Version classiqueVersion mobile

Opéra, politique et droit

 | 
Marie-Bernadette Bruguière

VIII. La majesté de Rome

Texte intégral

  • 1 Caccini, M. da Gagliano et Péri, intermèdes d’Il Giudizio di Paride de M. Buonarotti, Florence 1608 (...)
  • 2 Innsbruck : Cesti, La Cleopatra (rév. de Cesare amante) 1654. Dresde : Bontempi, Il Paride 1662. Vi (...)
  • 3 Cf notre « Images de Rome dans la littérature française du XVIIe siècle », Études d’Histoire du Dro (...)
  • 4 Colasse (ou Collasse), Énée et Lavinie 1690, Canente (protohistoire latine) 4.11.1700. Desmarest, D (...)
  • 5 Il trionfo di Camilla, regina dei Volsci, liv. Stampiglia : Draghi, Vienne 1690, A.M. Bononcini, Ve (...)
  • 6 Avec Lully, l’opéra a finalement absorbé le ballet de cour et pris ses caractéristiques de spectacl (...)

1La maiestas populi Romani, la souveraineté du peuple romain, dans ses éléments juridiques, ne pouvait être traduite par l’opéra. Mais la majesté et la grandeur de Rome y sont sans cesse illustrées. Les thèmes romains, où il faut inclure la « protohistoire » troyenne ou albaine, sont traités à l’opéra dès les précurseurs florentins, puis chez Monteverdi, Cesti et Cavalli, à Venise et dans toute l’Italie1, dans toute l’Europe et hors d’Europe2. La France, à l’inverse de ce qu’on sait pour la tragédie3, est en retard, sauf pour la protohistoire troyenne4. Pas de sujet romain pour Lully, quelques « entrées romaines » dans des opéras-ballets d’auteurs bien oubliés : Ovide paraît dans Les Amours déguisés de Bourgeois ou Ovide et Julie de Cardonne, Tibulle et Antoine dans Les Fêtes grecques et romaines de Colin de Blamont en 1723. Mais la Camille de Campra en 1717 est la princesse volsque dont le triomphe a été déjà célébré5 : protohistoire latine revue, contraire à Virgile, anti-romaine. Pour un vrai sujet romain en France, il faut attendre, semble-t-il, l’acte III du Temple de la Gloire de Rameau en 1745 sur un livret de Voltaire, à la louange de Trajan. Ce n’est pas une hostilité politique, démentie par la richesse des tragédies romaines (même si en 1773 Sabinus de Gossec est anti-romain), mais plutôt l’effet du goût français pour le grand spectacle6 à l’opéra : les sujets mythologiques ou exotiques, comme les Indes galantes, offrent là plus de possibilités qu’Horace ou Régulus.

  • 7 Voir « La liberté d’expression », n. 3, 8,4, 7.
  • 8 Perti, Nerone fatto Cesare 1693, A. Scarlatti, Nerone fatto Cesare, Naples 1695, Vivaldi, Nerone fa (...)
  • 9 Porsile, Spartaco, Vienne 1726, Foroni, Spartaco ovvero 1 Gladiatori, Milan 1851, Sinico, Spartaco,(...)
  • 10 Au XIXe siècle en revanche, les maîtresses royales triomphent rarement. On connaît le sort non hist (...)

2L’opéra s’empare de l’histoire romaine et ne néglige pas d’abord des sujets que la censure du XIXe siècle jugera subversifs et n’autorisera qu’avec difficulté, la chute des Tarquins ou des décemvirs, les Gracques, Marius, la mort de César, la chute de Séjan7, divers complots et usurpations réussis ou non8, Spartacus ou Catilina9 ; triomphe d’un double adultère et illustration d’une tyrannie impériale, L’incoronazione di Poppea reste ici un modèle10.

  • 11 Quelques exemples : Giunia fille de Marius et Celia sœur de Cinna (Mozart, Lucio Silla), Argelia et (...)
  • 12 Gluck, L’innocenta giustifîcata, Durazzo d’ap. Métastase, Vienne 1755. Mercadante, La Vestale, Camm (...)

3Bien que les librettistes aient en général fait leurs humanités, que plusieurs, laïcs ou ecclésiastiques, soient membres d’illustres académies et qu’ils soient parfois juristes, ils oublient volontiers le droit romain et les règles de l’onomastique romaine, surtout (mais pas seulement) féminine11. On relève cependant quelques éléments juridiques. La Grande Vestale rappelle au Grand Pontife son privilège de juridiction, Ben sai che il giudicar delle Vestali a me sola appartien. Publie redit au consul les privilèges qui protègent le citoyen romain, même si ses propos évoquent plus l’habeas corpus que la prouocatio ad populum, Ei nacque in sen di Roma e libero, Nè a ceppi mai soggiacque Un cittadin che i giudici Pria non dannar. Même l’infâme Marco peut revendiquer la protection des lois, Non la forza, me il diritto protegge, Ed innanzi al poter délia legge Ogni ardito piegarsi dovrà. Une autre Grande Vestale vante les privilèges de leur collège à Julia qui pleure sur son sort, En est-il de plus digne d’envie ? C’est à nous que Rome confie Du saint palladium le précieux trésor. Les respects, les honneurs, enchantent notre vie... Dans une paix profonde. Au sein du plus heureux séjour, Nous recevons les hommages du monde. Vestale et secrète chrétienne, Rubria tente d’user de son droit de grâce pour sauver les chrétiens dans l’arène, Stende Vesta con me la man Cite riscatta le vite, mais Néron lui aussi connaît son droit ou prétend le connaître, Ave, o Vergine sacra, Scopri il volto, poi giura (Legge è di Numa) Che in questi rei Non qui ad arte t’imbatti ; quand Rubria proteste Una Vestale a giurar non s’astringe, il lui fait arracher son voile. Au mépris cette fois de tout droit, elle est livrée aux fauves. D’autres citoyens romains périssent aussi dans l’arène au lieu d’être décapités comme l’exige la loi : Murena pleure en imaginant la mort de Settimio qu’il a injustement livré, Entra nel circo ! Ahi misera ! Cade fra belve ! Il piagano ! Fuma quel sangue ! E il popolo !... Applaude a tant’orror ! Alors que Corneille avait respecté le droit, le Polyeucte de Donizetti ou de Gounod, accompagné ici par Pauline, meurt dans le cirque12.

4Mais si le droit romain peut devenir fantaisiste, la politique romaine est beaucoup mieux comprise. Elle apparaît avant Rome même, dans les exemples de la « préhistoire » légendaire, puis à Rome, domi militiaeque, à l’intérieur et au-dehors.

De Troie à Rome

  • 13 R. Folz, L’idée d’empire en Occident du Ve au XIVe s., Paris 1953, p. 12 s.
  • 14 Enéide, V 726-737.
  • 15 Cf notre « Mythes de fondation et mission de la France : la légende troyenne », L’influence de l’An (...)
  • 16 The Judgement of Paris, Weldon, Londres 1701, Daniel Purcell, Londres 1701, Arne, Londres 1742. Il (...)
  • 17 Bontempi, Il Paride, cp, Dresde 3.11.1662, pour le mariage du prince héritier. Cesti, Il Pomo d’Oro (...)
  • 18 Sur Troie et les Habsbourg, M. Tanner, The Last Descendant of Aeneas, Yale 1993.

