Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le vêtement saisi par le droit

 | 
Alain Pousson

Chapitre I. Le vêtement symbole

Les parures liturgiques du pouvoir

Usages pratiques et codifications symboliques du vêtement par le Président de la République

Denis Fleurdorge

Texte intégral

Préalable. Un petit souvenir de campagne

1Il y eut d’abord la transformation du corps profane par la perte de quelques kilos et une légère coloration des cheveux. Puis la parure austère du pouvoir apparut : les costumes se sont assombris (noir, anthracite, bleu nuit), les chemises sont devenues plus systématiquement blanches, les cravates sobres (unies ou bicolores), de nouvelles montures de lunettes plus effacées pour ne pas marquer le visage. Banalité ou artifice des apparences ? Certainement pas, il s’agit bien d’une authentique métamorphose d’un élu local en prototype affirmé d’homme d’État par un usage symbolique du corps. François Hollande, homme secret aux rondeurs joviales et à l’humour à fleur de lèvres, impose progressivement sa nouvelle stature. Un pas plus décidé, des gestes plus posés, une manière de tourner lentement la tête en veillant à toujours relever le menton. Le sourire est plus contenu et le regard se veut bienveillant. Prendre un temps avant de répondre aux questions achève l’accomplissement de sa nouvelle gestuelle.

2À travers cette description sommaire, François Hollande prépare son masque du pouvoir. Ce n’est pas celui du mensonge ou de la dissimulation. Il s’agit encore moins d’une trahison de lui-même, mais une manière de devenir Autre. Tel un nouvel alliage sortant de l’Athanor, François Hollande offre le résultat de sa lente “digestion symbolique”. Si le vrai visage de François Hollande n’existe pas, puisque atteindre le vrai est une illusion, ce qui importe c’est la figure acceptable d’une incarnation possible d’un pouvoir démocratique accepté. Ainsi l’idée de l’importance de la “révélation” d’une trilogie indéfectible avec le vêtement, l’ornement, et le corps, s’impose dans la mise en scène du pouvoir présidentiel.

Introduction. La parure ou l’effacement du corps

3Dans les différents aspects des apparitions et des représentations présidentielles, il convient de souligner la nécessité de ne jamais se départir non seulement de la maîtrise d’une fonction d’autorité et de la maîtrise d’un personnage, mais aussi de la maîtrise d’une apparence au service d’une gestuelle et d’un style. Au-delà de cette nécessaire prise en considération formelle, il est possible de condenser cette “réalité politique” sous la notion de parure. La parure permet d’offrir une cohérence et une compréhension dont les différentes modalités sont les vêtements (costume de ville, uniforme, habit de cérémonie, smoking, etc.), les ornements (décorations, montres, lunettes, bijoux, etc.), les soins du corps (maquillage, coiffure, manucure, soins corporels au sens large). Ainsi le vêtement présidentiel ne peut non seulement pas être isolé de l’usage et de la codification des artifices de la parure, mais aussi du contexte de son expression et de sa manifestation. Il s’agit d’un “fait total” qui constitue autant les signes contribuant à la structuration des apparitions présidentielles qu’au subtil passage de “l’état de nature” à “l’état de culture”.

  • 1 G. SIMMEL, “Psychologie de la parure” in La parure et autres essais (Paris, Editions de la Maison (...)

4La neutralité de la parure présidentielle pourrait se définir dans la volonté de “plaire sans plaire”. De sorte qu’un tel “excès” de neutralité devient sens à part entière : se distinguer par l’absence de distinctions. Comme nous le verrons dans l’analyse qui suit, cette place de la parure dans la représentation présidentielle utilise différents supports, mais ce qui frappe au premier abord, c’est que certains éléments, quasi insignifiants — pas de superflu, pas d’excentricité, pas de rupture, suffisent à faire sens de la banalité (le costume de ville) et de la neutralité (couleurs foncées). Il existe bien “un rayonnement de la parure” pour reprendre l’expression de Simmel1, mais qui, dans le cas singulier du président de la République, n’est pas autonome, comme pouvaient relativement l’être les parures monarchiques. Il s’agit d’un ensemble plus vaste qui s’inscrit au cœur de la représentation en associant différentes composantes comme une nature spécifique du message présidentiel, comme une gestuelle convenue et convenable, comme la place donnée aux principaux acteurs, et enfin comme la qualité même de la cérémonie.

  • 2 On notera la “barbe de trois jours” savamment entretenue par Nicolas Sarkozy dans sa nouvelle vie (...)
  • 3 G. SIMMEL, “La mode” in La tragédie de la culture et autres essais (Paris, Éditions Rivages, 1988) (...)

5Le passage de “l’état de nature” à “l’état de culture” n’est pas une simple formule. Le corps doit être préparé dans un lieu spécifique, clos, intime, où, au-delà de simples considérations d’hygiène et de propreté, se dessine l’idée d’une transformation du corps. Un corps ne peut s’offrir tel quel aux autres, il doit être préparé. Il s’agit bien d’une véritable métamorphose. Un président de la République n’échappe pas à cet “ordre des choses”. Que penserait-on d’un président en jeans et baskets, les cheveux longs et le visage “mangé” par une barbe naissante2 ? Savoir que le président “modèle” son apparence peut témoigner en faveur de l’idée qu’il existe une norme sociale, implicite ou explicite, faite de règles sociales mais aussi d’attentes. Plus largement cette question du vêtement du pouvoir rejoint une dimension fondamentale, posée par Simmel, qui est que “toute l’histoire de la société a pour fil le combat, le compromis, les diverses conciliations, lentement acquises et vite perdues, entre la tendance à fusionner avec notre groupe social et la tendance à s’en dissocier individuellement3

  • 4 On peut noter que le président de la République ne porte jamais de gants.

6Ce “souci du corps” est un souci du corps propre, lisse et net. Il est relativement récent dans l’histoire des représentations présidentielles — cela ne sous-entend pas que les présidents de la République furent à un moment de l’histoire sales et négligés. Ainsi la stricte nécessité de l’hygiène s’est déplacée vers un usage codifié et mesuré de la cosmétique, et parfois d’un discret emprunt aux codes de la mode. En général, les soins du corps renvoient à une conception minimaliste, à la fois technique et idéale, que s’en fait l’homme moderne occidental, et leurs normes sont fondées d’une part sur des considérations d’hygiène (techniques) et un modèle de virilité (idéale). L’hygiène occidentale passe par la propreté. Concrètement ce sont les phanères (cheveux, poils, ongles) qui doivent être l’objet de soins attentifs. Les cheveux sont coupés courts avec les oreilles et la nuque dégagées. L’aspect doit donner une impression de plaqué sans frange, ni mèche pour éviter tout “désordre” capillaire. Le visage est rasé de près en toutes occasions (les présidents de la Vème République ne portent ni barbe, ni moustache). Parfois il arrive que le président soit obligé de se raser plusieurs fois dans la journée lorsqu’une journée comporte un nombre important de cérémonies et se termine par un dîner tardif, ou encore pendant un voyage officiel à l’étranger (temps du voyage cumulé aux représentations protocolaires). Les ongles sont nets et parfois manucurés, ce détail est particulièrement important lors d’éventuels “plans rapprochés” au moment de la signature d’accords ou de traités, ou encore à l’occasion de déjeuners4. Le président est avant tout une tête avec des mains. D’une certaine manière, le corps présidentiel est effacé au profit des extrémités qui entrent comme un support d’expression dans les représentations officielles, d’où une attention toute particulière portée à leur présentation.

  • 5 G. SIMMEL, Secret et sociétés secrètes (Paris, Circé, 1991), p. 53.

7Mais ce qui constitue une conception du détail et d’un excès de neutralité — tenue rigoureuse du corps, soins du visage et des mains, peu ou pas d’ornement, n’échappe pas à une forme de séduction. Il n’y a pas de contradiction entre une volonté de plaire et la manifestation rigoureuse d’une “image du pouvoir”. La parure présidentielle conserve néanmoins en creux l’idée que “(…) plaire devient alors un moyen au service de la volonté de puissance ; bien des âmes connaissent alors cette étrange contradiction : les hommes au-dessus desquels elles s’élèvent, avec leur être et leur faire, leur sont justement nécessaires pour qu’elles puissent édifier leur conscience de soi sur le sentiment d’infériorité qu’elles inspirent5”.

I – SI “L’HABIT NE FAIT PAS LE MOINE”, LE RÉGIME POLITIQUE FAIT-IL LE VÊTEMENT ?6

  • 6 Voir sur cet aspect du costume l’ouvrage de D. GAULME et F. GAULME, Les habits du pouvoir. Une his (...)
  • 7 Hitler opte pour une tenue “brune”, chemise comme le reste de son uniforme. Il s’agit d’une compos (...)
  • 8 Mussolini utilise une composition sur la base de l’uniforme de Caporal d’honneur de la Milice. Il (...)

8Les régimes non démocratiques nous donnent à voir des traditions vestimentaires contrastées et parfois cocasses. Hitler7 et Mussolini8 oscillent entre l’expression d’un homme viril et martial. Franco et Pinochet sont aussi dans cette lignée de l’uniforme militaire. Staline et Mao opteront pour des tenues plus prolétariennes. Le “Petit père des Peuples” offre une apparence entre uniforme militaire et vêtement de travail, sorte de tunique à col droit avec des poches de poitrine et des gros boutons. Le “Grand Timonier” est dans la même disposition avec une tenue grise auquel s’ajoute une casquette assortie. Fidel Castro s’inscrit dans un héritage composite non seulement prolétarien (tendance révolutionnaire dans la forêt), mais aussi une apparence martiale plus marquée avec les accessoires symboliques indispensables : le cigare et le pistolet révolutionnaire. Le dépouillement prolétarien se retrouve aussi chez Kim Il Sung puis Kim Jong Il.

  • 9 Dans toutes ses compositions Kadhafi utilise et décline le symbole de l’Afrique (en imprimés, en b (...)
  • 10 Si le keffieh est la coiffe traditionnelle des paysans du Moyen-Orient (Irak, Jordanie, Palestine, (...)

9L’incongruité parfois la plus débridée peut s’exprimer, avec le cas d’Idi Amin Dada lors de son sacre dont les fastes vestimentaires s’inspiraient directement de ceux en usage sous le 1er Empire. Le colonel Kadhafi, reste un cas d’école, hormis sa traditionnelle tenue de “colonel d’opérette”, il utilisait des compositions étranges mêlant l’incongru d’un folklore (plus ou moins) local et d’une symbolique africaine9 : touriste (chemise à fleurs et bob), mafioso (costume blanc), conquérant du désert (large drapé bédouin), roi d’Afrique (boubou et tenues chamarrées). La liste n’est pas exhaustive mais témoigne d’une volonté d’incarner selon les circonstances (discours fleuves au peuple, visites officielles, intervention pour l’Organisation Africaine) l’image d’un “guide suprême” pour la Lybie ou l’ensemble du continent africain. Enfin le vêtement peut-être plus explicitement et essentiellement symbolique en se réduisant à une unique pièce. On peut prendre l’exemple du Keffieh de Yasser Arafat dont le drapé symbolisait les contours de la Palestine10.

10Cette présentation non exhaustive souligne que la tenue vestimentaire permet d’indiquer, toute proportion gardée, une “certaine nature” du pouvoir. En France, la compréhension de la parure s’enchâsse dans l’Histoire. Sans remonter à Vercingétorix, l’acmé d’une extrême codification du vêtement du pouvoir se situe dans l’autonomie symbolique du vêtement royal, certes vêtement symbolique mais recouvrant aussi une forme de qualité du rapport social par la sujétion absolue au roi et l’étiquette d’une société de cour.

  • 11 Le portrait de Louis XIV en costume de sacre fut peint en 1701 sur commande du monarque lui-même.

