Version classiqueVersion mobile

L'œuvre canonique d'Antoine Dadine d'Auteserre (1602-1682)

 | 
Cyrille Dounot

Introduction générale

Texte intégral

  • 1 A. Dupin,Ed. Laboulaye (éd.), Institutes coutumières d’Antoine Loysel, avec les notes d’Eusèbe de (...)

1Antoine Dadine d’Auteserre « est un des jurisconsultes les plus remarquables du XVIIème siècle. On ne peut lui reprocher qu’un ultramontanisme exagéré »1. Ce lapidaire jugement de Laboulaye illustre à merveille le destin de notre auteur, qui fut un très grand juriste, mais qui, certainement en raison de ses convictions politico-religieuses, tomba vite dans l’oubli.

  • 2 J. Poumarède, « Hauteserre », DHJF, pp. 398-399.
  • 3 J. Poumarède, « Antoine Dadin de Hauteserre. L’œuvre politique d’un professeur toulousain, sous Lo (...)

2Au XXème siècle, personne n’a cru devoir s’intéresser à ce professeur d’Université, auteur d’une œuvre imposante dans l’un et l’autre droit. Auteserre a composé un commentaire des Institutes, un traité sur les fictions et deux volumes de leçons sur divers titres du Code et du Digeste. En droit canonique, il est l’auteur de Dissertations, de commentaires sur les Clémentines, de commentaires sur les décrétales d’innocent III, et d’un traité sur la juridiction ecclésiastique. Ses écrits historiques ont été encore plus méconnus : son traité sur les Ducs et les Comtes, son étude de l’Origine des fiefs, son Histoire d’Aquitaine, ses notes sur l’Histoire des Francs de Grégoire de Tours, sur la Vie des Papes d’Anastase, sur les épîtres de saint Grégoire le Grand, son Asceticon, une histoire des origines monastiques. Ce n’est que tout récemment que la production historique et juridique de cet auteur a attiré l’attention d’un historien du droit. Jacques Poumarède l’a mise parfaitement en relief dans le Dictionnaire historique des juristes français2, puis a consacré un article à ses aspects politiques3.

  • 4 Non datée, elle est antérieure à 1696, date de sa mort.
  • 5 BM Cahors, fonds Greil, ms 133. Le manuscrit a été publié par L. GREIL, « Vie de M. d’Hauteserre » (...)
  • 6 Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 5504, f° 40-79. Les deux manuscrits sont quasiment identiques. Outr (...)
  • 7 A. de Cathala-Coture, Eloges historiques des hommes illustres et des escrivains du Quercy et du Ro (...)

3Nous possédons sur Antoine Dadine d’Auteserre quelques documents précieux. En premier lieu, datant de la fin du XVIIème siècle, une Vie écrite par son fils4. Celle-ci est riche de renseignements d’ordre biographique. Nous ne nous écarterons de cette source que lorsque des pièces d’archives la contredisent, mais la plupart du temps elles ne font que la confirmer. Evidemment de tournure laudative, c’est le propre du genre, elle reste néanmoins fiable pour apprécier la dimension et l’engagement intellectuels de son héros. Il en existe deux exemplaires manuscrits, l’un à la bibliothèque municipale de Cahors5 et l’autre à la Bibliothèque de l’Arsenal, dans la collection biographique de l’abbé Drouyn6. En second lieu, nous disposons de la notice rédigée par l’historien montalbanais Antoine de Cathala-Coture, au XVIIIeme siècle, mais qui emprunte très largement au précédent récit, parfois même textuellement7.

  • 8 A. Rodière, « Notice sur le jurisconsulte Antoine Dadin d’Hauteserre », Recueil de l’Académie de L (...)
  • 9 A. Rodière, Notice..., p. 379.
  • 10 Ph. Tamizey De Larroque, Lettres médites d’A. Dadine d’Auteserre, publiées avec notice, notes et ap (...)

4Les documents postérieurs ne feront que reprendre les éléments glanés ici ou là. Deux notices sur Antoine Dadine d’Auteserre voient le jour au XIXème siècle. Celle d’Aimé Rodière, en 1857, donnée à l’Académie de Législation de Toulouse, qui dépend fortement de la Vie de M. d’Hauteserre8. Rodière confesse l’avoir eue entre les mains, mais pense à tort que ce « manuscrit précieux [...] [dont] les feuillets poudreux et jaunis n’en laissaient pas soupçonner le prix [...] fut détruit par des mains ignorantes »9. Les seuls éléments nouveaux qu’il apporte sont d’ordre théorique. L’édition de douze lettres de notre jurisconsulte par Philippe Tamizey de Larroque, dans la Revue de Gascogne en 1876, est précédée d’une notice10. Bien que ne contenant pas d’informations nouvelles sur la vie de l’auteur – elle dépend largement de l’éloge de Cathala-Coture – elle corrobore certaines d’entre elles par un recours à sa correspondance inédite.

  • 11 L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique et les querelles savantes vers le milieu du XVIIème siècl (...)
  • 12 A. Des Rochettes, « Deux familles quercinoises figurant à l’Armorial de 1696 », Bulletin archéolog (...)

5Au XXème siècle, deux publications fort différentes, mais riches de pièces inédites, apportent du nouveau à la connaissance de la famille Dadine. La documentation la plus fournie sur celle-ci, et sur la société cadurcienne du début du XVIIème siècle, est sans conteste la monumentale thèse pour le doctorat ès lettres de Louis-Alexandre Bergounioux, de 1936, portant sur Marc-Antoine Dominici, professeur de droit à Cahors puis à Bourges, et historiographe du roi11. Fils d’un érudit cadurcien, Bergounioux a manié les archives publiques et privées à la perfection, brossé un portrait très complet des personnages croisés en retraçant la carrière de Dominici. De nombreux auteurs postérieurs ont ensuite puisé dans ce travail universitaire, sans toujours le citer. La deuxième publication est due à Des Rochettes, qui a publié, en 1953, une assez complète généalogie de la famille Dadine, branche cadette incluse12. Quelques erreurs ou omissions, qui seront relevées en passant, n’entachent pas le très grand effort généalogique déployé par l’auteur. Il est dommage qu’il n’ait pas connu la thèse précitée.

  • 13 Voir E. Palame, « Catalogue des manuscrits de la collection Greil », Bulletin de la société des ét (...)

6Nous disposons encore de quelques pièces sur notre auteur et sa famille, éparpillées entre les fonds d’archives municipaux de Cahors, Montauban et Toulouse, où il a successivement vécu. Particulièrement dans le fonds Greil, auquel nous avons eu souvent recours. Louis Greil, érudit cadurcien, rassembla un nombre considérable de documents sur le Quercy, qu’il légua à sa mort à la Bibliothèque Municipale de Cahors. La plupart des pièces relatives à la famille Dadine, qui furent achetées en lot à un bouquiniste de Cahors, nous renseignent de manière approfondie sur les terres et l’état-civil de cette famille13

  • 14 D’un point de vue pratique, nous écrirons Auteserre quand il s’agira des personnes, conformément à (...)

7.Nous nous sommes efforcé, au début de notre thèse (chapitre 1er de la première partie), de compléter la biographie d’Antoine Dadine d’Auteserre et de présenter l’homme dans son milieu14. Mais il convient, dans cette introduction, de bien apprécier la renommée rapidement acquise par ce juriste.

  • 15 J.-R Vittu, « Qu’est-ce qu’un article au Journal des savants de 1665 à 1714 ? », Revue française d (...)
  • 16 Un exemple de cet accueil favorable réside dans le catalogue de la Boutique du Palais de Bordeaux, (...)
  • 17 Journal des Sçavans, 5 janvier 1665, pp. 38-39. Le compte rendu ajoute : « Monsieur de Hauteserre (...)
  • 18 Journal des Sçavans, 12 juillet 1666, p. 327.
  • 19 Journal des Sçavans, 12 juillet 1666, p. 328.
  • 20 Journal des Sçavans, 11 mai 1676, p. 103.
  • 21 Journal des Sçavans, 11 mai 1676, p. 104.

8Nombre de ses ouvrages reçurent la précieuse « caution lettrée » du Journal des Savants15, dès le premier numéro du 5 janvier 1665. Ses leçons sur les Institutes y furent fort bien accueillies16 : « On a déjà beaucoup travaillé sur les Instituts : mais ce commentaire est le meilleur de ceux qui ont paru iusques à présent »17. L’année suivante, c’est son imposant Commentaire des décrétales d’innocent III qui est annoncé. La manière de faire de notre juriste, expliquer une à une toutes les décrétales de ce pape, est d’emblée comparée à celle de Cujas « qui a commenté toutes les loix de Papinien & de Paulus »18. Cet ouvrage ne contient pas seulement « une infinité d’observations curieuses », « on y voit aussi paroistre beaucoup d’erudition »19. De fait, « M. de Hauteserre ne se contente pas d’expliquer simplement le texte de ces Decretales, mais en exposant 1e fait du procez sur lequel Innocent III. prononce, il rapporte tes raisons des parties, & tes appuye non seulement par l’authorité du Droit Canon & Civil, mais encore par celle des Peres Grecs & Latins ». En 1676, c’est son Asceticon qui est l’objet d’une présentation de trois pages. Le compte rendu débute de façon inédite : « Le détail de tout ce qui regarde l’Estat Monastique jusques mêmes aux choses tes plus petites, pourrait passer pour fort ennuyeux, si tes remarques dont cet auteur a rempli son livre n’en rendoient la lecture très-agréable »20. Il se poursuit par un bref aperçu de l’œuvre, soulignant tes « quelques petites dissertations » qui l’émaillent21.

