Version classiqueVersion mobile

L’abstention de la puissance publique et la garantie des droits fondamentaux

 | 
Damien Fallon

Première partie : L’abstention de la puissance publique : une action négative protectrice des droits fondamentaux

Titre 1. L’abstention : une action négative marque de la puissance de l’état

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

151 La notion de puissance, bien que se rapprochant des notions de force, d’autorité, de contrainte ou de commandement240, renvoie en premier lieu à celle de prérogative. Pour reprendre l’expression du Professeur É. Picard, la puissance publique « est essentiellement prérogatives »241. En effet, si la puissance est domination, elle est également « possibilité de mouvement vers l’action »242. Elle représente une potentialité243, c’est-à-dire une faculté d’agir.

152 Le philosophe italien G. Agamben formulait ainsi la question : « le problème originel de la puissance s’énonce dans la question : “Que signifie : avoir une faculté ? Comment existe-t-il quelque chose comme une “faculté” ?” »244.

153 Aristote répond à cette question dans son traité De anima245. La puissance est comprise comme un élément appartenant en propre au sujet et permettant l’accomplissement d’une certaine action. Ainsi, la « faculté de sentir » se distingue du fait de sentir effectivement, du « sentir en acte ». La pu...

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search