Version classiqueVersion mobile

Essai et enjeux d'une définition juridique du travail

 | 
Delphine Gardes

Partie II. Les travailleurs protégés par le droit

Conclusion de la deuxième partie

Texte intégral

1Le lien entre « la protection de la personne » et « l’exercice d’un travail » doit être repensé et ravivé. Il est nécessaire que chaque personne puisse avoir accès du fait de son travail à un ensemble de droits essentiels. Le travail constitue par conséquent un moyen de protection à « réenclencher » et à potentialiser davantage, au-delà de l’emploi salarié.

2Il s’agit par ce biais d’assurer une protection suffisante à chaque personne qui travaille et d’éviter des disparités trop importantes dans la condition juridique des différents travailleurs. Pour ce faire, il convient de finaliser la construction, déjà émergente en droit positif, d’un régime juridique unifié centré sur la personne du travailleur. Dans cette perspective, les droits les plus essentiels doivent être assurés à tous ceux qui travaillent. Certains droits distincts doivent également être maintenus et attribués en fonction de la forme prise par le travail pour préserver ses spécificités concrètes.

3Assurer une condition juridique uniforme aux travailleurs, s’agissant des droits plus essentiels, permet de mettre au même niveau d’importance l’ensemble du travail humain, puisque donnant accès aux mêmes droits quelle que soit sa forme (pour les droits les plus fondamentaux). Ceci permet de donner corps au principe selon lequel « le travail doit créer des droits » pour celui qui l’exerce. Il s’agit également de donner une pleine résonance et un effet « total » à l'idée d’une protection de la personne du fait de son travail.

4Enfin, la construction d’un régime juridique unifié centré sur la personne du travailleur permet de rendre la liberté du travail plus effective. En assurant une condition juridique plus uniforme, la personne a en effet la possibilité de changer de travail sans être statutairement pénalisée. Elle dispose ainsi de moyens concrets pour exercer cette liberté.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search