Version classiqueVersion mobile

Opéra, politique et droit

 | 
Marie-Bernadette Bruguière

XVI. Le droit privé

Texte intégral

  • 1 Un opéra de L. Chailly (Côme 1959) s’intitule même Procedure penale.
  • 2 Sur ia peine de mort, J. Heggie, Dead Man Walking, McNally, San Francisco 2000. D. Alagna, Le derni (...)
  • 3 Mortari, Il contratto, Marotta et Randone, Rome 1964.
  • 4 F. Martin, Monsieur de Pourceaugnac, Genève, 23.4.1963, d’ap. Molière. Paisiello, Il Re Teodoro a V (...)

1Les circonstances de naissance et de développement de l’opéra dans les cours européennes ne sembleraient pas imposer une même richesse à l’égard du droit privé que du droit public. Le droit pénal est très présent, avec sa procédure1- dans maintes scènes de procès, mais le droit pénal est un droit mixte. Si l’on se réfère aux définitions romaines, ius publicum est quod ad statum rei publicae spectat, ius priuatum est quod ad singulorum utilitatem pertinet, la responsabilité délictuelle relève du droit privé, mais le châtiment des crimes est affaire de puissance publique dès qu’on sort des systèmes de vendetta2. Le mariage excepté, le droit civil semble peu se prêter à la mise en musique. Condition des personnes, filiation, régimes matrimoniaux, successions, biens et contrats – un opéra s’appelle Il Contratto3 – sont pourtant bien présents. Des juristes sont cités, même peu sérieusement. Si vous consultez nos auteurs, Législateurs et glossateurs, Fernand, Rebuffe, Jean Imole, Paul Castre, Julian, Barthole, Jason, Alciat et Cujas, disent les avocats de Pourceaugnac. Gafforio cite Grotius ou Pufendorf. Un opéra de Monsigny s’intitule Le maître en droit en 1760. Carlos de Vargas cherchant incognito sa sœur et Alvaro passe pour l’étudiant Pereda et affirme Baccelliere mi fè Salamanca, Sarò presto in utroque dottore. Notaires ou avocats sont des déguisements favoris : faux avocats, Martino et Lisetta sembrano due satrapi d’Egitto à Don Pistacchio, débitant pompeusement avec une lourde plaisanterie sur le nom de Tacite Qui è Baldo, e Bartolo, È qui Solone, Qui v’è Demostene, V’è Cicerone. Salvete Domini, Valete amici. Siam qui a difendere La verità. Ma già che trattasi Di matrimonio Cornelio tacito décidera4.

  • 5 Marinuzzi, Jacquerie, Donaudy d’ap. Sue (Les mystères du peuple), Buenos-Aires 1918. Donizetti, Ade (...)
  • 6 Rossini, La pietra delparagone, Romanelli, Sc. 1812.
  • 7 Rossini, Otello, Berio, Naples 1816. Donizetti, L’assedio di Calais, Cammarano, SC 1836. Puccini, M (...)

2Certes, les références juridiques sont rarement précises et parfois erronées : Jacquerie repose sur l’imaginaire ius primae noctis ; un édit aussi imaginaire de Charles le Téméraire interdit sous peine de mort à un noble d’épouser une roturière. Un droit canonique fantaisiste déclare un mariage nul pour stérilité de l’épouse, expédiant d’office la répudiée au couvent5. Les compositeurs sont rarement juristes (certains ont tôt abandonné leurs études de droit) ; les librettistes le sont parfois, mais prennent des libertés avec le droit des époques anciennes. Ne cherchons pas de rigueur dans l’histoire du droit ou le droit comparé : Chine, Inde, Mexique et Pérou précolombiens, Babylone, Égypte des Pharaons ou des Ptolémées, Grèce antique et Rome même tendent à s’affubler d’un ius commune dont les règles conviendraient mieux à l’époque et au pays du librettiste ou à des temps et lieux de fantaisie. Mais les questions de droit sont là. Leur importance est variable, variable aussi leur traitement musical : l’opéra baroque tend à les expédier en recitativo secco, réservant les airs à la description des états d’âme. L’opera buffa, surtout à partir de Rossini, en tire plutôt des ensembles, tel le fameux Sigillarà ! qui concerne un séquestre6. Othello demande à être naturalisé vénitien dans un récitatif accompagné, D’Africa figlio, Qui straniero son io, Ma se questo suolo Piucchè patria rispetto, Ammiro ed amo, M’abbia l’Adria quai figlio. C’est au contraire dans un grand ensemble qu’Eustache de Saint-Pierre démasque l’espion anglais usurpateur de la qualité de français, Franco non è costui ! L’appel de Cio-Cio-San à la legge del [suo] paese, gli Stati Uniti, s’inscrit dans le discours continu habituel à Puccini7.

  • 8 Gounod, Faust, Barbier et Carré, Paris 19.3.1859, 1. Dvorak, Le Diable et Catherine, A. Wenig, Prag (...)
  • 9 Verdi, Falstaff, Boito d’ap. Shakespeare (The rnerry wives of Windsor, 1600-1601), Sc. 9.2.1893, II (...)
  • 10 Meyerbeer, Le Pardon de Ploërmel, Barbier et Carré, OC 4.4.1859, I 5. Sarro, L’impresario delle Can (...)

3La « mise en musique » du droit commercial, technique et a priori peu dramatique, semble plus délicate, bien qu’il soit amplement présent en littérature comme l’atteste la Comédie humaine. Mais l’argent joue son rôle dans les intrigues comiques ou tragiques et l’opéra n’a pas manqué de le chanter, d’abord dans les Enfers : le Méphisto de Gounod rappelle Le veau d’or est toujours debout ! On encense sa puissance D’un bout du monde à l’autre bout ; les démons de Dvorak proclament Gloire à la puissance de l’or. Dans le Ring wagnérien, tous les mondes, dieux, géants, Nibelungen, hommes, gravitent autour de la mystérieuse puissance de l’or du Rhin : dès la première scène du Rheingold, Woglinde se moque d’Alberich, Il ne raillerait pas la parure de l’or s’il en connaissait toutes les merveilles, et les derniers mots du Gôtterdammerung, Zurück votn Ring, Éloignez-vous de l’anneau, sont l’ultime effort de Hagen pour récupérer l’or. Plutus est cet aimable Dieu, de qui la main dispense Ce qui rend les mortels heureux ; (Sa) vaste puissance Réunit pour (lui) tous les vœux8. Dans le monde humain, la puissance de l’or est fréquemment évoquée. Ford venant trouver Falstaff explique Si suol dire che l’oro apre tutte le porte. Il paie Falstaff pour séduire sa femme et promet, Se non basta quel sacco, altri ne avrete, Vi dard tutto il mio, ma contro lei Vo’che formiate un amoroso attacco. Le Fluth/Ford de Nicolai fait écho, pour que vous disposiez de tous les moyens, permettez-moi de laisser ce sac d’or à votre disposition. Le Falstaff de Vaughan Williams assure Money is a good soldier. Le Figaro de Paisiello ou de Morlacchi dit crûment Senza d’un poco d’or..., sans un peu d’or, rien ne se fait ; plus éloquent, celui de Rossini décrit au comte Almaviva l’effet miraculeux de l’or sur ses talents, All’idea di quel metallo Portentoso, onnipossente, Un vulcano la mia mente Incomincia a diventar. Marcellina croit de même que L’argent fait tout. Rocco proclame naïvement Es ist ein schones Ding, das Gold. Éléazar exulte, Ces bons écus, cet or que j’aime, Chez moi, chez moi vont revenir. Les aventuriers cherchant une mine perdue pensent aussi que l’oro è un ente si giocondo Che fa hello tutto il mondo9. Hoël rêve de richesse pour Dinorah, Ces trésors, ô ma fiancée, Mon cœur où vivait ta pensée Ne les a jamais enviés Que pour les jeter à tes pieds. Nibbio se vante de n’être pas un imprésario ordinaire, precipito a sacchi i miei denari. André le douanier rêve de richesse grâce aux primes. Regina et ses frères volent et tuent pour conclure une affaire. Même les princes de l’Église au concile de Trente ne sont pas au-dessus des soucis financiers : Budoja s’inquiète de ses frais si le concile se prolonge et attend une aide de Rome, Verlangen wird man nicht..., on ne peut pas nous demander de fabriquer des ducats. Le geôlier auquel Maddalena offre gioielli et denaro s’étonne, Evento strano in tempi d’assegnati. Ce n’est pas la seule allusion à des dévaluations : l’hôtelier d’Etienne Marcel jette, rageur, Argent rogné ! Je dis que cette pièce est de mauvais aloi. Et quand Pierre lui rappelle l’édit du roi, il s’insurge, assimilant selon la théorie médiévale dévaluation et faux monnayage, Voyez, amis, comme on nous vole au nom du roi ! Je gagne à grand peine une obole. Je paye des impôts fort lourds, et ces seigneurs, Grâce aux édits royaux, se font faux monnayeurs. Dans la première opérette viennoise située en Amérique, le milliardaire malheureux porte le nom révélateur de Vandergold. Et n’a-t-on pas un Opéra de quat’sous10 ?

4Parent pauvre, au moins parmi les œuvres enregistrées, le droit social n’est cependant pas tout à fait ignoré.

Droit civil

5On évoquera les personnes, la famille, les biens et les obligations, les successions et régimes matrimoniaux.

Les personnes

Identité des personnes

  • 11 R. Strauss, Der Rosenkavalier, Hofmannsthal, Dresde 26.1.1911, II et III.
  • 12 Haendei, Giove in Argo, Lucchini, Londres 1737. M. Marais, Sémélé, Houdar de la Motte, Paris 9.4.17 (...)
  • 13 Métastase, L’Olimpiade : Caldara, Vienne 1733, Vivaldi, Venise 1734, Pcrgolèse, Rome 9.1.1735, Leo, (...)
  • 14 Vivaldi, L’oracolo in Messenia ovvero Merope, Zeno (nombreuses autres versions de Merope), Vienne 1 (...)

6La question de l’identité et du nom se pose surtout pour les faux. Sophie Faninal sait par cœur tous les prénoms du comte Rofrano, Octavian Maria Ehrenreich Bonaventura Fernand Hyazinth, mais à l’acte III, pour éviter le scandale, Ochs tente de faire passer « Mariandel » (Octavian déguisé en femme) pour sa fiancée, die Jungfer Faninal, Sophia Anna Barbara, Mademoiselle Faninal, Sophie Anne Barbe, fille légitime du noble Monsieur de Faninal, demeurant à la cour, dans son propre palais11. L’opéra baroque adore les fausses identités, parfois multiples pour un même personnage. Jupiter devient Aretes ou Idas pour séduire Isis, Calisto ou Sémélé. Bacchus courtise Ariane sous le nom d’Evanthes. Zaïs ou Neptune, pour être aimés pour eux-mêmes, cachent leur nom et leur rang à Zélidie et à Naïs12. Métastase embrouille à plaisir les choses : dans L’Olimpiade, Megacle se présente sous le nom de Licida (qui le lui a demandé), Licida se fait appeler Egisto avant d’être reconnu comme Filinto, fils perdu de Clistene, Argene passe pour la bergère Licori13. Epitide se dit Cleon pour reprendre son royaume, sauver son peuple et sa fiancée. Sesostri, pour recouvrer son trône, se présente au tyran Amasi, l’assassin de son père, sous le nom d’Osiri : c’était le fils naturel d’Amasi, que Sesostri vient de tuer. Sandrina dissimule la marquise Violante fuyant la jalousie de Belfiore. Don Giovanni et Leporello échangent leurs identités. Guglielmo et Ferrando deviennent des Albanais et Despina un notaire. Olimpia pour reprendre son fiancé devient la fruitière Limpiella et la fausse Parisienne Madama Tupè. Arminius prisonnier se cache sous le nom d’Eraste. Tarare, pour sauver sa femme, pénètre dans le sérail en « esclave muet ». Encore n’y a-t-il pas là de femme déguisée en homme ou inversement, comme souvent chez Cesti, Haendei ou Cavalli. La plus complexe (et scandaleuse) usurpation d’identité est dans Calisto, où Jupiter prend l’aspect de Diane pour séduire Calisto14.

  • 15 Cimarosa, Artemisia, Cratisto Jamejo P.A. (G.B. Colloredo), Fen. 18.1.1801 (posth., inach. : Cimaro (...)
  • 16 Rossini, La Donna del Logo, Tottola d’ap. Walter Scott, SC 24.10.1819, Maometto II, Cesare della Va (...)
  • 17 Tanéiev, Oresteia, Wencksterr, Moscou 1895. Milhaud, L’Orestie, Claudel, Bruxelles (radio) 1949. Ha (...)
  • 18 Mayr, Alfredo il Grande, Merelli, Bergame 26.12.1819. Coccia, Rosmonda d’Inghilterra, Romani d’ap. (...)

7Ces déguisements persistent au XIXe siècle, voire au XXe. Artaxerxès de Perse devient Siface pour fuir le traître Artaban et courtiser Artémise. En Chine, le prince Tongai, sous le nom de Julda, échappe à l’usurpateur Hoango. Lucilio et Roberto passent pour un prince persan et son garde des sceaux pour épouser Ernestina et Fulvia, que leur père, tel Monsieur Jourdain, refuse à des marchands. Comme la Silvia de Marivaux, Berenice prend la place de sa camériste pour découvrir son fiancé Alberto, et Parmenione se substitue à Alberto, dont la valise lui est restée par erreur. Le comte Asdrubale passe pour son créancier turc pour éprouver ses amis et Clarice se transforme en son frère jumeau pour décider le comte à demander sa main. Almaviva devient l’humble Lindor, un soldat ivre ou un élève cafard de Basile15. Le roi Jacques d’Écosse cherche l’aventure et l’amour d’Elena sous le nom d’Uberto. Mahomet II espionne et séduit Anna Erisso ou Pamyra déguisé en Uberto de Mytilène ou Almanzor. Ricciardo devient un guide africain et Ircano Il cavalier del Pianto pour délivrer Zoraïde. Romilda s’habille en page pour sauver son mari, Felicia en chevalier pour retrouver son fiancé Armand (devenu Elmireno à la cour d’Égypte), Emma en barde et Edemondo en berger pour se protéger et retrouver leur fils. Sofia s’équipe en chevalier pour accompagner Sargino (lui-même incognito) à Bouvines où ils sauvent le roi. Agnès de Méranie se masque en Alaide et son frère Léopold s’appelle Valdeburgo pour lui rendre visite16. Oreste dissimule son identité pour annoncer sa fausse mort à Clytemnestre, ou en Tauride à cause de son matricide17. Alfred le Grand se fait ménestrel devant son ennemi. Henri II d’Angleterre ou Pierre de Castille courtisent en simples chevaliers Rosemonde Stafford ou Maria Padilla. Stiffelio s’est marié sous un faux nom. Diego dans Caritea devient Don Pirro pour sauver sa reine et sa patrie. L’héritier de France est « Jean de Paris » pour rencontrer sa promise. Philippe-Auguste négocie son mariage à la cour impériale en passant pour son propre ambassadeur. Le prince d’Écosse se croise sous le nom de Cavalière del Leopardo. Pisani se dissimule sous la défroque du « bravo » pour retrouver Violetta. Le duc de Mantoue, pour conter fleurette, devient l’étudiant Gualtier Maldè. Gaston de Sirval est le peintre Carlo pour courtiser Linda. Elvira, reine de Léon, se déguise en campagnarde et déjoue avec le « muletier » Manuel (l’infant de Castille) les machinations de Don Pedro. Gustave III consulte Arvedson, le Régent Murray Meg, et Riccardo Ulrica sous l’aspect d’un matelot. Ford devient Fontana, Fluth ou Brook pour négocier avec Falstaff la séduction d’Alice. Calaf cache son nom pour sa sécurité puis pour son amour18.

  • 19 Sullivan, Ivanhoe, Sturgis, CG 31.1.1891, rév. Liverpool 14.2.1895. Marschner, Der Templar und die (...)

8Il n’y a pas là que des « extravagances italiennes » : Richard Cœur-de-Lion redécouvre son royaume en Chevalier Noir. Léonore devient Fidelio pour délivrer son époux et Mariana Isabella pour reprendre son mari infidèle. Et Wotan n’est-il pas Wälse et le Voyageur ? Dans l’opéra comique ou bouffe, ces situations se multiplient. Pluton est Aristée et Jupiter une mouche dans Orphée aux Enfers. Dragonette remplace à l’armée son jumeau parti chercher du renfort. Octavian devient Mariandel pour sauver l’honneur de la Maréchale à l’acte I et pour déconsidérer le baron Ochs à l’acte III. Zdenka passe pour un garçon : ses parents ne peuvent doter deux filles. Le meunier, grâce à son chat, acquiert l’identité de « marquis de Carabas »19.

  • 20 Donizetti, Francesco di Foix, Gilardoni, Naples 1831 . Rossini, Il signor bruschino, Foppa, Venise, (...)
  • 21 Enesco, Œdipe, Fleg d’ap. Sophocle, Paris 13.3.1936. Orff, Oedipus der Tyrann, Sophocle tr. Hölderl (...)
  • 22 Soliva, La testa di bronzo ossia La capanna solitaria, Romani (d’ap. le mélodrame d’Augustin, mus. (...)

9Les motifs de ces métamorphoses sont multiples, du futile au quasi-métaphysique. La chose n’étonne pas : le page Edmondo, pressé de nommer l’inconnue arrivée à la cour, déclare naturellement Se il suo nome è falso o no, v’ha del dubbio, non si sa, sans choquer personne. Mais si II Signor Bruschino traite l’usurpation d’identité sur le mode bouffe, le ton change dans Boris Godounov avec l’arrêt des boyards contre le faux Dimitri20. Signalons les identités perdues, établies par de vieux serviteurs, la croix de la mère, une marque ou des procédés analogues : Gdipe, Ormindo, Erismena et Idraspe, Dori, Zaïre et son frère, Clotilde Talbot, Mignon, Maria Boccanegra, Siveno fils d’Eumene, Argilla la Zingara, Ascanio « le frère amoureux », Silvana l’enfant trouvée parmi les loups, Werner le trompette baron21. Parfois le détenteur du secret révèle l’identité de justesse comme dans La Testa di bronzo, ou au contraire trop tard, dans Parisina, où la haine trop consolidée n’est qu’un moment suspendue. Le retard peut être volontaire : Éléazar ou Azucena accomplissent leur vengeance, Rachel ou Manrico meurent sans savoir qui ils sont22.

L’état des personnes

Liberté et esclavage

  • 23 Vinci, Le Zite in galera, Naples 1722 (III 15). Gluck, La rencontre imprévue, Dancourt, Vienne 7.1. (...)
  • 24 L. Mosca, L’Italiana in Algeri, Anelli, Sc. 16.8.1808. Rossini, même liv., Venise 22.5.1813. Verdi, (...)
  • 25 Rameau, Les Indes galantes, I, Le Turc généreux.
  • 26 Beethoven, Le.v ruines d’Athènes, Kotzebue, 1811, n° 2. Verdi, Il Corsaro, 111. Cilea, Dejanice, Za (...)
  • 27 P. Ruders, Tjenerindens Fortaelling (Le conte de la servante, d’ap. M. Atwood, The Handmaid’s Tale) (...)

10La liberté personnelle peut comme d’autres droits être vue a contrario. L’esclavage, de règle dans les opéras « antiques », est courant aussi dans les œuvres « modernes ». Les Barbaresques ont été actifs jusqu’à la prise d’Alger en 1830 : les esclaves ramenés de Barbarie, libérés en Italie, au début du XVIIIe siècle, comme dans Le zite in galera, ne sont pas une fantaisie. Rechercher un proche sur les marchés d’esclaves ou en pays esclavagiste n’est pas qu’une péripétie romanesque23 et plutôt qu’un Mustafa vite berné, on peut avoir pour maître une brute comme Séid24. Tous les Turcs ne sont pas « généreux »25, Osman même ou le Sélim mozartien ont leurs moments de fureur. De façon générale, l’esclavage est reconnu en fait, mais condamné : citons la plainte du Grec, Ohne Verschulden Knechtschaft dulden, Harte Not, le cri de Gulnara, Schiava son io, corsaro ! E può la schiava un palpito sentir per l’oppressore ? ou encore l’exclamation vengeresse de Labdaco, Ognor la vendetta Nello schiavo tien desto il furor. Au Brésil, Americo et la comtesse de Boissy s’y opposent, elle n’achète de nombreux esclaves que pour les affranchir aussitôt et prédit l’abolition, Un astro splendido nel ciel appar. Koanga invoque sur l’esclavage la vengeance des dieux vaudou. Tamas accuse ceux qui l’ont asservi, Mi toglieste a un sol ardente, Ai deserti, aile foreste, Perchè fossi ognor languente Qui tra nembi e tra tempeste, Mi toglieste e core e mente, Patria, nume e libertà. Vestapor hait Rome qui l’a réduit à l’esclavage et dont il prépare la défaite pour se libérer, Ces palais, ce temple redouté Ne seront plus que des cendres brûlantes D’où jaillira la liberté. Virginia est réduite frauduleusement en esclavage par un procès truqué : Di Marco il dritto è chiaro, nè dubiezza resta, ella è sua schiava, la sentenza è questa, prononce le décemvir Appio qui convoite la jeune fille et dont Marco est l’homme de paille. Abigaille découvre, cache et nie sa qualité d’esclave, Prole Abigaille di schiavi !... Io schiava ? Tale ti rendo, o misera, il foglio menzogner ! Amnéris rappelle à Aida son total asservissement, Trema, vil schiava ! Del tuo destino arbitra io sono. Osmin, ridicule quand il veut agir ainsi avec Blondchen qui se moque de lui, aurait pourtant tous les droits, J’ordonne, tu obéis -Les filles ne sont pas des marchandises dont on fait cadeau, je suis anglaise et je défie quiconque de me contraindre à faire quelque chose. Allazim critique l’esclavage face au sultan Soliman26. Dans la République de Gilead, les Etats-Unis devenus république protestante intégriste, les femmes sont réduites à l’esclavage : les servantes affectées à la procréation pour suppléer les épouses stériles (selon l’épisode biblique de la servante de Rachel) n’ont ni droits ni libertés ni même nom : on les appelle Tilfred, Tilglen, Tilwarren, De Fred, De Glen, De Warren (nom du maître). Elles ne doivent pas voler, commettre d’adultère ou de « trahison de genre », divorcer, avorter, lire ou écrire, ni commettre aucune trahison contre Gilead27.

  • 28 Grétry, La caravane du Caire, Chédeville, Fontainebleau 30.10.1783, 1, 2 et II, 5. Méhul, Joseph, D (...)

11Les ventes d’esclaves se déroulent en général dans des pays où elles sont légales : Husca se réjouit de vendre Zémire, J’aurai d’une femme si belle Du Pacha deux mille ducats, et au marché du Caire les captives se présentent elles-mêmes. Mais il est au moins une vente illégale, celle de Joseph par ses frères, À des marchands de l’Arabie, Comme un esclave ils m’ont vendu. Tandis que, du prix de leur frère, Ils comptaient l’or qu’ils partageaient, Hélas, moi, je pleurais mon père Et les ingrats qui me vendaient ; les frères n’ont pas le droit de vendre Joseph, né libre (seul son père le pourrait exceptionnellement dans certains droits orientaux). De légalité douteuse, le « rachat » par Don Pedro à Vasco de Gama de Sélika et Nélusko, que Vasco a donnés à Inès, Marché conclu ! Tous deux je vous les paye ; à Lisbonne, de telles ventes sont anormales, mais Don Pedro vient d’épouser Inès (qui a accepté pour sauver Vasco) ; ce paiement est l’insulte suprême au rival à qui il a volé fiancée et découvertes (le livret omet de dire si Vasco rejette l’argent...)28 .

  • 29 Gomes, Lo Schiavo, II. Masscnet, Roma, I. Stradella, Lo schiavo liberato, Baldini, Rome 1674. Couro (...)

12Les esclaves peuvent être libérés : la comtesse de Boissy libère les siens, Col mio riscatto Quest’oggi avranno piena libertà. Fabius réclame un affranchissement massif, pour le salut de Rome après Cannes, puisque les guerriers libres sont morts, S’il n’est plus de Romains, libérez vos esclaves, Affranchissez les forts, les meilleurs, les plus braves ! Mais le titre de Stradella, Lo schiavo liberato, est trompeur : c’est d’un doux esclavage amoureux près d’Armide qu’on libère Renaud, Quell’intrepida virtù... si ritolga a servitù, si riponga in libertà. Dans le Couronnement de Tarare, l’épisode des esclaves est pompeux, involontairement burlesque : un député du Zanguébar amène des esclaves à Tarare, Vos noirs sujets d’Afrique, aussi soumis que braves, Vous offrent leur tribut d’esclaves. Enchaînés par nos mains et domptés par nos coups, Flétris sous le poids des entraves, Quoi qu’on ordonne d’eux, ils vous béniront tous. Tarare avec majesté déclare Plus d’infortunés parmi nous. Le despotisme affreux outrageait la nature, Nos lois vengeront cette injure, Soyez tous heureux, levez-vous. Beaumarchais a souligné qu’il ne disait pas Vous êtes libres (car il ne s’agissait pas de décider à la place de la Constituante sur de tels principes). Tous les Nègres se lèvent et crient Holà ! L’un d’eux, exalté, s’exclame Holà ! doux esclavage Pour Congo, noir visage. Bon blanc, pour nègre il est humain ; Nous, bon nègre, a cœur sur la main. Nous, pour blanc Sacrifie, Donner sang, Donner vie, Priant grand fétiche Ourbala ! Pour bon grand peuple qu’il est là. Ourbala ! l’y voilà. Beaumarchais a également tenu à insister sur ce « doux » esclavage29.

Puissance paternelle et tutelle

  • 30 Verdi, Luisa Miller, I 1. Donizetti, Linda di Chamounix. Paër, Agnese, Buonavoglia, Ponte d’Attaro, (...)
  • 31 Rossini, Tancredi, Rossi, Fen. 6.2.1813 ; La Donna del lago ; Bianca e Falliero, Romani, Sc. 26.12. (...)
  • 32 Vaccai, Giulietta e Romeo, Romani, Sc. 1825. Bellini, / Capuleti e i Montecchi, Romani (qui a procé (...)
  • 33 Catalani, La Wally, Illica, SC. 20.1.1892. Donizetti, Giovedi grasso, Gilardoni, Naples 26.2.1829. (...)
  • 34 Carafa, Le nozze di Lammermoor, Balocchi, Paris 12.12.1829. Smareglia, Nozze islriane, Illica, Trie (...)

13Les personnes libres peuvent être sous la puissance des parents ou d’un tuteur. Comme celle du mari, l’autorité du chef de famille est naturelle et en principe absolue, parce que calquée sur celle de Dieu. Mais la même ressemblance divine doit la tempérer, In terra un padre sommiglia Iddio Per la bontade, non pel rigor... Non son tiranno, padre son io. L’autorité peut être bénigne ou parcourir la gamme de la tyrannie. Les parents de Linda sont pleins de tendresse et de complaisance pour leur fille, à l’opposé de la mère de Carlo/Gaston de Sirval mais celle-ci, qui ne paraît pas sur scène, cède aux prières de son fils, tandis qu’Antonio a maudit Linda quand il l’a crue coupable. Le père le plus tendre est rigide en matière d’honneur : Uberto ou Varner pardonnent à Agnese ou Adelina, mais quand leur situation est régularisée et leur enfant légitimé par mariage subséquent. Ircano, irrité contre Zoraide, se bat pour la sauver et autorise finalement son mariage avec Ricciardo : Corne spegner si puo l’amor di padre, soupire-t-il30. Mais bien des pères sont inflexibles quand il s’agit de mariage. Argirio se veut sec quand Amenaide refuse le prétendant imposé, E d’irritar paventa la patria e il genitor, Douglas est péremptoire, Taci, lo voglio e basti, Contareno brutal, Pensa che ornai resistere Al mio comando è vano, Ulric intransigeant, Ubbidienza ornai Voglio da te... Si tronchi ogni dimora, A rispettar comincia L’autorità paterna. Sostrate rappelle à Rosmene Sai tu quai devi ubbidienza al mio Risoluto voler. Sinibaldo, père de sainte Rosalie, veut contraindre sa fille, Figlia, ubbidisci e taci, conchiuse ho le tue nozze... Vogli o non vogli, al mio voler t’appiglia31. Capellio, chez Vaccai, menace Giulietta de mort si elle refuse d’épouser Tebaldo, mais son épouse Adèle proteste contre ce traitement infligé à sa fille. La menace a disparu chez Bellini, mais Capellio reste si dur que chacun rend ce spietato responsable de la catastrophe finale. Capulet, si jovial et bonhomme à l’acte I, se durcit mais préfère éviter de faire lui-même la sale besogne, Frère Laurent saura te dicter ton devoir. Cappellio de’Cappelletti veut sauver des rumeurs l’honneur de Giulietta par un prompt mariage, Prima che annotti, Sposa a Paride andrai... È forza... Ritrarti orpiù non puoi32. Stromminger donne à Wally un choix brutal, Ti asciugi ad obbedir Oppur tu te ne andrai. Le colonel dit à Nina Taci, lo voglio, Ed io comando. Davenaut ordonne à Malwina d’épouser Ruthven avec une violence croissante, allant jusqu’à la maudire quand elle persiste dans son refus ; une fois le vampire démasqué et sa fille sauvée in extremis, il se dira déchu de sa puissance paternelle et bénira l’union de Malwina et d’Aubry. Ramon, père de Mireille, est dur et violent dans sa vision d’un chef de famille autocratique, Un père parle en père, un homme agit en homme ! Le chef de famille autrefois Était le maître, et tout se courbait à sa voix ! Et quand Noël voyait devant la table sainte S’asseoir l’aïeul, avec sa génération, Le doux vieillard calmait toute rébellion Et faisait taire toute plainte, En versant sur ses fils sa bénédiction ! Mais que l’un d’eux osât braver sa loi suprême, Dieu juste ! Il l’eût tué peut-être : singulière douceur... Le marquis de Calatrava renie sa fille qui lui a désobéi. Le père de Louise se veut doux et ferme à la fois, La liberté que tu demandes, c’est la liberté de courir les rues, la liberté de nous déshonorer. N’est-ce pas t’aimer que te supplier Quand j’aurais le droit de te commander ? Le roi Zomusko tente d’intimider sa fille pour lui faire trahir son mari, Trema, superba figlia, d’un genitor ojfeso. Ségeste veut séparer sa fille de son époux Arminius et rompre le mariage prévu entre son fils Sigismond et la sœur d’Arminius. L’autorité s’exerce en effet aussi bien sur le fils que sur la fille : le comte Walter ordonne à son fils d’épouser Federica, avant de faire pression sur Luisa. Luddorf rejette son fils Rodolphe qui refuse de sacrifier son amour, Un fils coupable ! Un fils rebelle ! Va t’en, je te maudis. Le roi de Portugal s’efforce d’imposer sa volonté à Don Pedro et finit par le maudire. Le comte rappelle Qui non havvi altro voler che il mio. Mais Albert souligne que Les droits d’un père ont des limites33. Certains pères préfèrent user de dol : lord Ashton, père de Lucia, chez Carafa, ou Bara Menico, père de Marussa, mentent à leur fille en inventant l’infidélité de leur fiancé34.

  • 35 Donizetti, Linda di Chamounix, Rossi, Vienne 1842, Maria de Rudenz. Janacek, Jenufa, cp, Brno 1904, (...)
  • 36 L. Ricci, La serva e l’ussaro, Pavie 21.5.1836. Donizetti, Lucia di Lammermoor, Cammarano, SC 26.9. (...)

14À défaut de père, la mère, le frère, les beaux-parents ou d’autres parents exercent l’autorité et en abusent parfois35. Des marâtres usurpent l’autorité de leur époux ; traitée en servante, Angelica voudrait être libérée, mais son père Giorgio est faible et ne songe qu’à échapper à sa femme par des amours ancillaires : en lui suscitant une aventure avec une fausse servante (un homme déguisé), les amoureux arriveront à leurs fins. Enrico Ashton persuade faussement sa sœur qu’Edgardo l’a trompée et lui ordonne sans ménagement un autre mariage. D’autres frères sont bienfaisants mais farceurs, tel Max qui dans Le Chalet ou dans Betly favorise par des ruses le mariage de sa sœur. Le beau-père de Katerina Ismaïlova la surveille et la désire, mais la traite en servante quand il exige son plat de champignons. La Kabanicha ordonne à Katia de lui obéir comme à sa propre mère. Eudossia se plaît à souligner les déficiences de maîtresse de maison de Silvana en la comparant défavorablement à sa première bru. Archibaldo s’érige en gardien et en vengeur de l’honneur familial, étrangle Fiora et dépose un poison sur ses lèvres pour tuer l’amant inconnu : Avito en effet est tué, mais Manfredo, le fils d’Archibaldo, désespéré, embrasse Fiora à son tour et meurt36.

  • 37 Stradella, Il Trespolo tutore, Villifranchi, Rome 1676. Même titre, Cocchi, Rome 1752. Smetana, Le (...)
  • 38 Martin y Soler, Il tutore burlato, Livigni (pour Paisiello, La Frascatana, inspiré librement de L’É (...)
  • 39 E. Dupuy, Ungdom o Galskab (Jeunesse et folie), Bruun d’ap. Bouilly (Une folie, pour Méhul, 1803), (...)
  • 40 Donizetti, Maria de Rudenz, Cammarano, Fen. 30.1.1838. Massenet, Le portrait de Manon, G. Boyer, OC (...)

