Version classiqueVersion mobile

L'œuvre canonique d'Antoine Dadine d'Auteserre (1602-1682)

 | 
Cyrille Dounot

Première partie. Antoine Dadine d'Auteserre. Un savant professeur

Chapitre 2. L’érudit et ses méthodes

Texte intégral

  • 515 Fr. Bosquet, Pontificum romanorum, qui e Gallia oriundi in ea sederunt, historia, ab anno Christi 1 (...)
  • 516 A. Bruneau, Nouveau traité des criées [...], 2nde édition, Paris, 1685, p. 449.
  • 517 Préleçon no I, Opera, t. 5, p. 227.

1Les manières de penser et de travailler d’Auteserre sont celles de l’humanisme. On peut lui appliquer cette déclaration de Bosquet : « C’est l’étude du droit canon surtout qui m’a poussé aux recherches historiques. Privé de l’appui de l’histoire, le droit canon peut-il faire autre chose que chanceler et tomber ? »515. Notre juriste a constamment recours à l’histoire et à l’étude philologique des sources, principalement romaines, mais aussi littéraires. Bruneau définissait les humanistes comme « ces personnes [qui] par un beau latin ont confondu le Droit avec les Lettres », et n’hésitait pas à classer parmi eux, « à Tolose, Maistre Ant. Dadine de Hauteserre »516. Au-delà de ses écrits spécifiquement historiques, il tient dans ses œuvres juridiques à restituer le plus possible le contexte de la prise de décision normative. Devant ses étudiants, décochant une flèche contre les glossateurs ignorants du droit français, Auteserre annonce la règle herméneutique qu’il s’évertue à appliquer : « Comme les divers rescrits concernent les Gaules et d’autres peuples de la Chrétienté, il faut souvent les interpréter selon les lois et les mœurs de ces gens, en vertu de qui ils ont été émis »517. Nous verrons plus tard que cette volonté de contextualisation vient en réponse érudite aux gallicans, reprenant leurs propres références historiques pour leur donner une autre interprétation. Pour l’instant, tâchons de bien montrer que notre auteur mêle adroitement l’histoire (Section 1) et le droit romain (Section 2), en épigone d’illustres devanciers, afin de mieux percer les arcanes d’une science austère.

Section 1 : L’histoire

  • 518 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, Proemium, p. 2.

2Auteserre indique, au début de son Histoire d’Aquitaine, le but qu’il se propose de suivre, et que l’on peut sans peine appliquer à ses autres ouvrages : « Je tâcherai d’être encore plus audacieux que ceux qui m’ont précédés, dans le but d’embellir la patrie. Mais il est un combat plus beau, sans lividité, et cette émulation qui pousse à illustrer la patrie ne laisse pas vain le précieux travail accompli pour l’amour de la patrie. Ô toi, très saint Martial, protecteur tutélaire de l’Aquitaine, qui as donné en premier à cette province la lumière de la vérité évangélique, fais luire un nouveau ciel sur la recherche de la vérité historique des affaires d’Aquitaine ; et réchauffe, par l’esprit céleste, l’incomparable prédication de ton Apostolat ! »518.

  • 519 Or. Ranum, « Historiographes, historiographie et monarchie en France au XVIIè siècle », dans Y.-M. (...)
  • 520 Ch. Grell, « L’histoire de France et le mythe de la monarchie au XVIIème siècle », dans Y.-M. Bercé (...)
  • 521 Ducs, Opera, t. 5, Proemium, p. 1.

3Lorsqu’il se fait historien, ce juriste ne cherche pas, a priori, à défendre opiniâtrement un projet politique, mais la simple vérité historique. Car si de prime abord « le rattachement des provinces à la couronne » fait partie des thèmes récurrents de l’historiographie monarchique519, il se place plutôt dans l’optique d’une « histoire des provinces » distincte de celle du royaume, écrite par les historiens officiels520. Il le promet dans une de ses préfaces : « Je chercherai, pour chacune de ces choses, à dire l’histoire, fidèlement et avec exactitude »521.

  • 522 Ch. Grell, « Conclusion », dans Ch. Grell, J.-M. Dufays (dir.), Pratiques et concepts de l’histoire (...)
  • 523 J. Boutier, « Jean-Baptiste Colbert, Baluze et l’« histoire de chacune province » de la France », d (...)
  • 524 J. Poumarède, « Antoine Dadin de Hauteserre. L’œuvre politique d’un professeur toulousain, sous Lou (...)
  • 525 Dédicace des commentaires sur l’Histoire des Frances de saint Grégoire, 4 octobre 1678. Il est vrai (...)

4Certains éléments permettent cependant de l’inscrire dans le vaste mouvement historique du Grand Siècle, non dépourvu d’arrière-pensées chez ses ordonnateurs, Richelieu puis Colbert, s’efforçant d’organiser la recherche historique au service de l’Etat522. Son Histoire d’Aquitaine, ouvrage bien connu de Baluze, a récemment été considérée comme « un élément de cette histoire des provinces qui intéresse peutêtre déjà Colbert »523, et comme l’a souligné J. Poumarède, « des intentions politiques sont bien présentes dans les travaux historiques qui furent le premier champ d’étude d’Antoine de Hauteserre »524. Lorsqu’il dédiera à Colbert son commentaire des livres historiques de Grégoire de Tours, qui est « utile à l’amélioration et à l’illustration de l’histoire des Francs », Auteserre n’omettra pas de préciser que le roi lui a confié la tâche d’« orner les lettres par l’étude de l’histoire nationale », tâche éminemment politique525.

  • 526 Ducs, Opera, t. 5, Dédicace, p. X.

5A cet égard, la dédicace de son étude sur les Ducs et les Comtes mérite aussi d’être citée. Dès la première phrase, il salue « la chute des ducs et des comtes des provinces françaises, non sans miracle, ni jugement divin sollicité par la majesté royale »526. De là, poursuit-il, « il faut explorer l’origine de leur conseil, leur accroissement et leur abaissement. Je ménage la honte des Princes sous qui de telles choses sont trop souvent arrivées ; je sais assez que la ruine des règnes arrive bien plus par le jugement de la Divinité que par la faiblesse des Princes. Je gémis devant la minorité des Princes, je maudis la violente tyrannie qui arrive sous ces Roitelets, mais leur descendance ôte cette tâche de la République en la rachetant par ses louanges et ses trophées ». Le but de l’ouvrage est d’emblée affiché : « Que par notre Ducs et Comtes, les Rois trouvent de toutes parts de justes défenseurs de leur majesté méprisée ».

  • 527 Ducs, Opera, t. 5, Proemium, p. 1.

6Outre la dédicace, cet ouvrage comporte une préface, fort éclairante elle aussi. Elle compare les royaumes aux âges de la vie, « ils croissent à partir d’une petite taille, ils s’affermissent avec le temps et les conquêtes, mais par le triste cours des choses, ils sombrent dans la vieillesse »527. Sa lamentation prend alors forme : « Par ces vices, la France a autrefois souffert une diminution de la majesté royale, par l’affaiblissement des rois, ou par le destin. Elle a souffert que sa puissance souveraine et la dignité de ses Princes tombent à peu près complètement dans des mains privées [...]. Elle gémit, se rappelant de l’antique gloire, avilie par une affreuse déchirure de l’union de ses provinces. Elle montrait les blessures sanglantes de son sein maternel, quand elle t’a sollicité, Hugues le Grand, pour venger l’amour de la patrie et recevoir la couronne ». Ce « Prince très pieux » a alors sauvé la chose publique en « redressant le royaume, et, s’il n’a pas dompté les tyrans, il a su les soumettre et les ramener à une obéissance inaccoutumée ». Il maltraite rudement ces « injustes possesseurs » dont il entreprend d’écrire l’histoire, et annonce qu’il étudiera « d’où ils sont sortis, par quels moyens ils ont convertis leurs préfectures en charges héréditaires, comment ils se sont adjoints les regalia, dans quelles limites leur conseil est aujourd’hui restreint, et comment le faste antique du royaume fut restitué ».

  • 528 J. Poumarède, art. cit., pp. 383-384.
  • 529 Ducs, Opera, t. 5, lib. 2, cap. 3, p. 58.
  • 530 Préleçon no VI, Opera, t. 5, p. 256. L’index porte également : « Princeps solus omnia jura habet in (...)

7Effectivement, Auteserre va s’employer à traiter ces différentes matières dans trois livres, consacrés respectivement aux pouvoirs jadis exercés sur l’Eglise, aux pouvoirs régaliens usurpés et aux droits honorifiques. Comme l’a encore écrit J. Poumarède dans son étude de « l’œuvre politique » d’Auteserre, « pour chacun de ces pouvoirs, Hauteserre se tourne d’abord vers les sources antiques pour montrer à qui ils étaient attribués par les textes du droit romain, puis comment ils ont été ensuite concédés par les autorités légitimes ou accaparés et usurpés, à l’aide de nombreux exemples historiques puisés dans une grande variété de sources [...]. La leçon [...] vise à montrer que l’aristocratie féodale, et spécialement la noblesse titrée, n’a que des pouvoirs honorifiques et ne peut prétendre exercer le moindre pouvoir en dehors de la souveraineté royale »528. Sans citer tous les passages se rapportant à ces usurpations, notons ce qu’il écrit du pouvoir de faire la loi : « Le principat carolingien ayant perdu de sa force, et après que les Ducs et Comtes adultérins aient transféré la puissance sur leurs préfectures, ils concoctèrent de nouvelles lois, et donnèrent des coutumes aux provinces en guise de loi »529. Or, comme il ne manque pas de le préciser dans une préleçon solennelle, faisant sienne cette sentence justinienne : « Que ce soit pour l’exécution de la chose, ou pour son explication, il faut aller au Prince, qui seul détient tous les droits dans son cœur »530.

  • 531 J. Poumarède, art. cit., p. 384. Et l’auteur d’ajouter : « La question est à l’époque très sensible (...)
  • 532 Fiefs, Opera, t. 5, cap. 16, p. 155.

8La trame est à peu près similaire dans son traité de l’Origine et du statut des fiefs, selon les coutumes de Gaule. En seize chapitres, il remonte à l’origine du fief, détaille les divers types de fiefs, leurs obligations réciproques ou encore la juridiction compétente. Pour lui, « la féodalité s’inscrit clairement dans une histoire de la décomposition d’un ordre social et politique incarné par l’empire romain et, dans ses développements, il insiste sur les efforts menés très tôt par les autorités supérieures, à commencer par les conciles et les papes, pour rationaliser et dominer les rapports féodaux. Cette mise en perspective très historicisante a certainement une signification politique. Elle va dans le sens de l’action menée par le pouvoir royal et spécialement par Richelieu en faveur de l’affirmation de l’Etat monarchique et de la lutte contre les ambitions des clans aristocratiques »531. Auteserre termine d’ailleurs son ouvrage sur la commise et la reversio feudi dont le bénéficiaire n’est autre que 1’Etat royal : « Les principaux fiefs, comme les duchés ou les comtés, reviennent au Prince, de par la loi des fiefs, s’il vient à manquer de descendance masculine »532.

  • 533 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 6, p. 125.
  • 534 C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, 1985, p. 38. L’auteur ajoute plus loin : « Le XVII(...)
  • 535 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 3, cap. 12, p. 103. K. F. Werner, Les origines, Histoire de France (...)

9Un autre exemple d’utilisation de l’histoire à des fins politiques peut être tiré de son rejet très explicite du mythe troyen. Après avoir rappelé l’obscurité dans laquelle se trouve l’histoire de la Gaule et de l’Aquitaine « avant qu’elle soit illustrée par les victoires militaires des Romains et par le commerce », il rapporte quelques éléments mythologiques. Ainsi, « les aquitains, selon l’auteur de la chronique Alexandrine, sont les fils de Zamothes, fils de Magog »533. Il en vient aux Troyens, dont, selon Geoffroy de Monmouth, « la flotte a erré sur l’Océan avant que le duc Corinus les pousse en Aquitaine, où, par de nombreux combats, ils ont défait Goffar de Poitou, alors roi d’Aquitaine. Ensuite, ils rejoignirent l’île d’Albion ». Face à ces historiettes, Auteserre s’emporte : « Je rejette ces affabulations, qu’il n’est pas nécessaire de réfuter, et je reprends le cours de notre histoire à ces siècles, expurgés des monstres et des fables, histoire fidèle et véritable ». On observe que ce rejet ne s’accompagne pas d’une acceptation des mythes du XVIIème siècle qui firent des nobles les descendants des Francs et du peuple les descendants des Gaulois, donnant une justification biologique aux hiérarchies sociales534. Pour Auteserre, tous, du moins en Aquitaine, descendent des peuples celtes ou gaulois romanisés : « Les Francs doivent plutôt être appelés les vengeurs des Gaules, que leur ennemis. Unis par les liens de la religion chrétienne, ils ont fait un seul peuple avec les gaulois. Bien qu’ils aient eu pour eux la loi Salique, ils ont largement embrassé la Romaine, quant aux personnes et aux biens ecclésiastiques, comme le montre le canon 3 du 1er concile d’Orléans [511] »535.

  • 536 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 6, p. 125.
  • 537 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 6, p. 126.
  • 538 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 7, p. 129.

10Auteserre, historien d’une province, ne sous-estime cependant pas l’unité nationale. Du temps des Romains, « l’Aquitaine et les autres parties des Gaules vivaient sous des régimes différents, mais d’un conseil commun, elles se sont unies. Les Arvernes avaient leurs Rois, dont la domination embrassait toute l’Aquitaine, depuis les Pyrénées jusqu’à l’Océan »536. Devant l’ennemi commun, il mentionne la geste héroïque de Vercingétorix537 : « La Gaule, souvent vaincue, mais jamais soumise, fut appelée à la liberté par le duc des Arvernes Vercingétorix »538.

  • 539 Préleçon no III, Opera, t. 5, p. 240.
  • 540 Préleçon no III, Opera, t. 5, p. 241.
  • 541 M. Deloche, Autour de la plume du Cardinal de Richelieu, Paris, 1920, p. 505. Auteserre ajoute, en (...)

11Un dernier pan de l’activité d’historien politique d’Auteserre est constitué par sa consultation et prise de position dans l’affaire des « Droits de la Reine ». Nous l’avons déjà dit, sa participation principale, sollicitée par Colbert et à lui adressée, est perdue. En revanche, reste sa préleçon de rentrée universitaire de 1670, consacrée quasiment pour moitié à cette querelle. Traitant du contrat de non-successibilité d’une fille mariée à l’héritage de son père (L. Pactum dotali III, C. De collat. [C. 6, 20, 3]), il expose les différents motifs pour lesquels un tel contrat est nul. Il introduit sa seconde partie de la sorte : « Avec tous ces arguments, un tel contrat de non-succession entre un père et sa fille est facilement détruit. Combien plus encore s’il s’agit de la fille d’un roi, comme cela arriva récemment dans la cause de la divine héroïne Thérèse d’Autriche, Reine Très-Chrétienne »539. C’est alors à un plaidoyer pro domo que se livre Auteserre, abondant en références. Il prouve qu’« un légat ne peut forcer un Prince à abdiquer le pouvoir », et que, de plus, « un Roi ne peut renoncer à son royaume ». Il rejette de ce fait la constitution Quamvis de Boniface VIII (VI, 1, 18, 2) permettant l’abdication pontificale, « quasi dissidens & suspensus jus novum, & universo juri civili contrarium »540. Abordant le cœur du sujet, il rappelle avec force qu’une renonciation « doit être exempte de crainte et de violence [...] or personne, sain d’esprit ou le voulant, n’est présumé abandonner ses biens, L. Cum de indebito [D. 22, 3, 25], Et que la seule révérence paternelle induit une présomption de crainte et de force, L. 1. § quae onerandae. quar. rer. act. non dat [D. 44, 5, 1,5] ». Indubitablement, l’on ressent ici la présence « des érudits et des juristes qui fournissaient des matériaux à la justification de la politique française »541.

  • 542 D’ailleurs, il exposait les divers supports ayant eu cours dans le passé, en s’autorisant de la cor (...)

12Il n’empêche. Sa passion de l’histoire répond plus souvent à un souci didactique ou probatoire que politique. Auteserre manifeste d’abord une volonté affirmée de connaître le plus possible les faits passés, et donc, d’en rechercher soigneusement les preuves. Sa quête des manuscrits inédits est un élément topique de sa méthode (§ 1)542. Il ne dédaigne pas pour autant les sources imprimées, qui constituent l’essentiel de sa très vaste documentation (§ 2), sur laquelle il sait toutefois jeter un regard critique (§ 3).

§ 1. Recherche et diffusion de manuscrits

  • 543 Ch.-V. Langlois, Manuel de bibliographie historique, Paris, 1901, p. 305 : « Il y eut aussi au XVII(...)

13A l’instar de son frère, et de nombre de ses contemporains, les « bénédictins laïques » de l’Ancien Régime, Auteserre cultiva le goût des manuscrits543. Il rechercha les spécimens dont il connaissait l’existence, mais dont il ignorait la localisation, ainsi que des pièces inédites.

  • 544 BNF, Fr. 856. Sur ce manuscrit, cf. A. Jeanroy, « Notes sur l’histoire d’un chansonnier provençal » (...)
  • 545 J. Monfrin, « Notes sur le chansonnier provençal C », Recueil de travaux offert à M. Clovis Brunei,(...)
  • 546 « Ces plaintes ce treuvent dans un grand Tome que j’ay, escrit à la main, contenant les Poëmes de s (...)
  • 547 Et non son neveu, comme indiqué par A. Jeanroy, art. cit., p. 529, cf. Ph. Tamizey de Larroque, Les (...)
  • 548 En effet, l’érudit aixois Peiresc écrivit, en octobre 1631, à Guillaume d’Abbatia, avocat au parlem (...)
  • 549 A. Thomas, « Les manuscrits provençaux et français de Marc-Antoine Dominicy », Romania, t. XVII, 18 (...)
  • 550 A. Jeanroy, art. cit., p. 530. L’ouvrage a paru de façon posthume en 1659.
  • 551 A. JEANROY, art. cit., p. 531, n. 1. L’ouvrage date de 1655.
  • 552 Le manuscrit passa ensuite dans la bibliothèque mazarine, avant de rejoindre, en 1668, la Bibliothè (...)
  • 553 G. Beech, « L’attribution des poèmes du comte de Poitiers à Guillaume IX d’Aquitaine », Cahiers de (...)

14Le plus célèbre des manuscrits qui dut sa postérité à Auteserre n’est ni juridique ni historique. C’est un chansonnier, un recueil de poésies de troubadours, connu sous le nom de Chansonnier Provençal C544. Il s’agit de « l’un des plus importants parmi les recueils qui nous ont conservé les œuvres des troubadours. Avec ses 1206 pièces, dont 150 ne sont connues que par le texte qu’il donne, il occupe, du point de vue de l’ampleur du choix, le premier rang »545. L’histoire des possesseurs de ce manuscrit est déjà révélatrice du milieu intellectuel toulousain dans lequel il circula. Possession de Guillaume Catel, conseiller au parlement de Toulouse, ce dernier en fit usage dans sa posthume Histoire du Languedoc546. A sa mort, en 1626, le manuscrit passa entre les mains de son gendre et héritier547, Jacques de Puymisson, avocat et conseiller au parlement de la même ville, dans laquelle il demeura après le décès de son détenteur548. Toutefois, le manuscrit circula amplement, puisqu’il se trouve cité dans les œuvres de divers érudits locaux, comme Marc-Antoine Dominici, dans son Histoire du païs de Quercy549, Pierre de Caseneuve, dans son Origine des Jeux fleureaux de Toulouse550, Pierre Borel, dans son Trésor de recherches et antiquitez gauloises et françoises551 et surtout Auteserre, en 1657552. Cette insistance sur notre juriste n’est pas l’effet d’une vision par trop centrée sur sa personne, mais bien la conséquence d’un « impact exceptionnel » de ce chansonnier sur l’histoire littéraire de la France553.

  • 554 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 10, cap. 14, pp. 209-212.
  • 555 Histoire littéraire de la France, t. XI, Paris, 1869, p. 44.
  • 556 L’« incomplétude » des transcriptions est à relativiser car, selon les termes de cet auteur, Autese (...)
  • 557 G. Beech, art. cit., pp. 13-14.

15Détaillons cela. Dans la deuxième partie de ses Annales d’Aquitaine, Auteserre rédige un chapitre sur le « génie et les mœurs du Duc Guillaume, et ses poèmes vernaculaires »554. Se basant sur l’autorité de Pierre de Cluny, il se plaît à rappeler que « hac aetatepoetices studium restitutum, maxime Tolosae », mais surtout, il transcrit intégralement deux longues pièces, de manière très correcte pour l’époque. Ces deux poèmes sont Pos de chantar et Farai un vers, qu’il attribue à Guillaume IX, « le premier et le plus ancien des poëtes Provençaux »555. Afin de parvenir à identifier leur auteur anonyme, il s’appuie sur le témoignage d’Orderic Vital, le présentant comme un histrion jovial et facétieux, et sur celui de Guillaume de Malmesbury, corroborant son naturel enjoué et rigolard. Auteserre est ainsi à l’origine de cette paternité, les deux pièces étant simplement attribuées, dans le manuscrit, au « Coms de Peytieus ». Comme l’écrit G. Beech, « les deux courants historique et littéraire convergent pour la première fois en 1657, quand un Toulousain, Antoine Dadin de Hauteserre publie un livre sur l’histoire des ducs d’Aquitaine [...]. Il publie ensuite des versions incomplètes des chansons V et XI qu’il a lues dans le même ms. C que possédait auparavant Guillaume Catel de Toulouse556. Comme s’il n’y avait aucun doute à ce sujet, que c’était simplement une question de bon sens et sans examiner d’autre hypothèse, Dadin a ainsi attribué ces deux chansons à Guillaume IX »557.

  • 558 G. Beech, art. cit., p. 14.
  • 559 G. Beech, art. cit., p. 11.
  • 560 Sans tenir compte des auteurs anciens, il faut citer les divers éditeurs scientifiques des troubado (...)
  • 561 G. Beech, art. cit., p. 15.
  • 562 G. Beech, art. cit., p. 16.

16L’historien américain est assez critique vis-à-vis de notre auteur. Il s’étonne que « toute son argumentation repos[e] uniquement sur les deux passages d’Orderic Vital et de Guillaume de Malmesbury d’une part, et les deux chansons d’autre part558. Cependant Auteserre voit dans « la Vida [de Guillaume IX] une source sûre et, de ce fait, devient, selon moi, la seule importante preuve pour identifier ce “comte de Poitiers’’avec Guillaume IX d’Aquitaine »559. De la sorte, G. Beech se rattache presque contre son gré à l’hypothèse émise par Auteserre et corroborée universellement par la suite560. Comme il l’indique, l’identification faite par Auteserre est admise par « l’Italien Crescimbeni, examinant les origines de la poésie occitane dans l’introduction de son Istoria della volgar poesie (Rome, 1698), [qui] nomme Guillaume IX, écrivant vers 1100, comme le premier troubadour. Ensuite, l’attribution de Dadin n’a jamais été sérieusement discutée »561. C’est ainsi qu’il peut conclure : « Depuis le XVIIIème siècle, le monde savant ne s’est pas douté que pendant plusieurs centaines d’années, celui qui est aujourd’hui considéré comme un des grands poètes occitans du moyen âge, Guillaume IX d’Aquitaine, était un personnage historique inconnu et que presque personne ne soupçonnait qu’il avait été un poète. Il n’est probablement pas excessif de conclure que la simple phrase de Dadin de Hauteserre en 1657 a eu un impact exceptionnel sur l’histoire littéraire de la France »562. Quant à nous, nous pensons plutôt que cette phrase reflète éminemment le savoir d’Auteserre, et son talent d’historien, croisant les sources pour étayer ses hypothèses.

  • 563 L’intendant de la généralité de Montauban, Foucault, nommé en 1674, inspecta minutieusement son dép (...)

17Ce manuscrit, pour célèbre qu’il soit, n’est pas le seul qu’il ait contribué à faire découvrir au public. Outre ses relations intellectuelles, ses attaches familiales l’amenèrent à compulser les si riches archives de la bibliothèque de l’abbaye de Moissac, sécularisée depuis 1625. Auteserre y dénicha plusieurs pièces rares, avant la préemption de cette bibliothèque par Colbert et Baluze en 1678563. Il ne fut d’ailleurs pas le seul, puisque Baluze y trouva le manuscrit perdu du De mortibus persecutorum de Lactance.

  • 564 Sur les trois manuscrits de cette Vita, voir. R. Poupardin, La vie de saint Didier, évêque de Cahor (...)
  • 565 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 3, p. 45 : « Ut patet ex indiculo Regis. qui actis ejus vi (...)
  • 566 V. J. Krynen, « Joly, Claude », DHJF, pp. 427-428.
  • 567 BNF, Lat. 17002, f° 1 : « Hoc manuscriptum mihi dono datum est ex parte dominorum religiosorum abba (...)
  • 568 J. Dufour, La bibliothèque et le scriptorium de Moissac, Genève-Paris, 1972, p. 22.

18Parmi les pièces qu’il sortit de l’ombre, figure en premier lieu le manuscrit A de la Vita sancti Desiderii, contenant cent vingt et une vies de saints564. Cette Vie de saint Didier, évêque de Cahors, fut naturellement exploitée pour son histoire d’Aquitaine, en 1654565. Mais elle fut en outre envoyée par Auteserre à un de ses correspondants parisiens, le chanoine Claude Joly566. L’envoi eut lieu en août 1656, comme l’atteste la mention manuscrite qu’il porta sur le manuscrit567. Le chanoine légua sa bibliothèque au chapitre de Notre-Dame en 1680, et le manuscrit entra à la Bibliothèque Royale en 1756, avec les autres livres du chapitre568.

  • 569 L. d’Achéry, Veterum aliquot scriptorum qui in Galliae bibliothecis, in maxime Benedictinorum, latu (...)

19Il semble qu’il faille rattacher à cette prestigieuse abbaye un autre manuscrit local, une Histoire de l’abbaye de Condom. Elle fut publiée pour la première fois en 1677 par dom Luc d’Achéry, dans son précieux Spicilegium. Le savant mauriste expose l’importance de cette histoire anonyme, « hactenus ineditam », et détaille quelque peu le style du récit, devenant barbare et rude vers la moitié. Il n’omet pas de préciser dans la préface : « Codicem MS. misit me V. Cl. Ant. Dandinus [sic] Alteserrae »569.

  • 570 B. Leib s.j. (éd.), Anne Comnène, Alexiade, Paris, 1937,t. 1, p. CLXXVIII. L’éditeur ajoute, n. 3, (...)
  • 571 B. Leib s.j. (éd.), Anne Comnène, Alexiade, Paris, 1937, t. 1, p. CLXXVIII.

20Une autre édition de texte ancien fut envisagée grâce aux soins d’Auteserre. Il s’agit de l’Alexiade d’Anne Comnène, cette histoire du grand basileus Alexis, écrite par sa fille. Une première édition abrégée de ce texte fut donnée en 1610, par Hoeschel, qui ne contenait que huit livres. Des manuscrits circulaient, plus ou moins parfaits, dont un ayant appartenu au président du Faur de Saint-Jory, et prêté à Cujas en vue d’une édition qui ne vit jamais le jour. Après l’édition allemande, le chancelier Séguier « découvre enfin un théologien, doublé d’un érudit et d’un exégète, le jésuite Pierre Poussines, qui depuis sa jeunesse s’est épris des muses byzantines et qui, aidé par le vénérable archevêque de Toulouse, Charles de Montchal, bibliophile et savant [...] s’est livré à des recherches, infructueuses du reste, pour dépister le fameux manuscrit perdu »570. Le désir, tant du chancelier que du public, était de voir une édition complète de cette histoire, et Poussines se mit à l’œuvre, utilisant « un apographe curieux, un hybride copié par Luc Holste sur un codex du cardinal Barberini, et dont les lacunes sont comblées à l’aide d’un codex de Florence. Encore le texte n’est-il pas complet et Poussines, tout en recourant à l’épitomé d’Hoeschel pour lui emprunter l’introduction, déplorera des passages défectueux et difficiles à lire »571. L’éditeur s’impatienta et publia cette version, accompagnée d’un glossaire, en 1649.

  • 572 « Vive Toulouse, et plaise à Dieu qu’elle soit longtemps et aussi chanceuse qu’elle est digne d’êtr (...)
  • 573 B. Leib s.j. (éd.), Anne Comnène, Alexiade, Paris, 1937, t. 1, p. CLXXIX.
  • 574 Il indique dans sa préface qu’il y en a « plus de mille », mais le peu de temps laissé ne lui permi (...)
  • 575 B. Leib s.j. (éd.), Anne Comnène, Alexiade, Paris, 1937, t. 1, pp. CLXXIX-CLXXX.
  • 576 A. Failler, « Le texte de l’Histoire de Nicéphore Bryennios à la lumière d’un nouveau fragment », R (...)
  • 577 BNF, Fr. 9502, f° 90, Lettre datée de Rome, le 20 mai 1662 : « Ayant appris de M. Cramoisy [imprime (...)
  • 578 « Longtemps ignorée et vainement cherchée dans les bibliothèques, cette relation fut trouvée dans u (...)
  • 579 DJE, Opera, t. 1, lib. 11, cap. 9, p. 312.

21Depuis lors, Auteserre retrouva ce manuscrit contenant à la fois l’Alexiade et l’Histoire des empereurs de Nicéphore Bryenne, texte lui aussi inédit. Il le communiqua au savant helléniste, comme ce dernier se plaît à le souligner dans la préface de son édition princeps (1661) de l’Histoire de Nicéphore Bryenne572. Cependant, ce manuscrit n’appartenait pas à Auteserre, qui l’avait déniché chez un particulier dont on ignore le nom, et qui voulait qu’il lui fût restitué promptement, malgré les tentatives d’achat d’un ami, le conseiller au parlement de Toulouse Guillaume Puget, « devinant les regrets du savant, obligé de se séparer d’un manuscrit avant de l’avoir complètement exploité »573. Poussines « collationna aussitôt les variantes de l’Alexiade et les inscrivit en marge de son livre574 [...]. Malheureusement jusqu’ici, ni le manuscrit contenant à la fois les œuvres de Nicéphore Bryenne, ni le texte imprimé annoté par Poussines, encore conservé au collège des Jésuites de Toulouse en 1759, n’ont pu être retrouvés »575. La nouvelle édition de l’Alexiade promise en 1661 ne vit jamais le jour, ce que confirment malheureusement d’autres découvertes récentes sur ce texte576. Toutefois, le rôle du père Poussines ne s’arrêtait pas là, comme le révèle la correspondance qu’il échangea avec Du Cange577. De plus, il fournit en retour à Auteserre le manuscrit de la Passion des saintes Perpétue et Félicité et de leurs compagnons, alors inédit578. Ce dernier l’utilisa à des fins canoniques, établissant le ministère des diacres : « Ils administraient la nourriture de nuit, comme le prouve les Actes de Félicité et Perpétue martyres, que j’ai naguère reçu comme don du R. P. Pierre Poussines, prêtre de la Société de Jésus, homme très érudit et très bon ami »579.

  • 580 Nous détaillerons plus loin les sources imprimées.

22Cette utilisation des manuscrits n’était pas nouvelle dans la méthode argumentative d’Auteserre, comme il l’avait amplement prouvé par ses deux volumes d’Annales d’Aquitaine. En effet, cette œuvre abonde de sources non imprimées, qu’il nous faut également à présent détailler580. Ce ne sont pas moins de vingt-quatre textes manuscrits qui se trouvent exploités par l’auteur, principalement des textes de chroniques ou de vies de saints, augmentés de deux cartulaires.

  • 581 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 6, cap. 1, p. 2.
  • 582 J.-Fr. Bladé, « La Gascogne sous les Mérovingiens », Revue de l’Agenais, 1887, t. 14, p. 524.
  • 583 C. Brühl, « Clovis chez les faussaires », Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 1996, t. 154, pp. 21 (...)
  • 584 C. Brühl, « Clovis chez les faussaires », Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 1996, t. 154, p. 23 (...)
  • 585 La question de la provenance de ce manuscrit sennonais pourrait être élucidée grâce à C. Brühl. Ce (...)

23Auteserre cite « la chronique non encore éditée d’Urbain Reversen, chanoine de Sens, qui se trouve dans la bibliothèque de Thou »581. De cette chronique, il extrait une épitaphe métrique de quatorze vers exaltant « Basolus, duc d’Aquitaine ». Cette récupération est largement problématique. D’abord, parce qu’il n’est connu aucun Urbain Reversen, Auteserre étant le seul à citer ce personnage582. Ensuite, car ce Basolus n’est autrement connu que par ce texte sénonais, et d’autres qui y sont liés, notamment un faux mérovingien attribué à Teudechilde, fille imaginaire de Clovis583. Cette forgerie faisait de Basolus un duc déchu par Clovis, enfermé dans le monastère de SaintPierre-le-vif de Sens, et donnant aux religieux de cette maison les biens qu’il possédait en Auvergne. Ce faux se double d’une « version notablement différente », qui « appartenait au chartrier de Saint-Pierre de Mauriac », daté du XIIème siècle584. Nous avons donc là une preuve d’une défaillance d’Auteserre, piégé par un polyptique anachronique servant la cause des moines de Sens. Néanmoins, même dans l’erreur, Auteserre fut le premier historien à relier les deux actes, et à situer le domaine auvergnat à Mauriac, grâce à un autre manuscrit, la chronique de Limoges585.

  • 586 « Chronic. Malleacense M. S. », invoquée à de nombreuses reprises, cf. Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, (...)
  • 587 « Chronicon Engolismense M.S. », Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 163, 187; vol. 2, pp. 106, 122, 16 (...)
  • 588 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 10, cap. 3, p. 176.
  • 589 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 9, p. 132.

24Parmi les chroniques utilisées par Auteserre, l’on peut dénombrer, par ordre d’importance, celle de Pierre de Maillezais586, la plus souvent citée, puis celle d’Angoulême587. Il cite ailleurs une « chron. M.S. Episcopor. & Comit. Engolismens. »588, sûrement identique aux « gestis MS. Episcoporum & Comitum Engolismensium », dont il indique en marge qu’elle provient « des monuments de l’église d’Auch »589.

  • 590 « Chronicon Moyssiacense M.S. », Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 33, 186; vol. 2, p. 188; « De gest. (...)
  • 591 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 8, p. 18.
  • 592 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 6, cap. 6, p. 12.
  • 593 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 3, cap. 11, p. 102. Le passage en question concerne l’usage de la (...)
  • 594 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 10, cap. 7, p. 187: « In chron. M. S. ann. 810 ». Il citera encore (...)
  • 595 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 17, p. 78.
  • 596 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 10, cap. 1, p. 171.
  • 597 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 10, cap. 15, p. 216.
  • 598 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 8, cap. 10, p. 112.
  • 599 Renan, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 9, cap. 13, p. 165. Formé à l’abbaye de Saint-Martial, il fut abbé (...)
  • 600 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 10, cap. 1, p. 171.

25Auteserre cite abondamment le manuscrit de la chronique de Moissac qu’il dénicha590. Il écrit, lorsqu’il aborde la ville de Moissac au livre 1er, qu’il tire pour partie ses informations de « la chronique de Moissac non encore éditée, de laquelle nous reparlerons »591. Il appelle ce texte différemment, parfois simplement « Chron. M.S. »592, ou bien « vetus chronicon MS. »593. Parmi les textes éponymes, l’on peut dénombrer la chronique de Guillaume de Nangis594. La chronique d’Adémar de Chabannes est également souvent mentionnée, sous des appellations variées595. Tantôt dénommée « chron. M. S. Thuan »596, ou bien « chron. Thuanum M. S. »597, elle est aussi appellée « chronicon M.S. bibliothecae Thuanae »598. La « chronique manuscrite de Gaufredus, moine de Saint-Martial », chroniqueur connu sous le nom de Geoffroy du Breuil, est aussi mise au jour, mais plus rarement599. Tout comme la « chronique manuscrite de Saint-Aubin d’Angers », citée une seule fois600.

  • 601 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 17, 97, 186. Il écrit, p. 97 : « A cette époque fleurissait saint D (...)
  • 602 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 15, p. 72 : « Willelmus, quem Ducum Aquitaniae appellat au (...)
  • 603 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 14, p. 141. Il met en valeur ce document une seconde fois, (...)
  • 604 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 10, cap. 6, p. 184. La vie de cet abbé fut éditée et traduite réce (...)
  • 605 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 16, p. 75.
  • 606 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 6, p. 51.
  • 607 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 10, p. 60.
  • 608 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 4, p. 47.
  • 609 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 5, cap. 19, p. 186.

