Version classiqueVersion mobile

Le vêtement saisi par le droit

 | 
Alain Pousson

Première partie. Approche générale

Chapitre III. Le vêtement dans l'espace. Les tribulations du vêtement chinois en Chine

Sylvain Neron et Shan Li

Texte intégral

  • 1 Le premier dictionnaire de caractère chinois qui analyse leur structure et les rationalise. Il éta (...)
  • 2 SHEN CongWen, The Study of Ancient Chinese Costume, Shanghai Bookstore Publishing House, 2005.

1A l’instar de la France, la Chine est très attachée aux lettres. en particulier aux origines et au sens des caractères chinois. Ainsi le caractère “初” (chu), qui signifie “le début”, provient de la combinaison des caractères 衣 et 人 qui signifient aujourd’hui “vêtements” et “ciseaux”. Ces deux caractères ont été retrouvés sur des fragments d’os ainsi que sur des carapaces de tortues datant de la dynastie Shang (1650 – 1066 av. J. -C.). Ils témoignent des premières traces de l’écriture en Chine et signifiaient pour leurs auteurs “vêtements” et “être humain ”. En vertu de l’explication fournie par Shuo-wen chieh-tzu1, la signification originelle de ces premiers écrits est que la confection et le port des vêtements sont à l’origine de l’humanité2. Cela démontre l’importance des vêtements en Chine “antique” puisque l’homme s’est affranchi de sa nature animale et se distingue de l’animal par le vêtement. Autrement dit, la nature humaine repose sur une des choses les plus communes de nos vies actuelles : le vêtement.

2Le vêtement est d’autant plus important qu’il jouait un rôle déterminant au sein même de la Société antique. En Chine antique, les chinois vivaient en groupes séparés et complètement isolés du monde extérieur. Chaque groupe espérait être assez fort pour survivre et se protéger de la nature et des animaux. Pour ce faire, ils priaient afin de bénéficier de la protection des divinités et de leurs ancêtres au cours de cérémonies sacrificielles conduites par un chaman ou par les anciens selon des rituels stricts. Par ailleurs, tous les membres du groupe étaient soumis à une hiérarchie rigoureuse afin de réduire les conflits et de maintenir l’harmonie et l’unité. Les positions sociales et les comportements étaient organisés, contrôlés et soumis à des standards formant le Li, ce que les modernes appellent la règle, le Droit.

3Le Li constitue l’expression externalisée de l’esprit rationnel de l’homme. Il se matérialise par des méthodes ou des objets à l’instar du vêtement. Ainsi, le vêtement ne permet pas seulement de différencier l’homme de l’animal mais également et surtout de distinguer les hommes entre eux selon leur sexe, statut ou fonction. Le vêtement a donc une double fonction, d’une part symbolique liée à des croyances et d’autre part identificatrice. Ainsi, par exemple, le “totem” constitue non seulement un symbole de protection de la famille par les ancêtres mais également un signe distinctif pour éviter tout mariage incestueux.

  • 3 La dynsatie des ZHOU occidentaux (1046-771 BC) est à l’origine du système féodal en Chine.

4Sous la dynastie des Zhou occidentaux3, le Li prend une signification plus importante et se transforme en système graduel. Il se décompose en cinq catégories distinctes et hiérarchisées : Ji (la chance), Jia (l’honneur), Bin (la diplomatie), Jun (le militaire) et Xiong (le deuil).

5Au sommet du Li se trouve le Ji qui constitue les rituels sacrificiels concernant le ciel, la terre et les esprits. Le Jia concerne les rituels de célébration dans les relations interpersonnelles telles que le mariage, la naissance, l’intronisation d’un roi ou la canonisation d’un prince. Le Bin est le rituel diplomatique qui s’applique entre les différents royaumes et constitue le protocole à suivre lors de réception officielle. Le Jun est le rituel martial pour l’entraînement, la chasse, l’armée, le défilé… Le Xiong est le rituel funéraire. Ainsi le Li organise et dicte l’ensemble des aspects et moments de la vie quotidienne en société tant pour les institutions politiques que pour les hommes.

6En parallèle de cette évolution du Li, le vêtement se développe. Un vêtement spécifique et différent de celui porté au quotidien accompagné d’accessoires tels que ruban, ceinture et cape doit être revêtu en fonction du rituel concerné. En principe, les vêtements du Ji, Jia, Bin et Jun étaient appelés les vêtements de la chance. Les vêtements du Xiong sont les vêtements funéraires. En revanche, quel que soit le vêtement, la tenue rituelle se compose de trois parties : un manteau, une jupe et un chapeau officiel. Ce standard antique de diviser en trois parties distinctes la tenue cérémonielle a été transmis et a survécu pendant toute l’histoire de la Chine impériale.

I – LA COMBINAISON DU VÊTEMENT ET DU LI – LA GOUVERNANCE PAR LES VÊTEMENTS

A – Le fondement social de la gouvernance par le vêtement – la sécularisation du Li

  • 4 Dynastie Zhou, 1046-256 av. JC.
  • 5 Lun Yu (Analects of Confucus), the 6th chapter.

