Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La liberté personnelle

 | 
Henry Roussillon
, 
Xavier Bioy

Avant-propos

Henry Roussillon

Texte intégral

1Le colloque dont on trouvera ici les actes atteste une nouvelle fois du dynamisme et de l’esprit d’entreprise qui anime le Centre d’études et de Recherches Constitutionnelles et Politiques que j’ai le bonheur de diriger.

2Cela fait quelques années, en effet, que la thématique des droits fondamentaux, aujourd’hui si consubstantielle au droit public et particulièrement au droit constitutionnel, fait l’objet de travaux de plusieurs membres de l’équipe, mais n’avait pu encore donner lieu à une manifestation scientifique fédérant les énergies. Autour de Xavier Bioy, les jeunes professeurs et maîtres de conférences de l’équipe se sont impliqués avec enthousiasme pour faire de cette journée très dense une réussite à la hauteur des objectifs fixés.

3Le thème de La liberté personnelle nous est apparu comme le champ idéal de cette rencontre entre l’équipe toulousaine et de hautes personnalités des juridictions comme de l’Université.

4Il s’agit en effet d’une notion appartenant à la jurisprudence du Conseil constitutionnel, ce qui suffit à en faire un objet d’étude prometteur, mais qui appelle également, en écho, d’autres notions utilisées dans des droits étrangers ou dans les différentes branches du droit français.

5La liberté personnelle présentait en soi les caractéristiques d’un thème accrocheur. Son usage par les juges constitutionnel et administratif, somme toute limité, est en effet inversement proportionnel aux questions et perspectives qu’il ouvre. Le respect de la vie privée, le libre développement de la personnalité, la liberté individuelle apparaissent comme autant de questions majeures dans notre société qui redécouvre Tocqueville et les enjeux des aménagements juridiques de l’autonomie individuelle. Les formes de l’individualisme que le droit constitutionnel dessine en font un objet d’étonnement parfois et d’étude des plus importants.

6Voilà pourquoi le thème de la liberté personnelle a pu fédérer autour de la discipline constitutionnelle les réflexions les plus ouvertes.

7Très vite a germé l’idée d’une association très large d’intervenants d’horizons très divers : membres de juridictions, universitaires de droit public, de droit privé et de droit comparé afin de donner toute sa portée au thème retenu.

8La liberté personnelle ouvre en outre des perspectives politiques et philosophiques infinies et l'idée de renouveler la réflexion sur un thème aussi fréquenté que la liberté relevait d’une ambition certaine et méritait que soient associés des chercheurs et des acteurs de très haut niveau que je remercie vivement de leur présence. Certains se comptent de longue date parmi les amis proches de notre centre de recherche, d’autres le sont désormais ou le deviendront.

9Cette journée a conduit à Toulouse des personnalités venues honorer de leur présence nos débats, tout particulièrement messieurs les professeurs Michel Rosenfeld de l’Université Cardozo de New-York et Monsieur le Président Alain Plantey, de l’Institut, dont les remarques prodiguées lors de leurs présidences ont beaucoup enrichi les échanges.

10Qu’ils en soient à nouveau remerciés.

11Plus encore, les intervenants ont joué le jeu de la table ronde. Le choix de cette méthode de travail a été déterminant dans la réussite de la journée. En lieu et place des traditionnelles communications, unilatérales et fermées sur elles-mêmes, ont été organisées quatre tables rondes où chaque intervenant était amené à son tour à donner son point de vue sur une question préparée en concertation par les quatre “modérateurs”.

12Les points de vue se sont alors complétés, parfois confrontés, toujours dans le sens d’un approfondissement du problème soulevé.

13Cela donne au compte-rendu que nous livrons ici un dynamisme que le lecteur aura plaisir à découvrir.

14La structure du dialogue et de l’échange a été totalement conservée pour garder à la pensée son fil conducteur. On y trouvera encore la spontanéité et la chaleur des propos tenus “sur le vif’, parfois sans la mise en forme à laquelle les juristes sont accoutumés, mais avec la marque d'une réelle envie de partage de la connaissance.

15Pour terminer, il faut féliciter, une fois encore, Xavier Bioy, animateur très actif du CERCP, d’avoir su si bien organiser ce colloque et souhaiter qu’il fasse école dans une équipe de plus en plus dynamique et active.

Auteur

Président de l'Université des Sciences sociales de Toulouse. Professeur agrégé de droit public. Directeur du Centre d'études et de Recherches Constitutionnelles et Politiques

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540