Version classiqueVersion mobile

Regards critiques sur quelques (r)évolutions récentes du droit

 | 
Maryvonne Hecquard-Théron
, 
Jacques Krynen

Tome 1 : Bilans

Retour sur le concept d'empire et ses applications : à propos de l'empire américain

Jean-Marie Crouzatier

Texte intégral

1Antérieure à la figure politique de l'Etat qui se dessine en Europe au 16ème siècle, l'idée de l'empire universel est présente tout au long de l'histoire et exerce une grande influence sur l'imaginaire social : parce qu'il est le pouvoir incontesté d'un seul, mais surtout parce qu'en rassemblant le multiple, il apporte la paix. Au contraire de l'Etat-nation qui s'enracine dans une unité de terre, de langue, de peuple, et d'Etat, l'empire relève de la diversité, du complexe et du mélange. Cette idée d'un empire universel comme monarchie sans frontières fascine l'imaginaire politique et fonctionne comme un mythe : le mythe d'une seule et même société cosmopolite qui inclut tous les êtres, tous les peuples et toutes les nations. Les historiens des idées, les politologues et les philosophes constatent que ce mythe impérial présente des constantes que l'on retrouve chez les auteurs de l'antiquité et du Moyen-Age européen, mais aussi ceux de l'époque moderne, et dans la plupart des civilisations. La première est celle de l'unité impériale : une unité qui postule la restructuration des communautés englobées, leur dissolution par scission ou par fusion, leur ouverture les unes aux autres ; une unité qui ne recherche pourtant pas l'homogénéisation, laquelle provoquerait la naissance de partis et de clans mettant en cause l'ordre et l'harmonie. Seconde constante : la monarchie universelle assure la paix. Fondée sur l'idée que les hommes sont identiques et semblables sur toute la terre, elle conduit le citoyen de l'empire à se sentir citoyen du genre humain, à aimer l'humanité entière. De patriotique le dévouement absolu à une cause politique, idéologique ou sociale, devient transnational (“sans frontières”), et les individus ressentent l’impératif d'intervenir partout où leurs idéaux sont bafoués : justifiant ainsi le droit de l'empire d'intervenir dans toutes les régions du monde...

  • 1 M. DUVERGER, Le concept d'empire, Paris, PUF, 1980.
  • 2 Le concept d'empire, p. 7, Voir la définition de Jean Tulard, J. TULARD (dir.), Les empires occide (...)
  • 3 Peu d'empires ont pu être uniformément gouvernés de façon centralisée ; tous ont tendu à assurer l (...)
  • 4 R. ARON, République impériale, Paris, Calmann-Levy, 1973, p. 260 et suivantes.

2Lors du colloque organisé au Centre d'Analyse Comparative des Systèmes Politiques sur “le concept d'empire” en 197 81, Maurice Duverger n'avait pas donné de définition du terme “empire” car “on n'a pas voulu limiter les participants par des idées préconçues”2. Néanmoins, pour présenter les quelques vingt et un empires de différentes époques inscrits au programme du colloque, il proposait trois éléments : du point de vue institutionnel, l'empire relève de la monarchie, le pouvoir politique étant assuré par un seul titulaire (dont la personne a souvent un caractère sacré) ; du point de vue géographique, l'empire s'assoit sur un territoire vaste, toujours en expansion ; du point de vue social, il englobe une pluralité de peuples divers au sein de sous-ensembles souvent hétérogènes, et comporte de ce fait plusieurs niveaux d'administration3. Dérivé du latin “imperium” (pouvoir souverain, pouvoir suprême), le terme désigne une entité puissante et dominatrice. Il s'applique autant au caractère suprême ou inconditionnel du pouvoir au sein d'une entité politique, qu'à ses dimensions géographiques exceptionnelles et à la grande pluralité des peuples qui vivent sous sa domination. Du point de vue de la nature du régime politique, “empire” s'oppose à “république” chez les historiens et philosophes classiques repris par Montesquieu ; ce dernier met en parallèle l’asservissement des peuples à l’extérieur avec la perte de liberté à l'intérieur. “Empire” désigne donc ces régimes tout à la fois autoritaires et expansionnistes4 nés dans les vallées des grands fleuves d'Afrique et d'Asie (Nil, Euphrate et Tigre, Gange et Indus, fleuve jaune), ou sur les plateaux d'Amérique (mayas, Incas) ou encore autour d'une mer intérieure (Méditerranée). La conjonction des caractéristiques autoritaire et expansionniste s'applique également aux empires qu'a connus l'Europe plus récemment, jusqu'au 19ème siècle.

3C'est précisément au 19ème siècle que le terme prend un contenu nettement péjoratif, lorsqu'il est appliqué aux empires coloniaux constitués par les puissances européennes. “Impérial” –et surtout “impérialisme”– désigne alors le mouvement qui pousse les économies occidentales –capitalistes– à rechercher de nouveaux territoires et à en prendre le contrôle. Le terme perd alors une partie de son contenu, désignant l'expansionnisme d'un Etat et plus guère la nature de son régime politique. Il faudra attendre l'opposition Est-Ouest après la seconde guerre mondiale et la guerre froide, pour voir réapparaître dans les pays occidentaux la double signification du terme dans l'expression “empire soviétique”.

  • 5 M. DUVERGER, Op. cit., p. 121.
  • 6 Ibid, p. 122.

4Le concept d'empire convient-il pour décrire l'hégémonie actuelle des Etats-Unis d'Amérique ? Le débat “à la mode” entre intellectuels et historiens nord-américains sur le rôle des Etats-Unis d'Amérique dans le monde après le 11 septembre 2001 a contribué à répandre l'idée qu'ils sont la Rome du 21ème siècle (le modèle romain ayant imprégné la tradition politique euro-américaine jusqu'à l'époque contemporaine). Tous soulignent les similitudes entre l'empire d'aujourd'hui et “l'imperium” romain. Le point commun le plus évident est une puissance militaire écrasante : à l'instar de l'armée romaine la mieux équipée, financée et entraînée de son temps, la force nord-américaine peut se déployer partout sur la planète ; le budget de sa défense est plus important que la somme des dépenses militaires des neuf grandes puissances suivantes ; et son avance technologique est incontestable. Certes les Etats-Unis ne possèdent pas de colonies, à l'exception de Porto-Rico ou Guam. Mais ils disposent de bases militaires dans une quarantaine de pays, et déploient une présence militaire plus ou moins importante dans 132 des 190 Etats membres des Nations Unies. Le Pentagone a d'ailleurs divisé le monde en cinq zones (Europe, Pacifique, Centre, Sud, Nord) ; dans chacune d'entre elles, toutes les forces nord-américaines présentes sont placées sous l'autorité d'un commandant en chef, véritable “proconsul” de Washington. L'utilisation de la technologie est un autre point commun : les célèbres voies rectilignes construites par Rome permettaient à l'empire de déplacer rapidement troupes et matériels ; elles trouvent désormais leur pendant dans les autoroutes de l'information. Internet est au cœur du système commercial des Etats-Unis ; et il fait de l'anglais le latin d'aujourd'hui. Rome avait compris que, pour durer, une puissance doit s'imposer par la force mais aussi séduire les peuples conquis ou leurs élites. Grâce à ces dernières, elle peut diriger à distance, par procuration : tout comme les universités nord-américaines ont formé, et continuent de former, les dirigeants arabes “pro-occidentaux”, les ministres sud-américains et les élites africaines, Rome éduquait l'élite des peuples colonisés, les préparant à gouverner dans l'intérêt de l'empire. Parmi les similitudes remarquables, il faut enfin évoquer l'idéologie impériale : l'hégémonie romaine, comme la nord-américaine, découle d'une prétention œcuménique ; comme l'écrit Paul Veyne à propos de Rome5, l'empire prétend représenter toute l'humanité digne de ce nom, toute l'humanité intéressante. Paul Veyne explique que l'empire romain “est issu d'une conquête qui fut moins un impérialisme à la façon d'Athènes ou d'Alexandre qu'un isolationnisme archaïque qui vise à régner sur l'horizon humain pour être seul à seul”6. Or les observateurs de la société nord-américaine font remarquer que pour ses habitants, le monde extérieur n'existe véritablement qu'autant qu'il s'américanise, devient partenaire et consent à construire avec les Etats-Unis “un monde meilleur”. Autrement il reste un objet de curiosité incompris. Ceci explique en politique étrangère la tendance isolationniste : une tendance qui a conduit le pays à certaines périodes de repli sur soi, au 19ème siècle ; une tendance qui désormais le pousse à soumettre des territoires et des hommes afin de ne plus avoir à tenir compte des avis de partenaires ou de rivaux, afin de décider unilatéralement du destin du monde, afin de mettre fin à la diplomatie traditionnelle. Pour certains adeptes de l'idéologie impériale, cette occupation de tout l'horizon politique met plus généralement fin à l'histoire... Ainsi l'empire englobe la totalité de l'espace “civilisé” ; il exprime un ordre éternel et donc hors de l'histoire, garant de la paix perpétuelle. Tel se présente l'ordre impérial nord-américain, expression du capitalisme financier de nature multinationale dont le réseau s'étend sur toute la planète et qui monopolise les moyens technologiques, économiques et communicationnels nécessaires à la gestion du monde.

5Longtemps utilisé par les contempteurs des Etats-Unis d'Amérique pour dénoncer leur politique étrangère, le qualificatif d'impérial est aujourd'hui accepté sans complexes, revendiqué et repris par une partie de l'élite politique et financière nord-américaine dans l'euphorie des victoires militaires en Afghanistan et en Irak. Le concept d'empire parait en effet pertinent pour qualifier une puissance politique et économique sans égale, disposant d'une force militaire écrasante, qui entend utiliser délibérément ce pouvoir pour créer de manière unilatérale un ordre international convenant à ses intérêts et à ses valeurs.

  • 7 M. HARDT et A. NEGRI, Empire, Paris, Exils, 2000, p. 19.

6Il existe bien sûr de grandes différences entre les deux empires –romain et nord-américain– : elles concernent principalement la force du pouvoir politique, et ses justifications. Quant à la force, celle de l'empire contemporain s'exerce à travers une série d'organismes nationaux et internationaux régis par une commune logique de gouvernement ; elle se fait sentir à tous les niveaux de l'ordre social prétendant réguler toutes les interactions humaines grâce à ses capacités techniques sans égale et à la prégnance de sa propagande7. Jamais l'empire romain n'avait cherché à réguler directement la nature humaine. Quant aux justifications : les Romains était fiers de leur statut de maîtres du monde ; bien peu de Nord-Américains se vantent de leur impérialisme. La plupart d'entre eux n'ont aucun désir d'empire, et vont jusqu'à en nier la réalité en se raccrochant au mythe entretenu depuis deux siècles de la nation opprimée se révoltant contre l'empire britannique. Chez certains intellectuels nord-américains, la métaphore impériale paraît suffisamment réaliste pour susciter l'inquiétude et nécessiter un plaidoyer en faveur de la république. Car l'impérialisme à l'étranger s'est traduit par le présidentialisme à l'intérieur : le Président dispose de prérogatives quasi-royales, il crée des faits accomplis, agit en tant que seul responsable des forces armées et des services de renseignements, il présente impunément au public des informations partielles ou partiales, il couvre les agissements les plus discutables des services de renseignements, conclut des alliances par executive-agreements, en jouant sur une fierté nationale exacerbée et sur la peur, sans autre contrôle que celui a posteriori de la presse et du Congrès. Ainsi l'action extérieure des Etats-Unis échappe-t-elle aux checks and balance voulus par les “pères fondateurs”. L'inquiétude de certains découle de cette apparente incompatibilité entre la nature de l'action impériale et l'essence du régime politique des Etats-Unis : tout au moins telle que la majorité de la population nord-américaine se la représente...

  • 8 C. G. RYN, America the virtuous, Londres, Transaction Publ., 2003.