7L’on peut dire que le Li émerge à l’origine de la différenciation des personnes et est une résultante d’une requête des sphères hautes de la société chinoise. Au début de la dynastie Zhou4, le Li est un rituel suivi au sein de la noblesse comme attribut distinctif de leur classe. Tout change avec Confucius. Ce dernier, fasciné par le système du Li de la dynastie Zhou, met en avant de manière insistante dans le cadre de sa pensée l’importance de l’usage du Li en tant que règle comportementale5 :

Ne regardez pas ce qui est contraire au Li ; N’écoutez pas ce qui est contraire au Li ; Ne dites pas ce qui est contraire au Li ; ne faites pas de mouvement contraire au Li”.

  • 6 Lao Tse vivait au 6ième siècle av. JC. Auteur du Tao Te Ching, il est considéré comme le fondateur (...)

8Selon Confucius, les événements contraires à la règle sociale et l’irrespect entre les hommes prennent leur source dans l’effondrement du Li. Afin de prévenir toute violence et de rétablir l’ordre public, le Li de la dynastie Zhou doit être établi en tant que standard décent de moralité et de comportement de l’ensemble de la société. Afin d’atteindre cet objectif, Confucius a pendant toute sa vie fourni de nombreux efforts en demandant les conseils de Lao Tse6, en visitant différents royaumes, en construisant de nombreuses écoles privées afin de diffuser sa philosophie… Ses études et réflexions ont permis de faire évoluer le Li pour le généraliser et le diffuser au sein de la société chinoise dans son ensemble.

  • 7 Lun Yu (Analects of Confucus), the 11th chapter.

9Si Confucius milite en faveur du retour et de la généralisation du Li, il ne s’agit pas du Li tel que conçu au cours de la dynastie Zhou. En effet, Confucius a développé sa propre conception du Li en le libérant de toute connotation religieuse. En effet, Confucius considère que le Li n’est plus un rituel mêlant spiritualité et culte divin et relève plutôt du comportement humain. Il concerne les événements de la vie quotidienne de tout à chacun7.

  • 8 Mencius (4ième siècle av. JC), confucianiste.

10Avec Confucius, le Li se transforme en règles quotidiennes de moralité et d’éthique de la Société humaine. Selon le confucianisme traditionnel, l’être humain a une nature foncièrement bonne8. Tout individu a intrinsèquement en soi un potentiel de :

  • Ren qui rend l’homme gentil ;
  • Yi qui signifie juste ;
  • Zhi qui donne la capacité de connaître la nature, la Société et soi-même ;
  • Li qui est le respect d’autrui.
  • 9 Jun Zi est une personne idéale imaginée par Confucius, que tout à chacun de nous, pauvre, riche, f (...)

11En développant sa moralité consciente sous l’influence extrinsèque du Li, un individu peut transformer tous ces potentiels en de réelles qualités personnelles et devenir ainsi un Jun Zi9 avec une moralité mature.

12En plus d’ôter toute connotation religieuse au Li, Confucius en étend le champ d’application en ne le limitant plus à la noblesse mais en le généralisant à l’ensemble du corps sociétal. Selon Confucius, l’essence du Li est de constituer une règle qui organise la diversité des liens du “sang”. L’inégalité dans une société s’inscrit dans le prolongement de la variété et des différences issues de la nature. La différence entre les origines humbles et nobles résulte des liens du sang et de la naissance. In fine, elle aboutit à organiser la société en classes sociales. Chaque personne doit clairement connaître sa position dans la Société et les obligations qui en découlent. En fonction de ses obligations propres issues du Li, un individu peut corriger et améliorer son comportement et contrôler ses désirs. Ce faisant, la Société peut être pacifique, purgée de tout conflit.

B – Le fondement social de la gouvernance par le vêtement – la réglementation du Li

  • 10 At the beginning of Han Dynasty, various schools recovered from the forbidden policy of Qin Dynast (...)
  • 11 Ce principe était établi au cours de la deuxième moitié de la dynastie Han.
  • 12 CUI Min, The Criminal Penalty and Law in Ancient China, Chinese People’s Public Security Universit (...)
  • 13 MA Xiaohong, The Dialectical Relation between LI and Law in the Chinese Legal System, Chinese Jour (...)

13L’utilisation du Li comme règle de droit commence avec la dynastie Han lorsque le confucianisme est devenu l’idéologie phare en Chine10. La première tentative de fusion du Li avec le Droit est faite au sein de l’ouvrage “interpréter et appliquer les lois avec le confucianisme11. Par la suite, de plus en plus de confucianistes ont directement participé au travail législatif et développé de nombreux principes légaux issus du confucianisme12. Toutes les règles mêmes les coutumes, codes moraux ou habitudes du Li ont été transformées en standards obligatoires et intangibles pour l’ensemble de la Chine. Ainsi le Li n’est plus seulement l’âme des droits civil, politique et pénal mais est également le droit au sommet de la pyramide des normes. Il constitue désormais le principe du législatif et du judiciaire13.