5Rome la souveraine est un absolu dès sa gestation dans la préhistoire troyenne. Tu regere imperio populos, Romane, memento, Hae tibi erunt artes, pacisque imponere morem, Parcere subiectis et debellare superbos (Enéide, VI 851-853). Par ces trois vers de la prophétie d’Anchise, Virgile a résumé la justification et la mission de l’empire de Rome, réaliser l’union des peuples civilisés, donner paix, ordre et justice à l’humanité13. Mission donnée par les dieux (Jupiter a voulu la descente d’Énée aux Enfers14), résultat et compensation de la chute de Troie : l’héritage troyen fonde la légitimité romaine15. Pour les Jeux de 17 av. J.C., le Carmen saeculare d’Horace (dont François-André Philidor fit un oratorio profane sur le texte original à Londres en 1779), l’a officiellement exprimé, Roma si vestrum est opus Iliaeque Litus etruscum tenuere turmae, lussa pars mutare Lares et urbem Sospite cursu, Cui per ardentem sine fraude Troiam Castus Aeneas patriae superstes Liberum munivit iter, daturus Plura relictis, Di, ... Romulae genti date remque prolemque Et decus omne, Quaeque... Clarus Anchisae Venerisque sanguis Impetret, bellante prior, iacentem Lenis in hostem. Ce n’est pas un hasard si l’opéra, avec ou après la littérature, traite le cycle troyen dans tous ses épisodes16. On redécouvre à peine certaines de ces œuvres et beaucoup ne sont pour nous que des titres dont la musique est parfois perdue. Suivant les époques et les auteurs, on a insisté sur le poids du destin, des dieux ou des hommes dans la chute de Troie, mais l’origine du conflit permet une constatation banale et pourtant essentielle : si la concorde fait prospérer les empires, la discorde les détruit. La Discorde s’en vante dans Il Paride et lance la pomme d’or fatale sur la table des noces de Thétis et Pélée. Cesti détourne ce mythe au profit d’un autre empire dans Il Pomo d’oro : Jupiter remet la pomme à la mortelle qui réunit les qualités des déesses rivales, Marguerite-Thérèse d’Espagne, dont le mariage pouvait préparer le retour de l’empire de Charles-Quint17, héritier de Troie18.

  • 19 Rameau, Dardanus, La Bruère, Paris 1739. Même sujet pour Sacchini, Versailles 1784.

6Pourtant, le fondateur de Troie, Dardanus, était béni des dieux, et Vénus lui révélait en songe un avenir heureux, Enchantez un héros dont les dieux sont l’appui, Montrez-lui les desseins que ces dieux ont sur lui, Quand ils me font briser sa chaîne19. Ses aventures à l’opéra sont inconnues des mythographes : en guerre contre Teucer, il est épris et aimé de sa fille Iphise, qui tente faiblement d’étouffer cet amour. Mais le sage Isménor encourage les amants. Dardanus prisonnier, Iphise n’a plus qu’horreur pour son fiancé officiel, mais Dardanus délivré par Vénus triomphe de l’inévitable monstre marin : à lui revient bien, par un oracle, la main d’Iphise, et Vénus bénit l’amour et la paix. L’influence de Fénelon a ici un peu écarté les héros du sacrifice en leur assurant l’appui final du ciel, mais la raison d’État est finalement conciliée avec celle du cœur et le « droit au bonheur ».

  • 20 Campra, Danchet, Paris 21.12.1700.
  • 21 La mythologie ignore ces péripéties : les noces d’Hésione, sauvée du monstre par Hercule, qui la ma (...)
  • 22 Voir « Rose ou noir à l’opéra ».

7Laomédon, descendant de Dardanus et roi parjure, attire sur Troie une première série de malheurs en refusant aux dieux Apollon et Neptune (qui ont construit les murailles de Troie) puis à Hercule le salaire promis. Dans Ercole amante de Cavalli, son ombre, renversant la situation, attribue à Hercule tous les torts et appelle sur lui la vengeance, Pera, mora il perverso Che d’un sol atto di pietà Che mai le barbarie sue contar potesse, Quai mercenario vile Richiendendone il prezzo, Nè contenti assai tosto Gl’avidi suoi désir quanto malvagi Si pago col mio sangue (V 1). On le retrouve dans Hésione20, où se mêlent pour Troie malheurs et promesses. Laomédon a apaisé Neptune et rend grâces aux dieux, Le dieu des mers n’est plus irrité contre nous, Pour ces fameux remparts nous n’avons plus à craindre, En lui manquant de foi j’allumai son courroux, Mes respects viennent de l’éteindre... Les rois sont les sujets des dieux, C’est en obéissant aux deux Qu’ils doivent commander au monde. Rendons hommage aux immortels, ... Neptune, oubliez un outrage Qui pour vous, contre moi, Souleva tous les dieux. Venez, contre la rage De cent peuples jaloux, Défendre votre ouvrage, Venez, protégez-nous (1 4-5). L’avenir de Troie semble assuré, les remparts divins seront éternels, le roi peut marier sa fille Hésione à Anchise. Mais cet hymen est brisé par Vénus, éprise d’Anchise et soutenue par le destin21. À sa demande, Neptune, dont la rancune n’était qu’assoupie, suscite un monstre marin que seul vaincra Télamon, prétendant rejeté d’Hésione : Anchise tente en vain d’affronter le monstre, qui l’évite. Les amants sont séparés, Hésione doit épouser Télamon sans revoir Anchise qui, désespéré, maudit Laomédon à l’annonce de ce départ, Roi cruel, roi parjure... Tremble, roi cruel, tremble, tremble, La Grèce contre toi s’assemble. Ô ville infortunée ! Ô malheureux remparts ! Les dieux les réduisent en poudre ! Parmi les feux des Grecs j’entends gronder la foudre, L’effroi, l’horreur, la mort, volent de toutes parts ! À travers les feux et les armes, Je vois tes palais ravagés !... Traître, les dieux et moi, nous sommes tous vengés (V 4). Cette ruine n’aura pas lieu sous Laomédon comme le croit Anchise, mais à la génération suivante, pour punir une autre trahison. Anchise veut mourir, mais Mercure annonce la volonté du destin : les plus puissants des dieux se déclarent pour Vénus. Pour apaiser Anchise, un songe lui montre la naissance d’Énée, le sort de sa descendance et la gloire de Rome. Une nouvelle fois, l’avenir est garanti par un sacrifice. La révision d’Hésione en 1743 ne laisse pas à Anchise cette consolation : il est emporté par les Zéphirs, sur l’ordre de Vénus, ce qui fait un curieux dénouement, mais cette version suscita l’enthousiasme22 !

  • 23 M. Tippett, King Priam, cp, Coventry, 29.5.1962.

8Après Laomédon, son fils Priam règne sur Troie dans un bonheur revenu. Mais un songe trouble la reine Hécube à la naissance d’un nouveau fils et le Vieillard de Troie l’interprète23, Paris, this child, Will cause, as by an inexorable fate, His father’s death. Hécube horrifiée choisit, Then am 1 no longer mother to this child, Troy and the city’s King are sacred. Le roi hésite puis ordonne de tuer l’enfant. Le Vieillard le justifie, After the wise man read the dream, Priam knew ail. He made the choice that a King would hâve to... How other could he act ? Mais le destin ne peut être éludé : découvrant plus tard que son fils vit, Priam le reçoit avec joie, acceptant les conséquences, / accept the trick of fate That saved my son, And what he, Paris, chooses I uphold, Let it mean my death. Au vieillard qui demande Do you speak for Troy, as for yourself ? il répond Yes ! I speakfor Troy as well. Le destin s’accomplira, par ce que Tippett nomme the mysterious nature of human choice. Pâris offre à Priam d’aller fonder une nouvelle Troie, I will take you and Helen, Leave the doomed city, To found another Troy. Mais Priam est lucide, You are not the founding sort. Le refondateur ne sera pas un Priamide.

  • 24 Cesti, Il Porno d’oro, Sbarra, Vienne 1668. Caldara, Enone 1734 (un air enregistré), Morlacchi, Eno (...)
  • 25 Il Paride I I (la Discorde). Gluck, Paride ed Elena, Calzabigi, Vienne 1770, prophétie de Pallas (s (...)

9Une autre victime, souvent oubliée, est nécessaire dans la longue marche vers la fin de Troie et la naissance de Rome, Gnone, première épouse de Pâris, qu’il abandonne pour Hélène : quelques opéras aussi oubliés24 lui donnent un rôle. Chez Bontempi elle entre déguisée dans le palais pour tuer Pâris, mais ne peut s’y résoudre et se poignarde, Già ch’a morte amor mi chiama... Quand Bontempi ou Gluck peignent l’amour heureux d’Hélène et Pâris, des prophéties annoncent qu’il finira dans la ruine de Troie, ruine que ne peut reculer l’amour d’Achille pour Polyxène, doublement maudit : il rend le héros traître à la Grèce et doit être brisé par trahison25 ; Pâris tue Achille pendant les noces ou Hécube le fait tuer pour venger Hector (Polyxène refuse de frapper, mais ne peut trahir sa mère et avertir Achille).

  • 26 Berlioz, Les Troyens, II 2.
  • 27 Les Troyens, I : coupée par Berlioz lui-même pour abréger l’œuvre, la scène de Sinon a été rétablie (...)