7Constatant l'arrogance impériale, son indifférence au reste du monde, et son mépris de la loi internationale, les observateurs en attribuent la responsabilité à “l'administration Bush”, seule responsable “d'excès”, justifiés par “les attentats du 11 septembre”. En réalité, “l'administration Bush” se contente d'agir cyniquement, sans s'embarrasser de justifications, en profitant d'une conjoncture géopolitique favorable ; mais si ses agissements sont flagrants, ils ne sont en rien différents de ceux –plus discrets– des gouvernements précédents. Depuis 1945, les Etats-Unis poursuivent la stratégie brillante de se présenter comme agressés, sur la défensive, face à “l'impérialisme soviétique”, puis au terrorisme, et comme les défenseurs du bien universel ; alors qu’ils manipulent systématiquement et impitoyablement le pouvoir à l'échelle mondiale, et mettent en cause la paix et la stabilité. Et ces comportements ne sont pas imputables à la situation particulière des Etats-Unis après la seconde guerre mondiale ; le mythe impérial fait dès l’origine partie de l'idéologie nord-américaine : d’abord par son “exceptionnalisme”, les valeurs et les principes politiques nord-américains étant universels, et à ce titre, susceptibles de servir de guide pour remodeler le monde8 ; ensuite parce que la nationalité nord-américaine s’est constituée à coup d’immigrations successives et de diasporas qui ont gardé des attaches avec leur pays d’origine, et qui en retour se donnent un droit de regard et d’influence sur toutes les parties du monde d’où elles proviennent. La population nord-américaine est naturellement plus transnationale que nationale : préfigurant la citoyenneté impériale...

8Loin d’être le résultat de l’appel du vide sur le continent nord-américain au 19ème siècle, puis des circonstances et du “poids économique” dans le reste du monde au 20ème siècle, l’expansionnisme puis l’hégémonisme à l’échelle mondiale sont le produit d’une volonté politique déjà inscrite dans la constitution politique et sociale de 1787.

I – LE RÉPUBLICANISME

  • 9 J. G. A. POCOCK, Le moment machiavélien, Paris, PUF, 1997.

9Les historiens résument généralement le débat constitutionnel qui débuta à Philadelphie en 1787 sous la forme d’une opposition entre des “fédéralistes” partisans d’un gouvernement national républicain et fort, et des “anti-fédéralistes” soucieux de préserver l’autonomie des Etats fédérés, les deux camps se réclamant de la république. Une illustration récente en est l’ouvrage de J. G. A. Pocock, Le moment machiavélien9. Cette vaste synthèse idéologique est une œuvre de propagande qui prétend intégrer la tradition humaniste civique et républicaine dans les origines intellectuelles de la “révolution américaine” ; son but est de conforter la nation nord-américaine dans sa conviction de supériorité, et dans l’opinion selon laquelle elle serait la dépositaire et la gardienne des traditions de pensée qui ont donné naissance à la liberté des modernes. En fait, il s'agit d'une reconstruction a posteriori gouvernée moins par l'exactitude de la recherche scientifique que par des besoins idéologiques et politiques. Car dans la tradition civique, l'homme est un citoyen avant d'être un marchand, producteur ou consommateur ; la société civile ne doit pas son existence à la nécessité de protéger la propriété, de garantir les fruits du travail, de multiplier les échanges et d'accroître les richesses, mais c'est au contraire la propriété qui apparaît comme la condition subordonnée de l'existence politique ; et surtout le but de la politique est l'indépendance des citoyens et la vertu, c'est-à-dire la maîtrise collective du groupe sur son destin grâce à un ordre institutionnel équilibré où chacun participe et se reconnaît.

  • 10 Ch.-A. BEARD, An economic interpretation of the constitution of the United States, New York, Mac M (...)
  • 11 M. JENSEN, The articles of Confederation. Madison, The Un. Of Wisconsin Press, 1940.

10Or loin d'être une entreprise désintéressée menée par des individus voulant préserver les acquis de la “révolution” et servir de modèle à tous les peuples opprimés, la constitution nord-américaine fut rédigée par une assemblée majoritairement composée de planteurs, de marchands, d'hommes de loi, de financiers, tous issus d'un même milieu social fortuné et privilégié. Leur réunion à Philadelphie, justifiée théoriquement par la nécessité de créer un pouvoir central plus efficace, était en réalité motivée par la peur des mouvements sociaux qui se multipliaient depuis 1776, et la crainte de voir leur puissance et leurs intérêts compromis par la progression des idées démocratiques10. Les délégués de Philadelphie ne sont pas les “représentants du peuple” : la situation de ce dernier ne s'est pas améliorée avec l'indépendance ; au contraire. Les petits agriculteurs sont endettés et contraints d'hypothéquer leurs terres et de gager le produit des récoltes futures pour nourrir leur famille ; les prisons sont pleines de débiteurs condamnés, agriculteurs pour la plupart, mais aussi artisans et ouvriers des manufactures. À partir de 1780, une flambée soudaine de violence de la part des agriculteurs et des débiteurs contre les marchands, les banquiers et les planteurs dégénère : des foules surexcitées d'hommes en armes empêchent dans plusieurs Etats la vente des biens saisis, et libèrent les détenus. Durant l'hiver 1787, les fermiers du Massachusetts dirigés par Daniel Shays prennent les armes contre l'administration ; la révolte sera réprimée par la milice et s'achèvera dans un bain de sang. C'est le spectre de la révolte Shays qui domine les débats à Philadelphie trois mois plus tard : les délégués y voient la confirmation de leur crainte d'un gouvernement par la populace, et de leur conviction que seules les personnes fortunées et instruites devraient gérer les affaires de la nation. Conviction renforcée par l'attitude incohérente de beaucoup de législatures d'Etat depuis 1776 : renouvelées chaque année par élection11, ces assemblées adoptent des décisions contradictoires en fonction des intérêts dominants et des alliances momentanées entre groupes de pression. Plusieurs d'entre elles, sensibles aux protestations des agriculteurs, avaient adopté une législation bienveillante pour les débiteurs : dès lors de telles assemblées paraissent plus dangereuses que le pouvoir colonial britannique. Dans ses “notes sur l'Etat de Virginie”, Jefferson dénonce le gouvernement de la majorité : “173 despotes oppriment autant qu'un seul ; nous n'avons pas lutté pour installer un despotisme électif...”. Pour la plupart des “délégués” de Philadelphie, les “abus” des législateurs étaient dus à un excès de démocratie, c'est-à-dire un lien trop direct entre les représentants et leurs électeurs.

  • 12 Ibid.
  • 13 F. ZAKARIA, L'avenir de la liberté, La démocratie illibérale aux Etats-Unis et dans le monde, Pari (...)
  • 14 M. HARDT et A. NEGRI, op. cit., p. 206.

11Ceux que les nord-Américains appellent les “pères fondateurs” pensaient que la démocratie était une menace pour celle des libertés qui leur tenait le plus à cœur : dans leur esprit en effet la liberté était liée non pas à la démocratie mais à la propriété12. Il leur paraissait essentiel que la nouvelle constitution contienne l'exubérance de l'esprit populaire et empêche ce qu'ils appelaient la “tyrannie de la majorité”13. Comme l'écrivent Michael Hardt et Antonio Negri14, “les constituants américains jugèrent que seule une république pouvait mettre de l'ordre dans la démocratie... la nouvelle souveraineté ne peut naître que de la formation constitutionnelle de limites et d'équilibres, de contrôles et de contrepoids...”. C'est pourquoi ils imaginent un système politique complexe, fondé sur deux principes politiques susceptibles de brider “l'indiscipline et les folies de la démocratie” (Edmund Randolph).

12Le premier principe développé notamment par Madison dans plusieurs passages du “Fédéraliste” est celui de la représentation. La représentation rend possible le gouvernement dans une république de grande dimension, explique Madison, en organisant une compétition entre groupes d'intérêt, et d'opinion, et en empêchant chacun d'entre eux de dominer la sphère politique nationale. Elle constitue alors, ajoute Madison, un remède contre les défauts de la démocratie car elle justifie des électorats différents pour chacun des pouvoirs, et l'élection indirecte du président et des sénateurs (le Président est élu au second degré par les grands électeurs ; les sénateurs étaient jusqu'en 1913 –17ème amendement– désignés par les législatures des Etats). Concernant le Président, la méfiance des “pères fondateurs” pour le peuple était telle qu'ils jugeaient cette élection au suffrage indirect encore trop démocratique ; ils pensaient d'ailleurs qu'elle ne fonctionnerait pas. C'est pourquoi la constitution prévoit que si aucun des candidats n'obtient la majorité absolue lors du vote des grands électeurs, la Chambre des représentants élit le Président (article 2).

13Les pouvoirs publics qui émanent d'électorats différents, disposent également de mandats différents : les sénateurs sont désignés pour 6 ans, le président pour 4 ans, les représentants pour 2 ans, les juges de la Cour suprême sont nommés à vie. Cet échelonnement dans la durée des mandats est voulu pour éviter la formation d'une majorité identique dans chacun des pouvoirs. Le second principe qui fonde la structure politique nord-américaine est en effet celui de la séparation des pouvoirs. Principe libéral classique, dû notamment à Locke et Montesquieu, il est interprété et appliqué en 1787 dans une perspective antidémocratique. Il s'agit d'opposer à l'intrusion d'une éventuelle majorité, une série de verrous minoritaires, rendant quasiment impossible une prise du pouvoir par des procédures démocratiques. Ce sont les fameux “freins et contrepoids” tant vantés par la doctrine, c'est-à-dire les possibilités offertes à l'organe législatif d'intervenir dans la fonction exécutive pour l'empêcher d'agir ; et réciproquement. Il s'agit bien sûr de modérer les ambitions des organes du gouvernement et d'aboutir à un équilibre entre le Président et le Congrès. Mais les conventionnels de Philadelphie souhaitaient surtout un exécutif assez fort pour réprimer les désordres populaires et favoriser le développement économique. Comme le note Hamilton, “la force de l'exécutif est la condition majeure de l'existence d'un bon gouvernement”. C'est pourquoi les constituants mettent en place une présidence monocéphale, prévoient son élection par un collège électoral (et non par le Congrès comme le proposaient certains délégués), et surtout l'associent à la procédure de négociation des traités et de nomination des juges et des ambassadeurs, d'abord réservée exclusivement au Sénat.

14Mais ce Président doit rester dans un rapport équilibré avec le Congrès : il a le pouvoir de veto, mais il ne peut dissoudre le Congrès ; ce dernier ne peut renverser le Président, mais dispose du pouvoir “d'impeachment”. Le Congrès vote les lois et le budget ; le Président délivre des “messages” et veille à l'application des lois. Si le Président est vraiment “le moteur du régime, celui qui oriente la politique, la définit et l'exécute” (Jacques Cadart), il n'est pas pour autant omniprésent. Le Congrès contrôle, refuse, retarde, voire empêche. Toute l'organisation constitutionnelle est donc conçue en vue de multiplier les conflits en permettant les empiétements de chacun des organes sur les attributions des autres, et en interdisant à chacun des organes d'imposer sa volonté aux autres : les “verrous” constitutionnels sont partout présents. L'idée maîtresse des constituants, idée libérale par excellence, est que le pouvoir est source d'abus, et qu'il ne faut lui permettre d'agir que si la nécessité constatée par chacun des trois pouvoirs le lui impose absolument. Cette conviction idéologique et la construction politique qui en découle allaient être à la source de toutes les déconvenues du régime présidentiel à l'étranger lors des tentatives d'imitation ou de transposition d'un “modèle” trop complexe et spécifiquement lié à une époque, à une société, et aux intérêts d'une classe sociale déterminée.

  • 15 Lord BRYCE, The American Commonwealth, New York, Mac Millan, 1918.