11L’Ancien Régime est sans doute la période de l’histoire de France qui sut porter à son plus haut degré de sophistication le principe de mise en scène du pouvoir. Dans cet ordre du paraître, les manières de se vêtir obéissaient à des règles et des codifications strictes. Tenir son rang sans concurrence et marquer son pouvoir sans partage deviennent la préoccupation du roi et des gens de cour. L’illustration banale retiendra le célèbre tableau de Hyacinthe Rigaud11 représentant “Louis XIV en costume de sacre”. Tableau infiniment commenté dont il faut retenir la subtilité de la mise en scène par une idéalisation du pouvoir exprimant le réalisme de la fonction “absolue” de monarque.

12En laissant de côté l’esthétique de cette œuvre, un regard sociologique permet de décrire les habits du pouvoir sous la monarchie comme l’expression réelle d’un prestige, et en même temps comme l’instrument complexe d’un pouvoir combinant une autorité humaine et une autorité d’origine divine. De sorte que chaque signe vestimentaire du pouvoir marque d’une certaine manière le caractère “extra-ordinaire” de ce pouvoir : sa rareté avec des soieries, des broderies, des passementeries ; sa richesse avec l’or, l’argent, le diamant, l’hermine ; sa distinction avec des couleurs réservées comme le bleu ou des signes distinctifs avec la fleur de lys ; son autorité universelle avec des “objets-accessoires” comme la couronne, l’épée, le collier de l’ordre du Saint-Esprit, la main de justice, le globe et le sceptre. Le vêtement du système monarchique est non seulement univoque mais aussi il agit comme un élément diacritique du paraître monarchique dans la mesure où se modifient les rapports de sujétions (le roi et ses courtisans), où il évite toutes ambiguïtés de statut, où il permet une lecture précise de l’incarnation réelle du pouvoir.

  • 12 Entre 1664 et 1764 la France se couvre de manufactures royales dans différents secteurs d’activité (...)
  • 13 Dans un registre anecdotique, il convient de noter que le chausseur de luxe Christian Louboutin si (...)

13Le vêtement royal est là pour signifier le pouvoir monarchique. Il s’inscrit dans une véritable mise en scène théâtrale offrant un raffinement dans une forme de distinction absolue. Mais il est aussi une vitrine des pratiques techniques d’une époque. Louis XIV est vêtu avec ce que l’on produit de mieux en France : le jabot et les manchettes sont en dentelles au point d’Alençon (pour concurrencer le point de Venise) ; les culottes courtes rhingraves sont taillées dans un brocart de Sedan en soie rehaussée de motifs brodés d’or et d’argent ; les jambes sont galbées dans des hauts de chausses en soie des ateliers royaux (manufactures royales des points de France)12 ; le manteau de velours bleu azur est doublé d’une fourrure d’hermine et brodé de fleurs de lys ; les chaussures avec des nœuds en aile de moulin sont rehaussées de boucles en diamant et à hauts talons rouges13 (privilège royal). Ces quelques éléments énumérés témoignent d’une volonté de parfaire la mise en majesté du roi et le caractère univoque de sa souveraineté.

  • 14 G. SIMMEL, “La mode” in La tragédie de la culture et autres essais (Paris, Editions Rivages, Paris (...)

14Si la mode semble parfois une notion propre à notre époque contemporaine, il est essentiel que le roi apparaisse comme un homme de son temps. Il porte donc tout ce qui est ou peut être perçu comme le plus “moderne” pour son époque. C’est le mélange d’une sorte d’exposition d’un artisanat à la française et d’une manière d’offrir les références d’une imitation sociale comme frontière des rapports sociaux de sujétions. La dialectique de l’imitation offre l’expression d’un jeu subtil entre le roi et sa cour, entre son pouvoir et la nécessaire déférence curiale qu’il est en droit et en devoir d’exiger. Le courtisan imite le roi mais comme le souligne Simmel, “en imitant, nous renvoyons à autrui l’exigence d’énergie productive, mais en même temps aussi la responsabilité de ce qui se fait ; l’imitation délivre donc l’individu des affres du choix, le signale comme créature d’un groupe, comme le réceptacle de contenus sociaux14”. Ainsi on peut imiter le roi mais jamais le dépasser.

II – DE L’HABILLEMENT À L’ACTE DE VÊTEMENT EN DÉMOCRATIE

  • 15 C. LEFORT, Essai sur le politique. XIXème et XXème siècles (Paris, Seuil, 1986), p. 28.

15Cette banalisation du vêtement n’est paradoxalement pas banale. Elle rejoint la question centrale concernant toutes les formes de représentation du pouvoir démocratique. Dans ses travaux sur la Démocratie, Claude Lefort a parfaitement posé les enjeux symboliques de la démocratie : “La société démocratique s’institue comme société sans corps, comme société qui met en échec la représentation d’une totalité organique15”. Ainsi la question de l’incarnation du pouvoir devient un perpétuel combat entre le symbolique et le réel. Tout homme politique doit exister comme un élément fédérateur des attentes politiques. Entre essence et existence du pouvoir. L’instabilité inhérente au modèle démocratique et en même temps la garantie d’une certaine manière de son fonctionnement : éviter la personnalisation outrancière et excessive du pouvoir. Ainsi la question de l’incarnation du pouvoir devient une nécessité symbolique et personnelle. Dans le droit fil de cette exigence de tout régime démocratique, il est logique de comprendre que toute manifestation ostentatoire et spécifique dans l’usage vestimentaire ne peut pas être concevable de manière libre. Paradoxalement, la démocratie impose des règles tacites dans les manières de paraître et plus particulièrement de se vêtir pour ses représentants légitimes. Ainsi, de décennie en décennie une discrète tradition et des usages présidentiels se sont institutionnalisés.

16Il n’existe pas au sens strict de vêtements présidentiels, mais seulement par emprunt (la nature du vêtement) et par similitude (les usages sociaux). Dans une utilisation définie par la nature des représentations, le vêtement prend sens comme signe d’une individualité et comme signe à l’intérieur d’une situation donnée. De sorte que l’utilisation circonstancielle et circonstanciée du “vêtir cérémoniel” du président de la République attribue au vêtement trois propriétés particulières : le vêtement proscrit autant qu’il prescrit des gestes et des attitudes ; le vêtement permet l’inscription dans une tradition en termes de validation, comme par exemple l’instauration par Georges Pompidou du smoking pour les réceptions officielles, ou encore l’utilisation du costume de ville par Valéry Giscard d’Estaing pour les cérémonies de passation de pouvoir ou la photo officielle ; le vêtement permet aussi de cacher ou de valoriser des parties du corps : effacer des rondeurs, allonger une silhouette, donner du relief au visage, etc.

  • 16 E. HAULOTTE, Symbolique du vêtement selon la Bible (Paris, Aubier, 1966), p. 11.

17Il est facile de constater une pratique constante dans les tenues vestimentaires présidentielles avec la réservation de tels vêtements ou accessoires à telle ou telle situation. Se pose alors le problème de la valeur symbolique de cette pratique. Au-delà de la fonction première de protection du vêtement, il convient d’établir un deuxième niveau de sens affirmant l’importance sociale du vêtement comme le résume parfaitement Edgar Haulotte : “le souci de se vêtir est au centre des préoccupations d’une communauté humaine qui veut se maintenir au niveau des grandes cultures internationales. Très tôt, le port du pagne ne suffit plus. Les princes du peuple, le corps sacerdotal, ceux qui remplissent des fonctions importantes et les notables veulent manifester leur rang par la distinction et par la richesse du vêtement. Son caractère propre est de donner à la personne une représentativité éclatante au premier regard16”. Le premier regard importe pour établir une forme de distinction sociale et son attestation.

  • 17 R. BARTHES, Histoire de la sociologie du vêtement, Annales no 3, juillet-septembre 1957.
  • 18 J. CAZENEUVE, Sociologie du rite (Paris, PUF, 1971), p. 15.

18La codification vestimentaire participe à la mise en scène du pouvoir par le simple fait qu’il est vu et qu’il est lu. Il est vu, sous son apparence immédiate, et à ce niveau, propose un ensemble de “micro-indices”, révélateurs d’une position individuelle en termes de différenciation signalétique : sexe, âge, utilité (vêtement de travail ou de sport, par exemple), etc. Il est lu, c’est-à-dire interprété, comme marque d’une position ou d’une “image sociale” : appartenance, rang (hiérarchie), privilège, etc. Ainsi, comprendre le vêtement à partir d’échanges sociaux, en termes de distinctions et d’ordonnancement des groupes sociaux, contribue à dresser une “cartographie” de la gestion et du contrôle des apparences dans un souci de lieu de définition d’une reconnaissance sociale, de mise en œuvre de prérogatives et maintien d’égards et, plus accessoirement, d’une manière de “se poser”. Roland Barthes a souligné l’importance du passage de l’habillement (de “l’objet vêtement”) au costume (c’est-à-dire à “l’acte de vêtement”)17, acte par lequel l’objet vestimentaire servant à protéger le corps devient un signe collectif reconnu comme valeur et comme norme d’un groupe social donné. Il s’agit là d’un premier niveau d’analyse sociologique du vêtement auquel il convient d’ajouter la question de son usage strictement rituel. Pour Jean Cazeneuve, “L’usage de porter tel ou tel vêtement ne peut être qualifié de rituel que s’il a une signification que ne comporte pas le seul besoin de se vêtir, s’il s’agit par exemple d’un vêtement sacerdotal18”. Cette réflexion apporte un éclairage supplémentaire quant à l’importance qu’il convient d’observer face à une spécificité et une autonomie du vêtement présidentiel.

III – LE VÊTEMENT PRÉSIDENTIEL OU DE L’INDISTINCTION DISTINCTIVE

19Paradoxalement cette “indistinction distinctive” n’est valable qu’en apparence et pour un regard profane. La distinction est subtile et repose sur la qualité du vêtement. Les vêtements présidentiels sont effectués le plus souvent sur mesure et dans des matières nobles (la soie, le cachemire, la flanelle, la laine, le lin). Le port du costume de ville, d’usage relativement courant dans la vie quotidienne, peut néanmoins représenter une certaine frontière entre catégories socio-professionnelles, frontière notamment entre professions “manuelles” et “non manuelles”.

  • 19 En 1983, l’hebdomadaire Paris-Match (no 1777 du 17 juin 1983) s’est livré à une estimation quantit (...)

20Le mardi 29 janvier 2008 eu lieu à l’hôtel Drouot-Richelieu, sous les bons offices de l’Etude Tajan (Commissaire priseur), une vente aux enchères aussi particulière qu’exceptionnelle. En effet ce jour là “la garde-robe présidentielle et souvenirs de la présidence de Monsieur François Mitterrand” furent offerts à la convoitise argentée des collectionneurs et des admirateurs les plus fervents. Le catalogue de cette vente constitue une source intéressante de la composition d’une garde-robe présidentielle. L’apparente banalité d’un costume de ville, d’une chemise, d’une cravate ou encore d’une paire de chaussures prend une toute autre dimension à la lecture des marques ou des références des fournisseurs19. Il est possible d’établir une distinction entre trois niveaux de luxe : les tailleurs à façon offrant du sur mesure, le prêt-à-porter de luxe, et plus marginalement la haute couture.

  • 20 Adriano Cifonelli est une marque familiale fondée en 1860 par Giuseppe Cifonelli à Rome. En 1926 u (...)
  • 21 La maison Thuillier fondée en 1930 est spécialiste des chemises sur mesure. François Mitterrand en (...)
  • 22 La Maison Charvet fut fondée en 1838 et s’installera définitivement en 1965 au 28 de la Place Vend (...)
  • 23 La Maison Alfred Berteil fut fondée en 1840. C’est d’abord un chapelier (qui forma Borsalino) four (...)
  • 24 Maison fondée en 1971 par Yohji Yamamoto.
  • 25 Maison fondée à Paris en 1837 par Thierry Hermès.
  • 26 J. M. Weston est une marque française contrairement à ce que laisse supposer la consonance anglo-s (...)
  • 27 Pour l’anecdote on peut noter que figure au catalogue des ventes la robe d’avocat Nino Cerruti (Ma (...)