10Une ruine que n’empêche pas non plus la vision de Cassandre, la digne sœur d’Hector, la prophétesse que Troie accusait de démence26, quand elle prédit Tout vient justifier ma sombre inquiétude ! J’ai vu l’ombre d’Hector parcourir nos remparts... La foule sort des murs, et Priam la conduit ! Malheureux Roi ! Dans l’éternelle nuit, C’en est donc fait, tu vas descendre ! Tu ne m’écoutes pas, tu ne veux rien comprendre, Malheureux peuple, à l’horreur qui me suit !... Tout est menace au ciel ! Crois-en ma voix qu’inspire Le barbare dieu même à nous perdre acharné. Au livre du destin mon regard a su lire, Je vois l’essaim de maux sur nous tous déchaîné ! Il va tomber sur Troie !... Déjà le noir vautour Sur la plus haute tour A chanté le carnage ! Tout s’écroule ! Tout nage Sur un fleuve de sang... La mort déjà plane dans l’air... L’ennemi vient et la ville est ouverte ! Ce peuple fou qui se rue à sa perte Semble avoir devancé les ordres de son Roi !... Arrêtez ! Oui, la flamme, la hache ! Fouillez le flanc du monstrueux cheval !... Il cache Un piège infernal ! Ma voix se perd, plus d’espérance !... Ils entrent, c’en est fait, le destin tient sa proie. Le destin, pour cette ruine nécessaire, aveugle les Troyens, qui prennent un bruit d’armes dans les flancs du cheval pour un présage heureux. Il détruit le prêtre Laocoon qui a eu la prescience du malheur, Laocoon... a d’un bras intrépide Lancé son javelot sur ce bois, excitant Le peuple indécis et flottant À le brûler. Alors, gonflés de rage, Deux serpents monstrueux s’avancent vers la plage, S’élancent sur le prêtre, en leurs terribles nœuds L’enlacent, le brûlent de leur haleine ardente, Et le couvrant d’une bave sanglante, Le dévorent à nos yeux. Il inspire Sinon, l’agent provocateur, qui a convaincu Priam et les Troyens de faire entrer le cheval dans la ville, Ulysse l’acheva Pour être offert à Pallas offensée... Mais Calchas ordonna Que d’étage en étage Le cheval s’élevant Devînt si monstrueux Que ce présent prodigieux Ne pût être introduit Dans la ville troyenne. Car... Si dans votre Ilion il parvenait jamais, Victorieuse désormais, La race de Priam ferait trembler la terre -Priam : Qu ’on abatte la tour De la porte de Scée, Et qu’un pan de la muraille tombe !... Installez dans nos murs cette offrande à Pallas27. La ruse a réussi, l’ombre d’Hector vient en avertir Énée, Ah, fuis, fils de Vénus, L’ennemi tient nos murs ! De son faîte élevé Troie entière s’écroule ! Un ouragan de flammes roule Des temples aux palais ses tourbillons impurs... Va, cherche l’Italie, Où pour ton peuple renaissant Tu dois fonder un empire puissant (II 1).

  • 28 Cavalli, Didone, Busenello, Venise 1641, pr., (Fortuna) et I 6 E. Karaindrou, mus. sc. pour Les Tro (...)
  • 29 R. Kreutzer, Astyanax, Paris 1801, II 4. Rossini, Ermione, 1 4. Grétry, Andromaque, fin. I et acte (...)

11Caduta è Troia, e nelle sue ruine Giace sepolto d’Asia il bel decoro, Già son precipitati i bronzi, e i marrni Delle memorie Dardane superbe, E circondato stà d’arene ed herbe Un monte d’ossa. Après la chute de Troie, ni l’éventuelle renaissance ni le souvenir de la grandeur passée n’adouciront le malheur de certains vaincus : Alle ruine del mio regno adunque Sopravivo decrepita... Crollano, tremano, Ardono, cadono Portici e templi. Vestati di cenere, Porpora, impero. Mira, patria caduta, I tuoi miseri figli, s’afflige Hécube. Troie, Troie orpheline, tu tombes en ruines, entraînant dans la danse du malheur les morts et vivants, pleurent les Troyennes captives. O patria mia ! Tu, bianca e immacolata, Dunque più mai negli ondulati flutti D’Egeo rispechierai ? Templi, reggia, palazzi, torri, cenere ! Tutta la Troade cenere Corne d’immane focolare spento Che via pel mondo porta e sparge il vento, se souvient Cassandre au seuil du palais d’Agamemnon. Troia ! qual fosti un di ! Di te che resta ancor ? Ahi ! quai balen spari II tuo prisco splendor ! Ti oppresse, inceneri L’Argivo ingannator, E vil catena, aimè, Preme a’tuoi figli il piè, déplorent en leur captivité les compagnons d’Andromaque28. La Grèce veut anéantir le sang troyen. Ah, ces perfides Grecs respirent le carnage ! Dans le sang innocent ils veulent s’enivrer, s’affole Andromaque. Par la voix d’Oreste chez Pyrrhus, la Grèce exige la mort d’Astyanax, Favellan sul mio labbro Tutti di Grecia i Re : troppo è palese Che con falso Astianatte al supplizio Seppe il vero rapir l’empio artifizio, E che di Ettore il germe Vive fra’lacci tuoi. Si reo virgulto Troncar si deve. I giorni suoi son gravi Alla Grecia, a te stesso. In lui tu nudri Fiera serpe nel sen. Del patrio sangue Vendicator, forse avverrà che un giorno Del nostro egli si pasca, E dalle sue rovine Rio rinasca. Pyrrhus cède, Je ne condamne plus un courroux légitime, On va vous livrer la victime, puis annonce à Andromaque II faut aux Grecs livrer le fils d’Hector, Rien ne peut arracher votre fils au trépas, Et ma parole en est donnée, avant de se rétracter une dernière fois29. Mais ailleurs la revanche se prépare.

  • 30 La tradition antique est obscure. Virgile fait naître Albe et Rome du fils de Lavinia, mais César e (...)
  • 31 Les Troyens, cp. 1856-58, cr. partielle (l-es Troyens à Carthage) 1863, cr. int. en all., Karlsruhe (...)
  • 32 Cassandre et ses compagnes, fin. II, nymphes des bois durant la chasse royale et l’orage, IV I, Mer (...)

12Dès Virgile et l’Énéide, la légende troyenne est une suite de sacrifices. Troie et ses héros doivent mourir, afin que naisse Rome : Vénus chez Virgile montre à son fils les dieux abattant portes et murailles pour que le destin s’accomplisse ; chez Cavalli, elle lui ordonne de partir pour un nouveau destin, La Troiana caduta è già prefissa, Tu non puoi ripararla, Indarno il ferro vibri, Scritto è cosi negli stellanti libri, Fuggi pur, cosi madré e cosi Dea Ti dico, e ti commando... E tra l’idee celesti Degl’incliti tuoi gesti La gloria stessa scriverà l’esempio (I 4). Il faut même que disparaisse dans ses membres innocents la lignée des Priamides, descendants du parjure Laomédon, que remplacera une branche cadette où le sang divin s’est renouvelé : seul Ascagne survit, Priamide par sa mère mais surtout petit-fils de Vénus ; encore ne règnera-t-il pas30. De la ruine, les dieux font naître la revanche. Cavalli, comme Berlioz, met en scène toute la chute de Troie, avec l’orgueil de Pyrrhus, la jubilation sordide de Sinon, la mort de Chorèbe et celle de Créuse, le désespoir de Cassandre et d’Hécube, le départ d’Énée sur l’ordre de Vénus avec Anchise et Ascagne ; l’ombre de Créuse révèle à Énée son but, l’Italie, où le destin fera régner leur fds (I 8). Pendant le finale symphonique d’Ecuba, tandis que brûle Troie, Énée passe, portant son père et tenant Ascagne par la main. La mission d’Énée commence, directement mise en scène par Berlioz31 : l’ombre d’Hector l’annonce, Va, cherche l’Italie, Où pour ton peuple renaissant Tu dois fonder un empire puissant, Dans l’avenir dominateur du monde ; Cassandre mourante confirme En Italie où le sort les appelle, Ils verront s’élever, plus puissante et plus belle, Une nouvelle Troie. Au long des Troyens, les voix de l’au-delà scandent Italie32 !