15Conformément à la doctrine libérale, la constitution nord-américaine institutionnalise le conflit entre les pouvoirs, et généralise le contrôle des pouvoirs les uns sur les autres. Elle est une invitation à la lutte pour le pouvoir, afin de préserver –disent les libéraux– le pays de l'autocratie. Cette démarche, traditionnellement revendiquée et célébrée, est aujourd'hui critiquée pour ses conséquences : en premier lieu, un tel système politique ne peut fonctionner que par la généralisation du compromis. Les différents organes politiques sont contraints, s'ils souhaitent éviter les blocages et les impasses, à des compromis qui ne dorment pas satisfaction et surtout ne permettent pas de mener une politique cohérente à long terme. Ceci explique le remarquable conservatisme (les laudateurs parlent de stabilité ; les critiques dénoncent l'inertie) de la vie politique nord-américaine. Au siècle dernier, Lord Bryce15 remarquait justement : “La conception globale de la constitution américaine a pour objet de faire primer l'inertie sur l'activité, de sacrifier les énergies des différentes branches du gouvernement qu'elle crée à leur pouvoir de résister aux changements”. Beaucoup de constitutionnalistes nord-américains déplorent la considérable perte d'efficacité que provoque aujourd'hui l'observation des prescriptions d'une constitution élaborée au 18ème siècle. Ils font remarquer par exemple que le Président élu sur un programme n'a pas les moyens de le mettre en œuvre, même s'il dispose d'une majorité au Congrès. Rares sont les périodes où il bénéficie d'un consensus en dehors des conflits ou des crises. La plupart du temps il devra composer avec les parlementaires, c’est-à-dire ceux qui les animent : groupes de pression, forces économiques et financières... La succession des compromis explique le fonctionnement saccadé de ce régime dont la régulation n'est prévue nulle part.

16L'autre défaut essentiel du partage effectué par la constitution, et qui est une conséquence du précédent, réside dans l'absence de responsabilités clairement définies. Le processus politique américain qui multiplie les conflits et les chevauchements de compétences entre les pouvoirs, rend pratiquement impossible d'attribuer à un organe déterminé du gouvernement aussi bien un succès qu'un échec. La conséquence de cette situation où le Congrès est devenu impotent alors que le Président n'a pas la capacité de remplir ses fonctions : la confiscation du pouvoir par la bureaucratie ou plutôt un réseau de bureaucraties ternes mobilisées aux endroits stratégiques par une idéologie gestionnaire.

17C'est pourtant ce système politique qui allait présider à une expansion sans égale des Etats-Unis d'Amérique, et s'y adapter.

II – L'IMPÉRIALISME

A – La frontière

  • 16 F. J. TURNER, The frontier in american society, New York, Halt, 1962, p. 22.

18Depuis Alexis de Tocqueville, nombreux sont les observateurs qui ont noté l’aliénation fondamentale des nord-Américains à l'égard de leur habitat, l'absence de racines ajoutée au besoin de changement, comme si ceux qui avaient exploré et conquis cette terre étaient marqués d'une maladie incurable qui les pousse à rechercher toujours ailleurs le repos et la paix. L'un de ces observateurs en fera même le critère explicatif de l'histoire nord-américaine : le 12 juillet 1893, le jeune historien Frederick Jackson Turner prononce devant ses pairs de l'American Historical Association à Chicago une conférence intitulée The significance of the Frontier in American history, publiée dans les Proceedings of the State Historical Society of Wisconsin en 1898. La thèse de Turner recueille instantanément un large écho et popularise la notion de “frontière”. La “frontière” justifie en effet l'irréductibilité entre l'ancien et le nouveau monde, et renforce la spécificité de l'expérience nord-américaine. Pour Turner, les différences entre l'Europe et les Etats-Unis (en particulier l'absence, en Amérique, de toute forme de centralisation et de hiérarchie, si caractéristiques de l'Europe) sont dues à l'environnement unique du nouveau monde : l’élément le plus distinctif de cet environnement est l’existence d’une frontière de peuplement toujours en mouvement. Le “vieil Ouest” comme l’appelle Turner, c’est la côte Atlantique, la “première frontière”. Il faudra près d’un siècle de luttes contre les Indiens et de déboisement aux premiers colons pour avancer de deux cents kilomètres vers l’intérieur des terres. Au 18ème siècle, le continent n’est occupé par les immigrants que sur une étroite bande de terre le long de l’océan. Ensuite la poussée vers l’Ouest et le recul de la “frontière” sont incessants jusqu'à la fin du 19ème siècle. “L'existence d'une zone de terre libre, son recul ininterrompu et l'avance ininterrompue du peuplement vers l'Ouest expliquent le développement de l'Amérique”16.

19En déclarant le continent “libre” pour la colonisation européenne, Turner ignore délibérément la présence de fortes communautés indiennes qui, au cours de la “conquête de l'Ouest”, seront systématiquement décimées, parquées, domestiquées : un authentique génocide perpétré sur plus d'un siècle, et justifié par la conviction que ces indigènes forment un ordre différent dans l'espèce humaine, une partie sous-humaine d'un environnement naturel confié par la “providence” à la race blanche. Il oublie également la présence de colonies de peuplement françaises et espagnoles, le long du Saint-Laurent et du Mississippi, ainsi qu'au sud-ouest du continent, dans l'empire mexicain. Car la “frontière” comme volonté de se dissocier de l'Europe, se situe d'abord au Sud, en Louisiane. La cession de cet immense territoire par l'Espagne à la France alarme le gouvernement ; Jefferson envoie Monroe à Paris pour négocier l'achat de la Louisiane ; en cas d'échec, il a pour mission de signer une alliance avec la Grande-Bretagne. Napoléon qui engage la guerre avec l'Angleterre propose la vente avant même l'offre de Monroe : la Louisiane est échangée le 30 avril 1803 pour quinze millions de dollars. Cette opération a pour effet de doubler le territoire de l'Union, de renforcer l'optimisme des Américains et leur foi dans la puissance de leur pays, et surtout de préparer l'expansion ultérieure vers le reste de l'hémisphère Nord du continent américain : la Floride est cédée par l'Espagne en 1819 contre l'abandon par les nord-Américains de leur revendication sur le Texas ; une promesse vite oubliée : les 20.000 immigrants nord-américains au Texas proclament en 1836 l'indépendance de “leur” Etat grâce au soutien de l'armée fédérale ; en 1846, le Président Polk prend prétexte d'un obscur accrochage sur la frontière avec le Mexique pour déclarer la guerre et imposer la cession du Nouveau-Mexique et de la Californie.

  • 17 The problem of the West, Atlantic Monthly, septembre 1896.

20En 1896, Frederick Jackson Turner constate la fin de l'expansion vers l'Ouest : après trois siècles de poussée continue, la colonisation marque un arrêt ou plutôt une pause momentanée ; l'expansion doit se poursuivre –explique Turner17– par sa projection sur les pays limitrophes, et au-delà des mers. Car l'expansion est dans le caractère américain. Et en effet, après avoir colonisé l'hémisphère nord et maîtrisé ses ressources, la nation nord-américaine se tourne vers l'extérieur : la guerre avec l'Espagne lui offre les Philippines, Hawaï et le Golfe du Mexique ; la construction du canal de Panama lui permet de contrôler l'Amérique centrale ; les interventions se multiplient en Amérique latine. Partout elle affirme sa conviction qu'un monde organisé est meilleur qu'un monde chaotique, et que le maintien d'un ordre global est l'objectif essentiel des Etats-Unis. Rappelant ainsi que sa “destinée manifeste” qui était d'abord de s'étendre et de contrôler la totalité du continent que la “providence” lui a accordé, consiste désormais à imposer son ordre à l'ensemble de la planète.

B – L'expansion

  • 18 Empire, p. 213.

21Comme l'écrivent Michael Hardt et Antonio Negri18, “la caractéristique fondamentale de la souveraineté impériale est que son espace est toujours ouvert... La souveraineté moderne qui s'est développée en Europe depuis le 16ème siècle ne concevait l'espace que limité et ses frontières étaient toujours contrôlées policièrement par l'administration souveraine. La souveraineté moderne réside précisément sur la frontière. Dans la conception impériale au contraire, le pouvoir trouve la logique de son ordre toujours renouvelé et toujours recréé dans l'expansion”.

22Or au 19ème siècle, lorsque la “frontière” atteint le Pacifique, l'espace se ferme pour la république nord-américaine. Elle qui prétendait tourner le dos aux pratiques du “vieux monde” s'engage alors dans un impérialisme de style européen en Amérique latine, et dans le Pacifique : la victoire sur l'Espagne en 1898 lui assure la domination sur Cuba, les Philippines et Porto-Rico ; en 1908, le Président Theodore Roosevelt fait intervenir l'armée à Panama pour s'assurer la zone du canal ; en 1904, les Etats-Unis “renversent” le Président Zelaya ; en 1914, les fusiliers marins interviennent au Mexique contre le régime Huerta pour appuyer la rébellion de Carranza ; en 1916, ils entrent à nouveau au Mexique pour attaquer l'armée de Pancho Villa ; en 1915, Haïti est occupé pour assurer la sécurité des citoyens nord-américains (l'occupation se prolonge jusqu'en 1933) ; en 1917, les troupes nord-américaines interviennent à Cuba pour soutenir le régime du général Menocal ; de 1917 à 1924, elles occupent Saint-Domingue ; en 1919, elles interviennent au Honduras pour protéger l'élection du Président Julio Acosta... Cette politique du big stick inaugurée par Theodore Roosevelt se poursuit après la seconde guerre mondiale comme en témoignent les interventions au Guatemala, à Cuba, à Saint-Domingue, au Chili, au Nicaragua, à La Grenade...

  • 19 C. SCHMITT, Les formes de l'impérialisme en droit international, Du Politique, Paris, Pardes, 1990 (...)

23Alors qu'à la même époque l'impérialisme européen utilise les formes du protectorat et de la colonie, l'impérialisme des Etats-Unis invente d'autres méthodes spécifiques de domination : “l'accord d'intervention”, et la reconnaissance de gouvernement19. “L'accord d'intervention” permet à un Etat d'intervenir dans des conditions particulières et avec des moyens spécifiques dans les affaires intérieures d'un autre Etat. Il a été imposé aux pays d'Amérique centrale à mesure qu'ils devenaient indépendants. Tout en restant officiellement souverains, ces Etats sont maintenus sous le contrôle des Etats-Unis pour ce qui est de leurs engagements internationaux et de leur politique économique et commerciale : ils reconnaissent en effet à leur voisin le droit d'intervenir pour préserver leur indépendance (sic), pour cautionner un gouvernement capable de sauvegarder la propriété et les libertés individuelles et de maintenir la loi et l'ordre, et pour garantir certaines créances financières. En clair, le capital nord-américain dans ces pays est placé sous la protection des Etats-unis, seuls juges de la capacité des gouvernants et de l'Etat à assurer une protection suffisante à leurs citoyens et à maintenir l'ordre et la sécurité publique... Après avoir “libéré” Cuba de la domination espagnole en 1898, les Etats-Unis imposeront au nouveau gouvernement la signature d'un tel accord, mais également obligeront en 1901 l'Assemblée nationale cubaine à inclure le contenu de l’accord d'intervention dans la constitution... L'Assemblée constituante qui s'y opposait dut s'incliner devant un déploiement de troupes et de navires.

24Cette forme de soumission d'un pays étranger est donc beaucoup plus discrète que la colonisation classique, et conserve les apparences de la “légalité”. Il en va de même de la reconnaissance de nouveaux gouvernements. En Amérique latine où révolutions, coups d'Etat et “pronunciamientos” sont courants, les chances de survie d'un gouvernement dépendent de sa reconnaissance par les Etats-Unis et leurs alliés. Le gouvernement des Etats-Unis a affirmé très tôt qu'il ne reconnaissait que les gouvernements “légaux”, à l'exclusion des gouvernements “révolutionnaires” : ce qui revenait à se conférer le droit de dire quel gouvernement était légal, et lequel ne l'était pas. Au nombre des principes permettant d'énoncer le verdict : le respect par le nouveau gouvernement de la propriété privée (et donc son engagement à ne pas exproprier ses ressortissants et les étrangers). Un principe évident pour une puissance dont l'expansion impérialiste résulte logiquement du développement de ses possibilités d'investissement et d'exploitation.

  • 20 G. ACHCAR. “Genèse du Leviathan impérial américain”, Actuel Marx, L'impérialisme aujourd'hui, Pari (...)