21Ainsi on peut retenir que François Mitterrand développa une fidélité indéfectible aux costumes du tailleur Adriano Cifonelli20, aux chemises sur mesures de Robert Thuillier21 et Charvet22. Le prêt-à-porter de luxe avec les costumes et les vestes de chez Berteil23, les cravates Halston. Et plus marginalement la haute couture avec des costumes Thierry Mugler, Yohji Yamamoto24, Jean-Charles de Castelbajac ou encore les cravates Christian Dior, et Hermès25. Il convient de noter aussi que tous les costumes sont aux marques de son possesseur : “F. Mitterrand”, “Mitterrand”, “FM”, “M” ; et portent à leur revers gauche les insignes de Grand-Croix de la Légion d’Honneur. Pour les chaussures des Weston26. Et une paire de pantoufles Church’s en velours noir et roses rouges brodées27.

22Les autres présidents n’échappent à cette “débauche” discrète de luxe. Valéry Giscard d’Estaing faisait aussi réaliser ses chemises chez Thuillier et se chaussait de Weston. Jacques Chirac portait des chemises sur mesure Guy Laroche et aussi des chaussures Weston. Nicolas Sarkozy s’habillait essentiellement en costumes Dior ou Lanvin, mais aussi en costumes Prada, en polo Ralph Lauren et portait des chaussures Tod’s ou Loafers.

23Si les circonstances déterminent le port de tel ou tel vêtement, les vêtements permettent de marquer le caractère exceptionnel et solennel. Plus encore les vêtements présidentiels apparaissent comme signe diacritique : ils permettent une certaine distinction sociale sans excès ; ils permettent une lecture simple et acceptable du statut présidentiel ; ils évitent l’ambiguïté. Ce qui caractérise tous les présidents de la République, derrière une apparente neutralité et sobriété, c’est la dissimulation des “marques” (au double sens du terme) de la distinction sociale.

IV – LES USAGES PRATIQUES ET LA CODIFICATION SYMBOLIQUE DE LA GARDE-ROBE PRÉSIDENTIELLE

24Les différents aspects significatifs du vêtement : différenciation signalétique, image sociale, signe collectif de reconnaissance (en valeur et norme) et usage dans les représentations officielles conduisent à considérer la composition de la garde-robe présidentielle en fonction de la nature des actes accomplis par le président. Sous la Vème République, cette garde-robe se compose de cinq types de tenue vestimentaire : le costume de ville, l’habit, le smoking, la jaquette et l’uniforme. Nous ne sommes plus dans une simple forme d’habillement inhérente à une pratique cultuelle ordinaire mais bien dans un “acte de vêtement” pensé et finalisé en vertu de situations de pouvoir.

A – L’apparente banalité du costume de ville

  • 28 On peut remarquer que sous la IIIème République, l’usage présidentiel et ministériel était la redi (...)
  • 29 M. PASTOUREAU, Noir. Histoire d’une couleur (Paris, Seuil, 2008).

25Le costume de ville ou complet veston est la forme vestimentaire la plus courante depuis la fin de la IIIème République28. Le costume est “l’uniforme” des présidents, et pourrait apparaître banal au regard des pratiques vestimentaires quotidiennes. On peut le décrire comme étant constitué d’un veston simple ou croisé (rarement), d’un gilet (encore plus rarement), d’une chemise avec col et d’un pantalon droit. Les couleurs sont plutôt sombres : bleu (foncé, ciel, marine, de Prusse), gris (pâle, tourterelle, jaspé), anthracite, beige foncé, etc. Généralement de toutes ces couleurs, la plus essentielle est le noir. Cette couleur est importante, car elle marque une certaine neutralité. Historiquement, on peut dire que son développement en Europe occidentale (dans le nord de l’Italie, dans les Flandres, aux Pays-Bas) correspond, à partir du XIVème siècle, à la montée et à l’avènement d’une classe bourgeoise commerçante. La couleur noire symbolise, de manière ambivalente, un certain souci de se distinguer à la fois des classes aristocratiques et populaires, en même temps qu’elle confirme une certaine modestie. D’une certaine manière, le noir marque implicitement la richesse et le renoncement à une apparence fastueuse (refus de la couleur, de la décoration, des ornements, etc.). Ce choix de couleur vestimentaire, en fait de “non-couleur”, est le reflet des rigueurs protestantes originelles : rigueur dans le travail et rigueur dans la morale. L’historien Michel Pastoureau29 montre qu’originellement le noir fut la couleur de la mort, de l’enfer, des ténèbres et que progressivement elle va se banaliser tout en conservant sobriété et élégance sans se départir de son histoire l’associant à la symbolique de l’autorité et à la dignité.

26Si l’on s’attache à resituer avec plus de précision l’utilisation du costume dans les représentations présidentielles officielles à partir des couleurs, on peut mettre au jour une discrète codification symbolique qui tient compte de la nature de la cérémonie. Le choix du vêtement est, pour une large part, dicté par le contexte dans lequel il est porté et exige un soin tout particulier de la part des conseillers en communication du président. En bref, on peut retenir les constantes suivantes concernant l’habillement présidentiel : costume sombre (jamais de costume coordonné) ; chemise blanche (bleue dans certaines conditions, jamais de chemises rayées ou à motifs) ; cravate unie (noire, grise, bleue, rouge), seul motif utilisé : des rayures discrètes ou des répétitions de motifs dépourvus de toute connotation symbolique ; chaussures sombres avec lacets (jamais de couleurs vives, ou à deux couleurs, noir et blanc par exemple) ; limitation des accessoires vestimentaires à l’essentiel.

  • 30 Les cravates présidentielles sont parfois rayées et contiennent parfois des motifs dont le sens et (...)

27Ainsi par exemple, pour les cérémonies commémoratives (8 mai, 11 novembre) la tenue sera constituée d’un costume noir ou gris anthracite, d’une cravate sombre sans motifs30, d’une chemise blanche. Pour les cérémonies et actes ordinaires (Conseil des ministres, voyage en province, inauguration, etc.) le costume peut être bleu foncé ou clair, gris clair, beige foncé, avec une chemise blanche ou bleu ciel, et une cravate de couleur (couleurs dominantes : noir, bleu, rouge). Pour le 14 juillet costume clair (gris ou bleu) avec une chemise bleue et une cravate rouge ou une chemise blanche et une cravate bleue. La Fête nationale est le rare moment où le président essaie d’intégrer les couleurs nationales à sa tenue vestimentaire (le blanc et le rouge ou le blanc et le bleu). Pour les enterrements ou les remises posthumes de décorations, un costume noir est de rigueur, avec une chemise blanche et une cravate noire.

28Lors des apparitions télévisuelles, on peut distinguer deux cas de figure, pour les interviews le costume pourra être clair ou sombre, la chemise blanche mais souvent bleue car cette couleur est techniquement télévisuelle dans la mesure où elle ne donne pas l’impression de “baver” (les cravates rouges sont de ce point de vue à proscrire) ; pour les déclarations solennelles (vœux à la Nation, allocutions, etc.) la tenue sera celle des cérémonies commémoratives (costume et cravate sombres, chemise blanche). À cela, il faut ajouter des vêtements de circonstances destinés à se protéger du froid ou de la pluie : le manteau en laine ou l’imperméable de couleur foncée. Enfin, on notera que les vêtements portés par le président à l’occasion des voyages officiels ou d’État ne présentent pas de caractères particuliers et restent dans la ligne de ceux utilisés dans l’activité courante du président. On remarquera tout de même que dans les pays chauds la tenue peut être de tons pastels : bleu, gris, clair.

29Les autres éléments de l’habillement comme les chaussures et les chaussettes sont toujours dans les tons sombres, en harmonie avec le reste de la tenue. Les chaussures sont noires ou marrons foncées avec des lacets (pas de bottes, pas de mocassins, pas de chaussures de sport ou ouvertes). Les chaussettes sont noires, beiges, grises, bordeaux foncé (pas de couleurs vives), et sans motifs.

30En préambule a été évoquée, pour François Hollande, la nécessité de modifier son apparence vestimentaire. Cette modification peut être généralisée à l’ensemble des présidents lors de leur accession au pouvoir. Pour la campagne présidentielle de 1981 le publicitaire Jacques Séguéla fit changer l’intégralité de la garde-robe de François Mitterrand pour les costumes Marcel Lassance. En 1988, lors de sa campagne présidentielle, Jacques Chirac, sur les judicieux conseils de sa fille et conseillère en communication, n’hésita pas à se montrer sur des images publicitaires (panneaux d’affichage) vêtu d’un jeans, d’un polo et d’un sweat-shirt négligemment jeté sur les épaules et d’un casque de walkman sur les oreilles. L’image “jeune” ainsi obtenue avait pour destination un électorat appréciant peu les tenues vestimentaires strictes et austères. En fait, les effets d’une telle mise en scène ne furent pas ceux escomptés (anticonformisme), et le sentiment fut plutôt celui d’une dissonance voire d’une maladresse démagogique. Enfin, Nicolas Sarkozy bien qu’occupant un statut de Ministre au moment de son élection abandonna ses costumes à rayures et ses cravates à pois. Ainsi le costume de ville dans son usage présidentiel s’inscrit bien dans une sorte “d’indistinction distinctive” qui s’enchâsse dans les standards de la mode masculine occidentale : un pantalon droit, une veste cintrée (le costume trois pièces ayant disparu le gilet n’est plus nécessaire), une chemise unie, une cravate discrète et des chaussures à lacets. Pour tout candidat aspirant à la “fonction suprême” le dilemme sera toujours entre conserver son style (ce qui est rarement le cas) ou changer de style pour définir une forme d’élégance et de sobriété (neutralité) distinctive.

B – Les dissonances surannées de l’habit, de la jaquette, et du smoking

  • 31 Celui de de Gaulle est particulier, car il s’agit en fait de l’habit d’apparat des généraux de l’a (...)
  • 32 Georges Pompidou a utilisé l’habit pour la revue du 14 juillet 1972. Il a aussi porté pour le 14 j (...)

31L’habit est caractérisé par une chemise empesée à col dur cassé, un gilet blanc avec une ceinture de soie noire. Les accessoires indispensables et complémentaires sont le nœud papillon blanc, les boutons de manchette. C’est la tenue cérémonielle par excellence. Celle dans laquelle le président apparaît sur les photos officielles de Charles de Gaulle31 et de Georges Pompidou32. à partir de Valéry Giscard d’Estaing l’habit n’est porté que lors de réceptions officielles dans certaines cours d’Europe (Angleterre, Belgique, Pays-Bas) ou pour des obsèques de chef d’Etat.

  • 33 Lors des obsèques du Chancelier Adenauer, le général de Gaulle refusa de porter la jaquette et le (...)

32La jaquette est un habit à pans, de couleur gris qui s’accompagne d’accessoires peu courants comme les gants et le haut-de-forme. C’est une tenue pour le matin ou l’après-midi qui, du fait de l’apparence guindée et obsolète qu’elle donne, se porte peu. Elle peut se porter à l’occasion de courses hippiques et Valéry Giscard d’Estaing la revêtait lorsqu’il se rendait au “Grand Prix hippique du président de la République”. Son port est le plus souvent imposé par des protocoles étrangers, par exemple à la cour d’Angleterre lors des réceptions royales au Palais de Buckingham, ou encore pour les obsèques de l’Empereur du Japon, Hiro Hito, en 198833. Il est abandonné par les usages français.