  • 33 Énéide 1 12-22 (craintes de Junon) et 257-283 (réponse de Jupiter à Vénus sur le destin) : de la po (...)
  • 34 Tr. de M. Suzuki, Métamorphosés of Ilelen : Authority, Différence and the Epic, Ithaca, New York 19 (...)
  • 35 Tr. de C. Perkell, « On Creusa, Dido, and the Quality of Victory in Virgil’s Aeneid », Reflexions o (...)
  • 36 Tr. de R.D. Williams, The Aeneid, Londres 1987, p. 108.
  • 37 Tr. de B. Otis, Virgil : A Study in Civilized Poetry, Oxford 1963, p. 90-91.
  • 38 V. Pöschl, « L’épopée romaine », Actes du Xe Congrès de l’Association Guillaume-Budé (Toulouse 8- 1 (...)
  • 39 J. Morel, « Le Poème héroïque au XVIIe siècle », Actes du XeCongrès..., p. 252.
  • 40 Cf H. Cadrieu, En marge de la légende troyenne : Hector (1604) d’Antoine de Montchrestien (aspects (...)

13Énée doit mener à bien sa mission : pour qu’à Lavinium le sang latin s’unisse au sang troyen, Créuse doit mourir et l’amour d’Énée pour Didon est voué au sacrifice. Les déesses qui pèsent contradictoirement sur cet épisode, Junon déchaînant la tempête pour protéger Carthage, Vénus rendant la reine amoureuse pour protéger son fils, ne font que hâter le destin33. On a beaucoup parlé de la cruauté d’Énée envers Didon et (par omission) envers Créuse, féministes et anti-impérialistes relayant les âmes sensibles. Créuse et Didon sont des victimes féminines, sacrifiées sur l’autel de Rome34. Les morts des femmes peuvent être attribuées, au moins en partie, à la façon dont Énée part... Envers Créuse, le manque d’attention d’Enée est fatal. Envers Didon, il est aussi irresponsable et traître... Si Énée résume la pietas, Virgile suggère peut-être que la pietas ainsi entendue est un idéal vicié, qui ne semble pas demander de vertus humaines, ni de loyauté ou d’affection personnelle qui ne soit finalement soumise à ce qu’on pourrait appeler des buts politiques ou militaires. L’amour pour Anchise et Iule, tel que l’exprime la pietas envers eux, est compatible avec les buts politiques romains ; l’amour pour Créuse ou Didon ne l’est pas... La conduite d’Énée envers Didon et Créuse révèle que sa brutalité qui pourrait sembler stupéfiante, aux livres 10 et 12, n’est pas entièrement anormale35. C’est oublier que Didon est responsable de sa mort, entraînée au désastre par son propre désir pour Énée, auquel elle aurait pu résister plus fermement qu’elle ne le fait, car elle cède à un amour qu’elle sait pourtant à la fois interdit et impossible36, violant ses serments d’éternelle fidélité à Sichée. Énée n’est pas libre d’aimer qui il veut et quand Mercure lui rappelle l’ordre du destin, il voit qu’il a été infidèle à son père, à sa mission, à ses hommes, à Ascagne, et il se repent, tandis que l’amor de Didon, frustré, devient furor de haine et de malveillance37. En fait, la cruauté d’Énée ne se dirige pas seulement contre Didon mais contre lui-même. Son obéissance aux ordres divins et à sa mission historique est la transformation poétique d’une conception fondamentale toujours valable selon laquelle l’autonomie de l’individu s’arrête là où existent des engagements qui dépassent la personne ; c’est le conflit entre liberté et responsabilité. Énée devient le symbole du Romain qui se sacrifie en honorant des engagements qui le dépassent, il fait montre de ce qu’à Rome on désigne du nom de pietas. Avoir de la pietas, c’est se dévouer à ses parents, à ses enfants, aux enfants de ses enfants, à tout ce qui nous est proche, et en premier lieu à la res publica. En abandonnant Didon, Énée donne l’exemple le plus impressionnant du Romain se sacrifiant lui-même. Le destin de ce couple malheureux est le paradigme du conflit insoluble et toujours renaissant, non seulement entre humanitas et romanitas, mais encore entre politique et humanité... Pour la première fois dans l’espace antique, l’héroïsme se révèle comme un renoncement volontaire au bonheur de l’amour, motif qui ne cessera de retentir tout au long de la tragédie européenne38. Cette analyse de l’Énéide a été complétée pour la littérature du XVIe siècle et du XVIIe, épopée et tragédie. Le héros doit purifier ses passions, se former aux grandes vertus, car il doit être un modèle pour les princes futurs. Un syncrétisme moral inspiré de Platon et de Sénèque tout à la fois, et qui apparaît dès la Jérusalem délivrée, fait concevoir le poème épique comme le lieu où la raison et la volonté se rendent maîtresses des passions inférieures, victoire à laquelle répond, dans la cité, celle de l’ordre sur le désordre, de l’autorité sur l’anarchie... La tragédie évoque les malheurs où tombent les grands qui ont succombé aux passions, l’épopée le bonheur où ils accèdent, eux et la communauté dont ils ont la charge, en s’en rendant maîtres. Mais le projet de l’un et l’autre genre est identique39. Le thème troyen sert à une double démonstration : Énée triomphe de ses passions et trouve une sorte de bonheur dans le Latium, Didon n’en triomphe pas et se détruit, et sa ville avec elle. La tragédie naissante du XVIIe siècle a aussi montré les malheurs d’un prince vertueux, victime stoïque du destin : Hector repousse les prières des siens pour accomplir au combat un devoir qu’il sait vain40 ; que ce héros stoïcien soit Hector, dont le sacrifice prépare non l’impossible salut, mais la renaissance de Troie, n’est pas un hasard.

  • 41 Louis Herland, Horace ou Naissance de l’Homme, Paris 1952, p. 92-93.
  • 42 C. Chumside, plaquette de l’enr. Hypérion, 2009.

14Au XVIIe siècle enfin, le héros s’imprègne de christianisme. L’analyse d’Herland dépasse Horace : le héros offre son sacrifice à la gloire de l’homme, et par là à la gloire de Dieu son créateur, Dieu qui compte sur nous et dont il ne faut pas que l’attente soit déçue. C’est à cette exigence absolue de grandeur que <le héros> sacrifie ses plus chers attachements... Vocation de sacrifice, volonté tendue vers le dépouillement et la purification intérieure, et pourquoi ne pas le dire ? vers la sainteté... Aussi exigeant pour les autres que pour lui-même, parce qu’il les aime... L’intransigeance n’est que la forme supérieure de cet amour qui ne cherche pas à séduire mais à sauver41 . À Rome, l’oratorio le sentira : le librettiste anonyme de Davidis pugna et Victoria d’A. Scarlatti en 1700 fait dire au narrateur pour la mort de Goliath l’ultime vers de l’Enéide, Vitaque cum gemitu fugit indignata sub umbras. Citation connue du public cultivé de Rome, qui apprécia le parallèle entre Goliath et Turnus -deux guerriers assoiffés de sang- mais aussi, implicitement, l’identification de David à Énée, le chef triomphant, fidèle serviteur du destin et fondateur de la civilisation romaine42.

  • 43 L’Énéide, IV 195-218, montre larbas demandant vengeance à Jupiter. Métastase, mêlant Justin à Virgi (...)
  • 44 Voir « La liberté d’expression », n. 9. Didon et Énée ont inspiré Cavalli, Didone, Venise 1641, Pur (...)

