Version classiqueVersion mobile

Les pouvoirs urbains dans l'Europe médiévale et moderne

 | 
Béatrice Fourniel

Les villes du comté de Flandre : entre pouvoir comtal/ducal et intérêts locaux

Marc Boone

Texte intégral

  • 1 Sur la crise de 1127-1128 suite à l’assassinat du comte Charles le Bon et sur le témoignage unique (...)

1Dans l’ancien comté de Flandre, le phénomène urbain a constitué depuis les premiers signes de l’existence d’un pouvoir urbain au XIIe siècle un élément constitutif dans la genèse d’une culture politique spécifique. Si dans le contexte de la crise de succession qui avait frappé la pouvoir comtal en 1127-1128 les villes s’étaient déjà manifestées comme entités politiques incontournables, il faut attendre les XIIIe et XIVe siècles pour que la documentation disponible permette de sonder à la fois leurs moyens, leur organisation et l’impact durable sur le destin de l’entité politique dont elles faisaient partie1.

  • 2 M. Boone, W. Prevenier, J.-P. Sosson, « Le réseau urbain en Flandre (XIIIeXVIIIe siècle) : compos (...)

2Différents éléments rendent les manifestations du pouvoir des villes flamandes exceptionnelles. D’abord la taille des villes et leur fonctionnement « en réseau », étant donné que la superficie restreinte du territoire et la facilité de communiquer (grandes rivières navigables, plat pays et réseau de routes praticables) ont permis un échange d’idées et de pratiques concernant leur gestion2. Par moments ces données fondamentales de nature géographique ont également facilité une mobilisation des forces militaires urbaines, essentielles pour soutenir toute aspiration politique.

I. Le pouvoir ecclésiastique : absent ou insignifiant au Moyen Âge

  • 3 Un état de fait qui a fortement influencé différents éléments de la vie publique, notamment en ce (...)
  • 4 C. Billen, M. Boone, « Le roi, la ville, les métiers. Tournai 1275‑ca. 1350 », sous presse Mélange (...)
  • 5 W. Simons, « “Dieu, li premierz, plus anchiiens et souverains bourgeois de tous”. Sur la place de (...)
  • 6 A.G. Jongkees, Burgundica et varia. Keuze uit de opstellen van prof. dr. A.G. Jongkees hem aangebo (...)
  • 7 Sur l’introduction des nouveaux évêchés : M. Dierickx, De oprichting der nieuwe bisdommen in de Ne (...)
  • 8 Sur l’organisation prévue par Charles Quint et Philippe II : J. Decavele, « Reformatie en begin ka (...)
  • 9 Tournai en 1521, Utrecht en 1528 : concernant l’identification bourguignonne de Charles Quint : G. (...)
  • 10 En général sur l’organisation de l’Église : A.‑L. Van Bruaene, G. Marnef, « Religion civique. Comm (...)

3Un deuxième élément qui a stimulé l’émergence d’une culture politique urbaine spécifique : l’absence d’un vrai pouvoir ecclésiastique, terroir par excellence pour l’éclosion d’une commune. Le rôle souvent déterminant joué par les pouvoirs ecclésiastiques qu’on a pu observer dans des territoires adjacents, le Nord de la France actuelle, terre de communes par excellence aux XIe et XIIe siècles, ne s’y est pas manifesté3. Les grandes villes de Flandre n’étaient pas des villes épiscopales, le territoire du comté faisant partie de différents évêchés : Tournai, Cambrai, Arras, Thérouanne, Utrecht, situés en dehors ou dans les marges du territoire. Des grandes villes flamandes, comme Gand, Bruges ou encore Lille faisaient partie du diocèse de Tournai, enclave royale française dans les anciens Pays-Bas. Tournai était bel et bien une ville de commune, mais le mouvement communal n’a pas atteint les villes flamandes dans la même constellation4. Cette situation ecclésiastique plutôt confuse avait déjà donné lieu à des tentatives de réformes visant à redessiner la carte de la géographie ecclésiastique, dont aucune n’a abouti. La plus éloquente se situait dans les années 1302-1303, au moment où le conflit franco-flamand avait atteint son paroxysme après la victoire des Flamands lors de la bataille de Courtrai. Pour la première fois dans l’histoire le pouvoir politique et militaire des villes s’était manifesté et s’était révélé déterminant pour l’issue (temporaire) du conflit. Le fils du comte Guy de Dampierre, Philippe de Thiette avait à ce moment, au nom du peuple et du clergé flamand proposé au pape Boniface VIII la création d’un, voire même de deux nouveaux diocèses aux confins du comté, partant du constat que les sièges épiscopaux se situaient « in terris inimicorum suorum » et que les loyautés politiques des évêques les empêchaient de tenir compte des besoins spirituels de leurs ouailles flamandes5. Le prince réformateur par excellence dans l’histoire médiévale des anciens Pays-Bas, le duc de Bourgogne Charles le Téméraire aurait aussi conçu le plan « pour avoir en chascun pays ung evesque ». Un plan interrompu comme pas mal d’autres initiatives du prince par sa mort devant Nancy en 1477 mais, le fait est révélateur, mentionné en 1565 dans la correspondance du cardinal de Granvelle, réformateur de l’organisation ecclésiastique des anciens Pays-Bas sous Philippe II d’Espagne. Allusion y était faite également à un projet de démembrement du diocèse de Liège, ébauché en 1467 en pleine période de confrontation avec la ville de Liège, reprenant les desseins couvés en Brabant dès le XIVsiècle6. Le nombre d’évêchés étant très réduit aux Pays-Bas, force est de constater qu’à l’exception de l’influence émanant des villes épiscopales de Liège, Utrecht, Cambrai et Tournai, les villes flamandes et brabançonnes ont eu peu à compter avec l’influence directe du pouvoir clérical à l’intérieur des villes avant que la réforme des évêchés prévue dès 1559 (codifiée par la bulle Super Universas du pape Paul IV) et finalement imposée vers 1570 sous la menace militaire du duc d’Albe, ne change profondément la situation7. Cette réforme visait entre autres à faire coïncider l’administration cléricale avec la réalité du réseau urbain. La réforme de 1559 était de nature à influencer négativement l’attitude des sujets face à l’État habsbourgeois, avant tout dans les provinces fortement urbanisées à l’ouest des Pays-Bas où le mouvement protestant touchait aux sensibilités politiques et religieuses et aux équilibres qui s’y étaient développés pendant des siècles. Elle partait de l’établissement de trois nouveaux métropolitains à Utrecht pour le Nord (et des évêchés suffragants à Haarlem, Middelburg, Deventer, Groningen et Leeuwarden) et à Malines pour les Pays-Bas méridionaux néerlandophones (évêchés de Gand, Bruges, Ypres, Anvers, Bois-le-Duc et Roermond) et à Cambrai pour la partie francophone (évêchés d’Arras, Tournai, Namur et Saint-Omer). La principauté de Liège continuait à exister, son prince-évêque ayant à accepter que désormais les frontières de son pouvoir spirituel coïncident avec celles de son pouvoir temporel. Parmi les trois métropolitains, la dignité de cardinal et de primat des Pays-Bas revenait à l’archevêque de Malines. La bulle précisait en outre qu’à l’exception de Cambrai, le roi allait désormais nommer les évêques, le pape se contentant d’une confirmation, un doctorat en théologie ou en droit canon était toutefois demandé8. Les causes qui avaient poussé le pape à cette réorganisation sont énumérées dans la bulle : la forte augmentation de la population, les différences en matière de langue et d’institutions entre les régions, ce qui handicapait fortement l’enseignement religieux, les privilèges juridiques encombrants, le manque de métropolitains « du pays » capables de contrôler et le cas échéant de corriger effectivement les évêques, le danger émanant de la Réforme dans les principautés limitrophes. Parmi les anciennes villes épiscopales se situant sur le territoire des anciens Pays-Bas, les villes de Tournai et d’Utrecht et leurs territoires et principautés étaient déjà adjoints au « cercle de Bourgogne » par lequel l’empereur Charles Quint avait à la fois délimité et incorporé dans le cadre de l’Empire, son héritage bourguignon tant chéri9. Le projet de création de nouveaux évêchés prévoyait sur le plan financier la dotation des nouvelles entités administratives par le temporel d’une abbaye ou d’un chapitre bien établis, ce qui a grandement contribué à provoquer une forte résistance. Nombreux furent ceux parmi les élites cléricales de l’ancien ordre qui voyaient leurs privilèges et revenus mis en cause. Comme un certain nombre de ces abbés, prévôts et doyens de chapitre appartenaient à des familles issues des élites urbaines, le réaménagement de la carte ecclésiastique a eu des conséquences pour les avoirs et intérêts de ces mêmes élites, ce qui explique les résistances locales. Certains abbés influents, notamment dans le duché de Brabant, rejoignirent même les rangs des insurgés contre le régime espagnol10.

  • 11 Là où il y avait un siège épiscopal les élites locales se vouaient au saint patron de l’église cat (...)
  • 12 Dans certaines villes les différences entre les deux, ministériales au service du prince et hommes (...)
  • 13 Voir M. Boone, « Droit de bourgeoisie et particularisme urbain dans la Flandre bourguignonne et ha (...)

