Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu'en est-il de la sécurité des personnes et des biens ?

 | 
Marc Nicod

I – Regards croisés sur la sécurité des personnes et des biens

La fabrication de la sécurité industrielle : l’apport normatif des rapports sur la catastrophe d’AZF

Gilbert de Terssac et Irène Gaillard

Texte intégral

Introduction

1Dès le lendemain de l’explosion de l’usine AZF –le vendredi 21 septembre 2001– des rapports sont commandités, par les autorités publiques ou par des organismes publics ou privés, à des experts pour comprendre ce qui s’est passé : nous avons repéré une vingtaine de Rapports d’Expertise non juridique sur la Catastrophe (désormais REC) du 21 septembre qui retracent tant la crise qui a suivi l’accident du 21 septembre, que les débats autour de son analyse. Force est de constater que ces rapports, une fois remis au commanditaire, sont en quelque sorte archivés et pourraient tomber dans “l’oubli”.

2Que reste-t-il au juste de ces rapports ?

  • 1 Ce texte reprend et développe notre communication au colloque “Qu’en est-il de la sécurité des bien (...)

3C’est à cette question aussi simple que fondamentale que notre étude tente de répondre1.

  • 2 G. de TERSSAC, I. GAILLARD, (2007 a) Relire “Les rapports d’expertise sur la catastrophe d’AZF : Es (...)

4Le premier apport concerne l’organisation d’une mémoire collective irremplaçable et une source d’informations incontournables, issues d’un retour sur cette catastrophe et d’une analyse réflexive de ce qu’elle a fait aux hommes et de ce que les hommes en ont fait : c’est une trace écrite de cet évènement au travers de documents systématiquement recueillis, de témoignages patiemment collectés, de points de vue exhaustivement retranscrits ; bref ces rapports constituent la mémoire de ce passage d’un accident à une crise qui a menacé l’autorité publique, fait douter la société, ébranlé les habitudes des professionnels en charge de la gestion des catastrophes et qui a fait gronder la révolte des victimes, des salariés et des riverains (de Terssac et Gaillard, 2007 a)2. Quel est l’avenir de cette mémoire ?

  • 3 G. de TERSSAC, I. GAILLARD, (2007 b), “La catastrophe d’AZF en débat : l’apport cognitif des débats (...)

5Le deuxième apport de ces écrits concerne les confrontations qui ont pu être instaurées et les débats qu’ils ont portés sur la place publique ; pour le montrer, nous avons explicité l’apport cognitif de ces rapports qui porte sur la manière d’interpréter cette catastrophe et plus généralement sur la manière de voir les risques dans notre société (de Terssac et Gaillard, 2007 b)3. Les rapports d’expertise comportent une production cognitive de schémas de pensée qui permettent de repenser la catastrophe par une activité réflexive faisant retour sur cette dramatique expérience. En effet, les énoncés produits sont des points de vue cognitifs inscrits dans des cadres normatifs : le débat public a bien montré que le risque est une notion à géométrie variable qui s’enracine dans l’expérience du sujet, qui fluctue avec les changements des valeurs que se forgent les individus pour vivre en société, qui est tributaire de leurs croyances et de leurs idéologies ; il est clair que le débat autour de cette catastrophe a fait bouger nos certitudes et nos manières de voir. L’apport cognitif réside bien dans la confrontation de points de vue avec, d’un côté le point de vue d’une société intégrée, fiable et sûre, de l’autre le point de vue d’une société vulnérable et à risques : ces rapports reconstituent les schémas perceptifs en présence qui donnent sens aux faits observés ; ils ouvrent la voie d’un renversement de perspective permettant de passer d’une conception de la catastrophe en terme “d’échec” ou de résidu des réussites planifiées dans une société à risques maîtrisés, à une conception de la catastrophe en terme de “réussite” des échecs imprévisibles dans une société à risques peu maîtrisables et dont il faut s’accommoder. Les confrontations organisées après la catastrophe et consignées dans ces rapports sont-elles limitées à l’instauration d’une vision différente du rapport entre risque et société ?

6Le troisième apport de ces écrits est leur contribution à la redéfinition de cadres normatifs ; plus précisément nous voudrions expliciter l’apport normatif des rapports. Les rapports d’expertises non juridiques transforment la situation destructrice de la catastrophe en une situation constructrice de solutions : la catastrophe devient une situation à forte potentialité d’amélioration. Dans les rapports, les participants désignent les acteurs impliqués, montrent du doigt des tensions qui ont enrobé leurs relations, disent ce qui a été fait ou ce qui aurait dû être fait, décrivent ce qui a été, le “normal” et énoncent ce qui devrait être, le “normatif’. Ils comportent le récit de la catastrophe, avec d’un côté des faits rapportés et des effets recensés au travers de témoignages et, de l’autre, une expression des attentes requalifiées en termes d’actions à entreprendre : on obtient un recueil d’informations sur ce qu’ils ont fait avant la catastrophe et ce qu’ils ont fait au cours de la gestion de l’incident, mais aussi sur ce que la catastrophe leur a fait, ce qu’ils en retirent et ce qu’ils suggèrent pour l’avenir. Ces rapports se situent dans un climat de doute et de méfiance qui fait éclater nos certitudes : en même temps qu’ils permettent cette expression foisonnante, ils mettent de l’ordre, retiennent ce qui est important, dégagent les imperfections dans le fonctionnement des installations à risque, donnent un avis, émettent des recommandations et éclairent les décisions à prendre pour améliorer la sécurité globale des systèmes socio-techniques.

I – Les rapports d’expertise sur la catastrophe ?

A – Produire des solutions pour reprendre l’initiative

7A l’issue de la catastrophe d’AZF, une vingtaine de rapports d’expertise (non juridique) ont été élaborés et rendus publics. Ce sont les premiers écrits diffusés comportant une richesse d’informations sur les enjeux socio-organisationnels de la catastrophe et de la crise qui a suivi. La multiplicité des rapports et la densité de leurs annexes, la diversité des publics mobilisés, la variété des informations rassemblées, le foisonnement des propositions d’action constituent une “mise en mots” de cette catastrophe. Cette mise en mots a deux résultats essentiels : d’abord, elle a permis d’élaborer une “vision” de la catastrophe par le travail de compréhension de la situation inexpliquée, inacceptable et incertaine ; nous avons montré (de Terssac et Gaillard, 2007 b) que cette vision est une qualification de la catastrophe qui repose sur l’élaboration de savoirs et de cadres cognitifs autorisant à penser un évènement “impensable”. Mais ces rapports ont permis d’élaborer aussi une “visée” reposant sur la formulation d’une série d’actions pour atteindre un retour à la confiance et un niveau de sécurité globale plus acceptable. La formulation des énoncés concernant les recommandations est une activité de production normative dont le résultat est formé par un ensemble de propositions qui expriment la “visée” du rapport conduit par un expert. Certes, ce qui fonde ces manières de penser l’action, ce sont les manières de concevoir la catastrophe et la crise : la production de connaissances, l’élaboration de savoirs et de cadres cognitifs constituent des creusets à partir desquels des recommandations ou des prescriptions sont élaborées.