33La première apparition du smoking est due à Georges Pompidou lors de réceptions à l’élysée (dîners officiels, soirées de gala). C’est un vêtement du soir de couleur sombre (noir) à revers de soie, mais qui peut être porté le midi s’il est de couleur blanche, et uniquement dans les pays chauds (Afrique ou Outre-mer). à partir de Valéry Giscard d’Estaing, le smoking devient une des tenues des réceptions officielles ou d’état.

34Replacés dans le contexte des représentations présidentielles et comparés au vêtement usuel que représente le costume de ville, ces trois types de vêtements exceptionnels que sont l’habit, la jaquette, et le smoking esquissent une réelle distinction (matérialisée par le vêtement lui-même) entre le vêtement “de tous les jours” et un vêtement qui contraint le président à s’identifier intégralement à son rôle ou à ses attributions.

  • 34 Béatrix Le WITA, Ni vue, ni connue. Approche ethnographique de la culture bourgeoise (Paris, Editi (...)
  • 35 “Sacralisation” plus que sacré.
  • 36 Avec les travaux de Béatrix Le WITA, voir aussi sur toutes ces questions d’une “culture bourgeoise (...)

35Ces trois formalisations de l’apparence vestimentaire sont en fait calquées sur des modèles sociaux, certes obsolètes, mais dont l’usage répond à des pratiques sociales précisément codifiées. Dans notre culture occidentale, le smoking est revêtu pour les soirées mondaines, les repas de mariage et certaines réceptions. Le port de l’habit est pratiquement limité aux cérémonies de mariage laïques et/ou religieuses ; quant à la jaquette son usage se rencontre au moment de grandes courses hippiques ou dans les garden-parties de l’aristocratie anglaise. Ce marquage d’une “dissonance surannée” témoigne qu’à travers le vêtement se joue toute une économie de la relation sociale à l’autre s’enchâssant dans une “archéogestualité bourgeoise” (autre copie des pratiques aristocratiques). Autrement dit, le fait de revêtir ce type de vêtement permet de marquer par une tension symbolique entre le désuet (inscription dans une tradition et une légitimité), le formel (usage strictement circonscrit à certaines pratiques sociales), et une forme de distinction sociale car “il faut bien circuler dans un monde fermé34”, de marquer une distinction absolue infranchissable entre “celui qui en est” et “celui qui n’en est pas”. La référence est implicitement faite à une culture bourgeoise (fermée) dont il s’agit de reprendre les codes de séparation : privé/public ; commun/spécifique ; profane/sacré35 ; bourgeois/prolétaire. Ainsi cette codification appartenant à une culture bourgeoise est la forme sociale la plus complète et la plus aboutie en matière de représentation des civilités, des usages sociaux et de la régulation des rapports à l’Autre36.

C – Le privilège de l’uniforme ou les possibles “compositions informationnelles”

  • 37 Historiquement, l’uniforme fut d’abord utilisé dans les Légions romaines. L’uniforme connaît son v (...)

36Il n’existe pas d’uniforme de président de la République. Mais l’usage républicain retiendra que sont port fut étroitement lié en fait au statut antérieur du président. Statut affilié à un état antérieur de militaire comme Louis Napoléon Bonaparte (général en chef de la Garde nationale), Mac-Mahon (Maréchal de France), Félix Faure (officier de Marine), de Gaulle (général de Brigade). D’une manière générale l’uniforme37 permet l’affirmation symbolique d’une puissance et (par le choix des couleurs, des signes distinctifs, des attributs particuliers, etc.) la reconnaissance de leur appartenance à une arme (un prince ou un souverain). Aujourd’hui s’attache à l’uniforme les notions d’autorité et de respect, et celles de grade ou de fonction. L’uniforme est “de parade” lorsqu’il évoque une tradition historique et culturelle (tenue d’apparat décorée et colorée) ; il reste purement technique dans son usage strictement professionnel (treillis de combat, par exemple).

  • 38 Ceci fait allusion à l’“exercice des pouvoirs exceptionnels” conféré par l’article 16 de la Consti (...)

37Charles de Gaulle est le seul président de la Vème République qui a instrumentalisé de manière politique le port de son uniforme dans une forme de “composition informationnelle”. En effet, l’uniforme a pu se révéler un excellent moyen de communication présidentielle. Par exemple, au cours de l’allocution radiotélévisée du 23 avril 1961 où le président de Gaulle fit son apparition en tenue de général de brigade. L’heure était grave puisqu’il s’agissait de dénoncer le putsch des généraux d’Alger et le recours à l’article 16 de la Constitution, attribuant au président de la République une forme de “pleins pouvoirs”. Le paradoxe de cette apparition en uniforme tient au fait qu’il s’adresse à des généraux plus élevés en grade que lui, et qu’il est constitutionnellement le chef des armées. En fait l’explication simple que l’on peut avancer réside dans la situation où ce n’est plus le de Gaulle président qui parle, mais “l’homme du 18 juin” qui demande aux Français (“Françaises, Français ! Aidez-moi !”) de faire barrage à “un pouvoir insurrectionnel”. Bien que le putsch d’Alger ne soit en rien comparable à la situation du gouvernement de Vichy, l’uniforme de général reste, dans la “symbolique gaullienne”, intimement lié à l’Appel et à la Résistance. Le simple changement de tenue vestimentaire permettait le rappel d’une autre et autrement puissante forme de légitimité. Face au refus des anti-indépendantistes de se soumettre à la réalité de l’autorité légale et institutionnelle du président, il appartenait au Sauveur mythique de la Nation de restaurer l’ordre. L’uniforme fonctionne comme signe diacritique d’une antériorité historique — juin 1940 était la bonne “voie de désobéissance” et avril 1961 la mauvaise, tout en marquant un changement de registre dans l’expression du pouvoir38.

  • 39 L’Amiral François FLOHIC fut l’aide de camp du président de GAULLE à deux reprises : de 1959 à 196 (...)
  • 40 F. FLOHIC, De Gaulle intime. Un aide de camp raconte (Paris, Éditions de L’Archipel, 2010), p. 52.

38Un autre usage de l’uniforme par le général de Gaulle est à signaler qui illustre parfaitement une instrumentalisation de la préséance et du protocole marquée par l’usage de l’uniforme. C’est l’Amiral François Flohic39 qui rapporte l’anecdote tout en étant l’instigateur direct. Les faits se déroulent à Lille lors de la journée nationale des Déportés du 24 avril 1966 : “La veille, les parlementaires de l’opposition ont refusé de lui être présentés à la préfecture. Le Général qui fait toujours référence à son origine lilloise, n’est certainement pas insensible à cet affront. De retour à la préfecture après la messe à laquelle il vient d’assister, je lui fais remarquer qu’il a juste le temps d’endosser son uniforme. — Pourquoi mon uniforme ? — Vous allez rencontrer les parlementaires à la cérémonie. En uniforme, passant devant eux, vous n’aurez pas à leur serrer la main sans être discourtois. Ce qui fut fait. Le président de la République humiliait les parlementaires de l’opposition, contrits d’être négligés en public lors d’une cérémonie officielle40”. Illustration parfaite du potentiel performatif de l’uniforme à l’usage d’une stratégie politique dans le détournement de la préséance par le simple fait de revêtir un vêtement.

  • 41 Félix FAURE a toujours eu un goût pour les uniformes. Le 4 mars 1896, lors d’un déplacement offici (...)

39De façon plus anecdotique, hormis son décès présidentiel par épectase, l’histoire retiendra la tentative malheureuse du Président Félix Faure d’instituer un uniforme officiel de Président de la République. Il est vrai que sous la IIIème République, la fonction présidentielle était essentiellement réduite aux fastes des cérémonies, ce que d’aucuns ont appelé “l’inauguration des chrysanthèmes”. Ainsi, au cours de l’année 1895, Félix Faure présenta à son Conseil des ministres, autant médusé que consterné, un projet d’uniforme présidentiel41. Il s’agissait d’un uniforme de satin bleu paré de feuilles de chêne et de fleurs de narcisse brodées de fils d’or, dont chaque revers était orné d’un faisceau de licteur. Le président ainsi vêtu était coiffé d’un chapeau bicorne avec plumes et ceint d’une épée à fusée et pommeau de nacre. Accueillie par une certaine hilarité ministérielle, l’entreprise fut abandonnée, elle correspondait toutefois à une réalité politique concrète. En effet, Félix Faure fut le premier président de la République à faire, en tant que chef d’état, des voyages officiels à l’étranger et notamment représenter la France républicaine auprès des grandes monarchies d’Europe. Un uniforme aurait permis au président Faure sinon de s’élever au rang des monarques qui le recevaient, du moins de ne pas être vestimentairement diminué au milieu des fastes monarchiques.

  • 42 Historiquement, on peut remarquer que l’uniforme d’apparat des Gardes républicains, et particulièr (...)

40Enfin, pour en terminer avec l’uniforme, il faut signaler une particularité de l’uniforme des cavaliers de la Garde républicaine (à cheval ou à motocyclette) : la culotte blanche, portée exclusivement en l’honneur du président de la République42. Ce port est strictement codifié, et réservé aux escortes ou aux piquets d’honneur sur les marches du perron de l’élysée. Cet attribut vestimentaire peut également être porté lorsque le président reçoit un hôte étranger ayant rang de chef d’état, président d’un état ou roi. En revanche si l’hôte en visite officielle à rang de chef de Gouvernement ou de ministre la culotte sera bleue.

41D’une manière générale, il convient de distinguer pour les Gardes républicains trois modèles d’uniformes portés lors des cérémonies présidentielles. Pour les cavaliers en escorte à cheval ou à motocyclette : le buste, mis en valeur par une tunique noire à revers rouge, est ceint par un ceinturon noir, l’ensemble étant recouvert d’un plastron de cuirasse orné ; les épaules sont couvertes par des épaulettes ainsi que par des aiguillettes ; la tête est coiffée d’un casque à aigrette et jugulaire ; les membres inférieurs sont revêtus d’une culotte blanche prise dans des bottes hautes ; les mains sont gantées de blanc avec des manchettes blanches. Lorsque les cavaliers participent à des piquets d’honneur, sans monture (perron de l’élysée, entrée d’une mairie lors de voyage officiel en Province), on note le même uniforme avec le port de la cuirasse en moins.

  • 43 C’est le cas lorsque les Gardes remplissent des fonctions d’accueil et de guide pour l’arbre de No (...)

42Le deuxième type d’uniforme est celui porté par l’infanterie de la Garde républicaine pour les piquets d’honneur, les revues de détachement, les détachements de musique. Il se distingue du précédent par le port d’une tunique noire sans revers rouges, un shako à plumet rouge et jugulaire, un pantalon bleu à galon noir (celui en usage dans la Gendarmerie nationale), des bottines sous le pantalon, des gants blancs sans manchettes. Enfin, dans les fonctions courantes ayant une dimension officielle, la tenue est identique à la précédente avec substitution du képi au shako. C’est par exemple, la tenue portée pour les dépôts de gerbe au moment où deux Gardes républicains déposent avec le président une gerbe de fleurs (8 mai, 11 novembre). Une variante peut intervenir lorsque la cérémonie est à l’intérieur de l’élysée avec un service se déroulant sans couvre-chef43.

  • 44 L’exemple le plus significatif est celui des huissiers attachés à la présidence. En effet, leur te (...)

43En résumé, on peut dire que l’uniforme est le “vêtement liturgique” par excellence et que de ce point de vue et en lui donnant une acception plus large, le terme pourrait être étendu à d’autres formes vestimentaires, celles par exemple retenues pour l’analyse : le costume de ville, l’habit, le smoking, et la jaquette. Dans une perspective sociologique l’uniforme permet : la séparation entre le civil et le militaire ; la distinction hiérarchique et fonctionnelle ; la reconnaissance identitaire, c’est-à-dire l’appartenance à un corps spécifique ; la place dans une représentation officielle en général et la fonction dans cette même représentation en particulier ; l’accession à un “statut d’élite” (tenue d’apparat des Gardes républicains) ; la neutralisation complète (a contrario du “statut d’élite”)44.