15Cette autorité, même abusive, est en principe légitime. On peut s’en plaindre, mais les infractions sont rares et condamnées. L’autorité du tuteur en revanche – parce qu’elle n’est pas « naturelle » ?– est fréquemment contestée et ridiculisée. I Tutori d’Avossa en 1757 ou II Tutore e la Pupilla de Cafaro et J. Ch. Bach en 1762 ne sont pour nous que des titres. La jeune Artemisia préfère son tuteur bougon Trespolo à ses jeunes soupirants, Hedvika aime son tuteur Vok et l’épouse malgré le Diable37. Ce sont des exceptions. Il tutore burlato fait l’effet d’un pléonasme et pourrait être le sous-titre d’une foule d’œuvres plus ou moins célèbres38. Chez Paisiello, Morlacchi ou Rossini, le Bartolo du Barbiere di Siviglia est pompeusement ridicule. Grondal, sa réplique, l’est autant. Blinval est un plus noir scélérat qui voudrait épouser sa pupille quand sa femme sera morte. Aldobrandin, tuteur de Clémentine, tente de s’imposer comme époux (il est allé jusqu’à vendre comme esclave le père de la jeune fille pour s’emparer d’elle et de sa fortune). Parfois, on moque à la fois le tuteur maladroit et son prétendant burlesque. La reine du Brésil force ses tuteurs du Conseil de régence à la laisser choisir son mari (leur incompétence a permis le vol des diamants de la couronne) et fait un mariage amoureux et patriotique avec Don Henrique : Puisqu’on me laisse Reine Et maîtresse De ma tendresse et de ma main, Au lieu de prendre aux yeux de tous Un étranger pour mon époux, Parmi vous, Nobles Seigneurs, Je l’ai choisi, Et le voici. Le tuteur peut être ridicule mais non tyrannique : Pascariello, recevant une lettre où sa pupille refuse le mari qu’on lui destinait, pense d’abord à l’épouser lui-même (La dote è rispettabile)39. Mais la tutelle peut être tragique ou au moins sérieuse : Maria de Rudenz prétend envoyer de force au couvent sa pupille et rivale. Des Grieux vieilli veut interdire à son pupille une mésalliance, mais cèdera, tant la jeune Aurore ressemble à Manon, sa tante. L’Angleterre nous offre un tuteur « officiel » à la fois burlesque et plutôt sympathique, le Chancelier, The constitutional guardian I am of pretty young wards in Chancery, all very agreeable girls, and none are over the age of twenty-one. A pleasant occupation for a rather susceptible Chancellor. Mais la fin d’une tutelle est jubilatoire : le Chérubin de Massenet proclame son intention de faire en la circonstance mille sottises, Plus de tuteur ! La liberté ! Je veux faire tant de bêtises Que vous serez épouvantés40 !

La famille

16Fondement naturel de la société, elle repose sur le mariage, dont le but est d’obtenir une postérité.

Le mariage

Conditions de validité

  • 41 Moniuszko, Straszny Dwor (Le manoir hanté), Checinski, Varsovie 28.9.1865. Cilea, Gina, Golisciani (...)
  • 42 Vaccai, Giulietta e Romeo. Bellini, I Capuletti ed i Montecchi. Donizetti, La fille du régiment, Ba (...)

17On peut, nous le verrons, le conclure par lettre de change, mais c’est exceptionnel. Il est plus courant de faire une demande, comme les deux frères Zbigniew et Stefan, qui se voulaient pourtant célibataires endurcis, ou de dire simplement comme Giulio, La man di tua sorella, Uberto, a te domando41 . La demande peut être plus complexe : chez Vaccai et Bellini, Roméo passe pour son page pour demander la main de Giulietta ; ainsi Capellio trouvera un nouveau fils, remplaçant celui que le Montecco a tué au combat. Tonio doit faire sa demande à tout le régiment dont Marie est la « fille », et « les pères » répondent Puisqu’il a su plaire, Il faut en bon père Ici consentir. La réponse est variable. Buonafede est ravi d’accorder ses filles et sa servante aux dignitaires du royaume de la lune, sans reconnaître leurs soupirants déguisés. Le vieux roi Abio autorise volontiers son fils Absalom à épouser Eteri, humble orpheline. Mais Orlando Lambertazzi et son fils refusent brutalement la main d’Imelda à Bonifacio Geremei, comme est repoussée la demande de Roméo. Quand Dimitri déclare Son pronto a farti la mia sposa, Katiusha éclate de rire Il principe Dimitri Nekhidoff Ha l’onore di chiedervi la mano Di madamigella Maslova, ah, ah, ah. Marie Wesener doute à juste titre que la famille du baron Desportes permette leur mariage. Figaro excipe de l’absence d’autorisation parentale pour se libérer de sa promesse à Marcellina. Pour solenniser demande et engagement, on peut, non sans risques, envoyer un jeune parent porter à l’élue une rose d’argent : C’est à moi que revient l’honneur de venir présenter, au nom de mon cousin, Monsieur de Lerchenau, la rose d’amour à sa jeune fiancée, noble et bien née42.

  • 43 Dittersdorf, Doktor und Apotheker, Stéphanie, Vienne 11.7.1786. Verdi, Luisa Miller. Wagner, Die Me (...)

18Si les parents autorisent, il faut aussi le consentement des époux. Les liens du mariage sont doux quand le cœur et la main vont ensemble, dit Leonore. Le consentement doit être libre et les parents, comme Miller, sont parfois les premiers à y insister. Pogner, s’il offre sa fille en prix du concours de chant, veut qu’elle soit libre de refuser. Gualtiero Valton souligne que Sovra il cor non v’ha paterno impero43.

  • 44 Rameau, Les Boréades, Cahusac, cp. 1763, cr. radio 16.9.1964 et Aix-en-Provence 21.7.1982. Mercadan (...)
  • 45 Donizetti, Gabriella di Vergy, Tottola, cp 1826, rév. 1838, cr. 1978. Même titre et livret, Carafa, (...)
  • 46 Albinoni, Pimpinone, Pariati, Venise 1708. Telemann, Pimpinone, Praetorius, Hambourg 1725. Pergolès (...)

19Pourtant, la violence est fréquente et le consentement souvent forcé. Borée prétend forcer Alphise à épouser Calisis ou Borilée, Un empire ou des fers, ton sort est à ton choix. Boemondo menace de faire exécuter le père d’Elena, si elle n’affirme pas aimer Ubaldo et non Guido (qui ainsi épousera Imberga, fille de Boemondo). Le comte Walter impose à Luisa Miller un marché analogue. Alfonso de Portugal somme Inès de choisir Rodrigo in consorte, o la morte. Le comte de Leitmeritz force Edmea à signer un contrat de mariage avec Ulmo44. Les malheureuses protestent, souvent trop tard ou en vain. Bien que de tels mariages soient évidemment nuls, la mentalité du XIXe siècle le néglige et considère que les jeunes femmes sont coupables de ne pas oublier leurs précédents fiancés. Gabriella di Vergy s’insurge enfin, E puoi tu, Fayello, parlarmi d’amor ? E puoi tu scordarti quai venni all’altar ? Après la mort supposée de Raoul, son père l’a forcée à épouser Fayel, qui a ajouté le dol à la contrainte en prétendant que Raoul avait été tué au combat : Raoul en fait a été laissé pour mort par un assassin stipendié par Fayel si ce n’est par Fayel lui-même. Parisina a été contrainte et le crie à Azzo, Pera il giorno che me all’altare tu traevi ad onta del pianto mio. À Ernesto qui lui reproche d’aimer encore Gualtiero, Imogene répond Tu volesti la mia mano, nè curasti avere il cor. La violence est plus subtile quand le consentement, que l’héroïne voudrait donner, doit être le signal du meurtre de l’époux et que la jeune fille le sait, comme dans Ecuba, Adelia ou surtout Les Vêpres siciliennes. La violence peut s’exercer sur l’époux : Riccardo Salimbene est forcé par sa fiancée Cuniza de rompre et d’offrir sa main à Leonora qu’il a déshonorée45. Rappelons les « servantes maîtresses » qui se font épouser de force, même si en général le mari ne semble pas trop malheureux46 ! Et Marcellina veut forcer Figaro à accomplir sa promesse de mariage.

  • 47 Donizetti, La Favorite, Royer et Vaëz, Paris 2.12.1840. Coccia, Rosmonda d’inghilterra. Donizetti, (...)

20Le dol amène de faux mariages, des héroïnes séduites par une promesse de mariage et découvrant trop tard la vérité. Je croyais suivre un époux, rappelle Léonore à Alphonse XI. A me sua fede ei promise, explique Rosmonda à son père, avant d’apprendre qu’Edegardo est marié et roi d’Angleterre. Pinkerton use aussi de dol envers Butterfly, malgré les avertissements du consul. Le dol se mêle à l’erreur sur la personne et ses qualités substantielles dans L’equivoco stravagante, qui fit scandale : le héros y persuade son rival que leur belle est un castrat. Dans un environnement tragique et fantastique, une erreur sur la personne entraîne Rodolphe dans un imbroglio matrimonial : attendant celle qu’il aime, Agnès, qui doit venir le rejoindre déguisée (pour plus de sûreté) en « nonne sanglante », le fantôme du château, Rodolphe croit la voir paraître et s’exclame Agnès, toi qui m’es chère, Je t’engage ma foi, Par le ciel et la terre, Je jure d’être à toi ! Mais celle qui survient est la vraie Nonne sanglante qui se nommait aussi Agnès et qui accepte son serment ; il faudra trois actes et bien des péripéties pour que le jeune homme soit délivré de cette fiancée spectrale et rendu à son Agnès. Camacho veut déclarer nul le mariage de Basilio et Quiteria, le mariage ne peut être valide, il est établi sur ruse et tromperie : Basilio avait prétendu épouser Quiteria in extremis, mais s’était relevé bien portant sitôt les consentements échangés. Mais la tromperie ne visait pas les conjoints ; Don Quichotte, invoquant la justice divine, déclare le mariage valide47.

  • 48 Métastase, Demofoonte : cf. « Rose et noir à l’opéra », n. 78 (Jusqu’ici seuls Schuster et Cherubin (...)

21Les empêchements à mariage ne manquent pas de troubler les idylles par l’ombre de l’inceste. Au XVIIIe siècle, la parenté n’est généralement qu’une apparence issue des substitutions d’enfants et fausses identités. Suocero e padre m’è dunque il re ? Figlio e nipote Olinto ? Dircea moglie, e germana ? s’affole Timante quand l’identité de Dircea a été révélée, mais la découverte de sa propre origine remet tout en ordre. Après des péripéties comparables, Thésée épouse Asteria. Hors de la mythologie, voire loin de l’Antiquité, Clearco et Aspasia, Kirsten et Sverkel, Gustave Vasa et Ergilda s’uniront aussi, Ascanio, n’hésitant plus entre trois femmes, reconnaîtra ses sœurs et épousera Lugrezia (Lucrezia, en napolitain). L’ombre de Ninus/Nino et les révélations d’Oroès/Oroe sauvent Arsace d’un mariage contraint et incestueux. Mais Béatrice saura trop tard qui elle est pour empêcher la mort de ses deux frères épris d’elle. Don Curzio bafouille, après la reconnaissance de Figaro par Bartolo et Marcellina, Ei sua padre, ella sua madre ? L’imeneo non puo seguir. Le roi Henry VIII invoque le Lévitique pour rompre son hymen avec Catherine d’Aragon, Quelquefois je pense Que Dieu maudit notre union Comme illégitime et contraire À la sainte prescription Qui défend d’épouser la veuve de son frère. Mais la révélation vient trop tard pour Gdipe, ou dans les temps modernes pour Emmeline, qui a déjà épousé le fils abandonné à sa naissance48.

Les formes du mariage

  • 49 Cimarosa, Il matrimonio segreto, Bertati, Vienne 7.2.1792. Rossini, La scala di seta. Donizetti, L’ (...)
  • 50 Donizetti, Lucia di Lammermoor. Hanson, Merry Mount, d’ap. N. Hawthome, New York 1934. Smareglia, N (...)

22Les mariages clandestins sont fréquents à l’opéra, sans qu’on sache toujours la raison du secret. Ils sont normalement valides, malgré les efforts aussi impuissants que furieux déployés pour les rompre. Carolina et Paolino triomphent de l’avarice de Geronimo et de la jalousie du comte, de Fidalma et d’Elisetta. Giulia et Dorville débrouillent leurs affaires grâce notamment à l’échelle de soie. Gilda démontre à son beau-père qu’Enrico a gagné à se marier. Elisa et Claudio sont efficacement « protégés par l’amitié ». Maria Padilla est reconnue reine de Castille bien que son père fou ait brûlé l’acte. Bartilotto et Drusilla, séparés, se réconcilient et révèlent leur mariage après maints quiproquos. La princesse Ermengarde décide, comme mère, de marier clandestinement sa fille Agnès et Henri de Brunswick dans la prison du jeune homme et persuade l’archevêque de Mayence de célébrer ces noces : V’uni, vi conjungo in sacro nodo nuzial49 Mais un simple engagement, même solennel comme la promesse avec échange d’anneaux d’Edgardo et Lucia, ne fait pas un mariage : I nuziali voti che il ministro di Dio non benedice, nè il ciel nè il mondo riconosce, affirme Raimondo à Lucia éplorée (cela n’est pas sûr en droit écossais et ne l’est en droit canon que là où s’applique le droit tridentin). Cammarano avoue avoir substitué l’échange des anneaux, plus adapté à la scène, à l’usage courant, le partage d’une pièce de monnaie. Les puritains d’Amérique Bradford et Plentiful Tewke partagent une pièce, mais cet engagement ne sera pas tenu non plus. Marussa et Lorenzo ont échangé doni e giuramenti, mais les machinations du père de Marussa et du marieur Biagio amènent une rupture tragique50.

  • 51 Bellini, La Sonnambula. Mozart, Cosi fan tutte. Donizetti, Don Pasquale, cp et Ruffini, Paris 3.1.1 (...)
  • 52 Donizetti, Lucia..., fin. I. Carafa, I.e nozze di Lammermoor.
  • 53 Rossini, Bianca e Falliero, Romani, Sc. 26.11.1819. I.auro Rossi, Amelia, Bassi, SC 31.12.1834 (cf. (...)

23La signature du contrat de mariage a normalement des effets juridiques. Elvino énumère au notaire les biens qu’il apporte, Amina répond II cor soltanto, ce qui est tout pour son fiancé. Tous les contrats ne sont pas si idylliques. Ils sont souvent faux, rédigés par de faux notaires. Despina déguisée s’évertue à débiter des formules juridiques. Malatesta prend grand soin de dicter un parfait contrat entre sa sœur Sofronia et Don Pasquale et d’enrôler Ernesto stupéfait comme témoin ; mais il s’agit, par la mutation brutale d’une timide fiancée en virago, de dégoûter Don Pasquale du mariage et de lui faire accepter Sofronia, redevenue la charmante Norina, comme femme de son neveu. La même manœuvre se déroule avec de faux contrats autour de Ser Marcantonio, du Major Frankencheten ou de Sir Morosus, tous allergiques au tapage. Le contrat entre le baron Ochs et Sophie a été préparé par un vrai notaire, mais le baron signe hors scène et Sophie refuse d’aller signer51. Les discours juridiques disparaissent quand on passe à la tragédie, où les contrats de mariage ont souvent un rôle politique. Bien qu’obtenu par dol et violence, c’est un vrai contrat que signe Lucia et qu’interrompt trop tard chez Donizetti le retour d’Edgardo. Ce mariage avec le malheureux Arturo est politique : le frère de Lucia, Enrico, qui a choisi le mauvais parti, se voit au bord de l’abîme, condamné à mort peut-être, politiquement anéanti au moins, et ne trouve de salut que dans ce mariage, Dal precipizio Arturo puo sottrarmi, sol egli ; Arturo aime Lucia mais est conscient de cet aspect, Per poco fra le tenebre Spart la vostra Stella, lo la fard risorgere, Più fulgida, più bella... La man mi porgi, Enrico, Ti stringi a questo cor, A te ne vengo amico, fratello e difensor. Les bourdonnements et nasillements de notaire seraient ici de trop. Chez Carafa, la signature est plus sombre encore : Lucia s’empoisonne, Edgardo survenu la voit expirer dans ses bras et se suicide52. Contrat sérieux aussi, mais interrompu à temps, pour Bianca Contareno : contrainte par son père, elle va signer quand surgit Falliero, qui proclame leur engagement ; le superbe quatuor qui suit est sans doute le modèle du sextuor de Lucia. Là aussi, Contareno veut renforcer son influence, en se réconciliant avec Cappellio et en lui offrant sa fille (ce qui lui évite une union avec Falliero, qu’il déteste). Une signature forcée peut être suivie d’une agréable surprise : Adolfo découvre que sa femme n’est pas la vieille princesse, mais bien sa chère Amelia. C’est parfois le fiancé qui refuse de signer : ainsi Don Henrique, dans Les diamants de la couronne, en accord avec sa cousine et fiancée Diana (chacun aimant quelqu’un d’autre), et tous de s’étonner, irrités ou réjouis : Campo Mayor, à Henrique, C’est à vous de signer -Henrique : Je ne le puis. Au diable le contrat ! Je brave la tempête, Le scandale et l’éclat ! -Sébastien : Ah, quel heureux éclat ! À sa voix tout s’arrête -Campo Mayor : Au moment du contrat, Troubler de cette fête Et la pompe et l’éclat ! -Diana : Il n’est plus de contrat, Plus d’hymen, plus de fêtes. Le dur contrat dicté par Giacomo Rantzau est accepté par son frère Gianni, père de la fiancée, mais Giorgio, le fiancé, proteste, A me quel foglio. Oh, no, maestro, è inutile, non fïrmerà Luisa. lo non voglio, da tropp’odio divisa Fu la casa Rantzau ! E dovrebbe la figlia II padre suo per sempre bandir dalla famiglia ? Ah, questi sono i patti ? Ed io dovrei cacciare Lo zio Gianni ? I miei figli lo dovrehbero odiare ?... Troppo a lungo ho taciuto ! Ed è in tal modo, forse, che in tutta la vallata Divennero i Rantzau la gente più stimata ?... Or qui, dove entrambi la nonna ha benedetto..., ascoltate, vi supplico, pace, pace, fratelli ! Les frères se jettent enfin dans les bras l’un de l’autre et Fiorenzo déchire le contrat53.

  • 54 Voir par exemple Campra, Hésione, Cherubini, Médée, Eccles, Semele, Congreve, cp 1707, cr. Tallahas (...)
  • 55 Bellini, La Straniera. Marchetti, Romeo e Giulietta. Gounod, Roméo et Juliette.

24Les cérémonies de mariage sont rares, l’Église n’admettant pas en général la représentation de sacrements sur scène. Nous avons donc quelques mariages païens, souvent interrompus ou retardés par des présages funestes54. Parfois cependant, nous trouvons des mariages religieux. Celui d’Arturo et d’isoletta, dont on entend les chants en coulisse, ne s’achèvera pas : Arturo au moment suprême s’enfuit. Roméo et Juliette sont mariés très brièvement par Lorenzo : Congiungi tu le nostre destre, demande Roméo, et Lorenzo déclare Con sacrosanto vincolo V’unisce il poter mio, L’uomo quaggiù non separi Quel che congiunge Iddio. Gounod développe la scène, paraphrasant le rituel catholique : Frère Laurent : À genoux ! Dieu qui fis l’homme à ton image ! Et de sa chair et de son sang Créas la femme, et l’unissant À l’homme par le mariage, Consacras du haut de Sion Leur inséparable union ! Regarde d’un œil favorable Ta créature misérable Qui se prosterne devant toi ! – Juliette et Roméo : Seigneur, nous promettons d’obéir à ta loi -Entends ma prière fervente. Fais que le joug de ta servante Soit un joug d’amour et de paix ! Que la vertu soit sa richesse, Que pour soutenir sa faiblesse Elle arme son cœur du devoir ! – Seigneur, sois mon appui, sois mon espoir ! -Que leur vieillesse heureuse voie Leurs enfants marchant dans ta voie Et les enfants de leurs enfants ! -Seigneur, du noir péché c’est toi qui nous défends ! -Que ce couple chaste et fidèle, Uni dans la vie éternelle, Parvienne au royaume des deux ! -Seigneur, sur notre amour daigne abaisser les yeux ! -Roméo, tu choisis Juliette pour femme ? -Oui, mon père ! -Tu prends Roméo pour époux ? -Oui, mon père ! -Devant Dieu qui lit dans votre âme, Je vous unis ! Relevez-vous55.

Obligations des époux

  • 56 Chabrier, Une éducation manquée, Leterrier et Vanloo, Paris 1.5.1879. Audran, Gillette de Narbonne,(...)

25Parmi les obligations des conjoints, l’accomplissement du devoir conjugal peut rencontrer des difficultés. Il faut un violent orage, précipitant dans ses bras Hélène terrifiée, pour que Gaston devine ce qu’il doit faire. Gillette de Narbonne doit se substituer à la légère Rosita pour approcher son mari. Mariana reprend de même Friedrich, sauvant l’honneur d’Isabella. Manola sauve sa vertu grâce à la véritable épouse de Don Braseiro et Micaëla conquiert son époux sous un déguisement. Marie de Montpellier, dont l’histoire a inspiré les précédentes, devient par la même ruse la femme de Pierre d’Aragon et la mère de Jacques le Conquérant. Le Petit Duc Raoul de Partenay et Blanche sa duchesse ont bien du mal à se rejoindre malgré leurs familles qui les jugent trop jeunes pour consommer leur union. Mais les Conjurées de Schubert font comme Lysistrata la grève du sexe et Guillaume Tell y invite les femmes de Suisse, pour ne pas faire naître de nouveaux esclaves56.

  • 57 Mozart, Die Zauberflöte, Schikaneder, Vienne 1791. Bondeville, L’école des maris, J. Laurent d’ap. (...)

26Vantée par Sarastro, l’obéissance de l’épouse est contestée par Isabelle, Il sait exiger une totale obéissance... Lorsque sans rime ni raison on nous refuse la liberté dans nos prisons, à la force opposons la ruse. La féministe Thérèse, qui n’est pas encore Tirésias, clame Non, monsieur mon mari, vous ne me ferez pas faire ce que vous voulez, Je suis féministe Et je ne connais pas l’autorité de l’homme... Faire des enfants, faire la cuisine, c’est trop. Dianora se révolte contre un époux qui la traite en objet, Che pretendi tu da una donna ? Essere il tuo riposo, tra un Consiglio di parte e una sentenza, e servirti di me corne per fine d’una bacchica cena ? Arabella refuse d’être l’esclave que vous avez, tirée au sort. Les héroïnes du Geloso schernito ou de Tom Jones exigent de la considération. Lucrèce Borgia va jusqu’à menacer son mari, A te bada, a te stesso pon mente, Don Alfonso mio quarto marito !... Ti potria far la Borgia pentir. Plus subtile, Felice, dans le savoureux dialecte vénitien, réussit à polir son mari et les trois autres ours, en entraînant leurs femmes, Per farla in barba ai omeni astuzie non ne manca, se savaria fin anca el diavolo sfidar. Mais Haitang récite sans sourciller les devoirs d’une épouse, se taire quand le mari parle, sourire quand il la gronde, le prier quand il est en colère, lui être reconnaissante quand il la punit, l’aimer quand il la dédaigne ou la déteste. Le duc de « Guisa » force sa femme à écrire à San Megrino, d’abord en menaçant de l’empoisonner, puis en lui serrant le bras avec son gantelet de fer : Decidete -Ho già deciso -Ubbidir ? -Morire -No !... Vil donna ha il vanto Di morir, non di sojfrir. Scrivi – Duol mi date -Scrivi, io dico. Parfois il est vrai, c’est le mari qui obéit, tel Pandolfe, Du côté de la barbe est la toute-puissance ! Oui, je devrais le faire voir Et savoir Obtenir de ma femme un peu d’obéissance. Hélas ! Vouloir n’est pas pouvoir ! Geronio, exaspéré par la capricieuse Fiorilla, voudrait s’encourager, Alfin son io Che devo comandare in casa mia. Mais Aurelia déclare Della moglie II marito è servitore57 .

  • 58 Peri, Euridice, Rinuccini, Florence 1600. Caccini, Euridice, Rinuccini, Florence 1602. Monteverdi, (...)
  • 59 Grétry, Andromaque, Pitra d’ap. Racine, Paris 1783. Rossini, Ermione, Tottola, SC 27.3.1819. Berlio (...)
  • 60 Monteverdi, Il ritorno d’Ulisse in patria, Badoaro, Venise 1640. Fauré, Pénélope, Fauchois, Monte-C (...)
  • 61 Lully, Amadis, Quinault, Paris 1684. .1. Ch. Bach, Amadis de Gaule, même liv., Paris 1779. Haendcl, (...)
  • 62 Paër, Leonora, Schmidt, Dresde 1804. Beethoven, Leonore, 1805, rév. Fidelio 1814. Mayr, L’amore con (...)
  • 63 Mozart, Cosi fan tutte. Métastase, Alessandro nell’Indie, cf. « L’exploitation de l’histoire », n. (...)
  • 64 Myslivecek, Medonte, Da Gamerra, Rome 1780. Pacini, L’ultimo giorno di Pompei, Tottola, Naples 1825 (...)

27La fidélité est mieux défendue, par-delà la mort même. Orphée a présidé à la naissance de l’opéra, qui l’a remercié parfois en lui rendant Eurydice malgré la Fable par l’intervention de l’Amour58. Andromaque proteste de sa foi à l’ombre d’Hector et veut la prouver en se tuant aussitôt après avoir épousé Pyrrhus. Berlioz pourtant (préparant l’infidélité post mortem de Didon) lui attribue une infidélité qui choque, Elle épousa Pyrrhus... Elle aime son vainqueur, le fils du meurtrier de son illustre époux. Artémise à l’opéra voit sa fidélité posthume à Mausole très ébranlée. Mais Philémon et Baucis n’ont pas de mal à être fidèles dans leur vieil âge et Baucis rajeunie résiste à Jupiter. L’ultime souffle de Lucrèce redit à Collatin, morta, io son tutta tua, comme il avait toujours été tout pour elle, celui in whom I am, wholly, with whom I am, only, and without whom I am, lonely. Alceste s’offre à mourir pour son époux que ni père ni sujets n’ont voulu sauver ; sa fidélité triomphe de la violence de Lycomède, de l’amour d’Alcide-Hercule, voire, dans la fantaisiste version d’Aureli, d’Antigone, ex-fiancée troyenne d’Admète, qui reconnaît sa supériorité59. Torna, Ulisse, soupire Pénélope, qui pourra enfin clamer Je t’attendais, mais devra parfois disputer Ulysse aux sortilèges de Circé. Elle croit volontiers à l’égale fidélité dont Ulysse se vante à l’égard de Circé ou Calypso, Un séjour enchanteur, une Nymphe charmante, Le sort des dieux, pour vous Ulysse a tout quitté -Je fais mon bonheur de le croire, Le doute serait trop cruel. Non, le plus sage des mortels N’aura point trahi les autels, Sa foi, son amour et sa gloire ; Ulysse a bien dit à Circé La patria mi ricerca, Penelope m’attende60. Amadis et Oriane bravent l’un pour l’autre épreuves et sorcellerie61. Léonore ajoute à la fidélité le panache de l’aventure et (même devenue chez Mayr la polonaise Zeliska) se hausse à l’héroïsme pour sauver son mari. La « femme avisée », renvoyée mais autorisée à emporter ce qu’elle voudra, met dans la malle son époux qui bien sûr s’attendrit. Griselda résiste aux épreuves que son mari lui inflige pour prouver à son peuple qu’il a bien fait de l’épouser malgré son humble origine, et repousse les offres du traître Ottone. Rezia et Huon (ou Ogier), comme Ali et Rezia62, sont victorieux de toutes les épreuves. Si le Corne scoglio de Fiordiligi est tôt démenti, il siérait à la fidélité inébranlable des héroïnes d’opera seria, métastasiennes ou non : Cleofide, Rodelinda, Comelia veuve de Pompée, Zenobia de Thrace ou de Palmyre, Amira, Emirena, Segesta qui pour Arminius refuse Caligula, Éponine63 et tant d’autres dont la liste, rivalisant avec le catalogue de Don Juan, n’arrive peut-être pas à mille e tre (encore que les livrets de Zeno ou de Métastase totalisent des centaines de versions), mais serait un peu monotone : ces dames, avouons-le, se ressemblent fort ; Selene cependant affirme habilement devant son fiancé officiel son étemel amour pour celui qu’elle a choisi en réalité (et tous deux s’y trompent), La mia costanza immutabil sarà, Fin ch’io respiro, respirera per lui. Condamnée à tort pour adultère, Ottavia craint moins la mort que le doute de son mari : l’éruption du Vésuve la sauve, acculant à l’aveu un calomniateur. Don Juan même proclame sa fidélité, moins chez Mozart que chez Gazzaniga ou Righini, et la veuve du commandeur fait de même avant de succomber, chez Dargomijsky64.

  • 65 Salieri, La secchia rapita, G.G. Boccherini, Vienne 1772. Isouard, Les rendez-vous bourgeois, Paris (...)

28Les œuvres sérieuses n’ont pas le monopole de la fidélité : Gherarda prétend égaler les héroïnes antiques. Sur un ton badin l’héroïne des Rendez-vous bourgeois, après dissipation de l’imbroglio, intime à son fiancé, Mais après le mariage, n’ayez plus de rendez-vous, et il répond, galant, Je n’en aurai qu’avec vous. Valencienne répète, quand on s’y attendrait le moins, Ich bin eine anständige Frau65...

  • 66 Boïeldieu, La Dame blanche, Scribe, OC 10.12.1825. Philidor, Les femmes vengées, Paris 1775. Saugue (...)
  • 67 Donizetti, Anna Bolena, Romani, Milan 26.12.1830. Saint-Saëns, Henry VIII. Bellini, Beatrice di Ten (...)
  • 68 Métastase, L’Olimpiade : ci-dessus n. 13, Adriano in Siria : voir « La liberté d’expression », n. 2 (...)
  • 69 Cavalli, Ormindo, Faustini, Venise 1644. Verdi, Stiffelio ; Aroldo, Piave, Rimini 1857. Respighi, M (...)
  • 70 Gomes, A noite do castelo, Fernandes dos Reis, Rio de Janeiro 1861 : Henrique passait pour mort. De (...)
  • 71 Mascagni, Cavalleria rusticana. Leoncavallo, Pagliacci, cp, Milan 1892. Monleone, Cavalleria rustic (...)

29Il faut néanmoins peu de chose pour basculer du badinage au drame. D’après la ballade, la Dame blanche d’Avenel veille sur la fidélité des maris : En tout lieu protégeant les faibles, et de son sexe ayant pitié, quand les maris sont infidèles, elle l’apprend à leur moitié. Halte là, époux inconstants, qui manquez à votre serment, la dame blanche vous regarde, la dame blanche vous entend. Si les « femmes vengées » feignent l’infidélité pour ramener leurs maris à leurs devoirs, Marianne vexée par d’injustes soupçons se révolte et menace, Monsieur mon mari, vous allez voir maintenant qui je suis ! Allez dire au seigneur Octave que j’ai à lui parler... Je saurai me venger cette nuit. Laurette menace de même, Avec cette sotte querelle, Vous voulez me mettre au regret De vous avoir été fidèle. Il ne faut pas m’exaspérer, Mon cher époux, Prenez garde à vous. La vengeance de Marianne en reste à l’intention, comme restent virtuelles et moins tragiques les craintes de Milord Cockbum, Je voulais bien que l’on trouve vous très aimable... Mais qu’en tous les lieux où je passe, en lorgnant vous avec audace, un galantin suive vos pas, non, non, goddam, je voulais pas66. Mais c’est bien d’adultère qu’il s’agit dans La Belle Hélène, ou sur un autre ton dans La Walkyrie, d’adultère qu’Henri VIII ou Philippe Visconti accusent leur femme pour s’en défaire, c’est un adultère qu’à tort ou à raison Nello della Pietra, Otello ou Marino Falier67 reprochent à leurs épouses. Épouses et fiancées trahies pardonnent et reconquièrent l’infidèle par la constance68, mais rares sont les maris cléments, tels Hariadeno qui après une fausse condamnation cède Erisbe à Ormindo (qui s’avère être son fils perdu), ou Stiffelio et son « double » Aroldo, et surtout Maurice qui accepte l’enfant de sa femme (mais Marie a été plus violée que séduite) ; Manfredo aime si passionnément Fiora qu’il pardonnerait sans doute (il sait qu’on l’a forcée à l’épouser), mais son père Archibaldo a pris soin d’étrangler lui-même la jeune femme69. L’adultère de l’épouse, même involontaire70, suscite plutôt la vengeance et le meurtre de l’infidèle ou du rival71.

  • 72 Telemann, Der geduldige Socrates (La patience de Socrate), Hambourg 1721. Caldara, La pazienza di S (...)
  • 73 Donizetti, Rita ou le mari battu, Vaëz, Paris 7.5.1860 (posth.). Cagnoni, Don Bucefalo, Bassi, Mila (...)

30Pire que l’adultère est la bigamie, sauf quand Athènes l’impose à ses citoyens pour relever la natalité. Elle est tragique dans les Sophonisbe, même quand l’usage impose un lietofine. Tragique aussi pour le colonel Chabert, bien que la fin diffère de celle de Balzac : Chabert se suicide, mais sa femme Rosine, comprenant enfin la grandeur de celui qu’elle n’aimait pas, se tue à son tour72. Tragique encore dans l’intrigue parallèle moderne de la Penelope de Liebermann : le marquis Ercole, second mari de Pénélope, se suicide en apprenant le retour d’Ulysse (qui meurt lui-même avant de revoir Pénélope). Elle est bouffonne dans Rita : se croyant veuve, Rita s’est remariée ; mais son second mari, qu’elle bat, la rendrait volontiers au premier, qui n’aspire qu’à récupérer son certificat de mariage pour le détruire et se remarier au Canada. Elle est évitée de justesse à Rosa, qui se croyait veuve, par le retour inopiné de Carlino. Elle est fausse dans les Pourceaugnac, pour le baron Ochs ou Le postillon de Longjumeau : Chapelou, remarié sans le savoir à celle qu’il a abandonnée au soir des noces pour faire carrière à l’Opéra, est accusé de bigamie, mais Madeleine le sauve en révélant sa véritable identité. Épouser deux fois la même femme, ce crime-là n’est pas prévu, conclut-elle généreusement73.

Dissolution du mariage

  • 74 Verdi, Stiffelio, Aroldo. Marchetti, Ruy Blas, D’Ormeville d’ap. Hugo, Sc. 3.4.1869. Orlandini, Il (...)
  • 75 Telemann, Der geduldige Socrates. Puccini, Madama Butterfly, II. Giordano, Madame Sans-Gêne, New Yo (...)

