors qu’une entité abstraite, un ensemble de données techniques avancées par différents experts (courantologues, médecins, biologistes, etc.), des relevés quotidiens sur des cartes ainsi que quelques images, certes spectaculaires mais néanmoins étrangères, celles des côtes galiciennes largement souillées ou bien celles du flanc de l’épave suintant de gouttes d’hydrocarbures. Et le fait que la lutte ne soit engagée qu’en mer renforce cette irréalité relative du polluant. Quelques rares dispositifs lui confèrent davantage de consistance (exemplarisation des pêcheurs qui luttent en mer, reportages dans le quotidien régional Sud Ouest de la situation galicienne caractérisée par des échouages spectaculaires, photographies d’oiseaux mazoutés recueillis à terre, etc.) mais dans l’ensemble, la crise est ailleurs, lointaine, au large et presque invisible. D’autant plus que l’incertitude concerne tant la localisation exacte des nappes de fioul (le fait que les nappes flottent entre deux eaux les rendent invisibles et leur permettent d’échapper partiellement aux dispositifs de surveillance visuelle par avions), que leur destination, posant ainsi de sérieux problèmes pour les différents services mis en alerte. Par conséquent, les dispositifs de visualisation qui permettent de rendre compte à distance de la marée noire et de la tracer sont essentiellement des instruments techniques : modélisation de la dérive du pétrole grâce au logiciel de Météo France MOTHY, utilisation de cartes satellites financées par la Commission européenne, photographies réalisées par des patrouilles aériennes, prévisions des instituts hydrographiques, analyses du sous-marin Nautile chargé d’inspecter l’épave, infographies dans les journaux présentant la dérive des nappes de fioul, etc. Le registre visuel est également mobilisé par les acteurs pour qualifier, à terre, le paysage “normal”. Des huissiers sont par exemple sollicités en Gironde, en Vendée, dans les Landes ou en Charente-Maritime pour, photographies à l’appui, dresser des constats visuels de l’état du littoral avant la pollution supposée, afin d’armer d’éventuels dossiers juridiques.

  • 8 Le fioul lourd no 2, de densité proche de l’eau de mer, tend à se mélanger avec celle-ci pour form (...)

5Dans l’ensemble, deux éléments caractérisent la mise en image du fioul durant cette première phase. En premier lieu, les dispositifs mobilisés sont essentiellement de nature gestionnaire et scientifique et entraînent une mise à distance du fioul réalisée par l’opérateur technique. Cette absence de normativité et de moralité (il s’agit juste de décrire la situation pour mieux la gérer) renvoie au registre de la scientificité et de la neutralité axiologique que ces instruments imposent. D’où, en second lieu, des descriptions assez neutres du pétrole. Les premiers comptes-rendus se basent en effet sur une approche technique : il est surtout question de sa consistance physique et de ce qui peut la rendre malléable pour les opérations de récupération en mer (effets de la pression de l’eau sur les cuves du pétrolier ou de la température de l’eau sur la viscosité du fioul, fragmentation des nappes entre deux eaux, etc.)8. Néanmoins, la nature toxique du fioul apparaît dans les discours dès le 27 novembre, par l’action de révélation de quelques ONG, puis par des événements spectaculaires (prise en charge sanitaire de 400 personnes ayant participé directement ou indirectement aux opérations de nettoyage en Galice fin décembre 2002). Pour autant, les soupçons sur la nature nocive, notamment cancérigène, du pétrole du Prestige ne sont pas clarifiés officiellement. L’InVS (Institut de veille sanitaire), s’appuyant sur une analyse toxicologique et sur les retours d’expérience de l’Erika, conclue le 5 décembre à l’extrême prudence à observer en matière de manipulation du polluant mais ne répond pas aux interrogations précises qui circulent sur la question du cancer, maintenant l’incertitude sur le produit.

  • 9 Pour une description de ce logiciel, voir S. Bahé, Les pollutions maritimes accidentelles en Franc (...)

