Version classiqueVersion mobile

L'œuvre canonique d'Antoine Dadine d'Auteserre (1602-1682)

 | 
Cyrille Dounot

Première partie. Antoine Dadine d'Auteserre. Un savant professeur

Chapitre 1. L’homme et son milieu

Texte intégral

  • 115 Institutes, Opera, t. 7, p. 314.
  • 116 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 414.
  • 117 Innocent III, Opera, t. 10, p. 928.
  • 118 Grégoire le Grand, Opera, t. 3, p. 172.
  • 119 Bibliothèque de la chambre des Députés, ms. 29 (B. 46), f° 1029. La version imprimée ignore cette (...)

1C’est un grand croyant. Qu’il soit catholique n’a rien d’extravagant au Grand Siècle des âmes. En revanche, qu’il témoigne ostensiblement de piété dans ses ouvrages, voilà un élément qui pourra mieux faire comprendre son attachement indéfectible au siège de Rome. La plupart des juristes français du XVIIème siècle sont catholiques, à l’exception notable d’un Godefroy ou d’un Justel. Mais tous ne terminent pas leurs œuvres en louant Dieu ou l’Eglise. Auteserre, lui, ne s’en prive pas : « Finis. Laits Deo, Honor & Gloria »115. Cette mention figure à la fin de son commentaire des Institutes de Justinien et du premier volume de ses « récitations » de droit romain116. Ses commentaires sur les décrétales d’innocent III s’achèvent pareillement : « Laus Deo & imperium in saecula »117. Ses notes sur saint Grégoire le Grand, par cette brève péroraison : « Laits Deo Optimo Maximo. Ss. Apostolis Petro & Paulo. & Beato Gregorio viro apostolico »118. Ses Annales d’Aquitaine contiennent, quant à elles, un long épilogue sur lequel nous reviendrons, plus axé encore sur la louange divine, et le rôle de la Providence. Le but de sa Défense de la juridiction ecclésiastique est orné dans le manuscrit par un : « Laus Deo. honor et gloria, et Ecclesiae Victoria triumphans »119.

2Catholique, pieuse même, la famille Dadine d’Auteserre est une famille de notables cadurciens qui donna deux professeurs de droit, notre auteur à Toulouse, et son frère cadet François-Flavien à Poitiers (Section 1). Mais la renommée d’Antoine lui valut d’intégrer la République des Lettres au sein de laquelle, assurément, il officia très activement (Section 2).

Section 1 : Une famille de juristes

3Notre auteur est issu d’une famille de notables quercynois, ayant donné plusieurs générations de juristes : trois aïeux avocats et professeurs de droit, deux grands-pères juges, un père docteur en droit, avocat et conseiller, un frère universitaire. Des praticiens et des théoriciens, des gens de robe courte et de robe longue, voilà le lignage de notre grand juriste.

4Abordons l’étude la famille Dadine d’Auteserre, depuis ses origines jusqu’aux branches cadettes (§ 1), puis la biographie d’Antoine (§ 2).

§ 1. La famille Dadine d’Auteserre

  • 120 A. Des Rochettes, art. cit., p. 69.
  • 121 Voir Chr. Mengès, La Cour des Aides et Finances de Montauban, 1642-1790, Thèse droit, dactyl., 3 t (...)
  • 122 Situé à 1,7 km N.N.O. de Cieurac et à 4,5 km S.E. de Cahors.
  • 123 Situé à 27 km E. de Cahors.
  • 124 Situé à 4 km N.O. de Cahors.
  • 125 Situé au S.E. de Cahors, à 3,5 km E. d’Hauteserre.
  • 126 Sur le Lot, près de Cajarc, à 27 km E. de Cahors, près de Larnagol. A. Des Rochettes, art. cit., p (...)

5« Les Dadine, de Cahors, étaient une famille de riche et notable bourgeoisie, anciennement, et dès le XVIème siècle au moins, établie à Cahors, adonnée aux professions du droit et de la magistrature, et qui brilla d’un vif éclat dans la deuxième moitié du XVIIème siècle, au Pays Montalbanais, à Toulouse et à Poitiers »120. Ayant exercé deux générations durant la charge de conseiller à la Cour des Aides de Montauban, la branche aînée représentée par Antoine Dadine d’Auteserre accédera à la noblesse121. Les Dadine (Dadines, d’Adîne), furent seigneurs d’Auteserre (Autheserre, Hauteserre, Hautes Serres)122, de Larnagol123, de Salvezou124 et coseigneurs d’Aujols125. Ils portèrent le titre de vicomtes de Larnagol et de Calvinhac126.

  • 127 Note dactylographiée du chanoine Albe, « Dadine d’Hauteserre », p. 1, Archives du diocèse du Lot.
  • 128 Livre de main des du Pouget (1522-1598), édité par L. Greil, Cahors, 1897, p. 34 : « Cettuy Rouber (...)
  • 129 Livre de main des du Pouget (1522-1598), p. 71, cité par A. Des Rochettes, art. cit., p. 70 ; E. Du (...)
  • 130 G. de Maynard, Notables et singulières questions de droit, Paris, 1608, p. 449.
  • 131 Note dactylographiée du chanoine Albe, p. 1. Elle était la sœur du père franciscain Nicolas d’Aubé (...)
  • 132 Son testament porte : « Moy Hierosme Dadine, bourgeois dudit Caors et seigneur dautheserre ». Son (...)

6Le plus ancien ancêtre connu de cette famille aisée du Quercy est Giron I Dadine, qui épousa, vers 1520, Antoinette Hugonnau127. Son fils Robert Dadine, fut syndic des états de Quercy, en 1552128, puis en 1559, consul à Cahors129. En 1575 l’on retrouve son nom devant le parlement de Toulouse, lors d’une affaire tournant au profit du Syndic des prêtres obituaires de Saint-Pierre de Cahors130. Il avait épousé « Anne d’Aubespin, fille d’une demoiselle de Cazelles »131. L’auteur de la branche aînée, Dadine d’Auteserre, fut son fils Giron II (ou Jérôme, Hierosme, Géron, Géraud) Dadine, bourgeois cadurcien132.

Jérôme Dadine

  • 133 Note dactylographiée du chanoine Albe, p. 1.
  • 134 BM Cahors, Fonds Greil, liasse 15, pièce 5.
  • 135 Son portrait, connu par une huile sur toile (66x52 cm) conservée dans la sacristie de la cathédral (...)
  • 136 G. Lacoste, Histoire générale de la province de Quercy, Cahors, 1883, t. IV, pp. 260-261 ; Vie de (...)
  • 137 Vie de M. d’Hauteserre, p. 93.
  • 138 Une huile sur toile (65x53 cm, inv. : Ca.1.87) du Musée Henri-Martin de Cahors représente son port (...)
  • 139 L’acte de décès de Jean Dadine, dans le registre de la paroisse de la Daurade, est transcrit par L (...)
  • 140 Ce dernier avait fait légataire son épouse et institué leur fils François Dufranc héritier (J. Vig (...)
  • 141 BM Cahors, Fonds Greil, liasse 15, pièce 5. Cette seconde épouse n’est pas autrement connue. Le te (...)

7Jérôme Dadine fut « garde des sceaux du Quercy en 1573, puis conseiller à la cour des Aydes en 1579 »133, enfin consul de Cahors en 1586. Son testament date du 20 novembre 1613134. Il est connu comme étant le « conservateur du Saint Suaire de Cahors »135. En 1580, durant les guerres de religion, une vieille femme récupéra, dans les ordures, la « Sainte Coiffe de Notre Seigneur », après le pillage de la cathédrale Saint-Etienne par les Huguenots. L’ayant su, quoiqu’emprisonné pour sa foi, Jérôme Dadine la racheta contre du blé, et la fit sortir de Cahors le 4 juin. Il la fit passer par Hauteserre, avant de l’emmener à Luzech, là où le chapitre cathédral s’était réuni, loin des troubles136. Depuis, assure la Vie de M. d’Hauteserre, « le bled avoit toujours abondé dans sa maison meme en années les plus stériles »137. Jérôme Dadine eut deux enfants de sa première épouse138. Jean, né vers 1578, mort le 31 octobre 1659139, Catherine, née vers 1580, mariée à Jean Lefranc, de Cahors140. Les autres enfants de Jérôme sont connus par son testament, mentionnant « damelle Marguerite dadine sa fille legitime », qu’il eut de « feue damelle marie de Seguié sa [seconde] femme », « Jean Dadine son filz naturel et de antoinette de Roboyroles [?] », et « Jeanne dadine sa fille naturelle luy ayant constitué sa dot lorsqu’il la maria »141.

Jean Dadine

  • 142 Vie de M. d’Hauteserre, p. 94.
  • 143 J. Bergounioux, « Edmond Mérille à Cahors », Annales du Midi, t. 33-34, p. 182.
  • 144 ADTG, B 1, f°3; AD Lot, B 335, f°2. Cette dernière pièce, « Libre de la confrairie de Monseigneur (...)
  • 145 ADHG, B 1911, Edits de 1604 à 1610, reg. 13, f° 28. Cité par Bergounioux,L’esprit..., p. 169, n. 1 (...)
  • 146 Seules huit seront pourvues au jour de l’installation, le 10 novembre 1642. Voir Chr. Mengès, La C (...)
  • 147 BM Cahors, Fonds Greil, liasse 15, pièce 7, arrêt de réception en la charge de conseillerdoyen en (...)
  • 148 Elle était de plus la fille aînée d’Antoine Peyrusse, juge mage et lieutenant criminel de Cahors.
  • 149 Vie de M. d’Hauteserre, p. 75, qui ne mentionne que les prénoms des garçons.
  • 150 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 8, pp. 17-18.
  • 151 Dissertationes, Opera, t. 9, lib. 3, cap. 15, p. 83.
  • 152 G. de La Croix, Series & Acta Episcoporum Cadurcensium, Cahors, 1623.
  • 153 Le terme d’agnatus restreignant la parenté au côté paternel, l’on pourrait imaginer que Guillaume (...)

8Jean Dadine, père de notre jurisconsulte, étudia la grammaire et les lettres à Agen, « sous le fameux Scaliger le père », puis le droit sous Roaldès, et devint docteur en droit puis avocat142. Il apparaît dans les registres en 1606, comme conseiller au présidial143, et en 1609 comme conseiller doyen à la cour du sénéchal et présidial144. Le 9 septembre 1610, le parlement de Toulouse enregistre la provision de l’office de lieutenant-criminel en la sénéchaussée de Cahors, octroyée par son beau-père Antoine de Peyrusse le 31 décembre 1608145. Par édit de juillet 1642, Louis XIV crée la Cour des Aides de Cahors. Jean Dadine achète alors une des vingt charges de conseiller146, celle de conseiller-doyen147, et vend à son fils Antoine la charge de lieutenant criminel au présidial. Il épousa en premières noces le 13 juin 1601 Jeanne-Françoise de Peyrusse, issue d’une famille d’universitaires148. De ce mariage, naîtront respectivement Antoine, Jérôme, Jean (II), François-Flavien, Louise et Jeanne149. La famille Peyrusse a donné trois professeurs cadurciens, que n’oublie pas de mentionner Antoine Dadine dans l’énumération qu’il fournit des illustres professeurs de l’université de Cahors, avec Govea, Cujas, Guillaume Benoît ou Roaldès, « inter quos nec tacebo avos meos maternos. Antonium, Ludovicum, & alterum Antonium de Petrucia, qui cathedras & praetoria tribunalia pari dignitate tenuerunt »150. Il y a encore un parent qu’Antoine Dadine Auteserre mentionne dans ses œuvres en ces termes : « Guillel. de Cruce agnatus & conterraneus noster »151. Si l’historien Guillaume de La Croix, auteur d’une histoire des évêques de Cahors152, fut bien son compatriote, il est difficile de dire quel degré de parenté lie les deux hommes153.

  • 154 Vie de M. d’Hauteserre, p. 75.
  • 155 L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique..., p. 170 et A. Des Rochettes, art. cit., p. 74. Aucun d (...)
  • 156 L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique..., p. 170.
  • 157 De ce mariage naîtra Marie de Puniet de la Borderie, qui épousera François-Michel de Bideran le 14 (...)
  • 158 v. Br. Basdevant-gaudemet, « Lacoste », DHJF, pp. 448-449.
  • 159 L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique..., p. 162, n. 1. L’acte est transcrit intégralement. Il (...)
  • 160 BM Cahors, Fonds Greil, no420, Factum pour Me Anthoine Dadine, Sieur d’Auteserre, Docteur-Régent e (...)

9Du petit-fils de Jeanne-Françoise de Peyrusse, nous apprenons que la mort de celle-ci survint vers 1614, quand Antoine Dadine avait « à peine douze ans. Son père s’étant remarié peu de temps après, avec Marie de Leyge »154. Ces deuxièmes noces sont situées par Bergounioux en 1616 et par Des Rochettes vers 1618155. Ce mariage fut fécond et engendra au moins deux filles, « Marie, mariée en 1637 à Thomas de Lacoste, et Louise, mariée à Pugnet, sieur de la Borderie »156. Le mariage de Louise avec Jean de Puniet eut lieu le 12 mars 1644157. Thomas de Lacoste, qui était le fils aîné de l’illustre Jean de Lacoste158 et de Marie-Laure de Bigorre, signa le contrat de mariage avec Marie Dadine le 9 juillet 1637. Sa belle-mère y est appelée « feue noble Louyse de Leyge, de Pechblanc »159. Marie-Louise de Leyge mourut le 3 août 1633. Auteserre et sa demi-sœur, pourtant mariée au fils de son ancien maître, ne s’entendirent guère, comme le montre les querelles engagées à propos de la succession de leur « pere commun ». Un factum datant de 1668 évoque les différents procès qui les opposèrent pendant près de dix ans suivant la mort de leur géniteur160.

  • 161 Idem ; Eloge, p. 268 ses deux frères puînés « moururent au service du Roi ». L.-A. Bergounioux, L’ (...)
  • 162 A. Des Rochettes, art. cit., p. 75.
  • 163 L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique..., p. 170, évoque à tort « Pierre Dubrun ».
  • 164 BM Cahors, Fonds Greil, no 420, Factum pour Me Anthoine Dadine [...] contre Me Thomas de Lacoste, (...)
  • 165 Pour une fois, Bergounioux se trompe, attribuant (p. 170) à Jean Dadine et Françoise de Peyruse ci (...)

10La marâtre fut « dure aux enfants du premier lit, qui furent au nombre de six, quatre garçons et deux filles ». Les garçons furent, dans l’ordre des naissances, Antoine, Jérôme, Jean et François. « Jérôme et Jean ayant pris le parti des armes le premier fut tué en Italie capitaine dans un régiment d’infanterie, l’autre mourut à Caors des suites d’une blessure a la tête qu’il avait reçue au siege de La Rochelle »161. Nous parlerons dans un instant du cadet François. Les deux filles « furent honorablement mariées dans le païs », comme le dit sobrement leur neveu. Des Rochettes ne connaît qu’une fille de Jean Dadine, l’aînée, Louise. Cette « Louise Dadines [...] fit hommage devant les Trésoriers de France à Montauban, entre 1656 et 1665 [Arch. T.-et-G. C. 313, f°71-80] »162. N’attribuant lui aussi qu’une fille à Jean Dadine et Françoise de Peyrusse, Bergounioux lui donne le prénom de Jeanne. Elle fut mariée à Pierre Le Brun ou Lebrun, selon la graphie la plus exacte du nom donnée par un factum163, qui laisse entendre qu’elle mourut avant 1669164. Louise et Jeanne furent donc les prénoms des sœurs puînées d’Antoine165.

  • 166 « Jérôme de Vaxis va monter en chaire dès 1588 et enseignera le Droit civil jusqu’en 1625, non san (...)
  • 167 J. Bergounioux, « Deux professeurs en médecine de l’Université de Cahors condamnés comme faux monn (...)

11Jean Dadine d’Auteserre s’est remarié une troisième fois, avec Jacquette de Vaxis, elle-même issue d’une famille universitaire166. Quatrième des cinq filles de Géraud (Jérôme) de Vaxis, « veuve de Gaspard Darnis, riche avocat de la ville, [elle] épousera en 1632, Jean Dadine »167.

François-Flavien Dadine d’Auteserre

  • 168 Il signait ses ouvrages : « Hautesere de Salvaizon ».
  • 169 Eloge, pp. 305-311.
  • 170 J.-B. Vidaillet, Biographie des hommes célèbres du département du Lot, Gourdon, 1827, pp. 229-230.
  • 171 Eloge, p. 305.
  • 172 Notae & animadversiones ad indiculos Ecclesiasticorum Canonum Fulgentii Ferrandi Carthaginensis Ec (...)
  • 173 G. Meerman, Novus thesaurus juris civilis et canonici, La Haye, t. 1, 1751, p. VIII. Dans son Cons (...)
  • 174 Eloge, p. 307.

12Revenons à François-Flavien, le cadet de Jean Dadine, deuxième héritier depuis la mort de ses frères. Il sera l’auteur de la branche cadette, Hauteserre de Salvaison168. Nous possédons sur lui un éloge d’Antoine Cathala-Coture, principale source d’informations sur sa vie169. Vidaillet le mentionne aussi170. Il naquit à Cahors « environ l’an 1607. Il fit ses premières études au collège des Jésuites »171. Marqué par la mort de sa mère, et comme nous le verrons, par les rudesses de sa belle-mère, il suit les traces de son aîné et choisit la solitude de la retraite pour s’y livrer « à une étude profonde du droit ». Il publie à dix-huit ans son premier ouvrage, un volume de notes sur les canons de Fulgence Ferrand, augmentés de ceux de Cresconius172. Meerman, le rééditant en 1751, le loue de la sorte : « Bien que ces commentaires fussent édités durant sa prime jeunesse, comme l’auteur le rapporte dans sa Préface, il les écrivit avec une telle élégance et avec tellement d’érudition, qu’on les croit écrits au delà de cet âge ; Et pendant qu’il illustrait mirifiquement ces chapitres divers et parmi les plus difficiles du Droit Canonique, à partir de ses sources et de ses anciens monuments, même inédits, il jetait une lumière remarquable sur plus d’un lieu du Droit Canonique »173. Cathala-Coture conte alors la révélation au public de ce jeune second, et les hommages rendus à ce génie précoce : « Ignoré jusque-là, presque inconnu dans sa patrie, dont tous les regards étaient fixés sur son frère aîné [...] M. d’Hauteserre vint augmenter la surprise de ses compatriotes. Personne n’ignoroit à Caors & la dureté d’une belle-mère envers ces enfans, & la foiblesse d’un père qui cédant à ses caprices, avoit négligé leur éducation ; & l’on voyoit ces mêmes enfans, par des prodiges de vertu, devenir l’honneur & la gloire de leur famille. [...] Tous les savans dont la ville de Caors se glorifioit dans ce temps-là, donnèrent de grands éloges à cet ouvrage. La pluspart sont insérés à la tête de l’édition. On y remarque quelques vers que M. d’Fiauteserre composa alors à la louange de son fils. Malgré le peu d’amour qu’il montrait à ses enfans, ce père fortuné avoit une très-forte estime pour eux ; il écrivoit avec soin tout ce qu’il leur entendoit dire de remarquable. Il disoit que ce n’étoit que par les manières dures qu’il avoit eues à leur égard, qu’il les avoit rendus si honnêtes gens ; & sur ce principe il travailloit fortement à leur éducation »174.

  • 175 Archives municipales de Poitiers, Registres de la paroisse Saint-Paul, no 179, cité par Bricauld d (...)

13François-Flavien s’installa à Poitiers par un heureux hasard : « Ayant aussi quitté de bonne heure la maison de son père, trouva moyen d’étudier et s’avança si bien dans la connaissances du droit et des belles-lettres, qu’un jour étant à Poitiers dans un tems que le conseil du Roy y était, sa bonne fortune luy donna une si belle occasion de faire connoitre ce qu’il valoit, qu’il en acquis l’estime d’un gentilhomme de ce païs lequel le fit son gendre, touché de la beauté de son esprit et de son rare mérite ». Il était avocat au Grand Conseil, lorsqu’il se maria, le 12 mars 1629, avec Marie de la Grange Lambert175.

  • 176 Beauchet-Filleau, Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, Poitiers, 1905, (...)
  • 177 A. Des Rochettes, art. cit., p. 86.
  • 178 Eloge, p. 308.

14Une question a été débattue, celle de savoir si François-Flavien avait convolé en secondes noces. Après avoir mentionné un mariage avec Rose Lambert, « fille de René Lambert, écuyer, seigneur de Puysalé [...] et de Marie de Regleran », l’auteur d’une notice biographique s’interroge : « Dans une généalogie des Fumée, écrite au XVIIIème siècle, on dit qu’il épousa Marie Lambert, fille de Pierre, sgr de la Grange, et de Catherine de Brilhac [...]. Peut-être s’est-il marié deux fois ? »176. Des Rochettes reprend cette hésitation : « René Lambert aurait-il été à la fois sgr de Puysalé et de la Grange » ?177 Il nous semble que c’est une mégarde des auteurs du Dictionnaire, que suit aveuglément Des Rochettes, qui est à l’origine du malentendu. Deux siècles auparavant Cathala-Coture parlait d’un « gentilhomme riche, appelé la GrangeLambert [...] [qui] lui donna sa fille unique en mariage », sans mentionner son prénom178. Et la Vie de M. d’Hauteserre nous apprend que Marie de la Grange Lambert lui laissa pour descendance « un garçon [...] et plusieurs filles ». François-Flavien ne s’est donc marié qu’avec Marie de la Grange Lambert, et le prénom de Rose n’apparaissant nulle part est soit un second prénom, soit une erreur des auteurs du Dictionnaire.

  • 179 Eloge, p. 308.
  • 180 J.-St. Doinel, « Les registres des actes de la faculté de droit de Poitiers au XVIIème siècle », B (...)
  • 181 J.-St. Doinel, art. cit., p. 205.

15Cathala-Coture signale qu’au lendemain de ses noces, il « s’attacha à suivre l’Université, sans pourtant discontinuer ses autres études. I composa plusieurs petits ouvrages qui le firent connoître dans cette province, & même jusqu’à la Cour & au Cardinal de Richelieu. En l’année 1640 ce grand Ministre, amateur des arts & protecteur des Savans, le fit nommer par le Roi à une chaire de droit vacante dans l’Université de Poitiers, malgré plusieurs prétendans d’un grand mérite »179. Effectivement, il échoua au concours d’une chaire vacante à l’université de Poitiers, en février 1632. Les registres de la Faculté signalent « la mort de MM. de la Duguie, doyen, et Caillet. Les candidats, aux deux chaires vacantes, étaient MM. Etienne Riffaud, Fr. de Hauteserre, Jean Filleau et Jacques Barraud »180. Puis, quoique muets sur la postulation royale, ils font mention du titulaire de cette chaire, qui espérait depuis huit ans. « Depuis le mercredi 4 novembre 1637, M. Barraud ne faisait plus son cours. Il était malade. Il traîne pendant une année et demie à peu près. La note de vacation fut promulguée le 20 mai 1639. La vacance fut provisoirement, puis définitivement remplie par M. d’Hauteserre. Ce professeur parla sur les institutions civiles, à partir du lundi 16 avril 1640 [...] [il] faisait sa leçon à une heure »181.

  • 182 J.-St. Doinel, art. cit., p. 205.
  • 183 Bricauld de Verneuil, « Journal d’Antoine Denesde marchand ferron à Poitiers et de Marrie Barré sa (...)
  • 184 J. Delfour, Les Jésuites à Poitiers, Paris, 1904, p. 165, n. 3.

16Il n’apparaît que rarement dans les registres de sa Faculté. « Le 27 avril 1647, à une heure de l’après-midi, le doyen Jean Le Roy se transporta en la salle basse des Ecoles de Droit, où MM. Filleau, Gilibert et de Hauteserre l’attendaient, et mit en concours la chaire vacante par la mort de M. Nicolay »182. On le retrouve « le mardy 5ème septembre 1656 : Mre Jan Le Roy, sy-davant docteur institutaire, fust conduit en pompe par Mrs de l’Université, en la grande eglize de la ville, en calitté de Dr régent èz droictz, en chaire et place de feu son père aussy nommé Jan et décédé doyen de la faculté, où ledit filz a esté nommé par les trois autres (le 31 août 1656), qui sont : Mre Jean Filleau, à présent doyen et premier advocat du Roy au présidial ; Mre FrançoisFlave de Haulteserre, de la maison de Salvaizon en Quercy, et Mre Pierre Gillibert, seigneur de Bonnillet »183. L’année suivante, il signe, avec l’ensemble de l’université, un décret de réception officielle du formulaire d’Alexandre VIT contre les jansénistes184.

  • 185 Il fut détenteur de collections canoniques, connues actuellement sous les cotes Ms Berlin, StaatsB (...)
  • 186 Exercitationes ad Tit. Decretal. De aetate, qualitate et ordinepraeficiendorum, Lamy, Paris, 1635. (...)
  • 187 G. Meerman, Novus thesaurus juris civilis et canonici, Hagae-Comitum, t. 7, 1753, Préface. L’auteu (...)
  • 188 B. G. Struve, Bibliotheca juris selecta, Iéna, 1756.

17François-Flavien mène en parallèle de sa carrière d’universitaire celle d’érudit. Il fut notamment possesseur d’un grand nombre de manuscrits, dont certains portent encore la provenance185. Il publie en 1635 des leçons de droit canonique sur le titre 14 du premier livre des Décrétales de Grégoire IX, relatif aux conditions d’accès aux ordres sacrés186. Meerman, qui le publia à nouveau en 1753, en fait sa louange : « De cet opuscule, quoique l’auteur écrivit qu’il l’avait infructueusement produit en huit jours, l’on peut dire qu’il est rédigé avec une rare et insigne érudition, comme le montrent les nombreux chapitres de ce titre spécialement illustrés par des monuments ecclésiastiques, qui en font pour une large part l’instigateur de La Lande dans ses commentaires sur le même titre »187. Burkhard Gotthelf Struve, polygraphe allemand auteur d’une Bibliothèque juridique, le célèbre en des termes similaires, le classant parmi les « scriptoribus qui regulas, logicas, antiquitates et lexica iuris scripserunt »188.

  • 189 Eloge, p. 309. Cet ouvrage est intitulé La piété des Eglise d’Orient à l’honneur de la Conception (...)
  • 190 Lettre à Grémonville, 29 avril 1646, BNF, NAF 6500, f°7-8, cité par K. W. Wolfe et P. J. Wolfe, Le (...)
  • 191 J.-F. Dreux du Radier, Bibliothèque historique et critique du Poitou, Poitiers, 1849, t. 2, p. 326
  • 192 Les Decisiones furent imprimées à Poitiers en 1651, si l’on s’en réfère au doyen Pr. Boissonnade, (...)
  • 193 Eloge, p. 311. La notice contenue dans le DDC, t. V, col. 1091, due au chanoine Naz, est très inex (...)
  • 194 Bricauldde Verneuil, « Journal d’Antoine Denesde marchand ferron à Poitiers et de Marrie Barré sa (...)

18En 1645, il publie un ouvrage de piété mariale, qu’il dédiera et présentera à la Reine-mère en 1651, lors du passage de la Cour à Poitiers189. En 1646 un opuscule montrant son amitié envers Mazarin déchaîne l’ire de Gabriel Naudé, très loin de partager ses vues sur le futur cardinal-ministre. Naudé rapporte « qu’un certain légiste nommé Haulteserre a faict un petit livre in 4° de 3 ou 4 feuillies intitulé Gallia exterorum protectrix, lequel est de si bas alloy qu’il vaudroit quasi mieux n’avoir point songé à le faire »190. En 1651, il rédige le bref éloge d’un traité d’un de ses amis, François Pidoux, docteur en médecine, cherchant à expliquer la cause de la fièvre pourprée191. Cathala-Coture mentionne enfin des Decisiones illustrium controversiarum majestatis & imperii jurisque publici summorum Principum, sans lieu ni date d’impression, qui eurent un grand succès et firent « espérer dès-lors à l’Université de Poitiers d’aller de pair avec celle de Toulouse », et aussi « quelques pièces fugitives »192. C’est là tout ce que nous avons pu retrouver de sa production littéraire, dont, en comparaison de celle de son aîné, « le style est plus pompeux, sa latinité plus exquise, & son érudition peut-être plus étendue »193. François-Flavien de Hauteserre, après une courte carrière professorale, fut inhumé le 7 septembre 1658, « en l’église Saint-Paul, dans une chapelle située sous le clocher et qui lui appartenait »194.

  • 195 Il eut pour parrain « Jehan Dadine de Haulteserre écuyer seigneur dudit lieu, conseiller du roi [. (...)
  • 196 A. Des Rochettes, art. cit., p. 88. Voir aussi Catalogue alphabétique des nobles de la généralité (...)
  • 197 Beauchet-Filleau, Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, Poitiers, 1905, (...)
  • 198 A. Des Rochettes, art. cit., p. 89.

19Il eut au moins cinq enfants. D’abord un garçon, Jean-Joseph, à propos duquel il nous faut revenir sur la branche cadette de la maison de Hauteserre. L’acte de mariage de François-Flavien le qualifie de noble, ce qui n’est pas sans poser problème. Son père n’eut qu’une noblesse personnelle, et non héréditaire. C’est son frère aîné, Antoine, qui exerça la charge anoblissant la deuxième génération de conseiller. La branche cadette n’est donc pas officiellement noble. C’est pourquoi Jean-Joseph, né et ondoyé le 28 février 1637, baptisé le 17 novembre 1639195, « sera condamné roturier par Barentin le 3 novembre 1667, puis, par défaut, le 27 juin 1671 par un arrêt du Conseil »196. Il reprit encore la qualité d’écuyer dans un acte passé à Poitiers, le 13 janvier 1672. D’où une nouvelle condamnation comme roturier par Maupeou, le 18 mars 1698, à 2500 livres d’amendes, et à l’inscription sur le rôle des tailles197. Il épousa Madeleine de Brémond, le 2 juillet 1667, qui ne lui laissa que trois filles198.

  • 199 Vie de M. d’Hauteserre, p. 76. Cet avis autorisé de leur cousin fait rejeter l’opinion du Dictionn (...)
  • 200 L’acte de baptême lui attribue le nom de famille de « Flavin de Hauteserre ».

20Sur les quatre filles de François-Flavien, deux furent « religieuses l’une a fontevrault et l’autre à un autre couvent du même ordre »199. Nous ne connaissons que trois prénoms de ces filles : Catherine, l’aînée, baptisée le 27 août 1638 dans l’église Saint-Vincent de Naintré200 ; Anne, la seconde, baptisée le 23 octobre 1642, qui mourut en jeune âge, et fut enterrée sous le clocher de l’église Saint-Paul de Poitiers. La troisième, Marie-Anne, épousa, le 9 mai 1664, Jean Filleau, neveu du doyen de la Faculté de droit. Elle était la nièce d’Antoine Dadine, doyen de la Faculté de droit de Toulouse, auquel nous allons maintenant nous intéresser.

§ 2. Antoine Dadine d’Auteserre

  • 201 Lettre à M. de La Mare, conseiller du Roy au Parlement de Dijon, datée de « Tolose, ce 9 février 1 (...)

21Dans une de ses lettres racontant quelques menus détails de sa vie, il affirmait à propos de Cujas : « Je vous entretiens de ces bagatelles, parce qu’on a curiosité de sçavoir les choses les plus menues de la vie des grands hommes »201. Suivons ce conseil, n’omettant pas ces menus détails, sans toutefois nous arrêter trop longuement sur eux.

La jeunesse et les études

  • 202 J. Malinowski, Ephémérides historiques et patriotiques de Quercy, Cahors, 1887.
  • 203 Antoine Dadine nous apprend lui-même, dans son testament (BM Cahors, Fonds Greil, liasse 15, pièce (...)
  • 204 Vie de M. d’Hauteserre, p. 76.
  • 205 Eloge, p. 268.
  • 206 BM Cahors, ms. 47, f 71. Cité par L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique..., p. 80 : « Ce fragme (...)

22Antoine Dadine d’Auteserre naquit à Cahors le 12 janvier 1602202. Le jour de son baptême nous est inconnu, les registres paroissiaux de la paroisse Notre-Dame de la Daurade faisant défaut203. Nous ne savons rien de sa prime jeunesse, qu’il dut passer sur la terre d’Hauteserre. « Il fit ses classes au collège des Jésuites de la même ville »204. Bien que « ses progrès furent lents, n’ayant pû apprendre le latin qu’avec des peines infinies [...] une grande application les lui fit surmonter, & il fut à peine en rhétorique, qu’il composa un poëme latin sur une très-belle fontaine qu’on voit à Caors, appelée la fontaine des Chartreux »205. Guillaume Lacoste est d’un avis similaire : « Quoiqu’il y eut des maîtres aussi célèbres qu’en aucune contrée de France, on lui a souvent entendu dire qu’il n’avait jamais rien compris aux rudiments ; il connaissait néanmoins pleinement cette langue, et il en donna une preuve en rhétorique où il composa un poème [...] dans lequel on admirait une élégance et une délicatesse dignes d’un grand maître ; je n’ai pu découvrir qu’un fragment qui comprend une énigme sur cette fontaine, que je donnerai aux preuves de l’Histoire de Quercy »206.

  • 207 ADHG, B 265, f° 102.
  • 208 P. Delattre S.J., Les établissements des jésuites en France depuis quatre siècles, Répertoire topo (...)
  • 209 Idem, col. 1022.
  • 210 L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique..., p. 79.

23Créé par lettres patentes d’Henri IV du 10 novembre 1604, du temps de Mgr de Popian, et sur l’instigation de Thémines, le collège des Jésuites occupe l’ancien collège de Quercy à partir de 1605. Sa fondation fut autorisée par le parlement de Toulouse le 17 juin 1608, confirmée par lettres patentes du 9 octobre 1609207. Dès lors, « les hommes de mérite et de savoir » qui le dirigèrent formèrent six classes, cinq de lettres humaines, grecques et latines, et une de philosophie208. « Des élèves du Collège ont laissé un nom dans l’histoire, ou du moins dans les Annales de la province. On peut mentionner Louis Mesplède, François Dadive [sic] d’Hauteserre et son frère Antoine [...] [qui] brilla d’un vif éclat au barreau de Toulouse et s’acquit un grand nom en Europe »209. L’on peut également citer Marc-Antoine Dominici, futur docteur régent à l’Université de Cahors et historiographe du Roi210.

  • 211 Vie de M. d’Hauteserre, p. 75 ; Eloge, p. 269.
  • 212 Eloge, p. 269. « Le peu de plaisir qu’il avait dans la maison de son père, où tout était réglé par (...)
  • 213 Eloge, p. 269.
  • 214 Vie de M. d’Hauteserre, p. 76.

24Il perdit sa mère « pendant qu’il étoit encore au collège », à l’âge de douze ans. Son père s’étant remarié avec une « une femme de qualité et riche, mais d’humeur violente et hautaine. Il éprouva bientôt combien la différence est grande d’une mère à une belle-mère. Celle-cy fut dure aux enfants du premier lit »211. Ses deux biographes sont unanimes pour souligner que le « dégoût pour la maison paternelle » que lui inspira sa marâtre fut à l’origine de son ardeur à la quitter212. « Etant hors des classes et commençant à devenir grand, il fut tenté d’aller à la guerre ». Ce parti des armes, motivé « plus pour se soustraire à [l’] empire [de sa belle-mère], que par un goût décidé pour cette profession », déplut à son père, qui en « rompit ses mesures »213. En effet, l’amour inconditionnel d’Antoine pour son père, que l’on retrouvera plus tard, lui fit embrasser d’autres résolutions, plus profitables à la République des Lettres. « Voulant surtout se mettre en état de se passer de son père il fit dessin de se donner tout entier à l’étude pour laquelle il avait une secrète inclination », et se retira dans une maison de campagne, au lieu-dit Albrelong214. Il employa cette première retraite, commencée vers 17 ou 18 ans et qui dura « un an et quelque chose de plus, à la lecture de Cicéron et de Démosthène ». Ces deux seuls ouvrages lui permirent de faire des progrès éclatants dans ces deux langues, les lisant chaque jour, selon la légende. Laissons Cathala-Coture conter l’emploi du temps de cette idyllique journée :

  • 215 Eloge, pp. 270-271. Cathala-Coture dépend ici, comme partout ailleurs, de la Vie de M. d’Hauteserr (...)

« M. d’Hauteserre se levoit avec le soleil, & étudoit jusqu’à midi. Il consacroit une heure à la récréation & à son repas, qui n’étoit composé que du pain, du lait ou du fruit qui lui donnoient les fermiers, ne voulant rien prendre de ce qui appartenoit à son père, pour ne lui donner aucun prétexte de le rappeler à Caors. Il reprenoit ensuite son étude jusqu’au coucher du soleil. Alors il quittoit ses livres, & alloit se promener dans les bois, où il repassoit dans sa mémoire ce qu’il avoit lû dans la journée. Quelquefois il montoit sur les rochers, d’où il contemploit le spectacle ravissant de la nature, qui lui fournissoit un sujet de méditation & de prière [...] A la nuit il alloit dans les cabanes où les bergers se rassembloient ; il leur montrait à lire, ou partageoit avec eux des plaisirs sans remords qui ne sont guère connus que dans ces asyles de la paix et du repos »215.

  • 216 L’ouvrage dans lequel il est le plus souvent cité, plus d’une centaine de fois, est son commentair (...)
  • 217 DJE, Opera, t. 1, p. 3; Ducs, Opera, t. 5, p. 56; Fictions, Opera, t. 6, p. 41; Institutes, Opera, (...)
  • 218 G. Guyon, « Bernard Automne, juriste bordelais (1574-1666) », RHFDSJ, no20,1999, p. 204.

25Cette assertion, lui faisant lire quotidiennement Démosthène, est peut-être enjolivée, pour la raison principale que, s’il cite Cicéron à plusieurs centaines de reprises216, il ne cite que cinq fois Démosthène dans toute son œuvre217. Or, et nous reviendrons sur ce sujet plus loin, la culture livresque d’Auteserre est phénoménale, connaissant plus de trois cent cinquante auteurs, dont de nombreux grecs. De surcroît, l’on ne saurait invoquer, pour expliquer cette faible présence, une quelconque incompatibilité entre les discours politiques du penseur athénien et la matière juridique, quand on songe à ce juriste bordelais contemporain, Bernard Automne, qui cite bien plus largement Démosthène dans ses œuvres218.

