Version classiqueVersion mobile

L'œuvre canonique d'Antoine Dadine d'Auteserre (1602-1682)

 | 
Cyrille Dounot

Première partie. Antoine Dadine d'Auteserre. Un savant professeur

Antoine Dadine d’Auteserre. Un savant professeur

Texte intégral

1Antoine Dadine d’Auteserre fut avant tout un professeur d’université. Infatigable travailleur et maître consciencieux, il prodigua sans cesse les résultats de son labeur juridique à ses étudiants avant de les donner au public. L’érudition dont il fait montre est sûrement le trait qui caractérise le plus le personnage, en tout cas le trait qui a le plus marqué ses éditeurs et ses contemporains. Il convient de s’attarder sur cet aspect, en lien avec la méthode qui fut la sienne, mêlant le droit romain et l’histoire (Chapitre 2). Adepte de l’humanisme juridique, il n’en est pas esclave et sait s’en affranchir de plusieurs manières. S’il cultive le goût des lettres et des manuscrits, ce n’est pas tant en vue d’honorer la lectio prisca que pour avancer des arguments soutenant ses hypothèses. Sa critique textuelle est mue par un intérêt pédagogique et didactique, plus certainement que par nécessité heuristique.

  • 114 L. Kondratuk, « La réception d’un texte en histoire du droit », RHDFE, t. 89, 2011, p. 9.

2Il nous semble cependant important de ne pas limiter l’étude d’un tel juriste à ses seules productions littéraires. A l’encontre de l’« antiintentionalisme » et de l’« anticontextualisme » qui « dispensent de recourir à l’histoire pour interpréter le texte »114, nous nous sommes efforcé de reconstituer le statut social, ainsi que les relations intellectuelles, de l'auteur. Nous verrons se dégager un paradoxe révélateur de cette époque baroque, où la fréquentation et la protection de grands personnages, proches du pouvoir, n’affaiblit pas l'indépendance d’esprit. Parrainé par le chancelier, Auteserre ne se montre pas servile serviteur de l’Etat. S’il aime sa province, le roi et le royaume, il affectionne la République des Lettres. Replaçons-le tout d’abord dans son milieu, dans sa famille certes, mais aussi ses réseaux et ses amitiés (Chapitre 1).

Notes

114 L. Kondratuk, « La réception d’un texte en histoire du droit », RHDFE, t. 89, 2011, p. 9.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search