Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu'en est-il de la sécurité des personnes et des biens ?

 | 
Marc Nicod

I – Regards croisés sur la sécurité des personnes et des biens

Le regard du psychiatre

Jean-Claude Mazzone

Texte intégral

1Je vous remercie d’ouvrir les débats sur un sujet qui me tient à cœur et qui, j’espère, me permettra de vous transmettre toute l’insécurité dont je me suis chargé au fil des ans, bien qu’un psychiatre qui fasse peur soit assez banal.

2Je suis, en effet, responsable depuis plus de trente ans de la Consultation Médico Psychologique de Reynerie-Bellefontaine. C’est un des CMP de la Guidance Infantile qui remplit la mission de service public du 3ème secteur de Psychiatrie Infanto-juvénile. Je rencontre –avec mon équipe d’une vingtaine de techniciens, psychiatres, psychologues, assistantes sociales, orthophonistes, psychomotriciens et éducateurs– les enfants du quartier de 0 à 18 ans, en réalité, majoritairement des enfants de l’âge de latence entre six et dix ans pour établir des diagnostics, faire des bilans, les prendre en soins ou les orienter vers des Etablissements spécialisés. Nous voyons 180 à 240 enfants par an adressés par nos partenaires du secteur, l’école, l’A.S.E, les médecins, les A.E.M.O Justice, ou venant d’eux-mêmes, accompagnés de leurs parents.

3De façon commune, il est admis que la violence, qui génère l’insécurité dans les quartiers sensibles (quel euphémisme) est induite par la misère socio-économique qui y règne (on peut en discuter à propos de la Reynerie où de surcroît Candélis, qui –il est vrai– n’avait rien d’humain : c’était un génie..., a construit des logements de qualité). Cette misère socio-économique induirait des carences éducatives, de l’abandonnisme, de la maltraitance, des traumatismes psychiques de toutes sortes dont les enfants qui en sont les victimes, ne sauront résister aux sirènes de notre société de consommation et seront contraints, sous forme compulsive, à répéter les violences dont ils ont été l’objet.

4Je pense que ces explications ne sont pas entièrement pertinentes car elles ne répondent pas à l’augmentation exponentielle en nombre et en intensité des faits violents.

5Les problèmes de carence et de maltraitance sont en effet constants en pourcentage dans une population donnée et de toute façon repérables et plutôt bien pris en charge par les services sociaux et sanitaires. L’A.S.E. constate elle-même qu’il y a plutôt moins de placements d’enfants à ce titre sur ce quartier que dans le reste du département.

6Il existe, et c’est ce que je voudrais faire émerger dans mon exposé, une forme de carence qui est le manque du manque, où l’excès de protection, de mise en sécurité de l’enfant sécrète angoisse et insécurité. Cela correspondant à la phrase célèbre du psychanalyste anglais Winicott : “La bonne Mère est celle qui n’est ni trop mauvaise, ni trop bonne”.

7Il s’est imposé dans nos constats cliniques une nouvelle forme de pathologie, plus exactement, une nouvelle forme de structuration de la vie psychique qui, sans entrer dans un exposé de psychopathologie, n’est ni psychotique (les fous), ni névrotique (nous autres les malheureux), ni psychopathique (les asociaux), ni psychosomatique (mon corps est malade) et où la seule façon de régler les conflits intra-psychiques passe par la motricité (on crie, on se débat, on se roule par terre, on casse), où l’angoisse va se décharger dans des raptus violents, sans signification, sans symbolisation autre que la recherche du retour à l’apaisement intérieur. Cette décharge dans la réalité ne tient aucun compte de la réalité extérieure. C’est un des avatars de la toute puissance narcissique.

8Typiquement :

9C’est un petit garçon de six ans –souvent le dernier de sa mère– qui vient accompagné de celle-ci, sur injonction scolaire,

10– “Cela fait bien deux à trois ans qu’on leur dit de venir, mais c’était pas grave, les maîtresses ne savent plus quoi inventer, parce qu’il est très gentil à la maison et c’est à n’y rien comprendre, à l’école il peut se mettre à perturber la classe, à taper ses copains, mais sûrement, c’est jamais lui qui commence. Bon c’est vrai, il n’écoute rien, il ne fait que ce qu’il veut, même quand je le tape, vraiment pas souvent, mais ça change rien”.

11– “Oui, il apprend pas à lire, il s’exprime pas bien, je ne sais pas ce qu’il pense, il est scotché à la télé, non il joue pas, pourtant c’est pas les jouets qui lui manquent.

12– Dessiner ? Ah ! non, il sait pas, mais oui, il regarde les livres enfin, la couverture.

13– Non, son père ne dit rien, il est pas là, il voyage, il travaille, il est fatigué, c’est moi qu’il critique, tu fais crier ce petit.