  • 219 Vie de M. d’Hauteserre, p. 77.

26Quoi qu’il en soit, Antoine Dadine avait déjà une manière bien stricte de travailler : il annotait toutes ses lectures. « On luy a souvent oui dire qu’il avait relu depuis les mêmes auteurs, mais qu’il n’avoit presque rien ajouté aux remarques qu’il en avait faites en ce tems là, car sa méthode a été toujours d’étudier plume à la main et décrire tous ce qu’il trouverait de remarquable dans les livres qu’il lisoit »219.

  • 220 Peut-être l’édition de Lyon, 1612-1618.
  • 221 Vie de M. d’Hauteserre, p. 78.
  • 222 Vie de M. d’Hauteserre, p. 79.
  • 223 Eloge, p. 273.

27Son père vint le quérir et le ramener à Cahors vers 1620. Mais voyant qu’il n’avait pas perdu son temps, et frappé de son esprit et de ses jugements, il consentit à le laisser repartir. Ce fut la deuxième retraite d’Antoine Dadine. C est là qu il apprit le droit romain, ayant pour seul livre dans sa bibliothèque un volume des Pandectes, édité par Godefroy220. « Il avait appris tant de grammaire latine dans la lecture exacte qu’il avoit faite de Cicéron, que l’on sait avoir été disciple de Mutius Scevola, qu’il fut bientôt accoutumé au langage des loix [...] l’intelligence des loix dépend très souvent de celle d’un mot ou d’une phrase et ainsi, bien que le jurisconsulte se soit expliqué clairement, souvent on ne l’entend pas faute de grammairien »221. Aussi, disait-il depuis : « Qu’on me donne de bons grammairiens, j’en ferai de bons jurisconsultes ». Le Digeste sera pour la suite de la carrière d’Antoine Dadine un livreclef, celui qu’il a le plus estimé. « Il y découvrait tous les jours de nouvelles beautés qui lui faisoient aimer davantage [...] il le suivit toujours pié à pié, de livre en livre, de titre en titre et de loy en loy jusqu’à la fin avec une constance admirable. Ayant fait un petit abrégé de chaque loy qui en contenoit la substance, et ce qu’on appelle sententiam legis, ce qui lui acquit bientôt avec l’intelligence des loix une grande facilité d’écrire et même du stile des jurisconsultes »222. Il passa trois années à méditer ainsi les lois du Digeste. « S’il trouvoit quelque loi qu’il ne pouvoit entendre, il lisoit avec soin & la précédente & celle qui suivoit. Si cela ne suffisoit pas, il l’abandonnoit & attendoit un jour où il eût plus de sagacité, ou que quelqu’autre loi pût lui en donner le véritable sens. Méthode excellente pour étudier, seule capable de prévenir les dégoûts & de hâter les progrès »223. Mais trois années aussi à s’occuper du domaine paternel – avec bonheur –, et tirer des revenus de cette terre récemment acquise.

  • 224 Eloge, p. 273.
  • 225 BUT, ms 134, Graduations en droit 1617-1647, f° 45 v° : « Antonius Adines civitatis Cadurci doctor (...)
  • 226 Vie de M. d’Hauteserre, p. 80. Cette anecdote fut souvent racontée par une des filles de ce profes (...)
  • 227 Vie de M. d’Hauteserre, p. 80.

28Rentré à Cahors, il s’inscrivit à l’université, et « reçu peu de temps après le bonnet de Docteur des mains de M. Vaxis, célèbre professeur, qui le combla d’éloges »224. En effet, il fut reçu bachelier, licencié et docteur in utroque jure le même jour, 17 octobre 1623225. Et ledit Vaxis « répondit pour lors à un jeune homme de la ville qui ne parloit pas de notre nouveau docteur avec assez d’estime : mon ami ne parles pas ainsi d’Hauteserre, il en saura toujours plus que vous, et ce sera un grand personnage »226. Fidèle à sa façon de travailler, il se fait prêter nombre d’ouvrages « qu’il étoit exact à rendre », et collige ce qu’il y trouve de plus notable. De la sorte, « par ses remarques, il se fit une bonne bibliothèque en abrégé et une provision abondante », dont nous verrons plus tard l’étendue227.

  • 228 Pons de Lauzières, marquis de Thémines (1552-1627), sénéchal du Quercy en 1595, maréchal de France (...)
  • 229 Vie de M. d’Hauteserre, p. 81.

29Son fils rapporte que ces études lui furent d’un grand secours, même d’un point de vue sentimental. Avocat au présidial de Cahors, il faisait souvent entendre ses pièces d’éloquence au barreau. Lors de l’installation du sénéchal du Quercy, le maréchal de Thémines228, « il parla si bien et si dignement à la louange de ce seigneur [...] que tous ceux qui l’ouyrent s’en retournèrent charmés »229. Ce talent oratoire fut à l’origine de son mariage, à en croire cette gracieuse historiette : « Un avocat du même présidial, homme habile et riche, l’ayant ouy comme les autres et en étant plus charmé que tous, s’en retourna chez luy plein de mérite de ce jeune orateur, il ne parla en dînant d’autre chose à ses filles, car il n’avoit point des garçons. Les louanges de l’avocat donnèrent à une demoiselle qui y dinoit aussi une curiosité assez grande de connaître celuy de qui elle entendoit dire tant de bien ».

Mariage

  • 230 Vie de M. d’Hauteserre, p. 82.
  • 231 Eloge, p. 276.
  • 232 Vie de M. d’Hauteserre, p. 82.
  • 233 Eloge, p. 276.
  • 234 Bergounioux, notaire à Cahors, à la date. Cité par A. Des Rochettes, art. cit., p. 78.
  • 235 A. Des Rochettes, art. cit., p. 78.

30Cette demoiselle s’appelait Jeanne de Caussade, « personne de naissance et d’un esprit si beau et si charmant que bien peu de filles de son tems pouvoient luy être comparée », fille de Marc-Antoine de Caussade, issu d’une vieille famille quercinoise, et de Gabrielle (Marguerite) de Laroche, noble toulousaine. Elle chercha à rencontrer celui qui, dans le secret de son cœur, avait enflammé sa passion. Antoine considéra le parti, qui avait du bien et venait de Toulouse – occasion d’aller y chercher un établissement –, et opina en faveur du mariage. Son père, un instant favorable, se ravisa en prétextant du jeune âge d’Antoine, qui avait alors ving-quatre ans. Mais ce ravisement servit providentiellement la science du jeune homme. Jeanne habitait « la Bastide du Vert, avec sa mère veuve depuis longtemps et avec un oncle paternel homme d’esprit et de génie admirable », maison de campagne sise à trois lieues de Cahors230. Son prétendant l’allant trouver fut d’abord surpris par la bibliothèque « composée de cent volumes » de bon goût, ce qui n’était pas peu pour une fille de son temps. « C’en fut assez pour qu’il se permît de fréquentes visites : il y passoit quelquefois plusieurs jours de suite, non comme un amant ordinaire, uniquement occupé de sa maîtresse, mais en homme studieux, & conservant son caractère appliqué »231. Le programme de ses visites était le suivant : « Il y étudoit toute la matinée [...] [ne quitant] l’étude que lorsque lheure du diner étoit venue »232, et « passoit le reste de la journée avec la compagnie »233. Après plus d’une année de tergiversations, son père consentit au mariage, qui eut lieu le 5 avril 1628234. La dot s’élevait à « 8000 livres, plus des bagues et joyaux et 15000 livres sur les biens de sa mère »235.

  • 236 Dans le canton de Catus, « à 16 kil. à l’O.-Ν.Ο. de Cahors, non loin (5kil.) de Luzech et Salvezou (...)
  • 237 Sur cette propriété, v. L. De Valon, « Essai historique et archéologique sur le prieuré de Catus » (...)
  • 238 Vie de M. d’Hauteserre, p. 83. Il faut ici réfuter Cathala-Coture, qui confond les deux bellesmère (...)
  • 239 Vie de M. d’Hauteserre, p. 83. Le manuscrit de l’Arsenal, plus complet, ajoute (f° 47) : « Erasme (...)

31La peste affligea la ville de Cahors cette année-là, et les époux s’installèrent à la Bastide du Vert236. Le père d’Antoine s’installa trop tardivement à Salvezou, à une lieue, au point que les habitants du voisinage n’osaient l’approcher237. Antoine allait le voir tous les jours, lui fournissant les choses les plus nécessaires dont il manquait. L’épouse de son père ayant attrapé la peste, Antoine « y accourut à la première nouvelle, quelque danger quil y put avoir et luy rendit tous les services quelle eut pu attendre d’un propre fils. Elle mourut meme entre ses bras si convaincu de sa bonté et de sa générosité quelle luy recommanda deux filles quelle avoit » d’un précédent mariage238. Son fils, si friand de détails de ce genre, nous raconte comment, trébuchant un jour devant la tombe de sa belle-mère, il témoigna « qu’un poëte grec avoit eu raison de dire qu’il falloit fuir même le tombeau d’une maratre »239.

  • 240 E. Sol, L’Eglise de Cahors à l’époque moderne, Paris, 1938, p. 226.
  • 241 « Elegans est species hujus capitis quod olim mihi Cadurci pro cathedra vacante solemnis palastrae (...)
  • 242 Il l’atteste, au sujet d’une taxe appelée inquisitio, en écrivant : « Quelle était la raison de ce (...)
  • 243 Vie de M. d’Hauteserre, p. 84.

32L’épidémie enrayée, les époux regagnent Cahors, ainsi que de nombreux habitants. En 1630, une chaire de droit canonique vint à vaquer en l’université de Cahors, par la mort de Géraud de Vaxis240. A ce prestigieux concours se présentèrent Jean de Lacoste, Marc-Antoine Dominici, et Antoine Dadine, « quoiqu’il nait pas étudié en cette sorte de jurisprudence ». Sa vaste connaissance du droit civil lui permit d’acquérir facilement celle du droit canonique, à en croire ses biographes, qui nous assurent qu’il s’avança « à grands pas dans cette nouvelle science ». Il argumenta d’abord sur la décrétale Bonae memoriae (X, 1, 6, 23) d’innocent III241. Mais il disputa aussi sur le canon Unio (C. 10, q. 3, c. 3)242. Il y eut dix ou douze postulants, et « ceux qui le virent courir cette carrière ont dit depuis quil avoit excellé et qu’aucun de ses antagoniste, n’avoit mieux mérité que luy la chaire disputée quoi qu’ils fussent generalement si habiles quils meritoient tous depuis dêtre choisis et postules par diverses universite pour y etre professeurs ».243 Il échoua cependant, et quitta sa ville natale, tant au prétexte du chagrin qu’il en conçût, qu’à cause du « peu de satisfaction quil y avoit de son père, duquel il ne tirait aucun secours ».

Le barreau et les premiers écrits

  • 244 Il était locataire au 9, rue Saint-Rémézy, ADHG, 3 E 6270, 1ère partie, f° 484 r°.
  • 245 Vie de M. d’Hauteserre, p. 85. Rodière se trompe en affirmant, art. cit., p. 381 : « Il ne paraît (...)
  • 246 Vie de M. d’Hauteserre, p. 85.
  • 247 Eloge, p. 280.

33Il s’installa à Toulouse au début de l’année 1633244 : « Son mérite et son nom furent bientôt connus dans le barreau de parlement et il s’y trouva en peu de temps dans un employ considerable quoique pour lors ce barreau fut rempli de grands hommes, avec les quels véritablement il étoit glorieux de combattre, mais aussy il y avoit peu à gagner, du côté de l’interet parceque toutes les affaires alloint à eux »245. Il n’en continua pas moins ses lectures, et lorsqu’il revenait du Palais, « il entroit dans son cabinet, doù il le falloit toujours arracher quand lheure de ses repas étoit venue ». Son fils nous assure que sa vie était si bien réglée qu’il « ne s’est pas même jamais levé extraordinairement matin, comme faisoint ces anciens qui commencoint leurs etudes a vulcanalibus »246. « M. d’Hauteserre goûta alors le plaisir de n’être occupé que de ses études & des devoirs de sa profession »247.

  • 248 Lex Romana Antonii Dadini Alteserrae, Toulouse, Colomiès, 1641. L’avis au lecteur est daté du 11 j (...)
  • 249 Vie de M. d’Hauteserre, p. 86.

34En 1641, il publia son premier ouvrage, intitulé Lex romana, une brève étude de cinquante-et-unes pages, au format in-12, sur la persistance du droit romain en Narbonnaise et en Aquitaine248. Il dut revenir à Cahors l’année suivante. Son père ayant voulu acheter une charge de conseiller-doyen à la Cour des aides et finances, créée en 1642, « il pressa si fort son fils de prendre celle de lieutenant criminel au présidial de la même ville, qu’il étoit obligé de quitter, quenfin il le résolut à tout ce quil désiroit de luy », et lui vendit l’ancienne charge. De surcroît, Antoine Dadine dut lui prêter « une somme d’argent considérable pour achever de payer celle de conseiller [...] laquelle il eut depuis assez de peine à retirer »249. C’est un trait de caractère bien marqué de notre auteur de n’avoir su jamais résister aux velléités de son père : « Il n’étoit pas en son pouvoir de rien refuser à son père ».

  • 250 AD Lot, B 335. Jean Dadine fut d’abord inscrit comme « monsieur Dadine, conseiller et doyen », de (...)
  • 251 De Ducibus & Comitibus Provincialibus Galliae libri tres, [...] accessit liber singularis de Origi (...)
  • 252 Vie de M. d’Hauteserre, p. 87.
  • 253 L’affaire concerne une tentative de captation d’héritage, à l’encontre de son fils Jean-Baptiste, (...)
  • 254 BM Cahors, Fonds Greil, no 419, p. 6.

35Ses biographes assurent qu’il exerça cette charge environ deux ans, rentrant à Toulouse en 1646. Cependant, le registre de la confrérie Saint-Louis, regroupant les magistrats cadurciens, indique la présence sans faille de son père « M. D’autheserre, juge criminel », de 1609 à 1642250. Puis, de 1643 à 1645 inclusivement, aucune trace d’un Dadine ou d’un Auteserre. Enfin, en 1646, réapparaît un « M. d’autheserre, juge criminel », notre juriste. Que fit-il réellement pendant ces quatre années ? Il est probable qu’Antoine Dadine exerçât cette charge deux années d’affilée, en 1645 et 1646, profitant des deux premières années passées à Cahors pour finir de rédiger deux ouvrages publiés simultanément en 1643, son traité Des Ducs et des Comtes et ses Origines des fiefs251. Il fut « très capables de cette charge, comme il le fit paraître en diverses occasions importantes mais l’exercice luy en déplut si fort quil se repentit de l’avoir prise presque sitôt qu’il s’en vit revêtu », n’entendant parler que « de crimes et dordures ». Ainsi, « peu satisfait [...] de cette sorte de magistrature, mais bien plus mal satisfait encore de son père », oublieux de ses promesses, il décida une nouvelle fois de s’installer à Toulouse, en 1646252. Il faut aussi ajouter une autre raison de son départ, que nous fait connaître un factum rédigé à l’intention d’un fils d’Auteserre253. L’auteur du factum, le rapporteur d’Argouges, insiste sur le rôle des « ennemis du pere du produisant » dans cette affaire, qui se sont prévalus « de son absence [voyage à Paris en 1658] pour enlever ladite Chanoinie, voyant que ledit Caussade se destinoit de la resigner au produisant, & que cela luy donnerait moyen d’approcher son ayeul paternel, & de ruiner les desseins des ennemis de son pere, qui non contens de l’avoir esloigné de la maison paternelle comme tout le reste de ses freres, & de l’avoir contraint à quitter l’Office de Juge Criminel dont il avoit esté pourveu, tendent par tous les moyens à le priver luy & ses enfans de la succession paternelle, aussi bien que du secours qu’il devoit espérer de son pere durant sa vie »254.

  • 255 Rerum Aquitanicarum libri quinque, in-4°, Toulouse, Colomiès, 1648, 395 p.

36C’est alors, vers 1646, qu’il tomba malade d’une affection « longue et dangereuse ». Remis sur pieds, il s’en alla de nouveau plaider au parlement de Toulouse, et repris ses études. Celles-ci aboutirent, en 1648, à la publication de la première partie de ses Annales d’Aquitaine255. Les cinq premiers livres s’étendent des Celtes jusqu’à Clovis. Il la dédia au chancelier Séguier le 22 mai, ce qui ne fut peut-être pas sans influencer celui-ci dans la suite des évènements.

  • 256 Vie de M. d’Hauteserre, p. 86. Cela n’a rien d’extraordinaire, et l’on connaît d’autres cas de per (...)
  • 257 Vie de M. d’Hauteserre, p. 86.

37A cette époque, sa renommée franchit les frontières : « il arriva qu’un gentilhomme de Hambourg passant à Toulouze [...] alla le voir, pour luy dire, qu’il avoit ordre de sa République de luy offrir des appointements considérables [...] s’il voulait aller enseigner le droit public à Hambourg »256. Cette histoire est rapportée par le procureur Montjuif, qui avait accompagné cet étranger auprès d’Auteserre, et témoigné par écrit en faveur du malheureux émissaire de l’accomplissement de sa tâche. Auteserre se plut à dire, plus tard, « qu’il n’auroit pu s’accomoder de l’humeur des allemends [...] mais il n’auroit pas eu de peine à vivre avec les Italiens, et si on lavoit appellé à Bologne [...] il a souvent dit quil y serait allé avec plaisir »257.

Le professorat

  • 258 Vie de M. d’Hauteserre, p. 88.
  • 259 Le recours à ces nominations directes était fréquent depuis la fin du XVIème siècle, cf. H. Gilles (...)
  • 260 Vie de M. d’Hauteserre, p. 164. Cette copie fut collationnée conforme au registre officiel, perdu (...)
  • 261 Vie de M. d’Hauteserre, p. 165.

38L’année 1648 voit surtout inaugurer le professorat d’Auteserre, homme déjà mûr puisqu’il a quarante-six ans. Une chaire de droit étant vacante de l’Université de Toulouse, « plusieurs personnes couraient deja pour la disputer, mais la plus grande et la plus saine partie des professeurs croyant ne pouvoir trouver un plus digne sujet pour remplir cette place que M. d’Hauteserre proposèrent de la lui donner sans dispute »258. En effet, une chaire pouvait être attribuée soit par concours, soit par postulation, cette voie impliquant l’unanimité des docteurs régents259. Les registres de l’université l’attestent : « Sur quoi, les avis demandés, led. Sr de Pelissier aurait dit quattendu le savoir eminent de M. Antoine Dadine d’Hauteserre docteur et avocat en la cour il étoit davis de postuler au parlement led. Sr d’Hauteserre et à cette fin présenter requete a la cour au nom du sindic de luniversité en autorisation de la postulation »260. Mais l’affaire ne fut pas sans contestation et sans brigue, un notum ayant déjà été envoyé aux autres universités les avisant de la vacance d’une chaire. Maran s’éleva contre cette procédure : « Se seroit faire passer luniversité pour être de mauvaise foy et sans parolle [...] outre que le Sr d’Hauteserre n’est nullement postulable dautant quil est inoui que jamais personne ait été postulé, s’il n’étoir docteur régent ou l’avoit été dans une université fameuse ou disputé en celle cy ou les opinants eussent été auditeurs »261.

  • 262 Fermat écrivait à Séguier, le 9 juin 1648 (BNF, Fr. 17388, f° 74) : « Je scai que la vertu et le s (...)

39Cela conduisit les professeurs bien intentionnés pour notre jurisconsulte à faire appel à l’autorité royale. « M. Duverger, pour lors doyen de cette compagnie homme habile et d’une grande fermeté, voyant ce qui se passoit, informèrent la Reyne mère pour lors Régente [...] ce qui obligea cette grande princesse d’envoyer une lettre de cachet aux professeurs de l’université par laquelle il leur est enjoint de le postuler ». Auteserre put aussi se prévaloir du soutien du chancelier Séguier, étant de sa clientèle, comme nous le soulignerons plus loin262.

  • 263 ADHG, B 700, f° 216.
  • 264 Vie de M. d’Hauteserre, p. 166.
  • 265 Rodière, Notice..., p. 383. L’auteur souligne (η. 1) un trait remarquable du professeur : « Chaque (...)
  • 266 BUT, ms 8, Registre des licenciés et docteurs, 1639-1653, f° 259 v°.

40Un arrêt du Parlement du 21 octobre 1648, « sceant en vacations », vint confirmer son installation : « Lad. Université assemblée [...] au couvant des Pères Augustins avoit delibéré que la chaire en droit canon & civil que feu Mr Martin de Polier occupoit pendant sa vie seroit remplie soubz le bon plaisir de lacour par voie de postula[ti]on de la personne de Mr Anthoine Dadin d’Autheserre »263. Le lendemain, après l’avoir fait rentrer dans la salle du conseil, « led Sr Recteur luy aurait dit que dun commun consentement l’Université avoit deliberé quil seroit reçu et installé en lad. régence, laquelle il luy conferoit après qu’il aurait fait la profession de foy et prêté le serment »264. Ainsi postulé à cette chaire vacante, Auteserre prit immédiatement ses fonctions. Son premier acte en tant que professeur date du 2 novembre 1648, il s’agit d’une admission de bacheliers265. Le lendemain 3 novembre, il préside à son premier acte de licence et doctorat en droit civil, en faveur d’un certain Mareschat266.

  • 267 Vie de M. d’Hauteserre, p. 88.
  • 268 E. Sol (éd.), Alain de Solminihac, Lettres et documents, Cahors, 1930, p. 423. La lettre est conse (...)

41Il commença ses premières lectures par les Institutes de Justinien, « ce quil fit dune manière claire et nette comme on peut voir par le commentaire quil en a fait depuis imprimer », avant que d’enseigner quelques traités de droit canonique267. Fidèle à sa terre natale, l’on sait par une lettre de s’ur Marie de l’Incarnation, du 24 octobre 1650, qu’il rendait encore service à l’évêque de Cahors, le bienheureux Alain de Solminihac. Cette supérieure des Hospitalières de Poitiers, sûrement recommandée par le frère cadet d’Auteserre, vit « un fort homme de bien, nommé d’Auteserre, docteur de la ville de Cahors », qui lui promit de s’entremettre de ses affaires auprès de l’évêque, dont il fit le plus grand éloge268.

  • 269 Dissertationes, Opera, t. 9, Praefatio, pp. 1-2.

42N’oubliant pas son devoir d’état, il fit paraître un volume de Dissertations sur le droit canonique, en 1651. Il indique l’origine de ses recherches dans la préface de cette œuvre : « Admirant l’Eglise et le Chef qui la conduit providentiellement, naquit en moi l’idée de traiter des auxiliaires des évêques lors d’une solennelle préleçon d’ouverture des écoles. Mais comme ce champ était trop vaste pour être borné en une seule lectio, succéda le désir de moissonner une disputatio complète de la chose, pour que le pieux lecteur voie la raison très belle de cette économie ecclésiastique, les contours de la fonction de tous les adjuvants des pontifes, les voyant et les estimant comme les avant-gardes des châteaux forts ». Il est vrai que « l’épiscopat est une charge si lourde, si nuancée, si complexe, qu’elle écraserait la tâche d’un seul homme s’il n’était pas aidé, tant dans les affaires spirituelles que temporelles ». Auteserre ajouta à ces considérations des propos sur les revenus ecclésiastiques, secours temporels du pouvoir spirituel, et dédia son volume à Mgr de Montchal, archevêque de Toulouse, protecteur des érudits. Car, ainsi qu’il l’indiquait, « les fruits de mes précédents loisirs littéraires ne furent pas placés sous d’autres auspices que sacrés »269.

  • 270 Vie de M. d’Hauteserre, p. 89.
  • 271 Vie de M. d’Hauteserre, p. 89.
  • 272 Dissertationum iuris canonici, liber quintus & sextus de parochiis, deque officio & potostate Paro (...)

43La peste ayant gagné Toulouse en 1652, Auteserre se retira avec sa famille en Quercy, dans sa propriété de la Bastide du Vert, et « y demeura [...] près d’une année ».270 Cette retraite ne fut pas stérile, et, si ses capacités d’avocat furent mises à profit par des voisins chicaneurs, son temps d’étude n’en pâtit pas pour autant. A la nouvelle alarmante du passage d’un gros de cavalerie dans le lieu-dit, les femmes se réfugièrent chez lui, « et le bruit qu’elle faisoint étoit comme on peut croire fort grands. Il travailloit pour lors a son livre de parrochiis, et quelque grand que fut le bruit et le tumulte il ne cessa pas décrire avec la meme tranquilité que sil eut été seul »271. Il retourna à Toulouse au début de l’année 1653, avec la tristesse de découvrir sa maison cambriolée, mais surtout la perte d’un ami cher, dont le nom nous est inconnu. Il fit paraître en 1654 les deux derniers livres de ses Disserationum juris canonici libri sex, traitant de la paroisse, de l’office et du pouvoir du curé272.

  • 273 Nous n’avons trouvé que quelques traces de son activité au Palais, sans qu il se désigne luimême c (...)
  • 274 Comte Bégouen, « A propos de la « Scientia media » du P. Annat », Bulletin de la Société archéolog (...)
  • 275 Fr. Annat, Scientia media contra nouos eius impugnatores defensa, Editio altera, Paris, 1662, Appro (...)

44Reprenant une existence toulousaine, il continue son métier de professeur et d’avocat, tout en poursuivant la rédaction de ses livres273. L’Université est alors en ébullition, tourmentée par la querelle janséniste. Le Père Annat, jésuite, recteur du collège de Toulouse, était un vaillant théologien polémiste antijanséniste, engagé, malgré les interdictions romaines, dans la querelle de auxiliis. Son principal adversaire était le P. Réginald, dominicain, docteur régent de l’Université. Quand, en 1646, le jésuite publie sa Scientia media, et l’offre à Charles de Montchal, elle est aussitôt censurée par la Faculté de théologie, sans autre forme d’examen274. Cependant, en 1654, le jésuite devient confesseur du roi. Le Conseil casse la précédente censure, et la Faculté est priée d’examiner de nouveau l’ouvrage, qui a entre-temps obtenu l’approbation de l’Inquisition romaine. Le travail est effectué par quatre théologiens, « diligemment », et conclut le 7 décembre 1656 : « Nihilque in eo [libro] deprehensum quod sacrae scripturae sanctisque patribus rectissime non congruat »275. Dix jours plus tard, en qualité de recteur de l’Université, Auteserre publiait l’approbation de cet « opus magno Theologo & Confessario Regio ».

  • 276 Rerum aquitanicarum libri quinque qui sequuntur quibus continentur gesta regum & ducum aquitaniae, (...)
  • 277 Vie de M. d’Hauteserre, p. 90.
  • 278 BM Cahors, Fonds Greil, no 419, « Factum pour Maistre Jean Baptiste Dadine Auteserre, Diacre & Cha (...)

45En 1657, paraissent les livres 6 à 10 de ses Annales d’Aquitaine276. Il ne néglige pas de s’occuper des affaires de l’Université, pour lors « accablée d’affaires et entierement obérée ». Il tente de recouvrer les sommes dues et non versées. Son fils peut dire avec raison « que dans bien peu d’années il la rendit entièrement quitte, il trouva aussi qu’on y jouissoit pas d’une bonne parti des revenus ordinaires par l’autorité de quelques prélats qui refusoint de payer les pensions aus quelles ils sont obligés, mais il sceut si bien faire quil les forca de leur faire raison ayant obtenu divers arrets quil fit executer non sans peine et des grands combats »277. Sur la fin de l’année 1657, il est député à Paris pour poursuivre cette affaire de recouvrement de créances. Période pendant laquelle ses ennemis profitèrent « de l’absence du pere [...] qui estoit party pour Paris pour les affaires de l’Université de Toloze » pour attaquer en justice son fils, le chanoine Jean-Baptiste278.

Le premier séjour parisien

  • 279 J. Verger, « Les privilèges personnels des maîtres et des étudiants dans les universités européenn (...)
  • 280 BM Cahors, Fonds Greil, no420. Factum pour Me Anthoine Dadine, p. 3

46Son premier séjour dans la capitale ne dura que quatre ou cinq mois, et retournant dans son pays durant l’hiver 1658, notamment pour « procurer un établissement à un homme au père duquel il croyoit avoir de l’obligation ». Trois ou quatre mois plus tard, il revint à Paris pour une affaire domestique, « qui paraissoit délicate et difficile par les adresses dont les adversaires, gens artificieux, l’avaient déguisée ». Nous ne pouvons que nous étonner de ce déplacement d’Auteserre dans la capitale. En effet, les universitaires jouissaient du ius non trahi, qui « s’exerçait en matière aussi bien réelle (bénéfices ecclésiastiques par exemple) que personnelle et donnait à son bénéficiaire un avantage considérable sur son adversaire contraint à de longs et coûteux déplacements »279. De surcroît, comme l’affirme un factum de 1668 le concernant, « la qualité du produisant [Auteserre], qui est Professeur en Droit Canon & Civil en l’Université de Tolose ; & quoy que veteran servant actuellement avec l’assiduité qui est assez connue à tout le Royaume, à raison dequoy, il a les causes commises aux Requestes, & ne peut être distrait du Ressort du Parlement de Tolose, comme estant par le devoir de sa Charge du nombre de ceux, qui propter loci Religionem inde se movere non possunt, L. 2 Dig. De in jus vocando »280. A moins qu’il n’abandonnât son droit, ou qu’il ne plaidât pour autrui, nous pouvons penser que ses contradicteurs étaient eux aussi des universitaires jouissant de privilèges judiciaires identiques, ou alors des personnages illustres possédant un commitimus plus fort.

  • 281 Vie de M. d’Hauteserre, p. 91. Un autre témoignage de l’estime de Lamoignon pour Auteserre réside (...)
  • 282 De fictionibus juris tractatus quinque quibus accessit solemnis praelectio ad L. cum societas, ff (...)

47Il n’eut pas de peine à démontrer la fraude contre lui commise. C’est à cette occasion qu’il acquit « l’estime et l’amitié de beaucoup de personnes de qualité et de merite, et entre autre celle de M. de Lamoignon, premier président du parlement »281. Lamoignon à qui il dédiera, le 1er août 1659, le dernier ouvrage qu’il venait de rédiger, les cinq traités du De fictionibus iuris282.

  • 283 Vie de M. d’Hauteserre, p. 92.
  • 284 Vie de M. d’Hauteserre, p. 94.
  • 285 Vie de M. d’Hauteserre, p. 95.

48La Vie de M. d’Hauteserre raconte l’entrevue qu’il eut durant ce séjour parisien avec « le fameux Coutarier homme habile mais rude dans ses manieres », avocat parisien qui apprécia tant cet entretien qu’il le raccompagna lui-même à la porte de sa demeure. Il dut demeurer environ une année à Paris, car de retour à Toulouse, il s’arrêta à Cahors dans les terres familiales, vers le mois d’octobre 1659. Il voulut s’enquérir de la santé de son père « age de plus de quatre vingts ans, vivant sans façon », et n’accordant « aucune foy aux medecins »283. Bien lui en prit, car son vieux père mourut le 31 octobre en bon chrétien : « En parlant de Dieu, entre les bras de M. d’Hauteserre, Salvezou l’ayné de ses petits fils, chanoine en l’eglise cathedrale de Caors ». Antoine d’Auteserre revint donc à Cahors, fort peiné, rendre les derniers devoirs au père qu’il avait tant aimé284. C’est vers cette époque qu’Auteserre fut touché par la disparition de sa femme. Son fils raconte qu’il « etoit demeuré veuf plein de force et de vigueur, mais le peu d’inclination quil avoit toujours eu pour les femmes fit quil neut jamais des pensée pour des secondes noces [...] aussi disoit il en riant à ceux qui admiroient sa vigoureuse santé dans ses vieux ans que s’il n’avoit pas les maux qu’ont tant dautres gens [...] c’est quil avoit eu deux maratres qui lui tenoient lieu de tous les maux du monde »285.

  • 286 Vie de M. d’Hauteserre, p. 95.
  • 287 Vie de M. d’Hauteserre, p. 96.

49Cette rude année 1659 le vit de nouveau porté à se défendre de procès que lui intentèrent ses proches. Il en triompha comme auparavant. Mais il lui fallut plus d’ardeur pour repousser les invitations qui lui étaient faites de prendre la charge de son père comme conseiller à la Cour des Aides. Il préféra la donner à son fils Jean-Antoine, et rejeta une autre proposition plus avantageuse à la Cour des Aides, « se trouvant si content de celle de professeur en luniversité de Toulouze »286. A cette occasion, une digression du fils nous apprend les sentiments du père au sujet de la vénalité des offices : « Il ne pouvoit assez admirer lextreme passion que les français ont pour les offises. Les anciens appellerent cette passion archomanie. Il l’appeloit aussi fureur et folie »287.

La reconnaissance

  • 288 Sur ce sujet, D. Montariol, Les droits de la Reine : la guerre juridique de Dévolution (1661-1674) (...)

50L’année 1660 est celle où l’Assemblée du Clergé le charge de réfuter le Traité de l’abus de Charles Févret. Année de la célébrité pour notre jurisconsulte certes, mais cette célébrité vient sur le tard, quand il a déjà 58 ans. Ne relâchant cependant rien de ses autres travaux, il rédige en parallèle plusieurs autres ouvrages. Le 17 septembre 1664, il reçoit de Colbert une lettre l’invitant à travailler la question des « Droits de la Reine »288 :

51« Monsieur,

  • 289 Vie de M. d’Hauteserre, p. 100. Voir aussi Eloge, pp. 301-302.

52Il m’a été fait un récit si avantageux de votre savoir, et de la profonde connoissance que vous vous êtes acquise du droit et de lhistoire que dans l’occasion des questions historiques si célèbres qui se font touchant les droits de la Reyne et l’invalidité de sa renonciation, j’ai cru que je pouvois vous adresser ces papiers et mémoires concernant le fait dont il s’agit, afin quapres les avoir meurement examinés, vous preniés la peine de men mander votre avis. Je ne doute point que la grandeur et l’importance de la matière ne vous convient egalement de vous y employer tout entier. Je veux espérer aussi que la prière que je vous en fais y contribuera encore de quelque chose, étant avec beaucoup d’estime, etc. »289.

  • 290 Vie de M. d’Hauteserre, p. 100. De plus, en 1670, il fut chargé de prononcer la préleçon solennell (...)
  • 291 Un Mémoire présenté par MM. les Recteur et pro fesseurs de l’Université de Toulouse à MM. les Capi (...)
  • 292 PH. Tamizey, Lettres..., XI, p. 34.

53L’ouvrage n’ayant pas été retrouvé, faut-il croire qu’Auteserre s’exécuta ? A coup sûr. Son fils signale avec emphase que son père y travailla « avec tant de diligence qu’en moins d’un mois il envoya des mémoires si bons et si savants » et assure « que tout ce quil y a de meilleur dans le livre qui parut depuis [...] est tiré de ces mémoires »290. Et puis le prouve cette lettre olographe du 10 mars 1676 qu’il envoya à Colbert, où, sollicitant un dégrèvement pour ses terres quercynoises291, il ajoute : « Vous me permetrés encore, Monseigneur, de vous faire souvenir que j’ay travaillé autresfois par vos ordres sur les moyens de restitution contre la renonciation de la Reine, et que vous me fîtes conestre que mon travail vous avait pleu »292.

  • 293 Brevis et enucleata expositio in institutionum Justiniani libros quatuor, Toulouse, chez Helie l’E (...)
  • 294 Commentarius perpetuus in singulas decretales Innocenta III. quae per libros quinque decretalium s (...)
  • 295 Le futur bibliothécaire de Colbert avait été étudiant à Toulouse, au collège Saint-Martial, de 164 (...)
  • 296 PH. Tamizey, Lettres..., II, p. 26.
  • 297 PH. Tamizey, Lettres..., IV, p. 27.

54Il publie à Toulouse, en 1664, ses cours sur les Institutes de Justinien, qu’il dédie à Colbert le 24 septembre, comme une réponse hâtive aux demandes de l’intendant des finances293. En droit canonique, son ouvrage majeur est un imposant Commentaire des décrétales d’Innocent III, qui parut à Paris en 1666294. Il écrivait à son ancien élève Baluze295, en octobre 1658 : « Pour vous rendre compte de mon loisir, je ne perds point de temps à travailler à mon Innocent 3. Je suis parvenu au 5ème livre »296. Cet ouvrage était achevé avant juillet 1659, comme il l’annonçait au chancelier Séguier : « Commentarium in decretales Innocenta III P. M. quemproxime [...] editurus »297.

  • 298 Notae & Observationes in XII libros epistolarum B. Gregorii Papae, hujus nominis I. cognominis Mag (...)
  • 299 P. Ewald, L. M. Hartmann, Gregorii Ipapae Registrum epistolarum, MGH, Ep. 2, Berlin, 1891-1899. Il (...)

55En 1669 paraît son volume de notes sur les lettres de saint Grégoire le Grand298. Les douze registres des épîtres de ce pape prestigieux avaient été édités plusieurs fois, en raison de leur importance pour la connaissance du monde romain de l’antiquité tardive. Ses notes et commentaires, philologiques et historiques, furent appréciés et utilisés, par les Mauristes notamment, mais aussi au XIXème siècle par les Monumenta Germaniae Historica299.

  • 300 Vie de M. d’Hauteserre, p. 101.
  • 301 Vie de M. d’Hauteserre, p. 101.