V – DE L’OBJET À L’ORNEMENT OU LE MARQUAGE SYMBOLIQUE SUPPLÉMENTAIRE

A – Les objets institutionnels du président de la République

  • 45 Mais aussi cela peut être des objets symboliques faisant office de support ou de décor de la repré (...)

44L’objet est caractérisé par sa fonction et son utilisation dans le déroulement et la charge sémantique des représentations officielles du président de la République. Ce sont tous les objets qui sont manipulés par le président et qui font partie intégrante de la représentation : gerbe de fleurs, épée pour raviver la Flamme, ciseaux pour couper un ruban, etc45. En revanche, il existe des “objets” qui possèdent une valeur d’ornement, c’est-à-dire apportent un supplément d’information ou caractériser une situation en jouant sur deux registres différents. Il existe des ornements “qui ajoutent quelque chose” en termes de protection : manteau quand il fait froid, blouse et bonnet pour la visite d’une usine agro-alimentaire, casque pour la visite d’un chantier, etc. Le président malgré sa condition singulière n’échappe pas au fait d’avoir froid ou d’être mouillé, ni à l’obligation de respecter les règles d’hygiène et de sécurité.

  • 46 Ces supports se présentent de la manière suivante : les insignes complets réglementaires : la croi (...)

45Il existe aussi des ornements qui “ajoutent quelque chose” marquant son statut supérieur. L’exemple le plus courant est la dignité attribuée au président de la République de grand maître de l’ordre de la Légion d’honneur. Les formes usitées pour le port de cette décoration sont multiples et dépendent de la nature de la cérémonie. Tout d’abord cette distinction peut revêtir quatre supports : les insignes complets réglementaires, les insignes de dimensions réduites, les barrettes et demi-barrettes, les rubans et rosettes46.

  • 47 En remarque, on peut signaler que Charles de Gaulle portait, en plus, en sautoir le collier de l’O (...)

46Dans la pratique officielle la réalité du port des décorations par le président de la République peut être réduite à deux catégories : soit les insignes complets réglementaires, soit la demi-barrette. On peut illustrer ces combinaisons par l’exemple. Pour les insignes complets réglementaires, le président est vêtu de l’habit avec les insignes complets. Une écharpe composée d’un large ruban rouge (couleur de l’Ordre de la Légion d’Honneur) de laquelle pend l’insigne lui barre le buste de l’épaule droite à la hanche gauche. La plaque de l’Ordre est placée sous le sein gauche. Ce type de présentation est celui adopté pour les grandes réceptions (dîner de gala, voyage d’état), certaine cérémonie d’apparat, la photo officielle des présidents de la République (sous les IIIème, IVème et Vème Républiques, jusqu’à Georges Pompidou)47. L’usage depuis Valéry Giscard d’Estaing autorise le port de ces insignes complets sur le smoking dans les réceptions officielles d’apparat. François Mitterrand, lors de sa visite à la cour de Suède à l’invitation du roi Karl Gustav et de la reine Sylvia, en 1984, portait au dîner de gala un smoking avec les insignes complets réglementaires. Il en était de même pour le Voyage d’état de Jacques Chirac en juin 1996 et pour celui Nicolas Sarkozy en mai 2009 à la cour de la reine Elisabeth II. Ensuite, pour la demi-barrette, il s’agit de la moitié du rectangle d’une barrette, de couleur or (à partir de grand-croix), avec en son centre une rosette rouge. Cet insigne est porté par le président de la République dans toutes les représentations officielles courantes. Il se porte sur le revers gauche du costume de ville et tous les costumes présidentiels ont un emplacement prévu à cet effet. Mais jamais sur un manteau ou un imperméable, puisqu’il serait inconvenant de laisser une décoration au vestiaire.

B – Les objets personnels du président de la République

  • 48 En politique l’imitation et l’emprunt mériteraient de longs développements, mais comme une espèce (...)
  • 49 L’utilisation chez François Mitterrand de la casquette est limitée à trois types de circonstances (...)

47À tous ces ensembles vestimentaires, il faut ajouter ce qui relève de l’accessoire : le chapeau, la casquette, l’écharpe, les gants. Charles de Gaulle et Georges Pompidou portaient parfois un chapeau (très en vogue sous la IIIème et la IVème République). Valéry Giscard d’Estaing ne portait aucun couvre-chef, sauf lors de ses parties de chasse, une casquette. C’est François Mitterrand qui a utilisé le plus de couvre-chefs différents. Mais l’image d’Épinal mitterrandienne qui reste la plus emblématique est son usage désuet du chapeau noir à large bord (avec un grand manteau de laine anglaise et une écharpe rouge foncé). Sorte d’épure d’une composition des figures spectrales de Jean Jaurès et de Léon Blum48. Il a aussi utilisé la casquette dans le même type de composition vestimentaire : grand manteau clair, écharpe beige et casquette49. D’une manière plus générale, on soulignera que le port d’une écharpe est lié aux conditions atmosphériques et que les gants sont des formes proscrites d’accessoires vestimentaires. Comme le sont d’ailleurs les “accessoires intimes”, c’est-à-dire tous les objets liés à la personnalité du président : pas de gourmette, pas de bracelet, pas de collier, pas de chevalière ou de bague, pas d’épingle de cravate, pas de boucles d’oreille, pas de bretelles ou de ceinture apparentes. Les seules “choses acceptables” sont l’alliance, la montre au poignet et les boutons de manchette.

48Dans la pratique présidentielle, rien ne doit laisser apparaître une quelconque personnalisation ou manifestation du “moi intime”. Avant d’être un homme, le président de la République est une fonction qui doit donner d’elle-même une représentation paradoxale, à la fois neutre d’un point de vue politique et personnel ; elle doit en même temps manifester une certaine autorité et une certaine distinction. La clef de ce paradoxe passe par l’idée que, lorsqu’il est motivé, un vêtement est doublement signifiant : il suggère autant qu’il exprime en tenant compte de la réalité concrète dans laquelle il s’exprime.

  • 50 Le pèlerinage annuel de François Mitterrand sur la roche de Solutré fut très médiatisé tout au lon (...)
  • 51 M. ABÉLÈS, Anthropologie de l’État (Paris, A. Colin, 1990), p. 139.

49François Mitterrand a fait œuvre d’invention et d’originalité en offrant la transmutation d’un objet personnel en un objet liturgique symbolisant ainsi une autre facette de son pouvoir politique. L’exemple le plus significatif est celui donné par Marc Abélès dans la description des vêtements de François Mitterrand lors des pèlerinages de Solutré50 : “Les vêtements de François Mitterrand donnent aussi matière à commentaire. Pantalon de velours côtelé ou de toile, selon les années, veste de sport, chapeau de toile ou casquette, canne, c’est un homme d’état loin des contraintes protocolaires qui chemine en ces dernières heures du matin. (…), L’habit fait ici le moine : velours et toile, teinte beige ou marron, manifestent une proximité de la terre, une simplicité rustique, rappelant l’attachement de l’hôte de l’élysée envers les valeurs du terroir. Un détail est révélateur à cet égard : alors que les années antérieures les journalistes ont noté que le président portait des Pataugas, François Mitterrand précise à leur intention, lors du pèlerinage de 1985, que ses chaussures sont d’un autre modèle, “fabriqué à Château-Chinon dans une usine qui s’appelle Morvan-Chaussure, je crois”. Le choix d’un produit local fabriqué non loin de là, dans l’ancienne circonscription du président manifeste éloquemment la signification territoriale du rituel51”.

  • 52 Le terme est défini par E. BENVENISTE dans Le vocabulaire des institutions indo-européennes. 2. Po (...)
  • 53 E. BENVENISTE, Le vocabulaire des institutions indo-européennes. 2. pouvoir, droit, religion (Pari (...)

50À tous ces ornements institutionnels ou d’usage courant, il convient d’ajouter la particularité d’un ornement “typiquement mitterrandien” : la canne ou le bâton de marche. Marc Abélès a parfaitement montré comment se manifeste l’enracinement territorial par les choix vestimentaires lors du pèlerinage de Solutré : couleur des vêtements, nature rustique des étoffes, casquette, etc. Mais dans cet inventaire la canne tient une place particulière que l’on peut élever au rang d’ornement, car il ne s’agit pas d’un attribut usuel du président, ni même d’un “objet manipulé” au cours d’un rite présidentiel. La canne est un “outil” de marcheur. Dès lors cet “ustensile”, en devenant caractéristique personnelle du président, prend une toute autre dimension : la canne de François Mitterrand est un véritable skêptron52. C’est l’insigne du roi, en l’occurrence du chef de l’État, et le symbole du messager puisqu’après l’ascension il parlera. Ainsi, “La figuration primordiale du skêptron nous paraît être le bâton du messager. C’est l’attribut d’un itinérant qui s’avance avec autorité, non pour agir mais pour parler. Ces trois conditions l’homme en marche, l’homme d’autorité, l’homme qui porte une parole, impliquent une seule fonction, celle d’un messager qui les réunit toutes et qui, seule, peut les expliquer. Du fait qu’il est nécessaire au porteur d’un message, le skêptron devient comme un symbole de sa fonction et un signe mystique de légitimation. Dès lors, il qualifie le personnage qui porte la parole, personnage sacré, dont la mission est de transmettre le message d’autorité53”. Et il est vrai, à de rares exceptions près, que François Mitterrand a parlé. Cette canne est le symbole qui relie la Terre (puisque l’enracinement est incontestable) au Ciel. L’image n’est pas outrée puisque dans ses rencontres informelles avec les journalistes, à l’issue de l’ascension de la roche de Solutré, François Mitterrand se laissait volontiers aller à converser.

  • 54 Voir le chapitre XV “Inventer” in D. FLEURDORGE, Les rituels du président de la République (Paris, (...)

51Mais l’analogie avec un “objet symbolique” historiquement fondée peut avoir ses racines dans un passé plus lointain. Que ce passé soit d’ordre mythique ou historique. Si l’on remonte aux temps bibliques, c’est le bâton d’Aaron qui vient à l’esprit. La canne de marche de François Mitterrand peut aisément se métamorphoser en bâton, et pas n’importe quel bâton, celui du prêtre parmi les prêtres, Aaron. Marc Abélès a introduit de manière significative dans son analyse une illustration aux résonances religieuses ou festives de la tradition chrétienne, en soulignant la concomitance du rituel de Solutré et de la cérémonie de la Pentecôte (Actes des Apôtres)54. Peut-être peut-on poursuivre dans cette voie en suggérant une parenté entre le bâton mitterrandien et celui d’Aaron, frère de Moïse et grand prêtre des hébreux. Dans cette perspective le bâton de François Mitterrand se donne à lire comme bâton pastoral, symbolisant le pouvoir du “grand prêtre”. Ce n’est pas le bâton pris isolement qui conduit à cette dimension, mais la superposition d’un ensemble d’éléments aussi éclectiques que nécessaires : la roche de Solutré, la masse des pèlerins qui marche derrière le président, les moments de convivialité ponctués par le partage de repas, le temps de la “parole proférée” avec l’interview “impromptue” accordée aux journalistes.

  • 55 G. SIMMEL, “Psychologie de la parure” in La parure et autres essais (Paris, Editions de la Maison (...)
  • 56 G. SIMMEL, “Psychologie de la parure” in La parure et autres essais (Paris, Editions de la Maison (...)