8Pourquoi élaborer une “visée” ?

9La raison en est simple : il s’agit de reprendre l’initiative pour transformer le monde de la destruction en un monde de la construction de solutions imaginées pour qu’une telle catastrophe ne se reproduise pas ; c’est en même temps s’arracher à ce monde qui a écarté l’homme de toute décision et l’a privé de toute initiative pour éviter ce désastre, laissant les produits agir et les réactions chimiques s’opérer. Reprendre l’initiative, c’est permettre la confrontation entre les manières de concevoir l’action et c’est avant tout donner la parole à une pluralité de publics, car ces “solutions” ne préexistent pas aux échanges : elles se construisent par ces échanges ; les publics invités s’expriment, protestent contre la catastrophe, s’en prennent aux acteurs supposés être impliqués dans sa venue ou dans sa gestion. En même temps qu’ils retracent et mettent en forme cette contestation, les rapporteurs la reconnaissent, lui donnent un statut et la transforment en une participation aux décisions futures, puisqu’ils donnent une prise aux intéressés sur la conception de solutions pour que de tels évènements ne se reproduisent plus. Construire une visée, c’est d’un côté se rapprocher de la catastrophe pour débattre de ce qui a été fait ou de ce qui aurait dû être fait et c’est, d’un autre côté s’en éloigner par des recommandations qui la rendent improbable et par des actions qui la tiennent à distance. La construction de la visée vise à faire tenir ensemble cette diversité de points de vue sur les actions à entreprendre, issue d’une consultation ou d’une concertation qui a été institutionnalisée après la catastrophe ; il s’agit de coordonner ce foisonnement normatif par la création de règles sociales communes : saisir le point de vue des publics à propos d’une décision prise (ou qui aurait dû être prise), faciliter l’intervention des publics à propos des décisions à prendre, redonner la parole à ceux qui sont restés sans voix.

B – L’objet de l’analyse : les écrits d’action

10L’objectif de cette recherche, c’est de comprendre comment se fabrique cette visée destinée à regagner un monde plus fiable et à retrouver la confiance que cet évènement a fait exploser. Cette analyse doit permettre d’identifier l’apport normatif et innovant des rapports au regard des pratiques (les actions) en vigueur dans le domaine de la prévention et de la gestion des risques : l’analyse porte ici sur la production normative à laquelle ces rapports ont donné lieu, sur la conception et la formulation d’actions et de mesures pour améliorer la sécurité globale. Pour analyser cette production normative, nous avons tenté d’analyser finement ces écrits que sont les rapports.

11S’agit-il de simples supports de la communication ?

12Ne sont-ils que des moyens pour transmettre des messages ?

  • 4 A. BORZEIX, B. FRAENKEL, (sous la dir. de), Langage et travail : communication, cognition, action, (...)

13Nous considérons avec Borzeix et Fraenkel (2005)4 que dans toute activité, la part langagière y est déterminante : l’activité de production normative, objet de notre étude, n’échappe pas à l’échange et à la confrontation que la mise en mots tentera de traduire, de faire converger et de faire accepter par les protagonistes.

14Observons premièrement que cette activité de production normative repose sur des échanges et des confrontations qui annoncent le retour de la communication interrompue par l’évènement : agir, c’est avant tout communiquer. Dans cette activité de production normative, la communication entre les différents publics y est centrale pour distribuer la parole, laisser s’exprimer les sujets, faire interagir les protagonistes ; la communication est une activité qui sert à ordonner des points de vue, à interpréter le contexte de cette catastrophe, à régler les divergences d’appréciation. En même temps qu’elle rend possible une expression foisonnante, la communication est action : elle met de l’ordre dans cette réalité, retient ce qui est important, dégage les imperfections dans le fonctionnement des installations à risque, donne un avis sur ce qui a été fait, émet des recommandations et éclaire les décisions à prendre pour améliorer la sécurité globale des systèmes socio-techniques. Cette activité langagière sert à donner un avis sur ce qu’il faudrait faire pour maîtriser les risques, à élaborer des plans d’action, là où l’action était restée en plan : la question restée sans réponse, celle de la “quête de vérité” revendiquée et partagée par les publics invités à témoigner, est déplacée vers une production normative distribuée.

15Observons deuxièmement que cette communication est une activité de coordination : elle sert à coordonner des points de vue, à relier les actions qu’ils imaginent pour qu’un tel évènement ne se reproduise pas, à mettre bout à bout les contrôles qu’il faudrait renforcer, à mettre en réseau les acteurs désignés pour reconstruire un monde plus sécurisé. La communication sur la catastrophe dont les rapports témoignent est une activité de coordination exercée par les rapporteurs qui écrivent et signent le rapport : ils doivent faire tenir ensemble, leur propre point de vue avec les attentes de ceux qui ont demandé le rapport, prendre en compte les énoncés formulés par les intervenants qui prennent part aux débats, intégrer les propos tenus par les victimes qui viennent faire entendre leur récit, s’appuyer sur les raisonnements des experts invités à se prononcer, anticiper les attentes des élus en quête de solutions, négocier avec les animateurs et avec tous les fournisseurs d’informations et de données qui entourent l’évènement etc. On le voit, l’activité de coordination est centrale pour structurer l’espace normatif de la sécurité globale et pour produire “une visée” que traduisent les actions préconisées. Ce travail de coordination suppose de la part du rapporteur, d’une part un travail d’investigation par l’organisation de rencontres et d’échanges ayant pour objet le recueil d’informations et leur organisation en un tout plus ou moins cohérent, et d’autre part, un travail d’exposition et de construction de l’argumentation qui est un travail d’écriture qui rassemble et assemble, relie et fait tenir ensemble des matériaux hétérogènes, retient et exclut des informations, traduit en propositions concrètes des souhaits et reformule sans cesse.

C – Méthodologie

  • 5 B. FRAENKEL, 2005, Enquêter sur les écrits dans l’organisation, A. BORZEIX, B. FRAENKEL (sous la di (...)

