Version classiqueVersion mobile

L'État royal

 | 
Philippe Fabry

Troisième partie. Le prince et le gouvernement

Le prince et le gouvernement

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

781. Après le prince et les normes, après le prince et la justice, nous nous préparons à achever notre étude de l’Etat royal au XVIe siècle en traitant du gouvernement royal. Le sujet est sans nul doute bien plus moderne : la Renaissance est un temps de mutation important dans l’ordre des préoccupations de la monarchie et, de plus en plus, les rois de France vont se soucier de l’Etat pour lui-même.

782. Classiquement, dans la tradition intellectuelle médiévale, le Pouvoir était légitimé par la recherche exclusive de la Justice. Ce principe central interdisait en théorie de jamais commettre d’injustice volontaire, y compris dans le but d’obtenir un plus grand bien. Le droit chrétien de la guerre tel que défini par saint Thomas d’Aquin illustre bien cette pensée : pour qu’une guerre fût déclarée juste il y fallait trois conditions : une cause juste, une intention droite et l’autorité du prince. Causa iusta et intentio recta ne font point doublon car une intention mauv...

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search