Version classiqueVersion mobile

L'œuvre canonique d'Antoine Dadine d'Auteserre (1602-1682)

 | 
Cyrille Dounot

Préface

Jacques Krynen

Texte intégral

  • 1 Dans O. Devaux dir., Histoire de l’enseignement du droit à Toulouse, Presses de l’Université des s (...)

1Dans son imposant mémoire de fin d’études consacré à L’enseignement du droit canonique au sein de la faculté de droit de Toulouse de 1679 à 17931, Cyrille Dounot avait réfuté bien des idées reçues, à commencer par celle d’un déclin général de l’institution et de la pédagogie universitaires aux XVIIe et XVIIIe siècles. Cette première recherche l’avait mis sur la piste de quelques remarquables figures de professeurs, au premier rang desquelles Antoine Dadine d’Auteserre, dont la renommée s’avéra européenne, comme l’atteste la réédition de ses œuvres à Francfort en 1731, à Halle en 1779, comme l’illustre l’édition napolitaine en 13 volumes in-4° de ses Opera omnia, entre 1777 et 1780, un siècle après sa mort. Qu’avait pu produire ce cadurcien de si intéressant pour la République des Lettres ? En plein Grand Siècle, il avait composé tous ses écrits en latin, dans un style encore très humaniste, pour être admiré de ses pairs, non pour être compris d’un maximum de lecteurs. On comprend que cette oeuvre ait fini par sombrer dans l’oubli.

2Cyrille Dounot a décidé de lui consacrer sa thèse d’histoire du droit. Il a commencé par explorer les archives locales et nationales. A force de patience il est parvenu à étayer, compléter et corriger ce que d’anciennes biographies faisaient apercevoir des origines, de la carrière et de la personnalité de ce juriste de province. Auteserre fut étudiant, docteur in utroque, avocat puis lieutenant criminel dans sa ville de Cahors avant d’être nommé docteur-régent, en 1648, à quarante-six ans, sur une chaire de droit civil à l’université de Toulouse. Là, très admiré, en charge du décanat à partir de 1671, il exerça jusqu’à quatre-vingts ans. L’examen attentif de ce parcours professionnel provincial n’a pas été dissocié de celui de l’élaboration et de la diffusion de ses écrits. Avant que de s’imposer dans son enseignement comme le dernier des grands juristes humanistes, de publier de solides commentaires sur les deux corpus, ou quelque tractatus pionnier, comme ce De fictionibus iuris ici en de belles pages analysé, c’est en tant qu’historien des antiquités françaises qu’il s’est fait partout connaître. Ce sont ses premiers ouvrages, de facture on ne peut plus érudite, une histoire des Ducs et comtes provinciaux de la Gaule, une étude sur l’Origine des fiefs, une Histoire d’Aquitaine et des annotations sur l’Histoire des Francs de Grégoire de Tours qui lui valurent d’être reçu dans divers cénacles littéraires, de se lier avec Pierre de Marca puis d’entrer dans les clientèles les plus prestigieuses, celles des Séguier, Lamoignon, Colbert. Cyrille Dounot a su manier tout l’éventail des sources manuscrites et imprimées permettant de bien situer l’ascension d’Auteserre dans les réseaux littéraires, intellectuels et politiques contemporains. Ses explorations archivistiques lui ont même permis d’exhumer deux inédits et de clarifier la place prise par son héros dans l’élaboration du Traité des droits de la Reine, commandité par Colbert pour la défense des prétentions de Marie-Thérèse à la succession d’Espagne. La première partie de cette thèse montre admirablement que les objets scientifiques, les préoccupations et les sujets historiques de ce praticien du droit devenu professeur de droit ne furent jamais neutres, sans liens avec les grands problèmes de son temps, ou même désincarnés. Ses recherches sur les origines franques du royaume et sur la féodalité constituent de savantes condamnations des frondes et des prétentions à gouverner de l’aristocratie, d’essentielles contributions en une période de grande fragilisation de la royauté bourbonienne à l’idée de souveraineté parfaite et de monarchie pure. Auteserre avait une propension certaine à la vie solitaire, à une forme d’ascétisme. Mais il avait la trempe de ses grands prédécesseurs de la Renaissance, ces professeurs à Toulouse, Paris, Bourges, Valence, Cahors, engagés dans le combat idéologico-politique, les Guillaume Benoît, les Jean de Coras, les Pierre Grégoire, les Vincent Cabot... à la fois théoriciens de l’Etat et thuriféraires du principe monarchique. Les facultés de droit ne sont plus tout à fait à son époque ce qu’elles étaient auparavant, des lieux de formation obligés pour les futures élites gouvernementales, judiciaires, administratives, mais en leur sein de fiers enseignants-chercheurs, comme ce savant cadurcien, continuent dans le champ doctrinal de défendre l’une ou l’autre grande cause, provinciale, nationale, internationale.