16Comme le souligne Fraenkel5, “le chercheur qui entreprend une enquête sur les écrits du travail, sur les pratiques d’écriture et de lecture, est confronté à un double problème : il n’a reçu aucune formation spécifique à ce type d’enquête, il ne peut guère s’appuyer sur des techniques éprouvées et comprend qu’il va devoir construire lui-même son arsenal de techniques en bricolant plus que d’habitude”. Notre travail d’analyse des rapports consécutifs à la catastrophe n’échappe pas à ce bricolage.

17Premièrement, nous avons isolé un corpus de 6 rapports sur l’ensemble des rapports produits. D’une part parce qu’il s’agit de rapports homogènes dans leur structure faisant partie des premiers rapports produits et surtout parce qu’ils émanent d’une commande publique. D’autre part, parce qu’ils sont élaborés dans un contexte com-parable et partagent une forte volonté d’améliorer la maîtrise des risques industriels par l’action publique. Il s’agit d’institutions publiques qui veulent reprendre l’initiative en recréant du lien social par une activité réflexive collective et par un retour sur le fonctionnement des établissements hospitaliers, des dispositifs assurantiels, de la santé publique qui sont tour à tour des points d’entrée particulier de la catastrophe... Présentons succinctement la liste des rapports retenue pour cette étude.

Date

Titre

Auteur (Institution et signataires)

24/1 0/01

1 - Usine de la société Grande Paroisse à Toulouse : accident du 21 septembre 2001

Inspection Générale de l’Environnement
F. Barthélémy & coll.

29/0 1/02

2 - Rapport fait au nom de la Commission d’enquête sur la sûreté des installations industrielles et des centres de recherche et sur la protection des personnes et de l’environnement en cas d’accident industriel majeur

Assemblée Nationale
F. Loos & Coll.

01/0 2/02

3 - Débat national sur les risques industriels. Rapport au Monsieur le Premier ministre.

P. Essig

21/0 6/02

4 - Pour une politique efficace de prévention des risques industriels. Concilier la société civile et les entreprises à risques

CESR

12/0 3/03

5 - AVIS adopté par le Conseil économique et Social au cours de sa séance du mercredi 12 mars 2003 & RAPPORT présenté au nom de la section des activités productives, de la recherche et de la technologie

Conseil Economique et Social
M. Charles Fiterman

14/0 4/03

6 - Pour une politique efficace de prévention des risques industriels : concilier la société civile et les entreprises à risques. Rapport complémentaire au rapport d’étape du 21 juin 2002.

Conseil Economique et Social Régional Midi-Pyrénées

Figure 1 : Liste des titres des rapports d’expertises sur AZF commandés par de grandes Institutions publiques

  • 6 B. FRAENKEL, “Enquêter sur les écrits dans l’organisation”, A. BORZEIX, B. FRAENKEL, (sous la dir. (...)

18Deuxièmement, nous avons été confrontés à une hétérogénéité des matériaux au point de ne pas pouvoir faire une analyse de contenu simple. Par exemple, les énoncés sur les risques désignent des univers de significations très éloignés, de la procédure à la culture : “le risque est le non-respect de la loi, de la réglementation et des normes”, “le risque est le facteur humain et organisationnel”, “le risque est la défaillance des soins et de la réparation”, “le risque est une question de culture”. De même, les propositions d’action sont variables et dans un registre étendu qui va de l’analyse de danger aux décisions d’urbanisation, du souhait à la revendication précise. Nous avons donc tenté de retrouver les rationalités à l’œuvre dans ces propositions en référence aux fonctions des écrits mentionnés par Fraenkel6 : le “faire-faire” qui relève d’un ordre ou d’une prescription ; le “faire-savoir” qui relève d’un échange d’information nécessaire au travail d’expertise et qui peut intégrer des énoncés de justification tel que la vérification attestant que “tous les contrôles étaient faits” ce qui est une manière de “faire preuve”, il convient de rajouter le “faire-valoir” qui correspond à certaines visées élaborées.

19Troisièmement, nous avons recherché à décomposer ce que nous appelons la “visée” du rapport d’expertise, c’est-à-dire les propositions qu’il renferme.

20D’abord, la visée du rapport, c’est la direction du regard à laquelle le rédacteur nous convie ou, si l’on veut, l’objectif qu’il poursuit : notre hypothèse issue d’une lecture superficielle est que les rapports sont orientés vers un but, l’amélioration de la sécurité.

21Ensuite, la visée, c’est l’orientation du regard dans un espace d’action délimité. Pour délimiter ces espaces, nous avons recherché les domaines qui le composent et les frontières qui le délimitent, dont on fait l’hypothèse qu’ils constituent autant de chemins pour atteindre l’amélioration de la sécurité : les modifications des procédures, de la communication, de la formation, des connaissances en constituent quelques exemples.

22Enfin, le choix du parcours pour atteindre le but constitue le dernier aspect de la “visée” d’un rapport : c’est le choix du mode d’action dont on fait l’hypothèse qu’il obéit à une rationalité qui peut être cognitive, instrumentale ou politique.

23Munis de notre corpus et confrontés à l’hétérogénéité de ce matériau nous avons resserré notre investigation par trois grandes hypothèses susceptibles de nous aider à expliciter les visées des rapports.

24Dès lors, l’usage d’un logiciel de traitement de texte nous a permis d’avancer dans la vérification de nos intuitions de départ.

25Compte tenu de nos objectifs et de la masse de données que constituent les 430 pages de rapport considérées, le logiciel TROPE nous a permis de dégager les mots et les réseaux de mots associés aux visées du travail d’expertise. Nous avons utilisé cette approche “fréquentiste” de l’usage des mots pour cerner les visées présentées dans les rapports. C’est donc par une première approche quantitative des données que constituent les écrits que nous avons fondé notre analyse qualitative.

II – Les écrits d’organisation

26Le traitement des données nous a servi à qualifier davantage la visée comme but, comme chemin (moyen) ou comme technique (mode d’action). A l’aide du logiciel Trope, on observe une fréquence variable des thèmes énoncés.

27Les premières données obtenues ont permis d’identifier les mots les plus cités. De cette liste et, au regard de l’usage des mots, un premier constat a pu être fait : si le terme de “risque” est le plus fréquent, il est principalement utilisé pour instruire une vision de la situation, alors que le terme de “sécurité” qui lui est immédiatement associé renvoie à la “visée”, aux actions à entreprendre. A l’aide de ce premier résultat, nous avons recherché le texte associé au mot et fait une analyse de contenu classique.