25Après la seconde guerre mondiale, lorsque l'anticommunisme devient un impératif prépondérant pour faire taire les voix discordantes à l'intérieur, et resserrer les rangs des alliés à l'extérieur, l'impérialisme prend des formes moins discrètes. Et les dépenses militaires justifiées par des menaces imaginaires constituent un facteur de concentration et de développement économique sans précédent. Il devient alors évident que les Etats-Unis ne sont pas cette nation singulière et démocratique que présente leur propagande à leurs citoyens et aux étrangers, mais un banal Leviathan responsable des projets impérialistes les plus brutaux au Viêt-nam, au Chili, et ailleurs...20.

C – Les réseaux

  • 21 M. STPCZYNSKI, Dollar. Actualité et avenir de la monnaie impériale, Paris, Favre, 2003.

26C'est pourtant à cette époque que s'épanouit une idéologie internationaliste de paix universelle, qui constitue la justification et le moteur de l'empire nord-américain. Cette idéologie est née de l'utopie politique proposée par le Président Wilson aux Européens au moment du traité de Versailles : un ordre mondial qui ne serait que l'extension du modèle constitutionnel américain, seul susceptible de garantir la paix universelle. Dans un premier temps, l'idée sera rejetée aux Etats-Unis comme en témoigne le refus du Sénat des Etats-Unis d'autoriser l'adhésion à la SDN. Mais elle servira de fondement à la ligne directrice de la politique étrangère nord-américaine à partir des années 1940 : mettre en place toute une série d’organisations internationales à vocation universelle, de nature politique et technique, capables de produire des normes internationales qui s'imposent aux Etats ; articuler ces institutions en réseaux en reproduisant leurs structures et en multipliant les interactions entre elles ; insuffler dans ces structures une idéologie libérale (en particulier dans le domaine monétaire et financier, avec le FMI et la Banque Mondiale) ; créer ainsi une dynamique institutionnelle susceptible de déboucher sur une autorité internationale centrale copiée sur le pouvoir fédéral nord-américain et contrôlée par lui. Les Etats-Unis disposent ainsi de la capacité de modeler les règles de fonctionnement du “système international”, et de diffuser ses concepts dans le monde. Cette construction institutionnelle est renforcée dans les années 1960 par le développement accéléré des firmes multinationales qui implantent leurs activités dans le monde entier. Les multinationales qui sont majoritairement nord-américaines deviennent le moteur essentiel des transformations économiques et sociales dans les pays du Nord et du Sud : mobilisation de la main-d'œuvre et des capacités de production, contrôle et transformation des richesses naturelles, commercialisation des technologies, transferts des marchandises et des capitaux. Ces flux multiples convergent essentiellement vers les Etats-Unis dont les élites coordonnent, voire dirigent, les activités des multinationales. Les autres Etats perdent progressivement leur autonomie économique et financière. D'autant que depuis 1945, le système monétaire international créé à Bretton Woods a conféré au dollar un statut privilégié. L'affranchissement unilatéral des contraintes de convertibilité du dollar en or en 1971 permet aux Etats-Unis de financer la croissance de leur économie aux frais du reste du monde. Faute de concurrence sur les marchés financiers, aucune contrainte autre que la confiance des investisseurs dans le dollar ne s'impose plus aux Etats-Unis pour limiter leur émission de billets verts et l’approfondissement de leur déficit extérieur21.

27Sous des apparences de contestation du système international traditionnel, les Organisations Non Gouvernementales qui font sentir leur influence dans les années 1980 ne font que conforter le système. Elles contribuent en effet à intensifier les flux d’information en marge des circuits diplomatiques, à diffuser une idéologie libérale et individualiste hostile aux structures étatiques, et à remettre en cause les notions de souveraineté et d'indépendance au nom d'idéaux humanitaires supposés incontestables. Sur ce terrain également, c'est l'Etat qui est mis en cause.

28Car tout aboutit au commerce mondial entre entreprises privées, au marché mondial libre c’est-à-dire affranchi de l'Etat : une construction historique dont le résultat est de faire du capitalisme nord-américain la clé de voûte de l'empire mondial. La structure de cet empire mondial est très différente de tous les autres empires fondés sur des organisations étatiques et nationales ; ses méthodes de domination sont très différentes aussi, puisqu'elles accordent une large place à la diffusion de valeurs et d'idées susceptibles de le justifier aux yeux de “l'opinion publique” et de le conforter : notamment la liberté politique et la prospérité économique auxquelles l'Amérique du Nord est souvent identifiée (notamment depuis la guerre froide, en contrepoint de l'empire soviétique). L'empire s'est d'ailleurs assigné récemment la tâche de protéger ces “valeurs” qu'il considère comme “universelles”, et se réserve la possibilité de les imposer...

  • 22 P. MELANDRI, L'empire américain après le 11 septembre 2001, Herodote, no 109, 2003, p. 22.

29A travers ces réseaux, l'empire “du milieu”22 assure le succès d'une expérience nationale élargie aux dimensions de la planète. Trois traits le caractérisent : sa position centrale sur tous les dossiers internationaux ; le poids des décisions de politique intérieure nord-américaines sur les décisions affectant le reste du monde ; l'instrumentalisation des organismes internationaux au service direct de ses intérêts (le “multilatéralisme” n'étant qu'une des apparences de l'hégémonie). Dans ce contexte, nul besoin, pour contrôler un pays, de faire la guerre ou de déplacer des frontières : il suffit de procéder “pacifiquement” à l'appropriation des richesses grâce à une technologie avancée, la capacité économique d'agir sur les marchés des capitaux, et la capacité politique d'influencer les organisations internationales en faveur de la politique hégémonique.

  • 23 Entre 1972 et 2001, les Etats-Unis ont exercé 39 fois leur droit de veto pour bloquer des résoluti (...)

30Les attentats du 11 septembre 2001, et leur impact sur la vision que les nord-Américains ont du monde, ont fait resurgir l'unilatéralisme et l'impérialisme. La doctrine stratégique officialisée en septembre 2002 énonce d'ailleurs que les Etats-Unis doivent veiller à ne laisser aucune puissance rivale émerger ; le maintien de leur primauté absolue est leur priorité. Alors que l'administration Clinton faisait reposer la sécurité nationale sur la mondialisation, la diffusion de la démocratie et de la prospérité via les communications et Internet (les réseaux), le gouvernement de George W. Bush souligne les contradictions entre sa conception de l'intérêt national nord-américain et l'intérêt global de la communauté internationale (considéré comme illusoire). Contre la conjonction potentielle du terrorisme, des armes de destruction massive et des “Etats voyous”, il affirme la possibilité d'une “guerre préventive”, c’est-à-dire le droit de trouver l'ennemi à l'étranger et de le combattre avant qu'il ne frappe : une guerre menée en Afghanistan après le 11 septembre, puis en Irak au mépris du droit international et du droit des organisations suscitées par l'empire. Car ce dernier peut à tout moment s'affranchir des règles qu'il prétend imposer aux autres entités étatiques ou internationales. Dès lors les “réseaux” n'ont d'intérêt que s'ils servent les intérêts nationaux nord-américains : l'ONU est encensée pour son rôle dans le maintien de la paix (lorsqu'elle légitime les actions militaires nord-américaines) mais dénoncée lorsque le Conseil de sécurité prétend adopter une résolution critiquant la répression israélienne dans les territoires occupés23. De façon générale, les institutions internationales ne sont utiles que dans la mesure où elles ne limitent pas le leadership nord-américain.

III – LE PRÉSIDENTIALISME

31La transformation, en à peine un siècle, de ce qui n'était qu'un assemblage de communautés rurales en une république marchande, puis un empire, devait nécessairement influencer la forme du gouvernement.

  • 24 The President. Office and powers, New York, N. Y. Un. Press, 1941, p. 310.
  • 25 W. WILSON, Le gouvernement congressionnel, “Préface”, Paris, 1900, p. 11.

32E. S. Corwin24 a montré que la constitution nord-américaine, très ambiguë, reflète une lutte entre deux conceptions du pouvoir gouvernemental : sa subordination au pouvoir législatif ; son autonomie. L’évolution s'est faite de la première à la seconde : le Congrès dominant au 19ème siècle cède la primauté à la présidence dans les années 1930. Les multiples causes de ce phénomène sont bien connues : démocratisation du mode de désignation du Président ; croissance du rôle de l'Etat et de l'administration (dirigée par le Président) ; difficultés du Congrès à s'adapter à un environnement changeant ; et surtout émergence des Etats-Unis sur la scène internationale, qui fait du Président le pivot essentiel en matière de politique étrangère et de défense. Réécrivant en 1900 la préface de son Gouvernement congressionnel, W. Wilson avait décelé la progression étonnante de l'exécutif à la suite de la guerre contre l’Espagne et de l'annexion d'Hawaï : “lorsque les affaires extérieures tiennent une place importante dans la politique d'une nation, nécessairement l'exécutif dirige les affaires d'importance”25. Que dire de la situation après 1945 ! D'autant qu'aux Etats-Unis, en l'absence d'élites politiques véritables et de partis politiques cohérents, l'inorganisation du Congrès et le conformisme de l'opinion publique ne sont pas susceptibles de servir de contrepoids.

A – Une présidence impériale

  • 26 E. S. CORWIN, op. cit., p. 228.
  • 27 A. M. SCHLESINGER, The imperial presidency, Boston, 1973.

33La prépondérance du Président en politique étrangère est due “aux avantages naturels de son office et à la conception hamiltonienne du pouvoir exécutif”’26. Le Président représente les Etats-Unis dans leurs rapports avec l'étranger ; il nomme les ambassadeurs, et reçoit les ambassadeurs étrangers ; il est responsable de la reconnaissance d'Etat et de gouvernement ; il est seul compétent pour négocier les traités : autant de compétences traditionnelles des chefs d'Etat dans les démocraties occidentales, qui ne conduisent pas nécessairement à des pouvoirs effectifs. De même en matière militaire où le Président est commandant en chef, avec toutes les fonctions inhérentes et les compétences implicites qui s'attachent à ce titre... Mais la guerre froide et l'anticommunisme, puis l'hégémonie nord-américaine et son universalisme ont conduit à la “présidence impériale” dénoncée par certains27.

  • 28 E. ALTERMAN, “La diplomatie américaine. Un domaine réservé”, Le Monde Diplomatique, Janvier 1999, (...)

34L'expression désigne une centralisation sans précédent des décisions concernant la politique étrangère et la politique de défense : une centralisation au profit du Président et de son entourage immédiat de conseillers. Le discours dominant sur la “sécurité nationale” semble d'ailleurs conçu pour exclure ceux qui sont à l'extérieur du petit cercle des décideurs : depuis la guerre froide, la “sécurité nationale” suppose la maîtrise des liens entre un nombre considérable de variables politiques, économiques et militaires. “À tel point que l'appréciation de l’ensemble ne peut relever que de la compétence du très petit nombre à la fois doté en capital intellectuel et pourvu des informations, souvent confidentielles dans un pareil domaine, qui leur permettent d'arbitrer entre toutes ces variables”28. La politique étrangère accuse le caractère non démocratique des décisions prises par le gouvernement nord-américain parce que les choix dans ce domaine sont dominés par des intérêts catégoriels puissants et manipulateurs, capables d'exploiter l'ignorance (et l'absence de curiosité pour les autres peuples et cultures) des nord-Américains, pour mieux conformer la politique nationale à la défense de leurs intérêts.

35Parmi les intérêts catégoriels, le moindre n'est pas le fameux “complexe militaro-industriel” dénoncé par D. Eisenhower, et cependant plus puissant que jamais. C'est lui qui trace les contours de la politique étrangère nord-américaine, et son influence est évidente sur “l'unilatéralisme” de l'actuel gouvernement ; tous les accords internationaux auxquels il s'oppose portent sur des questions militaires ou ont des répercussions sur l'industrie militaire : l'abolition des traités sur les essais nucléaires et les armements antimissiles ouvrirait la voie à un système de missiles défensifs et à la militarisation de l'espace ; le rejet des conventions telles que celles sur l'interdiction des mines antipersonnel, les restrictions au commerce d'armes légères ou les inspections d'armes biologiques est le résultat du lobbying efficace de l'armée qui est l'institution officielle la plus puissante d'un pays qui ne cesse de prôner la paix. C'est enfin le “complexe” qui soutient l'aversion actuelle des dirigeants pour les engagements internationaux (dont ils ont d'ailleurs entamé le réexamen) : les traités et le droit international magnifiés par la diplomatie nord-américaine jusque dans les années 1980 ne peuvent que limiter la liberté souveraine de la puissance hégémonique. Si ce même gouvernement défend ardemment la mondialisation économique et financière, il est fondamentalement hostile à tout ce qui pourrait limiter ses options politiques et militaires.