26S’agissant des vies de saints, Auteserre a évidemment recours à la Vita Sancti Desiderii601. Il trouve d’autres informations utiles dans une vie manuscrite de « Guillaume, duc d’Aquitaine », du temps de Louis le Pieux602 ; dans une « Vie manuscrite d’Orens, évêque d’Auch »603 ; dans une Vie de saint Gérard, abbé de Corbie, « d’après le codex du monastère de Corbie »604 ; dans une Vie de saint Junien, ermite limousin605 ; dans la « vita MS. Juliani Episcopi Lescariensis »606 ; ou encore dans une « Vie manuscrite de saint Perdoul, célébrant sa mémoire au 3 novembre »607. S’interrogeant sur l’identité du duc Baronce (Barontus), il trouve la réponse dans une « Vie manuscrite de saint Viance [Vincentianus] par laquelle nous savons que Baronce fut un fils de Béraud, un duc aquitain, et que Viance fut instruit dans les lettres avec lui, par le diacre Erembert »608. Il connaît et exploite les « gestis M.S. tanslationis beati Cypriani martyris », ainsi que la « vita M.S. S. Ansberti, dit Ansbert abbé de Fontenelle [Saint-Wandrille], et par la suite évêque de Rouen » 609.

  • 610 Malheureusement nommé par Auteserre saint Isère.
  • 611 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 2, p. 44.
  • 612 J. Vezin, « Recension de dom J. Dubois, o.s.b., Le martyrologe d’Usuard, texte et commentaire, Brux (...)
  • 613 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 8, cap. 10, p. 109. Le Speculum sanctorale, toujours inédit, a fai (...)
  • 614 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 8, p. 18.
  • 615 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 9, cap. 2, p. 130.
  • 616 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 6, cap. 2, p. 3.

27Il utilise les autres données d’une Vie de saint Ilère. Cette dernière mention est intéressante car elle permet de comprendre où Auteserre puisa sa source. En effet, invoquant sainte Enimie, « fille de Clotaire II et sœur de Dagobert », fondatrice d’un monastère consacré par l’évêque de Mende, saint Ilère610, il se fonde sur « sa vie manuscrite, qui honore sa mémoire au 12 octobre, comme le rapporte Usuard, bien que ce dernier, trompé, l’appelle Emmie [Emmiam] et la croie fille de Clovis »611. Usuard avait composé, au IXème siècle, un imposant martyrologe, « œuvre lentement composée au moyen de renseignements d’origines fort diverses », et largement répandu par la suite612. Une autre vie, celle de saint Théodard, évêque de Narbonne, permet de saisir une source manuscrite, pusiqu’Auteserre signale explicitement que « sa vie se trouve dans le sanctoral de Bernard Gui »613. Cependant, il indiquait plus explicitement sa source dans la première partie de ses Annales, « [...] comme on le lit dans sa vie, que Gu. Catel a éditée d’après le Sanctoral de Bernard Gui »614. Il se sert aussi de la dernière partie d’un autre manuscrit de Bernard Gui, l’« In Episcop. Lemovicensib. », autrement désigné « Nomina episcoporum Lemovicensium »615. De ce même corpus, dénommé globalement « catalog. Episc. Lemovicens. », Auteserre tire profit des enseignements de la « Vita M.S. & Bernardo Guidone » de « S. Sacerdos, vulgo Sainct Sardos »616.

  • 617 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 17, p. 146. Cette mention est à coupler avec les informati (...)
  • 618 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 9, cap. 10, p. 153.
  • 619 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 22, p. 46.
  • 620 Il cite, par exemple, la « Vie de saint Amans, évêque de Rodez, éditée par Surius », Rerum, Opera, (...)

28On voit encore qu’il tire parti des actes des martyres non encore édités. Outre ceux de Félicité et Perpétue, il met à profit les Actes de saint Antonin et des ses compagnons, pour dresser l’éloge de Festus, qui, en l’an 308, donna son argent pour bâtir une église, et y plaça les chefs des saints, « comme on le lit dans les actes manuscrits de ces martyrs, que j’ai en ma possession »617. Il revient plus loin sur cette geste héroïque, pour expliquer l’origine du nom de Saint-Antonin-Noble-Val, lieu quercynois autrefois dénommé « Vallis nobilis », dans lequel les reliques du martyr turent portées618. Déjà en 1648, il se servait de cette « vita MS. D. Antonini » pour situer le cours du Tarn619. L’on peut donc affirmer, sans hésitation, qu’Auteserre n’est pas étranger à ce domaine de l’hagiographie, et quoiqu’imprimées, il puisa aussi largement dans les Vitae sanctorum Orientes et Occidentes de Laurent Surius620.

  • 621 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 3, cap. 8, p. 97. Saint Arède d’Atane (511-591), plus connu sous l (...)
  • 622 Christophe Pasturel (1603-1649), en religion le P. Thomas d’Aquin de Saint-Joseph. Il a publié un c (...)
  • 623 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 6, cap. 8, p. 20.
  • 624 Dissertationes, Opera, t. 9, lib. 3, cap. 11, p. 77.

29A l’appui de ses dires sur l’enseignement du droit romain dans l’Aquitaine mérovingienne, Auteserre cite un long extrait du « Testament manuscrit de saint Arède de Limoges » : « Quod testamentum nostrum si casu jure civili, autpraetorio, aut cujuslibet legis novellae conscriptione vel veteris valere non potuerit, ad vicem codicillorum. & omnium scripturarum, quaefirmitate consistunt, valere jubemus »621. Il en profite pour souligner, en marge : « Je suis redevable de cet exemplaire au R. P. Thomas d’Aquin, carme déchaux, homme très pieux et très érudit »622. Il citera encore la figure de ce religieux, « vir antiquitatis sagacissimus perscrutator », fondant une de ses hypothèses sur « une quelconque généalogie manuscrite de Saint-Arnould de Metz »623. Un autre testament manuscrit est invoqué par Auteserre, au sujet de Guillaume le Pieux, duc d’Aquitaine, qui avait établi un cens annuel de dix sous en faveur du Siège Apostolique, « comme il l’affirme lui-même dans le testament de fondation, que l’on trouve à la bibliothèque de Cluny »624.

  • 625 Ducs, Opera, t. 5, p. 80: « Chartular. M. S. Alphons. Com. ».
  • 626 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 6, cap. 16, p. 40. Il est intéressant de constater que le premier (...)
  • 627 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 3, cap. 10, p. 100.
  • 628 J. Besly, Histoire des comtes de Poictou et des ducs de Guyenne, Paris, 1647, non paginée, placée a (...)
  • 629 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 10, cap. 7, p. 186.
  • 630 J. Besly, Histoire des comtes de Poictou et des ducs de Guyenne, Paris, 1647, pp. 380-3 81.

30Nous n’avons recensé que trois recours à un cartulaire. Le premier comme source du droit d’incours, pratiqué par Alphonse de Poitiers625. Le second est lié au testament de saint Arède. Il fait une nouvelle fois référence à cet acte juridique en précisant sa provenance : « Ejus testamenti exemplar ex chartulario ecclesiae S. Martini Turonensis apud me extat »626. Le dernier recueil invoqué est le « chartulario Aginnensi MS. », afin de prouver l’usage du droit romain sous les rois de la troisième race627. Ce registre agenais, contenant les livres de comptes d’Alphonse de Toulouse, prescrivait en effet : « Nous ordonnons à nos juges et à notre sénéchal d’Agen, que dans les causes qu’ils examineront et trancheront, il soit fait usage du droit écrit ». Cette carence de ce côté-là est délicate à apprécier, car son précurseur Jean Besly faisait force emprunts à ces sources. Ce dernier plaçait en exergue de son Histoire des comtes de Poictou la liste des « Chartulaires, Chroniques et Histoires non imprimées, dont s’est servy l’Autheur pour la preuve de son Histoire »628. Or, cette énumération ne comporte pas moins de quarante-sept cartulaires différents, ignorant néanmoins celui d’Agen. Enfin, sans mentionner leur origine, Auteserre cite des « veteres tabulae Willelmi Ducis ex archivo Santonensi »629. Or, il s’agit ni plus ni moins d’une des preuves données par Besly à la fin de son Histoire, tirées « Ex Tabulario Santonensi »630.

  • 631 Anastase. Opera, t. 3, p. 41, note sur Honorius.

31Ce cas limite est rare, car Auteserre fait généralement preuve d’honnêteté intellectuelle, ne cachant pas les sources qu’il emploie, et reconnaissant l’apport novateur d’un auteur, fût-il étranger et presque contemporain. Ainsi au sujet de l’expression Tria Fata, désignant les Parques (Moires), c’est-à-dire le Forum où elles étaient représentées, il écrit : « Tria Fata est un lieu de la Ville, dont fait mention Procope [...], prouvé de même par Anastase, dans sa vie d’Adrien »631. Il ajoute immédiatement : « Mais je ne veux pas m’attribuer le travail d’un autre : cela a déjà été observé par [J.-L. de] La Cerda [1560-1643], dans ses Adversaria sacra, cap. 149, no 27 ». Avant de revenir sur sa critique historique et philologique, arrêtons-nous sur la variété et la richesse de sa documentation.

§ 2. La richesse de la documentation

  • 632 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 10, cap. 4, pp. 178-179. Les douze lignes de cette inscription son (...)
  • 633 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 8, cap. 4, p. 95.
  • 634 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 11, pp. 23-24: « Avgvsto. Sacrvm. Et genio. Civitatis. Bit (...)
  • 635 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 3, p. 7. Il cite encore ce recueil, sous le nom d’usage de (...)
  • 636 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 11, p. 137.
  • 637 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 2, cap. 2, p. 55.
  • 638 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 88, p. 130.

32En sus des manuscrits, Auteserre s’aide d’autres types de sources. Ainsi d’inscriptions lapidaires, comme lorsqu’il s’agit de présenter la dédicace de la basilique de Moissac : « dont il est fait mémoire sur une pierre placée au bout du côté gauche de l’église, sculptée par ces mots : Idibus octonis domus ista dicata decembris [...] »632. Ou encore, quand il conte les bienfaits des ducs d’Aquitaine envers la basilique Saint-Martial de Limoges, dans laquelle ils étaient couronnés, et qui laissèrent sur la pierre cette inscription : « Alma laena Duces saevos parit. atque coronat »633. Il donne, mais sans révéler son origine, une « inscription ancienne de Bordeaux », l’établissant comme cité des Bituriges Vivisques634. Sachant l’importance des épigraphes, il ne néglige pas le monumental recueil de Jean Gruter, Inscriptiones antiquae, paru en 1603 à Heidelberg635. Par exemple, il reproduit une longue inscription comme preuve du consulat de Julius Julianus sur l’Aquitaine, sous le règne d’Antonin636. Il n y a là rien d’étonnant : « De Aquitaniae variae inscriptiones apud Gruterum »637. Il invoque encore au secours de son récit des origines romaines en Aquitaine une « inscription relatant le triomphe de [Marcus Valerius] Messalla [Corvinus], qu’a exhibée Joseph Scaliger dans ses notes sur Tibulle »638.

  • 639 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 18, 22, 33, 36.
  • 640 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 6, 11, 25, 31, 38, 40.
  • 641 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 3, cap. 3, p. 88.
  • 642 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 9, p. 133.
  • 643 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 5, p. 13.
  • 644 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 3, cap. 4, p. 91: « Veteribus tabulis capitulares ».

33Ce n’est pas la seule source atypique qu’il emploie. Il tire aussi profit des cartes anciennes, dont la Table de Peutinger. L’emploi de cette Tabula imperii romanii, remontant au IVème siècle, sert à disserter sur la localité de Cos, à situer la ville de Gabalum, à donner une inscription périgourdine, ou encore à rapporter le nom latin d’Aix639. De même, il puise des renseignements dans la « Notitia provinciarum Honorii temporibus edita », ou « Notitia provinciarum Galliae », et dans la « Notitia imperii », autrement appelée « notitia imperii occidentis »640. La numismatique lui vient en aide lorsqu’il s’agit de réfuter la condition libre de l’Aquitaine : « Dans une ancienne monnaie de Galba [...] l’Aquitaine était représentée par une figure de matrone au collier de perles [...], la tête couronnée, portant de l’or [...] Les anciennes monnaies enseignent assez l’habitude de donner des images de femmes aux provinces et aux villes [...]. Que l’Aquitaine porte un vase rempli d’or, ceci est commun à toutes les provinces, en signe de la levée de l’impôt »641. Autre exemple de sources, en cherchant à démontrer que saint Martial fut bien envoyé par saint Pierre, les « veteres tabulae ecclesiarum », dyptiques dont il donne le nom grec, δυπτικών, « dont l’autorité vaut surtout dans l’Eglise, quand il s’agit des origines des églises et des successions épiscopales »642. Enfin, il met à profit toutes les sources juridiques, dont les testaments, comme celui du comte Géraud d’Aurillac, édité par Duchesne643, ou bien les registres municipaux des capitouls de Toulouse644.

  • 645 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, pp. 165, 166, 168, 176, 179, 187, 189, 195, 202.

34Cependant, la plus grande part de son information provient d’ouvrages imprimés. Auteserre ne cite ses propres ouvrages que rarement. Il n’y a guère qu’un de ses derniers livres, le commentaire sur Grégoire de Tours, pour déroger à cette humilité. Dans cet ouvrage, l’un des plus concis, il signale respectivement ses travaux sur Alexandre III, l’Asceticon, les Rerum Aquitanicarum, le commentaire de saint Grégoire le Grand, son Ecdicus et ses leçons sur Tryphonien645. En revanche, il invoque un nombre très important d’autorités, au point que certains paragraphes de sa démonstration semblent plus correspondre à une compilation qu’à une œuvre originale. Cette impression est vite dissipée par les commentaires érudits dont il les gratifie, tant dans le domaine historique que juridique.

  • 646 Cf. infra. p. 354 s.

35Essayons de dégager l’étendue de la connaissance livresque d’Auteserre, principalement à travers trois de ses ouvrages, très révélateurs de sa documentation. En premier lieu, les Ducs et Comtes et les Annales d Aquitaine, les plus historiques de ses compositions. Puis, nous exposerons le relevé systématique effectué dans son Commentaire des décrétales d’innocent III, ouvrage prolixe de près de mille pages. Nous excluons de cette présentation les auteurs ou les sources juridiques, qui seront présentées ultérieurement646.

Les auteurs antiques

  • 647 Jean Bouchet, Les Annales d’Aquitaine, faicts et gestes en sommaire des roys de France, et d’Anglet (...)
  • 648 Jean de La Haye, Les Mémoires et recherche de France et de la Gaulle acquitanique, Paris, 1581.
  • 649 Reram, Opera, t. 4, vol. 1, Proemium, p. 2.
  • 650 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 12, p. 63: « Auctore Lurbeo rerum Burdegalensem scriptore  (...)
  • 651 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 18, 100; vol. 2, p. 56.

36Dans son prologue à l’Histoire d’Aquitaine, Auteserre complimente certains de ses devanciers, mais regrette principalement leur ignorance de l’Antiquité. Adémar de Chabannes est louable « sed is veterem Aquitaniam non attigit » ; si « Saxo Grammaticus fait mention d’un Dudon [de Saint-Quentin] écrivain des choses d’Aquitaine, nous ne connaissons rien d’autre que son nom, et qu’il écrivit au sujet des Normands » ; enfin, « parmi les plus récents, Bouchet647 et La Haye648, écrivains vernaculaires, ont conduit cette œuvre, mais assez négligemment et avec nonchalance »649. Reste « celui sur lequel je m’appuie depuis le plus longtemps, Jean Besly, que je ne peux nommer sans louange, bien qu’il ait, lui aussi, omis l’ancienne Aquitaine ». Quoiqu’il ne les invoque pas ici, il connaît en outre la Chronique bourdeloise de Gabriel de Lurbe († 1613)650 ainsi que les ouvrages régionaux du toulousain Guillaume Catel (1560-1626)651

  • 652 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 10, cap. 1, p. 170. Jean Bouchet avait publié, en 1525, à Poitiers (...)

37Auteserre se montre parfois sévère vis-à-vis de ses prédécesseurs, tout en sachant moraliser la critique : « Bouchet ne fait pas mention de cela [la mort de Guillaume IV d’Aquitaine], et, bien qu’il soit en beaucoup de choses le plus souvent soporifique, il ne manque pas d’être loué. En effet, il faut juger de la même manière ceux qui, les premiers, se firent les historiens de leurs peuples, comme de ceux qui, les premiers, explorèrent toute la surface de la terre. Bien qu’ils ne pénétrassent point à l’intérieur, ils méritèrent un éloge maximal, car ils ont rendu possible la tâche de leur successeurs »652.

  • 653 Nous ne retiendrons que les auteurs nés avant la date traditionnellement attribuée à la « chute de (...)
  • 654 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 2, 7, 10. Nous limitons les renvois à trois, le cas échéant, puisés (...)
  • 655 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 2, 41, 44.
  • 656 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 20, 30, 36.
  • 657 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 2.
  • 658 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 4, 47.
  • 659 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 43.
  • 660 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 10, 14, 17.
  • 661 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 36, 47, 49.
  • 662 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 49.
  • 663 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 7, 14, 17.
  • 664 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 24.
  • 665 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 10, 14, 49.
  • 666 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 37.
  • 667 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 29, 49.
  • 668 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 17.
  • 669 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 2.
  • 670 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 5.
  • 671 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 35.
  • 672 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 49.
  • 673 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 3, 29, 40.
  • 674 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 11, 30, 31.
  • 675 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 34.
  • 676 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 43.
  • 677 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 6, 41,45.
  • 678 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 31.
  • 679 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 4, 11,24.
  • 680 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 11, 14, 33.
  • 681 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 6.

38Notre auteur entend suppléer à cette déficience, notamment par un recours appuyé aux auteurs anciens653. Il présente d’abord, dans le livre premier, les différents lieux où cette histoire s’est déroulée, en empruntant aux géographes grecs ou latins. Le premier mentionné est tout naturellement Strabon, qui donne les noms de gaulois et de celtes654. Viennent ensuite, par ordre chronologique, des extraits de Pomponius Mela (v. 43)655 ; de Ptolémée (v. 90-v. 168)656 ; de Pausanias (ν.115-ν. 180)657 et d’Ethicus Ister658. Les historiens et les littérateurs ne sont pas oubliés, et Auteserre cite pêlemêle chrétiens et païens : Caton l’Ancien (234-149 av. J.-C.)659 ; Jules César (100-44 av. J.-C.)660 ; Tibulle (54-19 av. J.-C.)661 ; Sénèque (4 av. J.-C.-65 ap. J.-C.)662 ; Pline (23-79)663 ; Columelle (v. 35)664 ; Lucain (39-65)665 ; Plutarque (46-125)666 ; Tacite (55-120)667 ; Suétone (69-V. 130)668 ; Appien d’Alexandrie (v. 90-v. 160)669 ; Dion Cassius (v. 155-V. 235)670 ; Athénée (v. 170)671 ; Caius Julius Solinus (III-IVème s.)672 ; Ausone (309-395)673 ; Ammien Marcellin (330-395)674 ; Rufius Festus (v. 370)675 ; Prudence (348-v. 410)676 ; Claudien (v. 370-408)677 ; Sozomène (375-450)678 ; Paul Orose (380-41 8)679 ; Sidoine Apollinaire (430-486)680 ; Zosime (v. 460-v. 520)681. Ce faisant, il établit le nom ancien de chaque cité, et donne souvent le nom « vulgaire » en français, après avoir rapporté les témoignages des auteurs médiévaux.

  • 682 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 16, p. 35. Il est à noter qu’Auteserre donne systématiquem (...)

39Un exemple assez typique est fourni au sujet des Ausques : « La cité des Ausques est la métropole de la Novempopulanie. Les Ausques sont un peuple d’Aquitaine, comme le dit César (lib. 3 de Bell. Gall.) : Hac audita pugna, maxima pars Aquitaniae sese Crasso dedidit. obsidesque ultro misit. quo in numero fuerunt Tarbelli, Bigerriones. Preciani. Vocates. Tarusates, Elusates. Garites, Ausci. Garumni, &c. Pline dit encore (lib. 4, c. 19) : Conseranni. Ausci. Elusates, Sottiates. [Pomponius] Mela les place parmi les plus illustres peuples d’Aquitaine (lib. 3, c. 2) : Aquitanorum clarissimi sunt Ausci. Et [Ammien] Marcellin écrit (lib. 15) : Novempopulos Ausci commendant. De plus, Strabon dit que les Ausques reçurent des Romains le jus Latii (lib. 4) : Dederunt jus Latii Romani Aquitanorum nonnullis. ut Ausciis & Convenis. Ptolémée (lib. 2) appelle la cité des Ausques Αύγούςα [...] La cité d’Auscius est sur le chemin de Bordeaux, et Grégoire de Tours l’appelle ville des auscitains. Le martyrologe romain et Usuard donnent le nom commun : Auch »682.

  • 683 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 2, cap. 6, p. 62.
  • 684 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 2, cap. 6, p. 63.
  • 685 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 2, cap. 6, p. 64.
  • 686 Auteserre est tributaire de ses prédécesseurs, v. CL.-G. Dubois, Celtes et Gaulois au XVIe siècle : (...)

40Il poursuit ses Annales d’Aquitaine en discourant sur la langue celtique, « propre langue des Gaulois, différente de la germanique, et cependant connue d’elle, à cause des multiples échanges commerciaux »683. Ce qui arriva avec le germanique se produisit aussi avec le latin, et « l’Aquitaine et la Gaule soumises par les armes et réduites en provinces par les Romains, la langue celtique déclina peu à peu, et les vaincus allèrent vers le nom, la langue, les lois, les mœurs et l’habitat des vainqueurs. Telle est la loi de la victoire, que considère Virgile »684. Les exemples historiques d’une telle accoutumance ne manquent pas : les Bretons, les Turdétans, les Asiates. Auteserre explique alors que « la langue romaine fut corrompue par l’usage et la contagion de la celtique. Ainsi on l’a appelée la langue romaine rustique [...] l’idiome est devenu le Roman »685. De cette heureuse conquête, « la Gaule est devenue Romaine, et les gaulois aimèrent à se dire romains, tant parce qu’ils employaient la langue, que parce qu’ils usaient des lois romaines »686. Cependant, dans cette nouvelle langue demeurent « quelques mots d’ancien celtique », qu’il se propose de définir.

  • 687 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 2-21, pp. 64-82.
  • 688 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 74.
  • 689 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 73.
  • 690 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 67.
  • 691 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 62, 76, 80.
  • 692 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 62, 67, 77.
  • 693 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 63, 69, 71.
  • 694 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 76.
  • 695 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 76.
  • 696 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 66, 74, 77.
  • 697 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 63, 69, 79.
  • 698 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 74, 81, 82.
  • 699 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 66, 77.
  • 700 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 67, 72.
  • 701 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 62, 70, 76.
  • 702 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 81, 82.
  • 703 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 66.
  • 704 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 66, 67, 68.
  • 705 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 62.
  • 706 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 68, 77.
  • 707 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 62, 73, 76.
  • 708 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 68.
  • 709 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 73.
  • 710 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 65. Auteur d’un panégyrique Pro instaurandis scholis, qui se trouvai (...)
  • 711 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 75.
  • 712 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 65. Disciple de Libanius, il traduisit en grec le Bréviaire d’Eutrop (...)
  • 713 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 62. Il cite la seule œuvre connue de cet orateur bordelais, un Pané (...)
  • 714 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 65, 69.
  • 715 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 70, 71, 76.
  • 716 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 61, 62.
  • 717 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 71.
  • 718 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 73.
  • 719 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 69.
  • 720 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 80.
  • 721 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 65.
  • 722 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 65.
  • 723 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 60, 63, 65.
  • 724 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 69.
  • 725 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 63.
  • 726 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 54.
  • 727 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 68.

41En dressant un catalogue alphabétique des mots celtiques, Auteserre accomplit un travail remarquable et, pour l’époque, original. Il s’agit d’un véritable dictionnaire celtique, de 18 pages in-4°, renfermant des explications sur quatre-vingt-neuf noms communs et vingt-deux noms de plantes687. Encore une fois, il s’aide des auteurs anciens, et en rapporte de nombreux témoignages, surtout des poètes et des littérateurs. Il cite alors, en sus des noms déjà mentionnés : Plaute (254-184 av. J.-C.)688 ; Polybe (200-118 av. J.-C.)689 ; Lucilius (180-102 av. J.-C.)690 ; Varron (116-27 av. J.-C.)691 ; Cicéron (106-43 av. J.-C.)692 ; Virgile (70-19 av. J.-C.)693 ; Horace (65-8 27 av. J.-C.)694 ; Tite-Live (59 av. J.-C.-17 ap. J.-C.)695 ; Diodore de Sicile (Ier s. av. J.-C.)696 ; Quintilien (v. 30-95)697 ; Dioscoride (40-90)698 ; Martial (Ier s.)699 ; Perse (Ier s.)700 ; Aulu-Gelle (115-180)701 ; Apulée (123-170)702 ; Juvénal (fin Ier -déb. IIème s.)703 ; Festus Grammaticus (fin IIème s.)704 ; Saint Irénée (v. 130-202)705 ; Tertullien (150-220)706 ; Ulpien (170-228)707 ; Hérodien (175-249)708 ; Lactance (250-325)709 ; Eumène (v. 260-311)710 ; Marcellus Empiricus (v. 350)711 ; Paeonius (v. 360)712 ; Latinus Pacatus Drepanius (v. 388)713 ; Aurélius Victor (327-390)714 ; Maurus Servius Honoratus (fin IVème s.)715 ; saint Jérôme (347-420)716 ; saint Augustin (354-430)717 ; Sulpice Sévère (363-410)718 ; Pallade de Galatie (363-431)719 ; Macrobe (370-v. 430)720 ; saint Prosper d’Aquitaine (390-463)721 ; Idace de Chaves (395-470)722 ; Salvien de Marseille († 470)723. En outre, il fait référence à un ouvrage anonyme, le De limitibus agrorum724, publié en 1554, et aux auteurs fictifs de l’Histoire Auguste : Lampridius725, Trebellius Pollio726, Capitolinus727.

42A titre d’exemple, voici la notice consacrée au mot « lieue », riche en références :

  • 728 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 2, cap. 15, p. 74.

43« Leuca, ou Leuga, est un mot tout à fait gaulois, qui signifie l’étendue du chemin parcouru en 500 pas. Ainsi, Isidore affirme : Chez nous, la mesure des pas se fait en milles, chez les Grecs en stades, chez les Gaulois en lieues, chez les Egyptiens en signes, et chez les Perses enparasanges. [...] Jordanès dit aussi : Ils se rassemblent aux champs Catalauniques. comme disent les Gaulois, longs de cent lieues et larges de soixante-dix. Hésychius ajoute : λεύγη μέτρον τί γάλαχτου. A partir de Lyon, l’on compte la longueur du chemin en lieues et non en milles, comme le rapporte Ammien Marcellin [...] C’est pourquoi dans l’itinéraire d’Antonin, après Lyon, les lieues sont conjointes aux milles pour désigner les intervalles des voies. Dans la table de Peutinger, il est écrit : Lugdunm caput Galliarum usque hic leugas. Ce moyen de mesurer à partir de Lyon les itinéraires de toutes les Gaules fut institué par [Marcus Vipsanius] Agrippa, du temps d’Auguste, comme le rapporte Strabon [...]. Ce nom fut conservé par les Francs, comme l’indique Nithard : Les châteaux sont distants les uns des autres d’environ VI lieues »728.

  • 729 Innocent III, Opera, t. 10, p. 271.
  • 730 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 145.
  • 731 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 181.
  • 732 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 201.
  • 733 Fictions, Opera, t. 6, p. 13.
  • 734 Institutes, Opera, t. 7, lib. 1, cap. 1, p. 2.
  • 735 Fictions, Opera, t. 6, p. 32.
  • 736 Innocent III, Opera, t. 10, p. 556.
  • 737 DJE, Opera, t. 1, lib. 1, cap. 1, p. 3.
  • 738 Institutes, Opera, t. 7, p. 66.
  • 739 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 181. Il est autrement appelé « Comicus » quand il cite l’Hécyre (...)
  • 740 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 109.
  • 741 Fictions, Opera, t. 6, p. 86.
  • 742 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 129.
  • 743 Innocent III, Opera, t. 10, p. 11.
  • 744 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 120.
  • 745 Institutes, Opera, t. 7, p. 287.
  • 746 Institutes, Opera, t. 7, pp. 67, 49, 248.
  • 747 Fictions, Opera, t. 6, p. 98.
  • 748 Ducs, Opera, t. 5, p. 54.
  • 749 Innocent III, Opera, t. 10, pp. 488, 669, 923.
  • 750 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 87.
  • 751 Institutes, Opera, t. 7, pp. 19, 22.
  • 752 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 126.
  • 753 Innocent III, Opera, t. 10, pp. 709, 813.
  • 754 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 203.
  • 755 Innocent III, Opera, t. 10, p. 380.
  • 756 Fictions, Opera, t. 6, p. 40.
  • 757 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 295.
  • 758 Institutes, Opera, t. 7, p. 75.
  • 759 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 125.
  • 760 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 162.
  • 761 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, pp. 56, 148.
  • 762 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 126.
  • 763 Innocent III, Opera, t. 10, p. 390.
  • 764 Fictions, Opera, t. 6, p. 40.
  • 765 Institutes, Opera, t. 7, p. 25.
  • 766 Fictions, Opera, t. 6, p. 31.
  • 767 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 139.
  • 768 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, pp. 83, 139.
  • 769 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 92.
  • 770 Innocent III, Opera, t. 10, p. 888.
  • 771 Innocent III, Opera, t. 10, p. 489.
  • 772 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 110.
  • 773 Innocent III, Opera, t. 10, pp. 254, 436, 694.
  • 774 Innocent III, Opera, t. 10, p. 692.
  • 775 Fictions, Opera, t. 6, pp. 2, 15.
  • 776 Innocent III, Opera, t. 10, p. 823.
  • 777 Asceticon, Opera, t. 2, pp. 62, 78, 102.
  • 778 Institutes, Opera, t. 7, p. 126.
  • 779 Innocent III, Opera, t. 10, p. 143.
  • 780 Innocent III, Opera, t. 10, p. 225.
  • 781 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 178, 179.

44Auteserre exploite au total, dans les deux premiers livres des Choses d’Aquitaine, soixante-huit auteurs anciens. Il ne se contente d’ailleurs pas de s’y référer lorsqu’il aborde la période antique, et l’on peut ajouter une autre liste de cinquante-deux autorités supplémentaires invoquées dans l’ensemble de ses œuvres : Homère (fin VIIIème s. av. J.-C.)729 ; Hérodote (484-420 av. J.-C.)730 ; Euripide (480-406 av. J.-C.)731 ; Hippocrate (460-370 av. J.-C.)732 ; Aristophane (445-385 av. J.-C.)733 ; Platon (424-347 av. J.-C.)734 ; Lycurgue (390-324 av. J.-C.)735 ; Aristote (384-322 av. J.-C.)736 ; Démosthène (384-342 av. J.-C.)737 ; Chérémon d’Athènes (IVème s. av. J.-C.)738 ; Térence (190-159 av. J.-C.)739 ; Cornélius Népos (100-29 av. J.-C.)740 ; Lucrèce (98-54 av. J.-C.)741 ; Aulus Hirtius (90-43 av. J.-C.)742 ; Vitruve (90-20 av. J.-C.)743 ; Salluste (86-35 av. J.-C.)744 ; Cornificia (87-40 av. J.-C.)745 ; Valère Maxime (fin Ier s. av. J.-C.)746 ; Marcus Manilius (v. 10 av. J.-C.)747 ; Denys d’Halicarnasse (60 av. J.-C.-8 ap. J.-C)748; Ovide (43 av. J.-C.-17 ap. J.-C)749; Asconius Pedianus (9 av. J.-C.-76 ap. J.-C)750 ; Philon d’Alexandrie (12-54)751 ; Pétrone (12-66)752 ; Celse (début Ier s.)753 ; Caius Valerius Flaccus († 90)754 ; Flavius Josèphe (37-100)755 ; Cornutus (Ier s.)756 ; Frontin (40-103)757 ; Agenius Urbicus (v. 100-1 10)758 ; Silus Italicus (26-101)759 ; Stace (né v. 40)760 ; Quinte-Curce (Ier s.)761 ; Florus (70-140)762 ; Lucien de Samosate (120-180)763 ; Artémidore d’Ephèse (IIème s.)764 ; Calpurnius Flaccus (IIème s.)765 ; Maxime de Tyr (IIème s.)766 ; Philostrate d’Athènes (IIème s.)767 ; Quintus Serenus Sammonicus (v. 200)768 ; saint Grégoire le Thaumaturge (214-270)769 ; Philogone (t 323)770 ; Arnobe (260-327)771 ; Minucius Félix (IIIème s.)772 ; Libanius (314-393)773 ; Amphiloque d’Iconium (339-394)774 ; Aelius Donatus (IVème s.)775 ; Julius Firmicus (IVème s.)776 ; Palladius (IVème s.)777 ; Végèce (fin IVème -début Vème s.)778 ; Isidore de Péluse († 435)779 ; Possidius de Calame (t 437)780 ; saint Ennode de Pavie (474-521)781. Si l’on additionne les listes, Auteserre connaît donc cent-vingt auteurs antiques.

Les auteurs médiévaux

  • 782 Ducs, Opera, t. 5, Index, p. 276, v° Faida; p. 287, v° Leudes.

45A ces auteurs anciens, il faut adjoindre les médiévaux, les « scriptores mediae aetatis »782 qu’Auteserre maîtrise bien. Cependant, avant de dresser la liste de quelques unes des autorités les plus emblématiques, arrêtons-nous un instant sur les commentaires des décrétales d’innocent III. Pour cet ouvrage, nous avons relevé systématiquement toutes les références données par Auteserre. La liste, trop longue pour être insérée ici, est donnée en Annexe 2, classée d’après le nombre d’occurrences. Elle comprend près de 270 noms, auxquels il faut ajouter 23 ouvrages anonymes.

  • 783 Les noms d’auteurs non suivis de note de bas de page sont présentés dans la liste donnée en Annexe (...)
  • 784 Innocent III, Opera, t. 10, p. 403, commentaire sur X, 2, 24, 25.
  • 785 Il écrit par exemple : « Ab eadem aetate in ecclesia Alexandrina percelebres fuere sacrarum littera (...)
  • 786 S’il n’est évidemment pas le seul à s’intéresser à l’histoire byzantine, il ne fait pas partie de l (...)
  • 787 Grégoire le Grand, Opera, t. 3, pp. 127, 170, 239.
  • 788 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 66, 69, 137.
  • 789 Ducs, Opera, t. 5, pp. 40, 43.

46Plusieurs enseignements peuvent être tirés de cette nomenclature783. Il ressort tout d’abord à l’évidence que les Pères de l’Eglise sont bien connus d’Auteserre, qui les considère comme les autorités les plus vénérables. D’ailleurs, il professe, à propos d’un commentaire de saint Jean Chrysostome sur l’évangile de saint Matthieu, que « l’autorité des saints Pères est si grande, que leurs sentences sont tenues presque à l’égal de paroles divines et de parties des Ecritures »784. Si saint Augustin (354-430) tient la première place, avec 83 citations, Auteserre n’oublie pas les autres Pères latins. Ainsi donne-t-il des exemples tirés, par ordre de fréquence, de saint Jérôme (347-420), saint Ambroise (340-397), Tertullien (v. 150-220), saint Grégoire le Grand (540-604), saint Cyprien (v. 200-258), saint Clément d’Alexandrie (v. 150-215), saint Ignace d’Antioche (35-113), saint Irénée de Lyon (v. 120-202), saint Isidore de Séville (560-636), saint Justin (103-165), saint Clément de Rome († 97) ou Optat de Milève (v. 320-v. 385). Les grecs ont aussi leur part, moindre mais non négligeable. En premier lieu, il convient de mentionner saint Jean Chrysostome (344-407), qu’Auteserre allègue à 23 reprises. Viennent ensuite saint Epiphane (v. 315-403), saint Grégoire de Naziance (329-390), saint Basile de Césarée (329-379), saint Grégoire de Nysse (331v. 394) et saint Athanase d’Alexandrie (298-373). L’on remarque qu’Auteserre ne cite jamais Origène, dans aucune œuvre, bien qu’il connaisse ce personnage à travers Epiphane ou Eusèbe785. Outre les Pères, il exploite abondamment les écrivains ecclésiastiques, notamment les historiens byzantins, comme Eusèbe de Césarée (265-340), Sozomène (375-v. 450), Socrate le Scolastique (v. 380-450), Théodoret de Cyr (393-460), Zosime (v. 460-v. 518), Procope de Césarée (v. 500-560), Agathias le Scolastique (v. 530-580), Evagre le Scolastique (536-594) ou plus tardifs comme Photius (810-893), Georges Cedrenus (XIème s.), Jean Zonaras († ap. 1161), Nicétas Choniatès (1155-1216), Nicéphore Calliste (v. 1268-1328), Nicéphore Grégoras (1295-1360) ou Laonicos Chalcondyle (1423-1490)786. Il connaît de plus, chez les auteurs byzantins, les Histoires de Théophylacte Simocatta (début VIIème s.)787, l’épitomé de l’Histoire romaine de Jean Xiphilin (fin XIème)788 ou le De officiis de Georges Codinus († v. 1453)789.

