Version classiqueVersion mobile

L'État royal

 | 
Philippe Fabry

Deuxième partie. Le prince et la justice

Chapitre IV. Les juges du roi

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

386. Le roi de France est, en son royaume, iurisdictionum dominus & supremus1.

387. Mais un royaume peut être vaste, et celui de France est démesuré : aucun prince en Europe n’a un pouvoir aussi étendu ni aussi direct sur une population aussi nombreuse. Rebuffe le sait : s’il faut dix diocèses et un archevêque pour faire un royaume, le royaume de France dépasse tous les autres en dignité en remplissant largement cette condition2.

388. Aussi le roi de France, face à ces défis démographiques et géographiques, ne pouvait-il exercer sa mission de justice sans une pléthore d’auxiliaires. A l’instar de l’empereur antique, il lui fallait des magistrats pour relayer son pouvoir dans les territoires de ce royaume qui était son empire. De fait, l’Etat royal s’érigea avant tout par la justice du prince ; c’est par la construction de sa justice royale que le roi de France domina la féodalité et établit les rudiments d’un gouvernement, d’une puissance publique structurée...

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search