Version classiqueVersion mobile

L'œuvre canonique d'Antoine Dadine d'Auteserre (1602-1682)

 | 
Cyrille Dounot

Première partie. Antoine Dadine d'Auteserre. Un savant professeur

Conclusion de partie

Texte intégral

  • 1109 J.-L. Thireau, « L’enseignement du droit et ses méthodes au XVIème siècle. Continuité ou rupture ? (...)
  • 1110 J.-L. Thireau, ibid.
  • 1111 P. Arabeyre, « Manière d’enseigner chez les bartolistes français des XVe et XVIe siècles : la fin (...)
  • 1112 P. Arabeyre, art. cit., p. 76.
  • 1113 Cf infra p. 354 s.
  • 1114 Par exemple, concernant l’approbation des ordres religieux par le seul souverain pontife, DJE, Ope (...)
  • 1115 A. van Hove, Prolegomena, Rome, 1945, pp. 501-502. Rarement incomplet, van Hove omet cependant ici (...)

1Auteserre, professeur de droit, est un érudit de haut vol. Indéniablement, il maîtrise et cultive la technique des juristes humanistes qui « incitent à rejeter les autorités [...] à reprendre directement l’examen des textes juridiques, à en proposer des interprétations originales, par un recours systématique à la philologie, à l’histoire, aux témoignages littéraires »1109. Comme eux, on le voit refuser de s’enfermer dans le cadre étroit de sa spécialité, il prétend à « une culture universelle, se veut aussi philosophe, théologien, grammairien, historien »1110. Il ne se sépare pas cependant tout à fait des « bartolistes français ». S'il ne publie pas de repetitio, il donne au public des leçons, des lectures, qui tout en tendant à la systématisation se meuvent entre « la verbosité invétérée des bartolistes et la « compendiosité » chère aux humanistes »1111. On peut le comparer à un André d’Exea qui « a tenté de couper dans les multorum authorum allegationes » juridiques, pour les remplacer par d’autres allégations, historiques ou théologiques1112. L’on ne voit pas dans ses écrits une accumulation démesurée d’autorités juridiques. Il connaît les juristes anciens, nous l’avons vu, ainsi que bien des modernes, comme nous le montrerons plus loin1113, mais il les allègue avec modération. Rarement, et plus spécialement en matière de droit canonique, nous le voyons ajouter des références aux références, sans toutefois jamais dépasser la demi-douzaine1114. Ce domaine du droit canonique est en revanche un domaine où il se distingue. Une de ses originalités tient aux sources qu’il étudie, notamment les Clémentines. Exclues de l’enseignement traditionnel donné dans les Universités, au profit du Décret et des Décrétales de Grégoire IX, elles n’eurent pas d’autre commentateur en Europe au XVIIème siècle. Si les canonistes du XIVème siècle furent nombreux à gloser ce droit alors récent, il n’en alla pas de même aux époques suivantes1115. En effet, l’on recense seulement quatre commentateurs : Radulphe de Beerkingen pour le XVème siècle, Auteserre pour le XVIIème siècle et Baldassini pour le XVIIIème. Il faut cependant ajouter les sommaires annotations de Du Moulin, parues en 1603.

  • 1116 Constitutio Constantini, p. 3.
  • 1117 De re Ascetica, p. 1.
  • 1118 Asceticon, Opera, t. 2, Praefatio auctoris, non paginée.

2« Recentiorum [auctorum] judicia non ambio »1116. Dans sa controverse au sujet du quadrige, il fait cet aveu d’une importance capitale pour comprendre sa manière de procéder : « Qu’Erasme ait employé ces termes, j’avoue que je n’en sais rien. Je n’ai jamais lu Erasme, nourri que je suis depuis l’adolescence par la lecture des anciens, non par dédain des modernes, mais suffisamment occupé par le tribunal ou les études, je n’ai pas eu le temps de les atteindre »1117. Bien sûr, Auteserre force ici le trait, car nous trouvons de nombreuses références à des auteurs de son temps, juristes ou historiens. Mais il est vrai qu’une très grande partie de sa documentation vient de l’Antiquité ou du Moyen Âge. C’est encore ce qu’il affirme au commencement de son Asceticon, détaillant la succession de ses lectures : « Je me suis plu à lire les Pères, tant grecs que latins, surtout Jérôme, Théodoret, Palladius, Rufin, Sulpice Sévère, Grégoire le Grand, Jean Mosch et les autres, qui écrivirent des vies des ascètes avec élégance et une grande foi »1118.

  • 1119 Préleçon no I, Opera, t. 5, p. 227.
  • 1120 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 82. Ici, « l’ordre naturel est que les parents prédécèdent à (...)
  • 1121 J. Krynen, « Naturel. Essai sur l’argument de la Nature dans la pensée politique à la fin du Moyen (...)
  • 1122 Comme l’attestent ses notes sur les Institutes, Opera, t. 7, lib. 1, cap. 2, pp. 2-3 : « Jus natur (...)