  • 790 Asceticon, Opera, t. 2, p. 18. Il tire aussi profit de l’historien anglais William Camden (1551-162 (...)
  • 791 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 125.
  • 792 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 190.
  • 793 Fiefs, Opera, t. 5, pp. 149, 155.
  • 794 Ducs, Opera, t. 5, p. 28.
  • 795 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 199.
  • 796 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 214.

47Le deuxième élément qui retient le plus notre attention est sa grande préoccupation des chroniques médiévales, rapportant les circonstances environnant la prise de décision pontificale. Vient d’abord l’appel quasi récurrent à l’histoire anglaise, avec, par ordre d’importance, Matthieu Paris (1200-1259) et son continuateur le pseudo Matthieu de Westminster († 1326), Roger de Hoveden (av. 1174-1201), Orderic Vital (1075-1143), Guillaume de Malmesbury (v. 1090-1143), Bède le Vénérable (672-735) ainsi que son continuateur, Guillaume de Newburgh (1136-1198), Thomas Walsingham († 1422), Guillaume de Jumièges (XIème s.), Ingulphe de Croyland (1030-1109), Eadmer de Cantorbéry (1060-1124), Widukind de Corvey (925-980) ou encore l’irlandais Marianus Scotus (1028-1082)790. Mais les chroniqueurs français ne sont pas oubliés. Il sollicite les œuvres de Guillaume de Tyr (v. 1130-1184), de Geoffroi de Vendôme (1093-1132), de Rigord (v. 1145-1209), de Flodoard (894-966), de Robert de Torigni (1110-1186), de Sigebert de Gembloux (1030-1112), d’Aimoin de Fleury († ap. 1008), d’Albert de Strasbourg (XIIIème s.), d’Arnulphe de Fisieux (t 1182), de Guillaume le Breton (1165-1226), de Jacques de Vitry (v. 1160-1240), de Pierre de Celle (t 1183), de Pierre de Cluny († 1123), de Pierre des Vaux-de-Cernay (1185-v. 1218), de Raoul Glaber (985-1047), de Suger (1080-1151), de Baldéric de Noyon (v. 1060-1130), de Pierre de Blois (v. 1135-1203), de Gilles d’Orval († ap. 1251), de Helgaud de Fleury (f 1048), de Jean Froissait (1337-1404), d’Adrévald de Fleury (v. 820-878), d’Eginhard (775-840), de Geoffroi de Villehardouin († 1213), de Guillaume de Nangis († 1300), d’Adémar de Chabannes (989-1034), de Guibert de Nogent (v. 1055-1125), de Jean de Marmoutier (XIIème s.), de Loup de Ferrières (805-862), d’Odon de Cluny (878-942), de Philippe de Commynes (1447-1511). Ailleurs, il cite aussi l’anglais Geoffroy de Monmouth (1100-1155)791 et les français Abbon de Fleury (945-1004)792, Gauthier de Thérouanne (v. 1150)793 ou Jean Juvénal des Ursins (1388-1473)794. Ajoutons qu’il utilise les Gesta Dagoberti (834)795, la chronique d’Auxerre et la Chronique de Saint-Bénigne de Dijon796.

  • 797 Fiefs, Opera, t. 5, p. 147. Sur ce juriste, v. J. Krynen, « Dubois(de Bosco), Pierre », DHJF, p. 26 (...)
  • 798 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, pp. 197-198; Ducs, Opera, t. 5, pp. 49, 64.
  • 799 M. Cassan, « Une « Histoire de l’Aquitaine » manuscrite d’après un officier « moyen » de justice au (...)

48Au moyen de cette longue liste, l’on constate qu’Auteserre a exploité la majeure partie des chroniques imprimées. Fes historiens des croisades ne sont pas délaissés, d’autant qu’il invoque encore Pierre Dubois, sous l’appellation d’Auctor anonymus de recuperatione terrae sanctae797 et Raymond d’Aguilers, auteur d’une Historia Francorum qui ceperunt Jerusalem798. De plus, les correspondances épistolaires sont également une source précieuse pour notre auteur, qui puise dans celles d’Yves de Chartres (v. 1040-1116), de Jean de Salisbury (v. 1115-11 80), de Bernard de Clairvaux (1090-1053), d’Etienne de Tournai (1128-1203) ou de Fulbert de Chartres (960-1028). Là encore, il se distingue de certains de ses contemporains, notamment de Pierre Robert, auteur d’une Histoire de l’Aquitaine écrite en 1656, mais qui dénote un « désintérêt porté au Moyen Age »799.

  • 800 Institutes, Opera, t. 7, pp. 11, 194.
  • 801 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 105.
  • 802 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 186.
  • 803 Fiefs, Opera, t. 5, p. 145.
  • 804 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 187.
  • 805 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 66, 67, 77. Nous n’avons pu déterminer s’il s’agissait d’Hésychius (...)
  • 806 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 74.
  • 807 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 74.
  • 808 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 121, 144, 164.
  • 809 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 93, 94.
  • 810 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 15, p. 72 : « Petrus Equilinus », de son nom complet Petru (...)
  • 811 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 211.
  • 812 Fiefs, Opera, t. 5, p. 154.
  • 813 Dissertationes, Opera, t. 9, lib. 4, cap. 15, p. 108.
  • 814 Dissertationes, Opera, t. 9, lib. 5, cap. 5, p. 124.
  • 815 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 6, p. 51. Il cite son Rerum Burgundionum Chronicon.
  • 816 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 84.
  • 817 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 131.
  • 818 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 174. Il est qualifié par Auteserre de « vir doctissimus ».
  • 819 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 53.
  • 820 Dissertationes, Opera, t. 9, lib. 6, cap. 12, p. 166.
  • 821 Dissertationes, Opera, t. 9, lib. 5, cap. 5, p. 124.
  • 822 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 87.
  • 823 Fictions, Opera, t. 6, tract. 6, cap. 19, p. 98.

49En sus des références incluses dans son commentaire d’innocent III, il est possible de nommer certains autres auteurs, tels que Boèce (480-525)800 ; Cassiodore (485-580)801 ; Martianus Capella (Vème s.)802 ; Corippe (500-568)803 ; Priscien de Césarée (VIème s.)804 ; Hésychius (VIème s.)805 ; Jordanès (VIème s.)806 ; Nithard (800-845)807 ; Adon de Vienne (800-875)808 ; Heiric d’Auxerre (841-879)809 ; Pierre des Noëls (XVème s.)810. Il recourt très souvent à Suidas, et à son encyclopédie grecque éponyme de la fin du IXème siècle. Il use parfois des ouvrages les plus récents, principalement des humanistes. C’est ainsi qu’il cite le Glossarium archaiologicum de Henri Spelmann, publié à Londres en 1664811, ou les œuvres de Paul Langius (XVIème siècle)812 ; de Joannes Vaseus (XVIème siècle)813 ; de Jean Filesac (XVIème siècle)814 ; de Nicolas Vignier (1530-1596)815 ; de Claude Fauchet (1530-1602)816 ; de Joseph Scaliger (1540-1609)817 ; de Jules-César Boulenger (1558-1628)818 ; de Joannes Buxtorf (1564-1629)819 ; de Jean de Cordes († 1652)820 ; de François du Jon (Franciscus Junius le Jeune, 1591-1677)821 ou d’Aegidius Gelenius (1595-1656)822. Les Adversariorum d’Adrien Turnèbe (1512-1567, dans lesquels ce dernier corrige de nombreux passages des auteurs antiques) sont exploités au mieux823.

  • 824 M.-B. Bruguière, Littérature et droit dam la Gaule du Vème siècle, Paris, 1974, Introduction, I. Le (...)
  • 825 M.-B. Bruguière, op. cit., p. 31.
  • 826 Ce manque est difficilement expliquable, puisque d’autres juristes antérieurs ont utilisé ce texte, (...)
  • 827 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 73, 88.
  • 828 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 6, 52.
  • 829 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 41, 45.
  • 830 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 92.
  • 831 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 30, 57, 90, 93 et vol. 2, p. 1. Auteserre le nomme Itinerar. Le tit (...)
  • 832 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 24, vol. 2, p. 1.
  • 833 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 25, 26, 27, 110, 148, 155, 159, 160, 161, 162. Auteserre cite les l (...)
  • 834 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 54, 91.
  • 835 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 54, 180, 183, 185.
  • 836 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 180.
  • 837 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 158-159, 161, 173.
  • 838 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 51, 60, 90, 94, 163, 169, 170, 175.
  • 839 M.-B. Bruguière, op. cit., p. 24.
  • 840 Renan, Opera, t. 4, vol. 1, p. 166. Les autres citations sont aux pp. 65, 157, 168, 169, 170.
  • 841 Renan, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 41, 55, 143, 170.
  • 842 M.-B. Bruguière, op. cit., p. 27.

50Un dernier exemple de sa vaste connaissance de la littérature a trait à l’Antiquité tardive, principalement en Gaule. Ce fait se constate en rapprochant les sources utilisées par Auteserre pour décrire les institutions et les mœurs gallo-romaines, de la nomenclature dressée par M.-B. Bruguière dans sa thèse sur l’apport de la littérature à la connaissance du droit du Vème siècle824. De l’ensemble des sources compulsées pouvant intéresser son sujet, M.-B. Bruguière a retenu Claudien, Rutilius Namatianus, les fragments de Mérobaude, l’auteur anonyme du Querolus, Quintus Aurelius Symmachus, saint Jérôme, Fauste de Riez, Ruricius de Limoges, Gennade de Marseille, Eutrope, Salvien, Orientus, Paulin de Pella, Ammien Marcellin, Paul Orose, Sulpice Sévère, Prosper d’Aquitaine et Sidoine Apollinaire. Chez les auteurs grecs, qui « nous apportent naturellement moins d’informations que les sources latines », il faut se tourner vers « plusieurs historiens de l’Empire d’Orient », dont Zosime, Priscos, les fragments de Candidus d’Isaurie et de son continuateur Olympiodore de Thèbes, Procope de Césarée et Théodoret de Cyr825. Face à ce vaste corpus documentaire d’historiens, d’hommes d’Eglise ou d’hommes de lettres, l’on peut assurer qu’Auteserre s’est montré pertinent dans ses lectures, car il ignore seulement Mérobaude et l’auteur du Querolus chez les latins826, Priscos, Candidus et Olympiodore chez les grecs. Hormis ces lacunes, il mentionne nombre d’ouvrages pouvant servir à sa documentation. Ainsi cite-t-il de Claudien la Louange de Stilicon827, les satires d’Eutrope828 et de Rufin829, le panégyrique d’Honorius830 ; il explore le récit de voyage de Rutilius Namatianus831 ; il connaît l’Eucharisticos de Paulin de Pella (376-460)832 ; il emprunte notablement à la correspondance de saint Paulin de Nole833 ainsi qu’au recueil d’épîtres de Symmaque834. Les lettres des évêques gaulois ne sont pas oubliées. Auteserre rapporte celles de Ruricius de Limoges835 et de Fauste de Riez836. Marseille a donné deux auteurs du Vème siècle, Gennade et Salvien. Du premier, il emprunte au De viris illustribus, appelé aussi le Liber de scriptoribus ecclesiaticis, son ouvrage le plus connu837, et du second, le De gubernatione Dei, cherchant à expliquer la crise de l’empire romain838. Auteserre ne pouvait ignoer saint Prosper d’Aquitaine. Il a évidemment recours à sa Chronique, « l’une des meilleures sources historiques de l’époque »839, et nous indique qu’il la manie « ex editione Pithoei »840. C’est cependant de Sidoine Apollinaire qu’il tire le plus profit, avec plus de soixante dix occurrences, principalement ses lettres, mais aussi ses poèmes, dont le Propemtique, et le panégyrique d’Avitus841. Cela n’a rien de surprenant, car cet auteur prolixe (trois panégyriques officiels, plusieurs poèmes et cent quarante-six lettres) « représente notre principale source d’information pour le milieu du Vème siècle »842.

51De cette très riche documentation, Auteserre trie, le plus souvent, le bon grain de l’ivraie. Il se livre à des considérations critiques, maniant la philologie et l’histoire.

§ 3. La critique philologique et historique

  • 843 BNF, Languedoc, ms. 101, Biographies II, f° 55.

52La méthode historique d’Auteserre est finement décryptée par ce jugement des mauristes sur son commentaire de la Vie des papes d Anastase : « Les notes sont très scavantes. Auteserre y fait voir son erudition. Il y explique les termes et les mots dont les papes se sont servis et qui sont fort obscurs. [...] Il y éclaircit un grand nombre de points de l’histoire ecclésiastique et polytique »843.

  • 844 Anastase, Opera, t. 3, p. 105, note sur Adrien II. L’exemple qu’il tire du droit romain est celui d (...)
  • 845 Renan, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 6, p. 51.
  • 846 Renan, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 17, p. 146.
  • 847 Th. Issartel, « La quête de Beneharnum. Les historiens et l’emplacement de la cité des Venarni (XVI(...)
  • 848 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 19, p. 40.

53Tout ceci se vérifie particulièrement lorsqu’il tient à décrire la genèse d’une institution, ou situer une localité dont le nom est inintelligible, car « les noms des lieux se trouvent souvent corrompus, même chez les Romains »844. Par exemple, il explique le nom de Gascogne, par rapport au peuple qui l’occupait, les Vascons (Wascones), dont le nom fut changé par « la flexion de la lettre V en G »845. Il étaye son sentiment par le recours à deux auteurs médiévaux, Godefroi de Viterbe et Pierre de Cluny, qui rapportent de la Novempopulanie qu’elle « était appelée vulgairement Guasconia ». Toujours dans le domaine de la géographie, il excelle à restituer le lieu exact, contre les erreurs des auteurs ou des copistes. Au sujet de saint Antonin, il restitue 1 endroit de son martyre : « A Pamiers, au bord de la rivière Ariège, dans le pays toulousain [...] et non en Apamée, en Syrie, comme le crut Vincent de Beauvais, ou à Pamiae, que Julius Dexter situe en Tarragone espagnole »846. En règle générale, Auteserre se montre assez doué pour ce genre de recherches, comme le démontrent ses vues sur l’antique Beneharnum. Cette question disputée entre savants fut justement résolue par Auteserre, à la suite de Pierre de Marca847. Notre juriste situe cette ville d’après la Notitia provinciarum, qui porte « civitas Benarnensium »848. Il précise alors que cette cité reçoit encore les noms de « Benarnus, Benarnum Antonio », sur les chemins de Saragosse et de Toulouse, et, comme le rapporte d’ailleurs Grégoire de Tours, que ce nom est issu d’une dynastie locale. En revanche, « quodnam esset hoc oppidum, non consentiunt nostri ». Il réfute Scaliger qui le place à Orthez, « car il est beaucoup plus probable que ce soit Lescar ». Sa démonstration s’opère en suivant l’ordre des sièges épiscopaux : « Nous n’en connaissons que deux dans le Béarn, Lescar et Oloron, dont le premier jouissait autrefois du titre de Béarn, comme il appert des souscriptions du synode d’Agde, auquel souscrirent Galactoire, évêque de Béarn, et Gratus, évêque d’Oloron ».

  • 849 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 125, observation sur Lib. 6, cap. 4.
  • 850 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 146, observation sur Lib. 7, cap. 14. Dans ses notes sur Grégoi (...)

54Quand des manuscrits proposent des leçons différentes, Auteserre rapporte les variantes, et cherche la plus probable, notamment en comparant avec d’autres sources historiques. Ainsi, lorsque Grégoire de Tours mentionne T « urbis Lugduni Clavati », il ajoute : « D’autres codes portent une meilleure leçon : Lauduni Clavati »849. Quand Grégoire aborde le « Liger Flavarisque, quem Elaurem vocitant », il écrit : « D’autres manuscrits proposent : Liger Elaverque. quem Melacrem vocitant. Elaver est une rivière qui part de l’Auvergne pour affluer dans la Loire, que l’on appelle l’Ailier ». L’inverse peut aussi se produire, avec une leçon grégorienne « modèle », notamment à propos du mot hastulas, qu’Auteserre définit ainsi : « Ce sont des piques en bois, ou des rameaux rabotés en forme de lance ». Il argumente à partir de deux ouvrages de saint Grégoire et de la chronique de Raoul Glaber, qui indiquait parmi les armes dont usaient les Sarrasins une « hastulam ligni ». Il soutient alors que tous les manuscrits ne portent pas la leçon haste : « Male Pithoei codices castulam »850.

  • 851 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 149, observation sur Lib. 7, cap. 22. Auteserre est toutefois l (...)
  • 852 Clémentines, Opera, t. 5, p. 204, commentaire sur 3,10, Attendentes.
  • 853 Grégoire le Grand, Opera, t. 3, p. 126, observation sur Lib. 1, Ep. 30.

55Les versions imprimées peuvent encore être fautives, comme il le signale sur un passage difficile de saint Grégoire : « Ce passage est dépravé par l’impéritie des imprimeurs, mais peut être facilement restitué, en corrigeant la ponctuation, et en écrivant Commotum avec une majuscule, car c’est le nom propre d’une personne. C’est ainsi que l’on lit : Commotus, un quelconque citoyen [...] et le sens de ces mots n’est pas obscur »851. Autre exemple, tiré du commentaire de la Clémentine Attendentes (Clem. 3, 10, 2), disposant que les visiteurs des monastères de vierges doivent observer si les moniales n’utilisent pas des étoffes de soies ou d’autres agréments impropres à leur état de vie, comme « des sandales encornées et la chevelure touffue. C’est ainsi qu’il faut restituer la leçon, qui a été par maladresse intervertie par les imprimeurs en : sandales touffues et chevelure encornée »852. Dans une autre hypothèse, Auteserre combat les interprétations données par le passé, et propose la sienne, notamment sur une épître de saint Grégoire le Grand : « Ce passage a besoin d’une correction, mais l’illustrissime cardinal Baronius l’a bien plus déformé, en pire, que restitué. Il a voulu lire sissitiae à la place de sinthiciae, c’est-à-dire des confrères, du grec σισσιτία. Ce n’est pas par le fer et par le feu, mais bien plus légèrement que l’on peut simplement améliorer ce passage, si pour sinthiciae, on lit sinthicae, ce qui, traduit du grec συνθήχαι, veut dire pacte, ou contrat. Ce qui rend véridique et aisé à comprendre cette sentence »853.

  • 854 E. Carette, Les Assemblées provinciales de la Gaule romaine, Thèse droit, Paris, 1895, pp. 450-456.
  • 855 M.-B. Bruguière, Littérature et droit dans la Gaule du Vème siècle, Paris, 1974, p. 126. Sur cette (...)
  • 856 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 2, p. 116.

56Quant au concile des sept provinces, créé par la constitution Saluberrima Magnificentiae d’Honorius en 418, il y a pluralité des sources imprimées854. Auteserre prend soin de distinguer les diverses éditions de cette constitution, et opine pour la bonne attribution de ce texte qui « n’a été intégré à aucun code »855. Avant de décrire le rôle de cette assemblée, il affirme à juste titre : « Cette constitution fut donnée en premier lieu par Nicolas de Cues et Joseph Scaliger, mais l’un et l’autre la donnèrent sous une fausse inscription. Elle n’est pas de Constantin le Grand, comme le croit Cues, ni de Constantin le Tyran, comme le pense Scaliger, mais d’Honorius Auguste, comme Ta restitué Jacques Sirmond d’après les anciens codes »856.

  • 857 St. Prioux, La Villa « Brennacum », étude historique, Paris, 1856.
  • 858 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, Dédicace, p. XIX.

57Bien souvent, il se contente de corriger simplement Terreur en prévenant le lecteur : « Lisez plutôt ceci ». Les exemples abondent par dizaines où Auteserre emploie cette manière. Lorsqu’il s’agit de rectifier une mauvaise leçon chez Grégoire de Tours, quand ce dernier écrit Brannaco, il ajoute : « Lege Brennacum, comme dans Frédégaire [...] et chez Grégoire lui-même [...]. Brennacum est une ville fiscale de Champagne, dans laquelle Clotaire avait déposé son trésor pour y être conservé, et dont fait mention Aimoin ». Il fournit son nom vernaculaire Brenne, aujourd’hui Braine (Aisne). Ce faisant, il situe justement cette Villa Brennacum que les anciens plaçaient à Brenne, à Bargni ou à Brétigny857. Quoi qu’il en soit, Auteserre ne combat jamais l’autorité de Grégoire lui-même, bien au contraire. Dans la dédicace, il mentionnait explicitement un de ses buts : « J’ai donné cette œuvre [...] pour que soit défendue la mémoire de cet immense évêque, et que soit repoussées Terreur et la calomnie des méchants, qui tiennent cet écrivain très savant de notre histoire, et en partie témoin de celle-ci, pour un inepte auteur de songes et de fables. Mon œuvre ne sera pas vaine, si par moi était vengée la renommée de l’évêque, ainsi que la chaire et les mérites du successeur de saint Martin »858.

  • 859 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 78, observation sur Lib. 4, cap. 31.
  • 860 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 17, p. 145.
  • 861 J. de Launoy, De Victorino episcopo et martyre. Dissertatio, Paris, 1653. L’ouvrage est toutefois p (...)
  • 862 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 8, observation sur Lib. 1, cap. 17.

58Il lui arrive cependant d’errer. Il corrige Duchesne qui « a mal lu Genuam » au lieu de Janobam, et explique : « La cité de Janoba est située au dessus du lac Léman, elle est aussi appelée Gebenna [...] Autrefois, Genève était la dernière cité des Allobroges »859. Or, le nom latin de cette ville se dit indifféremment Janoba ou Genua. Ailleurs, en traitant de Victorin de Poitiers (Pictaviensis), il récuse à tort « saint Jérôme, qui par mégarde, l’appelait Victorin de Ptuj (Pitabionensis) »860. Malheureusement pour notre auteur, il revint à Jean de Launoy, le premier, de dénoncer Terreur induite par des manuscrits hésitants entre les deux leçons, attribuant à Poitiers un évêque de Pannonie861. Autre méprise quand, à la suite de saint Grégoire de Tours, il défend la pertinence des Gesta Pilati contre l’autorité de Baronius, ici impeccable. 11 est vrai que le point précis qu’il entend démontrer est assurément fiable : « Ce que Grégoire raconte de la libération de Joseph d’Arimathie de la prison dans laquelle il était détenu, n’a d’autre source que l’auteur des gestes de Pilate transmis à Tibère. Baronius a douté de leur authenticité. Cependant, Pilate a rendu compte de la mort du Christ à César, comme le rapportent Eusèbe, Orose et Cedrenus [...] et cela n’a rien de surprenant, car l’office du préfet ou des recteurs de provinces est de s’en référer au Prince dans les affaires nouvelles, spécialement celles qui concernaient la religion »862.

  • 863 Sur cette question, parmi une bibliographie immense, v. E. Griffe, La Gaule chrétienne à l’époque r (...)
  • 864 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 9, observation sur Lib. 1, cap. 28.
  • 865 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 9, p. 133.
  • 866 D’ailleurs, il se pose cette question toute rhétorique: « Creditur Paulus per Galliam transiisse in (...)
  • 867 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 9, p. 134.

59Sur une autre question très débattue de son temps, celle de l’évangélisation des Gaules, Auteserre hésite entre deux courants, l’un hyper-critique, l’autre acritique863. D’un côté, il suit l’opinion avisée du père « Jacques Sirmond et des autres hommes les plus érudits, dont la sentence est que Denis l’évêque de Paris est autre que l’Aréopagite »864. Mais il écrit dans le même chapitre : « Il est assez dur de croire que Saturnin, Martial, Denis et les autres évêques n’aient été envoyés prêcher l’Evangile en Gaule que sous Dèce, qui commença son empire en 250 ». D’ailleurs, dans les Annales d’Aquitaine, il défendait vaillamment la thèse d’une apostolicité des églises de Gaule : « Je ne veux pas m’opposer au jugement de tels hommes, mais la palestre littéraire devient sans intérêt si l’on ne peut discuter du grave sujet de la religion. Je pense autrement, et des témoignages ou arguments probables ne manquent pas, qui amoindrissent l’autorité de Sulpice [Sévère] et de Grégoire »865. Il développe alors cinq arguments pour contrer la datation tardive : la preuve selon les dyptiques ; l’opposition de « témoins aux témoins, en recourant à des auteurs d’un âge meilleur », c’est-à-dire Epiphane et Eusèbe, saint Irénée et saint Cyprien, la lettre du pape Zosime ; la situation géographique de la « pulcherrimam orbis Romani provinciam », trop proche de l’Italie pour avoir été négligée866 ; l’autorité de Grégoire contre Grégoire, car dans le Livre des miracles il parle de saint Saturnin « ab Apostolorum discipulis ordinatus in urbem Tolosatium est directus » ; par la persécution générale ordonnée sous Néron dans toutes les provinces : « Pourquoi donc croirions-nous qu’il fut agi plus doucement avec la Gaule, voisine de l’Italie, aisément exposée à la fureur des Romains »867. Ce faisant, il tombe à son tour dans l’acceptation non critique des sources qu’il emploie, vies de saints ou histoires ecclésiastiques, dont certains caractères hagiographiques peuvent repousser indûment une date en la rapprochant des Apôtres.

  • 868 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 4, observation sur Lib. 1, prologue.
  • 869 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 22, observation sur Lib. 2, cap. 3.

60Auteserre sait toutefois apprécier la valeur des ouvrages qu’il étudie, sachant par exemple reconnaître une simple traduction d’une œuvre originale. Ainsi, quand Grégoire de Tours mentionne ses sources, à savoir les deux chroniques d’Eusèbe et de Jérôme, il commente : « La chronique de Jérôme n’est pas différente de celle d’Eusèbe, c’est seulement une version latine du grec d’Eusèbe. De la même manière, souvent des œuvres d’Origène sont attribuées à Jérôme, qui les traduisit en latin, comme dans le can. Si quis vult, 36 dist. [D. 36, c. 3] »868. Ce même Grégoire de Tours se trompe quelques fois, et Auteserre ne l’ignore pas : « Je ne nie pas que Grégoire se trompe ici, en disant que Hunéric succéda à Thrasamund, car il est prouvé qu’il succéda à son père Genséric, d’après Procope, Marcellin et Sigebert »869.

  • 870 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 5, cap. 1, p. 149. Ausone lui consacre le chapitre 17 de ses Souve (...)
  • 871 Auteserre se trompe néanmoins légèrement, car ce ne sont pas ses fils, mais Flavius Dalmatius lui m (...)
  • 872 Innocent III, Opera, t. 10, p. 431, commentaire sur X, 2, 27, 12.

61Concernant les personnes, il corrige certaines attributions hasardeuses, qui faussent la compréhension de l’histoire. Ainsi d’Exupère, « rhéteur bordelais du temps de Constantin, qui vint d’abord enseigner à Toulouse, puis à Narbonne, où il instruisit avec beaucoup de savoir les fils de Dalmatius, neveu de l’empereur Constantin [...] qui après son retour en Gaule vint vieillir à Cahors, en Aquitaine », et dont parle Ausone870. Or, « malheureusement, Baronius et l’auteur de la liste des évêques de Cahors ont confondu Exupère le rhéteur, et Exupère l’évêque, celui-ci à Toulouse, celui-là à Cahors ». Les raisons de cette confusion sont nombreuses, mais la principale est « la différence d’époque, qui ne souffre pas qu’Exupère rhéteur de Toulouse soit cru être Exupère évêque de Toulouse. En effet, le rhéteur fleurissait du temps de Constantin, et enseigna les fils de Dalmatius avant que ceux-ci fussent créés Césars, en 336. Exupère, l’évêque de Toulouse, vivait plus de 70 ans après, autour de l’an 405, et c’est pourquoi Joseph Scaliger, dans ses notes sur Ausone, disait qu’il y avait deux Exupère »871. Il rapporte enfin que le rhéteur ne fut pas plus évêque de Cahors, glosant longuement sur le mot sedes chez Ausone, car « bien qu’il soit souvent pris pour désigner une chaire épiscopale, cette signification manque chez Ausone ». Dans un autre cas de discernement, au sein d’une décrétale, il écrit : « L’évêque élut Pierre de Châteauneuf à l’archidiaconat de Maguelone [...]. Celui-ci est à distinguer d’un autre Pierre de Châteauneuf, qui, à la même époque, fut envoyé comme légat par Innocent, avec F. Radulphe, contre les hérétiques albigeois, et qui était moine cistercien, comme le rapporte Pierre des Vaux de Cernay »872.

  • 873 Grégoire le Grand, Opera, t. 3, p. 149, observation sur Lib. 2, Ep. 8. Un auteur contemporain concl (...)

62Dans ses Notes et observations, il explicite certaines formulations diplomatiques qui peuvent être trompeuses. Ainsi d’une souscription d’une lettre de saint Grégoire, portant : « A Serenissimis Dominis quantis valuiprecibus postulavi », qu’il commente de la sorte : « Ce sont l’Empereur Maurice et son fils Théodose, déjà couronné, comme le prouve la lettre 44 du livre 4 »873.

  • 874 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 56, observation sur Lib. 3, cap. 10.
  • 875 Anastase, Opera, t. 3, p. 14, note sur Sylvestre.
  • 876 Anastase. Opera, t. 3, p. 19, note sur Sylvestre.

63Au sujet du mobilier liturgique, il apporte plusieurs fois ses lumières : « Pro paternas, legepatenas »874. Ailleurs, il propose une purification des termes Canthara cyrostrata : « Canthara cerostrata (c’est ainsi qu’il faut lire, ou plus simplement, cerostrata), sont des vases dans lesquels on place de la cire ou un lumignon »875. Lorsqu’Anastase décrit le décorum entourant le bienheureux Laurent, martyr, il évoque l’éclairage, « cum lucernis bymixis (sic lege pro byssinis) argenteis ». Auteserre développe : « La lampe bymixos est celle qui a deux myxa, deux mesches »876.

  • 877 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 3, cap. 3, p. 87.
  • 878 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 131, observation sur Lib. 6, cap. 12.
  • 879 Fiefs, Opera, t. 5, cap. 1, p. 133.
  • 880 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 5, p. 10.
  • 881 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 8, p. 17.

64Les peuples sont aussi l’objet de son regard critique. Au sujet des peuples libres d’Aquitaine, il rapporte le témoignage de Pline sur « les habitants de Saintes et les Bituriges Vivisques, c’est-à-dire les bordelais. Ici, il faut restituer ce passage, que par malheur Gelenius a expurgé, contre la leçon des anciens codex, sûrement trompé par ce que Pline fait mention, un peu plus loin, des Bituriges Cubes, sans avertir qu’ils sont différentes des Bituriges Vivisques »877. Ce même Pline est pris en défaut quand il qualifie les agenais d’Antobroges, et non de Nitiobriges878. D’ailleurs, il ajoute : « Scaliger a eu raison de rectifier Ausone (lib. 2, cap. 10) à ce sujet ». Quand Grégoire de Tours parle malencontreusement des Avenici, il est aussitôt averti qu’il faut entendre Arvernici879. Il émende César au sujet des Helves à deux reprises. La première fois, il déclare : « Helviis, sic lego, non Heleuteris [...]. Je prends pour auteur de cette rectification Strabon, qui atteste que les Helves et les Vellaves étaient clients des Arvernes »880. La seconde, il ajoute : « J’estime que ce lieu est corrompu chez César, et qu’à la place d’Heleuteros il faut lire Helvios. Ce sont des voisins des Arvernes, dans le Vivarais »881.

  • 882 Grégoire le Grand, Opera, t. 3, pp. 253-254, observation sur Lib. 9, Ep. 71.
  • 883 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 300.

65Il donne en outre des précisions sur des noms de bâtiments, ce qui peut l’emmener assez loin. Ainsi sur le mot fanum : « Les fana sont les temples des idoles, et leurs prêtres sont appelés fanatiques, sacrificateurs des idoles, comme le dit saint Jérôme, dans son commentaire d’Isaïe : Et pro levitis habebat phanaticos [...]. On les appelle encore adorateurs des idoles, comme Ignulphe de Croyland [...]. De là vient qu’on appelle ceux qui se trompent des fanatiques, comme saint Grégoire : Sed quia haec generatio fanaticis semper cultibus visa est obsequium praebuisse »882. Dans ses récitations de droit, il consacre encore deux paragraphes aux fanatici, qui sont à classer parmi les « vitiosos »883. Il les définit, du point de vue juridique, comme ceux « qui per furorem caput jactant. & futura praecinunt », et traite alors de l’action rédhibitoire.

  • 884 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 22, p. 46.
  • 885 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 22, p. 45.

66Pas de critique philologique sans expertise étymologique. Avec plus ou moins de bonheur, notre auteur s’attèle aux noms de lieux. Ainsi se base-t-il sur l’Historia fuxensium comitum de Bertrand Hélie de Pamiers pour définir que le nom donné à l’Ariège, qui vient de ce qu’elle est une « rivière abondante en poissons, riche de pépites d’or, et d’ailleurs explorée pour cela »884. La Gironde tire aussi son nom de ses propriétés. Ainsi l’appelle-t-on « Gironda. sive Girona, parce que le trouble des mers s’y jetant les fait comme tournoyer en cercle (gyrum). De plus, Guillaume le Breton l’appelle Gerunnam »885.

  • 886 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 62, observation sur Lib. 3, cap. 19.
  • 887 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 63, observation sur Lib. 3, cap. 19.

67A propos du « vin d’Ascalon » dont parle Grégoire de Tours, Auteserre se livre à des digressions étymologiques fort intéressantes. Il rejette l’opinion téméraire des « auteurs français » qui l’identifient au « vin de chalosse » : « Ils auraient du savoir que le vin d’Ascalon n’est pas français, mais plutôt d’outremer. A l’époque de saint Grégoire, les Princes et les nobles se délectaient des vins d’outremer, qui étaient admirables, parmi lesquels ceux d’Ascalon et de Gaza »886. Il rapporte divers témoignages anciens sur ces vins et ajoute : « Grégoire recommande principalement deux vins, le Gazatinum et le Laticinum ». Ayant déjà abordé le premier, il s’interroge alors sur ce dernier breuvage, qu’il tente d’analyser : « Je crois que ce vin n’est rien d’autre qu’un vin blanc et généreux. Etre liquide (latex) est le propre d’une eau de source, comme le rapporte Virgile [...]. C’est pourquoi Grégoire lui-même, prend la peine de distinguer le vin des liquides [...]. Il n’est donc pas incongru de dire que le Laticinum est un vin blanc, dont le nom vient de latex, qui est semblable à l’eau »887. D’ailleurs, Virgile (Enéide, I, 586) assimilait aussi ce laticem au Lyaeum, c’est-à-dire au Bacchus Lyaeus, celui qui délivre des soucis. Auteserre conclut sa parenthèse par des considérations légèrement anachroniques : « Il n’y a pas de quoi s’étonner que l’usage des vins d’Ascalon et de Gaza fut un délice en Gaule, car à cette époque, les négociants syriens tenaient seuls le commerce avec la Gaule et l’Occident entier [...] et ce fait est notable chez Guillaume de Malmesbury. De plus, les habitants d’Ascalon assiégés par les nôtres, se rendirent au comte Raymond de Saint-Gilles, et Délirent comme patron : parce que, plusieurs années auparavant, étaient venus des navires marchands de Montpellier ».

  • 888 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 115, observation sur Lib. 5, cap. 40

68Ce recours à l’étymologie lui permet de disserter sur des fonctions publiques connues, mais dont le nom a varié au fil des siècles. Ainsi écrit-il : « Le comte des étables (cornes stabuli) était le chef des étables royales ou sacrées, avec la dignité comtale qui était attribuée à tous les officiers du palais, mais qui par la suite évolua en commandement militaire, comme l’indiquent les Annales des Francs [...]. C’est alors que, par élision, le nom devint connétable (constabularius ou constabulus) »888.