14La principale tâche des confucianistes est de rendre le Li aisément appréhendable et applicable dans la vie quotidienne par tout membre de la Société. Pour ce faire, le vêtement constitue le meilleur outil. Aussi les confucianistes inscrivent le vêtement au cœur du système social issu du Li. Dès lors, le vêtement constitue un signe distinctif de classe et de position hiérarchique. L’essence du Li – la variété – peut parfaitement et aisément être mise en œuvre à travers le vêtement. Le vêtement permet de matérialiser le contenu obscur et compliqué du Li en un savoir commun que tout à chacun peut aisément comprendre et respecter. Chaque empereur va adopter différents types de lois et de décrets pour réglementer les codes vestimentaires (matière, couleur, symbole, style…). Avec le vêtement, il est aisé d’asseoir le pouvoir, la hiérarchie au sein de la Société étant matérialisée en permanence et ce de manière simple et visible. Le vêtement est ainsi un instrument du pouvoir et de hiérarchisation de la Société.

II – LA GOUVERNANCE PAR LE VÊTEMENT – DE L’INDIVIDU À LA SOCIÉTÉ

  • 14 Yu Fu Chi is a special historical record gathering all the rules about clothes and carriage in dif (...)
  • 15 Xin Shu, written by JIA Yi (200BC-169BC, a poet, educator and statesman of the Han Dynasty), conta (...)

15Le Confucianisme considère qu’un homme doit tout d’abord savoir comment s’habiller conformément au Li. Cela constitue une condition primaire de tout homme vivant en société. Seul un homme capable à la fois de contrôler ses perspectives et d’améliorer sa culture peut être considéré comme un Jun Zi. Ainsi, dans la Chine antique, “on ne doit pas s’habiller comme un homme si on n’en est pas un ” selon l’ouvrage Yu Fu Chi14 et “tout à chacun peut reconnaître le statut d’un homme à sa tenue ” selon l’ouvrage Xin Shu – Fu Yi15. L’essence du Li – la variété – peut parfaitement et aisément être mise en œuvre à travers le vêtement.

A – Le vêtement – un standard de la vie quotidienne

1) L’éducation des enfants

  • 16 Zhu Xi or Chu Hsi (October 18, 1130 – April 23, 1200) was a Song Dynasty Confucian scholar who bec (...)

16 Tong Meng Xu Zhi (ce que les enfants doivent savoir) est un ouvrage destiné aux enfants rédigé par ZHU Xi16. Cet ouvrage est en réalité une compilation de règles du Li concernant la vie quotidienne, les études, la morale... à destination des enfants. Selon cet auteur, l’éducation des enfants doit en premier lieu se concentrer sur la connaissance des vêtements. Pour être cultivé, le port de vêtement approprié est le premier standard auquel il faut se conformer.

2) Le passage à l’âge adulte

  • 17 The Zi (courtesy name or style name) is a name bestowed upon a person at adulthood in addition to (...)

17Quand un garçon atteint l’âge de 20 ans, il doit en Chine antique porter les vêtements cérémoniels de la chance et participer au Guan Li, cérémonie familiale tenue dans un temple ancestral. En principe, la cérémonie est organisée par le père et, pendant la cérémonie, l’invité d’honneur doit couronner trois fois le jeune homme. La première couronne est composée de fibres noires et signifie que le jeune homme peut désormais participer aux affaires politiques ; la seconde couronne est faite de peau de cerf et signifie qu’il doit faire son service militaire ; et la dernière couronne est en général un chapeau cérémoniel et signifie qu’il a désormais le droit de participer à des cérémonies sacrificielles. Une fois ces trois couronnements effectués, l’invité d’honneur donne au jeune homme un Zi (un nom courtois)17 annonçant ainsi qu’il a atteint l’âge adulte.

18Dans le même ordre d’idées, lorsqu’une fille atteint l’âge de 15 ans et est engagée, sa famille doit tenir une cérémonie dite Ji Li annonçant son passage à l’âge adulte et le fait qu’elle puisse se marier. Pendant cette cérémonie, l’invitée d’honneur doit rouler les cheveux de l’enfant au sommet de son crâne avec une épingle à cheveux et lui donner un Zi comme nom respectable.

  • 18 Qin Shi Huang (260-210BC) is the modern Chinese name of this emperor. His real name is YING Zheng. (...)

19Pour l’empereur, le Guan Li a encore plus de significations. Dans la dynastie Zhou, si un empereur meurt, son premier enfant, quel que soit son âge, doit monter sur le trône mais ne peut gouverner que s’il a atteint l’âge adulte. Ainsi, Qin Shi Huang18, le premier empereur de la dynastie Han, accède au trône à treize ans mais n’a pu gouverner qu’une fois le Guan Li organisé

3) La structure familiale

20Dans la Chine antique, les vêtements de deuil constituent non seulement un type particulier de vêtements utilisé lors des cérémonies funéraires mais également une façon de matérialiser la structure familiale.

21Suivant les principes du Li, Confucius construit une Société idéale : un état familial isomorphe. Dans cette société idéale, l’organisation sociale est organisée autour de la famille puisque chaque personne est membre d’une famille. Il en ressort une double hiérarchie, en l’occurrence :

  • au sein de sa famille, toute personne jouit de droits et doit remplir des obligations en conformité avec sa position familiale.
  • chaque famille est soumise à une règle de niveau supérieur.

