Version classiqueVersion mobile

Le vêtement saisi par le droit

 | 
Alain Pousson

Première partie. Approche générale

Chapitre II. Le vêtement dans l’histoire. État, dentelles et falbalas

Vêtements, tenues et ordonnances somptuaires en France (vers 1500 - vers 1700)

Philippe Delvit

Texte intégral

  • 1 L’édit est celui pris par Louis XIV le 27 novembre 1660. Voir infra, “La guerre des passemens”.

Sganarelle dit :
“Oh ! Trois et quatre fois béni cet édit,
Par qui des vêtements le luxe est interdit !
Les peines des maris ne seront pas si grandes,
Et les femmes auront un frein à leurs demandes !”1
Molière
L’école des maris, acte II, scène IX

“Le superflu, chose très nécessaire
A réuni l’un et l’autre hémisphère.
[…]
La soie et l’or ne brillaient point chez eux
Admirez-vous pour cela nos aïeux ?
Il leur manquait l’industrie et l’aisance :
Est-ce vertu ? C’était pure ignorance ”
Voltaire
Le Mondain (1736)

  • 2 Ouvrage-roman historique- publié entre 1830 et 1842. L’action se passe dans la France des débuts d (...)
  • 3 Lire la contribution de Benoist PIERRE, “L’habit faisait-il le moine ? Le paraître des religieux a (...)

“Vêtu de drap comme tous les bourgeois prudents qui obéissaient aux ordonnances somptuaires, le sieur Lecamus n’avait ni chaîne d’or, ni soie, mais un bon pourpoint à gros boutons d’argent noircis, des chausses drapées montant au-dessus du genou,…”
Honoré de Balzac
Sur Catherine de Médicis Première partie : Le martyr calviniste2
Toile d’or, d’argent, soie, luxe du vêtement.
Voilà qui se voit.
“L’habit ne fait pas le moine, mais la profession”.
Adage si connu, si souvent cité, si souvent tronqué-” L’habit ne fait pas le moine”, mis à toutes les sauces, raccourci et cousu avec des discours de pièces et de morceaux.3

  • 4 Lire, de Christophe LOSFELD, Politesse, morale et construction sociale. Pour une histoire des trai (...)

1En Occident, habit et habillement font partie du paysage très majoritaire de l’espace de l’apparence. Le legs culturel l’explique, autant que des contraintes toutes matérielles : climat tempéré, saisons bien marquées, bref, un vêtement s’impose. Il habille certes la nudité de l’homme et de la femme, mais pas seulement. Il place son porteur dans l’espace social, par des codes raffinés, hermétiques au vulgaire.4

Legs culturel

2On n’échappe pas à la malédiction divine. Article de foi s’il en est, la Genèse plante le décor du futur de l’humanité corrompue par le péché originel. Dans ce décor et en bonne place, celui de l’obligation vestimentaire. Il y a eu pourtant un avant, en définitive très fugace.

  • 5 Genèse, 2, 25.

3C’est le temps du Paradis terrestre. “L’homme et la femme étaient tous deux nus, et ils n’en avaient point honte”.5

  • 6 Sur ce thème, très dévêtu, lire la contribution de François GARNIER, “De la tunique d’Adam au mant (...)

4Et un après, très durable. “Les yeux de l’un et l’autre s’ouvrirent, ils connurent qu’ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s’en firent des ceintures”.6

  • 7 Timothée est dans la tradition chrétienne un personnage qui agit dans l’orbite de Paul Apôtre. Pou (...)

5La suite est connue, disséquée, interprétée. Il y a désormais des parties honteuses, et celles que la décence permet de considérer sans difficultés. Encore que le regard puisse être une source de trouble, la Tradition nous l’enseigne par la voix de Paul Apôtre, il écrit à Timothée : “Je veux donc aussi que les femmes vêtues d’une manière décente, avec pudeur et modestie, ne se parent ni de tresses, ni d’or, ni de perles, ni d’habits somptueux”.7 Bien plus tard, Molière lancera une pique contre les dévots-dont tous ne sont pas, hier et aujourd’hui, à la cour de Louis XIV.

  • 8 MOLIÈRE, Le Tartuffe ou l’imposteur, III, 2. Première représentation de la comédie en 1664.

“Couvrez ce sein que je ne saurais voir.
Par de pareils objets les âmes sont blessées.
Et cela fait venir de coupables pensées ”.8
Il faut donc se couvrir ces “objets”.
Cela est la raison impérieuse.”

Dress Code…

  • 9 Voir www.inf-fni.org Version française possible. Les “événements malheureux” sont évoqués dans le (...)

6Malgré et avec le réchauffement climatique, peut-on donc vivre nu après le XXe siècle ? Certes non. Ou plutôt non. Il existe c’est vrai une Fédération Internationale de Naturisme, mais son message est aujourd’hui peu audible. Elle met pourtant en avant “le respect de soi-même, celui des autres et celui de l’environnement”, valeurs très positives.9 Les Verts ne disent-ils pas à peu près la même chose ? Singulièrement, le corps nu et son image ont connu des traverses au siècle dernier. Loin des postures scabreuses des productions licencieuses, le nu a été en effet enrôlé pour des causes douteuses. Si l’on en croit le site de la Fédération naturiste internationale, ces errements ont été durs, “après les événements malheureux dans les années 40 du siècle dernier”, concède-t-elle dans son argumentaire.

7Car les totalitarismes de l’Ouest ont adoré les corps nus, en particulier ceux des guerriers et des combattants.

  • 10 JT, “Professeur Thorax” comme disaient alors ceux qui se moquaient des postures de culturistes sur (...)
  • 11 Jean COCTEAU, Journal (1942-1945), Collection blanche Gallimard, 1989. 16 mai 1942 pour la citatio (...)
  • 12 Le Foro portait originellement le nom de Mussolini. Il a été utilisé, modifié, lors des Jeux Olymp (...)

8Ils l’ont adoré, ce nu, autant qu’ils ont vénéré l’uniforme d’ailleurs, sans relever la difficulté de marier les deux ensemble. Le fascisme et le nazisme ont célébré la nudité comme une sorte de retour aux sources, puissant et fondateur, à la manière des guerriers de Sparte-une Cité militaire fantasmée. Des artistes comme Joseph Thorak (1889-1952), et surtout Arno Breker (1900-1991) symbolisent pour les espaces germaniques cette tendance.10 Tendance exportée par exemple en France lors de l’Occupation. Arno Breker expose ainsi ses œuvres à l’Orangerie (mai-juillet 1942). Présent à l’inauguration, comme tant d’autres du Paris des salons de l’époque, Sacha Guitry confie à Jean Cocteau “Si ces statues entraient en érection, on ne pourrait plus circuler”.11 Exaltation du nu relevée aussi en Italie : il suffit d’aller dans la Rome de 2014 sur le Foro Italico, ou à l’EUR, pour être observé par de puissantes nudités somme toute assez vindicatives.12

  • 13 On n’oublie pas aujourd’hui de relever l’essor militant du “burkini” dans certains cénacles. Il pe (...)

9Au-delà de ces héritages d’une Europe de la guerre, le nu (ou le très dévêtu) est aussi l’apanage des grandes vagues de congés balnéaires de l’après-guerre. Le bikini (1946) ouvre pour les femmes une période de rupture nette avec l’époque des tenues de plage complètes et couvrantes.13

Paysage textile

  • 14 Du titre de l’ouvrage de Jean FOURASTIÉ, Les Trente glorieuses, Fayard, 1979, titre devenu presque (...)

10Mais tout cela n’est rien face à l’immense paysage textile offert par le vêtement sur la très longue durée, qu’il soit de travail et de tous les jours ; de sortie ou du dimanche comme l’on disait encore dans la France des Trente glorieuses.14

11Les règles qui président à sa fabrication, à son port, à sa vente, à son prix, à la façon de marier telle et telle pièce, au jeu mouvant des occasions-cérémonie, visite, sport,... tout cela relève d’une codification changeante, mais de grande emprise sur la société. Si l’uniforme n’a plus aujourd’hui la place qui fut la sienne-qu’on pense à la France du Consulat et de l’Empire, renouant non sans plaisir (gens de justice ; Université impériale ; administration de l’Etat,…) avec des signes extérieurs de distinction repris pour partie de l’Ancien régime.

12Car l’Etat et le pouvoir, à travers la réglementation du costume porté par les citoyens (par les sujets), de sa coupe, de sa décoration, de sa matière, pénètre bien au cœur de la société considérée, au cœur même de l’intime.

  • 15 KPD, Parti Communiste Allemand. Les mouvements politiques de droite et de gauche sont en uniforme, (...)