  • 889 Fiefs, Opera, t. 5, cap. 1, p. 131.
  • 890 Fiefs, Opera, t. 5, cap. 1, p. 132.
  • 891 Fiefs, Opera, t. 5, cap. 1, p. 133. Auteserre s’inscrit dans la lignée de Du Moulin, qui rejette «  (...)

69Dans un autre registre, tout son volume sur les Origines des fiefs est rempli de remarques critiques et linguistiques. Auteserre commence par déterminer l’origine exacte du fief, en relevant que « les interprètes du droit ne sont pas d’accord entre eux »889. Certains la placent dans le droit romain : « Absurdum est », et de plus, « Obertus a montré que le droit des fiefs est entièrement coutumier, n’ayant rien en commun avec le droit romain ». Est-ce alors dans les clientèles romaines ? Point non plus, le droit de clientèle et de patronage était « entièrement personnel, et ne faisait intervenir aucune dation de terre ». Il récuse encore l’opinion de ceux qui font dériver le fief du colonat, « car si l’on regarde à l’origine des fiefs, qui est la plus grande chose à faire quand l’on compare des institutions, ils étaient temporaires [...] et la propriété du fief n’était pas transmise au vassal, mais demeurait dans les mains du seigneur, ce qui permet de le distinguer de l’alleu, qui est une propriété »890. Quand à l’idée selon laquelle ils proviendraient des bénéfices donnés aux soldats gaulois par les romains, il la rejette d’après Jules César, rapportant une vie commune des satellites. « Qu’en est-il de ceux qui déduisent les fiefs des lois des Lombards ?[...] si l’on regarde les lois des Rois Lombards [...] rien d’évident n’apparaît au sujet des fiefs ». Sa conclusion est alors nette : « Il est plus véritable de chercher l’origine des fiefs dans les coutumes des Francs : les Francs, ayant pris en main la Gaule, divisèrent les terres pour leurs ducs et leurs soldats, à titre de bénéfice, sous la loi de fidélité et de service ». De plus, « les lois des fiefs sont issues des coutumes franques, comme par exemple la commise pour félonie »891.

  • 892 J.-P. Poly, E. Bournazel, La mutation féodale, Paris, 1980, p. 106.
  • 893 Fiefs, Opera, t. 5, cap. 1, p. 133. Ceci est corroboré dans J.-P. Poly, E. Bournazel, La mutation f (...)
  • 894 Fiefs, Opera, t. 5, cap. 1, p. 132.

70Il s’attache à donner l’étymologie du mot vassus « mot clef du vasselage, institution que l’on estime, au moins à l’époque carolingienne, typiquement franque, [qui] est un vieux mot gaulois, un mot de la “langue vulgaire” »892. Et écrit : « On les appela les vassaux, qui est un nom francique. L’origine des vassaux vient des coutumes de Gaule, comme l’atteste Walafrid Strabon [...]. Le droit de vasselage fut institué en Aquitaine, par Charlemagne »893. De même « pour le nom des vavassaux, qui n’est pas lombard mais francique, comme Otton de Freising le reconnaît »894.

  • 895 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 2, cap. 8, p. 66.

71Un exemple mêlant philologie et critique est donné par Auteserre sur le mot barde, qu’il définit ainsi : « Les bardes, chez les gaulois, étaient des devins, qui chantaient des poésies devant les Princes et les grands »895. Il commet certes une erreur en les confondant avec les vates (devins), mais il fonde son propos sur pas moins de six auteurs antiques, et surtout, il semble identifier le vate et le chantre : « Festus [Grammaticus] parle d’eux ainsi : on appelle Barde, en gaulois, celui qui chante les louanges des hommes forts ; mais il poursuit : qui viennent de la gens des Bardes, selon Lucain. Je suis d’avis du commentaire de Paul, qui ne croit pas que Bardes soit le nom d’une gens chez Lucain, mais des vates, ou des chantres gaulois. Jean Van Meurs [Meursius] s’est trompé en voulant que le mot Barde signifie : chemin. Il fut induit en erreur par un passage corrompu d’Hésychius : Βάρδοι αί όδοι Γάλαταις, Bardi viae apud Gallos. Il aurait du lire : Βάρδοι αί ώδοι Γάλαταις, Bardi cantores apus Gallos ».

  • 896 Innocent III, Opera, t. 10, pp. 46-47, commentaire sur X, 1,3,28.

72Son souci constant est d’ordre pédagogique. Auteserre enseigne, veut être compris de ses étudiants. Dès lors, quand vient à poindre une difficulté, le professeur reprend son travail herméneutique, en héritier des humanistes qui l’ont formé. Par exemple, au détour d’une décrétale, il explique : « D’après le concile général du Latran, c. 37, d’où est issu ce chapitre, personne ne peut être traduit en justice par lettres apostoliques en dehors de son diocèse au-delà de deux diètes [...]. La diète ici doit être entendue comme l’itinéraire d’un seul jour, la diète contenant 20 milles, ou 6 lieues (D. cap. Ex parte [X. 2, 2, 15]), au maximum 7. La diète ne se décompte pas à partir du domicile, mais des limites du diocèse [...]. Aujourd’hui, ce chapitre a été corrigé par le chapitre Statutum, au Sexte, en vertu duquel la constitution des diètes a été réduite à une seule [...] mais en France nous n’utilisons point ce droit, et la constitution des deux diètes est demeurée, comme l’indique la glose de la Pragmatique, tit. de causis »896.

  • 897 Grégoire le Grand, Opera, t. 3, p. 149, observation sur Lib. 2, Ep. 9.

73Un autre exemple de cette attention se repère dans ses Notes sur Grégoire le Grand. Au sujet d’une dîme des fruits à percevoir lors de l’indiction, il développe cette notion : « C’est la même chose que si le pape avait dit les fruits de l’année, car au nombre des années 1 on ajoute l’indiction. L’indiction est comme une note et un signe de l’année, pour que la date ou l’inscription des actes juridiques, munies du double sceau de l’année et de l’indiction, soit plus protégée contre l’erreur ou le faux »897.

  • 898 De re Ascetica, p. 1. Cette brève lettre de réplique ne comporte que deux pages, au format in-4°.
  • 899 Asceticon, Opera, t. 2, lib. 1, cap. 11, p. 25.
  • 900 De re Ascetica, pp. 1-2.

74Quelques temps après la parution de son histoire du monachisme, en 1671, un « religieux bénédictin » l’attaqua parce qu’il avait « volontiers usé de l’expression : quadrige des mendiants, pour désigner les quatre ordres mendiants »898. En réalité, ce fut un simple prétexte pour porter le fer contre Auteserre, car cette expression « Quadrigam Mendicantium » ne figure qu’une seule fois dans l’Asceticon, dans l’intitulé du chapitre 11 du livre premier899. Quoi qu’il en soit, il décida tout uniment de justifier l’emploi de cette expression, qui « serait employée comme du mépris et une injure envers eux, en tant que disciple d’Erasme qui usa de cette forme pour tourner en dérision les Mendiants ». C’est ensuite une véritable leçon de philologie qu’il assène à son malheureux contradicteur : « J’ai dit quadriga mendicantium, non en émule d Erasme, mais des anciens, qui ont employé ces termes pour dénombrer les choses, et ont transposé le nom de quadrige aux personnes et aux choses à chaque fois que le lieu, le temps, le corps ou l’action se laisser dénombrer pareillement. Vairon parle du quadrige des débutants [...] Tertullien appelle quadrige valentinien les quatre factions (Bithos, Sige, Nus et Veritas) [...] Saint Jérôme dit à Paulin que les quatre Evangiles étaient le quadrige du Seigneur, et qu’il fallait les vénérer d’autant d’esprit religieux. Et contre Jovinien, il appelle les filles de Philippe l’Evangéliste le quadrige des vierges. Ces mêmes filles, il les dit quadrige de sainteté dans une lettre à Pammache. Selon Propertius, les quatre fleuves qui sortent de Caystrus pour irriguer les très nobles cités d’Asie que sont Ephèse, Smyrne, Colophin et Milet, sont le quadrige de Caystrus. [Flavius] Vospicus, au sujet de Probus, parle du quadrige des tyrans Firmin, Saturnin, Bonosus et Proclus ; Scribonius Largus dit d’un collyre fait de quatre ingrédients que c’est un quadrige, paroles que l’on retrouve chez Marcellus [Empiricus] au sujet des médicaments »900.

  • 901 De re Ascetica, p. 2.
  • 902 M.-H. Vicaire, o.p., Saint Dominique de Caleruega d’après les documents du XIIIème siècle, Paris, 1 (...)

75Il poursuit par le seul exemple connu de nos jours, le char à quatre chevaux attelés. Mais il ajoute que ce « nom de quadrige sert à désigner les juments ou les chevaux, ou les mules, non parce que conjoints, mais car ils constituent un quadrige. C’est pour cela que Columelle dit la semence des quadriges pour désigner les poulains de ces chevaux »901. Pour être tout à fait complet, il ne manquait que la bulle de canonisation de saint Dominique par Grégoire IX, en 1234, qui expose : « Dieu a fait avancer le quatrième char, attelé de chevaux robustes et de couleur variée (Zach. 6, 3). Ce sont les légions des Frères Prêcheurs et Mineurs »902. De toutes ces considérations, il récapitule avec des accents pauliniens : « Le quadrige [...] passa pour désigner d autres choses. Je ne me glorifie pas de l’avoir observé. Je transmets ce que j’ai reçu des auteurs plus anciens et plus studieux. En suivant 1 autorité et le témoignage de Cujas [...] et de Casaubon [...] j’ai pu difficilement me tromper ». Sa conclusion réduit à néant l’objection qui lui fut faite : « Et quand bien même Erasme utilisa cette expression de manière abusive, usant au pire de son génie pour le vice, rien ne nous interdit de l’employer selon son sens droit et véritable. Je connais des choses excellentes dont on fait un usage dépravé, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut en interdire l’emploi aux hommes bons et sages. Je n’ai pas conçu dans cette affaire le commencement d’une injure : qu’on lise notre Asceticon, et l’on verra ».

Section 2 : Le droit romain

  • 903 Bien que perdu, Auteserre avait rédigé un dictionnaire des anciens jurisconsultes, v. supra Partie (...)

76La vaste culture d’Auteserre s’étend évidemment à l’univers du droit romain, dont il n’ignore ni les anciens maîtres, ni les récents commentateurs903.

  • 904 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 44; vol. 2, p. 42.
  • 905 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 44; vol. 2, p. 42-43, 307. Il préfère souvent l’opinion de Ma (...)
  • 906 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, pp. 189, 258.
  • 907 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, pp. 19, 25, 41
  • 908 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, pp. 33, 268, 355.
  • 909 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 353.
  • 910 Fictions, Opera, t. 6, p. 95.
  • 911 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 353.
  • 912 Institutes, Opera, t. 7, pp. 5, 311.
  • 913 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, pp. 169, 251, 395.
  • 914 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, p. 336.
  • 915 Fictions, Opera, t. 6, p. 2.
  • 916 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, p. 297, 355, 380.
  • 917 Fictions, Opera, t. 6, p. 6; Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 47.
  • 918 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, pp. 353, 412.
  • 919 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, pp. 76, 84, 158; vol. 2, p. 95.
  • 920 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 349.
  • 921 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, p. 95.
  • 922 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 64.
  • 923 Fictions, Opera, t. 6, p. 78.
  • 924 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, pp. 1, 44, 45. Cujas est l’auteur le plus souvent cité, avec env (...)
  • 925 Institutes, Opera, t. 7, pp. 36, 252. Il se reconnaît en quelque sorte inférieur à lui en écrivant (...)
  • 926 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, pp. 27, 68, 95.
  • 927 Fictions, Opera, t. 6, p. 5.
  • 928 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 349.
  • 929 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, pp. 64, 67, 104.
  • 930 Fictions, Opera, t. 6, p. 78.
  • 931 Fictions, Opera, t. 6, p. 127, 129.
  • 932 Fictions, Opera, t. 6, p. 6.
  • 933 Fictions, Opera, t. 6, p. 78.
  • 934 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 76, vol. 2, p. 266.
  • 935 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 125, vol. 2, p. 403.
  • 936 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, p. 272.

77On relève les noms suivants : Bulgarus (1085-1166)904 ; Martinus († 1167)905 ; Azon (1150-1225)906 ; Accurse (1186-1263)907 ; Odofredus († 1265)908 ; Richardus Malumbra († 1334)909 ; Oldradus († ap. 1337)910 ; Jacobus Butrigarius (1274-1348)911 ; Jean Faure (1275-1340)912 ; Bartole (1313-1356)913 ; Balde (1327-1400)914 ; Bartholomeus Salicetus († 1412)915 ; Paul de Castro († 1441)916 ; Jason de Mayno (1435-1519)917 ; Baptiste Fregoso dit Fulgosius (1453-1504)918 ; André Alciat (1492-1550)919 ; Pierre Rebuffe († 1557)920 ; François Le Douaren (1509-1559)921 ; Francisco Giovanetti dit Zoannetus (1510-1586)922 ; Diego de Covarrubias (1512-1597)923 ; Jacques Cujas (1522-1590)924 ; François Hotman (1524-1590)925 ; Hugues Doneau (1527-1591)926 ; Jacques Menochius (1532-1607)927 ; Louis Le Caron (1534-1613)928 ; Antoine Favre (1557-1624)929 ; Guillaume Ranchin (1559-1605)930 ; Jean de Lacoste (1560-1637)931 ; Joannes Vaudus (XVIème s.)932 ; Valentin Wilelm Forster (1574-1620)933. Il faudrait encore ajouter de fréquents appels à Théodore Balsamon († 1195) en ce qui concerne le droit proprement byzantin. Parmi les glossateurs, il cite encore « Joannes. vetus glossator »934, à distinguer de « Joannes vetus interpres », premier collaborateur de Tribonien935. Auteserre connaît d’ailleurs très bien ces « anciens interprètes », et se permet de gloser, au sujet d’une opinion de Priscus, « un des anciens prudents. Trois portèrent le même nom, à savoir Flavius Priscus, Javolenus Priscus et Neratius Priscus, L. 2, § 44 & § ult. De origin. jur. »936.

  • 937 Institutes, Opera, t. 7, pp. 11, 119, 197.
  • 938 Institutes, Opera, t. 7, p. 243.
  • 939 Fictions, Opera, t. 6, Préleçon du 19 octobre 1656, p. 127.

78S’agissant des « anciens interprètes », il a certes recours à la Paraphrase de Théophile937, mais surtout aux opinions des prudents. Il évoque souvent la « sententia prudentum », l’« interpretatio prudentum » ou les « responsaprudentum ». Les jurisconsultes cités, évidemment en très grand nombre dans ses œuvres de droit romain, le sont d’après le Digeste : Ulpien, Papinien, Paul, Sabinus, Modestin, Nerva, Cassius, Tryphonien, Africain, Pomponius, Proculus, Gaius, Labeo, Celse, Vivianus, Ariston, Javolenus, Marcianus, Marcellus. Il cite en outre Caius Aquilius Gallus, « JC celeberrimo », bien entendu au sujet de la stipulation aquilienne dont il est inventeur, et de laquelle il donne la formule938. De même qu’en histoire il affirmait chercher d’abord la vérité historique, en droit romain aussi il se fait gloire de cette quête. Ainsi, commentant la loi Cum societas (D. 17, 2, 69) il rapporte les jugements de Cujas, Favre et Lacoste et expose : « Bien que conscient de ne pas être leur égal – et je leur suis tellement redevable que je ne prétends pas rivaliser avec mes maîtres et professeurs (dominis & magistris meis) – cependant je suis mû par l’étude de la vérité, et je dois mettre en lumière devant l’Académie ce qui m’a autrefois passé par l’esprit »939.

  • 940 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 74, observation sur Lib. 4, cap. 24.

79Auteserre n’écrit pas une histoire du droit romain, mais il rapporte çà et là quelques éléments nécessaires à sa compréhension. Par exemple, il explique l’incise Juris lectione peritum qui se lit chez Grégoire de Tours : « Il loue le patrice Celse d’être savant en droit. Il use d’une même louange, un peu plus loin, pour Andarchus : Nam de operibus Virgilii. legis Theodosianae libris. artemque calculi adplene eruditus est. Il dit loi Théodosienne, car à cette époque, l’étude des Pandectes du droit civil était obsolète, et seul le Code Théodosien était objet d’étude. C’est pour cela que Sidoine note que Seronatus, contempteur du droit romain, foulait aux pieds les lois théodosiennes [...]. Les sénateurs, et les autres nobles, qui devisaient sur la république, devaient étudier le droit romain, et en être suffisamment connaisseurs, car il était impossible de s’occuper de la République en étant ignare du droit romain, duquel se tire la meilleure science du gouvernement, comme Rutilius Namatianus l’atteste »940.

80Tentons de retracer la méthode suivie par Auteserre dans ses leçons de droit civil prodiguées à l’université, et la place qu’il accorde à ce droit (§ 1), avant de s’attacher à un point précis et technique, qu’il examine en détail, les fictions de droit (§ 2).

§ 1. La place du droit romain

  • 941 ST. Uomini, « Enjeux historiographiques des représentations nobiliaires : l’exemple des épîtres déd (...)
  • 942 Il y a exactement sept dédicaces sur douze qui y ont trait : une à Séguier (1659), une à Lamoignon (...)
  • 943 Fictions, Opera, t. 6, Dédicace, p. XXL
  • 944 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, Dédicace, p. 3.

81Un premier aspect de la place du droit romain dans l’œuvre d’Auteserre peut être abordé d’après ce qu’il en dit dans ses épîtres dédicatoires, qui souvent établissent un lien thématique entre le dédicataire et le sujet du texte préfacé941. Il est fort intéressant de constater que plus de la moitié des dédicaces font mention de la science du droit ou de son enseignement. Tous les grands dédicataires sont au moins une fois concernés942. Cet aspect des choses est très révélateur de l’esprit d’Auteserre, professeur des deux droits, attaché à la supériorité scientifique du droit romain. Il revient d’ailleurs à deux reprises sur « l’erreur populaire qui imaginait royale offensée si l’on entendait la loi romaine comme une loi étrangère et hostile »943. Il déclara au roi, dans une magnifique pétition de principe : « Les lois seront entendues même dans la capitale, non en tant qu’étrangères mais en tant que nationales, ou du moins, nées à nouveau avec un fondement solide. L’erreur des anciens est rejetée, qui croyait la Majesté royale heurtée par l’admission d’une loi étrangère. Cette sentence est mieux assise, qui fait sien et propre tout ce qui profite à la République. Et la loi romaine est reçue non à titre de loi, mais comme raison écrite, qui est commune à tous les mortels, qui ne commande pas mais conseille »944.

  • 945 Sur cette affaire, v. J. Krynen, « Le droit romain, “droit commun de la France” », Droits, no 38, 2 (...)
  • 946 Fictions, Opera, t. 6, Dédicace, p. XXI.
  • 947 Anastase, Opera, t. 3, Dédicace, p. XV.
  • 948 Clémentines, Opera, t. 5, Dédicace, p. 159.
  • 949 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, Dédicace, p. LIII. Cette dédicace date du 4 octobre 1678. Le 10 (...)
  • 950 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, Dédicace, pp. 3-4.

82Ainsi, en ce qui concerne la grande affaire du rétablissement de l’enseignement du droit romain à Paris945, il loue Lamoignon par qui, « heureusement, le Droit romain exilé hors des frontières françaises a été restitué [...]. Car les Francs se sont mis sous son empire, qui, auparavant à peu près oublié, a ressuscité, et nous a en quelque sorte rendu, non sans augure, l’empire romain »946. Il encense Le Tellier qui s’applique « par un zèle singulier [...] à restituer le Droit civil »947 et apostrophe Le Peletier en ces termes : « Que s’accroisse de jour en jour la gloire du Droit civil qui nous a été rendu, jusqu’à faire pâlir même les romains ! Que ta postérité sache que tu fus un des juges donnés par le Prince, et que ton apport à cette affaire ne fut pas mince »948. Si, en 1678, à la veille du rétablissement de l’enseignement du droit romain à Paris, Auteserre espère du roi « les bienfaits de la paix et la pleine restitution des études, qui est l’ornement de la paix »949, en 1682 il ne peut qu’exulter : « Il est arrivé opportunément ce jour où, les frontières de la France étant rétablies, Vous avez restitué le Droit civil des Romains avec une telle célérité heureuse, que jamais plus on ne le voie exilé, tant est élevé le pouvoir du Grand Prince ! [...] Nous regardons tout cela avec d’autant plus d’étonnement, Roi Très-Chrétien, que vous avez conçu la paix et la discipline des études parmi le tumulte des guerres [...]. Vous rivalisez avec Justinien, qui, une fois la guerre achevée contre les Perses et les Vandales, et la ville de Carthage reprise, composa la grande œuvre du droit civil »950.

  • 951 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, Dédicace, p. LII.
  • 952 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, Dédicace, p. 3.
  • 953 Fictions, Opera, t. 6, Pars secunda, Dédicace, pp. 75-76.
  • 954 Institutes, Opera, t. 7, Dédicace, p. XXII.
  • 955 Ph. Tamizey, Lettres..., IV, p. 27. Cette mention « commentarium [...] quem proxime in scholis majo (...)
  • 956 Clémentines, Opera, t. 5, Dédicace, p. 159.

83Ses dédicaces soulignent un autre aspect de son œuvre, l’aspect professoral. Au sujet de Claude Tryphonien, et de ses « vingt-et-un livres de disputes, tirés de diverses parties du Digeste et du Code », la preuve est évidente : « Dictata in scholis Tolosanis »951. Et ses récitations sur d’autres parties des monuments justiniens forment un second tome de « lectionum juris civilis »952. Le premier volume portant sur les fictions ne dit rien à ce sujet, mais le second lève le voile sur ces récitations : « Ce ne sera pas peu [...] si, par la même obligeance que pour les cinq premiers traités, tu recevais ceux-ci. J’en ai bien d’autres en main, pour lesquels je t’envoie la liste, tirés des diverses parties du Digeste, et qui n’ont pas encore été mis au jour, que j’ai autrefois dictés et expliqués à l’Université, mais qui mériteraient un meilleur sort »953. Son commentaire des Institutes est lui aussi le fruit de son enseignement : ce sont « les rudiments du droit civil, naguère expliqués à l’Université de Toulouse »954. Cela n’est toutefois pas propre au droit romain, car ses œuvres de droit canonique proviennent aussi, pour une large part, de son activité universitaire. Ainsi, ses explications des décrétales d’innocent III sont issues, « pour la plus grande part, de mes leçons à l’Université »955, et le « bref commentaire sur les Clémentines [fut] autrefois dicté et exposé dans les écoles toulousaines »956.

  • 957 Fictions, Opera, t. 6, Préleçon du 19 octobre 1656, p. 128.
  • 958 Fictions, Opera, t. 6, Préleçon du 19 octobre 1656, p. 131.
  • 959 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, p. 374.
  • 960 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, pp. 375-376.
  • 961 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 373.

84Auteserre est attentif aux variantes textuelles du Corpus iuris, et en connaît les diverses lectures, celle de la vulgate, « vel ut legitur in Florentinis »957. Habituellement, quand il s’agit de choisir, il donne sa préférence aux « Florentinae pandectes »958. Par exemple, il écrit au sujet des restitutions d’héritage : « C’est ainsi qu’il faut mieux lire, d’après la Florentine, fundus alienus erat, que ce qu’il y a dans les codes ordinaires, fundus alienatus erat »959. Plus simplement, il se contente d’écrire : « [...] excepit, seu reservavit (sic enim legendum, perperam vulgati codices excolverit) »960. Il ne laisse son jugement en suspens qu’une seule fois : « [...] comme on le lit dans les Florentines, bien que l’une et l’autre lecture soient défendables »961.

  • 962 De laudibus utriusque iuris. Oratio in aperiendis scholarum Nov. 1642, Bibliothèque de la Sorbonne, (...)
  • 963 Hormis le traité sur les fictions, faisant de rares appels au droit canonique, le reste du corpus r (...)
  • 964 Innocent III, Opera, t. 10, p. 534, commentaire sur X, 3, 8, 5.
  • 965 Innocent III, Opera, t. 10, p. 535, commentaire sur X, 3, 8 ,6.
  • 966 Innocent III, Opera, t. 10, p. 539, commentaire sur X, 3, 8, 8.
  • 967 Innocent III, Opera, t. 10, p. 544, commentaire sur X, 3, 8, 11.
  • 968 Innocent III, Opera, t. 10, p. 551, commentaire sur X, 3, 10, 7.
  • 969 Innocent III, Opera, t. 10, p. 558, commentaire sur X, 3, 12, 1.

85Le droit romain est, chez Auteserre, tout à la fois sujet d’étude et mode de preuve. L’on peut le rapprocher du professeur parisien chargé de l’ouverture des Ecoles en 1642, ayant le même état d’esprit : « Je dis audacieusement que le droit des Pontifes ne se peut parfaitement entendre sans les lois [romaines], qui sont la moelle des lois ; que le droit canonique est le droit civil mis en pratique, et que l’on ne parvient à comprendre les sacrés canons que par les lois »962. Outre ses cours, le droit romain occupe une place de choix dans l’œuvre d’Auteserre, notamment dans ses commentaires de droit canonique ; or l’inverse n’est pas vrai963. Ainsi, nombre d’explications du droit des papes sont tirées du droit des césars, parfois sous forme de maximes ou d’apophtegmes juridiques : « Sans l’action de celui de qui il s’agit, la prescription ne court pas »964 ; « La possession tient plus lieu de fait que de droit »965 ; « On n’écoute pas celui qui relève sa propre turpitude [...] invoque vainement la loi celui qui la viole »966 ; « Ce qui est directement interdit, ne peut être indirectement opéré »967 ; « La remise n’est pas une donation »968 ; « Le dol est présumé dans les affaires réglées en cachette [...] contre une présomption de droit, on n’admet pas la preuve contraire »969.

  • 970 Innocent III, Opera, t. 10, Dédicace, p. XV.
  • 971 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, Dédicace, p. 3.

86S’il se félicite d’avoir « lavé de la saleté et de la poussière des petites gloses » les décrétales d’innocent III970, il expose plus en détail sa manière de traiter le droit romain dans sa seconde dédicace à Louis XIV : « Par Vous a été instaurée avec succès la méthode d’apprentissage du droit κατα ποδά, pied à pied, imposée par Justinien, laquelle j’ai toujours suivie et je tenais religieusement, rejetant la masse des commentaires, qui obscurcissent plus l’esprit qu’ils ne l’élèvent, et recouvrent plus les lois de ténèbres que de lumières »971.

  • 972 Auteserre dit glossographis, que nous traduisons par glossateur, plutôt que par glossographe (« cel (...)
  • 973 Préleçon no I, Opera, t. 5, p. 227.
  • 974 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, p. 386.
  • 975 DJE, Opera, t. 1, lib. 2, cap. 5, p. 37.
  • 976 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 353.
  • 977 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 354.

87Il ne se gêne pas pour critiquer les glossateurs, notamment en public. En 1653, lors de la rentrée universitaire, il prononce la « praelectio solemnis » sur la décrétale Constitutus (X, 1, 41, 9). D’emblée, il s’attaque de manière inattendue aux décrétalistes italiens : « Les faits de ce chapitre sont très célèbres, tant dans les écoles qu au palais, mais les glossateurs972 l’ont maladroitement compris, par méconnaissance du droit français, dont les arguments les plus pertinents se trouvent cachés dans le contexte. Il n’est pas étonnant qu’ils aient échappé à ces Transalpins, qui, admirant tellement les leurs, persiflèrent les nôtres. Ainsi, de par l’ignorance des choses qui leur sont extérieures, ils sont immanquablement tombés [dans l’explication] de nombreuses parties de ce droit »973. Il poursuit sa charge en déroulant la conséquence de leur faute : « Les interprètes des décrétales des Pontifes, par ce vice, ont bien plus souillé leur œuvre qu’ils ne l’ont illustrée ; et ils les ont bien plus recouvertes de ténèbres que mises en lumière ». S’il sait parfois reconnaître les bienfaits de la glose, « ut recte notat glossa hic »974, il s’emporte maintes fois contre elle, « ut stulte Glossae comminiscitur »975. Bien souvent, il critique la grande glose et commence son commentaire par une phrase du type : « Male Accursius hoc casu sensit »976. Au sujet des stipulations du double, il écrit : « Accurse n’a malheureusement pas assez fait attention à la signification de ce mot, noxa ou noxia [...] »977.

  • 978 Institutes, Opera, t. 7, lib. 1, cap. 1, p. L

88Toutefois, à l’instar des glossateurs, Auteserre suit dans son enseignement l’ordre logique du texte romain. Commentant le titre De justifia et jure des Institutes, il procède d’abord à la manière ancienne en expliquant la signification des termes les uns après les autres. Ainsi écrit-il : « Justinien, devant livrer les rudiments du droit, commence par donner une définition de la justice, tirée d’Ulpien [...] : la justice est la volonté constante et perpétuelle de rendre à chacun son dû. La justice est définie comme une volonté constante et perpétuelle, c’est-à-dire une habitude de droite volonté et une affection de l’âme faisant rendre à chacun son dû. Constante et perpétuelle, cela veut dire qu’elle se trouve en tout et pour tout : qui cultive la justice en un domaine, et pèche dans un autre, ne peut être appelé juste »978. Une référence à saint Augustin, fustigeant les « faux pénitents » vient renforcer l’autorité naturelle du droit écrit. Il poursuit son exégèse : « La justice est donc une volonté ; bien que la justice soit principalement tournée vers les actes, cependant, il faut d’abord regarder la volonté et l’intention de l’agent. La volonté est reine, et dirige tous les actes, L. In conditionibus [D. 35, 1, 19] ».

  • 979 Institutes, Opera, t. 7, lib. 1, cap. 2, p. 4.
  • 980 Institutes, Opera, t. 7, lib. 1, cap. 2, pp. 5-6.

89En respectant fidèlement l’ordre des Institutes, Auteserre s’attache ensuite à définir ce qu’est la jurisprudence, à établir la distinction entre le droit public « quod ad statum rei Romanae, id est Romanae civitatis spectat », et le droit privé « quod ad singulorum utilitatem pertinet », à différencier le droit naturel, le droit des gens et le droit civil. Toujours en suivant, il donne des éclaircissements sur les sénatusconsultes : « Il est indubitable que le Sénat puisse créer du droit, et je m’étonne de ce que les clairvoyants Guillaume Maran et Jean de Lacoste l’aient malheureusement entendu d’une seule puissance de faire la loi. A cette époque, le Sénat avait perdu ce droit de faire la loi, qui était le propre du Prince »979. Il disserte ensuite sur l’évolution historique du rôle du Sénat : « Durant la république, le Sénat ne jugeait pas des causes des personnes privées, comme le dit Cicéron [...]. Grandi par la puissance des Princes, le Sénat, pour ne pas rester oisif, commença de connaître de certaines causes, qui, bien souvent, lui étaient habilement confiées par le Prince. Ainsi, Tibère envoya au Sénat la cause de [Gnaeus Calpurnius] Piso dans l’affaire de la mort de Germanicus, comme le raconte Tacite [...]. Ensuite, Néron attribua au Sénat la connaissance des causes d’appel [...] et d’après l’oratio d’Hadrien, l’on ne peut appeler du Sénat [...]. Et c’est ce que voulut Ulpien, L. Non ambigitur [D. 1, 3, 9] en disant ne pas douter que le Sénat puisse créer du droit. Le Sénat crée du droit à cause de l’autorité de la chose jugée, parce qu’on n’appelle pas du Sénat ». Sa description des autres sources du droit est assez commune, et ne présente pas d’originalité particulière. Il différencie très classiquement les constitutions des Princes, « qui ont force de loi », les lois établies « par rescrit », par décret ou par édit, le droit prétorien, les « réponses des prudents » et la coutume980.

  • 981 Institutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 1, p. 91.
  • 982 Institutes, Opera, t. 7, lib. 1, cap. 22, p. 46.
  • 983 Institutes, Opera, t. 7, lib. 1, cap. 24, p. 53.

90Une fois franchie cette étape liminaire, Auteserre revient à un mode d’exposition plus proche du mos gallicus, où le droit est expliqué par le droit et l’histoire, pas seulement par le recours aux autorités et la définition précise et systématique de tous les mots. Il n’abandonne cependant ni l’un ni l’autre, et Ton remarque deci de-là son souci didactique d’expliquer les termes problématiques. Mais même dans ce cas, sa glose prend bien souvent l’aspect d’une interprétation par d’autres lois, comme lorsqu’il traite « du marchand qui dépose ce qu’il a vendu dans un horreum ». Il s’empresse d’invoquer la L. 3, § Effracturae, Dig. De offic. praefect. vigil. (D. 1, 15, 3, 2) pour éclaircir ce terme : « Horrea sunt cellaria. in quitus merces & aliae res pretiosiores reponebantur »981. Le plus souvent, il cite en exemple les mœurs ou les anciennes dispositions rapportées par les auteurs antiques, afin de fortifier la norme romaine. Par exemple, lorsqu’il traite de la fin de la tutelle par l’adrogation d’un pupille, au sujet du titre 22 du livre 1er des Institutes, il invoque en sus la loi Si adrogati du Digeste (D. 26, 1, 14), la loi Pupillum, tirée des Regulis juris (D. 50, 17, 111) ; mais il ajoute cinq littérateurs : « Quod variis exemplis illustrari potest. ex Tacit. 5. annal. Dione lib. 47. Pausan. in Arcad. Quintil. lib. 5. instit. cap. 9. & Apul. apolog. 2 »982. Quand il évoque le pouvoir des magistrats municipaux de forcer les tuteurs ou curateurs à exercer une prise de gage, la pignoris capio, il écrit : « Les Pontifes suprêmes ont aussi ce droit sur les flamines et les autres prêtres (sacrificulos), comme le rapporte Tite-Live, au livre 37 [...]. Les consuls ont le même pouvoir sur les sénateurs contumaces, absents du sénat, comme le dit Cicéron, dans ses Philippiques »983.

  • 984 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 1: « Tryphoninus scripsit notas ad libres Scaevolae digestoru (...)
  • 985 L’éditeur napolitain confirme ceci: « Item, quod Alteserra commentaturus unius legis initium, aut u (...)
  • 986 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, Ad tit. De aedil. edict., pp. 294-349.
  • 987 BMT, ms 659, f° 49 v° : « Qu’ils conviennent ensemble au commencement de l’année des choses qu’ils (...)
  • 988 Si les trois derniers volumes de droit romain sont perdus, néanmoins leur sommaire a été conservé, (...)

91Ses deux volumes de récitations sur le droit romain s’articulent de manière légèrement différente, bien qu’ils soient aussi le fruit de ses enseignements. Tout d’abord Auteserre s’emploie à commenter tous les extraits, repris au Digeste, des vingt-et-un livres de disputes que Tryphonien avait rédigés. C’est en vue, dit-il, de favoriser l’intelligence du droit romain984. Il reconstitue ainsi cet ouvrage, selon l’ordre logique des livres. Ensuite, il commente un titre du Digeste ou du Code, et dans ce titre examine les lois les unes à la suite des autres985. Il s’affaire aussi à reconstituer le De aedilitio edicto, dont des fragments épars subsistent dans le Digeste986. Ce faisant, il applique les manières de faire en usage à Toulouse, où la taxatio puncti s’opérait chaque année, attribuant à tel professeur d’enseigner telle partie du Code ou du Digeste987. L’on peut donc en déduire qu’Auteserre ne reprenait pas ses cours d’une année sur l’autre, car en trente-cinq ans de carrière, il rédigea des commentaires sur 89 titres988 Cela implique évidemment des répétitions, puisque certains titres sont commentés deux fois, comme pour l’usure, les évictions, le sénatus-consulte Trébellien, présents à la fois dans le Code et dans le Digeste.

  • 989 Fr. de Boutaric, Les instituts de Justinien conférés avec le droit françois, Toulouse, 1738, p. 24. (...)
  • 990 Institutes, Opera, t. 7, lib. 3, cap. 9, p. 194.
  • 991 Institutes, Opera, t. 7, lib. 3, cap. 21, p. 222.
  • 992 Institutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 18, p. 153. Sur la légitime, v. M. Peguera Poch, Aux origines (...)