15Ces éléments se mêlent aussi à l’opéra, pour les héros romains ou préromains et d’abord pour Énée, dont la conduite est systématiquement adoucie et justifiée. S’il a du mal à étouffer les voix de la tendresse pour se hausser à la sainteté, il s’efforce, tel Horace avec les siens, d’amener Didon à une contagion d’héroïsme qu’elle refuse. Il paie sa dette de reconnaissance en combattant larbas le Numide pour Carthage, chez Piccinni et Berlioz43. Il faut maintes instances des Troyens, maints appels des ombres et ordres des dieux pour qu’il quitte la reine, non sans déchirement. Dans Didone abbandonata de Métastase (1724)44, il décrit à Séléné et Osmida, sœur et ministre de Didon, les reproches de l’ombre d’Anchise, Ingrato figlio, Quest’è d’Italia il regno, Che acquistar ti commise Apollo ed io ? L’Asia infelice aspetta Che in un altro terreno, Opra del tuo valor, Troia rinasca. Tu’l promettesti ; io nel momento estremo Del viver mio la tua promessa intesi... Sorgi : de’legni tuoi Tronca il canapé reo, scogli le sarte (1 1). A la reine, il redit Di Giove il cenno, L’ombra del genitor, la patria, il cielo, La promessa, il dover, l’onor, la fama, Aile sponde d’Italia oggi mi chiama, La mia lunga dimora Pur troppo degli Dei masse lo sdegno... Ne partirei giammai Se per voler de’Numi io non dovessi Consacrar il mio affanno All’Impero Latino (I 17). Dans l’adaptation de Marmontel pour Piccinni, les appels au devoir se multiplient : quand Didon offre au héros qui va affronter larbe son trône et sa main, les Troyens à voix basse protestent, Des Dieux accomplis la promesse, Tu sais quel destin nous attend, Ton fils réclame ta tendresse. Ne vois que lui en cet instant (II 5). Après le combat -narre Énée à la reine incrédule-, Du haut des deux Mercure est descendu lui-même Et m’a dicté la loi suprême Que me prescrivait Jupiter (III 3). Enfin, quand Énée hésite devant le désespoir furieux de Didon, l’ombre d’Anchise paraît, laconique et impérieuse, Le ciel commande, Obéissez -Énée : Hélas ! au désespoir je réduis une reine De qui la bonté souveraine A sauvé d’ilium les débris dispersés -L’Ombre : Le ciel commande, Obéissez (III 4).

  • 45 Piccinni, Didon, III 3 (cf Enéide IV 379-387 et 607-629), et Berlioz, Les Troyens, V.
  • 46 Berlioz, Mémoires, ch. 37.

16Énée sacrifie Didon, moins à son ambition et à sa propre gloire qu’à l’avenir de son fils et des compagnons qui se sont liés à lui dans la nuit fatale où Ilion est tombée et à l’ordre répété du destin. Didon refuse de comprendre, ou de croire à ces ordres, ironisant chez Métastase Veramente non hanno allra cura gli Dei, che’l tuo destino. À la douleur résignée d’Énée, elle oppose la malédiction, Va chercher l’Italie, errant au gré de l’onde, Il saura me venger, ce perfide élément... Fuis, Mais tremble, cruel ! mon ombre te suivra... Je te livre en mourant une éternelle guerre, Et ma fureur me survivra. Puissent renaître de ma cendre Des vengeurs altérés du sang de tes neveux45. La Didon de Métastase feint d’épouser larba et veut forcer Énée à assister au mariage, mais ne peut s’exécuter et meurt victime de la vengeance du Numide dans Carthage incendiée. Celle de Cavalli épouse larba après avoir voulu mourir. À ces fluctuations on connaît qu’Énée est le vrai héros, malgré la sympathie qu’inspire Didon et la splendeur de ses rôles à l’opéra. On ne résiste pas au plaisir de citer l’hommage d’un Napoléon Bonaparte de quinze ans à la Saint-Huberty, qui triomphait en 1784 dans la Didon de Piccinni, Romains, qui vous vantez d’une illustre origine. Voyez d’où dépendait votre empire naissant ! Didon n’a pas d’attrait assez puissant Pour retarder la fuite où son amant s’obstine, Mais si l’autre Didon, ornement de ces lieux, Eût été reine de Carthage, Il eût pour la servir abandonné ses dieux, Et votre beau pays serait encor sauvage. Pour le héros, l’important n’est pas de vivre ou de mourir, d’être ou non heureux, mais de ne pas déchoir, de ne pas se déshonorer en trahissant son devoir, et le devoir d’Énée est de ne pas rendre vain en désertant le sacrifice de Troie. Berlioz jeune détestait Énée, et pas seulement à cause de Didon : Je pleurais ce pauvre Turnus à qui le cagot Énée était venu enlever ses États, sa maîtresse et la vie ; je pleurais sur la belle et touchante Lavinie, obligée d’épouser le brigand étranger couvert du sang de son amant 46. Mais quand il écrit Les Troyens, il a visiblement compris la mission du héros.

17Didon, en s’abandonnant à sa passion, trahit ses devoirs. Elle trahit son serment d’éternelle fidélité à son époux Sichée, dont l’ombre la maudit chez Cavalli, A sozzure si enormi, Precipita, e ruina II titolo di moglie e di Regina ? Prendi lo specchio, e guarda Di te stessa l’imago, E trema di spavento Al simulacro orrendo Della tua colpe infama (III 7). Métastase, qui sera plus tard un moraliste rigide, passe ici plus vite : larba rappelle à Didon qu’il a admis ses refus perché giurasti allora Che al cener di Sicheo fede serbavi, mais qu’il ne tolère pas son nouvel amour ; Didon s’abrite derrière sa souveraineté pour se justifier, Quando a larba negai, D’esser fida allo sposo allor pensai, Enea place al mio cor, giova al mio trono, E mio sposo sarà... Son Regina e sono amante, E l’impero io sola voglio Del mio soglio e del mio cor (I 5). Mais elle apparaît comme une reine capricieuse, guidée par ses passions. Chez Piccinni, l’ombre de Sichée l’obsède, Tu sais dans le sommeil quel vengeur me poursuit, Et que du sein des morts mon époux me rappelle Le serment que j’ai fait de lui rester fidèle, Ma sœur, je l’ai vu cette nuit... Parjure, m’a-t-il dit, tu me manques de foi, Suis l’amour qui t’égare, il ne tardera guère À me venger de toi (I I) ; c’est sous prétexte d’apaiser les mânes de Sichée (Ô toi qui me condamnes, Ombre de mon époux, cesse de murmurer) qu’elle organise son bûcher funèbre. Chez Berlioz, elle rêve d’amour dès avant l’arrivée des Troyens et sa sœur la pousse dans l’intérêt de Carthage à oublier son serment, Toute ardeur nouvelle Est interdite à mon cœur sans retour – Vous aimerez, ma sœur, Carthage veut un roi -Sa voix fait naître dans mon sein La dangereuse ivresse... Sichée, ô mon époux, pardonne À ces instants d’involontaire erreur, Et que ton souvenir chasse loin de mon cœur Ce trouble qui l’étonne. Mais ce souvenir ne reviendra pas.

  • 47 Berlioz, au lieu de l’apothéose romaine, avait d’abord prévu une prédiction de l’empire français en (...)
  • 48 Voir É. Gillon, « Les lois des Troyens », Droit et opéra, Paris-Poitiers 2008, p. 179-196.
  • 49 Cavalli l’a fait aussi, mais en mariant Didon à larbas, il a affadi la fin et oublié le destin des (...)
  • 50 David Caims, « Histoire et caractère de l’œuvre », plaquette de l’enr. 1969 (dir. C. Davis).