31Comment mettre un terme à un mariage devenu insupportable ? Par la répudiation pure et simple, sans explications de droit, dans les Griselda. Par une fausse nullité, que l’épouse rejetée refuse d’accepter, dans Gemma di Vergy, L’indissolubil laccio Sciolto dal ciel dicesti. Par une vraie nullité, bien qu’on parle de divorce, pour Stiffelio, marié sous un faux nom (dans la version révisée, Aroldo, la situation est incompréhensible, l’explication ayant disparu). C’est forcément la nullité qu’envisage Don Sallustio disant à la reine Un divorzio vi salva, e agevole Cosa ottenerlo per voi sarà. Serpilla parle de discior il matrimonio, far il divorzio ; Bacocco déguisé en juge répond, pédant mais précis, « hoc est divisio tori », è termin da dottore, vuol dir separare il letto. Quand Henri II d’Angleterre affirme ne plus supporter sa femme, le chœur compatit mais l’exhorte à la modération, Se grave è tanto e orribile II nodo tuo, si scioglia. Ma... Talvolta al ben del regno. Immola il proprio un Re. Don Corbolone le jaloux, se croyant trompé par Gismonda, crie à son beau-père Papa, divorzio, mais le marquis répond Cos’è questo divorzio ? Nuove bestialità ? Peut-être est-ce l’une des modifications du livret lors des reprises de l’œuvre (sous divers titres), après l’introduction du divorce en France74. C’est un vrai divorce que réclame Xanthippe, piaillant Ich will gescheiden sein ! Divorce aussi pour il ricco Yamadori à qui Butterfly rappelle ses multiples épouses, L’ho sposate lutte quante E il divorzio mi francò : en droit japonais, l’abandon de la femme vaut divorce. Et c’est bien un divorce que Napoléon impose au maréchal Lefebvre, puis lui interdit quand il a retrouvé en Madame Sans-Gêne la blanchisseuse qui faisait crédit à Bonaparte, Quanto al vostro divorzio, il mio voler è questo : che tu la tenga sul tuo cor serrata, che tu ringrazi il Ciel che te l’ha data ! Calpigi et Spinetta demandent le divorce à Tarare, Cette loi si douce et si sage, Qui fait tant d’heureux parmi vous, Du divorce l’antique usage, Daignez l’étendre jusqu’à nous (Calpigi étant un eunuque, leur cas relèverait plutôt de la nullité). On divorce aisément dans le milieu parisien très mondain de Sì : Sposi alla maniera Tutta parigina Delle nozze faite a sera, Del divorzio alla mattina. Mais Julian remet à Blanka un faux document de divorce (car ce n’est qu’ainsi qu’il pouvait sonder son cœur pour voir si une étincelle d’amour y brûlait encore), Blanka le déchire et tous deux dansent enfin la mazurka bleue qu’un Polonais ne danse qu’avec une seule, pour laquelle il vit, pour laquelle il meurt. Le divorce peut sembler occasion de réjouissance : devant le tableau d’un festin, Balkis déclare Un repas si joyeux ne pouvait être servi que pour la fête d’un divorce75.

  • 76 Mayr, Medea in Corinto, Romani, Naples 1812 (rév. Sc. 1823). Cherubini, Médée, F.B. Hoffman, Paris (...)

32Les Corinthiens et leur roi semblent croire que les crimes de Médée annulent son mariage avec Jason (bien qu’elle les ait commis pour lui) ; Castiglia seul, pour Pacini, a l’idée de faire consulter les dieux qui tardent à répondre, Non dee tal nodo rompersi ? Il ciel quel nodo, non maledi ?... Il prisco nodo disciolto sia, Medea, Giasone giammai mertd. Nous avons même la discussion sur la garde des enfants : Jason prétend que Médée les corrompra, Médée répond Vous en aurez bientôt qui vous seront plus chers, chacun peut-être les réclame d’abord pour faire souffrir l’autre : une logique que Médée, par le meurtre, poussera jusqu’au bout76.

La filiation

  • 77 Mozart, Le Nozze di Figaro. Donizetti, La fille du régiment, Vernoy de Saint-Georges, Paris 1840. V (...)

33Nous trouvons des reconnaissances, au sens juridique du terme ou non, qu’il s’agisse d’enfants légitimes égarés ou volés, ou de bâtards parfois également perdus. Figaro retrouve ses parents, qui le légitiment par leur tardif mariage. La marquise reconnaît Marie comme sa fille, née d’un mariage clandestin, après l’avoir fait passer pour sa nièce. Simon Boccanegra « reconnaît » Maria/Amelia grâce à son médaillon et l’avoue pour sa fille. Le duc d’Albe et Montfort retrouvent leur fils grâce à la lettre posthume de leur ancienne maîtresse, qui a élevé l’enfant dans la haine de son père : il faut de terribles événements pour que le jeune homme se décide à prononcer Mon père, alors que celui-ci ne demande qu’à l’aimer. L’affaire Makropoulos tourne en partie autour d’un testament en faveur d’un fils illégitime. Altomaro s’efforce de faire de son petit-fils, bâtard reconnu du roi, l’héritier du trône. Le bâtard Hagen a chez les Gibichung une incertaine dignité qui entretient sa jalousie, mais Gunther se félicite que sa mère lui ait donné un frère si habile. Edmond est aigri par sa qualité de bâtard. Le calife découvre à temps qu’Adina est sa fille, évitant l’inceste et la condamnation d’une innocente (qui avait pour lui une obscure affection mais refusait de l’épouser). On discute beaucoup autour du bébé « Romulus », déposé de nuit chez Celestus ; le maire Babenhausen, ignorant qu’il est l’enfant de sa fille Gertrude, est persuadé qu’il est le bâtard de Franz Wolf, l’ami de Celestus, et de Martha, sœur de Celestus ; Celestus furieux veut confier l’enfant aux autorités, I want to tell you that you are going to draw up a legal paper this very night, declaring that the baby, meaning nothing to us, will be turned over to the proper authorities in the town ; Babenhausen rétorque That can’t be. It’s too late. Just as the law says, those who wish to keep a child must prove it helongs to them, likewise, the law says : those who wish to get rid of a child must prove it does not belong to them. Finalement, Gertrude ayant avoué épousera son Conrad, légitimant le bébé ; Martha et Wolf s’avouent enfin leur amour et se marient aussi77.

  • 78 Auber, Zerline ou la marchande d’oranges, Scribe, Paris 1851.

34Parfois la reconnaissance officielle ne se fait pas, dans l’intérêt de l’enfant. La marchande d’oranges Zerline arrive à Palerme en cherchant sa fille, Ô ma fille, ô trésor Pour qui j’ai voulu vivre, Où te trouver, hélas ! Après l’avoir retrouvée et avoir favorisé son brillant mariage, elle refuse de se faire connaître pour ne pas gêner la jeune femme par son humble origine78.

  • 79 Coccia, Maria Stuart, regina di Scozia, d’ap. Schiller, I.ondres 7.6.1827. Donizetti, Maria Stuarda (...)

35La bâtardise peut être rappelée crûment. Si la Marie Stuart de Coccia se borne à évoquer l’incerto padre d’Élisabeth, celle de Donizetti jette au visage de sa rivale le Vil bastarda que la Malibran chanta à Milan malgré les censeurs. Adonis rappelle sa tragique naissance, Naci bastardo embrion, maldecido de mis padres. Mordred qualifie Arthur de bastard and lowly-born boy et Morgane s’indigne, Will ye crown a bastard sorcery begot ? Don Pistacchio, n’arrivant pas à identifier sa vraie fiancée, s’inquiète d’avance, Se per sorte son costretto A pigliar la moglie incerta, Ho timor d’aver anche incerti ifigli. Hamilton découvre l’amour de sa femme pour le régent et doute soudain de la légitimité de son fils, E non potrei, Le mie vendette abbandonando a Dio, Col figlio mio fuggir ? Col figlio... mio ? La bâtardise est fréquente chez Siegfried Wagner, accompagnée souvent d’infanticides. Plus difficile encore pourrait être la situation des enfants issus d’un inceste involontaire. Ils ne sont cependant pas rejetés : Thésée donne sa fille à Polynice et il paraît normal de marier Antigone79 ; la naissance d’Adonis n’empêche pas ses amours tragiques avec Vénus, chantés par Torrejon y Velasco, Desmarets ou John Blow.

  • 80 Bellini, La sonnambula. Gomes, A noite do castelo. Donizetti, Belisario, Cammarano, Fen. 4.2.1836, (...)

36L’adoption est rare et souvent informelle, voire symbolique. Teresa semble avoir effectivement adopté Amina. Mais quand le comte Orlando évoque Fernando, que adotei por filho, il veut dire qu’il l’a traité comme un fils. Justinien promet à Bélisaire mourant de traiter ses enfants comme s’ils étaient les siens, Lor padre sarò. Le roi de Hongrie se proclame frère et fils adoptif des Hunyadi et de leur mère, pour rendre hommage à la famille80.

  • 81 Voir « Opéra, Nature et Droit ».
  • 82 R. Strauss, Der Rosenkavalier, II. Cavalli, Giasone, III 21. Sacchini, Œdipe à Colone, III. Siegfri (...)

37Les enfants doivent aux parents respect, obéissance et assistance. Beaucoup s’acquittent de ces obligations81, mais il y a des exceptions : la docilité et les bonnes résolutions de Sophie s’évanouissent comme bulles de savon devant la grossièreté d’Ochs et le charme d’Octavian. L’opéra n’ignore pas qu’il existe en famille une obligation d’aliments réclamée par Hypsipyle, Se legge di natura Obliga agl’alimenti anco le fiere, Fa che mano pietosa GU somministri almen vitto mendico, E non soffrir ch’i tuoi scettrati figli, Per la fame languenti, Spirin l’alme innocenti. Ni qu’il existe une obligation d’assistance rappelée par Polynice, Que je sois de tes pas le compagnon fidèle, Pour soulager mon père en ses pressants besoins J’aurais bien plus de force et j’aurais tout ton zèle. L’obligation peut être accomplie de mauvais gré : Friedelind explique à l’ermite que son père ne l’aime pas (et croit, à juste titre, qu’il n’est pas son vrai père), Il me nourrit parce qu’il le doit, mais il aimerait mieux me voir mourir de faim82.

Obligations et biens

38Les contrats sont abondamment traités. Les biens se prêtent moins à la mise en musique, mais ont néanmoins leur part.

Les obligations

39Unilatéraux ou synallagmatiques, les contrats concernent le droit privé mais ont souvent un effet politique, même hors du « contrat social ».

Contrats unilatéraux

40Vœux ou serments peuvent présenter des aspects politiques, en particulier par les abus de pouvoir et les injustices qui peuvent en résulter.

  • 83 Lully, Phaéton, 1683, IV 2. M. Marais, Sémélé, IV 3. Eccles, Semele, 111 4. Haendel, Semele, III 4. (...)

41Les serments sont souvent imprudents et trop tard regrettés, tel celui du Soleil à Phaéton, Quoi que vous puissiez demander, Je promets de vous l’accorder, C’est toi que j’en atteste, Fleuve noir et funeste, Styx, ô Styx, dont le nom attesté par les dieux Rend leurs serments inviolables. Celui de Jupiter à Sémélé est aussi prêté par le Styx, Fleuve affreux qui défends l’empire de Pluton, De mes serments attestés par ton nom Fais-moi des lois irrévocables, ou By that tremendous flood I swear, Ye Stygian waters hear, And thou Olympus shake, In witness to the oath I take ou encore por el lago infernal del reyno obscuro. Jupiter jure à Junon une nouvelle fidélité par les Noires ondes du Styx. Per l’acque inviolabili di Stige, l’Amour prisonnier des Héroïdes jure à Apollon de ne plus lancer que des flèches d’or. Le serment d’Hérode à Salomé a été souvent mis en musique, et les versions de Phèdre rappellent celui de Neptune à Thésée. Danaüs prête un solennel serment de réconciliation tout en méditant sa vengeance. Agnès jure de ne pas épouser l’assassin de son père, Artémise de ne pas se remarier tant que Mausole n’est pas vengé, Eisa fait à Lohengrin un serment de discrétion vite violé. Caritea promet sa main à qui lui donnera la tête de Don Diego, qui a tué en duel Pompeo qu’elle aimait ; Diego (qu’elle ne reconnaît pas) la sauve et sauve le royaume avant de lui offrir sa tête ; finalement éprise de lui, elle pardonne et l’épouse. L’armée de Vasa jure guerre et vengeance contre Christian de Danemark. Edgar Aubry promet, en souvenir d’une ancienne amitié, de ne pas révéler avant une heure que Ruthven est un vampire, et le regrette amèrement quand Davenaut exige que Malwina épouse Ruthven ; il gagne cependant quelques instants et crie la vérité quand une heure sonne, évitant le châtiment du parjure, devenir vampire à son tour. Gustavo jure, pour venger son fils Sveno, de donner sa fille à qui lui apportera la tête de Faramondo : devenu l’ami de celui-ci qui l’a sauvé, il voudrait se délivrer de ce serment, bien que Faramondo offre noblement sa tête ; heureusement, il découvre que Sveno n’était pas son vrai fils (il y a eu échange d’enfants) : il n’a donc pas de devoir de vengeance et peut donner Rosimonda à Faramondo, à la joie de tous. Armide au camp d’Égypte promet sa main à celui qui tuera Renaud, mais sa vengeance ne s’accomplira pas. Servatius a donné son verbum nobile (équivalent d’un serment) de marier sa fille à Michal, fils de son ami Martin ; découvrant qu’elle aime Stanislas, il proclame, par un second verbum nobile, que les deux amoureux ne se marieront pas ; quand on apprend que Stanislas n’est autre que Michal, Servatius n’est libéré de son dernier verbum que par l’astuce de sa fille : ce verbum concernait Stanislas, non Michal, et tout s’arrange83.

  • 84 Haeffner, Electra. R. Strauss, Elektra. Berlioz, Les Troyens. Verdi, I Lomhardi alla prima crociata(...)
  • 85 Carissimi, Jephté, en latin, Rome 1645/50. Montéclair, Jephté, Pellegrin, Paris 28.2.1732. Haendel, (...)

42Relevons le vœu de vengeance d’Électre, le vœu de suicide de Cassandre et de ses compagnes, le vœu de croisade des chefs lombards ou du comte de Toulouse. Le vœu peut être conditionnel : Vito fait pour guérir un vœu curieux, lo voto ti fo’ Che una donna perduta sposerò, Strappandola al peccato ; il s’efforce de racheter Cristina, qui s’éprend de lui mais retourne à sa vie d’autrefois, car elle sent qu’il ne peut oublier Amalia. Clovis demande la victoire pour se convertir84. Jephté fait vœu, s’il est vainqueur, de sacrifier la première personne qu’il rencontrera (ce sera sa fille) ; le dénouement peut être adouci, la jeune fille sera consacrée à Dieu et non plus sacrifiée. Pour sa vengeance, Issachar pense à Jephté et interroge Dieu avant son vœu, Tu di sangue terribile un voto forse chiedi ad un core paterno ?... Se il chiegga di Giuda l’onore, pur fia spenta la figlia da me. Pour sa propre survie, et non plus celle d’un peuple, Idoménée fait le même vœu, dont son fils est victime ; Neptune en exige l’accomplissement chez Campra, tandis que peuple et prêtres s’en choquent chez Mozart85.

  • 86 Spontini, La Vestale, Paris 1807 (et ses imitations, cf. « La majesté de Rome »). Bottesini, Ero e (...)
  • 87 Massenet, Manon, Meilhac et Gille, OC 19.1.1884, I 8. Puccini, Manon Lescaut, Oliva, G. Ricordi, Il (...)
  • 88 Auber, Le Domino noir, Scribe, Paris 2.12.1837. Lauro Rossi, Il Domino nero, Rubino, Milan 1.9.1849
  • 89 Varney, Les Mousquetaires au couvent, Ferrier et Prével, BP 16.3.1880. Fibich, La fiancée de Messin (...)
  • 90 Allusion à la suppression des ordres monastiques par la Constituante le 16 février 1790.
  • 91 Poulenc, Dialogues des Carmélites.

43Très courants sont les vœux de consécration à la divinité, volontaires ou non ; les diverses Vestales semblent y avoir été contraintes par leurs pères. Ero y est forcée, pour sauver Leandro, par le roi des sacrifices Ariofame, qui la convoite. On peut être délié d’un vœu ; il y faut un miracle dans La Vestale : Le ciel, par un miracle, manifeste ses volontés... Vesta d’une chaîne austère délivre sa prêtresse et la rend à tes vœux. Norma libère elle-même Adalgisa, Dai voti tuoi ti libero, I tuoi legami io frango. Scindia, épris de sa nièce Sitâ, ordonne à Timour, grand-prêtre d’Indra, de la relever aujourd’hui de ses vœux, mais Le roi seul a ce droit ; le roi Alim délivre Sitâ, mais non pour Scindia, car il l’aime et vient la voir chaque soir dans le temple : Toute humaine puissance Cède devant le roi ; mais le grand-prêtre lui rappelle que l’amour profanant cette enceinte sacrée... est un crime Et Dieu veut qu’on l’expie : il devra aller combattre. Cristoforo délie Lucia de ses vœux, Dio che la prece del giusto accoglie, ... Or pel mio labbro, Lucia, ti scioglie. Parmi les prêtresses qui ont fait vœu de chasteté, Leila seule viole un vœu fait librement à l’acte précédent. Mais Mita, religieuse par remords, finit par décider de fuir le couvent, ce cachot sombre, et de rejoindre son amant86. Les vœux religieux forcés sont condamnés quelle que soit la religion, qu’il s’agisse de Manon, d’Aricie, des Vestales ou de Briséis que sa mère, pour guérir, consacre de force au Christ87. Les vœux religieux non souhaités sont parfois empêchés par l’autorité supérieure. Angèle, que des raisons politiques devaient faire désigner comme abbesse, est libérée au moment de prononcer ses vœux par le changement d’avis de la reine (et les intrigues de la sœur Ursule) : Notre auguste souveraine la reine ne veut pas que je sois votre abbesse... Et par son ordre exprès À sœur Ursule je remets Ce titre et le pouvoir suprême... On m’ordonne aujourd’hui même d’avoir à choisir un époux. Dans la version italienne de ce Domino noir88, Estella de Salamanca y Toboso a été envoyée au couvent par sa sœur et son beau-frère, qui veulent sa fortune : Sappiam ch’una pinguissima Eredità possiede, commente le chœur (III 5). Mais, soit que la reine ait appris l’équipée de la jeune fille au bal de la cour, soit qu’Adolfo ait joué de son énigmatique influence (Chi questo vel vi dava, Libéra vi farà, III 4), l’ordre royal porte Sua Maestà ha decretato Ch ’Estella di Salamanca y de Toboso Lasci il convento e cerchi uno sposo (III 6), réalisant l’espoir exprimé un peu plus tôt par Estella, La Regina mi scoperse. Ebbene, Ella che mi legò, che mi costrinse Ad accettar questa, che ormai disdegno, Sede d’imperio, infrangerà, lo deve, Il mio solubil vota (III 1). Marie et Louise devaient devenir religieuses par la volonté de Richelieu, mais un ordre du roi leur permettra d’épouser Gontran et Brissac. Manuel prend soin de préciser que la jeune fille dont il s’est épris et qui vit dans un couvent n’a pas prononcé de vœux : le couvent est pour elle un refuge et non une tombe89. Le Couronnement de Tarare supprime les vœux religieux à la demande des « bonzes et vierges bramines »90, Du culte de Brama prêtres infortunés, À vivre sans bonheur sommes-nous condamnés ? Tarare proclame De tant de retraites forcées Que les barrières soient brisées ! Que l’hymen, par ses doux liens, Leur donne à tous des jours prospères ! Peuples ! Les vrais citoyens, Ce sont les époux et les pères. Mais la « liberté » est imposée aux Carmélites, qui mourront pour être restées fidèles à leurs vœux91.

Contrats synallagmatiques

  • 92 Berlioz, La Damnation de Faust. Giacomo Puccini l’Ancien, La confederazione dei Sabini con Roma, Lu (...)
  • 93 Bazin, Maître Pathelin, Paris 1856. Bellini, Adelson e Salvini, Tottola, Iére version, Naples 12/13 (...)

44Quels que soient le contrat et les co-contractants, le consentement doit être libre et Méphistophélès confirme II signa librement. Le dol est condamné : Perchè volgersi all’arte ? No, non fu mai la frode patto d’anima grande, proteste Tazio quand Curzio passe avec Tarpeia le pacte de trahison. L’objet du contrat peut être étrange et pas toujours dans le commerce : l’anneau des fées, l’épouse de Geronio convoitée par le Turc. Il peut être banal mais réserver des surprises : une petite maison dans la grand’rue, avec chambre, et cuisine, salle de bains, living-room, « pipi-room », et placard à balais ; l’inoffensif placard recèle une encombrante locataire sans titre92. Le refus d’exécution peut prendre des formes bouffes : aux demandes d’honoraires de Pathelin, L’Agnelet oppose le même Bêê ! qu’aux questions du juge. L’unique rôle buffa de Bellini est un débiteur récalcitrant et fugitif. Les chanteurs ambulants de Donizetti, privés de subvention, fuient l’auberge sans payer. Le non-paiement du loyer revient dans les deux Bohème. Et on oublie souvent que « l’éclat de rire de Manon Lescaut » est le refrain d’une chanson par laquelle elle paie la note d’auberge. Le poeta disperato s’efforce de payer par ses vers et à défaut voudrait bien filer sans payer. Même le diable (ou surtout lui ?) n’inspire guère confiance comme débiteur. La preuve de l’exécution peut être difficile : Sir Robert meurt avant de signer la quittance de Steenie, qui devra aller la chercher aux enfers. La patience du créancier peut s’épuiser : Dolorès, apprenant le prochain mariage de son séducteur, proteste Saldar debes antes la deuda que tienes con esta infelice. Le pape exige que Cellini lui livre sa statue le soir même, sinon dès ce soir tu seras pendu. Le créancier ne néglige pas de prendre des sûretés : Wotan et Mime s’engagent mutuellement leur tête et on connaît le rôle fatal du cor remis par Ernani à Silva ; Ankastrom donne son fils en otage à Ribbing et Dehorn en entrant dans leur complot, Mon fils, mon seul enfant ! Prenez, il est à vous, Et si je vous trahis, qu’il tombe sous vos coups ! Renato fera de même. Le marquis donne en gage son anneau nuptial, Pour que nul ne dise que je doute De la vertu de ma Grisélidis, Pour gage prends ce sceau. Eupatore et Farnace, avant de signer un traité, échangent des gages inhabituels : Eupatore : Di Mitridate in pegno offro la testa -Farnace : lo la parola mia -Antigono : Sola non basta -Farnace : E quella ancor délia regina -Eupatore : E poco -Farnace : Cosa vuoi di più ? -Eupatore : De’popoli il consento -Farnace : lo sono il re -Eupatore : Ma i popoli il tuo regno – Farnace : E il regno mio da la mia man dipende -Eupatore : Non t’adular, monarca, L’universal volere è il tuo sovrano -Farnace : D’universal voler vi sia argomento Pubblico giuramento93.

  • 94 La question est détaillée dans « Religion, politique et droit ».

45Les contrats synallagmatiques peuvent être passés avec la divinité94. On pense à l’Alliance de l’Ancien Testament, domaine de l’oratorio ou de L’azione sacra, plus rarement de l’opéra. Mais un tel contrat n’est pas l’apanage du monothéisme : il est des divinités poliades antiques et païennes. Saints ou démons interviennent dans des contrats plus ou moins explicites.

  • 95 Wagner, Die Walküre, cp, Munich 26.6.1870, II. Voir Y. Mausen, « Der durch Vertràge ich Herr, den V (...)
  • 96 Wagner, Rheingold, Munich 22.9.1869 ; Das Gôtterddmmerung, Bayreuth 17.8.1876.

46Dans l’univers lourd de la Tétralogie wagnérienne, les dieux ne sont pas tutélaires, mais Wotan, bien qu’il manque souvent à son rôle, est le gardien des pactes, symbolisés par les runes de sa lance, maître en vertu des pactes, je me retrouve esclave des pactes95. Tout au long du Ring se succèdent ces contrats, avec pour objet ultime le pouvoir, ses symboles et ses instruments, le Walhalla ou l’Anneau, du contrat entre Wotan et les géants à l’accord pour le meurtre de Siegfried entre Brünnhilde, Gunther et Hagen96.

  • 97 Cavalli, Giasone, Cicognini, Venise, 1649.
  • 98 Marc-Antoine Charpentier, Médée, Th. Corneille (d’ap. la tragédie de sonn frère), Paris 4.12.1693 ; (...)
  • 99 Lully, Thésée, Quinault, Saint-Germain-en-Laye 11.1.1675 ; Gossec, Thésée, Chédeville d’ap. Quinaul (...)
  • 100 Destouches, Télémaque et Calypso, abbé Pellegrin, Paris 29.11.1714,1 6.
  • 101 Lully, Armide, Quinault, Paris 15.2.1686, I, 2. Même liv. Gluck, Armide, Paris 23.9.1777. Haendel, (...)

47Souvent, des magiciens ont passé des pactes avec les puissances infernales, pour obtenir un pouvoir politique ou à conséquences politiques. Telle est Médée : en Colchide le sort du pays dépend de ses sortilèges en faveur de Jason97. À Corinthe98 sa vengeance a des causes privées, la trahison d’un époux et d’une rivale, mais touche toute la cité par la mort du roi. À Athènes, éprise en vain de Thésée, elle le fait passer aux yeux d’Égée (qui ignore sa véritable identité) pour un traître qui veut usurper le trône ; chez Spontini99 , sa passion pour Thésée a disparu, elle ne cherche qu’à conserver son pouvoir d’épouse d’Égée ; toujours, elle fait appel à l’enfer auquel un pacte la lie. Calypso recourt à des puissances infernales100. Armide s’accorde avec les enfers pour détourner les Croisés de leur devoir : Contre mes ennemis, à mon gré je déchaîne Le noir empire des Enfers ; Io con note tremende Pur formai quell’abisso A scior in chiaro suon distinti accenti, Ed a mie brame ardenti Rispose in tuono amico ; sortant des enfers, Astarotte et les démons répondent, Alla voce d’Armida possente Acheronte varcammo e Cocito... Il secondarla, o numi, Non fia lieve per noi ? Nell’opre nostre II re dell’ombre ajfida, Per noi tremi Gojfredo, esulti Armida101.

  • 102 Liv. Calderon (sur les amours de Vénus et Adonis) pour Hidalgo (la musique semble perdue) à l’occas (...)
  • 103 Métastase, Artaserse. Voir les diverses versions dans « La liberté d’expression », n. 13.
  • 104 Terradellas, Artaserse, Venise 1744, III 8. Ame, Artaxerxes, Londres, CG 2.2.1762 : To you, my Peop (...)
  • 105 Donizetti, Sancia di Castiglia, II 9.

48Dans d’autres contrats à caractère politique plus net, les dieux ne sont que témoins ou garants. Le contrat entre un roi et son peuple est évoqué en 1701 par La Purpura de la Rosa de Torrejon y Velasco, premier opéra écrit en Amérique, fêtant à Lima les dix-huit ans de Philippe V d’Espagne : l’allusion est dans le prologue, ajouté au texte de Calderon102 pour saluer le nouveau règne, La siempre invencible España la corona le ofreciò, porque a su obediencia diese quilates su obligation. L’engagement du souverain envers son peuple est partie intégrante d’ Artaserse103. À son intronisation, le roi des Perses Artaxerxès s’engage, en une sorte de serment du sacre adressé au peuple et non aux dieux, à respecter les lois de son peuple : A voi, popoli, io m’ojfro non men padre che re. Siatemi voi più figli che vassalli. Sara del regno mio soave il freno. Esecutor geloso delle leggi io sarò. Perché sicuro ne sia ciascun, solennemente il giuro Prenant les dieux à témoins, le roi boit une coupe sacrée, dans une véritable ordalie (le traître Artaban empoisonne la coupe mais tout est révélé à temps) : Lucido dio per cui l’april fiorisce, per cui tutto il mondo e nasce, e muore, volgiti a me ; se il labbro mio mentisce, piombi sopra il mio capo il tuo furore, languisca il viver mio, corne languice questa fiamma al cader del sacro umore, e si cangi, or che bevo, entra il mio seno la bevanda vital tutta in veleno104. Garzia de Castille jure Amordi padre al regno et demande aussi que la coupe sacrée l’empoisonne s’il ment105.

  • 106 Traetta, Antigona, Coltellini, Saint-Pétersbourg 11.11.1772, I, 1.
  • 107 Salieri, Tarare, Beaumarchais, Paris 8.6.1787, V, sc. finale (rév. Axur, Re d’Ormus, Da Ponte Vienn (...)

49On élit des souverains, dès l’opéra baroque : au début d’Antigona106, la mort des deux fils d’Gdipe oblige les Thébains à choisir un nouveau roi et Créon les y invite : E voi fedeli a’vostri giuramenti. Al sangue de’ vostri re, Grati agit Dei, Scegliete, Tebani, a riempir l’antica sede E di Cadmo e di Laio Un degno erede. Comme Créon devait s’y attendre, Adrasto propose aussitôt son nom en lui présentant la couronne, Ah, chi di te più degno, Chi più grande di te ! Tu germe illustre della stirpe real, Tu della patria il più fido sostegno, L’omamento maggior. Del comun voto interprète fedel, Su la tua fronte depongo il regal serto. Il pegno fia del pubhlico riposo, délia pubblica speme. Créon, modeste, attend la prompte approbation du chœur : Regni lunghi anni felici... Tu sarai nel nuovo stato Il terror de’tuoi nemici E de’sudditi Tamor. Créon alors prend la couronne et la pose lui-même sur sa tête, Cedo al pubblico voto E ascendo un trono Che ancor gronda di sangue. Tarare107 se fait plus longuement prier : Atar, en se suicidant, lui a légué avec dédain le trône, qu’il refuse ; mais il est encore enchaîné, Urson en profite pour lui faire une douce violence et le couronner au nom du peuple, Par mes mains le peuple entier Te fait son noble prisonnier, Il veut que de l’État tu saisisses les rênes. Si tu rejetais notre foi, Nous abuserions de tes chaînes Pour te couronner malgré toi ; le grand prêtre Arthenée, prudent, appuie ces vœux, Tarare, il faut céder... Leurs désirs sont extrêmes..., Sois donc le roi d’Ormus. Tarare cède enfin, Enfants, vous m’y forcez, je garderai ces fers, Ils seront à jamais ma royale ceinture. De tous mes ornements devenus les plus chers, Puissent-ils attester à la race future Que, du grand nom de roi si j’acceptai l’éclat, Ce fut pour m’enchaîner au bonheur de l’État. Le contrat est un peu forcé, mais le consentement de Tarare est donné ; parmi les retouches faites par Beaumarchais à mesure que la Révolution avançait, le couronnement ajouté en 1790 souligne plus nettement encore ce nouveau caractère contractuel d’une monarchie constitutionnelle.

  • 108 Auber, la Muette de Portici, Scribe, Paris 29.2.1828.
  • 109 Georges Bizet, Les pêcheurs de perles, E. Common et M. Carré, Paris 30.9.1863, 1.

50Curieusement, l’opéra français du XIXe siècle, du moins ce qu’on en connaît, s’est peu intéressé à ce thème. Les rapports entre Masaniello et ses amis108 ont un aspect contractuel et son assassinat est présenté par Pietro comme la sanction d’un manquement à ses obligations, mais comme toujours chez Scribe, cela reste flou. Relevons au début des Pêcheurs de perles l’élection de Zurga par les pêcheurs109 : Zurga : Il est temps de choisir un chef qui nous commande, Qui nous protège et nous défende, Un chef aimé de tous, vigilant, courageux – Le peuple : Celui que nous voulons pour maître, Et que nous choisissons pour roi, Ami Zurga, c’est toi... Sois notre chef, Nous acceptons ta loi – Vous me jurez obéissance ? -Sois notre chef ! -À moi seul la toute-puissance ? -Sois notre roi ! -Eh bien, c’est dit, c’est dit ! Le contrat est simple (parce que ce peuple est « primitif » ?) mais clair ; ici encore, du moins dans la version de 1893 où il est tué par Nourabad, Zurga sera puni pour avoir manqué à ses obligations : en faisant évader Leila et Nadir, il risque d’attirer la colère des dieux devant un sacrilège impuni.

  • 110 Wagner, Lohengrin, Weimar 28.8.1850. Donizetti, Cammarano, Fen. 30.1.1838, I 6 : Matilde : Al signo (...)
  • 111 Rossini, Semiramide, 1, 13. l.ully, Thésée, V, 3 ; Haendel, Teseo, V, 3 ; Spontini, Teseo riconosci (...)
  • 112 Paër, Sofonisba. Biber, Arminio ou Chi la dura la vince. Sarti, Giulio Sabino, P. Giovannini, Venis (...)
  • 113 R. Wagner, Rienzi, cp d’ap. Bulwer-Lytton, Dresde 20.10.1842, fin. I.

51Plus nombreux sont les contrats d’hommage, passablement simplifiés, individuels ou collectifs, dans Lohengrin ou Maria de Rudenz110, mais souvent aussi, plus curieusement, dans l’Antiquité : Sémiramis exige des princes et des peuples un hommage à son futur mari, A quel Re che dard a voi Giuri omaggio e fedeltà. Thésée prête hommage à Égée, lui jurant fidélité sur son épée que le roi reconnaît aussitôt, identifiant enfin son fils (à qui il allait offrir la coupe empoisonnée de Médée) : Ricevi (dit Égée) Dalla mia mano la sacra tazza e bevi – Giuro su questa spada, Che al par di me, prove di fe di zelo, Niun’altro ti dard – T’arresta ! Quai acciar...111. Souvent ces hommages viennent d’ennemis ralliés (malgré l’Histoire parfois !) par la magnanimité du vainqueur : Sophonisbe, Arminius, Sabinus, Zénobie prêtent hommage à Rome, Montezuma à Cortez, les Péruviens à l’Espagne112. L’hommage à Rienzi est particulier113, il est « démocratique » : après que tous aient juré de préserver les lois, garantie de la liberté de Rome, Cecco et le peuple offrent à Rienzi une couronne royale, mais il la refuse, voulant que Rome reste libre -et à l’inverse de Tarare il s’en tient à sa décision- ; il n’accepte que le titre de tribun et le peuple jure fidélité, à lui et à Rome, Dir huldig freier Rômer Schwur ! Wir schwôren dir, so gross und frei Soll Roma sein, wie Roma war !

  • 114 Antonio Mazzoni, Aminta. il rè pastore. Métastase, Madrid 1756, II, 3 ; Mozart, Il Re Pastore, Méta (...)

52Ces contrats entre le peuple et ses chefs entraînent des obligations. Même sans les chaînes dont s’enorgueillit Tarare, le souverain a de lourds devoirs, il est au service du royaume et non l’inverse : Agénor l’explique à Aminta114, qui demande Chi da legge ad un re ? – La sua grandezza, La giustizia, il decoro, il bene altrui, La ragione, il dover. Aminta, récalcitrant, commente, Dunque pastore io fui men servo ? E che mi giova il regno ? La réplique (coupée chez Mozart) est nette : Se il regno a te non giova, Tu giovar devi a lui. Te dona al regno Il ciel, non quello a te, résumé classique des devoirs d’un roi qu’Aminta finira par accepter.