6Le logiciel MOTHY (Modèle océanique de transport d’hydrocarbure) développé au sein de la division Marine et Océanographie de la direction de la Prévision de Météo-France peut servir d’illustration à ce phénomène de déréalisation du pétrole9. En raison de son importance cardinale dans les opérations de récupération du polluant en mer, on en compte plus de 250 utilisations durant l’épisode du Prestige. Ici, le jeu sur la distance est particulièrement prononcé puisque le modèle est lancé de Toulouse, par un prévisionniste marine du Centre National de Prévision (CNP) puis transmis au Cedre (Centre de documentation, de recherche et d’expérimentation sur les pollutions accidentelles des eaux) qui s’en sert pour conseiller le préfet maritime, le tout dans un délai court de moins d’une demi-heure. Mais surtout, les nappes de fioul y sont analysées à partir d’un ensemble de variables (volumes en cause, type de polluant, vitesse des courants et des marées, température de l’eau et de l’air, etc.) et sont figurées sur des cartes sous formes de points, de flèches ou de diagrammes (cf. figure 1). La vulgarisation de ces dispositifs gestionnaires et leur relai dans l’espace public empruntent ces formes d’abstraction et d’euphémisation de la tangibilité du fioul : les infographies publiées quotidiennement dans Sud Ouest et dans les dépêches de presse ou bien les cartes qui accompagnent les communiqués de presse de la préfecture de zone sud ouest ou de la préfecture maritime rendent certes compte d’une menace, avec une représentation plus réaliste des nappes de pétrole, celle-ci n’en est pas moins atténuée par le dispositif de figuration utilisé (cf. figure 2).

7Pour autant, ces dispositifs de visualisation et de surveillance peinent à prévoir avec précision la dérive des nappes en mer et à atténuer les craintes face à la situation. Le trop grand nombre de variables (vents, courants, comportement du fioul dans l’eau, etc.) rend en effet les calculs et les modèles finalement peu robustes et révèle l’absence de connaissances précises concernant la courantologie du Golfe de Gascogne. D’autant plus qu’avec l’arrivée à terre du polluant, celui-ci va être profondément requalifié par l’intermédiaire de nouvelles formes de figuration qui vont en faire une réalité tangible, et non plus une hypothèse abstraite.

II – RESSENTIR LE PÉTROLE : ÉPREUVES DE TANGIBILITÉ ET ÉMOTIONS COMMUNAUTAIRES

  • 10 Sur cette notion, voir F. Chateauraynaud, D. Torny, Les sombres précurseurs. Une sociologie pragma (...)

8L’apparition sur les côtes aquitaines du pétrole dès le 1er janvier 2003 (plus précisément à Biscarosse, dans les Landes) ouvre en effet une nouvelle période. Car l’arrivée des boulettes de fioul sur la côte aquitaine leur donne une réalité nouvelle, sollicitant désormais tous les sens (vue, odorat et toucher) et permettant ainsi des épreuves de tangibilité10. Les formes publiques de désignation du pétrole sont ainsi renouvelées et renvoient à deux catégorisations mêlées : un vocabulaire insistant sur la matérialité du fioul et le registre nosographique de la maladie qui permet d’opposer la “pureté” du littoral et des plages à la “souillure”, voir au “cancer”, induits par le pétrole.

9Cette figuration du fioul s’appuie sur de nouveaux dispositifs de visualisation ainsi que sur des procédés de narration plus littéraires. En effet, les équipements qui permettent de rendre visible le fioul sont désormais plus diversifiés. On note dans la forte couverture médiatique la récurrence de certaines images qui vont être diffusées durant toute la période : le blanc des combinaisons de nettoyage qui contraste avec le noir du pétrole, les oiseaux englués dans le fioul, les gros plans de boulettes ou de plaques, etc. La forte couverture télévisuelle du mois de janvier mais également les images publiées dans Sud Ouest (avec notamment 14 unes en janvier, contre 3 en février) qui font un usage quotidien de cette iconographie renforcent cette forte présence visuelle et cette spectacularisation de la marée noire. Mais d’autres dispositifs permettent de repérer le fioul et d’en donner une représentation graphique ou visuelle, comme le site de prévision des vagues Surf Report qui s’accompagne de nombreuses photos prises par des surfeurs, les sites Internet rendant compte de l’état des plages (comme plagenet. info ou bien même une webcam de la Grande Plage accessible depuis le site de la ville de Biarritz) ainsi que l’appui sur des choses, parfois intimes, qui fonctionnent comme autant de révélateurs du polluant (les semelles des chaussures des promeneurs, les trottoirs des rues de certaines communes littorales, les instruments servant à nettoyer le fioul comme les cribleuses, les filets serpillières, les épuisettes, les bateaux à nettoyer, etc.).