36Rien ne pourrait limiter ces options, pas même le principe fondamental de la charte des Nations Unies : l'interdiction du recours à la force dans les relations internationales, en dehors de situations limitativement énumérées. Certes, les Présidents successifs s'en étaient déjà affranchis : du moins avaient-ils tenté, avec la bienveillance de leurs alliés et des médias, de sauvegarder les apparences ; des attaques imaginaires des nord-Vietnamiens contre des navires nord-américains dans le golfe du Tonkin en 1964 (pour justifier le bombardement du Nord Viêt-nam et l'invasion du Sud) jusqu'au supposé génocide des Albanais du Kosovo en 1999, la docilité des journalistes et des dirigeants alliés n'aura pas manqué. Mais en 2003, le Président Bush décide d'attaquer un Etat qui n'a jamais menacé le territoire des Etats-Unis (soumis qu'il est à un embargo depuis des années) sous le prétexte qu'il le soupçonne de détenir des armes de destruction massive... Le Président affirmait ainsi le droit pour les Etats-Unis d'attaquer de manière “préventive” n'importe quel pays susceptible de menacer à terme les Etats-Unis, et le droit du Président de prendre seul cette décision au nom des Etats-Unis. En bref, le Président nord-américain peut partir en guerre contre quiconque à n'importe quel moment, et personne n'a le droit de s'y opposer. Et il faut supposer que ce droit s'applique aux Présidents à venir... Toutes les dispositions constitutionnelles régissant les modalités de l'entrée en guerre sont officiellement caduques.

37Depuis le 11 septembre 2001, la présidence profite pleinement du sentiment d'insécurité de l'opinion publique conjugué à la traditionnelle “union sacrée” qui accompagne les périodes de guerre ; dans sa lutte contre le terrorisme, elle joue sur trois ressorts : l'idéalisme (“la défense de la liberté et de la démocratie”), le nationalisme, et la peur de l'étranger. En effet, l'impopularité du discours guerrier auprès de l'opinion publique nord-américaine s'efface dès que le dispositif militaire est déployé : interrogés sur l'idée abstraite d'un recours à la force, les nord-Américains ont tendance à s'y opposer ; mais leur réaction à son utilisation est toujours favorable, comme en témoignent les enquêtes d'opinion avant et après l'invasion de l'Afghanistan et celle de l'Irak. Il est vrai que les journalistes-correspondants de guerre sont désormais “intégrés” (embedded) aux forces armées, et ne risquent plus d'apporter un éclairage critique sur les opérations militaires...

B – La faiblesse des contre-pouvoirs

  • 29 V. MICHELOT, George Bush et la légitimité démocratique, Herodote, no 109, 2003, p. 83 et suiv.

38Du moins cette présidence restait-elle limitée par la disproportion entre la tête minuscule et le corps pantagruélique de l'exécutif : la lenteur, l'extrême dispersion des responsabilités et de l'autorité, l'absence de coordination entre les services constituent traditionnellement des obstacles à l'action du Président. Ce dernier est d'ailleurs amené à prendre des mesures hybrides, contradictoires, pour préserver l'union des départements administratifs divisés sur la marche à suivre. L'administration constitue donc un facteur de résistance, que plusieurs Présidents ont tenté de réduire en centralisant davantage la prise de décision. De ce point de vue, l'actuel gouvernement dirigé par Gorge W. Bush jouit d'un degré de cohérence rarement atteint29. A la faveur de la lutte contre le terrorisme, le Président Bush a même tiré parti des traditionnelles rivalités entre les diverses agences de renseignement pour renforcer son contrôle dans ce domaine.

39Par ailleurs, ce gouvernement manifeste une maîtrise parfaite de la communication. Aucune divergence ou cacophonie n'est admise publiquement, les inévitables désaccords étant réglés en privé sans qu'ils transparaissent : ce gouvernement privilégie l'union et la cohérence. La publicité de ses initiatives est assurée par de puissants relais dans les médias populaires, et grâce à un réseau de journalistes conservateurs toujours prêts à amplifier les messages. La docilité des médias nord-américains depuis le 11 septembre rend le public particulièrement vulnérable à la propagande d'un gouvernement pour qui le souci de la vérité n'a guère d'importance. Il est vrai que chacun des Présidents élus depuis 1940 s'est autorisé à induire en erreur le peuple nord-américain sur des questions essentielles de politique extérieure et militaire : promettant le contraire de ce qu'il avait prévu de faire, mentant sur ce qu'il avait décidé, couvrant de son autorité, les “opérations” les plus contestables... Bien peu de ces manipulations ont été dénoncées aussitôt par les médias nord-américains.

  • 30 J.-M. CROUZATIER, Démocratie libérale et puissance impériale. Le dilemme américain, Toulouse, Pres (...)

40Le Congrès constitue –devrait constituer– également une limite à l'action du Président, de par son activité législative, ses pouvoirs financiers, ses pouvoirs d'enquête et la mise en œuvre de l'impeachment. La dynamique de la guerre froide a cependant annihilé toute possibilité d'un débat démocratique en matière de politique étrangère, y compris en matière de déclaration de guerre (que la constitution réserve au Congrès) ; comme ses prédécesseurs l'avaient fait au Viêt-nam et en Amérique latine ou dans les Balkans, le Président Bush a dépêché des troupes dans le Golfe après l'invasion du Koweït par l'Irak, sans autorisation du Congrès ni débat parlementaire. Comme leurs prédécesseurs30, ses porte-parole défendirent la thèse selon laquelle le Président dispose de l'autorité requise pour engager le pays dans la guerre. Placé devant le fait accompli de l'engagement des troupes nord-américaines, l'alternative pour le Congrès se résume à soutenir le Président ou à paraître déloyal envers les troupes déjà sur le champ de bataille. Dans certains cas, le Président qualifie l'intervention des troupes à l'étranger “d'opérations de police” : Harry Truman l'avait fait pendant la guerre de Corée, ses successeurs s'en sont inspirés pour qualifier les opérations militaires en République Dominicaine (1965), à la Grenade (1983), à Panama (1989) et en Haïti (1994). Dans tous les cas, les responsables du Congrès furent sans doute soulagés de ne pas avoir à exprimer leur position sur l'initiative du Président ; mais cette jurisprudence du fait du prince est fort éloignée des dispositions constitutionnelles.

41Le Congrès pourrait utiliser ses pouvoirs financiers pour influer sur la politique de défense ; pourtant le vote annuel du budget de la défense ne provoque jamais de débat de fond, car le Pentagone et le complexe militaro-industriel font pression sur les parlementaires : beaucoup de ces derniers sont élus de circonscriptions où sont implantés des installations militaires et des centres de fabrication d'armements ; leurs électeurs profitent des contrats militaires et des emplois créés, et ne comprendraient pas que ces opportunités soient réduites ; les élus eux-mêmes bénéficient pour leur campagne de réélection du soutien financier de l'industrie d'armement... On comprend dès lors que les militaires obtiennent du Congrès tout ce qu'ils demandent, voire davantage ; et que les parlementaires ne puissent –ne veuillent– véritablement contrôler une armée qui n'a désormais plus de comptes à rendre aux institutions élues.

42Les contre-pouvoirs traditionnels, si importants pour la définition formelle de la “démocratie nord-américaine”, si visibles au cours des trois dernières décennies, sont désormais subjugués par la présidence : le parti d'opposition et le Congrès ne peuvent critiquer le Président sans être accusés de manquer de patriotisme ; les médias reprennent complaisamment les informations fournies par l'administration et l'armée ; même la justice est mise à rude épreuve depuis le 11 septembre et les événements qui en ont découlé. Dans les semaines qui ont suivi les attentats, le Congrès a adopté le projet présidentiel du Patriot Act qui modifie les compétences des tribunaux et donne au pouvoir exécutif d'importantes prérogatives (notamment concernant les mises sur écoutes ou les restrictions aux relations entre suspects et avocats). Le Homeland Security Act permet à l'administration de réprimer certains délits d'opinion et de placer sous surveillance des citoyens même non soupçonnés d'activités criminelles. Les exigences de la “lutte contre le terrorisme” ont donc repoussé très loin les limites admises du respect des libertés publiques. Défenseurs des libertés individuelles et magistrats tentent de surveiller, réparer, et éventuellement empêcher les excès des services de sécurité, d'autant plus zélés que leur passivité avant le 11 septembre leur a été reprochée. Quelques juges en arrivent à rappeler le FBI à l'ordre, à protester contre les empiétements du pouvoir exécutif sur le judiciaire ou à ordonner aux autorités de publier les noms des quelques centaines de personnes encore détenues (parmi les 1200 arabes et musulmans interpellés après le 11 septembre) ; mais ils ne peuvent que s'incliner devant la procédure d'appel que ne manque jamais d'engager le parquet.

43Comment enfin ne pas évoquer le sort des “ennemis-combattants” détenus à Guantanamo indéfiniment, sans contact avec l'extérieur ? Le conflit en Afghanistan était un conflit armé qui a pris fin avec la formation du gouvernement dirigé par A. Karzai le 19 juin 2002 ; le droit international humanitaire prévoit que les prisonniers doivent rentrer chez eux dès la fin d'un conflit, à l'exception de ceux qui seraient accusés de faits précis et qui devraient alors bénéficier d'une procédure judiciaire et des garanties prévues dans la troisième convention de Genève. Or les prisonniers de Guantanamo sont maintenus depuis des années dans un total vide juridique.

C – La fabrique du consensus

44A travers la présidence, ce sont donc en réalité quelques groupes de pression qui contrôlent et orientent les décisions publiques. Le phénomène n'inquiète pas aux Etats-Unis comme il le ferait en Europe ; le rôle des groupes de pression y est non seulement reconnu, mais légitimé ; le danger toujours possible d'un groupe dominant les autres pour façonner les institutions à sa guise n'est pas considéré en Amérique du Nord comme sérieux tant la philosophie libérale imprègne les mentalités : le jeu des événements permet à un moment donné à un groupe de s'imposer aux autres ; mais la situation se renversera immanquablement au profit d'une autre institution ou d'un autre groupe. Le système qui permet de pareils déplacements reste stable du fait même de sa flexibilité : il ne faut donc rien y changer. C'est une conviction inébranlable des libéraux que les bouleversements sont inscrits dans le processus démocratique, et qu'il faut faire confiance aux institutions pour qu'elles se corrigent d'elles-mêmes. Résultat pratique : une situation anarchique de contestation ou de négociation entre puissance publique et groupes de pression, les plus importants de ces derniers exigeant un privilège d'ingérence dans les affaires de l’Etat. Les institutions élues, mais aussi les services administratifs font l'objet en permanence de ces tentatives de contrôle ou d'appropriation qui annihilent toute notion d'intérêt général, et empêchent toute autonomie du politique.

  • 31 La société du spectacle, Paris, Buchet-Chastel, 1967.
  • 32 M. HARDT et A. NEGRI, op. cit., p. 391.
  • 33 A. de TOCQUEVILLE, De la démocratie en Amérique, Paris, Gallimard, 1986. Vol. 1, p. 269.
  • 34 Sur les “mensonges d'Etat” destinés à justifier l'agression en Irak, mais hier au Viêt-nam, et ail (...)
  • 35 “Nous nous considérons comme des Américains bons et décents dans nos vies personnelles et privées  (...)