A – Le but d’amélioration de la sécurité : intention, préconisation, injonction

28Il ressort de l’usage des mots par les rapporteurs que la visée commune à ces rapports est bien de développer des actions susceptibles d’améliorer la sécurité. La “Sécurité” nous semble définir l’intention commune des rapporteurs, le but qu’ils partagent, même si ensuite les chemins qu’ils empruntent diffèrent. Ce but est énoncé en ces termes : la sécurité “se réglemente”, “se gère”, “s’améliore”, “se fixe par des règles”, “se renforce”, “se manage”, “se recherche”, “s’élabore”. Ce but donne lieu, dans les rapports, “à des plans”, “à des visites de site”, “à une culture”, “à des questions”, “à des engagements des uns et des autres”. C’est ce que résume le slogan suivant, assorti d’une proposition concrète :

29Il faut développer une culture de SÉCURITÉ qui réponde aux exigences de notre époque.

30Pour concrétiser cette acculturation, je propose de créer une semaine annuelle de la “SÉCURITÉ industrielle” qui permettra de maintenir la vigilance de tous les acteurs.

31Les rapports d’expertises non juridiques ont une visée puisqu’ils dirigent notre regard vers un objectif : l’amélioration de la sécurité industrielle qui apparaît comme le 3ème thème de ces écrits. Les rapports reposent sur une manière de “prendre” la catastrophe, comme une occasion de remettre de l’ordre dans le désordre que l’explosion a fait naître. Il s’agit bien d’une remise en ordre puisque l’ordre sécuritaire existe, mais il a été remis en question par cette explosion. Remettre en ordre, c’est d’abord reprendre l’initiative dans le domaine de la sécurité qui apparaît comme un pivot des échanges que ces rapports cristallisent : la sécurité est un thème évoqué fréquemment, pratiquement deux fois par page. Mais que souhaitent les rapporteurs ? Que disent-ils exactement ? Quelle est la signification de leurs énoncés ?

32Il nous semble que l’on peut distinguer trois types d’énoncés : des intentions, des préconisations, des prescriptions. Dans tous les cas, observons que ces énoncés visent à structurer l’action des autres sans avoir de prise sur leurs comportements ; en même temps, ces énoncés structurent et ordonnent les échanges de ceux qui les formalisent. D’un côté, ils visent à orienter les décisions des autres en formulant des repères pour l’action, de l’autre, ils ordonnent les échanges entre les acteurs en stabilisant leurs interactions par des compromis susceptibles de leur permettre de s’y retrouver. Trois types d’énoncés spécifient le but : les énoncés d’intentions, de préconisation et d’injonctions.

1) Des énoncés d’intentions

33Ces énoncés formulent un projet qui dit à autrui que l’on espère que quelque chose se fera. Transformer la hiérarchie des valeurs en entreprise et souhaiter la réforme des normes européennes sont des énoncés qui traduisent “l’appétit” des locuteurs : “La sécurité devra demain avoir la même importance dans l’image de l’entreprise que ses performances financières et sociales, ou sa productivité (R2)”. Ou encore, “Le CESR demande que, lors de la négociation du nouveau traité en 2005, soit réalisée une extension des compétences de l’Union Européenne, qui puisse imposer aux États adhérents des règles plus contraignantes en ce qui concerne les risques technologiques et industriels” (R4).

34Il s’agit dans ce cas de vœux répandus à la cantonade ou de conseils prononcés pour toucher d’autres instances et les encourager à faire autrement, sans que l’on ait l’assurance que le destinataire aura reçu le message. D’ailleurs, le plus important, n’est-il pas de dire quelque chose même d’utopique aujourd’hui ? Le plus important n’est-il pas d’oser dire à ces autorités lointaines ce que l’on attend d’elles, comme si le fait de les désigner les rapprochait de soi ? Mais cette demande d’action susceptible d’améliorer la sécurité est peu spécifiée, comme s’il suffisait d’interpeller d’autres autorités pour que les choses se fassent. Ces énoncés d’intention prennent la forme de propositions générales : “Construire un système complexe et cohérent d’organisation globale de la SÉCURITÉ mettant en jeu et en relation tous les acteurs” (R3).

35On le voit, ces énoncés d’intention visent à influencer la manière d’agir dans le domaine de la sécurité en déverrouillant des espaces de discussion fermés. En même temps, ils cristallisent des compromis que les discussions ont permis d’établir. Rien n’avait été énoncé aussi clairement avant la catastrophe concernant le perfectionnement des règles de sécurité. Il ne s’agit pas de rappeler l’ordre sécuritaire précédent, mais de jeter les bases d’un ordre différent dont l’efficacité est liée à son caractère construit, au retour d’expérience, à un travail pluridisciplinaire, etc. qui font converger l’intentionnalité de chacun.

2) Les énoncés de préconisation

36Dans ce type d’énoncés, sont proclamées des recommandations précises, avec une certaine insistance. Ces énoncés consistent à désigner une action susceptible d’améliorer la sécurité et à la porter à l’attention bienveillante du public ou des décideurs. Ces préconisations sont énoncées comme résultant d’un consensus et comme si elles pouvaient être atteintes sans difficulté, car elles sont “à portée de main” :

“Proposition 36 : Permettre au CHSCT de se faire assister par un expert lors de la réalisation des études de dangers. L’étude de dangers devra être communiquée au CHSCT dans un délai suffisant pour lui permettre de rendre un avis motivé. Il est souhaitable que l’inspecteur des installations classées soit convoqué à la réunion au cours de laquelle le CHSCT rend son avis.

Proposition 37 : Instituer un avis motivé obligatoire du CHSCT sur l’étude de dangers et sur sa révision périodique.

Proposition 38 : Prévoir que l’absence d’avis motivé du CHSCT sur l’étude de dangers, entache d’illégalité la décision d’autorisation des autorités publiques”.

37On le voit cette préconisation rentre dans le détail de ce qu’il faudrait faire pour donner toute sa place au CHSCT. Une autre formulation se retrouve dans un rapport de M. Loos présentée comme une priorité : “La priorité absolue doit toutefois être la réduction des risques à la source pour réduire les périmètres de dangers. Les pouvoirs publics doivent donc veiller au renforcement des mesures de sécurité, avec la multiplication des mesures de précaution dans le cadre d’une stratégie de défense en profondeur contre les risques industriels”.