  • 11 Voir sur ce sujet et pour les marées noires de l’Erika et de l’Amoco Cadiz C. Bouteloup, Reconnais (...)

10Outre cette mise en visibilité et en réalité accrue par l’usage d’objets quotidiens, la période se caractérise surtout par de nouvelles formes d’énonciation du pétrole. Celui-ci est désormais décrit dans ses dimensions physiques et ce, sous un angle sensible (apparence visuelle, odeur, consistance au toucher). Le ton technique et neutre de la précédente séquence fait ainsi place à des descriptions plus imagées du fioul, surtout dans les premiers jours de janvier. Le registre lexical qui en rend compte dans les pages de Sud Ouest est particulièrement éloquent, que ce soit dans sa constance (article après article), sa localisation dans le journal (dans les éditoriaux où l’emphase a sa place tout comme les articles et les brèves au style plus sec), mais surtout dans sa cohérence autour de quelques formules et de quelques adjectifs (le malodorant, le gluant, le noir, le visqueux). Pour les nombreux anonymes mis en scène dans Sud Ouest ou interviewés à la télévision, ou pour les surfeurs qui commentent les nouvelles de la marée noire sur le site de prévision des vagues Surf Report, on note même parfois l’emploi de la métaphore fécale pour décrire (et tout autant qualifier) le fioul. Cette présentation matérielle permet en effet une certaine personnalisation du pétrole. Par ce choix des mots, cette peinture de ses caractéristiques matérielles extérieures permet surtout l’emploi d’un registre moral : le fioul est “nauséabond”, “toxique”, “pathologique”... Ces formes d’énonciation de la marée noire contrastent ainsi fortement avec le vocabulaire de la beauté, de la pureté et de l’harmonie utilisé pour décrire le littoral aquitain. Celui-ci n’est dès lors plus une entité abstraite (ou du moins une réalité sociale jusque là confinée dans quelques arènes comme les administrations spécialisées) car l’épreuve de son “viol” par le fioul du Prestige lui confère une soudaine réalité et rappelle qu’il compose le monde commun des riverains : le Prestige n’a pas seulement sali des plages entendues comme des endroits physiques, il a abîmé les souvenirs ou les loisirs qui y sont attachés, bref des attachements entre les hommes et leur environnement11.

  • 12 Au sens de la sociologie de l’acteur-réseau. Voir à ce sujet B. Latour, Changer de société. Refair (...)
  • 13 Sur ce point voir D. Trom, “L’engagement esthétique : du trouble à l’enquête visuelle. Une pragmat (...)

11Ce dernier point explique les formes particulières que prennent les mobilisations des acteurs durant cette période. En effet, les discours publics s’y caractérisent par leur dimension communautaire, mettant en avant la “communauté aquitaine” agressée par le sinistre et s’appuyant sur une économie des sentiments assez prononcée (indignation, colère, écœurement, abattement, etc.). Car autour de la boulette de fioul, matérialisation terrestre - et donc visible et tangible - de l’hydrocarbure déversé par l’épave du pétrolier, va se former un réseau élargi d’acteurs12. Ce collectif est bigarré et assez peu institué ou intégré : des solidarités locales s’y jouent à partir d’argumentaires territorialisés et singularisés (à travers les activités économiques locales menacées, comme la pêche ou la thalassothérapie, mais également à travers l’identité basque ou landaise), des montés en généralités s’y font également entendre (autour des générations futures, de la nécessité d’encadrer le commerce maritime international, de la carence de véritable régulation politique européenne, etc.), des individus (pêcheurs, ostréiculteurs, responsables politiques ou administratifs, simples citoyens, etc.) y côtoient des choses (cribleuses, épuisettes, combinaisons de nettoyage) mais aussi les éléments composant la nature (huîtres, plages, mer, vagues, froid, etc.). Le caractère territorialement délimité de la crise du Prestige (bien souvent réductible à l’échelle d’une plage communale) pousse d’autant plus vers cette mobilisation de groupes concernés. Ainsi, l’opposition entre profanes et professionnels, voire entre bas et haut, proche et lointain, architecture de plus en plus la controverse. Le gouvernement, les élus nationaux ou bien les administrations centrales incarnent alors ceux qui sont “éloignés”, “bureaucratiques”, “non concernés”, qui n’ont pas un rapport authentique au territoire aquitain et sont même “indifférents” à son sort. De même, l’interdiction d’accéder aux plages et de permettre à des bénévoles de les nettoyer, motivée par des raisons sanitaires, est vécue comme un scandale de la part des populations locales. Tout se passe donc comme si le pétrole, désormais physiquement présent et surtout rendu visible par des médiations plus nombreuses, participait à altérer l’expérience visuelle quotidienne du paysage et, par là, à radicaliser la critique des pouvoirs publics de la part des riverains13.

