Version classiqueVersion mobile

Image(s) & Environnement

 | 
Marie-Pierre Blin-Franchomme

Propos introductifs

Marie-Pierre Blin-Franchomme

Texte intégral

  • 1 EJERIDD, équipe de recherche du Centre de droit des affaires, à l’UT1 Capitole, regroupe des ensei (...)
  • 2 Ce colloque organisé les 23 et 24 oct. 2008 a donné lieu à une publication : Les sites pollués : l (...)
  • 3 Voir la publication élargie des actes de ce colloque de Toulouse organisé par EJERIDD/LIRHE-IRDS, (...)
  • 4 L’auteur tient à remercier l’ensemble des enseignants et des professionnels de la communication qu (...)

1C’est en conviant juristes et ingénieurs à se retrouver sur un “terrain de jeu” commun, celui des sites industriels pollués, que l’équipe EJERIDD1 du Centre de droit des affaires de l’Université Toulouse 1 Capitole a inauguré son premier colloque en 20082. C’est ensuite en rassemblant des juristes en droit du travail et en droit de l’environnement qu’un autre colloque EJERIDD proposa le “jeu de piste”-dans une optique de développement durable-des points de convergence entre ces deux disciplines3. C’est, enfin, à des “jeux de miroirs”, ou échanges de regards entre l’environnement et ses images, que furent invités juristes, gestionnaires, politologues et spécialistes de la communication pour le colloque de 20104.

2 Placé sous un ŒIL-. L’image environnementale – et plus largement l’image imposée ou choisie, ou encore simplement attendue de l’éthique du développement durable – est devenue aujourd’hui un enjeu de société, cette sorte de conscience qui regarde citoyens et acteurs économiques. L’œil s’est imposé aussi comme le symbole presque parfait de notions si diverses à aborder ici. L’oeil est d’abord ce qui voit. De ce que l’on voit (paysage, esthétique, éolienne) à ce que l’on montre (image de marque, label…), il en sera évidemment question dans ces travaux. L’œil est ensuite le symbole de la Justice et de la loi : et l’œil du Droit dessine de riches images juridiques de l’environnement… C’est avec le professeur B. Bernabé que l’on est en guise d’introduction invité à voyager dans le temps des “miroirs de l’environnement”, faiseurs d’images culturelles de la pollution, qui à leur tour perturbent notre regard.

3 L’image DE l’environnement d’abord… -. Il s’est agi sous cette première focale de mettre en évidence les nouvelles “images” montantes dans la représentation juridique de l’environnement : celle de la gestion du risque incertain qui ressort sous les traits du principe de précaution comme le montrera M. Boutonnet ; celle de la dimension subjective de l’environnement qui s’affirme, une “image de l’environnement renouvelée au contact des droits de l’Homme”, selon une évolution décrite par le Professeur Marguénaud.

4 … et DANS l’environnement ensuite. - Quelle place de l’image dans l’environnement ? D’une part, c’était bien entendu ouvrir une fenêtre sur le monde extérieur pour observer quelques éléments du droit au paysage : son affirmation en droit international décrite par le Professeur M. Prieur ; l’exigence de l’esthétique du voisinage dessinée sous la plume du Professeur Trébulle ; le contentieux des éoliennes saisi par le Professeur Deharbe comme une illustration porteuse des représentations imagées du paysage devant le juge administratif. D’autre part, c’était également s’interroger sur l’image salie, celle d’une personne physique ou morale, dans un environnement dégradé. En science politique, J. Weisbein analyse l’atteinte à l’image à travers l’exemple de la gestion publique de la marée noire du Prestige, tandis que F. Nesi détaille l’importance du contentieux nouveau des pollutions subies par les collectivités territoriales et les parcs naturels. Il y a bien une image à défendre ou à réparer dans l’environnement dégradé. Enfin, signe de l’importance de la donnée environnementale dans notre société civile, la dénonciation des pollutions ou comportements déviants se fait désormais souvent aussi par la voie de la parodie des marques et de logos, reflet déformant mais éclairant des atteintes de l’entreprise dans l’environnement, vigoureux levier militant comme le soulignera le Professeur J. Larrieu.