92Le droit romain tel qu’Auteserre l’enseigne est celui des compilations justiniennes, à qui il donne valeur de loi positive. La différence est notable avec les auteurs ou les professeurs de droit français qui traitent cette même matière des Institutes. Quand Boutaric résume en une phrase : « Tout ce qui est dit en ce Titre [...] est absolument inutile, & n’est d’aucun usage parmi nous », Auteserre y consacre plusieurs pages989. De plus, lorsque celui-ci étudie la législation impériale, il emploie le présent et ne craint pas d’affirmer, par exemple : « Aujourd’hui, l’adition d’hérédité, comme la pétition d’hérédité, est perpétuelle, c’est-à-dire qu’elle n’est pas ôtée par une prescription de longue durée, mais cependant elle est prescrite par trente ans, L. Licet incontinenti [C. 6, 30, 8] »990. Quelques lignes plus loin, au sujet des délais d’action, il ajoute : « Aujourd’hui, il n’est plus donné neuf mois par le préteur, ni plus d’un an par le Prince ». Cependant, il prend parfois soin, dans le même paragraphe, de préciser « et hoc juris servatur apud nos ». Un autre modèle de l’actualité du droit romain selon Auteserre est fourni par l’exceptio non numeratae dotis, dont le régime remonte au droit post-justinien : « Aujourd’hui, cette exception [...] ne peut être opposée après dix ans, selon la novelle 100, cap. 2 »991. Enfin, dernier exemple de cette façon de voir les choses, à propos de la légitime. Il oppose l’ancien droit, « olim legitima erat quarta », et les dispositions « jure novissimo », c’est-à-dire la novelle 1 8992.

  • 993 Institutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 10, p. 120.
  • 994 Il cite ailleurs des coutumes toulousaines, sans les rattacher au jus commune, au sujet de la répét (...)

93Quand bien même une coutume ou une loi s’oppose à une décision impériale, Auteserre rattache cette exception au droit romain lui-même. Par exemple, au sujet des testaments, il rapporte les formes romaines prescrites pour la confection des testaments solennels, l’existence et la définition des testaments olographes, et les modalités qui entraînent un testament à n’être qu’imparfait, « à savoir un testament moins solennel, n’ayant pas sept témoins »993. Il s’empresse d’ajouter, invoquant au passage les consultations de Cujas : « Qui plus est, d’après les coutumes toulousaines, deux ou trois témoins suffisent en matière testamentaire, car pour les testaments solennels, il faut utiliser les lois ou les coutumes du lieu, L. Si non speciali [C. 6, 23, 9] [...] de la même manière que pour les contrats »994.

  • 995 Institutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 20, p. 156.
  • 996 Institutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 20, p. 157.

94Un dernier exemple de cette manière de procéder est tiré de ses commentaires sur les legs. Ce ne sont pas moins de sept paragraphes qui commencent par Olim, mais qui traitent tous du droit antéjustinien. Un paragraphe débute explicitement par Ante Justinianum :» [...] Autrefois, il y avait quatre genres de legs, per vindicationem, per damnationem, per finendi modum & per praeceptionem »995. On lit ensuite : « Par une constitution de Constantin et de ses fils Constance et Constant, la solennité des paroles fut supprimée pour les legs, de sorte que l’on pouvait léguer par n’importe quelles paroles, L. In legatis [C. 6, 37, 21] [...] et par une constitution de Justinien, fut supprimée la différence qui existait entre les legs et les fidéicommis, et furent données trois actions »996.

  • 997 Institutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 10, p. 124.
  • 998 Institutes, Opera, t. 7, lib. 4, cap. 16, p. 303.
  • 999 Institutes, Opera, t. 7, pp. 104, 118, 269.
  • 1000 Institutes, Opera, t. 7, pp. 136, 174, 207.
  • 1001 Institutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 6, p. 104.
  • 1002 Institutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 7, p. 110.

95Quand l’occasion s’offre à lui, Auteserre n’hésite pas à souligner que le droit romain est passé tel quel dans le droit français. Concernant la vaste matière des testaments, il écrit : « Celui qui écrit ou qui scelle le testament peut être témoin de ce testament, L. Domitius [D. 28, 1, 27], cependant, il ne peut rien ajouter pour lui dans ce même testament [...] ce qui a été approuvé par les constitutions des rois (art. 63 de l’ordonnance de Blois, art. 27 de l’ordonnance d’Orléans) »997. A propos des citations en justice, il expose les modalités de l’assignation, « par précepte judiciaire, par personne idoine [...] devant la personne ou à son domicile », et ajoute discrètement : « Quod constitutione regia sancitum est »998. Il constate cependant les dissonances entre le droit romain et le droit français, les introduisant diversement par « Quod non servari in Gallia »999 ou « In Gallia [les dispositions romaines] locum non habent »1000. Au sujet des prescriptions des actions hypothécaires, ramenées de 30 à 40 années par Justinien (L. Cum notissimi, C. 7, 39, 7), il note : « Ceci n’est pas utilisé en France, en effet toutes les actions, même hypothécaires, s’éteignent par une seule prescription de trente années »1001. En ce qui concerne l’insinuation, Auteserre en trace l’historique avant d’aborder le droit positif : « Autrefois, aucune donation ne requérait l’insinuation. Constantin, le premier, voulut que toute donation, soit directe (c’est-à-dire entre vifs), soit à cause de mort, soit pure, soit conditionnelle, fût insinuée [...]. Après Constantin, Théodose voulut que, parmi les donations, seules celles d’un montant supérieur à 200 deniers d’or fussent insinuées [...] Après Théodose Ier, Justinien décida que les donations se feraient sans insinuation jusqu’à 300 deniers d’or [...] puis porta ce seuil à 500 deniers d’or [...]. Par constitution royale, toutes les donations entre vifs requièrent une insinuation, à peine de nullité, excepté les donations de meubles. Mais d’après le droit qu’observe le parlement de Toulouse, l’exception de non-insinuation d’une donation ne peut être opposée que par les créanciers »1002.

  • 1003 J.-L. Thireau, « L’enseignement du droit et ses méthodes au XVIème siècle. Continuité ou rupture ?  (...)
  • 1004 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 332.
  • 1005 Institutes, Opera, t. 7, lib. 1, cap. 19, p. 40. Il écrivait ailleurs, sur le même sujet : « Ce qui (...)
  • 1006 Institutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 20, p. 164.
  • 1007 Institutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 13, p. 133.
  • 1008 Insdtutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 11, p. 126.
  • 1009 Insdtutes, Opera, t. 7, lib. 3, cap. 11, p. 195.

96Quand bon lui semble, empruntant principalement à Cujas et à Favre, Auteserre reprend et fait sien le travers humaniste de la recherche systématique des interpolations, « souvent accompagnée d’une polémique acerbe contre Justinien et son ministre Tribonien »1003. Une de ses gloses souligne qu’« Interpolare est vetera in novam formam mutare »1004. Au sujet de la tutelle, il remarque qu’« un frère ne gère pas la tutelle de son frère émancipé, à moins qu’il n’ait un âge parfait [...] qui sont des mots ajoutés par Tribonien, car avant Justinien, il pouvait être donné un tuteur mineur de 25 ans, mais il s’abstenait jusqu’à ce qu’il ait 25 ans, et pendant ce temps, il était donné un curateur »1005. Traitant de la condition dont dispose un testateur, à savoir l’option, il emprunte les mots de Justinien pour en faire une « option personnelle », et souligne au sujet de « ce que dit Paul sur la L. Illud aut illud [D. 33, 5, 19] » : « sapit manum Triboniani [...] de sorte à accommoder ce passage de Paul avec la constitution de Justinien »1006. Sur les enfants posthumes, il note que « le testament est rompu par l’agnation du posthume, à moins qu’il n’ait été institué nommément ou exhérédé [...] où l’on reconnaît la main de Tribonien, parce qu’il était écrit posthumi virilis sexus, et qu’il l’a remplacé par posthumi per virilem sexum descendentes »1007. Autre exemple de modification à propos du testament des militaires : « Avant la constitution de Justinien, les soldats pouvaient tester de par le droit militaire, à toute époque, même en dehors des expéditions, L. Quod constitution [D. 29, 1, 21] Ce qui est attribué à Constantin par la L. Milites [C. 6, 21, 15], que les soldats ne puissent tester que durant les expéditions, quoi qu’ils puissent ou qu’ils veuillent, sent la main de Tribonien. Et en effet, Justinien reconnaît être l’auteur de ce droit »1008. Relativement à la cretio, il se montre assez bon critique. Après avoir développé cette forme solennelle d’adition d’hérédité, il développe : « C’est pourquoi il faut ajouter à la formule de la cretio donnée par Ulpien les mots : in diebus centum proximis, quibus scieris. poterisque. De là, il faut corriger ce passage de Cicéron, Sur l’art oratoire : Uti in conditionibus scribi solet. quibus sciam, poteroque, où il faut lire in cretionibus. De même Tribonien a remplacé credo par conditio, dans la L. In plurium [D. 29, 2, 70], pour abolir les vestiges de l’ancien droit, alors que les solennités de la cretio avaient déjà été abolies »1009.

  • 1010 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 180.
  • 1011 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, p. 275.

97Un possesseur de bonne foi faisant construire un immeuble sur le terrain d’un autre peut-il récupérer ses dépenses ? Cette question fut résolue négativement par Julien, mais « un tempérament fut apporté par Tribonien »1010. De même, si Titius vend un immeuble, puis le récupère par restitutio in integrum, et qu’entre temps l’acquéreur ait embelli ce bien, peut-il récupérer ses embellissements ? « Le même tempérament doit être observé ici [...] mais tous ces passages ne manquent pas d’être suspects », c’est-à-dire interpolés. Sur le problème inhérent à un transfert de droits d’un fidéicommissaire à un second, l’avis d’Ulpien était combattu par ceux de Julien et de Marcianus, or, dans le texte du sénatus-consulte Trébellien rapporté par le Digeste, au paragraphe de illo, « il est dit que la sentence de Marcianus et de Julien plaît à Ulpien, mais ceci est clairement de Tribonien. Ulpien pensait différemment [...]. En vérité, cette controverse entre anciens est éteinte par la constitution de Justinien [...] qui détermine qu’au cas où le premier fidéicommissaire soit appelé à restituer un autre héritage, ipso jure, les actions utiles sont transférées de celui-ci à un second fidéicommissaire »1011.

  • 1012 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, p. 237.
  • 1013 Redtationes, Opera, t. 8, vol. 2, p. 270.
  • 1014 Redtationes, Opera, t. 8, vol. 2, p. 325.

98En outre, Auteserre entreprend parfois la défense des interpolations, par exemple lorsqu’il est question de l’héritage d’un esclave : « Il n’est pas supportable qu’Antoine Favre nie, dans ses conjectures (lib. 8, cap. 7), qu’il soit donné une action contre un héritage, parce que ces derniers mots sont des ajouts de Tribonien, car, en effet, ce n’est pas sans une grande nécessité que les lois sont tronquées ou triturées »1012. Il revient plus loin sur ce même texte, en écrivant : « Ces mots ont été ajoutés, et sont une pure invention de Tribonien, comme l’a lucidement observé Favre »1013. Dans d’autres circonstances, il se contente de rapporter le changement de législation intervenu : « Ce à quoi réfère Tribonien [...] est complètement étranger à l’ancienne jurisprudence »1014.

  • 1015 Redtationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 68.
  • 1016 Redtationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 69.
  • 1017 Redtationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 118.

99A l’inverse, il lui arrive de revenir sur des accès par trop critiques de ses devanciers rejetant immodérément une disposition pour cause d’interpolation. Une disputatio de Tryphonien propose le cas où un père agit pour son fils par le biais d’une querela inofficiosi testamenti contre le testament de la mère, testament qui contient cependant un legs pour le père. Perd-il ce legs au profit de son fils s’il succombe à l’action ? Expliquant ce casus, Auteserre abonde dans le sens de « l’élégante raison » donnée par Tryphonien, à savoir que le père ne perd pas son legs, « quoi qu’en dise, en sens contraire, Antoine Favre, qui croit ici que tout ce paragraphe vient de Tribonien »1015. Auteserre se base sur un autre passage de Tryphonien, employant des termes semblables, pour conclure : « A partir de quoi est clairement évincé ce que dit imprécautionneusement Favre, attribuant ces mots à Tribonien, alors qu’ils sont familiers à notre auteur, et sentent la vraie et pure latinité »1016. Cujas aussi se voit convaincu de péché hyper-critique : « Il ne faut pas écouter ce que dit Cujas ici, sur la loi Cum de indebito au Digeste [D. 22, 3,25], croyant que ce mot sent (subolere) Tribonien. Visio, ou visus, est un mot connu des anciens, ayant le sens de raison (animi), comme le dit Augustin [...] : Hic videre solet pro generali sensu poni. non solum corporis, verum etiam animi »1017. Cette manière de feindre en employant des formules telles que « solerepro », « habere pro », « ut si », est celle à laquelle Auteserre s’est spécialement attaché dans son traité sur les fictions.

§ 2. L’étude des fictions de droit

  • 1018 Sur l’ancienneté du procédé, v. G. Boyer, « De la fiction dans l’ancien droit oriental », Mélanges (...)
  • 1019 Ce traité, rédigé en latin, occupe 126 pages in-4° dans la réédition napolitaine, réunissant les de (...)
  • 1020 Fr. Todescan, Diritto e realtà. Storia e teoria della fictio iuris, Padoue, 1979, p. 141.
  • 1021 Fr. Todescan, op. cit., p. 144. Il écrit en outre (p. 143) : « La réduction de la théorie de la fic (...)
  • 1022 J. Bart, « Fictio juris », Littératures Classiques, no 40, 2000, p. 26. Parmi les auteurs contempor (...)

100L’ouvrage de droit civil d’Auteserre qui a connu la plus vaste diffusion, et qui fut le plus commenté, est consacré à cette ancienne technique qu’est la fiction de droit1018. Car c’est une grande nouveauté que son traité De fictionibus juris1019. Sur cette matière, bien que les « premières tentatives de construction systématique » fussent entreprises par Alciat, celles-ci restaient parcellaires1020. De même, le petit ouvrage de Bartolomeo Felipe, Eruditum et ingeniosum de Fictionibus opusculum, de 1536, comportant seulement soixante pages au format in-octavo, se résumait à une réflexion à propos de la stipulation tacite, dite stipulation fictive ou présumée. C’est pourquoi l’historien de la fiction juridique qu’est Franco Todescan n’a pas craint d’attribuer à Auteserre les honneurs de la paternité d’une réflexion d’ensemble sur la question1021. Jean Bart a confirmé que « des situations de plus en plus nombreuses sont alors considérées comme des fictions, au point que celles-ci font l’objet, au XVIIème siècle, d’un véritable traité érudit, sous la forme De fictionibus juris libri septem d’Antonius Dadinus Altaserra [sic], canoniste toulousain prolixe »1022.

  • 1023 I. Maclean, « Legal fictions and fictional entities in Renaissance jurisprudence », dans E. Kessler (...)
  • 1024 Fictions, Opera, t. 6, Praefatio editionis Halensis, p. XX.
  • 1025 Eisenhart s’éonnait au plus haut point qu’un tel jurisconsulte n’ait pas trouvé place dans les biog (...)

101L’œuvre d’Auteserre eut-elle un retentissement fulgurant ? Il est permis de soulever cette question, car Ian Maclean discerne trois époques dans l’étude des fictions de droit : 1480-1530 ; 1530-1650 ; 1650-1730, dont seule la dernière provoque la systématisation de ce concept. Il fait justement commencer la dernière époque par les travaux de notre jurisconsulte, qui publia les cinq premiers traités en 1659, et le deux derniers en 1679. En outre, il affirme : « In the thirdperiod. fiction emerges as a popular topic for dissertations », sans pour autant attribuer à Auteserre le déclenchement de cette nouvelle passion1023. La liste qu’il dresse des auteurs ayant entrepris des commentaires ou de véritables traités est éloquente, longue de ving-et-une entrées, principalement des professeurs allemands ou hollandais. De plus, le traité d’Auteserre fut deux fois réimprimé, par Johann Friedrich Eisenhardt en 1769, et par Marotta en 1777, dans les œuvres complètes. Le savant professeur d’Helmstadt y ajouta une préface élogieuse, qui fut reprise dans l’édition de 1777, vantant le « libellant eruditissimi Tolosani Antecessoris », dont il justifiait la réimpression parce que, « du consensus unanime des érudits, Auteserre s’élève au-dessus [des autres] »1024. Il qualifiait ainsi le libellum : « Cet ouvrage est élégant, comme les autres de cet homme, dont l’érudition et l’empressement insigne à démêler les choses de l’Antiquité fut loué [...] et dont les écrits, [sont] riches d’une érudition sans pareille »1025.

  • 1026 Fictions, Opera, t. 6, Dédicace, p. XXI.
  • 1027 Fictions, Opera, t. 6, Pars secunda, Dédicace, p. 76.

102Auteserre, dès l’épître dédicatoire, tient à définir son propos et à justifier sa démarche : « Que sont, en effet, ces fictions sinon des remèdes du droit, des εύρήματα [médicaments] de juristes, par lesquels ils se débarrassent des cas trop difficiles, et des clefs dorées qui ouvrent les secrets de la Jurisprudence. Les fictions, accusées de dol et de fraude, sont le lien, non pas tant de l’art mais de l’économie du droit, qui maintiennent l’assemblage de tout le droit »1026. Il recherche explicitement, en la personne du président du parlement de Paris, « un protecteur et un vengeur des calomnies des ignorants ». La seconde partie de son ouvrage contient aussi une dédicace intéressante, où il décrit son cheminement : « L’ouvrage s’est accru de longues lectures et méditations, qui paraissaient déborder de mes mains. Le corps du droit tout entier, et principalement le Digeste, scintille de fictions comme un ciel étoilé. De même que les Astrologues récents se glorifient de découvrir dans le ciel de nouveaux astres qui avaient échappé aux anciens, si par hasard arrivait quelqu’éloge, pour la plupart des fictions qui se cachaient dans les entrailles des lois, je n’ai fait que les annoter, les ramasser et les ordonner. Comme elles étaient éparses dans l’immensité du Corpus juris, je les ai réunies, par mes travaux, pour qu’elles soient sous les yeux en un seul recueil »1027.

  • 1028 L. Lecoq, De la fiction comme procédé juridique, Thèse droit, Paris, 1914, pp. 32-33, va jusqu’à af (...)
  • 1029 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 7, p. 6.
  • 1030 Fictions, Opera, t. 6, tract. 2, cap. 1, p. 27.
  • 1031 Fictions, Opera, t. 6, tract. 2, cap. 15, p. 37.
  • 1032 Fictions, Opera, t. 6, tract. 3, cap. 1, p. 38.
  • 1033 Fictions, Opera, t. 6, tract. 4, cap. 1, p. 60.
  • 1034 Fictions, Opera, t. 6, tract. 5, cap. 6, p. 71.

103Auteserre présume légèrement de ses qualités lorsqu’il explique avoir mis en ordre les fictions. Car ses traités comportent un ordre logique assez faiblement agencé, faisant fi de la chronologie, et de l’origine des fictions (loi, actions, jurisprudence)1028. Quoi qu’il en soit, il propose un classement méthodique des fictions, nouveauté digne d’être soulignée : « Les fictions de droit se répartissent en cinq classes. Elles concernent soit les personnes, soit les choses, soit les temps, soit les lieux, soit les actions »1029. Il s’attèle alors à présenter brièvement chacune de ces catégories, qui correspondront peu ou prou aux cinq premiers traités, « sequentes ordinem juris, in quo prius de personis quant de rebus ». De la sorte, les chapitres 8 à 26 du premier traité seront consacrés aux « fictions du droit qui touchent les personnes [...] par exemple celle qui tient pour déjà né l’enfant in utero, à chaque fois que cela lui est favorable, L. Qui in utero [D. 1, 5, 26] ». Aucun des cinq traités ne porte de titre, cependant le second s’ouvre par cette déclamation : « De même que par invention de la loi, sont feintes ne pas exister ou ne pas être des personnes qui le sont en vérité, ainsi, en va-t-il au sujet des choses »1030, et se clôt ainsi : « Et voici ce que l’on pouvait dire des fictions regardant les choses ; maintenant transportons-nous vers les fictions constituées par les actes »1031. Le troisième débute de manière similaire : « Voyons, maintenant, des fictions qui surviennent dans les diverses actions »1032. Le quatrième est plus sobre : « La fiction est aussi admise par loi en ce qui concerne le temps, en ce qu’une époque postérieure est rétrodatée par une forgerie légale »1033. En revanche, le cinquième traité ne porte pas d’indication spécifique, et ne traite pas uniquement de la question des lieux, pourtant annoncée. S’il aborde le postliminium, il effleure seulement la question de l’absence. Enfin, le dernier chapitre est explicitement consacré aux fictions verbales, ou locutions, parce que « les fictions qui se trouvent çà et là dans le droit ne consistent pas seulement en des fictions sur les personnes, les choses, les actes, les temps et les lieux, mais aussi les paroles et les locutions »1034.

  • 1035 Fictions, Opera, t. 6, tract. 5, cap. 6, p. 72.
  • 1036 Rédigés en 1676, ils parurent en 1679.

104Il conclut son ouvrage par cet épilogue : « Ayant assez examiné les fictions, je m’arrête là. Ce qui manque sera suppléé par la diligence et l’ardeur du lecteur (ce que j’espère) »1035. Reste qu’il rédigea deux autres traités, dix-sept ans plus tard1036.

105Ces deux ajouts n’ont toutefois aucune logique interne, n’essayant pas même de suivre la tentative de classification opérée auparavant.

  • 1037 Fictions, Opera, t. 6, tract. 2, cap. 8, p. 33: « Legatum Principi relictum, eo mortuo ante diem le (...)
  • 1038 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 8, pp. 7-8; tract. 6, cap. 8, pp. 86-87.
  • 1039 Y. Thomas, « Fictio legis. L’empire de la fiction romaine et ses limites médiévales », Droits, no 2 (...)
  • 1040 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 1, p. 1; tract. 1, cap. 3, p. 3; tract. 4, cap. 6, p. 64; tra (...)
  • 1041 Fictions, Opera, t. 6, tract. 7, cap. 13, p. 118.
  • 1042 Fictions, Opera, t. 6, tract. 7, cap. 16, p. 122: « Lex falcidia locum habet in testamento ejus, qu (...)
  • 1043 Un exemple topique est fourni par cet extrait (Fictions, Opera, t. 6, tract. 7, cap. 10, p. 114) :
    « (...)
  • 1044 A titre d’exemple de cette postérité, l’on peut noter l’actuel regain d’intérêt, de la part des his (...)

106En outre, cet ouvrage comporte de nombreuses redites, comme par exemple la question du legs du Prince, abordée dans des termes quasi identiques à deux reprises, dans les deux parties publiées à vingt ans de distance1037. L’adoption est aussi scindée entre les deux parties, non sans répétitions1038. Le cas le plus flagrant est celui du postliminium, qui est certes la fiction la plus connue, car la plus ancienne1039, mais qui est directement abordée en pas moins de sept chapitres, épars et sans ordre apparent1040. Son étude de Lex Cornelia est d’autant moins synthétique qu’il s’emploie, dans d’autres chapitres, à montrer son étendue, sans traiter ce sujet dans toute son ampleur. On observe par exemple qu’Auteserre traite de cette fiction du postliminium dans d’autres hypothèses qui peuvent lui être liées, comme celles de la Lex Falcidia, pour démontrer que celle-ci s’applique « aux testaments de ceux qui meurent en pays ennemis, selon la fiction de la L. Cornelia, car ce genre de testament est confirmé par la L. Cornelia, c’est-à-dire par la fiction de la L. Cornelia, parce que la loi feint le décès de ceux qui sont capturés, dès le premier moment »1041. Il reprend d’ailleurs ces propos dans un autre chapitre du même traité, et en des termes similaires1042. Une autre critique que l’on peut faire de ces traités, surtout les deux derniers, est de ramasser des fictions qui n’ont aucun lien entre elles au sein d’un même chapitre, qui de ce fait, porte un titre à rallonge. A l’intérieur de ces chapitres bariolés, les exemples se suivent sans articulation ni commentaire, et bien souvent, il ne fait que paraphraser le texte du Digeste1043. Ces faiblesses font incontestablement de cet ouvrage l’un des moins réussis d’Auteserre, assurément le plus brouillon. Pourtant, le premier traité contient, outre l’essai de classification, de bonnes définitions de cette technique juridique, qui seront longtemps reprises et commentées1044.

  • 1045 Fictions, Opera, t. 6, Argumentum operis, p. XXIII.

107D’emblée, Auteserre présente une pièce liminaire, un « Argumentum operis », adressée au « Lectori juris studioso », procédé rare méritant d’être souligné, car il augmente encore l’idée d’une nécessaire justification de son ouvrage. En effet, la fiction fut souvent attaquée quant à son rapport à la réalité, à la vérité. Ses termes sont nets : « Voici cinq traités sur les fictions de droit, qui ne sont pas le fruit d’études stériles mais le prix de longues veilles afin d’ordonner et de réduire en catégories tout ce qui tombe sous le coup de la fiction en droit civil. Le droit ne répugne pas aux fictions, et ne s’éloigne pas de mœurs honnêtes. Il ne conçoit pas l’astuce, le dol ou la fraude, et quand il emploie une fiction de droit, il faut bien plus entendre, si nous cherchons le vrai, une économie et une disposition de droit par laquelle les nœuds sont défaits, et qui ordonne tout selon la raison du bien et du juste »1045. Son plaidoyer se poursuit par une comparaison avec les autres arts, arguant qu’« il n’y a pas que les peintres et les poètes à faire leurs délices de vains simulacres ».

  • 1046 Ceci lui sera explicitement reproché, cf. M. Bouchaud, « Recherches historiques sur les édits des M (...)
  • 1047 L’expression pactum salis se retrouve en effet à plusieurs reprises dans la Bible pour désigner une (...)

108La défense va plus loin encore, en retournant les arguments fallacieux de certains théologiens1046 : « La Sainte Ecriture elle-même ne rejette pas l’usage des fictions, et quand elle dit d’une chose qu’elle est éternelle ou perpétuelle, elle préfère dire que c’est un pacte de sel1047. Le Christ a introduit par les paraboles et les images, sous le serment de la vérité, diverses couleurs aux mots. Tels sont les artéfacts du figuier improductif, des noces de l’époux, de la semence qui croît, des hypocrites qui l’écoutaient, comparés à des sépulcres blanchis, qui de l’extérieur ressemblent à du marbre, mais ne contiennent à l’intérieur que cendre et putréfaction. Les fictions sourdent à tel point du droit civil qu’on lui donne le nom de droit fictif (juris commentitii) dans la L. Si poena [D. 48, 19, 20] ».

  • 1048 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 1, p. 1.

109Cette question du rapport de la fiction au vrai est l’objet des toutes premières considérations d’Auteserre, avant même de la définir, comme le révèle le titre du premier chapitre du premier traité : « Cui bono introductae sint fictiones. Quid sit fictio »1048. Son entrée en matière est pour le moins inattendue : « Bien que les fictions soient considérées comme étrangères au droit, qui est l’art du bien et du juste, dont l’objet est l’étude de la vérité ; bien que les fictions soient détestées, en tant qu’illusions des lois et masques de la vérité, alors qu’en revanche la jurisprudence est réelle, philosophie non feinte ou simulée [...] cependant, presque une infinité de fictions furent introduites dans le droit civil, et ce, d’un conseil avisé, afin de parvenir, par elles, au juste et à l’équitable ; cet art ne diffère pas de la navigation, qui mène au port par le côté opposé. Les fictions sont éminemment des artifices, par lesquels la vérité, fardée, n’est pas corrompue, mais au contraire illuminée ».

  • 1049 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 1, p. 1.
  • 1050 Y. Thomas, art. cit., p. 17. L’auteur définit plus amplement cette technique : « La fiction est un (...)
  • 1051 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 2, p. 2.
  • 1052 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 2, p. 3.
  • 1053 Comme le souligne Y. Thomas, art. cit., p. 18 : « La scolastique avait parfaitement reconnu, et l’o (...)
  • 1054 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 4, p. 5.
  • 1055 Plusieurs juristes reprendront ses définitions, comme par exemple J. Voet, Commentarius adPandectas (...)
  • 1056 L. Lecoq, De la fiction comme procédé juridique, Thèse droit, Paris, 1914, p. 29 ; v. aussi R. Dekk (...)
  • 1057 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 5, p. 5. Ce point, là encore, semble méconnu de certains aute (...)

110Après ce rattachement de la fiction à la finalité du droit, servir la justice, Auteserre définit son sujet : « La fiction de droit est une institution par laquelle est feint exister ce qui n’existe pas du tout, ou disparaître ce qui est survenu »1049. Il donne ainsi l’élément clef de compréhension de la fiction, qui « requiert avant tout la certitude du faux »1050. Il réitère cette marque distinctive en jugeant que « les fictions sont induites contre la vérité, quand cela n’est pas impossible au droit et à la nature. La puissance de la fiction est précisément liée à un dépassement de la vérité »1051. Il cite divers exemples prouvant ses dires, et conclut : « Hoc casu igitur fictio potior est veritate » ; « fictio praevalet veritati »1052. C’est d’ailleurs cette caractéristique, bien mise en évidence, qui lui permet de distinguer la fiction d’autres procédures plus ou moins similaires, comme la présomption1053. Il y consacre un bref chapitre intitulé Quod fictio a praesumptione differat1054 Ses raisonnements se montrent tout à fait exacts : « Pour atteindre plus facilement la nature et la substance de la fiction, il est intéressant de savoir en quoi elle diffère de la présomption. La fiction s’en distingue en ce que la présomption se base sur un doute, la fiction sur une certitude [...]. La présomption est une conjecture de la loi, ou des hommes, au sujet d’une chose douteuse, qui pourrait tout aussi bien exister ou ne pas exister. La fiction est une disposition de droit sur une chose certainement contraire à la vérité, cependant possible, et que l’on tient pour vraie »1055 Il ajoute, pour être certain de bien se faire entendre : « Sur une chose certaine, cela veut dire au sujet d’une chose dont on sait que le contraire est certain ». Les juristes postérieurs ne tiendront pas un langage différent : « La fiction exige la certitude de la fausseté, l’inexistence du fait supposé »1056 Tl s’évertue, en outre, à discriminer la fiction de la simulation, « quand l’on simule que l’on agit [...]. Par exemple on simule une donation en vente [...]. La fiction va contre la vérité, et est tenue pour la vérité [...]. La simulation est contre la vérité, mais elle est tenue pour nulle et non avenue »1057

  • 1058 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 1, p. 1.
  • 1059 Y. Thomas, art. cit., pp. 36-37 : « Les juristes du Moyen-Age furent plus que nous sensibles à cett (...)
  • 1060 Y. Thomas, art. cit., p. 37.
  • 1061 J. Bart, « Fictio juris », Littératures Classiques, no 40, 2000, pp. 25-26.
  • 1062 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 1, p. 2.
  • 1063 Y. Thomas, art. cit., p. 44. L’auteur cite (p. 45), entre autres, la Grande glose, sur D. 17, 2, 3, (...)

111Cette question de la nature et de la vérité est fort complexe. Aussi Auteserre ajoute-t-il : « Les fictions sont induites par le droit contre la vérité de la chose, mais non pas contre la nature, ou la possibilité de la chose »1058. Cette précision est fondamentale, car « l’empire de la fiction » connaîtra des reculs importants par rapport au droit romain, bornée par les juristes médiévaux à la nature christianisée1059. En effet, cette « interprétation chrétienne de ce même droit, à travers l’effort interprétatif de la scolastique pour précisément limiter, et maintenir dans les bornes d’une réalité intangible, les écarts que le droit civil s’autorisait avec la nature »1060, est pleinement assumée par Auteserre. Ce qui n’est pas anodin. Comme l’explique Jean Bart, « les juristes sont de plus en plus tentés de faire “comme si...” et le concept antique retrouve son plein emploi après la seconde renaissance du droit romain, donc à partir du XVIème siècle, alors que le droit se laïcise »1061. Notre juriste essaye ainsi de tenir un juste milieu entre l’application pure d’un droit païen, très libre vis-à-vis de la nature, et celle d’un droit chrétien, et plus largement d’une théologie, hostile à ces forgeries. C’est pourquoi l’on retrouve sous sa plume de très nombreux rappels de cette impossibilité d’œuvrer contre la nature : « Fictiones non admittuntur contra naturam » ; « Fictio imitatur naturam. nec potest expugnare naturae veritatem » ; « Fictio. quae inducitur a jure, pro veritate habetur quoad juris effectum »1062. Auteserre a bien raison de rattacher ce dernier brocard à Bartole, car les glossateurs ont fortement limité le procédé, par ces « adages inconnus du droit romain »1063. Il ajoute encore, en se fondant sur l’autorité de saint Augustin : « Fictio non destruit veritatem, sed refert ad veritatem ». Il peut alors conclure : « Ainsi donc, il est vrai que les choses impossibles ne passent pas en fiction, et si par exemple, une institution était faite sous une condition impossible, mais sans vice, alors on ne considérerait pas la condition impossible comme remplie, mais comme non écrite, L. 1 De condit. instit. [D. 28, 7, 1] ».

  • 1064 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 3, p. 3.
  • 1065 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 3, p. 4.
  • 1066 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 14.

112Cette impossibilité d’outrepasser la nature est notamment comprise, à la suite des médiévaux, comme celle d’obvier aux faits. Là encore, la règle tire sa source du droit de postliminium, qui interrompt la possession. Auteserre se livre à des commentaires très classiques : « Les fictions ont lieu en tout ce qui touche le droit civil [...]. Mais en ce qui concerne les faits, ou le droit naturel, la fiction n’est pas admise, comme par exemple, la possession, qui est bien plus une question de fait que de droit »1064. L’exemple qu’il commente est celui d’un homme libre qui commence d’usucaper un bien immobilier mais se trouve fait prisonnier, capturé par l’ennemi : « Nam captus ab hostibus non potest possidere ». La possession est question de fait, et se trouve interrompue par la capture. Il n’est pas possible de feindre quant aux faits, car « la fiction est un remède du droit civil, et son mérite ne se trouve pas ailleurs que dans ce qui relève du droit civil »1065. Il tient le même langage en commentant Tryphonien : « Ea quae sunt facti non recipiunt fictionem, utpossessio & usucapio quae consistit in facto »1066.

  • 1067 Y. Thomas, art. cit., p. 42. L’auteur cite des formules directement contraires à celles d’Auteserre (...)
  • 1068 Auteserre se base sur une introuvable « L. Divus, Dig., de in integr. restit. ». Ce titre n’existe (...)
  • 1069 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 4, p. 5.

113Si ces commentaires relatifs à la nature sont sans ambages, en revanche il admet des possibilités que les médiévaux repoussaient précisément pour la raison d’être contre-nature. Comme l’a expliqué Y. Thomas, « l’interprétation médiévale réduit l’artificialité juridique à un unique étage, contrairement aux empilements plus complexes du droit romain ». C’est-à-dire qu’elle ne tolère pas de « fiction sur fiction », et ce principe passera en droit français avec l’adage « fiction sur fiction ne vaut »1067. Auteserre semble faire sienne cette idée : « Une fiction ne peut pas avoir lieu contre une autre ; par exemple on ne peut pas feindre que deux personnes possèdent une même chose in solidum, car cela est contre la nature [...]. Comme pour les présomptions, Tune chasse l’autre, L. Divus1068. Deux fictions ne peuvent concourir, car elles sont deux choses singulières qui ne peuvent aller de pair [...] mais rien n’interdit deux ou plusieurs présomptions d’aller de pair, comme le souligne Menochius dans son De praesumptionibus, lib. 5, cap. 8 »1069.

  • 1070 Ce qui les sépare est la concomitance sur une même chose. Il écrit p. 5 : « Duaefictiones concurrer (...)
  • 1071 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 6, p. 6. Ce chapitre s’appelle tout bonnement : « Duae vel pl (...)
  • 1072 Il était en effet possible d’adopter un petit-fils qui aurait un aïeul (l’adoptant) et des oncles ( (...)