III – MASQUER OU RÉVÉLER LE PÉTROLE : LA CONTROVERSE AUTOUR DU MAINTIEN DE LA CRISE

12“Sauf mauvaise surprise, on peut affirmer aujourd’hui que la pollution est maîtrisée et que les plages seront propres pour la saison touristique” (“La pollution sous contrôle”, Sud Ouest, 20 février 2003). Cet énoncé synthétise deux dimensions, le registre de la probabilité et l’horizon de la période estivale, qui signent véritablement un tournant dans la controverse. Car le troisième moment de la dispute autour de la marée noire est celui de son apaisement progressif, à partir de la fin février et ce, jusqu’à l’été 2003 puisque les plans Polmar mer et terre sont levés le 25 juin et que les acteurs impliqués parlent de “sortie de crise” : avec la décrue des échouages de fioul qui arrivent désormais de manière non significative, le prisme économique déjà amorcé durant la phase précédente tend à remplacer celui de l’émotion et de l’indignation communautaire ; la thématique dominante est désormais celle des activités du littoral aquitain affectées par la pollution et des solutions à leur apporter (indemnisation, campagne de communication nationale, etc.). Cela ne veut pas dire que la pollution s’est tarie (le fioul continuera à arriver même après l’été 2003) mais qu’elle a de moins en moins de visibilité sociale : le nombre d’articles ou de reportages à la télévision décline progressivement et ceux-ci traduisent surtout la montée en puissance de motifs déjà installés dans la controverse (l’économie, la solidarité) au détriment d’autres (la peinture nosographique du fioul ou la mise en scène de la colère des riverains).

  • 14 La notion de propriété des problèmes publics désigne les acteurs qui ont “la capacité à créer ou à (...)
  • 15 D’autres dispositifs sont plus ponctuels car réductibles à une commune ou à une plage et échappent (...)

13Cette transformation dans la forme de la carrière publique de la marée noire résulte avant tout d’une reconfiguration de l’enjeu puisque les propriétaires14 usuels du problème de l’environnement, du développement économique et plus généralement du littoral reprennent la main et imposent la lecture économique et technique qui est la leur pour cadrer la situation. Ils en viennent même à contester fortement tous les agents qui contribuent à la publicisation du problème, comme les journalistes ou certaines associations environnementales et qui sont accusés de catastrophisme et d’irrationalité. On peut également parler d’une normalisation du problème au sens de son confinement dans diverses arènes spécialisées, administrative, juridique et socioprofessionnelle. Mais surtout, cette phase se caractérise par un élargissement des dispositifs de mise en visibilité du problème. En effet, on remarque l’apparition de ce que l’on pourrait désigner comme des dispositifs d’invisibilisation du pétrole. On ne parle d’ailleurs plus de “marée noire” mais de “pollution due au fioul”, voire de “pollution résiduelle” ou “perlée”. Et dans ce contexte où le pétrole est de plus en plus soustrait à la vue, le sens des contestations change : il ne s’agit plus de se mobiliser contre les causes de la marée noire mais contre sa négation - la crise étant suspendue et non résolue, ce qui nécessite de rendre à nouveau visible le fioul, ne fut-ce que symboliquement. Il s’agit également de contester la propriété du problème que s’arrogent les acteurs institutionnels et socioprofessionnels et donc de rejeter la définition technique qu’ils attribuent à la marée noire15.

  • 16 Saisie par la Direction générale de la Santé, l’InVS édite le 26 mars une note qui recommande le m (...)