  • 22 Journal des Sçavans, 22 avril 1680, p. 114.
  • 23 Journal des Sçavans, 22 avril 1680, pp. 114-115.
  • 24 Journal des Sçavans, 26 août 1680, p. 246.
  • 25 Journal des Sçavans, 26 août 1680, p. 248.

9Quatre années plus tard, deux livraisons rendent compte des travaux historiques d’Auteserre. Ses Notes et observations sur la Vie des Papes d’Anastase sont longuement présentées au public, en quatre pages. Après avoir rappelé la qualité d’historien d’Anastase 1e Bibliothécaire, 1e rédacteur déplore la « quantité de mots de la basse latinité ou tirez du grec », et loue notre auteur de s’être mis en peine de clarifier cela22 Auteserre « explique tes mots obscurs dont use l’Auteur [...] il prend de là sujet d’éclaircir plusieurs Points de l’Antiquité sacrée en faisant comme un parallèle de ce que dit Anastase & de ce qui se trouve dans d’autres Ecrivains »23 Quelques mois plus tard, ce sont ses Notes sur saint Grégoire de Tours qui sont annoncées. L’auteur de la notice souligne similitude de la méthode avec laquelle annote 1e « premier Historien de nos Rois » : « Ces Observations sont de deux sortes. Les premieres contiennent l’explication des lieux obscurs [...] & l’on voit dans les autres le rapport qu’ont plusieurs endroits de cette mesme Histoire avec d’autres des anciens Auteurs, ce qui est souvent utile & toûjours agreable à ceux qui ont du goust pour l’Antiquité »24. Suivent quelques extraits des réflexions de ce « sçavant homme »25

  • 26 Journal des Sçavans, 11 septembre 1684, p. 315.
  • 27 Journal des Sçavans, 26 mars 1703, pp. 193-202. Ce compte rendu est reproduit dans la réédition na (...)
  • 28 Journal des Sçavans, 26 mars 1703, p. 202. Les Acta eruditorum, imitation germanique du Journal de (...)
  • 29 Mémoires pour l’histoire des Sciences & des beaux Arts, Trévoux, Février 1703, art. 21, pp. 270-28 (...)
  • 30 Antonius Dadinus-Alteserra Dissertationum juris canonici libri IV Quorum duo priores de adjuctorib (...)
  • 31 L’esprit des journaux françois et étrangers, t. VII, Juillet 1778, p. 392. Le rédacteur ajoute in (...)

10.Après sa mort, le Journal des Savants fait encore à Auteserre l’honneur de présenter ses productions juridiques. D’abord en 1684, pour saluer la parution de son second tome de récitations de droit romain. Le compte rendu complimente notre juriste : « Si nous ne devions voir dans peu la vie de M. de Hauteserre [...] ce serait le lieu de faire l’éloge & de parler du mérite de cet Auteur qui a passé pour un des plus celebres Jurisconsultes & Canonistes de ce siècle »26. Ces deux volumes « renferment les leçons de Droit dans l’Université de Toulouse, où il a enseigné l’espace de 34. ans, tant sur le Digeste que sur le Code », dans lesquels « on y trouve plusieurs Titres qui n’avoient point esté traitez ou du moins qui ne l’avoient esté que fort peu par des auteurs connus. Celuy-ci les explique avec beaucoup de netteté à son ordinaire ». Puis, en 1703, son De jurisdictione ecclesiastica est présenté en détail, au long de dix pages27. Le ton y est moins flatteur : « Cet ouvrage, très estimable d’ailleurs par la profonde érudition de l’Auteur, n’est pas également recommandable par ses sentimens & ses maximes [...]. Cela n’empêche pas que ce Livre ne soit toujours d’une grande utilité pour la connoissance de l’Histoire et de la Discipline de l’Eglise »28. Cette longue présentation fut reprise, sinon à la lettre, du moins selon l’esprit, dans les Mémoires de Trévoux29. La réédition, en 1 777, de ses Dissertations de droit canonique30 lui valut encore une présentation bienveillante dans L’esprit des journaux françois et étrangers : « L’excellence & la rareté de ces dissertations, a porté M. Bertram à les faire réimprimer. Il promet de donner une édition des principaux ouvrages du même auteur, si celle-ci est bien reçue »31. Ce projet échoua, non parce que notre auteur n’intéressait pas le public, mais au contraire, parce que dans le même temps, un avocat italien se chargeait de réimprimer ses œuvres complètes.

  • 32 « L’ouvrage rédigé par le sieur d’Hauteserre, Professeur en Droit de l’Université de Toulouse, est (...)

11Auteserre a joui de son vivant d’une grande renommée en France. Mais il n’y fut réimprimé qu’une seule fois, en 1736, de manière indirecte. Il s’agit en fait de la réédition du Traité de l’Abus de Févret, corrigé, augmenté de notes par Jean-Louis Brunet, de la Vie de Févret rédigée par l’abbé Papillon, et du traité critique d’Auteserre. Cette édition lyonnaise, par Duplain, remplit deux volumes in-folio. Le succès éditorial fut au rendez-vous (attestant aussi par là l’échec de la réfutation de l’abus par Auteserre32), puisque une nouvelle édition vit le jour chez la Société des libraires, à Lausanne, en 1777, en deux volumes du même format. Vite épuisée, elle connut une réédition en 1778.

  • 33 De Origine et statu feudorum pro moribus Galliae liber singularis, Strasbourg, 1690, typis J.-F. S (...)
  • 34 De origine et statu feudorum pro moribus Galliae, liber singularis, Strasbourg, 1728, sumptibus J. (...)
  • 35 De Ducibus et comitibus Galliaeprovincialibus libri tres, Francfort, 1731, J. P. Krieger, in8°, 43 (...)
  • 36 De Ducibus et comitibus Galliae provincialibus libri tres, Francfort, 1731, Praefatio, non paginée

12Il n’en alla pas de même dans la République des Lettres, ignorante des frontières. La diffusion d’Auteserre fut européenne. Cet écrivain prolixe fut maintes fois réédité après sa mort, dans l’Empire et en Italie, ce qui le fit connaître en Espagne, en Angleterre et aux Pays-Bas. Le monde universitaire germanique tint notre juriste en grande estime si l’on en juge par le nombre des rééditions. Huit ans seulement après sa mort, Johann Schilter (1632-1705), professeur de droit à Iéna, Francfort puis Stras bourg, publiait dans cette dernière ville le De Origine et statu feudorum pro moribus Galliae liber singularis33. Ce petit ouvrage connut un vif succès puisqu’il fut à nouveau réimprimé, dans la même ville de Strasbourg, en 1728, sur les presses de Jean Beck34. En 1731, le juriste Johan Georg Estor (1699-1773), professeur à Iéna, Giessen puis Marbourg, donnait une nouvelle édition des Ducs et des Comtes, à Francfort, avec préface35, laquelle expose les raisons du choix opéré « parmi les livres du très savant professeur toulousain Antoine Dadine d’Auteserre, pleins d’une érudition en tout genre »36.

  • 37 Antonii Dadini Alteserrae antecessoris olim Tolosani De fictionibus iuris tractatus septem ; acces (...)
  • 38 In libres Clementinarum commentarii. Accessere sex proelectiones solemnes habitae pro instaurandis (...)
  • 39 Asceticon, sive originum rei monasticae libri decem, Halle, 1782, impensis orphanotrophei, in-8°, (...)
  • 40 H.-Ph.-C. Henke, P.-J. Bruns, Annales Literarii, Helmstadt, 1782, v. 2, pp. 514-516.
  • 41 Le rédacteur de cet article met en avant la modernisation nécessaire de l’apparat critique : « In (...)
  • 42 L’esprit des journaux françois et étrangers, t. XI, Décembre 1782, p. 387.
  • 43 L’esprit des journaux françois et étrangers, t. XI, Décembre 1782, p. 388.

13En 1769, un autre docteur en droit, Johann Friedrich Eisenhardt (1720-1783), professeur à Helmstadt, donnait au public une nouvelle version du traité des fictions, dédiée à l’avocat bibliophile Gerard Meerman37. La dédicace comportait une louange appuyée de l’auteur et de son « elegans acpraeclarum [...] opusculum », et la préface justifiait ce choix éditorial par l’érudition et la clarté de l’œuvre. Enfin, en 1782, Christian Friedrich von Glück, docteur in utroque, professeur à l’université d’Erlangen, publiait deux nouvelles éditions des travaux d’Auteserre. Il fit d’abord réimprimer le commentaire des Clémentines38, puis l’Asceticon39. Ce qui fut très remarqué, puisque les Annales Literarii y consacrèrent trois pages laudatives40. L’article débute ainsi : « Opportuno sane tempore hunc librum typis repetendum curavit », et ne manque pas de saluer le « ICtus [jurisconsultus] celeberrimus », qui « juge de tout avec la plus grande érudition et la plus grande politesse, qui est assurément un classique »41. L’esprit des journaux, dans sa livraison de décembre 1782, ne manquait pas de le souligner. Le compte rendu s’attache au second ouvrage, annoté par l’éditeur : « Les notes de M. Gluc sont rares, & quand il contredit un aussi grand canoniste qu’Alteserra, c’est toujours avec beaucoup de respect & de retenue »42. Glück avait encore d’autres projets : « [il] s’occupe maintenant de l’édition du commentaire d’Alteserra, sur les décrétales d’innocent III »43. Ce dessein avorta, sûrement parce qu’il eut connaissance de la réédition qu’en avait donné Michel Marotta deux ans plus tôt.