22La Société est organisée de façon pyramidale, chaque individu a sa place hiérarchique et obéit aux directives provenant du niveau supérieur. Il en résulte que la Société en son entier est maintenue sous un contrôle strict, sans guerre, ni conflit. De cette organisation, un ordre public idéal se révèle naturellement.

B – Le vêtement, un élément essentiel du Li

  • 19 DING Linghua, The History of Chinese Mourning Clothes System, Shanghai People’s Publishing House, (...)
  • 20 La couleur des vêtements de deuil est blanche ou proche de la couleur du chanvre.
  • 21 Différentes dynasties ont différents détails et sens.

23A l’origine, les deux types de vêtement de base en Chine antique sont les vêtements de la chance et les vêtements du deuil19. Les vêtements de deuil20 constituent un type spécifique de vêtements utilisé au cours des cérémonies funéraires. Dans un des ouvrages classiques de Confucius Yi Li, cinq Fu ou rangs sont établis pour de telles cérémonies. Le rang d’un individu est fonction des liens qui unissent la personne ayant le devoir de faire le deuil et la personne décédée. Le rang détermine non seulement le type de vêtement à porter mais également la durée du deuil21.

24Le tableau suivant permet de représenter ces différences de manière simplifiée :

  • 22 En réalité, c’est deux et un mois.
  • 23 2 ans et 1 mois
  • 24 Après un long processus (tremper et frapper), le chanvre pur déviant du chanvre mûr plus doux.

Le nomdu FU

Rang

Vêtement de deuil

Duréedu deuil

Sujets du deuil

Zhan Cui

Premier

Un vêtement simple fait de chanvre pure

3 ans22

Les enfants pour leur père ; la femme pour son mari ; le père pour son premier fils ; les petits enfants pour leurs grands-parents etc.

Zi Cui

Second

Un vêtement de chanvre pure avec des ornements

3 ans23 ou 1 an ou 3-5 mois

Les enfants pour leur mère ; la mere pour son premier fils ; le mari pour sa femme ; l’homme pour son oncle, son frère, sa soeur non mariée etc.

Da Gong

Troisième

Vêtement fait de chanvre mûr24

9 mois

L’homme pour son cousin, pour sa cousine non mariée, pour sa tante etc.

Xiao Gong

Quatrième

Vêtement fait de chanvre mûr de qualité

5 mois

L’homme pour le frère de son grand père, le cousin ou la cousine de son grand père etc.

Si Ma

Cinquième

Vêtement fait du meilleur chanvre mûr

3 mois

L’homme pour son arrière grand père, le frère de son arrière grand père etc.

  • 25 SHAO Fang, The Research of FU System and Relative Rank System in Xi Xia Dynasty, Law Review, 2004 (...)

25Plus le vêtement est lourd et doit être porté longtemps, plus le lien de parenté est fort et la tristesse importante. Les cinq niveaux de Fu représentent les cinq rangs qui existent au sein d’une famille. Du premier au dernier Fu, les relations familiales sont graduellement hiérarchisées25.

26En plus de déterminer cinq types de vêtements, le système du Wu Fu constitue surtout en Chine antique une méthode permettant de délimiter une famille et d’identifier en son sein les liens de parenté sur cinq générations.

27Suivant le Wu Fu, il nous est possible d’établir l’arbre suivant :

28Cet arbre est basé sur un homme et toutes les femmes sont supposées ne pas être mariées. Tout individu en dehors de cet arbre est considéré comme étant étranger à la famille et ne saurait porter le même nom de famille.

  • 26 ZHANG Jinfan, “LI-the Core of Chinese Legal Culture”, Tribune of Political Science and Law, 1995 I (...)

29Selon Confucius, plus la distance qui sépare deux membres d’une famille est faible, plus le lien de parenté est fort. De même, en principe, plus la génération est ancienne, plus son rang dans la famille est important. Les nouvelles générations sont ainsi en bas de la hiérarchie familiale. Cet arbre est inscrit au cœur du système Wu Fu – en chinois cet arbre prend le nom de Fu Xu, ce qui signifie la séquence d’une famille selon le vêtement - et cela a une influence importante dans l’histoire de la Chine (facteur de détermination des condamnations civiles et pénales26).

  • 27 LI Sha, The Phenomenon of Legalizing of Wu Fu system in Mourning Ceremony in Han Dynasty, Dong Yue (...)

30Au cours d’une cérémonie funéraire, les règles applicables ne se limitent pas aux seuls vêtements. Le système du deuil est une règle obligatoire bien avant le système du Fu Xu et il régit durant un deuil le régime alimentaire à suivre, la résidence, les pleurs, les paroles, les vêtements. Au début de la dynastie Han, ce système est uniquement suivi par l’empereur et la noblesse comme une obligation sans pour autant être intégré dans la loi. Si un noble applique la loi de manière scrupuleuse, il mérite d’être loué, à défaut, il mérite d’être puni. Dans le livre dit Hou Han Shu, un arrière petit-fils de l’empereur Wu (septième empereur de la dynastie Han), Liu Shang, ayant observé de manière pieuse la règle du deuil conformément au Li, s’est vu rétribuer de 3.000 personnes. A l’inverse, un neveu du même empereur fut privé de son titre de noblesse car il avait des mœurs légères et avait organisé un banquet peu frugal et très arrosé pendant la période de deuil de son propre père27.

