Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

L'éthique en matière sportive

 | 
Lionel Miniato
, 
Delphine Gardes

IV — La promotion de valeurs

Table ronde : la promotion du sport féminin

Madith Espinet-Fumat, Ophélie Aspord, Antonio Mastropasqua, Ugo Mola e Flora Yanga

Testo integrale

  • 1 S. Chavinier, Pourquoi se préoccuper de la féminisation du sport ?, Editions Dalloz, Jurisport no 1 (...)
  • 2 F. Boucaret, Le Sport féminin, Le sport dernier bastion du sexisme, Paris, Editions Michalon, 2012.

1La question de la féminisation du sport se pose aujourd’hui comme une question récurrente aux yeux des différents acteurs du sport, publics ou privés, mais sans doute plus largement comme un enjeu qui recouvre de multiples dimensions : sociales, éthiques, sanitaires, économiques et politiques. Tel que nous le décrit Sabine Chavinier1, sur le plan social et éthique, l’égal accès aux activités physiques et sportives s’inscrit dans un processus qui doit être, encore aujourd’hui, volontariste et qui n’est pas toujours une réalité évidente. Fin 2013, 37 % des licences sportives étaient détenues par les femmes alors qu’elles représentent 51 % de la population française. On peut y voir ici les marques de l’histoire sociale et du sport moderne qui, selon Fabienne Boucaret2, journaliste, “a été inventé dans le dernier quart du XIXe siècle par les hommes pour les hommes”.

  • 3 COMMISSION EUROPEENNE, Rapports Eurobaromètre spéciaux, 412 : Le Sport et l’activité physique, mars (...)

2Sur le plan sanitaire, la pratique du “Sport Santé” s’impose aujourd’hui comme une réponse efficace, tant dans une phase préventive que curative, à la lutte contre la sédentarité à certaines pathologies ou conduites “addictives”. Or, au niveau européen, en 2013, 47 %3 des femmes ne pratiquent aucun sport ou activité physique. Pour les femmes françaises, l’absence ou la rareté de la pratique sportive s’élève à 61 % (et à 55 % lorsque l’on considère l’activité physique). Les pouvoirs publics et le mouvement sportif semblent souhaiter se saisir de cette problématique en proposant des actions visant notamment à développer le sport en entreprise (sur le temps de travail) et la pratique de masse non compétitive.

3Les enjeux économiques et politiques du développement de la pratique féminine, quelles que soient ses modalités, sont, sinon prégnants, pour le moins considérables tant pour le mouvement sportif que pour les acteurs publics. Les fédérations semblent tout avoir à gagner en développant une offre de pratique adaptée (ou tout simplement accessible) au public féminin si l’on considère conjointement :

    • 4 MINISTERE DES DROITS DES FEMMES, DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS, Les Chiffres-Clés du Sp (...)

    la marge de progression de la part des femmes au sein des pratiquants licenciés (37 % des licences en 2013)4, notamment dans certaines disciplines jusque-là très masculinisées,

  • l’atteinte de ce qui pourrait être qualifié de “seuil plafond” en termes de nombre de licenciés masculins.

  • 5 82,5 % des licences sont détenues par les femmes en 2013.

4C’est, par exemple, le cas des Fédérations Françaises de Football et Rugby ainsi que de Tir ou de Cyclisme qui affichent des taux de licenciées inférieurs ou égaux à 10 % (la stratégie inverse pourrait s’appliquer aux fédérations extrêmement féminisées comme la Fédération Française d’Equitation5 même si l’inégalité de pratique sexuée s’inscrit bien plus en défaveur des femmes que des hommes).

I – PROMOTION ET MÉDIATISATION DU SPORT FÉMININ : QUELS LEVIERS ?