4La conséquence de l’absence d’un pouvoir épiscopal direct fut que dans un certain nombre de villes, des chapitres ou des abbayes bénédictines ont joué un rôle important, même pour la genèse d’un « patriciat » urbain, sans toutefois égaler l’emprise institutionnelle et territoriale d’une présence d’une véritable cour épiscopale11. On connaît l’importance d’une telle présence pour le développement d’une noblesse urbaine et la cristallisation d’une noblesse « ministériale » ailleurs12. Dans d’autres villes, telles Gand, Saint-Omer ou Douai, où l’emprise d’un chapitre ou d’une abbaye n’était pas arrivée à provoquer la naissance d’une élite sociale vouée à l’église locale, c’était finalement la propriété allodiale d’une partie du sol urbain (dans certains cas « achetée » ou obtenue d’un propriétaire ecclésiastique) qui délimitait la catégorie des « viri hereditarii », noyau du patriciat classique13. Dans les grandes villes de Flandre et du Brabant l’absence d’un contre-pouvoir de nature ecclésiastique a donc permis le développement d’une élite urbaine à l’époque dite classique du patriciat urbain (jusqu’à début du XIVe siècle) qui ne devait cohabiter qu’avec le pouvoir princier (comtes de Flandre, ducs de Brabant) et tenir à distance le commun des villes. Les questions et différends de nature fiscale par exemple, à considérer comme la mèche à allumer la poudre et donc le déclencheur des troubles urbains, se résumaient, en l’absence d’un vrai pouvoir épiscopal dans la plupart des villes, à un face à face entre une élite urbaine d’un côté et une institution ecclésiastique, abbaye ou chapitre collégial, de l’autre. On se gardera de trop vouloir accentuer cette opposition, dans un grand nombre de villes les élites urbaines avaient réussi à se tailler une place parmi les prélats et les rangs des chanoines, souvent sélectionnés dans le milieu urbain. Il est certain, bien que l’étude de la réalité quotidienne, certainement en ce qui concerne les chapitres demande à être plus poussée, qu’un fort amalgame social entre clercs et laïcs constituait une base pour trouver un équilibre entre positionnement dogmatique et réalité financière.

II. Le pouvoir princier : violence d’État et initiatives institutionnelles

  • 14 M. Boone, « Le mariage de Marguerite de Male et de Philippe le Hardi de Bourgogne : une entrée roy (...)
  • 15 La littérature concernant l’établissement des ducs Valois de Bourgogne dans les Pays-Bas est pléth (...)

5Troisième élément d’explication de la situation atypique du comté : le caractère chancelant du pouvoir princier. Au XIIIe siècle les comtesses de la maison de Flandre-Hainaut (Jeanne et Marguerite dites de Constantinople) étaient affaiblies par les tentatives des rois de France de s’immiscer dans la gestion du comté. La Flandre étant un fief tenu de la Couronne, elle était sujette à une ingérence institutionnelle via l’action du Parlement de Paris. Par moments cette ingérence se mutait en tentatives de conquête militaire, par exemple sous le roi Philippe IV au début du XIVe siècle. À la fin du XIIIe et pendant la plus grande partie du XIVe siècle, les comtes de la maison de Dampierre, arrivés au pouvoir suite au deuxième mariage de Marguerite de Constantinople avec un prince de cette Maison noble champenoise, ont gouverné le comté de Flandre. Les comtes (Guy de Dampierre, Robert de Béthune, Louis II de Nevers et Louis de Male) étaient confrontés à des villes au sommet de leurs ambitions étatiques. Au point que les comtes devaient chercher à maintes reprises appui auprès de leur suzerain français afin de maintenir leur pouvoir face aux villes. Ce n’était qu’à partir de la fin du XIVe siècle avec l’arrivée des ducs Valois de Bourgogne suite au mariage de Marguerite de Male, héritière du dernier comte de la dynastie des Dampierre, avec le duc Philippe le Hardi en 1369, que le rapport de force a changé au profit des ducs14. Ce changement s’est opéré d’abord de façon très graduelle, mais dès le principat du « grand duc du Ponant », Philippe le Bon, de façon plus explicite et parfois brutale. Car les ducs Valois de Bourgogne ont réussi de génération en génération à accumuler des principautés dans les anciens Pays-Bas : aux comtés de Flandre et d’Artois, « bourguignons » depuis 1384, se sont ajoutés les duchés de Brabant et de Luxembourg, et les comtés de Namur, Hainaut et Hollande-Zélande15.

  • 16 M. Boone, « From Cuckoo’s egg to “sedem tyranni”. The princely citadels in the cities of the Low C (...)
  • 17 Voir les détails de l’opération dans M. Boone, « Destroying and Reconstructing the City : the Incu (...)
  • 18 C. Billen, M. Boone, « Enceintes, grand-places et citadelles. Les populations urbaines des Pays-Ba (...)
  • 19 K. Davids, J. Lucassen, A miracle mirrored. The Dutch Republic in European Perspective, Cambridge, (...)

6Malgré cette évolution les confrontations souvent musclées entre pouvoir urbain et pouvoir princier ont continué, aussi sous les deux derniers ducs, Philippe le Bon et Charles le Téméraire et surtout sous leurs héritiers habsbourgeois. Les conflits répétés et parfois provoqués par le pouvoir ducal (comme à Bruges en 1438 ou encore à Gand en 1453) se caractérisaient par des confrontations militaires de grande ampleur. Elles menaient à un discours princier menaçant les villes de destructions systématiques. Seules les villes de Liège et de Dinant, toutes les deux faisant partie de la principauté de Liège et donc formellement en dehors des territoires contrôlés par le pouvoir bourguignon ont eu à subir ce sort16. À Liège, Charles le Téméraire a toutefois pris soin de ne donner l’assaut qu’au moment où les représentants des grandes villes flamandes étaient sur place afin qu’ils puissent voir de leurs propres yeux les effets de la fureur ducale, un tour de propagande bien réussi car peu après les Gantois se soumettraient à lui de façon spectaculaire17. De toute façon, si une destruction formelle n’était pas souhaitable ni faisable, les multiples interventions dans le tissu urbain ont laissé des traces et ont marqué le paysage urbain au profit de l’affirmation du pouvoir princier18. Ces confrontations sur lesquelles se sont greffés des antagonismes religieux typiques du XVIe siècle, ont finalement abouti à une division entre les Pays-Bas méridionaux (restés catholiques et aux temps modernes sous domination des Habsbourg espagnols et finalement autrichiens) et les Pays-Bas septentrionaux (protestants de tendance calviniste). Ces derniers ont donné naissance à une république, celle des Provinces Unies, la première manifestation d’un état républicain sur le sol européen19.

  • 20 M. Boone, « L’État bourguignon, un État inventeur ou les limites de l’invention », in : La Cour de (...)
  • 21 Ibid., p. 138-139.
  • 22 Sur l’idéologie des chanceliers de Bourgogne : M. Boone, « Les chanceliers des ducs Valois de Bour (...)
  • 23 W. Blockmans, « La signification “constitutionnelle” des privilèges de Marie de Bourgogne (1477) » (...)
  • 24 M. Boone, « L’État bourguignon, un état inventeur », art. cit., p. 141.
  • 25 M. Boone, « L’influence des pratiques et du savoir-faire “étatiques” dans les comptes des villes f (...)

7Il ne fait aucun doute que l’arrivée des ducs Valois de Bourgogne dans ce territoire de villes qu’étaient les anciens Pays-Bas a eu l’effet d’un choc provoqué pas uniquement par les hommes et leurs ambitions politiques, fiscales et économiques, mais également par les idées qu’ils véhiculaient. Par leur origine et leur éducation les ducs étaient en premier lieu des princes français. Dans ses ordonnances le premier des ducs Valois, Philippe le Hardi se présentait d’abord comme « fils du roy de France » avant de décliner ses titres liés aux principautés qu’il gouvernait. Une des premières démarches marquant son principat fut d’ailleurs d’installer en 1386 dans la ville de Lille une chambre des comptes modelée sur celle de Paris (la chambre de Dijon qui existait déjà fut reformée selon le modèle parisien). Au fur et à mesure que la dynastie prenait possession des autres principautés des anciens Pays-Bas, une chambre des comptes fut installée à Vilvorde (à partir de 1404 à Bruxelles) pour le Brabant, et à La Haye dès 1446 pour la Hollande-Zélande20. D’autres innovations institutionnelles, l’établissement d’un Conseil juridique en Flandre et l’institution de nouveaux officiers tel le procureur général, ont été très mal reçues par les sujets flamands, les grandes villes en premier lieu, qui y voyaient une atteinte directe à leurs compétences et privilèges21. Derrière ces innovations institutionnelles se cachaient évidemment un ensemble de visions concernant l’organisation de la vie politique. Les ducs étaient conseillés et aidés par une administration dirigée par un chancelier, imprégné d’une idéologie étatique certaine empruntée à la cour royale de Paris. Les chanceliers bourguignons avaient, dans la grande majorité des cas, reçu une formation de juristes et dans leurs pratiques ils étaient influencés par une activité au sein du Parlement de Paris22. Il faut toutefois se garder de vouloir réduire l’histoire de la rencontre entre villes et idéologie princière dans les Pays-Bas bourguignons à une confrontation et une lutte. Il est important de noter à quel point les privilèges que l’héritière du complexe bourguignon, Marie de Bourgogne dut concéder en 1477 afin de faire face à la réaction qui suivit l’annonce de la mort inopinée du duc Charles, son père, contenaient des dispositions visant à améliorer le fonctionnement des institutions centrales, Conseils et Chambres23. Les mesures prévues dans cet ensemble de textes, salué à juste titre comme première « Constitution » des anciens Pays-Bas, n’étaient pas uniquement de tendance particulariste mais traduisaient au contraire l’aspiration des élites urbaines à optimiser l’appareil d’État bourguignon. Dans la mesure où les innovations institutionnelles introduites par les ducs répondaient aux intérêts des élites marchandes des villes, par exemple en permettant de résoudre des conflits commerciaux et de garantir une certaine stabilité, elles avaient été acceptées24. Sur un autre terrain et beaucoup plus concret : l’action des chambres des comptes avait par exemple exercé une influence certaine sur la façon dont les villes géraient leurs comptabilités propres et maîtrisaient leur dette consolidée, instrument de gestion toujours plus important25.