  • 44 Absent des dictionnaires biographiques, du Dizionario biogafico degli Italiani (t. 70, Marcora-Mar (...)
  • 45 Opera, t. 1, p. I. Marotta inséra en tête de chaque tome une préface dédiée « Erudito Lectori ». N (...)
  • 46 Opera, t. 1, p. VII.
  • 47 Il est probable que ses recherches ont commencé au moins dix-sept ans avant de faire imprimer le p (...)
  • 48 Opera, t. 1, p. III. Marotta ajoute qu’il convient de ne pas faire attendre plus longtemps les « v (...)
  • 49 Opera, t. 1, pp. VII-VIII. Il mentionne ses auxiliaires: « Pleraque, quae in manu sunt, debeo huma (...)
  • 50 Opera, t. 11, p. III : « Au temps où j’entreprenais de donner au public les œuvres complètes d’Ant (...)
  • 51 Les neuf premiers tomes datent de 1777, les deux derniers de 1780. Deux tomes sont dédoublés : le (...)
  • 52 Dans son premier tome, il regrette de ne pouvoir suivre un ordre, « vel secundum tempus, quo prodi (...)

14Cet avocat napolitain, dont nous ne savons presque rien44, s’est lancé dans une incroyable aventure éditoriale, réimprimer l’ensemble des œuvres d’Auteserre : « Editionem operum Antonii Dadini Alteserrae inpublicum daturus, haud operaepretium est, humanissime lector, in viri summi laudes excurrere »45. Du moins, « quant au titre de l’ouvrage, bien qu’il promette les œuvres complètes d’Auteserre, il faut l’entendre de celles que j’ai pu trouver »46. Cette entreprise acharnée débuta en 177747 : « Impatiens interim diu differre. operi initium feci »48. Il avait alors acquis, avec l’aide de quelques confrères49, seize des œuvres de notre juriste, à l’exception du commentaire sur saint Grégoire de Tours qui lui fut fourni en 178050. Entre 1777 et 1780, parurent treize volumes composant onze tomes51, sans ordre logique52. L’édition eut lieu à Naples, « Cum privilegio Regis »53.

  • 53 Ce privilège, qui aurait pu nous renseigner, est malheureusement absent des ouvrages.
  • 54 Opera, t. 1, p. IV. Il ajouta, dans son dernier volume, être prêt à acheter les œuvres manuscrites (...)
  • 55 Opera, t. 3, p. I.
  • 56 Opera, t. 1, pp. I-II. Marotta explique que ces caractères ont servi à éditer Mabillon, et qu’Aute (...)
  • 57 Opera, t. 11, p. VI.

15Mécène,53 Marotta finança lui-même ce vaste projet, sans le secours d’un éditeur : « Ingentempecuniae summam collocasse »54. Il semble avoir été lui-même l’imprimeur, invoquant chaque sortie de tome « ex typis meis »55, expliquant avoir acheté, « magnis impensis », auprès d’un éditeur parisien d’élégants caractères d’imprimerie, et s’être fait instruire de la manière dont il devait les installer chez lui56. La solitude ne lui fit pas peur, et il affirmera, une fois le travail accompli : « Solus certe fui. Je ne dis pas ça pour m'accaparer la louange (ce serait surprenant d’être loué pour avoir vérifié des citations), mais pour que cet exemple excite à de plus grandes réalisations : rien n’est difficile à qui le veut »57.

  • 58 Elle s’inscrit peut-être dans « le goût dominant des lettres italiennes des années 1780 », à savoi (...)
  • 59 Opera, t. 5, p. III
  • 60 Opera, t. 5, p. IV.
  • 61 Opera, t. 1, p. I.
  • 62 Opera, t. 4, p. III.
  • 63 Opera, t. 7, p. III.
  • 64 Opera, t. 1, p. V.
  • 65 Opera, t. 10, p. III.
  • 66 Opera, t. 10, p. III.
  • 67 Opera, t. 11, p. VI.

16Une telle entreprise est évidemment surprenante58. L’éditeur justifie sa démarche par un argument principal, l’érudition confondante d’Auteserre. A ce « vir doctissimus »59, « schola Tolosana [...] eminentissimus antecessor »60, il convenait une édition honorable. Dès son premier volume, Marotta annonce : « Ses œuvres, en effet, sont dignes d’immortalité [cedro certe digna], comme le démontre assez son érudition en tout genre »61. Il revient sans cesse sur ce génie « celeberrimus »62 : « Immensa eruditio »63 ; « libres suos omnes summo judicio & stupenda propemodum eruditione conscripserit »64 ; « Cum non communali eruditione exhibet »65 ; « In tanta enim eruditionis copia »66. Et conclut sa dernière préface sur ce thème : « Je ne sais si je dois ajouter quelque chose à cette édition des œuvres complètes d’Auteserre, pleines d’une érudition étonnante »67.

  • 68 Opera, t. 2, p. I. Il s’insurge du « vice de ce siècle, commun à tous les hommes », faisant préfér (...)
  • 69 « Ejusmodi errores variigeneris sunt. Alii spectant rectam scribendi rationem [...]. Alii sunt in (...)
  • 70 « Porro ad majorent lectorum utilitatem in legibus citatis §. addidi, cujus sententiam auctor laud (...)
  • 71 Opera, t. 1, p. VI. Marotta reprend très souvent cet argument, fondé, d’une mémoire prodigieuse pa (...)

17Une autre obsession de Marotta, louable, est celle de la correction des œuvres imprimées. Dans chaque préface, il se désole du nombre de « tot tantisque erroribus » contenues dans les éditions françaises d’Auteserre68. Il en débusqua plusieurs milliers, qu’il corrigea toutes69. Pour ce faire, il se fit aider de « viris diligentoribus » vérifiant chaque citation grecque ou latine, se réservant de contrôler la justesse des citations de lois ou de canons70. S’il s’interroge sur la radicale opposition entre cette « œuvre d’or » et la multiplicité des fautes, c’est pour donner deux explications. D’une part, « Auteserre était un homme d’une mémoire et d’une érudition surprenantes. De là, il avait coutume de puiser dans les forces remarquables de sa mémoire, et l’on voit souvent qu’il donne des citations de mémoire, peu attentif à les conférer aux originaux. C’est pourquoi l’original comporte quelques erreurs dans les citations »71. D’autre part, ces fautes proviennent « sans aucun doute des typographes ou des correcteurs qui, par ignorance ou par distraction, ont mal rendu ce qui était bien écrit ».

  • 72 Opera, t. 10, p. IV : « Verum quidem est, aliquot auctorum loca, praesertim Eusebii, Socratis, Soz (...)
  • 73 Opera, t. 7, p. V. Il dit ailleurs : « Perpetuus ferme usus Romani characteris sensum redd[i]t imp (...)
  • 74 Opera, t. 9, p. IV : « Hinc adevitendam confusionem, ubi opportunum credidi, typos Italicos, in ci (...)

18Son travail d’éditeur ne s’arrêta pas là. 11 modernisa les citations d’auteurs anciens, se fondant sur les éditions les plus récentes72. Il rendit plus claire la présentation des ouvrages de diverses manières. D’abord, face à un texte « d’un seul genre de caractère (qu’on appelle Romain) », il s’attela à mettre en italique « les citations de lois, et tous les autres lieux où il était nécessaire de distinguer le contexte du texte de l’auteur »73. Ensuite, il rétablit scrupuleusement la ponctuation. Enfin, il harmonisa l’écriture des chiffres, « modo numerum Romanorum, modo Arabicum »74.

  • 75 Opera, t. 11, p. V.
  • 76 Aussi, nous nous référerons constamment à cette édition.

19Le résultat de ce labeur est impressionnant. Cette édition des œuvres complètes est très soignée, purgée pratiquement de tout défaut. L’éditeur peut s’enorgueillir : « Verum enimvero in edendo hoc opere scrupulosiorem diligentiam adhibui »75. De plus, elle est imprimée en beaux caractères, sur un papier dont la fraîcheur étonne encore. C’est vraiment une édition de référence, le monument voulu et dressé par Marotta à la gloire d’Auteserre76.

  • 77 H. Ramet, Histoire de Toulouse, Toulouse, 1935, p. 513 : « Le XVIIème siècle a produit, à Toulouse (...)
  • 78 « La influencia de Mayans entre los illustrados fue significativa, como lo prueba el importante gr (...)
  • 79 J. Finestres, In Hermogeniani JCtijuris epitomarum libros VIcommentarius, Cervera, 1757, t. Ier, l (...)
  • 80 P. Ignasi Casanovas (éd.), Josep Finestres epistolari, ν. 1, Bibliotheca historica de la bibliothe (...)
  • 81 P. Ignasi Casanovas (éd.), Josep Finestres epistolari, ν. 1, p. 272, Lettre 361 du 24 août 1738.
  • 82 P. Ignasi Casanovas (éd.), Josep Finestres epistolari, v. 1, p. 348, Lettre 416 du 28 mars 1745.
  • 83 P. Ignasi Casanovas (éd.), Josep Finestres epistolari, v. 2, pp. 491-192, Lettre à Ramon Llatzer d (...)
  • 84 Voici un florilège : « Para el asunto de Vmd. importa ver a Antonio Dadino Alteserra. Rerum Aquita (...)
  • 85 V. Calvo y Julian, Illustracion canonica è historial de los privilegios de la Orden Militaide S. J (...)
  • 86 V. Calvo y Julian, op. cit., p. 184. Un autre auteur espagnol, le R.P. Michel de Saint-Joseph, co (...)