5S’il ne faut surtout pas réduire la féminisation et la pratique sportive au champ fédéral, et encore moins à un simple challenge économique, nous ne pouvons nier l’importance que représente le sport compétitif (professionnel ou non) et sa médiatisation comme vecteur de promotion et développement. Se pose ici la question de la représentation médiatique du sport féminin, tant en termes de volume de diffusion que sous un angle plus sociologique, prenant en compte les rapports sociaux de genre. Autrement dit, si des éléments récents tendent à démontrer une amélioration de la médiatisation du sport féminin, nouvellement considéré comme un marché médiatique émergent dans sa dimension “sport-spectacle”, les constats réalisés entérinent à la fois :

  • une sous-représentation du sport féminin dans les médias audiovisuels

    • 6 J. Lappert, Femmes, Sport et médiatisation en Europe, Think Tank Sport et Citoyenneté, Novembre 201 (...)

    des modalités de diffusion qui peuvent être “contreproductif [ves] car renforçant les stéréotypes liés au genre”6

  • 7 Qui a, par ailleurs, institué, les “24h du sport féminin” auprès des médias audiovisuels depuis 201
  • 8 CONSEIL SUPERIEUR DE L’AUDIOVISUEL, Rapport : Les enjeux du développement de la représentation du s (...)
  • 9 Etude HAVAS SPORT ET ENTERTAINMENT/ESSEC, 2013.
  • 10 6ième audience annuelle pour W9 en 2013 et 2ième meilleure audience sportive pour France 4 en 2014.

6Un rapport publié en mars 2013 par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel7 révèle que 93 %8 des retransmissions sportives concernent des sports masculins contre 7 % pour le sport féminin, qui plus est, diffusé, pour une très grande majorité, sur des chaînes payantes (95 %). Pour autant, 50 % des meilleures audiences des Jeux Olympiques de Londres sont relatives les épreuves féminines. Le sport féminin serait-il peu retransmis mais sollicité par les téléspectateurs ? Une étude9 d’Havas Sport and Entertainment indique que 64 % des français regarderaient davantage de sport féminin s’il était plus souvent diffusé. Les récentes audiences réalisées par l’Equipe de France féminine de rugby ou de football démontrent que le sport féminin de haut niveau peut fédérer un nombre important de téléspectateurs (et donc amener des parts d’audience notables aux diffuseurs, notamment de la TNT). Ainsi, 2,1 millions de téléspectateurs se massaient devant France 4 lors de la retransmission de la demi-finale de la Coupe du Monde de rugby opposant la France au Canada en août 2014 alors que le quart de finale de l’Euro féminin 2013, France – Danemark, réunissait 1,8 millions de “télé-supporters” sur W910.

7Ces succès médiatiques et populaires, déjà initiés par le hand-ball et le basket-ball, tendraient à démontrer que le haut-niveau féminin des sports collectifs majeurs entre dans une phase de meilleure visibilité et de légitimation accrue aux yeux des médias et du grand public. Il s’affirme ainsi comme un réel vecteur de la féminisation du sport et porteur de valeurs d’excellence sportive et d’exemplarité, tout en développant une dimension éducative et sociale. Et ce, même si Julian JAPPERT, Directeur du Think Tank “Sport et citoyenneté”, nous rappelle que ces constats et les évolutions récentes ne doivent pas pour autant masquer la nécessité, pour les sportives et les médias eux-mêmes, de s’inscrire dans un combat contre les stéréotypes de genre qui prévalent parfois encore dans l’espace audiovisuel, tout autant que sur les différentes scènes sportives.

II – REPÈRES CONCERNANT LES POLITIQUES PUBLIQUES EN FAVEUR DE LA FÉMINISATION DU SPORT

8Au-delà de ces premiers éléments de réflexion, on ne peut aborder la question de la féminisation du sport et de l’égal accès à la pratique sportive sans évoquer la politique volontariste du l’Etat, notamment sous l’impulsion récente de Valérie Fourneyron et Najat Valleau-Belkacem, autour de différents axes et moyens d’actions :

    • 11 Depuis 2004, un décret applique, en droit français, la directive européenne “Télévision sans fronti (...)