III. Le pouvoir urbain : une culture de négociations et de pourparlers

  • 26 Voir l’analyse de W. Blockmans, B. De Munck, P. Stabel, « Les composantes de la dynamique économiq (...)
  • 27 Cette comparaison a donné lieu à une collection d’essais : Villes de Flandre et d’Italie (XIIIeXV(...)
  • 28 H. Lowagie, Met brieven an de wet. Stedelijk briefverkeer in het laatmiddeleeuwse graafschap Vlaan (...)
  • 29 Les effets de la facilité de communiquer et de se consulter sur un des terrains où l’action des vi (...)

8Dans le comté de Flandre les trois grandes villes de Gand, Bruges et Ypres éclipsaient les nombreuses petites villes et celles de moyenne importance. La différence de taille entre les villes est globalement restée la même pendant la période considérée : en Flandre, où des grandes villes dominantes existaient au xiiie siècle, celles-ci gardaient encore leur prépondérance vers 150026. Une comparaison avec d’autres paysages urbains, l’Italie du Nord et du Centre, s’impose et a été entreprise, elle tiendra toutefois compte du fait qu’aux Pays-Bas, ce degré remarquable d’urbanisation a été réalisé sur une superficie très restreinte, les distances entre les grandes villes du comté de Flandre ne dépassant par exemple pas le trajet qu’on pouvait faire en une journée27. De plus, le « plat pays » disposait d’un réseau performant de voies d’eau, rivières et canaux, permettant de surmonter les obstacles qui auraient pu entraver une communication entre centres urbains. Une analyse détaillée de la communication intra-urbaine dans le comté de Flandre a conclu qu’un messager à cheval pouvait couvrir en moyenne 50 kilomètres par jour (avec une moyenne de 70 kilomètres pour un messager professionnel). Ce qui signifie qu’une lettre ou un message d’une grande ville à une autre arrivait dans la journée28. D’où une possibilité accrue de communication et de consultation politique, d’où également un handicap à surmonter pour la formation de véritables états urbains. Le manque de territoire suffisamment large pour rendre viable une telle construction est un facteur à prendre en considération quand il s’agit d’expliquer l’absence d’un développement de dominations territoriales comparables à celles qui ont vu le jour dans une grande partie du territoire de la péninsule italienne29.

  • 30 Sur cette fixation sur le XIVe siècle, présente dans l’historiographie dès la redécouverte de l’hi (...)
  • 31 Voir l’aperçu que j’ai donné de la question avec références nécessaires à la littérature scientifi (...)
  • 32 E. De Paermentier, « Une autorité bridée : les conséquences de Bouvines pour le gouvernement polit (...)
  • 33 A. Verhulst, Th. de Hemptinne, L. De Mey, « Un tarif de tonlieu inconnu, institué par le comte de (...)
  • 34 Concernant les « scabini Flandriae » on consultera toujours J. Dhondt, Estates or powers, Essays i (...)
  • 35 G. Dept, Les influences anglaises et française dans le comté de Flandre au début du XIIIe siècle, (...)
  • 36 M. Gosman, Les sujets du père. Les rois de France face aux représentants du peuple dans les assemb (...)
  • 37 À partir de la deuxième moitié du XVIe siècle les États ont tenu des mémoriaux et collections de r (...)
  • 38 Bien que la diplomatique urbaine reste un des parents pauvres de la diplomatique, des avancées ont (...)
  • 39 Voir les références dans les notes suivantes : n° 40 et 41.

9Une vision plus équilibrée de la société urbaine médiévale longtemps fixée sur les conflits et soulèvements urbains (un phénomène qui a surtout caractérisé le maudit XIVe siècle) a abouti à orienter l’attention du monde scientifique vers la pratique politique presque quotidienne30. L’action politique la plus en vue des villes des anciens Pays-Bas, résidait dans les activités concertées des élites urbaines des grandes villes, posant comme vrai contre-pouvoir, une alternative pour le pouvoir du prince dans le contexte de ce que l’on appelle les « institutions représentatives »31. Les sources disponibles permettent d’attester cette activité dès le XIIIe siècle, mais il est probable qu’elle remonte aux soubresauts d’une première manifestation d’un esprit communal du XIIe siècle. Quoi qu’il en soit, face au pouvoir comtal, successivement aux mains des comtesses Jeanne et Marguerite de Constantinople (1212‑1278), affaibli par une première défaite de grande conséquence face au suzerain, le roi de France (bataille de Bouvines, 1214), les villes allaient se poser en pouvoir alternatif32. C’est l’époque de l’action des scabini Flandriae (les échevins « de Flandre », émanation du pouvoir urbain au niveau de la principauté) soutenue par une caste socialement homogène de patriciens urbains. Les scabini Flandriae s’occupaient par exemple de la politique économique extérieure – en principe chasse gardée du pouvoir comtal s’il y en avait un – en premier lieu des contacts avec l’Angleterre, dont dépendait la draperie urbaine, grande consommatrice de laine anglaise. La première mention indiscutable de l’institution des scabini Flandriae date de 1241. Cependant, une charte comtale datée de 1163 mentionne déjà les scabini terre mee faisant probablement allusion au même phénomène33. Il s’agit bien sûr toujours des échevins des (grandes) villes, élus dans leur ville d’origine et donc responsables vis-à-vis de celle-ci, mais qui s’arrogent un pouvoir plus important, dépassant l’enceinte de leurs villes. Ils avaient manifestement l’ambition de combler les carences du pouvoir comtal, voire de le remplacer34. Dans un acte du roi d’Angleterre Jean sans Terre de 1209 relatif à la ville de La Rochelle, les « six villes de Flandre » font leur apparition, elles y figurent comme entité politique à part entière. Quelques années plus tard, en 1213, elles vont conclure un traité avec le même roi35. Il est important de noter que dès ces premières manifestations d’un collège de représentants des villes, celui-ci se réunissait en théorie en présence du comte ou de ses représentants, mais qu’aussi bien ces représentants pouvaient se réunir et délibérer de leur propre initiative. L’agenda de ces réunions était, rien de surprenant à cela, essentiellement réservé aux questions et problèmes de nature économique et juridique. Une liberté d’association et la compétence de décider de l’agenda de leurs réunions : deux éléments fondamentaux qui allaient continuer à marquer les activités représentatives des élites urbaines dans les siècles à venir, et que même le pouvoir des ducs Valois de Bourgogne n’arrivait pas à éliminer. Au royaume de France, source d’inspiration institutionnelle des ducs de Bourgogne, le droit d’initiative pour mobiliser les États Généraux était entre les mains du roi et de son administration36. Le fait que les Membres de Flandre (les trois grandes villes : Gand, Bruges et Ypres parfois temporairement renforcées par le Franc de Bruges comme quatrième Membre) coïncidaient avec les grandes villes et que la plupart des réunions se passait dans une de ces villes a eu des conséquences importantes pour la connaissance que nous en avons et pour leur découverte tardive par les historiens. Les Membres de Flandre ne se sont jamais installés comme institution sédentaire pendant la période bourguignonne, et n’ont donc pas donné lieu à la constitution d’une collection propre d’archives37. Ils faisaient appel à chaque ville où une réunion avait lieu pour mettre à la disposition de l’assemblée ses services de chancellerie38. La reconstruction lente et parfois difficile de cette activité essentielle pour comprendre la vie politique et culturelle (mais aussi économique) de la Flandre et de la Hollande (pour nommer les deux principautés pour lesquelles nos connaissances ont le plus avancé) s’est donc faite à l’aide des postes de dépenses pour des déplacements de personnel politique et administratif retrouvés dans les comptes des villes. Ce puzzle reconstruit patiemment à partir des années 60 par plusieurs historiens a permis de renouveler complètement nos connaissances sur l’évolution politique des anciens Pays-Bas à l’époque bourguignonne39. Ils ont ainsi donné la parole aux représentants du tiers état, donc aux élites patriciennes et corporatives des villes qui agirent à plusieurs reprises en tant que contre-pouvoir du pouvoir princier.

