Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Solidarité(s) : Perspectives juridiques

 | 
Maryvonne Hecquard-Théron

Les échanges

Coopération universitaire et solidarité

Jean du Bois de Gaudusson

Texte intégral

1Ce thème nous a, sans doute, été confié en raison de nos responsabilités passées et présentes, et pas seulement parce qu’il concerne une notion au cœur des travaux de l’Ecole de Bordeaux et cher à Léon Duguit… Au risque de tronquer le sujet, nous en tirerons une conséquence, celle de consacrer nos propos à la coopération avec les universités étrangères ; et, plus précisément avec les universités des pays en développement, notamment celles de la Francophonie dont l’une des valeurs, telle qu’elle est notamment affichée par l’Agence Universitaire de la Francophonie, est précisément la solidarité.

2Ainsi définie, la coopération universitaire, Nord-Sud, apparaît comme un champ “naturel” de la solidarité. Tous les universitaires ici présents et les responsables de relations internationales connaissent les liens étroits entre solidarité et coopération universitaire ; ils sont aussi conscients de leurs limites.

3Il n’est pas utile d’insister sur le fait que la solidarité ne s’épuise pas dans la coopération universitaire même si celle-ci en est un facteur, comme on le verra ; pas plus et surtout que la coopération internationale entre universités ne se réduit à la solidarité. La proposition paraîtra, elle aussi, relever de l’évidence, mais il est malgré tout nécessaire d’y revenir et de le démontrer tant les ambiguïtés l’obscurcissent : certaines découlent des difficultés à définir ce que l’on entend par solidarité. Le mot fait partie de ces concepts incertains et complexes, interprétés et réinterprétés à leur manière, ici par les acteurs de la coopération universitaire. D’autres tiennent à l’adjonction par les initiateurs de ce colloque d’un “s” à solidarité ; n’a-t-elle pas pour effet d’aggraver sa polysémie source de définition glissante aux multiples usages ? D’autres, enfin, trouvent leurs origines dans une réalité brouillée, plus ou moins dissimulée par la tenue de discours justificateurs et légitimant, désignant et recouvrant des réalités (au pluriel…) aux formes, contenus et significations différents, allant ainsi jusqu’à faire de la solidarité un alibi, un prétexte ou, au mieux, un mythe…

4On ne saurait rendre compte de toutes les déclinaisons du sujet ; tout au plus pourra-t-on en retenir, sur le mode interrogatif tant les certitudes sont rares, quelquesunes en détectant les glissements, qui ne sont pas seulement sémantiques, en retraçant les parcours où l’on est passé du singulier au pluriel et questionnant les nouvelles formes que revêt le couple solidarité–coopération universitaire. A cet égard, trois types de relations peuvent être distingués.

I – La solidarite, objet de la cooperation universitaire

5C’est généralement dans ce sens que sont présentées les politiques internationales des universités favorisées, celles du Nord, avec celles du Sud ; ce Sud, ici entendu, comme souvent, au sens large, pouvant aller jusqu’à englober… l’Est, désigne ces universités et facultés particulièrement défavorisées et souffrant de maux si multiples que, depuis des années, on considère que beaucoup d’entre elles sont à “bout de souffle” pour reprendre une expression employée déjà en 1993. Balkanisées, dotées de maigres moyens, elles sont submergées par les générations d’étudiants –toujours plus nombreux– et peu à peu désertées par un corps enseignant exsangue, progressivement marginalisé, sauf brillantes exceptions, de la communauté scientifique internationale… Autant de difficultés et de raisons à l’origine du développement d’échanges de nature particulière, cultivant une singularité dans le domaine de la formation et de la recherche, fort de l’idée directrice qu’il est difficile, sinon impossible, d’appliquer à la coopération avec ces universités des protocoles financiers et pédagogiques fondés sur le partage égal des charges et des obligations. En juin 2006, le Directeur général de l’UNESCO réaffirmait à Abuja “dans le domaine de l’enseignement supérieur, il faut que nos stratégies soient reliées à l’objectif plus général de réduction de la pauvreté, de même qu’à la promotion de la solidarité interuniversitaire au service du développement”.

6Tout est dit ; la coopération universitaire se présente comme une coopération par solidarité, considérée comme vitale par les Universités, laboratoires de recherches et chercheurs du Sud.