56Toutefois, il n’en alla pas de même au moment de leur publication. Le premier auteur à porter la controverse fut Jean de Launoy, docteur en théologie, surnommé le dénicheur de saints. La Vie de M. d’Hauteserre insiste sur le côté hutin du docteur de Sorbonne : « Homme savant mais le plus hardi, et même je ne crains pas de le dire, le plus audacieux et le plus téméraire critique de son tems »300 Le point litigieux entre les deux érudits sera la question de la véracité du privilège du monastère Saint-Médard de Soissons, question ô combien épineuse en ce siècle où naît l’histoire exacte. Mais il est permis, et nous allons revenir sur cet épisode, de se demander si ce seul point d’histoire scandalisa le critique parisien. En effet, Auteserre observe, sur l’épître 48 du livre 2, que les conciles provinciaux n’ont pas d’autorité canonique s’ils n’ont été confirmés par le Saint-Siège. Position proche d’un ultramontanisme honni par Launoy. Le fils d’Auteserre propose une raison supplémentaire à l’ire du théologien parisien : celui-ci avait été « le premier qui avoit crié contre son livre de la juridiction ecclésiastique, l’accusant d’avoir trop cet esprit de la les monts, qui donne au Saint-Siège une étendue de pouvoir et d’autorité que l’on luy dispute ailleurs »301.

  • 302 Ces lettres se retrouvent dans les œuvres complètes de Launoy, Opera omnia, Genève, 1731, t. 5, pa (...)

57Launoy écrivit deux lettres concernant ces deux sujets, et en 1670, paraissait sa Confutatio annotationum V.C. Antonii Dadini Alteserrae, chez Edme Martin, éditeur parisien. Cet ouvrage in-12° de 130 pages fut rédigé en octobre 1669, composé de deux lettres, adressées à Michel Girard, abbé de Verteuil. La première est une réfutation in Privilegium Sancti Medardi Suonenssionis (pp. 3-84), et la seconde concerne les synodes provinciaux (pp. 87-130)302.

  • 303 Ecdicus Gregorii papae C. V. Ludovico Nubleo Advocato in senatu Parisiensi, epist. 2, s.l., 1671, (...)
  • 304 Ludovico Nubleo in Senatu Parisiensi Advocato, Ant. Dadinus Alteserra S.D. La lettre commence par (...)

58Auteserre répliqua par trois lettres imprimées « élégantes et pleines de savoir », adressées les deux premières à l’avocat parisien Louis Nublé (la première en 1670, la seconde le 8 février 1671), la troisième au révérend père jésuite Poussines, datée du 10 août 167 1303. Dans la polémique, domaine qu’il n’affectionna guère, il « écrivit depuis [en 1674] une autre lettre contre un religieux Bénédictin qui l’avoit blamé d’avoir appelé les quatre ordres de religieux mendians Quadrico mendicantium et refuta lerreur de ce critique »304.

Le décanat

  • 305 Rodière, Notice..., p. 383.

59C’est durant l’année 1671 qu’il devint doyen de la Faculté de droit, comme l’indique sa signature, soit dans ses lettres (10 août 1671, dans la lettre au père Poussines), soit dans les registres des examens de licence, en première place depuis le mois d’août305.

  • 306 Vie de M. d’Hauteserre, p. 101.
  • 307 Constitutio Constantini, de episcopali judicio, vindicata adversus Jac. Gothofredum antecessorem G (...)
  • 308 Vie de M. d’Hauteserre, p. 101.

60En 1672, il rédigea une dernière lettre de controverse, contre Godefroy, une « deffense de la constitutions de Constantin contenue en la loy première, de Episcopali judicio, au code theodosien, laquelle Gothefroy a accusée de faux »306. Bien qu’imprimée, elle fut aussi peu diffusée que la précédente, nous n’en avons localisé qu’un seul exemplaire307. Ainsi que le déplore son fds, « ce sont à peu près toutes les lettres quil ait ecrites du moins quil ai rendues publiques, car il est vrai quil en a écrit un grand nombre d’autres à divers personnages célèbres, et en françois et en latin, quil n’a pas eu soin de ramasser et dont le public neanmoins aurait tiré tous des grands avantages par les belles choses qu’elles contenoient »308.

  • 309 Asceticon sive originum rei monasticae libri decem, Paris, chez Billaine, in-4°, 500 p.
  • 310 Praefatio auctoris, non paginée. Franciscain né à Montalzat au milieu du XVIème siècle, gardien du (...)
  • 311 Cet ouvrage impartial dénote de certaines exagérations dont l’époque était coutumière, comme le ra (...)

61En 1674, il publia de nouveau un livre qui fit sensation, une histoire des origines monastiques, sujet très débattu et controversé309. Chose rare, il donne une préface à cet ouvrage, indiquant les motivations qui l’ont conduit à l’écrire, dont « les nombreux sermons de mon oncle, le R. P. Nicolas d’Aubépine, homme très pieux et très érudit, de l’ordre de Saint-François, provincial de la province de Toulouse, lequel, par une perte immense pour les études, me fut ravi par la mort lorsque j’étais adolescent malheureux et immature. J’ai gardé son conseil que maintenant, Dieu aidant, j’entreprends : donner mon livre sur les ascétiques, ou les origines des choses monastiques »310. S’il n’omet pas de rapporter l’encouragement de ses proches (« je fus invité à le faire par le désir et l’exhortation de mes amis et de ma famille ») il insiste sur la cohérence de son projet : « Un tel ouvrage n’est pas étranger à un professeur de l’un et l’autre droit, la jurisprudence étant la science des choses humaines et divines, et ce qui touche aux réguliers est la partie la plus belle du droit canonique ». Enfin, il signe ce livre des traits de son âme, déclamant : « Ô lecteur, reçois ce projet d’un esprit bon et bienveillant, et, si tu le désires, prie pour son auteur, pour que cet ouvrage soit profitable à son salut et au pardon de ses péchés, en même temps qu’à la louange et à l’avantage des moines »311.

  • 312 PH. Tamizey, Lettres..., XI, p. 34.

62La suite de sa carrière est connue par une missive qu’il écrit au chancelier Séguier le 10 mars 1676, dans laquelle il lui rappelle, outre son volume sur la juridiction ecclésiastique, qu’il a « plusieurs autres ouvrages prets à mettre au jour [...] et dont une partie peut servir a illustrer l’histoire de France, comme sont les annales d’Aquitaine ou un volume d’observations sur l’histoire de saint Grégoire de Tours »312.

  • 313 « Et afin de renouveler les statuts et réglemens, tant de la faculté de Paris que des autres, et d (...)
  • 314 Bibliothèque de l’Arsenal, ms 5759, fi 21. Ce manuscrit composite est entièrement consacré à l’Uni (...)
  • 315 Bibliothèque de l’Arsenal, ms 5759, fos 49-58. Ces motifs datent du 26 novembre, comme l’indique F (...)
  • 316 Bibliothèque de l’Arsenal, ms 5759, f° 77.
  • 317 Déclaration du roi du 25 janvier 1680 en faveur des professeurs ayant régenté durant sept ans ; Dé (...)
  • 318 C. Dounot, art. cit., pp. 124-126.

63En 1679, toujours soucieux du bien commun de sa corporation, Auteserre participe activement à la réformation des statuts de la Faculté, ordonnée par l’article 3 de l’édit de Saint-Germain-en-Laye313. Le nouveau règlement de la Faculté fut élaboré en concertation avec l’intendant Henri d’Aguesseau, commis à cette tâche par arrêt du Conseil du 7 septembre 1679314. Il lui fut adjoint Louis de Froidour, lieutenant général des eaux et forêts. Un premier projet fut présenté par ces deux conseillers, divisé en articles, auxquels furent placés en regard les « Motifs des Professeurs des Escoles de Droit à Toulouse pour la justification du Règlement qu’ils proposent et quelques observations importantes que lesquelles ils supplient très humblement SM et Noseigneurs de son Conseil de réfléchir »315. Ces suggestions furent réduites, le 1er décembre 1679, en « Articles proposez [...] pour le retablissement des estudes du Droit canonique et civil dans la Faculté de Toulouse »316. Diverses mesures transitoires furent imposées par le roi, pour lesquelles les professeurs proposèrent d’autres modifications317. En définitive, le Conseil approuva, par arrêt du 16 juillet 1681, le nouveau règlement de la Faculté, qui devait régenter les études jusqu’à la suppression de l’Université en 1793318.

  • 319 PH. Tamizey, Lettres..., XII, p. 35.
  • 320 Notae et observationes in Anastasium De Vitis Romanorumpontificum, Paris, chez Billaine, in-4°, 16 (...)
  • 321 Il fut enregistré par Charles Angot le 18 décembre 1679. BNF, Fr. 21946, Registre des privilèges a (...)

64C’est en cette période de renouvellement de l’enseignement juridique qu’Auteserre entreprit son dernier voyage à Paris. La dernière lettre connue qu’il écrivit, datée de « Tolose, le 20 décembre 1679 », nous incite à croire qu’il partit au lendemain de Noël319. Ecrite à Colbert comme une préparation de son périple, il le prie de recevoir par l’entremise du « sieur Ponsson, advocat en parlement » ses observations sur Anastase le Bibliothécaire320. Il est intéressant de constater que cet ouvrage fut offert au chancelier Le Tellier le 1er mars 1679, le privilège personnel ayant été obtenu de Saint-Germain-en-Laye le 23 avril 1679, puis transféré à Billaine321. Or l’achevé d’imprimer porte la date du 23 décembre, date antérieure à l’envoi de la lettre présentant l’ouvrage, signe manifeste de la faveur ainsi faite.

  • 322 Vie de M. d’Hauteserre, p. 102.
  • 323 Vie de M. d’Hauteserre, p. 103.
  • 324 Notae et observationes in X libres Historiae Francorum B. Gregorii, Turonensis episcopi, et supple (...)

65Ce qui l’obligea à faire ce voyage fut la mort d’un dénommé Pyon, ami de cinquante ans d’Auteserre, et qui l’avait fait son héritier. « La succession luy fut disputée sur le bruit qui fut repandu dans le monde que ce Pyon étoit etranger, et par conséquent ses biens acquis au Roy par droit d’aubaine. [...] M. d’Hauteserre fut obligé d’aller à Paris defendre sa succession, et c’est la quil eut a essuyer de grandes traverses et a donner des grands combats »322. En effet, il fut bien seul dans sa défense, mais les parties adverses « composerent sur le champ avec luy, et le quitterent pour cinq cens pistoles, cest a ce prix qu’il acheta enfin son repos, après neuf ou dix mois d’agitation et de fatigues »323. Durant son séjour à Paris, il vit plusieurs fois Colbert, qui l’écouta toujours favorablement, à qui il venait de dédier ses notes sur saint Grégoire de Tours324.

  • 325 Recitationes quotidianae in Claudii Tryphonini libros XXI Disputationum et varias partes Digestoru (...)
  • 326 Vie de M. d’Hauteserre, p. 103.
  • 327 De Fictionibus juris, pars secunda complectens VI. et VII. tractatum, Paris, chez Billaine, in-4°, (...)

66Laissons le fils nous raconter les mérites du père. Colbert « reçut [l’ouvrage] de ses mains avec tant de marque d’estime, qu’il voulut bien le présenter au Roy. M. d’Hauteserre luy ayant dit quil avoit à offrir à sa majesté le premier volume de ses lectures sur le droit civil325, quil luy avoit dédiées comme étant des fruits nés dans ses terres et cultivés à ses dépens [...] dès qu’il parut devant le Roy sa majesté le regarda avec quelque attention. Ses cheveux blancs et beaux car il avoit toujours meprisé la mode des perruques, sa mine grande et venerables, joint à ce que M. Colbert avoit peu dire en sa faveur inspirerent a sa majesté de l’estime pour sa personne, aussi l’accueillit elle, bonté toute genereuse et toute royale qui luy gage aisément la cour et tout ce qui ont lhonneur de lapprocher, et luy ayant dit que son nom ne luy étoit pas inconnu. Ce monarque sembla écouter avec plaisir, ce que luy dit ce bon vieillard lorsquil luy presenta son livre, et quil luy fit le récit en peu de mots de ce quil contenoit et de la manière dont il enseignoit le droit romain depuis de longues années »326. Il profita de ce séjour pour donner à son imprimeur parisien la suite de son traité sur les fictions, parue la même année327.

  • 328 In libros Clementinarum commentarii, quibus accessere sex praelectiones solemmnes habitas pro inst (...)
  • 329 Vie de M. d’Hauteserre, p. 153.
  • 330 Vie de M. d’Hauteserre, p. 154.
  • 331 BUT, ms 63, Procès-verbaux des actes en droit, 20 février 1682-23 décembre 1702, f° 2v°. Dans ce r (...)
  • 332 BUT, ms. 56, Registre des bacheliers en droit, juillet 1681-juillet 1721, P 8v° : « Discretus vir (...)

67Il s’en retourna à Toulouse durant l’été 1680, heureux d’avoir pu régler ses affaires parisiennes, dont l’édition de ses commentaires sur les Clémentines328. Il prévoyait d’achever les ouvrages qu’il avait commencés, mais de nouveaux désagréments survinrent, avec ceux qui avaient bénéficié de legs du testament de Pyon, qui se révoltèrent contre lui. Obligé de plaider contre eux, on exigea d’Auteserre « un serment sur une matière delicate pour l’honneur et pour la conscience »329. Il fut innocenté en 1681 et put enfin jouir d’une période de repos qui « dura près dun an et il avoit lieu despérer quil serait dune bien plus longue durée, ne setant jamais mieux porté »330. Il reprit ses activités universitaires. Comme l’attestent les registres de la faculté de droit, il assista à divers actes en droit durant le premier trimestre de 1682, et donna sa signature pour la dernière fois lors du baccalauréat in utroque de JeanFrançois de Bertrand, le 24 février331. Il présida son dernier acte public le 25 juillet 1682, date à laquelle son étudiant Georges Joly fut fait bachelier in utroque, « sub Dño Dauteserre »332.

68Aux dires de son fils, ceux qui le voyaient dans une telle force et vigueur lui donnaient un siècle d’existence, quant, la nuit du jeudi 21 août 1682, il tomba « dans une espece de lethargie [...] on fit ce que lon put pour le reveiller, et comme on vit la difficulté quil y avoit d’en venir a bout par des remedes ordinaires, on appella des medecins qui le traitant dabord comme un apoplectique, le firent saigner et ventouser si extraordinairement quon luy tira trois ou quatre livre et demi de sang après quoy on luy donna encore de l’Emetique. Il revint à luy, et connaissant parfaitement l’état ou il étoit, il s’en prit aux médecins auxquels il navoit jamais eu aucune foy, les accusant de l’avoir rendu malade, par leurs remedes violents et extraordinaires. Dès lors il commença à ne compter plus sur la vie, et s’etant muni des sacrements de l’Eglize, il se prépara a la mort quil vit venir avec une constance et une intrépidité admirable ».

  • 333 Vie de M. d’Hauteserre, p. 155.
  • 334 Une coquille s’est glissée dans l’article d’A. Des Rochettes, art. cit., p. 75, qui indique la dat (...)
  • 335 « Le 28 aout 1682, après midi dans la maison de feu noble Antoine Dadine Ecuyer Sr Dauteserre et a (...)
  • 336 Testament olographe du 29 septembre 1666, BM Cahors, Fonds Greil, liasse 15, pièce 9 : « Au cas je (...)

69Malade six jours durant, gardant le silence autant qu’il le pouvait, il ne s’occupait plus que des choses du Ciel, ayant « conservé jusqua cette extrémité de sa vie, une manière de gayeté qui rendoit agréable tout ce quil disoit ». Le 27 août en début de soirée, son front perdit « je ne sais quoy de sourcilleux [...] son visage en devint si doux et si beau que ceux qui furent presens en furent dans l’admiration et ne manquerent pas de bénir Dieu devant lequel ils ne douterent pas que la mort de ce saint homme ne fut dun grand prix ». L’hagiographe poursuit comme il se doit par la relation d’un miracle : « Un vase plein de parfum vient à se repandre, le lieu ou il s’est repandu n’en est pas seulement parfume, mais encore les spectateurs, que cette bonne odeur semble suivre en demeurent si remplis, quils la portent partout où ils vont, et parfument eux-mêmes tous ceux qui les approchent »333. Il mourut à neuf heures et demie du soir334. Son testament fut promptement ouvert, le 28 août dans l’après-midi335. Il fut enterré le 29 dans l’église Notre-Dame de Nazareth, conformément à ses dernières volontés336. Voici son acte de décès, au douzième registre des sépultures de SaintEtienne, qui retarde curieusement la date du décès au 28 :

  • 337 AMT, GG 261, f° 24.

70« Noble anthoine dadine dauteserre professeur de droit et doyen des professeurs de l’université de toulouse, agé de 81 an, demeurant a la rüe boulbonne, est décédé le 28ème et le 29ème aoust 1682, a este enterré dans leglise de nazareth présents messieurs de navarre [...] vicaire général et professeur es ladite université, monsieur galtier, docteur en medecine et moy, vicaire (Fornelly) »337.

  • 338 Abbé Corraze, « A la chapelle Nazareth (visites et promenades) », L’Auta, nouvelle série, no 78, d (...)
  • 339 Appelée communément la chapelle des italiens, sise 4, rue Féral (31000).

71Dans cette église de Nazareth, qui avait « de riches protecteurs, notamment dans le monde du Parlement (la confrérie des avocats y avait fondé un obit pour une messe chantée tous les dimanches), furent inhumés de nombreux personnages, parmi lesquels on cite le premier Président au Parlement Jacques de Minut, le conseiller Michel de Vabres, le jurisconsulte Dadin de Hauteserre, dont le mausolée subsiste encore »338. Cette petite église de la rue Féral339 contient effectivement un beau buste de notre jurisconsulte, de marbre blanc, suivi de l’épitaphe latine :

  • 340 D’après le manuscrit de Drouyn.
  • 341 L’on peut proposer cette traduction : Au glorieux Antoine Dadine d’Auteserre ; Professeur et doyen (...)

« P.M. [Pijon Manibus340]
Viri clarissimi Ant. Dadini Alteserrae,
In academia Tolosana (iuris utriusque) professons et decani
Cui natale solum dedit Cadurcum,
Vetustum proceres genus Dadini
Sedem conspicuam scholae Tolosa
Plausum Gallia et orbis eruditus
Famam illustria scripta sempiternam
Coelum (quod liceat pie auspicari)
Virtus religioque pura fuco
Semperque in miseros manus profusae
Moerens filius optimiparenti
Ob. XXVII aug. MDCLXXXII. aet. LXXXI »341.

72Outre l’épitaphe gravée qui rend Auteserre immortel autant que l’église qui l’abrite, plusieurs autres furent composées par ses amis ou disciples, toutes plus laudatives les unes que les autres. Une seule est française, celle de La Loubère :

« Cy gist le fameux Hauteserre
Sa belle ame a quitté la terre
Pour s’en retourner dans les Cieux
Jouir dun repos glorieux
Nous verrions durer ses années
Qu’avec regret a terminées
L’inévitable loy du sort
Qui nous soumettons tous à la mort
Si la sagesse la justice
La piété sans artifice
La fermeté dans le devoir
Les mœurs nobles, le grand savoir
Et la gloire exempte d’envie
Servoient a prolonger la vie ».

  • 342 Vie de M. d’Hauteserre, p. 158-160. Des variantes sont apportées par le texte de l’abbé Drouyn.

73Les cinq autres épitaphes sont latines, mais ne pouvant toutes les citer à cause de leur longueur, nous relèverons seulement les noms de ceux qui ont voulu témoigner. Ce sont Jean Maury, D. Martel et Boivin, avocat au parlement de Paris342.

  • 343 Vie de M. d’Hciuteserre, p. 155.

74En guise de conclusion, la Vie de M. d’Hauteserre dresse le portrait moral et physique du juriste, qu’il n’est pas sans intérêt de reproduire malgré sa tournure laudative : « Il a possédé dans une vie privée et particulière toutes les qualités qui font les plus grands hommes, ayant eu un esprit merveilleux, un jugement admirable et la mémoire aussi heureuse qu’on le peut desirer. Il eut avec cela un courage ferme et intrépide, et si porté naturellement au bien, quil avoit une horreur extreme pour tout ce qui avoit quelque apparence du mal. Il étoit dune taille grande et robuste, ayant la tête belle les yeux plein de feu, la bouche agréable, le nez grand, le teint blanc et vif, et je ne sais quoi dans la mine de si grave et de si majestueux qu’il ne falloit que le voir pour concevoir de lestime et de la vénération pour luy. Il etoit naturellement gay, aimoit a rire et a railler [...], il faisoit l’aumone avec tant de profusion qu’on eut dit qu’il vouloit se ruiner, sa piété étoit exemplaire ne se passant point de bonne fête quil ne fit ses devotions. Il eut toujours pour le Saint-Siege un grand respect et un attachement singulier, comme etant le principe de l’unité et la source de la verité de la foy et de notre creance [...]. Il avoit la meme affection pour sa patrie ny ayant jamais eu ni un meilleur citoyen ni un meilleur françois que luy »343.

  • 344 Vie de M. d’Hauteserre, p. 157.

75La Vie de M. d’Hauteserre témoigne aussi des goûts de notre auteur : « Il aimoit encore tous les beaux arts surtout la musique et la peinture, s’etant fait un plaisir de ramasser de beaux tableaux et une quantité considerable de belles estampes dont il connaissoit très bien le prix et la beauté. Il aimoit les artisans et les payoit largement quand il les employoit, ayant accoutumé de dire, ars illi sua census, et les consideroit comme les premiers pauvres quil falloit assister, surtout il aimoit les laboureurs comme exerçant le plus ancien et le plus utile de tous les arts, quand il étoit a la campagne il se faisoit un plaisir ordinaire de s’entretenir avec eux [...]. Il avoit aussi une grande inclination pour les cheveaux et c’est peut être la seule chose quil tenoit de son père quoique dailleurs il luy ressemblat beaucoup [...] il s’étoit toujours plu d’en nourrir, et avoit toujours préféré cette sorte de voiture à toutes les autres, on luy a méme souvent oui dire quil ne pouvoit senpêcher de regarder à la rue quelque appliqué quil fut aux choses les plus sérieuses, quand il entendoit passer des cheveaux qui fesoint quelque bruit extraordinaire »344.

  • 345 Vie de M. d’Hauteserre, p. 157.
  • 346 ADTG, 5 E 1857, f° 137.

76Dernière passion de notre auteur, il ne pouvait en aller autrement, les livres. « Sa grande inclination fut toujours pour les livres dont il ramassa un nombre fort considerable. Sa bibliothèque ayant toujours eu la réputation d’etre une des plus curieuses et des plus nombreuses de ces provinces »345. La riche bibliothèque d’Auteserre sera transmise à ses descendants. Jean-Antoine Dadine, en 1694, laisse à ses héritiers de précieuses indications dans son testament : « Je recommande a mon susdict héritier de conserver soigneusement ma bibliotheque. Laquelle je substitue comme mes autres biens audit Jean Baptiste. Je leur recommande donc a tous deux de la conserver en son entier. Elle est composée des livres de mon père, qui sont rares et curieux, il me la recommanda luy mesme en mourrant, et m’exhorta de la conserver comme une chose qui pourra susciter a l’amour de la vertu et a l’estude des lettres ceux qui viendront après moy. Je luy prie aussi de conserver la robe rouge, et bien plus encore le souvenir de son mérite et de sa rare vertu, afin que par un si bel exemple ils puissent devenir honnestes gens »346.

  • 347 Chr. Menges, La Cour des aides et finances de Montauban 1642-1790, Thèse droit, Toulouse, 1991, dac (...)

77Cet héritier, Antoine, petit-fils du professeur, dans un testament rédigé en février 1724, reprend les expressions paternelles et « recommande à ses enfants “de conserver sa bibliothèque qui lui vient de ses ancêtres, [...] de la conserver en entier [...] elle est composée de livres qui sont rares et curieux [mon père] me l’a recommandée, lui-même, en mourant”. Cependant, ce procureur ne semble pas avoir apprécié à leur juste valeur les richesses de cette collection. Il n’en retiendra que les aspects économiques et verra dans ces livres des investissements improductifs, un capital immobilisé. Maintes fois, il regrettera que “ses ancêtres qui se sont distingués par leur savoir [...] ne [lui aient] laissé qu’une fortune très mince, bien plus de manuscrits que de contrats” »347.

78La vie de notre juriste ainsi retracée, il convient de faire un bref bilan. Antoine Dadine d’Auteserre est né dans une famille de juristes. Toutefois, le savant de la famille, c’est lui. La Vita peut alors se plier aux règles du genre et fourmiller d’éloges. Lui seul, parmi les siens, a autant publié : dix-huit ouvrages juridiques ou historiques, cinq lettres de controverse, rédigés en l’espace de quarante-et-un ans.

Liste chronologique des ouvrages d’Auteserre
— 1641 : Lex romana, Toulouse.
— 1643 : De Ducibus et Comitibus provincialibus Galliae libri tres, in quibus eorum origines, incrementa. & cum his Regalium usurpatio & casus illustrantrur, Accessit De origine & statu feudorum pro moribus Galliae liber singularis, Toulouse.
— 1648 : Rerum Aquitanicarum libri quinque. in quibus vetus Aquitania
illustratur, Toulouse.
— 1651 : Dissertationum juris canonici libri quator. quorum duo priores de adjutoribus Episcoporum, duo posteriores de sacris censibus, Toulouse.
— 1654 : Dissertationum iuris canonici, liber quintus & sextus de parochiis, deque officio & potostate Parochi, Toulouse.
— 1657 : Rerum aquitanicarum libri quinque qui sequuntur quibus continentur gesta regum & ducum aquitaniae, a Clodoveo ad Eleenoram usque,
Toulouse.
— 1659 : De fictionibus juris tractatus quinque quibus accessit solemnis praelectio ad L cum societas, ff pro socio, Paris.
— 1664 : Brevis et enucleata expositio in institutionum Justiniani libres
quatuor, Toulouse.
— 1666 : Commentarius perpetuus in singulas decretales Innocentii III.
quae per libros quinque decretalium sparsae sunt, Paris.
— 1669 : Notae & Observationes in XII libros epistolarum B. Gregorii Papae, hujus nominis I. cognominis Magni, Opus varium & utile. Tum utriusque iuris cum Historiae & Antiquitatis sacrae & profanae, necnon Grammaticae studiosis, Toulouse.
— 1674 : Asceticon sive originum rei monasticae libri deeem, Paris.
— 1679 : Recitationes quotidianae in Claudii Tryphonini libros XXI Disputationum et varias partes Digestorum et Codicis, Toulouse.
— 1679 : Notae et observationes in Xlibros Historiae Francorum B. Gregorii. Turonensis episcopi, et supplementum Fredegarii, Toulouse.
— 1679 : De Fictionibus juris, pars secunda complectens VI. et VII. tractation, Paris.
— 1680 : Notae et observationes in Anastasium De Vitis Romanorum pontificum, Paris.
— 1680 : In libros Clementinarum commentarii, quibus accessere sex praelectiones solemmnes habitas pro instaurandis scholis, Paris.
— 1684 : Recitationes quotidianae in varias partes digestorum & codicis, Toulouse.
— 1703 : Ecclesiasticae jurisdictionis vindiciae adversus Caroli Fevreti & aliorum tractatus de abusu, Paris.

79Plus de cinq mille pages latines qui ont introduit leur auteur au sein des cénacles érudits de l’époque.

Section 2 : La République des Lettres

  • 348 Ph. Tamizey, Lettres..., VII, p. 30.
  • 349 Dissertationes, Opera, t. 9, Dédicace, p. 113.
  • 350 Ecdicus Π, p. XXXV.
  • 351 Dissertationes, Opera, t. 9, Dédicace, p. XVI.
  • 352 Clémentines, Opera, t. 5, Dédicace, p. 159.
  • 353 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, Dédicace, p. 4. Il ajoutait avec un brin de flagornerie : « La (...)
  • 354 Institutes, Opera, t. 7, Dédicace, p. XXIII.
  • 355 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, Dédicace, p. XVIII.
  • 356 Fictions, Opera, t. 6, Pars secunda, Dédicace, p. 76.

80Prétendre qu’Auteserre a pris part à ce mouvement littéraire désigné sous le nom de Respublica Literaria, soubresaut de l’humanisme, n’est nullement controuvé. Lui-même a clairement conscience d’appartenir au monde des lettres, comme il l’écrit souvent. Pour lui, la jurisprudence constitue un genre littéraire à part entière. Ainsi prie-t-il le chancelier Séguier de « recevoir ce petit ouvrage [commentaire des Institutes] avec la bonté que vous avez pour tout ce qui porte le nom de lettres »348. Il glosait, dans son deuxième tome des Dissertations canoniques, sur « les fruits de mes précédents loisirs littéraires »349, ou qualifiait ses Notes sur saint Grégoire le Grand d’« étude littéraire », à défendre contre son contradicteur Launoy, qui « dicte sa loi aux Littérateurs et même aux Professeurs »350. Ses épîtres dédicatoires ne sont pas en reste, et celle offerte à Montchal présente toutes les caractéristiques d’un tel mouvement : « Tu cultives les lettres sacrées, mais tu ne méprises pas les séculières ; celles-ci comme servantes et nourrices, celles-là comme maîtresses et souveraines »351. Dans celle qu’il adresse à Le Peletier, il le loue en tant qu’« amateur des lettres et des littérateurs »352 ; et dans la seconde que Louis XIV accepta, celui-ci était glorifié d’œuvrer simultanément pour « la République chrétienne, et celle des lettres »353. Offrant à Colbert ses leçons sur les Institutes, il sollicite de l’intendant des finances la protection des lettres : « J’espère et je prédis l’honneur [...] qui vient du Prince, à savoir la restauration des lettres, et surtout de la jurisprudence civile. Durant les guerres, les Universités de France pleurent le tort causé aux lettres [...] Je te conjure, Seigneur illustrissime, d’arrêter les ennemis des lettres comme s’ils étaient des ennemis publics. Aime et défend ta studieuse Université de Toulouse, et moi, un de ses plus petits professeurs »354. Quant à son commentaire de l’Histoire des Francs, il l’accompagne d’une liste de ses travaux en cours, « litteris », et souligne le rôle de protecteur des lettres du dédicataire, Colbert355. Enfin, en présentant à Lamoignon la seconde partie de ses traités sur les fictions, il supplie « Dieu de donner la paix nourricière des lettres, par laquelle sera renouvelée la vigueur et le génie des études littéraires, et surtout juridiques »356.

81Si nous avons mentionné, au cours du récit de la vie d’Auteserre, les diverses éditions de ses travaux, nous n’avons pas encore fait état des œuvres disparues (§ 1). L’apport de cet auteur à la République des Lettres, ne fut pas mince, tant d’après son appartenance à diverses sociétés littéraires (§ 2), que des hauts personnages qui l’ont protégé ou soutenu (§ 3).

§ 1. Les œuvres perdues

82Il nous faut faire état d’une partie conséquente de son œuvre, parfois citée et louée, mais restée inédite puis égarée. Neuf œuvres se sont perdues. Elles ne furent, nous en avons la certitude, jamais imprimées, peut-être à cause de la mauvaise foi ou de la négligence de son imprimeur parisien.

  • 357 Bibliothèque de l’Arsenal, ms 5504, f° 74, Ouvrages à imprimer. Cette liste donnée par l’abbé Drou (...)
  • 358 BM Cahors, Fonds Greil, no134, Œuvres meslées, f° 66, Lettre du 2 septembre 1689. Il écrit encore  (...)
  • 359 BM Cahors, Fonds Greil, no134, Œuvres meslées, f° 67, Lettre du 13 juillet 1690.

83Pour deux d’entre elles, nous savons qu’elles furent entre les mains de l’éditeur, prêtes à l’impression. C’est d’abord « le huitieme traitté de fictionibus juris qui est dans les mains de Mme Billaine »357. Mais c’est surtout son commentaire des décrétales d’Alexandre III. Comme pour celui des décrétales d’innocent III, Auteserre avait assemblé un appareil critique et historique considérable. Ce commentaire sur chaque lettre d’Alexandre III a circulé, notamment auprès de la famille Lamoignon, comme nous l’apprend Jean-Antoine d’Auteserre, dans sa correspondance avec ChrétienFrançois Ier de Lamoignon. Il a envoyé son fils étudier à Paris, qui « aura l’honneur de vous presenter une copie des commentaires sur les Decretales d’Alexandre III qui est un ouvrage posthume de mon père qui ne cede en rien a celuy d’innocent III que deffunct M. le premr presidt aimoit effectivement beaucoup »358. Lamoignon le remercia « de la grace que vous m’avès fait de me vouloir confier quelques ouvrages de Monsieur vostre illustre père, vous savès combien j’en connoit le merite, et que jay este toujours eleve a les admirer. Ce que jay veu de ces nouveaux ouvrages est digne de lauteur, et comparable a tout ce que nous en avons. Il faut que le public en profite »359.

  • 360 Bibliothèque de l’Arsenal, ms 5504, f° 74.
  • 361 P. Taisand, Les vies des plus célèbres jurisconsultes de toutes les nations, tant anciens que mode (...)
  • 362 J. Doujat, Praenotionum canonicarum libri quinque, Paris, 1687, p. 654.
  • 363 Vie de M. d’Hauteserre, p. 163.
  • 364 Dissertationes, Opera, t. 9, lib. 6, cap. 8, p. 159.

84Ce commentaire (« son Alexandre III »360, de la manière dont il parlait de « son Innocent III ») passa en d’autres mains, expertes elles aussi. Le continuateur de Taisand cite élogieusement le « Commentarius in Decretales Alexandri III. Summi Pontificis. Mais ce commentaire n’a point encore été imprimé. L’on en a vû le Manuscrit entre les mains d’un Docteur de la Faculté des Droits de Paris »361. Peut-être fut-ce entre celles de Doujat, qui mentionne « les commentaires sur les décrétales d’Alexandre III, dictés dans les écoles, dont nous attendons l’édition pour ces jours »362. Le titre exact de cet ouvrage, Commentarius perpetuus in singulas decretales alexandri 3 pont max quae libris 5 decretalium gregorii 9 continentur363, nous renseigne sur la façon de procéder d’Auteserre : rédiger un commentaire du Liber Extra à partir de ses monuments les plus éminents, Innocent III d’abord, Alexandre III ensuite. A propos de la science juridique de ce pape, il écrivait d’ailleurs : « Il fut très expert en droit, l’ayant illustré comme pas un des autres Pontifes »364.

  • 365 Préleçon no II, Opera, t. 5, p. 233.
  • 366 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 165, observation sur Lib. 8, cap. 15.
  • 367 M. a S. Jsoseph, Bibliographia critica sacra et prophana, Madrid, 1740, t. 1er, p. 262, v° Antoniu (...)

85Auteserre annonçait solennellement, le 18 octobre 1676, lors d’une préleçon de rentrée : « J’ai déjà mis au jours un Innocent III, à partir de mes quelques travaux et recherches, et lui succèdera bientôt un Alexandre III, Pontife plus ancien, mais semblable dans la science du droit divin et humain [...] En attendant que l’œuvre soit prête, j’ai jugé à propos, pour cette inauguration des écoles – solennelle comme de coutume – de prendre le chapitre Nisi essent. de praebend. [X, 3, 5, 21], qui est d’Alexandre III. Ce sont les prémices insignes de l’œuvre commencée, et une raison très noble d’en poursuivre l’étude »365. En octobre 1678, ce travail était achevé, car il cite son commentaire du « cap. Quaesivit, de V.S. [X, 5, 40, 14] quod est Alexandri III nbi dixi », dans son commentaire de Grégoire de Tours366. Or le titre De verborum signifîcatione se trouve être l’avant-dernier [40] du livre 5 des Décrétales, précédant seulement le De regulis iuris, qui ne comporte aucun texte d’Alexandre III. Ce manuscrit a dû circuler, car le trinitaire espagnol Michel de Saint-Joseph (Miguel Jerónimo Vallejo de Berlanga) y fait allusion, dans sa Bibliographia critica sacra et prophana : « Commentarios in Alexandri III. Decretales in Scholis dictavit. quorum editio desideratur »367.

  • 368 Dissertationes, Opera, t. 9, lib. 6, cap. 8, p. 157.
  • 369 BNF, Baluze, 361, f° 1. Ph. Tamizey, Lettres..., II, p. 26, ne cite pas ce passage, rapporté inexa (...)

86Quelques-unes de ses préleçons de rentrée universitaire ont aussi disparu. Sept ont été imprimées : celle donnée en 1656, éditée à la suite du traité des fictions, et celles données en 1653, 1670, 1673, 1675, 1676 et 1678, reproduites à la suite du commentaire des Clémentines. En revanche, il y a au moins deux leçons inaugurales qui sont perdues, sans que nous sachions si elles ont été éditées. Auteserre fait mention de la première dans la seconde partie de ses Dissertations de droit canonique, en 1654. Au sujet de la décrétale Cum ab ecclesiarum (X, 1, 31, 3), d’Alexandre III, il parle de cette « grave question, que nous avons déjà soulevée lors d’un discours solennel de rentrée universitaire : le curé a-t-il le droit d’excommunier et d’interdire ses paroissiens ? »368. Or aucun des sept textes conservés n’a trait à cette question. La seconde préleçon égarée est citée dans une lettre de 1658, adressée à Baluze : « J’ay faict les entrées de l’Université assez heureusement sur la loi Contractus de fide instrum. du Code [C. 4, 21, 17] »369.

  • 370 Claudius Tryphoninus, « contemporain de Papinien et de Paul, avec lesquels on voit qu’il était du (...)
  • 371 L’éditeur donnait, dans le second tome, la table des matières des trois suivants, et le Journal de (...)
  • 372 BM Cahors, Fonds Greil, no 134 Œuvres meslées, f° 60, Lettre de son fils à M. de Fieubet, le 21 ma (...)
  • 373 Johann-August Bach, Historiajurisprudentiae romanae quatuor libris comprehensa [...] Novis observa (...)
  • 374 G. Meerman, Conspectus novi thesaurijuris civilis et canonici [...] subscriptionis lege prodituri,(...)
  • 375 Recitationes, Opera, t. 8, p. IV. Nos recherches auprès des archives et bibliothèques suisses n’on (...)