13Au siècle dernier, la tenue Mao-surtout sa veste-est l’accessoire obligé de tels qui pensent ou disent penser à l’émancipation du prolétariat, à moins qu’il ne s’agisse que d’un clin d’œil de la mode-Jack Lang provoquant à l’Assemblée nationale le 9 avril 1985 un chahut avec sa veste à col Mao (en fait un costume de Thierry Mugler interprétant ce legs d’ailleurs). Une génération avant, la tenue prolétarienne venue de Moscou, casquette et blouse russe en particulier, se voulait-ainsi en Allemagne-un signe d’appartenance au KPD, aussi fort que la chemise brune pouvait l’être de l’autre côté.15 Les régimes dictatoriaux ont toujours voulu identifier visuellement leurs troupes (et ainsi aussi parmi elles leurs futures victimes).

  • 16 Brave New World, Le meilleur des mondes, roman d’anticipation d’Aldous HUXLEY paru en 1932. Angois (...)

14Et demain, l’habit fera-t-il le moine ? A lire Brave New World, Le meilleur des Mondes, oui. Les maîtres, les α, sont en gris.16 A l’autre bout de l’échelle, les δ vêtus de kaki se voient promettre un labeur tout d’exécution ; et les ε sont habillés de noir, et destinés à passer une vie d’esclave. Les autres dans une situation intermédiaire, sous influence.

Prescriptions vestimentaires

15Autres temps et espaces, dans la France de l’ancienne monarchie, et dès la fin du Moyen Age, ce prurit de réglementation vestimentaire s’est lui aussi exercé, avec une particulière abondance sous les Valois-Angoulême et les premiers Bourbons, de François Ier à Louis XIV-ce qui n’exclut pas une présence antérieure.

  • 17 Lire par exemple, de Valérie DIONNE, “La résonnance des lois somptuaires dans les Essais de Montai (...)
  • 18 Mariane COUDRY, “Loi et société : la singularité des lois somptuaires de Rome, dans Cahiers du Cen (...)

16Il a légué un corps de textes passionnants à ausculter. On y voit combien l’apparence, le paraître, soit celui des hommes, soit celui des femmes et épouses, placent et confortent l’individu dans la hiérarchie des institutions et du rang social.17 Chose bien ancienne : pour rester en Occident, Rome et sa République ont vécu dans l’ambiance affirmée des lois somptuaires.18

17Mais pourquoi donc tous ces édits, ordonnances, déclarations, lettres, interprétations des susdits textes, méandres argumentaires annonçant parfois l’inverse de ce qui avait été proclamé quelques semaines plus tôt à grand renfort de trompe ?

Prescriptions vestimentaires. Légitimité

18La légitimité de ces mesures ne fait d’abord aucun doute en ces temps, et la chose n’est pas mineure.

  • 19 Ordonnance, 1485, 7 décembre, Melun, Charles VIII.

19Le roi est après tout fons justitiae, et loi vivante, Lex, Rex comme le proclame l’adage médiéval. Il s’agit, dans l’exposé des motifs, de “remettre les choses en bon ordre, et faire garder les ordonnances de nos progéniteurs”.19

20C’est dire, comme le fait Charles VIII, qu’ainsi il y a eu des règlements antérieurs concernant ces codes vestimentaires. Il y a même pour le roi une question d’honneur à renouer avec l’application de prescriptions perçues comme bienfaisantes, et pourtant ignorées mal à propos.

  • 20 Ainsi Nicolas DELAMARE, Traité…, o.c. affirme-t-il justement que sous la monarchie de la Troisième (...)

21On aurait tort, sur la foi de l’habitude de nombre d’anciens et de modernes, de recherches rapides, de faire remonter à Philippe le Bel (1285-1314) le premier souci juridique relatif à la vêture des sujets et à sa substance sous les Capétiens.20

  • 21 Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, année 1854, volume 15, no 15, pp. 176-181, “Ordonnance somptu (...)

22Toujours citée, rarement de manière exacte et complète, l’ordonnance de Philippe le Bel prise en 1294 est une copie nette, à certains et beaucoup d’égards, de celle promulguée antérieurement par son père Philippe III le Hardi, en 1279.21

  • 22 “Il est ordonné que nul, ni duc, ni comte, ni prélat, ni baron, ni autres, soit clerc, soit laïc,… (...)

23Le roi dit : “Il est ordené que nus ne dux, ne cuens, ne prélaz, ne bers, ne autres, soit clercs soit lais, ne puisse avoir faire ne avoir en un anz plus de iiij paires de robes vaires, ne dont l’aune de Paris coute plus de XXX s. de tournois,…”.22

24D’emblée en une phrase, mais une phrase qui sort de la bouche royale, le dispositif des lois somptuaires se dessine.

25Des catégories de sujets définis, souvent de statuts fort différents ; un ou plusieurs types de vêtements, de telle ou telle matière ; des barrières de prix, à tant par pièce ; des barrières temporelles, pendant telle période.

26Suivent des niveaux de fortune, qui permettent de posséder telle ou telle livrée. Suivent aussi dans la formulation de 1279 les dispositions relatives aux “bourgois”, “que nus bourgois ne porte ne vair ne gris, se il n’a vaillant mil livres de tournois que en terre que en mueble…”.

27Vêtement de classe, de caste même en cette génération où se ferme la noblesse, en refusant (croit-elle) les éléments neufs, venus de la bourgeoisie. Cette dernière strate n’échappe aux interdits que si elle dispose des revenus et du capital perçus comme satisfaisants.

28Mais là où Philippe le père mettait d’abord l’accent sur les délices et les tentations de la table pour passer ensuite au vêtement, le fils, lui, réserve sa première attention au costume.

  • 23 Multiples exemples. Parmi eux, La conférence des ordonnances royaux distribuée en XII Livres à l’i (...)

29Les ouvrages qui font des lois somptuaires leur pivot et leur cœur ne se font ainsi jamais faute de noter ce texte de Philippe le Bel à ses sujets-nous venons de dire qu’il n’est en rien fondateur. Les auteurs et érudits des derniers siècles, reprenant dans les Recueils d’ordonnances et autres Conférences des ordonnances royaux, sans oublier le Traité de la Police de Delamare, les textes perçus par eux comme les plus respectables, les plus originaux (parfois les plus piquants), ont aligné ainsi les sources qui légiféraient (ou prétendaient légiférer) sur des matières textiles variées.23

30Sur le nombre des vêtements. “Idem, tous chevaliers n’auront que deux paires de robes seulement, ne par don, ne par achat, ne par autre manière.”

  • 24 Ordonnance de Philippe le Bel, 1294, reprise par le Recueil curieux de pièces originales, rares ou (...)

31Sur la matière et les ornements des vêtements, “Nul bourgois ne bourgoise, ne portera vair, ne gris, ne ermine. […] Ils ne porteront ne pierre précieuse, ne couronne d’or ne d’argent.”24

32Sur le prix de la façon, comme l’ordonne aussi Jean le Bon dans une ordonnance de 1350.

  • 25 Ordonnance, 1583, 24 mars, Paris, Henri III pour les citations.

33Les larmes amères versées sur le présent laissent à penser que décidément, les emportements du paraître sont sans cesse grandissants. “Il ne s’est jamais vu de mémoire d’homme, un tel excès et licencieux débordement esdits habits et autres ornemens qu’il est à présent.”25

34Sur le fond de la question, les approches sont de beaucoup plus nombreuses.

35Quelle fut la réception de ces textes ?

Prescriptions vestimentaires. Acceptation, refus, évitement, itération, permanence

36Acceptation car la voix du roi indique d’évidence la voie seule et le droit.

37Refus, car certains des sujets sont ruinés par les mesures prises, et disent tout haut leur détresse.

38Evitement car rien ne sert de heurter de front la puissance royale. Des accommodements seront d’autant plus raisonnables, que la répression manque de vigueur, que les magistrats ferment les yeux, ou du moins les tiennent mi-clos, “les magistrats qui devoient avoir l’œil sur l’application d’icelles [les ordonnances prohibant le luxe du vêtement] les ont laissé violer.”.

  • 26 Les deux citations prises dans l’ordonnance de juillet 1601, Paris. Henri IV dit : “Il ne dépend q (...)

39La résultante de tout cela est bien sûr l’itération des mesures et la permanence d’un discours qui veut exorciser les “mauvaises coutumes”.26

Acceptation

40Elle peut être de bonne foi et immédiate ; ou au contraire navrée et contrainte.

  • 27 Abraham Bosse (1602-1604 ?-1676). On renvoie à la très belle exposition de la BnF et du musée des (...)