14– Ses frères ou ses cinq aînés, il les embête, ils ne veulent pas s’occuper de lui ou ils sont toujours après lui à le “coucouner”, oh oui ! ils s’aiment, mais il est si mignon, si petit, il a bon fond, il me fait des câlins, il sait se faire pardonner et puis quand il a tout cassé, il ne parle plus dans son coin, je ne supporterais pas qu’il ne m’aime plus.

15– Non, non, ce n’est pas un tyran à la maison”.

16Discours classique, mille fois répété où le déni de réalité se mêle à l’ambiguïté, l’emprise à l’excitation de la proximité sensuelle.

17Les bilans psychologiques, rééducatifs, seront faits dans la douleur :

18– “Il veut pas venir, je vais pas le forcer quand même !

19– Ça arrive de manquer un rendez-vous... il veut pas aller seul avec la dame, et puis il va pleurer, il va faire une crise... il ne doit pas être malheureux”.

20Ces bilans témoigneront de la faiblesse cognitive mais pas de déficience intellectuelle, de la pauvreté du langage, de troubles identitaires, de l’absence de représentation de l’autre, de l’angoisse insécuritaire face au réel et d’une relation à l’objet extérieur selon ses fonctions (donner, nourrir, protéger...), la souffrance de penser est manifeste. Tout se passe comme si l’instance préconsciente (en simplifiant outrageusement la théorie psychanalytique) était établie. C’est elle qui permet par la symbolique, l’internalisation de la censure, de la loi, et de faire transiter jusqu’au moi puis à la réalité, les pulsions ou besoins du corps sans en être débordé. En simplifiant toujours : le préconscient fonctionne comme un pot d’échappement pour le moteur : calmer, refroidir, rendre acceptable ce qui en ressort. C’est, en continuant de simplifier : la pensée de l’imaginaire là où les élaborations se mettent en place. Dans ces cas, le préconscient est quasi agénésique : le moi est sous la pression du pulsionnel, dans la nécessité, pour n’être pas débordé, de se décharger sans souci des circonstances extérieures et de la réalité.

21Comment en arrive-t-on à ce fonctionnement ?

22Il y faut, à mon sens, la réunion de trois facteurs : la mère, la télévision, le père.

1 – La mère investit massivement cet enfant

23– “Il ne doit pas souffrir, c’est le dernier, “ma” vie, après n’aura plus de sens, il ne doit pas connaître ce que moi-même j’ai connu enfant, il est à moi, parfait, je l’ai fait seule, il me console de mon existence”. Nostalgie parentale, désillusion conjugale...

24– “Il ne doit pas être frustré, j’ai peur du monde, avec lui je ne serais plus jamais seule. Dès qu’il pleure, avant même : sein ou sucette” ;

25– “On ne peut le séparer de moi” ;

26– “Je suis lui : c’est mon miroir”, (identification à l’identique) ;

27– “Je ne le confie à personne, même pas à une nounou” ;

28– “Je suis seule à le comprendre”. (Meta-langage indéchiffrable par l’entourage) ;

29– “Je dois le protéger du monde. Je repousse les limites où il risque de se blesser. Je suis la seule qui compte pour lui. Je lui sers de paravent...” (la mère comme objet transitionnel) ;

30– “Les attaques contre nous sont injustes, tu es le plus beau, le plus fort, ils sont jaloux, tu ne peux être responsable de leurs reproches”.

2 – La télévision

31Nounou des temps modernes, machine à vider l’imaginaire, à effacer les fantasmes :

32– “.. Oui il mange devant la télévision, je l’habille là, ah ! oui ?

33– 12 heures par jour vous croyez ? Si vous avez calculé... mais au moins il est heureux, il crie pas, je peux faire mon ménage, d’accord, je ne peux pas éteindre le poste, mais de toute façon, il l’a dans sa chambre, il ne peut pas être heurté par l’histoire, il ne la comprend pas…”

3 – Le père

34Il ne vient pas, divorcé, en voyage, il s’intéresse pas, il voit pas ce qu’on lui veut.

35S’il vient, quoi dire ? C’est l’affaire de la mère, et puis “on ne me laisse pas la parole de toute façon, c’est pas grave, ça va passer, et puis on voit qu’il a un caractère fort, il se laisse pas embêter, il sait ce qu’il veut, c’est un tranquille, j’étais comme lui à son âge...”

En résumé

36Cet enfant qui bénéficie d’une sécurité renforcée, ne va pas avec une emprise très forte construire sa psyché pour s’ouvrir au monde mais pour conserver ses acquis.

37Paradoxalement celui à qui on donne tout, qui est son propre idéal, est la réussite exemplaire du narcissisme.

38Il est privé du manque, de ce temps où la non réalisation du besoin origine la pensée par l’hallucination de la satisfaction du désir.

39Il est privé de castration. Le père n’opérant pas sa fonction essentielle de 1/3 séparateur qui permet d’accepter la perte d’une partie sans perdre le tout. C’est-à-dire d’accéder à la puissance en renonçant à la toute puissance.