52Parfois aussi les accessoires personnels peuvent donner lieu à controverse, à polémique ou encore à la mise en une évidence d’un trait de caractère personnel devenant une conception même du pouvoir. Le quinquennat de Nicolas Sarkozy a laissé s’installer l’idée d’un président “bling-bling”. La notion de “bling-bling” s’inspire non seulement des onomatopées des bandes dessinées illustrant des bruits métalliques mais aussi de l’affichage ostentatoire des rappeurs (“sapes” de marques, lourds colliers en or, grosses bagues, lunettes de soleil en toutes circonstances, etc.). Traduit dans le langage politique, il s’agit d’une manière de se mettre en scène et de communiquer une forme de décomplexion vis-à-vis du luxe, de ses attributs et de ses symboles. Cette idée déclinée ad nauseam pour des considérations journalistiques et idéologiques, révèle par contraste les conséquences désastreuses d’une mauvaise gestion des apparences présidentielles. De sorte que traduit en des termes plus sociologiques, on peut avancer l’idée d’un effet de “superflu négatif”. Pour Georg Simmel, “le superflu “dé-borde”, c’est-à-dire qu’il s’éloigne en s’écoulant de son point de départ, mais cependant comme il reste attaché à celui-ci, il instaure autour du cercle de la simple nécessité un autre cercle plus vaste qui est par essence illimité55”. Le “cercle de la simple nécessité” va donc se trouver absorbé par une sorte de “trou noir symbolique”, offrant la matière à toutes les compositions et recompositions de la figure présidentielle incarnée par Nicolas Sarkozy autour de la représentation de la richesse ou du riche. D’autre part ajoute Simmel, “Le superflu ne contient par définition aucune mesure ; la liberté et le caractère princier de notre être augmente avec le degré de superfluidité de ce que notre avoir nous permet d’ajouter à notre personne, parce qu’il n’y a plus de structure donnée du type de celle qui désigne l’indispensable comme tel, pour imposer à notre être la moindre loi limitative56”. Le “travailler plus pour gagner plus” parachèvera l’invention d’un imaginaire négatif entre “ceux qui possèdent” et qui ont tout et “ceux qui luttent au quotidien” pour assurer une vie décente.

  • 57 Ce modèle de Rolex (Oyster) est le même que celui que portait déjà en 1983 Jacques Chirac (hebdoma (...)
  • 58 Il s’agit d’un cadeau d’anniversaire.
  • 59 Porter une montre en politique est devenu un enjeu symbolique important. On peut noter que le publ (...)

53Le “superflu négatif” s’illustre par l’image d’un président “bling-bling”, entre un verre entre amis au Fouquet’s, et une croisière Bolloré en Méditerranée, auquel s’ajoute le goût immodéré du président Sarkozy pour les montres de luxe. Ainsi l’inventaire non exhaustif de cette passion laisse rêveur : Rolex (modèle Daytona et Oyster57), Breitling (modèle Navitimer), Breguet (modèle : Réveil du tsar), Pequignet (modèle : Moorea), Patek Philippe (modèle : 3940 Perpétuel automatique), Girard Perregaux (modèle : 1966, série limitée portant le no 2858, Piaget (modèle : Polo), etc. La moindre réussite par l’argent ne peut s’afficher et tout signe présidentiel allant en ce sens (ici des montres) construit ou renforce un affichage ostentatoire distinctif, faisant apparaître Nicolas Sarkozy dans un “rayonnement” négatif. Porter une montre n’est pas une question individuelle du rapport au temps, et c’est peut-être en ce sens que l’entourage de François Hollande a trouvé pertinent de souligner, sur le ton de l’ironie mais néanmoins de l’information symbolique, que le président restera fidèle à la marque Swatch. Enfin François Mitterrand ne portait jamais de montre et le général de Gaulle était un adepte des montres Lip (offertes directement par la manufacture)59.

  • 60 La maison Bonnet, fondée dans les années 30 se définit comme œuvrant dans la “haute lunetterie” éq (...)
  • 61 Entre 3000 et 30000 € selon la demande et la nature des matières utilisées (écaille de tortue, dia (...)
  • 62 On notera au passage le cas d’Audrey Pulvar, (ex-)compagne du ministre du Redressement productif A (...)

54La “discrète distinction sociale” peut se manifester aussi dans des accessoires se situant entre l’usuel et la “nécessité organique” comme les lunettes. La plupart des présidents de la République — Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac, se sont fournis en lunettes auprès de la prestigieuse maison Bonnet60. Cet artisan lunetier est l’un des rares à proposer des montures sur mesure et entièrement faites à la main. Si sous l’Ancien Régime l’hermine constituait une matière rare et chère, l’écaille de tortue utilisée pour la confection des lunettes présidentielles laisse augurer du prix vertigineux d’un tel accessoire61. Ce dernier point est intéressant dans la mesure où les tortues de mer sont des espèces mondialement protégées. En fait la maison Bonnet dispose d’un stock de matière première important et l’augmente en achetant la matière première disponible sur des marchés spécialisés62.

VI – PETITE DIGRESSION SUR LA PRÉPARATION DU CORPS PRÉSIDENTIEL

55L’approche de la parure présidentielle se fait de manière à dépasser de simples considérations esthétiques, économiques, ou de protection technique du corps. C’est un domaine où se superposent des données sur le vêtement, l’ornement, les soins du corps. Ainsi prendre en compte cette idée de préparation du corps présidentiel souligne de manière explicite la nécessité parfois de rectifier une apparence corporelle qui dérange ou qui se dégrade.

  • 63 Marcel MAUSS, Sociologie et anthropologie (Paris, PUF, 1989), p. 365.
  • 64 Ibidem, p. 372.

56Tous ces aspects rejoignent ce que Marcel Mauss, a défini comme les “techniques du corps”, c’est-à-dire : “les façons dont les hommes, société par société, d’une façon traditionnelle, savent se servir de leur corps63”. Mais Marcel Mauss ne s’arrête pas en chemin et, au-delà des techniques, il souligne la double nature culturelle du corps, à la fois objet et moyen : “Le corps est le premier et le plus naturel instrument de l’homme. Ou plus exactement, sans parler d’instrument, le premier et le plus naturel objet technique, et en même temps moyen technique, de l’homme, c’est son corps64”.

  • 65 Ibidem, p. 385.

57Pour Mauss toutes ces “techniques du corps” s’articulent selon trois fonctions principales. D’une part, c’est l’art d’utiliser le corps humain dans un contexte que domine la raison d’une pratique collective (habitus), et que sous-tend implicitement l’idée d’éducation, d’apprentissage (nager, courir, par exemple). Ensuite, l’utilisation du corps peut s’accompagner d’une aide instrumentale et technique (des outils par exemple). Enfin, la technique supportée par le corps peut se dispenser de toute forme instrumentale et rester de l’ordre d’un “acte traditionnel efficace”. De sorte que le corps apparaît comme pouvant être tour à tour instrument ou support instrumental, dont “l’éducation fondamentale de toutes ces techniques consistant à faire adapter le corps à son usage65”. Si les “techniques du corps” sont non seulement l’une des dimensions culturelles d’une société, mais représentent aussi la manifestation d’une forme “d’habitus” passant par des étapes importantes comme l’éducation, l’apprentissage, l’imitation, on peut envisager l’extension de cette dimension à des actes corporels non “forcément utiles”. Marcel Mauss considère essentiellement “l’utilité du corps” (au sens étroit et restrictif qu’il donne à ce terme), nous nous proposons d’étendre le champ de cette réflexion en substituant l’efficacité à l’utilité, et le savoir-faire à l’habitus. Ainsi, l’efficacité d’un savoir-faire permettra de présenter des notions, marginales chez Mauss, comme les postures, la gestuelle, les manipulations d’objets, la préparation corporelle (la parure dans tous ses aspects), etc. Dans le champ des représentations présidentielles l’instrumentalité du corps n’est pas forcément extérieure au corps lorsqu’on se situe dans le domaine du croire, de l’effervescent, de la communion.

  • 66 Voir en particulier sur les photographies de Conseils des ministres, des cérémonies officielles.
  • 67 G. SIMMEL, Secret et sociétés secrètes (Paris, Circé, 1991), p. 53.

58Dans cette perspective, les “techniques du corps” permettent de recentrer la parure en superposant différentes notions telles que l’utilitaire, l’instrumental, ou encore l’efficace. Historiquement cette préoccupation est récente dans le domaine de la représentation politique. Si l’on s’attarde sur l’iconographie de la IIIème République66 on peut constater que les redingotes étaient souvent fripées, les cheveux ébouriffés et la barbe mal tenue. D’une manière générale, au lieu de gommer les imperfections du corps — ou ce qui serait perçu comme tel aujourd’hui, les vêtements laissaient apparaître des ventres replets. La médiatisation accrue, de la société en général et du politique en particulier, a conduit l’homme en situation de représentation, politique ou autre, à se soucier de son apparence et même de l’utiliser à des fins stratégiques. La manifestation la plus achevée en ce domaine est la constitution de groupes autonomes d’experts en communication qui analysent et suggèrent des modes de représentation en tenant compte non seulement des comportements (gestuelle, élocution, etc.), mais aussi des apparences (vêtements, accessoires, coiffures, soin du corps, etc.) en les rapportant au mode et au support de la représentation concernée (photographie, télévision, cérémonie publique). Georg Simmel a étudié les différentes fonctions de la parure dans les relations sociales. Ainsi, la parure permet-elle de plaire, de charmer, de se distinguer, de mettre en relief. Mais, le plus intéressant reste que la parure repose sur des “contradictions sociologiques”. En effet la parure est un geste, “(…) qui sert exclusivement à faire voir et à rendre plus important celui qui l’accomplit, n’atteint pourtant pas son but autrement que par le plaisir des yeux qu’il offre aux autres, que comme une sorte de gratitude qu’il reçoit en retour67”.

59Les soins du corps : toilette, coiffure, manucure, maquillage, empruntent leurs techniques à celles de l’hygiène en usage dans la culture occidentale. Mais dans le cas particulier du maquillage s’opère un double glissement. D’une part la conversion de pratiques culturelles strictement réservées aux femmes ou aux gens du spectacle, et d’autre part l’invocation de raisons techniques.

60Les séquences du vêtement (se vêtir), de l’ornement (se parer), des soins du corps font partie intégrante des représentations présidentielles, mais ne peuvent pas être prises en compte de manière précise car relevant toujours de l’ordre du privé, voire de l’intime. Ce qui est vu est toujours le résultat d’un processus d’activité de coulisse pour reprendre une terminologie goffmanienne. Le maquillage reste le seul marquage cérémoniel particulier intervenant en dehors de l’intimité stricte du président. Par exemple lorsque le président de la République est convié à un entretien sur un plateau de télévision, pour des “raisons techniques”, le maquillage va permettre d’éviter les reflets et des ombres, pour offrir une régularité du modelé du visage en présence d’un éclairage important. On peut ajouter à ces “raisons techniques” le fait que le maquillage sert à masquer les “affres” de la dictature sociale des apparences dont les valeurs se réfèrent à des idéaux de jeunesse, de bonne santé, voire de beauté (effacement des disgrâces). Mais un autre cas de figure peut être envisagé comme ce fut sur la fin du septennat de François Mitterrand qui était fortement marqué par son état de santé et donc sortait souvent avec un léger maquillage masquant les stigmates de la maladie sachant que dans une société médiatique le président est toujours susceptible d’être pris en photo ou filmé.

61Enfin, dans un registre plus marginal, les techniques de “rectification” s’exerçant sur le corps peuvent s’apparenter à des manipulations à long terme, soit comme masque de circonstance ayant pour objet de rendre la réalité le plus possible conforme à un modèle idéalisé, soit comme mode de préservation d’un statut (capacité du président à exercer sa charge) dont la représentation cérémonielle pourrait être sanctionnée par sa remise en question. On entre alors dans le domaine secret des pratiques lourdes de rectifications comme les régimes amincissants, les modifications dentaires, la chirurgie esthétique, (paupières, lifting, liposuccion, implants capillaires, injection de Botox, laser, etc.). Un nombre important d’exemples pourrait être donné car souvent ces pratiques de modifications sont suggérées par la presse mais jamais confirmées. Mais le simple examen comparatif de photographies peut déjà largement permettre de se faire une opinion sur la question.