3) Les énoncés d’injonction

38Les énoncés d’injonction sont des prescriptions qui formulent un ordre, demandent que ces actions soient réalisées et les rendent indispensables. Prenons par exemple : “Nous voici au terme de la première partie de ce rapport consacrée à la réflexion sur la grande question posée après l’accident de Toulouse : “le risque dans notre société” et sur la réponse que je propose de donner : “créer en France une vraie culture de sécurité” (R3) ; on notera que le rapporteur parle ici en son nom comme pour rendre plus impératif son propos. D’ailleurs, le rapporteur mettra tout son poids pour assortir cette injonction d’une proposition précise : “une Fondation alimentée par tous ceux qui croient que la SÉCURITÉ est une valeur essentielle de notre civilisation pourrait aider au financement de ces recherches (R3)”. Cette sommation “de créer en France une vraie culture de sécurité” s’est bien traduite par la création d’une fondation de recherche, la FONCSI (Fondation pour la Culture de Sécurité Industrielle) dans laquelle le rapporteur a investi toute son autorité.

39Dans d’autres cas, l’injonction se traduit par une demande d’actions estimées indispensables. A l’époque de la rédaction des rapports, plane encore un doute sur la reprise des activités de certains sites industriels. Dans l’éventualité d’un redémarrage des injonctions sont formulées du type : “Si cette reprise est envisagée cela ne pourrait se faire qu’après une révision complète de la SÉCURITÉ des installations, une mise à jour des études de danger et une analyse critique par un expert désigné par l’administration”. (R4). On le voit, la reprise d’initiative consiste ici à ne pas se laisser déborder par des actions qui échapperaient à l’amélioration de la sécurité et à la volonté affirmée de voir ces recommandations se réaliser.

B – Les chemins pour améliorer la sécurité

40Nous avons procédé d’une manière un peu différente pour les domaines d’action au travers d’un deuxième traitement qui agrège des mots en fonction du sens que nous lui attribuons : à partir des mots les plus employés et susceptibles de nous aider à délimiter le champ d’action, nous avons procédé à des regroupements sémantiques : par exemple, la catégorie “prescription” que nous élaborons recouvre trois expressions voisines telles que “réglementation, procédure, directive, disposition”. A partir de la liste de la fréquence d’usage des mots dans les écrits, nous avons regroupé les termes ayant une signification proche ce qui permet de distinguer six domaines d’action que révèle l’analyse. Par ordre d’importance, selon les fréquences d’usage mesurées, ces six champs d’actions présents dans les écrits d’expertise donnent lieu à des recommandations et à des propositions d’action.

41Ces six domaines montrent que les expertises produisent des recommandations en tout premier lieu dans le champ de la prescription, mais aussi dans des domaines peut-être moins attendus comme l’action par la transformation des savoirs et des savoir-faire, ou encore par l’information et la communication. On voit ainsi apparaître un mélange entre des domaines d’actions que l’on peut dire très classiques en matière de maîtrise des risques industriels (la réglementation), mais aussi des domaines moins classiques qui établissent des ponts entre les risques industriels et le travail, la communication et la société civile, l’information et les riverains... Ce traitement des données montre les frontières qui sont travaillées par le travail d’expertise. De façon plus précise nous considérerons ici, les trois domaines d’action les plus importants au regard de la fréquence d’usage des mots sur lesquels se fondent ces visées exprimées par leur contenu des mots replacés dans le texte qui lui donne sens.

1) Le domaine des prescriptions : réglementation, procédure, directive, disposition

42Le domaine d’action réglementaire est prégnant dans les rapports d’expertises. On y retrouve toute la variabilité des visées : depuis l’invitation au changement, à l’injonction autoritaire, du niveau européen, jusqu’aux aspects plus concrets donnant lieux à des procédures.

43Le premier type d’action concerne l’amélioration des règlements en vigueur.

“Dans ces divers domaines (urbanisme) un gros travail a été fait depuis une dizaine d’années par le service de l’environnement industriel de la DPPR mais il est dispersé dans un grand nombre de textes arrêtés, circulaires et notes du SEI. Il serait maintenant nécessaire de donner à cet ensemble une présentation cohérente et complète sous la forme d’un arrêté accompagné d’une circulaire”.
“Un problème essentiel doit être résolu, celui de la définition du type d’experts, personnes physiques ou morales, auxquels les comités locaux et les CHSCT peuvent recourir. A ce titre, la procédure d’agrément devra offrir toutes garanties de transparence et de pluralisme”.
“Proposition no 73 : Autoriser, quand un enjeu d’urbanisme ou de développement économique le justifie, les collectivités territoriales à aider financièrement les exploitants à réduire à la source les risques, plus fortement que la réglementation ne leur impose de le faire”.

44Le deuxième type d’action concerne la création de nouvelles réglementations.

“La Commission estime, comme de nombreuses personnes qu’elle a entendues à Toulouse et à Paris, qu’un sinistre d’ampleur exceptionnelle doit permettre de déroger aux procédures d’indemnisation de droit commun”.
“Proposition no 79 : Instituer une procédure de reconnaissance de l’état de catastrophe industrielle”. “La Commission estime donc nécessaire de définir une procédure d’indemnisation simplifiée qui devra notamment reposer sur une indemnisation automatique sans expertise des dommages les plus modestes et dispenser d’expertise contradictoire tous les sinistres à l’exception des plus importants. Cette procédure simplifiée d’indemnisation devrait être mise en œuvre sur le champ et de plein droit par le guichet unique d’indemnisation, ses conséquences financières s’imposant à l’ensemble des acteurs concernés”.
“En tout état de cause, il semble important qu’une réflexion s’engage au plan européen sur les moyens envisageables pour corriger les effets de seuil dans la réglementation européenne”.

2) Le domaine d’action de recherche

45Les expertises font de nombreuses propositions pour changer la situation par l’amélioration des connaissances, des compétences, des compréhensions, de la culture, bref, des ressources cognitives des différents acteurs, qu’il s’agisse de personnes physiques ou morales (l’Europe, l’entreprise, l’individu...).

“Des comparaisons internationales sur les hypothèses d’accidents et les méthodes d’analyse devraient être développées de manière à valoriser l’expérience acquise dans les pays voisins”.
“L’élévation globale du niveau de connaissances dans les entreprises à risques devrait relever du simple principe de précaution”.

46Certaines actions concernent la mise en place de nouvelles connaissances ou de nouveaux dispositifs.