114Mais il en va autrement de ce qu’il appelle les fictions doubles, quoique la distinction entre les deux procédés soit ténue1070 : « Deux fictions ne peuvent intervenir en même temps sur une même chose, telle est la sentence élaborée par Bartole et Jason sur la L. Si is qui pro emptore [D. 41, 3, 15] [...] où il est affirmé qu’une dot promise, mais sans spécification de quantité ni de forme, est une promesse inutile. Ce que la glose interprète de ce rescrit est qu’il est impossible de faire concourir deux éléments hypothétiques. [...] En vérité, la loi ne s’appuie pas sur d’autre raison que celle invalidant une stipulation sur une chose ou une somme incertaine »1071. Il poursuit son analyse : « Rien n’interdit qu’il y ait deux fictions qui concourent sur une même chose, comme par exemple si un fils de famille revient de captivité, dans ce cas une double fiction de postliminium entre en jeu : celle par laquelle le père reçoit son fils par droit de postliminium, et celle par laquelle le fils récupère son droit [...]. Ou encore, si nous adoptons non pas un fils mais un petit-fils, ce qui donne lieu à une double fiction : l’une par laquelle nous est établi un fils, ce qui n’est pas, et l’autre par laquelle il est fait notre petit-fils, comme s’il était né de notre fils, L. Adoptiones [D. 1, 7, 43] »1072. En définitive, c’est encore la justice qu’il se propose d’atteindre par ce biais : « Que deux ou plusieurs fictions concourent au sujet d’une même chose n’est pas étranger [au droit], pourvu que l’équité ou l’utilité le conseille. Car la fiction de droit civil fut introduite par l’équité naturelle, L. Postliminium [D. 49, 15, 12] [...] et il faut regarder en elle l’utilité commune ».

  • 1073 Fr. Roumy, L’adoption dans le droit savant du XIIè au XVIè siècle, Paris, 1998, p. 318 : « Conséque (...)
  • 1074 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 1, p. 2.
  • 1075 Fr. Roumy, L’adoption dans le droit savant du XIIè au XVIe siècle, Paris, 1998, p. 116. L’auteur aj (...)
  • 1076 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 8, p. 7. La notion d’image est employée autrement par Auteser (...)
  • 1077 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 8, p. 8.
  • 1078 Fr. Roumy, L’adoption dans le droit savant du XIIe au XVIe siècle, Paris, 1998, p. 301. Cette premi (...)
  • 1079 Fictions, Opera, t. 6, tract. 6, cap. 8, p. 86. Ses commentaires tendent ensuite à rappeler que ce (...)

115Restons sur cette question de la nature, qui nous porte à interroger une pratique fort courante durant l’Antiquité mais tombée en désuétude sous l’Ancien Régime, l’adoption1073. Il ébauche le thème lorsqu’il définit les limites de la fiction : « Fictio juris imitatur naturam, par exemple l’adoption a lieu pour les personnes qui le peuvent selon la nature, L. Adoptio [D. 1, 7, 16] »1074. Or, comme l’a justement montré Franck Roumy, « absent des textes romains relatifs à l’adoption, le qualificatif de fiction appliquée à celle-ci constitue une des innovations des juristes médiévaux »1075. Ce rapport à la nature sous-tend tout son exposé de la question, au huitième chapitre, et les formules abondent en ce sens : « Adoptio est fictio. inducta ad similitudinem naturae », « Adoptio est imago naturae »1076. Auteserre, suivant Sénèque, pense que « l’adoption est un remède à la destinée. Dans l’adoption, la loi feint une quelconque image de noces, pour que le fils adoptif soit dit conçu en justes noces ». Les règles dans lesquelles est enserrée cette pratique sont forcément « naturelles » : « L’adoption est une fiction de droit, qui imite la nature : elle a lieu chez les personnes chez qui la nature le pourrait [...] : celui qui adopte doit être plus vieux que celui qui est adopté, et pleinement pubère, c’est-à-dire qu’il doit le précéder d’au moins dix-huit ans, L. Sipaterf [D. 1, 7, 15] ». Cependant, « l’adoption imite la nature autant que la loi le permet, mais ne l’équipare pas en tout. Par l’adoption l’on est agnat, mais pas cognat ; elle n’attribue pas le jus sanguinis, qui est naturel, mais seulement le jus agnationis, qui est civil, L. Qui in adoptionem [D. 1, 7, 23], Les enfants adoptifs ne servent pas au père en vue de l’excuser de la tutelle ou des autres charges civiles »1077. Auteserre se garde bien de faire la moindre incursion en droit positif, et ne relève aucunement les exclusions des enfants adoptifs de la succession ab intestat, telles qu’elles se pratiquaient en France, apparues, « semble-t-il pour la première fois, de manière incidente, dans la Practica forensis de Jean Masuer »1078. Tout au plus signale-t-il la prescription de la loi Nec apud [C. 6, 24, 7], interdisant d’adopter en guise de frère, « et velut adoptants frater ex parte heres institutus a patre, tenetur restituere partent hereditatis »1079.

  • 1080 I. Maclean, « Legal fictions and fictional entities in Renaissance jurisprudence », dans E. Kessler (...)
  • 1081 I. Maclean, art. cit., p. 170.
  • 1082 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 19, p. 18.
  • 1083 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 19, p. 19.
  • 1084 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 23, p. 22.
  • 1085 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 23, p. 23.

116Si l’on en croit Ian Maclean, « cela peut paraître surprenant, mais le cas de fiction le plus connu – une corporation, une université, une société ou une municipalité – n’a pas été si étudié. Cela est en partie dû au fait que la fictio est bien plus étudiée comme une opération de la loi que comme une classe d’objet légal »1080. Or, toujours selon le même auteur, « la première inclusion explicite des personnes fictives dans ces discussions est dans le travail de Dadin sur les fictions, en 1659 »1081. Auteserre consacre un chapitre à ces questions, dans le premier traité consacré aux personnes, en posant d’emblée : « L’on trouve des personnes fictives dans de nombreuses parties du droit : la loi feint que des choses n’ayant ni esprit ni âme sont des personnes ou des hommes, comme un monastère, qui est tenu pour un fils, par une fiction de droit, en faveur d’une cause pie »1082. Il donne d’autres exemples de ces personnes morales, dresse la liste des actions qui leur sont accordées par le droit romain, établit notamment cette personnalité juridique sur la similitude entre une personne réelle et une personne feinte. De là, la différence majeure entre ces groupements et l’Etat : « Municipia, collegia, societates & alla corpora, licet multa habeant argumenta reipublicae, puta res communes, arcam communem, actorem sive syndicum [...] & commune sigilum [...] ; tamen non constituunt remp. & privatorum seu personarum jure censetur. Ecclesia etiam personae vice fungitur, & minoris jure utitur »1083. Il applique aux universitates les règles de ces corps : « La major pars [...] est tenue pour celle de tous par une forgerie du droit, car ce que fait la major pars d’une cité ou d’une curie, c’est-à-dire d’un sénat municipal, est vu comme si cela avait été fait par tous »1084. De même, quand une seule personne représente l’universitas, « elle peut agir au nom de l’universitas [...]. Le droit et le nom de l’université sont réduits à une seule personne, bien qu’à l’origine une université ne puisse exister par une seule personne, car il faut trois personnes pour constituer un collège, L. Neratius [D. 50, 16, 85] »1085.

  • 1086 Fictions, Opera, t. 6, tract. 2, cap. 6, p. 31.
  • 1087 L. Silance, « La personnalité juridique, réalité ou fiction ? », dans Ch. Perelman, P. Foriers (dir (...)

117Dans le second traité relatif aux choses, il aborde d’autres questions ayant trait aux personnes morales. Ainsi, lorsqu’il évoque la pérennité d’une cité : « Civitas eadem censetur. licet cives omnes commutati sint »1086. Mais il n’y voit là qu’un exemple parmi d’autres, comme celui du troupeau, du fleuve ou de la légion. Ce rattachement des personnes morales aux fictions va pourtant décliner : « La personnalité morale pose un grand nombre de problèmes aux juristes et aux logiciens. La théorie de la fiction, invoquée encore à la fin du XIXème siècle, a été progressivement abandonnée »1087.

  • 1088 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 3, p. 4.
  • 1089 Fr. Todescan, Diritto e realtà. Storia e teoria della fictio iuris, Padoue, 1979, p. 145 : « Autese (...)
  • 1090 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 10, p. 10.

118A bien des égards, Auteserre se range du côté des thuriféraires des fictions de droit. En sus de ses dédicaces, qui les présentent comme des étoiles radieuses, il porte bien souvent des jugements très positifs : « Le droit civil jouit des fictions : il y a tant de fictions qui surviennent dans tout le droit civil, que l’on peut dire qu’elles s’y trouvent comme dans leur royaume. Il n’est pas possible de les rejeter, sans ôter du milieu du droit sa plus belle part. Il ne faut pas les vitupérer, car elles ignorent le dol, et consistent en une économie de droit »1088. Auteserre est d’ailleurs l’inventeur de cette formule « économie de droit », reprise et popularisée plus tard par Jhering1089. Il n’hésite pas à invoquer l’autorité suprême, par exemple lorsqu’il glose la fiction « pater & filius una & eadem persona. Filins est pars corporis » : « Même dans les Ecritures saintes, le père et le fils sont estimés être la même personne : le père, qui laisse des enfants, est comme non mort, il subsiste en faveur de ses enfants, Ecclesiast., 30 : Mortuus est pater ejus. & quasi non est mortuus, similem enim relinquit sibi post se »1090.

  • 1091 E. Otto, Dissertationum juris publici et privati pars prima, Utrecht, 1723, p. 536, Decima disserta (...)
  • 1092 G. G. Titius, De fictionum Romanorum natura et inconcinnitate, Leipzig, 1694, § 1 (brochure non pag (...)
  • 1093 G. G. Titius, op. cit., § 75.
  • 1094 G. G. Titius, op. cit., § 33 : « [...] quando simpliciter quinque fictionum genera asserunt, fictio (...)
  • 1095 G. G. Titius, op. cit., § 70.

119Ceci lui vaudra d’être vertement attaqué. Evrard Otto, professeur à Utrecht, rapporte les sentiments d’Hotman et d’Auteserre, puis confie : « Non meum facio istorum judicium, qui figendi illud institutum, tanquam elegans. subtile & ad leges ferendas necessarium extollunt »1091. Après avoir rapporté la préface, il s’exclame : « Je suis bien plus de l’avis de Titius, qui enseigne que tout cet apparat de fictions, n’est pas du tout nécessaire, mais au contraire inutile et inepte ». Ce Gottlieb Gerhard Titius, professeur à Leipzig, avait, dès 1694, porté le fer contre les fictions, et leur principal représentant. Dans un opuscule intitulé De fictionum Romanorum natura et inconcinnitate, il avait déroulé ses arguments contre notre juriste depuis la première ligne (« Pourquoi les sept traités des fictions du droit d’Antoine Dadine d’Auteserre, ainsi que les autres disputationes sur le même sujet, ne nous laissent pas tranquille [...] il nous faut l’expliquer »1092), jusqu’au dernier paragraphe, ridiculisant les comparaisons entre les fictions et les étoiles découvertes par les astrologues1093. Son argument principal consistait à nier « leur utilité et leur nécessité », à présenter leur « inconvenance », et à opposer ce qu’il croyait être la sentence de Bartole, puis de Doneau et Favre, à celles d’Auteserre et de ses épigones. Ses critiques visaient parfois juste, comme celle repoussant la classification des cinq catégories de fictions1094, parfois faux, se faisant l’ilote des glossateurs, pour rejeter la distinction opérée entre fiction et présomption, « quamobrem Jason fictionem & praesumptionem confundit »1095.

  • 1096 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 3, p. 4. Il porte le même jugement dans ses commentaires des (...)
  • 1097 Son commentaire de la décrétale est plus explicite, Clémentines, Opera, t. 5, p. 174, commentaire s (...)

120Ainsi importe-t-il de bien considérer une chose : Auteserre n’est pas un défenseur foncier des fictions. Il les adule en droit romain, mais il les bride en droit canonique : « Au contraire [du droit romain], le droit canonique hait les fictions »1096. Il fournit même des exemples, concernant les élections monastiques, « où il est statué que les réguliers ne peuvent consentir à une élection faite dans la discorde ou la minorité. Ceci doit s’entendre, d’après la clémentine Quod circa, de elect. [Clem. 1,3, 6], d’une discorde ou d’une minorité dans les faits, non en fiction, qui consiste en un effet de droit »1097. Il donne alors une règle générale d’interprétation : « Il faut plus regarder la vérité que les faux-semblants : la vérité est plus forte que l’apparence, cap. Quanto [X, 1, 4, 4], Toutefois, certaines fictions sont reçues dans ce droit [canonique] ». Et Auteserre de dresser une brève liste de fictions canoniques, incluant « les ordinations, où Ton ne peut conférer deux ordres le même jour, ou deux jours consécutifs, à cause du jeûne à observer. Car, par le prolongement du jeûne, les deux jours sont tenus pour un seul, cap. Litteras [X, 1, 11, 13] ». Il cite d’autres fictions de droit canonique, issues des techniques romaines, comme la représentation du fidéicommissaire ou l’étudiant réputé présent « favore studii [...] d’après le chapitre Tuae fraternitatis [X, 4, 3, 12], reprenant la L. Sejae. § Pamphilae [D. 33, 7, 20, 6] ». Auteserre conclut, avec Balde, « qu’au for intérieur, il n’y a pas de fictions ni de présomptions ».

  • 1098 Pour un exemple tiré du code de 1917 (le c. 1092), v. G. Oesterle, « Praesumptio juris aut fictio j (...)
  • 1099 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 9, p. 8.
  • 1100 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 18, p. 17 : « Par fiction, le moine profès est tenu pour mort (...)
  • 1101 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 23, p. 23.
  • 1102 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 26, p. 26.
  • 1103 Fictions, Opera, t. 6, tract. 2, cap. 7, p. 33.
  • 1104 Fictions, Opera, t. 6, tract. 2, cap. 8, p. 33.

121Cette liste fort brève ne correspond toutefois pas à la réalité du droit canonique, lui aussi rempli de fictions1098. Auteserre est obligé d’en convenir, malgré lui, lorsqu’il présente d’autres cas de fictions canoniques. Rien que dans le premier traité, il aborde en outre la règle Tanta est vis [X, 4, 17, 6], permettant la légitimation par mariage subséquent1099 ; la mort civile du religieux profès1100 ; la major pars, ou la sanior pars, tenue pour la totalité1101 ; le mineur tenu pour majeur « favore matrimonii »1102. D’autres exemples sont évoqués, comme celui de la personnalité de l’Eglise, ainsi que ses conséquences : « L’Eglise elle-même, qui est un corps mystique, ne meurt jamais. C’est pourquoi les pouvoirs des légats du Siège Apostolique n’expirent pas à la mort du Pontife, car ils ne sont pas légats du Pontife lui-même, mais de l’Eglise romaine, qui ne peut pas mourir, can. Liberti [C. 12, q. 2, c. 65] »1103. En sus, « s’il est concédé une grâce réservant certains bénéfices au bon plaisir du Siège Apostolique, elle n’expire pas avec la mort du Pontife, quia Sedes Apostolica non moritur. cap. Si gratiose [VI, 1, 3, 5] »1104.

  • 1105 Fictions, Opera, t. 6, tract. 3, cap. 2, p. 41. A l’encontre des conclusions de N. Dumont-Kisliakof (...)
  • 1106 Fictions, Opera, t. 6, tract. 3, cap. 2, p. 39.
  • 1107 Fictions, Opera, t. 6, tract. 3, cap. 2, p. 40.

122Un défaut de ce traité, et non des moindres, est la propension de son auteur à englober sous le nom de fiction des procédés qui n’en sont pas. Nonobstant ses définitions très précises de la notion, il en fait un usage parfois abusif. Ainsi classe-t-il parmi les fictions « qui se produisent par des actes » tous les symboles dont usaient les anciens, et, souligne-t-il, « veteribusplacuit usus symbolorum »1105. A grand renfort d’érudition, il détaille les « actes légitimes per aes & libram », les donations faites « en déposant de la terre sur l’autel » ou plus généralement, toutes les traditions symbolisant l’échange chez les Angles, « par le glaive, par le casque, par les cornes, c’est à-dire la coupe ou le cratère, par l’éperon, par le strigile, par l’arc ou les flèches »1106. Il ajoute la manière de trader chez les Francs, par les gants. Revenant au droit romain, Auteserre dénombre encore parmi ces fictions la vindicatio, qui s’opérait par festuca, la cretio d’hérédité, « qui se faisait par la danse et le claquement des doigts [...] car l’un est symbole de joie et de bonheur, et l’autre de puissance et de domination. Le frottement des doigts, que les Grecs appellent χονδυλισμόν, signifie la puissance, comme le dit Artémidore [...]. C’est pourquoi les maîtres ont coutume d’appeler leurs esclaves, pour se faire apporter le pot de chambre, ou autre chose, par un claquement de doigts »1107, l’affranchissement qui prenait effet « par soufflet sur la joue et par une pirouette », l’usurpatio qui se réalisait par « fraction d’un rejeton », l’antestatio, « en touchant les oreilles ».

  • 1108 L. Lecoq, De la fiction comme procédé juridique, Thèse droit, Paris, 1914, p. 217.

123Nous pourrions presque conclure ce survol du Traité des fictions de droit par ce jugement, quoique peu amène : « L’importance prise par la notion de fiction, et la confusion qui régnait à son propos, éclatent au grand jour dans l’ouvrage d’Altassera [sic], écrit pourtant au XVIIème siècle, et dédié à M. de Lamoignon. Un grand nombre de cas de fiction, donnés pour tels par cet auteur, ne le sont aucunement : je n’en veux pour exemple que l’esclavage, qu’il considère comme une institution fictive pour la raison que, devant la nature, tous les hommes sont égaux et semblables. Il est à remarquer, d’ailleurs, que nos meilleurs auteurs coutumiers, au XVIème et au XVIIème siècles, ne semblent pas connaître le procédé de fiction, et ne l’invoquent pas »1108. Mais il n’empêche : Auteserre se montre ainsi précurseur malhabile d’un mouvement qui allait plus tard s’ordonner et s’apaiser.

Notes

515 Fr. Bosquet, Pontificum romanorum, qui e Gallia oriundi in ea sederunt, historia, ab anno Christi 1305 ad annum 1394 [...], Paris, 1632, Avis au lecteur, cité par P.-E. Henry, François Bosquet : intendant de Guyenne et de Languedoc, évêque de Lodève et de Montpellier, étude sur une administration civile et ecclésiastique au XVIIème siècle, Paris, 1889, p. 15.

516 A. Bruneau, Nouveau traité des criées [...], 2nde édition, Paris, 1685, p. 449.

517 Préleçon no I, Opera, t. 5, p. 227.

518 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, Proemium, p. 2.

519 Or. Ranum, « Historiographes, historiographie et monarchie en France au XVIIè siècle », dans Y.-M. Bercé, Ph. Contamine, Histoires de France, historiens de la France. Actes du colloque international de Reims, 14-15 mai 1993, Paris, 1994, p. 153.

520 Ch. Grell, « L’histoire de France et le mythe de la monarchie au XVIIème siècle », dans Y.-M. Bercé, Ph. Contamine, Histoires de France, historiens de la France. Actes du colloque international de Reims, 14-15 mai 1993, Paris, 1994, p. 185.

521 Ducs, Opera, t. 5, Proemium, p. 1.

522 Ch. Grell, « Conclusion », dans Ch. Grell, J.-M. Dufays (dir.), Pratiques et concepts de l’histoire en Europe, XVIème-XVIIIème siècles, Paris, 1990, pp. 304-305. Sur ce sujet, v. les actes du colloque de Sorbonne de 1985, R. Mousnier (dir.), Richelieu et la culture, Paris, 1987, et spécialement Or. Ranum, « Richelieu, l’histoire et les historiographes », pp. 125-137. Plus récemment, Chr. Jouhaud, Les pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe, Paris, 2000, p. 151 : « Tout au long du XVIIème siècle, le pouvoir monarchique a tenté de susciter l’écriture d’une histoire contemporaine qui le satisfasse et dans laquelle il se reconnaisse. Diverses méthodes ont été employées, différents projets ont été mis sur pied et ont reçu un début de réalisation, de gros livres ont même été écrits. Mais jamais le résultat n’a paru à la hauteur de l’attente [...]. Il reste que l’écriture de l’histoire au service du pouvoir politique, par la clarté de ses enjeux et la netteté des engagements qu’elle présuppose, est une activité d’écriture qui révèle crûment la servitude et la grandeur du service de plume. La force de la contrainte et ses bornes, la subtilité des rétributions et les limites de leurs effets y apparaissent de manière sûrement plus parlante qu’en d’autres sites de la production littéraire ». A lire cette description, l’on voit qu’Auteserre reste tout de même assez éloigné d’une serve commande étatique.

523 J. Boutier, « Jean-Baptiste Colbert, Baluze et l’« histoire de chacune province » de la France », dans J. Mondot, Ph. Loupés (dir.), Provinciales. Hommage à Anne-Marie Cocula, Bordeaux, 2010, vol. 1, p. 145.

524 J. Poumarède, « Antoine Dadin de Hauteserre. L’œuvre politique d’un professeur toulousain, sous Louis XIV », dans J. Krynen, M. Stolleis (dir.), Science politique et droit public dans les facultés de droit européennes (XIIIème-XVIIIème), Francfort, 2008, p. 382.

525 Dédicace des commentaires sur l’Histoire des Frances de saint Grégoire, 4 octobre 1678. Il est vrai que « le devoir de l’historien est évident. Il perpétue la mémoire des bienfaits du roi et de Dieu », Or. Ranum, « Les illustres inconnus : services et désintéressement dans les histoires de la monarchie française, 1630-1660 », dans Fr. Laplanche, Ch. Grell (dir.), La monarchie absolutiste et l’histoire en France : théories du pouvoir, propagandes monarchiques et mythologies nationales, Paris, 1987, p. 110.

526 Ducs, Opera, t. 5, Dédicace, p. X.

527 Ducs, Opera, t. 5, Proemium, p. 1.

528 J. Poumarède, art. cit., pp. 383-384.

529 Ducs, Opera, t. 5, lib. 2, cap. 3, p. 58.

530 Préleçon no VI, Opera, t. 5, p. 256. L’index porte également : « Princeps solus omnia jura habet in scrinio pectoris », p. 299. Cette maxime absolutiste fut abondamment commentée depuis le Moyen Age par les canonistes et les civilistes, cf. E. Cortese, « An papa qui habet totum ius in scrinio efficiatur doctor in utroque », dans Studi in onore di Pietro Bellini, Soveria Mannelli, 1999, pp. 277-290.

531 J. Poumarède, art. cit., p. 384. Et l’auteur d’ajouter : « La question est à l’époque très sensible dans les provinces méridionales. Les guerres de religion y furent violentes et dévastatrices et prirent souvent les allures de séditions voire de campagnes de banditisme fomentées par des représentants de la haute noblesse, transformés en chefs de guerre, tels les Joyeuse ou les Montmorency-Damville ».

532 Fiefs, Opera, t. 5, cap. 16, p. 155.

533 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 6, p. 125.

534 C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, 1985, p. 38. L’auteur ajoute plus loin : « Le XVIIème inventa des origines doubles à la nation : les nobles descendant des Francs et le commun des Gaulois, dangereuse justification biologique des hiérarchies », p. 341.

535 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 3, cap. 12, p. 103. K. F. Werner, Les origines, Histoire de France, Paris, 1984, t. 1, p. 297, conclut de même : « C’est une prise de pouvoir plutôt qu’une conquête ». Tel était aussi le jugement de l’abbé Du Bos, Histoire critique de l’établissement de la Monarchie Françoise dans les Gaules, 2ème éd., Paris, 1762, Discours préliminaire, p. 39 : « Enfin, il faut regarder la croyance : Que notre Monarchie a été établie par voye de conquête, comme la source des erreurs concernant l’origine et la nature des Fiefs dans lesquels sont tombés les Auteurs qui ont écrit sur notre Droit Public, et comme sur celle des illusions qui sous le règne de François Ier introduisirent la maxime Qu’il n’estpoint de terre sans Seigneur ». Au vu de ces éléments, il est extrêmement étonnant de voir l’éloge qu’en fait le très aristocratique H. de Boulainvilliers, Essais sur la noblesse de France, Amsterdam, 1732, Appendice, p. 15 : « Les V. Livres Rerum Aquitaniarum [sic] autore Ant. Dadino Alteserra. Tolosae, 4°. 1648 sont ce qu’on peut lire de mieux sur l’Aquitaine ».

536 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 6, p. 125.

537 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 6, p. 126.

538 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 7, p. 129.

539 Préleçon no III, Opera, t. 5, p. 240.

540 Préleçon no III, Opera, t. 5, p. 241.

541 M. Deloche, Autour de la plume du Cardinal de Richelieu, Paris, 1920, p. 505. Auteserre ajoute, en définitive : « Toutes ces raisons existaient au plus haut point dans la cause de la Reine. Par ce droit, c’est bien plus légitimement que par haine que le Roi Très-Chrétien réclamait ces immenses régions ». Il peut alors laisser libre cours à la louange de Louis XIV : « Ces vengeances heureuses ont déjà remporté de nombreuses palmes, suffisamment prouvées par la reddition des plus illustres cités. Louée soit la modération du Prince, qui imposa des limites à sa victoire, évitant de triompher au détriment de la république Chrétienne. Il n’a rien perdu de ses affaires en épargnant le sang Chrétien. Il s’abstint de l’héritage pour une cause pieuse ; c’est ici le gage de la piété des divins conjoints. Heureux leurs rejetons ! Heureux le Royaume ! Que leur union dure de nombreuses années pour le meilleur profit du Royaume ! ».

542 D’ailleurs, il exposait les divers supports ayant eu cours dans le passé, en s’autorisant de la correspondance de saint Jérôme : « Autrefois, il y avait trois genres d’écriture, dans la cire, sur les chartes, c’est-à-dire des petites tables de papyrus, qui est un arbre transporté d’Egypte, et sur des peaux, que l’on appelle parchemins », Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 64.

543 Ch.-V. Langlois, Manuel de bibliographie historique, Paris, 1901, p. 305 : « Il y eut aussi au XVIIème et XVIIIème siècle des « bénédictins laïques ». Ils ont été presque tous, du reste, en relation, par correspondance ou directement, avec les Mauristes de Saint-Germain ». Il est à noter, cependant, qu’Auteserre est presque totalement « oublié » par les mauristes du Languedoc, qui pourtant exploitent maintes fois ses Annales d’Aquitaine dans leur Histoire générale du Languedoc. Un exemple flagrant est donné par les deux listes « d’auteurs d’ouvrages et de bibliographie consultés par dom De Vic ou à consulter », dans lesquelles Auteserre ne figure pas (BNF, Languedoc, ms 170, f° 6-11). Sur ce thème, v. G. Guyon, « L’invention érudite bénédictine (mauriste) de l’histoire du droit », dans J. Poumarède (dir.), Histoire de l’histoire du droit, EHDIP, no 10, 2006, pp. 33-46.

544 BNF, Fr. 856. Sur ce manuscrit, cf. A. Jeanroy, « Notes sur l’histoire d’un chansonnier provençal », Mélanges offerts à M. Emile Picot, Paris, 1913, t. 1, pp. 525-533 ; J. Monfrin, « Notes sur le chansonnier provençal C », Recueil de travaux offert à M. Clovis Brunei, Paris, 1955, II, pp. 292-312 (repris dans J. Monfrin, Etudes de philologie romane, Publications romanes et françaises, CCXXX, Genève, 2001, pp. 212 ss.).

545 J. Monfrin, « Notes sur le chansonnier provençal C », Recueil de travaux offert à M. Clovis Brunei, Paris, 1955, II, p. 292.

546 « Ces plaintes ce treuvent dans un grand Tome que j’ay, escrit à la main, contenant les Poëmes de six vingts Poètes Provençaux », Mémoires de l’Histoire de Languedoc, Toulouse, 1633, p. 610. Le manuscrit est encore cité aux pp. 40,233, 311 et 899, selon A. Jeanroy, art. cit., p. 531, n.2.

547 Et non son neveu, comme indiqué par A. Jeanroy, art. cit., p. 529, cf. Ph. Tamizey de Larroque, Les correspondants de Peiresc, t. 10, Guillaume d’Abbatia, capitoul de Toulouse. Lettres inédites écrites à Peiresc (1619-1633), Paris-Marseille, 1885, p. 9, Lettre IV : « Pour [...] tout ce qui regarde Mr Catel voir plutost Mr de Puymisson son beau-fils et son heritier ».

548 En effet, l’érudit aixois Peiresc écrivit, en octobre 1631, à Guillaume d’Abbatia, avocat au parlement, capitoul, et neveu de Catel (selon la notice biographique sur Guillaume d’Abbatia, Bibliothèque Méjanes, ms. 201 (1019), p. 14), « pour avoir la communication du volume MS. des poetes provanceaux de feu Mr Catel » (Ph. Tamizey de Larroque (éd.), Lettres de Peiresc, t. VII, Paris, 1898, p. 9, Lettre IV). Sur ce juriste, v. D. Deroussin, « Puymisson, Jacques de », DHJF, pp. 647-648.

549 A. Thomas, « Les manuscrits provençaux et français de Marc-Antoine Dominicy », Romania, t. XVII, 1888, pp. 401-416. L’auteur avait obtenu pour son manuscrit un privilège d’impression, le 21 novembre 1644, mais il ne parut point, cf. L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique..., p. 130.

550 A. Jeanroy, art. cit., p. 530. L’ouvrage a paru de façon posthume en 1659.

551 A. JEANROY, art. cit., p. 531, n. 1. L’ouvrage date de 1655.

552 Le manuscrit passa ensuite dans la bibliothèque mazarine, avant de rejoindre, en 1668, la Bibliothèque royale. Sur ces érudits et leur muse, v. J.-Fr. Courouau, Moun lengatge bèl Les choix linguistiques minoritaires en France (1490-1660), Genève, 2008.

553 G. Beech, « L’attribution des poèmes du comte de Poitiers à Guillaume IX d’Aquitaine », Cahiers de civilisation médiévale, t. XXXI, 1988, p. 16.

554 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 10, cap. 14, pp. 209-212.

555 Histoire littéraire de la France, t. XI, Paris, 1869, p. 44.

556 L’« incomplétude » des transcriptions est à relativiser car, selon les termes de cet auteur, Auteserre n’a, seulement, « pas hésité à éliminer de son édition des poèmes quelques paroles qu’il tenait pour obscènes », G. Beech, art. cit., p. 14.

557 G. Beech, art. cit., pp. 13-14.

558 G. Beech, art. cit., p. 14.

559 G. Beech, art. cit., p. 11.

560 Sans tenir compte des auteurs anciens, il faut citer les divers éditeurs scientifiques des troubadours, à savoir Jeanroy, Pasero, Bond.

561 G. Beech, art. cit., p. 15.

562 G. Beech, art. cit., p. 16.

563 L’intendant de la généralité de Montauban, Foucault, nommé en 1674, inspecta minutieusement son département. Il fut instruit de la richesse de cette abbaye par le chanoine Raymond de Foulhac, en 1677, et avertit immédiatement Baluze. En 1678, Colbert se fit remettre quarante et un manuscrits, cf. J. Dufour, La bibliothèque et le scriptorium de Moissac, Genève-Paris, 1972, pp. 24-28.

564 Sur les trois manuscrits de cette Vita, voir. R. Poupardin, La vie de saint Didier, évêque de Cahors (630-655), Paris, 1900, pp. XIV-XV.

565 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 3, p. 45 : « Ut patet ex indiculo Regis. qui actis ejus vitae M.S. insertus est ».

566 V. J. Krynen, « Joly, Claude », DHJF, pp. 427-428.

567 BNF, Lat. 17002, f° 1 : « Hoc manuscriptum mihi dono datum est ex parte dominorum religiosorum abbatiae Moissiacensis ad instantiam D. Dadini de Altaserra, doctoris utriusque juris etprofessori in Academia Tolosana, Cl. Joly (mense Augusti 1656) ».

568 J. Dufour, La bibliothèque et le scriptorium de Moissac, Genève-Paris, 1972, p. 22.

569 L. d’Achéry, Veterum aliquot scriptorum qui in Galliae bibliothecis, in maxime Benedictinorum, latuerant, Spicilegium, Paris, t. 13, 1677, p. XIV. Toutefois, la date d’envoi du manuscrit n’est pas précisée.

570 B. Leib s.j. (éd.), Anne Comnène, Alexiade, Paris, 1937,t. 1, p. CLXXVIII. L’éditeur ajoute, n. 3, qu’« à plusieurs reprises, Poussines utilise des manuscrits de la bibliothèque de l’archevêque Ch. de Montchal. Voir par exemple : P. Possinus, s.j. Symbolorum in Mattheum, Tolosae, 1646, ou du même, Catena graecorum Patrum in Evangelium secundum Marcum, Romae, 1673 ».

571 B. Leib s.j. (éd.), Anne Comnène, Alexiade, Paris, 1937, t. 1, p. CLXXVIII.

572 « Vive Toulouse, et plaise à Dieu qu’elle soit longtemps et aussi chanceuse qu’elle est digne d’être ; vive l’homme distingué Antoine Dadine d’Auteserre, retenu dans l’ordre très éminent des antécesseurs de l’illustre Académie de cette ville, professeur royal de l’un et l’autre droit, présage des plus excellents mérites et par le jugement duquel [j’évite] les hasards et le retard des comparaisons. C’est lui, avec qui je vis une très forte amitié, et parce que je conversais avec lui, qui savait combien je tenais à l’antique codex de l’Alexiade d’Anne Comnène, que le très noble et très érudit Pierre du Faur de Saint-Jory avait autrefois confié à Jacques Cujas, Prince des jurisconsultes, en vue d’une édition. L’on pensait qu’il se trouvait à Toulouse, sans savoir dans quelle maison il se situait. Sachant mes soins à le retrouver, et par amitié, il m’aida, et il le trouva », P. Poussines, Nicephori Caesaris Bryennii commentarii de rebus Byzantinis, Paris, 1661, Préface Lectori, non paginée.

573 B. Leib s.j. (éd.), Anne Comnène, Alexiade, Paris, 1937, t. 1, p. CLXXIX.

574 Il indique dans sa préface qu’il y en a « plus de mille », mais le peu de temps laissé ne lui permit que d’établir fidèlement le texte de Nicéphore Bryenne.

575 B. Leib s.j. (éd.), Anne Comnène, Alexiade, Paris, 1937, t. 1, pp. CLXXIX-CLXXX.

576 A. Failler, « Le texte de l’Histoire de Nicéphore Bryennios à la lumière d’un nouveau fragment », Revue des études byzantines, 1989, vol. 47, p. 239 : « La disparition du seul manuscrit de l’œuvre qui est connu à ce jour et qui servait de modèle à la première édition limitait nécessairement la tâche du nouvel éditeur ».

577 BNF, Fr. 9502, f° 90, Lettre datée de Rome, le 20 mai 1662 : « Ayant appris de M. Cramoisy [imprimeur] que la lecture du Bryennius que j’ay donné au public vous a baillé occasion de faire des Remarques utiles sur l’Histoire Byzantine, que vous jugez a propos de publier ensemble avec cet Auteur : j’ay creu estre obligé de vous temoigner que je prens a bonheur particulier que ayez eu ceste pensée [...] J’ay travaillé a la haste sur cest Auteur : et quand j’eusse eu plus de loisir, le scavoir me manquoit pour l’illustrer au point qu’il mérite. Je seray ravi qu’une si bonne main que la vostre supplée mes defaux. Ce que japprens de vostre erudition et merite me donne une profond respect pour vostre personne [...] ». Du Cange l’associera plus tard à l’édition annotée de Jean Cinname, comme l’attestent une lettre du 9 janvier 1669 (BNF, Fr. 9502, fi 90, « Je prens a singulier honneur que vous ayèz la bonté de m’inviter a joindre quelque chose au grand ouvrage que vous preparez de l’edition jà bien avancée en l’Imprimerie Royale du Cinnamus avec vostre version et notes »), et la préface donnée par Charles du Fresne, Sieur du Cange, Joannis Cinnami, imperatorii grammatici, historiarum libri sex, Paris, 1670 : « Vir utriusque linguaeperitissimus & omni eruditionis genere instructissimus ». Poussines resta confus « pour la mention trop honorable qu’il vous plait y faire de moy » (BNF, Fr. 9502, f° 96, Lettre du 17 novembre 1671).