Conclusion

  • 68 G. SIMMEL, “Psychologie de la parure” in La parure et autres essais (Paris, Éditions de la Maison (...)

62Comme le souligne si justement Georg Simmel “dans le désir qu’a l’être humain de plaire à son entourage, on trouve, entrelacées, les tendances contradictoires dont l’action combinée compose, d’une manière générale, toute relation entre individus : il y a dans ce désir une part généreuse, le souhait de procurer de la joie à l’autre ; mais aussi, accompagnant le premier, le souhait que cette joie, ce “plaisir qu’on procure” nous revienne sous forme de reconnaissance et de considération et soit mis, en tant que valeur, au crédit de notre personnalité68”. Voilà posé le dilemme de l’homme politique contemporain plaire et être reconnu pour sa capacité de “chef”.

63Le président de la République est le représentant d’un pouvoir acquis par l’élection. Un homme “comme un autre”, avec des vêtements rassurants, neutres, sans aspérités ornementales, mais paradoxalement distinctifs sous les formes discrètes du luxe (tissus de qualité, travail sur mesure, port du plus haut grade de la Légion d’honneur, etc.). L’effacement du corps, au sens réel et symbolique, c’est-à-dire le vêtement sur mesure qui gomme le corps dans ses formes et qui neutralise la distinction par ornement (mode, excentricité, etc.), permet une utilisation mesurée et codifiée du vêtement de cérémonie, du costume de ville, de l’habit, de la jaquette et du smoking.

64On peut d’une certaine manière parler de vêtements liturgiques dans la mesure où leur usage est consacré et que leur utilisation dépend elle-même de la nature de la cérémonie. Outre ceux-ci, il existe des vêtements dont le port est motivé par des considérations fonctionnelles (casque, imperméable, etc.). Enfin, certains objets relevant initialement de cette dernière catégorie ont accédé à un véritable statut symbolique. Tel est en particulier le cas du “skêptron” mitterrandien ou dans une sorte de figure inversée des “montres” sarkoziennes.

Épilogue. Du scandale vestimentaire

  • 69 Le mercredi 17 avril 1985.
  • 70 Roselyne Bachelot se présenta chaussée des Crocs roses à l’Élysée, à la suite d’un pari sur l’obte (...)
  • 71 Mercredi 17 mai 2012.

65Aux marges des représentations politiques que dire des provocations vestimentaires et des scandales. La pratique politique est émaillée de séquences plus cocasses que véritablement scandaleuses où se mêlent naïveté et provocation. Dans cette esprit on peut retenir Jack Lang Ministre de la Culture lors des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale69 qui fit son apparition vêtu d’un costume “style Mao” de Thierry Mugler. L’affaire fit quelques remous dans la mesure où à l’Assemblée nationale le port de la cravate est obligatoire pour les Parlementaires. Polémique : la cravate est-elle obligatoire pour les Ministres et sous le col Jack Lang portait-il une cravate ? Dans un passé plus proche on peut retenir les Crocs roses chaussés par Roselyne Bachelot, Ministre des Sports, à la sortie du Conseil des ministres70 ou encore le jeans de Cécile Duflot Ministre de l’Égalité des territoires et du Logement lors du Conseil des ministres71.

Bibliographie

Bibliographie

M. ABÉLÈS, Anthropologie de l’État, Paris, Armand Colin, 1990.

N. BAILLEUX, et B. REMAURY, Modes et vêtements, Paris, Gallimard, 1995.

R. BARTHES,, Histoire de la sociologie du vêtement, Annales no 3, juillet-septembre 1957.

E. BENVENISTE, Le vocabulaire des institutions indo-européennes. 2. pouvoir, droit, religion, Paris, Minuit, 1969.

J. CAZENEUVE, Sociologie du rite, Paris, PUF, 1971.

D. FLEURDORGE, Les rituels du président de la République, Paris, PUF, 2001.

F. FLOHIC, De Gaulle intime. Un aide de camp raconte, Paris, Éditions de L’Archipel, 2010.

D. GAULME, et F. GAULME, Les habits du pouvoir. Une histoire politique du vêtement masculin, Paris, Flammarion, 2012.

E. HAULOTTE,.Symbolique du vêtement selon la Bible, Paris, Aubier, 1966.

C. LEFORT, Essai sur le politique. XIXème et XXème siècles, Paris, Seuil, 1986.

B. Le WITA, Ni vue, ni connue. Approche ethnographique de la culture bourgeoise, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1988.

M. MAUSS,, Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1989.

M. PASTOUREAU, Noir. Histoire d’une couleur, Paris, Seuil, 2008.

M. PINÇON, et M. PINÇON-CHARLOT, Voyage en grande bourgeoisie, Paris, PUF, 1997.

M. PINÇON, et M. PINÇON-CHARLOT, Sociologie de la bourgeoisie, Paris, La Découverte, 2000.

M. PINÇON, et M. PINÇON-CHARLOT, Les ghettos du gotha. Au cœur de la grande bourgeoisie, Paris, Seuil, 2007.

D. ROCHE, La culture des apparences. Une histoire du vêtement XVIIème-XVIIIème siècle, Paris, Fayard, 1989.

G. SIMMEL, La tragédie de la culture et autres essais, Paris, Éditions Rivages, 1988 G. SIMMEL, Secret et sociétés secrètes, Paris, Circé, 1991.

G. SIMMEL, La parure et autres essais, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1998.

Notes

1 G. SIMMEL, “Psychologie de la parure” in La parure et autres essais (Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 1998).

2 On notera la “barbe de trois jours” savamment entretenue par Nicolas Sarkozy dans sa nouvelle vie post-présidentielle. Sauf pour les conférences lucratives internationales.

3 G. SIMMEL, “La mode” in La tragédie de la culture et autres essais (Paris, Éditions Rivages, 1988), p. 89.

4 On peut noter que le président de la République ne porte jamais de gants.

5 G. SIMMEL, Secret et sociétés secrètes (Paris, Circé, 1991), p. 53.

6 Voir sur cet aspect du costume l’ouvrage de D. GAULME et F. GAULME, Les habits du pouvoir. Une histoire politique du vêtement masculin (Paris, Flammarion, 2012).

7 Hitler opte pour une tenue “brune”, chemise comme le reste de son uniforme. Il s’agit d’une composition sobre proche de celle des Sturm Abteilung et qui se distingue de la tenue noire des Schutzstaffeln dessinée par Hugo Boss. L’accessoire essentiel étant sa Croix de fer de la Première Guerre mondiale.

8 Mussolini utilise une composition sur la base de l’uniforme de Caporal d’honneur de la Milice. Il s’agit d’une tenue gris-bleu avec la fameuse chemise noire ceint d’un gros ceinturon. Il est chaussé de bottes cavalières. Il couvre sa tête d’une sorte de toque avec un aigle sur le devant et un toupet sur le dessus. Cet uniforme martial s’inspire de la tenue de Gabriele D’Annunzio et des troupes spéciales “Arditi” de l’armée italienne pendant la Première Guerre mondiale.

9 Dans toutes ses compositions Kadhafi utilise et décline le symbole de l’Afrique (en imprimés, en broderies, en bijoux sous forme de broche) et la couleur verte (de l’Islam et de Organisation Africaine).

10 Si le keffieh est la coiffe traditionnelle des paysans du Moyen-Orient (Irak, Jordanie, Palestine, Syrie, etc.), il convient de noter qu’au-delà de la symbolisation de Arafat, il existe une symbolique des couleurs : noir et blanc pour le Fatah, rouge et blanc pour FPLP et vert et blanc pour le Hamas. Depuis les années 80 le keffieh noir et blanc est utilisé par les néo-anarchistes européens. Tout ceci n’est pas éloigné des tartans et les kilts des Ecossais se référant aux clans familiaux d’appartenance.

11 Le portrait de Louis XIV en costume de sacre fut peint en 1701 sur commande du monarque lui-même.

12 Entre 1664 et 1764 la France se couvre de manufactures royales dans différents secteurs d’activité (draperie, tapisserie, meubles, fonderies, armes, etc.). Pour l’habillement on peut souligner l’existence de quelques manufactures spécialisées : manufacture de bas de soie (1664), manufacture des points de France (1666) manufacture des dentelles d’Auxerre (1667), manufacture des rubans de Chevreuse (1670), etc.

13 Dans un registre anecdotique, il convient de noter que le chausseur de luxe Christian Louboutin signe ses créations en utilisant systématiquement des semelles rouges. S’agit-il d’un clin d’œil historique à une époque avide de dévoyer les symboles ? Dans ce contexte, il s’agit sans aucun doute d’un usage involontaire.

14 G. SIMMEL, “La mode” in La tragédie de la culture et autres essais (Paris, Editions Rivages, Paris, 1988), p. 90.

15 C. LEFORT, Essai sur le politique. XIXème et XXème siècles (Paris, Seuil, 1986), p. 28.

16 E. HAULOTTE, Symbolique du vêtement selon la Bible (Paris, Aubier, 1966), p. 11.

17 R. BARTHES, Histoire de la sociologie du vêtement, Annales no 3, juillet-septembre 1957.

18 J. CAZENEUVE, Sociologie du rite (Paris, PUF, 1971), p. 15.

19 En 1983, l’hebdomadaire Paris-Match (no 1777 du 17 juin 1983) s’est livré à une estimation quantitative de la garde-robe des hommes politiques les plus en vue. Pour François Mitterrand la répartition se faisait de la manière suivante : un costume sur mesure de Cifonelli (12000 Fr.), une chemise sur mesure de Thuillier (1600 Fr.), une cravate en soie de Lassance (195 Fr.), une paire de chaussures Weston (1015 Fr.), une paire de chaussettes en fil d’écosse (35 Fr.), une paire de lunettes sur mesure en écaille de tortue (8000 Fr.).

20 Adriano Cifonelli est une marque familiale fondée en 1860 par Giuseppe Cifonelli à Rome. En 1926 un atelier sera ouvert au 31 de la rue Marbeuf à Paris. Pour un costume sur mesure Cifonelli, les prix débutent à partir de 4000 € et vont jusqu’à 9000 €. Il est aussi possible de partir d’un costume de prêt-à-porter qui sera retouché, les prix débutent à partir de 2300 €. Enfin, à partir de 1900 € il est possible d’accéder à du prêt-à-porter de qualité. Ces prix sont variables aussi en fonction du choix des tissus et du temps nécessaires à la confection. La Maison propose aussi des smokings, des pardessus, des chemises, des pulls, des cravates, des ceintures. Dans l’inventaire de la vente aux enchères de la garde-robe de François Mitterrand on peut compter 56 costumes, 2 queues-de-pie, un pardessus en cachemire.

21 La maison Thuillier fondée en 1930 est spécialiste des chemises sur mesure. François Mitterrand en commanda plus de 250.

22 La Maison Charvet fut fondée en 1838 et s’installera définitivement en 1965 au 28 de la Place Vendôme. Elle offre aussi la confection de chemise sur mesure à partir d’un choix de plus de 6000 tissus. François Mitterrand commanda aussi gilet et smoking.

23 La Maison Alfred Berteil fut fondée en 1840. C’est d’abord un chapelier (qui forma Borsalino) fournisseur de la présidence de la République et des grandes cours d’Europe. Lorsque la mode du chapeau va décliner et tomber en déshérence, la maison se reconvertit dans le prêt-à-porter de luxe.

24 Maison fondée en 1971 par Yohji Yamamoto.

25 Maison fondée à Paris en 1837 par Thierry Hermès.

26 J. M. Weston est une marque française contrairement à ce que laisse supposer la consonance anglo-saxonne de la marque. Créée en 1891 à Limoges par le bottier Édouard Blanchard.