41La première est celle que peuvent donner les confesseurs, les directeurs de conscience (l’Église ne manque pas de tonner contre le luxe insolent des tenues, offense à la modestie). Il suffisait de la voix royale pour donner à l’inconscient la certitude de son errement. La seconde acceptation est faite sinon la mort dans l’âme, mais à regret. L’image en est donnée par un exceptionnel artiste des temps de Louis XIII et Louis XIV : Abraham Bosse.27

42Les gravures qu’il consacre à la mode de son temps sont très passionnantes à observer et décrypter. Ainsi, Le courtisan suivant le dernier Edit,

  • 28 Légende du Courtisan, eau-forte s.d., vers 1630 (sans doute entre les O. de 1629 et 1633, comme le (...)

“Bien que sans mentir ie cherisse
D’avoir du clinquant dessus moy
Il faut pourtant que j’obeisse
Aux defenses qu’en fait le Roy
Puisque le luxe m’incommode
J’approuve fort ce changement
Lacquay sers moy donc à la mosde
Et serre cet habillemement.”28

43Sujet de l’une des autres œuvres d’Abraham Bosse inspirées par les textes réprimant le luxe vestimentaire, “La dame réformée” n’est en rien une fervente de la RPR, la Religion Prétendue Réformée. Mais cette femme doit désormais se passer des si séduisants accessoires que maintenant l’ordonnance du roi lui refuse, “N’ayant plus pour paroistre belle/Ny dantelle ny point coupé”.

Refus

  • 29 Ordonnance, 1573, 25 février, Paris, Henri III. Le substantif contemnement est l’équivalent, en mo (...)

44Peu ou pas de soumission à la volonté royale en ce domaine vestimentaire peut-on souvent lire dans les ordonnances. Henri III dit : “Nous sommes contraints de dire, avec extrême déplaisir, qu’au lieu d’obéissance il ne s’y est veu que mespris et contemnement.”29

45Des manifestations parfois violentes suivent la publication des volontés royales lorsqu’elles se mettent en tête de chasser le luxe et ses manifestations, cela pour des raisons variées et variables.

46Ainsi fut-il de la révolte des passements, à la fin de l’année 1660. La décision royale du 27 novembre 1660 énonçait les mesures les plus dures à l’encontre des dentelles, points et autres broderies. Les métiers chômèrent donc, jetant à la rue apprentis et autres compagnons, et nombre de femmes qui trouvaient là à employer leur talent.

47Une pièce du temps, La révolte des passemens, donne le récit allégorique et métaphorique de ces jours difficiles. “Mademoiselle de la Trousse” en reçoit le texte, en vers un peu de mirliton.

“Mon humeur aujourd’huy me pousse
De vous décrire les combats,
Les regrets et les embarras,
Les retraites et les tuëries
De mesdames les Broderies,
Des inutiles ornemens,
Des Poincts, Dentelles, Passemens,
Qui, par une vaine despence,
Ruinoient aujourd’huy la France.” […]

  • 30 Pour le texte intégral, (long, 222 lignes, il est vrai de taille inégale) voir le Recueil des pièc (...)

Le cri, sans doute bien général, atteint Louis XIV.
Le roi revint six mois plus tard sur son édit, “lequel, l’an mil six cent soixante, rendit chacun mécontente”, disaient mesdames les Broderies.30

Dispositif et itération

  • 31 Pour le castor, Traité…, Livre III. Titre I. Chap. VI., p. 376, “Le commerce du Canada qui commenç (...)
  • 32 Très longue énumération (on n’en a donné qu’une fraction ici) dans la Déclaration du 18 juin 1663 (...)
  • 33 Certaines publications citent le chiffre de onze ordonnances relatives aux prohibitions vestimenta (...)

48L’itération est le fruit manifeste de l’absence d’efficacité réelle de textes pourtant comminatoires. Avec des intonations, des prohibitions plus ou moins variées, plus ou moins détaillées ; avec des descriptions qui ne le sont pas moins, des manches, des rabats,… ; de la matière utilisée, toile, damas, soie, filoselle, gaze, taffetas, velours, fourrure de tel animal : du vair, du castor, de l’hermine, de la martre, de la genette, du loup…31 ; de la couleur et de la teinte de l’étoffe-cramoisi ; de telle pièce ou partie de vêtement, manteau, jupe, robe, vertugadin, veste, pourpoint, basque, “cordons de chapeau, baudriers, porte-épées, aiguillettes, ceintures, écharpes, jarretières, gants,…”32 ; de la forme de la tenue ; des boutons, décorations, broderies, passements, pierreries, dentelles et autres accessoires qui ornent l’ensemble, les textes sortis de la Chancellerie royale ne sont pourtant pas monotones. Des formules peuvent être répétées quasiment à l’identique certes. Mais l’argumentaire est toujours charpenté autour de la volonté de justifier les interventions royales. Sous les Bourbons, avant les Bourbons, des dizaines de déclarations ; d’édits ; d’ordonnances, parlent ainsi chiffon, et parfois en même temps table et nourriture, ou carrosses et équipages.33 Car les chevaux et les mules (pour les ecclésiastiques s’entend) sont aussi le reflet et la monture de la puissance de leur maître.

  • 34 Formulation très souvent rituellement placée en tête du dispositif des textes somptuaires. Pour un (...)

49Constatation navrée souvent, ces ordonnances “sainctes” sont frappées du sceau de l’oubli à peine leur encre est-elle sèche. Ou la voix du crieur public et le son de la trompe-certaines dispositions sont expressément diffusées de la sorte-est-elle à peine effacés dans le lointain. Les rois et leur succession s’esquissent même parfois à l’occasion de l’exposé des motifs de tel édit ou ordonnance. Cela semble accréditer l’impact-fugace-de ces décisions royales, “nos predecesseurs ayent fait plusieurs belles et sainctes ordonnances, mesmes notre feu ayeul, de bonne mémoire, en l’an mille cinq cens quarante trois : et nostre feu père, en l’an mille cinq cens quarante sept et quarante neuf : et feu nostre frère, en l’an mille cinq cens soixante et un soixante trois”, écrit Henri III dans la Déclaration de juillet 1576. La marche du temps et celle de la Couronne se lit presque, l’aïeul, François Ier ; le père, Henri II ; le frère, Charles IX (et encore Henri III passe-t-il sous silence d’autres et nombreux commandements issus de la volonté royale).34

Prescriptions vestimentaires. Pourquoi des lois somptuaires

  • 35 Passage très souvent mis en avant des Evangiles, chez Marc, 10, 25 ; mais aussi chez Matthieu et L (...)

50Le souhait d’être agréable à Dieu, qui déteste les riches et leurs pompes est un motif souvent cité- “Il est plus difficile pour un riche d’aller au Paradis que pour un chameau de passer par le chas d’une aiguille”35 ; la grandeur de l’Etat, qui ne peut se priver du service et des talents de ceux qui engloutissent des sommes folles et ruinent leur Maison dans ces achats si inutiles ; le désir de revenir à un âge d’or, frugal et bienfaisant, que les malheurs des temps, la guerre en particulier, ont ruiné.

51Bref, “Du luxe en général

  • 36 Traité … o.c. Entrée en matière du Traité, Livre III-Des Mœurs, Titre I, Du luxe dans les Habits.

52De toutes les passions, il y en a peu de plus communes et de plus à craindre que l’amour désordonné du luxe. La Religion et l’Estat s’y trouvent également interessez et ce vice est si opposé à l’ordre naturel et à la droite raison, que toutes les Nations, pour partagées qu’elles soient, se sont pour ainsi dire réünies pour combattre celuy-cy.”36

53Des causes-nombreuses-ont poussé le roi à agir. Parmi elles, la guerre, destructrice de l’harmonie préexistante.

Guerre…

  • 37 Le roi de guerre. Essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, Payot, première (...)

54On sait la place centrale de la guerre, de l’aventure des camps, du vacarme assourdissant des canons dans l’imaginaire du roi de gloire, comme Louis XIV eut tant de plaisir à l’incarner.37

55Sans ressentir d’aucune manière l’interrogation que fait naître cette activité, voulue et désirée souvent par une noblesse brûlant de briller sur le champ de bataille et sous les yeux du monarque, la guerre est pointée du doigt comme pourvoyeuse du désordre dans les façons de porter la tenue, de s’habiller.

  • 38 Ordonnance, 1576, juillet, Paris, Henry III.
  • 39 Ordonnance, 1583, 24 mars, Paris, Henri III.