87Des œuvres de droit romain restèrent aussi inachevées. Auteserre annonçait, dans le titre du premier volume des ses commentaires, le programme qu’il se donnait de réaliser : des éclaircissements sur tout le droit romain, à partir des extraits de Tryphonien370, dans le Code et le Digeste. Il prévoyait cinq tomes à cet effet371. Il put faire paraître le premier, en 1680. Le second parut à titre posthume, en 1684, mais la préface déjà rédigée et offerte à Louis XIV, datait de 1682, quelques mois à peine avant sa mort, montrant sa parfaite lucidité372. Les trois derniers tomes ne parurent pas, mais furent cependant rédigés, au témoignage bien informé de Meerman, comme l’écrit August Cornelius Stockmann : « Tres tomi. qui restant, manuscripti latent penes Advocatum quendam Tolosanum. teste Meemanno in Conspectu novi thes. (Hag. Com. 1751. 8.) p. 68 »373. Meerman rapportait plus précisément : « Les trois tomes suivants, manuscrits, demeurent chez un avocat à Toulouse, où, alors que j’y passais du temps voilà trois années, je les découvris inopinément dans la librairie de Forest, lesquels il y aurait grandement lieu de donner au public »374. Un dernier témoignage à ce sujet vient de l’éditeur napolitain, qui chercha en vain ces volumes. Il cite Struve affirmant : « Latent in MSCto », et ajoute : « L’espoir de les voir édités avait disparu, quand il fut réveillé par Jean Gravier, libraire napolitain, qui dit les avoir vus à Berne. J’ai alors écrit plusieurs lettres aux libraires transalpins [...] pour qu’ils trouvent ces manuscrits, les achètent à n’importe quel prix, et me les envoient. Tout ceci fut vain »375.

  • 376 Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 5504, f° 74.
  • 377 Vie de M. d’Hauteserre, p. 163.
  • 378 Ph. Tamizey, Lettres..., XI, p. 34.
  • 379 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. XVIII.

88Son histoire d’Aquitaine devait comporter 15 livres, des origines à l’époque contemporaine d’Auteserre. Seuls les dix premiers livres parurent, en deux impressions (1648 et 1654). Or le privilège était explicitement donné en 1648 pour trois volumes, en 15 livres. Ces cinq derniers livres ne furent jamais imprimés, et la liste des ouvrages inédits d’Auteserre signale « la troisieme partie de ses annales d’Aquitaine »376. Le commentaire laissé à la suite du catalogue des œuvres du juriste laisse perplexe : « Si diligenter perinquerim, nondum potui nancisci uno quinque alii rer. Aquitanie »377. Mais Auteserre a, par deux fois, parlé de cette troisième partie à Colbert. En 1676, dans une lettre, il évoque ses ouvrages « prets à mettre au jour [...] comme sont les annales d’Aquitaine »378. Et en 1678, dans la dédicace de son commentaire sur saint Grégoire de Tours, il mentionne le « tertium volumen Rerum Aquitanicarum »379.

  • 380 Ph. Tamizey de Larroque (ed.), Lettres de Peiresc, t. 2, Paris, 1890, p. 925-929, lettre CCCCII, du (...)
  • 381 Ducs, Opera, t. 5, lib. 2, cap. 2, p. 55.
  • 382 Ducs, Opera, t. 5, lib. 2, cap. 5, p. 63.

89Dans cette même dédicace, il mentionne un des autres ouvrages perdus, des « observationes [...] in Epistolas Clementis IV Nondum editas », que le biographe a partiellement traduit par « observations sur les Epitres de Clément IV ». Il se peut que ce commentaire se fît sur un manuscrit ayant appartenu à Innocent de Ciron (1583-1645), ancien docteur régent de l’Université, lié à Montchal, car nous savons que cet érudit toulousain communiqua au savant aixois Peiresc un exemplaire du registre des décrétales de Clément IV, au dos duquel se trouvait un catalogue des papes et empereurs380. De plus, Auteserre cite deux lettres manuscrites de ce pape, dans un ouvrage antérieur à la mort de Ciron, daté de 1643. D’abord, une « lib. 1 ep. 261 ex C. M. S. », c’est-à-dire « d’après le codex manuscrit », sans autre précision381. Ensuite, une « Ep. dement. IV. M.S. ep. 252 », qu’il précise se trouver « in codice ejus Epistolarum nondum edito »382.

  • 383 Clémentines, Opera, t. 5, p. 210, commentaire sur 5,1, Inter.
  • 384 Nouvelles de la République des Lettres, Mois de Mai 1685, Amsterdam, 1686, p. 578.
  • 385 H. Basnage de Beauval, Histoire des ouvrages des sçavans, Mois de Novembre 1692, Rotterdam, 1692, (...)
  • 386 D. Simon, Nouvelle bibliothèque historique et chronologique des principaux auteurs et interprètes (...)

90Auteserre avait de plus rédigé une histoire des universités et des jurisconsultes, comme il l’indique dans une glose marginale de son commentaire des Clémentines : « Les principales universités de la terre sont : Rome, Paris, Oxford, Bologne, Salamanque. Au sujet desquelles j’ai parlé dans le chapitre 14 du livre De universitatibus »383. Ce De universitatibus et jurisperitis qui (floruerunt) ab Irnerio aurait dû voir le jour vers 1684, d’après les renseignements du Journal des savants, rapportés et enjolivés par Pierre Bayle : « Nous en dirions davantage si nous ne devions voir dans peu la vie de ce grand homme à la tête d’un autre de ses Ouvrages qui contiendra en abrégé celle des Jurisconsultes »384. Mais cette œuvre n’était toujours pas prête en 1692, comme le rapporte Basnage : « Feu Mr. Haute-Serre avoit composé un Traitté de Academiis et jurisperitis, que l’on doit imprimer à Paris »385. Denis Simon, la même année, publie une nouvelle édition de son dictionnaire des juristes. Si dans sa longue préface, non paginée, il énumère les diverses Vies de jurisconsultes utilisées, tant françaises qu’étrangères, il ne dit mot de celle d’Auteserre. Pourtant, dans la notice qu’il lui consacre, il écrit : « Dadinus Altesserra [sic] Professeur à Toulouse, a tres-bien écrit sur le Droit Civil & Canonique, & il a particulierement réüssi dans les recherches qu’il a faites sur les anciens Auteurs François, il est mort en 1682 »386.

  • 387 Fr. Sacase, « Nouvelles recherches biographiques sur Jacques Cujas », Recueil de l’Académie de Légi (...)
  • 388 Ph. Tamizey, Lettres... pp. 36-38.
  • 389 Voici ce qu’affirme Auteserre : « Feu M. du Verger, doien de cette université, m’a dit plusieurs f (...)

91Ce répertoire devait comporter une vie de Cujas, aux dires de Bruneau, ainsi que le rapporte Sacase : « D’Hauteserre avait, paraît-il, écrit cette vie qui est demeurée manuscrite, et qui probablement ne se retrouvera jamais »387. Cela est d’autant plus probable qu’une des rares lettres conservées d’Auteserre, celle adressée à Philibert de La Mare le 9 février 1665, a trait à ce sujet : « Je ne puis que louer votre dessein de donner la vie de M. Cujas ; c’est un ouvrage digne de vous et que j’attens avec impatience, je voudrais de bon cœur y contribuer. J’en ai escrit à M. Valet professeur ès université de Cahors, pour sçavoir s’il en est fait nulle mention dans les registres de l’université »388. Puis il dit ce qu’il sait du grand personnage : l’origine gasconne de son nom, Cujaus, transformé en Cujas ; l’absence de dispute entre lui et Forcadel389, sa manière de dicter « si lentement qu’on pouvoit aisément escrire ex ore dictantis », sa débauche morale puis son relèvement, sa vie frugale. Il mentionne en outre « les lettres de M. Cujas audit sieur de Roaldès qui sont entre les mains d’un Roaldès, à Cahors ; je verray d’en retirer copie et vous les enverray ». Il conclut son échange épistolaire par cette remarque : « Je reçoy, Monsieur, comme un tesmoignage trèscher de vostre bonté, l’employ que vous me donnez », à savoir rassembler des matériaux en vue d’une vita de Cujas. Le conseiller de La Mare ne paraissant pas avoir composé cette vie, il n’est pas improbable qu’Auteserre conservât pour lui ces riches documents, et rédigeât cette biographie.

  • 390 A. Bruneau, Supplément, contenant en Abbrégé, l’Institution & Fondation des Vingt Universitez de F (...)
  • 391 J.-A. Piganiol de la Force, Description historique de la ville de Paris et de ses environs, Paris, (...)
  • 392 Sämtliche Schriften und Briefe: Allgemeiner, politischer und historischer Briefwechsel. Juni 1701 (...)
  • 393 L. de Mas-Latrie, Dictionnaire d’épigraphie chrétienne, dans J.-P. Migne, Nouvelle Encyclopédie th (...)
  • 394 A. Bruneau, Supplément..., p. 59.
  • 395 A. Bruneau, Supplément..., p. 138.
  • 396 A. Bruneau, Supplément..., p. 334.
  • 397 A. Bruneau, Supplément..., p. 340. L’on remarquera au passage que l’orthographe du nom Auteserre v (...)

92Bruneau rapporte encore, dans le Supplément au Traité des criées, quelques informations intéressantes au sujet de ce dictionnaire biographique des juristes anciens. A propos de Guillaume Durand le Jeune, il écrit : « Je diray quelque chose de sa personne, en attendant l’abrégé de sa vie, que nous a laissée M. Antoine Dadine d’Hauteserre, Docteur de Tolose »390. Et surtout, il est à l’origine d’une rumeur tenace qui fait de François Pinsson des Riolles le continuateur des « Vies des anciens Jurisconsultes qu’Antoine Dadin d’Hauteserre, fameux Professeur de droit à Toulouse, avoit entrepris »391. Rumeur qui fut reprise par Leibniz en 170 1392, puis par le Dictionnaire d’épigraphie chrétienne393. Qu’affirme-t-il traitant de l’Université de Toulouse ? « Maître Antoine d’Adine d’Hauteserre professoit, mort en 1682, âgé de 80 ans, qui a eu une grande réputation, par divers Ouvrages qu’il a donnez au Public, fort curieux ; & entre autres, les vies des anciens Jurisconsultes, imprimées après sa mort, par les soins de Maître François Pinsson le Fils [...]. Pancirole a aussi fait des vies des Jurisconsultes ; & Monsieur Pinsson le Fils, en a beaucoup ajouté à celles de M. d’Hauteserre »394. Il classe encore, dans ce volume, les humanistes. Pour Toulouse, il n’y voit seulement que « Ant. Dadine d’Hauteserre, qui a fait en Latin les Vies des Anciens Jurisconsultes, imprimées après sa mort »395. Bruneau martèle son propos. Sur Cujas, il écrit « Monsieur Dauteserre a fait sa Vie, non encore imprimée »396, et sur Pinsson, il commente : « M. François Pinsson, Sieur de Rioles, a fait les Vies des Jurisconsultes, commencées par M. d’Auteserre »397. Ce qui laisse d’autant plus perplexe quant au devenir de ce volume, qui aurait peut-être été imprimé entre 1684 et 1686, mais encore inconnu de Basnage en 1692.

  • 398 Bruneau est bien infonné, car ce commentaire de seulement 4 folios n’existe qu’en manuscrit, à la (...)
  • 399 A. Bruneau, Supplément..., p. 229.
  • 400 Bibliothèque de l’Arsenal, ms 5504, f° 74.
  • 401 BMT, ms 441, p. 12, cité par Chr. Chêne, L’enseignement du droit français en pays de droit écrit ( (...)

93Bruneau est le seul à rapporter le titre d’un ouvrage inconnu d’Auteserre, sur les emphytéoses. Il cite divers recueils d’arrêts, puis le commentaire de Jean de Lacoste398, et le « De jure Emphyteutico, Antonii Dadini d’Auteserre de Tolose »399. Restent enfin d’énigmatiques « Mémoires sur le droit françois en 10 livres »400, dont personne d’autre ne parle à part Antoine de Martres, premier professeur de droit français à Toulouse. Son cours manuscrit évoque un « Traitté de la loy salique » que « feu mr dautesserre [...] a fait depuis peu imprimer [...] extrait de ses memoires du droit françois »401.

94Le nombre et la diversité de sa production (œuvres juridiques, œuvres historiques) expliquent certainement la renommée d’Auteserre, que nous examinerons en conclusion. Considérons pour l’instant son implication dans les cercles littéraires, tant provinciaux que parisiens.

§ 2. Les cercles littéraires

  • 402 Vie de M. d’Hauteserre, p. 83.
  • 403 Il « avait pour sœur la maréchale de Thémines, et pour neveux Philippe Habert et Germain Habert, a (...)
  • 404 L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique... p. 152.

95A Cahors en premier lieu. C’est durant sa jeunesse cadurcienne qu’il fut mis en contact avec le monde des lettrés, dès l’année 1627. « Cette ville étoit en ce tems la pleine de gens de lettres dont plusieurs meme se sont distingués par un éminent savoir »402. L’évêque de Cahors était alors Pierre Habert de Montmort. L’abbé de Cérisy avait succédé à l’évêque Siméon de Popian, mort le 30 mars 1617, duquel il avait été le coadjuteur. Tour à tour conseiller au Parlement de Paris et intendant de Bretagne, ce haut prélat de cour était fort instruit et érudit403. Il apportait avec lui, « de sa longue existence à Paris, au Parlement et à la Cour, des habitudes et des goûts qui, dans le milieu cadurcien où il vécut désormais, contribuèrent pour une bonne part à raffiner l’élite et à donner pour un temps à la vieille cité de basoche et de procédure un air de capitale lettrée »404.

  • 405 E. Dufour, Etudes historiques sur le Quercy, Hommes et choses, Cahors, 1864, p. 211.

96Emile Dufour rapporte que la publication, le 9 janvier 1617, de l’Histoire des évêques de Cahors, par Guillaume de La Croix, et autorisée l’année précédente par Mgr Siméon de Popian, fut la source d’une « nouveauté littéraire, l’objet de toutes les conversations, de toutes les discussions, de toutes les thèses soutenues dans l’espèce d’académie qui commençait à se former autour de l’évêque et qui jeta un assez vif éclat sous son spirituel successeur Pierre Habert »405. Mais il est bien le seul à faire remonter si haut ces assemblées érudites.

  • 406 L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique... p. 156. L’auteur expliquait (p. 155) : « Nous ne possé (...)
  • 407 J. Doujat, Praenotionum canonicarum, Paris, 1687, p. 645.

97La Vie de M. d’Hauteserre paraît être la source la plus informée sur ces questions, et, si l’on suit Bergounioux, « cette narration constitue à proprement parler la seule documentation que nous ayons sur l’académie Habert ; elle est indiscutablement, avec la brève allusion de Dom Bruno Malvesin, la source commune de tout ce qui a été écrit par la suite sur le groupe académique d’Habert de Montmort »406. Nous ne partageons pas, pour une fois, l’avis de ce savant historien. En effet, bien avant que le propre fils d’Auteserre écrive sa Vie (une quinzaine d’années), nous avons le témoignage irrécusable de Jean Doujat, ce canoniste toulousain parti faire une grande carrière à Paris. Celui-ci rapporte, au sujet de Jean de Lacoste, et « d’après le propre fils du frère de l’illustre et très érudit maître Henri de Montmort », que celuilà « fut l’arbitre et le modérateur de leurs colloques, assemblant auprès du prélat très digne, et ce durant plusieurs années, des hommes doctes discutant de l’ancienne discipline de l’Eglise, et traitant des canons les plus anciens. Il fut constitué dans sa charge, ce professeur très célèbre, du consentement commun de tous les autres convives »407.

  • 408 Vie de M. d’Hauteserre, p. 83. L’on a malheureusement pas « tant » parlé que cela de cette académi (...)
  • 409 BM Cahors, ms 3, Histoire de la Chartreuse de Cahors, f° 95, cité par L.-A. Bergounioux, L’esprit (...)
  • 410 ADTG, ms 4 (3), Histoire du Païs de Quercy, chap. LXVIII, pp. 609 s., cité par L.-A. Bergounioux, (...)

98Mgr Habert décida donc « de ramasser les savans chez luy deux fois la semaine, et de faire cette académie dont on a depuis tant parlé, le bruit s’en étant répandu bien loin tant a cause du rare mérite du prélat qui en étoit l’auteur et que des hommes illustres qui la composoint »408. Dom de Malvezin disait ironiquement que l’évêque « demeuroit presque autant de tems à la Chartreuse que dans son palais et il y tenoit certains jours de la semaine une académie des gens les plus habiles »409. MarcAntoine Dominici, dans son Histoire du Pais de Quercy, écrit la vie des prélats qui se sont succédés sur le siège de saint Genulphe. En arrivant à Mgr Habert, il écrit : « Il s’adonna entièrement à l’étude et institua des conférences avec les plus sçavans hommes de la ville, dans lesquels il fit voir qu’il étoit un des plus sçavans prélats de France, tant en l’histoire de l’église que des roiaumes ; plusieurs questions sur les anciens conciles furent agitées si exactement qu’on peut dire que c’étoit le crible de l’âme, et que ce recueil eut bien égalé ce que le siècle a produit de plus raffiné, s’il n’eut été empêché de le donner au jour par la nécessité de ses affaires qui l’appelèrent à la cour, où il finit sa vie le 27 février 1636. Son corps est enterré aux Chartreux de Paris, et ceux de Caors ont eu pour légat de ses affections, ses écrits et tout le travail de ses études »410.

  • 411 v. Br. Basdevant-Gaudemet, « Lacoste », DHJF, pp. 448-449.
  • 412 Vie de M. d’Hauteserre, p. 83.
  • 413 Vie de M. d’Hauteserre, p. 84.
  • 414 Eloge, p. 268.

99Cette société savante se réunissait ainsi sous les auspices de Jean de Lacoste, docteur régent en l’université de Cahors, disciple de Cujas et continuateur de l’humanisme juridique411. Le professeur « étant le chef de ces savans, et comme la modération de ces conférences, tous les autres et le prélat même luy ayant déféré cet honneur pour l’estime singulière qu’ils avoient pour lui, aussi était-ce véritablement un homme admirable pour l’étendue de son savoir que pour la beauté de son esprit. On traitait dans ces assemblées de matières ecclesiastiques, civiles et politiques, de l’histoire sacrée et prophane, et généralement de tout ce que les sciences ont de plus curieux »412. Auteserre s’y distingua, malgré son jeune âge, « surtout pour l’histoire du moyen tems dont il étoit fort curieux »413. On y devait aussi traiter des belleslettres, car il nous est raconté qu’Auteserre attira l’attention par une poésie sur Divona, la source connue sous le nom de « fontaine des Chartreux »414.

  • 415 E. Sol, L’Eglise de Cahors à l’époque moderne, Paris, 1938, p. 226.

100Cette société disparut en 1636 avec son évêque protecteur, un an après le trépas de son chef de file. Pierre Habert avait songé à publier les comptes rendus de ces assemblées, ainsi que des résumés des mémoires qui y étaient lus, mais la mort l’en empêcha. Il légua par testament au couvent des Chartreux tous les travaux qu’il avait lui-même rédigés415. Malheureusement, ces archives semblent à jamais disparues.

  • 416 Sur cet évêque érudit, v. F. Népote-Desmarres, « Charles de Montchal, archevêque de Toulouse (1628 (...)
  • 417 A. Gölnitzius, Ulysses belgico-gallicus, Leyde, 1631, cité dans la Revue des Pyrénées, 1893, p. 20 (...)

101Environ dix ans après son arrivée à Toulouse, notre juriste change de cénacle, mais reste sous giron ecclésiastique, se tournant vers l’évêque Charles de Montchal416. Toulouse était toujours à cette époque réputée pour son savoir, ainsi que pour son université, comme en témoigne le voyageur Abraham Gölnitz, hollandais de naissance, en 1631 : « Après Paris, Toulouse l’emporte sur toutes les villes de France par sa population, sa richesses, l’abondance des vivres, son Université, son Parlement »417.

  • 418 v. Q. Epron, « Dupuy, Pierre », DHJF, pp. 288-289.
  • 419 Innocent III, Opera, t. 10, p. 918, commentaire sur X, 5, 40, 20. Il écrit une fois de plus : « Se (...)
  • 420 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, Proemium, p. 1. Le nom est souligné par Auteserre.

102Auteserre nous renseigne directement sur l’utilité d’un tel cercle : c’est par l’entremise du savant archevêque qu’il fut mis en relation avec le grand humaniste et érudit gallican Pierre Dupuy418. Ce dernier lui communiqua notamment le manuscrit de la chronique médiévale d’Adémar de Chabannes, « que j’ai naguère recopié de mes propres mains à partir du codex Thuaneus, que m’a fait parvenir le glorieux Pierre Dupuy »419. Il se montrait encore plus élogieux dans le prologue des Annales d’Aquitaine : « Je serais ingrat si je taisais que je l’ai [le manuscrit d’Adémar] désiré de mille vœux, et toutefois il parvint entre mes mains, par les bienfaits du très renommé Dupuy, par la grâce du très illustre archevêque de Toulouse, Charles de Montchal, qui tient le sommet, tout à la fois du sacerdoce, des vertus et des lettres »420.

  • 421 BNF, Dupuy, ms 791, f° 43, Lettre du 29 décembre 1643.
  • 422 BNF, Dupuy, ms 791, f° 45, Lettre du 20 janvier 1644.

103La correspondance échangée entre Montchal et Dupuy se réfère deux fois à Auteserre. Sur la fin de l’année 1643, l’évêque entretient le bibliothécaire du roi du livre « de M. de Haulteserre des usurpations des comtes sur nos Roys qui est en latin. Vous y verrez quelques beaux lieux ramassés mais il n’y a pas assez de discours »421. Un mois plus tard, il réitère ses propos au sujet du « livre de M. d’Haulteserre des usurpations des Ducs et des Comtes sur nos Roys, dans lequel vous verrez un recueil précieux de beaucoup de passages sans beaucoup de discours »422.

  • 423 Caseneuve, dans une lettre envoyée à Dupuy au lendemain du décès de l’archevêque (BNF, Dupuy, ms 8 (...)
  • 424 Lettre de Montchal à Holstenius, 14 août 1629 (Bib. Barberini, XLI1I, 176, no8), dans E. Müntz, «  (...)
  • 425 A. Auguste, Quatre lettres inédites de Peiresc, Bosquet. Tarin, Rigault à Charles de Montchal, arc (...)
  • 426 Ibid., p. 6.
  • 427 Montchal « possédait une très riche bibliothèque qui contenait les ouvrages les plus rares en droi (...)
  • 428 BNF, Baluze, ms 361, f° 1.

104Le cercle de Mgr de Montchal se réunissait dans sa très riche bibliothèque, admirable tant par les imprimés que par les manuscrits423. Celui-ci n’hésitait pas à affirmer : « Tous les manuscritz que j’ay ne sont que pour donner au public aussytost que jauray trouvé quelqu’un qui puisse vacquer à l’édition »424. Et de fait, pendant tout l’épiscopat de Charles de Montchal (1628-1651), Toulouse fut un foyer intellectuel de premier ordre, dont le centre se situait à l’archevêché425. Tant par son influence, ses encouragements, ses conseils, que par ses relations et le prêt intelligent de ses manuscrits, Montchal a contribué à développer le goût de l’érudition originale et de la critique historique426. C’est ainsi que nombre de manuscrits originaux passèrent à la postérité427. Montchal et ses amis avaient clairement conscience d’œuvrer pour le public, comme il ressort notamment d’une lettre de Caseneuve adressée à Baluze, après un passage à Toulouse : « Revenez le plustost qu’il vous sera possible pour faire icy la cour aux Muses que la terreur des Armes va faire réfugier dans nostre ville. Tous vos bons Amis vous y attendent avec impatience, et moy plus que tous »428.

  • 429 Par exemple, le Père Michel Lequieno.p., dans la préface qu’il donne de son édition des Opera omni (...)
  • 430 P. Delattre, Les établissements des jésuites, Paris, 1956, t. 4, col. 1298, v° Toulouse [E. Jammet (...)
  • 431 Medon terminait une lettre adressée à Baluze le 24 août 1654 par ces termes : « Mr Auteserre vous (...)
  • 432 Il visite à Toulouse, le 8 septembre 1651, « le savant Hauteserre » (V. Dubarat, Pierre de Marca ( (...)
  • 433 Sur les frères Dupuy, et leur célèbre cabinet, v. H. Bots, Correspondance de Jacques Dupuy et de N (...)

105De ce cercle, nous connaissons quelques figures marquantes, notamment par le biais des ouvrages dont Montchal fut dédicataire429. Le jésuite Pierre Poussines, correspondant d’Auteserre430. Bernard Medon, conseiller au présidial de Toulouse, ami d’Heinsius et de Baluze431. Ou encore Pierre de Marca, évêque de Couserans, qui succédera à Montchal, et qui était en relation avec Auteserre432. Parmi les autres érudits fréquentant ce cercle, notons Fermat ou Sponde, et parmi les savants établissant un commerce épistolaire avec l’évêque, on remarque les noms de Peiresc, Fleinsius, Holstenius, les frères Dupuy433.

  • 434 Vie de Monsieur Baluze écrite par lui-même, dans Le Nouveau Mercure, Juillet 1719, pp. 23-24. Il g (...)

106Le témoignage d’Etienne Baluze est en outre intéressant sur la manière dont les érudits intégraient le cercle. Ecoutons son autobiographie : « J’étudiai ensuite le Droit civil [...] mais m’appercevant du peu de progrès que je faisois en cette etude, je crus devoir m’appliquer aux sciences, particulièrement à l’histoire, et surtout celle de l’Eglise, et à la connoissance de sa discipline, ou du Droit canon. J’acquis par cette voye, si je l’ose dire, une assés belle reputation, quoique je fusse encore dans la première jeunesse ; et je fus cheri et estimé dés lors de tous les Professeurs qui avoient plus de reputation dans Toulouse, particulièrement de Pierre de Caseneuve, de Jean de Samblançai [Samblancat], de Pierre Poussines, d’Antoine Dadin d’Auteserre & Bernard de Medon. J’étois très-jeune alors : cependant, pour me servir de l’expression de Pline, ils m’honoraient presque comme leur égal. L’illustre Charles de Montchal, pour lors Archevêque de Toulouse, me destinoit une place honorable entre ses plus familiers [...] et donna ordre qu’en son absence, sa Bibliothèque me fût toujours ouverte »434.

  • 435 J. dAxilla (éd.). Le tombeau de messire François de Bosquet par Laussel, Montpellier, 1875, p. V. (...)
  • 436 Innocent III, Opera, t. 10, pp. 499 et 663.
  • 437 J. d’Axilla (éd.), Le tombeau de messire François de Bosquet par Laussel, Montpellier, 1875, p. 17

107En marge de ce cercle, d’autres érudits se sont fréquentés sur les bancs de l’université. Ainsi François Bosquet, futur évêque de Montpellier, qui fit ses études « au collège de Foix, où il se lia d’une étroite amitié avec M. de Marca, qui devint plus tard archevêque de Paris et son protecteur »435. Les deux hommes sont loués par Auteserre dans ses commentaires d’innocent III. L’un en tant que « vir clarissimus », l’autre comme « vir illustrissimus »436. Laussel, avocat au parlement de Toulouse, évoquera ce souvenir et ces liens : « Ensuite l’on verra la Déesse Pallas / President au milieu de ces doctes Cujas / De ces sçavans Dadins d’une Ville ancienne / Qu’elle fait surnommer d’elle Palladienne »437.

  • 438 G. Couton, « Effort publicitaire et organisation de la recherche : Les gratifications aux gens de (...)
  • 439 Mémoire des gens de lettres célebres de France de M. Costar, dans [P. Desmolets], Continuation des (...)
  • 440 Chr. Bashford, « Perrin and Cambert’s ‘Ariane, ou Le Mariage de Bacchus’ Re-Examined », Music & Let (...)
  • 441 Chr. Bashford, art. cit., p. 25. L’identité des termes, que ce soit pour Auteserre ou les autres ho (...)

108Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que le nom d’Auteserre fût évoqué pour une possible gratification publique. Le littérateur Costar avait rédigé deux listes de personnes à gratifier, en 1651 et 1658, dont la seconde fut reprise et annotée par Colbert438. Notre juriste faisait partie des auteurs sélectionnés, dans la catégorie des « Jurisconsultes », entre Fabrot, les deux Halley et Doujat : « Hauteserre [...] très-sçavant dans le Droit Civil & Canon, & dans l’Histoire. Nous avons parlé de lui »439. Il avait aussi été question de lui dans une autre liste, mise au jour par Chr. Bashford, datée de 1652-1654, rangeant par ordre alphabétique les littérateurs contemporains440. Elle mentionnait « M. Hautesens docteur regent en droit dans l’universite de Toulouse, et avocat au parlement de cette ville la, tres Scavant dans le droit Civile, et dans le droit canon, dans l’histoire »441.

  • 442 G. Couton, art. cit., p. 43.
  • 443 Lettre de Chapelain à Colbert, 5 décembre 1666, rapportée par G. Couton, art. cit., p. 47.
  • 444 G. Couton, art. cit., p. 49.
  • 445 J. Guiffrey, Comptes des bâtiments du Roi sous le règne de Louis XIV, t. 1er, Colbert 1664-1680, P (...)
  • 446 G. Peignot, Documens authentiques et détails curieux sur les dépenses de Louis XIV, Paris, 1827, p (...)

109Colbert, après le basculement néfaste des littérateurs contre Mazarin durant la Fronde, avait encouragé la littérature comme un « instrument de règne »442. Un de ses correspondants (Chapelain) voit dans le gratifié comme « un instrument de la gloire du Roi par les ouvrages de l’esprit »443. Les gratifications fonctionnèrent de 1663 à 1690, date à laquelle le système cessa de fonctionner. Les pensions n’étaient versées qu’à quatre ou cinq écrivains444. Toutefois, la très officielle Liste des artistes, littérateurs et savants nommés dans les comptes du bâtiment ne fait aucune mention d’Auteserre, absence confirmant qu’il ne fut pas pensionné445. Mais cela n’est pas significatif, aucun juriste n’ayant trouvé grâce aux yeux de l’Etat. Chapelain ne réussit pas plus à faire pensionner Marca ou Doujat446.

  • 447 Vie de M. d’Hauteserre, p. 91.
  • 448 L. Couture, « Notes diverses. CCLII. Fragment de lettre de François d’Auteserre », Revue de Gascog (...)
  • 449 Sur ce libraire, v. H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au XVIIème siècle, t. 1er, Ge (...)
  • 450 BM Cahors, Fonds Greil, no 134 Œuvres meslées, f° 11.

110Auteserre fréquenta aussi les milieux intellectuels parisiens. Son fils relatant les circonstances dans lesquelles il rencontra quelques grandes figures du barreau parisien en 1659, ajoute : « Je ne puis dire tout ce que je sai de l’estime que les gens de lettre faisoient de luy. Le détail en seroit trop long et peut être ennuyeux »447. Il nous faut donc recourir à d’autres sources. La seule provenant de Jean-Antoine est un fragment de billet retrouvé par l’abbé Léonce Couture, « tellement découpé qu’il n’y reste ni en-tête, ni conclusion, ni une seule ligne tout à fait entière. C’est dommage, car j’y vois des mentions du libraire Cramoisy, du savant toulousain Jean Doujat, de l’archevêque d’Auch [Henri de La Mothe-Houdancourt] »448. Grâce à ces indications, nous pouvons quand même dater ce billet d’avant 1669, date de la mort de Sébastien Cramoisy, imprimeur parisien proche de Séguier qui fut le premier directeur de 1 Imprimerie royale du Louvre449. Ce billet du fils aîné à son père contient un passage fort instructif : « Ie vis mercedy passé Mr Mesnage qui me chargea de vous [saluer] de sa part. Un gentilhomme suedois luy ayant demendé s’il y avoit [de grands] jurisconsultes en France, il luy respondit, Nous n’avons de grand [jurisconsulte] que le pere de Monsieur (me montrant) ; ce suedois me demanda [mon nom], le le luy dis en françois qu’il ne cognut pas, mais Mr Mesnage [l’ayant] dict en latin Altaserra, il le cognut et dict qu’il avoit ouy parler ». A ce propos, dans une réponse datée du 12 janvier 1669, Ménage écrivait à Jean-Antoine : « Mr Nublé vous fait mille baisemains. Je salue Monsieur vostre pere, de qui je suis le tres passioné admirateur »450.

  • 451 Ménage « tint réglément chez lui tous les Mércredis de chaque semaine une assemblée qu’il appeloit(...)
  • 452 A. Bruneau, Supplément..., p. 239, indique qu’il fut « reçeu le 10 Décembre 1627 », et qu’il était (...)
  • 453 Ces vingt-quatre agrégés honoraires, institués pour rehausser la faculté de Décret, étaient des pe (...)
  • 454 J.-L. Chalmel, Histoire de Touraine, Paris, 1828, t. IV, p. 349. Il avait encore l’estime de Lamoi (...)
  • 455 J. Delatour, « Le cabinet des frères Dupuy », RHFDSJ, no25-26, 2005-2006, pp. 157-200. L’auteur mo (...)

111Pour nous renseigner sur les amitiés d’Auteserre, outre les épîtres dédicatoires, que nous étudierons par la suite, nous pouvons puiser dans sa correspondance polémique. Sur les cinq lettres, trois sont adressées à Louis Nublé (1604-1686), personnage éminent mais tombé dans l’oubli. Ce Nublé était un avocat doté d’une culture certaine, au centre d’un réseau parisien animé par Gilles Ménage (1613-1692), qui lui dédia ses Amœnitates juris civilis en 1664451. Avocat au parlement de Paris452, docteur agrégé à la Faculté de Paris en 1657453, élu bâtonnier en 1675, il « était en liaison intime avec le P. Sirmond, les frères Dupuy, Gassendi, Fabrot, Racan et Montmor [...] Plusieurs même lui ont dédié leurs ouvrages, tels que Pinsson, ses notes sur la coutume de Bourgogne ; Ménage, ses Aménités du Droit civil ; Hadrien de Valois, la Vie de Henri son frère, et Launoy son apologie pour Nefingus évêque d’Angers »454. Il prenait part aux travaux du « Cabinet Dupuy », dont le rôle dans la production des livres a été démontré455. Il est à ce titre intéressant de noter que Nublé sera choisi pour arbitre par Auteserre dans la querelle que lui fera Launoy.

  • 456 L. Vian, Les Lamoignon, me vieille famille de robe, Paris, 1896, p. 160.

112Le président Lamoignon tenait aussi un cénacle littéraire, une « académie au petit pied composée de seize membres qui se réunissaient tous les lundis. Chacun y lisait ses travaux avant de les publier. Sans parler de ceux de Bourdaloue, de Carolus Patin, de Nublé, de Bouhours, Pellisson y apporta une histoire du Tasse, Fleury une critique d’Hérodote, et Bossuet, un discours sur l’éloquence de la Bible »456. C’est précisément durant sa présidence (1658-1677) qu’Auteserre fut introduit auprès de Lamoignon.

  • 457 PH. Tamizey, Lettres..., V, p. 29.
  • 458 L. Lainé, Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France, Paris, t. 6, 1839, p. 20 (...)
  • 459 E. de Broglie, Mabillon et la société de l’abbaye de Saint-Germain des Prés à la fin du XVIIème si (...)
  • 460 E. de Broglie, op. cit., p. 83.
  • 461 E. de Broglie, op. cit., p. 92.
  • 462 E. de Broglie, op. cit., p. 63.
  • 463 « Eloge de Monsieur Vion Seigneur d’Hérouval, Auditeur des Comptes », Journal des Sçavans, 1689, p (...)
  • 464 « Eloge de Monsieur Vion Seigneur d’Hérouval, Auditeur des Comptes », Journal des Sçavans, 1689, p (...)

113En 1663, une correspondance latine échangée entre Baluze et son ancien maître laisse apercevoir une autre figure intellectuelle connue des milieux parisiens, Antoine de Vion d’Hérouval. Auteserre ne manque pas de souligner, à la fin de sa lettre : « Si libet, dominum Vionium meo nomine saluta »457. Ce Vion d’Hérouval, qui n’a rien publié, n’en fut pas moins un savant réputé, qui collabora aux publications de manuscrits inédits et d’actes de conciles réalisées par le P. Labbé et dom d’Achéry458. Dans les réunions qui se tenaient à Saint-Germain-des-Prés, en présence de Mabillon, Baluze ou Du Cange, Vion d’Hérouval était « un des hôtes les plus assidus de l’abbaye », et jouissait d’une « situation exceptionnelle dans le monde érudit de l’époque »459. Les protecteurs de cette savante assemblée étaient en grand nombre, parmi lesquels « M. de Lamoignon, le premier président, qui avait alors une si haute réputation d’intégrité ; le président Le Peletier [...] et d’autres encore, étaient les visiteurs assidus de la petite colonie d’érudits »460. Il faut aussi ajouter « l’archevêque de Reims, Le Tellier, fils du chancelier, [qui] était aussi parmi les amis les plus dévoués et les protecteurs les plus zélés de l’abbaye »461. En définitive, Vion d’Hérouval était qualifié de « chercheur infatigable, toujours à la piste des anciens documents [...] c’était un homme fort instruit qui aida beaucoup du Gange dans ses profonds travaux » ; de surcroît, il était « surnommé le ‘Père de la République des Lettres’«462. Au sein de cette élite intellectuelle, « il lia amitié avec les plus celebres en toutes sortes de sciences, & particulièrement avec le P. Sirmond, le P. Peteau, feu Mr. l’Avocat General Bignon, Mr. de Saumaise, Mr. Gassendi, le P. Morin, Mrs. Dupui, Mr. Joli Chantre de l’Eglise de Paris, Mrs. de Valois, Mr. Du Cange, Mr. Cotelier, & plusieurs autres »463. L’amitié qu’il noua avec Auteserre se comprend d’autant mieux qu’« il n’avoit pas si-tôt trouvé une Cronique, un Testament, un Contrat ou un autre titre propre à éclaircir ou un point d’Histoire, ou un Droit du Roi, ou une ancienne Coutume, qu’il le mettoit aussitôt entre les mains de ceux qui travailloient sur les matieres avec lesquelles ces titres avoient du rapport »464.

  • 465 L’abbé Drouyn opine en faveur de « Mr de St Martin, coner au parlement », et L. Greil en faveur de (...)
  • 466 Vie de M. d’Hauteserre, p. 104.