  • 115 Rameau, Les Boréades, Cahusac, cp. 1764, er. int. Festival d’Aix-en Provence, 1982.
  • 116 On sait qu’au XVIIIe siècle, le respect pour les « lois fondamentales » tend à s’effacer. L’attitud (...)
  • 117 Mozart, Ascanio in Alba, Parini, Milan 17.10.1771.
  • 118 Verdi, I due Foscari, Piave d’ap. Byron, Rome 3.11.1844, sc. finale. Voir « Venise ».

53Le contrat cependant peut parfois se rompre : la reine Alphise115, refusant de sacrifier son amour, abdique : Borée à mes vœux trop contraire Ne permet qu’à son sang de régner en ces lieux. Mais je puis accorder le choix que je veux faire Avec la volonté des dieux. Disposez d’un rang qui me gêne, Peuple, votre bonheur ne dépend plus de moi. Hâtez-vous de choisir un roi, je cesse d’être votre reine. Cette décision, contraire aux obligations du monarque, impensable au XVIIe siècle ou même au début du XVIIIe, est conforme à l’individualisme montant, au fénelonisme dominant sur le malheur d’être roi et à la théorie du droit au bonheur ; elle est très grave, ouvrant un risque de guerre, puisque chacun des Boréades réclame le trône. Pourtant, Abaris seul s’oppose à la décision d’Alphise (qu’il ne veut pas voir sujette) et préfère sacrifier son propre bonheur. Le peuple, sans se soucier des lois du royaume, veut conserver sa reine unie à Abaris, Régnez, belle Alphise, régnez, À l’objet de vos vœux que le Ciel vous unisse. Qu’Alphise lui préfère son amour ne le choque pas (aurait-il cette indulgence pour un homme ?). Politiquement et juridiquement, on est en pleine confusion116. Il est vrai qu’Abaris, fils d’Apollon et d’une Boréade (Apollon le révèle), est l’époux désigné pour Alphise par le destin ; l’Amour avait encouragé Alphise, tout en lui annonçant que le sang de Borée régnerait) ; Abaris a été élevé par le sage Adamas qui a fait de lui un prince modèle. La reine épouse celui qu’elle aime en gardant sa couronne, il s’agissait d’épreuves (comme dans Ascanio in Alba117), mais on éprouve la constance amoureuse, non le sens du devoir ; on a assisté à une rupture momentanée du contrat, par le souverain et non par le peuple, pour une satisfaction personnelle et non pour le bien commun, qui n’a choqué personne. Le cas des Due Foscari est différent118 : le doge vieillissant avait souhaité abdiquer, mais les Vénitiens et particulièrement le Conseil des Dix lui avaient fait jurer deux fois de rester doge jusqu’à la mort. Poussés par Lorédan, les Dix cependant exigent son abdication, sans ménagements. Le Doge s’indigne, rappelant le serment qui lui a été imposé, mais doit s’incliner. Le contrat est rompu unilatéralement, malgré la volonté d’une des parties et malgré des engagements contraires formels.

  • 119 Donizetti, Marino Falier, II, 3. Sur les aspects politiques, voir « Venise ».
  • 120 Rossini, Guillaume Tell, De Jouy, Bis, Marrast et Crémieux (d’ap. Schiller, 1804), Paris 3.8.1829, (...)
  • 121 Peter Heise, Drot og Marsh (Roi et Maréchal), Christian Richardt, Copenhague 1878,III.
  • 122 Auber, Gustave III ; Mercadante, Il Reggente ; Verdi, Un Ballo in maschera.
  • 123 Rossini, Maometto II, I, Le siège de Corinthe. Meyerbeer, Les Huguenots, Scribe, Paris 29.2.1836, I (...)

54Certains contrats à motivations politiques (au moins en partie) sont subversifs : ce sont des pactes entre conjurés. Marin Faliero nous montre une conjuration réformatrice ; las des abus de l’aristocratie et des Dix, le doge Falier s’allie à la plèbe pour restaurer la grandeur de Venise119. Guillaume Tell et ses amis, les Suisses insultés par Charles le Téméraire, Sesto Pompeo et ses partisans, veulent avant tout libérer leur pays d’une tyrannie, même si -comme Falier et Bertucci-certains ont leurs propres insultes à venger120. Ailleurs, les raisons de vengeance personnelle semblent l’emporter sur les considérations d’intérêt public : le maréchal Stig Andersen veut tuer le roi de Danemark Erik Glipping parce qu’il a violé son épouse ; Jacob de Halland, Jens Grand, Arved Bengtsen, Rane Johnsen et les autres conjurés s’associent à cette vengeance, mais y ajoutent leurs propres griefs ; il s’agit d’abattre un tyran, mais ils sont, de leur propre aveu, mus par la haine : Hade vi ej aile Erik Glipping ?... Haïssons-nous tous Erik Glipping ? -Nous le haïssons ! -Et la vengeance est-elle le pouvoir qui nous lie ? -Qu’elle tombe sur lui121 ! Pour tuer Gustave III de Suède, le régent d’Écosse ou le comte de Warwick, gouverneur de Boston -la censure déplace l’histoire122-, les conspirateurs ont des motifs personnels, punir le séducteur d’une épouse, venger un père ou un parent ou se venger d’une spoliation ; tout cela ne se masque même pas sous des prétextes de politique « noble ». Mais toute conjuration est scellée d’un serment solennel, comme en prêtent, avant de s’engager dans un combat sans espoir pour défendre la patrie, les Vénitiens de Maometto II ou les Grecs du Siège de Corinthe. Et il ne faut oublier ni le « prototype » des scènes de complots, la conspiration des poignards de la Saint-Barthélémy dans Les Huguenots, ni sur un mode plus léger la conspiration parodique de la Grande-Duchesse, du prince Paul, du général Boum et du baron Grog pour assassiner Fritz dans La Grande-Duchesse de Gérolstein123.

  • 124 Lully, Phaéton, Quinault, Versailles 9.1.1683, I, 4. Rossini, Tancredi, Rossi d’ap. Voltaire, l’en. (...)

55Sur le rôle politique des contrats de mariage enfin, sans entrer en détail dans le labyrinthe du mariage des héroïnes baroques, retenons dans le Phaéton de Lully l’enjeu du mariage de la princesse d’Égypte, Libye : Le Roi va faire choix d’un gendre ; L’époux de la princesse un jour doit être roi, rappelle Phaéton à sa mère Clymène (deuxième épouse du roi d’Égypte), avant d’exposer crûment ses sentiments en la matière, Le superbe Épaphus à cet honneur aspire. Ah ! Faudra-t-il le voir maître de cet Empire ? Faudra-t-il nous voir sous sa loi ? Quelle honte pour vous ! Quelle rage pour moi ! Pour obtenir le trône d’Égypte avec la main de Libye (pour laquelle il n’a qu’indifférence), il est tout prêt à abandonner Théone qu’il assurait de son amour dans la scène précédente. Le mariage n’est pour lui qu’un contrat profitable qui lui permettra d’accéder au pouvoir, et on ne saurait guère parler ici de contrat synallagmatique : ni les intérêts de l’Égypte ni ceux de Libye ne sont considérés, le contrat selon Phaéton tend à être léonin. Les mariages servent aussi à conclure une paix entre factions ou États : pour sceller face aux Sarrazins la réconciliation des partis syracusains, Argirio veut imposer à sa fille Amenaide (sans savoir qu’elle aime Tancrède) un mariage avec Orbazzano, È già deciso, o figlia, Ed obbedendo ai cenni Del genitor, che amico ti consiglia, Délia patria che attende questo nodo, Si necessario al comun ben, felici Renderai tutti in questo dï. Pour conclure une paix durable Corrado de Tyr épouse Emma d’Antioche et la présente à sa fille, à son neveu et futur gendre et à son peuple : Pegno di stabil pace Fra Tiro ed Antiochia, Nella mia reggia io reco Augusta donna, a voi sovrana e madre, A me consorte. Initiative malheureuse : Emma, qui avait consenti parce qu’elle croyait avoir à jamais perdu l’homme qu’elle aimait, le reconnaît dans le neveu de Corrado ; l’histoire finit tragiquement124.

56Attardons-nous enfin sur un autre mariage politique, autre échec, dans Le Roi d’Ys où se mêlent étroitement engagements personnels et contrats politiques : pour faire la paix avec le prince Karnac, le roi lui promet la main de sa fille aînée la belle Margared, la perle de l’Armor. Elle consent, mais confie à sa sœur Rozenn qu’elle n’aimera jamais Karnac, car elle porte l’image d’un autre qui n’est plus (Mylio, qu’elle ne nomme pas et dont elle ignore qu’il est amoureux et aimé de Rozenn). Elle a tenté de s’étourdir par le goût du pouvoir mais ce mariage l’effraie : J’ai la puissance royale, J’ai le sceptre des aïeux... Si mon regard s’illumine, C’est devant tant de splendeur... Je fais mon devoir sans faiblesse, Et n’ai pas aujourd’hui, d’ailleurs, plus de tristesse Que je n’en eus hier et n’en aurai demain... Un époux détesté va m’attendre à l’autel, Je devrai lui jurer un serment éternel... Hélas, je suis la rançon de la guerre ! Le roi accueille Karnac, annonce à son peuple que les époux sauront, sans l’aimer davantage, le protéger mieux que lui, trop affaibli par la vieillesse, Bras vaillant, beauté sereine, Font le pouvoir puissant et doux ; le peuple d’Ys s’engage, Nous voulons ici leur promettre Obéissance à l’avenir ! Ô Roi, nous acceptons Karnac pour notre maître. Aux autels du Seigneur nous allons les bénir ! Mais ce contrat ne s’accomplira pas : découvrant que Mylio est de retour, Margared refuse de suivre son père à la chapelle, Je vous dis d’oublier la promesse donnée, Car je repousse un hyménée, Hier indifférent, maintenant odieux ! C’est son vrai crime, le second – le secret de la protection de la ville livré à Karnac et l’ouverture des écluses- n’en est que la conséquence. En rompant une promesse donnée librement bien que sans joie, elle manque à ses devoirs envers son père et son peuple et rouvre la guerre à peine terminée : une faute qui ne peut se réparer (nous ne sommes plus dans l’optimisme des Boréades), même si la victoire de Mylio sur Karnac écarte d’Ys le premier danger. Margared le comprend : Chaque jour qu’en pleurant je compte Est venu venger l’oubli du devoir, Mettant à mon front un peu plus de honte, Laissant à mon âme un peu moins d’espoir. Même s’il n’aimait pas Rozenn, Mylio ne pourrait aimer celle qui a, dans une criminelle démence, brisé sa parole et trahi son peuple. Un rappel tragique du principe Pacta sunt servanda.

Les biens

  • 125 Sallinen, Ratsumies (Le cavalier), Savonlinna 1975, II 2. Traetta, Buovo d’Antona, Venise 1759. Ros (...)

57La propriété, malgré son caractère très technique, est évoquée souvent. On traite dans Ratsumies un procès en revendication de propriété sur un cheval et on débat dans Buovo d’Anton de la propriété d’un cheval volé. Ninetta s’efforce de prouver, chose difficile entre toutes, que son argent est bien à elle. La propriété de Hurlevent est autant que Cathy au cœur du conflit entre Heathcliff et Hindley : Wuthering Heights is mine. Mine. Mine ! crie hystériquement Hindley ; Wuthering Heights will be mine again, répète-t-il, ivre. Après sa lutte avec Heathcliff, c’est à celui-ci de crier Wuthering Heights is mine ! Mine ! Nando montre à Pedro l’immensité des domaines de Don Sebastiano, So weit du schaust ist alles sein. Carlos, le soldat espagnol, proclame pompeusement que la bière des Flandres conquises est à lui, De ce houblon qui mousse Et qui pétille, mes bons Flamands, Versez-nous le nectar ! C’est notre bien ! Et Sandoval refuse de payer les vingt ducats dus à Daniel, Depuis quand dans ce pays L’Espagnol paierait-il Des biens dont il est maître ? Car tout nous appartient. Crispino affirme que le sac d’argent est <Sua> assoluta proprietà. Shere Khan se prétend propriétaire de l’enfant trouvé. Raguele remercie Moïse d’avoir protégé ses biens. Presque tout Ali Baba décrit l’acquisition de biens dans des conditions douteuses par Nadir puis Ali Baba et la défense de ces biens contre Ours-Kan et ses bandits125.

  • 126 Melesio Morales, Ildegonda, d’ap. Solera, Mexico 1866. Solera, Ildegonda, Milan 1840. Marliani, Ild (...)

58Les biens peuvent être immatériels, tel l’honneur : Chi puo spegnere il decoro, lo splendor degli avi miel ? Corne venne da loro, dee ai figli pervenir, proclame orgueilleusement Rolando Gualderano. Les héros de Capriccio débattent de propriété littéraire et artistique : un sonnet mis en musique appartient-il au poète, au musicien... ou à la dédicataire, comme l’affirme la Comtesse ? Don Ottavio réclame une propriété morale sur la douleur de Donna Anna, è mia quell’ira, quel pianto è mio. Cardillac tient tant à sa propriété artistique qu’il tue pour reprendre ses œuvres. Trônes et royaumes sont souvent traités comme des patrimoines : Evanco reconquiert l’Aragon usurpé par Rodrigo, mais dans la paix finale, il refuse de le recevoir en héritage et l’accepte comme don. Claude promet l’empire successivement à Othon et à Néron. Garzia de Castille, qu’on croyait mort, reparaît juste à temps pour empêcher sa mère de donner le trône et sa main au traître Ircano, Il soglio è mio ! Charles VI fait don de la France au roi d’Angleterre126.

59Propriété, possession et succession s’entrelacent au long du Ring, du vol de l’or à la restitution finale de l’anneau aux filles du Rhin : nous suivons la longue lutte des possesseurs et dépositaires de bonne ou de mauvaise foi et de ceux qui convoitent l’anneau, Alberich, Wotan, Fafner, Siegfried, Brünnhilde, Mime, Gunther, Hagen... En quelque minutes, à la fin du Crépuscule des Dieux, Gunther au nom de Gutrune, Hagen au nom d’Alberich et enfin Brünnhilde, réclament tour à tour l’anneau en héritage : Rührst du an Gutrunes Erbe, schamloser Albensohn ? – Des Albens Erbe fordert so sein Sohn ! -Mein Erbe nun nehm’ich zu eigen.

  • 127 Rossini, Tancredi, Il n° 10.
  • 128 Rossini, La Gazza ladra. Wolf-Ferrari, / Gioielli délia Madonna, Zangarini et Golisciani, Berlin 19 (...)

60L’opéra s’intéresse surtout à la propriété lorsqu’elle est menacée ou violée. Tancredi, dont Orbazzano s’est fait donner le patrimoine confisqué, s’en prend au superbo usurpator de’beni altrui127. Le vol tient une large place, commis par une pie ou aggravé par sacrilège et lèse-majesté128...

Successions et régimes matrimoniaux

  • 129 Sarti, I flnti eredi, Saint-Pétersbourg 1785. S. Palma, L’erede senza eredità, Naples 1811. Kienzl, (...)

61Il est souvent question d’héritage, ne fût-ce que dans les titres129.

  • 130 Puccini, Suor Angelica, Forzano, New York 1918. Smetana, Libuse, Prague 1881. Spontini, Julie ou le (...)
  • 131 Lecocq, Le Testament de Monsieur de Crac, Jules Moinaux (père de Courteline), Paris 1871. Donizetti (...)

62Puccini nous offre un partage de succession par fidéicommis, que la princesse expose à sa nièce Angelica : Il principe Gualtiero vostro padre, la principessa Chiara vostra madre, quando vent ’anni or son vennero a morte, m’affidarono i figli e tutto il patrimonio di famiglia. lo dovevo dividerlo quando cio ritenessi convenienze e con giustizia piena. E quanto ho fatto. La reine Libuse doit partager une succession entre deux frères dont l’aîné refuse un verdict de femme. Valcour et Verseuil se sont brouillés pour un héritage, les frères Gianni et Giacomo Rantzau aussi et le bon Fiorenzo se lamente, Nonno Rantzau, tu sei di questa eterna lotta la sola causa ! Ah, maledetta eredità patenta130 ! Les héritiers de monsieur de Crac sont prêts à tout pour une succession vide. L’énigmatique Bella prigioniera de Donizetti, réduite à deux duos et sans livret complet, tourne autour d’une captation d’héritage par un faux testament. Le meunier se désole, car son héritage se réduit à un chat, Mirad si soy desgraciado Teniendo tan pobre herencia, Un gato... Un gato triste y delgado Como toda providencia. Con este pobre legado, Tan sólo me queda hacer, Asarlo para comer Y con su piel, que aûn vale algo, Hacerme un gorro de hidalgo. Il ignore que le chat le fera marquis de Carabas et gendre du roi. Chérubin, qui doit affronter trois duels, lit son testament au philosophe, Si je reçois un coup de dague. Si ce soir je dois trépasser, À Nina je donne ma bague Pour être un peu son fiancé, À l’Ensoleillad, rose et brune, Dont l’amour un soir m’a grisé, Je donne toute ma fortune, Et c’est bien peu pour son baiser, À mon seul ami j’abandonne Mes bois et mon manoir, Je lui fis du chagrin parfois Mais je sais bien qu’il me pardonne. L’Affaire Makropoulos tourne autour d’un testament obscur et mal compris, que le notaire explique longuement, entrelardant ses propos de termes juridiques allemands ou latins et de longues références131.

  • 132 Cimarosa, Amor rendre sagace, Bertati, Vienne 1.4.1793, sc. 1 (même texte, Cimarosa, Le Astuzie fem (...)

63Par testament, des pères confient leur fortune à un ami, comme dot de leur fille fiancée d’office à l’ami : Debitor mi confesso D’ogni fortuna mia Solo all’amico, Qui sopra nominato, E per essergli grato, A mia figlia promessa a lui in sposa Lascio a titol di dote, ogni mio avéré Perch’esso l’amministri a suo piacere, a disposé le père de Bellina. Il faut que « l’amour rende sagace » pour éliminer de tels testaments par renonciation du prétendant désigné ou par annulation du testament. Guerina rappelle Nostro padre è morto e nel testamento Lascio ch’io debba a voi sempre ubbidire. Quand Boris et sa sœur sont devenus orphelins, leur grand-mère a stipulé par testament que leur oncle leur remettrait l’héritage à leur majorité. Le testament du feu comte de Rudenz, lu solennellement par le chancelier du château, sera suivi d’une série de catastrophes : Del retaggio avito È l’arbitra Maria. A lei Matilde raccomando, e sia Primo de’suoi doveri Secondarne la brama, e qual s’addice A patrizia donzella, e mia nipote, Locarla nobilmente D’Arau nel chiostro. Pur, se volge l’anno E mia figlia non riede, Scelga uno sposo, e del mio stato erede Matilde investo. Il conte Piero di Rudenz. Maria, survenant le jour où le délai expire, veut renvoyer au couvent sa cousine, en découvrant que le fiancé choisi par celle-ci n’est autre que Corrado di Waldorf, son propre amant qui l’a laissée pour morte à Rome... Mais Enrico, frère supposé de Corrado et épris aussi de Matilde, lui reproche de détourner la volonté paternelle, alors que le testament va être annulé, Ed osi un cenno ricordar, Maria, Che pervertisti e che annulato fia In breve dal Senato ? La double mort d’Enrico tué en duel par Corrado et de Matilde poignardée par Maria, résoudra l’affaire sans qu’on reparle de cette annulation132.

  • 133 Puccini, Gianni Schicchi, Forzano d’ap. Dante (Jnferno, XXX, I 32), New York 1918.

64Mais la meilleure affaire de succession se déroule dans Gianni Schicchi. Buoso étant mort avant de rédiger son testament, la famille charge Gianni Schicchi de prendre la place du défunt et de dicter le testament au notaire. Chacun s’empresse d’indiquer à Schicchi ses propres désirs. Il en satisfait quelques-uns, mais se lègue le meilleur de l’héritage. Le notaire ronronne les formules de droit en latin, sans rien comprendre à la fureur des héritiers qui n’osent protester ouvertement, sachant quel sort les attendrait comme complices : Testes viderunt... In Del nomine, anno Dei nostri Jesu Christi ab eius salutifera Incarnatione millésime) ducentesimo nonagesimo nono, ... scribo hoc testamentum... annulions, revocans et irritons omne aliud testamentum... mulam relinquit eius amico devoto Johanni Schicchi, puis, agacé, en italien, non si disturbi del testator la volontà133 !

  • 134 A. Previn, A Streetcar named Desire, Littell d’ap. T. Williams, San Francisco 1998. Traetta, Le ser (...)

65Les régimes matrimoniaux ont leur place. Stanley fait un cours de droit à Stella, In the State of Louisiana we hâve what is known as the Napoleonic Code... What that means is what belongs to you belongs to me and vice versa ! Mais on parle plus souvent de dot que de communauté. Pères ou tuteurs sont heureux si on ne leur en demande pas ou si on la réduit : Ei vi prende senza un soldo di dote, explique Giacinta à Carlina, qui proteste, In dote io voglio Quel tutto che mi vien. Molchan obtient Nathalie sans dot. Mais Zéphoris est heureux de pouvoir doter sa sœur et lui assurer le mariage souhaité. Le roi de Castille choisit un mari pour Donna Anna et La dote ei stesso le fara. Giannina insiste sur ses vingt mille écus de dot et critique Rosimene, che di dote Non ha dato un quattrino, mais son mari répond, Ma è confessa, E le confesse non son poi tenute A dar gran dote. Le comte Robinson offre à l’avare Geronimo, Se invece d’Elisetta Mi date la cadetta, Cinquanta mila scudi Vi voglio rilasciar. Dorilla met les jeunes filles en garde contre les coureurs de dot, pel danaro, per la dote, sospirando van costoro, mais veut marier son maître à l’héritière du château usurpé par son père, si potrebbe, questo castel che non fu vostro mai, far ch’ella vi rendesse per ragione di dote. Milord Cockbum explique Je havais enlevé selon l’usage miss Paméla, et pour éviter les poursuites, je havais voulu voyager en Italie avec elle, et la dot que je havais enlevée aussi. Coraline menace son mari infidèle, Pour toujours je quitte Sa maison maudite ! Ma dot me suivra. Le baron Ochs s’entête malgré les dénégations du notaire à exiger pour lui-même un morgengabe, privilège de l’épouse134.

Droit commercial

66Les opérations financières et commerciales, illicites ou licites, pullulent à l’opéra, même si la terminologie n’est pas très juridique.

Opérations illicites

67Très fréquentes, sans doute parce que plus susceptibles d’entraîner des effets dramatiques, elles portent sur des objets qui ne sont pas dans le commerce, ou sont contraires à l’ordre public ou aux bonnes mœurs.

Des objets qui ne sont pas dans le commerce

68On tente souvent faire commerce de choses « saintes, sacrées ou publiques » et de ce qui ne saurait se vendre ou négocier.

  • 135 Ac 8, 9-25. Les Actes de Pierre (apocryphes) ont longuement développé l’épisode de Simon.
  • 136 Boito, Nerone, cp, cr. posth. Sc. 1.5.1924, I.
  • 137 Il remplace saint Pierre, dont on ne pouvait faire un héros d’opéra épris d’une Vestale.
  • 138 Mayr, Il sagrifizio di Jefte, II.

69La simonie est illustrée dans son origine même : Simon le magicien voulut acheter à saint Pierre et saint Jean le pouvoir de faire des miracles et reçut pour réponse de saint Pierre Périsse ton argent et toi avec lui, puisque tu as cru acheter le don de Dieu à prix d’argent135. Boito136 met en scène Simon et un chef des chrétiens, Fanuel137 ; Simon, tel le démon de l’Évangile, tente Fanuel par une vision de puissance, i Reami, i popoli, le Glorie, Le corone, gli scettri, le Vittorie, Tutti i raggi di Roma e di Nerone Non son che luci moribonde e torbe D’innanzi al sogno mio, d’innanzi a te : Sui sette colli un Tempio (o Visione !), Un Tempio eterno che soggioghi l’Orbe, E sull’altare tu, Profeta e Re ; pour partager cette suprême domination, il veut lui acheter son pouvoir, la tua virtù mi vendi, Due Sovrumani vedrà il mondo allor ! Vendi il miracolo, T’offro dell’or ! La réponse vient directement des Actes des Apôtres : Anàtema su te ! L’oro tuo piombi teco in perdizione ! C’est aussi, semble-t-il, pour « l’honneur de Dieu » que Seila, fille de Jephté, rejette l’offre « mercantile » bien que licite du grand prêtre, racheter sa vie par un don d’argent au Temple (le vœu de sacrifice a été déclaré nul au nom de la loi de Moïse) : malgré son père et son fiancé, elle choisit de se donner à Dieu138.

  • 139 Halévy, La Juive, II.

70La Juive nous montre la princesse Eudoxie achetant au juif Éléazar un cadeau pour son fiancé139 ; il lui propose une chaîne incrustée, une sainte relique, que portait autrefois l’empereur Constantin ; Scribe, qui se pique d’historicité en s’attachant à peindre une atmosphère d’intolérance lors du concile de Constance, ne semble pas avoir vu l’incongruité de cette vente de reliques par un Juif, fût-ce à trente mille ducats, Je n’en puis rien déduire.

  • 140 Spohr, Faust, J.C. Bernard, Prague 1.9.1816, III (Méphistophélès : Dans ton orgueilleuse folie, pou (...)
  • 141 Stravinsky, The Rake’s Progress, Auden et Kallmann d’ap. les gravures de Hogarth (1735), Fen. I 1.9 (...)

71L’âme est l’objet de nombreuses ventes illicites. Faust a été maintes fois mis en musique : si Spohr et Schumann n’ont pas composé le pacte diabolique évoqué toutefois dans la dernière scène, les autres versions ne l’ont pas omis, de Berlioz à Philippe Fénelon ; le Méphisto de Berlioz intime à Faust Tu signes ton serment de me servir demain ; celui de Gounod explique Ici je suis à ton service, mais là-bas, tu seras au mien... Allons, signe ; chez Boito, Faust réclame Venga il patto et Mefistofele riposte Top ! è già fatto ; le Faust de Busoni hésite à l’idée de servir le démon pour l’éternité, Ich ? Dir dienen ? In aller Zeiter Ewigkeit ? mais signe140. Nick Shadow s’attache au service de Tom Rakewell et ne réclamera ses gages qu’un an plus tard, révélant alors son identité infernale, A year and a day hence we will settle our account...’Tis not your money but your soul Which I this night require. Look in my eyes and recognise Whom, Fool, you chose to hire. Parfois le diable est roulé : Tchaïkovski et Rimski-Korsakov ont adapté de Gogol l’histoire de Vakoula le forgeron : pour apporter à sa capricieuse belle ce qu’elle exige, les souliers de l’impératrice, Vakoula accepte le pacte, mais sous prétexte de chercher un clou pour signer avec son sang, il attrape le diable par la queue et dicte ses conditions. Parfois, ceux qui ont contracté avec Satan demandent un sursis : Tom Rakewell devra gagner une partie de cartes, mais le diable, mauvais perdant, le rendra fou. Le plus souvent, l’enfer exige d’autres victimes : Caspar espère obtenir de Samiel l’infernal Chasseur noir une grâce de trois ans en lui livrant par le désespoir au moins Max, Je t’apporte de nouvelles victimes... Mon compagnon de chasse, lui qui n’a jamais pénétré dans ton sombre domaine ; Max rêve des balles magiques ; Que la septième (balle) soit tienne, suggère Caspar à Samiel, De son fusil guide-la vers sa fiancée, il sera plongé dans le désespoir, lui... et le père ; Samiel déplore de n’avoir pas de prise sur Agathe elle-même, mais accepte le marché. Lord Ruthven le vampire sollicite un an de grâce ; le maître des vampires pose ses conditions, Sa demande sera exaucée quand il nous aura offert, avant minuit prochain, trois victimes, trois fiancées pures et tendres, alors seulement, une année sera accordée à ce vampire. Bertram détourne aisément Raimbaut en lui recommandant gaîté, plaisirs et bombance, car chaque faute est un plaisir : Encore un de gagné ! Glorieuse conquête Dont l’enfer doit se réjouir. Mais son sort est en jeu s’il ne gagne pas son propre fils Robert ; le roi des anges déchus, (son) souverain prononce son arrêt, qu’il révèle à Robert : avant minuit, Si tu n’as pas signé le pacte irrévocable Qui pour l’éternité tous les deux nous unit, Je te perds pour jamais !... Tiens, voici cet écrit redoutable Qui seul peut engager ta foi. Dans les trois cas, la manœuvre infernale échoue au dernier moment. Pour la beauté et l’amour, Méluzine a vendu son âme au diable qu’incarne Stello : elle est rachetée in extremis par son repentir, le pardon de ses victimes et sa volonté de se vouer à Dieu, Dieu m’entend ! Il me donne Ma place dans les deux, À sa voix qui m’appelle, Va, mon âme fidèle ! L’âme de Schwanda est l’enjeu d’une partie de cartes, où le diable triche et perd. Et Giulietta capte pour Dappertutto le démoniaque les âmes avec les reflets141.

  • 142 Richard Strauss, Die Frau ohne Schatten, Hofmannsthal, Vienne 10.10.1919, 1,2.

72La femme sans ombre est une variation sur ce thème142. En achetant l’ombre de la femme du teinturier Barak, ce rien noir qui traîne derrière toi par terre, cette chose sans nom, l’impératrice enfantera et sauvera son mari ensorcelé. Sa diabolique nourrice tente la teinturière stupéfaite (Qui en donnerait le prix le plus vil ?) en lui révélant le secret de l’achat et le secret du prix auquel tu pourras tout acheter..., Les acheteurs avides paieront tout... Des esclaves, hommes et femmes, autant que tu voudras, des brocarts et des vêtements de soie, les mules et les maisons, les fontaines et les jardins, la foule nocturne de tes amants et l’éternelle splendeur de ta jeunesse pour un temps infini, tout cela est à toi, tout le contraire de sa vie quotidienne. La teinturière éblouie accepte puis se reprend et l’impératrice, touchée par la bonté de Barak, refuse un bonheur qui détruirait celui d’autrui (c’était une épreuve : l’empereur sera sauvé et la nourrice seule rejetée dans les ténèbres).

  • 143 Métastase, Didone abbandonala, voir « La liberté d’expression » n. 12. G. Puccini l’ancien, La conf (...)

73Pouvoir et souveraineté des États ne sont pas dans le commerce, mais font l’objet de tractations louches, dès l’opéra baroque : la trahison s’achète aisément. Conseiller de Didon, Osmida offre ses services au faux ambassadeur (larba incognito) : Pendon Parmi Tutte del cenno mio. Molto potrei A’ tuoi disegni agevolar la strada. Sia del tuo Re Didone, a me si ceda Di Cartago l’impero ; larba accepte, sans la moindre intention de tenir sa promesse. Megabise a été acheté par les bienfaits d’Artaban, lo mi rammento dei miei bassi principe Alla tua mano deggio quanta possiedo, a’primi gradi dal fano popolar tu mi traesti ; pour renforcer sa fidélité, Artaban, (qui convoite le trône), lui promet sa fille s’il soulève l’armée. Les Sabins entrent dans Rome’en achetant Tarpéia qu’ils tuent aussitôt, La sedotta figlia in terra esangue Pronta pagô del suo fallir la pena. Ivan Soussanine feint seulement d’accepter l’or offert par les Polonais pour les mener au Tsar et les égare dans les marais. Pour affermir son pouvoir Atar fait général son séide Altamort et pense gagner le grand-prêtre Arthenée, père d’Altamort, qui truque l’oracle pour confirmer le titre, mais Arthenée rêve du trône pour ce fils ; l’incorruptibilité de l’enfant qui sert d’oracle fera échouer le plan. Dom Antonio veut usurper le pouvoir au départ du roi ; il a cru s’assurer l’appui du grand inquisiteur Dom Juan de Sylva en offrant de partager avec (lui) la puissance, mais Dom Juan joue double jeu, la débile main d’Antonio ne gardera qu’un jour ce pouvoir : L’adroit Philippe II, que la gloire accompagne. Couve depuis longtemps, de son œil de vautour. Le riche Portugal, trop voisin de l’Espagne, Et me promet à moi, si je suis son soutien, Un pouvoir plus durable et plus sûr que le tien ; quand Sébastien qu’on croyait mort revient, les deux traîtres le déclarent imposteur ; Dom Juan lui offre la vie de Zayda, à l’Espagne (s’il) abandonne (Ses) droits et (sa) couronne. Sébastien éliminé, Antonio se croit roi mais Dom Juan, l’acte en main, proclame Philippe II, Dom Sébastien par cet acte suprême, À l’Espagne après lui cède son diadème. Paolo Albiani et son compère Pietro sont plus directs : pour faire élire doge Boccanegra (qu’il veut manipuler), Paolo promet Oro, possanza, onori, et Pietro répond cyniquement Vendo a tal prezzo il popolar favore ; face au peuple il écarte le candidat précédemment soutenu et le déclare vendu aux patriciens. Marina Mnischek pour satisfaire ses rêves ambitieux fait miroiter des bénéfices aux magnats polonais, je les appâterai par la splendeur de l’or et du pillage. Narr’Havas abandonne les mercenaires et revient au service de Carthage, Tu as troqué le sang pur de mille courageux amis, comme un trafiquant sans vergogne, contre l’or des marchands de Carthage et... la main de Salammbô. Les ministres espagnols s’enrichissent aux dépens de l’État et se plaignent d’être mal servis, Il quinto dell’oro e l’ambro assai meno Mi rende di quel, che a voi rendono, O Conte, i porti del mar e i boschi. Et dans le sombre monde du Bürgschaft, Peu ont accédé à l’argent, ils ont compris que les lois dirigent le monde, que la force crée les lois, mais l’argent la force143.

  • 144 Verdi, I due Foscari, Rome 11.1844, fin. III. Gomes, Fosca, Sc. 1873 (rév. Sc. 1878), IV.

74Pour obtenir les deux vies que réclame sa vengeance, Loredano ne paie pas, il se borne à manipuler les Dix : les deux Foscari successivement morts, il exulte Pagato ora sono, d’une monnaie qui n’est pas dans le commerce. Mais pour sauver Paolo, Delia se tuerait comme l’exige Fosca144.

  • 145 Puccini, La Fanciulla del West, Civinini et Zangarini d’ap. Bclasco (1905), New-York 10.12.1910, I. (...)
  • 146 John Eccles, Semele, Haendel, Semele, 111, 1. Métastase, La clemenza di Tito (ou Tito Vespasiano, 1 (...)