20Si les œuvres d’Auteserre connurent une diffusion vaste et importante, ce ne fut cependant pas grâce à cette réédition tardive77. Grégoire Mayans y Siscar (1699-1781), illustre professeur de droit à Valence puis à Salamanque78, ne manqua pas de distinguer notre juriste. Dans une lettre à Joseph Finestres, auteur d’un commentaire sur Hermogénien, il loue les divers commentaires de droit romain, et note, parmi les Cujas, les Baudouin, les Mérille, « Anton. Dadinus Alteserra. qui ejusdem Tryphonini libros viginti unum Disputationum perspicue enarravit »79. Ces deux auteurs font souvent référence à Auteserre, comme l’atteste leur correspondance. En 1730, Finestres se plaint à Mayans de ne pas trouver ses commentaires, et ajoute : « Juzgo que siendo obras de tal autor no dexaran de ser buenas »80. Ne les ayant pas trouvé huit ans plus tard, il réitère sa demande des « commentarios a Trifoninio y a varios titulos del derecho civil, de Antonio Dadino Altasserra. 2 tomos »81. En 1745, il déplore ne posséder que cet ouvrage, « que es quanto se halla de este jurisconsulto »82. Enfin, dans une lettre adressée à l’un de ses confrères, il vante les mérites de l’histoire du droit, et propose des guides sûrs : « La historia se ha de sacar principalmente de Oliba [...], de Gothofredo en los proemiales al codigo theodosiano, de Arthuro Duck, de Altaserra, de Cironio. Marca y otros »83. Sa vaste correspondance regorge d’allusions à notre auteur, et même de citations84. Vers la fin du siècle, un autre juriste espagnol utilise « el docto Alteserra »85. Il n’hésite pas à le classer parmi « los mas célebres Canonistas : el Hostiense, Juan Andrès y Alteserra »86.

  • 87 Pour preuve la place non négligeable qu’il tient dans [M. Lipenius], Bibliotheca realis juridicae,(...)
  • 88 J. P. von Ludewig, Vita Justiniani [...] nec non Triboniani iurisprudentiae iustinianae proscenium(...)
  • 89 Ce livre passait pour un « egregius libellus » aux yeux du juriste Johann Ηeinrich Boeckler (1611- (...)
  • 90 J. G. Heineccius, Recitationes in elementajuris civilis secundum ordinem institutionum, Pars Ia, P (...)
  • 91 B. G. Struve, Bibliotheca historica, vol. IX, pars. I, Leipzig, 1797, p. 415.

21L’empire germanique professe un attachement semblable à ses ouvrages de droit romain87. Son commentaire des Institutes est ainsi jugé par Johann Peter von Ludewig (1688-1743), professeur de droit à Halle : « C’est ce que ce jurisconsulte a fait de mieux »88. Il ajoute : « De plus, il a traité et cultivé, en sus des belles lettres, même l’histoire et les antiquités médiévales, et surtout la jurisprudence barbare, sacrae, civilis, feudalis. Les progrès de celle-ci sont particulièrement montrés dans l’ouvrage sur les Ducs et les Comtes [...]. Il a édité de nombreuses choses en droit Romain et canonique, et n’a rien écrit qui n’abonde de singularités »89. Johann Gottlieb Heineccius (1681-1741), professeur de droit dans les universités de Leipzig, Francfort et Halle, mentionne le « de fictionibus elegans tractatus » du « Jurisconsultus Gallus celeberrimus »90. Burkhard Gotthelf Struve (1671-1738), juriste et historien, loue 1’« eruditio ram atque uberrima studiumque omnia [quae] ad lapident lydium criticum exigendi etiam ex hoc opere [les Rerum Aquitanicarum] elucet »91.

  • 92 Sämtliche Schriften und Briefe : Allgemeiner, politischer und historischer Briefwechsel. Juni 1701 (...)
  • 93 Viri illustris Godefridi Guil. Leibnitii epistolae addiversos, Leipzig, 1734, p. 223, Ep. CXLII, A (...)
  • 94 I. G. H. Feder, Commercii epistolici Leibnitiani, Hanovre, 1805, pp. 262-263, Lettre du 20 janvier (...)

22Leibniz semble faire connaissance de l’œuvre d’Auteserre à la fin de l’année 1701. Il décrit à l’historien Johann Georg von Eckhart (1664-1730), les sorties littéraires annoncées pour l’année 1702, et indique : « Ant. Dadini Alteserrae tractatus contra librum Caroli Fevret de appelationibus ab abusum tandem, jusque là empêché par les Grands de l’Eglise, est sorti des presses »92. Toujours dans sa correspondance, neuf ans plus tard, il dresse une méthode d’apprentissage de l’histoire du droit. Celle-ci ne contient que deux noms : Godefroy et Auteserre93. Quelque temps plus tard, il reçoit une missive de l’abbé Bignon, lui répondant connaître ce juriste et posséder même un de ses ouvrages : « Nous avons aussi Alteserra en manuscrit sur les décrétales d’innocent trois »94.

  • 95 CH. Lefebvre, M. Pacaut, L. Chevailler, L’époque moderne (1563-1789). Les sources du droit et la s (...)
  • 96 Benoît XIV, De synodo dioecesana libri tredicim, lib. 1, cap. 6, §2 ; lib. 2, cap. 8, § 3 ; lib. 2 (...)
  • 97 Benoît XIV, De svnodo dioecesana libri tredicim, Ferrare, 1758, t. 1, p. 59 (lib. 2, cap. 9, § 6).
  • 98 Benoît XIV, op. cit., t. 1, p. 493 (lib. 9, cap. 9, § 7).
  • 99 Benoît XIV, op. cit., t. 1, p. 494 (lib. 9, cap. 9, § 8).
  • 100 Sanctissimi domini nostri Benedicti papae XIV Bullarium, t. 1, Rome, 1750, p. 205. Cet ouvrage ser (...)
  • 101 Magnum Bullarium Romanum, seu ejusdem continuatio [...] Complectens Constitutiones Benedicti XIV. (...)
  • 102 Magnum Bullarium Romanum, seu ejusdem continuatio [...] Complectens Constitutiones Benedicti XIV, (...)
  • 103 G. Catalani, De Secretario Congregatione Indicis libri duo, Rome, 1751, p. 2.
  • 104 G. Catalani, Pontificale Romanum in tres partes distributum [...] & Commentariis illustration, Rom (...)

23L’Italie pontificale ne saurait oublier ce vaillant défenseur des droits du Saint-Siège. C’est en la personne de Benoît XIV (1740-1758), illustre canoniste de l’époque moderne, qui clôt « le nouvel âge d’or » de la science canonique95, qu’Auteserre trouve un thuriféraire. Dans son De synodo dioecesana, le pape cite Auteserre à huit reprises, mais uniquement son traité sur la juridiction ecclésiastique96. Il le gratifie parfois d’un « bene perpensa ab Alteserra »97, loue ses « verbis diligenter perpensis »98, et enfin invoque le « saepius citatus Alteserra »99. En 1748, quand il rénove le Martyrologe romain, il s’appuie sur les travaux historiques d’« eruditis Viris », dont les commentaires d’Auteserre sur Anastase100. Comble de gloire, Benoît XIV le cita dans deux actes magistériels, l’encyclique In postremo du 20 octobre 1756101, et l’encyclique Quant grave, du 2 août 1757102. Dans cette dernière, le pape s’aidait de son commentaire de la décrétale Novimus d’innocent III (X, 5, 40, 27), où Auteserre « a colligé l’autorité convergente de plusieurs Pères, qui statuent en faveur de cette décrétale ». L’on peut effectivement faire un usage apologétique d’Auteserre, ce dont il ne se priva pas. Pas plus que le liturgiste Giuseppe Catalani (1698-1764), qui s’autorise du jugement d’Auteserre pour approuver la censure épiscopale des livres103, et se réfère souvent à Auteserre dans ses annotations du Pontifical Romain, dans un sens ultramontain104.

  • 105 L.-A. Muratori (éd.), Annali d’Italia, t. 1, part. 1, Rome, 1752, p. VI.
  • 106 I.-M. Liruti, De finibus utriusque potestatis ecclesiasticae et laicae commentarius, Lugano, 1781, (...)
  • 107 I.-M. Liruti, op. cit., cap. 20, §36, p. 287.

24L’historien Muratori (1672-1750) n’en pensait pas moins, et dans la dédicace des Annali d’Italia adressées à Benoît XIV, est fait l’éloge de « Louis XIV, roi trèssavant, qui permit aux presses françaises d’imprimer l’insigne ouvrage posthume du très érudit Antoine Dadine d’Auteserre, au sujet de la juridiction ecclésiastique, contre les traités de l’abus de Charles Févret et d’autres »105. Un autre canoniste, Mgr Innocent-Marie Liruti (1741-1827), se référait à Auteserre comme à un « Doctus Jurisconsultus »106, « Viro in Antiquitatis scientia nominatissimo »107.

  • 108 Μ. N. Brown (éd.), The works of George Savile, Marquis of Halifax, t. 2, Oxford, 1989, p. 245: « O (...)
  • 109 S. E. Brydges, Res literariefor may 1821 to feb 1822, Genève, 1822, pp. 334-3.

25L’Angleterre, enfin, ne l’ignora pas. George Savile (1633-1695), premier marquis de Halifax, homme d’Etat, fit une lecture profitable de l’Asceticon, pour mener à bien la rédaction de son Traité sur l’Eglise108. Sir Egerton Brydges (1762-1837), érudit bibliographe, eut aussi connaissance de notre auteur, et atteste : « He was regarded as one of the most able Jurists of France »109.

  • 110 J. Poumarède, « Antoine Dadin de Hauteserre. L’œuvre politique d’un professeur toulousain, sous Lo (...)
  • 111 Il faut rejeter les attributions hasardeuses de l’abbé Mezuret, prêtre érudit auteur d’une monogra (...)

