Version classiqueVersion mobile

L'État royal

 | 
Philippe Fabry

Troisième partie. Le prince et le gouvernement

Conclusion de la partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1206. Mieux vaut prévenir que guérir. C’est une logique similaire à celle de cet adage qui conduit au XVIe siècle, et sous nos yeux à travers le témoignage de Pierre Rebuffe, l’Etat de justice à devenir un Etat administratif.

1207. Le roi de France est devenu très puissant. Il maîtrise le territoire en droit, par l’importance largement prépondérante du domaine royal, et en fait grâce à ses armées et ses officiers. Sa souveraineté lui permet non seulement de rendre la justice, mais de l’établir par ses lois. Il peut remanier la carte de ses provinces, contrôler le commerce. Il est devenu un juge capable de régler le comportement des hommes. Entouré d’un conseil suffisamment éclairé, il doit être capable de le faire pour le mieux, et de conduire ses sujets vers la société idéale.

1208. Dès lors la mission de justice porte en elle-même le gène de sa mutation en oeuvre de gouvernement : un bon gouvernement n’est-il pas idéalement l’établissement de la justice a ...

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search