18Plus grave encore est la trahison par Didon de son devoir d’État. Fondatrice d’une cité, protectrice d’un peuple, elle oublie ses devoirs, sauf chez Cavalli. Métastase est ici le plus sombre : après le départ d’Énée, larba se venge d’un dernier refus de Didon en détruisant la ville, S’accrescano le flamme, in un momento Si distrugga Cartago e non vi resta Orma d’abitator che la calpesti... Cadràfra poco in cenere II tuo nascente impero E ignota al passaggiero Cartagine sarà ; malgré les prières de Séléné et d’Osmida, Didon ne pense qu’à maudire Énée et les dieux et à mourir dans le néant, Si mora, e l’infedele Enea Abbia nel mio destino Un’augurio funesto al suo cammino, Precipiti Cartago, Arda la reggia, e sia Il cenere di lei la tomba mia. Pas une pensée pour ses sujets. Dans la cantate de Rossini (en partie sur les vers de Métastase), le chœur la supplie en vain de céder pour le salut commun, Cedi, Didone, a larba, Da te cerchiam aita, La tua, la nostra vita Cosi potrai salvar – Ch’io céda a un tiranno ? In van voi lo sperate, Da me tutti imparate Corne si fa a morir -Di te, di noi, pietade, O che dovrem périr -Enea, I ’ingrato, abbia nel mio destino Un augurio funesto al suo cammino, Precipiti Cartago, Arde la reggia e sia Il cenere di lei la tomba mia. Piccinni et Berlioz, faisant tuer larbas par Énée, évitent cette ruine. Mais dans les deux cas, la reine, en se tuant, abandonne sa ville, qui pourtant ne lui en veut pas et ne pense qu’à la venger, expliquant à l’avance la haine future entre Rome et Carthage. Chez Piccinni, les Carthaginois proclament Chère ombre, reçois nos serments, Oui, quelque bord qui vous recèle, Troyens, nous irons vous chercher, À cette race criminelle, Jusqu’aux enfers, guerre éternelle ! Nous la jurons sur ce bûcher. Chez Berlioz, le peuple de Carthage lance son imprécation, premier cri de guerre punique : Haine éternelle à la race d’Énée ! Qu’une guerre acharnée Précipite à jamais nos fils contre ses fils ! Que par nos vaisseaux assaillis Leurs vaisseaux dans la mer profonde Périssent abîmés ! En même temps, Didon salue son vengeur en Hannibal, puis découvre la vérité dans une dernière vision, Des destins ennemis implacable fureur... Carthage périra ! L’avenir se révèle : On voit dans une gloire lointaine le Capitole Romain au fronton duquel brille ce mot ROMA. Devant le Capitole défilent des légions et un empereur entouré d’une cour de poètes et d’artistes. Pendant cette apothéose, invisible aux Carthaginois, on entend au loin la marche troyenne transmise aux Romains par la tradition et devenue leur chant de triomphe47. Le dernier mot de Didon est Rome... Rome, immortelle ! Berlioz est le musicien qui a le mieux compris Virgile et le mythe48, en traitant la fin de Troie et l’épisode carthaginois49, qui sont complémentaires. Le contraste entre les scènes troyennes et les épisodes qui se passent à Carthage se manifeste sur le plan des sonorités. Mais l’unité est réalisée par la continuité du thème dramatique et par l’utilisation des mêmes motifs rythmiques et mélodiques. Berlioz ne nous laisse jamais oublier l’idée principale : la majestueuse destinée d’une nation, qui s’accomplit inexorablement, par-delà les tragédies personnelles de Cassandre et de Didon. Le destin est le sujet des Troyens. Le destin, mais aussi les souffrances des humains qui le subissent fièrement sans récriminer 50.

  • 51 Liv. Ulloa, d’ap. Ovide, Métamorphoses XIV 372 s.

19L’opéra n’a pas négligé les aspects italiens du mythe, moins connus. En 1656 à Madrid, Juan Hidalgo écrit Pico y Canente : les grands-parents de Latinus sont séparés par la jalousie de Circé et l’héroïne en larmes se dissout littéralement dans l’air après la mort du prince de Laurente51. En France, le sujet est traité par Colasse en 1700 et repris par Dauvergne en 1760, sur le livret de Houdar de la Motte. L’essentiel est consacré aux efforts de Circé et du Tibre, épris de Picus et de Canente, pour séparer les amants, efforts que rend vains l’intervention de l’Amour. Mais à l’acte I, où Picus devient le premier roi d’Italie, son père Saturne descend du ciel lui annoncer l’avenir : Ce peuple doit des dieux épuiser les bienfaits, Sa gloire doit aller encore Au-delà des vœux que tu fais. Un chœur de guerriers prédit cette grandeur future, C’est à la victoire De guider nos pas... Que toute la terre Subisse nos lois. Le ciel nous seconde, Un destin heureux Promet à nos vœux L’empire du monde (I 2). De façon elliptique, la gloire future de Rome est annoncée : un public nourri de culture antique ne s’y trompait pas. Mais l’intérêt politique est mince et ni Picus ni Canente n’ont à agir pour que cet avenir se réalise.

  • 52 Enea in Italia, .1. Melani, Pise 1670. Draghi, Vienne 1678. I trionfî del falo (Enea in Ilalia), St (...)
  • 53 Colasse, Énée et Lavinie, Paris 7.11.1690.
  • 54 Enea nel Lazio, F. Moretti, Saint-Pétersbourg 1799.
  • 55 Il Trionfo di Camilla, regina dei Volsci, liv. Stampiglia, cf n. 5. Camille épouse un fils de Latin (...)

20En revanche, pour que naisse Rome, il faut que Turnus perde vie et fiancée et que Lavinie, bon gré mal gré, épouse Énée. Les nombreux opéras sur ce sujet52 sont oubliés et on ne sait guère comment ils traitaient le conflit entre amour et devoir. Fontenelle53 fait Lavinie éprise d’Énée, prête à le préférer à Turnus comme le permet l’oracle de Janus, mais l’ombre de Didon trouble l’idylle ; poussée par sa mère, Lavinie déçue choisit Turnus par dépit, et les interventions divines seules font triompher l’amour et la paix. Chez Sarti54, Latino, sur la foi d’un oracle mal compris lui ordonnant de marier sa fille à un étranger, a promis Lavinia au Rutule Tumo qu’elle n’aime pas, et à l’arrivée des Troyens Enea et Lavinia se sont épris l’un de l’autre. Turno attaque Enea, mais, vaincu, sollicite une trêve. Lavinia supplie son père de l’autoriser à épouser Enea. Latino tergiverse, refusant de manquer à sa parole, même s’il comprend qu’Enea est l’étranger de l’oracle. Turno rompt la trêve et provoque Enea en combat singulier. Armé par Vénus, Enea triomphe et tue Turno. Les deux amants sont unis. L’opéra, de façon significative, s’ouvrait sur un chœur des soldats troyens, Sempre d’allori il crine Cinga l’eroe guerriero, Fondi il novello impero Che conquistar si può. Mais d’autres opéras oubliés prennent Virgile à contre-pied, mariant Lavinie à Turnus55.

  • 56 Sarti, Enea nel Lazio, I 7 et 8, et II 8.
  • 57 Fux, lulo Ascanio. re d’Alba 1708. Mozart, Ascanio in Alba, Parini, Milan 17.10.1771, pour les noce (...)

21La cité romaine résulte d’une série de fusions, antérieures à la fondation même de Rome. D’abord celle des Troyens et des Latins par les noces d’Énée et Lavinie : Ella è l’astro felice Che risplende al mio disegno Per fonder nell’Italia un nuovo regno, soupire Énée, et Lavinia complète II suo venir predisse Già da gran tempo il cielo, e nel vederlo II mio cor m’annuziò che meco a parte del mio letto sarebbe e del mio trono ; quand la mort de Turnus permet leur mariage, le chœur réclame la bénédiction céleste, La coppia amabile Difenda il ciel E ascolti i voti Che a lui devoti Solleva un popolo Ognor fedel56. Ascagne, fils d’Enée et fondateur d’Albe, épousera Emilia, fille d’un roi ennemi vaincu, ou Silvia, descendante d’Hercule, E la stirpe d’Enea occupi il mondo !... La tua stirpe propaghasi eterna, che felici saranno l’età, chante à Vénus le chœur final d’Ascanio in Alba57. Le sacrifice n’est qu’une épreuve. Sous les auspices de Vénus, Ascagne va épouser Silvia, modèle de vertu, déjà éprise de lui car l’Amour le lui a montré en songe. Mais Silvia ignore si celui qu’elle aime est bien son fiancé et quand elle le rencontre, il tait son identité, d’ordre de Vénus. Le sage Aceste qui veille sur elle la rassure, les dieux n’ont pu tendre un piège cruel : tout s’arrange après que Silvia ait longuement soupiré sur son cas de conscience, résolue à faire son devoir et à oublier s’il le faut le trop charmant inconnu. Vénus a voulu montrer à Ascagne la vertu parfaite de sa fiancée...

  • 58 D. Porte, Roma Diva, Paris 1987, p. 57.
  • 59 Nous devons avant tout songer à la Justice. Avec elle la force des armes peut tout espérer. Sans el (...)
  • 60 Rossini, Aureliano in Palmira, Romani, Sc. 26.12 1813, II 1 I.