75Hors du commerce, l’honneur d’une femme, qu’on tente néanmoins souvent d’acheter : le shérif Jack Rance offre à Minnie, qui lui rit au nez, Mille dollari, qui, se tu mi baci (au 3e acte, c’est la vie d’un homme qu’ils jouent au poker et Minnie triche pour sauver Johnson). Rigoletto, accusant les courtisans d’avoir livré sa fille au duc, s’indigne, A voi nullo per l’oro sconviene, ma mia fig lia è impagabile tesoro. Fenimoore croit, en lui jetant une bourse, indemniser Ernesto dont il a séduit la fiancée : Oh, ma quell’oro Qui testimon lascid di mia vergogna, s’indigne le malheureux. L’amour vrai ne s’achète pas : Snegourotchka, à qui Mizgir offre une perle prodigieuse (il n’y en a pas de pareille dans les couronnes des tsars), refuse de se vendre et n’échangera qu’amour pour amour. Gaizto essaie de charmer Andrea par ses riches troupeaux et son importance, Bakarrik gaude, Andrea... Expliquant son mariage à Jane Eyre, Rochester se plaint d’avoir été « vendu » par son père pour une riche dot145. La conscience a souvent un prix, de l’or ou autre chose. Junon obtient la complicité du Sommeil en lui promettant la belle Pasithéa, Obey my will, thy rod resign, And Pasithea shall be thine. Vitellia laisse espérer son amour à Sesto s’il tue Titus. Séducteurs, amoureux sincères, faux amis et traîtres de toutes sortes achètent ou tentent d’acheter des complices : le comte Almaviva s’assure les services de Basile près de Suzanne après l’avoir acheté pour épouser Rosine. Don Alfonso, pour introduire ses « Albanais », promet à Despina C’è una mancia per te di venti scudi, se li fai riuscir, et la camériste accepte joyeusement car è l’oro il (suo) giulebbe. Appio Diomede corrompt l’affranchi de Sallustio, désormais prêt à tout pour le servir : La generosa Tua man di ricchi doni Tanto mi ricolmò, che al dover mio, Al buon Sallustio un traditor mi resi ; il aidera Diomede à tenter de séduire Ottavia, l’épouse de Sallustio, puis à calomnier la jeune femme qui a résisté. Pour se venger de Ginevra qui lui a préféré Ariodante, Polinesso promet d’épouser Dalinda, complice inconsciente qu’il tentera de faire assassiner. Appio (le décemvir Appius Claudius) essaie de corrompre la nourrice de Virginia, mais -hélas pour lui- incorruttibile è la nutrice et il devra trahir la justice même pour déclarer la jeune fille esclave et se la faire livrer. Nourrices et suivantes ne sont cependant pas toujours inaccessibles à la tentation ; il n’est pas dit que le roi paie la suivante d’Elvira mais elle lui obéit avec une rapidité suspecte, et Giovanna s’éclipse dès que le duc de Mantoue lui jette une bourse. Pagano ou le comte de Luna146 paient des sbires pour enlever l’objet de leur passion ou tuer leurs rivaux.

  • 147 Massenet, Panurge, Spitzmüller et Boukay, Paris 25.4.1913.

76Sur un ton beaucoup plus léger, l’aubergiste Alcofribas prétend faire payer à Panurge... l’odeur de sa cuisine147.

77Pour obtenir ce qui n’est pas dans le commerce, on passe souvent des contrats contraires à l’ordre public ou aux bonnes mœurs.

Des contrats contre l’ordre public ou les bonnes mœurs

  • 148 Massenet, Thaïs, Gallet d’ap. A. France (1890), Paris 16.3.1894, I, 2. Bizet, Carmen, Meilhac et Ha (...)
  • 149 Richard Strauss, Salomé. Mariotte, Salomé, sc. 4 et 6.

78Les faveurs des femmes légères se paient : Nicias s’est ruiné pour Thaïs, J’ai vendu pour elle mes vignes, et ma dernière terre et mon dernier moulin. Pour Carmen et nos filles de Bohême, don José lance à Escamillo que le prix se paie à coups de navaja. Alfredo paie Violetta devant les invités de Flora, Qui testimon yi chiamo che qui pagata io l’ho. Le tambour-major gagne les faveurs de Marie avec des boucles d’oreille de pacotille et Dapertutto celles de Giulietta avec un diamant, Ton idole dans les deux Ce soir a vendu ses charmes Pour un bijou précieux. Le grand prêtre de Dagon ne veut pas acheter la vertu de Dalila mais son aide (que, patriote, elle donnerait pour rien), Vends- moi ton esclave Samson, Et pour te payer sa rançon, Je ne ferai point de promesses ! Tu peux choisir dans mes richesses. La Dalila d’Aliotti paraît plus vénale devant les offres du capitaine, Fa cuor, Dalila, si d’ampia mercede assicuro tua fede, se co’ tuoi modi scaltri l’alta cagion a penetrar t’impegni, onde in Sansone tanta fortezza regni. Celle de Ferrari agit par orgueil mais ne refuse pas les récompenses du chef philistin, non avrassi intiero de la vittoria il frutto sinché in nostro poter l’empio non rendi ; a questo sol t’adopra, e pari a l’opra il guiderdone attendi. Celle de Haendel se dit patriote, My praises shall be sung at solemn feasts, Who sav’d my country from a fierce destroyer148. Pour voir danser Salomé à défaut d’oser exiger ses faveurs, Hérode offre la moitié de son royaume, et pour la faire renoncer à la tête d’Iokanaan, sa plus belle émeraude, ses paons blancs, ses trésors cachés de joyaux qu’Hérodias n’a jamais vus, enfin le manteau du grand prêtre et le voile du Temple. Mariotte abrège, j’ai des bijoux cachés ici que même votre mère ne connaît pas ! Ce sont des bijoux merveilleux. Ce sont des trésors sans prix. Eh bien, je vous les donnerai tous, tous ! ... Je te donnerai le manteau du grand-prêtre, je te donnerai le voile du sanctuaire149.

  • 150 Puccini, Tosca, Giacosa et Illica d’ap. V. Sardou (1887), Rome 14.1.1900, H. Verdi, Il Trovatore. P (...)
  • 151 Métastase, Adriano in Siria (1732) : voir « La liberté d’expression », n. 18.
  • 152 Jommelli, Vologeso, Verazi d’ap. Zeno, Ludwigsburg 1766 (rév. de Lucio Vero, Milan 1754), II, 10. M (...)
  • 153 Haendel, Berenice, Salvi (déjà mis en musique par Perti et Porpora), Londres 18.5.1737, III.
  • 154 Rossini, Ciro in Babilonia, Aventi, Ferrare, mars 1812 (Baldassarc menace, si Amira ne lui cède pas (...)
  • 155 Verdi, Luisa Miller. Mercadante, Elena da Feltre. Gounod, Sapho, Augier, Paris 16.4.1851, IL Bellin (...)

79En revanche plusieurs femmes succombent au chantage et concluent un marché immoral pour tenter de sauver fiancé, amant, mari ou autres personnes chères. Tosca, dédaigneuse, demande à Scarpia Quanto ? et insiste II prezzo ? croyant qu’il attend de l’argent ; elle accepte ses conditions mais le poignarde avant de lui céder. Moins naïves, Leonora ou Gioconda devinent ce qu’il faut offrir au comte de Luna ou à Barnaba et prennent l’initiative, décidées à ne pas exécuter le marché : Leonora s’empoisonne (M’avrai, ma fredda, esanime spoglia) et Gioconda se poignarde (Volesti il mio corpo, démon maledetto ? 11 corpo ti do !). Marion Delorme cède à Laffemas en pure perte, Didier furieux refuse sa grâce à ce prix : Ov’è cotesto mercator d’ignominia, Che a tal prezzo comprava il capo mio. Maddalena di Coigny s’offre à Gérard pour sauver Chénier, dont la mort serait sa mort150, Se della vita sua Tu fai prezzo il mio corpo... ebbene, prendimi ! L’opéra baroque connaissait ce marché sous une forme moins brutale : l’amoureux rejeté, tenant en son pouvoir son rival, exige pour le sauver la main de l’héroïne, qui refuse151. Souvent il veut même rompre un mariage, chose théoriquement aisée dans les royaumes antiques ou exotiques, non chrétiens, cadre habituel des opéras. Berenice feint d’accepter et promet son cœur à Lucio Vero, mais littéralement : Vieni a svellerlo dunque a me dal petto. Ma salvami il mio bene152. Séléné promet sa main à Arsace s’il sauve Demetrio153, Dalle catene scogli Demetrio e sarà tua Selene. Parfois on tente d’imposer un mariage à l’héroïne en menaçant son enfant, mais Rodelinda n’épousera Grimoaldo que s’il tue son fils, Vò che tu prenda nome di scellerato ed inumano, che sveni di tua mano sugli occhi miei questo mio figlio ; elle sait qu’il a trop d’honneur pour ce crime154. Mais Luisa Miller et Elena da Feltre doivent sacrifier pour leur père bonheur et réputation et prétendre avoir feint l’amour pour Rodolfo ou Guido ; Miller est sauvé mais Sigifredo, père d’Elena, a été tué en prison ; Luisa détrompera Rodolfo et mourra avec lui, Elena mourra après avoir vu Guido épouser Imberga. Sapho, pour sauver Phaon, prétend ne plus l’aimer et le cède à sa rivale. Imogene a racheté la vie de son père en épousant Ernesto, Il genitor cadente Peria se al Duca unirmi io ricusava ancor. Cressida, captive des Grecs, est jetée dans les bras de Diomède par son père Calchas qui craint pour sa propre vie et trahit Troie ; elle cède juste avant que Troilus apporte sa rançon et se lamente, I am bought and sold, I’ll stay and weep and Troy shall keep her gold. Isabella, pour sauver son frère, se promet à Friedrich, mais se fait remplacer par Mariana, l’épouse abandonnée ; Friedrich, au lieu d’une grâce, signe un ordre d’exécution et seul un soulèvement à l’appel d’Isabella sauve le condamné. Bersi, en revanche, s’est volontairement prostituée pour sauver sa maîtresse malade, Caddi malata, e Bersi, buona e pura, di sua bellezza hafatto un mercato, un contratto per me155.

  • 156 Mercadante, Il Bravo, I, I. Verdi, Rigoletto. Alfano, Cyrano de Bergerac, H. Cain d’ap. Rostand (18 (...)

80On engage facilement des tueurs à gages, avec de l’or et du vin : Oro e vino, ecco la vita... Ogni noia seppellita E fra l’oro, fra i hicchier, Noi di sangue ancor fumanti Lieti andiamo a tripudiar. Rigoletto donne des détails pratiques : Sparafucile, à la demande du bouffon, explique que pour un seigneur, prezzo maggior vorrei, et détaille les modalités, Una metà s’anticipa, il resta si da poi. Lignière s’affole, De Guiche a stipendié cent hommes contre moi. Vychata embauche des hommes pour rattraper Nadejda, si vous la trouvez, je vous donnerai de l argent 156.

  • 157 Orazio Vecchi, L’Amfipamasso, Modène, 1597, III 3. Luigi Ricci, // diavolo condannato in mondo a pr (...)

81Longtemps interdit, le prêt à intérêt avec son cortège d’usuriers est bien connu en musique, dès la comédie madrigalesque L’Amfipamasso, qui n’est pas encore un opéra : les usuriers juifs y refusent toute opération le jour du sabbat, Adanai, che l’è lo Goi ch’è venut con la moscogn, che vuol lo parachem. L’è Sahhà, no lo podem. L’usurier Sanguisuga au nom imagé, que Pulcinella traite en napolitain de puorco ausoraro, porc d’usurier, exagère ses bontés, lo ti ho dato il sangue mio, Il sudor della mia fronte, O mi paghi o mando a monte L’amicizia e la bontà. L’ex-roi Théodore songe à signer pour les banquiers juifs des billets sur les montagnes du Nebbio et leurs mines. Les opérations que Biagio a fait réaliser à Menico doivent être usuraires, Quando proponeste Prestiti, operazioni, Con slancio mi vedeste Cogliere le occasioni E darvi anche il percento Che vi toccava. Shylock l’usurier a été mis en musique par Reynaldo Hahn. Le jeu et les opérations douteuses sont, si l’on ose dire, monnaie courante. Des Grieux triche à l’hôtel de Transylvanie, Nicias regagne une fortune qu’il jette à la foule pour protéger Thaïs et Athanaël, Hermann gagne et devient fou en tirant la dame de pique ; à Roulettenburg, le général, la tante et enfin Alexis sont obsédés par le jeu ; Bacocco se ruine à la bassette et se fait rosser par sa femme. L’acte III de Lulu s’ouvre dans les spéculations douteuses et les krachs. Nick Shadow profite de la folly that pays dividends et entraîne dans la faillite des merchants of probity and réputation in the City. Mais les délits financiers peuvent être punis sommairement : la populace nantaise veut pendre ceux qui paient avec de l’or au lieu d’assignats, Alla lanterna i vili ghiottoni Che pagano in oro157

  • 158 Donizetti, L’elisir d’amore. Romani, Milan, 12.5.1832, 1 2.

82Vendre des élixirs d’amour ou des philtres est illégal ; Dulcamara intime silence à Nemorino, Sovra cio, silenzio, sai ? Oggidi spacciar l’amore è un affar geloso assai, Impacciar se ne potria un tantin l’Autorità ; ce qu’il vend à Nemorino è Bordò, non elisir, ce qui le soustrairait peut-être aux foudres de l’autorité pour sorcellerie mais non pour escroquerie158 !

  • 159 Cherubini, Ali Baba, III 1. Gomes, Fosca. Verdi, Il Corsaro, III. Lehar, Das Fiirstenkind, Léon (ad (...)

83Illégales, les rançons sont néanmoins courantes, qu’il s’agisse de les demander, de les offrir, de les négocier ou de les refuser. Ali Baba l’avare, affolé à l’idée de payer trois cent mille sequins, proteste, no, no, no, io non voglio contrattare, Ammazzatemi, lo preferisco, almen Mi resterà l’oro mio, et ne se décide qu’à grand peine. Michèle Giotta en promet une pour son fils Paolo, enlevé par des pirates à l’acte I, et les négociations, troublées par Fosca (qui veut garder Paolo, dont elle s’est éprise) et par Cambro (qui trahit Gajolo pour devenir chef des pirates), s’achèvent à l’acte IV où Gajolo échange sa propre vie contre la liberté de Paolo et Delia. Mais Seid refuse toute rançon pour Corrado capturé, Nol farei franco per quante gemme Del mio Sultano chiude l’haremme. Hadschi Stavros, chef de brigands et « prince de Parnes », prend et libère des otages (dont sa propre fille Photini), dans un étourdissant ballet de fausses identités, de banquiers véreux et de policiers corrompus159.

  • 160 J.S. Bach, Matthdus-Passion, 1727, rév. plusieurs fois. Caldara, Giuseppe, A. Zeno, Vienne 1722. Mé (...)
  • 161 Massenet, Grisélidis, 11 4. Rossini, Il Turco in Italie, II 2. Ambroise Thomas, Mignon, Barbier et (...)

84Le commerce des êtres humains est normalement illégal mais on le trouve, notamment dans l’oratorio : la vente de Jésus par Judas et les diverses Passions, surtout selon saint Mathieu où le récit est le plus complet. La vente de Joseph par ses frères a aussi inspiré les musiciens, mais ils ont préféré l’épisode de la reconnaissance160. Le Diable et sa complice Fiamina racontent à Grisélidis une fausse vente d’esclaves à son mari, prétendant qu’elle fut suivie d’une infidélité : Le Diable : Je ne suis Qu’un modeste marchand d’esclaves -Fiamina : Je le suis, Comme étant un objet de son fonds de commerce. Il m’a pour cent ducats jadis acquise en Perse -Quand nous vîmes le marquis -De ses femmes à vendre -Elle était la plus belle -Comme je n’avais pas le droit d’être rebelle, Je fus vite son bien – Honnêtement acquis. Le Turc Sélim veut acheter Fiorilla à Geronio, D’un bell’uso de Turchia Forse avrai novelle intese. Della moglie che gli pesa II marito è venditor (en Italie, réplique Geronio, on casse la tête à l’acheteur). Jarno revend Mignon à Wilhelm et elle sera des mains de ce sauvage, libre pour un peu d’or161.

  • 162 Raymond Poisson, Le mariage par lettre de change, Paris 1735, v. it. Carlo Federici (1790).
  • 163 Rossini, La cambiale di matrimonio, Rossi, Venise, San Moisè 3.11.1810. Sur le même sujet, Coccia, (...)
  • 164 Paisiello, La molinara, Palomba, Naples 1788, I, 5. Lortzing, Der Wildschütz, cp, Leipzig 31.12.184 (...)

85Souvent il s’agit bizarrement de mariage et pas seulement des tractations quasi commerciales sur la dot. Le mariage conclu par lettre de change162 a inspiré Rossini : le Canadien Slook écrit à son correspondant anglais Mill qu’il veut former une compagnie matrimoniale, demande une épouse ayant les qualités énumérées et conclut, arrivandomi ben condizionata, corne sopra, con la présente lettera per marca, o con coppia legalizzata, a scanso d’equivoco, io m’impegno di far onore alla firma e sposare chi la presenterà, a due giorni data, od anco a vista, corne meglio. Comme il vient en Angleterre, Mill lui fait remettre la lettre de change par sa propre fille Fanny qui sera mariée (dit le valet Norton) all’uso proprio di negozio e come se Miss fosse una balla di mercanzia. Fanny remet à Slook sa lettre et un mot de son père, Pagate (a l’unica nostra figlia Fanny)... i debiti e obbligazioni che avete incontrati. Bien que Fanny (qui aime Edoardo) lui demande rinunziate alla vostra cambiale, Slook séduit affirme Darei per si bel fondo Quanto possiedo al mondo, Tutti impiegar vorrei, tutti i capitali miei, e un certo percento ne spero di piacer. Norton insinue que ce capital est peut-être hypothéqué. Slook comprend et décide de faire le bonheur des amoureux. Il promet de faire d’Edoardo son héritier et lui cède la lettre, io vi cedo e giro la cambiale... e per all’ordine S.P. del Sir Edoardo Milfort. Reste à calmer Mill, furieux du refus de Slook d’épouser sa fille, mais que tous persuadent enfin d’écouter l’explication : Vostra figlia è un capitale E sfrozato e ipotecato. Io potevo protestarvi E alla borsa danneggiarvi... Ho scoperto un acquirente Ed io senza perder niente Ho girato la cambiale E ceduto il capitale Che fruttare in capo a un anno Un nipote vi farà163. Curieusement, ce jargon juridique pour une demande en mariage est assez fréquent : le notaire propose à Rachelina Dammi la mano per ipoteca, puis traduit Dico, se vuoi pigliarmi per marito. Dans un imbroglio de méprises, le baron Kronthal offre au maître d’école Baculus cinq mille thalers pour celle qu’il croit sa fiancée, Baculus ébloui chante sa bonne fortune dans un grand air, Fünftausend Taler !... Cinq mille thalers ! Rêvé-je ou suis-je éveillé ? Je n’étais qu’un prolétaire et d’un seul coup je deviens capitaliste ; à quoi dépensera-t-il ce trésor, un palais, de la bière bavaroise, des bons d’État ? Le marieur Kecal164 promet à Jenik trois cents écus s’il renonce à la main de Marienka ; Jenik accepte, pourvu que Marienka n’épouse que le fils de Tobias Micha (Jenik seul se sait fils d’un premier lit de Micha, le prétendant officiel étant né du second) ; on se scandalise que Jenik ait vendu sa fiancée, jusqu’à l’arrivée de Micha qui révèle la vérité ; Jenik n’a fait que duper Kecal et gardera sa fiancée et l’argent.

Opérations licites

  • 165 Offenbach, Le financier et le savetier, Crémieux (inspiré de loin de La Fontaine, Le savetier et le (...)

86Offenbach donne, par la bouche d’une fausse ingénue, Aubépine, une description pittoresque de la Bourse : Il est rue Vivienne Un grand monument Dont la forme ancienne Plaît infiniment, On gravit sans cesse son grand escalier... Vers la grande salle Dirigez vos pas... Ils sont là soixante Autour d’un panier, Que ça vous enchante d’entendre crier. L’un achète ferme, L’autre à peine vend, L’un vous offre à terme Et l’autre au comptant... Ça hausse ou ça baisse, Voilà l’important, Et chacun s’empresse Dans le mouvement. On dit que la lune Agit là-dessus, Mais on fait fortune, On n’en veut pas plus165. Si la Bourse n’est guère un décor d’opéra, marchands, boutiques, marchés grands et petits abondent.

  • 166 Grétry, Zémire et Azor, Marmontel, Fontainebleau 9.11.1771.
  • 167 Rimski-Korsakov, Snegourotchka, 11, Tsar Saltan, Bielsky d’ap. Pouchkine (1832), Moscou 2.11.1900, (...)

87La qualité de marchand a parfois peu d’importance : pour Sander face à Azor166, elle ne sert qu’à expliquer sa ruine et son désir de rapporter au moins une rose à sa fille. Mais en Russie, dans les œuvres inspirées de contes populaires, marchands et affaires ont une grande place. Si le tsar Bérendeï convoque ses sujets, c’est des bazars et des marchés qu’il les appelle à venir. Des marchands font retrouver à Saltan sa femme et son fils et ces marchands le louent d’avoir supprimé les douanes et libéré le commerce. Novgorod se vante d’être plus glorieuse que Kiev, la ville des paladins, car elle a, outre ses trésors et ses marchandises, son indépendance et ses marchands qui chantent leur gloire (mais dont l’horizon est étroit) ; Sadko rêve de commerce au loin, au-delà de la mer des Varègues, pour voir des merveilles et rapporter des trésors inconnus. On se moque de lui mais quand grâce à un pari et à la princesse des eaux Volkhova il gagne la fortune de tous les marchands de la ville, il rend leur or aux perdants : avec ses poissons d’or, il achète, de boutique en boutique, toutes les marchandises de Novgorod, affrète et grée de rouges vaisseaux, et appareille vers la mer bleue, pour des pays lointains. Pour choisir son but, il fait chanter leurs pays par trois marchands étrangers, varègue, hindou (Les diamants chez nous sont innombrables) et vénitien, et part sur le Faucon avec trente navires. Au retour, quand Volkhova est devenue le fleuve Volkhov, les trente et un vaisseaux et leurs riches cargaisons arrivent par le nouveau fleuve, qui trace le chemin vers toute la terre et les pays lointains, permettant de passer sans payer de tribut. Ce rêve de commerce, moins enrobé de nuages féeriques, Vasco de Gama l’offre au Portugal, Franchissant cet écueil redouté. Du commerce et des mers je vous promets l’empire. À vous, climats nouveaux, à vous, riches trésors167.

  • 168 Flotow, Martha, Friedrich d’ap. Vemoy de Saint-Georges (Paris 1844), Vienne 25.11.1847. 1 et III. D (...)

88Petits ou grands, les marchés abondent. Sur celui de Richmond, Lady Harriet et Nancy, déguisées en paysannes, sont engagées comme servantes de ferme ; plus tard, pour rendre la raison à Lionel, Harriet reconstitue le marché et Nancy en ordonne l’ouverture, Der Markt beginnt, die Glocke schallt ! Dans Lakmé, marchands chinois et hindous tentent d’attirer le chaland, Allons, avant que midi sonne, Venez, on ne vend plus, on donne. Jamais nous ne trompons personne, Venez, le marché va finir... Admirez cette babouche ! Gâteaux exquis à la bouche ! Et ces mouchoirs merveilleux Et ravissants pour les yeux ! ils harcèlent Miss Bentson la gouvernante, dépassée par ce désordre et ce tapage. Au souk de Khaïtan, Ali s’amuse à exalter la richesse imaginaire de son ami Marouf, le plus grand marchand du monde... ; il a des magasins dans le monde entier ; ses comptoirs sont nombreux de l’Yémen jusqu’à l’Inde, entrant dans le jeu, Marouf détaille sa caravane inexistante, À travers le désert, mille chameaux chargés d’étoffes marchent sous le bâton de mes caravaniers. Des paniers sont remplis d’argent et de joyaux, des caisses pleines de poignards et de sabres damasquinés. Quatorze cents mulets, avec leurs muletiers, portent les diamants, les rubis, les saphirs. Et mes mamalik, beaux comme des lunes, sont au nombre de mille... Au sultan de Khaïtan, je donnerai pour cadeau trente sacs de pierreries, quand viendra ma caravane. Le sultan donne sa fille Saamcheddine à Marouf, malgré la méfiance de son vizir ; un génie sauve les époux en faisant apparaître la mirifique caravane168.

  • 169 Meyerbecr, Le Prophète, Scribe, Paris 16.4.1849, III 1. Verdi, La Forza dei Destino, III 2. Rossini (...)

89La guerre favorise de petits marchés. Patinant sur les étangs gelés de Münster, les paysannes vendent aux Anabaptistes, Achetez, achetez ! Pour vous servir nous quittons nos cabanes !... Nous ne vendons qu’aux soldats du vrai Dieu. Au camp italien, Trabuco devenu colporteur promène sa camelote, A buon mercato chi vuol comprare ? Forbici, spille, sapon perfetto ! lo vendo e compro qualunque oggetto, Concludo a pronti qualunque affar. Les colporteurs travaillent aussi en temps de paix : Isacco vient chez Fabrizio Vindigrato proposer Stringhe e ferri da calzette, Temperini e forbicette... Avanti, avanti Chi vuol comprar, E chi vuol vendere O barattar ; Ninetta lui vendra le couvert d’argent source de ses tribulations. Dulcamara fait une excellente publicité pour son specifico universel, E questo l’odontalgico Mirabile liquore, Dei topi e dei cimici Possente distruttore... Ei move i paralitici, Spedisce gli apopletici, GH asmatici, gli asfitici, Gl’isterici, i diabetici, Guarisce timpaniditi, E scrofole e rachiditi, E fino al mal di fegato Che in moda diventò... Mi direte : quanto Costa ? Cento scudi ? No. Trenta ? No. Venti ? Nessuno si sgomenti, lo vi voglio, o buona gente, Uno scudo regalar. Fêtes et occasions solennelles attirent les petits vendeurs près des arènes ou de l’échafaud : Sweets and tarts ! Get your sweets and tarts169 !

  • 170 Paisiello, L’osteria di Marechiaro, Cerlone, Naples 1768, I (liv. écrit pour Insanguine, Naples 176 (...)

90Nous rencontrons aussi des aubergistes : Carl’Andrea, le tavernier bougon de Marechiaro, se fait aimable et presque éloquent pour vanter son menu, Una bella minestra marinata. Un fritta di pesce. Un bell’arrosto. E poi caciocavallo. Frutta fresca... Ho il vino di Marano Per chi vuol bere molto e spender poco. Poi la « Lagrima fine » e l’amarena. La charmante Mirandolina fait habilement marcher son auberge... et ses clients ; nous la voyons présenter leur note aux voyageurs, chez Salieri et Martinu. Caligo, propriétaire du Caffè di campagna, expose la différence entre les « grandes » boutiques neuves et les vieilles boutiques comme la sienne, Gran bottega è sempre quella Che sia nuova e che sia bella. Là son pieni i camerini, Là ci piovano i zecchini, E chi spende i suoi quattrini Si fa spesso minchionar. Ma noi vecchi botteghieri Andiam presto alla malora, Si fatica, si lavora, Si consume il capitale, E si manda il principale Quando vuolfarsi pagar170.

  • 171 Messager, Véronique, Vanloo et Duval, BP 10.12.1898, 1. Nino Rota, // Cappella di paglia di Firenze (...)

91Nous voyons des ventes, des fleurs dans Véronique, un chapeau de paille d’Italie, ou tragiquement un couteau pour Wozzeck (le pistolet est trop cher). Le prix est débattu ou réclamé. Sigurd avertit Gunther, Songe à tenir aussi ta promesse sacrée, quand je viendrai te réclamer le prix à mes exploits promis. Fafner répète Uns zahl’den Lohn !... verlagen nur unsern Lohn ! Le client peut fixer le montant : pour une nuit chez Daland, le Hollandais promet ses trésors, Le prix ? Je vous l’ai déjà dit : ceci pour loger une seule nuit171.

  • 172 Auber, Fra Diavolo, Scribe, OC.28.1.1830, fin. I. Verdi, Ernani, II.

92L’argent peut récompenser. Lady Paméla fait remettre dix mille francs par son mari à Lorenzo qui lui rapporte l’écrin volé par les bandits : Milord, qui chérissait beaucoup les gens de cœur, De ces dix mille francs est votre débiteur. Plus sombrement et en toute légalité, il peut s’agir du prix d’un homme : vingt mille écus à qui prendra Fra Diavolo. Et Ernani, fou de douleur en apprenant qu’Elvira va épouser Silva, cherche la mort en révélant que sa tête est mise à prix, Oro, quant’oro ogn’avido puote saz.iar desio, a tutti v’offro, abbiatelo, prezzo del sangue mio172 !

  • 173 Mascagni, / Rantzau, I. Massenet, La Grand’Tante, Adenis et Granvallel, OC 3.4.1867. Stravinsky, Th (...)

93Enfin, l’opéra peut offrir des opérations commerciales dans leur complexité juridique, avec des ventes aux enchères. Une vente aux enchères en coulisse, dans I Rantzau, mais âprement discutée à la sortie, avec menaces de procès, Si annullerà la vendita, la frode fu scoperta ! Deve appellarsi subito, la sua vittoria è certa -Parlar d’inganno è inutile, a lui rimase il prato ! Non furon tese trappole, fu bene aggiudicato. Déçu par le château de ses ancêtres, Guy de Kerdrel est résolu à le vendre à l’encan, avant de découvrir comment sa « grand’tante » lui a conservé cet héritage. Sellem, le commissaire priseur qui vend les biens de Rakewell, pérore en procédant à la vente, La ! Corne bid. Hmm ! Corne buy. Aha ! The auk... Witty, lovely, wealthy. Poof ! Go high ! Seven -eleven -fourteen -nineteen -twenty – twenty-three -going -ai twenty-three -going -going -gone173 !

  • 174 Boieldieu, Scribe d’ap. Sir Walter Scott (Guy Mannering, 1815), OC 10.12.1825, II.
  • 175 Offenbach, Le château à Toto, Meilhac et Halévy, Paris 6.5.1868, II.

94Mais la meilleure description de vente aux enchères, vente « à la chandelle » conforme au droit malgré ses péripéties, est celle de La Dame blanche174, qui dure plus d’un quart d’heure et qu’admirait Reynaldo Hahn (preuve de son succès, Offenbach l’a parodiée175). Intendant véreux des comtes d’Avenel, Gaveston entend acheter leur domaine. Mac Irton, le juge de paix du canton, qui fait la vente, lui est dévoué, mais sa pupille Anna veut empêcher cette vilenie. Déguisée en Dame blanche, le fantôme protecteur des Avenel, elle a donné ses ordres au fermier Dickson et au jeune officier Georges Brown, son amoureux (nul ne sait encore qu’il est Julien d’Avenel, l’héritier du domaine), et elle va donner à la vente une animation imprévue.

95Tout commence calmement, voire pompeusement, avec l’annonce de Mac Irton : De par le Roi, les lois et la cour souveraine, faisons savoir qu’on va procéder sur-le-champ à la vente de ce domaine à l’enchère publique ainsi qu’au plus offrant et dernier enchérisseur ! Nous avons acquéreur à dix mille écus ! C’est Gaveston, mais Dickson, soutenu par les fermiers qui ont réuni leurs économies pour éviter ce seigneur, annonce j’en mets quinze, les enchères montent. À quatre-vingt-dix mille, Dickson hésite, ses mandants exigent quelque chose de plus et il passe à quatre-vingt-quinze. Mais sur le Et moi, cent mille écus ! de Gaveston, les fermiers se désolent Nous ne pouvons enchérir davantage ! C’en est fait ! Nous sommes perdus. Gaveston triomphant ricane Malgré la Dame blanche et son nom vénéré, je l’avais dit, c’est moi qui l’emporterai... La bougie est près de finir, ce château va m’appartenir. Georges enrage, Qui pourrait donc surenchérir ? Messagère de la Dame, Anna intervient : Toi... Tu sais qui m’envoie, obéis. Tandis que Mac Irton répète Personne ne dit mot, Georges interrompt Arrêtez ! Moi, je mets mille livres de plus. Stupéfaction générale, Quel est donc ce mystère ? Quel est donc ce nouvel acquéreur ? Les fermiers sont ravis et Gaveston furieux, mais cachons-lui ma rage et ma fureur. Les enchères reprennent, Anna encourage Georges, Va toujours, va toujours ! Gaveston monte à quatre cent cinquante mille francs et voyant Georges prêt à continuer, tente un dernier effort, Arrêtez ! Laissez-moi sur un pareil projet éclairer son jeune âge. Il ignore ce qu’il engage. Monsieur, lisez-lui la loi. Docile, Mac Irton précise Le jour même, à midi, le prix de cette vente sera payé comptant en nos mains, ou sinon, et faute de fournir caution suffisante, le susdit acquéreur sera mis en prison. -En prison ! sursaute Georges. N’importe, chuchote Anna et Georges conclut gaiement Alors puisqu’on l’ordonne, À cinq cent mille francs ! Mac Irton répète l’enchère, Gaveston dépité gronde J’abandonne, Georges triomphe, La Dame blanche avait raison, Mac Irton redit Personne ne dit mot ? et interroge : Votre nom ? -Georges Brown -Votre état ? -Sous-lieutenant ; douze cents francs d’appointements, et l’on ne dira point que je fais des folies, car j’achète un château sur mes économies. La foule murmure La bougie est près de finir, Mac Irton glisse piteusement à Gaveston Vous le voyez, j’y suis bien obligé, et conclut comme la bougie s’éteint Adjugé ! tandis qu’explose la liesse générale et que Gaveston rumine des projets de vengeance. Bien sûr, Georges n’a pas de quoi payer ; Mac Irton, qui a appris son identité, ourdit avec Gaveston un dernier plan surpris par Anna ; avant même que midi ait sonné, Mac Irton et ses gens de justice se précipitent, La somme est-elle prête ? Il faut payer, ou fournir caution. Au nom du Roi, je vous arrête. Il faut payer, ou marcher en prison. Mais la Dame blanche apparaît, portant le trésor des Avenel, Julien, reprends enfin tes droits et ta puissance, ce château t’appartient et cet or est à toi. Charmante partition, qui montrerait à elle seule qu’argent, droit et opéra peuvent faire bon ménage.