26Ainsi son œuvre connut-elle une diffusion remarquable, sûrement facilitée par l’universalité de l’idiome employé. En effet, elle est « entièrement écrite dans un latin recherché et parfois difficile »110. Ce latin universitaire, légèrement orné, n’est pas le latin scolastique, tout en étant intelligible. Auteserre n’a rien laissé en français, sinon quelque correspondance privée111. Voilà qui constitue aujourd’hui un obstacle de plus à la connaissance de ses œuvres. Aussi nous sommes-nous efforcé de traduire de longs passages de cette œuvre, et avons-nous jugé opportun de citer abondamment notre auteur en français. Nous avons toutefois laissé certaines formules latines, plus décisives par leur concision ou le jeu des mots, que par une traduction qui ferait perdre leur saveur.

  • 112 De la sorte, certains volets de ses travaux de canoniste sont laissés en retrait, dont ses longues (...)
  • 113 J. Gaudemet, Eglise et cité. Histoire du droit canonique, Paris, 1994, p. 297. Sur ce concept chez (...)

27Nous nous sommes en premier lieu essayé à présenter Auteserre en tant que professeur de droit, maniant l’histoire et l’utrumque ius de manière remarquable (1ère partie). Nous nous sommes ensuite attaché à l’examen de l’œuvre de ce juriste, dans ses aspects canoniques, autrement dit, dans le sillage majeur du corpus d’Auteserre, centré sur la juridiction ecclésiastique, question à la fois très juridique et polémique, charnière entre les domaines spirituel et temporel112. Ses positions sur la jurisdictio ecclesiastica sont franchement iconoclastes, en tout cas dans une France largement gallicane, et ses développements sont les plus dignes d’intérêt (2ème partie). On le voit porter aux nues la puissance ecclésiastique face à la puissance étatique, terrain préparé de longue date par la Réforme grégorienne et les théories pontificales théocratiques. Fidèle à l’Eglise de Rome, Auteserre l’est autant en historien qu’en juriste. Ses commentaires sur le ius novum, le droit des décrétales, attribuent au pape une plénitude de puissance sur la juridiction tant gracieuse que contentieuse (3ème partie). Ce qui passait pour la communis opinio doctorum au temps d’innocent III ou d’Hostiensis113 paraît au XVIIème siècle d’un archaïsme sans nom, ou, comme le disait Laboulaye, d’un « ultramontanisme exagéré ».

Notes

1 A. Dupin,Ed. Laboulaye (éd.), Institutes coutumières d’Antoine Loysel, avec les notes d’Eusèbe de Laurière, Nouvelle édition, t. 1, Paris, 1846, p. LXXXIV, Liste des Auteurs et Jurisconsultes.

2 J. Poumarède, « Hauteserre », DHJF, pp. 398-399.

3 J. Poumarède, « Antoine Dadin de Hauteserre. L’œuvre politique d’un professeur toulousain, sous Louis XIV », dans J. Krynen, M. Stolleis (dir.), Science politique et droit public dans les facultés de droit européennes (XIIIème — XVIIIème), Francfort, 2008, pp. 377-392. Repris dans Itinéraire(s) d’un historien du droit. Jacques Poumarède, regards croisés sur la naissance de nos institutions, Toulouse, 2011, pp. 531-543.

4 Non datée, elle est antérieure à 1696, date de sa mort.

5 BM Cahors, fonds Greil, ms 133. Le manuscrit a été publié par L. GREIL, « Vie de M. d’Hauteserre », Bulletin de la société des études du Lot, t. XXVIII, 1903, pp. 73-104 et 153-167. Nous la citerons désormais ainsi : Vie de M. d’Hauteserre.

6 Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 5504, f° 40-79. Les deux manuscrits sont quasiment identiques. Outre quelques ajouts bibliographiques qui semblent postérieurs à la rédaction de la biographie (f3 40 r-v, 45, 47), et divers aléas orthographiques, l’on ne dénombre que six variantes. Deux leçons différentes nous intéressent, à savoir l’épitaphe de Maury, et la liste des ouvrages à imprimer, absente du manuscrit cadurcien. Ce dernier contient toutefois plus d’épitaphes, sept, contre deux dans le manuscrit parisien.

7 A. de Cathala-Coture, Eloges historiques des hommes illustres et des escrivains du Quercy et du Rouergue, t. 3, Bibliothèque municipale de Cahors, ms 19, f° 1-131. Cette version se retrouve à l’identique, sous le titre « Eloge historique d’Antoine d’Hauteserre », dans les Mélanges de poésie, de littérature et d’histoire, par l’Académie des belles-lettres de Montauban pour les années 1747, 1748, 1749 & 1750, Montauban, 1755, pp. 268-300. Désormais cité Eloge.

8 A. Rodière, « Notice sur le jurisconsulte Antoine Dadin d’Hauteserre », Recueil de l’Académie de Législation de Toulouse, t. VI, 1857, pp. 378-396. Cité ci-après A. Rodière, Notice. Sur l’Académie de Législation, v. P.-L. Boyer, L’Académie de Législation de Toulouse (1851-1958). Un cercle intellectuel de province au cœur de l’évolution de la pensée juridique, Thèse droit, 3 vol. , Toulouse, 2010 (dactyl.).

9 A. Rodière, Notice..., p. 379.

10 Ph. Tamizey De Larroque, Lettres médites d’A. Dadine d’Auteserre, publiées avec notice, notes et appendice, Paris-Bordeaux, 1876, 49 p., extrait de la Revue de Gascogne. Ci-après Ph. Tamizey, Lettres... Sur ce surprenant érudit gascon, l’on consultera avec profit V. Larcade, Un gentilhomme-campagnard entre l’histoire et le crépuscule : Journal de Philippe Tamizey de Larroque, 1889-1898, Bordeaux, 2008.

11 L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique et les querelles savantes vers le milieu du XVIIème siècle. Marc-Antoine Dominici (1605 ?-1650). Un controversiste quercynois ami de Pascal, Paris, 1936, 833 pp. Cité ci-après L.-A. Bergounioux, L’esprit de polémique... Outre cette thèse, voir J. Bastier, « Dominici », DHJF, p. 256.

12 A. Des Rochettes, « Deux familles quercinoises figurant à l’Armorial de 1696 », Bulletin archéologique, historique et artistique de la société archéologique de Tarn-et-Garonne, t. LXXX, 1953, pp. 55-91. La partie concernant la famille Dadine se trouve aux pages 69-91.

13 Voir E. Palame, « Catalogue des manuscrits de la collection Greil », Bulletin de la société des études du Lot, t. XLVIII, 1927, pp. 88-112 (no1-165) ; t. L, 1929, pp. 113-128 (no 165-229) ; J. Calmon, t. LIV, 1933, pp. 322-337 (no 229-308) ; t. LV, 1934, pp. 55-70 (no 309-382), pp. 167-182 (no 383-452), pp. 273-288 (no 453-506), pp. 331-372 (no 507-626). Il faut regretter la perte du « Livre de Raison d’Antoine Dadine d’Auteserre, formant un cahier in-4° contenant une série d’actes depuis le 13-VI-1601 jusqu’en 1628 : mariage de son père ; donation de son grand’père Gérôme Dadine, à son père Jean Dadine ; divers actes concernant le fief de l’Arbre Long », disparu en 1894, cf. A. Des Rochettes, art. cit., p. 77.

14 D’un point de vue pratique, nous écrirons Auteserre quand il s’agira des personnes, conformément à l’orthographe la plus usitée par les intéressés, et Hauteserre quand il s’agira de la terre, nom de domaine qu’elle porte encore aujourd’hui. Le Château de Haute-Serre, possède un domaine viticole produisant une cuvée spéciale Géron Dadine, en l’honneur de celui qui planta la vigne sur ces crêtes rocheuses (hautes serres). Détruites par le phylloxéra au XIXème siècle, elles furent replantées en 1971.

15 J.-R Vittu, « Qu’est-ce qu’un article au Journal des savants de 1665 à 1714 ? », Revue française d’histoire du livre, no 112-113,2001, p. 135. Huit des onze ouvrages publiés par notre auteur après la création du Journal des Savants y seront recensés, chiffre considérable révélateur de son importance au sein de la République des Lettres.

16 Un exemple de cet accueil favorable réside dans le catalogue de la Boutique du Palais de Bordeaux, le 13 septembre 1672. On y dénombre quatre exemplaires de ce commentaire in-4°, un relié et trois « en blanc », cf. Archives historiques du département de la Gironde, t. XXV, 1887, no LIX, pp. 184-185.

17 Journal des Sçavans, 5 janvier 1665, pp. 38-39. Le compte rendu ajoute : « Monsieur de Hauteserre a fait beaucoup d’autres ouvrages plus considérables, desquels on differera de parler, iusques à ce que l’occasion de le faire se presente ».

18 Journal des Sçavans, 12 juillet 1666, p. 327.

19 Journal des Sçavans, 12 juillet 1666, p. 328.

20 Journal des Sçavans, 11 mai 1676, p. 103.

21 Journal des Sçavans, 11 mai 1676, p. 104.

22 Journal des Sçavans, 22 avril 1680, p. 114.

23 Journal des Sçavans, 22 avril 1680, pp. 114-115.

24 Journal des Sçavans, 26 août 1680, p. 246.

25 Journal des Sçavans, 26 août 1680, p. 248.

26 Journal des Sçavans, 11 septembre 1684, p. 315.

27 Journal des Sçavans, 26 mars 1703, pp. 193-202. Ce compte rendu est reproduit dans la réédition napolitaine, DJE, Opera, t. 1, pp. XLII-XLVII.

28 Journal des Sçavans, 26 mars 1703, p. 202. Les Acta eruditorum, imitation germanique du Journal des Savants, saluèrent en 1703 la parution du De jurisdictione ecclesiastica en cinq pages, qui ne sont guère qu’une adaptation latine de leur parangon parisien. Ils donnèrent toutefois à Auteserre des titres enviables : « Clarissimus Autor » ; « Vir doctissimus » ; « Doctissimus Autor », Acta Eruditorum, Leipzig, Décembre 1703, no XII, pp. 521,522 et 525.