56La guerre est source de trouble, d’inversion des valeurs les plus établies. Parmi les conflits subis par le royaume, ceux menés pour cause de religion entrainent des souffrances immenses dans le corps social certes, mais une dislocation des codes habituels, “Les guerres civiles et malice des temps ont perverti le bel ordre estably par nos prédécesseurs sur le faict des habillemens, et chacun a usurpé selon sa volonté et plaisir les habillemens tels que bon luy a semblé”, fait écrire Henri III en 1576.38 Depuis quinze ans au moins le terrain est labouré par des mêlées confuses, dont les humbles sont les premières victimes, qu’ils fussent catholiques, ou adeptes de la nouvelle religion. Le temps passe, les ravages continuent de plus belle et attaquent le cœur de la société. Henri III, qui va mourir de ces luttes, signe en 1583 une nouvelle ordonnance, point trop différente dans son esprit des précédentes. Il dit au sujet des ordonnances : “Mais, soit que les troubles et guerres civiles passées, qui ont apporté la confusion en toutes choses, ou que la négligence en ait esté cause : elles ont esté (comme il s’est veu depuis quelques années), et sont encores aujourd’huy si mal practiquées et observées, qu’il ne s’est jamais veu de mémoire d’hommes, un tel excès et licencieux dezbordement esdits habits et autres ornemens.39” Henri IV, le premier des rois Bourbons, fait aussi de la guerre, “les troubles passez”, la racine des errements vestimentaires du présent (édit donné à Fontainebleau en novembre 1606). Son fils Louis XIII le formule, ou le fait écrire dans une déclaration de 1633, “La licence, née dans la confusion de la guerre, a été suivie du luxe, qui a pris un tel accroissement par la connivence des magistrats, qu’il est pour réduire ce royaume à une langueur mortelle”.

  • 40 Déclaration du roi, 1633, 12 décembre, Louis XIII.
  • 41 Ordonnance, 1656, 29 octobre, Paris, Louis XIV.

57La monarchie est alors en train de liquider les derniers soubresauts de la puissance politique et militaire des Réformés (1628, réduction de La Rochelle ; 1629, réduction finale de Montauban,…). L’édit de Nantes est interprété décidément à la rigueur. Ainsi, la guerre ferait sauter les digues de la bienséance, et ouvrirait la porte à des comportements détestables. Mais aussi “un vain désir de paroistre” est lié à ces errements.40 Nous retenons que les magistrats sont passivement et collectivement tenus pour responsables de cet état de fait par la “connivence” qu’ils montrent. Une génération à peine plus tard (1648-1652), la Fronde fut, si l’on suit le raisonnement royal, également grande pourvoyeuse de turpitudes. Après des années de paix, la paix relative de Louis XIII et du cardinal de Richelieu “lorsque le public commençoit à ressentir les commoditez de ce règlement, l’observation en fut traversée par le malheur des troubles intestins, qui pendant les dernières années de notre minorité ont violé en plusieurs manières l’autorité des lois.”41

  • 42 Ordonnance, 1664, 27 mai, Paris, Louis XIV.

58A peine son gouvernement personnel a-t-il commencé, que Louis XIV fait à nouveau du fléau des troubles passés la cause manifeste des débordements des “superfluités”. Il dit en 1664 : “La licence que donne la guerre ayant favorisé le luxe dans notre royaume ; nos défenses, quoique de temps en temps renouvellées, n’ont pas été assez puissantes pour en arrêter le cours ; mais ayant plû à Dieu de donner la paix à notre royaume, Nous avons aussitôt employé tous nos soins à régler la police de notre État, et à réformer les abus que les désordres de la guerre avoient augmentés ou fait naître.”42

  • 43 Ordonnance, 1656, 29 octobre, Louis XIV.

59Ainsi “La considération qu’apporte dans notre Etat le luxe, qui en consume les meilleures familles, en produisant tous les jours des curiositez vaines et superfluës en la parure des habits”43

60Pourquoi aussi tant de temps passé à observer fourrures et colifichets ? A compter les boutons et perles ? A estimer la longueur des galons de soie ? La réponse est plurielle, toujours mise en avant pour annoncer les châtiments qui pleuvront sur les coupables, et le fruit des amendes dont une partie versée au délateur (la jalousie est de la sorte un moteur on l’imagine puissant).

61Les arguments sont économiques, autant que politiques. Sous ce dernier terme l’esprit de l’époque, en particulier sous la monarchie absolue, place aussi l’organisation sociale-la société d’Ordres. La tenue participe aussi à la grandeur de l’Etat. Appauvrissement des ménages et des familles, surtout “les meilleures familles”. L’Etat n’est-il pas d’ailleurs un grand ménage, régi par le père de tous les sujets ?

  • 44 La conférence, o.c., p. 1185, en marge.

62“Le luxe et despense immodérée en habillemens est cause de l’appauvrissement des suiets, à quoy nos Rois ont voulu donner ordre et remède”44

63Appauvrissement du Royaume, car l’or et l’argent se consument pour l’achat des plus beaux atours, à l’étranger mais aussi à l’intérieur du royaume.

64Plusieurs thèmes sont placés par les rédacteurs sous les yeux des sujets.

65La ruine des familles, même les plus modestes, elles-mêmes responsables d’ailleurs de cette situation, en est une illustration.

  • 45 Ordonnance, 1601, juillet, Paris, Henri IV.

66L’ordonnance dit : “ce néantmoins les plus petits mesmes sont entrez en si grande superfluitez et vaines apparences, que n’ayans or ny argent en leurs coffres, en ayent leurs habits tous couverts. Et quelques-uns à l’exemple et enuy des plus riches portent sur eux la meilleure partie de leurs fonds et héritage.”45 Ostentation, orgueil et manque de modestie.

  • 46 Déclaration, 1664, 30 décembre, Louis XIV.

67Le tort est bien partagé entre les fabricants-vendeurs tentateurs, et les clients pris à ce miroir aux alouettes. “Mais Sa Majesté voyant avec déplaisir que la vanité qui règne dans la plupart des esprits, et l’avarice des marchands et ouvriers, ont rendu presque inutile les soins que l’on a apportez jusques ici.”46

Pourquoi des ordonnances somptuaires ? Pour sauvegarder les bases de la chose publique

68Les lois somptuaires sont d’autant plus sévères, qu’elles touchent les humbles. La perversion redoutable de l’ordre social, sans doute la pire dans la société d’Ordres, fixiste et bienfaisante, doit être combattue avec la dernière force.

  • 47 Ordonnance, 1573, 15 février, Paris, Charles IX.

69Si le roi, en l’occurrence Charles IX, s’était abstenu de légiférer en matière d’habit, alors le chaos menacerait avec la disparition et l’effacement des identifiants sociaux, “s’estant la superfluité et excessiveté esdits habillemens, soit en draps d’or, argent, soye, passemens et autres enrichissemens si desbordément accruë, qu’il y a peu ou point de différence entre nos suiets, et ne les saurait-on discerner et choisir les uns d’avec les autres”.47 Ainsi s’effaceraient les éléments de la distinction, chose désastreuse.

70Mais pour autant le roi reste le maître de la règle. S’élever dans la pyramide des ordres et des dignités peut éloigner de soi les rigueurs de la loi, cela dans des proportions variables déterminées par le seul roi. Le privilège va fort bien avec ce jeu des apparences affichées. La noblesse, si elle est une, n’en est pas moins elle aussi mise en garde. En son sein le roi ne saurait tolérer un jeu de rôle étranger à la règle qui se doit suivre : la hiérarchie des dignités est aussi immuable que la monarchie peut l’être.

  • 48 Ordonnance, 1576, juillet, Paris, Henri III.

71Henri III dit, évoquant ce qu’il nomme “l’usurpation des habillemens” : “en sorte que les simples Gentils-hommes se montrent par chacun iour aussy superbement parez, comme s’ils estoient Ducs ou Barons. […] Il n’y a à présent aucune distinction entre les roturiers et les Nobles, soit pour le regard de leurs personnes ou de leurs femmes : lequel désordre engendre une confusion telle qu’on ne peut discerner les uns d’avec les autres.”48

72La formulation finale est à l’évidence en 1576 reprise ou calquée sur celle prise trois ans plus tôt par Charles IX en 1573. Ainsi l’identification du statut social est-elle mise en péril.

73La Noblesse est toutefois, et depuis toujours, gratifiée d’un traitement spécial. Dès Charles VIII, son statut la laisse hors des prohibitions vestimentaires, draps d’or et d’argent. Mais il faut alors être “nobles vivans noblemens, nais et extraits de bonne et ancienne noblesse, non faisant chose dérogeant à icelle”. La générosité de cette permission de principe est sans doute affectée par des exigences de fortune (les chevaliers doivent répondre de 2000# de revenu pour porter le “drap de soye”), mais l’essentiel est dit, être noble entraine traitement d’honneur.

74Le sang royal échappe entièrement à ces mesures, même si le périmètre en est défini de façon diverse.

  • 49 Les edicts et ordonannces des roys de France, depuis l’An 1226 jusques à présent,… divisées en cin (...)
  • 50 Ordonnance, 1561, 22 avril, Fontainebleau, Charles IX.