  • 40 W. Prevenier, De Leden en de Staten van Vlaanderen (1384-1405), Bruxelles, 1961, (Verhandelingen v (...)
  • 41 Concernant la Hollande les éditions de textes par W. Prevenier, J. G. Smit, Bronnen voor de geschi (...)
  • 42 A. Uyttebrouck, Le gouvernement du duché de Brabant au bas moyen âge (1355-1430), 2 tomes, Bruxell (...)
  • 43 P. Monnet, « Courriers et messages : un réseau de communication à l’échelle urbaine dans les pays (...)

10On ne sous-estimera pas l’importance de cette action de la part des institutions représentatives. Par exemple, pour le comté de Flandre, la principauté la mieux étudiée pour l’époque bourguignonne (1384-1506), les auteurs principaux qui ont étudié la question (Walter Prevenier et Wim Blockmans) ont pu conclure à une réalité complexe, évoluant d’un état de réunion quasi permanent au début de cette époque, vers un recul très net dans la deuxième moitié du XVe siècle et le nombre le plus bas sous le règne autocratique de Charles le Téméraire, 1467-147740. Dans l’état actuel de nos connaissances, ces activités ont connu leur plus grande intensité dans les principautés du littoral, c’est-à-dire les principautés les plus urbanisées (Flandre, Hollande, Utrecht)41. Concernant le duché de Brabant nous disposons d’une étude systématique pour la période pré-bourguignonne (avant 1430)42. Un lien entre activité représentative, dont l’initiative était entre les mains des élites urbaines, le degré d’urbanisation et l’intégration économique (primordial pour le développement d’une infrastructure facilitant la communication entre villes) semble indiscutable. Un constat qui en soi n’a rien de surprenant et qui s’aligne sur ce qu’on sait concernant par exemple l’Empire germanique43.

  • 44 Voir note 40 et W. Blockmans, De volksvertegenwoordiging in Vlaanderen, op. cit., p. 195-207. Une (...)
  • 45 W. Blockmans, De volksvertegenwoordiging, op. cit., p. 542‑552.
  • 46 Voir M. Boone, « Les ducs, les villes et l’argent des contribuables : le rêve d’un impôt princier (...)
  • 47 La guerre gantoise a donné lieu à une activité diplomatique intense entre les représentants de la (...)
  • 48 Voir l’analyse comparative des privilèges : W. P. Blockmans, « La signification “constitutionnelle (...)
  • 49 H. Lowagie, Met brieven an de wet, op. cit., p. 165‑167.

11Wim Blockmans a pu calculer en ce qui concerne le comté de Flandre à l’époque bourguignonne (1384-1506), que 4055 réunions ont eu lieu, ce qui donne une moyenne de 34 réunions par an. Comme une réunion durait en moyenne six jours, on peut postuler qu’environ 324 jours par an, quelque part dans le comté, une réunion des corps représentatifs avait lieu. Souvent on se réunissait en différents lieux au même moment avec évidemment un agenda différent. Comme toujours de telles moyennes cachent une réalité beaucoup plus complexe, comme décrite plus haut44. La reconstruction minutieuse à l’aide des références à l’une ou à l’autre réunion dans les comptes des villes a permis non seulement de dresser la liste et donc la fréquence de ces réunions ; mais aussi de donner une idée assez précise de l’agenda des réunions, même si l’on n’a pas tenu de registres de délibérations et que l’on n’a conservé que des épaves de la documentation directe concernant les réunions. Les chiffres sont éloquents : 39% des réunions étaient consacrées à des questions de politique économique (commerce, politique monétaire, protection de l’industrie), les chiffres étant encore plus élevés au début de l’époque bourguignonne (61% et 54% sous les deux premiers ducs Philippe le Hardi et Jean sans Peur). La fiscalité suit un autre trajet : d’une moyenne de 20 % au début de l’époque, elle se hisse à un niveau de 57% vers la fin du XVe siècle45. On ne peut donc pas en déduire que les questions fiscales se trouvaient au berceau des institutions représentatives comme le veut le dicton trop facilement cité : « no taxation without representation ». Son succès grandissant dans les décennies qui ont assisté à la montée lente du pouvoir princier au détriment du contrepouvoir urbain, illustre au contraire que le prince réussissait de plus en plus facilement à imposer son agenda aux sujets. Car nous savons à quel point la fiscalité était importante pour le pouvoir bourguignon toujours en quête de revenus fiscaux fixes, un rêve jamais atteint, mais qui aurait permis de court-circuiter le processus encombrant de négocier chaque aide avec les Membres de Flandre46. Une évolution contraire a été constatée pour tout ce qui touche à la justice et aux problèmes juridictionnels : de 20% au début du période vers à peine 5% à la fin, avec la défaite gantoise face aux armées du duc Philippe le Bon en 1453 comme point de chute47. La juridiction est au cœur de tous les débats, parce que c’est sur ce terrain très sensible – on pense au thème des officiers ducaux jugés corrompus, et au thème général du bon fonctionnement des institutions – que les tensions entre gouvernés et gouvernants sont les plus grandes. Ce sont d’ailleurs souvent des heurts autour des compétences des uns et des autres en matière juridique qui déclenchent les conflits. Les privilèges de 1477 concédés par la duchesse Marie considérés comme le premier vrai corpus de textes constitutionnels pour les Pays-Bas y attachent une importance grandissime. Un tiers (33%) des articles des privilèges parlent de problèmes liés directement à la justice, et encore 18 % des articles ont trait à la corruption et à l’affermage de fonctions publiques48. Une même répartition des sujets de réunions et de préoccupations émane de l’analyse des correspondances et des communications entre les villes, connues elles aussi grâce aux mentions de dépenses dans les comptes urbains. Cette intense activité de communication interurbaine des Membres de Flandre allait de pair avec une préoccupation très particulière de chaque ville pour son Quartier respectif49.

  • 50 W.P. Blockmans, De volksvertegenwoordiging, p. 172.
  • 51 W. Blockmans, « Flemings on the move. A profile of representatives, 1384-1506 », dans : Secretum s (...)
  • 52 Ce qui rejoint bien sûr les constats de R. Van Uytven, voir le recueil de ses articles : Productio (...)
  • 53 W. Blockmans, Flemings on the move, art. cit., p. 319‑321.
  • 54 J. Dumolyn, J. Haemers, « Les bonnes causes du peuple pour se révolter. Le contrat politique en Fl (...)
  • 55 Voyez l’édition par J. Haemers, « Geletterd verzet. Diplomatiek, politiek en herinneringscultuur v (...)
  • 56 J. Haemers, « Révolte et requête. Les gens de métiers et les conflits sociaux dans les villes de F (...)
  • 57 M. Boone, The Dutch Revolt and the Medieval Tradition of Urban Dissent, in: Journal of Early Moder (...)

12Les Membres de Flandre ont participé très activement aux missions diplomatiques au nom du duc de Bourgogne avec des princes étrangers (rois de France, de Castille et d’Écosse). Les trois premières décennies du xve siècle ont vu l’apogée de cette activité : avant 1435 en moyenne une fois par an une délégation dont faisaient partie les Membres se rendait auprès d’un chef d’état étranger50. La question qui se pose concerne l’identité des représentants des villes qui participaient effectivement à cette activité diplomatique. C’est en étudiant l’activité représentative dans le comté de Flandre à l’époque bourguignonne que Wim Blockmans a pu calculer pour la période allant de 1385 à 1506 que 3943 individus ont participé à quelques 32602 missions représentatives, or la moitié de ces représentants n’a participé qu’une seule ou deux fois aux réunions, tandis que 6,69 % parmi les représentants les plus actifs (avec un minimum de 23 participations par personne) sont de la partie dans 54,85% des missions51. Il faut alors, comme dans d’autres secteurs de la vie sociale dans les villes de Flandre, parler d’oligarchie (corporative) et non de démocratie52. Il n’empêche que la socialisation politique était très nette et réelle. Car ce qui ressort de la comparaison avec le parlement anglais ou les États-Généraux français est que les représentants des élites urbaines flamandes appelés à jouer un rôle dans les institutions représentatives reflétaient la composition sociale des bancs échevinaux. Des artisans qui avaient fait carrière comme assesseur et/ou doyen dans leur corps de métier respectif, participaient effectivement, à côté d’un nombre relativement restreint de professionnels dotés d’une formation juridique au service des villes, les soi-disant « pensionnaires », aux activités diplomatiques où les intérêts de leur ville et de la société urbaine du comté en général étaient les sujets des débats. Au fur et à mesure qu’on avançait dans le XVe siècle le nombre de juristes augmentait bien évidemment, reflétant une tendance générale vers plus de professionnalisme dans les affaires publiques53. N’empêche que dans les villes où la participation des corps de métiers aux affaires publiques comptait parmi les acquits les plus significatifs de la révolution « corporative » du début du XIVe siècle, le fait de participer aux activités permettait aux intéressés d’acquérir des compétences en matières politiques et de mesurer à quel degré les intérêts des élites marchandes et artisanales pouvait peser sur la « grande » politique. Les porte-paroles des villes appartenaient au groupe restreint de juristes, tel Willem Zoete, pensionnaire au service de la ville de Gand, qui le 13 mars 1488 prononça un discours afin de convaincre les États Généraux en réunion à Gand de s’opposer à l’archiduc Maximilien d’Autriche et à ses ambitions de régner sur les Pays-Bas bourguignons comme tuteur de son fils mineur54. Le programme idéologique qu’il présentait était construit autour de l’idée d’un contrat entre gouvernés et gouvernants afin de préserver la nature et les intérêts vitaux des pays : « te helpen reduceren dit land van Vlaendren ende alle dandere in hueren eerste natuere, zodat justicie, paix, coopmanscepe ende neringhe regnieren ende loop hebben mochten als tevooren » (« d’aider à ce que ce pays de Flandre et les autres soient conservés dans leur nature première, afin que justice, paix, commerce et artisanat puissent continuer comme auparavant »)55. Une telle manifestation discursive claire reste une exception, nous ne disposons pas d’un grand nombre de témoignages directs de l’idéologie urbaine. Cependant cette idéologie se présentait et se déclinait, outre sous la forme d’un texte explicite tel le discours de Zoete, à travers les requêtes et pétitions adressées aux autorités et à travers les constructions historiographiques qui gardaient la mémoire d’actes et de prises de positions des prédécesseurs comme moteur pour justifier des actions ultérieures56. Finalement la totalité des témoignages de l’idéologie urbaine restait une source d’inspiration pour les prises de positions futures, ainsi il ne surprend guère que lors de la grande révolte des Pays-Bas contre Philippe II d’Espagne avec l’acte de déchéance de 1581 comme point culminant, les textes émanant des révoltes flamandes des XIVe-XVe siècles ont aidé à soutenir et élaborer une idéologie républicaine57.