114Le voyage à Paris de 1679, où Auteserre est mis en présence du roi à la demande de Colbert, fut encore l’occasion pour notre jurisconsulte de rencontrer des confrères, avocats ou professeurs. Cette anecdote, intéressante et piquante, mérite d’être rapportée : « Ayant été mené un jour chez un officier du parlement homme de savoir et de merite465 et surtout grand amateur du droit Romain, il y trouva nombre de gens de lettres qui ont accoutumé de sy rendre de chaque semaine pour y conférer de la jurisprudence Romaine, ces Messieurs le regardant d’abord comme un grand maître en cette sorte de science le prierent de leur expliquer une loy quils ne pouvoient entendre et M. d’Hauteserre sur le champ et sans hésiter ayant pris la parole leur expliqua cette loix, avec tant de facilité et dune manière si savantes qu’ils en demeurerent tous charmés et souhaitèrent tous qu’on larreta a Paris pour y etre le restaurateur du droit romain [...] mille gens meme luy en firent des compliments et la chose alla si loin que les universités des provinces en furent allarmées laccusant detre lauteur du rétablissement du droit romain en celle de Paris. [...] Cependant il est vrai quil n’en savoit rien et que bien que tous les amateurs des lettres desirassent de le voir établir à Paris, personne néanmoins ne parla pour cela a ceux qui gouvernent cette sorte d’affaire, tous leurs empressement et toutes les marques destime qu’ils luy donnoient s’etant enfin reduite à de simples louanges, c’est-à-dire à rien »466. L’estime gagnée au fil des ans lui assura la protection de quelques hommes de pouvoir, auxquels il ne manqua pas d’offrir des dédicaces.

§ 3. Les épîtres dédicatoires

  • 467 Y. Durand, « Clientèles et fidélités dans le temps et dans l’espace », dans Hommage à Roland Mousn (...)

115Les clientèles se remarquent « non seulement dans ces grands textes normatifs que sont, entre autres, les traité d’éducation de la noblesse, ou les théories de la vie de cour, mais dans les dédicaces des ouvrages où l’on voit des réseaux de clients se dessiner lorsque les auteurs offrent leurs livres à un puissant, vantent ses qualités et expliquent parfois les raisons de leurs sentiments pour un protecteur »467.

  • 468 Ducs, Opera, t. 5, Dédicace, p. XI.
  • 469 Dissertationes, Opera, t. 9, Dédicace, pp. XVI-XVI. Une fois ce dernier trépassé, il dédia la suit (...)
  • 470 Chr. Blanquié, Les épîtres dédicatoires de Scipion Dupleix, Paris, 2008, p. 17.
  • 471 Auteserre n’indiquera son métier qu’à partir de la régence en droit. Son fils le confirmera a post (...)
  • 472 R. Mousnier, Les Institutions de la France sous la monarchie absolue, 1598-1789, t. 1, Paris, 1974 (...)
  • 473 Il connut bien, durant sa vie parisienne, celui qui allait devenir un des protecteurs nés de l’Aca (...)
  • 474 BNF, Fr. 17404, f° 60. Lettre du 29 avril 1664. Sa dernière lettre connue, datée du 20 décembre 16 (...)

116Au-delà de l’aspect communautaire de cette République des Lettres, il y a évidemment des liens personnels, plus ou moins forts, tissés avec certains grands personnages. Auteserre dédie naturellement ses œuvres de jeunesse à des personnages locaux, représentants des milieux intellectuels ou judiciaires toulousains. Son premier ouvrage, traitant des Ducs et des Comtes, fut offert, le 13 septembre 1643, à Jean de Bertier, baron de Montrabe, premier président du Parlement de Toulouse. Auteserre ne manque pas de sacrifier à la coutume spécifique des épîtres dédicatoires, à savoir le rattachement de sa dédicace à Louis « le Roi très-juste, au nom tombé du ciel, fils plus désiré encore par les vœux que par les noces, pour lequel de généreuse qualités natives et l’éducation zélée de parents Augustes annoncent le combat de la justice et des armes, et disent la louange de son père »468. En 1650, il dédie ses Dissertations de droit canonique à l’archevêque de Toulouse, Charles de Montchal, n’oubliant ni de le comparer à ses illustres devanciers Saturnin et Exupère, ni de saluer son zèle dans la « révérence et la fidélité due au Prince »469. La plupart des dédicaces épistolaires concernent les milieux du pouvoir parisien, desquels Auteserre se révèlera finalement assez proche. En 1648, avaient été imprimés les cinq premiers livres de son Histoire d’Aquitaine des origines à Clovis, les Rerum Aquitanicarum. La dédicace au chancelier Séguier (du 22 mai), marque un temps fort dans la carrière d’Auteserre. Jusqu’ici docteur in utroque jure et avocat inscrit au barreau de Toulouse, il occupait une charge de juge criminel. Alors que les dédicaces signalent en général le statut de l’auteur470, Auteserre ne signait ses œuvres que de son nom latinisé, Ant. Dadinus Alteserra. Il ne trouvait pas opportun de préciser sa fonction dans sa signature. Peut-être faut-il voir ici le signe d’un emploi qui ne lui convient guère471. Il fait principalement valoir que « ce don [de l’ouvrage] consacre toute l’Aquitaine et ma personne à la tienne [Séguier] », et se veut « un monument de [s]on culte éternel et de [s]on obéissance « Jurantrant d’être désormais « à l’avenir toujours, de [s]a sublimité, très dévot ». Ce type d’aveu grandiloquent de fidélité, propre à l’établissement d’une relation de « protecteur-créature », « triomphait dans le monde du gouvernement, autour du roi » et notamment chez le chancelier Séguier472. En échange de sa faveur, sûrement acquise par l’entremise de Mgr Habert de Montmort473, Auteserre dédiera au chancelier plusieurs de ses ouvrages, et exprimera de la « gratitude pour les bienfaits reçus de (sa) bonté » jusqu’à la fin de sa vie474.

117Cette même année 1648, lorsqu’une chaire de droit vacante en l’université de Toulouse lui fut octroyée par postulation, le chancelier intervint aussi auprès du recteur pour placer son protégé. Auteserre l’en remercia par cette lettre portant toutes les marques extérieures de fidélité :

  • 475 BNF, Fr. 17390, f°. Jouanna rappelle (Dictionnaire de l’Ancien Régime (dir. L. Bély), Paris, 2003, (...)

« Monseigneur,
La lettre que vous m’avez fait l’honneur d’escrire en ma faveur à Monsieur du Verger, recteur de ceste Université, ne pouvait pas venir tard. Elle a fait le plus heureux effet que je ne pouvois désirer, puisqu’elle a tait conoistre que vous m’honorés de vostre protection et a estourdi le mauvais courage de deux ou trois qui n’en vouloient pas de moi, et je suis obligé, Monseigneur, de vous rendre ceste juste reconoissance que vous estes l’autheur du bien et de l’honeur que j’ai receu en ceste occasion. La creance qu’on a eu que vous avés receu favorablement mes petits ouvrages m’a concilié des suffrages publics. Je vous proteste aussi. Monseigneur, que je veux tenir ceste place a foy et homage lige de vostre bonté, et que si mes travaux peuvent passer à la postérité, ils porteront de fideles tesmoignages de ma gratitude. La vertu vous a eslevé, Monseigneur, au dessus de la reconoissance des homes, et je ne puis m’acquitter de ce que je doi par de vœux et de bons désirs, mais si un cœur fidele peut satisfaire, je suis asseuré que je ne mourrai pas ingrat. C’est l’unique passion qui me reste, Monseigneur, de vous pouvoir tesmoigner que je suis avec le respect que je doi
Monseigneur,
Vostre très humble, très obéissant et très fidelle serviteur
Auteserre
A Tolose, ce 10 novembre 1648 »475.

  • 476 J.-L. Le Gallois de Grimarest, Considérations sur le stile épistolaire et le cérémonial dans le co (...)

118La signature d’une lettre est une chose codifiée et très révélatrice, qui mérite attention. Ainsi que l’affirmait Grimarest, « quoique l’on doive beaucoup de respect à ses Superieurs, cependant les marques que l’on en donne ne sont pas toûjours égales. Le rang, ou la naissance, rapproche quelquefois l’inferieur du superieur : c’est à celuici de se rendre justice, pour n’exiger que ce qui lui est du prècisèment : c’est à celuilà à consulter son interêt, & sa situation, pour ne pas trop accorder. Ainsi les termes, & les intervales changent suivant les personnes qui écrivent, ou qui reçoivent »476.

  • 477 Curieusement, la lettre originale de dédicace (BNF, Fr. 17395, f° 61) fut légèrement modifiée en v (...)
  • 478 Ph. Tamizey, Lettres..., IV, VI, VII et VIII.
  • 479 Le pouvoir dut considérer cet ouvrage plus polémique que le traité des fictions de droit, car pour (...)

119Auteserre se prévaut de sa qualité de client en signant ainsi deux autres épîtres adressées au chancelier : « devotissimus et obsequentissimus cliens » en 1657, et plus sobrement « devotissimus cliens » en 1659477. En 1657, il s’agit de la deuxième partie de son Histoire d’Aquitaine, avec une dédicace datée de Toulouse, du 14 mars. En 1659, il offre à Séguier son commentaire des décrétales d’innocent III. Cette dernière publication fut problématique pour Auteserre, qui eut recours au patronage de son illustre protecteur pour presser l’affaire, car sans l’aide du dédicataire, l’œuvre n’aurait pas paru. Quatre lettres subsistent dans les papiers du chancelier qui nous apprennent comment se fit l’impression de son unique et prestigieux in-folio478. La dédicace de ce commentaire est datée de Paris, du 1er juillet 1659, mais l’ouvrage ne sortira des presses de la veuve Lamy et de Billaine que sept ans plus tard479.

  • 480 Ph. Tamizey, Lettres..., VI, pp. 29-30.

120Le 19 avril 1664, Auteserre se confie au chancelier : « La douleur que j’ai du retardement de l’impression de mon ouvrage sur Innocent troisieme me contraint de vous demander justice contre les héritiers de feu Pierre Lamy, marchand libraire au Palais, qui s’estoit chargé de l’impression. Je ne prendrais pas cette liberté si l’ouvrage n’estoit tout vostre, et si je me proposois d’autre interest que cellui de faire conoistre à la postérité la passion que j’ai eu pour vostre service, et ma gratitude pour les bienfaits que j’ai receu de vostre bonté, mais je serais bien stupide de n’avoir point du ressentiment, pour une injure qui est faite a vostre nom, qui est a la teste de cet ouvrage [...]. Les voyes du procès que j’ai tentées sont si longes que j’ai creu ne pouvoir mieux faire que d’implorer vostre protection, et vous demander avec respec, comme je fais, une parolle de vostre bouche qui sans doute terminera ces longueurs, s’il vous plaist faire commander à Billaine, qui a espousé la veuve de Lamy, d’achever au plustost cet ouvrage, ou de me reintegrer de ma copie et canceller nos conventions, car je ne manquerais pas icy d’imprimeur »480. Auteserre se proclame redevable de son protecteur, n’agissant et ne lui offrant ce commentaire que par ce qu’il doit s’acquitter « d’un vœu sain et sacré », jurant d’être « plus que personne du monde » le « trèshumble, très-obéissant et très-fidèle serviteur » du chancelier. Cette dernière souscription reviendra systématiquement dans sa correspondance avec Séguier, preuve supplémentaire de la relation liant le toulousain au parisien.

  • 481 Ph. Tamizey, Lettres..., VII, p. 30.
  • 482 Ph. Tamizey, Lettres..., VIII, p. 31.
  • 483 BNF, Fr. 21945, Registre des privilèges accordés aux auteurs et libraires, f° 46 v° : « Bilaine. L (...)

121L’impression tardant encore à venir, il adresse au chancelier, début 1665, son commentaire des Institutes, « attendant d’avoir l’honeur de vous faire presenter mon Innocent troisieme qu’on achève enfin d’imprimer »481. Enfin, le 15 avril 1666, il écrit : « Je vous supplie d’agreer que mon fils vous présente mon Innocent troisieme. Il y a longtemps que j’auroy eu moy mesme cet honneur si le peu de considération que l’imprimeur a eu pour un absent, n’en avoit retardé l’impression. [...] L’ouvrage ne viendra pas trop tard, Monseigneur, s’il vous peut estre agreable. Vous m’avez fait l’honneur d’en recevoir les premieres feuilles avec demonstration d’en estre satisfaict. Je vous supplie très-humblement de recevoir le tout avec la mesme bonté »482. Effectivement, le privilège, qui avait été attribué « die ultima Iuny anni MDCLIX », ne fut enregistré que le 5 avril 1666, par le syndic Simon Piget483. L’édition princeps vit le jour le 7 avril 1666. Nous savons par cette correspondance que Séguier reçut « les premieres feuilles avec demonstration d’en estre satisfaict », ce qui motiva Auteserre d’en continuer le labeur. Il jugea d’ailleurs que « l’honneur de [son] approbation est le plus agréable fruict [qu’il] puis[se] recueillir de [ses] études », n’ayant de « plus grande passion que de faire cognoistre à la postérité » qu’il fut une créature du chancelier.

  • 484 St. Uomini, « Enjeux historiographiques des représentations nobiliaires : l’exemple des épîtres déd (...)
  • 485 Il est courant de s’adresser à un grand en vue de l’obtention d’une dédicace, comme le fit par exe (...)
  • 486 Nous reviendrons longuement sur cette commande, 2ème Partie, Chap. 2, Sect. 1, § 1.
  • 487 Lettre du 1er août 1666 (BNF, Fr. 17402, f° 51), Ph. Tamizey, Lettres..., IX, pp. 31-32.
  • 488 Lettre du 3 août 1667 (BNF, Fr. 17410, f° 7), Ph. Tamizey, Lettres..., X, p. 33.

122Une dernière lettre adressée de Toulouse le 1er août 1666, nous renseigne sur ce qui aurait pu être la quatrième dédicace offerte à Séguier. Sachant que « le nom du dédicataire sert de rempart contre les ravages – jugés évidemment infondés – de toute appréciation censoriale »484, c’est bien cette raison qui poussa Auteserre à chercher une fois encore le soutien du chancelier485. Par commande du Clergé, Auteserre fut désigné pour réfuter le Traité de l’abus de Charles Févret486. Ce travail rapidement terminé fut présenté à l’Assemblée de 1665, qui ne lui donna pas immédiatement suite, jugeant ses positions trop romaines. Auteserre dut s’en émouvoir auprès de son patron, pour qu’il lui écrivît ceci : « J’obéis avec respect et soumission à la loy que Vostre Grandeur m’impose. Mon fils aura l’honneur de lui remettre mon ouvrage. Je la supplie humblement d’y jetter les yeux, et si je suis assez heureux pour meriter son approbation, je la supplie de m’accorder la permission pour le faire imprimer »487. Un an plus tard, Auteserre écrivit de nouveau à son protecteur pour le remercier d’avoir fait espérer à son fils le privilège tant attendu, et rapporter le témoignage qu’il reçut de Jean Doujat, censeur imposé par Séguier de cet ouvrage488. Observons en dernier lieu qu’Auteserre emploie systématiquement le vousoiement français, excepté un tutoiement latin dans la dernière épître.

  • 489 P. Blet, « Le chancelier Séguier, protecteur des jésuites et de l’Assemblée du Clergé de 1645 », A (...)
  • 490 Né en 1617, mort le 9 décembre 1677, fils de Chrétien de Lamoignon. Il sera conseiller au Parlemen (...)

123Séguier est ainsi un personnage essentiel, qui se retrouve à presque toutes les étapes de la vie d’Auteserre. D’une famille originaire du Quercy, il partageait en outre avec Auteserre des vues nombreuses, comme, par exemple, leur commune affection pour les Jésuites489. Séguier, avec trois épîtres, est le plus important dédicataire au même titre qu’un autre grand de Paris, Guillaume de Lamoignon490.

  • 491 Du moins, la première fois dans les œuvres imprimées, la dédicace adressée à Séguier du 1er juille (...)
  • 492 Le fils d’Auteserre évoque le « grand nombre de ses lettres que j’ay trouvées parmi les papiers de (...)
  • 493 F. Brunot, Histoire de la langue française, Paris, 1966, t. 4, p. 375.
  • 494 B. Coffen, Histoire culturelle des pronoms d’adresse, Paris, 2002, p. 105.
  • 495 De l’Estang, De la Traduction ou Règles pour apprendre à traduire la langue latine en la langue fra (...)

124C’est en 1659, année où Auteserre se rendit à Paris pour y plaider une affaire personnelle devant le Parlement, qu’il rencontra et gagna l’estime de Lamoignon, alors premier président du parlement de Paris, et lui dédia son traité sur les fictions de droit. La dédicace date du 1er août de la même année, signée de Paris et l’ouvrage fut imprimé dans la capitale par Pierre Lamy. Auteserre dut rentrer dans la clientèle de Lamoignon, car la signature est sans équivoque : « Observantissimus cliens ». C’est également la première fois qu’il s’intitule professeur toulousain, « antecessor tolosanus », qualité qu’il affectionne mieux491. Cette relation entre Auteserre et Lamoignon dura de nombreuses années, marquée par un échange épistolaire fourni mais malheureusement perdu492. Auteserre lui dédiera par la suite deux autres œuvres : d’une part la suite de ce traité, offerte en 1676, imprimée en 1679. D’autre part, son étude historique des origines du monachisme, parue en 1674. Or, l’on constate une singularité : dans l’épître dédicatoire datée du 27 mars 1673, Auteserre n’hésite pas à tutoyer le premier président dans sa souscription, se proclamant « Celsitudini Tuae, obsequentissimus et devotissimus », ce qui n’était pas le cas en 1659 (« Amplitudinis Vestrae, observantissimus cliens ») et ne le sera plus en 1676 (« Amplitudinis Vestrae, devotissimus et addictissimus »). Bien évidemment, dans le corps de la lettre, est employée la seconde personne du singulier, le vousoiement n’existant pas en latin. Mais la souscription laisse apparaître un solécisme assez courant en ce dix-septième siècle, où « l’usage du tutoiement était si complètement abandonné »493, à savoir l’emploi du pluriel latin. L’usage des pronoms allocutoires est révélateur : « L’adresse asymétrique désigne un rapport en supérieurs et inférieurs en terme de pouvoir social, politique et économique »494. Etait-ce donc de la part du juriste toulousain une marque de « leur grande familiarité, ou leur grande affection » ainsi que le rapporte de l’Estang495, ou bien une erreur dans l’étiquette, réparée par la suite ? Nous pouvons seulement remarquer ici encore un parallèle avec Séguier.

  • 496 Auteserre affirme offrir cet ouvrage « ex voto ». Il compare ce pontife à Grégoire le Grand, et n’ (...)
  • 497 Cette signature avait déjà été utilisée, le 3 décembre 1672, dans le libelle de controverse dédié (...)

125Une deuxième particularité de cette dédicace de 1673 se situe dans la titulature d’Auteserre. Devenu doyen de l’Université de Toulouse en 1671, il modifia son titre d’« antecessor tolosanus » utilisé en 1659 et en 1669 dans la dédicace de son commentaire des épîtres de saint Grégoire le Grand offerte au « Très-Saint Père Clément IX, Pontife Suprême et vicaire de Notre-Seigneur Jésus-Christ »496. Désormais, notre auteur est» U[triusque] J[uris] Professer et Decanus Universitatis Tolosanae », signature qu’il conservera dans les six autres ouvrages qu’il fera paraître497. L’on voit alors le professeur toulousain accéder au sommet de la hiérarchie universitaire, car à l’Université de Toulouse, le doyen de la Faculté de Droit exerçait un rôle prépondérant.

  • 498 Lettre non datée, sans autre titre que la mention du destinataire « Ludovico Nubleo in Senatu Pari (...)
  • 499 De re Ascetica, p. 2. Deux exemples, puisés chez des amis d’Auteserre, corroborent ce rôle politic (...)

126Quand il fut attaqué par un bénédictin à propos de l’expression « quadrigam mendicantium », utilisée dans son Asceticon, Auteserre fit une réponse pour nous intéressante, par l’indication qu’elle donnait de l’utilité d’un protecteur. Il rappelle à son interlocuteur Louis Nublé quelle personnalité fut le dédicataire, mais s’étonne « qu’une telle puissance n’a[it] pas suffi à me protéger de la violence jalouse de mes détracteurs »498. Il avait d’ailleurs bien conscience de la difficulté de se protéger loin de la capitale, et conclut sa lettre ainsi : « Je t’envoie cette défense, homme glorieux, pour qu’un provincial malheureux ne demeure accusé sans secours et méprisé impunément »499.

  • 500 BM Cahors, Fonds Greil, no 134 Œuvres meslées contenant diverses observations, divers petits trait (...)
  • 501 Fils aîné de Guillaume de Lamoignon et de Magdeleine Potier, (26 juin 1644 t 7 août 1709), avocat (...)
  • 502 BM Cahors, Fonds Greil, no 134 Œuvres meslées, fi 67, réponse du 13 juillet 1690.

127Nous avons un dernier témoignage de l’estime que portait le premier président à Auteserre, relevé dans la correspondance entre leurs deux fils. Auteserre fils, lui adressant une copie d’ouvrages inédits de son père, lui confesse : « Je n’ay peu apprendre qu’avec un extrème plaisir que vous confirmiez quelque estime pour la mémoire et pour les ouvrages de mon père, qui a esté un des plus passionés serviteurs de feu M. le premr president. Je puis dire aussi qu’il l’honora d’une amitié tres particuliere et tres tendre, comme je l’ay autrefois appris de luy mesme, et depuis d’un grand nombre de ses lettres que j’ay trouvées parmi les papiers de mon père »500. Chrétien-François Ier de Lamoignon501, au sujet « de Monsieur vostre illustre père », répondit en ces termes : « Vous savès combien j’en connoit le merite, et que jay este toujours elevé a les admirer. Ce que jay veu de ces nouveaux ouvrages est digne de lauteur, et comparable a tout ce que nous en avons »502.

  • 503 Dédicace du Commentaire sur les Institutes, 24 septembre 1664.
  • 504 Dédicace datée de Toulouse, du 24 septembre 1664. La lettre de Colbert est retranscrite dans la Vi (...)
  • 505 Une curiosité, dont nous ignorons – peut-être crassement – la raison, fait rajouter après le privi (...)
  • 506 Ils s’étaient encore écrits en 1663, à la suite de la mort de Pierre de Marca, ancien archevêque d (...)
  • 507 Lettre XI, 10 mars 1676 (BNF, Baluze, 336, f° 74), reproduite dans Ph. Tamizey, Lettres..., pp. 33 (...)

128Auteserre fut également lié à l’un des plus hauts personnages de l’Etat, JeanBaptiste Colbert, pour lors occupé à « la partie la plus difficile des charges publiques, la gestion des finances »503. C’est l’intendant des finances qui prit l’initiative de solliciter le juriste toulousain, dont il lui a été fait « un récit si avantageux de [son] savoir, et de la profonde connoissance » qu’il avait de l’histoire et du droit, au sujet de l’affaire des Droits de la Reine. A cette lettre du 17 septembre 1664, Auteserre répondit aussitôt par la dédicace d’un ouvrage qu’il avait sous la main, le commentaire des Institutes, « rudiments du droit civil naguère expliqués à l’université de Toulouse »504. L’ouvrage reçut son privilège le 9 novembre et fut achevé d’imprimer le 10 décembre, conjointement par Hélie L’Eglise et Etienne Trevenay505. L’épître dédicatoire donne à croire à une relation de clientèle, de par la souscription « Amplitudini Vestrae. devotissimus et obsequetissimus », et surtout par cette demande explicite : « Daigne m’admettre au nombre de tes clients ». Un évènement était d’ailleurs venu renforcer cette relation : l’embauche d’Etienne Baluze, ancien élève d’Auteserre, comme bibliothécaire de Colbert, en 1666506. Auteserre n’hésitera donc pas à solliciter le nouvel homme fort de l’Etat en 1676. Par lettre du 10 mars, notre « doyen de l’Université de Tolose » demande grâce d’une taxe de, au motif qu’« il y a de longues années [qu’il] travaille pour le public », et de surcroît, qu’il a « travaillé austrefois par [ses] ordres sur les moyens de restitution contre la renonciation de la Reine »507. Il signale en outre qu’il lui a envoyé récemment une liste de ses ouvrages « prêts à mettre au jour [...] dont une partie peut servir a illustrer l’histoire de France ». Et jure finalement « une entière soumission et un profond respect », lui qui se veut son « très humble et très obéissant serviteur ». Auteserre mentionnait dans cette missive son ouvrage sur le premier historien français, saint Grégoire de Tours. Nous n’avons pas la réponse de Colbert, mais le 4 octobre 1678, il lui dédiait cet ouvrage en ces termes :

  • 508 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, Dédicace, pp. XVIII-XIX. Le P. Chifflet agit, dix ans auparavant, (...)

« Tu m’as fait souvenir que, s’il se trouvait dans mes études quelques aliments qui pussent servir à l’ornementation de l’histoire des Gaules, dont le soin t’a été confié par le Roi Très-Chrétien, je les produirais. J’ai obéi avec joie et de bon gré, et aussitôt, je t’ai informé de mes travaux [...]
Pour que je ne fisse pas défaut au conseiller du Roi, je donnai tout de suite une œuvre, de sorte que les caractères d’imprimerie frappèrent mes observations sur Grégoire de Tours. J’ai voulu les faire paraître sous tes auspices, espérant t’être reconnaissant [...] »508.

  • 509 En cela, il suivait un schéma ascendant, souligné par exemple par Suzanne Guellouz dans son étude (...)

129Cette épître, et une autre du même jour dont nous parlerons dans un instant, marque le faîte de la gloire d’Auteserre, alors que celui-ci a soixante-seize ans. En effet, outre sa supplique finale à l’intendant des finances (« Daignez admettre l’auteur parmi les dévots observateurs et défenseurs de votre puissance »), l’épître est contemporaine de la rencontre véritable avec le sommet du pouvoir, et bientôt avec le roi lui-même509.

  • 510 Vie de M. d’Hauteserre, p. 103. Nous devons relever ici une erreur dans la datation proposée par s (...)
  • 511 Nous tenons à exprimer notre plus vive reconnaissance à Lindsay Levy, conservateur adjoint en char (...)

130Le biographe d’Auteserre nous apprend qu’il rencontra plusieurs fois Colbert durant ce dernier séjour parisien, et que ce dernier « reçut [l’ouvrage en question] de ses mains avec tant de marque d’estime, qu’il voulut bien le présenter au Roy [...pour] offrir à sa majesté le premier volume de ses lectures sur le droit civil »510. Auteserre avait dédié le même jour d’octobre 1678 – et comment ne pas penser que cela fut fait sur l’ordre ou la permission de Colbert lui-même ? – ses commentaires de droit romain à Louis XIV. Le privilège accordé pour l’impression de ces commentaires en atteste, s’il en était besoin511. Le roi accordait, « par grace speciale, pleine puissance & authorité Royalle », le 9 mars 1679 à son « bien-aimé Antoine Dadine Authesserre » en vue de le « favorablement traiter », le privilège de faire imprimer « tant ledit premier volume de ses Lectures sur le Droit, que ledit volume d’Observations sur l’Histoire de S. Gregoire de Tours, & suplement d’iceluy, que les autres quatre volumes de ses Lectures de Droit ». Si Ton en croit la légende, le roi l’accueillit en « bonté toute généreuse et toute royale qui luy gage aisément la cour et tous ceux qui ont lhonneur de l’approcher et lui [...] dit que son nom ne luy étoit pas inconnu ». Mais ceci semble corroboré par la seconde épître dédicatoire offerte au Roi-Soleil, datée de Toulouse, du 30 juillet 1682. Auteserre lui offrit le deuxième tome de ses commentaires sur le droit romain, espérant que Sa Majesté le reçoive « avec la même obligeance que le premier. Quel doux prix du labeur que de plaire au Prince, et de se présenter à son regard les mains pleines ». La mort d’Auteserre, survenue un mois plus tard, le 29 août, mit fin à cette brillante carrière, et à la protection royale pour les trois derniers tomes de commentaires.

  • 512 Privilège accordé pour les commentaires de droit romain, 9 mars 1679. Cette pratique n’est pas ino (...)

131Il avait cependant pu offrir deux autres ouvrages à de puissants personnages parisiens. D’abord à Michel Le Tellier, chancelier de France depuis la mort d’Aligre en 1677, et qui avait autrefois intégré le jeune Colbert dans sa clientèle. Auteserre lui fit part de ses notes sur la Vie des papes d’Anastase le Bibliothécaire, par une dédicace signée à Paris, le 1er mars 1679. Il reçut pour cet ouvrage, le 23 avril suivant, le privilège personnel d’impression, et le concéda à Louis Billaine qui acheva de 1 imprimer le 23 décembre 1679. Fait significatif, il procède à l’envoi de son ouvrage à Colbert, par l’entremise de l’avocat Ponsson, le 20 décembre, réservant une sorte de « seconde primeur » à celui à qui il devait « la gratitude et la reconnoissance ». Dans cette épître, une phrase laisse présager les services rendus par le chancelier au doyen toulousain. Celle-ci : « N’était-il pas convenable de t’offrir l’enfant, toi qui a mis au jour l’auteur ? ». Nous pouvons penser qu’il s’agit d’un quelconque bienfait en matière d’obtention de privilège, opinion qui pourrait être renforcée par cette incise d’un autre privilège, obtenu à charge « de fournir deux exemplaires de chacun desdits ouvrages, l’un en nostre Bibliothèque [...] & un en de nostre amé & feal le Sieur le Tellier Chancelier de France »512.

  • 513 Le privilège avait été obtenu pour 6 ans le 22 février 1680.

132Le dernier haut représentant de l’élite parisienne à qui Auteserre offre une dédicace est Claude Le Peletier, « pair et conseiller d’Etat », lui-même un protégé du chancelier Le Tellier. Il loue dans son épître (du 25 mars 1680) les titres juridiques du futur ministre d’Etat, et notamment sa participation à la renaissance du droit romain dans la capitale. Mais surtout, et cela nous intéresse plus particulièrement dans cette étude sur les relations de clientèle, la dernière partie constitue une demande explicite : « Je te prie de recevoir un auteur déjà octogénaire, aspirant de toutes ses forces à entrer dans ton obéissance, et de daigner l’admettre parmi tes clients ». Nous ne savons rien de plus concernant cette dépendance, sinon que l’ouvrage qui devait « être prochainement édité » le fut un peu tardivement, ayant été achevé d’imprimer le 8 février 1681 à Paris, par Billaine513.

  • 514 Grégoire le Grand, Opera, t. 3, Dédicace, non paginée, [pp. 109-111].

133Il reste à revenir sur une autre dédicace, au pape Clément IX, destinataire des notes sur les lettres de saint Grégoire le Grand. Le schéma épistolaire est encore une fois sauvegardé, et le topos de comparaison joue pleinement son rôle. Auteserre, après avoir offert son œuvre « ex voto », rapproche les portraits des deux pontifes : « Grégoire, contre son gré, fut forcé au Pontificat ; Tu y fus élevé, pleurant et gémissant [...]. Grégoire souleva presque toute l’Italie contre l’oppression des Lombards ; Tu t’opposas aux Barbares à la demande des Vénitiens [...]. Chez Grégoire, le plus grand et merveilleux commandement est d’enseigner les pauvres ; Tu es aussi large et généreux avec les indigents que chiche avec les proches et les amis ». Il peut alors légitimement conclure de cette ressemblance, laissant nécessairement une place au roi de France : « J’atteindrai mon but quand j’aurais montré que Tu as tout en commun avec Grégoire, il a aimé la France et les Rois des Francs, loué leur foi et leur religion ; Tu aimes le Roi Très-Chrétien en tant que fils aîné de l’Eglise »514.

Notes

115 Institutes, Opera, t. 7, p. 314.

116 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 414.

117 Innocent III, Opera, t. 10, p. 928.

118 Grégoire le Grand, Opera, t. 3, p. 172.

119 Bibliothèque de la chambre des Députés, ms. 29 (B. 46), f° 1029. La version imprimée ignore cette conclusion. Comme il s’agit du seul manuscrit subsistant d’une œuvre d’Auteserre, il est impossible de savoir si les éditeurs ont retranché d’autres conclusions de cette espèce.

120 A. Des Rochettes, art. cit., p. 69.

121 Voir Chr. Mengès, La Cour des Aides et Finances de Montauban, 1642-1790, Thèse droit, dactyl., 3 t., Toulouse, 1991, not. pp. 309, 333.

122 Situé à 1,7 km N.N.O. de Cieurac et à 4,5 km S.E. de Cahors.

123 Situé à 27 km E. de Cahors.

124 Situé à 4 km N.O. de Cahors.

125 Situé au S.E. de Cahors, à 3,5 km E. d’Hauteserre.

126 Sur le Lot, près de Cajarc, à 27 km E. de Cahors, près de Larnagol. A. Des Rochettes, art. cit., p. 70. Le nom original de la famille est Adine, devient ensuite d’Adine, puis Dadine. Elle adjoindra par la suite le nom de la seigneurie.

127 Note dactylographiée du chanoine Albe, « Dadine d’Hauteserre », p. 1, Archives du diocèse du Lot.

128 Livre de main des du Pouget (1522-1598), édité par L. Greil, Cahors, 1897, p. 34 : « Cettuy Roubert Dadine étoit fils d’autre Giron Dadine qui avoit depéché son bien à la guerre dont il faisoit profession ».

129 Livre de main des du Pouget (1522-1598), p. 71, cité par A. Des Rochettes, art. cit., p. 70 ; E. Dufour, Documents inédits pour servir à l’histoire de l’ancienne province de Quercy, Cahors, 1868, p. 3.

130 G. de Maynard, Notables et singulières questions de droit, Paris, 1608, p. 449.

131 Note dactylographiée du chanoine Albe, p. 1. Elle était la sœur du père franciscain Nicolas d’Aubépine (Albaspina), cf. Vie de M. d’Hauteserre, p. 81, et la préface de l’Asceticon.

132 Son testament porte : « Moy Hierosme Dadine, bourgeois dudit Caors et seigneur dautheserre ». Son fils aîné Jean est appelé, dans un acte judiciaire de 1610 : « Dadine, dict d’Auteserre », cf. J. Bergounioux, « Edmond Mérille à Cahors », Annales du Midi, t. 33-34, 1921-1922, p. 183. Si l’on en croit Bergounioux, il aurait eu un frère puîné, auteur d’une branche cadette, Dadine d’Hébrard, cf. J. Bergounioux, « Deux professeurs en médecine de l’Université de Cahors condamnés comme faux monnayeurs au XVIIème siècle, Guillaume Galtier et Bernard d’Ouvrier », Bulletin de la société française d’histoire de la médecine, 1928, t. 22, no 9-10, p. 351 : « Pendant l’année 1639 se termine un concours pour remplacer dans sa chaire de droit civil le célèbre Jean de Lacoste [...] L’université est divisée en deux partis, l’un qui veut faire nommer le fils du défunt, soutenu par les Lanfranc, dont Galtier est l’allié. Ce Lacoste Thomas est le gendre de Dadine d’Auteserre, sieur de Salvezou, dont le cousin Dadine d’Hébrard est le propriétaire de la maison qu’occupe Galtier ». Bergounioux est le seul à évoquer cette branche, pour laquelle nous n’avons trouvé aucune information dans les archives. C’est peut-être le même personnage que François Adine, consul de Cahors en 1603, cf. BUT, ms 147, Registre des délibérations de l’Université de Cahors, f° 1, cité par J. Bergounioux, « Edmond Mérille à Cahors », Annales du Midi, t. 33-34, p. 177.

133 Note dactylographiée du chanoine Albe, p. 1.

134 BM Cahors, Fonds Greil, liasse 15, pièce 5.

135 Son portrait, connu par une huile sur toile (66x52 cm) conservée dans la sacristie de la cathédrale Saint-Etienne de Cahors, a pour légende : « GERON DADINE SEIGN[EUR] DAUTESERRE VIVOIT EN 1580 ET CONSERVA LE ST SUAIRE ».

136 G. Lacoste, Histoire générale de la province de Quercy, Cahors, 1883, t. IV, pp. 260-261 ; Vie de M. d’Hauteserre, pp. 92-93.

137 Vie de M. d’Hauteserre, p. 93.

138 Une huile sur toile (65x53 cm, inv. : Ca.1.87) du Musée Henri-Martin de Cahors représente son portait, avec cette inscription : « CEST.LA FAMME.DE.GIRON.DADINES./D’HAUTESERRE.MORTE A 22 ANS.VIVOIT.EN. / 1500 ». La date est fautive, comme le prouve l’année de mariage de Giron I Dadine (1522), ainsi que la date d’acquisition de la terre d’Hauteserre (1578). Il semble qu’il faille lire 1580.

139 L’acte de décès de Jean Dadine, dans le registre de la paroisse de la Daurade, est transcrit par L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique..., p. 170, n. 4 : « Le 31 octobre 1659 est décédé Me Jean Dadine, conseiller du roy en la Souveraine Cour des Aides et finances de Caors, seigneur d’Auteserre et Salvezou, et fut enterré dans la chapelle St-Michel au tombeau de ses prédécesseurs ». Il était « un vieillard plus que octuagenaire », d’après un factum rédigé en faveur de son petit-fils, vers 1658 (BM Cahors, Fonds Greil, no419, p. 1). La Vie de M. d’Hauteserre, p. 92, parle de « Giron Dadine, son père et ayeul de celuy dont nous parlons ». Ceci nous permet d’établir sans ambages la filiation de Jérôme, jugée seulement « très probable » par A. Des Rochettes, art. cit., p. 72. Par ailleurs, Antoine Dadine évoquera plus tard une affaire entendue au Parlement de Toulouse « en faveur de Jérôme Dadine, mon grandpère », Innocent III, Opera, t. 10, p. 561.

140 Ce dernier avait fait légataire son épouse et institué leur fils François Dufranc héritier (J. Vignau, Nobiliaire des généralités de Montauban et d’Auch et du pays de Foix, Biran, 1999, t. 2, p. 839). Ceux-ci eurent un fils, mort sans postérité, et une fille.