  • 28 Au début de la dynastie Han, différentes écoles ont dû se reconstruire en raison des abus de la dy (...)
  • 29 25581-618 Ap. JC.
  • 30 26618-907 Ap. JC.
  • 31 27 La dernière dynastie de la Chine impériale de 1644 à 1912 avec une brève restauration en 1917.

31Avec l’empereur Wu de la dynastie Han, le Confucianisme est l’unique école de pensée reconnue et louée28.Aussi la promotion du Li du confucianisme en tant que droit est effectuée. De même, avec le développement de l’examen impérial, la culture de la noblesse et des officiels se démocratise. Depuis les dynasties Sui29 25 et Tang30, le système du deuil est légalisé. Selon le système légal et annotations de la dynastie Tang (Tang Lu Shu Yi), une personne qui ne montre pas sa tristesse et est même contente et tire du plaisir pendant la période de deuil de ses parents doit être condamnée à trois ans d’emprisonnement. De même, selon le droit de la dynastie Qing31, une personne qui se marie durant la période de deuil de ses parents doit être condamnée à cents coups de canne.

32Par la suite, différents aspects du système se développent, en l’occurrence :

  1. si un parent meurt, tout membre de sa famille doit se déplacer pour lui rendre hommage, peu importe la distance ;
  2. tous les comportements sont régis par le Li, en particulier pendant la cérémonie, tous les parents doivent revêtir les vêtements funéraires, ne doivent pas manger de viande, boire de l’alcool et organiser un banquet ;
  3. pendant la période deuil, il est interdit de se marier, d’avoir un enfant ou de diviser la famille ;
  4. avant l’enterrement, le gouvernement ne peut imposer de corvées aux parents ;
  5. se porter volontaire à un travail officiel est interdit ;
  6. tout officier doit arrêter son travail et retourner dans la maison de ses parents pour les 3 ans du deuil.

33Si un individu ne respecte pas ces règles, les pouvoirs publics doivent le sanctionner.

C – Le vêtement – fonction de la position dans la hiérarchie sociétale

34Avec le Li, le caractère le plus important du vêtement traditionnel chinois s’en rapporte à la hiérarchie. De la dynastie Zhou au dernier empereur de la dynastie Qing, la couleur, les motifs et le tissu utilisés sont fonction du rang social. Afin de contrôler le peuple facilement et même de consolider et d’asseoir le pouvoir, les “nobles” sont très favorables à l’élaboration d’un Code vestimentaire très réglementé et portant sur la couleur, la matière ou les motifs des vêtements.

1) Couleur

35Pendant longtemps, les individus sont incapables de comprendre les phénomènes naturels. Aussi ils croient que des pouvoirs mystérieux existent et qu’ils peuvent obtenir des pouvoirs surnaturels par l’usage de couleur spécifique. En vertu du Yin – Yang, cinq couleurs pures représentent cinq éléments : le blanc représente l’or ; le vert représente le bois ; le noir représente l’eau ; le rouge représente le feu ; le jaune représente la terre. Dans la dynastie Zhou, l’empereur considère le rouge comme la couleur la plus importante. Dans la dynastie Qin, le noir est considéré comme une couleur noble que l’empereur et ses officiers peuvent porter. Avec la dynastie Han, l’empereur considère que le jaune constitue un symbole du pouvoir impérial. Aussi, depuis cette époque et jusqu’au dernier empereur, le jaune est synonyme d’élégance, d’honneur et de grandeur.

36Avec Confucius, la couleur a une signification encore plus complexe à l’aune du Li :

  • 32 28 De Lun Yu (Analects of Confucus), the 17th chapter.

L’homme supérieur n’utilise pas le violet ou une couleur franche comme décoration de sa tunique. De même pour ses habits d’intérieur, il n’utilise jamais quelque chose de couleur rouge32.

  • 33 The Han dynasty was divided into two periods: the Western Han (206 BC – 9 AD) and Eastern Han (25– (...)

37Ainsi, à ses yeux, la couleur différencie le rang : le rouge est noble et le violet est modeste. De même, le rose, le vert clair et le marron représentent les origines modestes. Ces couleurs ne peuvent en conséquence être utilisées que pour les sous-vêtements ou les vêtements des personnes appartenant aux classes inférieures. Dans la dynastie Han occidental33, les gens du peuple peuvent uniquement porter des vêtements de lin de couleur naturelle et n’ont pas le droit d’utiliser une des cinq couleurs pures. Pour des personnes de même rang, des dégradés de couleurs différentes sont portés pour différencier les grades. Par exemple, dans la dynastie Tang, l’écarlate constitue un des cinq grades.

  • 34 WU Minqin, “The influence of ancient politics and Li system to the art of Chinese costume”, Chines (...)