“Un préalable indispensable à toute évolution des règles d’urbanisme : la connaissance du risque”
“Le Conseil économique et social a donc le sentiment que des initiatives devraient être prises dans plusieurs directions : inciter au développement de systèmes de retour d’expérience dans les entreprises ayant une taille suffisante, dans les branches professionnelles, entre concepteurs, réalisateurs et fournisseurs partenaires d’entreprises disposant d’installations classées”.
“Bien entendu, le référentiel de gestion des entreprises sous-traitantes devra être très précis sur la formation des personnels proposés aux industries à risque, sur leur qualification, sur la vérification et la remise à jour de leurs connaissances, sur la manière de gérer leur apprentissage en faisant éventuellement appel à du tutorat”. Ici les citoyens au travers des instances de représentation : “Ces rapports d’audits (des études de dangers) devront évidemment être communiqués aux CHSCT et aux CLIRT et seront un des fondements de la culture de ‘connaissance responsable’ que je souhaite pour nos concitoyens”.
“Je ne dis pas qu’il n’y ait pas de situation où il faille déroger à la réglementation actuelle, extrêmement rigide, mais, dans de telles situations, il faudrait que tous les acteurs aient conscience de la situation qu’ils créent et soient bien d’accord pour l’accepter. Il y a, donc, une objectivisation des conditions de la décision et de ses conséquences, à partir de laquelle les populations concernées, comme les élus, pourront faire leurs choix en toute connaissance de cause”.
Proposition 11 : “... Mettre à jour les “Savoir-Faire” : pour éviter l’enlisement dans des habitudes, une formation continue dans l’entreprise doit permettre à tous ses salariés de mettre à jour en permanence les “savoir-faire” nécessaires, notamment en matière de sécurité et de prévention des risques industriels”.

47D’autres actions concernent l’amélioration des dispositifs pédagogiques pour mieux assurer le transfert des connaissances par la formation et l’appropriation de résultats de la recherche : c’est le domaine du “faire-savoir”.

“..., le choix (concernant l’urbanisme) pour chaque cas particulier devant être fait par des élus responsables, en toute connaissance de cause, après un débat démocratique avec les citoyens concernés”.
Ceci (rôle des salariés dans la sécurité) passe d’abord par une formation appropriée des personnels, par le maintien à niveau de cette compétence et par des contrôles réguliers des connaissances.
Cette situation anormale va être corrigée par le projet de loi préparé par le Gouvernement : les CHSCT seront organisés en une double formation pour couvrir l’ensemble des personnels d’un site et ils devront avoir connaissance des études de danger.
Le développement de la culture de sécurité, dans le cadre d’une connaissance responsable des citoyens prenant la place de l’indifférence d’hier, favorisera un renouvellement des comportements. Par ailleurs, cette même connaissance responsable des élus et de l’administration les rendra plus attentifs au respect de la réglementation et, peut-être, incitera à des évolutions de la réglementation dans un sens plus sécuritaire, si les exigences de demain sont plus élevées que celles d’aujourd’hui.

3) Les actions d’information et de communications

48Les actions portant sur l’information et la communication sont certainement les plus novatrices et variées. Les recommandations portent ici sur la structuration d’un espace de débat, d’une part à l’intérieur de l’entreprise, et d’autre part à l’extérieur pour construire des échanges avec les riverains et avec la société civile : ces actions visent à renforcer l’institutionnalisation du débat sur les risques au sein du CHSCT, des CLIRT (Commission Locale d’information sur les Risques Technologiques), ou au sein des dispositifs existants (l’enquête publique).

49Certaines actions sont générales. Elles donnent une direction, des principes pour organiser la communication.

“Le Conseil économique et social suggère un examen approfondi de ces questions et que des initiatives spécifiques soient étudiées, en mobilisant professionnels de l’information et acteurs de la sécurité, afin de porter la communication sur la maîtrise des risques au niveau requis”.
► “Développer l’information et le dialogue avec les salariés et leurs représentants ainsi qu’avec les riverains de l’entreprise et leurs représentants”.
L’information doit être large, claire, continue, accessible, différenciée pour atteindre tous les publics, capable d’offrir une présentation équilibrée des controverses éventuel les”.
“Pour bâtir un capital de confiance avec le voisinage, la communication doit porter sur un ensemble large”.
“La révision régulière des plans d’information, voire leur remise en cause, est essentielle : contenu, adaptation aux évolutions des risques en fonction de l’évolution des productions et procédures industrielles”.
“La communication doit être adaptée aux catégories de populations auxquelles elle s’adresse. Des relations de confiance avec les médias, en dehors de toute période crise, doivent être un objectif privilégié. Les salariés de l’entreprise doivent être acteurs de la communication. L’initiative d’une communication de qualité doit venir de l’entreprise elle-même”.
“En ce qui concerne la Protection civile nos propositions se font dans deux directions :
► Créer une interface entre information et population pour assurer une meilleure efficacité.
Il s’agit de mettre en place et de maintenir des réseaux humains aptes justement à servir d’interface pour optimiser l’information en direction du public, développer la permanence de la vigilance et, s’il y a crise, servir de relais entre les bénévoles individuels ou associatifs, formés dans le cadre d’un service civil et civique, et la sécurité Civile".

50D’autres actions sont plus concrètes.

“Pour améliorer la situation, il est en tout état de cause indispensable de diversifier les intervenants participant à la réalisation de l’étude (de dangers), le pluralisme étant non seulement souhaitable au plan du droit à l’information des personnes soumises au risque mais étant également un gage de qualité de l’étude”.
“L’analyse de ces incidents de fonctionnement et leur classification suivant un ordre de gravité à établir à l’initiative de la DSI à l’instar de ce qui se fait dans l’industrie nucléaire pourrait ainsi faire l’objet de communication systématique aux CLIRT”.
“Pour concrétiser cette acculturation, je propose de créer “une semaine annuelle de la SÉCURITÉ industrielle” qui permettra de maintenir la vigilance de tous les acteurs notamment en organisant :
► La réunion d’information annuelle du CLIRT de chaque site SEVESO avec tous les acteurs concernés afin notamment d’étudier tous les incidents et/ou accidents survenus ainsi que les résultats des indicateurs de performances pour proposer des actions d’amélioration.
► Des opérations portes ouvertes de ces même sites, permettant à la population avoisinante de visiter les lieux et de mieux comprendre les risques et les actions de prévention mises en place. L’organisation, le déroulement et les informations diffusées lors de ces portes ouvertes seront présentés et validés par le CLIRT.
► La diffusion d’outils d’information sur les risques industriels de chaque site et des consignes de SÉCURITÉ nécessaires élaborés par le CLIRT”.
“Les CLIRT [...] devront être informés de tous les incidents de fonctionnement du site. Leur principale responsabilité sera de diffuser des consignes claires, compréhensibles par tous et acceptées pour les cas d’accidents. Leur action pourrait être démultipliée par des relais dans les quartiers, ensembles HLM etc.
Des moyens d’alerte et d’information utilisant des techniques modernes pourraient être mis en place”.
“L’effort et le temps pour communiquer les informations critiques (aux sous-traitants) ne doivent pas être économisés quand les exigences de la sécurité le demandent... au-delà, une information plus générale doit être communiquée sur l’ensemble du site, même sur les parties non-concernées par l’intervention des sous-traitants”.