7A – C’est l’origine, depuis quarante ans, de programmes, d’institutions, de mécanismes d’échanges et de mises en commun, définis pour le Sud et à son seul profit. Les formes en sont très variées : ce sont des programmes internationaux impulsés et encouragés –mais trop rarement coordonnés– par les responsables gouvernementaux ; en offrent une bonne illustration, la politique française à l’égard des pays de la zone de solidarité prioritaire (ZSP), les programmes CORUS et CAMPUS spécialement conçus pour la recherche. Ce sont aussi les actions des institutions internationales regroupant universités du Nord et du Sud (par exemple l’Agence Universitaire de la Francophonie). Bien d’autres initiatives mobilisent les énergies au service du développement de l’enseignement supérieur et de la recherche dans les pays du Sud. Les expressions de la solidarité autour de laquelle s’organisent les relations interuniversitaires ont évolué : elles insistent aujourd’hui moins sur l’aide et l’assistance et, beaucoup plus, sur ce que l’on appellera “la coopération pour le développement” ou la “solidarité partagée”. Les discours mettent désormais l’accent sur la notion de partenariat, de co-développement avec l’espoir de parvenir à une coopération plus efficace et… solidaire. Les pouvoirs publics français et les universités par la conférence des présidents d’université (CPU) ont tenté une telle refondation ; ce fut le cas à la fin des années quatre vingt dix avec les universités d’Afrique en commençant par la Côte d’Ivoire… quelques temps avant que le pays n’entre en crise politique profonde.

8B – D’autres expériences ont suivi, mais quelle que soit la portée du renouvellement des approches et des méthodes, la coopération universitaire solidaire est soumise à rude épreuve.

9On s’interroge, aujourd’hui, sur ses résultats qui font l’objet d’appréciations mitigées confortées par l’état du dispositif universitaire des pays aidés, en Afrique par exemple. Il faut convenir cependant que l’exercice d’évaluation est très délicat d’autant que la recherche des causes des “échecs” n’est pas sans comporter le risque d’en imputer systématiquement la responsabilité aux universités du Sud, ce qui est loin d’être avéré.

10D’abord, on ne doit pas minimiser les résultats auxquels grâce à la coopération universitaire –malgré ses limites et elle pouvait faire bien mieux– sont parvenues les universités du Sud, aidées par celles du Nord, dans des conditions souvent très difficiles. Et bien de ce que l’on présente comme des échecs s’expliquent par la nature des économies en cause.

11Il y a, ensuite, les conditions de mise en œuvre des coopérations par le Nord. On ne dira jamais assez combien la solidarité interuniversitaire a souffert de l’incapacité des universités françaises à organiser une coopération efficace ; celle-ci est restée trop souvent très éparpillée, minée par des rivalités de clochers et des concurrences parfois acharnées sinon déloyales ; les unes et les autres sont, en partie, inévitables mais elles se sont avérées préjudiciables aux objectifs recherchés et, en tout cas, à la mutualisation des moyens et des ressources de tous ordres sans laquelle la coopération française universitaire, malgré les moyens considérables employés, ne saurait être performante, autant que le sont d’autres en Europe et dans le monde.

12Il faut, en outre, noter l’intérêt et le succès de cette coopération pour d’autres bénéficiaires, les universités du Nord. Au-delà du fléchage “solidarité” pour le Sud, il y a aussi une attente de la part des universités du Nord de réels retours d’investissement en termes de ressources humaines, de notoriété, de crédits et même, plus récemment, de nombre d’étudiants. La coopération est essentielle pour les universités du Nord et leurs équipes dans un grand nombre de domaine de convergence tels l’épidémiologie, la pharmacopée, la botanique et la zoologie, la biodiversité, l’exploration des ressources du sous-sol, la gestion des ressources de l’eau, la linguistique, l’histoire, les droits de l’homme… Dans bien des cas, on jouera des solidarités existantes pour parvenir à l’établissement de ces recherches partagées.

13On ajoutera, enfin, que cette politique de coopération ne saurait, comme les autres, réussir qu’à la condition que les gouvernements eux-mêmes du Sud s’engagent résolument dans une politique de développement universitaire et scientifique, sauf à considérer, comme la tentation en est parfois sinon exprimée du moins suggérée, que ce secteur d’activité ne relève plus de la compétence des Etats et des autorités publiques…

14Il reste cependant un double constat qui s’impose : celui de l’impuissance d’une telle coopération, dont on s’aperçoit qu’elle s’essouffle, pour assurer à elle seule le développement universitaire du Sud, et celui de la difficulté aujourd’hui de faire une place prioritaire à l'objectif de solidarité dans les nouvelles coopérations interuniversitaires.

II – Les solidarites, vecteurs de la cooperation universitaire

15C’est un autre aspect de la politique de coopération universitaire à la recherche de formules plus efficaces et… moins coûteuses, au moins pour les crédits publics, que d’utiliser les solidarités, les affinités existantes. Le phénomène n’est pas nouveau, et l’on connaît la richesse des cercles de solidarité, que ceux-ci soient historiques, linguistiques, géographiques… Un excellent exemple en est donné par la Francophonie et son Agence universitaire qui cumule ces facteurs de constitution d’un patrimoine commun propice aux échanges et à la solidarité partagée.

