Version classiqueVersion mobile

L'État royal

 | 
Philippe Fabry

Deuxième partie. Le prince et la justice

Conclusion de la partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

776. Théoriquement le roi, maître de toute juridiction et maître de tous les juges, est décrit à la fois comme le chef d’orchestre de sa justice et comme le soliste génial qui peut lui-même rendre la justice, interpréter la loi, faire droit à ses sujets.

777. En pratique, il apparaît que cette vision n’est en fait que la synthèse d’un ordre féodal d’où l’on vient et de l’ordre absolutiste où l’on va ; si la monarchie a bien compris une chose après six siècles de reconstruction patiente c’est que la justice est un puissant instrument de gouvernement, et si les jurisconsultes comme notre auteur demeurent très préoccupés par ce fondement de la légitimité royale, les rois n’en sont pas restés à l’idéalisme de saint Louis sous son chêne et ne s’intéressent plus guère à l’exercice personnel de leur juridiction que pour autant que cela sert leur pouvoir, cas dans lesquels ils peuvent évoquer motu proprio. L’accroissement du royaume et de l’emprise royale sur ses territoire...

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search