14La propreté des plages puis la qualité des eaux de baignade constituent les premiers enjeux autour desquels se nouent ces stratégies différentes d’occultation et de révélation du pétrole. A l’antienne “les plages n’ont jamais été aussi propres et belles” qui va accompagner toutes les déclarations des gestionnaires du littoral entre avril et juin va répondre l’argument des contestataires selon lequel “le fioul est toujours présent, en mer comme dans le sable et il est toujours aussi toxique”. Ces luttes autour de la définition visuelle de la situation opposent des enjeux économiques d’un côté, sanitaires et politiques de l’autre. La question de la réouverture progressive des plages se pose en effet dès le début du mois de mars, les préfets faisant l’objet de nombreuses pressions afin de lever l’interdiction, de la part des élus locaux et des professionnels du tourisme notamment. Suite à ces demandes mais aussi en raison de l’amélioration de la situation de la pollution, des arrêtés sont pris afin de permettre aux maires d’ouvrir les plages au public. Ceci rend dès lors impératif de masquer toutes traces du fioul afin de ne pas les offrir à la vue des promeneurs. Mais ici, les impératifs de santé publique16 deviennent des contraintes à gérer du côté des acteurs institutionnels tandis que pour les contestataires, cela permet à ce moment là de l’affaire de relancer les incertitudes sur la nature toxique du polluant. Le fait de minimiser la dangerosité du polluant est cependant d’autant plus tenable que circulent des discours plutôt rassurant sur celui-ci. Interrogé par Sud Ouest le 12 mai, le professeur Jean-François Narbonne, toxicologue déjà très sollicité comme expert lors de la marée noire de l’Erika, relativise fortement la toxicité du fioul du Prestige, notamment sa dimension cancérigène, en déclarant même que les boulettes échouées sont “aussi inoffensives qu’un caillou”. Par ailleurs, les analyses effectuées par les DDASS en juin montrent que la qualité des eaux est conforme aux normes européennes. On observe en outre le retour vers des formes neutres d’énonciation du pétrole. Celui-ci est désormais désigné dans les médias essentiellement par sa taille (“boulettes” voire “micro-boulettes”) et non plus par ses caractéristiques sensibles. Les articles de Sud Ouest décrivant, d’avril à mai, le retour du public sur les plages aquitaines insistent également sur le fatalisme des promeneurs et des baigneurs qui ne sont pas découragés par la présence en petites quantités du polluant. Les photographies de boulette s’y font également plus rares. On observe même des propos ramenant le fioul du Prestige à la banalité des souvenirs d’enfance, lorsque les plages connaissaient des micropollutions totalement acceptées.

15Quoiqu’il en soit, ces discours sur la toxicité ou non du polluant relancent une lutte politique ancienne menée autour des instruments sanitaires disponibles pour attester de la bonne qualité des eaux de baignade d’une commune. Début avril, l’association Robin des bois réclame ainsi le gel des pavillons bleus décernés chaque année par la Fondation pour l’éducation à l’environnement en Europe (FEEE), en raison de la persistance de la marée noire. Le 25 juin lors de sa conférence de presse annuelle très médiatisée, le 25 juin lors de sa conférence de presse annuelle très médiatisée, l’association de surfeurs Surfrider Foundation Europe, annonce les 59 pavillons noirs de l’année (label créé par l’association afin de dénoncer des situations communales de pollution) en soulignant que cette liste, construite à partir de cas avérés de pollutions bactériologiques ou physico-chimiques, est distincte de la problématique du Prestige ; pour celle-ci, l’association décide d’attribuer un pavillon noir spécial à l’Europe en demandant au Parlement européen d’apporter des changements en matière de législation du transport maritime. En juin, les communes landaises et basques décident de boycotter les pavillons bleus et noirs à l’initiative de D. Borotra, maire de Biarritz et président de l’Association nationale des maires des stations classées et communes touristiques, au motif que ceux-ci ne garantissent pas toute la transparence sur la qualité des eaux ; elles réclament également la création d’un label d’Etat, attribué au terme d’une procédure agréée par les ministères de l’Equipement, des Affaires sociales et de l’Environnement.

  • 17 Il est assez significatif, quoiqu’également attendu, que les bulletins municipaux des principales (...)
  • 18 Une autre campagne de communication, montée par l’agence DLG And Co pour le compte du SIBA (syndic (...)