75Ainsi les Enfants de France, les Fils de France, implicitement et explicitement, sont exclus de ces prohibitions et limitations. Les dispositions prises par François Ier le montrent bien, aucun habit de drap d’or ni d’argent pour les sujets, “fors de nos treschers et tres amez enfans les Dauphin et Duc d’Orléans”49 ; Charles IX élargit l’espace de l’exception, “fors nos Freres, Soeurs et Tantes, nostre Oncle le Roy de Navarre, les Princes et Princesses, et ceux qui portent le titre de Duc.”50 L’exception peut aller aussi aux Dames de compagnie de ces Princesses, et à leur entourage immédiat.

  • 51 Ordonnance, 1549, 12 juin, art. 3, Paris, Henri II. Itérative prohibition de ne porter habillement (...)

76Cette singularité est pour le rédacteur une évidence, elle coule de source et n’a pas à être justifiée. Ainsi Henri II dit : “Afin qu’il demeure aux princes et princesses (comme il est très raisonnable) quelque différence en leurs accoustremens, Nous voulons et leur permettons porter robbes tans draps que soye rouge cramoisy, sans que nuls autres hommes ou femmes soyent si osez ne hardis d’en porter, sinon les gentilshommes en pourpoint et en haut de chausses, et les Dames et Damoiselles en cottes et en manches”.51

  • 52 Il y a beau temps aujourd’hui que l’hermine ne laisse plus sa peau sur les tenues de présidents de (...)

77La tenue ne serait pas parfaite, si n’y brillaient quelques éclats qui attirent le regard. Les bijoux font bien sentir l’importance de la condition de leur porteur. Henri III en dit ceci : “Mais afin qu’il demeure aux Princes et Princesses, Ducs et Duchesses, et aussi aux femmes des Officiers de la Couronne et des Chefs de maisons, qui portent hermines mouchetées, (comme il est très raisonnable) quelque différence en leurs accoutremens, Nous leur permettons porter et se parer de perles et pierreries, comme bon leur semblera.” Le petit mustélidé-l’hermine à la belle fourrure blanche (en hiver en tout cas) et au bout de queue noire a été et est, on le sait, un élément très présent dans l’héraldique et les costumes de cérémonie, en particulier de ceux de l’ordre judiciaire.52

78Au-delà, le rapprochement des deux formulations est fort éclairant. Le rédacteur du second texte a proprement copié la formulation du premier : pratique assez permanente en la matière qui nous occupe. Lassitude ? Manque d’imagination ? Habitude plutôt, comme celle d’un chantier toujours commencé et jamais fini.

79Et l’Église ?

  • 53 Ordonnance, 1563, 17 janvier, Charles IX.

80Les gens d’Église ne sont pas épargnés par la plume royale, ce d’autant plus que les troubles religieux sont en train de prendre vaste et mauvaise tournure. De couverte, la guerre religieuse devient ouverte en 1562. Quelques mois plus tard, Charles IX dit : “Que tous les gens d’église se vestiront d’oresetnavant d’habits modestes, decens et convenans à leur profession, sans qu’ils puissent porter aucuns drap de soye, soit en robbes, sayes, pourpoints ou chausses aucunement decouppées, et si porteront les sayes longs.” A peine prohibition faite, qu’elle connaît à la ligne suivante des tempéraments. “Les cardinaux porteront toutes soyes, et toutesfois discrètement, et sans aucune superfluité ni enrichissement.” A peine plus bas sur les marches du trône de Dieu, “les archevesques et evesques, en robbes taffetas et damas pour le plus, et veloux et satin plein en pourpoint et soutanes.”53

  • 54 Interprétation et ampliation de l’art. 11 de l’ordonnance du 22 avril 1561. 1563, 10 février, Font (...)

81Le service du roi est également pourvoyeur d’exceptions notables et faites pour les notables. Un temps, les officiers du roi et leurs femmes sont admis au bénéfice des colifichets et autres décorations vestimentaires, “Nous avons entre autres choses permis aux femmes et filles de nos officiers, qui seront damoiselles, l’usage du taffetas et sami de soye tant seulement en robbes, ayans dés lors entendu que leurs maris (de la splendeur desquels elles reluysent) eussent semblable permission.”54 Infléchissement de la volonté royale ? Une génération plus tôt, en 1532, François Ier avait fait interdiction du luxe à ceux “ayans office, estat, charge, commission et maniement de noz finances.” Leurs femme et enfants étaient alors eux aussi privés des mêmes atours.

82Il ne reste plus qu’aux gens du commun à se vêtir d’honnête façon. Ils le doivent d’ailleurs.

83“Défendons à tous artisans, mechaniques, paysans, gens de labeur et valets, s’ils ne sont aux Princes, de ne porter pourpoints de soye, ne chausses bandées ne bouffées de soye. Et pour ce qu’une partie de la superfluité de l’usage de soye est provenuë du grand nombre de Bourgeoises qui se sont faictes Damoiselles de iour à autre…”

  • 55 La femme est par excellence prête à succomber à l’atteait des beaux atours, lire Yannick BARRÉ, Un (...)

84Itérative interdiction pour ces femmes de porter de la soie, si l’époux n’est pas gentilhomme.55 On ne peut être plus clair sur la volonté de stigmatiser celles et ceux qui veulent pousser la porte de la Noblesse.

  • 56 Ordonnance, 1583, 24 mars, Paris, Henri III, art. 13.

85La gent animale, quant à elle, fait l’objet de la sollicitude royale et de sa volonté d’exalter les distinctions. Les “longues housses de velours sur chevaux pour hommes” sont interdites ; bien sûr, la cavalerie des princes, ducs et autres chefs de Maisons est épargnée par la mesure prohibitive.56

Pourquoi des ordonnances somptuaires. Pour éviter la ruine du royaume et des ménages

86Au crépuscule du Moyen Age, à moins que ce ne soit l’aube des temps modernes, Charles VIII dit : “Comme la chose publique de nostre royaume soit fort endommagée à l’occasion des grans frais et despenses que plusieurs de nostre royaume font en habillemens trop pompeux, et trop somptueux, non convenable à leur estat” 1485, 17 déc

  • 57 Louis XII (1462-1515) Père du peuple, preuve d’estime que lui délivrent les États généraux tenus e (...)

87Certes, “non convenable à leur estat”. Mais surtout “grans frais”. La ruine des familles est là. Le roi n’est-il pas, comme Louis XII successeur de Charles VIII, le “Père du peuple” et de ce fait placé dans l’ardente obligation de prendre soin de l’existence de tous ses sujets ?57

  • 58 Ordonnance, 1547, 19 mai, Saint-Germain-en-Laye, Henri II.
  • 59 Itérative prohibition,… 1549, 12 juillet, Paris, Henri II.

88Henri II dit aussi : la depense “s’en va et consume tout ou une grande partie de leur bien et substance, au lieu de ce qu’ils le devroient employer au service de nous et de la chose publique en tems d’affaires, ou bien pour leurs necessitez et particuliers négoces.”58 Deux ans s’écoulent. Le roi juge indispensable de reprendre textuellement le même argumentaire stigmatisant la dépense superflue, en l’agrémentant d’une phrase supplémentaire, car ces frais devraient permettre “l’entretenement de leurs mesnages et familles, observant l’honnestete et modestie, suivant les estats et vacations où ils sont appelez.59

89Deux points sont bien visibles ici. Vice privé d’un côté, ruine des patrimoines. De l’autre, vice public, soustraction d’énergie privant la monarchie d’un soutien attendu.

  • 60 Ordonnance, 1601, juillet, Paris, Henri IV.

90Le roi-ici Henri IV- attend de sa noblesse qu’elle se consacre au service de la Couronne, “Nostre Noblesse, laquelle deust conserver ses biens et moyens à eux delaissez par leurs ayeuls, pour l’employer avec honneur au service et bien de cet Estat, duquel elle est le principal soutien.”60

  • 61 Ordonnance, 1644, 31 mai, Paris, Louis XIV.

91Louis XIV (enfin, les plumes de la Chancellerie, car l’enfant-roi n’a pas encore six ans) fait bien le lien entre le vice privé et l’atteinte portée à la République, “Comme il n’y a point de cause plus certaine de la ruine d’un Etat que l’excès d’un luxe déréglé qui par la subversion des familles particulières, attire nécessairement celle du public.”61

92A la croisée des chemins économique et politique au sens où ce dernier terme est entendu aujourd’hui, la monarchie n’eut pas facilement la main heureuse.

93D’un côté, le discours-logique-pourchassant l’excès dans la dépense improductive vient butter, comme on l’a vu supra, sur foule d’exceptions et de privilèges. La transgression qui frappe le propos royal contribue à expliquer la permanente itération de textes peu suivis, encore moins efficaces.