Droit social

  • 176 Mascagni, Le Maschere, 111. Philidor, Le sorcier, Poinsinet, 1764, I 7. Martin y Soler, Il Tutore b (...)
  • 177 Meyerbeer, Le Prophète, Scribe, Paris 16.4.1849, II. Mascagni, Il Piccolo Marat, II.

96À proprement parler, il est rare à l’opéra, le concept étant trop récent. Néanmoins son fondement idéologique, l’égalité, a été largement traité, y compris en tant qu’égalité sociale. Quand Arlequin s’éveille dans la maison de Pantalon, il se demande si cette demeure est devenue la sienne, la nuova befana dell’umana razza, Uguaglianza Sociale, étant mystérieusement passée par là. Certes, les critiques sociales sont surtout des lieux communs : la plupart des grands seigneurs ressemblent aux belles peintures, ça n’est bon à regarder que de loin, ou Non vuoi malanni ? Non fare il servitor. Pierotto le ramoneur s’étonne, Cento doppie a une donna e pochi soldi a spazzare un camino ? Les revendications individuelles sont des protestations plus ou moins sérieuses, Le coupable heureux qui par le rang s’élève A-t-il le droit d’impunité ? demande Éléazar ; Cavalier voi siete già... Me lo dice la bontà Che volete aver per me, ironise Masetto ; Despina se plaint, Che vita maledetta è far la cameriera ! Dal mattino alla sera si fa, si suda, si lavora e poi di tanto che si fa nulla è per noi. È mezza ora che sbatto, il cioccolatte è fatto, ed a me tocca restar ad odorarlo a secca bocca ? Non è forse la mia corne la vostra ? O garbate Signore, che a voi dessi l’essenza e a me l’odore ? Les revendications peuvent être bouffonnes, comme celles des femmes de Tryphème. Elles sont souvent mues par un désir de prendre la place des autres (Voglio far il gentiluomo, réclame Leporello) ou de se venger (Umiliarlo anche ! Vederlo ai miei ginocchi colla corda al collo e vestito di sacco, a domandarmi pietà, rêve Mazurec)176. Les revendications collectives, rares, existent avant le XXe siècle, tel le « programme » des trois anabaptistes, Zacharie, Jonas, Mathisen, agitateurs sociaux plus que pieux réformateurs, De ces champs fécondés longtemps par vos sueurs Voulez-vous être enfin les maîtres et seigneurs ? Veux-tu que ces châteaux aux tourelles altières Descendent au niveau des plus humbles chaumières ? Esclaves et vassaux trop longtemps à genoux, Ce qui fut abaissé s’élève. Levez-vous ! -Ainsi ces beaux châteaux ? -Ils vous appartiendront -La dîme et la corvée ? -Elles disparaîtront – Et nous, serfs et vassaux ? -Libres en ce séjour -Et nos anciens seigneurs ? – Esclaves à leur tour ! Citons aussi les clameurs vengeresses de l’Orco, l’Ogre : la pietà, l’abbiamo chiesa Per mill’anni e mill’anni ! E corne rispondevano I « prima d’ora » ? Sopra la plebe Diritto di vita e di morte e di fame ! Le nostre messi a loro ! Le nostre braccia a loro ! Le nostre donne a loro ! La vita nostra a loro ! E non bastava mai ! Ogni giorno frustate più forti !... Ogni giorno più stretta la morsa ! Ogni giorno più giù nel fango !... Son mutate le sorti ! Ed ora tocca a noi177!

Égalité et non-discrimination

  • 178 Janacek, La petite renarde rusée, cp d’ap. Tesnohlidek (1920), Brno 6.11.1924, I et II.
  • 179 Anfossi, Il barone di Rocca Antica, Petrosellini, Dresde 1772. Paisiello, Le due contesse, Petrosel (...)
  • 180 Coccia, Caterina di Guisa. R. Strauss, Der Rosenkavalier, II. Cimarosa, imprésario in angustie, Dio (...)
  • 181 Comme le croit B. Collins, notes de l’enreg. microsillons de Gomes, Lo Schiavo.
  • 182 Rameau, Les Indes galantes, II, Les Incas du Pérou et IV, Les Sauvages. Naumann, Cora och Alonzo, S (...)
  • 183 Rossini, Ricciardo e Zoraide. Meyerbeer, Il crociato in Egilto. Verdi, I Lombardi (Oronte baptisé i (...)
  • 184 Gomes, Il Guarany ; Lo Schiavo (le livret fait des Indiens d’Ibéré et Ilara -chez Taunay, des Noirs (...)
  • 185 Meyerbeer, L’Africaine. Rossini, Otello, Berio, I. Verdi, Otello, I Delibes, Lakmé. Verdi, lut Forz (...)

97L’égalité apparaît surtout par son contraire. La petite renarde rusée y fait appel pour susciter l’insurrection des poules, Qu’est-ce que ce chef ? Il fait ce qu’il veut de vous et se fait payer par les hommes ! Camarades sœurs ! À bas l’ancien régime ! Créons un monde nouveau où régnera l’égalité !... Il y a de la place pour trois dans sa maison et il injurie un pauvre diable qui veut seulement regarder 178. L’inégalité est régulièrement soulignée, les grands personnages, conscients de leur rang et de leur fortune, ne manquent pas d’en réclamer les privilèges179, le duc de Guisa avec morgue quand San Megrino le provoque en duel, le baron Ochs avec lourdeur face à Faninal (ce noble de pacotille), Sophie, naïvement, se promet de tenir le rang de son époux, fût-ce avec agressivité. Et n’oublions pas le protocole du théâtre180 ! L’inégalité empêche souvent le bonheur des amoureux. Elle peut tenir à la race, mais au XIXe siècle et peu à peu. L’opéra baroque et l’opéra-comique naissant (pourtant plus réaliste) admettaient les amours et mariages exotiques et il est faux qu’on n’y accepte que des personnages modérément colorés181, la « Négresse » dans l’œuvre homonyme épouse un Français de bonne famille. Carlos épouse Phani, Zima courtisée par Alvar l’Espagnol et Damon le Français s’offre le luxe de rejeter les deux, l’Espagnol Alonzo épouse Cora la péruvienne, Ramiro frère de Cortez, Teutile, fille de Montézuma, et Cortez, Amazily, princesse aztèque. Gusmano, noble espagnol, veut épouser Alzira, princesse inca. Le Français Saint-Phar est marié à Hindoue Zélime182. L’amour de Roland pour Angélique est condamné parce qu’il écarte le héros de son devoir, non parce qu’Angélique, princesse de Cathay, est chinoise. Entre Européens et Arabes, l’obstacle vient de la religion, non de la race, et la conversion l’efface183. Don Antonio donne Cecilia au Guarani Péry (fier de la grandeur de ses ancêtres) quand il abjure ses dieux. Americo épouse Ilara, esclave et Indienne comme Ibéré dont il s’affirme l’ami et salue la noblesse. Tristan d’Acunha épouse l’Indoue Jessonda184. Mais Vasco de Gama, s’il accepte d’épouser Sélika pour sauver sa vie, revient à son premier amour dès qu’il apprend qu’Inès vit. Otello, même si Venise l’adopte par la volonté du doge, est rejeté par le père de Desdémone et lago méprise Sua moresca signoria. Gérald et Lakmé savent que leur aventure est un doux rêve voué à l’impasse. Don Alvaro est repoussé par les Calatrava, non comme fils d’un rebelle mais comme fils d’une Indienne, fût-elle princesse inca, et l’insulte de mulatto triomphe de sa volonté de paix. Pinkerton se marie à la japonaise et boit à sa future vera sposa americana. Et dans l’univers éclairé de Sarastro, l’amour est-il refusé à Monostatos parce qu’il est mauvais ou parce qu’il est noir, ou mauvais parce que noir185 ?

  • 186 Louise Bertin, Esmeralda, Hugo, Paris 1836. R. Strauss, Salomé. Zeno, Griselda : A.M. Bononcini, Mi (...)
  • 187 Federico, Izi serva padrona : Pergolèse, Naples 1733, Paisiello, Tsarkoié-Sélo 1781. Pariati, Pimpi (...)
  • 188 Mozart, // Re pastore. Mazzoni, Aminta.
  • 189 Cesti, Orontea, Cicognini, Venise 1649. Lully, Psyché. Rameau, Zaïs, Nais, Cahusac, Paris 1749, Les (...)

98L’inégalité concerne plus souvent le rang social ou financier et peut choquer jusque dans des amours illégitimes : les amis de Phoebus chassent Esméralda, Une fille si basse, Élever l’œil si haut ! Hérodias reproche à Hérode d’être fils de chamelier alors qu’elle et sa fille sont de sang royal. Rejetée pour son humble naissance par les sujets de son mari, répudiée (en apparence) et donnée comme servante à celle qui doit la remplacer, Griselda, par son inlassable patience devant des épreuves sadiques, retrouve époux, enfants, diadème et amour de son peuple. Linda, fille de fermier, et Edmea, orpheline recueillie par une comtesse, subissent bien des épreuves avant d’épouser leur seigneur, mais Luisa Miller, victime d’un ignoble chantage, s’unira à Rodolfo dans la mort. Boccanegra a arraché serti alla vittoria Per l’altare dell’amor sans obtenir la main de Maria. Si le roi père de Métilde accepte sans sourciller le capitaine marchand Gianni di Calais pour gendre, dans sa joie de retrouver sa fille, c’est une exception et dans sa cour, le traître Rodrigo n’est pas seul choqué. Le marquis aime sa servante Cecchina, mais sa famille n’admet le mariage qu’une fois la jeune fille reconnue baronne186. En contraste, surtout dans les intermezzi du XVIIIe s., des servantes rouées, aux noms suggestifs de Serpilla ou Vespina, petit serpent, petite guêpe, se font aisément épouser par des patrons pourtant conscients de l’inégalité et des barbons rêvent d’épouser jardinière ou camériste187. Mais on admet mal que les rois épousent des bergères, même si Alexandre accepte enfin le mariage d’Aminta et d’Elisa : à celui-ci s’opposaient la situation d’Elisa (bergère, bien que descendante de Cadmos) et le désir d’Alexandre de réconcilier les partis de Sidon, en mariant à Aminta Tamiri, fille de Stratone, l’usurpateur déchu188. Pour une fin heureuse, l’inégalité doit s’effacer souvent par un anoblissement ou la découverte d’une noble origine (enfant substitué, personnage incognito, dieu déguisé) : Beaufort, fait duc par le roi pour ses services militaires, pourra épouser Mathilde de Guise189.

  • 190 Persiani, Ines de Castro. Orff, Die Bernauerin, cp, Stuttgart 1947 rév. 1956. Rossini. Eduardo e Cr (...)

99Plus souvent, les mariages secrets inégaux finissent mal : Inès de Castro, condamnée puis acceptée par le roi, est tuée avec ses enfants par Gonzales, Agnès Bernauer condamnée par son beau-père est lynchée par la populace. Le salut confine au miracle : Cristina, son époux et leur fils sont sauvés par la valeur du héros lors d’une attaque ennemie. L’interdiction des mariages inégaux peut être légale. Appio, qui a prohibé par les XII Tables les unions entre patriciens et plébéiens, songe à abolir cette loi quand il s’éprend de Virginia. Une « loi de Bourgogne » punit de mort le noble qui épouse une roturière, Oliviero n’est sauvé que par l’anoblissement du père d’Adelia. Barbara von Tisenhusen est noyée par ses frères pour avoir épousé un roturier malgré la charte familiale. Ces préjugés ne sont pas propres aux nobles : Fabrizio, simple propriétaire, accepterait Ninetta pour bru selon le désir de son fils, mais Lucia sa femme a d’autres ambitions pour Giannetto qu’une fille de soldat. Remigio interdit à Araquil d’épouser Anita, fille sans dot. Le jardinier Antonio renâcle à donner sa nièce à Figaro l’enfant trouvé. La loi, autant que la haine mutuelle de leurs pères, ne permet à Idamore le fils du paria de s’unir à Neala la fille du brahmane que dans la mort190.

Droits collectifs

  • 191 Ml 21,33-41 ; Mc 12, 1-12 ; Le 20, 9-19.
  • 192 Provenzalc, Oh, ingrata humanité, dialogo sacro à 5 voix.

100Les œuvres disponibles parlent rarement de droits collectifs, sociaux ou culturels, mais en 1685 Naples offre une contestation sociale criminelle, adaptation de la parabole des vignerons homicides191, changés en paysans. L’un d’eux expose leur refus de payer la redevance, avant de tuer les envoyés du maître et son fils : le maître seul jouit des fruits de leur travail, Quant’il campo accoglie fiori, Quant’ariste ornan le spicche, Tante son nostre fatiche, Tant’a noi costan sudori. E pur estranea man con empie voglie Di nostri tanti affanni il frutto coglie. Vedete là quel tre garzoni Che dall’alto nel piano a noi sen scendono ? Quest’arditi pretendono Dalla nostra humilità regnar superbi. Arrestino i lor passi Ferri, bastoni e sassi... Son monarca di me stesso, quivi il cor festeggia Che laccio rio la libertà non stringami. Ma costui che verso noi porta il piede, È ilpossessor, l’erede, Uccidite192 !

  • 193 L. Berkeley, Ruth, Crozier, Londres oct. 1956. A. Bon, Le rapt de Perséphone, D. Fernandez, Nancy 2 (...)

101L’assistance alimentaire apparaît dans Ruth avec l’octroi du droit de glaner, dans La Légende de sainte Élisabeth de Liszt avec le « miracle des roses » ou à l’acte I de Don Carlos, quand Élisabeth de Valois distribue du pain. Le « paternalisme patronal » est évoqué dans la transposition moderne du mythe de Proserpine par André Bon, où Hadès est un riche homme d’affaires : Par tes puits de pétrole tu fais vivre un village entier. Chaque paysan possède maintenant sa voiture et sa maison, là où ne régnaient naguère que faim, maladie et misère, toi, tu t’es bâti à coups de veilles studieuses, dit Perséphone à son mari ; mais Hadès répond, Je ne suis qu’un pauvre homme d’affaires qui lutte avec les chiffres et négocie avec les syndicats. Bohus voulait des réformes sociales, ce qui l’a brouillé avec son père et fait surnommer « le Jacobin », J’ai vu un autre monde à l’étranger, je me rappelais l’esclave chez nous et voulais rendre heureux le pauvre peuple... Réduire les droits des seigneurs, les privilèges des nobles, libérer les serfs ? Heureux est le peuple qui gagne la liberté et ses droits sacrés ! Libérez les pauvres de l’asservissement, qu’ils se lèvent et vivent193 !

  • 194 Nono, Sc. 4.4.1975, Primo tempo, sc. 5 (sop. et chœurs), tr. de Brecht.
  • 195 Sallinen, La ligne rouge, I 3, Il I. Chostakovitch, Moskva, Cheremushki, Mass et Tchervinski, Mosco (...)

102Al gran sole carico d’amore énumère des revendications sociales : stesse paghe, salari da opérai, separazione della chiesa dallo Stato... refettori nelle scuole, abolito il lavoro notturno dei fornai194 On relève des éléments en Scandinavie : Simana parle émeutes, réunions, discussions, grèves et rébellions, Topi lit dans le journal il y a toujours injustice de la bourgeoisie, l’honnête travailleur n’a jamais reçu le salaire que la justice demande, le pasteur admet que les pauvres, pour élire des représentants contre l’arrogance des privilégiés, doivent voter en traçant une ligne rouge. Riika lit que le socialisme ne permet pas un paradis terrestre pour l’un plus que pour l’autre, mais pour chaque personne, sans considération de rang ou de famille, la possibilité de prospérité, de dignité humaine et d’une humanité libre, la Nature n’est pas à blâmer pour la dureté du sort, mais les bêtes humaines sans cœur. Après la victoire électorale de la ligne rouge, on annonce redistribution des terres, pensions pour les vieillards, réduction des hauts salaires, distribution gratuite de la connaissance et de l’instruction, habillement et éducation pour les enfants, visites de médecins et de vétérinaires dans les endroits reculés, pas d’impôts pour les pauvres, moins de fonctionnaires oisifs. Le droit au logement est le sujet de Moscou, Tcheriomouchki (Moscou, Quartier des Cerisiers), traité avec humour et avec une forte critique de la corruption bureaucratique. Et Joseph Merrick, dit Elephant Man évoque, parfois a contrario, le droit des malades à être soignés, mais aussi traités dignement195.

  • 196 Offenbach, Les Brigands, Paris 1869. Donizetti, L’elisir d’amore, Milan 1832. Grétry, Le jugement d (...)

103Le droit du travail apparaît dans les contrats de louage de services. Fiorella lit l’engagement des brigands, Promets-tu, c’est irrévocable, De suivre la loi des brigands ? Cet engagement est valable Pour trois, pour six ou pour neuf ans. Nemorino s’engage pour vend scudi pour payer l’élixir. Palémon offre à Apollon incognito un contrat dont il détaille les avantages. Engagé comme bravo, Carlo sera payé par la vie de son père. L’impresario Bellarosa se réjouit d’avoir scritturate ses deux prime donne. Catherine la nouvelle bonne promet à son employeur tout ce qu’une fille honnête peut donner pour trent’francs par mois ; pour être vivandières, les filles de Chalons feront tout ce que veut le règlement et même plus. Le sénat engage un joueur de flûte pour escorter le consul Duilius en chantant Je chante la gloire immense Du grand consul Duilius. Des tueurs à gages exposent leur mission chez Verdi ou en rendent compte chez Bloch ; un autre juge a thousand crowns excellent market price for an old murderer’s life. Le droit apparaît souvent a contrario, d’après les conditions de travail comme celles qu’Alberich impose aux Nibelungen et à Mime, Je te tourmenterai sans pitié si tu ne fais sur l’heure le beau joyau, comme je l’ai ordonné.... Inclinez-vous devant Alberich ! Maintenant il vous regarde partout, le repos et la quiétude vous sont refusés, vous devez travailler pour lui, sans le voir. Les géants insistent sur la dureté de la construction du Walhall pour justifier leur prix, tous deux, sans dormir, nous avons fait ta forteresse, porté des blocs pesants. Dans le contexte réaliste des Etats-Unis de la guerre de Sécession, Hooker expose à Emmeline Mosher, âgée de quatorze ans, qu’il vient d’embaucher, Wages are a dollar a week. Payable at the end of the month, That’s while y ou are learning, If you’re quick, there’s more ; Sophie complète The mill will spin your doyvry, The mill will set you free, Three years for me, Two years to go, Thirty dollars to show, Emmy, Thirty dollars sent home, And things of my own, A bonnet and shawl, Ribbons and buttons, Gloves and brushes and combs, Next a husband, then a home196.

  • 197 Gounod, La reine de Saba, Barbier et Carré, Paris 28.2.1862, I 4. Berlioz, Benvenuto Cellini. Samar (...)

104Les conflits du travail sont connus, même là où on ne les attend guère. Adoniram, qui construit le Temple pour Soliman, refuse promotion et augmentation aux ouvriers indignes, le maçon Phanor, le compagnon charpentier Amrou, le compagnon mineur Méthousaël qui réclament : Un homme est l’égal d’un autre homme ! Nous t’avons, jusqu’au bout, servi fidèlement, Et pourtant nous voyons, chaque jour, que des traîtres Obtiennent le salaire et le titre des maîtres, Qui ne sont dus qu’au dévouement ! Nous ne croyons donc pas implorer une grâce Quand nous te demandons, tous trois, Un salaire plus fort, avec le mot de passe Dont les maîtres tiennent leurs droits ! -Adoniram : Une aveugle colère A dès longtemps égaré vos esprits ! Le mot de passe et le salaire Des maîtres fut toujours le prix De ceux que des œuvres insignes Me signalaient aux yeux de tous ! Qu’avez-vous fait pour vous en croire dignes ? Tous trois impuissants et jaloux, Parmi vos compagnons vous attisez la guerre ! J’aurais dû vous chasser naguère Pour avoir ameuté les ouvriers ! Ils sabotent le travail puis assassinent Adoniram. Les ouvriers de Cellini se révoltent, Peuple ouvrier, Que l’atelier Vite se ferme... Le maître sans gêne Nous laisse la peine. Ah, pour l’enrichir C’est par trop souffrir ! Nous voulons sortir ! À nous sur la terre Labeur et misère. Nous sommes sans pain, Nos enfants ont faim (V 15), mais quand Fieramosca tente de les soudoyer, ils changent d’avis et achèvent le Persée. La grève apparaît pourtant dès la fin du XIXe siècle197. On évoque dans La Martire les dures conditions de travail des dockers, Lavoro disumano ! A volto il ghiaccio e il fischio del nevischio, poscia quella feroce vampa infuscata che avvampa (sc. I). La révolte suit, Délia miseria figli e del lavoro, affaticati e vinti lottatori, è vero, siam violenti (sc. 5). Enfin la grève cesse, désavouée, attribuée à un provocateur, D’un qualche agitator questa è l’astuzia ! Noi torniam al lavoro, Abbiamo moglie e figli, noi lavoriamo (sc. 9).

  • 198 M. Haydn, Andromeda e Perseo, Varesco d’ap. Corneille (Andromède), Salzbourg 14.3.1787, Il 3 et 5

105Chez Michel Haydn en 1787 sont proclamés pour la première fois peut-être des droits culturels, dans une interprétation symbolique du mythe de Persée, avec un programme « éclairé » ajouté à l’Andromède de Corneille198. Pour Persée victorieux, le vrai monstre est l’ignorance et ses sujets lui demandent de les éclairer : Qual costommi pena e sudore, Finché il stupido mostro, Che ignoranza si chiama, alfin distrussi, Cruda belva, e di quella Ch’era per divorarti, assai più fella. Pur la vinsi ed uccisi, ... I sudditi fedeli apriro i lumi -Tu c’illumina, o sovrano, Dolci leggi a noi imponi, E l’oppressa ingegno umano Per te alfin risorgerà. Schianti il vizio tua possanza, ... E sbandita Tignoranza, La ragion trionferà.

106Ces exemples qu’on pourrait multiplier suffisent à montrer l’osmose entre opéra et droit privé. Le paradoxe n’est qu’apparent : théâtre et romans, sources de l’opéra, ont été longtemps imprégnés de culture juridique. De la Farce de Maître Pathelin au XVe siècle au Mariage de Figaro et à la Comédie humaine, en passant par les comédies de Corneille, ou par Les Plaideurs, Le légataire universel ou les efforts du Malade imaginaire pour spolier ses filles au profit de sa femme, le droit guide souvent tout ou partie d’une intrigue qu’un public volontiers procédurier savait suivre. L’opéra se borne, comme d’habitude, à simplifier et à abréger.

Notes

1 Un opéra de L. Chailly (Côme 1959) s’intitule même Procedure penale.

2 Sur ia peine de mort, J. Heggie, Dead Man Walking, McNally, San Francisco 2000. D. Alagna, Le dernier jour d’un condamné, cp, F. et R. Alagna, Paris (Théâtre des Champs-Elysées), 2007. T. Escaich, Claude, R. Badinter (d’ap. Hugo, Claude Gueux), Lyon 2013.

3 Mortari, Il contratto, Marotta et Randone, Rome 1964.

4 F. Martin, Monsieur de Pourceaugnac, Genève, 23.4.1963, d’ap. Molière. Paisiello, Il Re Teodoro a Venezia, Casti, Vienne 23.8.1784. Verdi, La Forza del destina, Piave, Saint-Pétersbourg 10.11.1862, rév. Sc. 27.2.1869, 11. Cherubini, Lo sposo di tre e marito di nessuna, Livigni, Venise 1783.

5 Marinuzzi, Jacquerie, Donaudy d’ap. Sue (Les mystères du peuple), Buenos-Aires 1918. Donizetti, Adelia, Romani, Rome 1841. Donizetti, Gemma di Vergy, Bidera d’ap. Dumas (Charles VII chez ses grands vassaux), Sc. 1834.

6 Rossini, La pietra delparagone, Romanelli, Sc. 1812.

7 Rossini, Otello, Berio, Naples 1816. Donizetti, L’assedio di Calais, Cammarano, SC 1836. Puccini, Madama Butterfly, Illica et Giacosa, Sc. 1904.

8 Gounod, Faust, Barbier et Carré, Paris 19.3.1859, 1. Dvorak, Le Diable et Catherine, A. Wenig, Prague 23.11.1899, II. Wagner, Rheingold, Munich 22.9.1869, Gôtterdammerung, Bayreuth 17.8.1876. Destouches, Le Carnaval et la Folie, Houdar de la Motte, Paris 1704,1 3.

9 Verdi, Falstaff, Boito d’ap. Shakespeare (The rnerry wives of Windsor, 1600-1601), Sc. 9.2.1893, II. Salieri, Falstaff, Def’ranceschi, Vienne 3.1.1799, I 12. Nicolai, Die lustigen Weiber von Windsor, Mosenthal, Berlin 9.3.1849, II. Walton, Sir John in Love, Shakespeare, Londres 21.3.1929, II 2. Paisiello, // Barbiere di Siviglia, Petrosellini d’ap. Beaumarchais (1775), Saint-Pétersbourg 26.9.1782, 1 6 ; Morlacchi, même liv., Dresde, avril 1816. Rossini, Il Barbiere di Siviglia, Sterbini, Rome 20.2.1816, 1 I. Mozart, Le Nozze di Figaro, Da Ponte, Vienne 1.5.1786. Beethoven, Fidelio, Treitschke, Vienne 23.5.1814, I. Halévy, La Juive, Scribe, Paris 1835, II. Gomes, Il Guarany, Scalvini et d’Ormeville, Sc. 19.3.1870, 112.

10 Meyerbeer, Le Pardon de Ploërmel, Barbier et Carré, OC 4.4.1859, I 5. Sarro, L’impresario delle Canarie, Métastase, Naples 1724. D’indy, L’Étranger, cp, Bruxelles 1903. Blitzstein, Regina, d’ap. Hellman, New York 1949. Pfitzner, Palestrina, cp, Munich 12.6.1917, II 4. Giordano, Andrea Chenier, lllica, Sc. 1896, IV. Saint-Saëns, Étienne Marcel, I 1. Millocker, Der Arme Jonathan, Wittmann et Bauer (d’ap. Meivielle, Paris, Odéon 1817), Vienne 4.1.1890. Weill, Die Dreigroschenoper, Brecht, Berlin 31.8.1928 (inspiré de Pepusch, Beggar’s Opéra, Gay, Londres, Lincoln’s Inn l’ields 29.1.1728).

11 R. Strauss, Der Rosenkavalier, Hofmannsthal, Dresde 26.1.1911, II et III.

12 Haendei, Giove in Argo, Lucchini, Londres 1737. M. Marais, Sémélé, Houdar de la Motte, Paris 9.4.1709. Conradi, Ariadne, Postel, Marché-aux-Oies 1691. Rameau, Zaïs, Cahusac, Paris 29.2.1748 ; Naïs, Cahusac, Paris 22.4.1749.

13 Métastase, L’Olimpiade : Caldara, Vienne 1733, Vivaldi, Venise 1734, Pcrgolèse, Rome 9.1.1735, Leo, 1737, Scolari 1746, Galuppi, 1747, Lampugnani 1748, Wagenseil 13.5.1749, Perez 1753, Uttini 1753, Hasse 16.2.1756, Jommelli, Stuttgart 11.2.1761 rév. 1774, Piccinni, 1761 et 1768, Manfredini 24.11.1762, Guglielmi 4.11.1763 et 1770, Gassmann 18.10.1764, Ame 27.4.1765, Brusa 1766, Zanotti 1767, Cafaro 12.1.1769, Mysliveéek 4.11.1778, Bianchi 26.12.1781, Andreozzi 1782, Schwanenberger 1782, Cimarosa, Vicence 10.7.1784, Federici 26.12.1789, Reichardt 2.10.1791, Tarchi 1792, etc.

14 Vivaldi, L’oracolo in Messenia ovvero Merope, Zeno (nombreuses autres versions de Merope), Vienne 1742 (posth.). Terradellas, Sesostri, Zeno, Rome 1751. Mozart, Lafinta giardiniera, Petrosellini, Munich 13.1.1775, Don Giovanni, Da Ponte, Prague 29.10.1787, Cosi fan tutte, Da Ponte, Vienne 26.1.1790. Cimarosa, La finta Parigina, Cerlone, Naples 1773. Biber, Arminio. Salieri, Tarare, Beaumarchais, Paris 1787. Cesti, Orontea, Cicognini, Venise 1649 (ou Innsbruck 1656 ?), Argia, Apolloni, Innsbruck 1655. Haendei, Alcina, Marchi, Londres 1735, Partenope, d’ap. Stampiglia, Londres 1730, Serse, Stampiglia, Londres 1738. Cavalli, Artemisia, Venise 1657, Statira, principessa di Persia, Busenello, Venise 1655, Calisto, G. Faustini, Venise 1651, Erismena, Aureli, Vienne 1656.

15 Cimarosa, Artemisia, Cratisto Jamejo P.A. (G.B. Colloredo), Fen. 18.1.1801 (posth., inach. : Cimarosa, mort une semaine auparavant, n’a pas composé l’acte III). Lavigna, Hoango, Boggio, Turin 26.12.1806. Mayr, Le finie rivait, Romanelli, Sc. 20.8.1803. Rossini, L’occasione fa il ladro ossia II cambio délia valigia, Prividali, Venise 1812, La Pietra del Paragone. Il Barbiere di Siviglia : Paisiello, Morlacchi, Rossini.

16 Rossini, La Donna del Logo, Tottola d’ap. Walter Scott, SC 24.10.1819, Maometto II, Cesare della Valle, duc de Ventignano, SC 3.12.1820 (rév. Soumet et Balocchi, Le Siège de Corinthe, Paris 9.10.1826), Ricciardo e Zoraide, Berio, SC 3.12.1818. Meyerbcer, Romilda e Costanza, Rossi, Padoue 19.7.1817, Il Crociato in Egitto, Rossi, Fen. 7.3.1824, Emma di Resburgo, Rossi, Venise 26.6.1819. Paër, Sargino, ossia L’allievo dell’amore, Foppa d’ap. Monvel, Dresde 26.5.1803. Bellini, La Straniera, Romani. Sc. 14.2.1829.

17 Tanéiev, Oresteia, Wencksterr, Moscou 1895. Milhaud, L’Orestie, Claudel, Bruxelles (radio) 1949. Haeffner, Electra, Ristell, Drottningholm 1787. R. Strauss, Elektra, Hofmannsthal, Dresde 1909. Theodorakis, Electra, Luxembourg 1995. De Nebra, Iphigenia en Tracia, Madrid 15.1.1747. Gluck, Iphigénie en Tauride, Guillard, Paris 18.5.1779. Piccinni, Iphigénie en Tauride, Congé-Dubreuil, Paris 23.1.1781.

18 Mayr, Alfredo il Grande, Merelli, Bergame 26.12.1819. Coccia, Rosmonda d’Inghilterra, Romani d’ap. Boisnormand de Bonnechose (Rosemonde, 1826), Fen. 27.2.1829. Donizetti, même titre, liv. remanié, Florence 27.2.1834. Nicolai, Enrico II, même liv., Trieste 1839. Donizetti, Maria Padilla, Rossi, Sc. 26.12.1841, rév. Trieste 1842. Verdi, Stiffelio, Piave, Trieste 16.11.1850. Mercadante, Caritea regina di Spagna, P. Pola, Fen. 21.2.1826. Boïeldieu, Jean de Paris, Godard d’Aucour dit de Saint-Just, Paris 1812. Morlacchi, Gianni di Parigi, Romani, Sc. 1818. Donizetti, Gianni di Parigi, même liv., Sc. 10.9.1839. Spontini, Agnes von Hohenstaufen, Raupach, Berlin 12.6.1829 (même rôle d’ambassadeur pour larba dans Didone abbandonata de Métastase). Pacini, Il Talismano, G. Barbieri d’ap. W. Scott (The Talisman), Sc. 10.6.1829. Mercadante, Il Bravo, Rossi (achevé par M. Marcello, rév. Romani), Sc. 9.3.1839. G. Salvayre, Le Bravo, Blavet, Paris 18.4.1877. Verdi, Rigoletto, Piave d’ap. Hugo, Fen. 11.3.1851. Donizetti, Linda di Chamounix, G. Rossi, Vienne 19.5.1842. Adam, Le muletier de Tolède, D’Ennery et Clairville, Paris 1854. Balte, The Rose of Castille, Harris et Falconer, Londres 29.10.1857. Auber, Gustave III, Scribe, Paris 27.2.1833. Mercadante, Il Reggente, Cammarano, Turin 2.2.1843. Verdi, Un ballo in maschera, Somma, Rome 17.2.1859. Verdi, Falstaff. Nicolai, Die lustigen Weiber von Windsor. Wallon, Sir John in Love. Puccini, Turandot (achevée par Alfano), Adami et Simoni d’ap. Gozzi, Sc. 25.4. 1926. Busoni, Turandot, cp, Zurich 1917 (Autres Turandot, oubliées, de 1810 à 1908).

19 Sullivan, Ivanhoe, Sturgis, CG 31.1.1891, rév. Liverpool 14.2.1895. Marschner, Der Templar und die Jüdin, Wohlbrück, Leipzig 22.12.1829. Beethoven, Ixronore, Sonnleithner (d’ap. Gaveaux, Léonore ou L’amour conjugal, Bouilly, Paris 1797), Vienne 20.11.1805, rév. Breuning, Vienne 29.3.1806, rév. Treitschke, Fidelio, Vienne 23.5.1814 (même sujet, Paër, Leonora, G. Schmidt, Dresde 10.1804, Mayr, L’amor coniugale, Rossi, Padoue 26.7.1805). Wagner, Das Liebesverhot, cp d’ap. Shakespeare, Magdebourg 29.3.1836, Die Walküre (Wälse ne paraît pas, mais est évoqué tout au long), Siegfried (le Voyageur). Offenbach, Orphée aux Enfers, H. Crémieux et L. Halévy, BP 21.10.1858, Dragonette, Mestépès et Jaime fils, BP 30.3.1857. R. Strauss, Der Rosenkavalier ; Arabella, Hofmannsthal, Dresde 1.7.1933. Montsalvatge, El goto con botas, N. Lujan, Barcelone 10.1.1948.

20 Donizetti, Francesco di Foix, Gilardoni, Naples 1831 . Rossini, Il signor bruschino, Foppa, Venise, janvier 1813. Moussorgski, Boris Godounov, cp, Saint-Pétersbourg 5.2.1874, rév. Rimski-Korsakov Saint-Pétersbourg 1896 et 1906/08.