16Autre dispositif d’invisibilisation de la marée noire, les campagnes de communication et de promotion touristique prennent une dimension très forte dans l’espace public à partir de mars-avril. L’enjeu est de convaincre les populations et les vacanciers que la pollution est désormais maîtrisée et que la situation sera normale d’ici à l’été17. Sur ce point, la mobilisation du Conseil régional est prononcée : un site Internet dédié (plagenet. info) et un numéro vert d’information du grand public sont mis sur pied mais surtout, une campagne de promotion touristique, initialement prévue, est réaménagée. Elle est lancée le 19 mars avec pour slogan : “j’aime l’Aquitaine”, illustrant cinq photos de la région (dont une consacrée au littoral à partir de la dune du Pyla, cf. figure 3). Cette affiche, attestant de la normalité de la situation, va être placardée en Ile-de-France (notamment dans le métro parisien), dans les départements limitrophes de l’Aquitaine et même en Allemagne (sur 885 abribus à Berlin, Francfort, Stuttgart, Hambourg, Munich et Cologne)18. Les municipalités sont également actives dans la promotion touristique de leur commune et mettent en place des dispositifs d’invisibilisation du fioul, souvent de nature festive : à Lège-Cap-Ferret, le Maire UMP Michel Sammarcelli organise le 16 avril l’opération “Presqu’île du Lège-Cap-Ferret : plus belle que jamais”, une grande dégustation d’huîtres à destination d’une soixantaine de journalistes pour attester de leur qualité et de la propreté des plages ; à Arcachon, un concert de Pascal Obispo est organisé le 3 mai sur le front de mer devant 15.000 personnes, suivi d’une dégustation d’huîtres.

17Cet effort porté sur la présentation visuelle des plages contraste avec les stratégies des contestataires, essentiellement les surfeurs, qui, eux, vont au contraire tenter de rendre visible le fioul par la médiation d’objets détournés : le 23 mars, une soixantaine de surfeurs manifestent à Hossegor à l’occasion de l’opération annuelle “initiatives océanes” de l’association Surfrider ; le 21 avril, 50 planches de surf sont dressées sur la Grande Plage de Biarritz durant une compétition, avec sur chacune des slogans (“stop à la vague toxique”, “Amoco”, “Erika”, “Prestige”) ; le 5 juillet, des manifestants se donnent la main sur différentes plages afin de former une “chaîne humaine d’Hendaye à Cherbourg” ; le 19 août, Surfrider profite de l’opération médiatique Paris-Plage pour exhiber sous les caméras de TF1 et d’Eurosport du sable souillé provenant de Biarritz, Hendaye, Anglet et Capbreton ; début septembre enfin, cette même association édite une série de cartes postales représentant des corps marqués par du fioul ou des maladies cutanées, détournement de l’iconographie touristique que l’on trouve habituellement sur le littoral, qu’elle envoie en masse au cabinet de R. Bachelot (cf. figure 4).

18Quoiqu’il en soit, ces stratégies croisées d’invisibilisation et de révélation du pétrole sont particulièrement relancées par les arrivées plus significatives de fioul durant l’été 2003, relançant de la sorte la polémique sur la réalité de la marée noire. La réalité des arrivages de boulette sur les plages, obligeant même des fermetures de plage comme à Biscarosse, Lacanau, Moliets ou La Teste-de-Buch, redonne en effet une réelle visibilité au problème et ce, malgré les campagnes d’information des autorités, les panneaux “Info pollution Prestige” ou bien les dispositifs mis en place pour atténuer cette tangibilité du fioul (comme des bidons d’huile végétale et des rouleaux d’essuie-tout mis à la disposition des vacanciers). Désormais, les serviettes de plage ou les maillots, voire les corps mêmes des estivants, constituent les nouveaux supports du pétrole du Prestige. Dès lors, on retrouve des motifs déjà présents dans les séquences antérieures de la controverse, comme les descriptions imagées du pétrole ou bien le motif de l’incertitude face aux arrivages de polluant. Ce qui change toutefois est que ce dernier est devenu une réalité tangible pour beaucoup, et non plus une simple représentation visuelle.