94Car cette transgression est aussi l’une voies de l’ascension sociale, comme celle des “Bourgeoises qui se sont faictes Damoiselles de iour à autre” par la grâce de beaux atours.

  • 62 Ordonnance, 1563, 17 janvier, Paris, Charles IX.

95Cette ascension sociale si recherchée, poursuivie par ces moyens d’ostentation provocants, peut provoquer dans le corps social des tensions que déplore en son temps Charles IX, “et si apporte ledit usage [des draps de soie] des simultez, inimitiez et envies entre nosdits suiets”.62

96D’un autre, la dimension économique et politique de ces mesures prohibitives est assez mal anticipée par ceux qui les formulent. De la sorte, de nombreux rectificatifs, précisions, doivent être donnés ex post. Le texte initial est vidé de sa substance affirmée.

  • 63 Cette disposition est intégralement reprise, hors le montant de l’amende-200# contre 300#, de la f (...)

97Combattre ainsi l’industrie du luxe expose à mettre au chômage les gens des métiers, souvent très recherchés ailleurs pour leurs talents. La défense expresse de travailler dans les matières et façons énoncée dans les textes est souvent explicite et détaillée. Ainsi, dans la Déclaration du 16 avril 1634, Louis XIII dit : “Défendons à tous tailleurs, pourpointiers, brodeurs, chaussetiers, et autres ouvriers, tant de nostre suite, que demeurant aux villes ou ailleurs, de faire ou de faire faire aucuns habillemens et autres choses cy dessus defendues sous peine d’estre declarez infames, privez de leurs metiers, sans esperance d’y pouvoir rentrer, et de trois cents livres d’amende.”63

  • 64 Ordonnance, 1661, 27 mai, Paris, Louis XIV.

98A la suite de l’une des multiples Déclarations stigmatisant le luxe (en l’occurrence celle du 27 novembre 1660), le résultat ne tarda guère à paraître sur le terrain : marasme, détresse, misère de la gent artisanale, et finalement “guerre des passemens”. Devant l’évidence, Louis XIV concéda : “Nous avons été touchez de compassion d’apprendre qu’un grand nombre de pauvres artisans, qui tiraient la subsistance de leurs familles, de la fabrique et manufactures des passemens de soye, étoient réduits, faute d’ouvrages, en de grandes necessitez”. De la sorte, les artisans pourront à nouveau fabriquer, dans telles conditions, les ouvrages de fil, passemens et dentelles, et les clients les acheter, à l’exception des “points de Gennes, de Venise et autres ouvrages de fil fabriquez dans les païs étrangers.”64 La mention des deux villes, par ailleurs capitales de Républiques maritimes avec lesquelles Louis XIV entretient des rapports parfois difficiles, n’est pas neutre. Vingt ans plus tard, le 15 mai 1685, Louis XIV fera s’humilier, devant lui et à Versailles, le doge de la République de Gênes. La République avait osé paraître mépriser la France, et aider ses ennemis.

99Loin de la grande politique et à l’intérieur, mettre en avant souvent la responsabilité de ces mêmes gens des métiers dans la hausse continue des marchandises est leur faire aussi procès continuel, “despense qui se fait és façon desd.habillemens, qui excedent tellement la matière et estoffe” (cent livres parisis d’amende).

  • 65 Ordonnance, 1561, 17 janvier, Paris, Charles IX. On ne sait s’il s’agit de sous tournois ou parisi (...)
  • 66 Ordonnance, 1677, 5 juin, Paris, Louis XIV.

100L’idée, absolument irréaliste, des autorités royales sous Charles IX est de plafonner à telle somme, soixante sols, le prix demandé pour la façon de “chacune pièce d’habillemens”, tant pour homme que pour femme.65 Le bouc émissaire est de tous temps une proie facile et exonératoire de responsabilité directe, car si dérive il y a, peut-on bien en identifier la source. Que la conscience humaine fléchisse, cela peut se concevoir. Mais elle y est comme encouragée en permanence. Marchands et négociants sont les démons tentateurs, les chevaux de Troie de l’inutilité et du gaspillage, la porte ouverte par eux, “le luxe des habits se trouve aujourd’huy porté à un tel excès par ce relachement, et par la facilité des marchands.”66

  • 67 Ordonnance, 1543, 8 décembre, Fontainebleau, François Ier.

101Mais la grande politique, celle qui donne au roi toute sa place dans l’Europe monarchique d’alors, n’est pas non plus absente des considérations mises en avant. “Au moyen de quoy [l’usage des draps d’or et d’argent,…] de grandes sommes de deniers se tirent de cestuy nostre royaume par les estrangers, qui après en secourent et aident noz ennemis, comme nous sommes advertis.”67 L’or et l’argent sortent, et ainsi ne profitent pas à l’activité du royaume. Pire, ces moyens et ces richesses se tournent contre lui.

  • 68 Déclaration du roi, 1675, 7 mai, Paris, Louis XIV.

102La monarchie, bien fidèle à l’optique mercantiliste qui va s’imposer de la fin du XVIe au début du XVIIIe siècle, fait de la sortie du métal monnaie or et argent hors du royaume un mal très redoutable. L’illustration de la maxime en est faite de manière canonique par une déclaration royale du 7 mai 1675, “Sur ce qui nous a été représenté par le procureur du Roy, que l’abondance des matières d’or et d’argent faisant une des principales forces de l’Etat,… (défense de l’usage des étoffes et ornements d’or et d’argent)”.68 Pour les hommes qui pensent les ordonnances somptuaires, ce mal est directement lié à l’enchérissement des étoffes et tissus, et à leurs emplettes faites autant que leur façon à l’étranger : ainsi est bouclée la boucle.

103Il faut donc interdire ou taxer fortement les achats et importations venus du dehors en ce domaine. Il faut décourager le marché des produits du luxe vestimentaire et ostentatoire par des mesures coercitives assorties de menaces de confiscation et d’amendes, avec prime versée à la délation. Il faut enfin encourager le marché de la production locale, ou du moins permettre l’achat de certains de ces produits de luxe dans le royaume.

  • 69 Ordonnance sur le taux et l’imposition des soyes, florets, fillozelles entrant dans le Royaume, 15 (...)

104En 1538, François Ier avait réitéré des dispositions antérieures interdisant l’entrée dans le royaume, par terre ou par mer, “d’aucun drap de Parpignan, Cathalogne, et Castille”. Application de cette optique, Charles IX prend en janvier 1563 des mesures pour tenter de bloquer ou dissuader l’afflux en France des produits sortis des métiers à tisser la soie. Une lourde taxe, dix sous par livre frappe désormais à l’entrée ces marchandises, qui seront confisquées si un passage en fraude est constaté. L’arrivée de ces “soyes, florets, fillozelles” mettent effet à mal l’activité de la grande place de Lyon. Il faut aussi chercher à y rapatrier une partie de l’activité de cette soierie, “plusieurs ouvriers s’en sont allez, durant les troubles, en divers pays, où ils ont monstré, entre autres choses, à faire la soye à coudre, que auparavant l’on venoit querir et recouvrer en deça”. De la sorte, les procédés de traitement de la soie, de son filage, de son tissage, de sa teinture, sont allés s’exporter hors de France, au grand dam des métiers et des finances royales.69

  • 70 Ordonnance, 21 janvier 1563, Paris, Charles IX.

105Ces mesures protectionnistes touchent aussi et quasi en même temps la grande fibre organique qu’est la laine, dont l’usage est alors beaucoup de plus répandu que celui que nous pouvons connaître. Il ne s’agit pas alors d’interdire l’entrée de cette matière première, mais au contraire d’en empêcher la sortie. La raison annoncée en est fort simple, “par le fréquent transport et enlèvement qui se fait en nostre royaume des laines qui y croissent et abondent en assez grande quantité se voient transportées hors iceluy avant que d’estre mises en œuvre : la manufacture de draps et sarges qu’y s’y souloit faire se voit quasi aneantie et hors d’usage.”70 On dirait aujourd’hui que la relocalisation de ces ateliers est en marche, grâce au roi.

106Colbert y voyait hier l’une des bases de sa politique économique.

107Voire… Les sources du temps disent les limites très grandes et rapides de ces déclarations volontaristes.

108Mais elles sont ce qu’il était convenable et attendu de faire à l’époque.

109“Nous avons cogneu que l’une des causes qui apportent l’appauvrissement de noz peuples et suiets procède des despenses superflues qui se font ès habits, tant d’hommes que de femmes.”