  • 58 J’en ai fait l’inventaire et dressé le bilan : M. Boone, « Le dict mal s’est espandu comme peste (...)
  • 59 R. Wellens, Les États généraux des Pays-Bas des origines à la fin du règne de Philippe le Beau (14 (...)

13Les princes qui étaient les interlocuteurs privilégiés des institutions représentatives ont bien sûr essayé d’endiguer, sans vraiment y parvenir, les activités de ces institutions. Les ducs et leurs officiers se sont opposés dans les faits à la participation politique au sein des métiers et des villes, menant à une prépondérance, excessive à leurs yeux, de la base politique par l’action des institutions représentatives. Ils ont donc cherché à mettre leurs adversaires hors d’état de nuire. Ceci était le cas lors des multiples interventions dans le processus de sélection des échevins, puisque faire son entrée dans le banc des échevins était le premier pas, inévitable et décisif, d’une carrière politique menant à une participation active comme délégué de sa ville dans le collège du tiers état. Pour ceux qui représentaient un corps de métier à l’intérieur du collège échevinal, une élection comme doyen ou assesseur était primordiale. Les interventions ducales dans ce processus électif se font explicites à l’occasion de la répression d’une révolte urbaine, pour aboutir finalement à la répression de la révolte de la ville de Gand par Charles Quint en 1540, intervenant expressément dans l’organisation politique, voire même religieuse de la ville58. Une autre approche plus pacifique consistait à noyer le poisson en quelque sorte. Elle s’est manifestée au moment où le duc de Bourgogne, fort de quelques confrontations gagnées contre le particularisme urbain, et inspiré une fois de plus par le système en vigueur chez ses cousins Valois rois de France, a instauré les États-Généraux. On s’accorde maintenant à dire que la première réunion formelle a eu lieu le 9 janvier 1464 à Bruges, à l’initiative du duc Philippe le Bon, qui, le détail est révélateur, décidait de l’ordre du jour59. Ce qui ne fut pas le cas lors des réunions des États régionaux, qui avaient jalousement gardé le privilège de la convocation en dehors de l’emprise de État central ! L’agenda de la réunion de 1464 reflétait d’ailleurs bien les préoccupations du prince : l’organisation d’une croisade et la relation difficile avec son fils, le comte de Charolais futur duc Charles, et donc le thème tout aussi féodal de la succession. Graduellement et relativement vite, les États-Généraux ont découvert dans la pratique leur pouvoir d’action. Les difficultés rencontrées par Maximilien d’Autriche à se faire reconnaître comme mambour (tuteur) de ses enfants mineurs après la mort inopinée de son épouse Marie de Bourgogne en 1482 illustrent bien cette découverte de leur pouvoir et des champs d’action ouverts à leurs représentants.

  • 60 J. Haemers, « Faire son prouffit. Die Finanzpolitik Maximilians I. und die städtischen Aufstände i (...)
  • 61 W. Blockmans, « Finances publiques et inégalité sociale dans les Pays-Bas aux XIVe-XVIe siècles », (...)

14À première vue le développement du pouvoir princier face au contre-pouvoir urbain s’est soldé sinon par une défaite, au moins par un affaiblissement graduel du dernier. Les forces militaires et financières dont disposaient les princes de la maison de Habsbourg dépassaient de loin des possibilités des villes, lesquelles souffraient en plus d’un manque chronique de solidarité interurbaine. Les princes ont avec une facilité déconcertante réussi à les monter l’une contre l’autre, avec comme exemple le plus évident la facilité avec laquelle Maximilien d’Autriche a réussi à séduire les milieux commerciaux pour qu’ils préfèrent le port d’Anvers situé dans le duché de Brabant au détriment de la ville de Bruges, plaque tournante jusque-là du commerce en Europe du Nord-Ouest. Pourtant Bruges avait aussi longtemps que possible soutenu l’effort financier provoqué par les guerres que le prince menait afin de sauvegarder son héritage. Jelle Haemers a pu mesurer à quel point les guerres et les évènements qui se sont succédés à partir du règne de Charles le Téméraire, puis sous Marie de Bourgogne, sous le conseil de régence du futur Philippe le Beau et finalement sous Maximilien d’Autriche entre 1467 et 1488, ont pesé sur les finances de la ville de Bruges, le centre urbain le plus riche et le plus prospère des Pays-Bas bourguignons. D’une moyenne de 3457 livres parisis par mois sous le Téméraire, en passant par 5089 livres pendant le bref principat de sa fille Marie, vers 4861 livres sous le conseil de régence contrôlé par les grandes villes, pour finalement aboutir à une somme de 9132 livres sous Maximilien d’Autriche60. À long terme bien sûr, Anvers a également payé le prix fort, quand les demandes financières de la part des princes habsbourgeois ont à leur tour au cours du XVIe siècle mis la ville en difficulté financière et que la banqueroute de l’état n’était plus à éviter. À cela il faut ajouter la politique suivie par plusieurs princes de financer leurs guerres extérieures et intérieures contre des sujets révoltés par des dévaluations en série, une politique que Maximilien d’Autriche a utilisé à maintes reprises61.

15Sommes-nous donc en face d’une défaite ou au moins d’un assujettissement du monde urbain face au pouvoir princier ? L’image que nous réserve le réseau urbain à la fin du Moyen Âge et au début des Temps Modernes ne trompe pas : même si le pouvoir des princes a été victorieux face à des villes individuelles, menant parfois à une destruction ou un démembrement spatial, le monde urbain a montré un degré de résilience remarquable et semble avoir toujours échappé aux mains avides des princes et de leur administration. Une des raisons réside dans le fait qu’à aucun moment les villes des Anciens Pays-Bas n’ont été marquées par le développement d’une hiérarchie urbaine menant à la domination d’une seule métropole géante, comme cela se passa en Castille, en Angleterre ou encore en France. Aucune ville particulière n’a pu combiner sur son territoire une cour, une université, d’importantes administrations centrales et une industrie culturelle exclusive. Le réseau urbain des Anciens Pays-Bas a été marqué profondément par à la fois une coopération et une émulation voire une compétition permanente. Ce qui a influencé aussi le développement d’une culture politique propre, au sein de laquelle se trouve la quête permanente entre groupes médians (patriciat urbain classique, représentants des corps de métier) d’un équilibre délicat entre intérêts urbains, intérêts des groupes sociaux composant la société urbaine et intérêts d’État. Le résultat en a été l’émergence d’une culture politique axée sur la négociation, et la recherche d’un accord satisfaisant les parties impliquées. Une activité qui était très familière aux élites commerciales et artisanales pour qui comptaient avant tout des valeurs très bourgeoises : stabilité monétaire, privilèges commerciaux, le droit de se juger entre soi et le respect d’une protection juridique autant pour la personne que pour les biens. Tout cela se jouait dans les paramètres d’une certaine contrainte géographique empêchant le développement de cités-états comme en Italie. La présence d’un réseau hydrographique navigable et une politique délibérée de perfectionner cette situation par l’établissement d’un réseau de canaux artificiels a rendu possible ces développements originaux. Toutefois on se gardera de trop accentuer cette dépendance d’une situation géographique exceptionnelle. Si finalement l’évolution a abouti au XVIe siècle à l’existence d’une république (des Provinces-Unies) originale, cela est dû à l’accumulation d’expériences et de pratiques journalières acquises dans les grandes villes de Flandre, mais également du Brabant, du Hainaut, de Hollande etc… et cela dès les premières manifestations communales.