5 L’image POUR l’environnement ?-. Peut-on raisonnablement penser que le miroir des acteurs économiques, le leur ou celui que leur tendent leurs parties prenantes, est un vecteur d’amélioration de l’environnement, une incitation à opter – enfin !-pour le régime diététique “vert” ou “éthique” qui rendra plus vertueux ? “L’image pour l’environnement” est bien un positionnement actuel des entreprises : est-il un réel moteur de gouvernance écologique ou une simple récupération mercantile ? Les deux resteront sans doute indissociables, mais la tendance est cependant à la régulation de ces effets d’annonce de gestion exemplaire du développement durable par l’entreprise. Si l’on adopte d’abord une approche par l’entreprise, il est assurément une notion d’avenir, sans doute aussi en droit des affaires, que celle de la réputation sociétale : l’acteur économique choisit souvent de la bâtir sur des chartes et codes éthiques, dont I. Desbarats se demande s’ils sont une image fidèle ou un reflet trompeur, et s’interroge alors sur les possibles sanctions juridiques de ce comportement. Dans une perspective managériale, le Professeur Igalens analyse ensuite un autre outil de cette fameuse RSE, à savoir la reddition des comptes, ce qui pose la question des critères et de la légitimité de cette communication sur son image par l’entreprise, à destination de ses parties prenantes.

6L’approche par les produits est également très riche, de plus en plus d’entreprises souhaitant clairement associer leurs produits ou services à une image environnementale : sur le marché de la consommation, les miroirs “pour l’environnement” fleurissent, ce qui ici aussi soulève la question du contrôle de ces étiquettes ou autres messages commerciaux. L. Terrisse, spécialiste de communication, se demande ainsi comment, en matière de publicité, lutter contre greenwashing, et critique la tentative d’autorégulation entre professionnels de ce secteur. Le professeur G. Jazottes pour sa part se montre moins sévère quant au mécanisme de plainte au jury de déontologie publicitaire et souligne une moralisation des pratiques commerciales. Cette tendance est portée par les réformes de la loi Grenelle 2, qui se sont intéressées à l’étiquetage, à l’affichage et aux autres allégations environnementales : ce sont en effet de “bonnes images” qu’il convient de distribuer au consommateur, lui qui est désormais considéré par les autorités publiques, nationales comme internationales, comme un rouage essentiel dans le succès du développement durable et dans l’amélioration de l’environnement.

Notes

1 EJERIDD, équipe de recherche du Centre de droit des affaires, à l’UT1 Capitole, regroupe des enseignants-chercheurs et des professionnels autour d’Etudes Juridiques sur l’Entreprise, le Risque Industriel et le Développement Durable.

2 Ce colloque organisé les 23 et 24 oct. 2008 a donné lieu à une publication : Les sites pollués : les enjeux d’un Droit, un Droit en jeu(x), (dir.) M.-P. Blin-Franchomme, Litec, Paris, coll. Colloques, avril 2010.

3 Voir la publication élargie des actes de ce colloque de Toulouse organisé par EJERIDD/LIRHE-IRDS, le 5 déc. 2008 : Travail et environnement : points d’inflexion et de rencontre, (dir.) M.-P. Blin et I. Desbarats, Lamy, coll. Axe Droit 2010.

4 L’auteur tient à remercier l’ensemble des enseignants et des professionnels de la communication qui ont répondu si chaleureusement à ce projet et ont partagé ces deux journées toulousaines puis ont bien voulu lui confier leurs contributions écrites. Ses remerciements s’adressent aussi au Centre de droit des affaires et l’Institut fédératif de recherche pour leur aide dans ce projet, et tout particulièrement à M. le Professeur Larrieu.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search