22Parce que Rome est née de la volonté des dieux, le Romain se doit tout à Rome : à l’aube de Rome, sont jetés les fondements du caractère romain qui persistera, inchangé, jusqu’au déclin de Rome. Et d’abord l’obéissance aux dieux, dont Énée a donné un remarquable exemple. Mais si Polybe faisait de l’obéissance aux dieux la force principale de Rome, une autre force conjointe, tout aussi impérieuse, régnait dans l’âme romaine : la croyance en une divinité absolue : la Cité... Tout individu porte en lui la communauté tout entière58. La mission du Romain : celle de Rome définie par Virgile, gouverner par l’imperium, la justice59 et le droit qui en découlent et qu’il faudra défendre, à Rome dans les affaires intérieures, dans les conquêtes face aux sujets. Nume non v’ha contro il destin romano, rappelle Publia à Zénobie60

À Rome

  • 61 IM confederazione dei Sabini con Roma, an., Lucques 1765.
  • 62 G. Puccini, Ixi confederazione dei Sabini con Roma, an., Lucques 1765. Ces deux « journées » ont ét (...)
  • 63 Florian, Numa Pompilius, Paris 1786. L’influence de Fénelon y est manifeste (Cérès d’ailleurs dit e (...)
  • 64 Hersilie était l’épouse, non la fille, de Romulus.
  • 65 Paër, Numa Pompilio, an., Paris 1808 (même sujet, Sousa Carvalho, Numa, an., Lisbonne 24.6.1789). B (...)

23Rome, dès Romulus, est l’Urbs geminata des Troyano-Romains et des Sabins. Pour les élections lucquoises de 1765, Boccherini fait chanter à Romulus les futurs triomphes de Rome plus que la fusion des peuples, Un sacro nodo Delle donne Sabine e de’Romani Potrà le destre unir... Sulla sicura sponda Roma il pié riposera, E pel sentier dei venti Cosi superba il volo Dall’uno all’altro polo L’aquila stenderà61 ! Mais le premier Giacomo Puccini (trisaïeul de l’auteur de Tosca) insiste sur cette union, chantée par deux Sabines, Sia pur Roma, il Tebro sia Di due popoli signor62. Une fusion encore mal stabilisée sous Numa dans les livrets inspirés de Florian63. Prince sabin orphelin dès sa naissance par la faute de Romulus, envoyé à Rome d’ordre de Cérès par son mentor Tullus, Numa découvre Romulus le tyran et sa digne fille Hersilie64 et rencontre les Sabins, représentants du Bien avec le roi Tatius le juste et sa douce fille Tatia. Il croit détester Rome, Esule, errando, andai Richiamando ma sempre nel pensiero II furor d’un popolo nemico, Il malvaggio attentato e l’odio antico, mais ne peut s’empêcher d’être fasciné par elle, Ha Roma un certo Incognito poter, che mi disarma, La debolezza mia lo stesso non comprendo ! Mi governa un destin che non intendo. Il s’éprend d’Hersilie, obtient sa main, découvre sa cruauté et prend peur, favellar non oso, Non trovo più riposo, Più me non trovo in me. Romulus ayant fait assassiner Tatius, Numa épouse Tatia, empoisonnée par Hersilie pendant la noce. Numa s’exile, rencontre Anaïs et son père (Zoroastre, réfugié d’Orient en Italie !), apprend la mort de Romulus et sa propre élection qu’Anaïs et l’ombre de Tatius l’obligent à accepter. Il bat une coalition menée par Hersilie (qui se suicide) et gouverne sur les conseils d’Anaïs, devenue Égérie ; leur mariage est secret, pour éviter des conflits religieux. La sagesse de Numa affermit l’unité par la clémence (La clemenza è assisa in trono E punisce col perdono La confusa infedeltà) et par l’établissement de lois : le peuple proclame Viva il legislatore65. Malgré les confusions, la cité est raffermie. Les obligations des Romains sont claires.

  • 66 Valère Maxime, II 7.
  • 67 Mercadante, Orazi e Curiazi, Cammarano, SC 10.1 1.1846, III 2. Sur Horace, Auletta, L’Orazio, Naple (...)
  • 68 Verdi, Attila, Solera et Piave, Fen. 17.3.1846.

24Autant et plus qu’elle ne protège ses fils, la cité doit être protégée contre l’ennemi intérieur ou extérieur par la discipline dont Valère Maxime faisait son égide et qui permet de faire régner justice et droit, sous sa garde repose dans un calme profond l’état de paix heureuse dont nous jouissons66. Jamais le citoyen ne peut laisser la cité déchoir. Aux premiers temps de Rome, le vieil Horace se scandalise de la fuite de son fils, qui aurait dû se battre sans espoir pour garder à la cité un instant de liberté : Oh di mia stirpe Obbrobrio eterno ! Un figlio mio fuggire ! -Sol, contro tre, che far dovea ? -Morire. Oh ! se morendo, s’ei prolungato Avesse almeno il gran cimento, L’aspro servaggio almen tardato Di Roma avrebbe qualche momento ! Sul padre antico, e sui Romani Di quel codardo l’onta piombò ! Ma tanta infamia. con queste mani Nel sangue indegno io lavera67. Au soir de l’empire, Aétius s’afflige du destin de Rome et jure d’y remédier, même s’il ne s’agit que d’un sursis, Dagli immortali vertici Belli di gloria, un giorno, L’ombre degli avi sorgano, Solo un istante intorno ! Di là vittrice l’aquila Per l’orbe il vol spiegò... Roma nel vil cadavere Chi ravvisare or può ?... È gettata la mia sorte, Pronto sono ad ogni guerra, S’io cadro, cadro da forte, E il mio nome resterà. Non vedro l’amata terra Svenir lenta e farsi a brano. Sopra l’ultimo Romano, Tutta Italia piangerà68.

  • 69 Métastase, Attilio Regolo, sc. finale.

25Mission a été donnée aux ancêtres. Elle est redite à Rome face à ses premiers rivaux. L’alto genio di Roma nascente vedo errante su questo e quel colle, prophétise le prêtre au début des Orazii de Cimarosa. Que cet astre naissant, pour le compositeur, soit Bonaparte explique, à Venise en 1796, un fiasco que la musique ne méritait pas (l’année suivante à Reggio nell’Emilia, Cimarosa pourra exprimer librement dans Attilio Regolo le républicanisme qui lui valut la sympathie de Stendhal). En 1846 à Naples, sur le même sujet, Mercadante confie la revendication de l’empire aux femmes de Rome : La spada formidabile Impugna or tu, Quirino, Delia città romulea Tu veglia il gran destino, L’impero della terra II Ciel ne presagi (1 1). Les héros de la République, tel Régulus, revendiquent la qualité d’Énéade, fondement de l’espoir dans les moments tragiques, Il mondo intero Roman diventerà, Dee protettrici Délia stirpe d’Enea, confido a voi Questo popolo d’Eroi69. Rome est conquérante par la volonté et la protection des dieux.

  • 70 D. Porte, Roma Diva, p. 58.
  • 71 Mercadante, Orazi..., III 2.

26Donner sa vie pour la patrie : cet idéal antique est devenu au fil des siècles un lieu commun. Rome en faisait, plus qu’un idéal d’utopie, une application constante... Cette « dévotion »-le mot dans sa force initiale est romain- aveugle et enthousiaste de l’individu à la collectivité dont il a conscience de tenir les destinées à bout de bras, procédait d’un véritable fanatisme patriotique, mais aussi d’une conception générale à Rome, d’essence religieuse70. Pour sauver Rome, nul sacrifice n’est trop grand. On retrouve les valeurs d’héroïsme et de sacrifice de la préhistoire troyenne. Les héros morts peuvent être pleurés, mais doivent surtout inspirer la fierté, comme chez le vieil Horace, Queste lagrime Onta non sono al ciglio... Non deve a Roma asconderle Romano genitor. Non è mia sola gloria Vittorioso un figlio, Di quei che spenti caddero Superbo vado ancor71 !

  • 72 Capotorti, Marco Curzio, Schmidt, Naples 15.3.1813. Halévy a compose un Marco Curzio en 1822, en It (...)
  • 73 Un air de Marco Attilio Regolo d’A. Scarlatti (avec fin heureuse) a été enregistré. Il n’est pas ch (...)
  • 74 Attilio Regolo, Hasse, Dresde 1750, Jommelli, Rome 1751 et Londres 1753, etc.
  • 75 Métastase, Attilio Regolo, Il I, Il 4, III sc. fin., I 7.
  • 76 Cimarosa, Gli Orazii.., I 5. Saint-Saëns, Les Barbares, Sardou et Gheusi, Paris 23.10.1901.