    tendre vers l’égalité de traitement hommes-femmes pour le sport de haut-niveau et sa médiatisation. A ce titre, Valérie Fourneyron annonçait, en novembre 2013, lors de la conférence de Sport et Citoyenneté “Femmes, Sport et Médiatisation”, la création d'un fonds de soutien d'un million d'euros pour la diffusion de compétitions féminines et d'épreuves handisport n'ayant pas encore de valeur marchande auprès des chaînes de télévision. De même, Mme Najat Valleau-Belkacem souhaite pouvoir intégrer les Coupes du Monde féminines de rugby et de football dans la liste française des évènements sportifs obligatoirement diffusés en clair sur des chaînes publiques11.

  • favoriser l’accès des femmes à des fonctions d’encadrement technique et dirigeant au sein des fédérations. Ainsi, la loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes instaure des quotas (proportionnellement ou a minima par rapport au nombre de licenciés) qui doivent favoriser un plus large accès des femmes aux instances dirigeantes fédérales.

  • inclure obligatoirement, au sein des conventions d’objectifs signées entre les fédérations et l’Etat sur la période 2014/2017, les plans fédéraux de féminisation, initiés depuis 2006 par les Fédérations Françaises de Hand-ball, Basket-ball, Cyclisme et Football. Des actions spécifiques doivent ainsi être menées pour favoriser l’accès des femmes aux postes à responsabilité et instances dirigeantes, développer la pratique de la discipline concernée auprès des jeunes filles et femmes, l’adapter aux attentes du public féminin, et valoriser la médiatisation du sport féminin auprès des diffuseurs.

9Les témoignages des différents participants nous auront permis de mettre en lien les éléments exposés ci-dessus en les confrontant, d’une part, à la réalité de terrain vécue par des sportives de haut niveau (Ophélie ASFORD et Flora YANGA), d’autre part, aux positionnements et avis d’encadrants techniques de sportives ou d’une équipe masculine (Antonio MASTROPSQUA et Hugo MOLA).

Note

1 S. Chavinier, Pourquoi se préoccuper de la féminisation du sport ?, Editions Dalloz, Jurisport no 146, Octobre 2014.

2 F. Boucaret, Le Sport féminin, Le sport dernier bastion du sexisme, Paris, Editions Michalon, 2012.

3 COMMISSION EUROPEENNE, Rapports Eurobaromètre spéciaux, 412 : Le Sport et l’activité physique, mars 2014.

4 MINISTERE DES DROITS DES FEMMES, DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS, Les Chiffres-Clés du Sport, Paris, Juin 2014.

5 82,5 % des licences sont détenues par les femmes en 2013.

6 J. Lappert, Femmes, Sport et médiatisation en Europe, Think Tank Sport et Citoyenneté, Novembre 2013.

7 Qui a, par ailleurs, institué, les “24h du sport féminin” auprès des médias audiovisuels depuis 2014

8 CONSEIL SUPERIEUR DE L’AUDIOVISUEL, Rapport : Les enjeux du développement de la représentation du sport féminin dans les médias audiovisuels, Paris, Mars 2013.

9 Etude HAVAS SPORT ET ENTERTAINMENT/ESSEC, 2013.

10 6ième audience annuelle pour W9 en 2013 et 2ième meilleure audience sportive pour France 4 en 2014.

11 Depuis 2004, un décret applique, en droit français, la directive européenne “Télévision sans frontières” qui protège l’accès gratuit des citoyens (en clair sur des chaînes publiques) à 28 évènements sportifs d’importance majeure. A ce jour, seuls 5 d’entre eux sont spécifiquement féminins et 5 autres mixtes.

Autori

Consultante Management des organisations sportives, Chargée d’enseignement en STAPS

Sportive de Haut-niveau, Natation eau libre

Entraîneur de Flora YANGA – TMB 31

Ancien manager général du SCA Albi – PRO D2 Rugby, entraîneur en chef du Stade Toulousain

Sportive de Haut-niveau, Boxe française

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2016

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540