  • 1 Voir notamment R. BARRE, V. HERNANDEZ, J.-B. MEYER, D. VINCK, Diasporas scientifiques. Comment les (...)

16Il y a aussi les solidarités ethniques, fondées sur les origines nationales ou régionales, activées et utilisées depuis longtemps aux Etats-Unis avec, par exemple, les Chinois et les Indiens. L’idée d’une “libération des forces de la diaspora” au service de la coopération universitaire est accueillie en France depuis quelques années. La valorisation des diasporas scientifiques est encouragée par les pouvoirs publics qui recherchent leur collaboration ; ils y voient en plus d’un atout pour la coopération universitaire un facteur supplémentaire du développement des pays d’origine. De nombreux colloques, études et publications1 ont listé les utilités d’une telle politique : construction d’un milieu scientifique intéressant les pays d’origine, aide au retour ; collecte et gestion d’informations sur les compétences des membres de réseau afin de permettre aux individus, aux institutions et entreprises de trouver des personnes qualifiées pour un projet donné ; formation et animation scientifique, contribution aux infrastructures scientifiques et techniques de pays d’origine…

17Les diasporas scientifiques et techniques apparaissent ainsi comme une des solutions permettant de compenser les effets de la fuite des cerveaux et de matières grises et une coopération mieux adaptée ; les intéressés étant censés connaître le terrain et les besoins, les diasporas apparaissent comme un transfert efficace de connaissances vers des communautés des pays ou région d’origine.

18Comme le soulignait un des spécialistes en la matière, Roland Waast :

  • 2 Op. précité.

“L’action de diasporas scientifiques peut s’intégrer utilement aux politiques de science des pays en développement, comme aux stratégies de coopération solidaire. Ces diasporas aujourd’hui susceptibles de jouer un rôle sans égal de générateur de projets, de structuration institutionnelle, et d’agence de liaison avec la science et la technologie du monde. Leurs caractéristiques (elles sont multifonctionnelles, et traversées de crises internes..) porteront toutefois le politique à s’entourer de précautions2…”

19Sans sous-estimer ses indéniables avantages, le recours aux diasporas soulève, en effet, des interrogations sur le principe même d’un soutien public à des actions mettant en œuvre des solidarités ethniques ou nationales ; la question est plus critique encore lorsque celles-ci conduisent à discriminer entre les citoyens français comme ce fut le cas avec la création des doubles chaires ne pouvant concerner que les originaires –parfois lointains– d’un pays ou d’une région.

20On retiendra que, quel que soit le jugement porté, de tels programmes se doivent d’être attentifs à d’autres difficultés relatives à leur exécution et plus spécialement aux rapports entretenus par les diasporas et leurs ressortissants avec les autorités gouvernementales, les universitaires et chercheurs, le milieu scientifique et technique des pays d’origine.

III – La cooperation universitaire, facteur de nouvelles solidarites

21Apparaissent de nouvelles solidarités qui sont privilégiées par la coopération universitaire, qui s’ajoutent et se superposent à la “solidarité classique”, avec laquelle elles peuvent entrer en concurrence et être source de conflits entre plusieurs significations et traductions concrètes de la notion de solidarité.

22Cette situation est liée au contexte nouveau créé par la mondialisation et la révolution technologique, fait d’internationalisation des formations et des diplômes, de circulation des élites encouragées par le Nord pour attirer des compétences, de développement d’un véritable marché international de l’éducation et de l’enseignement.

23On assiste à un nouveau glissement de la solidarité dans la coopération universitaire. De plus en plus, la coopération avec le Sud s’exprime sous une forme individuelle, d'aide aux chercheurs avec l’objectif de les intégrer dans la communauté scientifique internationale ; en brisant l’isolement, leur isolement et leur enclavement, il s’agit de permettre aux professeurs et chercheurs de s’insérer dans la dynamique de la mondialisation de l’espace universitaire et d’y participer. C’est un nouvel aspect de la solidarité qui se développe : de valeur celle-ci devient objectif et… objective ; il s’agit d’établir, malgré les barrières nationales, un espace commun universitaire et scientifique, plus ou moins régional, plus ou moins mondialisé ; bref de créer une zone de solidarité entre les premiers acteurs de la coopération universitaire et scientifique. Ce nouveau discours s’impose aux pays les moins favorisés, offrant à leurs chercheurs des opportunités qu’ils ne pourraient avoir, celles notamment de participer aux activités scientifiques mais… dans les établissements et les laboratoires du Nord ; sans doute au détriment des politiques classiques de coopération solidaire qui sont aujourd’hui l’objet de réserves et, certainement, en défaveur d’une formation et d’une recherche définies et mises en œuvre au Sud.

