Version classiqueVersion mobile

Le vêtement saisi par le droit

 | 
Alain Pousson

Préface

Serge Regourd

Texte intégral

  • 1 Ancien Testament XXXVI – 24.25.

1L’Ecclésiastique, déjà, retenait que “L’habit d’un homme proclame ce qu’il fait, sa démarche révèle ce qu’il est”1.

  • 2 Cf. not. R. DEBRAY : Cours de médiologie générale, Gallimard 1991.

2Ce constat ancien revêt aujourd’hui une importance décisive : Régis Debray et les médiologues2 ont remarquablement montré comment notre société contemporaine vit à l’heure de la vidéosphère, fondée sur le règne de l’image, ayant elle-même succédé à la logosphère et à la graphosphère. L’image a ainsi marginalisée l’écrit, et ce faisant, l’émotion a supplanté la raison.

  • 3 André GLUKSMANN : Dostoievski à Manhattan, Ed. Robert Laffon 2002.
  • 4 Cf. not Paul VIRILIO : L’art du moteur, Galilée 1993.

3Les “penseurs pour caméra” selon l’heureuse expression de Pierre Bourdieu n’ont pas hésité à mettre en œuvre le discours d’accompagnement d’une telle mutation sociétale en avançant que “théoriser, c’est terroriser”, et qu’en toutes occasions, il convient de “savoir émotion garder”3. Selon ce Vade Mecum, le recul analytique propre au raisonnement intellectuel a progressivement laissé la place à la proximité émotionnelle4 et définit de nouvelles modalités de représentation du réel.

4Le laborieux parcours de la maïeutique, intégrant une construction rationnelle en forme de causes et conséquences, de principe et d’exception, a fait place nette à l’immédiateté des représentations sensibles. Le régime des apparences a logiquement constitué un puissant facteur de promotion du vêtement comme premier élément de la représentation de soi et des identifications sociales.

  • 5 Pierre REVERDY En vrac Ed. du Rocher.

5Dans l’ordre médiatique, les émissions de “relooking” et autres aventures des “reines du shopping” sont en tête des hit-parades. Les hommes politiques et autres animateurs télévisuels ont fait de leur apparence vestimentaire un vecteur central de leurs “stratégies” de conquête et d’exercice du pouvoir. De nouveaux critiques de “l’habillage” et du “déshabillage” des personnalités publiques délivrent désormais leurs sentences sur les plateaux de télévision et dans les pages des magazines de référence les plus distinctifs, oubliant la sage observation du poète selon laquelle “la gloire est un vêtement de lumière qui ne s’ajuste bien qu’aux mesures des morts”5.

6Ce mode de l’image, de l’immédiateté apparente, de la séduction est, en principe, étranger au juriste. Le juriste reste, ontologiquement, ancré dans la graphosphère, dans le monde des traités, des constitutions, des lois et règlements, des conventions, où il convient, précisément, de s’émanciper des apparences, des impressions trop simples, pour confronter, déduire, construire, douter, ne perdant jamais de vue la mise en garde de Gaston Bachelard selon laquelle “sans le savoir, le visible n’est rien”.

7Bref, le droit et le vêtement n’étaient guère destinés à se rencontrer. Dans l’“archéologie du savoir”, ils pourraient paraître relever de deux strates sédimentaires les confinant dans des univers séparés, comme si le vêtement ne pouvait réellement constituer un objet juridique. Comme si le vêtement n’était guère susceptible d’être positivement saisi par le droit hors de la sphère des interdits, des atteintes à l’ordre public et aux bonnes mœurs… C’est un grand mérite qu’il convient de reconnaître au professeur Alain Pousson d’avoir pris l’initiative et la responsabilité d’un tel projet éditorial inédit visant à interroger la relation du vêtement et du droit selon une approche d’appréhension globale, outrepassant les limites des pathologies et des interdits juridiques.

8Il apparaît, certes, que les deux protagonistes en cause, le droit et le vêtement, ont un itinéraire historique commun. Le Pouvoir requiert, dans la durée, l’édiction de règles juridiques concernant sa dévolution et son exercice, mais plus encore des références symboliques. Pas de pouvoir sans liturgie, et pas de liturgie sans vêtements symboliques. Le vêtement-symbole n’est alors qu’un signe extérieur d’identification du pouvoir, dans l’ordre, si l’on veut, formel ou procédural.

9L’obligation du costume-cravate dans les assemblées parlementaires françaises n’a constitué, à cet égard, qu’un simple épiphénomène. Et lorsque un nouveau député, voici quelques années, avait choisi de faire sa rentrée parlementaire en “bleu de travail” pour signifier qu’il était le seul ouvrier parmi les 577 membres de l’Assemblée, son vêtement avait bien joué le rôle d’un puissant vecteur symbolique sur le terrain de l’identification du Pouvoir, sans cependant s’inscrire dans le champ juridique. La prohibition, dans certaines conditions, du voile islamique, constitue en revanche, un saisissant raccourci de la pertinence d’une réflexion approfondie sur la question du vêtement saisi par le droit.

10Après l’examen des modalités historiques d’une telle rencontre par la médiation du pouvoir, l’ouvrage coordonné par Alain Pousson s’applique à analyser la relation du droit et du vêtement dans ses différentes branches, du droit civil aux libertés publiques, en passant par le droit de la propriété intellectuelle, du droit pénal ou du droit du travail. Cette mosaïque luxuriante a la vertu de décrire, de proche en proche, un univers juridique le plus souvent trop ignoré par la corporation des juristes, et, assurément, plus encore par les professionnels du vêtement empruntant parfois des voies juridiques sans en avoir la moindre conscience, à la manière dont Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir…

11A l’heure où tant d’ouvrages juridiques sont conçus dans le cadre d’autoroutes thématiques à grande circulation, “le vêtement saisi par le droit” nous propose un “itinéraire juridique-découverte” particulièrement stimulant, de nature à devenir une référence incontournable pour tous ceux qui savent que la curiosité est l’une des qualités majeures des juristes.

Notes

1 Ancien Testament XXXVI – 24.25.

2 Cf. not. R. DEBRAY : Cours de médiologie générale, Gallimard 1991.

3 André GLUKSMANN : Dostoievski à Manhattan, Ed. Robert Laffon 2002.

4 Cf. not Paul VIRILIO : L’art du moteur, Galilée 1993.

5 Pierre REVERDY En vrac Ed. du Rocher.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search