38Avec la dynastie Tang, le jaune est considéré comme une couleur noble réservée aux seuls membres de la famille impériale. Lors de la dernière dynastie Qing, le premier fils de l’empereur doit utiliser la couleur jaune abricot et les autres fils ne peuvent utiliser que le jaune or34.Aucune autre personne en Chine ne peut utiliser le jaune sans la permission de l’empereur. Même au sein de la famille impériale, différents membres doivent utiliser différents types de jaune. Ainsi, le jaune pur est porté par le seul empereur, le jaune abricot est pour le prince héritier et le jaune or est pour le reste des enfants de l’empereur. Les autres membres ne peuvent porter du jaune. A titre d’anecdote, le dernier empereur, Pu Yi, alors âgé de 11 ans, a saisi son cousin et l’a interrogé car il portait un manteau fait de soie jaune à l’intérieur. Ainsi, alors même qu’il avait perdu son trône, il considérait toujours la couleur jaune comme le symbole de son autorité.

2) Textile

39Sous la dynastie Ming, il est interdit d’utiliser de la soie brodée ou damassée pour les vêtements du peuple, seuls les dignitaires en avaient le droit. Dans la dynastie Qing, le satin et la fourrure de martre et de renard sont interdits aux personnes de rang inférieur. Si une personne viole cette règle, elle doit être châtiée et ses vêtements confisqués. Parfois le délinquant est même envoyé en prison ou banni.

  • 35 ZHANG Jia, Restoring Chinses Costume: the Reform of the Clothing System during the reign of Hongwu (...)

40De même, parmi les gens du peuple, les commerçants bien que les plus riches relèvent des rangs les plus inférieurs. Pour autant, ils désirent pouvoir acheter des vêtements chers pour améliorer leur rang. Pour les empêcher et maintenir la hiérarchie, les empereurs imposent des restrictions strictes concernant les textiles utilisés. Ainsi le premier empereur de la dynastie Ming adopte une ordonnance selon laquelle les paysans peuvent utiliser de la soie pour confectionner leur vêtement mais pas les commerçants. Si un seul membre d’une famille de paysans est un commerçant, alors la famille entière ne peut utiliser de soie35.Il s’agit ainsi de maintenir chacun dans son rang.

3) Symbole

41En parallèle du développement de la hiérarchie, les couleurs ne permettent plus d’afficher de manière satisfaisante et précise les honneurs des classes supérieures. Aussi le Bu Fu, un symbole distinct, est élaboré afin de représenter plus clairement les rangs distincts des officiers. En vertu de l’ouvrage de la dynastie Ming - Yu Fu Chi, en 1391, l’empereur ordonne à tous ses officiers de porter un vêtement cérémoniel comprenant un symbole de tissu carré devant et dans le dos. Pour les officiers civils, le symbole retenu doit représenter un oiseau synonyme de civilisation alors que les officiers militaires doivent porter un symbole d’animal féroce, symbole de pouvoir. Du premier au neuvième grade, différents animaux sont utilisés. Ainsi le premier grade des officiers civils est représenté par une grue du japon, le second par un faisan… Pour les militaires, les premier et second grades utilisent un lion alors que les troisième et quatrième sont représentés par un tigre.

  • 36 In 59 AD.

42Dans la seconde année de la dynastie Han oriental36, 32en vertu d’ouvrages classiques du confucianisme, l’empereur adopte une ordonnance définissant les différents standards des vêtements des cérémonies sacrificielles en termes de couleur, de symboles, de textiles… Ainsi le vêtement cérémonial de l’empereur a le nom suivant : Mian Fu. Il est composé de deux parties : une couronne et une “robe” de chance. La “robe” se décompose de la manière suivante : un manteau noir représentant le ciel et une jupe rouge représentant la terre. La robe revêt douze symboles de souveraineté. Sur le manteau, on trouve le soleil, la lune, les étoiles, la montagne, le dragon et le phénix. Sur la jupe, il y a deux coupes, l’élodée, le feu, le grain, le fer de hache et le symbole du Fu.

  • 37 LI Mei, The Ethic Foundation and Social Function of Wu Fu System, Theory Journal, 2005 Issue 12, P (...)
  • 38 HUA Mei, The history of Chinese Costume, Tianjin People’s Publishing House, 1999.

43Ces motifs ont douze implications et correspondent aux choses éternelles et honorables du monde37. L’utilisation de ces 12 motifs obéit également à une règle source d’inégalité. Seul l’empereur, au sommet de la pyramide sociale, peut utiliser l’ensemble de ces motifs sur ses vêtements de la chance et seul il peut utiliser le soleil, la lune et les étoiles. La noblesse ou les fonctionnaires peuvent utiliser tous les autres motifs de niveau inférieur, étant toutefois précisé que différents types de motifs doivent être associés selon les nobles et fonctionnaires concernés. Dans cette même logique, la couleur, le chapeau et la ceinture permettent de différencier les fonctionnaires. Il est à noter que le système des 12 motifs a été maintenu pendant presque 2000 ans, en l’occurrence depuis la période Han jusqu’au dernier empereur de Chine38.

4) L’attribution d’un honneur

44Dans la Chine antique, les gens de rangs différents portent des vêtements différents. Les personnes de rang inférieur n’ont pas le droit de porter des vêtements de rang supérieur. Toutefois, il y a quelques exceptions à ce principe révélant les honneurs octroyés par les personnes de rang supérieur.