578 « Longtemps ignorée et vainement cherchée dans les bibliothèques, cette relation fut trouvée dans un manuscrit du Mont Cassin par Lucas Holstenius, copiée par lui, et publiée après sa mort, pour la première fois, en 1663 », B. Aubé, « Un nouveau texte des actes des saintes Félicité et Perpétue et de leurs compagnons martyrs en Afrique, à Carthage, sous le règne de Septime-Sévère (202-203) », Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1880, vol. 24, no 4, p. 321. Cette édition posthume (Passio sanctarum martyrum Perpetuae et Felicitatis, prodit nunc primum e MS Codice Sacri Casinensi monasterii [...], Rome, 1663), est due au père Poussines, qui l’offrit à la reine Christine de Suède. Lukas Holste (1596-1661), bibliothécaire du Vatican, était aussi lié d’amitié avec l’archevêque Charles de Montchal, cf. J.-F. Boissonade (éd.), Lucas Holstein, Epistolae ad diverses, Paris, 1819, p. 400, Lettre XCIV, à Peter von Lambeck, du 30 avril 1650. Ce dernier, philologue et bibliothécaire de Vienne, connu sous le nom latinisé de Lambecius (1628-1680), était le neveu d’Holste. Bachelier en droit de la Sorbonne, il vint passer une année d’études à Toulouse, de 1649 à 1650 (cf. Lettre de Claude Sarrau à David Blondel, du 22 septembre 1650 : « Tolosae totum annum moratus est, et juris studiis dilingenter incubuit », Clavdii Sarravii, senatoris Parisiensis, epistolae, Paris, 1654, p. 307). Il dit à son oncle beaucoup de bien de cette ville : « Et quidem in primis jurisprudentiae, quae in inclyta academia Tolosana semper praecipue floruit et etiam nuncfloret », cf. J-F. Boissonade (éd.), Lucas Holstein, Epistolae ad diversos, Paris, 1819, p. 400, n. 3. Ce texte a depuis trouvé une édition critique dans la collection Sources chrétiennes (no 417), par J. Amat (éd.), Passion de Perpétue et de Félicité ; suivie des Actes, Paris, 1996.

579 DJE, Opera, t. 1, lib. 11, cap. 9, p. 312.

580 Nous détaillerons plus loin les sources imprimées.

581 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 6, cap. 1, p. 2.

582 J.-Fr. Bladé, « La Gascogne sous les Mérovingiens », Revue de l’Agenais, 1887, t. 14, p. 524.

583 C. Brühl, « Clovis chez les faussaires », Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 1996, t. 154, pp. 219-240. Sur les deux actes en question, v. les pp. 225-232. Le texte de l’épitaphe serait repris de Venance Fortunat, par le chroniqueur Odorannus de Sens († 1046-47). Or nous n’avons trouvé aucune correspondance dans Fr. Leo (éd.), Venanti Fortunati, Operapoetica, MGH, Auctores antiquissimi, t. IV-1, Berlin, 1881. De plus, Auteserre connaît bien l’œuvre de Fortunat (p. ex., Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 6, cap. 6, p. 12), mais ne le cite pas ici.

584 C. Brühl, « Clovis chez les faussaires », Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 1996, t. 154, p. 23 1.

585 La question de la provenance de ce manuscrit sennonais pourrait être élucidée grâce à C. Brühl. Ce dernier écrit : « L’acte pour le monastère de Sens était encore conservé en 1620 dans les archives de celui-ci sous la forme d’un pseudo-original ; on l’envoya à Paris pour un procès, et il ne revint jamais », art. cit., p. 226. Pierre Dupuy aurait pu ainsi le récupérer, et 1 insérer dans la bibliothèque de Jacques-Auguste de Thou, son oncle défunt, de qui il fut le bibliothécaire. Il y aurait donc là un deuxième manuscrit fourni par le parisien à Auteserre. La « chronic. Lemovicens. » n’est pas autrement citée par Auteserre, cf. Rerum, Opra, t. 4, vol. 2, lib. 6, cap. 1, p. 2.

586 « Chronic. Malleacense M. S. », invoquée à de nombreuses reprises, cf. Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, pp. 96, 157, 169, 172, 173, 176, 177, 179, 205-207, 214, 216, 217... Ce chroniqueur écrivit, entre 1060 et 1065, à la prière de Goderanne, abbé de Maillezais en Poitou, une histoire de la fondation de ce monastère. Le texte fut publié pour la première fois par le P. Labbé, en 1657, l’année même de la publication d’Auteserre, dans le second volume des Novae Bihliothecae manuscriptorum Librorum, portant curieusement le même titre que l’œuvre d’Auteserre, Rerum Aquitanicarum.

587 « Chronicon Engolismense M.S. », Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 163, 187; vol. 2, pp. 106, 122, 162, 171, 184, 202-203. Elle diffère de la chronique d’Adémar, pourtant angoumoisin, rapportant la mort de ce dernier, à l’année 1101.

588 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 10, cap. 3, p. 176.

589 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 9, p. 132.

590 « Chronicon Moyssiacense M.S. », Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 33, 186; vol. 2, p. 188; « De gest. abbat. Moisiacens. », Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 10, cap. 4, p. 179. Cette Chronique des abbés de Moissac constitue la dernière partie de la chronique d’Aymeri de Peyrac, cf. J. Marion, « L’abbaye de Moissac. Notes d’un voyage archéologique dans le sudouest de la France », Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 1850, vol. 11, pp. 89-147.

591 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 8, p. 18.

592 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 6, cap. 6, p. 12.

593 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 3, cap. 11, p. 102. Le passage en question concerne l’usage de la « loi gothique », octroyé par Pépin aux habitants de Narbonne, en 759, cf. M. Zimmermann, Ecrire et lire en Catalogne IXè -XIIè siècle, t. 2, Madrid, 2003, Bibliothèque de la Casa Velâzquez, vol. 23, p. 649.

594 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 10, cap. 7, p. 187: « In chron. M. S. ann. 810 ». Il citera encore ce chroniqueur dans ses commentaires de décrétales, cf. Innocent III, Opera, t. 10, p. 284, 362 : « Narrai Willelmus Nangius in chronico nondum edito ».

595 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 17, p. 78.

596 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 10, cap. 1, p. 171.

597 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 10, cap. 15, p. 216.

598 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 8, cap. 10, p. 112.

599 Renan, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 9, cap. 13, p. 165. Formé à l’abbaye de Saint-Martial, il fut abbé de Vigeois de 1170 à 1184, où il écrivit sa chronique, couvrant la période 994-1184.

600 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 10, cap. 1, p. 171.

601 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 17, 97, 186. Il écrit, p. 97 : « A cette époque fleurissait saint Didier, évêque de Cahors [...] nourri de l’étude des lois des Romains, comme on peut le lire dans sa vie manuscrite, au chapitre 1er : Ac deinde legum Romanorum indagationi studuit ». Il cite encore cette vie en 1657, cf. Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 3, p. 45.

602 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 15, p. 72 : « Willelmus, quem Ducum Aquitaniae appellat auctor ejus vitae M. S. » et plus loin : « in ejusdem vita. quae extat apud Bernardum. Guidonis ». Il s’agit de Guillaume de Gellone, petit-fils de Charles Martel, comte de Toulouse, duc d’Aquitaine et marquis de Septimanie, né vers 750-755, et mort vers 812-815.

603 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 14, p. 141. Il met en valeur ce document une seconde fois, au sujet de saint Babil, dont « le corps repose dans la basilique Saint-Orient, à Auch. Gesta ejus MS. », Renan, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 11, p. 135.

604 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 10, cap. 6, p. 184. La vie de cet abbé fut éditée et traduite récemment par E. Treissac, La Vie de Saint-Gérard de Corbie, Branne, 1995.

605 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 16, p. 75.

606 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 6, p. 51.

607 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 10, p. 60.

608 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 4, p. 47.

609 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 5, cap. 19, p. 186.

610 Malheureusement nommé par Auteserre saint Isère.

611 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 2, p. 44.

612 J. Vezin, « Recension de dom J. Dubois, o.s.b., Le martyrologe d’Usuard, texte et commentaire, Bruxelles, 1965 », Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 1969, vol. 127-2, pp. 488-490.

613 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 8, cap. 10, p. 109. Le Speculum sanctorale, toujours inédit, a fait l’objet de la thèse d’A. Dubreil-Arcin, Autour du Speculum sanctorale de Bernard Gui : ou l’écriture hagiographique, entre vues universelles, logiques grégaires et destins de clochers (XIIIe-milieu XIVe siècle), Toulouse, Lettres, dactyl., 2007. Concernant ce sujet, v. J.-L. Lemaître, « Bernard Gui et les saints limousins », Bulletin de la Société des Lettres, Sciences et Arts de la Corrèze, 1991, vol. 94, no 1, pp. 22-44.

614 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 8, p. 18.

615 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 9, cap. 2, p. 130.

616 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 6, cap. 2, p. 3.

617 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 17, p. 146. Cette mention est à coupler avec les informations données par Labbé dansl’Appendix, non paginé, du second tome de ses Novae Bibliothecarum manuscriptorum librorum. Il y publie des variantes à la Vie de saint Didier, d’après le manuscrit fourni par Claude Joly (venant donc d’Auteserre). De plus, il donne des « variae lectiones [...] ex MS Moyssiacensi » concernant les Actis S. Antonini, et les Vies de S. Amans et de S. Julien. Ce second manuscrit fourni par Joly a ainsi toutes les chances d’avoir été en la possession d’Auteserre au moment de la rédaction de son ouvrage.

618 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 9, cap. 10, p. 153.

619 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 22, p. 46.

620 Il cite, par exemple, la « Vie de saint Amans, évêque de Rodez, éditée par Surius », Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 5, cap. 17, p. 182 ; ou encore la « Vie d’Odon de Cluny », Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 8, cap. 9, p. 106.Il y a en tout plus de soixante occurrences dans les deux volumes des Rerum.

621 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 3, cap. 8, p. 97. Saint Arède d’Atane (511-591), plus connu sous le nom de saint Yrieix, fut apôtre du Limousin. Saint Grégoire de Tours, Histoire des Francs, lib. 10, cap. 20, mentionne ce testament.

622 Christophe Pasturel (1603-1649), en religion le P. Thomas d’Aquin de Saint-Joseph. Il a publié un certain nombre d’études historiques, dont une sur les origines de la première race des rois de France, et, en 1646, une Histoire de la vie de sainct Calmine, à la suite de laquelle il édite quelques pièces manuscrites tirées d’un sanctoral de l’église d’Oppidum Aquinae, au diocèse de Tulle, et une Vita sancti Calminii d’un « vieux code manuscrit du monastère de Mozac », peut-être le lieu d’origine du Testament envoyé à Auteserre. Cette publication est citée par Auteserre, Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 16, p. 75. Il évoque aussi le « poème généalogique du duc Ansbert, que le R. P. Thomas d’Aquin, carme déchaux, homme très savant en antiquités, a donné récemment et a illustré de notes », Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 6, p. 14. Une telle insistance nous pousse à le croire ami personnel d’Auteserre.

623 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 6, cap. 8, p. 20.

624 Dissertationes, Opera, t. 9, lib. 3, cap. 11, p. 77.

625 Ducs, Opera, t. 5, p. 80: « Chartular. M. S. Alphons. Com. ».

626 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 6, cap. 16, p. 40. Il est intéressant de constater que le premier éditeur scientifique de ce testament fut le P. Labbé, qui publia un « fragmentum brevissimum » tiré lui aussi des archives de Saint-Martin de Tours. La première édition complète fut donnée par dom Ruinart, en tête des œuvres de saint Grégoire de Tours. L’édition critique est due à J.-M. Pardessus, Diplomata, chartae, epistolae, leges aliaque instrumenta ad res Gallo-Francicas spectantia, Paris, t. 1er, 1843, no CLXXX, pp. 136-141.

627 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 3, cap. 10, p. 100.

628 J. Besly, Histoire des comtes de Poictou et des ducs de Guyenne, Paris, 1647, non paginée, placée après l’Avant-propos. Cette liste impressionne par son ampleur, et l’on constate que le second tome des Novae Bibliothecarum manuscriptorum librorum du P. Labbé contient de nombreuses pièces imprimées « d’après le codex de Jean Besly, communiqué par les frères Dupuy ».

629 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 10, cap. 7, p. 186.

630 J. Besly, Histoire des comtes de Poictou et des ducs de Guyenne, Paris, 1647, pp. 380-3 81.

631 Anastase. Opera, t. 3, p. 41, note sur Honorius.

632 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 10, cap. 4, pp. 178-179. Les douze lignes de cette inscription sont reproduites de manière identique par J. Marion, « L’abbaye de Moissac. Notes d’un voyage archéologique dans le sud-ouest de la France », Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 1850, vol. 11, p. 109.

633 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 8, cap. 4, p. 95.

634 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 11, pp. 23-24: « Avgvsto. Sacrvm. Et genio. Civitatis. Bitv. Viv. ».

635 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 3, p. 7. Il cite encore ce recueil, sous le nom d’usage de « Notis Tyronis », du fait que Gruter y a inscrit plus de 13000 notes tironiennes, Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 10, p. 22.

636 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 11, p. 137.

637 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 2, cap. 2, p. 55.

638 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 88, p. 130.

639 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 18, 22, 33, 36.

640 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 6, 11, 25, 31, 38, 40.

641 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 3, cap. 3, p. 88.

642 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 9, p. 133.

643 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 5, p. 13.

644 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 3, cap. 4, p. 91: « Veteribus tabulis capitulares ».

645 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, pp. 165, 166, 168, 176, 179, 187, 189, 195, 202.

646 Cf. infra. p. 354 s.

647 Jean Bouchet, Les Annales d’Aquitaine, faicts et gestes en sommaire des roys de France, et d’Angleterre, et pais de Naples et de Milan, Poitiers, 1557.

648 Jean de La Haye, Les Mémoires et recherche de France et de la Gaulle acquitanique, Paris, 1581.

649 Reram, Opera, t. 4, vol. 1, Proemium, p. 2.

650 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 12, p. 63: « Auctore Lurbeo rerum Burdegalensem scriptore ».

651 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 18, 100; vol. 2, p. 56.

652 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 10, cap. 1, p. 170. Jean Bouchet avait publié, en 1525, à Poitiers, Les Annalles d’Acquitaine, faictz et gestes.

653 Nous ne retiendrons que les auteurs nés avant la date traditionnellement attribuée à la « chute de Rome ».

654 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 2, 7, 10. Nous limitons les renvois à trois, le cas échéant, puisés dans le livre 1er uniquement.

655 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 2, 41, 44.

656 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 20, 30, 36.

657 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 2.

658 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 4, 47.

659 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 43.

660 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 10, 14, 17.

661 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 36, 47, 49.

662 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 49.

663 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 7, 14, 17.

664 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 24.

665 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 10, 14, 49.

666 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 37.

667 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 29, 49.

668 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 17.

669 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 2.

670 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 5.

671 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 35.

672 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 49.

673 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 3, 29, 40.

674 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 11, 30, 31.

675 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 34.

676 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 43.

677 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 6, 41,45.

678 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 31.

679 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 4, 11,24.

680 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 11, 14, 33.

681 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 6.

682 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 16, p. 35. Il est à noter qu’Auteserre donne systématiquement le texte grec d’origine, et fournit ensuite sa propre traduction latine.

683 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 2, cap. 6, p. 62.

684 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 2, cap. 6, p. 63.

685 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 2, cap. 6, p. 64.

686 Auteserre est tributaire de ses prédécesseurs, v. CL.-G. Dubois, Celtes et Gaulois au XVIe siècle : Le développement littéraire d’un mythe nationaliste, Paris, 1972.

687 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 2-21, pp. 64-82.

688 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 74.

689 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 73.

690 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 67.

691 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 62, 76, 80.

692 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 62, 67, 77.

693 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 63, 69, 71.

694 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 76.

695 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 76.

696 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 66, 74, 77.

697 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 63, 69, 79.

698 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 74, 81, 82.

699 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 66, 77.

700 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 67, 72.

701 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 62, 70, 76.

702 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 81, 82.

703 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 66.

704 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 66, 67, 68.

705 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 62.

706 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 68, 77.

707 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 62, 73, 76.

708 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 68.

709 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 73.

710 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 65. Auteur d’un panégyrique Pro instaurandis scholis, qui se trouvait dans le recueil manuscrit des Panegyrici latini, au même titre que Pacatus, imprimé à Anvers en 1599.

711 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 75.

712 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 65. Disciple de Libanius, il traduisit en grec le Bréviaire d’Eutrope, son ancien condisciple, livre cité par Auteserre, cf. P. Petit, Les étudiants de Libanius, Paris, 1957, p. 24.

713 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 62. Il cite la seule œuvre connue de cet orateur bordelais, un Panégyrique de Théodose.

714 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 65, 69.

715 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 70, 71, 76.

716 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 61, 62.

717 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 71.

718 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 73.

719 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 69.

720 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 80.

721 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 65.

722 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 65.

723 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 60, 63, 65.

724 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 69.

725 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 63.

726 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 54.

727 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 68.

728 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 2, cap. 15, p. 74.

729 Innocent III, Opera, t. 10, p. 271.

730 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 145.

731 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 181.

732 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 201.

733 Fictions, Opera, t. 6, p. 13.

734 Institutes, Opera, t. 7, lib. 1, cap. 1, p. 2.

735 Fictions, Opera, t. 6, p. 32.

736 Innocent III, Opera, t. 10, p. 556.

737 DJE, Opera, t. 1, lib. 1, cap. 1, p. 3.

738 Institutes, Opera, t. 7, p. 66.

739 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 181. Il est autrement appelé « Comicus » quand il cite l’Hécyre, acte 5, scène 2, Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 46.

740 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 109.

741 Fictions, Opera, t. 6, p. 86.

742 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 129.

743 Innocent III, Opera, t. 10, p. 11.

744 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 120.

745 Institutes, Opera, t. 7, p. 287.

746 Institutes, Opera, t. 7, pp. 67, 49, 248.

747 Fictions, Opera, t. 6, p. 98.

748 Ducs, Opera, t. 5, p. 54.

749 Innocent III, Opera, t. 10, pp. 488, 669, 923.

750 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 87.

751 Institutes, Opera, t. 7, pp. 19, 22.

752 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 126.

753 Innocent III, Opera, t. 10, pp. 709, 813.

754 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 203.

755 Innocent III, Opera, t. 10, p. 380.

756 Fictions, Opera, t. 6, p. 40.

757 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 295.

758 Institutes, Opera, t. 7, p. 75.

759 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 125.

760 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 162.

761 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, pp. 56, 148.

762 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 126.

763 Innocent III, Opera, t. 10, p. 390.

764 Fictions, Opera, t. 6, p. 40.

765 Institutes, Opera, t. 7, p. 25.

766 Fictions, Opera, t. 6, p. 31.

767 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 139.

768 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, pp. 83, 139.

769 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 92.

770 Innocent III, Opera, t. 10, p. 888.

771 Innocent III, Opera, t. 10, p. 489.

772 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 110.

773 Innocent III, Opera, t. 10, pp. 254, 436, 694.

774 Innocent III, Opera, t. 10, p. 692.

775 Fictions, Opera, t. 6, pp. 2, 15.

776 Innocent III, Opera, t. 10, p. 823.

777 Asceticon, Opera, t. 2, pp. 62, 78, 102.

778 Institutes, Opera, t. 7, p. 126.

779 Innocent III, Opera, t. 10, p. 143.

780 Innocent III, Opera, t. 10, p. 225.

781 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 178, 179.

782 Ducs, Opera, t. 5, Index, p. 276, v° Faida; p. 287, v° Leudes.

783 Les noms d’auteurs non suivis de note de bas de page sont présentés dans la liste donnée en Annexe 2. Ceux qui sont mentionnés ailleurs dans le corpus d’Auteserre sont présentés avec indication de la citation.

784 Innocent III, Opera, t. 10, p. 403, commentaire sur X, 2, 24, 25.

785 Il écrit par exemple : « Ab eadem aetate in ecclesia Alexandrina percelebres fuere sacrarum litterarum scholae, in quibus claruere Pantaenus, Clemens, Origenes, Heraclas, & alii quos memorat Eusebius », Dissertationes, Opera, t. 9, lib. 2, cap. 7, p. 48.

786 S’il n’est évidemment pas le seul à s’intéresser à l’histoire byzantine, il ne fait pas partie de la majorité de ceux pour qui, « à partir de la querelle iconoclaste, et plus encore lorsque le schisme vient séparer définitivement les deux moitiés de la chrétienté, Byzance devient [...] un véritable repoussoir. Rares sont donc les auteurs français qui s’intéressent réellement à l’histoire religieuse byzantine au-delà du VIIème siècle », M.-H. Blanchet, « Louis Ellies Du Pin (1657-1719), historien de Byzance », Revue de l’histoire des religions, 2009, no 226-3, p. 400. Bon connaisseur du monde byzantin, il n’apprécie pas toujours les positions orthodoxes, en tant que schismatiques ou déviantes. Un exemple provient de la pratique de la communion eucharistique : « Dans les premiers temps de l’Eglise [...] l’on communiait quotidiennement, comme le dit saint Cyprien [...]. Au début du quatrième siècle, à Rome et en Occident, cette pieuse coutume n’avait pas disparu, au témoignage de saint Jérôme, de saint Ambroise et de saint Augustin. Mais en Orient cette coutume avait cessé, et la chose fut réduite à une communion l’an » (Dissertationes, Opera, t. 9, lib. 6, cap. 4, p. 150). Auteserre sait faire preuve de clémence, en écrivant notamment : « Les Grecs usent de rites différents de ceux des latins, ce que l’Eglise Romaine toléra, quoad fas fuit » (Innocent III, Opera, t. 10, p. 689, commentaire sur X, 3, 42, 6). Cependant, il constate qu’« il est interdit aux latins de contracter mariage avec des grecs, sans le consentement du souverain pontife ». Auteserre se durcit parfois à l’encontre des « Graeci falsi artifices », des « Graeci impostores » qui corrompent les manuscrits du concile d’Ephèse (Grégoire le Grand, Opera, t. 3, p. 200, observation sur Lib. 5, Ep. 14). Pour ce faire, il n’hésite pas à invoquer l’autorité de Cicéron et de saint Jérôme, terribles envers ces « illettrés » et ces « charlatans ». Toutefois, en bon catholique soucieux d’oecuménisme, il espère un retour à l’unité, comme il l’écrit dans sa dédicace à Clément IX : « Redeat ecclesia Graeca in sinum matris » (Grégoire le Grand, Opera, t. 3, p. 110, Dédicace).

787 Grégoire le Grand, Opera, t. 3, pp. 127, 170, 239.

788 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 66, 69, 137.

789 Ducs, Opera, t. 5, pp. 40, 43.

790 Asceticon, Opera, t. 2, p. 18. Il tire aussi profit de l’historien anglais William Camden (1551-1623).

791 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 125.

792 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 190.

793 Fiefs, Opera, t. 5, pp. 149, 155.

794 Ducs, Opera, t. 5, p. 28.

795 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 199.

796 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 214.

797 Fiefs, Opera, t. 5, p. 147. Sur ce juriste, v. J. Krynen, « Dubois(de Bosco), Pierre », DHJF, p. 262.

798 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, pp. 197-198; Ducs, Opera, t. 5, pp. 49, 64.

799 M. Cassan, « Une « Histoire de l’Aquitaine » manuscrite d’après un officier « moyen » de justice au XVIIème siècle », dans J. Mondot, Ph. Loupés (dir.), Provinciales. Hommage à Anne-Marie Cocula, Bordeaux, 2010, vol. 1, p. 222. Pierre Robert a, par ailleurs, des méthodes proches de celles d’Auteserre : « En préambule à cette histoire de l’Aquitaine, Pierre Robert aborde deux thèmes : l’étymologie distinctive de l’Aquitaine et de la Guyenne, la description, les limites, l’étendue, les subdivisions administratives, judiciaires de la province » (p. 220). Cependant, il ne cite jamais Auteserre, son précurseur de huit ans.

800 Institutes, Opera, t. 7, pp. 11, 194.

801 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 105.

802 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 186.

803 Fiefs, Opera, t. 5, p. 145.

804 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 187.

805 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 66, 67, 77. Nous n’avons pu déterminer s’il s’agissait d’Hésychius de Milet ou d’Hésychius d’Alexandrie, tous deux vivant au VIème siècle, l’un grammairien, l’autre historien, mais tous deux auteurs d’un dictionnaire.

806 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 74.

807 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 74.

808 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 121, 144, 164.

809 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 93, 94.

810 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 15, p. 72 : « Petrus Equilinus », de son nom complet Petrus de Natalibus Equilinus, mort vers 1406.

811 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 211.

812 Fiefs, Opera, t. 5, p. 154.

813 Dissertationes, Opera, t. 9, lib. 4, cap. 15, p. 108.

814 Dissertationes, Opera, t. 9, lib. 5, cap. 5, p. 124.

815 Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 6, p. 51. Il cite son Rerum Burgundionum Chronicon.

816 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 84.

817 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 131.

818 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 174. Il est qualifié par Auteserre de « vir doctissimus ».

819 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 53.

820 Dissertationes, Opera, t. 9, lib. 6, cap. 12, p. 166.

821 Dissertationes, Opera, t. 9, lib. 5, cap. 5, p. 124.

822 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 87.

823 Fictions, Opera, t. 6, tract. 6, cap. 19, p. 98.

824 M.-B. Bruguière, Littérature et droit dam la Gaule du Vème siècle, Paris, 1974, Introduction, I. Les documents et les hommes, pp. 19-36.

825 M.-B. Bruguière, op. cit., p. 31.

826 Ce manque est difficilement expliquable, puisque d’autres juristes antérieurs ont utilisé ce texte, à l’exemple de Ch. Loyseau, Traicté des seigneuries, Paris, 1609, 2ème éd., chap. IX, § 60, p. 213, pour expliquer l’expression « Juges sous l’orme ».

827 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 73, 88.

828 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 6, 52.

829 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 41, 45.

830 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 92.

831 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 30, 57, 90, 93 et vol. 2, p. 1. Auteserre le nomme Itinerar. Le titre donné par les éditeurs modernes est celui de De reditu suo, leçon du manuscrit de Vienne, « l’autre manuscrit, le Romanus, nomme le poème Itinerarium. J. Carcopino [...] corrige le titre en Iter marinum ou maritimum », M.-B. Bruguière, op. cit., p. 20.

832 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 24, vol. 2, p. 1.

833 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 25, 26, 27, 110, 148, 155, 159, 160, 161, 162. Auteserre cite les lettres 2, 5, 6, 7, 9, 12, 16, 23, 25, 28, 36 et 41.

834 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 54, 91.

835 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 54, 180, 183, 185.

836 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 180.

837 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. 158-159, 161, 173.

838 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 51, 60, 90, 94, 163, 169, 170, 175.

839 M.-B. Bruguière, op. cit., p. 24.

840 Renan, Opera, t. 4, vol. 1, p. 166. Les autres citations sont aux pp. 65, 157, 168, 169, 170.

841 Renan, Opera, t. 4, vol. 1, pp. 41, 55, 143, 170.

842 M.-B. Bruguière, op. cit., p. 27.

843 BNF, Languedoc, ms. 101, Biographies II, f° 55.

844 Anastase, Opera, t. 3, p. 105, note sur Adrien II. L’exemple qu’il tire du droit romain est celui de la confusion entre « Brundusium et Brentesium, L. Qui Romae, § Callimachus, de V.O. [D. 45, 1, 122] ».

845 Renan, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 7, cap. 6, p. 51.

846 Renan, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 17, p. 146.

847 Th. Issartel, « La quête de Beneharnum. Les historiens et l’emplacement de la cité des Venarni (XVIè-XXè s.) », Revue de Pau et de Béarn, 1993, no 20, pp. 41-87. L’auteur affirme d’emblée, p. 41 : « Tout le monde aujourd’hui convient que Beneharnum [...] correspond à la ville de Lescar ». Il rapporte que « l’autre grande figure de l’érudtion historique [outre Marca] du XVIIème siècle, Arnaut d’Oïhenart (1592-1667), ne se rallia pas à la thèse de Marca » (p. 65).

848 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 19, p. 40.

849 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 125, observation sur Lib. 6, cap. 4.

850 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 146, observation sur Lib. 7, cap. 14. Dans ses notes sur Grégoire le Grand, Opera, t. 3, p. 242, observation sur Lib. 8, Ep. 62, il ajoutait : « [...] hastulam. Quelques versions portent à tort castulam ».

851 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 149, observation sur Lib. 7, cap. 22. Auteserre est toutefois le seul auteur à proposer cette lecture.

852 Clémentines, Opera, t. 5, p. 204, commentaire sur 3,10, Attendentes.

853 Grégoire le Grand, Opera, t. 3, p. 126, observation sur Lib. 1, Ep. 30.

854 E. Carette, Les Assemblées provinciales de la Gaule romaine, Thèse droit, Paris, 1895, pp. 450-456.

855 M.-B. Bruguière, Littérature et droit dans la Gaule du Vème siècle, Paris, 1974, p. 126. Sur cette institution, v. lère partie, titre 1er, chap. 2 : « Le concilium VII provinciarum », pp. 122-139.

856 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 2, p. 116.

857 St. Prioux, La Villa « Brennacum », étude historique, Paris, 1856.

858 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, Dédicace, p. XIX.

859 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 78, observation sur Lib. 4, cap. 31.

860 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 17, p. 145.

861 J. de Launoy, De Victorino episcopo et martyre. Dissertatio, Paris, 1653. L’ouvrage est toutefois postérieur à celui d’Auteserre, cf. M. Dulaey, Victorin de Poetovio : premier exégète latin, Paris, 1993, vol. 2, p. 10, n. 25.

862 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 8, observation sur Lib. 1, cap. 17.

863 Sur cette question, parmi une bibliographie immense, v. E. Griffe, La Gaule chrétienne à l’époque romaine, t. I. Des origines chrétiennes à la fin du IVe siècle, Paris, 1964, nouvelle édition.

864 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 9, observation sur Lib. 1, cap. 28.

865 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 9, p. 133.

866 D’ailleurs, il se pose cette question toute rhétorique: « Creditur Paulus per Galliam transiisse in Hispaniam: dicesne Paulum neglecta Gallia totum se convertisse ad Hispanos, & Christianam fidem, quae igneo spiritu ferebatur, pedestri & testudineo gradu in Galliam accessisse? ».

867 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 4, cap. 9, p. 134.

868 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 4, observation sur Lib. 1, prologue.

869 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 22, observation sur Lib. 2, cap. 3.

870 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 5, cap. 1, p. 149. Ausone lui consacre le chapitre 17 de ses Souvenirs aux professeurs de Bordeaux.

871 Auteserre se trompe néanmoins légèrement, car ce ne sont pas ses fils, mais Flavius Dalmatius lui même qui fut fait César en 335.

872 Innocent III, Opera, t. 10, p. 431, commentaire sur X, 2, 27, 12.

873 Grégoire le Grand, Opera, t. 3, p. 149, observation sur Lib. 2, Ep. 8. Un auteur contemporain concluait à propos de cette expression : « Ewald et Hartmann l’expliquent par un pluriel de majesté. Altessera et les Maurini croient que le pluriel désigne Maurice et Théodose. Cette solution semble préférable », P. Goubert, s.j., Byzance avant l’islam, Paris, 1955, t. 1er, p. 200.

874 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 56, observation sur Lib. 3, cap. 10.

875 Anastase, Opera, t. 3, p. 14, note sur Sylvestre.

876 Anastase. Opera, t. 3, p. 19, note sur Sylvestre.

877 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 3, cap. 3, p. 87.

878 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 131, observation sur Lib. 6, cap. 12.

879 Fiefs, Opera, t. 5, cap. 1, p. 133.

880 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 5, p. 10.

881 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 8, p. 17.

882 Grégoire le Grand, Opera, t. 3, pp. 253-254, observation sur Lib. 9, Ep. 71.

883 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 300.

884 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 22, p. 46.

885 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 22, p. 45.

886 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 62, observation sur Lib. 3, cap. 19.

887 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 63, observation sur Lib. 3, cap. 19.

888 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 115, observation sur Lib. 5, cap. 40

889 Fiefs, Opera, t. 5, cap. 1, p. 131.

890 Fiefs, Opera, t. 5, cap. 1, p. 132.

891 Fiefs, Opera, t. 5, cap. 1, p. 133. Auteserre s’inscrit dans la lignée de Du Moulin, qui rejette « les assimilations simplistes, fréquentes chez les Docteurs médiévaux, des institutions coutumières et des institutions romaines, du vassal et de l’affranchi, du fief, ou de la censive, et de l’emphytéose, et les consequences juridiques qui en découlaient », J.-L. Thireau, Charles Du Moulin (1500-1566). Etude sur les sources, la méthode, les idées politiques et économiques d’un juriste de la Renaissance, Genève, 1980, pp. 105-106.

892 J.-P. Poly, E. Bournazel, La mutation féodale, Paris, 1980, p. 106.

893 Fiefs, Opera, t. 5, cap. 1, p. 133. Ceci est corroboré dans J.-P. Poly, E. Bournazel, La mutation féodale, Paris, 1980, pp. 111-112 : « Après le désastre de Roncevaux en 778, Charlemagne et ses conseillers procédèrent à ce que nous appellerions une épuration du personnel dirigeant en Aquitaine – comtes et abbés – et y introduisirent ‘beaucoup de ces autres hommes qu’on appelle vulgairement vassi, de race franque’ [...] Le vasselage ‘à la franque’tend ainsi à se répandre dans le Midi ». Auteserre donne pour preuve de l’origine franque la formule de porrection des mains servant pour la commende : « Et ut feuda manarunt ex moribus Galliae, eodemfonte efflucit commendationis vassorum, idestfidelitatis & hominii, per manuum porrectionem formula. Aimoinus : Illuc & Tassilo Dux [...] ». Là encore, ce qu écrivent J.-P. Poly et E. Bournazel, (p. 106), permet de confirmer son analyse : « Il y avait donc une façon franque de se commander, par la dation des mains ».

894 Fiefs, Opera, t. 5, cap. 1, p. 132.

895 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 2, cap. 8, p. 66.

896 Innocent III, Opera, t. 10, pp. 46-47, commentaire sur X, 1,3,28.

897 Grégoire le Grand, Opera, t. 3, p. 149, observation sur Lib. 2, Ep. 9.

898 De re Ascetica, p. 1. Cette brève lettre de réplique ne comporte que deux pages, au format in-4°.

899 Asceticon, Opera, t. 2, lib. 1, cap. 11, p. 25.

900 De re Ascetica, pp. 1-2.

901 De re Ascetica, p. 2.

902 M.-H. Vicaire, o.p., Saint Dominique de Caleruega d’après les documents du XIIIème siècle, Paris, 1955, p. 257. Pour Grégoire IX, les quatre chars de Zacharie sont les princes des peuples et les puissants ; les bénédictins ; les cisterciens ; les dominicains et les franciscains.

903 Bien que perdu, Auteserre avait rédigé un dictionnaire des anciens jurisconsultes, v. supra Partie 1, Chap. 1, Section 2, § 1.

904 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 44; vol. 2, p. 42.

905 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 44; vol. 2, p. 42-43, 307. Il préfère souvent l’opinion de Martinus à celle de Bulgarus, qui au sujet du décès d’une fille dotée, laissant des enfants, admettait la répétition de dot donnée au père : « Et sententia Martini, quasi aequior, obtinuit propter liberos », Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, p. 43.

906 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, pp. 189, 258.

907 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, pp. 19, 25, 41

908 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, pp. 33, 268, 355.

909 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 353.

910 Fictions, Opera, t. 6, p. 95.

911 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 353.

912 Institutes, Opera, t. 7, pp. 5, 311.

913 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, pp. 169, 251, 395.

914 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, p. 336.

915 Fictions, Opera, t. 6, p. 2.

916 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, p. 297, 355, 380.

917 Fictions, Opera, t. 6, p. 6; Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 47.

918 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, pp. 353, 412.

919 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, pp. 76, 84, 158; vol. 2, p. 95.

920 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 349.

921 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, p. 95.

922 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 64.

923 Fictions, Opera, t. 6, p. 78.

924 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, pp. 1, 44, 45. Cujas est l’auteur le plus souvent cité, avec environ une centaine de renvois dans les deux volumes de Recitationes.

925 Institutes, Opera, t. 7, pp. 36, 252. Il se reconnaît en quelque sorte inférieur à lui en écrivant au sujet de la loi Aquilia : « A quelle époque cette loi fut donnée, Hotman reconnaît qu’il l’ignore, et moi non plus je n’en sais franchement rien ; mais j’observe qu’elle fut citée par Cicéron ». Il en profite pour donner, dans un réflexe critique, le passage concerné dans une lettre adressée à Brutus (34) : « [...] lege Aquilia de injuria (sic enim legendum, non ut vulgo, de justicia) » (p. 252).

926 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, pp. 27, 68, 95.

927 Fictions, Opera, t. 6, p. 5.

928 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 349.

929 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, pp. 64, 67, 104.

930 Fictions, Opera, t. 6, p. 78.

931 Fictions, Opera, t. 6, p. 127, 129.

932 Fictions, Opera, t. 6, p. 6.

933 Fictions, Opera, t. 6, p. 78.

934 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 76, vol. 2, p. 266.

935 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 125, vol. 2, p. 403.

936 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, p. 272.