Notes

1 Sur la crise de 1127-1128 suite à l’assassinat du comte Charles le Bon et sur le témoignage unique des événements qu’est le soi-disant journal tenu par Galbert de Bruges : L. Feller, L’assassinat de Charles le Bon, comte de Flandre, 2 mars 1127, Paris, Perrin, 2012. À compléter par J. Dumolyn, G. Declercq, J. Haemers, « Social groups, political power and institutions I, c. 1100-c. 1300 », in : Medieval Bruges, c. 850- c. 1550, (éd.) A. Brown, J. Dumolyn, Cambridge, Cambridge university Press, 2018, p. 125‑135.

2 M. Boone, W. Prevenier, J.-P. Sosson, « Le réseau urbain en Flandre (XIIIeXVIIIe siècle) : composantes et dynamique », in : Le réseau urbain en Belgique dans une perspective historique (1350-1850). Une approche statistique et dynamique. Actes du 15e colloque international. Spa, 4-6 sept. 1990, Bruxelles, Crédit Communal, coll. Histoire, série in-8°, n° 86, 1992, pp. 157-200.

3 Un état de fait qui a fortement influencé différents éléments de la vie publique, notamment en ce qui concerne l’organisation de la fiscalité : C. Billen, M. Boone, « Taxer les ecclésiastiques. Le laboratoire urbain des Pays-Bas méridionaux (XIIe-XVIe siècles) », in : El dinero de Dios. Iglesia y fiscalidad en el occidente medieval (siglos XIIIXV), (éd.) D. Menjot, M. Sanchez Martinez, Madrid, Ministerio de economia y hacienda. Instituto de Estudios Fiscales, Madrid, 2011, p. 273‑288.

4 C. Billen, M. Boone, « Le roi, la ville, les métiers. Tournai 1275‑ca. 1350 », sous presse Mélanges Elisabeth Crouzet‑Pavan.

5 W. Simons, « “Dieu, li premierz, plus anchiiens et souverains bourgeois de tous”. Sur la place de la religion dans les villes flamandes (XIIIeXVe siècles) », dans : Villes de Flandre et d’Italie (XIIIeXVIe siècle). Les enseignements d’une comparaison, éd. E. Crouzet-Pavan, E. Lecuppre-Desjardin, Turnhout, Brepols, 2008, (Studies in European Urban History, 1100-1800, nr. 12), p. 78‑79.

6 A.G. Jongkees, Burgundica et varia. Keuze uit de opstellen van prof. dr. A.G. Jongkees hem aangeboden ter gelegenheid van zijn tachtigste verjaardag op 14 juli 1989, éd. E.O. Van der Werff, C.A.A. Linssens, B. Ebels-Hoving, Hilversum, Verloren,1990, p. 168 (texte publié lors de la 500e commémoration de la bataille de Nancy et dans le contexte du colloque tenu à cette occasion, publié par la suite dans les Annales de l’Est, mémoire n° 62, Nancy 1979).

7 Sur l’introduction des nouveaux évêchés : M. Dierickx, De oprichting der nieuwe bisdommen in de Nederlanden onder Filips II (1559-1570), Antwerpen-Utrecht, De Standaard, 1950, et l’édition de sources par le même auteur : Documents inédits sur l’érection des nouveaux diocèses aux Pays-Bas 1521-1570, Bruxelles, Commission royale d’histoire, 3 tomes, 1960-1962. La réforme était d’ailleurs vécue comme une intervention tellement disruptive dans la société (urbaine) de l’époque qu’elle a grandement influencé le développement de la « Révolte » des Pays-Bas contre le roi d’Espagne, Philippe II.

8 Sur l’organisation prévue par Charles Quint et Philippe II : J. Decavele, « Reformatie en begin katholieke restauratie 1555-1568 », in : Nieuwe Algemene Geschiedenis der Nederlanden, Haarlem, 1979, p.181‑183.

9 Tournai en 1521, Utrecht en 1528 : concernant l’identification bourguignonne de Charles Quint : G. Parker, Emperor. A new life of Charles V, New Haven-London, Yale University press, 2019, p. 34,136. On se souviendra du fait que Charles Quint se considérait « bourguignon » allant même jusqu’à exprimer dans plusieurs de ses testaments la volonté d’être enseveli auprès de ses ancêtres bourguignons à la chartreuse de Champmol lès Dijon.

10 En général sur l’organisation de l’Église : A.‑L. Van Bruaene, G. Marnef, « Religion civique. Communauté, identité et renouvellement de la foi », in : Faire société au Moyen Âge. Histoire urbaine des anciens Pays-Bas (1100‑1600), dir. C. Billen, B. Blondé, M. Boone, A.‑L. Van Bruaene, Paris, Classiques Garnier, 2021, p. 153‑155.

11 Là où il y avait un siège épiscopal les élites locales se vouaient au saint patron de l’église cathédrale, devenant de la sorte membres de la familia du saint, on les désigne alors comme « homines sancti N. » ou encore tribunali, voire censuales (sainteurs en Français), par ex. les homines Sancti Mariae à Tournai ou encore les homines Sancti Vedasti à Arras : A. E. Verhulst, The rise of cities in North-West Europe, Cambridge, Cambridge University press, 1999, p. 119‑122.

12 Dans certaines villes les différences entre les deux, ministériales au service du prince et hommes libres voués au saint de l’église principale du lieu s’estompaient, ainsi dans la ville brabançonne de Louvain, les ministériales de la familia du duc se confondaient avec les « homines sancti Petri » les hommes de l’église collégiale Saint-Pierre : R. Van Uytven (réd.), Leuven ‘de beste stad van Brabant’. Deel 1 : de geschiedenis van het stadsgewest Leuven tot omstreeks 1600, Louvain, Davidsfonds, 1980, p. 74.

13 Voir M. Boone, « Droit de bourgeoisie et particularisme urbain dans la Flandre bourguignonne et habsbourgeoise (1384-1585) », in : Revue Belge de Philologie et d’histoire, 74, 1996, p. 707‑726.

14 M. Boone, « Le mariage de Marguerite de Male et de Philippe le Hardi de Bourgogne : une entrée royale dans la Flandre comtale », in : Die Erbtochter, der fremde Fürst und das Land. Die Ehe Johanns des Blinden und Elisabeths von Böhmen in vergleichender europäischer Perspektive. L’héritière, le prince étranger et le pays. Le mariage de Jean l’Aveugle et d’Elisabeth de Bohême dans une perspective comparative européenne, (éd.) M. Pauly, Luxembourg, 2013, (Publications du Cludem, tome 38), p. 209‑223.

15 La littérature concernant l’établissement des ducs Valois de Bourgogne dans les Pays-Bas est pléthorique, en langue française on consultera la synthèse scientifique la plus récente : E. Lecuppre-Desjardin, Le royaume inachevé des ducs de Bourgogne (XIVeXVe siècles), Paris, Bellin, 2016, passim. Notez que l’auteur réfute la dénomination d’« état bourguignon » en lui préférant la description « grande principauté de Bourgogne ».

16 M. Boone, « From Cuckoo’s egg to “sedem tyranni”. The princely citadels in the cities of the Low Countries, or the city’s spatial integrity hijacked (15th – early 16th centuries) », in : The power of space in Late Medieval and early modern Europe. The cities of Italy, Northern France and the Low Countries, éd. M. Boone, M.C. Howell, Turnhout, 2013 (Studies in European Urban History (1100-1800), 30), p. 77‑96.

17 Voir les détails de l’opération dans M. Boone, « Destroying and Reconstructing the City : the Inculcation and Arrogation of Princely Power in the Burgundian-Habsburg Netherlands (14th-16th centuries) », in : The Propagation of Power in the Medieval West. Selected Proceedings of the internationaal conference, Groningen, 20‑23 November 1996, éd. M. Gosman, A. Vanderjagt, J. Veenstra, Groningen, 1997 (Mediaevalia Groningana XXIII), p. 24.

18 C. Billen, M. Boone, « Enceintes, grand-places et citadelles. Les populations urbaines des Pays-Bas méridionaux face aux violences urbanistiques du bas Moyen-Âge et du début de l’époque moderne », in : La ville est à nous ! Aménagement urbain et mobilisations sociales depuis le Moyen Âge, éd. I. Backouche, N. Lyon‑Caen, N. Montel, V. Theis, L. Vadelorge, C. Vorms, Paris, Éditions de la Sorbonne (Histoire contemporaine 18), 2018, p. 205‑226.

19 K. Davids, J. Lucassen, A miracle mirrored. The Dutch Republic in European Perspective, Cambridge, Cambridge University Press, 1995, passim.

20 M. Boone, « L’État bourguignon, un État inventeur ou les limites de l’invention », in : La Cour de Bourgogne et l’Europe. Le rayonnement et les limites d’un modèle culturel, éd. W. Paravicini, T. Hiltmann, F  Viltart‑Ostfildern, Jan Thorbecke Verlag, (Beihefte der Francia, Band 73), 2013, p. 141‑142.