40Il est privé de l’accès à la reconnaissance de la différence des générations, les parents, la mère s’identifiant à lui et ne se posant pas en images de références.

41Il est privé de l’accès à la reconnaissance de la différence des sexes :

  • soit la mère est dans sa parthénogenèse narcissique, pas besoin de père,
  • soit le père est identifié à la mère et laisse son enfant dans la symbiose maternelle.

42Il est privé de capacités à élaborer la souffrance avec son ressenti et donc du plaisir à penser. Ce qui ne va pas sans se priver de l’action.

43Il s’agit bien d’une défaillance grave du processus de mentalisation, les représentations sont extrêmement pauvres et fragiles.

44Bref, ces enfants ont un manque à être qui rend leur adaptation à la réalité et ses contraintes très aléatoires. Ils ne bougent pas tant qu’on ne leur demande rien.

45Mais à la question fatidique : À quoi penses-tu ? : l’orage, anxieux, surgit et s’ensuit la décharge motrice qui fait reculer le trublion questionneur.

46Leur évolution est pénible : échec des apprentissage (langage –pas plus de trois cents mots– savoirs).

47La rage d’une toute puissance déçue en permanence par l’altérité (l’autre ne fait jamais ce qu’il veut, pire, il peut même le regarder en pensant...) se témoigne dans le manque de respect : la menace d’avoir à penser et à s’exprimer dans l’échange. L’absence d’empathie, c’est-à-dire la possibilité de ressentir l’autre et de le prévoir, les rendent vulnérables ce qui leur est insupportable.

48L’accès impossible à une relation d’amour tendre ou amicale, où les pulsions sont intriquées, les conduit à s’isoler en renforçant leur emprise sur la famille. Se projeter dans l’avenir est aussi très compliqué pour un enfant qui n’a pas d’histoire autre que celle de sa mère.

49Mais quand l’adolescence leur donne les moyens physiques de leur destructivité pulsionnelle, il leur faut trouver, pour apaiser leurs orages intérieurs, quelqu’un qui leur permette de continuer à ne pas penser parce qu’il pensera pour lui : le chef de bande, le psychopathe avéré, le prêcheur fanatique sont des objets de choix, constituant des bandes, des groupes où la non-individuation est la règle et la soumission au règlement un soulagement, parce qu’il contient sans menacer, on n’a pas à réfléchir, c’est binaire : une cause, un effet. La loi avec ses nuances, son essai de compréhension des situations est trop injuste : l’autre n’aura pas le même traitement ou la même sanction que lui. Ils deviennent le terreau (leurs hommes de main) de ces meneurs et à mon avis deviennent dès lors dangereux. Leur capacité à décharger leur violence interne sans égard pour autrui est utilisée largement par ces chefs pour commettre les pires méfaits.

50Quant à leur prise en charge : elle est très difficile pour les enfants, on ne peut travailler que sur les relations et les interactions Mère/enfant, en y incluant le père quand on le peut, mais la prise en charge est émaillée d’incidents variés et de ruptures souvent initiées par la famille.

51Adolescent, c’est presque trop tard, les séparer de leur milieu (famille, bande, quartier) les faire redevenir des enfants apeurés qui recherchent la main de leur mère, et alors tenter de passer à l’affrontement du rapport de force, à un registre où la loi s’impose, n’est imaginable que dans un long travail d’accompagnement.

52Ce type de carence du manque nous pose en outre le problème du repérage parce qu’il est indétectable. L’intimité de la dyade n’est pas accessible. Seuls les évènements bruyants des premières socialisations (la maternelle ou le CP) alertent, mais la résistance des mères fera que les soins seront toujours très retardés.

***

53Pour conclure, j’espère que je vous ai un peu communiqué de mon désarroi, ça me permettra de n’être plus isolé avec mon équipe à nous inquiéter de la montée en puissance de ces personnalités, d’autant que nos évolutions “sociétales” paraissent de plus en plus maternantes, excusantes.

54Ces évolutions reproduisant (ou prennant à leur compte ?) les conduites de ces mères : tenter de modifier la réalité pour qu’elle s’adapte à ces “petitous” qui ne sont pour rien dans ce qu’on leur reproche...

55Faire des leçons de morale, de citoyenneté, admonester ces enfants est dramatique : on les prive là encore de contenant, du règlement, du rapport de force qui les apaiseront et pourra, s’ils sont accompagnés, leur permettre l’accès à la loi.

56Dernier point destiné quand même à nous rassurer : si ce type de fonctionnement psychique se développe fortement, il est très loin d’être majoritaire. C’est comme le climat, tout n’est pas perdu si l’on s’en occupe avec discernement. Même si ces enfants ne pensent pas comme nous, ils sont bien plus enfants qu’on ne le pense.

Auteur

Médecin en neuropsychiatrie, Toulouse

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.