141 BM Cahors, Fonds Greil, liasse 15, pièce 5. Cette seconde épouse n’est pas autrement connue. Le testament mentionne en outre Catherine et son fils François, « filz de feu mre Jean Lefranc ». Il termine ses dernières volontés ainsi : « Et parce que l’objet et fondement de tout bon et valable testament est substitution d’heritier a cette cause led. testateur a faict et de sa propre cause son heritier universel et genal en tous et chacuns ses biens meubles et immeubles [...] Monsieur mre Jean dadines r dautheserre Juge criminel de Quercy son filz aisné ».

142 Vie de M. d’Hauteserre, p. 94.

143 J. Bergounioux, « Edmond Mérille à Cahors », Annales du Midi, t. 33-34, p. 182.

144 ADTG, B 1, f°3; AD Lot, B 335, f°2. Cette dernière pièce, « Libre de la confrairie de Monseigneur Sainct Louis », est une mine de renseignements sur les métiers du droit à Cahors, et leurs titulaires, de 1609 à 1670.

145 ADHG, B 1911, Edits de 1604 à 1610, reg. 13, f° 28. Cité par Bergounioux,L’esprit..., p. 169, n. 1. Son installation a traîné car « l’Université, qui dut être consultée au cours de cette enquête [de moralité], s’oppose à la nomination de Dadine d’Auteserre, se basant sur les excès commis par lui sur les Régents [en 1603], et pour lesquels un procès depuis longtemps commencé n’est pas encore jugé », J. Bergounioux, « Edmond Mérille à Cahors », Annales du Midi, t. 33-34, p. 185.

146 Seules huit seront pourvues au jour de l’installation, le 10 novembre 1642. Voir Chr. Mengès, La Cour des Aides..., t. 1, p. 39. L’édit est reproduit dans Édits, declarations et arrests concernant la juridiction et la jurisprudence de la Cour des A ides et Finances de Montauban, Montauban, 1752, p. 506.

147 BM Cahors, Fonds Greil, liasse 15, pièce 7, arrêt de réception en la charge de conseillerdoyen en la cour des aides de Montauban.

148 Elle était de plus la fille aînée d’Antoine Peyrusse, juge mage et lieutenant criminel de Cahors.

149 Vie de M. d’Hauteserre, p. 75, qui ne mentionne que les prénoms des garçons.

150 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 1, cap. 8, pp. 17-18.

151 Dissertationes, Opera, t. 9, lib. 3, cap. 15, p. 83.

152 G. de La Croix, Series & Acta Episcoporum Cadurcensium, Cahors, 1623.

153 Le terme d’agnatus restreignant la parenté au côté paternel, l’on pourrait imaginer que Guillaume de La Croix fut l’époux d’une sœur, demi-sœur, tante ou grand-tante d’Antoine Dadine d’Auteserre. Outre l’absence connue de grand-tante, la seule tante connue, Catherine, était mariée à un Le Franc, et les deux demi-sœurs, mariées à un La Coste et un Puniet. Restent alors les deux sœurs, dont l’une est mariée à un Lebrun, et l’autre dont on ne connaît pas l’état. Mais du côté de Guillaume de La Croix, les choses se compliquent, car « il paraît résulter [...] que Guillaume de La Croix mourut sans avoir été marié, et que la famille fut continuée à Cahors par Cosme de La Croix, son frère [aîné] », « Communication de Léon Lacabane : Du nom et de la famille de La Croix », dans L. Ayma [trad.], Histoire des évêques de Cahors par Guillaume de La Croix, Cahors, 1879, t. 2, p. 9. De plus, né en 1575, Guillaume de La Croix aurait épousé une fille née au moins en 1608. Reste à chercher du côté maternel de Guillaume de La Croix. Ses parents furent Paul de La Croix, docteur et avocat, syndic du pays de Quercy, et Jeanne de Réganhac. Là encore, à moins de remonter à une grand mère de Guillaume de La Croix, qui pourrait être une Dadine, nous ne voyons pas quels liens unissent les deux historiens. A moins qu’il faille chercher du côté de la branche cadette Dadine d’Hébrard (grand-oncle d’Auteserre), de laquelle nous ne savons rien.

154 Vie de M. d’Hauteserre, p. 75.

155 L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique..., p. 170 et A. Des Rochettes, art. cit., p. 74. Aucun des deux ne prouve la date par un texte.

156 L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique..., p. 170.

157 De ce mariage naîtra Marie de Puniet de la Borderie, qui épousera François-Michel de Bideran le 14 novembre 1665, A. deSaint-Saud, Généalogie de Bideran, Bergerac, 1896, p. 159. M. de Grasset, « Preuves de noblesse des dames religieuses de Beaulieu », Revue nobiliaire, historique et biographique, nouvelle série, t. 4, 1868, p. 249, donne pour nom : « Pugnel ».

158 v. Br. Basdevant-gaudemet, « Lacoste », DHJF, pp. 448-449.

159 L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique..., p. 162, n. 1. L’acte est transcrit intégralement. Il nous apprend que Jean Dadine « donne à sa fille de quart de ses biens [...] et lui délaisse les biens de sa mère quelle avait à son décès », sauf 8000 livres laissées à sa sœur cadette. De son côté, Jean de Lacoste institue son aîné héritier universel, et l’émancipe.

160 BM Cahors, Fonds Greil, no420, Factum pour Me Anthoine Dadine, Sieur d’Auteserre, Docteur-Régent ez Droits en l’Université de Tolose, assigné, contre Me Thomas de Lacoste Docteur Régent en Droit en l’Université de Caors, & cy devant Conseiller en la Cour des Aydes de Montauban, & Damoiselle Marie Dadine, mariez, demendeurs en reglement de Juges.

161 Idem ; Eloge, p. 268 ses deux frères puînés « moururent au service du Roi ». L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique..., p. 170, nous apprend que Jean mourut à Cahors le 12 juin 1633, et transcrit l’acte de décès : « Le douzième juin 1633 est décédé Jean Dadine, escuier, dict d’Albrelong, a esté enseveli le treizième dudit mois dans la chapelle St-Michel, au tombeau de ses prédécesseurs ».

162 A. Des Rochettes, art. cit., p. 75.

163 L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique..., p. 170, évoque à tort « Pierre Dubrun ».

164 BM Cahors, Fonds Greil, no 420, Factum pour Me Anthoine Dadine [...] contre Me Thomas de Lacoste, p. 1.

165 Pour une fois, Bergounioux se trompe, attribuant (p. 170) à Jean Dadine et Françoise de Peyruse cinq enfants, une fille et quatre garçons, dont un seul militaire et un autre prénommé Robert, recteur de Trégoux en 1628. Nous devons rejeter cette descendance, et accepter la liste donnée par leur neveu dans la Vie de M. d’Hauteserre. Ce Robert est peut-être un frère de Jean Dadine. Des Rochettes ignore tout à fait la descendance de ces secondes noces et l’existence d’un Robert Dadine en 1628.

166 « Jérôme de Vaxis va monter en chaire dès 1588 et enseignera le Droit civil jusqu’en 1625, non sans devenir par ailleurs consul de Cahors en 1590, 1593 et 1598 », P. Ferté, « Patrimonialité des chaires et dynasties universitaires du XVIe au XVIIIè siècle. Quelques exemples cadurciens », Bulletin de la société des études du Lot, t. CXXI, 2000, p. 6. Il est en outre présenté comme un « personnage riche, doyen de tous les régents de l’Université », L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique..., p. 106.

167 J. Bergounioux, « Deux professeurs en médecine de l’Université de Cahors condamnés comme faux monnayeurs au XVIIème siècle, Guillaume Galtier et Bernard d’Ouvrier », Bulletin de la société française d’histoire de la médecine, 1928, t. 22, no 9-10, pp. 315-375 et no 11-12, pp. 446-464. La mention des enfants de Jérôme de Vaxis se trouve p. 322. v. aussi Vie de M. d’Hauteserre, p. 80.

168 Il signait ses ouvrages : « Hautesere de Salvaizon ».

169 Eloge, pp. 305-311.

170 J.-B. Vidaillet, Biographie des hommes célèbres du département du Lot, Gourdon, 1827, pp. 229-230.

171 Eloge, p. 305.

172 Notae & animadversiones ad indiculos Ecclesiasticorum Canonum Fulgentii Ferrandi Carthaginensis Ecclesiae Diaconi, & Cresconii Affric., Caors, 1625. Quoique Cathala-Coture dise « qu’il n’avoit pas vingt-cinq ans » quand il l’écrivit, il cite cette édition de 1625. L’auteur confirma plus tard, dans une lettre à Marca du 15 août 1643, parlant de « ces premiers ouvrages que j’avois publiés à l’âge de dix-huit ans » (BNF, Baluze 124, f° 43). Il y eut une seconde édition, à Poitiers, en 1630, de [16]-192 p.

173 G. Meerman, Novus thesaurus juris civilis et canonici, La Haye, t. 1, 1751, p. VIII. Dans son Conspectus novi thesauri juris civilis et canonici [...] subscriptionis lege prodituri, La Haye, 1751, sorte de bon de souscription des volumes in-folio, il disait encore élogieusement, pp. 13-14 : « Notae prolixiores, vel potius Commentaria, quae Flavius Franciscus de Flauteserre Antecessor Pictaviensis, Antonii Dadini Alteserrae (sive Hauteserrae) frater natu minor, eodemque doctrinae copia nulla ex parte inferior, admodum juvenis conscripsit, inque iis multa non solum Canonici sed& Civilis Juris capita ex limpidissimis fontibus & veteribus monumentis etiam ineditis illustrantur, ut facile exinde simile judicum ferre possimus de ejusdem Hauteserrae Exercitationibus ad Tit. Decretal. Greg. IX. de aetate, qualitate, & ordine praeficiendorum, quae prodiere Parisiis apud Lamy 1635 [...] sed quas hactenus, omni licet adhibita industria, nancisi non potui ». Les Acta eruditorum (Octobre 1751, p. 580) en rendent compte élogieusement : « Commentariis autem hujus Franciscis de Altaserra stupenda inest eruditio ».

174 Eloge, p. 307.

175 Archives municipales de Poitiers, Registres de la paroisse Saint-Paul, no 179, cité par Bricauld de Verneuil, « Journal d’Antoine Denesde marchand ferron à Poitiers et de Marrie Barré sa femme (1628-1687) », Archives historiques du Poitou, t. XV, 1885, p. 178, n. 2.

176 Beauchet-Filleau, Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, Poitiers, 1905, t. 3, p. 4.

177 A. Des Rochettes, art. cit., p. 86.

178 Eloge, p. 308.

179 Eloge, p. 308.

180 J.-St. Doinel, « Les registres des actes de la faculté de droit de Poitiers au XVIIème siècle », Bulletin de la Société de statistique du département des Deux-Sèvres, 1870-1873, t. 1, no 10 (1871), p. 204.

181 J.-St. Doinel, art. cit., p. 205.

182 J.-St. Doinel, art. cit., p. 205.

183 Bricauld de Verneuil, « Journal d’Antoine Denesde marchand ferron à Poitiers et de Marrie Barré sa femme (1628-1687) », Archives historiques du Poitou, t. XV, 1885, p. 177-178.

184 J. Delfour, Les Jésuites à Poitiers, Paris, 1904, p. 165, n. 3.

185 Il fut détenteur de collections canoniques, connues actuellement sous les cotes Ms Berlin, StaatsB, Philipps 1778, Canonum collectio in libri 17, rédigée à Poitiers v. 1075-1100 (l’ancien Claramontanus DLXXIV : « Is codex fuit olim Domini de Hauteserre de Salvaison »), et Ms Berlin, StaatsB, Savigny 3, Collectio canonum in libri 13, également rédigée à Poitiers v. 1090-1100. Il fut en outre le premier possesseur connu de la Chronique de Georges le Moine, le Parisinus gr. 1706, comme indiqué au f° 509 v° : « Francisc. de Hautesere, Antecessor Pictaviensis », cf. J.-M. Olivier, M.-A. Monégier du Sorbier, « Morelliana. Recherches sur la vie et l’œuvre philologique d’un humaniste méconnu : Pierre Moreau de Loches », Revue d’histoire des textes, t. XVII, 1987, p. 76.

186 Exercitationes ad Tit. Decretal. De aetate, qualitate et ordinepraeficiendorum, Lamy, Paris, 1635. La BNF possède en outre un exemplaire, s.l.n.d. (E- 2033 (2)), intitulé Opus octodierum de aetate et qualitate et ordine praeficiendorum.

187 G. Meerman, Novus thesaurus juris civilis et canonici, Hagae-Comitum, t. 7, 1753, Préface. L’auteur fait référence à Jacques de La Lande, Exercitationes utriusque juris, ad titulum De Aetate, qualitate et ordine praeficiendorum [...], Orléans, 1654. Sur ce juriste, v. Br. Basdevant-Gaudemet, « Jacques de La Lande », DHJF, p. 456.

188 B. G. Struve, Bibliotheca juris selecta, Iéna, 1756.

189 Eloge, p. 309. Cet ouvrage est intitulé La piété des Eglise d’Orient à l’honneur de la Conception de la très-sainte & très-glorieuse Vierge, protectrice de la France. La première édition fut donnée à Paris, 76 p, la seconde à Poitiers.

190 Lettre à Grémonville, 29 avril 1646, BNF, NAF 6500, f°7-8, cité par K. W. Wolfe et P. J. Wolfe, Lettres de Naudé à Grémonville, Bibliot 17, no 27, Paris-Seatle-Tübingen, 1986, p. 28. L’opuscule en question est Francia exterorum principum summaprotectrix. Ad eminentissimum principem cardinalem Mazarinum, Paris, 1646, in-4°, VIII-23 p.

191 J.-F. Dreux du Radier, Bibliothèque historique et critique du Poitou, Poitiers, 1849, t. 2, p. 326.

192 Les Decisiones furent imprimées à Poitiers en 1651, si l’on s’en réfère au doyen Pr. Boissonnade, Histoire de l’Université de Poitiers. Passé et présent (1432-1932), Poitiers, 1932, p. 175, n. 70. L’on peut s’interroger sur leur grand succès, car plus aucune bibliothèque publique ne conserve cet ouvrage.

193 Eloge, p. 311. La notice contenue dans le DDC, t. V, col. 1091, due au chanoine Naz, est très inexacte. Elle fait mourir François-Flavien en 1670, et lui attribue la paternité de quatre ouvrages dus à son frère (deux imprimés et deux manuscrits). Elle est la seule à mentionner un manuscrit intitulé Commentarius juris can. super libres singulos vitae monasticae in Oriente et Occidente, sans mentionner sa localisation. Nous savons par ailleurs que François-Flavien projetait de rédiger des Commentants juris canonici (promis par l’auteur lui-même au can. 219 de son Cresconius, et cités au chapitre 4 des Exercitationes).

194 Bricauldde Verneuil, « Journal d’Antoine Denesde marchand ferron à Poitiers et de Marrie Barré sa femme (1628-1687) », Archives historiques du Poitou, t. XV, 1885, p. 178, n. 2. La date de décès donnée par Cathala-Coture (1662) est donc à rejeter.

195 Il eut pour parrain « Jehan Dadine de Haulteserre écuyer seigneur dudit lieu, conseiller du roi [...] son aïeul », Bricauld de Verneuil, idem, p. 178, n. 2.

196 A. Des Rochettes, art. cit., p. 88. Voir aussi Catalogue alphabétique des nobles de la généralité de Poitiers maintenus et condamnés roturiers, Poitiers, 1667, p. 355.

197 Beauchet-Filleau, Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, Poitiers, 1905, t. 3, p. 4.

198 A. Des Rochettes, art. cit., p. 89.

199 Vie de M. d’Hauteserre, p. 76. Cet avis autorisé de leur cousin fait rejeter l’opinion du Dictionnaire et de Des Rochettes, qui attribuent trois filles religieuses à François-Flavien.

200 L’acte de baptême lui attribue le nom de famille de « Flavin de Hauteserre ».

201 Lettre à M. de La Mare, conseiller du Roy au Parlement de Dijon, datée de « Tolose, ce 9 février 1665 » (BNF, lat. 6069 E), transcrite dans E. Dupré-Lasale, Michel de l’Hospital avant son élévation au poste de chancelier de France, 1505-1558, Paris, 1875, Appendice IX, Cujas, pp. 329 ss., cité par Tamizey de Larroque, Lettres inédites d’Antoine Dadine d’Auteserre, p. 36.

202 J. Malinowski, Ephémérides historiques et patriotiques de Quercy, Cahors, 1887.

203 Antoine Dadine nous apprend lui-même, dans son testament (BM Cahors, Fonds Greil, liasse 15, pièce 9), que sa famille possède une chapelle et un tombeau dans cette église.

204 Vie de M. d’Hauteserre, p. 76.

205 Eloge, p. 268.

206 BM Cahors, ms. 47, f 71. Cité par L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique..., p. 80 : « Ce fragment et cette énigme ne nous sont point parvenus ».

207 ADHG, B 265, f° 102.

208 P. Delattre S.J., Les établissements des jésuites en France depuis quatre siècles, Répertoire topo-bibliographique, 5 tomes, Enghien-Wetteren, 1949-1957. La notice « Cahors » est due au chanoine Eugène Sol, t. 1, col. 1010-1030.

209 Idem, col. 1022.

210 L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique..., p. 79.

211 Vie de M. d’Hauteserre, p. 75 ; Eloge, p. 269.

212 Eloge, p. 269. « Le peu de plaisir qu’il avait dans la maison de son père, où tout était réglé par les humeurs de la belle mère luy avait fait former ce dessin », Vie de M. d’Hauteserre, p. 76.

213 Eloge, p. 269.

214 Vie de M. d’Hauteserre, p. 76.

215 Eloge, pp. 270-271. Cathala-Coture dépend ici, comme partout ailleurs, de la Vie de M. d’Hauteserre, le lyrisme en plus.

216 L’ouvrage dans lequel il est le plus souvent cité, plus d’une centaine de fois, est son commentaire des Institutes, où il apparaît dès le premier chapitre, et dont une citation clôt le livre. Il s’inscrit dans une tradition séculaire : « De tous les maîtres de l’Antiquité, Cicéron a été, avec Plutarque, le plus apprécié des humanistes, et plus particulièrement des juristes », J.-L. Thireau, « Cicéron et le droit naturel au XVIème siècle », RHFDSJ, no4, 1987, p. 56.

217 DJE, Opera, t. 1, p. 3; Ducs, Opera, t. 5, p. 56; Fictions, Opera, t. 6, p. 41; Institutes, Opera, t. 7, p. 299; Recitationes, Opera, t. 8, vol. 1, p. 292.

218 G. Guyon, « Bernard Automne, juriste bordelais (1574-1666) », RHFDSJ, no20,1999, p. 204.

219 Vie de M. d’Hauteserre, p. 77.

220 Peut-être l’édition de Lyon, 1612-1618.

221 Vie de M. d’Hauteserre, p. 78.

222 Vie de M. d’Hauteserre, p. 79.

223 Eloge, p. 273.

224 Eloge, p. 273.

225 BUT, ms 134, Graduations en droit 1617-1647, f° 45 v° : « Antonius Adines civitatis Cadurci doctor in utroque jure die 17 mensis octobris 1623 ». V. aussi P. Ferté, Répertoire géographique des étudiants du Midi de la France (1561-1793) : pour une prosopographie des élites, t. 2, Diocèse de Cahors, Toulouse, 2004, p. 132, no 635. Comme le cursus des études en droit durait trois ans, soit Antoine Dadine fut exempté pour son mérite, soit sa seconde retraite de trois ans fut entrecoupée, au moins, des inscriptions nécessaires sur le matricule des étudiants.

226 Vie de M. d’Hauteserre, p. 80. Cette anecdote fut souvent racontée par une des filles de ce professeur, devenue en seconde noces la troisième épouse de Jean Dadine.

227 Vie de M. d’Hauteserre, p. 80.

228 Pons de Lauzières, marquis de Thémines (1552-1627), sénéchal du Quercy en 1595, maréchal de France en 1616, lieutenant général de Guyenne en 1622.

229 Vie de M. d’Hauteserre, p. 81.

230 Vie de M. d’Hauteserre, p. 82.

231 Eloge, p. 276.

232 Vie de M. d’Hauteserre, p. 82.

233 Eloge, p. 276.

234 Bergounioux, notaire à Cahors, à la date. Cité par A. Des Rochettes, art. cit., p. 78.

235 A. Des Rochettes, art. cit., p. 78.

236 Dans le canton de Catus, « à 16 kil. à l’O.-Ν.Ο. de Cahors, non loin (5kil.) de Luzech et Salvezou », A. Des Rochettes, art. cit., p. 79.

237 Sur cette propriété, v. L. De Valon, « Essai historique et archéologique sur le prieuré de Catus », Bulletin de la société scientifique, historique et archéologique de la Corrèze, t. 27, 1905, pp. 55-56.

238 Vie de M. d’Hauteserre, p. 83. Il faut ici réfuter Cathala-Coture, qui confond les deux bellesmères, et fait mourir de la peste Gabrielle de Laroche, mère de Jeanne de Caussade, Eloge, p. 277.

239 Vie de M. d’Hauteserre, p. 83. Le manuscrit de l’Arsenal, plus complet, ajoute (f° 47) : « Erasme le rapporte dans ses adages comme tiré d’une épigramme de Callimaque qu’il rapporte entière et qu’il traduit ».

240 E. Sol, L’Eglise de Cahors à l’époque moderne, Paris, 1938, p. 226.

241 « Elegans est species hujus capitis quod olim mihi Cadurci pro cathedra vacante solemnis palastrae argumentum sorte obtigit », Innocent III, Opera, t. 10, p. 94, commentaire sur X, 1, 6, 23.

242 Il l’atteste, au sujet d’une taxe appelée inquisitio, en écrivant : « Quelle était la raison de cette levée d’impôts, qui se paraît du nom d’inquisitions royales, je l’ai cherchée autrefois, en concourant à la chaire vacante de Cahors, devant interpréter le titre De censibus », Dissertationes, Opera, t. 9, lib. 4, cap. 12, p. 103. Ces deux épreuves (lecture et argumentation) se rapprochent de celles connues à Toulouse, un peu plus tard. Les impétrants devaient d abord lire leurs préleçons, avant de soutenir des thèses, C. Dounot, « L’enseignement du droit canonique à l’Université de Toulouse de l’édit de Saint-Germain (1679) à la Révolution (1793) », Etudes d’histoire du droit et des idées politiques, no 11, 2007, p. 155.

243 Vie de M. d’Hauteserre, p. 84.

244 Il était locataire au 9, rue Saint-Rémézy, ADHG, 3 E 6270, 1ère partie, f° 484 r°.

245 Vie de M. d’Hauteserre, p. 85. Rodière se trompe en affirmant, art. cit., p. 381 : « Il ne paraît pas qu’Hauteserre ait pourtant cherché jamais à conquérir une place au barreau de notre ancien Parlement ». Il est vrai, toutefois, que nous n’avons retrouvé qu’un petit nombre d’affaires dans lesquelles il intervint.

246 Vie de M. d’Hauteserre, p. 85.

247 Eloge, p. 280.

248 Lex Romana Antonii Dadini Alteserrae, Toulouse, Colomiès, 1641. L’avis au lecteur est daté du 11 juillet. Cet opuscule sera par la suite incorporé au Choses d’Aquitaines, comme il l’écrit en exorde : « Lectori. Jam ab anno MDCXLI legem Romanam edidi Aquitaniae nostrae praecursoriam, inde nonnulli viri eruditi legem Romanam recoluere. relut allodiorum parentem, quorum umts, quod nostrae legi Romanae non pepercit, eam libro tertio hujus operis intexui, una cum brevi defensione scriptorum, ejusdem vero praefationem in hunc locum rejiciendam duxi, nostri in legem Romanam studii monumentum futuram » (Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, p. XX). S’ensuit la reproduction de la préface donnée alors. Contrairement à ce qui a été dit (DHJF, p. 398), cette Lex romana n’est pas perdue, la BMT et la BNF disposant de deux exemplaires chacune.

249 Vie de M. d’Hauteserre, p. 86.

250 AD Lot, B 335. Jean Dadine fut d’abord inscrit comme « monsieur Dadine, conseiller et doyen », de 1609 à 1612.

251 De Ducibus & Comitibus Provincialibus Galliae libri tres, [...] accessit liber singularis de Origine & statu Feudorum pro moribus Galliae, liber singularis, in-4°, Toulouse, Colomiès, 1643.

252 Vie de M. d’Hauteserre, p. 87.

253 L’affaire concerne une tentative de captation d’héritage, à l’encontre de son fils Jean-Baptiste, résignataire d’un canonicat de la cathédrale de Cahors, détenu par son oncle maternel Jean Caussade. Ce dernier, dont « on ne connoist que trop la facilité & la simplicité », au moment d’effectuer la résignation, se vit enjoint à permuter son bénéfice contre un autre, moins productif. C’est alors que Jean-Baptiste d’Auteserre appelle de cette escroquerie contre ses auteurs, donnant lieu à un long contentieux. BM Cahors, Fonds Greil, no419.

254 BM Cahors, Fonds Greil, no 419, p. 6.

255 Rerum Aquitanicarum libri quinque, in-4°, Toulouse, Colomiès, 1648, 395 p.

256 Vie de M. d’Hauteserre, p. 86. Cela n’a rien d’extraordinaire, et l’on connaît d’autres cas de peregrinatio à l’époque moderne. En 1670, une délibération de l’Université tient quitte un docteur régent de son festin, en considération « du voyage que le Sr Tilhol a fait au pays Bas pour la Compagnie » (ADHG 16 D 5, pièce 3). En 1715, le chancelier d’Aguesseau permit au docteur agrégé Pontier d’aller enseigner à l’Université de Turin, pour le compte du roi de Sardaigne, bien qu’il ne fût pas encore régent, cf. A. Deloume, Aperçu historique sur la Faculté de droit de Toulouse, Maîtres et escoliers de l’an 1228 à 1900, Toulouse, 1900, p. 145.

257 Vie de M. d’Hauteserre, p. 86.

258 Vie de M. d’Hauteserre, p. 88.

259 Le recours à ces nominations directes était fréquent depuis la fin du XVIème siècle, cf. H. Gilles, « La nomination des régents à la Faculté de droit de Toulouse au XVIème siècle », dans N. Dauvois (dir.), L’Humanisme à Toulouse (1480-1596), Paris, 2006, pp. 59-68.

260 Vie de M. d’Hauteserre, p. 164. Cette copie fut collationnée conforme au registre officiel, perdu depuis lors, et transcrite par L. Greil à la suite de la Vie de M. d’Hauteserre.

261 Vie de M. d’Hauteserre, p. 165.

262 Fermat écrivait à Séguier, le 9 juin 1648 (BNF, Fr. 17388, f° 74) : « Je scai que la vertu et le scavoir sont les seules recommandations qui peuvent obtenir vostre protection ».

263 ADHG, B 700, f° 216.

264 Vie de M. d’Hauteserre, p. 166.

265 Rodière, Notice..., p. 383. L’auteur souligne (η. 1) un trait remarquable du professeur : « Chaque professeur (pour les examens de licence et de doctorat) pouvait se faire remplacer par un docteur ; mais les registres font foi qu’Hauteserre était, de tous les professeurs de son temps, celui qui se faisait remplacer le plus rarement ». De plus, dans les années 1653-1664, il est choisi comme « père » par les étudiants de manière quasi systématique, cf. BUT, ms 9, Actes en droit. 1653-1664.

266 BUT, ms 8, Registre des licenciés et docteurs, 1639-1653, f° 259 v°.

267 Vie de M. d’Hauteserre, p. 88.

268 E. Sol (éd.), Alain de Solminihac, Lettres et documents, Cahors, 1930, p. 423. La lettre est conservée aux Archives de l’Archevêché de Cahors, Fonds Solminihac, liasse II, no 53. En 1657, il l’évoque dans ses Rerum, t. 2, p. 218, « Alano de Solminiaco [...] vitae sanctitatae & abstinentiae lande melioris aevipatribus comparando ».

269 Dissertationes, Opera, t. 9, Praefatio, pp. 1-2.

270 Vie de M. d’Hauteserre, p. 89.

271 Vie de M. d’Hauteserre, p. 89.

272 Dissertationum iuris canonici, liber quintus & sextus de parochiis, deque officio & potostate Parochi, Toulouse, chez Colomiers, in-4°, 146 p. L’éditeur napolitain Marotta dira : « Communis ferme est eruditorum sententia, inter opera viri celeberrimi Antonii Dadini Alteserrae eminere maxime juris canonici dissertationes, sive eruditionis copiant, sive acumen & judicium, quo scripta sunt », Dissertationes, Opera, t. 9, p. III.

273 Nous n’avons trouvé que quelques traces de son activité au Palais, sans qu il se désigne luimême comme avocat. Le 27 mais 1647, il est procureur et syndic de l’abbé de Figeac dans une affaire l’opposant à l’évêque du lieu, Alain de Solminihac (ADHG, 3 E 3913, 2ème partie, f° 183 v°). En 1650, il fait partie des trois arbitres, « docteurs ès lois et avocats au parlement de Toulouse », chargés de mettre un terme au conflit opposant le marquis de Saint-Sulpice aux chanoinesses d’Espagnac (Corrèze), cf. Abbé Blanchet, « Histoire de l’abbaye royale de Notre-Dame de la Couronne. Livre III », Bulletin de la société archéologique et historique de la Charente, 5ème sér., t. X, 1888, p. 118. Le 12 janvier 1667, « Mr anthoine Dadine Sr dautheserre de Salvezou professeur ez droits en l’Université de Tolose » adresse une supplique au « senechal de Tholose », en faveur de Marie de Malgasc, veuve Massouigue, dans une affaire de « cachettemant des coffres quy sont dans la maison », car « depuis il a esté trouvé un testament de lad. De Malgasc de l’annee 1645 » (ADHG, 3 E 467, II, f° 141). En 1672, il rédige un mémoire pour David-Nicolas de Bertier, abbé de Belleperche (évêque de Blois en 1674), en faveur du « droit de prémisses réclamé par les religieux de Belleperche aux habitants de Cordes qui invoquaient la prescription », cf. P. Fontanié, « Monographie de l’abbaye de Belleperche », Recueil de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Tarn-et-Garonne, 2ème sér., t. IV, 1888, p. 300.

274 Comte Bégouen, « A propos de la « Scientia media » du P. Annat », Bulletin de la Société archéologique du Midi de la France, 2ème sér., no42-43, 1914, pp. 73-76. Sur cette affaire, voir les deux articles de L. Vié, « Un incident à l’Université de Toulouse en 1645 à propos de la censure du livre « De scientia media » », et « Quelques précisions au sujet de l’affaire (déjà exposée) du livre « De scientia media » », dans Bulletin de la Société archéologique du Midi de la France, 2ème sér., no40-41, 1913, pp. 313-319 et 389-393.

275 Fr. Annat, Scientia media contra nouos eius impugnatores defensa, Editio altera, Paris, 1662, Approbatio Professorum Theologiae Universitatis Tolosanae.

276 Rerum aquitanicarum libri quinque qui sequuntur quibus continentur gesta regum & ducum aquitaniae, a Clodoveo ad Eleenoram usque, Toulouse, chez Colomiers, in-4°, 532 p.

277 Vie de M. d’Hauteserre, p. 90.

278 BM Cahors, Fonds Greil, no 419, « Factum pour Maistre Jean Baptiste Dadine Auteserre, Diacre & Chanoine en l’Eglise Cathedralle de Caors [...] », p. 2. Auteserre prit à cœur ses engagements universitaires. Plusieurs fois recteur de l’Université, il lutta vaillamment pour qu’elle recouvrât ses finances, obérées depuis l’annulation d’une rente de 2000 livres, par un vote des prélats assemblés en 1650 (BMT, ms 659, f° 136 v°). Ainsi, dès le 20 juillet 1652, il avait signé une requête « tendant à ce qu’il plaise a la cour [des comptes, aydes et finances] ordonner le règlement des livres qui luy [André Laudon, religieux augustin docteur regen en saincte theologie] ont esté expédiés par ladite Université » (ADHG, 16 D 10, pièce 28). En « l’an 1654 et le 18ème jour de Juin [...] M. Me anthoine Dadine Dautheserre professeur ez droits et docteur regent en l’Université de Tholose et Recteur d’icelle [...] assemblés par ledcit Sieur recteur pour délibérer des affaires de ladite Université dans la maison dudict sieur de Maran, sur le rapport qui leur avoit esté faict [...] pour le Recouvrement de la somme de quatre mil huit cents nonante une livres treize soulz six deniers » (ADHG, 3 E 5295, I, f° 97-98). Le 4 juillet suivant, Auteserre, peut-être parce qu’il connaissait la pratique des Cours des aides, « a revoqué et revoqué Me Jean Bernard procureur en la souveraine cour des aydes, comptes, finances a Montpellier, ni veult quil occupe plus en l’instance que ladite Université a par devant ladite Cour [...] et constitue Me Pujol procureur en la même cour pour et au nom de ladite Université continuer les proces » (ADHG, 3 E 5295, I, f° 101 r/v°). Le 19 octobre 1658, il charge Paul Conte de « recevoir de MM les archevêques, évêques, abbés, prieurs et autres Benefficiers subjets aux pentions establies a ladite Université » les sommes qu’ils doivent (ADHG, 3 E 5299, reg. Lunel, 1658, f° 92). En 1659, sera même imprimé un Département des sommes dettes annuellement aux Docteurs Regens & autres Officiers de l’Université de Tolose, Par Messieurs les Archevesques, Evesques, Abbez & autre beneficiez (BMT, ms. 659, f° 113), consignant tous les droits des universitaires. Le 1er août 1659, il lui est donné procuration, par le recteur Duvergier, quant à l’instance engagée au Conseil du Roi contre l’évêque de Rieux (ADHG, 3 E 5300, I, f° 91). Le 26 décembre 1663, il donne quittance à l’abbé de Gaillac pour le versement d’arrérages de rente (ADHG, 3 E 465, I, f° 232). En 1665, « le 26ème jour de septembre après midy dans Tolose regnant Louis par la grâce de Dieu, Roy de France et de Navarre, par devant moy No[tai]re Constitué en personne, dans sa maison Monsr Me Antoine Dadine Sr dauteserre professeur ez droicts en l’Université de Tolose et vice-recteur d’icelle, lequel en cette qualité et en conséquence du pouvoir a luy donné par les délibérations de ladite Université des premier et 15ème du mois courant, a fait et constitué son procureur [...] Me Bernard du Verger aussi professeur ez droits et a presant recteur de la même Université, presant et acceptant pour et au nom de ladite Université se transporter en la ville de Montpellier et partout ailleurs ci besoing sera a l’effet de veoir Mgr de Bezon [...] et le prier d’avoir la bonté d’escrire son advis au Roy [...] sur le contenu au places qui sont presenté a S.M. au nom de ladite Université et de la poursuivre son chemin jusques en la ville de Paris [...] pour y faire toutes les poursuites qu’il jugera necessaires tant en ce qui regarde les susdits places presentes a S.M. que autres demandes faites et a faire contre M. l’Evêque de Rieux comme débiteur de ladite Université [...] sujet et contribuable a la pension de 2000 livres etablie sur tous les evechés et autres Benefices du ressort du Parlement de Tolose » (ADHG, 3 E 467, f° 189). Toujours dans cette affaire, « donne encore pouvoir le même sieur dauteserre en lad. Qualité au même Sr duVerger de viziter en passant M. l’ev. d’alby et après luy avoir presenté les respects de la Compagnie et luy avoir temoigné le deplaisir qu’Elle a de se trouver obligée de plaider contre luy le suplier très humblement de sa part de vouloir terminer ce proces et d’avoir la bonté pour une compagnie qui travaille incessament pour le public, qui respecte comme Elle doit son charactère et qui a une consideration très particulière pour sa personne. Et a cet effect donne led. Sr Dauteserre [...] plain pouvoir de terminer a l’amiable si faire se peut le proces qui est pendant avec led. Seignr Evêque d’Alby pour raison de sa part et portion de la susd. pention et traitte, et recevoir payement tant de la rente courante et arrerages d’icelle que depens tant du Conseil que du Parlement de Tolose [...] Comme aussi [...] a l’egard des autres Seigneurs prelats ou Beneficiers ». Ce conflit semble se terminer par un arrêt du Conseil, du 8 janvier 1666, donnant raison aux professeurs et obligeant les évêques à payer leur rente (BMT, ms 659, f° 141 v°). Mais le 27 avril 1666, l’Université est encore contrainte de députer un régent à Paris pour obtenir que « les arrests tant du Conseil que du Parlement touchant ladite pension de 2000 livres seront exécutez » (ADHG, 16 D 5, pièce 2). Le 25 janvier 1668, Auteserre obtient d’un évêque « la somme de 250 livres 5 sous tournois » et une pension annuelle de 25 livres (ADHG, 3 E 470, II, f° 19 v°). Cette même année, il délivre deux quittances de payement des arrérages de rente aux évêques de Tarbes et Comminges (ADHG, 3 E 470,I, f° 238 et 246). L’année 1670 est encore chargée, et le 15 février, il donne procuration à Claude de Tilhol, régent en droit, pour aller à Montpellier recevoir un payement des rentes (ADHG, 3 E 472, I, P 36). Le 21 juin, il donne procuration pour obtenir le montant des rentes dues par l’évêque de Nîmes (ADHG, 3 E 472,I, f° 162). En 1674, il est encore mandaté par l’Université pour « prendre exiger de Messeigneurs les Evecques de Viviers, Mende, Dupuy en velay et des abbés et autres contribuables [...] les pentions et arrerages dicelles qui sont par eux deues alad Université et d’en donner quittance et descharge valable et en deffaut de payement uzer de saisies et faire toutes poursuites necessaires a l’effet dud. payement » (ADHG, 3 E 476,I, f° 135). Les conditions matérielles de l’Université sont encore visées quand, le 18 novembre 1663, il rédige un acte par lequel il « somme le sieur Galien de choisir des experts pour évaluer le dommage causé par la chute et ruine d’un sien bâtiment au bâtiment voisin appartenant à l’Université dans le lieu d’Auzielle - Arch. not., Balaguier, no 465, II, f° 208 », cf. R. Gadave, Les documents sur l’histoire de l’université de Toulouse et spécialement de sa faculté de droit civil et canonique (1229-1789), Thèse droit, Toulouse, 1910, p. 254, no 850 bis.