21 Ibid., p. 138-139.

22 Sur l’idéologie des chanceliers de Bourgogne : M. Boone, « Les chanceliers des ducs Valois de Bourgogne technocrates et/ou idéologues ? » in : L’humanisme au pouvoir ? Figures de chanceliers dans l’Europe de la Renaissance, (éd.) D. Crouzet, E. Crouzet-Pavan, L. Petris, C. Revest, Paris, Classiques Garnier, 2020, p. 105‑128. À compléter pour le personnage du chancelier Hugonet, un des hommes derrière la politique autocratique du duc Charles le Téméraire, par M. Boone, « Guillaume Hugonet (1430‑†1477) chancelier du duc de Bourgogne, et l’idéologie étatique en marche à la fin du Moyen Âge », in : En ces temps de tribulations. Penser le Moyen Âge tardif. Mélanges offerts à Joël Blanchard par ses collègues et amis, (éd.) R. Blumenfeld‑Kosinski, L. Tabard, sous presse (éd. Droz, Genève).

23 W. Blockmans, « La signification “constitutionnelle” des privilèges de Marie de Bourgogne (1477) », dans 1477. Le privilège général et les privilèges régionaux de Marie de Bourgogne pour les Pays-Bas, éd. W. P. Blockmans, Courtrai,1985 (Anciens Pays et Assemblées d’États, LXXX), p. 506‑514.

24 M. Boone, « L’État bourguignon, un état inventeur », art. cit., p. 141.

25 M. Boone, « L’influence des pratiques et du savoir-faire “étatiques” dans les comptes des villes flamandes et des principautés des anciens Pays-Bas au XIV-XVe siècles », in : Classer, dire, compter. Discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable à la fin du Moyen Age, éd. O. Mattéoni, P. Beck, Paris, Ministère des finances et des comptes publics, 2015 (Comité pour l’histoire économique et financière de la France), p. 199‑215.

26 Voir l’analyse de W. Blockmans, B. De Munck, P. Stabel, « Les composantes de la dynamique économique. Durabilité et adaptabilité. Un développement spécifique pour les réseaux urbains dans les Pays-Bas », dans : Faire société au Moyen Âge, op. cit., (dir.) C. Billen, B. Blondé, M. Boone, A.‑L. Van Bruaene, p. 34‑41.

27 Cette comparaison a donné lieu à une collection d’essais : Villes de Flandre et d’Italie (XIIIeXVIe siècle). Les enseignements d’une comparaison, éd. E. Crouzet‑Pavan, E. Lecuppre‑Desjardin, Turnhout, Brepols, 2008, (Studies in European Urban History, 1100‑-1800, nr. 12).

28 H. Lowagie, Met brieven an de wet. Stedelijk briefverkeer in het laatmiddeleeuwse graafschap Vlaanderen, Gent, 2012 (Verhandelingen Maatschappij voor Geschiedenis en Oudheidkunde te Gent, 34), p. 129‑130.

29 Les effets de la facilité de communiquer et de se consulter sur un des terrains où l’action des villes (flamandes) a laissé le plus de traces, à savoir celui des « institutions représentatives » grâce à une superficie somme toute restreinte sont à juste titre mis en avant dans W. P. Blockmans, De volksvertegenwoordiging in Vlaanderen in de overgang van middeleeuwen naar nieuwe tijden (1384-1506), Bruxelles, 1978 (Verhandelingen van de Koninklijke Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten van België, Klasse der Letteren, jg. XL, nr. 90), p. 271-273. Sur la façon d’appréhender le territoire au XVe siècle, voir les remarques pertinentes formulées par E. Lecuppre-Desjardin, La ville des cérémonies. Essai sur la communication politique dans les anciens Pays-Bas bourguignons, Turnhout, Brepols, 2004, (Studies in European Urban History, 4), p. 15-21. La comparaison Flandre-Italie est au cœur du livre cité, Villes de Flandre et d’Italie (XIIIe-XVIe siècle). Op. cit.. d’E. Crouzet-Pavan, E. Lecuppre-Desjardin, (éds.). Voir également les remarques dans M. Boone, « Centre et périphéries : les facteurs de croissance économique au Moyen Âge », in : La crescita economica dell’Occidente medievale, un tema storico non encora esaurito. Venticinquesimo convegno internazionale di studi, Pistoia 14-17 maggio 2015, Roma, Viella, 2017 (Centro Italiano di studi di storia e d’arte Pistoia), p. 363‑381.

30 Sur cette fixation sur le XIVe siècle, présente dans l’historiographie dès la redécouverte de l’histoire médiévale à l’époque romantique : M. Boone, « Le comté de Flandre dans le long XIVe siècle : une société urbanisée face aux crises du bas Moyen Âge », in : Rivolte urbane e rivolte contadine nell’Europa del Trecento : un confronto, éd. M. Bourin, G. Cherubini, G. Pinto, Firenze, Firenze University Press, 2008, p. 17‑47.

31 Voir l’aperçu que j’ai donné de la question avec références nécessaires à la littérature scientifique : M. Boone, « “In den beginne was het woord”. De vroege groei van “parlementen” in de middeleeuwse vorstendommen der Nederlanden », Bijdragen en Mededelingen betreffende de Geschiedenis der Nederlanden, 120/3, 2005, p. 338-361.

32 E. De Paermentier, « Une autorité bridée : les conséquences de Bouvines pour le gouvernement politique de Jeanne de Constantinople en Flandre sous la Couronne (1212-1244) », dans : Bouvines 1214-2014 : Un Lieu De Mémoire : Actes Des Deux Journées Tenues à Lille, Genech Et Bouvines Les 17 et 18 Mai 2014, éd. Ph. Marchand, F. Verrier, Valenciennes, Commission Historique du Nord – Société Historique du Pays de Pévèle – Archives départementales du Nord, 2014, p. 55‑70.

33 A. Verhulst, Th. de Hemptinne, L. De Mey, « Un tarif de tonlieu inconnu, institué par le comte de Flandre Thierry d’Alsace (1128-1138) pour le port de Littersuerua, précurseur du port de Damme », in : Bulletin de la Commission Royale d’Histoire, 164, 1998, pp. 161‑162.

34 Concernant les « scabini Flandriae » on consultera toujours J. Dhondt, Estates or powers, Essays in the parliamentary history of the Southern Netherlands from the XIIth to the XVIIIth century, Heule, 1977 (réédité avec un complément bibliographique par W. Blockmans dans la série Anciens Pays et assemblées d’États LXIX), pp. 74‑78.

35 G. Dept, Les influences anglaises et française dans le comté de Flandre au début du XIIIe siècle, Gand, Van Rysselberghe et Rombaut, Paris, Champion, 1928, p. 73‑74.

36 M. Gosman, Les sujets du père. Les rois de France face aux représentants du peuple dans les assemblées de notables et les États-Généraux 1302-1615, Louvain, 2007 (Mediaevalia Groningana new series, vol. 8), pp. 76‑79.

37 À partir de la deuxième moitié du XVIe siècle les États ont tenu des mémoriaux et collections de résolutions, un dépôt d’archives formel ne date que de 1624 : M. Nuyttens, « De Vier Leden en de Staten van Vlaanderen (1127-1795) », dans : De gewestelijke en lokale overheidsinstellingen in Vlaanderen tot 1795, (ed.) W. Prevenier, B. Augustyn, Bruxelles, Archives générales du royaume, 1997, p. 67‑78.

38 Bien que la diplomatique urbaine reste un des parents pauvres de la diplomatique, des avancées ont été réalisées dans le sillon de l’appel formulé dans La diplomatique urbaine en Europe au moyen âge. Actes du congrès de la Commission Internationale de Diplomatique, Gand, 25-29 août 1998, W. Prevenier, Th. de Hemptinne (edd.), Leuven, 2000, voir notamment : T. Van Gassen, Archiefvorming en -beheer in laatmiddeleeuws Gent. Te vindene tghuent dat men gheerne ghevonden hadde, Gent, 2020 (Verhandelingen Maatschappij voor Geschiedenis en Oudheidkunde te Gent, 37).

39 Voir les références dans les notes suivantes : n° 40 et 41.

40 W. Prevenier, De Leden en de Staten van Vlaanderen (1384-1405), Bruxelles, 1961, (Verhandelingen van de Koninklijke Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten van België, Klasse der Letteren, nr. 43) et W. P. Blockmans, De volksvertegenwoordiging in Vlaanderen. Op. cit., On y ajoutera des éditions de textes : W. Prevenier, Handelingen van de Leden en van de Staten van Vlaanderen, 1384-1405. Excerpten uit de rekeningen der steden, kasselrijen en vorstelijke ambtenaren, Bruxelles, 1959 ; concernant la période 1405-1419 : 2 tomes par A. Zoete (Bruxelles, 1981-82), concernant la période 1419-67 : 3 tomes par W. P. Blockmans (Bruxelles, 1990-95, 2006), pour les années 1467-1506 : 3 tomes par Willem Pieter Blockmans (Bruxelles, 1970-73, 1982). Toutes les éditions sont parues dans la série de la Commission Royale d’Histoire.