CONCLUSION

19Les résultats finalement satisfaisant de la saison touristique, en raison notamment d’une embellie en août, ont véritablement amenuisé la polémique autour de la marée noire, révélant à nouveau le cadrage essentiellement économique de l’événement imposé par les propriétaires institutionnels et socioprofessionnels du problème. Vu des côtes aquitaines, le dossier Prestige est désormais ailleurs, à Bruxelles où la commission temporaire d’enquête du Parlement européen commence ses travaux, à Londres où les gouvernements français et espagnols s’opposent en octobre au sujet de la répartition des fonds du Fipol ou bien à Paris, à l’Assemblée nationale, où les députés landais demandent à R. Bachelot si l’Etat français compte indemniser les victimes de la marée noire comme en Espagne. Le dossier fait également l’objet d’une mise en forme technique, à travers des bilans comptables, des colloques, des notes de conjoncture ou des rapports institutionnels. Mais surtout, la carrière sociale de la pollution emprunte désormais une forme juridique, donc relativement peu visible aux yeux du public, à travers la question de la recherche des responsabilités et des indemnisations ou bien les pistes visant à améliorer la sécurité du transport maritime. La question de cette marée noire se traite donc désormais à bas bruit social, auprès du tribunal de Brest et selon les arcanes complexes du droit maritime.

  • 19 Et l’on pourrait rajouter, comme le fait C. Bouteloup, l’économie puisque cette discipline procure (...)

20Mais en amont de tous ces processus qui peuvent intéresser un juriste au sujet de la marée noire du Prestige (mise en forme des dossiers d’indemnisation dans le cadre du Fipol, réformes de la régulation du transport maritime de produits dangereux, instruction judiciaire menée par la justice espagnole et inculpation de trois membres de l’équipage en mars 2009) se trouvent donc des processus à la fois sociaux et visuels qui visent à montrer pour démontrer, à faire voir pour faire. Parce qu’elle altère la valeur indissociablement esthétique et patrimoniale d’un paysage littoral, une marée noire a en effet beaucoup à voir avec cette problématique visuelle de l’image. Mais ce qui fait le lien entre les deux pôles de ce continuum, les mobilisations sociales et les produits normatifs qui en découlent en aval, réside essentiellement dans le caractère public de cette affaire qui appelle à une collaboration inédite entre la sociologie politique et le droit19 : il revient à la première d’informer la seconde sur les conditions “infra-juridiques” des normes qu’elle analyse (car non explicitées par le langage du droit, comme les dispositifs de visualisation que nous avons étudiés, mais qui s’inscrivent dans ses formes objectivées, comme la notion de “préjudice écologique” née du procès de l’Erika) ; et il appartient à la seconde, en retour, de contrôler la première lorsqu’elle analyse les mobilisations juridiques cette fois-ci des acteurs qu’elle se donne pour objet.

Notes

1 C. Gilbert, E Henry, “Lire l’action publique au prisme des processus de définition des problèmes”, in C. Gilbert, E Henry, dir., Comment se construisent les problèmes de santé publique, Paris, La Découverte, 2009, p. 9-33.

2 De nombreux courants sociologiques (anthropologie des connaissances, sociologie pragmatique, étude des instruments d’action publique, etc.) s’intéressent en effet au rôle des objets dans l’action sociale, ceux-ci n’étant plus seulement considérés comme des prothèses... à destination des acteurs ou de simples équipements neutres des situations étudiées mais bien comme des variables très lourdes, faisant peser sur leurs usages une contrainte à la fois pratique, liée à leur technicité, mais surtout cognitive puisque ces objets matérialisent des conceptions du bien et du juste.

3 C’est en ce sens que Bruno Latour analyse la révolution pastorienne en médecine, par l’entremise du microscope (B. Latour, Les microbes : guerre et paix, Paris, Métailié, 1984, notamment p. 81-83).

4 X. Itçaina, J. Weisbein, dir., Marées noires et politique. Gestion et contestations de la pollution du Prestige en France et en Espagne, Paris, L’Harmattan, 2011.

5 Ce registre de la vue est d’autant plus présent qu’on a affaire ici à une entité visible, matérielle, contrairement à d’autres agents menaçants (virus, ondes, microbes, etc.) analysés par la sociologie des risques.

6 Pour une présentation des dispositifs juridiques de prévention et de gestion des marées noires, voir P. Fattal, Pollution des côtes par les hydrocarbures, Rennes, PUR, 2008, p. 49-71.