279 J. Verger, « Les privilèges personnels des maîtres et des étudiants dans les universités européennes du Moyen Age et de l’Ancien Régime », dans B. Dölemeyer ET H. Mohnhaupt (dir.), Das Privileg im europaïschen Vergleich, band 2, Francfort, 1999, (lus Commune, 125), p. 176.

280 BM Cahors, Fonds Greil, no420. Factum pour Me Anthoine Dadine, p. 3

281 Vie de M. d’Hauteserre, p. 91. Un autre témoignage de l’estime de Lamoignon pour Auteserre réside en sa possession de divers ouvrages du toulousain, dont le De ducibus et comitibus, aux dires de Fr.-A. Aubry dans le Bulletin du bouquiniste, 1863, p. 710. Ce livre ne se retrouve pas dans la bibliothèque de son arrière-petit-fils, cf. Catalogue des livres de la bibliothèque de feu Chrétien-Guillaume Lamoignon, Paris, 1797.

282 De fictionibus juris tractatus quinque quibus accessit solemnis praelectio ad L. cum societas, ff pro socio, Paris, in-4°, 181 p.

283 Vie de M. d’Hauteserre, p. 92.

284 Vie de M. d’Hauteserre, p. 94.

285 Vie de M. d’Hauteserre, p. 95.

286 Vie de M. d’Hauteserre, p. 95.

287 Vie de M. d’Hauteserre, p. 96.

288 Sur ce sujet, D. Montariol, Les droits de la Reine : la guerre juridique de Dévolution (1661-1674), Toulouse, Thèse droit, 2005,2 vol. , dactyl. L’auteur écrit, t. 1er, p. 37 : « Nous ignorons quel manuscrit a pu être l’œuvre de ce juriste mais si nous devions nous prononcer, nous porterions notre choix sur la Consultation sur la renonciation de la Reyne Marie-Thérèse à la couronne d’Espagne (s.l.n.d., 96 feuillets, Man. Fr. 13645). En effet, cette consultation est tout à fait isolée dans l’esprit qui la sous-tend. L’auteur n’a pas cherché à soutenir envers et contre tout le droit du roi de France, mais a donné une analyse juridique assez honnête et qui révélait non seulement de solides connaissances juridiques mais aussi la connaissance de travaux antérieurs sur les droits de la reine ». Ce manuscrit comporte deux écritures, celle d’un scribe principal, et celle d’un annotateur. Or, ni l’une ni l’autre ne correspondent à celle de notre auteur. De plus, dans les passages qu’il consacre à ce problème, Auteserre ne se montre pas partisan d’une voie moyenne, mais soutient totalement le roi de France, comme nous le montrerons ciaprès (Chap. 2, section 1). Enfin, une lettre du principal maître d’œuvre du Traité des droits de la Reine, l’abbé Bourzeis, adressée à Colbert et malheureusement non datée, fait mention de « l’escrit latin du docteur de Toulouse sur le Mariage de la Reyne Mère » dont il aura soin « de le faire chercher par tout car il serait bon de voir de quel biais il prend cette affaire » (BNF, Baluze 336, f° 5 v°). Y. Noro, Un littérateur face aux évènements du XVIIème siècle. Amable Bourzeis et les évènements dans sa biographie, Thèse lettres, Clermont-Ferrand, 2006, p. 347, suppose qu’il est fait référence au traité de Doujat, or ce dernier est parisien depuis 1639, et l’on voit mal comment on pourrait appeler Doujat « docteur de Toulouse » quand ce dernier est professeur au Collège royal depuis 1651 et docteur régent à la Faculté de droit depuis 1655. Auteserre est le seul toulousain connu dont il soit fait mention dans cette affaire, et tous ses ouvrages ou opuscules furent écrits en latin, ce qui conforte notre hypothèse.

289 Vie de M. d’Hauteserre, p. 100. Voir aussi Eloge, pp. 301-302.

290 Vie de M. d’Hauteserre, p. 100. De plus, en 1670, il fut chargé de prononcer la préleçon solennelle de rentrée du 17 octobre, préleçon latine que faisaient les professeurs à tour de rôle la veille de la Saint-Luc, jour inaugural des études. Et que prit-il pour sujet ? La « loi » Pactum dotali, 3 de collationibus au Code [C. 6, 20, 3], expliquée « d’une manière très savante et très agréable [...] dont l’espèce a un entier raport avec la question de la Reyne »,

291 Un Mémoire présenté par MM. les Recteur et pro fesseurs de l’Université de Toulouse à MM. les Capitouls, pour être communiqué au Conseil de ville, le 5 juin 1753 (AMT GG 843), rappelle opportunément : « Les professeurs de l’Université de Toulouse jouissoint autrefois de l’entière exemption des tailles de leurs biens, en quelque lieu qu’ils fussent citués. Ce privilège accordé par nos Roys à Cette université avoit été confirmé par plusieurs arrets du Conseil mais enfin le 8 août 1641, un nouvel arret du Conseil priva l’Université de cette prérogative ». Effectivement, cet arrêt « revoque les privileges d’exemption dont avoint jouy jusqu’alors les professeurs de l’Universite de toutes impositions des tailles, droits d’entrèe des grains, vin etc », à charge pour la ville de verser une « pension ou gratification annuelle » (ADHG, 16 D 2, pièce 33). Dans une lettre adressée à Séguier, le 20 mars 1647, Marca revient incidemment sur cette question : « Mgr, l’obligation que j’ay d’honorer l’Université de Toulouse, qui est la mère de mes études, m’oblige à vous supplier très humblement de la favoriser de vostre protection en la dispute qu’elle a avec le Présidial sur les rangs [...] Le seul moyen qui reste à ce corps là, pour se maintenir, c’est de lui conserver l’honneur, après qu’il a esté privé de l’exemption de la taille » (J. Bonnet, « Lettres inédites de Marca (suite) », Revue de Gascogne, 1910, t. X, pp. 223-224). Le 20 février 1659, une « délibération prise en conseil de ville » vint adoucir partiellement cette rigueur, en remplacement de la pension : « lesd. Capitouls sont autorisés, eux et leurs successeurs à passer annuellement à MM. de l’Université leur cinq 6ème desdites impositions et ce qui comprenoit non seulement les tailles des biens possédés par les professeurs en la ville et gardiage [de Toulouse] mais encore les droits d’entrée des grains, vin, etc ». Ce système claudicant sera dénoncé par une délibération de l’Université en 1695.

292 PH. Tamizey, Lettres..., XI, p. 34.

293 Brevis et enucleata expositio in institutionum Justiniani libros quatuor, Toulouse, chez Helie l’Eglise et Etienne Trevenay, in-4°, 477 p.

294 Commentarius perpetuus in singulas decretales Innocenta III. quae per libros quinque decretalium sparsae sunt, Paris, veuve Lamy et Billaine, in-folio, 637 p. Marotta le présente ainsi : « Inter ceteras viri summi lucubrationes maxime commentarius iste eminet : conveniunt enim viri docti, neminem esse inter omnes decretalium pontificiarum commentatores, qui cum Alteserrae comparari mereatur, tantum abest, ut eum superarepoterit » (Innocent III, Opera, t. 10, p. III).

295 Le futur bibliothécaire de Colbert avait été étudiant à Toulouse, au collège Saint-Martial, de 1646 à 1653, « stipendiarius [...] factus est carus eminentissimis juris professoribus qui Tolosae florebant, i.e. Petro Casanovae, Petro Possino, Antonio Dadino Alteserrae, simulque Carlo de Montchal, archiepiscopo » (Ch. Godard, De Stephano Baluzio Tutelensi, libertatum ecclesiae gallicanaepropugnatore, Thèse lettres, Paris, 1901, p. 1).

296 PH. Tamizey, Lettres..., II, p. 26.

297 PH. Tamizey, Lettres..., IV, p. 27.

298 Notae & Observationes in XII libros epistolarum B. Gregorii Papae, hujus nominis I. cognominis Magni, Toulouse, Bosc, 1669, in-4°, 336 p.

299 P. Ewald, L. M. Hartmann, Gregorii Ipapae Registrum epistolarum, MGH, Ep. 2, Berlin, 1891-1899. Il y a dix-neufs notes reprises de l’édition des Mauristes (pp. 7, 8, 56, 62, 85, 92, 93, 110, 159, 175, 198, 200, 201, 212, 213, 218, 220, 221, 240, 279), et une (p. 346) puisée directement par Hartmann dans les œuvres d’Auteserre.

300 Vie de M. d’Hauteserre, p. 101.

301 Vie de M. d’Hauteserre, p. 101.

302 Ces lettres se retrouvent dans les œuvres complètes de Launoy, Opera omnia, Genève, 1731, t. 5, pars 2a, lib. 7, ep. 1, pp. 412-430 ; ep. 2, pp. 430-440. 11 reviendra encore sur ce sujet : ep. 12, pp. 525-552.

303 Ecdicus Gregorii papae C. V. Ludovico Nubleo Advocato in senatu Parisiensi, epist. 2, s.l., 1671, et Reverendo Patri Petro Possino Prebytero Societatis Jesu, Toulouse, 1671, chez Pech. Ces lettres connurent une diffusion restreinte, dont il ne demeure qu’un ou deux exemplaires dans les bibliothèques publiques. Les deux lettres Ecdicus furent réimprimées dans les œuvres complètes de Launoy. La lettre au P. Poussines est reproduite en annexe.

304 Ludovico Nubleo in Senatu Parisiensi Advocato, Ant. Dadinus Alteserra S.D. La lettre commence par De re Ascetica. Nous n’avons pu localiser cet opuscule très rare qu’en un seul endroit, inséré à la suite de l’Asceticon, dans l’exemplaire détenu par l’Université de Gand, (BIB.HIST.006166). Lettre reproduite en annexe.

305 Rodière, Notice..., p. 383.

306 Vie de M. d’Hauteserre, p. 101.

307 Constitutio Constantini, de episcopali judicio, vindicata adversus Jac. Gothofredum antecessorem Genevensem, in-8. Nous n’avons retrouvé, après plusieurs années de recherche, qu’un seul exemplaire de cette lettre, à la Biblioteca Casanatense de Rome, sous la cote Misc. 2021, 13 (Bibliothecœ Casanatensis catalogus librorum typis impressorum, Rome, 1761, p. 143, ancienne cote : Mise. 610). Nous devons la photographie de ce texte à l’extrême obligeance de Sabina Fiorenzi, conversateur en charge des informations bibliographiques. Nous reproduisons cette lettre en annexe.

308 Vie de M. d’Hauteserre, p. 101.

309 Asceticon sive originum rei monasticae libri decem, Paris, chez Billaine, in-4°, 500 p.

310 Praefatio auctoris, non paginée. Franciscain né à Montalzat au milieu du XVIème siècle, gardien du couvent de Bordeaux en 1598, ministre de la province de Guyenne de 1600 à 1603, prieur du grand couvent de Toulouse en 1615, tué par un fou à Moissac en 1625, lors de la visite de la Reine mère. C’était un « habile controversiste et prédicateur renommé », s’étant fait « une spécialité dans la littérature anti-protestante », cf. M. Maurières et G. Passerat, 800 auteurs. Dix siècles d’écriture en Tarn-&-Garonne, Dictionnaire bio-bibliographique, Montauban, 1992, p. 17, v° Albespin. Il a laissé un souvenir vivace dans son ordre, comme en témoigne l’élogieuse notice à lui consacrée dans L. Wadding, Scriptores Ordinis Minorum. Quitus accessitSyllabus illorum [...], Rome, 1650, p. 262 : « NICOLAUS ALBASPINA, Gallus, magni Conventus Tolosani Guardianus & Minister provinciae Aquitaniae, vir Latine & Graece doctus, in dicendo promptus, in scribendo facilis, aliquantum inconstans in viis suis, modo ad laxiorem, modo ad strictionem Observantiae normam deflectens, scripsit Gallice [sic, pro Latine] ». S’ensuit une liste de sept titres latins, suivis de la mention : « Alia plurima opuscula lingua Gallica ». Ces ouvrages sont extrêmement rares, la BNF étant la seule bibliothèque publique à posséder un unique exemplaire d’un Commentarius de reformatione, Toulouse, 1610, non répertorié par Wadding. Son petit-neveu, après avoir raconté son assassinat par un « malade frenetique » qu’il allait confesser, lui rend un bel hommage : « grand homme dont le nom ne mourra jamais par l’estime que les religieux de cet ordre font de ses ouvrages », Vie de M. d’Hauteserre, p. 81.

311 Cet ouvrage impartial dénote de certaines exagérations dont l’époque était coutumière, comme le rappelle opportunément David Clément dans sa Bibliothèque curieuse historique et critique, ou Catalogue raisonné des livres difficiles à trouver, Göttingen, 1750, t. 1, p. 223 : « Il ne s’arrête point aux Origines fabuleuses des Ordres Monastiques. Il ne va point chercher un Minime dans la famille de Jacob, Gen. 42 v. 15 où Joseph dit à ses frère : “non egrediemini hinc, donec veniatfrater vester minimus”. Il ne trouve pas l’origine des Carmes en Elie & Elizée qui avoient leur retraite sur le Mont-Carmel & il est bien éloigné d’embrasser le sentiment d’un Augustin, qui disputant publiquement avec un Mathurin de l’ancienneté de leur Ordre : ne voulut pour le confondre que lui citer un Traité d’un de leurs Pères qui a pour titre Augustinus supra Trinitatem. Il ne remonte pas au delà du tems de Dioclétien et de Decius : & prétend que plusieurs Chrétiens se retirèrent dans les solitudes de l’Egypte pour éviter les cruautés de leurs persécution ; & qu’ils y menèrent une vie sainte ». Tel était déjà le jugement assuré de Louis-Ellies Dupin, dans sa Bibliothèque des auteurs ecclésiastiques du dix-septième siècle, Partie troisième, Paris, 1708, p. 283.

312 PH. Tamizey, Lettres..., XI, p. 34.

313 « Et afin de renouveler les statuts et réglemens, tant de la faculté de Paris que des autres, et de pourvoir à la discipline desdites facultés, à l’ordre et distribution des leçons et à l’entretien des professeurs, voulons et ordonnons qu’après la publication qui sera faite des présentes, il sera tenu une assemblée dans chacune desdites facultés, en présence de ceux qui auront ordre d’y assister de notre part, pour nous donner avis sur toutes les choses qui seront estimées utiles et nécessaires pour le rétablissement desdites études du droit canonique et civil », dans Isambert, Recueil général des anciennes lois françaises, t. XIX, p. 197.

314 Bibliothèque de l’Arsenal, ms 5759, fi 21. Ce manuscrit composite est entièrement consacré à l’Université de Toulouse, et contient des pièces de premier ordre que l’on ne trouve pas ailleurs.

315 Bibliothèque de l’Arsenal, ms 5759, fos 49-58. Ces motifs datent du 26 novembre, comme l’indique Froidour : « Les Professeurs de la Faculté de Toulouse par un résultat du 26 novembre 1679 avoient fait un projet de Règlement fort court par le petit nombre et par la briefveté des articles qu’il contient », Bibliothèque de l’Arsenal, ms 5759, f° 77. Ils sont signés par les six professeurs, à savoir : « Auteserre, recteur ; Maran ; Majoret ; Duverger ; Tilhol ; Taillasson ». Cet ordre d’ancienneté est corroboré par Froidour, dans son Mémoire touchant la Faculté de Droit de l’Université de Toulouse, daté du 1er décembre 1679 : « La Faculté de Droit es l’Université de Toulouse est composée de six docteurs Professeurs. L’ancien est anthoine Dadine de hauteserre, le 2nd Jacques de Maran prestre et grand archidiacre de Toulouse, le 3è Jean Majoret prestre, le 4è Bernard du Verger, 5è Claude Tilhol, 6è Jean Raymond Taillasson », Bibliothèque de l’Arsenal, ms 5759, fo 61.

316 Bibliothèque de l’Arsenal, ms 5759, f° 77.

317 Déclaration du roi du 25 janvier 1680 en faveur des professeurs ayant régenté durant sept ans ; Déclaration du roi du 26 janvier 1680 pour amplifier à l’édit du mois d’avril 1679 ; arrêt du Conseil d’Etat 23 mars 1680 « portant établissement de docteurs agrégés dans les facultés de droit du Royaume » ; arrêt du Conseil privé du roi du 9 août 1680 octroyant « le privilège de pouvoir plaider en première Instance en la Sénéchaussée ». Les diverses remarques figurent dans Bibliothèque de l’Arsenal, ms 5759, fos 90-95 ; 98-103 ; 106-116 ; 141-142.

318 C. Dounot, art. cit., pp. 124-126.

319 PH. Tamizey, Lettres..., XII, p. 35.

320 Notae et observationes in Anastasium De Vitis Romanorumpontificum, Paris, chez Billaine, in-4°, 163 p. Il faut ici rejeter l’observation de Chr. M. Grafinger, Die ausleihe Vatikanischer handschriften und druckwerke 18. jahrhundert, Teil 1 : Biblioteca Vaticana, Studi e testi, vol. 406, Vatican, 2002, p. 289, n. 5. A propos d’une correspondance entre Giusto Fontanini et Carlo Maielli au sujet de l’œuvre dudit Anastase (Bibl. Apost. Vatican., 33, fos 513-520), elle identifie le « medesimo libro già stampato in Parigi » avec les notes d’Auteserre. Or notre auteur ne reproduit pas le texte originel. Celui-ci avait, en revanche, été imprimé à Paris en 1649, au format in-folio, par Charles-Annibal Fabrot. L’édition princeps, due au P. J. Sirmond, date de 1620.

321 Il fut enregistré par Charles Angot le 18 décembre 1679. BNF, Fr. 21946, Registre des privilèges accordés aux auteurs et libraires, f° 95 : « No 729 Mr Authsserre a Thoulouse. Le 18me decembre 1679. Le Sr Anthoine autheserre professeur en droict et doyen de nostre universite de Thoulouse nous a presente un privilege a luy acorde par SM pour son livre qui la compose intitulé Notae et observationes in anastasium [...] pour six années donne a St Germain le vingt troisieme davril 1679 ».

322 Vie de M. d’Hauteserre, p. 102.

323 Vie de M. d’Hauteserre, p. 103.

324 Notae et observationes in X libres Historiae Francorum B. Gregorii, Turonensis episcopi, et supplementum Fredegarii, Toulouse, chez Pech, in-4°, 414 p. Les mauristes jugeront qu « Il est bon d’avertir qu’Antoine Dadin d’Hauteserre professeur de Doïen de l’Université de Toulouse, a fait sur cet ouvrage de sçavantes observations qui furent imprimées à Toulouse [...] l’an 1679 », Histoire littéraire de la France, nouvelle édition, t. 3, Paris, 1876, p. 382.

325 Recitationes quotidianae in Claudii Tryphonini libros XXI Disputationum et varias partes Digestorum et Codicis, Toulouse, 1679, chez Pech, in-4°, 720 p. Le second volume de droit romain parut en 1684, sous le titre Recitationes quotidianae in varias partes digestorum & codicis, Toulouse, in-4°. Son fils Jean-Antoine s’était chargé de le faire imprimer chez B. Guillemette. Dans une lettre adressée à Gaspard de Fieubet, premier président du parlement de Toulouse, le 21 mars 1684, il rappelle leur estime réciproque et vante les mérites de son père, avant d’écrire : « Cela m'oblige Monsieur de vous envoyer le second volume de ses lectures sur le droit civil que j’ay achevé depuis peu de faire imprimer » (BM Cahors, Fonds Greil, no 134 Œuvres meslées, f° 60).

326 Vie de M. d’Hauteserre, p. 103.

327 De Fictionibus juris, pars secunda complectens VI. et VII. tractatum, Paris, chez Billaine, in-4°, 136 p.

328 In libros Clementinarum commentarii, quibus accessere sex praelectiones solemmnes habitas pro instaurandis scholis, Paris, chez Billaine, in-4°, 142 p. Son fils indique (Vie de M. d’Hauteserre, p. 103) que le retour se fit « le mois d’aoûst de lannée 1680, par un chaud aussi violent que le froid avoit été grand lorsqu’il y étoit allé ». Pourtant, Auteserre signa le 2 juillet 1680, avec ses collègues toulousains, des « Articles suivant l’arrêt du 23 mars 1680 », cf. Bibliothèque de l’Arsenal, ms 5759, fos 90-95.

329 Vie de M. d’Hauteserre, p. 153.

330 Vie de M. d’Hauteserre, p. 154.

331 BUT, ms 63, Procès-verbaux des actes en droit, 20 février 1682-23 décembre 1702, f° 2v°. Dans ce registre, il n’est pas fait mention des matières examinées, mais seulement du vote des professeurs. Les étudiants sont généralement reçus à l’unanimité, sauf exception, par exemple « etant admis par le suffrage de six et deux au renvoy », BUT, ms 64, f° 103 r°.

332 BUT, ms. 56, Registre des bacheliers en droit, juillet 1681-juillet 1721, P 8v° : « Discretus vir Georgius Joly oriundus ex urbe divionensi, dioecesis Lingonensis, fuit factus baccalaureatus in utroque sub Dño Dauteserre die vigesima quinta mensis julii 1682 ». Dijon relevait, jusqu’en 1731, de l’évêché de Langres. Auteserre est encore mentionné présent, dans les registres, jusqu’au 21 août.

333 Vie de M. d’Hauteserre, p. 155.

334 Une coquille s’est glissée dans l’article d’A. Des Rochettes, art. cit., p. 75, qui indique la date du 27 avril 1682, tout comme chez Ph. Tamizey, Lettres..., p. 21.

335 « Le 28 aout 1682, après midi dans la maison de feu noble Antoine Dadine Ecuyer Sr Dauteserre et autres lieux [...] ont été en leur personnes Mr Me Jean Baptiste Dadine Sr de Salvezou Chanoine en l’église Catedralle de Cahors, Mr Mc Jean Antoine Dadine, Sr Dauteserre Conseiller du Roy en la Cour de Aydes de Montauban, noble estienne Dadine, Escuyer, et dame Jeanne Dadine espouse Mr Me Raymond de Lacoste [...] lesquels ont dit led. Sr Dauteserre leur pere estre decedé puis le jour dhier et avoir avant son decez remis son testament olograffe entre les mains [de Jean-Antoine] et comme il importe qu’il soit procede a l’ouverture et publication dudit testament, led. Sr Dauteserre Conseiller me la tout presentement remis clos et cacheté en quatorze endroits avec cire rouge du cachet et armes dud. Sr Dauteserre et ma requis de proceder », ADHG, 1 E 85, pièce 34. Auteserre avait fait plusieurs testaments, montrant à chaque fois son esprit religieux. D’abord par la date de confection, soit le 29 septembre 1666 (BM Cahors, Fonds Greil, liasse 15, pièces 8), fête de Saint Michel Archange, soit le 11 octobre 1673 (ADHG, 1 E 85, pièce 34), fête de la Maternité de la Très Sainte Vierge Marie. Un troisième date du 26 février 1672 (BM Cahors, Fonds Greil, liasse 15, pièces 9). Ensuite par leur préambule : « [...] Voulant disposer des biens qu’il a plu a Dieu me donner après avoir recommandé mon âme à la divine Majesté, a la sacrée vierge Marie sa mere et a mon bon ange gardien et mon bon patron St Antoine, et tous les sts et stes de paradis » (1673). Il avait ajouté quelques années plus tôt : « Et demandé très humblement pardon de mes péchés à sa divine majesté », et sollicité l’aide de la grâce divine : « Veux que le jour de mon deces on fasse dire le plus grand nombre de messes quon pourra pour le salut de mon ame » (1666). Il n’oublie pas d’unir la piété filiale à sa dévotion privée : « Donne et legue au St Suaire qui est venré en la chapelle de ce nom dans l’église cathedralle de Cahors la somme de 300 livres [...] a la charge pour le sindic du Chapitre de lad. Eglise de faire célébrer annuellement douze messes une au commencement de chaque mois pour le repos de mon âme et de celle des miens » (1673). Il laisse, aux mêmes fins, la somme de 300 livres au recteur des prêtres obituaires de l’église de la Daurade, à Cahors.

336 Testament olographe du 29 septembre 1666, BM Cahors, Fonds Greil, liasse 15, pièce 9 : « Au cas je decederai en ceste ville je veux estre ensevely en la chapelle de nazaret, au tombeau de la maison de La Roche » ; Testament olographe du 11 octobre 1673, ADHG, 1 E 85, pièce 34 : « Au cas je decederay en la present ville de Tolose veux être ensepvely en la chapele notre dame de Nazarèth avec feue damelle Jeanne de Caussade ma femme et mes enfans ». Cette question des obits fut réglée entre les prêtres de cette église et le vicaire général par un accord du 27 novembre 1680, « a cause du peü d’esmoluments qu’il a dans ladite Eglise, il n’y scauroit subcister, s’ils ne luy donnent quelque part aux obits », ADHG, 45 J 55, p. 48. Une confrérie « de ND de l’Annonciation » y avait été érigée en 1623, indulgenciée par Innocent X par bulle du 8 décembre 1647, cf. ADHG, 45 J 55, p. 63.

337 AMT, GG 261, f° 24.

338 Abbé Corraze, « A la chapelle Nazareth (visites et promenades) », L’Auta, nouvelle série, no 78, décembre 1935, p. 151.

339 Appelée communément la chapelle des italiens, sise 4, rue Féral (31000).

340 D’après le manuscrit de Drouyn.

341 L’on peut proposer cette traduction : Au glorieux Antoine Dadine d’Auteserre ; Professeur et doyen de l’Université de Toulouse ; De qui la naissance doit uniquement à l’antique et notable famille Dadine de Cahors ; Illustre érudit qui siège à l’école de Toulouse aux applaudissements de la France et du monde ; Ta renommée fameuse est inscrite pour toujours dans les cieux (s’il est permis d’inaugurer cette piété) ; La vertu de religion (brille chez toi) d’un feu pur, les mains toujours ouvertes aux miséreux ; (Témoignage) d’un fils triste au meilleur des pères. Il mourut le 28 août 1682, âgé de 81 ans.

342 Vie de M. d’Hauteserre, p. 158-160. Des variantes sont apportées par le texte de l’abbé Drouyn.

343 Vie de M. d’Hciuteserre, p. 155.

344 Vie de M. d’Hauteserre, p. 157.

345 Vie de M. d’Hauteserre, p. 157.

346 ADTG, 5 E 1857, f° 137.

347 Chr. Menges, La Cour des aides et finances de Montauban 1642-1790, Thèse droit, Toulouse, 1991, dactyl., t. 2, p. 354. L’auteur fait référence aux sources suivantes : BM Cahors, Fonds Greil, no 15 et AN, G7 397, Lettre du procureur général Dadine d’Hauteserre, 15 janvier 1710.

348 Ph. Tamizey, Lettres..., VII, p. 30.

349 Dissertationes, Opera, t. 9, Dédicace, p. 113.

350 Ecdicus Π, p. XXXV.

351 Dissertationes, Opera, t. 9, Dédicace, p. XVI.

352 Clémentines, Opera, t. 5, Dédicace, p. 159.

353 Recitationes, Opera, t. 8, vol. 2, Dédicace, p. 4. Il ajoutait avec un brin de flagornerie : « La chose, je l’avoue, dépasse l’entendement ».

354 Institutes, Opera, t. 7, Dédicace, p. XXIII.

355 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, Dédicace, p. XVIII.

356 Fictions, Opera, t. 6, Pars secunda, Dédicace, p. 76.

357 Bibliothèque de l’Arsenal, ms 5504, f° 74, Ouvrages à imprimer. Cette liste donnée par l’abbé Drouyn après la Vie de M. d’Hauteserre diffère de celle donnée par le fils d’Auteserre, reproduite à la suite de la version donnée par L. Greil. Les deux se complétant, nous en tirerons opportunément profit.

358 BM Cahors, Fonds Greil, no134, Œuvres meslées, f° 66, Lettre du 2 septembre 1689. Il écrit encore : « Je n’ay peu apprendre qu’avec un extrême plaisir que vous conserviez quelque estime pour la memoire et pour les ouvrages de mon pere, qui a esté un des plus passionnés serviteurs de feu mr le premr president. Je puis dire aussy qu’il l’honora d’une amitié tres particuliere et tres tendre, comme je l’ay autrefois appris de luy mesme, et depuis d’un grand nombre de ses lettres que j’ay trouvées parmi les papiers de mon pere ». Il loue encore la « profonde erudition de deffunt mon pere ».

359 BM Cahors, Fonds Greil, no134, Œuvres meslées, f° 67, Lettre du 13 juillet 1690.

360 Bibliothèque de l’Arsenal, ms 5504, f° 74.

361 P. Taisand, Les vies des plus célèbres jurisconsultes de toutes les nations, tant anciens que modernes... Nouvelle édition augmentée d’un tiers (par Cl. De Ferrière), Paris, 1737, p. 674.

362 J. Doujat, Praenotionum canonicarum libri quinque, Paris, 1687, p. 654.

363 Vie de M. d’Hauteserre, p. 163.

364 Dissertationes, Opera, t. 9, lib. 6, cap. 8, p. 159.

365 Préleçon no II, Opera, t. 5, p. 233.

366 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. 165, observation sur Lib. 8, cap. 15.

367 M. a S. Jsoseph, Bibliographia critica sacra et prophana, Madrid, 1740, t. 1er, p. 262, v° Antonius Dadinus Alteserra.

368 Dissertationes, Opera, t. 9, lib. 6, cap. 8, p. 157.

369 BNF, Baluze, 361, f° 1. Ph. Tamizey, Lettres..., II, p. 26, ne cite pas ce passage, rapporté inexactement par R. Corraze, « Etienne Baluze à Toulouse. Ses correspondants toulousains », Mémoires de la société archéologique du Midi de la France, t. 21, 1947, p. 172.

370 Claudius Tryphoninus, « contemporain de Papinien et de Paul, avec lesquels on voit qu’il était du conseil de l’empereur Sévère [...]. Il écrivit aussi sous Caracalla », R.-J. Pothier, Pandectes de Justinien, mise dans un nouvel ordre [...] traduites, Paris, 1818, t. 1er, p. 183. On a conservé de lui 72 fragments de ses 21 livres de Disputationes, et des notes sur les Digesta et Responsa de son maître Quintus Cervidius Scaevola, cf. M. Sixto, « Claudio Trifonino », dans R. Domingo, Juristas universales, t. 1,Juristas antiguos, Madrird-Barcelone, 2004, pp. 199-201.

371 L’éditeur donnait, dans le second tome, la table des matières des trois suivants, et le Journal des Savants ajoutait, le 11 septembre 1684, p. 315 : « Le 1. & 2. Volume de celuy-ci qui seront bientost suivis de trois autres [...] ».

372 BM Cahors, Fonds Greil, no 134 Œuvres meslées, f° 60, Lettre de son fils à M. de Fieubet, le 21 mars 1684 : « Il fit l’epistre que vous voyez a la teste de cet ouvrage, quil a adressé au Roy, quelques jours avant de mourir, et à Page de quatre vingts et un ans. Tous ceux qui l’ont veuë l’ont trouvée assez belle, pour avoir admiré la force et la netteté de son esprit dans un age si avancé et presque aux derniers moments de sa vie ».

373 Johann-August Bach, Historiajurisprudentiae romanae quatuor libris comprehensa [...] Novis observationibus auxit Aug. Cornelius Stockmann, Leipzig, 1807, p. 489.

374 G. Meerman, Conspectus novi thesaurijuris civilis et canonici [...] subscriptionis lege prodituri, La Haye, 1751, p. 68. Jean-François Forest, imprimeur versé dans le domaine juridique (Journal du Palais, Boutaric, Furgole, Catellan), fut élu capitoul en 1741, cf. [B. Farmian de Rosoi], Annales de la ville de Toulouse, dédiées au Roi, Paris, 1776, t. 4, Supplément, Règne de Louis XV, p. 163.

375 Recitationes, Opera, t. 8, p. IV. Nos recherches auprès des archives et bibliothèques suisses n’ont rien donné non plus.

376 Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 5504, f° 74.

377 Vie de M. d’Hauteserre, p. 163.

378 Ph. Tamizey, Lettres..., XI, p. 34.

379 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, p. XVIII.

380 Ph. Tamizey de Larroque (ed.), Lettres de Peiresc, t. 2, Paris, 1890, p. 925-929, lettre CCCCII, du 17 mai 1633.

381 Ducs, Opera, t. 5, lib. 2, cap. 2, p. 55.

382 Ducs, Opera, t. 5, lib. 2, cap. 5, p. 63.

383 Clémentines, Opera, t. 5, p. 210, commentaire sur 5,1, Inter.

384 Nouvelles de la République des Lettres, Mois de Mai 1685, Amsterdam, 1686, p. 578.

385 H. Basnage de Beauval, Histoire des ouvrages des sçavans, Mois de Novembre 1692, Rotterdam, 1692, p. 131. Les bénédictins chargés de collecter des informations en vue de l’Histoire du Languedoc n’étaient pas plus renseignés, cf. BNF, Languedoc, ms. 101, Biographies II, f° 43 : « Feu Mr de Hauteserre avoit composé un traitté de academiis et jurisperitiis que lon doit imprimer a paris ».

386 D. Simon, Nouvelle bibliothèque historique et chronologique des principaux auteurs et interprètes du droit Civil, Canonique [...], Nouvelle édition, Paris, 1692, p. 11. Le philologue allemand Christophorus Saxius se servit des travaux d’Auteserre, et confirme cette hypothèse : « Antonius Dadinus Alteserra, Jurisconsultus, Philologus, et Historicus Tolosanus [...] suaque industria veterum jurisconsultorum reliquiisprofuit », Chr. G. Saxe, Onomasticon literarium, Pars IVa,Paderborn, 1782, pp. 480-481.

387 Fr. Sacase, « Nouvelles recherches biographiques sur Jacques Cujas », Recueil de l’Académie de Législation de Toulouse, 1864, t. XIII, p. 429.

388 Ph. Tamizey, Lettres... pp. 36-38.

389 Voici ce qu’affirme Auteserre : « Feu M. du Verger, doien de cette université, m’a dit plusieurs fois que c’estoit une erreur de croire que M. Cujas eut jamais disputé aucune régence et que Forcatel l’eut emporté sur lui, et, de fait, il ne s’en trouve nulle mention dans le registre de l’université », Ph. Tamizey, Lettres... pp. 36-37. Tamizey ajoute à juste titre, η. 1, une donnée trop peu connue : « M. Dupré-Lasale déclare, après M. Benech, que Cujas n’a jamais échoué dans le concours dont le résultat a tant été reproché à la ville de Toulouse. Il rappelle qu’avant la destruction révolutionnaire des archives de l’université de Toulouse, Bernard Medon, en 1672, et l’abbé d’Hélyot, en 1771, avaient constaté que, dans les actes du concours, Cujas n’était pas nommé, que, par conséquent, il n’était pas sur les rangs. Le témoignage nouveau introduit dans le débat [...] qui est le premier par la date, est aussi le premier par l’importance ». Sur « l’affaire Cujas », v. les pages décisives de H. Gilles, « La succession des chaires à la Faculté de Droit de Toulouse au XVIème siècle », dans Université de Toulouse & Enseignement du Droit, XIIIème -XVIème siècles, Toulouse, 1992, pp. 286-288.

390 A. Bruneau, Supplément, contenant en Abbrégé, l’Institution & Fondation des Vingt Universitez de France & les Noms des Docteurs les plus connus dans le Droit Civil & Canon, leurs Actions principales, & leur Mort. Ensemble, le Catalogue des Commentateurs des Coutûmes, la Table des Avocats du Parlement. Avec des Remarques historiques & curieuses tirées des Ecrivains les plus approuvez pour l’intelligence de la Matière, Paris, 1686, p. 21.

391 J.-A. Piganiol de la Force, Description historique de la ville de Paris et de ses environs, Paris, 1765, t. 6, p. 126.

392 Sämtliche Schriften und Briefe: Allgemeiner, politischer und historischer Briefwechsel. Juni 1701 - Mäsrz 1702, Berlin, 2006, p. 137, Lettre no 90, du 29 décembre 1701. Il se félicite de l’impression de la Défense de la juridiction ecclésiastique, « a multis Ecclesiae proceribus hactenus impeditus, praelo subditus est ». Et s’interroge : « Et forte etiam typographi extorquebunt Vitam Alteserrae quant Cl. Pinsonius dudum a se compositam asservat ».

393 L. de Mas-Latrie, Dictionnaire d’épigraphie chrétienne, dans J.-P. Migne, Nouvelle Encyclopédie théologique, v. 31, Paris, 1852, t. 2, p. 110, v° Paris.

394 A. Bruneau, Supplément..., p. 59.

395 A. Bruneau, Supplément..., p. 138.

396 A. Bruneau, Supplément..., p. 334.

397 A. Bruneau, Supplément..., p. 340. L’on remarquera au passage que l’orthographe du nom Auteserre varie quatre fois en cinq citations.

398 Bruneau est bien infonné, car ce commentaire de seulement 4 folios n’existe qu’en manuscrit, à la BNF, dans la collection Dupuy, ms. 639, f° 165, « Ex dictatis Acostae, Tholosani iuris professoris, ad tit. de jure emphyteutico, l. I », cf. L. Falletti, « Jean de Lacoste », dans DDC, t. 6, col. 302.