27 Pour l’anecdote on peut noter que figure au catalogue des ventes la robe d’avocat Nino Cerruti (Maison fondée à Paris en 1967 par Nino Cerruti). Elle sera achetée par Maître Karim Achaoui qui défraya, à sa manière, la chronique judiciaire selon la formule consacrée.

28 On peut remarquer que sous la IIIème République, l’usage présidentiel et ministériel était la redingote. Il s’agissait là d’un vêtement importé de Grande-Bretagne “riding-coat” qui à l’origine était destiné à la pratique de l’équitation. A partir du XVIII, il devient un vêtement banal et quotidien, et traversera la Manche pour devenir, dans sa version francisée, la “redingote”. Cette redingote introduite sous l’Empire, puis diffusée sous la Restauration, sera définitivement admise sous le Second Empire. Son abandon se situe vers les années 1860, où elle fut remplacée par le complet veston. Voir à ce sujet l’ouvrage de Nathalie Bailleux et Bruno Remaury, Modes et vêtements (Paris, Gallimard, 1995). Concernant l’avènement du vêtement bourgeois, voir aussi les travaux de Daniel Roche. La culture des apparences. Une histoire du vêtement XVIIème-XVIIIème siècle. (Paris, Fayard, 1989).

29 M. PASTOUREAU, Noir. Histoire d’une couleur (Paris, Seuil, 2008).

30 Les cravates présidentielles sont parfois rayées et contiennent parfois des motifs dont le sens et la symbolique doivent être parfaitement neutres : pas de croix, pas de fleurs (lys, rose, etc.), pas de symbole de partie ou d’institution, pas d’animaux, etc. Les couleurs doivent s’en tenir à une stricte convention (rouge plus près du bordeaux, vert, bleu, marron, noir), pas de couleur fluo ou trop vive.

31 Celui de de Gaulle est particulier, car il s’agit en fait de l’habit d’apparat des généraux de l’arme des Blindés (bleu nuit).

32 Georges Pompidou a utilisé l’habit pour la revue du 14 juillet 1972. Il a aussi porté pour le 14 juillet 1971 la jaquette.

33 Lors des obsèques du Chancelier Adenauer, le général de Gaulle refusa de porter la jaquette et le haut-de-forme.

34 Béatrix Le WITA, Ni vue, ni connue. Approche ethnographique de la culture bourgeoise (Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1988).

35 “Sacralisation” plus que sacré.

36 Avec les travaux de Béatrix Le WITA, voir aussi sur toutes ces questions d’une “culture bourgeoise” les recherches essentielles de Michel PINÇON et de Monique PINÇON-CHARLOT, Voyage en grande bourgeoisie (Paris, PUF, 1997) ; Sociologie de la bourgeoisie (Paris, La Découverte, 2000) ; Les ghettos du gotha. Au cœur de la grande bourgeoisie (Paris, Seuil, 2007).

37 Historiquement, l’uniforme fut d’abord utilisé dans les Légions romaines. L’uniforme connaît son véritable développement à partir du XVIIème siècle, époque où, essentiellement constituées de mercenaires, les armées en guerre (Guerre de Trente Ans) présentaient l’apparence de hordes disparates. Progressivement, les costumes de guerre vont s’uniformiser, contribuant à donner un aspect plus homogène aux troupes.

38 Ceci fait allusion à l’“exercice des pouvoirs exceptionnels” conféré par l’article 16 de la Constitution au président de la République.

39 L’Amiral François FLOHIC fut l’aide de camp du président de GAULLE à deux reprises : de 1959 à 1963 et de 1965 à 1969.

40 F. FLOHIC, De Gaulle intime. Un aide de camp raconte (Paris, Éditions de L’Archipel, 2010), p. 52.

41 Félix FAURE a toujours eu un goût pour les uniformes. Le 4 mars 1896, lors d’un déplacement officiel et une arrivée en rade de Villefranche-sur-Mer à bord du cuirassé Le Formidable, il revêtit pour la circonstance un grand uniforme d’officier de Marine.

42 Historiquement, on peut remarquer que l’uniforme d’apparat des Gardes républicains, et particulièrement celui des cavaliers, présente des similitudes, marques d’une éventuelle filiation, avec celui, par exemple, de l’Escadron des Cent-Gardes de l’Empereur (tunique à revers rouge, culotte blanche, casque à aigrette, shako pour l’infanterie), qui escortait la famille impériale et accomplissait les services d’honneur dans les palais (1860), ou encore celui des Cuirassiers de la Garde Impériale. Ou bien encore, plus loin dans le temps, avec les Gardes Municipaux de la ville de Paris juste après la Révolution (casque, usage des couleurs : blanc, le bleu, rouge).

43 C’est le cas lorsque les Gardes remplissent des fonctions d’accueil et de guide pour l’arbre de Noël de l’élysée, les réceptions officielles, la garden-party du 14 juillet.

44 L’exemple le plus significatif est celui des huissiers attachés à la présidence. En effet, leur tenue semblable à un uniforme est proche de celle de l’habit : chemise empesée à col dur cassé, avec nœud papillon blanc, gilet noir et gants blancs, veste queue-de-pie et grand collier.

45 Mais aussi cela peut être des objets symboliques faisant office de support ou de décor de la représentation : voitures, avions, drapeau, tapis rouge, etc.

46 Ces supports se présentent de la manière suivante : les insignes complets réglementaires : la croix, le ruban, la rosette, le sautoir, la plaque, l’écharpe (leur description est donnée dans le corps du texte) ; les insignes de dimensions réduites : ils sont semblables aux insignes complets réglementaires mais avec une réduction proportionnelle de leurs différents éléments ; les barrettes et demi-barrettes (ou encore dixmudes) qui sont des rectangles allongés d’une hauteur approximative de 1cm, qui reprennent les couleurs du ruban (rouge pour la Légion d’Honneur, bleu pour l’ordre du Mérite national, jaune avec lisérés verts pour la Médaille Militaire, etc.). Ce type de décoration est celui généralement porté par les militaires. Les demi-barrettes sont identiques, mais d’une dimension réduite de moitié ; Les demi-barrettes peuvent être portées par les grand-croix, grands officiers et commandeurs. Elles comportent une rosette rouge en leur milieu et sont en argent pour les commandeurs, en argent sur la moitié de leur longueur et en or sur l’autre moitié pour les grands officiers et en or pour les grands-croix.
En remarque, les barrettes ou demi-barrettes sont aussi appelées dixmudes ou demi-dixmudes

47 En remarque, on peut signaler que Charles de Gaulle portait, en plus, en sautoir le collier de l’Ordre de la Libération et que Georges Pompidou portait celui du Mérite national.

48 En politique l’imitation et l’emprunt mériteraient de longs développements, mais comme une espèce de “touche symbolique”, lors de la commémoration des dix ans de la mort du président Mitterrand (Le dimanche 8 janvier 2006) en présence des dignitaires du Parti socialiste, Laurent Fabius profita de l’occasion pour apparaître couvert d’un chapeau gris à large bord et d’une écharpe noire. De la même manière lors d’une cérémonie organisée par la Mairie de Paris contre la peine de mort en décembre 2012, Robert Badinter apparut avec une écharpe rouge et un chapeau de feutre noir. Continuité et tradition.

49 L’utilisation chez François Mitterrand de la casquette est limitée à trois types de circonstances particulières : lors de ses promenades discrètes dans Paris, lors de ses voyages officiels en province (par temps froid, et pendant les visites ou déambulations extérieures), lors du pèlerinage à Solutré.

50 Le pèlerinage annuel de François Mitterrand sur la roche de Solutré fut très médiatisé tout au long de ses mandats présidentiels. En bref, il s’agit d’une promenade familiale effectuée le dimanche de Pentecôte, suivie d’une rencontre informelle avec des journalistes. Ce pèlerinage se situe non seulement à la confluence d’événements personnels, mais aussi d’une situation politique et d’un arrière plan historique ayant une certaine résonance commune. En effet, après s’être évadé d’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale avec plusieurs camarades de captivité, c’est dans cette région située aux confins du Nivernais que François Mitterrand trouva pour un temps refuge. À partir de 1946, ce promontoire rocheux s’élevant à 400 mètres d’altitude, devint le lieu d’une journée familiale — la famille Mitterrand et la famille Gouze — pour célébrer à la fois l’intimité d’une union (celle de François Mitterrand et de Danielle Gouze, son épouse) et la commémoration d’un passé (captivité et évasion d’Allemagne).

51 M. ABÉLÈS, Anthropologie de l’État (Paris, A. Colin, 1990), p. 139.

52 Le terme est défini par E. BENVENISTE dans Le vocabulaire des institutions indo-européennes. 2. Pouvoir, droit, religion (Paris, Minuit, 1969), pp. 29-33.

53 E. BENVENISTE, Le vocabulaire des institutions indo-européennes. 2. pouvoir, droit, religion (Paris, Minuit, 1969), p. 32.

54 Voir le chapitre XV “Inventer” in D. FLEURDORGE, Les rituels du président de la République (Paris, PUF, 2001).

55 G. SIMMEL, “Psychologie de la parure” in La parure et autres essais (Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 1998), pp. 81.

56 G. SIMMEL, “Psychologie de la parure” in La parure et autres essais (Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 1998), pp. 81-82.

57 Ce modèle de Rolex (Oyster) est le même que celui que portait déjà en 1983 Jacques Chirac (hebdomadaire Paris-Match, no 1777, du 17 juin 1983).

58 Il s’agit d’un cadeau d’anniversaire.

59 Porter une montre en politique est devenu un enjeu symbolique important. On peut noter que le publicitaire Jacques Séguéla a ajouté sa petite contribution sur la question. Lors de l’émission “Les 4 vérités” sur France 2 (13 février 2009), Jacques Séguéla avait répondu à la question du journaliste lui signifiant que l’image “bling-bling” du président et son goût pour les montres de luxe relevaient d’” une erreur de communication” : “C’est une erreur journalistique. Comment peut-on reprocher à un président d’avoir une Rolex. Enfin... Tout le monde a une Rolex. Si à cinquante ans, on n’a pas une Rolex, on a quand même raté sa vie !”. Dans un autre registre, le Député socialiste Julien Dray n’a guère été épargné sur cette question puisque en 2009 pour une même coupable passion horlogère (Rolex, Breguet, Patek Philippe, FP Journe) il fut un temps soupçonné de détournement d’argent.

60 La maison Bonnet, fondée dans les années 30 se définit comme œuvrant dans la “haute lunetterie” équivalent de la haute couture pour le vêtement.

61 Entre 3000 et 30000 € selon la demande et la nature des matières utilisées (écaille de tortue, diamants, etc.).

62 On notera au passage le cas d’Audrey Pulvar, (ex-)compagne du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, a été au centre d’une polémique concernant le montant des ses lunettes Bonnet (autour de 12000 € selon une estimation journalistique).

63 Marcel MAUSS, Sociologie et anthropologie (Paris, PUF, 1989), p. 365.

64 Ibidem, p. 372.

65 Ibidem, p. 385.

66 Voir en particulier sur les photographies de Conseils des ministres, des cérémonies officielles.

67 G. SIMMEL, Secret et sociétés secrètes (Paris, Circé, 1991), p. 53.

68 G. SIMMEL, “Psychologie de la parure” in La parure et autres essais (Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 1998), p. 79.

69 Le mercredi 17 avril 1985.

70 Roselyne Bachelot se présenta chaussée des Crocs roses à l’Élysée, à la suite d’un pari sur l’obtention par la France de 40 médailles aux Jeux Olympiques de Pékin (mercredi 27 août 2008).

71 Mercredi 17 mai 2012.

Auteur

Maître de Conférences habilité à l’Université Paul Valéry Montpellier III, Département de Sociologie

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540