7 Pour cela, voir J. Weisbein, “La marée noire du Prestige vue de la côte aquitaine. Les dynamiques locales d’un problème public”, in X. Itçaina, J. Weisbein, dir., Marées noires et politique,op, cit., p. 75-132.

8 Le fioul lourd no 2, de densité proche de l’eau de mer, tend à se mélanger avec celle-ci pour former une émulsion visqueuse et difficile à recueillir.

9 Pour une description de ce logiciel, voir S. Bahé, Les pollutions maritimes accidentelles en France : risques, planification, gestion de crise, Thèse de géographie, Université de Bretagne Occidentale, 2008, p. 349-352.

10 Sur cette notion, voir F. Chateauraynaud, D. Torny, Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Ed. de l’EHESS, 1999, p. 40-45.

11 Voir sur ce sujet et pour les marées noires de l’Erika et de l’Amoco Cadiz C. Bouteloup, Reconnaissance des dommages écologiques des marées noires : dynamiques de changement et évaluations économiques, Thèse de sociologie, Paris, EHESS, 2011.

12 Au sens de la sociologie de l’acteur-réseau. Voir à ce sujet B. Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006.

13 Sur ce point voir D. Trom, “L’engagement esthétique : du trouble à l’enquête visuelle. Une pragmatique du regard sur le paysage”, in D. Céfaï, I. Joseph, dir., L’héritage du pragmatisme. Conflits d’urbanité et épreuves de civisme, La Tour d’Aigue, Editions de l’aube, 2002, p. 287-299.

14 La notion de propriété des problèmes publics désigne les acteurs qui ont “la capacité à créer ou à orienter la définition publique d’un problème” (J. Gusfield, La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, Paris, Economica, 2009, p. 11).

15 D’autres dispositifs sont plus ponctuels car réductibles à une commune ou à une plage et échappent parfois aux calculs stratégiques de la part des gestionnaires publics du littoral ou de ceux qui les contestent. Le 1er mars par exemple, le Yacht Club Basque organise pour des enfants une sortie de six Opimists et de deux 420 dans la baie de Socoa, sans constater de présence de pétrole. Ou bien, une statue à l’effigie de “Monsieur Prestige” est brûlée au carnaval de Mérignac le 7 mars.

16 Saisie par la Direction générale de la Santé, l’InVS édite le 26 mars une note qui recommande le maintien de l’interdiction d’accès du public aux plages, le suivi sanitaire des prises d’eau de mer des stations thermales ainsi que le lancement d’analyses plus poussées avant toute décision de réouverture. Plus tard, une note de l’AFSSA conditionne au nom du principe de précaution l’ouverture des plages à une inspection visuelle, sensorielle et olfactive quotidienne ainsi qu’à des tests de toxicité de l’eau : les maires doivent ainsi... documenter un ensemble d’items et réaliser certains tests afin de pouvoir autoriser l’accès aux plages.

17 Il est assez significatif, quoiqu’également attendu, que les bulletins municipaux des principales villes touristiques (Biarritz, Anglet, Arcachon) illustrent les dossiers consacrés à la pollution avec des photos de plages propres ou bien des photos d’équipes de nettoyage à l’œuvre.

18 Une autre campagne de communication, montée par l’agence DLG And Co pour le compte du SIBA (syndicat intercommunal du bassin d’Arcachon) qui la finance à hauteur de 120.000 €, a également été diffusée à Paris, à Limoges, Poitiers, Pau et Agen.

19 Et l’on pourrait rajouter, comme le fait C. Bouteloup, l’économie puisque cette discipline procure un cadre permettant une évaluation chiffrée, commensurable et objective, du dommage écologique (C. Bouteloup, Reconnaissance des dommages écologiques des marées noires : dynamiques de changement et évaluations économiques, op. cit.).

Table des illustrations

Légende Figure 1.
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/2571/img-1.jpg
Fichier image/, 71k
Légende Figure 2.
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/2571/img-2.jpg
Fichier image/, 99k
Légende Figure 3.
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/2571/img-3.jpg
Fichier image/, 50k
Légende Figure 4.
URL http://books.openedition.org/putc/docannexe/image/2571/img-4.jpg
Fichier image/, 39k

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540