399 A. Bruneau, Supplément..., p. 229.

400 Bibliothèque de l’Arsenal, ms 5504, f° 74.

401 BMT, ms 441, p. 12, cité par Chr. Chêne, L’enseignement du droit français en pays de droit écrit (1679-1793), Genève, 1982, p. 219, n. 298. L’auteur se trompe cependant d’attribution en affirmant : « Le manuscrit, datant de 1682, est contemporain de la mort de d’Hauteserre. Il s’agit certainement d’une allusion aux Notae et observationes in decem libros historiae Francorum Gregorii Turonensis et supplement. Fredegarii, Toulouse, 1679 ». Un autre manuscrit de ce cours (BUT, CTHDIP, D 212, p. 19), substantiellement identique, mais vraisemblablement plus récent d’une année, porte cette leçon : « La loy salique fut appellée de ce nom a francis saliis comme l’a tres brillament remarqué Mr d’Autesserre professeur de cette université dans le traité quil a fait depuis peu imprimer de la loy salique, extrait de ses mémoires du droit francois ».

402 Vie de M. d’Hauteserre, p. 83.

403 Il « avait pour sœur la maréchale de Thémines, et pour neveux Philippe Habert et Germain Habert, abbé de Cérisy, qui furent avec Conrart les premiers fondateurs de l’Académie savante devenue en 1635 l’Académie Française », L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique..., pp. 141-142. « L’evesque baron et comte de Caors, grand aumônier de Monsieur, frère du Roi » fit son entrée, sans hommage, le 7 octobre 1627, cf. Guyon de Maleville († 1614), Esbats sur le Pays de Quercy, Cahors, 1900, p. 317, cité par L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique... p. 142, n. 1. Il avait été consacré le 2 mai 1627, par Mgr André Frémiot, archevêque de Bourges, dans la chapelle des Récollets de l’ordre de Saint-François à Paris (Gallia christiana, Paris, 1715, t. 1, p. 150, cité par L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique... p. 152, n. 2). Sur la grande famille Habert de Montmort, voir Y. Labbé, « Une famille de noblesse de robe, Les Habert de Montmort, seigneurs du Mesnil-Saint-Denis (1543-1720) », Paris et Ile-de-France - Mémoires, t. 39, 1988, pp. 1-126. Sur l’évêque, ν. E. SOL, L’Eglise de Cahors à l’époque moderne, Paris, 1947, pp. 221-230.

404 L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique... p. 152.

405 E. Dufour, Etudes historiques sur le Quercy, Hommes et choses, Cahors, 1864, p. 211.

406 L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique... p. 156. L’auteur expliquait (p. 155) : « Nous ne possédons sur l’académie Habert que d’incertaines traditions recueillies dans les chroniques du XVIIIème siècle, et probablement recopiées par les historiens régionaux du siècle suivant. Le groupe académique qui s’est indubitablement constitué autour du savant évêque de Cahors n’a laissé ni procès-verbaux, ni mémoires ; aussi est-il difficile de donner, comme le voudraient certains, une liste approximative des académiciens, et bien moins encore une analyse de ses travaux ».

407 J. Doujat, Praenotionum canonicarum, Paris, 1687, p. 645.

408 Vie de M. d’Hauteserre, p. 83. L’on a malheureusement pas « tant » parlé que cela de cette académie savante, aucune monographie ni aucun article ne s’y référant directement. De plus, les auteurs y faisant référence manquent cruellement d’informations, tronquant à chaque fois le nom de l’évêque. J.-A. Delpon, Statistique du département du Lot, Paris, 1831, t. 1, p. 347, évoque Jean de Lacoste présidant une « société littéraire qu’avait formée, à Cahors, l’évêque Habert de Montenor ». Malinowski, Ephémérides historiques et patriotiques de Quercy, Cahors, 1887, p. 47, parle d’une « académie de sciences et belles-lettres, formée à cette époque par messire Pierre Habert de Montfort, évêque baron et comte de Cahors ». Il est toutefois bien possible que l’on ait jadis parlé de cette académie. Le fils aîné d’Auteserre, chanoine de Cahors, écrivit des Mémoires pour servir à l’histoire des évêques de Cahors, et ne manqua sûrement pas de faire référence à ce cénacle dont son père fit partie. Mais ce manuscrit est perdu.

409 BM Cahors, ms 3, Histoire de la Chartreuse de Cahors, f° 95, cité par L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique... p. 155.

410 ADTG, ms 4 (3), Histoire du Païs de Quercy, chap. LXVIII, pp. 609 s., cité par L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique... p. 202, n. 1.

411 v. Br. Basdevant-Gaudemet, « Lacoste », DHJF, pp. 448-449.

412 Vie de M. d’Hauteserre, p. 83.

413 Vie de M. d’Hauteserre, p. 84.

414 Eloge, p. 268.

415 E. Sol, L’Eglise de Cahors à l’époque moderne, Paris, 1938, p. 226.

416 Sur cet évêque érudit, v. F. Népote-Desmarres, « Charles de Montchal, archevêque de Toulouse (1628-1651) : contrastes et cohérence », dans D. Denis, M. Huchon, A. Jaubert, M. Rinn, O. Soutet (dir.). Au corps du texte. Hommage à Georges Molinié, Paris, 2010.

417 A. Gölnitzius, Ulysses belgico-gallicus, Leyde, 1631, cité dans la Revue des Pyrénées, 1893, p. 200.

418 v. Q. Epron, « Dupuy, Pierre », DHJF, pp. 288-289.

419 Innocent III, Opera, t. 10, p. 918, commentaire sur X, 5, 40, 20. Il écrit une fois de plus : « Selon Adémar, que j’ai intégralement transcrit d’après le manuscrit de Thou, quand je travaillais à mes choses aquitaines [...] », DJE, Opera, t. 1, lib. 2, cap. 10, p. 47.

420 Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, Proemium, p. 1. Le nom est souligné par Auteserre.

421 BNF, Dupuy, ms 791, f° 43, Lettre du 29 décembre 1643.

422 BNF, Dupuy, ms 791, f° 45, Lettre du 20 janvier 1644.

423 Caseneuve, dans une lettre envoyée à Dupuy au lendemain du décès de l’archevêque (BNF, Dupuy, ms 803, f° 245), donne un détail supplémentaire : « Vous avez perdu en Mgr l’Archevêque un parfait Ami qui portait dans son cœur vostre image bien mieux represantee que celle qu’il faisait gloire de monstrer entre les portraits des hommes illustres de sa bibliothèque ».

424 Lettre de Montchal à Holstenius, 14 août 1629 (Bib. Barberini, XLI1I, 176, no8), dans E. Müntz, « Lettres inédites de savants français à leurs confrères ou amis d’Italie XVII-XIXe siècles », Revue critique d’histoire et de littérature, 1882, t. 13, p. 372.

425 A. Auguste, Quatre lettres inédites de Peiresc, Bosquet. Tarin, Rigault à Charles de Montchal, archevêque de Toulouse, (Tiré à part du Bulletin de Littérature Ecclésiastique, novembre 1914), Toulouse, 1915, p. 5.

426 Ibid., p. 6.

427 Montchal « possédait une très riche bibliothèque qui contenait les ouvrages les plus rares en droit civil et en théologie ; elle comptait un grand nombre de manuscrits en hébreu, en arabe, en grec [...] l’archevêque les mettait très gracieusement à la disposition des savants, dont il se montra toujours l’appui et le père [...] Ce sont ces savants qui publièrent plusieurs des manuscrits contenus dans cette bibliothèque », G. Cayre, Histoire des évêques et archevêques de Toulouse, Toulouse, 1873, p. 371.

428 BNF, Baluze, ms 361, f° 1.

429 Par exemple, le Père Michel Lequieno.p., dans la préface qu’il donne de son édition des Opera omnia de saint Jean Damascène, l’appelle ainsi : « Vir eximiae eruditionis et rei litterariae studiosissimus », § 9. Il fut dédicataire, entre autres, de divers ouvrages de Combéfis, Molinier, Odon, Baluze, Ciron, Medon, Caseneuve, Auteserre.

430 P. Delattre, Les établissements des jésuites, Paris, 1956, t. 4, col. 1298, v° Toulouse [E. Jammet] : « Pour ne porter guère que sur l’antiquité, l’étude de l’histoire n’est pas plus négligée au collège de Toulouse que celle des sciences. De tous ceux qui s’en occupèrent, le plus éminent, le plus fécond aussi, fut le P. Pierre Poussines (1609-1686). Professeur de rhétorique à Toulouse et à Montpellier, le P. Poussines, que ses goûts d’érudition, ses découvertes heureuses, ses remarquables publications patristiques avaient déjà fait avantageusement connaître, fut appelé à Rome en 1654, pour y continuer l’histoire de la Compagnie [...] Il revint à Toulouse vers la fin de 1682, pour mourir en 1686. Grand pourvoyeur des Bollandistes, le P. Poussines entretenait une correspondance suivie avec la plupart des savants de l’Europe. La simple liste de ses travaux éveille l’idée d’une capacité surprenante de travail ». En outre, comme le confesse l’abbé Degert, « le goût persistant de la Renaissance, cet attachement prolongé aux formes de la pensée antique n’eut cependant pas, à Toulouse, l’effet qu’il avait souvent produit ailleurs : il n’éteignit pas, il n’affaiblit pas le sentiment religieux » (A. Degert, « Les lettres et les mœurs de la société toulousaine il y a trois cents ans », Revue historique de Toulouse, t. 1, 1914, p. 404).

431 Medon terminait une lettre adressée à Baluze le 24 août 1654 par ces termes : « Mr Auteserre vous salue » (BNF, Baluze, ms 359, f° 61). Trois mois plus tard, il rapproche dans une même salutation Marca et notre auteur : « Si vous m’honores de tant que de presanter mes tres humbles respects à Monseigneur L’archevêque de Toulouse, erit mihi res tam grata quam gratissima. Mille baisemains à nostre Mr Dauteserre » (BNF, Baluze, ms 359, f° 66 v°).

432 Il visite à Toulouse, le 8 septembre 1651, « le savant Hauteserre » (V. Dubarat, Pierre de Marca (1594-1662), Oloron-Sainte-Marie, 2004, p. 78). L’abbé Paul de Faget, son cousin et biographe, est plus explicite : « Tum vero rursus S. Saturnini Ecclesiae reliquias veneratus, urbis Optimatibus salutatis, & cum doctissimis Altaserra, & aliis, qui eam incolunt, viris colloquutus » (P. de Faget, Vita Illustrissimi & Reverendissimi Petri Marca, Parisiensis Archiepiscopi, dans Petri de Marca Dissertationes posthumae, Paris, 1669, p. 93). Auteserre ne manque pas de se référer aux travaux du « vir clarissimus Pierre de Marca, anciennement évêque de Couserans, archevêque de Toulouse », Rerum, Opera, t. 4, vol. 2, lib. 8, cap. 9, p. 107. Il le loue ailleurs comme « vir illustrissimus », Rerum, Opera, t. 4, vol. 1, lib. 5, cap. 18, p. 183 ou encore Innocent III, Opera, t. 10, p. 663, commentaire sur X, 3, 39, 21. Sur P. de Marca, ancien président du parlement de Navarre et maître des requêtes, v. Th. Issartel, Politique, érudition et religion au grand siècle : autour de Pierre de Marca (1594-1662), Thèse lettres, Pau, 2000, 4 vol ; Br. Basdevant-Gaudemet, « Marca, Pierre de », DHJF, pp. 535-537.

433 Sur les frères Dupuy, et leur célèbre cabinet, v. H. Bots, Correspondance de Jacques Dupuy et de Nicolas Heinsius (1646-1656), Archives internationales d’histoire des idées, vol. 40, La Haye, 1971 ; J. Delatour, Les frères Dupuy (1582-1656), Thèse Ecole des Chartes, 1996.

434 Vie de Monsieur Baluze écrite par lui-même, dans Le Nouveau Mercure, Juillet 1719, pp. 23-24. Il gardera un excellent souvenir de cette période, notamment de sa fréquentation du collège de Saint-Martial. Il écrira, en 1684, une lettre élogieuse aux prieurs et membres de ce collège, leur recommandant avec soin la bibliothèque, E. de Rozière, « Lettre inédite d’Etienne Baluze », Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, 6ème sér., t. V, 1869, pp. 334-336.

435 J. dAxilla (éd.). Le tombeau de messire François de Bosquet par Laussel, Montpellier, 1875, p. V. De surcroît, les mérites de Bosquet « attirèrent l’attention du chancelier Séguier, qui dès 1639 le nomma conseiller d’Etat ».

436 Innocent III, Opera, t. 10, pp. 499 et 663.

437 J. d’Axilla (éd.), Le tombeau de messire François de Bosquet par Laussel, Montpellier, 1875, p. 17.

438 G. Couton, « Effort publicitaire et organisation de la recherche : Les gratifications aux gens de lettres par Louis XIV », Le XVIIème siècle et la recherche. Actes du 6ème colloque de Marseille (janvier 1976), Marseille, 1976, p. 42. Toutefois, « ni cette liste, ni celle de Colbert n’aboutissent à des gratifications réelles ».

439 Mémoire des gens de lettres célebres de France de M. Costar, dans [P. Desmolets], Continuation des mémoires de littérature et d’histoire de M. de Salengre, Paris, 1726, t. 2, lère partie, p. 344. Il est précisé in fine, p. 361, que « ceci a été tiré d’un MS. de Messieurs de Sainte Marthe, conservé à la Bibliothèque de S. Magloire. Ces jugemens, & ceux de M. Chapelain [...] ont été composez pour M. Colbert, Protecteur des Lettres & des Sçavans ». La « liste de quelques gens de Lettres françois vivans » de Chapelain ne mentionne pas Auteserre. Nous n’avons pas trouvé l’endroit où Costar a « parlé » d’Auteserre. Ce n’est ni dans ses Lettres, ni dans l’Apologie adressée à Ménage.

440 Chr. Bashford, « Perrin and Cambert’s ‘Ariane, ou Le Mariage de Bacchus’ Re-Examined », Music & Letters, 1991, vol. 72, no 1, pp. 1-26. Cet auteur a trouvé dans le BNF, Fr. 15088, une version inédite du livret de cet opéra, dans un manuscrit de remploi, comportant notamment cette liste, au dos.

441 Chr. Bashford, art. cit., p. 25. L’identité des termes, que ce soit pour Auteserre ou les autres hommes de lettres, nous pousse à l’attribuer aussi à Costar.

442 G. Couton, art. cit., p. 43.

443 Lettre de Chapelain à Colbert, 5 décembre 1666, rapportée par G. Couton, art. cit., p. 47.

444 G. Couton, art. cit., p. 49.

445 J. Guiffrey, Comptes des bâtiments du Roi sous le règne de Louis XIV, t. 1er, Colbert 1664-1680, Paris, 1881, pp. 1398-1399.

446 G. Peignot, Documens authentiques et détails curieux sur les dépenses de Louis XIV, Paris, 1827, p. 50 : « Telle est la liste de Costar. Il s’en faut beaucoup qu’elle soit écrite avec autant de discernement que celle de Chapelain. Costar est souvent ridicule dans les éloges dont il comble tous les auteurs, parmi lesquels il s’en trouve dont les écrits sont très condamnables ».

447 Vie de M. d’Hauteserre, p. 91.

448 L. Couture, « Notes diverses. CCLII. Fragment de lettre de François d’Auteserre », Revue de Gascogne, 1890, t. 31, p. 407. L’auteur se trompe cependant en l’attribuant à François, frère de notre juriste. Il faut y voir Jean-Antoine, par ailleurs correspondant de Ménage

449 Sur ce libraire, v. H.-J. Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au XVIIème siècle, t. 1er, Genève, 1999, 2ème partie, 2ème section, chap. 2, § III : « Le « roi » de la rue Saint-Jacques : Sébastien Cramoisy », pp. 339-342. Cette date semble même devoir être reculée quelque peu. Jean-Antoine d’Auteserre écrivit à Gilles Ménage le 25 décembre 1668, qui lui répondit le 12 janvier 1669 (BM Cahors, Fonds Greil, no 134 Œuvres meslées, f° 11) : « Je vous suis bien obligé des marques qu’il vous a plu me donner de vostre souvenir, et de vostre amitié [...] ».

450 BM Cahors, Fonds Greil, no 134 Œuvres meslées, f° 11.

451 Ménage « tint réglément chez lui tous les Mércredis de chaque semaine une assemblée qu’il appeloit sa Mercuriale, où il eut satisfaction de voir toûjours un grand concours de gens de Lettres, tant François qu’Etrangers. Les autres jours il allait assidûment au cabinet de M. du Puy, & depuis leur mort, à celui de M. de Thou », Mémoires pour servir à la vie de M. Ménage, dans Menagiana, Nouvelle édition, t. 1er, Paris, 1729, non paginé [XLIX], Ménage avait aussi dédié à Nublé une fable ésopienne latine, L’Alouette, en 1652.

452 A. Bruneau, Supplément..., p. 239, indique qu’il fut « reçeu le 10 Décembre 1627 », et qu’il était doyen du barreau au moment de la rédaction du « Tableau des avocats au Parlement. Dressé en l’année 1680. suivant l’Ordonnance du mois d’Avril 1667 ».

453 Ces vingt-quatre agrégés honoraires, institués pour rehausser la faculté de Décret, étaient des personnages influents. Qu’il suffise de citer les noms de Marca, Bosquet, Ménage, Godeau, Marolles, cf. D. Ribard, « Le droit canon au Collège Royal. Etienne Baluze et la politique du savoir juridique », dans J. Boutier (dir.), Etienne Baluze, 1630-1718. Erudition et pouvoirs dans l’Europe classique. Actes du colloque de Tulle, 21 octobre 2006, Limoges, 2009, p. 100.

454 J.-L. Chalmel, Histoire de Touraine, Paris, 1828, t. IV, p. 349. Il avait encore l’estime de Lamoignon, qui possédait son traité manuscrit contre la peine de mort, cf. A. de La Fizelière, Rymaille sur les plus célèbres bibliotières de Paris en 1649, Paris, 1868, pp. 147-148. Les Menagiana nous apprennent en outre qu’il déjeunait fréquemment avec Nicolas de Bellièvre, conseiller d’Etat (t. 2, p. 348), que Desmarets de Saint-Sorlin « lui faisoit voir tous ses écrits » (t. 3, p. 198), et qu’il était « bon ami » du père jésuite Chifflet (t. 3, p. 199). Enfin, E. Colombey, Ruelles, salons et cabarets : histoire anecdotique de la littérature française, Paris, 1892, t. 2, p. 153, évoque « Nublé, le plus chaleureux ami du maître de la maison [Ménage], celui qui d’habitude ouvre et clôt les séances ».

455 J. Delatour, « Le cabinet des frères Dupuy », RHFDSJ, no25-26, 2005-2006, pp. 157-200. L’auteur montre (p. 159) que c’est en ce lieu que « Nublé convainquit l’avocat général au parlement de Paris d’abolir définitivement la pratique des congrès ».

456 L. Vian, Les Lamoignon, me vieille famille de robe, Paris, 1896, p. 160.

457 PH. Tamizey, Lettres..., V, p. 29.

458 L. Lainé, Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France, Paris, t. 6, 1839, p. 20. Sur ce personnage, v. « Eloge de Monsieur Vion Seigneur d’Hérouval, Auditeur des Comptes », Journal des Sçavans, 1689, pp. 226-228.

459 E. de Broglie, Mabillon et la société de l’abbaye de Saint-Germain des Prés à la fin du XVIIème siècle (1664-1707), Paris, t. 1er, 1888, p. 61.

460 E. de Broglie, op. cit., p. 83.

461 E. de Broglie, op. cit., p. 92.

462 E. de Broglie, op. cit., p. 63.

463 « Eloge de Monsieur Vion Seigneur d’Hérouval, Auditeur des Comptes », Journal des Sçavans, 1689, p. 226. Cependant, comme le signale dom H. Leclercq, Dom Mabillon, Paris, 1953, t. 1er, p. 287 : « Dans la société du XVIIème siècle, ces érudits sont à peine aperçus de leurs contemporains, ce qui tient peut être à ce que beaucoup parmi eux s’obstinent à s’exprimer en latin, à un moment où la langue française l’emporte décidément sur sa rivale. Aussi, les gens de lettres, les gens de robe se sentent trop loin de ces érudits pour prendre plaisir dans leur compagnie et s’intéresser à leurs occupations. Les mondains les ignorent et ne prononcent pas leurs noms ».

464 « Eloge de Monsieur Vion Seigneur d’Hérouval, Auditeur des Comptes », Journal des Sçavans, 1689, p. 227.

465 L’abbé Drouyn opine en faveur de « Mr de St Martin, coner au parlement », et L. Greil en faveur de « M. le Président de la Scelliere ».

466 Vie de M. d’Hauteserre, p. 104.

467 Y. Durand, « Clientèles et fidélités dans le temps et dans l’espace », dans Hommage à Roland Mousnier. Clientèles et fidélités en Europe à l’époque moderne, Paris, 1981, p. 6.

468 Ducs, Opera, t. 5, Dédicace, p. XI.

469 Dissertationes, Opera, t. 9, Dédicace, pp. XVI-XVI. Une fois ce dernier trépassé, il dédia la suite des Dissertations à Jésus-Christ « Deo optimo maximo », en 1654. Cette épître atteste encore une fois la sincérité et la profondeur de sa foi catholique. Il se plaît à louer la sacro-sainte charge du prêtre : « Quale quantumque ministerium hominis ! qui te, Deus aeterne, verbo de coelo evocat, qui corpus tuum verbo parit, & ineffabili mysterio partum sibiplebique in pabulum habet ». Sa lettre comporte quelques accents augustiniens : « Nihil apud me, Domine, quoda te non acceperim, totum illud tibi acceptum refero, totum id tui in numinis cultum devoveo ». D’ailleurs, il la termine en citant « l’éternelle sentence » du docteur d’Hippone : « Una est optima causa studiorum, ut honoretur Deus », Dissertationes, Opera, t. 9, Dédicace, pp. 113-114.

470 Chr. Blanquié, Les épîtres dédicatoires de Scipion Dupleix, Paris, 2008, p. 17.

471 Auteserre n’indiquera son métier qu’à partir de la régence en droit. Son fils le confirmera a posteriori, rapportant sa réticence à exercer la charge de son père défunt, « se trouvant si content de celle de professeur en luniversite de Toulouze », Vie de M. d’Hauteserre, p. 95.

472 R. Mousnier, Les Institutions de la France sous la monarchie absolue, 1598-1789, t. 1, Paris, 1974, pp. 89-90. Alain Viala le souligne aussi, présentant comme une des formes du clientélisme « l’appui apporté par un grand à son protégé pour lui faire obtenir des charges » (A. Viala, Naissance de l’écrivain, 2003, Paris, p. 53).

473 Il connut bien, durant sa vie parisienne, celui qui allait devenir un des protecteurs nés de l’Académie Française, fondée par son neveu Germain Habert, prêtant son hôtel pour recevoir les littérateurs, cf. R. Kerviler, Le chancelier Pierre Séguier, second protecteur de l’Académie française. Etudes sur sa vie privée, politique et littéraire, et sur le groupe académique de ses familiers et commensaux, Paris, 1875, 2nde éd„ p. 506. Malheureusement, cet ouvrage ne cite qu’une des trois dédicaces d’Auteserre.

474 BNF, Fr. 17404, f° 60. Lettre du 29 avril 1664. Sa dernière lettre connue, datée du 20 décembre 1679, fait allusion à la « gratitude et à la reconnaissance » qu’il lui doit. Voir Ph. Tamizey, Lettres..., XII, p. 35. Ce faisant, il se situe dans une tradition bien établie à Toulouse, comme l’indiquaient les Capitouls en 1646 : « Monseigneur, le rang que vous tenez dans cette monarchie et les solides vertus quy vous y affermissent obligent tous ceux qui ont de publicques emplois en ce royaume de recognoistre qu’ilz doibvent aux grandz exemples de vostre vie tout le bien qui sort de leurs travaux » (Lettre des Capitouls à Séguier, 19 décembre 1646, Bib. Saint-Pétersbourg, fonds Doubrowski, ms 108/2, no22, dans A. Lublinskaya, Lettres et mémoires adressés au chancelier P. Séguier : 1633-1649, Moscou, 1966, no 179, p. 203).

475 BNF, Fr. 17390, f°. Jouanna rappelle (Dictionnaire de l’Ancien Régime (dir. L. Bély), Paris, 2003, p. 268, v° Clientèles) que la clientèle « s’exprime dans un langage très fortement affectif : l’inférieur proteste de son « amour », de sa « passion » et crie son désespoir s’il s’estime délaissé par son maître ».

476 J.-L. Le Gallois de Grimarest, Considérations sur le stile épistolaire et le cérémonial dans le commerce de Lettres, Nancy, 1745, pp. 114.

477 Curieusement, la lettre originale de dédicace (BNF, Fr. 17395, f° 61) fut légèrement modifiée en vue de l’impression, gommant ce caractère de clientèle. La souscription olographe est « Amplitudinis Vestrae, devotissimus cliens », celle qui se retrouve dans l’imprimé est « Celstitudinis vestrae, devotissimus ». Les termes latins sont plus frappants que la signature française, invariable de 1648 à 1679 : « Je suis, Monseigneur, de Votre Grandeur, très humble, très obéissant et très fidelle serviteur ».

478 Ph. Tamizey, Lettres..., IV, VI, VII et VIII.

479 Le pouvoir dut considérer cet ouvrage plus polémique que le traité des fictions de droit, car pour ce dernier, le privilège fut obtenu « die ultima Junii 1659 », la dédicace date du 1er août, et l’achevé d’imprimer du 9 août « Haecprima editio absoluta fuit die 9. Augusti 1659 ». L’on ne peut autrement s’expliquer une telle différence de traitement entre deux ouvrages d’un même auteur confiés au même imprimeur à deux jours d’intervalle.

480 Ph. Tamizey, Lettres..., VI, pp. 29-30.

481 Ph. Tamizey, Lettres..., VII, p. 30.

482 Ph. Tamizey, Lettres..., VIII, p. 31.

483 BNF, Fr. 21945, Registre des privilèges accordés aux auteurs et libraires, f° 46 v° : « Bilaine. Ledit jour [5 avril 1666] nous a esté présenté un privilège du Roy par le Sr Louys Billaine pour un livre intitulé, l’un Commentaires sur les Décrétales d’innocent 3è, l’autre des fictions du droit en cinq traittez composez par le Sr Dadine Sr D’autesserre pour dix ans en datte du dernier juin 1659. Signé beraut ».

484 St. Uomini, « Enjeux historiographiques des représentations nobiliaires : l’exemple des épîtres dédicatoires », dans Ch. Grell, A. Ramière de Fortanier (dir.), Le second ordre : l’idéal nobiliaire. Hommage à Ellery Schalk, Paris, 1999, p. 316.

485 Il est courant de s’adresser à un grand en vue de l’obtention d’une dédicace, comme le fit par exemple le P. Chifflet, écrivant à Baluze le 9 juin 1669 : « Le principal sujet de ma lettre estoit de vous prier de scavoir de Mr Colbert s’il aurait pour agréable que je luy dedicasse (ou bien a Mr son fils l’Abbé) le livre auquel j’ay travaillé depuis plus de quarante ans » (BNF, Baluze, 162, f° 412). Il récidiva le mois suivant (Id., f° 414) : « Voicy la 3è lettre que je vous escris pour apprendre par vostre entremise si Monsieur Colbert aura pour agreable que je luy dedie mon livre de l’Histoire de S. Claude, ou bien à Mr l’Abbé son fils : et ce aux conditions esquelles m’astreint la condition du lieu de ma residence ».

486 Nous reviendrons longuement sur cette commande, 2ème Partie, Chap. 2, Sect. 1, § 1.

487 Lettre du 1er août 1666 (BNF, Fr. 17402, f° 51), Ph. Tamizey, Lettres..., IX, pp. 31-32.

488 Lettre du 3 août 1667 (BNF, Fr. 17410, f° 7), Ph. Tamizey, Lettres..., X, p. 33.

489 P. Blet, « Le chancelier Séguier, protecteur des jésuites et de l’Assemblée du Clergé de 1645 », Archivum historicum societatis Jesu, t. XXVI, no 52, juill-déc. 1957, Rome, p. 197. Outre son amitié envers le P. Poussines, Auteserre œuvra, au sein de l’Université, en faveur des Jésuites, comme nous l’avons vu dans l’affaire de la Science moyenne. C’est une particularité de la Faculté de Droit, durant le second XVIIème siècle, d’avoir été en bon termes avec la Compagnie de Jésus, comme le montre par exemple une délibération du 22 mai 1681, à laquelle prit part Auteserre (BUT, ms 242, fos 1-2). Cet acte, sans aucune hostilité, admet que « le collège des PP. Jésuites de la prèsente ville sera et demeurera a perpétuité uni et incorporé à l’Université [...] avec pouvoir de graduer », et inclut les professeurs dans le conseil de l’Université. La situation avait été beaucoup plus conflictuelle, comme en témoigne une lettre de la faculté de Toulouse du 4 avril 1628, adressée à celle de Louvain, pour se plaindre de la concurrence des Jésuites (F. Claeys Bouüaert, L’ancienne Université de Louvain, Louvain, 1956, p. 153, n. 99). Et elle le sera encore au XVIIIème siècle, bien que pacifiée par un arrêt du parlement de Toulouse, du 20 avril 1736, cf. L. Azéma, La politique religieuse du Parlement de Toulouse sous le règne de Louis XV, Aix-Marseille, 2010, pp. 101-109.

490 Né en 1617, mort le 9 décembre 1677, fils de Chrétien de Lamoignon. Il sera conseiller au Parlement en 1638, maître des requêtes en 1644 et premier président en 1658.

491 Du moins, la première fois dans les œuvres imprimées, la dédicace adressée à Séguier du 1er juillet ayant connu les déboires que l’on sait.

492 Le fils d’Auteserre évoque le « grand nombre de ses lettres que j’ay trouvées parmi les papiers de mon père », BM Cahors, Fonds Greil, no 134 Œuvres meslées, f° 66, lettre du fils d’Auteserre au fils de Lamoignon, du 2 septembre 1689.

493 F. Brunot, Histoire de la langue française, Paris, 1966, t. 4, p. 375.

494 B. Coffen, Histoire culturelle des pronoms d’adresse, Paris, 2002, p. 105.

495 De l’Estang, De la Traduction ou Règles pour apprendre à traduire la langue latine en la langue françoise [...], Paris, 1660, p. 57, cité par F. Brunot, op. cit., p. 376.

496 Auteserre affirme offrir cet ouvrage « ex voto ». Il compare ce pontife à Grégoire le Grand, et n’omet pas d’écrire : « Ut alia persequar quae tibi cum Gregorio communia, ille Francorum & Reges Francorum dilexit, eorum fidem & religionem laudavit ; Tu Regem Christianissimum ut ecclesiae filium Principem amas [...] », Grégoire le Grand, Opera, t. 3, p. 110, Dédicace.

497 Cette signature avait déjà été utilisée, le 3 décembre 1672, dans le libelle de controverse dédié à l’intendant Guillaume de Sève, Constitutio Constantini... vindicata. Il s’agissait d’une simple dédicace, sans présence d’une épître.

498 Lettre non datée, sans autre titre que la mention du destinataire « Ludovico Nubleo in Senatu Parisiens/'Advocato » et cette signature : « Ant. Dadinus Alteserra S[alutem]. D[icit], ».

499 De re Ascetica, p. 2. Deux exemples, puisés chez des amis d’Auteserre, corroborent ce rôle politico-social de la dédicace, et l’emprise croissante de la capitale. Bosquet écrivit à Montchal, le 21 mars 1634 (BNF, Fr. 2812, f° 170) : « Je finis pour vous dire que mon Innocent est achevé et qu’il n’atend que l’espistre liminaire pour metre mon ouvrage sous la protection de quelqu’un, laquele mes interests me font chercher et attendre de toutes parts. A cete fois il me faut servir a la coustume contre la raison et les maximes que j’avois délibéré d’observer, de ne presenter point mon nom à des personnes qui ne le conoissent point [...] ». De son côté, Poussines écrivait à Baluze, le 29 juillet 1681 (BNF, Fr. 2812, f° 202) : « Je commençois a mettre soubs la presse un opuscule et demandois pour cela un Privilege du Roy, quand j’entends me répondre : que ceste grâce ne s’accorde qu’aux livres qu’on présente a Paris : et on m’apprend en même temps d’ailleurs : que ce qui s’imprime dans les Provinces sans ce Privilege, est confisqué soudain qu’il paroit à Paris, quoy qu’il ait toutes les Approbations et facultez imaginables. Par là il semble qu’on prétend necessiter les Ecrivains a employer seulement les Imprimeurs residens a Paris, mais le moyen de le faire [manque] a un Provincial absent et pauvre ». Il est vrai que si l’on regarde la géographie des publications d’Auteserre, l’on voit clairement que les premiers ouvrages furent tous imprimés à Toulouse, jusqu’à la rencontre de Lamoignon en 1659, et la dédicace des Fictions, et qu’ensuite sept ouvrages sont publiés dans la capitale, contre cinq en province.

500 BM Cahors, Fonds Greil, no 134 Œuvres meslées contenant diverses observations, divers petits traités et des lettres, f° 66, lettre du 2 septembre 1689.

501 Fils aîné de Guillaume de Lamoignon et de Magdeleine Potier, (26 juin 1644 t 7 août 1709), avocat général, puis conseiller au Parlement en 1666, Président à mortier en 1690.

502 BM Cahors, Fonds Greil, no 134 Œuvres meslées, fi 67, réponse du 13 juillet 1690.

503 Dédicace du Commentaire sur les Institutes, 24 septembre 1664.

504 Dédicace datée de Toulouse, du 24 septembre 1664. La lettre de Colbert est retranscrite dans la Vie de M. d’Hauteserre, p. 100 ; Eloge, pp. 301-304.

505 Une curiosité, dont nous ignorons – peut-être crassement – la raison, fait rajouter après le privilège royal le bandeau suivant : « A Tolose, Par Pierre d’Estey, Imprimeur à l’Enseigne de d’Or, près le Collège de Foix, 1664 ».

506 Ils s’étaient encore écrits en 1663, à la suite de la mort de Pierre de Marca, ancien archevêque de Toulouse duquel Baluze ayant été le bibliothécaire, devint le biographe. Un détail intéressant est à noter au sujet de leurs rapports. Selon La Chétardie, Instructions pour un jeune Seigneur,lère partie,, 1710, p. 82 : « Il faut toûjours mettre la datte au bas de la feüille, quand on écrit à des Personnes qualifiées », or cette dernière lettre (BNF, Baluze, 364, f° 128) ne comporte ni date ni souscription, se rapprochant d’l’usage informel de l’écriture « en billet ». Sur Baluze, v. J. Boutier (dir.), Etienne Baluze, 1630-1718. Erudition et pouvoirs dans l’Europe classique, Pulim, Limoges, 2008.

507 Lettre XI, 10 mars 1676 (BNF, Baluze, 336, f° 74), reproduite dans Ph. Tamizey, Lettres..., pp. 33-34.

508 Grégoire de Tours, Opera, t. 11, Dédicace, pp. XVIII-XIX. Le P. Chifflet agit, dix ans auparavant, d’une manière analogue, demandant en plus des subsides (BNF, Baluze, 162, f° 441, Lettre à Baluze, datée du 25 juillet 1668) : « Je say qu’il [Colbert] est les Pere des belles lettres : et s’il me faisoit avoir une pension semblable à celle qu’il a obtenue du Roy pour Mr de Valois, j’employerois très volontiers ce qui me reste de vie à donner au public plusieurs bonnes pages que j’ay preparées des il y a long temps, et qui dorment dans mon cabinet, faute de moyen de les produire. Elles paraistroient sous son nom et sous ses auspices ».

509 En cela, il suivait un schéma ascendant, souligné par exemple par Suzanne Guellouz dans son étude sur Amelot de La Houssaye, où ce juriste provincial monta « comme par degrès jusques à Votre Majesté » (Epître dédicatoire de la traduction de B. Gracian, L’homme de cour, citée par S. Guellouz, « Du bon usage des textes liminaires. Le cas d’Amelot de La Houssaye », Littératures classiques, no 13, 1990, p. 272). Nous avons bien là une marque de « l’itinéraire socioprofessionnel de l’auteur » (St. Uomini, « Enjeux historiographiques des représentations nobiliaires : l’exemple des épîtres dédicatoires », dans Ch. Grell, A. Ramière de Fortanier (dir.), Le second ordre : l’idéal nobiliaire. Hommage à Ellery Schalk, Paris, 1999, p. 315).

510 Vie de M. d’Hauteserre, p. 103. Nous devons relever ici une erreur dans la datation proposée par son fils. Celui-ci indique qu’il fit le voyage de Paris en décembre 1679, rentrant à Toulouse en août 1680. Il indique de plus que son père avait pour lors 78 ans, et qu’on venait de restaurer le droit romain dans la capitale. Ces éléments sont contredits par les dates des épîtres ou des lettres, ainsi que par l’édit de Saint-Germain restaurant les études romanistes, donné en avril 1679. Il nous semble opportun de faire précéder d’une année le voyage d’Auteserre à Paris. En effet, le 4 octobre 1678, il dédie depuis Toulouse deux ouvrages. Mais le 1er mars 1679, il dédie depuis Paris, et reçoit deux privilèges à titre personnel les 9 mars et 23 avril, qu’il cède par la suite. Enfin, sa dernière lettre date de Toulouse, du 20 décembre 1679. Le 25 mars 1680, une autre épître est datée de Toulouse, confirmant notre hypothèse. Auteserre fut donc vraisemblablement en la capitale de décembre 1678 à août 1679.

511 Nous tenons à exprimer notre plus vive reconnaissance à Lindsay Levy, conservateur adjoint en charge des livres anciens de la bibliothèque des avocats de la faculté d’Edimbourg, qui nous a transmis les photographies dudit privilège, présent uniquement dans l’édition originale toulousaine, édition qui semble n’être conservée que là.

512 Privilège accordé pour les commentaires de droit romain, 9 mars 1679. Cette pratique n’est pas inouïe, on la retrouve par exemple dans le privilège donné pour l’édition des Lettres de la vénérable Mère Marie de l’Incarnation, Paris, Louis Billaine, 1681, privilège imprimé après la p. 675 et dernière.

513 Le privilège avait été obtenu pour 6 ans le 22 février 1680.

514 Grégoire le Grand, Opera, t. 3, Dédicace, non paginée, [pp. 109-111].

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search