45D’ailleurs, que reste t-il du politique dans une “société du spectacle” ? Il ne s'agit pas de verser dans l'idéalisation de ce qu'étaient le discours ou la participation politique avant l'ère des médias ; à travers les époques, de nombreux mécanismes ont permis de modeler l'opinion publique et la perception publique de la société. Mais les médias contemporains fournissent des instruments incontestablement plus puissants. La loi du spectacle étudiée par Guy Debord31 règne dans le domaine de la politique électorale pilotée par les médias ; et l'art de la manipulation, développé partout dans le monde, est né aux Etats-Unis. Les principaux réseaux de médias y réduisent la politique à un spectacle où l'image des politiciens et leurs arguments publicitaires tiennent lieu de programmes. La participation se réduit donc à choisir entre des images et des arguments consommables32. Ainsi se renforce le conformisme de la société nord-américaine dans les domaines politique et social : un conformisme qui interdit d'imaginer autre chose que la présentation faite par les médias, lesquelles manipulent l'imagination lorsqu'elle se manifeste. La “démocratie américaine” aboutit aujourd'hui à cette forme d'Etat tutélaire que Tocqueville considérait comme la tentation des sociétés égalitaires ; dans le domaine politique, les individus n'osent proposer que ce qui est d'avance admis comme faisant partie du système : “En Amérique, les esprits ont tous été formés sur le même modèle tant ils suivent exactement les mêmes voies. L'étranger rencontre quelquefois, il est vrai, des Américains qui s'écartent de la rigueur des formules... mais nul, excepté vous, ne l'écoute...”33. Sous une diversité apparente mais superficielle, l'uniformité s'impose avec la force du conformisme, d'autant plus strict qu'il ne punit pas le contrevenant mais l'ostracise et l'anéantit socialement. Plus que d'intolérance, il s'agit d’une véritable négation ontologique de l'autre. En avril 2003, confortée par les médias, une grande majorité des nord-Américains était convaincue que Saddam Hussein était directement responsable des attentats du 11 septembre et soutenait Al Qaïda ; et personne ne se demandait pourquoi le gouvernement nord-américain l'avait soutenu politiquement et financièrement tout au long de ses pires excès ; la même majorité acceptait les mensonges répétés sur la présence d'armes de destruction massive en Irak34 : ce que Noam Chomsky appelle “l'irrésistible besoin de bien-pensance” des nord-Américains, leur aptitude à toujours penser du bien de l'Amérique et d'eux-mêmes, de leurs institutions et de leurs dirigeants35.

  • 36 S. BEDAR, “La transformation stratégique du modèle sécuritaire américain”, L'état du monde 2003, P (...)

46Dans ce contexte, le gouvernement de George W. Bush a pu, après le 11 septembre, faire adopter des restrictions significatives aux libertés publiques, et une extension du programme de sécurité-défense territoriale qui implique activement les citoyens à travers le Community policing36 ; ce modèle sécuritaire permet la reproduction de l'hégémonie présidentielle à l'intérieur (grâce à l'organisation du consensus social) et nord-américain au niveau global ; son efficacité se renforce de l'utilisation des techniques informationnelles et cognitives (surveillance, profilage) et de la pénétration institutionnelle du renseignement au sein de la société.

IV – L’HÉGÉMONISME

  • 37 J. B. DUROSELLE, Tout empire périra, Paris, Publications de la Sorbonne, 1982.
  • 38 Paul Marie de la GORCE, cité par I. RAMONET, Géopolitique du chaos. Paris, Galilée, 1997. p. 45.

47De tout temps, des empires ont su, sous des formes variées, imposer leur autorité à des peuples subordonnés37. A l'issue de la seconde guerre mondiale, il est admis que deux “superpuissances” –URSS et Etats-Unis– dominent le monde ; pourtant seule l'URSS se trouve qualifiée d'empire ; les Etats-Unis qui remplissent toutes les conditions pour bénéficier du même qualificatif en sont généralement exemptés. De même, avec la disparition de l'URSS, la société internationale s'installe dans un système unipolaire : curieusement la plupart des commentateurs n'utilisent pas le terme, de crainte d'avoir à en tirer des conclusions négatives pour la démocratie internationale. Et pourtant, “l'empire nord-américain est le seul au monde ; c'est une hégémonie exclusive, et c'est la première fois que ce phénomène étrange survient dans l'histoire de l'humanité”38. Lorsque les analystes évoquent l'hégémonie nord-américaine, c'est pour souligner qu’elle ne s'apparente pas à un impérialisme car elle ne répond pas à un schéma politique préétabli ; la politique étrangère nord-américaine ne traduirait pas un hégémonisme, c'est-à-dire la volonté de dominer, mais un expansionnisme résultant de la nécessité économique de rechercher des approvisionnements et de s'assurer des débouchés ; de sorte que les Etats-Unis seraient devenus les maîtres du monde malgré eux...

48Ce qui précède aura démontré qu'une telle présentation de l'empire nord-américain est partielle et partiale. Reste à préciser l'idéologie qui conduit la nation sur la voie hégémonique, en justifiant sa prétention à imposer ses valeurs, son style de vie et ses intérêts au reste du monde.

A – Le rêve américain

  • 39 “Les formes de l'impérialisme en droit international”, op. cit., p. 99.

49Dans un article consacré à l'impérialisme, Carl Schmitt39 insistait sur l'importance du vocabulaire et des concepts, et sur la faculté des impérialismes authentiques de définir le contenu des notions-clé du droit et de la politique, pour les imposer aux autres nations. “L'impérialisme forge ses propres concepts... C'est l'expression de sa puissance politique pleine et authentique...”. L’empire nord-américain ne fait pas exception, puisque l’ensemble des mythes fondateurs de la nation nord-américaine et des valeurs dont elle se réclame aujourd'hui sont présentés par elle comme ayant une vocation universelle. Il faut donc revenir aux constantes et aux principes de ce “rêve américain” qui a façonné sa mentalité politique et sa diplomatie.

  • 40 La politique étrangère des Etats Unis : 1900-1950, Paris, Calmann-Levy, 1952.
  • 41 B. LE GENDRE, “Axe du mal, obsession américaine”, Le Monde, 11 avril 2002, p. 19.

50Les constantes découlent du fait religieux. Protestant, le nord-Américain est fondamentalement calviniste. A la différence de Luther qui admet que la force soit le fondement du politique et que, dans une certaine mesure, les règles de l'Evangile soient inapplicables en ce monde (en conséquence de quoi il faut obéir au Prince institué par Dieu), le calvinisme s'articule tout entier autour d'une morale. Il affirme que la politique n’est qu'une annexe de la morale ; et les puritains se donnent pour tache de moraliser la vie sociale et de christianiser l'Etat, obéissant ainsi à la volonté du créateur. Certes le chrétien n'est pas sauvé par les œuvres seules, mais s'il a la grâce, ses vertus sociales témoignent qu'il agit conformément au plan divin. La même philanthropie est à la base du credo américain ; elle explique le prodigieux développement du “biblisme social” tout à la fois consommé sur place et exporté... Comme les autres domaines, la politique étrangère doit être guidée par la morale. Ainsi s'expliquent les manifestations de “l'idéalisme légal” naguère dénoncé par George Kennan40 : la non reconnaissance des changements opérés par la force (du moins quand ils ne correspondent pas aux intérêts nord-américains), la mise hors la loi de la guerre, la sécurité collective... : des manifestations morales qui masquent hypocritement une volonté de puissance. Ainsi s'expliquent également la culture binaire nord-américaine –le “bien” contre le “mal”– et cette obsession à voir le diable dans tout ce qui s'oppose à leurs desseins : Indiens, Noirs, communistes, et aujourd'hui “Etats voyous”41.

  • 42 Op. cit., p. 69.
  • 43 Op. cit., p. 71.
  • 44 S. HOFFMANN, Gulliver's troubles, or the setting of american foreign policy, New York, Mc Graw Hil (...)

51Les principes essentiels de la politique étrangère nord-américaine sont le juridisme et la rationalité. Le premier transparaît dans l'importance donnée à l'aspect formel des relations internationales : c'est le droit plutôt qu'un processus politique qui doit amener un changement et le garantir. C'est encore George Kennan42 qui a dégagé la tendance invincible des gouvernements nord-américains à envisager les problèmes internationaux en fonction de principes abstraits et à partir de l'idéal anglo-saxon du règne de la loi ; ce qu'il appelle “la méthode juridico-légale” : “Atteindre les objectifs de notre politique étrangère en obtenant des gouvernements étrangers qu'ils signent des professions de foi à des principes moraux et juridiques élevés est une pratique durable de notre service diplomatique”. D'autant que les dirigeants nord-américains supposent que tout ce qui a été demandé au nom d'un principe moral n'implique pour celui qui l'évoque aucune responsabilité particulière : “Nous étions libres d'exhorter, de plaider, d'empêcher, de gêner. Si les autres cédaient à nos instances, c'était à leurs propres risques. Nous ne nous sentirions pas obligés de les aider dans les difficultés qui en résulteraient”43. Quant à la rationalité, elle traduit la croyance selon laquelle les décisions rationnelles sont meilleures que les autres. Le culte de la rationalité conduit les dirigeants nord-américains à une interprétation “géométrique” des relations internationales (l'esprit de géométrie étant pour Stanley Hoffmann opposé à l'esprit de finesse44) qui projette les techniques de la science dans les affaires des hommes. Plus précisément c'est la confiance illimitée des nord-Américains dans la capacité des Etats-Unis de résoudre n'importe quel problème qui explique l'importance excessive donnée aux moyens techniques et à l'argent ; c'est cette confiance qui explique les lacunes de la diplomatie nord-américaine où prouesses techniques et capacités de travail sont confondues avec l'aptitude à percevoir et à comprendre la réalité sous toutes ses formes. La diplomatie nord-américaine se contente le plus souvent d'appliquer des schémas abstraits sur la réalité sans connaissance suffisante de la situation locale, à la réduire à de simples questions d'organisation, et à sous estimer l'histoire et les traditions des autres pays.

52Le culte de la rationalité rend donc difficile l’intelligence d'une situation donnée. Il rend impossible l'élaboration d'une stratégie globale. L'efficacité, le rendement, l’économie de temps rendent impossible toute réflexion à long terme et conduisent les dirigeants à effectuer des choix pragmatiques, au coup par coup. La diplomatie nord-américaine n'est généralement pas le fruit d'une politique, mais une succession de décisions partielles et instantanées, quelquefois contradictoires et souvent éphémères. Il est vrai que cette tradition de résoudre les problèmes sous la pression des événements vient du pragmatisme anglo-saxon. Le pragmatisme implique une politique étrangère à court terme, qui donne à ce qui est urgent la priorité sur ce qui est important, et qui prend exclusivement en considération les intérêts à court terme des Etats-Unis. L'observateur est bien sûr frappé de la contradiction qui existe entre les principes de l'américanisme et la pratique marquée par le pragmatisme ; cette contradiction est à l'origine du “dualisme” diplomatique nord-américain, et de son langage qui est à la fois celui de la puissance et de l'harmonie. Seul un aigle symbolique peut porter à la fois des flèches et un rameau d'olivier... Le double langage a toujours été utilisé dans l'intérêt des Etats-Unis, et toujours de façon efficace. La doctrine Monroe par exemple établissait un lien entre deux principes : les Etats-Unis imposaient à l'Europe de renoncer à toute tentative de colonisation sur le territoire du nouveau-monde ou d'intervention dans sa vie politique ; ils s'imposaient dans le même temps de ne pas intervenir dans les affaires de l'Europe et de ne pas porter atteinte aux possessions coloniales européennes. Les Etats-Unis vont poursuivre avec ténacité l'application des principes imposés à l'Europe mais s'affranchiront par degrés des restrictions que la doctrine leur imposait. Ils en feront à l'inverse une doctrine d'expansion. Il en est de même des autres principes invoqués par la diplomatie nord-américaine dont les applications varient en fonction des intérêts nationaux : la cohabitation de la prétention morale et du pragmatisme égocentrique traduit une hypocrisie typiquement puritaine qui fait admettre beaucoup de vices à condition que les formes soient respectées.

53Le dédain à l'égard de l'histoire, la volonté tenace de l'hyper-puissance à jouer à l'arbitre moral de l'humanité, un génie technique qui ne convient vraiment qu'aux problèmes techniques, se conjuguent pour dépolitiser les problèmes mondiaux : la diplomatie nord-américaine n'aborde pas de façon politique les problèmes internationaux mais avec un esprit technique et pragmatique vêtu de prétentions moralistes.