  • 39 Since Tang dynasty, the government uses a method of classification to divide all civil office and (...)
  • 40 The phoenix coronet is normally for the royal women and the scarf is a symbol for the noble woman.
  • 41 Xu Tong Dian, volume 58, Li 14. Xu Tong Dian collects the documents about standards, regulations a (...)

45Depuis la dynastie Ming, le peuple pense que se marier est un événement tout aussi important que l’obtention d’un rang supérieur. Aussi, pendant la cérémonie de mariage, le futur époux a le droit de porter des vêtements honorables relevant d’un des officiers des neufs grades39. De même, la future épouse a le droit de porter un diadème de phénix et une écharpe sur la robe cérémonielle40. En vertu du registre du Xu Tong Dian41, les autorités de l’époque donnent cette permission au couple.

46La veste impériale jaune à manche courte est un symbole de grand honneur durant la dynastie Qing. Seuls les membres de la famille impériale ont le droit de porter des vêtements de couleur jaune. Toutefois, exception à ce principe, une veste jaune représentant l’empereur pouvait être offerte aux officiers de haut rang et aux gardes du corps de l’empereur. De même, l’empereur pouvait également l’offrir comme récompense à tout individu pour services civils ou militaires rendus.

III – CONCLUSION

47En Chine antique, le Li n’est pas qu’une idéologie théorique et est également une conscience nationale qui se matérialise dans la vie quotidienne et constitue le support le plus important de l’autorité centrale. Ainsi le Li s’exprime d’abord à travers le vêtement. Seule une tenue élaborée conformément au Li est jugée belle. Toute tenue violant les principes du Li, peu important les couleurs utilisées ou la délicatesse de sa confection, est même illégale et interdite. Le choix vestimentaire n’est donc pas personnel mais est à la fois éthique et politique. Les différences liées aux vêtements ne sont ainsi pas à rechercher dans la couleur ou la matière mais plus dans les différences entre les individus et dans l’ordre hiérarchique.

48Le vêtement est devenu une partie indissociable du Li en intégrant l’essence isomorphique de l’Etat-famille. Si un individu appartient à un rang social spécifique, il doit respecter le mode de vie requis par son rang et doit porter les vêtements correspondant à son rang. Violer le code vestimentaire constitue une violation du Li et même une remise en cause de l’ordre social établi. Le vêtement est devenu une représentation de l’identité et de la position sociale, un instrument pour distinguer le peuple des nobles, une réglementation destinée à asseoir l’autorité des classes supérieures.

49De nos jours, le vêtement en Chine a perdu toutes significations culturelles complexes originelles. En effet, le processus de modernisation de la civilisation en Chine a éliminé l’entier héritage du Li. De ce fait, le vêtement en Chine s’est totalement affranchi des règles issues du Li. De même, l’industrialisation et la globalisation ont rendu le vêtement plus simple et moins varié en éliminant toute spécificité locale et culturelle. Quand l’esprit et l’âme de la Chine ont été libérés des contraintes du Li, l’apparence des chinois s’en est malheureusement trouvée appauvrie.

50Pourtant, peu importe comment le monde évolue, peu importe ce que nous réserve l’avenir, l’on ne saurait oublier ce qui fait de nous des êtres humains et l’on ne saurait oublier nos origines et notre histoire. Et le vêtement y participe grandement.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

CUI Min, The Criminal Penalty and Law in Ancient China, Chinese People’s Public Security University Press, 2008.

HUA Mei, The history of Chinese Costume, Tianjin People’s Publishing House, 1999.

LI Mei, “The Ethic Foundation and Social Function of Wu Fu System”, Theory Journal, 2005 Issue 12, P102.

LI Sha, “The Phenomenon of Legalizing of Wu Fu system in Mourning Ceremony in Han Dynasty”, Dong Yue Tribune, 2007, Issue 4, Vol 28, P115.

MA Xiaohong, The Dialectical Relation between LI and Law in the Chinese Legal System, Chinese Journal of Law, 2014 Issue 1, P102-120.

WU Minqin, “The influence of ancient politics and Li system to the art of Chinese costume”, Chines Academic Research, 2007 issue 7.

SHAO Fang, “The Research of FU System and Relative Rank System in Xi Xia Dynasty”, Law Review, 2004 Issue 3, P149.

SHEN CongWen, The Study of Ancient Chinese Costume, Shanghai Bookstore Publishing House, 2005

ZHANG Jia, Restoring Chinses Costume: the Reform of the Clothing System during the reign of Hongwu, Journal of Chinese Studies (HongKong), 2014 issue 1.

ZHANG Jinfan, “LI-the Core of Chinese Legal Culture”, Tribune of Political Science and Law, 1995 Issue 3.

Notes

1 Le premier dictionnaire de caractère chinois qui analyse leur structure et les rationalise. Il était écrit par XU Shen, un universitaire de la Dynasite Han au cours du premier siècle après JC.