110Charles IX, 1561, 22 avril, Paris, Règlement sur la modestie que doyvent garder ès habits tous les suiets du Roy, tant de la noblesse, du clergé que du peuple, avec défense aux marchans de vendre de la soye à crédit à quelques personnes que ce soyent

111Pour autant, le discours faisant de la prodigalité vestimentaire la ruine des familles et de l’Etat est-il bien crédible au fond ? Les monarques en font une sorte de généralité, portée au niveau de l’article de foi, qu’on soit sous Charles IX ou sous louis XIV.

112Il faut répondre que non.

113Lorsque Louis XIII et son Principal ministre le cardinal de Richelieu se lancent dans une politique de prépondérance en Europe-c’est à dire alors au cœur du Monde, l’argent levé sur la paysannerie qui forme les immenses bataillons du Tiers a nourri les caisses de l’Etat, sans que falbalas ni dentelles ne nuisent aucunement à ce résultat. Cela pour faire la guerre, une guerre qui ne fut jamais, elle, en dentelles.

114Les édits somptuaires sont par contre, dirait-on aujourd’hui, des prescripteurs de mode exceptionnels. Comme les manuels de confesseurs utilisés mal à propos et échappant à leur utilisateur-les délices de l’interdit révélés par exemple au détour des questions sur la morale sexuelle-, les édits somptuaires se répandent sur le défendu, donc le désirable, la pièce, la broderie, le galon, la dentelle, le tissu, la façon, qui distingueront véritablement son porteur.

115Combat perdu d’avance pour les censeurs de la toilette, car la Cour elle-même est la vitrine et le spectacle de cette splendeur vestimentaire, de cette cascade de tenues brillantes. Le spectacle donné par le roi ne l’est pas moins. François Ier qui a légiféré sur les draps d’or en les interdisant aux sujets, ne les a-t-il pas exaltés en éblouissant Henry VIII dans son Camp du Drap d’or (juin 1520) ?

116L’exemple vient de haut.

117Le Grand siècle, celui de Louis XIV, a généré profusion d’édits et d’ordonnances somptuaires.

118Le siècle suivant augmentera bien chichement ce corpus.

119“Les lois somptuaires sont tombées dans une totale décadence : le luxe tient à trop de branches et à trop de métiers pour pouvoir faire exécuter ces loix. Il subsiste encore en France trois ordonnances assez récentes.” Edme de La Poix de Fréminville (1683-1773), Dictionnaire ou traité de la police générale des villes, bourgs, paroisse et seigneuries de la campagne, Paris, 1769, article “Luxe”, pp. 444 et sv.

120L’État choisira d’autres cibles, de beaucoup plus rentables et moins symboliques.

Notes

1 L’édit est celui pris par Louis XIV le 27 novembre 1660. Voir infra, “La guerre des passemens”.

2 Ouvrage-roman historique- publié entre 1830 et 1842. L’action se passe dans la France des débuts des guerres de Religion. Le sieur Lecamus, personnage de fiction, est le fils du fourreur de la Reine-mère. Sur les ordonnances somptuaires, il n’est que l’embarras du choix. Pour un répertoire commode, où l’on aura foule de matières, dont la notre : Traité de la police, où l’on trouvera l’histoire de son établissement, les fonctions et les prérogatives de ses magistrats, toutes les loix et tous les règlemens qui la concernent,… (plusieurs éditions dont la seconde édition augmentée, Nicolas DELAMARE, tome premier, Amsterdam, 1729. Voir Livre Toisième-Des Mœurs-Titre Premier-Du luxe dans les Habits, les Meubles, les Equipages, et les Batimens). Chapitre premier. Du luxe en général.

3 Lire la contribution de Benoist PIERRE, “L’habit faisait-il le moine ? Le paraître des religieux au temps de la réforme catholique (France, Italie)”, pp. 151-164 dans Paraître et apparence en Europe occidentale du Moyen Age à nos jours, Septentrion, 2008.

4 Lire, de Christophe LOSFELD, Politesse, morale et construction sociale. Pour une histoire des traités des comportements (1670-1788), Paris, Champion, 2011. Pour l’un de ces Traités, réédité, Antoine de Courtin, Nouveau traite de la civilité qui se pratique en France parmi les honnêtes gens, notes et présentation par Marie-Claire GRASSI, Université de Saint-Etienne, 1998.

5 Genèse, 2, 25.

6 Sur ce thème, très dévêtu, lire la contribution de François GARNIER, “De la tunique d’Adam au manteau d’Elie”, pp. 287-294, dans Le vêtement. Histoire, archéologie et symboliques vestimentaires au Moyen Age, Cahiers du Léopard d’or, 1989. L’ouvrage contient de nombreuses contributions, qui éclairent bien des aspects liés à la tenue.

7 Timothée est dans la tradition chrétienne un personnage qui agit dans l’orbite de Paul Apôtre. Pour la citation, Première épître de Paul à Thimothée, “les devoirs des femmes”, 2, 9. La suite est ainsi rédigée, “Que la femme écoute en silence, avec une entière soumission”.

8 MOLIÈRE, Le Tartuffe ou l’imposteur, III, 2. Première représentation de la comédie en 1664.

9 Voir www.inf-fni.org Version française possible. Les “événements malheureux” sont évoqués dans le compte-rendu du 60e anniversaire de la Fédération (donc en 2013).

10 JT, “Professeur Thorax” comme disaient alors ceux qui se moquaient des postures de culturistes survitaminés des statues de l’auteur. Arno Breker est d’une autre trempe. Ayant vécu longtemps à Paris avant la guerre, il sut se créer des amitiés durables dans des milieux très divers. Avec l’un de ses commanditaires, Albert Speer, il est de la visite à Paris d’Adolf Hitler en juin 1940 (cliché célèbre pris du Trocadéro vers la Tour Eiffel). Voir le site du musée qui lui est consacré (avec en bonne place une phrase élogieuse de Cocteau), www.museum-arno-breker.org.

11 Jean COCTEAU, Journal (1942-1945), Collection blanche Gallimard, 1989. 16 mai 1942 pour la citation.

12 Le Foro portait originellement le nom de Mussolini. Il a été utilisé, modifié, lors des Jeux Olympiques de Rome (1960). L’EUR est le quartier, au sud de Rome, qui devait être la vitrine du fascisme triomphant pour l’Exposition Universelle de 1942 tenue à Rome (d’où l’acronyme).

13 On n’oublie pas aujourd’hui de relever l’essor militant du “burkini” dans certains cénacles. Il permet enfin des immersions islamiques dans l’élément liquide et marin.

14 Du titre de l’ouvrage de Jean FOURASTIÉ, Les Trente glorieuses, Fayard, 1979, titre devenu presque emblématique d’une époque d’hier où le plein emploi et la croissance étaient la norme, une norme pensée par certains comme éternelle.

15 KPD, Parti Communiste Allemand. Les mouvements politiques de droite et de gauche sont en uniforme, ou portent des signes d’uniforme sous la République de Weimar.

16 Brave New World, Le meilleur des mondes, roman d’anticipation d’Aldous HUXLEY paru en 1932. Angoissant…

17 Lire par exemple, de Valérie DIONNE, “La résonnance des lois somptuaires dans les Essais de Montaigne : Réflexions sur les paradoxes du luxe.”, publication du Groupe de Recherche sur les Entrées Solennelles, GRES, 2003. Le GRES est intégré dans l’Université Concordia (Montréal, Canada), et publie essentiellement en version électronique. Voir www.concordia.ca

18 Mariane COUDRY, “Loi et société : la singularité des lois somptuaires de Rome, dans Cahiers du Centre Gustave Glotz, 2004, volume 15, no 1, pp. 135-171. L’A. fait d’ailleurs lien et comparaison avec les prescriptions grecques en la matière, par ex. sur la parure féminine, pp. 137-138.

19 Ordonnance, 1485, 7 décembre, Melun, Charles VIII.

20 Ainsi Nicolas DELAMARE, Traité…, o.c. affirme-t-il justement que sous la monarchie de la Troisième race, rien ne se fait en la matière avant Philippe le Bel. De là la suite des choses.

21 Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, année 1854, volume 15, no 15, pp. 176-181, “Ordonnance somptuaire inédite de Philippe le Hardi”, par Henri DUPLÈS-AGIER. Le texte est en français du moment, “C’est li establissement que li rois Philippes de France fit au pallement de la Pantecousthe” (soit le 21 mai 1279).

22 “Il est ordonné que nul, ni duc, ni comte, ni prélat, ni baron, ni autres, soit clerc, soit laïc,…”. Le vair est une fourrure grise (dos) et blanche (ventre) de l’écureuil petit-gris. Une telle pelisse était spécialement destinée aux dignitaires et autres puissances. Pour plus ample informé sur l’histoire de notre langue, et l’étymologie, www.cnrtl.fr, entrez le mot. L’aune est quant à elle une mesure non décimale, spécialement dédiée à l’estimation des étoffes. L’aune de Paris fait trois pieds, sept pouces et dix lignes, pour nous 1,18m. Le système monétaire de l’époque (et jusqu’au système décimal de la Révolution) est construit sur une base duodécimale (un sou = douze deniers), et vigésimale (une livre tournois-la monnaie du roi=vingt sous). Donc une livre-#-=240 deniers.