C – Le choix d’un mode d’action : cognitive, instrumental et politique

51Les visées reposent enfin sur le choix du mode d’action : nous avons énoncé à titre d’hypothèse trois modalités d’actions pour agir dans les domaines identifiés. Premièrement, une partie des préconisations formulées relève d’un mode d’action symbolique, visant à toucher les manières de penser : agir, c’est penser autrement, ce qui inscrit l’action revendiquée dans une rationalité cognitive. Deuxièmement, une autre partie des préconisations, largement majoritaire, correspond à des visées qui ne font pas table rase de l’existant pour la maîtrise des risques : elles opèrent en ajustant les dispositifs établis, en les modifiant, les renforçant, les complétant, les contrôlant. Elles apportent de ce fait de la consolidation plutôt que la refondation du champ considéré : agir, c’est ajuster et l’action est inscrite ici dans une rationalité instrumentale. Troisièmement, une part importante des préconisations opère en créant de nouveaux cadres pour l’action : l’action ne se situe pas dans les cadres, mais vise à définir ces cadres ; elle est inscrite dans une rationalité politique.

1) Écrire c’est transformer les manières de comprendre et de penser : rationalité cognitive

52Certaines préconisations visent des actions destinées à changer nos façons de penser que ce soit par un travail réflexif visant à mieux connaître la valeur et les limites de nos propres connaissances, en faisant prendre conscience des “trous” dans les connaissances ou encore en plaidant pour un changement profond de nos échelles de valeurs.

“A Toulouse, tous les experts pensaient que le nitrate d’ammonium ne pouvait pas exploser ! Sachons reconnaître les lacunes de nos connaissances”.
Tout en exposant au public les aménagements géographiques et industriels vers lesquels l’industriel tend pour minimiser le risque, la communication doit mettre en avant la recherche de l’intérêt général qui n’oppose pas nécessairement industrie à risque et population.
“Le Conseil économique et social a donc le sentiment que des initiatives devraient être prises dans plusieurs directions : inciter au développement de systèmes de retour d’expérience dans les entreprises ayant une taille suffisante, dans les branches professionnelles, entre concepteurs, réalisateurs et fournisseurs partenaires d’entreprises disposant d’installations classées”.
L’information doit atteindre une qualité et une intensité nouvelles. Elle ne doit pas être occasionnelle, mais systématique, capable d’anticiper sur les évènements, de porter les stratégies de sécurité dans toutes leurs dimensions. Elle ne doit pas être non plus cloisonnée, portant des messages différents pour les salariés de l’entreprise d’un côté, pour les riverains de l’autre. Les salariés et leurs représentants pourraient être associés utilement à la définition des plans de communication de l’entreprise sur la maîtrise des risques. Une information accessible et fiable est également nécessaire, bien ciblée et capable d’offrir une présentation équilibrée des controverses éventuelles”.

2) Écrire c’est modifier les pratiques existantes : la rationalité instrumentale

53Une grande part des visées ne modifie pas le fondement des cadres existants, mais traitent plutôt de leur respect, de leur application, leur renforcement, leur contrôle. Plutôt que de remettre en cause l’existant, les experts le reconnaissent et le renforcent par des actions obéissant à une rationalité instrumentale.

“Pour cela il faut au niveau européen modifier la directive 80/876 relative aux engrais et adapter les seuils de la directive SEVESO II. Sans attendre les modifications de la réglementation européenne proposées ci-dessus, il faudrait engager les modifications correspondantes de la réglementation française :
- Faire mettre à jour les études de dangers correspondantes (en tenant compte des risques d’effet domino dans les usines de production entre les stockages de nitrate d’ammonium et les stockages d’ammoniac)...
- Modifier la nomenclature des installations classées conformément aux orientations précédentes”
“..., les problèmes soulevés par le nitrate d’ammonium montrent la nécessité de renforcer les moyens en matière de retour d’expérience du Bureau d’analyse des risques et pollutions industrielles (BARPI)”
“..., le choix (concernant l’urbanisme) pour chaque cas particulier devant être fait par des élus responsables, en toute connaissance de cause, après un débat démocratique avec les citoyens concernés”.
“(Concernant les enquêtes publiques) Il faudrait définir au plan national l’information à donner lors des enquêtes d’extension des établissements en tenant compte de l’importance de la modification mais aussi de l’existence ou non d’une information assez récente lors d’une précédente enquête”.
“L’information du public sur les risques industriels majeurs doit être améliorée. Il faudrait définir les modalités d’information sur les risques de l’ensemble d’un établissement lors des enquêtes relatives à des extensions. En particulier le contenu minimal du résumé non technique devrait être précisé”.
“Pour faciliter le droit à l’information des citoyens sur l’ensemble des risques majeurs auxquels ils sont soumis tel que le prévoit déjà l’article L125-2 du Code de l’Environnement, la mise en place de CLIC est indispensable dans les zones à risques majeurs”. “De plus, il est nécessaire de procéder à un renforcement des moyens permettant de maintenir la communication entre l’ensemble des services publics en cas de crise”.

543) Écrire c’est concevoir de nouveaux cadres d’action : la rationalité politique Les préconisations qui visent à créer de nouveaux cadres sont au cœur de l’expertise qui ici s’attèle à corriger des manques dans la maîtrise des risques par des actions nouvelles qui supposent de définir de nouveaux cadres pour agir : former le “nouveau citoyen”, créer des réseaux d’échange etc.