3Lors de la rentrée universitaire de 1653, Auteserre dégage un principe, en lien avec la force des autorités : le primat, dans l’ordre spéculatif, de la vérité. « Je vénère et cultive les jugements des anciens, d'un sentiment religieux. Mais je ne me crois pas si soumis à leur autorité que je m’interdise, autant que l’eau est distante du feu, les pensées nouvelles. La république des lettres jouit de cette liberté, et cela est considéré comme civil et honnête, qu’elle puisse s’échauffer çà et là d un combat entre littérateurs. La plus belle lumière de la vérité jaillit des diverses sentences, comme une étincelle de la rencontre des pierres »1119. En outre, la nature est pour lui révélatrice d’un ordre à respecter, et il rappelle, incidemment il est vrai, l’existence de cet « ordo naturalis »1120. De la sorte, il se fait volontiers le continuateur des penseurs médiévaux chez qui « l’idée s’affirme et se répand que la vie sociale et politique trouve un modèle parfait dans la Nature et dans ses œuvres »1121. En revanche, il ne suit pas les humanistes dans leur assimilation du droit à la nature, et de la nature à la nature humaine, c’est-à-dire la raison1122.

  • 1123 Si nous prenons l’exemple de Charles Du Moulin, bien que son œuvre révélât « une grande culture, d (...)
  • 1124 DJE, Opera, t. 1, lib. 1, cap. 1, pp. 3-4.
  • 1125 Institutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 1, p. 67.

4Finalement, lui qui s’appuie plus sur les textes littéraires que la majorité de ses maîtres ou condisciples démontre une méthode qui semble tout à la fois assez éclectique et originale1123. Il est remarquable de voir ce professeur invoquer un poète comique grec du Vème siècle avant notre ère pour préciser une règle juridique, de surcroît dans un souci philologique, à l’encontre de Cujas. Après avoir réfuté son opinion sur l’existence de la juridiction ecclésiastique, il ajoute : « Ceci n’est pas la seule erreur de Cujas. Elle n’est pas moins grave que celle que j’ai autrefois observée dans son commentaire du chapitre 1, extr. de vit. & honnest. cleric. [X, 3, 1, 1] où l’illustre homme, afin de prouver qu’il était de coutume que les magistrats connussent des causes des clercs, fait mauvais usage de l’élégante formule d’Ulpien interprétant Démosthène [...] où χληριχάς est très mal traduit par causes des clercs. [Jérôme] Wolfius le rend plus correctement par causes des mineurs [pupillorum & pupillarum], que les Grecs appelaient έριδας, car ils recueillaient l’héritage »1124. Il produit alors cette citation tirée des Guêpes d’Aristophane (Καί άποθνήσχων ό πατήρ χαταλίπων παίδα έπίχληρν) qu’il traduit par : « Et moriens pater relinquens puellam haredem ». De manière analogue, il est remarquable de le voir fonder une règle de droit sur une source littéraire, juste après avoir invoqué un texte normatif. Ainsi lorsqu’il aborde l’occupation du littoral : « Le rivage annexe au fonds vendu n’est pas compté dans le fonds, car il est [res] nullius, et appartient à tous de par le jus gentium, L. Litora [D. 43, 8, 3]. Cependant, le bord de mer peut être concédé pour occupation, comme le dit Servius, dans son commentaire de l’Enéide : Hospitio prohibemur arenae. Occupantis enim, dit-il, est possessio litoris. Bien que le rivage de la mer soit commun, il est toutefois possible de l’occuper, en totalité par le peuple, et alors cette occupation est publique, L. 3 Dig. Ne quid in loc. public. [D. 43, 8, 3] ou bien en partie, par une personne privée »1125.

5Auteserre démontre ainsi un trait de caractère bien trempé, une certitude acquise envers en contre tout. Contester si vivement Cujas au XVIIème siècle n’est pas tellement répandu, surtout en ce qui concerne la juridiction ecclésiastique.

6Etudions maintenant son engagement en tant que canoniste, qui reflète à la fois ses préoccupations primordiales et son originalité majeure. L’examen de ses œuvres spécifiquement canoniques prouvera qu’il agit principalement à la façon d’un décrétaliste, commentant les anciens recueils du Corpus iuris canonici. Mais qu’il sait aussi dépasser ce cadre de diverses manières, et dans ses Dissertations de droit canonique, et dans son véritable traité de la juridiction ecclésiastique, ou encore lorsqu’il inclut des commentaires juridiques dans ses œuvres historiques.

Notes

1109 J.-L. Thireau, « L’enseignement du droit et ses méthodes au XVIème siècle. Continuité ou rupture ? », RHFDSJ, no 2, 1985, p. 28.

