Version classiqueVersion mobile

Les définitions en droit privé

 | 
Louis-Marie Schmit

Partie 2 : Les définitions, instruments dynamiques

Conclusion de la seconde partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

507. Rigidité ? – L’étude des définitions en droit privé comme instruments dynamiques a conduit à considérer en premier lieu leur dynamisme externe, celui qu’elles déploient ad extra par leur action sur le droit. Instruments au service de la précision des notions juridiques et de la mise en ordre du droit dans son ensemble, il y avait tout lieu de craindre que les définitions n’aboutissent à une excessive rigidité, et des notions, et du droit. Omnis definitio periculosa est : si toute définition est périlleuse, c’est parce qu’il est difficile qu’elle ne soit prise en défaut du fait de sa rigidité. La réalité contrastée de l’efficacité technique des définitions préserve cependant le droit d’un tel péril. D’une part, les définitions concourent avec mesure à la précision des notions juridiques : inégales quant à la détermination qu’elles insufflent, les techniques de définition sont tantôt concurrencées, tantôt neutralisées. D’autre part, les définitions contribuent, non sans ...

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search