41 Concernant la Hollande les éditions de textes par W. Prevenier, J. G. Smit, Bronnen voor de geschiedenis der dagvaarten van de Staten en steden van Holland voor 1544. Deel I: 1276-1433, ‘s-Gravenhage/La Haye, (Rijksgeschiedkundige Publicatiën, grote serie 201-202) 2 tomes, 1987-1991. Smit a également pris soin de l’édition du tome 3 (1467-1477), La Haye, 1998. Les suites sont publiées et consultables sur le site de l’institut Huygens-ING: https://www.huygens.knaw.nl/?s=dagvaarten. Des études ont également vu le jour : H. Kokken, Steden en staten. Dagvaarten van steden en staten van Holland onder Maria van Bourgondië en het eerste regentschap van Maximiliaan van Oostenrijk (1477-1494), Den Haag, 1991 et encore J. G. SMIT, Vorst en onderdaan. Studies over Holland en Zeeland in de late Middeleeuwen, Louvain, 1995 (Miscellanea Neerlandica XII), p. 411-436. Concernant Utrecht: B. Van Den Hoven Van Genderen, Het kapittel-generaal en de Staten van het Nedersticht in de 15de eeuw, Utrecht, 1987.

42 A. Uyttebrouck, Le gouvernement du duché de Brabant au bas moyen âge (1355-1430), 2 tomes, Bruxelles, 1975, (ULB, faculté de philosophie et lettres, LIX).

43 P. Monnet, « Courriers et messages : un réseau de communication à l’échelle urbaine dans les pays d’Empire à la fin du Moyen Age », dans : Information et société en Occident à la fin du Moyen Age. Actes du colloque international tenu à l’université du Québec à Montréal et à l’université d’Ottawa (9-11 mei 2002), éd. C. Boudreau, K. Fianu, C. Gauvard, M. Hebert, Paris, 2004, (Publications de la Sorbonne, histoire ancienne et médiévale 78), p. 301.

44 Voir note 40 et W. Blockmans, De volksvertegenwoordiging in Vlaanderen, op. cit., p. 195-207. Une approche comparative par le même auteur : Willem Pieter Blockmans, “Typologie van de volksvertegenwoordiging in Europa tijdens de late middeleeuwen”, dans : Tijdschrift voor geschiedenis, 87, 1974, p. 484‑485.

45 W. Blockmans, De volksvertegenwoordiging, op. cit., p. 542‑552.

46 Voir M. Boone, « Les ducs, les villes et l’argent des contribuables : le rêve d’un impôt princier permanent en Flandre à l’époque bourguignonne », in : L’impôt au moyen âge. L’impôt public et le prélèvement seigneurial en France, fin XIIe début XVIe siècle. II. Les espaces fiscaux, Colloque tenu à Bercy les 14,15 et 16 juin 2000, éd. Ph. Contamine, J. Kerhervé, A. Rigaudière, Paris, 2002 Comité pour l’Histoire Economique et Financière de la France, p. 323‑341.

47 La guerre gantoise a donné lieu à une activité diplomatique intense entre les représentants de la ville, du duc et une ambassade envoyée par le roi de France dans son rôle de médiateur et de suzerain, voir : M. Boone, « Diplomatie et violence d’état. La sentence rendue par les ambassadeurs et conseillers du roi de France, Charles VII, concernant le conflit entre Philippe le Bon, duc de Bourgogne, et Gand en 1452 », in : Bulletin de la commission royale d’histoire, CLVI, 1990, pp. 1-54. En outre l’activité diplomatique a donné lieu à l’élaboration d’un document remarquable, entré dans l’historiographie comme « le journal de Gand » (Dagboek van Gent) et longtemps regardé comme étant une source narrative. Or, les recherches récentes ont établi qu’il s’agit en vérité d’un aide-mémoire de la délégation gantoise, voir Tineke van Gassen, Archiefvorming en -beheer, op. cit., p. 237‑272.

48 Voir l’analyse comparative des privilèges : W. P. Blockmans, « La signification “constitutionnelle” des privilèges de Marie de Bourgogne (1477) », dans : 1477. Le privilège général et les privilèges régionaux , op. cit. (éd.) W. P. Blockmans, p. 494, 506‑514.

49 H. Lowagie, Met brieven an de wet, op. cit., p. 165‑167.

50 W.P. Blockmans, De volksvertegenwoordiging, p. 172.

51 W. Blockmans, « Flemings on the move. A profile of representatives, 1384-1506 », dans : Secretum scriptorum. Liber Alumnorum Walter Prevenier, éd. W. Blockmans, M. Boone, Th de Hemptinne, Louvain-Apeldoorn, Garant, 1999, p. 307-326, et du même auteur « La représentation de la noblesse en Flandre au XVe siècle », dans : Guerre, pouvoir et noblesse au Moyen Âge. Mélanges en l’honneur de Philippe Contamine, éd. J. Paviot, J. Verger Paris, 2000, Cultures et civilisations médiévales XXII, p. 93‑99.

52 Ce qui rejoint bien sûr les constats de R. Van Uytven, voir le recueil de ses articles : Production and consumption in the Low Countries, 13th-16th centuries, Aldershot, Ashgate, 2001.

53 W. Blockmans, Flemings on the move, art. cit., p. 319‑321.

54 J. Dumolyn, J. Haemers, « Les bonnes causes du peuple pour se révolter. Le contrat politique en Flandre médiévale d’après Guillaume Zoete (1488) », in : Avant le contrat social. Le contrat politique dans l’Occident médiéval (XIIIe-XVe siècle), éd. F. Foronda Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, p. 327‑346.

55 Voyez l’édition par J. Haemers, « Geletterd verzet. Diplomatiek, politiek en herinneringscultuur van opstandelingen in de laatmiddeleeuwse en vroegmoderne stad (casus: Gent en Brugge) », in : Bulletin de la Commission royale d’histoire, 176, 2010, p. 5-54 (pour l’extrait : p. 52).

56 J. Haemers, « Révolte et requête. Les gens de métiers et les conflits sociaux dans les villes de Flandre (XIIIe-XVe siècles) », in : Revue Historique, 2016, n° 677, p. 27-56. Sur la tradition de provoquer des enquêtes afin d’obliger les autorités centrales à respecter les droits des sujets et à optimaliser leur fonctionnement : M. Boone, « Le comté de Flandre au XIVe siècle : les enquêtes administratives et juridiques comme armes politiques dans les conflits entre villes et prince », in : Quand gouverner c’est enquêter. Les pratiques politiques de l’enquête princière (Occident, XIIIe-XIVe siècles), éd. Th. Pécout, Paris, De Boccard, 2010, p. 461-480. On a trop longtemps regardé l’historiographie médiévale comme absente de ce débat, des recherches nouvelles ont toutefois aidé à comprendre à quel point la vision du passé était marquée par une perspective urbaine, comme le démontrent les Histoires de Flandre imprégnées par une approche gantoise ou brugeoise, voir Lisa Demets, Onvoltooid verleden. De handschriften van de Excellente Cronike van Vlaenderen in de laatmiddeleeuwse Vlaamse steden, Hilversum, Verloren, 2020, passim.

57 M. Boone, The Dutch Revolt and the Medieval Tradition of Urban Dissent, in: Journal of Early Modern History ,11, 2007, p. 351‑375.

58 J’en ai fait l’inventaire et dressé le bilan : M. Boone, « Le dict mal s’est espandu comme peste fatale”. Karel V en Gent, stedelijke identiteit en staatsgeweld », in : Handelingen der Maatschappij voor Geschiedenis en Oudheidkunde te Gent, LIII, 2000, p. 29‑61.

59 R. Wellens, Les États généraux des Pays-Bas des origines à la fin du règne de Philippe le Beau (1464-1506), Heule, 1974 (Anciens Pays et assemblées d’État, LXIV), p. 102-118.

60 J. Haemers, « Faire son prouffit. Die Finanzpolitik Maximilians I. und die städtischen Aufstände in den Niederlande (1477-1488) », in : Habsburger Herrschaft for Ort – Weltweit (1300-1600). Beiträge einer Tagung auf Schloss Lenzburg bei Zürich 9. Bis 11. Oktober 2008, éd. J. Rauschert, S. Teuscher, T. Zotz, Ostfildern, Jan Thorbecke Verlag, 2013, p. 201‑208.

61 W. Blockmans, « Finances publiques et inégalité sociale dans les Pays-Bas aux XIVe-XVIe siècles », in : Genèse de l’État moderne. Prélèvement et redistribution. Actes du colloque de Fontevraud 1984, éd. J.‑Ph. Genet, M. Le Mené, Paris, CNRS, 1987, p. 87 et par le même auteur : W. Blockmans, « Wie beherrscht man eine reiche Peripherie ? Integration und Widerstand in den habsburgischen Niederlanden 1477-1581 » in : éd. J. Rauschert, S. Teuscher, T. Zotz, Habsburger Herrschaft for Ort – Weltweit (1300-1600). Op. cit., p. 184‑185.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search