21 Enesco, Œdipe, Fleg d’ap. Sophocle, Paris 13.3.1936. Orff, Oedipus der Tyrann, Sophocle tr. Hölderlin, Stuttgart 1959. Cavalli, Ormindo, Faustini, Venise 1644, Erismena, Aureli, Vienne 1656. Cesti, La Dori, Apoiloni, Innsbruck 1657. Winter, Zaira, Da Ponte (?), Londres 29.1.1805. Bellini, Zaira, Romani, Parme 16.5.1829, Mercadante, Zaira, Romani adapté, 31.8.1831 (de 1797 à 1890 environ, la tragédie de Voltaire a inspiré maints opéras). Pacini, Maria regina d’Inghilterra, Tarantini d’ap. Hugo (Marie Tudor, 1832, où Clotilde s’appelle Jane), Palerme 11.2.1843 (la Maria Tudor de Gomes supprime l’épisode). A. Thomas, Mignon, Barbier et Carré (d’ap. Goethe, Wilhelm Meister), OC 17.11.1866. Verdi, Simon Boccanegra, Piave d’ap. Gutierrez, Fen. 12.3.1857, rév. Boito, Sc. 24.3.1881. Rossini, Demetrio e Polibio, V. Vigano-Mombelli, Rome 18.5.1812. Donizetti, La Zingara, Tottola, Naples 12.5.1822. Pergolèse, Lo frate ’nnamurato, Federico, Naples 27.9.1732. Weber, Silvana, Hiemer, Francfort 16.9.1810. Nessler, Der Trompeter von Säckingen, R. Bunge, d’ap. Scheffel, Leipzig 4.5.1884.

22 Soliva, La testa di bronzo ossia La capanna solitaria, Romani (d’ap. le mélodrame d’Augustin, mus. Lanusse, La tête de bronze ou le déserteur hongrois, Théâtre de la Gaîté 1.10.1808), Sc. 3.9.1816. Mercadante, même liv., Laranjeiras, près de Lisbonne 16.4/3.12.1827. Donizetti, Parisina, Romani, Florence 17.3.1833. Halévy, La Juive, Scribe, Paris 23.2.1835. Verdi. Il Trovatore, Cammarano d’ap. Gutierrez, Rome 19.1.1853.

23 Vinci, Le Zite in galera, Naples 1722 (III 15). Gluck, La rencontre imprévue, Dancourt, Vienne 7.1.1764. Haydn, L’incontro improvviso, Friebert, Esterhaza 29.8.1775. Grctry, Di caravane du Caire, Chédeville, Fontainebleau 30.10.1783. Mozart, Die Entfiihrung aus dem Serait, Stephanie, Vienne 16.7.1782. Weber, Oberon, Planché, Londres 12.4.1816. Kunzen, Holger Danske, Baggesen, Copenhague 1789.

24 L. Mosca, L’Italiana in Algeri, Anelli, Sc. 16.8.1808. Rossini, même liv., Venise 22.5.1813. Verdi, Il Corsaro, Piave, Trieste 25.10.1848. Pacini, Il Corsaro, Ferretti, Rome 15.1.1831.

25 Rameau, Les Indes galantes, I, Le Turc généreux.

26 Beethoven, Le.v ruines d’Athènes, Kotzebue, 1811, n° 2. Verdi, Il Corsaro, 111. Cilea, Dejanice, Zanardini, Sc. 17.3.1883. Antonio Gomes, Lo Schiavo, Paravicini, Rio de Janeiro (en portugais, O Escravo) 27.9.1889, IL Delius, Koanga, F.lberfeld 1904. Donizetti, Gemma di Vergy, I. Massenet, Roma, H. Cain, Monte-Carlo 1912, III. Mercadante, Virginia. Verdi, Nabucco, Solera, Sc. 1842, Il I et III 1. Verdi, Aida, Ghislanzoni, Le Caire 1871, Il 1. Mozart, Die Entführung aus dem Serail. Mozart, Zaïde (inach.), Schachtner, cp 1780, cr. Francfort 27.1.1866.

27 P. Ruders, Tjenerindens Fortaelling (Le conte de la servante, d’ap. M. Atwood, The Handmaid’s Tale), P. Bentley, Copenhague 6.3.2000.

28 Grétry, La caravane du Caire, Chédeville, Fontainebleau 30.10.1783, 1, 2 et II, 5. Méhul, Joseph, Duval, OC 17.2.1807, 1. Meyerbeer, L’Africaine, Scribe, Paris, 28.4.1865,1.

29 Gomes, Lo Schiavo, II. Masscnet, Roma, I. Stradella, Lo schiavo liberato, Baldini, Rome 1674. Couronnement de Tarare, ajouté le 3.8.1790 à Salieri, Tarare, Beaumarchais, Paris 1787. Pour cette ariette, Beaumarchais a envoyé des idées à Salieri, un air noté par lui-même d’après un chant nègre, voir Théâtre de Beaumarchais, éd. Pléiade 1988, p. 1474, et p. 1173-1174.

30 Verdi, Luisa Miller, I 1. Donizetti, Linda di Chamounix. Paër, Agnese, Buonavoglia, Ponte d’Attaro, 20.10.1809. Generali, Adelina, G. Rossi, Venise 16.9.1810. Rossini, Ricciardo e Zoraide.

31 Rossini, Tancredi, Rossi, Fen. 6.2.1813 ; La Donna del lago ; Bianca e Falliero, Romani, Sc. 26.12.1819, 1 8. Cuyas, La Fattuchiera, Romani rév. Llausàs y Mata, Barcelone 23.7.1838. Pergolèse, Il prigionier superbo, an. (d’ap. Silvani, La fede tradita e vendicata, pour Gasparini, 1704), Naples 28.8.1733. Provenzale, La colomba ferita, Castaldo, Naples 1670, 1 6.

32 Vaccai, Giulietta e Romeo, Romani, Sc. 1825. Bellini, / Capuleti e i Montecchi, Romani (qui a procédé à une révision drastique, supprimant Adele et refaisant plus du tiers du texte), Fen. 1830. Gounod, Roméo et Juliette, Barbier et Carré, Paris 1867. Marchetti, Romeo e Giulietta, M.M. Marcello, Trieste 25.10.1865.

33 Catalani, La Wally, Illica, SC. 20.1.1892. Donizetti, Giovedi grasso, Gilardoni, Naples 26.2.1829. Marschner, Der Varnpyr, Wohlbrück, Leipzig 29.3.1828. Gounod, Mireille, Carré, Paris 19.3.1864, II 10. Verdi, La Forza del destino. G. Charpentier, Louise, cp, OC 2.2.1900. Nicolini, Traiano in Dacia, Prunetti, Rome 3.2.1807. Haendel, Arminio. Verdi, Luisa Miller. Gounod, La Nonne sanglante, Scribe et G. Delavigne, Paris 18.10.1854. Persiani, Inès de Castro, Cammarano, SC 28.1.1835, 1 2 et II 2. Catalani, Edmea, Ghislanzoni d’ap. Dumas fils (Les Danischeff), Sc. 1886. Weber, Silvana.

34 Carafa, Le nozze di Lammermoor, Balocchi, Paris 12.12.1829. Smareglia, Nozze islriane, Illica, Trieste 1895.

35 Donizetti, Linda di Chamounix, Rossi, Vienne 1842, Maria de Rudenz. Janacek, Jenufa, cp, Brno 1904, Katya Kabanova, cp d’ap. Ostrovsky, Bmo 1921. Riccitelli, I Compagnacci, Eorzano, Rome 1922.

36 L. Ricci, La serva e l’ussaro, Pavie 21.5.1836. Donizetti, Lucia di Lammermoor, Cammarano, SC 26.9.1835. Auber, Le Chalet, Scribe et Mélesville, OC 25.9.1834. Donizetti, Betly, cp, Naples 24.8.1836. Chostakovitch, Lady Macbeth de Mtzensk, cp et Preis, Léningrad 22.1.1934. Janacek, Katia Kabanova. Respighi, La Fiamma, Guastalla, Rome 1934. Montemezzi, L’amore dei tre re, Benelli, Sc. 10.4.1913.

37 Stradella, Il Trespolo tutore, Villifranchi, Rome 1676. Même titre, Cocchi, Rome 1752. Smetana, Le mur du diable, E. Krasnohorska, Prague 29.10.1882.

38 Martin y Soler, Il tutore burlato, Livigni (pour Paisiello, La Frascatana, inspiré librement de L’École des Femmes), Madrid 1775. Rameau, Les Paladins, Duplat de Monticourt (?), Paris 12.2.1760. Haydn, Lo speziale, Goldoni rév. Friberth, Esterhaza 28.9.1768. Cimarosa, Le astuzie femminili, Palomba, Naples 1783. Rossini, Il signor Bruschino ; La scala di seta, Foppa, Venise 9.5.1812. Adam, Le Farfadet, Planard, OC 19.3.1852...

39 E. Dupuy, Ungdom o Galskab (Jeunesse et folie), Bruun d’ap. Bouilly (Une folie, pour Méhul, 1803), Copenhague 1806. Donizetti, I pazzi per progetto, Gilardoni, Naples 6.2.1830. Bizet, Don Procopio, Cambiaggio d’ap. Prividali (pour Mosca, 1811, Fioravanti, 1844), cp 1858-1859, cr. posth. (v. fr.) Monte-Carlo 1905. Grétry, Le Magnifique, Sedaine, Paris 1773. Auber, Les diamants de la couronne, Scribe et Vernoy de Saint-Georges, OC 6.3.1841. Cimarosa, Li sposi per accident !, Palomba, Naples 1780.

40 Donizetti, Maria de Rudenz, Cammarano, Fen. 30.1.1838. Massenet, Le portrait de Manon, G. Boyer, OC 8.5.1894. Sullivan, lolanthe, Gilbert, Londres 25.11.1882. Massenet, Chérubin, F. de Croisset et H. Cain, Monte-Carlo 14.2.1903,1.

41 Moniuszko, Straszny Dwor (Le manoir hanté), Checinski, Varsovie 28.9.1865. Cilea, Gina, Golisciani d’ap. Brazier et Mélesville (Catherine ou la croix d’or, 1835), Naples 9.2.1889, III 5.

42 Vaccai, Giulietta e Romeo. Bellini, I Capuletti ed i Montecchi. Donizetti, La fille du régiment, Bayard et Vernoy de Saint-Georges, OC 11.2.1840. Goldoni, Il mondo della Luna, liv. pour Galuppi, Venise 1749, revu pour Paisiello, Saint-Pétersbourg 1782, modifié pour J. Haydn, Esterhaza 1777 (Voir « Venise »). Paliashvili, Absalom et Eteri, Mirianashvili d’ap. le poème vieux-géorgien Eteriana, Tiflis 1919. Donizetti, Imelda de’Lambertazzi, Tottola, SC 23.8.1830. Alfano, Risurrezione, Hanau d’ap. Tolstoï, Turin 30.11.1904, III. Zimmermann, Die Soldaten, Cologne 1965. Mozart, Le Nozze di Figaro. R. Strauss, Der Rosenkavalier, II.

43 Dittersdorf, Doktor und Apotheker, Stéphanie, Vienne 11.7.1786. Verdi, Luisa Miller. Wagner, Die Meistersinger von Nürnberg, Munich 1868. Bellini, I Puritani, PEpoli, Paris 25.1.1835.

44 Rameau, Les Boréades, Cahusac, cp. 1763, cr. radio 16.9.1964 et Aix-en-Provence 21.7.1982. Mercadante, Elena da Feltre, Cammarano, SC 1.1.1839. Verdi, Luisa Miller. Zingarelli, Ines de Castro, Gasparini, Milan sept. 1803. Catalani, Edmea.

45 Donizetti, Gabriella di Vergy, Tottola, cp 1826, rév. 1838, cr. 1978. Même titre et livret, Carafa, Naples 3.7.1816, Mercadante, Lisbonne 8.8.1828. Donizetti, Parisina. Bellini, // Pirata, Romani, Sc. 27.10.1827. Manfroce, Ecuba, Schmidt, Naples 20.12. 1812. Donizetti, Adelia. Verdi, Les Vêpres Siciliennes, Scribe, Paris 13.6.1855. Verdi, Oberto, conte di San Bonifacio, Solera, Sc. 17.11.1839.

46 Albinoni, Pimpinone, Pariati, Venise 1708. Telemann, Pimpinone, Praetorius, Hambourg 1725. Pergolèse, La serva padrona, Federico, Naples 1733. Paisiello, même titre et liv., Tsarkoié Selo 1781. I lasse, La serva scaltra, an., Naples 1729, etc.

47 Donizetti, La Favorite, Royer et Vaëz, Paris 2.12.1840. Coccia, Rosmonda d’inghilterra. Donizetti, Rosmonda d’inghilterra. Nicolai, Enrico II. Puccini, Madama Butterfly, Giacosa et Illica, SC. 17.2.1904, rév. Brescia 28.5.1904. Rossini, L’equivoco stravagante, Gaspard, Bologne 26.10.1811. Gounod, La Nonne sanglante. Mendelssohn, Die Hochzeit des Camacho, Berlin 29.4.1827. Mercadante, Don Chisciotte aile nozze di Gamaccio, Ferrera, Cadix 1830.

48 Métastase, Demofoonte : cf. « Rose et noir à l’opéra », n. 78 (Jusqu’ici seuls Schuster et Cherubini ont été enregistrés. Mozart a composé cinq airs de concert sur ce livret). Spontini, Teseo riconosciuto, Giotti, Florence 1798. Paisiello, I giuochi d’Agrigento, A. Pepoli, Fen. 16.5.1792. Hartmann, Liden Kirsten, H. C. Andersen, Copenhague 12.5.1846 rév. 1858. Galuppi, Gustavo 1°. Re di Svezia, Goldoni, Venise 1740. Pergolèse, Lo frate ’nnamurato. Catel, Sémiramis, Desriaux d’ap. Voltaire, Paris 1802. Rossini, Semiramide, Rossi, Fen. 3.2.1823. Fibich, La fiancée de Messine, Hostinsky d’ap. Schiller, Prague 28.3. 1884. Mozart, Le Nozze di Figaro. Saint-Saëns, Henry VIII, Détroyat et Silvestre, Paris 5.3.1883, I 5. Enesco, Œdipe, Fleg, Paris 13.3.1936. Stravinsky, Oedipus Rex, Cocteau tr. lat. J. Daniélou, Paris 30.5.1927. Orff, Oedipus der Tyrann, tr. de Sophocle, Stuttgart 11.12.1959. Picker, Emmeline, J.D. Mc Clatchy d’ap. J. Rossner, Santa Fe 27.7.1996.

49 Cimarosa, Il matrimonio segreto, Bertati, Vienne 7.2.1792. Rossini, La scala di seta. Donizetti, L’ajo nell’imbarazzo, Ferretti, Rome 4.2.1824. Mercadante, Elisa e Claudio, Romanelli, Sc. 30.10.1821. Donizetti, Maria Padilla. L. Mosca, Li sposi in cimenta, Zini, Naples janv. 1800. Spontini, Agnes von Hohenstaufen, Il 2, 2 (on a cité la v. it., plus couramment jouée).

50 Donizetti, Lucia di Lammermoor. Hanson, Merry Mount, d’ap. N. Hawthome, New York 1934. Smareglia, Nozze istriane, Illica, Trieste 28.3.1895.

51 Bellini, La Sonnambula. Mozart, Cosi fan tutte. Donizetti, Don Pasquale, cp et Ruffini, Paris 3.1.1843. Pavesi, Ser Marcantonio, Anelli, Sc. 1810. Cherubini, Le Crescendo, C.A. de Bassompierre dit Sewrin, Paris 1810. R. Strauss, Die Schweigsame Frau, S. Zweig, Dresde 1935, inspirée de B. Jonson, Epicoene, 1609, comme Le Crescendo, Angiolina ossia il matrimonio per sussurro (Salieri, Defranceschi, Vienne 1800) ou Lord Spleen (Lothar, 1930). R. Strauss, Der Kosenkavalier, II.

52 Donizetti, Lucia..., fin. I. Carafa, I.e nozze di Lammermoor.

53 Rossini, Bianca e Falliero, Romani, Sc. 26.11.1819. I.auro Rossi, Amelia, Bassi, SC 31.12.1834 (cf. déjà Duni, La Fée Urgèle, Favart, Fontainebleau 26.10.1765). Auber, Les diamants de la couronne, Il 12. Mascagni, I Rantzau, Targioni-Tozzelti et Menasci d’ap. Erckmann-Chatrian, Florence 10.11.1892.

54 Voir par exemple Campra, Hésione, Cherubini, Médée, Eccles, Semele, Congreve, cp 1707, cr. Tallahassee 2003,1 laendel, Semele, Congreve, Londres 1744, Sacchini, Œdipe à Colone, 1 5.

55 Bellini, La Straniera. Marchetti, Romeo e Giulietta. Gounod, Roméo et Juliette.

56 Chabrier, Une éducation manquée, Leterrier et Vanloo, Paris 1.5.1879. Audran, Gillette de Narbonne, Duru et Chivot, Paris 1882. Wagner, Das Liebesverbot. Lecocq, Le jour et la nuit, Vanloo et Leterrier, Paris 1881, Le cœur et la main, Nuitter et Beaumont, Paris 1882. Même thème chez F. David, Le Saphir, 1865. R. Koering, Marie de Montpellier, Montpellier 1994. Lecocq, Le Petit Duc, Meilhac et Halévy, Paris janvier 1878. Schubert, Die Verschworenen, cp 1823, cr. Vienne 1861. Rossini, Guillaume Tell.

57 Mozart, Die Zauberflöte, Schikaneder, Vienne 1791. Bondeville, L’école des maris, J. Laurent d’ap. Molière, OC 1935. Poulenc, Les Mamelles de Tirésias, G. Apollinaire, Paris 1947, I. Isidore Capitanio, Pasqua fiorentina, Lega, cp 1934, cr. Brescia 1998. R. Strauss, Arabella, I. Chiarini, Il geloso schernito, Venise 1746. Philidor, Tom Jones, Poinsinet, Paris 1765 rév. Sedaine, Paris 1766. Donizetti, Lucrezia Borgia, Romani, Sc. 26.12.1833. Wolf-Ferrari, I Quattro Rusteghi, III (voir « Venise »). Zemlinski, Der Kreiderkreis, Klabund (A. Henschke), Zurich 14.10.1933, I 2. Coccia, Caterina di Guisa, Romani d’ap. Dumas (Henri III et sa cour), Sc. 14.2.1833. Massenet, Cendrillon, H. Cain, Paris 24.5.1899,1. Rossini, Il Turco in Italia, Romani, Sc. 1814,1 13. Donizetti, Il fortunato inganno, Tottola, Naples 3.9.1823.

58 Peri, Euridice, Rinuccini, Florence 1600. Caccini, Euridice, Rinuccini, Florence 1602. Monteverdi, Orfeo, Striggio, Mantoue 24.2.1607. Landi, La morte d’Orfeo, cp, Rome 1619. Luigi Rossi, Orfeo, Buti, Paris 2.3.1647. Sartorio, Orfeo, Aureli, Venise 1672. M.A. Charpentier, La descente d’Orphée aux Enfers, 1686/87. Telemann, Orpheus, Hambourg 1726 (d’ap. le liv. de Du Boulay pour Louis Lully, 1690). Gluck, Orfeo ed Euridice, Calzabigi, Vienne 5.10.1762, v. fr. Moline, Paris 2.8.1774. Haydn, L’anima del filosofo ossia Orfeo ed Euridice, Badini, cp 1791 cr. Florence 9.6.1951 (avec Maria Callas).

59 Grétry, Andromaque, Pitra d’ap. Racine, Paris 1783. Rossini, Ermione, Tottola, SC 27.3.1819. Berlioz, Les Troyens, III. Voir « La majesté de Rome » (opéras sur Didon). Cavalli, Artemisia, Minato, Venise 1657. Cimarosa, Artemisia regina di Caria, Marchesini, SC 1797, Artemisia, Fen. 1801. Haydn, Philémon und Baucis, Esterhaza 2.9.1773. Gluck, Bauci e Filemone. Gounod, Philémon et Baucis, Barbier et Carré, Paris 1860. Respighi, Lucrezia, Guastalla, Rome 1937. Britten, The Rape of Lucrezia, Duncan, Glyndeboume 1946. Lully, Alceste, Quinault, 1674. Gluck, Alceste, Calzabigi, Vienne 1767 et du Roullet, Paris 1776. Schweitzer, Alceste, Wieland, Weimar 1773. Haendel, Admeto, Haym d’ap. A. Aureli (L’Antigona delusa da Alceste), Londres 1727.

60 Monteverdi, Il ritorno d’Ulisse in patria, Badoaro, Venise 1640. Fauré, Pénélope, Fauchois, Monte-Carlo 1913. J.F. Rebel, Ulysse, Guichard, Paris 1709. Piccinni, Pénélope, Marmontel, Fontainebleau 2.11.1785, III 3. Sacrati, Ulisse errante, Badoaro, 1644, II 7. Liebermann, Penelope, Strobel, Salzbourg 1954 (Pénélope montre à ses prétendants, dans une intrigue parallèle à la légende, « ce qui pourrait arriver », voir « Suisse... »). Pénélope a peu de place dans Ulisse de Dallapiccola, Berlin 1968.

61 Lully, Amadis, Quinault, Paris 1684. .1. Ch. Bach, Amadis de Gaule, même liv., Paris 1779. Haendcl, Amadigi, Haym d’ap. Quinault, Londres 1715.

62 Paër, Leonora, Schmidt, Dresde 1804. Beethoven, Leonore, 1805, rév. Fidelio 1814. Mayr, L’amore coniugale, Rossi, Padoue 1805 (les trois d’ap. Gaveaux, Léonore ou l’amour conjugal, Bouilly, Paris 1798). Orff, Die Kluge, cp d’ap. Grimm (L’histoire du roi et de la femme avisée), Francfort 1943. Apostolo Zeno, Griselda : A.M. Bononcini, Milan 1718, A. Scarlatti, Rome 1721, Vivaldi, rév. Goldoni, Venise 1735. Weber, Oberon, Planché, Londres 1826. Kunzen, Holger Danske (Ogier le Danois remplace Huon de Bordeaux). Gluck, La rencontre imprévue, Dancourt, Vienne 7.1.1764. Haydn, L’incontro improvviso, Friebert, Esterhaza 1775.

63 Mozart, Cosi fan tutte. Métastase, Alessandro nell’Indie, cf. « L’exploitation de l’histoire », n. 25. Perti, Rodelinda. regina de’Longobardi (d’ap. Corneille, Pertharite), Pratolino 1710. Canuti, Rodelinda, Salvi, Lucques 1724. Haendel, Rodelinda, Haym, Londres 13.2.1725. Telemann, Bertaridus, Kônig der Longobarden, Hambourg 1729. Graun, Rodelinda, regina de’Longobardi, Berlin 1741. Sartorio, Giulio Cesare, Venise 1677, Haendel, Giulio Cesare, Londres 20.2.1724. Graun, Cesare e Cleopatra, Berlin 1742. Haendel, Radamisto, Londres 1720. Rossini, Aureliano in Palmira, Romani, Sc. 26.12.1813, Ciro in Babilonia, Ferrare 14.3.1812. Métastase, Adriano in Siria : Caldara, Vienne 1731, cf. « La liberté d’expression », n. 18. Biber, Arminio, Raffaelini, Salzbourg 1691/2. Sarti, Giulio Sabino, Giovannini, Venise 1781.

64 Myslivecek, Medonte, Da Gamerra, Rome 1780. Pacini, L’ultimo giorno di Pompei, Tottola, Naples 1825. Mozart, Don Giovanni, Da Ponte, Prague 1787. Gazzaniga, Don Giovanni, Bertati, Venise 1787. Righini, Il convitato di pietra, Porta, Prague 1776, I 2. Dargomijsky, Kamiény Gost’ (Le convive de pierre), Pouchkine, achevé par Cui et Rimski-Korsakov, Saint-Pétersbourg 1882.

65 Salieri, La secchia rapita, G.G. Boccherini, Vienne 1772. Isouard, Les rendez-vous bourgeois, Paris 1807. Lehar, Die Lüstige Witve (La Veuve joyeuse), Vienne 1905.

66 Boïeldieu, La Dame blanche, Scribe, OC 10.12.1825. Philidor, Les femmes vengées, Paris 1775. Sauguet, Les caprices de Marianne, Grédy d’ap. Musset, Aix-en-Provence 1954. Offenbach, La chanson de Fortunio, H. Crémieux et L. Halévy, BP 5.1.1851. Auber, Fra Diavolo, Scribe, Paris 28.1.1830.

67 Donizetti, Anna Bolena, Romani, Milan 26.12.1830. Saint-Saëns, Henry VIII. Bellini, Beatrice di Tenda, Romani, Fen. 16.3.1833. Donizetti, P ta de’Tolomei, Cammarano, Fen. 18.2.1837, rév. Sinigaglia 31.7.1837 et SC 30.9.1838. Verdi, Otello, Boito, Sc. 5.2.1887. Donizetti, Marino Falier, Bidera, Paris 12.3.1835.

68 Métastase, L’Olimpiade : ci-dessus n. 13, Adriano in Siria : voir « La liberté d’expression », n. 23. D. Puccini, Il Ciarlatano, Buonavoglia, Lucques 1815, etc.

69 Cavalli, Ormindo, Faustini, Venise 1644. Verdi, Stiffelio ; Aroldo, Piave, Rimini 1857. Respighi, Marie Victoire, Guiraud, Rome 2004 (posth.). Montemezzi, L’amore dei tre re.

70 Gomes, A noite do castelo, Fernandes dos Reis, Rio de Janeiro 1861 : Henrique passait pour mort. De même chez Cuyas, La Fattuchiera, on croyait Oscar mort.

71 Mascagni, Cavalleria rusticana. Leoncavallo, Pagliacci, cp, Milan 1892. Monleone, Cavalleria rusticana, Leone, Amsterdam 1907. Schillings, Mona Lisa, Dovsky, Stuttgart 1915. Puccini, Il Tabarro, Adami, New-York 1918. Lazzari, La Tour de feu, Paris 1928. Capitanio, Pasqua fiorentina, etc.

72 Telemann, Der geduldige Socrates (La patience de Socrate), Hambourg 1721. Caldara, La pazienza di Socrate con due mogli, Vienne 1731. Traetta, Sofonisba, Mannheim 1762 (tragique). Paër, Sofonisba, Bologne 1805 (lieto fine). H.W. von Waltershausen, Oberst Chabert, cp, Francfort-sur-le-Main, 12.1.1912.

73 Donizetti, Rita ou le mari battu, Vaëz, Paris 7.5.1860 (posth.). Cagnoni, Don Bucefalo, Bassi, Milan 28.6.1847. Lully, Monsieur de Pourceaugnac (intermèdes pour Molière), Chambord 1669. Hasse, Monsieur de Porsugnacco, Naples 1727. F. Martin, Monsieur de Pourceaugnac, Amsterdam, 1963. R. Strauss, Der Rosenkavalier, III. Adam, Le postillon de Longjumeau, Leuven et Brunswick, OC 13.10.1836.

74 Verdi, Stiffelio, Aroldo. Marchetti, Ruy Blas, D’Ormeville d’ap. Hugo, Sc. 3.4.1869. Orlandini, Il marito giocatore e la moglie bacchetona, av. 1715. Cherubini, Il giocatore, Florence 1775. Donizetti, Rostnonda d’Inghilterra, Il 1. Cimarosa, Il marito disperato, Naples 1785.

75 Telemann, Der geduldige Socrates. Puccini, Madama Butterfly, II. Giordano, Madame Sans-Gêne, New York 1915. Salieri, Tarare (Couronnement de Tarare, 1790). Lehar, Die Blaue Mazur, L. Stein et Jenbach, Vienne 28.5.1920. Mascagni, SI, Lombarde et Franco, Rome 14.12.1919, 1 12. Gluck, La rencontre imprévue (Les pèlerins de La Mecque), III 8.

76 Mayr, Medea in Corinto, Romani, Naples 1812 (rév. Sc. 1823). Cherubini, Médée, F.B. Hoffman, Paris 1797 (rév. avec récitatifs de Lachner, Francfort 1.3.1855 ; v. it., Medea, la plus connue, Zangarini, Sc. 30.12.1909). Pacini, Medea, Castiglia, Païenne 1843.

77 Mozart, Le Nozze di Figaro. Donizetti, La fille du régiment, Vernoy de Saint-Georges, Paris 1840. Verdi, Simon Boccanegra, Piave d’ap. Gutierrez, Fen. 1857, rév. Boito Se. 1881. Donizetti, Le duc d’Albe, Scribe, cp 1838, achevé par Salvi (v. it. Zanardini), Rome 12.3.1882. Verdi, Les Vêpres siciliennes, Scribe, Paris 1855 (Scribe donna à Verdi le livret abandonné par Donizetti, avec de menus changements). Janacek, Vec Makropulos (L’Affaire Makropoulos), cp, Bmo 18.12.1926. Haendel, Sosarme, Londres 1732. Wagner, Gôtterdàmmerung. Reimann, Lear. Rossini, Adina, Bevilacqua-Aldobrandini, Lisbonne 12.6.1826. Louis Karchin, Romulus, B. Shaw d’ap. Dumas, Théâtre du Guggenheim Museum 20.5.2007.

78 Auber, Zerline ou la marchande d’oranges, Scribe, Paris 1851.

79 Coccia, Maria Stuart, regina di Scozia, d’ap. Schiller, I.ondres 7.6.1827. Donizetti, Maria Stuarda, Bardari d’ap. Schiller, cp Naples 1834, cr. Sc. 30.12.1835. Torrejon y Velasco, La purpura de la rosa, Calderon, Lima 9.10.1701, sc. I (Adonis est né de l’inceste de Myrrha avec son père Cinyras). Albeniz, Merlin, cp 1898, cr. Barcelone (abrégé, en espagnol) 1950, cr. int. (v. o. angl.), Madrid 1998. Cherubini, Lo sposo di tre e marito di nessuna, Livigni, Venise 1783, II 3. Mercadante, Il Reggente, III 1. Siegfried Wagner, Der Kobold, Hambourg 1904, Schwarzschwanenreich, Karlsruhe 1918, Der Schmied von Magdebourg, 1920. Sacchini, Œdipe à Colone, Guillard, Versailles 4.1. 1786. Traetta, Antigona, Coltellini, Saint-Pétersbourg 1772 (avec lieto fine).

80 Bellini, La sonnambula. Gomes, A noite do castelo. Donizetti, Belisario, Cammarano, Fen. 4.2.1836, III 8. Erkel, Hunyadi Laszlo, Egressy, Budapest 27.1.1844.

81 Voir « Opéra, Nature et Droit ».

82 R. Strauss, Der Rosenkavalier, II. Cavalli, Giasone, III 21. Sacchini, Œdipe à Colone, III. Siegfried Wagner, Der Schmied von Magdebourg, 1920.

83 Lully, Phaéton, 1683, IV 2. M. Marais, Sémélé, IV 3. Eccles, Semele, 111 4. Haendel, Semele, III 4. Literes, Jupiter y Semele, Cañizares, Madrid 9.5.1718. Lully, Isis, V 3. Cavalli, Egisto, Faustini, Venise 1643. Stradella, San Giovanni Battista, abbé Ansaldi, Rome 1675. J.J. Fux, La Fede sacrilega nella morte del Precursor San Giovanni Battista, Pariati, Vienne, carême 1714. R. Strauss, Salomé, H. Lachmann d’ap. O. Wilde (1891), Dresde 9.12.1905. Antoine Mariette, Salomé, Wilde (abrégé), Lyon 20.10.1908. Rameau, Hippolyte et Aricie, abbé Pellegrin d’ap. Racine (Phèdre, 1677), Paris 1.10.1733 rév. 11.9.1742. Traetta, Ippolito ed Aricia, Frugoni, Parme, 1759. Paisiello, Fedra, Salvini, Naplesl788. Mayr, Fedra, Romanelli, Sc. 26.12.1820. Salieri, Les Danaïdes, Leblanc du Roullet et Tschudy, Paris 26.4.1784, I 1. Brendler et le prince Oscar de Suède, Ryno, Stockholm 1834. Cavalli, Artemisia, Venise 1657. Wagner, Lohengrin, Weimar 1850. Mercadante, Caritea, regina di Spagna. Naumann, Gustaf Vasa, Kellgren, Stockholm 19.1.1786, II 4. Marschner, lier Vampyr, Wohlbrück, Leipzig 1828. Pollarolo, Faramondo, A. Zeno, Venise 1699. Haendel, Faramondo, an. (rév. Zeno), Londres 3.1.1738. Vivaldi, Armida al campo d’Egitlo, Palazzi, Venise 1718 (rév. 1720, Gl’inganni per vendetta). Moniuszko, Verbum nobile, Checinski, Varsovie 1.1.1861.

84 Haeffner, Electra. R. Strauss, Elektra. Berlioz, Les Troyens. Verdi, I Lomhardi alla prima crociata, Sc. 1843, Jérusalem, Paris 1847. Giordano, Mala Vita, Daspuro, Rome 21.2.1892. Caldara, La conversione di Clodoveo, Rome 1715. Bizet, Clovis et Clotilde, et, 1857.

85 Carissimi, Jephté, en latin, Rome 1645/50. Montéclair, Jephté, Pellegrin, Paris 28.2.1732. Haendel, Jephtha, Morell, Londres 26.2.1752. Mayr, Il sagrifizio di Jefte, Foppa (d’ap. Seila du jésuite Granelli), Forli 1795. Apolloni, L’Ebreo, (d’ap. Bulwer-Lytton, Leila or The Siégé of Granada, 1838), Venise 1865. Campra, Idoménée, Danchet, Paris 12.1.1712 et 5.4.1731. Mozart, Idomeneo, Varesco, Munich 29.1.1781.

86 Spontini, La Vestale, Paris 1807 (et ses imitations, cf. « La majesté de Rome »). Bottesini, Ero e Leandro, Boito, Turin 11.1.1879. Bellini, Norma, Romani, Sc. 1831. Massenet, Le Roi de Lahore, Gallet, Paris 27.4.1877. Petrella, I promessi sposi, Ghislanzoni d’ap. Manzoni, Lecco 1869. Ponchielli, I promessi sposi, an., Crémone 30.8.1856, rév. Praga, Milan 4.12.1872. Bizet, Les pêcheurs de perles, Cormon et Carré, Paris 30.9.1863. Siegfried Wagner, Die Friedensengel, cp 1914, cr. 1926.