24Le couple coopération universitaire–solidarité change de sens et, de plus en plus, il est fait référence à la solidarité internationale (l’expression est employée) pour justifier la réalisation de ce marché éducatif et ces liens d’interdépendance marqués par les échanges internationaux et interculturels où la logique économiste prévaut avec l’uniformisation des biens. De nouveaux instruments (formation à distance), de nouvelles priorités (aux formations scientifiques, managériales), de nouveaux acteurs pédagogiques (avec les formations ne dépendant plus des Etats ni des institutions traditionnelles reconnues) émergent et se développent. Les uns et les autres ne conduisent-ils pas, malgré des efforts en sens inverse et les avantages que l’on en attend pour les intéressés, à des mutations qui, d’une part, accroissent le pouvoir du Nord et de ses universités entre lesquelles s’établit et se renforce une solidarité fondée sur la compétence scientifique et technique et, d’autre part, transforment les partenaires du Sud en simples gestionnaires, sous-traitants ou faire valoir ?

***

25Dans ces conditions et pour conclure, on est tenté de se demander ce qu’il reste de la solidarité… et de sa place dans la coopération universitaire ; responsables d’universités, gouvernants et professeurs se trouvent confrontés à l’exercice d’arbitrages délicats qu’illustre une difficulté : celle de faire prévaloir la solidarité dans le domaine scientifique soumis qu’il est à d’autres exigences.

26Pour ne prendre qu’un exemple, souvent développé par le Haut conseil de la coopération internationale (HCCI) et plus spécialement dans un avis adopté en 2002, une politique d’appui à l’enseignement supérieur et à la recherche et de coopération avec les pays en développement se heurte nécessairement à des choix difficiles exprimant les tensions entre des objectifs divers, voire opposés : comment favoriser une plus grande cohérence entre l’enseignement primaire et secondaire et les systèmes d’enseignement supérieur et de recherche ?

27Faut-il dans des situations universitaires sinistrées appuyer des “enclaves” ou diluer les actions pour toucher le plus grand nombre ?

28Comment concilier compétitivité scientifique internationale et la recherche finalisée pour le développement dans les pays les plus pauvres ?

29Comment rendre compatibles l’universalisme scientifique, qui suppose la mobilité des élites et leur polarisation vers les centres dynamiques, et la construction de systèmes nationaux ou régionaux de formation et de recherche, supposant des politiques compensatoires des asymétries et prenant en compte les particularismes ?

30Comment réduire les écarts entre les thèmes de la recherche scientifique définis par la demande solvable et les financements des pays riches, et ceux visant à répondre aux besoins des populations démunies (par exemple, plus de 90 % de la recherche médicale concerne les maladies des habitants des pays tempérés) ?

31On voit dans ces énoncés, sous-jacent le fameux conflit entre solidarité et excellence scientifique.

32Une opinion ne tend-elle pas à résumer les choix sous la forme d’une alternative qui s’imposerait avec la force de l’évidence : échange sans solidarité, du moins au sens retenu ? Ou assistance et aide sans efficacité pas même pour les bénéficiaires supposés ?

33A moins que la référence à la solidarité ne trouve de nouvelles fonctions, en renouant avec son sens du passé : celle d’éviter que les enjeux de la coopération internationale en matière d’éducation et de recherche ne se limitent à défendre la mise en place d’un nouvel ordre mondial au profit des plus favorisés ; celle de rechercher de nouvelles approches, de nouvelles modalités de coopération et surtout celle d’animer des actions destinées à faire de l’éducation et de la science un bien “solidaire” (public, mondial ou non) ; c’est dans un sens toute la signification de ce propos de Léon Bourgeois, inévitable référence.

“Le mot solidarité paraît, à chaque instant, dans les discours et dans les écrits politiques (…) et le sens que les écrivains, les orateurs, l’opinion publique à son tour, y attachent, semble de jour en jour, plus plein, plus profond et plus étendu. N’y a-t-il qu’un mot nouveau et comme un caprice de langage ? Ou ce mot n’exprime-t-il pas vraiment une idée nouvelle, et n’est-il pas l’indice d’une évolution de la pensée générale !”

34Il y a là un défi à relever que ne sauraient ignorer les universités et leurs professeurs.

Notes

1 Voir notamment R. BARRE, V. HERNANDEZ, J.-B. MEYER, D. VINCK, Diasporas scientifiques. Comment les pays en développement peuvent-ils tirer parti de leurs chercheurs et de leurs ingénieurs expatriés ? IRD Editions, 2003.

2 Op. précité.

Auteur

Professeur à l’Université Montesquieu Bordeaux IV, Président honoraire de l’Agence Universitaire de la Francophonie, Directeur de l’Institut pour le développement de l’Enseignement supérieur francophone (IDESUF)

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540