1110 J.-L. Thireau, ibid.

1111 P. Arabeyre, « Manière d’enseigner chez les bartolistes français des XVe et XVIe siècles : la fin d’une écriture ? », dans L. Giavarini (dir.), L’Ecriture des juristes, XVIème-XVIIIème siècle, Paris, 2010, p. 89.

1112 P. Arabeyre, art. cit., p. 76.

1113 Cf infra p. 354 s.

1114 Par exemple, concernant l’approbation des ordres religieux par le seul souverain pontife, DJE, Opera, t. 1, lib. 10, cap. 11, p. 287, où il se base sur six autorités.

1115 A. van Hove, Prolegomena, Rome, 1945, pp. 501-502. Rarement incomplet, van Hove omet cependant ici les productions de Du Moulin.

1116 Constitutio Constantini, p. 3.

1117 De re Ascetica, p. 1.

1118 Asceticon, Opera, t. 2, Praefatio auctoris, non paginée.

1119 Préleçon no I, Opera, t. 5, p. 227.

1120 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 82. Ici, « l’ordre naturel est que les parents prédécèdent à leur fils ». En cela, Auteserre est fidèle à la tradition, cf. M. Villey, « Le droit naturel chez Gratien », Studio Gratiana, no 3, 1955, pp. 85-99 ; J. Krynen, L’idéologie de la magistrature ancienne. L’Etat de justice. France, XIIIe -XXe siècle, Paris, 2009, t. 1, pp. 175-176.

1121 J. Krynen, « Naturel. Essai sur l’argument de la Nature dans la pensée politique à la fin du Moyen Âge », Journal des Savants, 1982, no 2, p. 172.

1122 Comme l’attestent ses notes sur les Institutes, Opera, t. 7, lib. 1, cap. 2, pp. 2-3 : « Jus naturale est, quod natura omnia animalia docuit quod a natura insitum est omnibus animalibus, & nobis commune est cum brutis ; ut maris & feminae conjunctio, procreatio liberorum », il suit plutôt l’autorité de Cicéron que celle de Le Caron, de Cujas, de Bodin ou de Doneau. Les humanistes, tout comme les protestants, condamnent « l’idée d’un droit naturel commun aux hommes et aux animaux », cf. J.-L. Thireau, « Cicéron et le droit naturel au XVIème siècle », RHFDSJ, no 4, 1987, pp. 68-71.

1123 Si nous prenons l’exemple de Charles Du Moulin, bien que son œuvre révélât « une grande culture, d’ailleurs complaisamment étalée », et qu’il fît preuve d’une « connaissance très approfondie de la littérature romaine », l’on ne dénombre que trente-et-un auteurs latins. De plus, s’il « n’ignore rien du grec », il ne cite pas plus de quinze auteurs antiques, cf. J.-L. Thireau, Chartes Du Moulin (1500-1566). Etude sur les sources, la méthode, les idées politiques et économiques d’un juriste de la Renaissance, Genève, 1980, pp. 141-142. Un autre figure, celle de Charles Loyseau, est assez chiche de ce point de vue là : dix auteurs grecs et vingt-sept latins, pas tous antiques, cf. Br. Basdevant-Gaudemet, Aux origines de l’Etat moderne. Charles Loyseau (1564-1627), théoricien de la puissance publique, Paris, 1977, Annexe. Index des sources, pp. 283-286. L’auteur ajoute (p. 21) : « Peu nombreux, ces écrits on souvent un caractère plus littéraire ou poétique que juridique [...] ils ne constituent donc pas une part importante de ses sources ». Guillaume de La Perrière manie autant d’auteurs (quarante-et-un tous confondus), G. Cazals, Une civile société. La République selon Guillaume de La Perrière (1499-1554), EHDIP, no 12, 2008, p. 47, n. 161. Le juriste qui s’approche le plus de l’érudition d’Auteserre est Guillaume Benoît, citant quarante-sept auteurs latins et vingtneuf grecs. Au total, ce dernier connaît 282 auteurs, dont 124 juristes (P. Arabeyre, Les idées politiques à Toulouse à la veille de la Réforme. Recherches autour de l’œuvre de Guillaume Benoît (1455-1516), EHDIP, no 7, 2003, p. 188). Il est vrai qu’André Viala avait mis en évidence la richesse de l’information comme un caractère propre des auteurs de « l’Ecole de Toulouse », cf. A. Viala, Le parlement de Toulouse et l’administration royale laïque (1420-1525 environ), Albi, 1953, t. 1, pp. 291 s. Seul, cependant, Bathélémy de Chasseneuz semble dépasser les cent-vingt auteurs antiques, cf. CHR. Dugas de la Boissonny, Barthélémy de Chasseneuz (1480-1541), Grenoble, 1977, pp. 223-359, « Auteurs et ouvrages cités par Chasseneuz ».

1124 DJE, Opera, t. 1, lib. 1, cap. 1, pp. 3-4.

1125 Institutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 1, p. 67.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search