Version classiqueVersion mobile

Les définitions en droit privé

 | 
Louis-Marie Schmit

Partie 1 : Les définitions, objets statiques

Conclusion de la première partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

283. Stabilité. – Les définitions en droit privé, objets statiques, ont été successivement envisagées quant à la manière dont elles sont venues au droit et à celle dont il les façonne.

Révélant tour à tour l’identité du droit et les tensions qui le traversent, elles donnent l’image d’une profonde stabilité. Si elle a évolué au gré des rapports de l’interprète – la doctrine – au droit interprété, l’identité du droit est désormais figée. Il présente le visage d’un droit codifié, gagné par une forme de systématisation d’origine doctrinale dont les définitions sont un emblème. Quant aux tensions du droit, les définitions constituent à la fois leur enjeu et leur terme. La concurrence que se livrent les modèles juridiques et celle qui, en droit interne, oppose le droit existant et les projets de réformes, se soldent par la domination de l’un des modèles à travers l’imposition, l’imitation ou la reprise de ses définitions.

Une même impression de stabilité ressort de l’étude des défi...

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search