B – La croisade

54La politique étrangère nord-américaine est la résultante d'influences diverses et multiples exercées par plusieurs écoles de pensée dans une combinaison complexe et changeante. Les analystes distinguent habituellement quatre courants principaux : les “Hamiltoniens” qui misent sur les entreprises nord-américaines et le développement des échanges commerciaux pour asseoir la force du pays ; les “Wilsoniens” voient dans la promotion des valeurs américaines à travers le monde la mission qui leur est confiée par Dieu ; la priorité des “Jeffersoniens” est la préservation du système politique nord-américain à l'écart du monde extérieur, forcément hostile parce qu'envieux ; les “Jacksoniens” enfin sont porteurs d'une culture populiste où l'honneur et la fierté militaire sont les valeurs suprêmes. Mais tous ces courants différents se retrouvent sur le thème de “l'exceptionalisme américain”.

55Au centre de la conception du monde des nord-Américains, et à la source de leurs dilemmes, trône le dogme de “l'unicité” ; comme l'écrivait Thomas Paine : “Il est en notre pouvoir de recommencer le monde”. Un tel dogme justifie la mission américaine, qui est d'apporter au monde les vrais principes d'organisation qu'elle connaît et pratique depuis toujours puisqu'elle est une nation unique : la nation élue. C'est d'ailleurs un des rares points d'accord au début de la convention de Philadelphie en 1787 : les Etats-Unis sont le lieu privilégié où une république peut s'épanouir ; ils doivent donner l'exemple aux autres nations, particulièrement celles de la vieille Europe ; l'échec de la convention affecterait l'ensemble des peuples et signifierait la victoire du despotisme et de la tyrannie. La certitude que l'Amérique du Nord a été élue par Dieu pour une destinée particulière dans le monde imprègne la déclaration d'indépendance, la constitution fédérale et le Bill of Rights. Depuis lors, il est remarquable de constater que les institutions politiques nord-américaines ont échoué partout où elles ont été imitées, alors que l'American way of life connaît un succès planétaire. Il est vrai que les gouvernements successifs n'ont rien ménagé dans l'objectif d'éduquer les peuples à cette way of life : échanges, programmes de visites et bourses ; mais aussi diffusion du “modèle” à travers d'innombrables films, séries télévisées et jeux vidéo. Les Etats-Unis se veulent l'ébauche d'un creuset universel qui conduira à la fin de l'histoire, version nord-américaine de l’empire universel hégélien ou de la société sans classes marxienne. Tout en séduisant les peuples, les gouvernants nord-américains agissent aussi sur les institutions et tentent de les “démocratiser” : car il est entendu que les démocraties détestent la guerre (comme le démontrent les Etats-Unis depuis le 19ème siècle...).

  • 45 Encore que vis-à-vis de la SDN de Genève, la tension isolationnisme-interventionnisme se manifesta (...)

56Il n'en a pas toujours été ainsi ; “l'unicité” a d'abord conduit à l'isolement : il n'y a qu'une nation élue, marquée de façon indélébile pour qu'elle soit distincte de toutes les autres. C'est le sens des messages de Washington, puis de Jefferson lorsqu'ils quittent leur fonction de Président ; au siècle suivant, le leg washingtonien de réprobation et de défiance trouve un prolongement direct dans la doctrine Monroe : son passé impose à l'Amérique une séparation morale du reste du monde, et d'abord de cette Europe détestée par les fondateurs de la nation. En 1918, alors que les troupes nord-américaines sont encore en Europe, le Président Wilson est désavoué par les électeurs et l'Amérique du Nord se replie sur elle-même45.

  • 46 Cf. Les témoignages recueillis par le journaliste G. Turner dans “l'Amérique de l’après-11 septemb (...)
  • 47 W. R. MEAD, Sous le signe de la providence, Comment la diplomatie américaine a changé le monde, Pa (...)

57L'engagement des Etats-Unis dans la guerre en 1940 met fin à leur isolationnisme diplomatique, et instaure une période d'intense croisade destinée à proposer aux peuples un modèle de démocratie universelle articulée sur les deux vertus bibliques de “justice” et “paix”. “Nous Américains sommes un peuple particulier, un peuple choisi : l'Israël de notre temps ; nous portons l'arche des libertés du monde” : l'affirmation de Hermann Melville est prise au premier degré par le “peuple élu”46. Elle est reprise par tous les chefs d'Etat, qu'ils soient classés “libéraux” ou “conservateurs”, “isolationnistes” ou “interventionnistes”. Malgré les échecs et les déboires, les nord-Américains demeurent convaincus de l'excellence et de l'exemplarité de leurs institutions ; par leur puissance, ils doivent “mieux savoir” que les autres où se trouve l'intérêt de leurs amis : par exemple, ils ne conçoivent leurs rapports avec l'Europe que sous la forme d'une communauté atlantique dont ils seraient le leader naturel. C'est cette croyance dans le caractère messianique de leur mission (leur manifest destiny) qui suscite chez les nord-Américains l'esprit de croisade : croisade pour écraser la nation sudiste (qui désirait pourtant s'autodéterminer) ; croisade contre les puissances coloniales européennes (pour “libérer” les colonies en y établissant un protectorat nord-américain) ; “croisade des démocraties” au 20ème siècle conduite contre l'Allemagne et le Japon, puis contre l'URSS ; enfin, dernière en date, la croisade contre “l'axe du mal” depuis le 11 septembre 2001. Dans tous les cas, les nord-Américains se considèrent –selon le mot de John Kennedy à Berlin– comme “les sentinelles sur les remparts de la liberté du monde”...47.

  • 48 L. H. LAPHAM, Djihad américain, Paris, Saint-Simon, 2002.
  • 49 “Rien d'étonnant si une bonne partie de la planète tient Washington pour un régime terroriste”, N. (...)

58Ainsi la pureté morale de l'isolationnisme a fait place à la justification morale de l'interventionnisme : purifier l'humanité en la modelant sur l'image nord-américaine. Mais le refus des autres peuples à accepter le modèle biblique et sa dynamique millénariste indigne l'Amérique et provoque sa colère. Surtout lorsque le modèle est présenté dans la version du fondamentalisme évangélique qui anime beaucoup des actuels dirigeants nord-américains, et explique leurs agressions contre l'Afghanistan, l'Irak et le monde musulman en général ; ce courant, marginal en Amérique du nord, s'est renforcé récemment des déconvenues nord-américaines à l'étranger et du désappointement qu'elles ont suscité dans la population48. Les Etats-Unis ne veulent plus séduire par l'exemple ; ils estiment avoir le droit et le devoir d'envoyer leurs légions pour soumettre et convertir les marches réfractaires au bien, et d'instaurer par la guerre, quand cela est nécessaire, ce qu'ils appellent la “démocratie”. Leur certitude que l’empire est “bienveillant”, et leur conviction que l'acuité du danger justifie les “guerres préventives”, les conduisent à promouvoir unilatéralement, par la force, leur vision de la sécurité49. Faut-il préciser que la machine militaro-industrielle, inquiète de voir son marché se rétrécir après la disparition de l'URSS, ne pouvait qu'encourager la logique de puissance prônée par les courants populistes, xénophobes et conservateurs.

  • 50 B. TERTRAIS, La guerre sans fin. L'Amérique dans l'engrenage, Paris, Seuil, 2003.

59Tout au long de l'histoire humaine, l'avènement des empires a correspondu généralement au remplacement des dieux indigènes par un dieu universel ; et le personnage impérial –“fils du ciel” ou Basileus– n'est que l'exécutant de la volonté divine lui enjoignant d'élargir les frontières du pays aux dimensions du monde civilisé ; car l'empire, dans son intention, n'est pas un pays mais un monde50.

C – Le meilleur des mondes

60La situation mondiale actuelle est sans précédent ; et les empires mondiaux d'hier ont peu en commun avec l'empire américain à l'ère de la mondialisation. En particulier ils n'ont pas prétendu –même l'Espagne au 17ème siècle ou la Grande-Bretagne au 19ème siècle– dominer globalement l'ensemble de la planète ; ils n'ont pas davantage disposé de l'énorme pouvoir d'une technologie constamment révolutionnée qui assure la domination économique et militaire ; ils n'ont enfin jamais prétendu instaurer une paix perpétuelle par la persuasion politique, par les pressions économiques (blocage du crédit, embargo économique, blocus alimentaire) qui de manière factice ne sont jamais présentés pour ce qu'elles sont : des actions de guerre, par la force militaire. Car paradoxalement, l'usage des armes donne lieu à l'élaboration d'une novlangue d'essence pacifique. L'empire forge et impose ses propres concepts où la guerre ne paraît plus ; il n'est question que de sanctions, de dommages collatéraux et d'opérations de police... L'adversaire est “hors la loi”, et de ce fait exclu de l'humanité : contre lui, tout est possible.

  • 51 R. ARON, République impériale, p. 168.
  • 52 D. DUCLOS, “Délires paranoïaques et culture de la haine aux Etats-Unis”, Le Monde Diplomatique, Ao (...)

61La “démesure de la violence et de la machine de guerre”51 à laquelle donnent lieu les guerres menées par l'empire trouve ses origines dans la société nord-américaine elle-même52 : une société animée d'une bataille continuelle entre individus, groupes, communautés, églises, entreprises... Cette violence immédiate et extrême concerne toutes les couches de la société et explique que plus de dix mille personnes meurent par balles chaque année aux Etats-Unis. Au premier abord, le contraste paraît flagrant entre le “rêve américain” d'une nation pacifique tel qu'il est exprimé par les “pères fondateurs”, et la violence omniprésente, depuis l'extermination des Indiens jusqu'à la discrimination contre les minorités raciales ; c'est pourtant la philosophie individualiste et libérale qui anime les “pères fondateurs” et leurs successeurs qui est cause de l'absence d'une réelle solidarité nationale sur la base de principes collectifs communs. Depuis le 11 septembre, les commentateurs insistent sur le raidissement patriotique ; mais pour les opposants à la guerre en Irak, le conflit n'est qu'une bouffée xénophobe, du même type que le classique populisme raciste s'exerçant à l’intérieur du pays depuis toujours, instrumentalisé par la présidence. La cible est un “Etat-voyou” supposé détenir des armes de destruction massive : en réalité une petite nation, sans armes de destruction comme la suite le prouvera, d'autant moins capable de susciter une menace sérieuse qu'elle a été bombardée sans cesse pendant une décennie, espionnée par des experts et ruinée par un long blocus. Le monde selon Washington n'est certes pas fondé sur une quelconque solidarité, mais sur une acceptation par tous de “l'exceptionnalisme” américain. Car l'empire a la capacité de présenter ses interventions comme sollicitées par les parties à un conflit, sa force étant forcément au service de la paix, du droit et de la justice. C'est ainsi que l'hégémonie mondiale nord-américaine est présentée comme la conséquence naturelle et inéluctable de la crise en Europe et de la nécessité d'assurer la survie des valeurs “démocratiques” dans le “monde libre”.

  • 53 F. DOUZET, “Patriotisme et nationalisme américain”, Herodote, no 109, 2003, p. 37 et suiv. : B. BA (...)
  • 54 Op. cit., p. 18.
  • 55 Op. cit., p. 26.
  • 56 Op. cit., p. 239.