2 SHEN CongWen, The Study of Ancient Chinese Costume, Shanghai Bookstore Publishing House, 2005.

3 La dynsatie des ZHOU occidentaux (1046-771 BC) est à l’origine du système féodal en Chine.

4 Dynastie Zhou, 1046-256 av. JC.

5 Lun Yu (Analects of Confucus), the 6th chapter.

6 Lao Tse vivait au 6ième siècle av. JC. Auteur du Tao Te Ching, il est considéré comme le fondateur du Taoisme.

7 Lun Yu (Analects of Confucus), the 11th chapter.

8 Mencius (4ième siècle av. JC), confucianiste.

9 Jun Zi est une personne idéale imaginée par Confucius, que tout à chacun de nous, pauvre, riche, fort ou faible, a le portntiel de devenir.

10 At the beginning of Han Dynasty, various schools recovered from the forbidden policy of Qin Dynasty. The new ruler praised highly the thought of Taoism: Governing without interruption. But after the power of emperor was stronger and stronger, a unique ideaistic standard was need-éd. Finally in 134 BC, the emperor Wu of Han Dynasty accepted the suggestion from a famous Confucianism DONG Zhong shu: Dismiss the hundred other schools, revere only the Confucian.

11 Ce principe était établi au cours de la deuxième moitié de la dynastie Han.

12 CUI Min, The Criminal Penalty and Law in Ancient China, Chinese People’s Public Security University Press, 2008

13 MA Xiaohong, The Dialectical Relation between LI and Law in the Chinese Legal System, Chinese Journal of Law, 2014 Issue 1, P102-120

14 Yu Fu Chi is a special historical record gathering all the rules about clothes and carriage in different dynasty.

15 Xin Shu, written by JIA Yi (200BC-169BC, a poet, educator and statesman of the Han Dynasty), contained political and educational insights.

16 Zhu Xi or Chu Hsi (October 18, 1130 – April 23, 1200) was a Song Dynasty Confucian scholar who became the leading figure of the School of Principle and the most influential rationalist Neo-Confucian in China.

17 The Zi (courtesy name or style name) is a name bestowed upon a person at adulthood in addition to one’s given name as a symbol of adulthood and respect.

18 Qin Shi Huang (260-210BC) is the modern Chinese name of this emperor. His real name is YING Zheng. He ruled as the first emperor of the Qin dynasty from 220 to 210 BC.

19 DING Linghua, The History of Chinese Mourning Clothes System, Shanghai People’s Publishing House, 2000.

20 La couleur des vêtements de deuil est blanche ou proche de la couleur du chanvre.

21 Différentes dynasties ont différents détails et sens.

22 En réalité, c’est deux et un mois.

23 2 ans et 1 mois

24 Après un long processus (tremper et frapper), le chanvre pur déviant du chanvre mûr plus doux.

25 SHAO Fang, The Research of FU System and Relative Rank System in Xi Xia Dynasty, Law Review, 2004 Issue 3, P 149.

26 ZHANG Jinfan, “LI-the Core of Chinese Legal Culture”, Tribune of Political Science and Law, 1995 Issue 3.

27 LI Sha, The Phenomenon of Legalizing of Wu Fu system in Mourning Ceremony in Han Dynasty, Dong Yue Tribune, 2007, Issue 4, Vol 28, P115.

28 Au début de la dynastie Han, différentes écoles ont dû se reconstruire en raison des abus de la dynastie Qin. Le Taoisme était promu : Ce n’est qu’en 134 av. JC que l’empereur WU accepta de révoquer plusieurs écoles de pensée pour ne révérer que le confucianisme.

29 25581-618 Ap. JC.

30 26618-907 Ap. JC.

31 27 La dernière dynastie de la Chine impériale de 1644 à 1912 avec une brève restauration en 1917.

32 28 De Lun Yu (Analects of Confucus), the 17th chapter.

33 The Han dynasty was divided into two periods: the Western Han (206 BC – 9 AD) and Eastern Han (25–220 AD). Spanning over four centuries, the period of the Han dynasty is considered a golden age in Chinese history. To this day, China’s majority ethnic group refers to itself as the “Han people” and the Chinese script is referred to as “Han characters”.

34 WU Minqin, “The influence of ancient politics and Li system to the art of Chinese costume”, Chines Academic Research, 2007 issue 7.

35 ZHANG Jia, Restoring Chinses Costume: the Reform of the Clothing System during the reign of Hongwu, Journal of Chinese Studies (HongKong), 2014 issue 1.

36 In 59 AD.

37 LI Mei, The Ethic Foundation and Social Function of Wu Fu System, Theory Journal, 2005 Issue 12, P102.

38 HUA Mei, The history of Chinese Costume, Tianjin People’s Publishing House, 1999.

39 Since Tang dynasty, the government uses a method of classification to divide all civil office and military serving which named the nine-rank system. The ninth grade is the lowest one.

40 The phoenix coronet is normally for the royal women and the scarf is a symbol for the noble woman.

41 Xu Tong Dian, volume 58, Li 14. Xu Tong Dian collects the documents about standards, regulations and decrees between 664 and 1644.

Auteurs

Docteur en droit. Avocat au barreau de Paris

Avocate au barreau de Chengdu (Chine)

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search