23 Multiples exemples. Parmi eux, La conférence des ordonnances royaux distribuée en XII Livres à l’imitation du Code de l’empereur Justinian …, 2 tomes, par Pierre GUENOIS, Paris, 1617. Les matières qui nous intéressent sont celles du Tome II, Livre XI, Titre X, “Des habits de drap d’or, d’argent et soye prohibez”, pp. 1185-1194. Traité…, o .c.

24 Ordonnance de Philippe le Bel, 1294, reprise par le Recueil curieux de pièces originales, rares ou inédites, en prose et en vers, sur le costume et les révolutions de la mode en France, Paris, 1852 (l’auteur, Paul LACROIX, se donne le pseudonyme de “Bibliophile Jacob”).

25 Ordonnance, 1583, 24 mars, Paris, Henri III pour les citations.

26 Les deux citations prises dans l’ordonnance de juillet 1601, Paris. Henri IV dit : “Il ne dépend qu’à tenir la main à l’abolition des mauvaises coutumes”.

27 Abraham Bosse (1602-1604 ?-1676). On renvoie à la très belle exposition de la BnF et du musée des Beaux-Arts de Tours (avril-juillet 2004), www.expositions.bnf.fr, qui offre un parcours très évocateur de l’homme, de ses talents d’artiste et d’auteur, de son époque, des tensions qu’elle a connues-Abraham Bosse est protestant de surcroît). Se délecter, pour savoir ce qu’est la mode de l’époque, de l’ouvrage d’Abraham B., Le jardin de la noblesse françoise dans lequel ce peut cueillir leur manière de vettements, Paris, 1629.

28 Légende du Courtisan, eau-forte s.d., vers 1630 (sans doute entre les O. de 1629 et 1633, comme le suggère la légende faite pour la présentation).

29 Ordonnance, 1573, 25 février, Paris, Henri III. Le substantif contemnement est l’équivalent, en moyen français, de ce qu’est le terme mépris en français moderne. Il y a donc de la part du rédacteur de l’O. la volonté de renforcer son propos par cette figure de style.

30 Pour le texte intégral, (long, 222 lignes, il est vrai de taille inégale) voir le Recueil des pièces en prose les plus agréables de ce temps, composées par divers autheurs (quastrième partie), Paris, de Sercy, 1661 (il existe plusieurs éditions). Remerciements par ailleurs à une collègue passionnée de travaux de dentelle, qui n’a pas manqué de m’éclairer sur ces belles choses de l’industrie humaine, et sur ce texte.

31 Pour le castor, Traité…, Livre III. Titre I. Chap. VI., p. 376, “Le commerce du Canada qui commençoit en ce temps à s’établir, nous en fit venir des peaux de castor, et fit naître l’usage des chapeaux de poil, qui se vendoient un prix excessif.” Entrée en matière avant la Déclaration du roi du 26 octobre 1656.

32 Très longue énumération (on n’en a donné qu’une fraction ici) dans la Déclaration du 18 juin 1663 donnée à Paris.

33 Certaines publications citent le chiffre de onze ordonnances relatives aux prohibitions vestimentaires. C’est faire bon marché des ordonnances rectificatives et autres édits. Ce chiffre provient de recueils d’ordonnances, qui n’ont retenu (certes à juste titre) que les plus notables ou caractéristiques.

34 Formulation très souvent rituellement placée en tête du dispositif des textes somptuaires. Pour un exemple plus ancien, Charles VIII, 1485, 17 décembre, Melun, “parquoy et aussi que tels abus sont deplaisans à Dieu nostre createur, fust ia pieça par noz prédecesseurs defendu et prohibe de porter vestemens et habillemens de drap d’or, d’argent et de soye”.

35 Passage très souvent mis en avant des Evangiles, chez Marc, 10, 25 ; mais aussi chez Matthieu et Luc.

36 Traité … o.c. Entrée en matière du Traité, Livre III-Des Mœurs, Titre I, Du luxe dans les Habits.

37 Le roi de guerre. Essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, Payot, première édition 1993, seconde 2000, par Joël Cornette ; voir pour une illustration en trois dimensions la statue équestre de Louis XIV en empereur romain, place des Victoire à Paris, Ier arrondissement. Ce que l’on peut voir est une sorte de seconde génération inaugurée en 1822, la première statue ayant été fondue en 1792. Monument classé MH en 1992.

38 Ordonnance, 1576, juillet, Paris, Henry III.

39 Ordonnance, 1583, 24 mars, Paris, Henri III.

40 Déclaration du roi, 1633, 12 décembre, Louis XIII.

41 Ordonnance, 1656, 29 octobre, Paris, Louis XIV.

42 Ordonnance, 1664, 27 mai, Paris, Louis XIV.

43 Ordonnance, 1656, 29 octobre, Louis XIV.

44 La conférence, o.c., p. 1185, en marge.

45 Ordonnance, 1601, juillet, Paris, Henri IV.

46 Déclaration, 1664, 30 décembre, Louis XIV.

47 Ordonnance, 1573, 15 février, Paris, Charles IX.

48 Ordonnance, 1576, juillet, Paris, Henri III.

49 Les edicts et ordonannces des roys de France, depuis l’An 1226 jusques à présent,… divisées en cinq livres, par Pierre REBUFFI, Lyon, 1575, Livre IIII, Des choses politiques, Titre VI, De la réformation des habits de drap d’or, d’argent et de soye, “Défenses à tous les sujets du roi ne porte d’or, d’argent, de soye, ne bordures, exceptez les enfants de France. François 1 En l’an 1543”. 1543, 8 décembre, Fontainebleau.

50 Ordonnance, 1561, 22 avril, Fontainebleau, Charles IX.

51 Ordonnance, 1549, 12 juin, art. 3, Paris, Henri II. Itérative prohibition de ne porter habillements de drap d’or, d’argent et de soye.

52 Il y a beau temps aujourd’hui que l’hermine ne laisse plus sa peau sur les tenues de présidents de cour d’Appel, et autres épitoges. Le lapin pourvoit très bien à cela, pour un coût beaucoup plus raisonnable. On dit juste aujourd’hui “une épitoge herminée”.

53 Ordonnance, 1563, 17 janvier, Charles IX.

54 Interprétation et ampliation de l’art. 11 de l’ordonnance du 22 avril 1561. 1563, 10 février, Fontainebleau.

55 La femme est par excellence prête à succomber à l’atteait des beaux atours, lire Yannick BARRÉ, Université du Québec-Montréal, “Le luxe comme vice féminin dans la Remontrance charitable et les lois somptuaires du XVIe siècle.”, publication électronique dans les Cahiers du GRES (cf. supra note 17).

56 Ordonnance, 1583, 24 mars, Paris, Henri III, art. 13.

57 Louis XII (1462-1515) Père du peuple, preuve d’estime que lui délivrent les États généraux tenus en 1506. Le même a accru la poussée française vers l’Italie, constante de la politique extérieure du royaume depuis son prédécesseur Charles VIII, jusqu’à Henri II. Pour la citation, ordonnance, 1485, 17 décembre, Paris.

58 Ordonnance, 1547, 19 mai, Saint-Germain-en-Laye, Henri II.

59 Itérative prohibition,… 1549, 12 juillet, Paris, Henri II.

60 Ordonnance, 1601, juillet, Paris, Henri IV.

61 Ordonnance, 1644, 31 mai, Paris, Louis XIV.

62 Ordonnance, 1563, 17 janvier, Paris, Charles IX.

63 Cette disposition est intégralement reprise, hors le montant de l’amende-200# contre 300#, de la formulation de l’ordonnance de Charles IX, 22 avril 1561 ; de celle du 17 janvier 1563,…

64 Ordonnance, 1661, 27 mai, Paris, Louis XIV.

65 Ordonnance, 1561, 17 janvier, Paris, Charles IX. On ne sait s’il s’agit de sous tournois ou parisis. De toute manière, on est à trois livres d’amende.

66 Ordonnance, 1677, 5 juin, Paris, Louis XIV.

67 Ordonnance, 1543, 8 décembre, Fontainebleau, François Ier.

68 Déclaration du roi, 1675, 7 mai, Paris, Louis XIV.

69 Ordonnance sur le taux et l’imposition des soyes, florets, fillozelles entrant dans le Royaume, 1563, janvier, Paris, Charles IX.

70 Ordonnance, 21 janvier 1563, Paris, Charles IX.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search