937 Institutes, Opera, t. 7, pp. 11, 119, 197.

938 Institutes, Opera, t. 7, p. 243.

939 Fictions, Opera, t. 6, Préleçon du 19 octobre 1656, p. 127.

940 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 74, observation sur Lib. 4, cap. 24.

941 ST. Uomini, « Enjeux historiographiques des représentations nobiliaires : l’exemple des épîtres dédicatoires », dans Ch. Grell, A. Ramière de Fortanier (dir.), Le second ordre : l’idéal nobiliaire. Hommage à Ellery Schalk, Paris, 1999, p. 319. En effet, « il s’agit de prouver que l’œuvre revient naturellement à son bénéficiaire, « comme les eaux retournent en la mer d’où elles sont venues » (dédicace de Cardin Le Bret, Œuvres, 1635) », Y. Νεχον, « Les dédicaces au chancelier Séguier », Dix-Septième Siècle, no 167, 1990, p. 209.

942 Il y a exactement sept dédicaces sur douze qui y ont trait : une à Séguier (1659), une à Lamoignon (1659), une à Colbert (1678), deux à Louis XIV (1678 et 1682), une à Le Tellier (1679) et une à Le Peletier (1680).

943 Fictions, Opera, t. 6, Dédicace, p. XXL

944 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, Dédicace, p. 3.

945 Sur cette affaire, v. J. Krynen, « Le droit romain, “droit commun de la France” », Droits, no 38, 2003, pp. 21-35 ; et l’article fort critique de l’historien P. Ferté, « La réorganisation des études de droit par Louis XIV (1679) : une réforme dénaturée et ses effets pervers », EHDIP, no 11,2007, pp. 55-93.

946 Fictions, Opera, t. 6, Dédicace, p. XXI.

947 Anastase, Opera, t. 3, Dédicace, p. XV.

948 Clémentines, Opera, t. 5, Dédicace, p. 159.

949 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, Dédicace, p. LIII. Cette dédicace date du 4 octobre 1678. Le 10 août précédent, la Paix de Nimègue mettait un terme à la Guerre de Hollande.

950 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, Dédicace, pp. 3-4.

951 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, Dédicace, p. LII.

952 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, Dédicace, p. 3.

953 Fictions, Opera, t. 6, Pars secunda, Dédicace, pp. 75-76.

954 Institutes, Opera, t. 7, Dédicace, p. XXII.

955 Ph. Tamizey, Lettres..., IV, p. 27. Cette mention « commentarium [...] quem proxime in scholis majori ex parte praelegi editurus », qui se trouve dans la lettre manuscrite adressée à Séguier ne figure plus dans l’épître dédicatoire insérée en exorde au commentaire.

956 Clémentines, Opera, t. 5, Dédicace, p. 159.

957 Fictions, Opera, t. 6, Préleçon du 19 octobre 1656, p. 128.

958 Fictions, Opera, t. 6, Préleçon du 19 octobre 1656, p. 131.

959 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, p. 374.

960 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, pp. 375-376.

961 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 373.

962 De laudibus utriusque iuris. Oratio in aperiendis scholarum Nov. 1642, Bibliothèque de la Sorbonne, Archives de l’Université de Paris, U 87 (10), p. 24, cité par L. Brockliss, French higher education in the seventeenth and eighteenth centuries, Oxford, 1987, p. 280, n. 10.

963 Hormis le traité sur les fictions, faisant de rares appels au droit canonique, le reste du corpus romanistique ne fait quasiment jamais référence au droit pontifical. Il y a un exemple fort instructif dans le commentaire des Institutes, révélateur de l’union des deux droits. Traitant de la « division des choses », il expose le caractère de la mer, « qui est commune à tous les hommes [...] dont l’usage est commun, comme l’air » (Institutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 1, p. 66). Puis, il ajoute : « Tamen maris dominium Principis beneficio vel longa consuetudine adquiripotest, & si maris proprium jus, id est proprietas seu dominium, ad aliquem pertineat, datur ei interdiction utipossidetis [...] L. Satie si maris [D. 47, 10, 14] ». Afin de concilier l’opposition apparente entre les Institutes et le Digeste, Auteserre puise un exemple dans le droit pontifical, le règlement d’un litige opposant les vénitiens aux anconiens et aux bolonais quant à la mer Adriatique, du temps de Grégoire X. Comme le souligne P. Th. Fenn, The origin of right of fishery in territorial waters, Cambridge, 1926, pp. 117-118, Auteserre tient ici une position médiane entre les humanistes (Favre, Cujas, Doneau) qui refusent au prince la possibilité d’une possession privative de la mer, et les bartolistes (Bariole, Balde, Caepolla) qui l’acceptent inconditionnellement. Cependant, « his use of the word, proprietas, and his apparent willingness to allow to a private person a right ofproperty in the sea Principis beneficio seem to put him in the advancedposition ». La conclusion de l’auteur peut nous surprendre: « It may be noted here that the greatfigure holding this position is Grotius ».

964 Innocent III, Opera, t. 10, p. 534, commentaire sur X, 3, 8, 5.

965 Innocent III, Opera, t. 10, p. 535, commentaire sur X, 3, 8 ,6.

966 Innocent III, Opera, t. 10, p. 539, commentaire sur X, 3, 8, 8.

967 Innocent III, Opera, t. 10, p. 544, commentaire sur X, 3, 8, 11.

968 Innocent III, Opera, t. 10, p. 551, commentaire sur X, 3, 10, 7.

969 Innocent III, Opera, t. 10, p. 558, commentaire sur X, 3, 12, 1.

970 Innocent III, Opera, t. 10, Dédicace, p. XV.

971 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, Dédicace, p. 3.

972 Auteserre dit glossographis, que nous traduisons par glossateur, plutôt que par glossographe (« celui qui étudie les termes anciens et obscurs »), nous basant sur Du Cange : « GLOSSOGRAPHUS, ut Glossator », Glossarium mediae et infimae latinitatis, éd. augm., Niort, 1885, t. 4, col. 81a.

973 Préleçon no I, Opera, t. 5, p. 227.

974 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, p. 386.

975 DJE, Opera, t. 1, lib. 2, cap. 5, p. 37.

976 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 353.

977 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 354.

978 Institutes, Opera, t. 7, lib. 1, cap. 1, p. L

979 Institutes, Opera, t. 7, lib. 1, cap. 2, p. 4.

980 Institutes, Opera, t. 7, lib. 1, cap. 2, pp. 5-6.

981 Institutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 1, p. 91.

982 Institutes, Opera, t. 7, lib. 1, cap. 22, p. 46.

983 Institutes, Opera, t. 7, lib. 1, cap. 24, p. 53.

984 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 1: « Tryphoninus scripsit notas ad libres Scaevolae digestorum [...] ubi laudat Scaevolam [...]. Hic praeter notas ad Scaevolae libros, scripsit libros disputationum XXI. quorum reliquiae sparsim extant variis digestorum locis, quos quotidiana recitatione confectari Deo juvante mihi propositum est, tamquam utiliores exercitandis & excolendis ingeniis adpalaestram juris civilis ».

985 L’éditeur napolitain confirme ceci: « Item, quod Alteserra commentaturus unius legis initium, aut unum paragraphum. descripsit etiam quae in sequentibus paragraphis continebantur, nulla facta ipsorum mentione; ipse non tantum in titulo paragraphes adjurai, verum etiam in contextu convenientem paragraphum laudavi, utrobique praemisso signe †, quo lectores additionis admonerentur », Recitationes, Opera, t. 8, p. V.

986 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, Ad tit. De aedil. edict., pp. 294-349.

987 BMT, ms 659, f° 49 v° : « Qu’ils conviennent ensemble au commencement de l’année des choses qu’ils doivent enseigner, et ils observent cet ordre que toutes les années l’un d’entre eux enseigne les Institutes, deux traitent du droit canon, deux du droit civil, et le sixiezme de l’un ou l’autre indifferemment ». En 1692 (les données antérieures faisant défaut), les trois professeurs chargés d’enseigner le droit romain dispensent des cours sur le 10ème et le 22ème livre du Digeste. L’année suivante, outre les Institutes, les étudiants travaillent sur les titres De servitutibus (D. 8, 1) et De rebus creditis (D. 12, 1), cf. C. Dounot, art. cit., Annexe, Lectures en droit, p. 200.

988 Si les trois derniers volumes de droit romain sont perdus, néanmoins leur sommaire a été conservé, Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, pp. LV-LVI.

989 Fr. de Boutaric, Les instituts de Justinien conférés avec le droit françois, Toulouse, 1738, p. 24. Son propos est purement pratique, aussi retrouve-t-on souvent ce genre de jugements, par exemple : « Nous n’avons en France, ni Esclaves ni Affranchis ; ainsi ces trois Titres ne sont absolument d’aucun usage parmi nous » (p. 409) ; « Ces trois Titres sont absoluments inutiles » (p. 414).

990 Institutes, Opera, t. 7, lib. 3, cap. 9, p. 194.

991 Institutes, Opera, t. 7, lib. 3, cap. 21, p. 222.

992 Institutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 18, p. 153. Sur la légitime, v. M. Peguera Poch, Aux origines de la réserve héréditaire du code civil : La légitime en pays de coutumes (XVIè-XVIIIè siècles), Aix-en-Provence, 2009.

993 Institutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 10, p. 120.

994 Il cite ailleurs des coutumes toulousaines, sans les rattacher au jus commune, au sujet de la répétition de dot par le père d’une fille mariée prédécédée : « Moribus Tolosanis mortua in matrimonio filia, cedit dos lucro marito », Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, p. 43.

995 Institutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 20, p. 156.

996 Institutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 20, p. 157.

997 Institutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 10, p. 124.

998 Institutes, Opera, t. 7, lib. 4, cap. 16, p. 303.

999 Institutes, Opera, t. 7, pp. 104, 118, 269.

1000 Institutes, Opera, t. 7, pp. 136, 174, 207.

1001 Institutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 6, p. 104.

1002 Institutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 7, p. 110.

1003 J.-L. Thireau, « L’enseignement du droit et ses méthodes au XVIème siècle. Continuité ou rupture ? », RHFDSJ, no 2, 1985, p. 32.

1004 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 332.

1005 Institutes, Opera, t. 7, lib. 1, cap. 19, p. 40. Il écrivait ailleurs, sur le même sujet : « Ce qui est dit [...] du don de tuteur à des enfants légitimes, s’ils ont l’âge parfait, fut ajouté par Tribonien [...] comme l’observe Cujas », Institutes, Opera, t. 7, lib. 1, cap. 14, p. 34.

1006 Institutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 20, p. 164.

1007 Institutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 13, p. 133.

1008 Insdtutes, Opera, t. 7, lib. 2, cap. 11, p. 126.

1009 Insdtutes, Opera, t. 7, lib. 3, cap. 11, p. 195.

1010 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 180.

1011 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, p. 275.

1012 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, p. 237.

1013 Redtationes, Opera, t. 8, vol. 2, p. 270.

1014 Redtationes, Opera, t. 8, vol. 2, p. 325.

1015 Redtationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 68.

1016 Redtationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 69.

1017 Redtationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 118.

1018 Sur l’ancienneté du procédé, v. G. Boyer, « De la fiction dans l’ancien droit oriental », Mélanges d’histoire du droit oriental, t. 2, Paris, 1965, pp. 87-109.

1019 Ce traité, rédigé en latin, occupe 126 pages in-4° dans la réédition napolitaine, réunissant les deux parties publiées respectivement en 1659 (5 livres) et 1679 (2 livres).

1020 Fr. Todescan, Diritto e realtà. Storia e teoria della fictio iuris, Padoue, 1979, p. 141.

1021 Fr. Todescan, op. cit., p. 144. Il écrit en outre (p. 143) : « La réduction de la théorie de la fictio iuris à une multitude de cas particuliers est un témoignage de l’évolution du mos italicus ».

1022 J. Bart, « Fictio juris », Littératures Classiques, no 40, 2000, p. 26. Parmi les auteurs contemporains, P. Legendre, Leçons IV, Paris, 1988, p. 158, évoque ce traité comme « une compilation très instructive sur les fictions du droit ».

1023 I. Maclean, « Legal fictions and fictional entities in Renaissance jurisprudence », dans E. Kessler, I. Maclean (dir.), Res et verba in der Renaissance, (Wolfenbutteler Abhandlungenzur Renaissanceforschung, 21), Wiesbaden, 2002, p. 149.

1024 Fictions, Opera, t. 6, Praefatio editionis Halensis, p. XX.

1025 Eisenhart s’éonnait au plus haut point qu’un tel jurisconsulte n’ait pas trouvé place dans les biographies de Taisand et de Nicéron.

1026 Fictions, Opera, t. 6, Dédicace, p. XXI.

1027 Fictions, Opera, t. 6, Pars secunda, Dédicace, p. 76.

1028 L. Lecoq, De la fiction comme procédé juridique, Thèse droit, Paris, 1914, pp. 32-33, va jusqu’à affirmer : « Alteserra compte cinq classes de fictions [...]. Mais c’est là une division tout à fait arbitraire, et sans aucun caractère scientifique ».

1029 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 7, p. 6.

1030 Fictions, Opera, t. 6, tract. 2, cap. 1, p. 27.

1031 Fictions, Opera, t. 6, tract. 2, cap. 15, p. 37.

1032 Fictions, Opera, t. 6, tract. 3, cap. 1, p. 38.

1033 Fictions, Opera, t. 6, tract. 4, cap. 1, p. 60.

1034 Fictions, Opera, t. 6, tract. 5, cap. 6, p. 71.

1035 Fictions, Opera, t. 6, tract. 5, cap. 6, p. 72.

1036 Rédigés en 1676, ils parurent en 1679.

1037 Fictions, Opera, t. 6, tract. 2, cap. 8, p. 33: « Legatum Principi relictum, eo mortuo ante diem legati cedentem transit in successorem »; Fictions, Opera, t. 6, tract. 7, cap. 10, p. 114: « Si legatum relictum sit Principi. & antequam dies legati cederet, e vivis sublatus sit, legatum non sit caducum, sed transmittitur ad successorem ».

1038 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 8, pp. 7-8; tract. 6, cap. 8, pp. 86-87.

1039 Y. Thomas, « Fictio legis. L’empire de la fiction romaine et ses limites médiévales », Droits, no 21, 1995, p. 21 : « Les premiers textes où ce procédé soit nommément désigné comme fictio renvoient à une fiction de la loi, fictio legis, et plus précisément à une fictio legis Corneliae [D. 49, 15, 22 et D. 41, 3, 15] ». Article, fondamental sur ces questions, qui fut repris pour sa seule partie médiévale dans « Les artifices de la vérité en droit commun médiéval », L’homme, no 175-176,2005, pp. 113-130.

1040 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 1, p. 1; tract. 1, cap. 3, p. 3; tract. 4, cap. 6, p. 64; tract. 5, capp. 1 et 2, pp. 68-69; tract. 7, cap. 3, p. 105, cap. 4, p. 107.

1041 Fictions, Opera, t. 6, tract. 7, cap. 13, p. 118.

1042 Fictions, Opera, t. 6, tract. 7, cap. 16, p. 122: « Lex falcidia locum habet in testamento ejus, qui captus ab hostibus ibi decessit, quia testamentum confirmaturfictione legis Corneliae, qua fingitur obiisse in civitateprimo captivitatis momento ».

1043 Un exemple topique est fourni par cet extrait (Fictions, Opera, t. 6, tract. 7, cap. 10, p. 114) :
« Furiosus per omnia absentis & quiescentis loco habetur ; l. 2 § pen. de jur. codicill. quia pro nullo habetur. Servi fugitivi dicuntur furtum sui facere : l. 1 C. de serv. fugitiv. quia fuga dominis subripiunt. Lites videntur haber sua fata ; & hoc est quod dicitur in l. 1 C. de offic. civil. judicior. dum causarum merita & fata panduntur, & advocati dicuntur dirimere fata causarum ; l. advocati, C. de advocat. divers. judic. propter aleam & incertum eventum judiciorum ; l. ult. C. quibus ad libert. proclamat. non lic. Cujac. 16 obs. 9. Remissio non videtur esse donatio, sedpotius transactio [...] ».
Le titre de ce chapitre révèle lui-même la confusion : « Caput X. Quodevincitur, in bonis nostris non habetur. Aqua pluvia nocere videtur, quae nocere potest. Legatum relictum Principi, mortuo Principe ante diem legati cedentem, transmittitur ad successorem, quia Princeps semper vivere intelligitur. Furiosus pro absente & quiescente habteur. Servi fugitivi dicuntur furtum suifacere. Quaedam sunt fata causarum. Remissio non est donatio, sed transactio. Pecunia dicitur sterilis, quia natura sua non parit usuram ». De plus, l’on voit mal ce que vient faire la remissio dans ce traité, ce procédé contenant une condition tacite, qui est difficilement assimilable à une fiction.

1044 A titre d’exemple de cette postérité, l’on peut noter l’actuel regain d’intérêt, de la part des historiens de la littérature, pour la figure d’Auteserre et son traité des fictions, cf. O. Guerrier, Quand « les poètes feignent » : « fantaisie » et fiction dans les Essais de Montaigne, Paris, 2002, qui consacre son sixième chapitre aux « Influences philosophiques et juridiques », et ne manque pas de citer Auteserre, p. 385, n. 65 ; id., « Fictions du droit et espace littéraire », Littératures, no 47, 2002, pp. 55-65 ; id., « Le champ du « possible » : de la jurisprudence aux Essais », dans M.-L. Demonet, A. Legros (dir.), L’écriture du scepticisme chez Montaigne, Genève, 2004, pp. 162-163 ; id., « La poésie chez les juristes humanistes », dans L. Giavarini (dir.), L’Ecriture des juristes, XVIème-XVIIIème siècle, Paris, 2010, p. 235 ; St. Geonget, La notion de perplexité à la Renaissance, Genève, 2006, lère partie, Antinomie des lois, pp. 115-116, qui souligne l’apport d’Auteserre à la justification du procédé ; Fl. Libral, « Entre démystification du surnaturel et justification de la Providence : le récit d’événement de 1623 à 1633 », dans E. Boisset, Ph. Corno (dir.), Que m’arrive-t-il ? Littérature et événement, Rennes, 2006, pp. 138, 142 ; M. Xifaras, « Les fictions juridiques », Conférence à l’Université d’Orléans, 25 février 2008.

1045 Fictions, Opera, t. 6, Argumentum operis, p. XXIII.

1046 Ceci lui sera explicitement reproché, cf. M. Bouchaud, « Recherches historiques sur les édits des Magistrats romains, 4ème mémoire, Des Edits des Préteurs », dans Mémoires de littérature [...] de l’Académie royale des instructions et belles-lettres, t. 41, 1780, pp. 117-118 : « Nous ne voyons donc pas pourquoi les fictions du droit Romain plaisent si fort à tant de Commentateurs qui ne tarissent point sur l’éloge qu’ils en font. Hauteserre, en particulier, porte les choses à un excès ridicule. Ce Savant, mais superstitieux Commentateur, s’efforce de justifier ces fictions par des exemples tirés de l’Ecriture ».

1047 L’expression pactum salis se retrouve en effet à plusieurs reprises dans la Bible pour désigner une alliance inviolable, par analogie avec la nature incorruptible du sel, cf. Nb, XVIII, 19 : Pactum salis est sempiternum corum Domino, tibi ac filiis tuis (C’est un pacte de sel à perpétuité devant le Seigneur, pour vous et vos fils) ; II Paralip., XIII, 5 : Num ignoratis quod Dominus, Deus Israel, dederit regnum David super Israel in sempiternum, ipsi et filiis eius, pactum salis ? (Ignorez-vous que le Seigneur Dieu d’Israël a donné pour toujours la souveraineté sur Israël à David et à ses descendants par un pacte de sel ?).

1048 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 1, p. 1.

1049 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 1, p. 1.

1050 Y. Thomas, art. cit., p. 17. L’auteur définit plus amplement cette technique : « La fiction est un procédé qui [...] appartient à la pragmatique du droit. Elle consiste à d’abord travestir les faits, à les déclarer autres qu’ils ne sont vraiment, et à tirer de cette adultération même et de cette fausse supposition les conséquences de droit qui s’attacheraient à la vérité que l’on feint, si celle-ci existait sous les dehors qu’on lui prête ».

1051 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 2, p. 2.

1052 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 2, p. 3.

1053 Comme le souligne Y. Thomas, art. cit., p. 18 : « La scolastique avait parfaitement reconnu, et l’on ne peut en dire toujours autant de la doctrine contemporaine, la différence non de degré, mais de nature, qui sépare la présomption irréfragable de la fiction ».

1054 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 4, p. 5.

1055 Plusieurs juristes reprendront ses définitions, comme par exemple J. Voet, Commentarius adPandectas, t. 1er, Cologne, 1757, p. 778.

1056 L. Lecoq, De la fiction comme procédé juridique, Thèse droit, Paris, 1914, p. 29 ; v. aussi R. Dekkers, La fiction juridique. Etude de droit romain et de droit comparé, Paris, 1935, p. 36 : « La présomption consacre une probabilité, qui peut dans certains cas s’avérer inexacte ; la fiction établit une exactitude, qui ne laisse aucune place à l’appréciation ».

1057 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 5, p. 5. Ce point, là encore, semble méconnu de certains auteurs récents, cf. N. Dumont-Kisliakoff, La simulation en droit romain, Paris, 1970, Publications de l’institut de droit romain, Nouvelle série no 1, p. 10 : « [Dagot] reconnaît, en définitive, très justement à mon avis, la synonymie entre fiction et simulation » ; p. 13 : « [...] bien que toute fiction soit une simulation » ; p. 64 « [...] la fiction, ou la simulation ». Pourtant, la définition donnée par G. Cornu, Vocabulaire juridique, Paris, 1996, v° Simulation : « Un fait consistant à créer un acte juridique apparent (dit ostensible) qui ne correspond pas à la réalité des choses, soit pour faire croire à l’existence d’une opération imaginaire, soit pour masquer la nature ou le contenu réel de l’opération, soit pour tenir secrète la personnalité d’une ou de plusieurs des parties à l’opération », ne permet vraiment pas le rapprochement. En d’autres termes, la simulation fait partie du « faux traqué par le droit », quand la fiction relève du « faux du droit » : « La fiction est le type même du faux légalisé [...] Ce faux satisfait un besoin systémique du droit », Sl. Laghmani, « Le faux en droit et en théorie du droit. Rapport introductif », dans J.-J. Sueur (dir.), Le faux, le droit & le juste. Actes du colloque international des 13 et 14 novembre 2008, Bruxelles, 2009, p. 6.

1058 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 1, p. 1.

1059 Y. Thomas, art. cit., pp. 36-37 : « Les juristes du Moyen-Age furent plus que nous sensibles à cette dénaturation juridique du monde, parce qu’ils eurent à prendre position sur la capacité des hommes à changer, par la fiction juridique, non seulement le monde social, mais aussi le monde naturel [...] Comment concilier l’efficace du droit, sa capacité proprement technique à modifier le monde social, avec la nature voulue et créée par Dieu, une nature où les institutions, ordonnées au plan du salut, recevaient impérativement leur sens ? ». L’auteur insiste, pp. 39-40, sur « l’effort des juristes, entre le XIIIème et le XIVème siècle, pour inscrire le savoir-faire du droit romain dans certaines limites, posées au nom d’une intangibilité du monde créé. Ces limites sont définies par deux critères : la radicale séparation du monde du fait et du monde du droit, d’une part ; l’insurmontable division de l’ordre naturel et de l’ordre surnaturel, de l’autre ».

1060 Y. Thomas, art. cit., p. 37.

1061 J. Bart, « Fictio juris », Littératures Classiques, no 40, 2000, pp. 25-26.

1062 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 1, p. 2.

1063 Y. Thomas, art. cit., p. 44. L’auteur cite (p. 45), entre autres, la Grande glose, sur D. 17, 2, 3, v° In nominibus : « Il n’est ni possession ni tradition de choses incorporelles, et l’on ne peut feindre qu’une tradition soit dans ce cas intervenue, puisque la fiction ne doit s’étendre qu’à ce qui n’est pas impossible selon la nature ».

1064 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 3, p. 3.

1065 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 3, p. 4.

1066 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 14.

1067 Y. Thomas, art. cit., p. 42. L’auteur cite des formules directement contraires à celles d’Auteserre, comme par exemple Balde, sur C.J. 5, 11, 1 : « Duae fictiones non possunt concurrere » ; Cynus, sur D. 50, 12, 2 : « Duae fictiones non possunt concurrere circa idem » ; Oldradus, consil. 79 : « duo specialia non possunt concurrere circa idem ».

1068 Auteserre se base sur une introuvable « L. Divus, Dig., de in integr. restit. ». Ce titre n’existe qu’au Code (C. 2, 21), et ne comporte aucune « loi » commençant de la sorte. Le Digeste en comprend 48, cf. H. Nicolini, Fr. Sinati d’Amico, Indices corporis iuris civilis iuxta vetustiores editiones cum criticis collatas, Milan, 1967, pars 2, t. 1er, pp. 387-388.

1069 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 4, p. 5.

1070 Ce qui les sépare est la concomitance sur une même chose. Il écrit p. 5 : « Duaefictiones concurrere non possunt », et p. 6 : « Et fîctiones duas in eadem re concurrere nihil vetat ».

1071 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 6, p. 6. Ce chapitre s’appelle tout bonnement : « Duae vel pluresfictiones in eadem re concurrere possunt ».

1072 Il était en effet possible d’adopter un petit-fils qui aurait un aïeul (l’adoptant) et des oncles (les fils de l’adoptant), mais pas de père. En outre, « on peut adopter un individu à titre de nepos sans le rattacher à son fils (par exemple pour se passer de l’assentiment de celui-ci), sans avoir de fils (ce qui aura intérêt pour les règles de l’émancipation et de l’exhérédation) », P.-Fr. Girard, Manuel élémentaire de droit romain, 4ème édition, Paris, 1906, p. 175.

1073 Fr. Roumy, L’adoption dans le droit savant du XIIè au XVIè siècle, Paris, 1998, p. 318 : « Conséquence nécessaire de ces restrictions [aux effets de l’adoption], la raréfaction des adoptions officiellement reconnues comme telles conduisit les juristes français du XVIIIème siècle à considérer le procédé comme étranger à ce « droit français » qu’ils s’efforçaient d’élaborer ». A titre d’exemple, Cl.-J. de Ferrière, Dictionnaire de droit et de pratique, Toulouse, 1779, t. 1, p. 47, v° Adoption : « Mais les adoptions ne sont point reçues en France, comme elles étoient en usage chez les romains ».

1074 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 1, p. 2.

1075 Fr. Roumy, L’adoption dans le droit savant du XIIè au XVIe siècle, Paris, 1998, p. 116. L’auteur ajoute, p. 117 : « La première occurrence se rencontre dans la Summa Lipsiensis, rédigée vers 1186 ». Il est d’ailleurs très révélateur qu’Auteserre, en commentant le titre De adoptionibus des Institutes, n’emploie pas une seule fois le terme de fictio, cf. Institutes, Opera, t. 7, lib. 1, cap. 11, pp. 24-28. Il parle tour à tour de « civilis ratio », « commentum », « legis actio », « actus legitimus ». Le terme le plus proche est celui de « fictitia & adumbrata ratio », utilisé une seule fois en cinq pages.

1076 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 8, p. 7. La notion d’image est employée autrement par Auteserre, comme l’atteste cet extrait : « Les canons sont dits Apostoliques par Grégoire, car ils étaient répandus sous le faux nom de Canons apostoliques. Cette appellation dénote comme une fiction du droit et une image du vrai », Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 99, observation sur Lib. 5, cap. 19.

1077 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 8, p. 8.

1078 Fr. Roumy, L’adoption dans le droit savant du XIIe au XVIe siècle, Paris, 1998, p. 301. Cette première exclusion « visait à la fois les enfants adoptifs et les enfants naturels » (p. 303). Tiraqueau en concluera : « In hoc regno Franciae [adoptivos filios] non succedunt », cité p. 309, n. 244.

1079 Fictions, Opera, t. 6, tract. 6, cap. 8, p. 86. Ses commentaires tendent ensuite à rappeler que ce « commentum legis, quod imitatur naturam », ne peut servir à engendrer des frères, « quia naturafraterfratrem non suscipit ». Il faut se reporter à son commentaire des Institutes pour trouver ce passage sur la succession, dont les règles furent modifiées par Justinien : « Extraneo autem, cui datus est in adoptionem, s il tantum filins in hoc. ut ei succedat ab intestato », Institutes, Opera, t. 7, lib. 1, cap. 1, p. 25.

1080 I. Maclean, « Legal fictions and fictional entities in Renaissance jurisprudence », dans E. Kessler, I. Maclean (dir.), Res et verba in der Renaissance, (Wolfenbutteler Abhandlungenzur Renaissanceforschung, 21), Wiesbaden, 2002, p. 169.

1081 I. Maclean, art. cit., p. 170.

1082 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 19, p. 18.

1083 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 19, p. 19.

1084 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 23, p. 22.

1085 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 23, p. 23.

1086 Fictions, Opera, t. 6, tract. 2, cap. 6, p. 31.

1087 L. Silance, « La personnalité juridique, réalité ou fiction ? », dans Ch. Perelman, P. Foriers (dir.), Les présomptions et les fictions en droit, Bruxelles, 1974, p. 314.

1088 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 3, p. 4.

1089 Fr. Todescan, Diritto e realtà. Storia e teoria della fictio iuris, Padoue, 1979, p. 145 : « Auteserre, dès la dédicace, présente les fictions comme « iuris remedia » à travers lesquelles il est possible de résoudre les plus difficiles des cas juridiques. Il souligne que les fictions, contrairement à ce que pourrait faire présager leur nom, ne recèlent aucune fraude ou dol. Le juriste de Toulouse, anticipant les paroles de Jhering, leur assigne un rôle de mécanisme d’économie juridique (oeconomia juris) [...]. Dans ces simples paroles, transparaît plus fortement l’idée d’un droit conçu comme systématique et ordonné (il n’est pas besoin de démentir l’influence de l’œuvre de Doneau) ».

1090 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 10, p. 10.

1091 E. Otto, Dissertationum juris publici et privati pars prima, Utrecht, 1723, p. 536, Decima dissertatio : De dolo bono. Son §8 est d’ailleurs intitulé : « De fictionibus juris adversus Alteserram »

1092 G. G. Titius, De fictionum Romanorum natura et inconcinnitate, Leipzig, 1694, § 1 (brochure non paginée).

1093 G. G. Titius, op. cit., § 75.

1094 G. G. Titius, op. cit., § 33 : « [...] quando simpliciter quinque fictionum genera asserunt, fictionem habere locum in personis, rebus, tempore, loco, actionibus, accidentia enim, juxta quae divisio instituitur, ita certas fictiones non afficiunt, quin etiam aliis, quae illis tamen opponuntur, competant. Sic e.g. fictione personam affici dicunt, si quis quod per alium facit. Ipse fecisse fingatur, hic enim fictio versatur circa actum, locum habere potest circa rem, quando datio rei alii tribuitur, potest fieri de tempore ad tempus, quando actio aliena retro imputatur, de loco ad locum si actio absentis praesenti imponatur ».

1095 G. G. Titius, op. cit., § 70.

1096 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 3, p. 4. Il porte le même jugement dans ses commentaires des Clémentines, Opera, t. 5, p. 174, commentaire sur 1, 3, Quod circa : « Jus canonicum odit fictiones [...] Jus canonicum odit subtilitatem juris civilis, cap. 1 de dol. & contumac. ».

1097 Son commentaire de la décrétale est plus explicite, Clémentines, Opera, t. 5, p. 174, commentaire sur 1,3, Quod circa : « Pour comprendre comment une élection de réguliers peut être faite dans la discorde, ou la minorité, il faut entendre ce que sont cette minorité ou cette discorde, qui sont des faits, et non une fiction ou un effet de droit. Par exemple, si tout le chapitre réunit douze membres, que dix en élisent un, et deux un autre, l’élection des réguliers n’est pas dite faite par tout le chapitre, bien que les deux soient suspens, excommuniés, irréguliers et considérés comme ne faisant pas partie du chapitre. Car dans les élections de réguliers, on ne regarde pas aux fictions ou aux effets de droit, mais seulement aux faits ».

1098 Pour un exemple tiré du code de 1917 (le c. 1092), v. G. Oesterle, « Praesumptio juris aut fictio juris ? », Ephemerides iuris canonici, 1946, vol. II, pp. 92-103.

1099 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 9, p. 8.

1100 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 18, p. 17 : « Par fiction, le moine profès est tenu pour mort ». Il détaille ensuite toutes les conséquences de cette fiction.

1101 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 23, p. 23.

1102 Fictions, Opera, t. 6, tract. 1, cap. 26, p. 26.

1103 Fictions, Opera, t. 6, tract. 2, cap. 7, p. 33.

1104 Fictions, Opera, t. 6, tract. 2, cap. 8, p. 33.

1105 Fictions, Opera, t. 6, tract. 3, cap. 2, p. 41. A l’encontre des conclusions de N. Dumont-Kisliakoff, La simulation en droit romain, Paris, 1970, Publications de l’Institut de droit romain, Nouvelle série no 1, nous ne pensons pas que l’on puisse assimiler symbole et fiction, le procédé étant bien plus issu du formalisme de l’ancien droit que des constructions jurisprudentielles. Bien qu’elle enrôle R. Dekkers dans son optique (parce que ce dernier n’emploie jamais le mot de simulation), il ne semble pas qu’il soit possible de procéder à un tel rapprochement. Les historiens de la littérature penchent du même côté, cf. O. Guerrier, « Fictions du droit et espace littéraire », Littératures, no 47, 2002, p. 57 : « Le troisième traité, pour sa part, se concentre davantage sur des situations contractuelles fondées sur des gestes symboliques, incluant dans la fiction ce que le droit romain qualifiait plutôt de “simulation” [...]. Là encore, Dadin de Hauteserres [sic] s’inscrit dans la continuité des juristes du siècle précédent, qui déjà confondaient dans la « fiction » ce qui relevait d’une formalité strictement discursive et ce qui devait s’exprimer en un cérémonial très concret, en présence de témoins, propre à valider la transaction ». Cet auteur avance des considérations fort intéressantes sur l’utilisation de la littérature, pp. 57-58 : « Pour exemples d’affranchissement consacré par le bonnet, le juriste cite alors un vers de l’Amphitryon de Plaute, un autre des Satires de Perse. La poésie comique, en particulier, lui fournit des cas remarquables parce qu’elle met justement en scène des situations quotidiennes et conventionnelles d’échange. C’est reconnaître, de la manière la plus probante qui soit, les rapports qu’entretiennent les procédures du droit et le régime de la comédie, que l’on décèlerait bien au-delà de la comoedia palliata ». Nous soulignons cependant que dans son traité des fictions, Auteserre ne fait qu’évoquer l’affranchissement par le bonnet, insistant sur l’affranchissement « per alapam & circumductionem ». Il faut consulter ses commentaires sur les Institutes, Opera, t. 7, lib. 1, cap. 5, pp. 11-12, pour voir traitée plus amplement la manumissio « per impositionem pilei ». Il donne d’ailleurs des précisions étymologiques : « Manumissio autem est de manu missio, id est libertatis datio. Manus enim est symbolum potestatis & imperii ; & hoc est quod significat Pompon, in 1. 2. de orig. jur. cum ait omnia manu a Regibus gubernata ». De plus, comme l’écrit justement N. Dumont-Kisliakoff (p. 58) : « Prendre la partie pour le tout, comme on le fait à propos du denier de la mancipation nummo uno ou de la solutio per aes et libram, ou pour la motte de terre dans la revendication, présente le véritable caractère d’une simulation. Il en va tout autrement pour la festuca, baguette avec laquelle les plaideurs touchent la chose revendiquée ou ce qui la représente. [...] On trouve donc, dans la revandication ancienne, à la fois symbole et simulation » L’on est donc ici en dehors du champ de la fiction, « dénégation ou dénaturation de la réalité », car en définitive, « il n’y a de véritable fiction que dans la mesure où une règle de droit est établie en violation de la réalité matérielle ou naturelle, c’est-à-dire en violation de la réalité extérieure au droit » (G. Wicker, dans D. Alland, St. Rials (dir.), Dictionnaire de la culture juridique, Paris, 2003, p. 717, v° Fiction).

1106 Fictions, Opera, t. 6, tract. 3, cap. 2, p. 39.

1107 Fictions, Opera, t. 6, tract. 3, cap. 2, p. 40.

1108 L. Lecoq, De la fiction comme procédé juridique, Thèse droit, Paris, 1914, p. 217.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search