62La démesure de la violence pendant l'invasion de l'Irak en 2003 trouve également son origine dans la peur –peur du terrorisme, peur des “Etats-voyous”– entretenue par la propagande officielle. Cette dernière s'est apparentée à un terrorisme intellectuel qui a paralysé l'expression des dissensions et annihilé tout débat53. L'administration ravive régulièrement l'angoisse en élevant le niveau d'alerte aux attaques terroristes ; les foyers nord-américains se sont équipés de larges bandes adhésives pour colmater les ouvertures, et de masques à gaz en cas d'attaque biologique... Il est significatif que cette propagande officielle ne suscite aucune opposition réelle dans les couches “libérales” du pays. La peur d'être classé “mauvais patriote” l'emporte sur tout. De plus, les nord-Américains sont mal informés tant les grands médias sont pris dans la logique de guerre du gouvernement. Même les journaux à audience nationale, traditionnellement plus distants et critiques, ont subi des pressions les invitant à faire des “choix patriotiques” dans la “guerre contre le terrorisme” : des pressions du gouvernement et de ses conseillers, mais surtout des entreprises de presse elles-mêmes et de leurs sponsors, soucieux de leurs intérêts commerciaux. Des journalistes de radio se sont vus retirer leurs émissions par les propriétaires de chaînes, d'autres ont perdu leur emploi pour un éditorial jugé critique. Les médias nord-américains se sont comportés avec la docilité et la complaisance qu'ils dénonçaient jadis chez leurs confrères des régimes d'Europe de l'Est et d'URSS ; car la mission d'un patron de presse est la maximisation du profit, et la guerre ainsi que le patriotisme font vendre. Comme l'explique Noam Chomsky54, il existe bien un modèle de propagande aux Etats-Unis, même s'il est plus difficile à détecter que dans les pays où une bureaucratie d'Etat censure officiellement les médias : certes les médias nord-américains sont privés ; certes ils se font une concurrence active, attaquant ou dénonçant régulièrement les abus du gouvernement et du monde du capital ; certes ils s'affichent comme les défenseurs de la liberté d'opinion. Mais une analyse démontre la nature limitée de telles critiques, et la criante inégalité qui régit l'accès aux ressources et aux systèmes médiatiques. Les médias sont en effet la propriété de grandes firmes industrielles et financières, qui recherchent les subventions gouvernementales et dépendent d'un environnement favorable à leurs ventes dans le monde ; les médias sont tributaires du gouvernement pour l'obtention ou la reconduction de leurs licences ; les magazines, la télévision, le cinéma ont besoin de l'appui diplomatique pour faire pénétrer leurs messages commerciaux et les interprétations nord-américaines de l'actualité ; à cette imbrication étroite des médias, du gouvernement et du monde des affaires, il faut ajouter le pouvoir des publicitaires dans la programmation (surtout télévisée). Rien d'étonnant si les médias critiquent les abus et les dysfonctionnements, mais ne remettent jamais en cause le système économique et social. Par exemple, dans l'affaire “Irangate”, les médias ont critiqué le gouvernement Reagan pour avoir violé les prérogatives du Congrès, mais ont ignoré le jugement de la Cour internationale de justice condamnant les Etats-Unis pour avoir “illégalement usé de la force” et violé les traités lors de l’attaque du Nicaragua et du soutien à une terreur étatique qui a massacré 200.000 citoyens en une décennie. D'autant que les gouvernements successifs ont appris à fournir aux journalistes une information “clé en main” : lieux de réunion, copies des discours, communiqués rédigés à l'avance et prêts à l'emploi, listes “d'experts” et de “consultants” favorables aux thèses officielles... Conséquence : “les messages divergents ou provenant de groupes peu organisés sont handicapés au départ, tant en moyens financiers d'accès aux sources qu'en crédibilité : ils ne correspondent ni aux intérêts ni à l'idéologie des gardiens du temple ou des autres responsables...”55. Autre conséquence : le “double standart” pratiqué par les médias selon que l'événement rapporté est défavorable aux ennemis ou aux alliés des Etats-Unis ; la campagne de dénigrement menée contre l'URSS après l'agression contre un avion de ligne coréen en septembre 1983 contraste avec le “silence assourdissant” des mêmes médias lorsque dix ans plus tôt, la chasse israélienne avait abattu un avion de ligne libyen. Les médias nord-américains ne fonctionnent donc pas comme le système de propagande d'un régime totalitaire ; ils autorisent, voire encouragent, le débat et la critique ; mais à condition que cela reste à l'intérieur d'un système de principes qui constitue un consensus élitaire. “Ce système est si puissant qu'il a été intériorisé le plus inconsciemment du monde par les journalistes”56 qui, en informant partiellement et partialement les citoyens, les empêchent d'exercer une influence sur les décisions prises. On comprend mieux que l'administration Bush ne se soit pas embarrassée des réticences d'une partie de la population pour mener à bien son projet hégémonique.

  • 57 P.-M. MARTIN, “Les carences de la convention de Vienne sur les relations consulaires”, Dalloz, 200 (...)

63Comme on l'aura compris, l'objectif de cette étude n'est pas de mettre en accusation le seul gouvernement de George W. Bush : même si sans le 11 septembre, ce dernier tenterait encore de se justifier sur le mystère de son élection en 2000, sur l'affaire Enron, sur son mépris des questions d'environnement, sur sa caution aux incessantes violations des résolutions des Nations unies par Israël, et sur son indifférence à l'égard des décisions de la justice internationale57. En réalité, tous les gouvernements des Etats-Unis d'Amérique depuis la fin du 19ème siècle ont contribué à forger un empire qui est inscrit dans l'idéologie dominante de ce pays.

  • 58 La monarchie, Paris, Belin, 1993.

64L'objectif de cette étude est plutôt d'apporter des éléments de réponse à la question traitée –avant beaucoup d'autres– par Dante58 : l'humanité peut-elle exister pacifiquement sans être soumise à un pouvoir unique qui la sauve de l'autodestruction ? Dante apporte une réponse positive : il faut que le genre humain soit ordonné en vue d'un but unique, et il faut que le pouvoir soit unique. Pour que le genre humain connaisse la paix, il faut et il suffit qu'il soit tout entier soumis au pouvoir d'un empire.

65Mais en ce début du 21ème siècle, sa réponse serait sans doute différente, car il est évident que c'est avec l'avènement d'une puissance hégémonique que le genre humain cesse d'être ordonné en vue de ce but unique qui est la paix universelle.

Notes

1 M. DUVERGER, Le concept d'empire, Paris, PUF, 1980.

2 Le concept d'empire, p. 7, Voir la définition de Jean Tulard, J. TULARD (dir.), Les empires occidentaux, Paris, PUF, 1997, p. 9-14.

3 Peu d'empires ont pu être uniformément gouvernés de façon centralisée ; tous ont tendu à assurer leur hégémonie en conservant privilèges locaux, législations provinciales et institutions indigènes.

4 R. ARON, République impériale, Paris, Calmann-Levy, 1973, p. 260 et suivantes.

5 M. DUVERGER, Op. cit., p. 121.

6 Ibid, p. 122.

7 M. HARDT et A. NEGRI, Empire, Paris, Exils, 2000, p. 19.

8 C. G. RYN, America the virtuous, Londres, Transaction Publ., 2003.

9 J. G. A. POCOCK, Le moment machiavélien, Paris, PUF, 1997.

10 Ch.-A. BEARD, An economic interpretation of the constitution of the United States, New York, Mac Millan, 1913.

11 M. JENSEN, The articles of Confederation. Madison, The Un. Of Wisconsin Press, 1940.

12 Ibid.

13 F. ZAKARIA, L'avenir de la liberté, La démocratie illibérale aux Etats-Unis et dans le monde, Paris, Odile Jacob, 2003.

14 M. HARDT et A. NEGRI, op. cit., p. 206.

15 Lord BRYCE, The American Commonwealth, New York, Mac Millan, 1918.

16 F. J. TURNER, The frontier in american society, New York, Halt, 1962, p. 22.

17 The problem of the West, Atlantic Monthly, septembre 1896.

18 Empire, p. 213.

19 C. SCHMITT, Les formes de l'impérialisme en droit international, Du Politique, Paris, Pardes, 1990. p. 89 et suiv.

20 G. ACHCAR. “Genèse du Leviathan impérial américain”, Actuel Marx, L'impérialisme aujourd'hui, Paris, PUF, 1995. p. 85 et suiv.

21 M. STPCZYNSKI, Dollar. Actualité et avenir de la monnaie impériale, Paris, Favre, 2003.

22 P. MELANDRI, L'empire américain après le 11 septembre 2001, Herodote, no 109, 2003, p. 22.

23 Entre 1972 et 2001, les Etats-Unis ont exercé 39 fois leur droit de veto pour bloquer des résolutions critiquant Israël pour sa politique dans les territoires occupés.

24 The President. Office and powers, New York, N. Y. Un. Press, 1941, p. 310.

25 W. WILSON, Le gouvernement congressionnel, “Préface”, Paris, 1900, p. 11.

26 E. S. CORWIN, op. cit., p. 228.

27 A. M. SCHLESINGER, The imperial presidency, Boston, 1973.

28 E. ALTERMAN, “La diplomatie américaine. Un domaine réservé”, Le Monde Diplomatique, Janvier 1999, p. 15.

29 V. MICHELOT, George Bush et la légitimité démocratique, Herodote, no 109, 2003, p. 83 et suiv.

30 J.-M. CROUZATIER, Démocratie libérale et puissance impériale. Le dilemme américain, Toulouse, Presses de l'ΙΕΡ de Toulouse, 1987, p. 297 et suiv.

31 La société du spectacle, Paris, Buchet-Chastel, 1967.

32 M. HARDT et A. NEGRI, op. cit., p. 391.

33 A. de TOCQUEVILLE, De la démocratie en Amérique, Paris, Gallimard, 1986. Vol. 1, p. 269.

34 Sur les “mensonges d'Etat” destinés à justifier l'agression en Irak, mais hier au Viêt-nam, et ailleurs, cf. Le Monde Diplomatique, Juillet 2003, p. 1, 6 et 7.

35 “Nous nous considérons comme des Américains bons et décents dans nos vies personnelles et privées ; il faut donc que nos institutions fonctionnent en accord avec ces mêmes bonnes intentions... La prémisse patriotique est renforcée par la croyance que “nous le peuple” détenons le pouvoir...”, N. CHOSKY, La fabrique de l'opinion publique. La politique économique des médias américains. Paris, Le Serpent à Plumes, 2003, p. 241.

36 S. BEDAR, “La transformation stratégique du modèle sécuritaire américain”, L'état du monde 2003, Paris, La Découverte, 2003. p. 33 et suiv.

37 J. B. DUROSELLE, Tout empire périra, Paris, Publications de la Sorbonne, 1982.

38 Paul Marie de la GORCE, cité par I. RAMONET, Géopolitique du chaos. Paris, Galilée, 1997. p. 45.

39 “Les formes de l'impérialisme en droit international”, op. cit., p. 99.

40 La politique étrangère des Etats Unis : 1900-1950, Paris, Calmann-Levy, 1952.

41 B. LE GENDRE, “Axe du mal, obsession américaine”, Le Monde, 11 avril 2002, p. 19.

42 Op. cit., p. 69.

43 Op. cit., p. 71.

44 S. HOFFMANN, Gulliver's troubles, or the setting of american foreign policy, New York, Mc Graw Hill, 1968.

45 Encore que vis-à-vis de la SDN de Genève, la tension isolationnisme-interventionnisme se manifesta dans un mélange hypocrite d'absence officielle et de présence effective.

46 Cf. Les témoignages recueillis par le journaliste G. Turner dans “l'Amérique de l’après-11 septembre” article du Daily Telegraph, reproduit Courrier International, no 671, 11 septembre 2003, p. 50-53.

47 W. R. MEAD, Sous le signe de la providence, Comment la diplomatie américaine a changé le monde, Paris, Odile Jacob, 2003.

48 L. H. LAPHAM, Djihad américain, Paris, Saint-Simon, 2002.

49 “Rien d'étonnant si une bonne partie de la planète tient Washington pour un régime terroriste”, N. CHOMSKY, “Les leçons qu'on n'a pas su tirer”, Le Monde, 11 septembre 2002, p. 19.

50 B. TERTRAIS, La guerre sans fin. L'Amérique dans l'engrenage, Paris, Seuil, 2003.

51 R. ARON, République impériale, p. 168.

52 D. DUCLOS, “Délires paranoïaques et culture de la haine aux Etats-Unis”, Le Monde Diplomatique, Août 2003, p. 12, 13.

53 F. DOUZET, “Patriotisme et nationalisme américain”, Herodote, no 109, 2003, p. 37 et suiv. : B. BARBER, L'empire de la peur. Terrorisme, guerre, démocratie, Paris, Fayard, 2003.

54 Op. cit., p. 18.

55 Op. cit., p. 26.

56 Op. cit., p. 239.

57 P.-M. MARTIN, “Les carences de la convention de Vienne sur les relations consulaires”, Dalloz, 2003, no 22, p. 1450.

58 La monarchie, Paris, Belin, 1993.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search