- Fixer les nouvelles règles techniques relatives aux stockages de nitrate d’ammonium. “Soyons clairs : les procédures d’Utilité Publique ne correspondent plus, ni à leur finalité, ni aux demandes des citoyens ; elles doivent être revues de fond en comble pour répondre à leur but. Elles apparaissent comme [...] L’administration et les industriels concernés doivent remettre la procédure à plat”.
“L’idée émerge ainsi d’une véritable construction sociale de la réglementation, de nouveaux rapports entre réglementation et normalisation... Elles devraient mieux responsabiliser chacune des parties prenantes et donc faciliter l’acceptation et la mise en œuvre de la réglementation”.
“Il faut que tout remplacement d’un produit par un autre soit précédé d’une connaissance approfondie du produit de substitution, notamment sur ses effets à long terme, et favoriser les études permettant la mise en place de technologies propres et sûres”.
“...seule l’émergence de citoyens ayant une connaissance responsable du problème pourra donner réponse à la question de la SÉCURITÉ industrielle”.
Extension du “retour d’expérience” : Le retour d’expérience ne doit pas être limité aux seuls experts techniques du risque, mais impliquer les syndicats professionnels et les salariés. Ils doivent être mobilisés pour analyser les erreurs et les dysfonctionnements ou incidents. Dans une vision encore plus élargie, ce retour d’expérience ne doit pas se limiter aux seuls acteurs industriels.
“Cependant, le perfectionnement continu des règles et des outils de la sécurité, notamment par la réflexion scientifique appuyée sur la généralisation des expériences, la recherche d’une meilleure harmonisation de leur mise en œuvre, la prise en compte des impératifs sociaux et environnementaux, nécessitent désormais de tous les acteurs extérieurs à l’entreprise, un travail pluridisciplinaire, la construction de réseaux d’échanges des informations et des savoirs dont personne ne doit perdre de vue que l’entreprise en est le point nodal, le lieu de convergence”.
“Je fais également mienne la demande que toutes les informations concernant les risques industriels soient communiquées aux propriétaires de biens immobiliers et aux acquéreurs en cas de transaction : il convient donc que ces risques soient communiqués aux Bureaux des Hypothèques et obligatoirement mentionnés dans les actes de vente rédigés par les officiers ministériels”.
“Proposition no 40 : Imposer la transmission par le chef d’établissement des procès-verbaux des réunions du CHSCT relatifs aux risques industriels et aux mesures de sûreté, à l’inspecteur du travail, à l’inspecteur des installations classées et au président de l’instance locale d’information et de prévention”.

Conclusion

55Les rapports d’expertise sur la catastrophe constituent une reprise d’initiative pour élaborer de nouveaux plans d’action, là où l’action était restée en plan. Produites par des échanges et des confrontations, ces recommandations visent avant tout à donner prise aux protagonistes sur une réalité qui leur avait échappée : la maîtrise des risques. Ces écrits sont bien des “écrits pour l’action”, puisque certaines de ces recommandations auront été mises en œuvre, comme nous l’avons noté pour la culture de sécurité transformée en fondation ou pour la communication reprise dans un texte de loi. Sans aucun doute, ces écrits ont joué un rôle dans la fermeture de l’usine. Mais la performativité de ces rapports est ailleurs.

56Elle se situe premièrement, dans le fait même de reprendre l’initiative et de pouvoir débattre d’une catastrophe qui avait laissé chacun(e) sans voix : échanger et débattre, c’est déjà se rapprocher de l’évènement que chacun a tenté de tenir à l’écart et créer un espace de confrontation entre spécialistes et non spécialistes impensable avant la catastrophe ; formuler des recommandations, quel que soit leur réalisme, c’est en plus se rapprocher de la maîtrise des risques, ce que la catastrophe a rendu improbable : écrire ces recommandations, c’est donc agir dans l’incertain avec les autres et en toute légitimité du fait des débats et des concertations engagés.

57La performativité des rapports se situe deuxièmement, dans le pouvoir normatif que les publics invités ont conquis : la normativité sécuritaire n’est plus désormais réservée aux spécialistes de la sécurité industrielle. Non seulement elle est distribuée dans tous les publics, mais elle est désormais sous surveillance de ces publics : leur activité réflexive montre la capacité de contrôle qu’ils ont acquise, puisque le fait de pouvoir débattre des normes de sécurité s’est transformé en un débat sur le pouvoir normatif.

58Troisièmement, la performativité des écrits est caractérisée par l’émergence d’un acteur collectif dont le projet est encore en cours de construction ; il ne s’agit pas seulement des liens sociaux que ces confrontations ont permis de tisser, mais davantage d’un réseau d’experts que la situation de crise a permis de faire émerger. Certes, cet acteur collectif n’est pas soudé sur un projet partagé en totalité, mais soudé pour débattre et se confronter : salariés et riverains, victimes de l’explosion au sein de l’entreprise ou à l’extérieur, journalistes et citoyens, experts et membres de la société civile, responsables industriels et élus ont été placés dans l’obligation de dire et de se confronter, de s’associer ou de s’opposer ; mais tous, au-delà de leur expérience vécue, ont acquis une capacité réflexive et une certaine expertise de la maîtrise des risques

59Cette performativité des écrits sur la catastrophe ne sera pas sans conséquence sur l’expertise judiciaire qui se poursuit et sur l’interprétation qui sera donnée des conclusions définitives ; désormais, si l’absence de risque est impensable, la possibilité de faire autrement pour améliorer la sécurité industrielle est acquise par tous.

Notes

1 Ce texte reprend et développe notre communication au colloque “Qu’en est-il de la sécurité des biens et des personnes ?”. Il s’appuie sur une recherche intitulée ASCÉE “Analyse des Situations de Crise par les Études et les Expertises” qui a été soutenue par l’ACI Travail du Ministère de la Recherche et le Conseil Régional Midi-Pyrénées.

2 G. de TERSSAC, I. GAILLARD, (2007 a) Relire “Les rapports d’expertise sur la catastrophe d’AZF : Essai sur le travail d’expertise”, G. de TERSSAC, I. GAILLARD, La catastrophe d’AZF : l’apport des Sciences Humaines et Sociales, Paris Lavoisier (sous presse).

3 G. de TERSSAC, I. GAILLARD, (2007 b), “La catastrophe d’AZF en débat : l’apport cognitif des débats publics”, SUREAU M.-G. et BLIN M.-P., Information et communications autour de la catastrophe d’AZF, Toulouse, Octarès (sous presse).

4 A. BORZEIX, B. FRAENKEL, (sous la dir. de), Langage et travail : communication, cognition, action, Paris, Éd. du CNRS, 2005, (1ère éd 2001), 379 p.

5 B. FRAENKEL, 2005, Enquêter sur les écrits dans l’organisation, A. BORZEIX, B. FRAENKEL (sous la dir. de), o.c., pp. 231-261.

6 B. FRAENKEL, “Enquêter sur les écrits dans l’organisation”, A. BORZEIX, B. FRAENKEL, (sous la dir. de), Langage et Travail : communication, cognition, action, Paris, 2001, CNRS Édition, pp. 231-261.

Auteurs

Directeur de Recherche au CNRS. Centre d’Étude et de Recherche Travail Organisation Pouvoir. Université Toulouse 2

Maître de Conférences IPST-CNAM. Centre d’Étude et de Recherche Travail Organisation Pouvoir. Université Toulouse 2

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.