29 Mémoires pour l’histoire des Sciences & des beaux Arts, Trévoux, Février 1703, art. 21, pp. 270-285. L’on retrouve les mêmes jugements : « Le livre est plein d’érudition. Il serait seulement à souhaiter que l’Auteur eût évité deux écueils, contre lesquels il paraît qu’il n’a pas été assez en garde. 1. En refutant son Adversaire, il a poussé trop loin la Jurisdiction Ecclesiastique que M. Fevret renfermoit dans des bornes trop étroites. 2. Comme il étoit plusversé dans la lecture des anciens Canonistes, que dans la pratique du Barreau, il luy est échapé certaines choses qui sont contraires à nos usages ».

30 Antonius Dadinus-Alteserra Dissertationum juris canonici libri IV Quorum duo priores de adjuctoribus episcoporum, duo posteriores sunt de sacris censibus. Ob praestantiam et raritatem cum praefatione recudi fecit Phil. Ern. Bertram, Halae-Magdeburgicae, 1777, impensis Io.-lac Curtii, XVI-208 p.

31 L’esprit des journaux françois et étrangers, t. VII, Juillet 1778, p. 392. Le rédacteur ajoute in fine : « Alteserra est mort en 1680, tems où l’esprit de frivolité, jusques dans les études, ne dominoit pas encore ».

32 « L’ouvrage rédigé par le sieur d’Hauteserre, Professeur en Droit de l’Université de Toulouse, est en latin [...]. Il est plein d’invectives contre Fevret (ressource ordinaire de ceux qui ont tort). Au surplus, cet ouvrage est regardé comme contraire à nos Libertés, & comme au lieu d’affoiblir la réputation de Fevret, il n’a servi qu’à l’augmenter, on a cru devoir l’imprimer à la suite du Traité de l’Abus de l’édition de 1736, faite à Lyon [...] », B.-G. Rolland, Dissertation sur la question de savoir si les inscriptions doivent être rédigées en latin ou en françois ?, 2ème édition, Paris, 1784, p. 19, n. 50.

33 De Origine et statu feudorum pro moribus Galliae liber singularis, Strasbourg, 1690, typis J.-F. Spoor, in-4°, 54 p. Il l’inséra dans son Commentarius ad ius feudale alamanicum.

34 De origine et statu feudorum pro moribus Galliae, liber singularis, Strasbourg, 1728, sumptibus J. Beckii, in-fol°, 26 p. Cet ouvrage fut inséré dans la seconde édition du Codexjuris Alemanicifeudalis de Schilter.

35 De Ducibus et comitibus Galliaeprovincialibus libri tres, Francfort, 1731, J. P. Krieger, in8°, 436 p.

36 De Ducibus et comitibus Galliae provincialibus libri tres, Francfort, 1731, Praefatio, non paginée.

37 Antonii Dadini Alteserrae antecessoris olim Tolosani De fictionibus iuris tractatus septem ; accessit eiusdem solemnis praelectio ad L. cum societas D. pro socio, Halae et Helmstadii, 1769, C. Fl. Hemmerde, in-8°, 364 p. Lorsqu’il préparait sa fameuse bibliothèque, Meerman évoquait Auteserre en des termes fort élogieux : « Antonius Dadinus Alteserrae, Antecessor Tolosanus, varia edidit in Jure Civili & Canonico opera eruditissima, quorum aliquibus certe in Thesauro meo locum concessissem, nisi animus mihi foret, ejus opera tam Juridica quam Historica, quae in Bibliotheca mea adservo omnia, junctim separata Collectione praelo committere », G. Meerman, Conspectus novi thesauri juris civilis et canonici [...] subscriptionis legeprodituri, La Haye, 1751, p. 68.

38 In libres Clementinarum commentarii. Accessere sex proelectiones solemnes habitae pro instaurandis scholis. Recensait, acproefatus est Christianus Fridericus Glück, Halle, 1782, in-8°, XXI-284 p. Cette édition très rare ne se trouve qu’à la British Library.

39 Asceticon, sive originum rei monasticae libri decem, Halle, 1782, impensis orphanotrophei, in-8°, 844 p.

40 H.-Ph.-C. Henke, P.-J. Bruns, Annales Literarii, Helmstadt, 1782, v. 2, pp. 514-516.

41 Le rédacteur de cet article met en avant la modernisation nécessaire de l’apparat critique : « In corrigenda hac nova editione satis diligenter versatus est, laudandus etiam ob id, quod textibus iuris civilis et canonici citatis, quos Alteserra more antique per verba solum initialia allegaverat, numerum ubique addidit », p. 515.

42 L’esprit des journaux françois et étrangers, t. XI, Décembre 1782, p. 387.

43 L’esprit des journaux françois et étrangers, t. XI, Décembre 1782, p. 388.

44 Absent des dictionnaires biographiques, du Dizionario biogafico degli Italiani (t. 70, Marcora-Marsilio, Rome, 2008) tout comme de L. Giustlniani, Memorie istoriche delli scrittori legali del regno di Napoli, Naples, 1787, 3 volumes, il n’est mentionné dans les fichiers de la Bibliothèque Nationale de Naples qu’au titre de la réédition des œuvres d’Auteserre, comme « Editore e curatore scientifico napoletano » vivant au XVIIIème siècle. Seules ses rééditions le présentent comme « Jurisconsultus & in supremis Neapolitanis tribunalibus causarumpatronus ».

45 Opera, t. 1, p. I. Marotta inséra en tête de chaque tome une préface dédiée « Erudito Lectori ». Nous puisons la plupart de nos renseignements dans ces riches préfaces.

46 Opera, t. 1, p. VII.

47 Il est probable que ses recherches ont commencé au moins dix-sept ans avant de faire imprimer le premier volume. En effet, une lettre contenue dans les archives de la famille Dadine d’Auteserre (BM Cahors, Fonds Greil, no 228, pièce 44, rapportant que l’abbé Jean-Baptiste II Dadine d’Auteserre était le dernier mâle de la branche aînée) contient le très intéressant rapport d’un généalogiste, daté de 1760, évoquant les motifs d’une recherche de filiation : « Ce monsieur etant chargé par un monsieur qui habite l’italie qui étoit très desireux de savoir s’il existait des descendants males d’antoine d’Hauteserre, dont son mosolé est dans l’eglise de nazareth à Toulouse et qu’on ne serait pas fâché d’avoir donné les renseignements que l’on demandoit. Le Mr chargé de cette Recherche à joutait qu’il envoyoit que ce monsieur etoit descendans de cette d’h. qu’il cherchoit un heritier de son nom n’etant pas marié, qu’il étoit agé et quil jouissoit de 24 mille livres de rente, on a fait passer la gènèalogie ». Comme cette lettre vient de Naples, il semble qu’il faille identifier ce « monsieur qui habite l’Italie » avec Michel Marotta.

48 Opera, t. 1, p. III. Marotta ajoute qu’il convient de ne pas faire attendre plus longtemps les « viros eruditos » dans l’expectative.

49 Opera, t. 1, pp. VII-VIII. Il mentionne ses auxiliaires: « Pleraque, quae in manu sunt, debeo humanissimo juxta ac doctissimo viro Marchioni Francisco Vargas Macciucca, camerae regalis quinqueviro & regiae jurisdictionis delegato, itemque primi ordinis advocatis Marchioni Andreae Tontolo, Petro Patritio, ac Vincentio de Vivo ».

50 Opera, t. 11, p. III : « Au temps où j’entreprenais de donner au public les œuvres complètes d’Antoine Dadine d’Auteserre, il n’y avait que peu d’opuscules qui ne se trouvaient pas dans mon ample bibliothèque. [...] Indubitablement, il manquait un ouvrage dont le titre était Notae & Observationes in X libros historiae Francorum B. Gregorii Turonensis Episcopi, Tolosae, MDCLXXIX. Je continuais à visiter les bibliothèques italiennes et transalpines pour l’y trouver [...], en vain. [...] Arrivant presque au terme de mon édition, alors que l’espoir de voir paraître cet ouvrage était s’effaçait, l’érudit Jean-Baptiste Delle Spina, avocat au barreau de Naples, me le donna de manière inespérée, à qui je rends grâce publiquement après l’avoir remercié en privé ». Il manque seulement l’opuscule Lex romana, publié en 1641, mais intégré dans les Rerum Aquitanicarum, et les cinq lettres de controverses.

51 Les neuf premiers tomes datent de 1777, les deux derniers de 1780. Deux tomes sont dédoublés : le quatrième, contenant les deux parties des Annales d’Aquitaine, et le huitième, contenant les deux volumes de leçons sur le droit romain. Deux tomes comportent plusieurs ouvrages : le tome 3 contient les Notes sur Anastase et les Commentaires sur les épîtres de saint Grégoire le Grand ; le tome 5 contient les Ducs et les comtes, les Origines des fiefs et les Commentaires des Clémentines, « ne tomus exiguae molis videretur » (Opera, t. 5, p. III). Enfin, deux ouvrages parus en deux temps sont ici réunis en un seul tome, le Traité sur les fictions (t. 6) et les Dissertations de droit canonique (t. 9).

52 Dans son premier tome, il regrette de ne pouvoir suivre un ordre, « vel secundum tempus, quo prodierunt, velpotius secundum materias inter se respondentes », du fait de l’incomplétude de sa collection, et du travail simultané engagé sur plusieurs ouvrages, qui sortiront successivement, une fois corrigés, Opera, t. 1, p. VI. Il se rassure en expliquant qu’il convient mieux à l’homme érudit de posséder rapidement une bonne édition qu’une édition ordonnée lentement.