3Auteserre a été regardé par ses contemporains comme le Cujas du droit canonique. Les deux autres parties de la thèse s’attachent spécialement à sa doctrine des rapports de l’Eglise et de l’Etat, ainsi qu’à sa pensée ecclésiologique. Rien de théorique ou d’abstrait là non plus, puisque c’est sa grande réputation de commentateur universitaire des décrétales d’innocent III qui a incliné l’Assemblée du clergé de France à lui demander une réfutation du très gallican Traité de l’abus de Charles Févret. Dans ses leçons professorales sur l’ancienne législation papale comme dans son Traité de la juridiction ecclésiastique, ce juriste méridional, c’est l’aspect le plus original de sa personnalité intellectuelle et de son engagement politique, fait preuve d’un ultramontanisme forcené. Cyrille Dounot nous montre son héros s’attaquant l’une après l’autre à toutes les pierres de l’édifice historico-juridique bâti depuis la fin du Moyen Age par les tenants du gallicanisme, royal ou parlementaire. En érudit de hautvol, en archéologue des sources chrétiennes, en philologue et en diplomatiste, pas seulement en jurisconsulte, n’imaginant pas qu’une telle double cause puisse être perdue, Auteserre milite et pour la défense des privilèges de la juridiction ecclésiastique et en faveur de la plénitude de puissance pontificale. La thèse est ici captivante par la constante mise en opposition des « preuves » auteserriennes et des « preuves » gallicanes, par la manière dont sont revisitées et réinterprétées, à l’exact opposé des champions du gallicanisme, d’un Pithou, d’un Dupuy, la documentation patristique, conciliaire, littéraire, historique, juridique. En plein Siècle de Louis XIV, ce canoniste tente de réactiver le vieux legs grégorien, le considère inaltérable, place toujours sa confiance dans des documents à son époque déjà largement contestés, comme la Donation de Constantin ou les Fausses décrétales, s'en prend aux plus solides monuments des « Libertés » de l’église gallicane, demeure un pur décrétaliste. On savait qu’il était demeuré en France quelques doctrinaires inconditionnels de la plena potestas romaine, du for ecclésiastique et des immunités du clergé. Mais pas aussi systématiques, pas aussi fanatiques. On a là l’explication principale du rayonnement de l’œuvre d’Auteserre à l’étranger, inversement l’explication de son discrédit puis de son oubli en France, comme par punition des convictions politico-religieuses dont elle était porteuse.

4L’aisance et la pédagogie avec lesquelles cette thèse nous édifie sur la méthode et la signification de l’œuvre d’un juriste écrasant d’érudition, dans un siècle d’érudition, reposent sur un travail considérable et des qualités exceptionnelles. On l’appréciera au fil des pages, des notes de bas de pages, des annexes, cette recherche doctorale conduite sur cinq années à peine place d’ores et déjà Cyrille Dounot dans la lignée des Paul Ourliac, Henri Gilles, Jean-Louis Gazzaniga, Patrick Arabeyre.

Notes

1 Dans O. Devaux dir., Histoire de l’enseignement du droit à Toulouse, Presses de l’Université des sciences sociales de Toulouse (Etudes d’histoire du droit et des idées politiques, no11), 2007, p. 95-216.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search