87 Massenet, Manon, Meilhac et Gille, OC 19.1.1884, I 8. Puccini, Manon Lescaut, Oliva, G. Ricordi, Illica, Giacosa et Praga, Turin 1.2.1893, I. Rameau, Hippolyte et Aride, 1 5. Traetta, Ippolito e Aricia. Spontini, La Vestale. Massenet, Roma, III. Chabrier, Briséis, Mikhaël et C. Mendès, Paris 1897 (d’ap. Goethe, La Fiancée de Corinthe, d’où sont tirés divers opéras, Duprato, La fiancée de Corinthe, Paris 1867, Busser, Noces corinthiennes, 1922).

88 Auber, Le Domino noir, Scribe, Paris 2.12.1837. Lauro Rossi, Il Domino nero, Rubino, Milan 1.9.1849.

89 Varney, Les Mousquetaires au couvent, Ferrier et Prével, BP 16.3.1880. Fibich, La fiancée de Messine.

90 Allusion à la suppression des ordres monastiques par la Constituante le 16 février 1790.

91 Poulenc, Dialogues des Carmélites.

92 Berlioz, La Damnation de Faust. Giacomo Puccini l’Ancien, La confederazione dei Sabini con Roma, Lucques 1765. Kalomiris, To Dakhtilis tis Manas (L’Anneau de la Mère), Athènes 8.12. 1917. Rossini, Il Turco in Italia. Landowski, La sorcière du placard à balais, 1983 (opéra pour enfants).

93 Bazin, Maître Pathelin, Paris 1856. Bellini, Adelson e Salvini, Tottola, Iére version, Naples 12/13.2.1825 (rév. 1826 ou 1828). Donizetti, Le convenienze ed inconvenienze teatrali, Milan 20.4.1831. Puccini, La Bohème, Turin 1.2.1896. Leoncavallo, La Bohème, Fen. 6.5.1897. Auber, Manon Lescaut, Scribe, OC 23.2.1856. Morlacchi, // poeta disperato, Florence 1807. L. Ricci, Il Diavolo condannato nel mondo a prender moglie, Tottola, Naples 30.1.1827. J.M. Gomis, Le Revenant, Calvimont, OC 31.12.1833. Breton, Dolores, Madrid 1895. Berlioz, Benvenuto Cellini, Barbier et de Wailly, Paris 10.9.1838. Wagner, Siegfried. Verdi, Ernani, Fen. 9.3.1844. Auber, Gustave III, Scribe, Paris 27.2.1833, IV 2. Verdi, Un ballo in maschera. Somma, Rome 17.2.1859. Massenet, Grisélidis, Silvestre et Morand, OC 20.11.1901, I 4 (voir aussi Weber, Euryanthe). A. Scarlatti, Mitridate Eupatore, G. Frigimelica Roberti, Venise 5.1.1707, Il 4 (pour compliquer le débat, Eupatore n’est autre que Mitridate, offrant donc sa propre tête ; Antigono, l’autre ambassadeur, est l’épouse de Mitridate, Issicraté, qui l’assiste dans sa vengeance et la reprise de son trône contre Farnace l’usurpateur ; enfin, la regina est Stratonica, mère de Mitridate, meurtrière de son mari et remariée à Farnace !).

94 La question est détaillée dans « Religion, politique et droit ».

95 Wagner, Die Walküre, cp, Munich 26.6.1870, II. Voir Y. Mausen, « Der durch Vertràge ich Herr, den Verträgen hin ich nun Knecht. Le modèle du gouvernement contractuel dans l’Anneau du Nibelung de Richard Wagner », Le Droit figure du politique, Études offertes au professeur M. Miaille, Montpellier 2008, II, p. 45-61.

96 Wagner, Rheingold, Munich 22.9.1869 ; Das Gôtterddmmerung, Bayreuth 17.8.1876.

97 Cavalli, Giasone, Cicognini, Venise, 1649.

98 Marc-Antoine Charpentier, Médée, Th. Corneille (d’ap. la tragédie de sonn frère), Paris 4.12.1693 ; Cherubini, Médée ; G.S. Mayr, Medea in Corinto.

99 Lully, Thésée, Quinault, Saint-Germain-en-Laye 11.1.1675 ; Gossec, Thésée, Chédeville d’ap. Quinault, Paris 1782 ; Haendel, Teseo, Haym d’ap. Quinault, Londres 10.1.1713. Spontini, Teseo riconosciuto.

100 Destouches, Télémaque et Calypso, abbé Pellegrin, Paris 29.11.1714,1 6.

101 Lully, Armide, Quinault, Paris 15.2.1686, I, 2. Même liv. Gluck, Armide, Paris 23.9.1777. Haendel, Rinaldo, Giacomo Rossi, Londres 24.2.1711, 1, 5. Rossini, Armida, Schmidt, SC 11.11.1817, II, I. L’Armide de Jommelli (Armida abhandonata, De’Rogatis, Naples, SC 30.5.1770) n’invoque les puissances infernales (II, 12) que pour venger son amour déçu.

102 Liv. Calderon (sur les amours de Vénus et Adonis) pour Hidalgo (la musique semble perdue) à l’occasion des noces de Louis XIV et de l’infante Marie-Thérèse en 1660.

103 Métastase, Artaserse. Voir les diverses versions dans « La liberté d’expression », n. 13.

104 Terradellas, Artaserse, Venise 1744, III 8. Ame, Artaxerxes, Londres, CG 2.2.1762 : To you, my People, much belov ’d, / offer Myself, not less a Father than a King : Your native Rights, your Customs, and your Laws, With zealous Care 1 ever will maintain, And raise up Treasure in my People’s Hearts. Resplendant Gods ! by whom sweet April blooms, Thou génial Beam, thaï warms us and enlightens, Look awful down : and if my treach’rous Lips hâve utter’d Falsehood, may this wholesome Draught change, as it passes, into deadly Poison.

105 Donizetti, Sancia di Castiglia, II 9.

106 Traetta, Antigona, Coltellini, Saint-Pétersbourg 11.11.1772, I, 1.

107 Salieri, Tarare, Beaumarchais, Paris 8.6.1787, V, sc. finale (rév. Axur, Re d’Ormus, Da Ponte Vienne 8.1.1789. Tarare est rebaptisé Atar, et Atar, Axur, chez Da Ponte).

108 Auber, la Muette de Portici, Scribe, Paris 29.2.1828.

109 Georges Bizet, Les pêcheurs de perles, E. Common et M. Carré, Paris 30.9.1863, 1.

110 Wagner, Lohengrin, Weimar 28.8.1850. Donizetti, Cammarano, Fen. 30.1.1838, I 6 : Matilde : Al signor che vi dono giurate, O vassalli, obbedienza e rispetto -Corrado : Com’io giuro, e voi tutti ascoltate, La mia fede, il mio tenero affetto...

111 Rossini, Semiramide, 1, 13. l.ully, Thésée, V, 3 ; Haendel, Teseo, V, 3 ; Spontini, Teseo riconosciuto, 11, 1 1 (le livret traduit Quinault presque mot à mot).

112 Paër, Sofonisba. Biber, Arminio ou Chi la dura la vince. Sarti, Giulio Sabino, P. Giovannini, Venise 1781. Rossini, Aureliano in Palmira. Vivaldi, Montezuma, Giusti, Venise 14.11.1733 ; Spontini, Fernand Cortez, Esménard et De Jouy, Paris 28.11.1809. Verdi, Alzira, Cammarano, SC 12.8.1845.

113 R. Wagner, Rienzi, cp d’ap. Bulwer-Lytton, Dresde 20.10.1842, fin. I.

114 Antonio Mazzoni, Aminta. il rè pastore. Métastase, Madrid 1756, II, 3 ; Mozart, Il Re Pastore, Métastase (revu), Saizbourg, 23.4.1775. Voir « L’exploitation de l’Histoire », n. 31.

115 Rameau, Les Boréades, Cahusac, cp. 1764, er. int. Festival d’Aix-en Provence, 1982.

116 On sait qu’au XVIIIe siècle, le respect pour les « lois fondamentales » tend à s’effacer. L’attitude prêtée ici au peuple serait assez représentative de cet état d’esprit.

117 Mozart, Ascanio in Alba, Parini, Milan 17.10.1771.

118 Verdi, I due Foscari, Piave d’ap. Byron, Rome 3.11.1844, sc. finale. Voir « Venise ».

119 Donizetti, Marino Falier, II, 3. Sur les aspects politiques, voir « Venise ».

120 Rossini, Guillaume Tell, De Jouy, Bis, Marrast et Crémieux (d’ap. Schiller, 1804), Paris 3.8.1829, II. Pacini, Carlo di Borgogna, G. Rossi, Fen. 21.2.1835, II. Soliva, Giulia e Sesto Pompeo, B. Perotti, Sc. 24.2.1818, fin. 1.

121 Peter Heise, Drot og Marsh (Roi et Maréchal), Christian Richardt, Copenhague 1878,III.

122 Auber, Gustave III ; Mercadante, Il Reggente ; Verdi, Un Ballo in maschera.

123 Rossini, Maometto II, I, Le siège de Corinthe. Meyerbeer, Les Huguenots, Scribe, Paris 29.2.1836, IV. Offenbach, La Grande Duchesse de Gérolstein, Meilhac et Halévy, Paris, Variétés 12.4.1867.

124 Lully, Phaéton, Quinault, Versailles 9.1.1683, I, 4. Rossini, Tancredi, Rossi d’ap. Voltaire, l’en. 6.2.1813, I. Mercadante, Emma d’Antiochia, Romani, Fen. 8.3.1834. I (On ne sait quel roman ou pièce a inspiré le livret : l’hostilité entre Tyr et Antioche paraît historiquement étrange).

125 Sallinen, Ratsumies (Le cavalier), Savonlinna 1975, II 2. Traetta, Buovo d’Antona, Venise 1759. Rossini, La Gazza ladra, Sc. 1817. B. Herrmann, Wuthering Heights, L. Fletcher, 1966, I et IV (même titre chez Floyd et Stubbs). D’Albert, Tiefland, Prague 1903. Donizetti, Le duc d’Albe, I.L. et F. Ricci, Crispino e la Coinare, Piave, Venise, 28.2.1850, I 10. M. Berkeley, Baa Baa Black Sheep, D. Malouf d’ap. Kipling, Cheltenham 3.7.1993. Perosi, Mosè, Cameroni et Croci, Milan 16.11.1901, pr. Cherubini, Ali Baba, Scribe et Mélesville, Paris 22.7.1833.

126 Melesio Morales, Ildegonda, d’ap. Solera, Mexico 1866. Solera, Ildegonda, Milan 1840. Marliani, Ildegonda, Paris 1839. R. Strauss, Capriccio, Munich 1942. Mozart, Don Giovanni. Hindemith, Cardillac, Lion, Dresde 1926. Haendel, Rodrigo, Florence 1707, Agrippina, Venise 1709. Donizetti, Sancia di Castiglia. Halévy, Charles VI, Paris 1843.

127 Rossini, Tancredi, Il n° 10.

128 Rossini, La Gazza ladra. Wolf-Ferrari, / Gioielli délia Madonna, Zangarini et Golisciani, Berlin 1911. Schrcker, Der Schatzgräber (vol des joyaux magiques de la reine), cp, Francfort 1920.

129 Sarti, I flnti eredi, Saint-Pétersbourg 1785. S. Palma, L’erede senza eredità, Naples 1811. Kienzl, Das Testament, 1916.

130 Puccini, Suor Angelica, Forzano, New York 1918. Smetana, Libuse, Prague 1881. Spontini, Julie ou le pot de fleurs, Paris 1805. Mascagni, I Rantzau, I.

131 Lecocq, Le Testament de Monsieur de Crac, Jules Moinaux (père de Courteline), Paris 1871. Donizetti, frg de La bella prigioniera, cp avant 1826. Cordella, La bella prigioniera, 1826. Montsalvatge, El gato con botas, I 1. Massenet, Chérubin, III. Janacek, L’Affaire Makropoulos.

132 Cimarosa, Amor rendre sagace, Bertati, Vienne 1.4.1793, sc. 1 (même texte, Cimarosa, Le Astuzie femminili). Cherubini, L’hôtellerie portugaise, Paris 1798. Paisiello, Il fanatico in berlina, Bertati rév. Torrioli, Londres 16.6.1791. Janacek, Kalia Kabanova. Donizetti, Maria de Rudenz, I 6 et II 2.

133 Puccini, Gianni Schicchi, Forzano d’ap. Dante (Jnferno, XXX, I 32), New York 1918.

134 A. Previn, A Streetcar named Desire, Littell d’ap. T. Williams, San Francisco 1998. Traetta, Le serve rivale, Chiari, Venise 1766, I 4. Tchaïkovski, Oprichnik, cp, Saint-Pétersbourg 12/24.4. 1874. Adam, Si j’étais roi, D’Ennery et Brésil, OC 1852. Righini, Il convitato di pietra, I 3. Spontini, I puntigli delle donne, an., Rome 1796. Cimarosa, Il matrimonio segreto, Bertati d’ap. Garrick (1766) et Mme Riccoboni (1768), Vienne 7.2.1792, II, 1. Piccinni, /zi Pescatrice, Rome 1766. Auber, Fra Diavolo. Adam, Le Toréador, Paris 1849. R. Strauss, Der Rosenkavalier, I.

135 Ac 8, 9-25. Les Actes de Pierre (apocryphes) ont longuement développé l’épisode de Simon.

136 Boito, Nerone, cp, cr. posth. Sc. 1.5.1924, I.

137 Il remplace saint Pierre, dont on ne pouvait faire un héros d’opéra épris d’une Vestale.

138 Mayr, Il sagrifizio di Jefte, II.

139 Halévy, La Juive, II.

140 Spohr, Faust, J.C. Bernard, Prague 1.9.1816, III (Méphistophélès : Dans ton orgueilleuse folie, pour être un dieu durant ta vie, tu t’es donné à la puissance de l’Enfer ; c’est à nous, à nous que tu appartiens) ; Schumann, Scènes du Faust de Goethe, cp. 1844-1853, cr. 1862, II, n° 6 (Méphistophélès : Celui qui m’a résisté avec tant de force, le temps s’en rend maître). Fénelon, Faust, liv. en all. du cp d’ap. Nikolaus Lcnau, Toulouse 25.5.2007. Berlioz, La Damnation de Faust, cp et Gandonnière, OC 6.12.1846, IV. Gounod, Faust. Boito, Mefistofele, cp, Sc. 5.3.1868, rév. Bologne 4.10.1875, I, 2. Busoni, Doktor Faust, cp, Dresde 21.5.1925, 2e pr.

141 Stravinsky, The Rake’s Progress, Auden et Kallmann d’ap. les gravures de Hogarth (1735), Fen. I 1.9.1951, I, 1 et III, 2. Tchatkovski, Vakoula le forgeron, Saint-Pétersbourg 24.5.1876 (rév. Tcherévitchki, Les souliers de maroquin, Polonski, Moscou 31.1.1887), III, I. Rimski-Korsakov, La Nuit de Noël, cp, Saint-Pétersbourg 28.1 1.1895, 111, 1. Weber, Der Freischütz, J.F. Kind, Berlin 18.6.1821, II, 5. Marschner, Der Vampyr, I, 1. Meyerbeer, Robert le Diable, Scribe, Paris 21.11.1831, III, 2 et 4, V, 2 et 3. Halévy, La Magicienne, Vernoy de Saint-Georges, Paris 17.3.1858 (le livret écrit Méluzine, non Mélusine). Weinberger, Schwanda, le joueur de cornemuse, Kareš et Brod, Prague 27.4.1927. Offenbach, Les Contes d’Hoffmann.

142 Richard Strauss, Die Frau ohne Schatten, Hofmannsthal, Vienne 10.10.1919, 1,2.

143 Métastase, Didone abbandonala, voir « La liberté d’expression » n. 12. G. Puccini l’ancien, La confederazione dei Sabini con Roma, 1. Glinka, La vie pour le Tsar, Rosen, Koukolnik et Joukovsky, Saint-Pétersbourg 27.12.1836. Salieri, Tarare. Donizetti, Dom Sébastien, Scribe, Paris 13.11.1843. Verdi, Simon Boccanegra. Moussorgski, Boris Godounov, sc. 6 ou III 1, suivant les versions. Moussorgski, Salammbô, inach. (6 sc.), cp d’ap. Flaubert (1862), cp 1863-1866, IV 1, monologue de Mathô. Marchetti, Ruy Blas, d’Ormeville d’ap. Hugo (1838), Sc. 3.4.1869, III. Weill, Die Bürgschaft, Neher, Berlin 10.3.1932, III.

144 Verdi, I due Foscari, Rome 11.1844, fin. III. Gomes, Fosca, Sc. 1873 (rév. Sc. 1878), IV.

145 Puccini, La Fanciulla del West, Civinini et Zangarini d’ap. Bclasco (1905), New-York 10.12.1910, I. Verdi, Rigoletto, II 4. Pacini, Maria, regina d’Inghilterra, I 5. Rimski-Korsakov, Snegourotchka, cp d’ap. Ostrovsky (1873), Saint-Pétersbourg 10.2.1882, III. J.M. Usandizaga, Mendi Mendiyan (Haut dans les montagnes), J. Power et J. Artola, Bilbao 1910. I.M. Berkeley, Jane Eyre, D. Malouf, Cheltenham 30.6.2000.

146 John Eccles, Semele, Haendel, Semele, 111, 1. Métastase, La clemenza di Tito (ou Tito Vespasiano, 1734) : voir « La liberté d’expression », n. 9 (actuellement accessibles, Caldara 1734, Galuppi 1760 et Mozart 1791). Mozart, Le Nozze di Figaro, I.H Barbiere di Siviglia : Paisiello, Il 11 et 19, Morlacchi, III 10 et IV 6, Rossini, II 4 et 10. Mozart, Cosi fan tutte, I 3. Pacini, L’ultimo giorno di Pompei, I 4. Haendel, Ariodante, an. d’ap. Salvi (Pratolino, 1705, d’ap. l’Arioste), CG 8.1.1735, 1, 9, II, 2, III, 1 et 9. Mayr, Ginevra di Scozia, Rossi, Trieste 21.4.1801, I, 2 et 5, II, 1 et 6. Mercadante, Virginia, I. Verdi, Ernani, Rigoletto (I 11-12), I Lombardi alla prima crociata, Solera, Sc. 11.2.1843,1, Il Trovatore, II.

147 Massenet, Panurge, Spitzmüller et Boukay, Paris 25.4.1913.

148 Massenet, Thaïs, Gallet d’ap. A. France (1890), Paris 16.3.1894, I, 2. Bizet, Carmen, Meilhac et Halévy d’ap. Mérimée (1845), OC, 3.3.1875, III. Verdi, La Traviata, Piave d’ap. Dumas fils (La Dame aux camélias, 1856), Fen. 6.3.1853, II 2. Berg, Wozzeck, cp d’ap. Buchner (Woyzeck, 1836), Berlin 14.12.1925, II. Gurlitt, Wozzeck, Buchner, Brême 22.4.1926, sc. 5 (Marie s’interroge sur les pierres qui brillent et l’or). Offenbach, Les contes d’Hoffmann, Barbier, OC 10.2.1881,111, 5. Saint-Saëns, Samson et Dalila, Lemaire, Weimar 2.12.1877, Rouen 3.3.1890, II. Aliotti, Il Sansone, Naples, 1686. Ferrari, Il Sansone, Giardini, Modène, 1680. Haendel, Samson, Hamilton d’ap. Milton, CG 18.2.1743, II 2.

149 Richard Strauss, Salomé. Mariotte, Salomé, sc. 4 et 6.

150 Puccini, Tosca, Giacosa et Illica d’ap. V. Sardou (1887), Rome 14.1.1900, H. Verdi, Il Trovatore. Ponchielli, La Gioconda, Boito dit Tobia Gorrio, d’ap. Hugo (Angelo, tyran de Padoue, 1835), Sc. 8.12.1876, IV. Ponchielli, Marion Delorme, Golisciani d’ap. Hugo (1831), Sc. 17.3.1885, IV. Giordano, Andrea Chénier, III.

151 Métastase, Adriano in Siria (1732) : voir « La liberté d’expression », n. 18.

152 Jommelli, Vologeso, Verazi d’ap. Zeno, Ludwigsburg 1766 (rév. de Lucio Vero, Milan 1754), II, 10. Même sujet, Vologeso ou Lucio Vero : voir « La liberté d’expression », n. 17.

153 Haendel, Berenice, Salvi (déjà mis en musique par Perti et Porpora), Londres 18.5.1737, III.

154 Rossini, Ciro in Babilonia, Aventi, Ferrare, mars 1812 (Baldassarc menace, si Amira ne lui cède pas, de tuer Ciro et leur fils). Bellini, Bianca e Fernando, Gilardoni rév. Romani, Naples 30.5.1826 et Gênes 7.4.1828. Haendel, Rodelinda, II, 3.

155 Verdi, Luisa Miller. Mercadante, Elena da Feltre. Gounod, Sapho, Augier, Paris 16.4.1851, IL Bellini, Il Pirata, Romani d’ap. Bertram de Maturin (1816), Sc. 27.10.1827, I, 2. Walton, Troilus and Cressida, Hassall d’ap. Chauccr, CGT. 12.1954, III. Wagner, Das Liebesverbot. Giordano, Andrea Chénier, 111.

156 Mercadante, Il Bravo, I, I. Verdi, Rigoletto. Alfano, Cyrano de Bergerac, H. Cain d’ap. Rostand (1897), Rome (en it.) 22.1.1936, et Paris (v. o. en fr.) 29.5.1936, I. Verstovsky, La tombe d’Askold, Zagroskin, Bolchoï 28.9.1835, III, sc. 21.

157 Orazio Vecchi, L’Amfipamasso, Modène, 1597, III 3. Luigi Ricci, // diavolo condannato in mondo a prender moglie, Tottola, Naples 30.1.1827, I. Paisiello, Il Re Teodoro a Venezia, II 1. Smareglia. Nozze istriane, lllica, Trieste 28.3.1895, I 3. Hahn, Le marchand de Venise, Zamacoïs d’ap. Shakespeare, Paris 21.3.1935. Massenet, Manon, Mcilhac et Gille d’ap. Prévost (1731), Paris, OC 19.1.1884, IV, Thaïs, II. Tchaïkovski, La Dame de Pique, cp et son frère Modeste d’ap. Pouchkine (1834), Saint-Pétersbourg 19.12.1890, III. Prokofiev, Le Joueur, cp d’ap. Dostoïevski (1866), cp. 1915-1916, créé Bruxelles 29.4.1929. Orlandini, Il marito giocatore e la moglie bacchettona, Salvi (1715 ?), vers 1720 (?) ; Cherubini, Il giocatore, même liv., Florence 1775, I. Berg, Lulu, cp d’ap. Wedekind, cr. int. Paris 24.2.1979. Stravinsky, The Rake’s Progress, II 3. Mascagni, Il Piccolo Marat, Forzani et Targioni-Tozzetto, Rome 2.5.1921, I.

158 Donizetti, L’elisir d’amore. Romani, Milan, 12.5.1832, 1 2.

159 Cherubini, Ali Baba, III 1. Gomes, Fosca. Verdi, Il Corsaro, III. Lehar, Das Fiirstenkind, Léon (adaptation très libre d’E. About, Le roi des montagnes), Vienne 7.10.1909.

160 J.S. Bach, Matthdus-Passion, 1727, rév. plusieurs fois. Caldara, Giuseppe, A. Zeno, Vienne 1722. Métastase, Giuseppe riconosciuto : Porsile, Vienne 1733, Terradellas, Naples 1736, Gasse, Dresde 1741, Cocchi, Naples 1749, Orlandini, Elorence 1750, Fomasari, Reggio Emilia 1750, Lombardi, Montegiorgio 1752, Angclini, Pérouse 1754, Duni, Bitonto 8.12.1759, Anfossi, Rome 1776 rév. Bologne et Milan, Fiodo, Naples 1804. Méhul, Joseph.

161 Massenet, Grisélidis, 11 4. Rossini, Il Turco in Italie, II 2. Ambroise Thomas, Mignon, Barbier et Carré d’ap. Goethe (1795-1796), OC, 17.1 1.1866,1.

162 Raymond Poisson, Le mariage par lettre de change, Paris 1735, v. it. Carlo Federici (1790).

163 Rossini, La cambiale di matrimonio, Rossi, Venise, San Moisè 3.11.1810. Sur le même sujet, Coccia, Il matrimonio per lettera di cambio, Rome 1807.

164 Paisiello, La molinara, Palomba, Naples 1788, I, 5. Lortzing, Der Wildschütz, cp, Leipzig 31.12.1842, II, 17. Smetana, La fiancée vendue, K. Sabina, Prague 3.5.1866.

165 Offenbach, Le financier et le savetier, Crémieux (inspiré de loin de La Fontaine, Le savetier et le financier), Paris, BP 23.9.1856.

166 Grétry, Zémire et Azor, Marmontel, Fontainebleau 9.11.1771.

167 Rimski-Korsakov, Snegourotchka, 11, Tsar Saltan, Bielsky d’ap. Pouchkine (1832), Moscou 2.11.1900, 111 2, Sadko, cp et Bielsky, Moscou 7.1.1898. Meyerbeer, L’Africaine, I.

168 Flotow, Martha, Friedrich d’ap. Vemoy de Saint-Georges (Paris 1844), Vienne 25.11.1847. 1 et III. Delibes, Lakmé, Gille et Gondinet d’ap. P. Loti, OC 14.4.1883, 11. Rabaud, Marouf, savetier du Caire, Népoty. OC 15.5.1914, II 1-4.

169 Meyerbecr, Le Prophète, Scribe, Paris 16.4.1849, III 1. Verdi, La Forza dei Destino, III 2. Rossini, La Gazza ladra, Gherardini, Se. 31.5.1817, I 3 et 10. Donizetti, L’elisir d’amore, 1. Bizet, Carmen, IV. Weill, The Firebrand of Florence, Ira Gershwin, Boston 2.2.1945 (Much Ado about Love), rév. New-York 22.3.1945,1.

170 Paisiello, L’osteria di Marechiaro, Cerlone, Naples 1768, I (liv. écrit pour Insanguine, Naples 1768). Salieri, La Locandiera, Goldoni, Vienne 1773. Martinu, Mirandolina, cp d’ap. Goldoni, Prague 17.5.1959. Galuppi, Il caffè di campagna, Chiari, Venise 1761,1 2.

171 Messager, Véronique, Vanloo et Duval, BP 10.12.1898, 1. Nino Rota, // Cappella di paglia di Firenze, E. Rota d’ap. Labiche, Païenne 2.4.1955, Il 2. Gurlitt, Wozzeck, sc. 14. Reyer, Sigurd, Bruxelles 1884. Wagner, Rheingold. Wagner, Derfliegende Hollander, Dresde 2.1.1843, 1.

172 Auber, Fra Diavolo, Scribe, OC.28.1.1830, fin. I. Verdi, Ernani, II.

173 Mascagni, / Rantzau, I. Massenet, La Grand’Tante, Adenis et Granvallel, OC 3.4.1867. Stravinsky, The Rake’s Progress, III, 1.

174 Boieldieu, Scribe d’ap. Sir Walter Scott (Guy Mannering, 1815), OC 10.12.1825, II.

175 Offenbach, Le château à Toto, Meilhac et Halévy, Paris 6.5.1868, II.

176 Mascagni, Le Maschere, 111. Philidor, Le sorcier, Poinsinet, 1764, I 7. Martin y Soler, Il Tutore burlato, II 5. Portogallo, Lo spazzacamino, Foppa, Venise 1794, sc. 7. Halévy, La Juive, III. Mozart, Don Giovanni, I, Masetto, Cosi fan tutte, I 8, Despina. Honegger, Les aventures du roi Pausole, Willemetz, Paris 1930, fin. II. Mozart, Don Giovanni, I 1, Leporello. Marinuzzi, Jacquerie, 111.

177 Meyerbeer, Le Prophète, Scribe, Paris 16.4.1849, II. Mascagni, Il Piccolo Marat, II.

178 Janacek, La petite renarde rusée, cp d’ap. Tesnohlidek (1920), Brno 6.11.1924, I et II.

179 Anfossi, Il barone di Rocca Antica, Petrosellini, Dresde 1772. Paisiello, Le due contesse, Petrosellini, Rome 1776. Spontini, I puntigli delle donne, Rome 1796.

180 Coccia, Caterina di Guisa. R. Strauss, Der Rosenkavalier, II. Cimarosa, imprésario in angustie, Diodati, Naples 1786. Mozart, Der Schauspieldirektor, Stéphanie, Schönbrunn 1786. Donizetti, Le convenienze teatrali, rev. Le convenienze ed inconvenienze teatrali, Milan 1831. R. Strauss, Ariadne auf Naxos, Hofmannsthal, Stuttgart 1912 rév. Vienne 4.10.1916, pr.

181 Comme le croit B. Collins, notes de l’enreg. microsillons de Gomes, Lo Schiavo.

182 Rameau, Les Indes galantes, II, Les Incas du Pérou et IV, Les Sauvages. Naumann, Cora och Alonzo, Stockholm (inauguration du nouveau théâtre) 1782. Mayr, Alonso e Cora, Bemardoni, Sc. 26.12. 1803, Cora, Berio, SC 26.3.1815. Vivaldi, Montezuma, III 12. Spontini, Fernand Cortez. Verdi, Alzira. Cirétry, La caravane du Caire, Chédeville, Fontainebleau, 1783.

183 Rossini, Ricciardo e Zoraide. Meyerbeer, Il crociato in Egilto. Verdi, I Lombardi (Oronte baptisé in extremis, l’amour de Giselda est légitime). Sacchini, Renaud. Righini, Gerusalemme liberata, de Filistri, Berlin 1803 (baptisée, Armide, princesse de Damas, peut épouser Renaud). La tragédie vient de la différence de religion dans Zaira (de Winter, Bellini ou Mercadante), Maometto II, Le siège de Corinthe, ou Sancia di Castiglia (1 4).

184 Gomes, Il Guarany ; Lo Schiavo (le livret fait des Indiens d’Ibéré et Ilara -chez Taunay, des Noirs d’Afrique-. Le changement de couleur ne vise pas comme on l’a dit à rendre le dénouement « correct » : Gomes s’intéressait aux Indiens du Brésil). Spohr, Jessonda.

185 Meyerbeer, L’Africaine. Rossini, Otello, Berio, I. Verdi, Otello, I Delibes, Lakmé. Verdi, lut Forza del Destina. Puccini, Madama Butterfly. Mozart, Die Zauberflöte, air de Monostatos.

186 Louise Bertin, Esmeralda, Hugo, Paris 1836. R. Strauss, Salomé. Zeno, Griselda : A.M. Bononcini, Milan 1718, A. Scarlatti, Rome 1721, Vivaldi, Venise 1735. Donizetti, Linda di Chamounix. Catalani, Edmea, Ghislanzoni, Scala 1886. Verdi, Luisa Miller, IIII. Verdi, Simon Boccanegra, pr. Donizetti, Gianni di Calais, Gilardoni, Naples 1828. Piccinni, Cecchina ossia La buona fîglinola, Goldoni, Rome 1760.

187 Federico, Izi serva padrona : Pergolèse, Naples 1733, Paisiello, Tsarkoié-Sélo 1781. Pariati, Pimpinone : Albinoni, Venise 1708. Telemann, Hambourg 1725. Hasse, La serva scaltra, ou Dorinda e Balanzone, Naples 1729, Don Tabarrano e Scintilla ou La contadina, Naples 1728. Latilla, La finta cameriera, Barlocchi, Rome 1738. Mozart, La finta giardiniera, etc.

188 Mozart, // Re pastore. Mazzoni, Aminta.

189 Cesti, Orontea, Cicognini, Venise 1649. Lully, Psyché. Rameau, Zaïs, Nais, Cahusac, Paris 1749, Les Boréades. Piccinni, Cecchina. Salieri, La cifra, Vienne 1789. Nessler, Der Trompeter von Säckingen. Hummel, Mathilde von Guise, tr. de Mercier-Dupaty, Vienne 26.10.1810 rév. Weimar 17.2.1821. Mais les sœurs de Ccndrillon repoussent comme plébéien le prince déguisé en écuyer (Rossini, Cenerentola).

190 Persiani, Ines de Castro. Orff, Die Bernauerin, cp, Stuttgart 1947 rév. 1956. Rossini. Eduardo e Cristina, Schmidt (pour Pavesi, 1810) rév. Bevilacqua Aldobrandini et Tottola, Venise, 1819. Mercadante, Virginia. Donizetti, Adelia. Tubin, Barbara von Tisenhusen, Kross, Tallinn 1969. Rossini, La Gazza ladra, Gherardini, Scala 1817. Massenet, La Navarraise, Claretie et Cain, Londres1894. Mozart, Nozze..., III 4. Carafa, Il Paria, Rossi d’ap. C. Delavigne, Venise 1826. Donizetti, Il Paria, Gilardoni, SC 12.1.1829. Moniuszko, Paria, 1869.

191 Ml 21,33-41 ; Mc 12, 1-12 ; Le 20, 9-19.

192 Provenzalc, Oh, ingrata humanité, dialogo sacro à 5 voix.

193 L. Berkeley, Ruth, Crozier, Londres oct. 1956. A. Bon, Le rapt de Perséphone, D. Fernandez, Nancy 27.1.1987, sc. 3. Dvorak, Le Jacobin, Cervinkova-Riegrova, Prague 19.6.1889,1 I et 8.

194 Nono, Sc. 4.4.1975, Primo tempo, sc. 5 (sop. et chœurs), tr. de Brecht.

195 Sallinen, La ligne rouge, I 3, Il I. Chostakovitch, Moskva, Cheremushki, Mass et Tchervinski, Moscou 24.1.1959. L. Petitgirard, Joseph Merrick, dit Eléphant Man, Nonn, 1999.

196 Offenbach, Les Brigands, Paris 1869. Donizetti, L’elisir d’amore, Milan 1832. Grétry, Le jugement de Midas, Paris 1778. Mcrcadante, Il Bravo. Fioravanti, I virtuosi ambulanti, Paris 1807. Offenbach, Pomme d’Api, Paris 1873. J. Strauss, Die Gottin der Vernunft (La déesse Raison), Wiilner et Buchbinder, Vienne 13.3.1897. Hervé, Le joueur de flûte, Paris 1864. Verdi, Macbeth, Florence 1847. Bloch, Macbeth, Paris 1910. Goldschmidt, Béatrice Cenci, 1951. Wagner, Rheingold, II. Picker, Emmeline.

197 Gounod, La reine de Saba, Barbier et Carré, Paris 28.2.1862, I 4. Berlioz, Benvenuto Cellini. Samara, In Martire, Illica, Naples 23.5.1894.

198 M. Haydn, Andromeda e Perseo, Varesco d’ap. Corneille (Andromède), Salzbourg 14.3.1787, Il 3 et 5

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search