53 Ce privilège, qui aurait pu nous renseigner, est malheureusement absent des ouvrages.

54 Opera, t. 1, p. IV. Il ajouta, dans son dernier volume, être prêt à acheter les œuvres manuscrites d’Auteserre que l’on trouverait, « etsi erogatis sumtibus in id etiam incubuerim » (Opera, t. 11, p. IV).

55 Opera, t. 3, p. I.

56 Opera, t. 1, pp. I-II. Marotta explique que ces caractères ont servi à éditer Mabillon, et qu’Auteserre mérite le même traitement.

57 Opera, t. 11, p. VI.

58 Elle s’inscrit peut-être dans « le goût dominant des lettres italiennes des années 1780 », à savoir les ouvrages étrangers, et particulièrement français, cf. Fr. Waquet, « ‘La lumière... vient de France’. Le livre français en Italie à la veille de la Révolution », Mélanges de l’Ecole Française de Rome, Italie et Méditerranée, no 102, 1990, p. 233. Cependant, cet auteur souligne qu’il ne faut pas croire que « les imprimeurs italiens se lançaient tête baissée dans l’aventure des réimpressions, en particulier lorsqu’il s’agissait d’ouvrages en plusieurs volumes. Dans bien des cas, ils s’assuraient financièrement en lançant une souscription » (p. 239). Le schéma est ici différent, ne comportant aucune souscription. Bien que la faveur aille au français, « parmi ces réimpressions réalisées en terre italienne, on doit compter des œuvres en latin, dans le domaine juridique mais surtout en matière théologique. A Naples, on réédita les œuvres de grands juristes français, Cujas, Godefroy, Dadin de Hauteserre » (p. 241).

59 Opera, t. 5, p. III

60 Opera, t. 5, p. IV.

61 Opera, t. 1, p. I.

62 Opera, t. 4, p. III.

63 Opera, t. 7, p. III.

64 Opera, t. 1, p. V.

65 Opera, t. 10, p. III.

66 Opera, t. 10, p. III.

67 Opera, t. 11, p. VI.

68 Opera, t. 2, p. I. Il s’insurge du « vice de ce siècle, commun à tous les hommes », faisant préférer le bénéfice à la qualité. Quant à lui, éditeur indépendant, il travaille « magis propter gloriam. quam propter lucrum ». Par exemple, l’Asceticon « innumeris mendis esse conspurcatum » (Opera, t. 2, p. I), le commentaire des Institutes laisse voir un « immensus plane numerus mendorum omnis generis » (Opera, t. 7, p. III), l’édition des Dissertations de droit canonique affiche une « immensam errorum silvam » (Opera, t. 9, p. III), et quant aux leçons de droit romain, « errores omnis generis Tolosanam conspurcant editionem » (Opera, t. 8, p. IV). Si, dans les Rerum Aquitanicarum « menda eo prodigioso numero inventa non sunt ac in antecedentibus jam impressis, pauca tamen dici non possunt » (Opera, t. 4, p. III). Pour le traité des fictions, il s’intéressa à la réimpression germanique, car « les Allemands sont des travailleurs patients », mais elle contenait aussi nombre d’erreurs qu’il fallut corriger (Opera, t. 6, p. IV-V).

69 « Ejusmodi errores variigeneris sunt. Alii spectant rectam scribendi rationem [...]. Alii sunt in vocibus superfluis & erroneis, quibus sensus obscurus redditur : peccatque etiam aliquando syntaxis [...]. Spectant alii voces Graecas, quae non semel male descriptae sunt », Opera, t. 3, p. II. Marotta donne un exemple d’erreur dû à l’éditeur, ou au correcteur, qui « parum Graece sciebat », remplaçant une bonne leçon d’Auteserre par une fautive.

70 « Porro ad majorent lectorum utilitatem in legibus citatis §. addidi, cujus sententiam auctor laudare intendebat. Et in legibus, quae sub eodem titulo, & ab eadem voce incipient. numerum apposui : quod & feci, si quando plures errant ejusdem legis §§. qui ab eadem voce initium sumunt. Et in auctorum locis, quae Alteserrae ex solo numero librorum citaverat, ubi licuit ea in fontibus invenire, caput & numerum addidi », Opera, t. 7, p. IV. Cependant, devant la difficulté de cette tâche, il finit par se résoudre à contrôler lui-même les citations grecques, rejetant le concours de ses auxiliaires aux seuls textes latins, cf. Opera, t. 1, p. V.

71 Opera, t. 1, p. VI. Marotta reprend très souvent cet argument, fondé, d’une mémoire prodigieuse parfois mise en défaut, cf. Opera, t. 2, p. II ; t. 5, p. IV : « Auctorem nempe doctissimum & multum tribuisse memoriae, qua pollebat, & parum curasse in seligendis hominibus, qui suis operibus edendis superesse deberent » ; t. 7, pp. III-IV : « Ipsum [Alteserram] ferme ex memoria ad leges & auctores provocare consuevisse. [...] Hoc ipsum ad oculum demonstrat, quam immensa fuerit Alteserrae eruditio, & quam tenaci memoria pollebat : siquidem ex memoria ferme deprompsit innumeras citationes legum, canonum, & auctorum sive Graecorum, sive Latinorum omnis aetatis, & eadem ex memoria saepe loca descripsit » ; t. 11, p. V : « Jam ferme ab eo tempore, quo Alteserrae opera inpublicum emittere coepi, conjeceram, virum doctissimum saepe ex memoria, qua pollebat, tenaci, loca & verba auctorum citare & transcribere consuevisse : nec aliter explicare licebat mendorum ingentem numerum, quibus citationes redundant ».

72 Opera, t. 10, p. IV : « Verum quidem est, aliquot auctorum loca, praesertim Eusebii, Socratis, Sozomeni, Theodoriti, & Evagrii, ab Alteserra ex veteribus editionibus relata, fartasse mendosa non esset : at si ea a me adnotata sunt, id factum est, quia aliter leguntur in libris dictorum auctorum, quos habeo, Augustae Taurinorum editis, in quibus mutatio aliqua in capitibus facta est ».

73 Opera, t. 7, p. V. Il dit ailleurs : « Perpetuus ferme usus Romani characteris sensum redd[i]t implicatiorem » (Opera, t. 8, p. IV).

74 Opera, t. 9, p. IV : « Hinc adevitendam confusionem, ubi opportunum credidi, typos Italicos, in citationibus vero perpetuo numeros Arabicos adhibui ».

75 Opera, t. 11, p. V.

76 Aussi, nous nous référerons constamment à cette édition.

77 H. Ramet, Histoire de Toulouse, Toulouse, 1935, p. 513 : « Le XVIIème siècle a produit, à Toulouse, un émule de Cujas, Dadin d’Hauteserre [...] qui jouit en son temps d’une réputation européenne ».

78 « La influencia de Mayans entre los illustrados fue significativa, como lo prueba el importante grupo de discipulos que, en buena medida, heredaron el espiritu reformista del maestro », J. Alvarado, « Gregorio Mayans y Siscar », dans R. Domingo (dir.), Juristas universales, t. 2, Juristas modernos, Madrid-Barcelone, 2004, p. 592. Il est présenté comme « le père de l’érudition moderne en Espagne », cf. Fr. Lopez, « Un monument à la gloire de Mayans, l’édition de sa correspondance et de ses œuvres », Bulletin Hispanique, t. 88, 1986, p. 439. Sur ce personnage, v. A. Morel-Fatio, « Un érudit espagnol au XVIIIème siècle. D. Gregorio Mayans y Siscar », Bulletin Hispanique, t. 17, 1915, pp. 157-226.

79 J. Finestres, In Hermogeniani JCtijuris epitomarum libros VIcommentarius, Cervera, 1757, t. Ier, lettre non paginée.

80 P. Ignasi Casanovas (éd.), Josep Finestres epistolari, ν. 1, Bibliotheca historica de la bibliotheca Balmes, ser. 2, vol. VIII, Barcelone, 1933-34, p. 67, Lettre 86 du 19 mars 1730.

81 P. Ignasi Casanovas (éd.), Josep Finestres epistolari, ν. 1, p. 272, Lettre 361 du 24 août 1738.

82 P. Ignasi Casanovas (éd.), Josep Finestres epistolari, v. 1, p. 348, Lettre 416 du 28 mars 1745.

83 P. Ignasi Casanovas (éd.), Josep Finestres epistolari, v. 2, pp. 491-192, Lettre à Ramon Llatzer de Dou i de Bassols du 18 mars 1773.

84 Voici un florilège : « Para el asunto de Vmd. importa ver a Antonio Dadino Alteserra. Rerum Aquitanicarum, libri quinque, cap. 6, lib. 3, et cap. 7 et 8 et 11 et 15, et lib. 5, cap. 15. Son capitulos mui importantes », Lettre no 104, à Nebot, 29 octobre 1740 (Gregorio Mayans y Siscar. Epistolario, t. IV, Mayans y Nebot (1735-1742), Valence, 1975, p. 281) ; « Opera Canonica Ioannis Dartis es libro docto. Altesserra In Decretales también », Lettre no 154, à Andrès, 7 avril 1742 (Gregorio Mayans y Siscar. Epistolario, t. XX, Los hermanos Mayans y los inquisidores, Valence, 2005, p. 287). Il préconise certains ouvrages juridiques : « Casi todas las obras de Agustin, Vossio, Gothofredo [...] Altesserra Disertaciones canonica » (id., Lettre no 184, p. 317). Ce conseil fut écouté, puisque la réponse du 26 décembre 1742 se termine ainsi : « Tengo las Disertaciones canonica de Alteserra, i Cironio, de la libreria de Mena » (id., p. 324). Mayans réplique à ce sujet : » [...] las observaciones de Alteserra, que me gusta por su mucha letura », Lettre no 193 (id., p. 325). Ce jugement est ensuite modéré : « De Alteserra me acuerdo que, anos ha, escrivio mi hermano a Finestres, que tenia a Alteserra por docto i mui leido, pero no por mui critico, i Finestres respondido que estava en lo mismo », Lettre no 216, à Andrès, 19 mai 1743 (id., p. 352). Il cite encore le « cataloguito de voces celticas » contenu dans les Rerum (Lettre no 244, id., p. 387). Les Rerum sont évoquées deux autres fois (Lettre no 286, id., p. 432 ; Lettre no 295, p. 444).

85 V. Calvo y Julian, Illustracion canonica è historial de los privilegios de la Orden Militaide S. Juan, Madrid, 1777, p. 55.

86 V. Calvo y Julian, op. cit., p. 184. Un autre auteur espagnol, le R.P. Michel de Saint-Joseph, consacre à notre juriste une notice fort complète dans sa Bibliographia critica et prophana, Madrid, 1740, t. 1er, pp. 261-262. Elle présente ses œuvres de la sorte : « Scriptis suis de Utraque Jurisprudentia, deque Historia Gallica revera optime meritus ».

87 Pour preuve la place non négligeable qu’il tient dans [M. Lipenius], Bibliotheca realis juridicae, Leipzig, 1775, avec sept entrées consacrées à notre juriste (pp. 99, 160, 183, 193, 271,447,481).

88 J. P. von Ludewig, Vita Justiniani [...] nec non Triboniani iurisprudentiae iustinianae proscenium [...], Halle, 1731, p. 46. Dans son chapitre III sur les divers genres de commentaires des Institutes, il cite dans l’ordre, Cujas, Dempster, Grotius puis Auteserre.

89 Ce livre passait pour un « egregius libellus » aux yeux du juriste Johann Ηeinrich Boeckler (1611-1672), In Hugonis Grotii Jus belli & pacis commentatio, Strasbourg, 1704, p. 262 (in lib. 1, cap. 3, §23).

90 J. G. Heineccius, Recitationes in elementajuris civilis secundum ordinem institutionum, Pars Ia, Paris, 1810, p. 172.

91 B. G. Struve, Bibliotheca historica, vol. IX, pars. I, Leipzig, 1797, p. 415.

92 Sämtliche Schriften und Briefe : Allgemeiner, politischer und historischer Briefwechsel. Juni 1701 - März 1702, Berlin, 2006, p. 137, Lettre no 90, du 29 décembre 1701.

93 Viri illustris Godefridi Guil. Leibnitii epistolae addiversos, Leipzig, 1734, p. 223, Ep. CXLII, Ad D. Samvelen Reyherum, iruis et Mathematum in Acad. Kiloniensi Professorem ordinarium, 24 janvier 1710.

94 I. G. H. Feder, Commercii epistolici Leibnitiani, Hanovre, 1805, pp. 262-263, Lettre du 20 janvier 1712.

95 CH. Lefebvre, M. Pacaut, L. Chevailler, L’époque moderne (1563-1789). Les sources du droit et la seconde centralisation romaine, HDIEO, t. XV, vol. 1, Paris, 1976, p. 64 : « Cet âge d’or se termine par l’œuvre de Benoît XIV, qui joint à son activité de législateur celle d’un docteur, dont les travaux sont également restés classiques [...]. Ce n’est d’ailleurs pas seulement, comme pour la plupart des canonistes de l’époque, le point de vue strictement canonique qu’il tient à souligner, car il recourt fréquemment à l’histoire pour s’assurer de la pureté originaire des institutions ».

96 Benoît XIV, De synodo dioecesana libri tredicim, lib. 1, cap. 6, §2 ; lib. 2, cap. 8, § 3 ; lib. 2, cap. 9, § 6 ; lib. 3, cap. 1, § 1 ; lib. 9, cap. 9, §§ 6 à 8 ; lib. 13, cap. 15, § 8.

97 Benoît XIV, De svnodo dioecesana libri tredicim, Ferrare, 1758, t. 1, p. 59 (lib. 2, cap. 9, § 6).

98 Benoît XIV, op. cit., t. 1, p. 493 (lib. 9, cap. 9, § 7).

99 Benoît XIV, op. cit., t. 1, p. 494 (lib. 9, cap. 9, § 8).

100 Sanctissimi domini nostri Benedicti papae XIV Bullarium, t. 1, Rome, 1750, p. 205. Cet ouvrage sera encore cité par le pape dans son De servorum Dei beatificatione et beatorum canonizatione, t. 1er, Venise, 1764, (lib. 1, cap. 3, § 4), p. 10.

101 Magnum Bullarium Romanum, seu ejusdem continuatio [...] Complectens Constitutiones Benedicti XIV. ad Anno 1752 usque ad Annum 1757, t. 19, Rome, 1757, p. 253.

102 Magnum Bullarium Romanum, seu ejusdem continuatio [...] Complectens Constitutiones Benedicti XIV, ad Anno 1752 usque ad Annum 1757, t. 19, Rome, 1757, p. 285.

103 G. Catalani, De Secretario Congregatione Indicis libri duo, Rome, 1751, p. 2.

104 G. Catalani, Pontificale Romanum in tres partes distributum [...] & Commentariis illustration, Rome. 1738. 3 vol. Les épithètes sont élogieuses « laudatus Altaserra » (t. 1, p. 189), « doctissimus Altaserra » (t. 1, p. 257), « vir clarissimus Dadinus Altaserra » (t. 1, p. 259), « eruditus Altaserra » (t. 1, p. 319 ; t. 2, p. 226 ; t. 3, p. 165). Catalani connaît le traité sur la juridiction ecclésiastique et l’Asceticon.

105 L.-A. Muratori (éd.), Annali d’Italia, t. 1, part. 1, Rome, 1752, p. VI.

106 I.-M. Liruti, De finibus utriusque potestatis ecclesiasticae et laicae commentarius, Lugano, 1781, cap 5, §14, p. 93.

107 I.-M. Liruti, op. cit., cap. 20, §36, p. 287.

108 Μ. N. Brown (éd.), The works of George Savile, Marquis of Halifax, t. 2, Oxford, 1989, p. 245: « One of these [sheets] also contains page references that correspond to Dadinus Alteserra’s Asceticon (1674), of which a copy was at Rufford in 1693 ».

109 S. E. Brydges, Res literariefor may 1821 to feb 1822, Genève, 1822, pp. 334-3.

110 J. Poumarède, « Antoine Dadin de Hauteserre. L’œuvre politique d’un professeur toulousain, sous Louis XIV », dans J. Krynen, M. Stolleis (dir.), Science politique et droit public dans les facultés de droit européennes (XIIIème—XVIIIème), Francfort, 2008, p. 381.

111 Il faut rejeter les attributions hasardeuses de l’abbé Mezuret, prêtre érudit auteur d’une monographie sur Notre-Dame de la Fin-des-Terres, à Soulac. Ce dernier cite plusieurs passages écrits en français du XVIIème siècle, présentés comme étant d’Auteserre (Abbé Mezuret, Notre Dame de Soulac ou de la Fin-des-Terres. Le tombeau et le culte de sainte Véronique à Soulac, Lesparre, 1865, pp. 50-51, 92-93, 117, 124). Le problème de ces extraits, non référencés hormis l’indication Rerum Aquitanicarum, est qu’ils discordent passablement d’avec l’œuvre de notre auteur, voire qu’ils ne s’y trouvent pas. Ainsi est-il fait mention de Soulac et de sainte Véronique (p. 124), or Auteserre ne traite pas de cette ville dans les Rerum. Quant à la question de l’apostolicité des églises, si les propos corroborent ceux de notre auteur, on les voit cependant s’emporter contre « Joseph de l’Escale » (J. Scaliger) en des termes peu amènes (p. 51, n. 1), alors qu’Auteserre tenait en grande estime ce critique.

112 De la sorte, certains volets de ses travaux de canoniste sont laissés en retrait, dont ses longues digressions sur les dîmes ou les auxiliaires des évêques. Le traitement de ce dernier thème fait de lui un original, l’on sait que les adjoints des évêques n’ont pas eu l’heur de plaire aux juristes de la fin de l’Ancien Régime (Br. Basdevant-Gaudemet, « Les auxiliaires de l’évêque du XVIème siècle au code de 1917 », intervention faite au colloque Les ecclésiastiques dans l’Europe catholique (XVème -XVIIIème siècles). Pluralisme juridique et conflits d’autorités, 5-6 novembre 2010, résumé dactyl., p. 12 : « On ne trouve guère, chez les canonistes des Temps modernes, de constructions doctrinales fermes sur ce sujet »). De plus, la manière dont il étudie ce thème révèle un conformisme romain. En ces matières, il se fait l’épigone des canonistes ultramontains, tant espagnols qu’italiens, qu’il connaît bien. Sans faire un relevé exhaustif, notons qu’il cite dans ses Dissertations de nombreux auteurs de la Contre-Réforme : Gonzales Tellez(pp. 9,144), Robert Bellarmin(p. 15), Jean van der Meulen (Molanus, p. 15), Covarrubias y Leyva (p. 164). Il cite par ailleurs, dans la Défense de la juridiction ecclésiastique, Sbrozzius, Vasquez, Sylvestre, Navarrus, Suarez ou encore Barbosa.

113 J. Gaudemet, Eglise et cité. Histoire du droit canonique, Paris, 1994, p. 297. Sur ce concept chez les canonistes, v. P. G. Caron, « La ‘communis opinio doctorum’nel diritto canonico », Annali della Facoltà giuridicà di Camerino, v. 38, 1972. De manière générale, v. P. Ourliac, « Droit commun et commune opinion », Studie clasice, t. 7, 1965, pp. 103-107.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search