27Le Romain s’offre à la mort d’un cœur joyeux : Roma ! È dovere amarla... Il vedi, in lei Noi, figli, amiam la madré... E la madre amorosa, s’exclame Curtius, qui interdit de pleurer sur son sacrifice : Roma è salva, e si piange ? Può cotanto vil debolezza in voi ? Cessi quel pianto !... Addio. Ma voi piangete ? Deh ! Non fate che il pianto A troppa debolezza a voi s’ascriva ! Il mio fato si compia, e Roma viva72. Si les opéras sur Régulus sont inaccessibles73, le livret de Métastase74 souligne cet héroïsme : Colpa sarebbe, explique Régulus, Della patria col danno Ricuperar la libertà smarrita, Ond’è mio mal la libertà, la vita, Virtù col proprio sangue E délia patria assicurar la sorte, Ond’è mio ben la servitù, la morte... La patria è un tutto, Di cui siam parti, Al cittadin è fallo Considerar se stesso Separato da lei, L’utile o il danno Ch’ei conoscer dee solo, è cio che giova O nuoce alla sua patria, a cui di tutto è debitor. Il repousse les efforts de ses enfants, du consul Manlius (son ennemi transformé en ami par l’admiration) et du peuple romain pour le soustraire à son sort, Non è Romano Chi una viltà consiglia, se glorifiant de ses chaînes et de sa mort prochaine pour le salut de Rome, Queste mi fanno De’posteri l’esempio, Il rossor de’nemici, Lo splendor della patria, e più non sono, Se di queste mi privo, Che uno schiavo spergiuro e fuggitivo. Se giammai minaccia al Campidoglio Alcun astro maligno influssi rei, Ecco Regolo, o Dei, Regolo solo Sia la vittima vostra, e si consumi Tutta l’ira del ciel sul capo mio, Ma Roma illesa... Ah, qui si piange ! Addio. D’emblée il l’a affirmé, son retour à Carthage, donc sa mort, est nécessaire au redressement de Rome, Vendicatemi, o Padri, io fui Romano, Armatevi, correte A svellar da’lor templi L’aquile prigioniere... Fate che tornando Legga il terror dell’ire vostre in fronte A’carnefici miei, che lieto or mora Nell’osservar fra miei respiri estremi Corne al nome di Roma Africa tremi75. Le jeune Horace, aspirant à être le champion de Rome, est prêt à mourir pour elle, Fate, pietosi Numi, Che possa in campo E in si bel giorno anch’io Per la Patria versar II sangue mio. Captif des Cimbres, le consul Scaurus refuse toute grâce et lance à son vainqueur Voyons qui de nous deux saura le mieux, Germain, Toi me frapper en vrai barbare, Et moi mourir en vrai Romain 76.

  • 77 Fuss, Romulus und Remus, Treitschke, Pest 9.9.1816, Berck, Romulus und Remus, Brême 1829. Sur Romul (...)
  • 78 Mercadante, Orazi..., I 2.
  • 79 Mercadante, Orazi..., Il 2. Cimarosa, Gli Orazii..., I 9.
  • 80 Cf.!.. Herland, Horace ou naissance de l’homme.

28Mais le Romain doit être aussi prêt, pour Rome, à sacrifier les autres, comme Énée a quitté Didon, comme Romulus a immolé Rémus77. Pour que survive Rome, Horace doit sacrifier toutes ses affections, lo v’offro, o Dei, Olocausto maggior, gli affetti miei. Di fratello, di figlio, di sposo Ho gli affetti scolpiti nel core, Ma più grande, ma più generoso Délia patria m’avvampa l’amore. Quando a Roma sovrasta un periglio, Quando appieno secura non è, Di fratello, di sposo, di figlio Ogni ajfetto ammutisce per me78. Il doit tuer ses beaux-frères et surtout celui qui était son ami préféré : l’affetto antico Ricopra un vel d’obblio, O te svenar degg’io, O me svenar dei tu ! Di Roma sei nemico, Non ti conosco più, proclame l’Orazio de Mercadante, et celui de Cimarosa affirme Tu sei Albano, lo più non ti conosco79. Il doit passer outre à la douleur de sa femme, frapper sa sœur dont les imprécations appellent le malheur sur la ville. Corneille peignait déjà tous les conflits possibles, le vieil Horace songeant à tuer son fils et ratifiant le meurtre de sa fille. Camille seule refuse de comprendre, telle Didon, et le tragique devoir d’Horace est de tuer Curiace et d’effacer la trahison de sa sœur. L’opéra de Cimarosa affadit quelque peu la tragédie, mais conserve ce nœud : Numi, se giusti siete, Vendicatemi voi ! Fate che Roma Paghi per gli empi cittadini suoi, Piombi su di lei l’ira vostra, Fulminate e l’are e i templi ! E non ritrovi mai nei precipizi suoi Quella pietà che non concesse altrui, clame Orazia, aussitôt frappée : Ma pria tu pagherai, Empia, col sen trafitto, La pena ben dovuta Al tuo delitto. Si Horace montre un remords, le peuple a bien compris, L’infelice amò Più se stessa Che di Roma II vantaggio, l’onor. Chez Mercadante aussi, Camille maudit Rome, Ah ! su lei tremendo foco Piova l’ira onnipossente ! Tal che tutta sia tra poco Del mio ben il rogo ardente ! Sopravivere al suo fato Un istante a me sia dato, Contemplarne le ruine ! E di giubilo morir ! Son frère la tue, mais le vieil Horace avait tiré son glaive en clamant Scellerata ! Oh mio furor ! et le peuple voulait chasser l’ennemie de la cité, Vanne, fuggi, e Roma intera Più non debba inorridir. Camille expirante comprend sa faute, A te perdono, Orazio... Roma, perdoni a me. Horace a des remords, Un gel di morte scorrere Mi sento in mezzo al core ! Ahi ! Tanto dunque, o Roma, Costar dovevi a me ! Mais le chœur redit la culpabilité de Camille, que seule la mort a rachetée, Fu col tuo sangue, o misera, Deterso appien l’errore, Già perdonà la patria, Eterna pace a te ! Ni Sografi et Cimarosa, ni Cammarano et Mercadante n’ont certainement compris la vraie tragédie du jeune Horace (devinée chez Corneille par le roi seul80) et le long procès de l’acte V cornélien était de toute façon impossible à mettre en musique, mais en 1796 comme en 1846, chacun donnait assurément tort à Camille et admettait son châtiment (ce que confirme son repentir, ajouté par Cammarano).

  • 81 Nicolini, I Manlii, Sc. 1802. Sur le même sujet (avec parfois un lieto fine), Tito Manlio, voir « L (...)
  • 82 C’est presque la formule de la constitution Digna vox (C 1, 14, 4, Théodose II, 429) dite lex digna (...)
  • 83 Biber, Chi la dura la vince, ovver Arminio, Raffaelini, Salzbourg 1691/2 (?).
  • 84 Pavesi, Le Danaidi romane, Sografi (d’ap. Tite-Live VIII 18), Fen. 1816 (l’aveu des vraies coupable (...)

29Pour que restent intactes et triomphantes la loi et la discipline de Rome, chacun, innocent ou coupable, finit par accepter le sacrifice le plus pénible. Manlius Torquatus surmonte sa douleur de père pour condamner son fils, qui a combattu et vaincu malgré ses ordres, Adempiti alfin siete Di cittadin, di console e guerriero Sacro dover all’universo infaccia. Or vieni, ofiglio, alle paterne braccia. Addio, In questo estremo amplesso Ricevi o figlio amato, D’un padre desolato L’aima, gli affetti, il cor, Lo sai Se ognor t’amai. S’io t’amo, e ti condanno, Deh non chiamar tiranno, Ma giusto il genitor, Manlius le jeune souscrit à sa propre condamnation, Se il mio triste esempio Util tu credi aile Romane squadre, Lieto io pur son di tal sentenza, o padre81. Cette noble sévérité persiste sous l’empire : informé de l’indigne conduite de Caligula, Germanicus s’apprête à sévir, Anche quel che governa Aile leggi è soggetto82, Io di padre l’affetto Corne consol depone, E sia punito Calligola s’è reo. Caligula accepte cette sévérité, Padre, giusto tu sei, Mertan pena maggiore ifalli miei83. Pères, maris, fiancés se résignent à frapper fille ou femme coupable : Ti prometto e giuro Che intrepido Roman, sposo, consorte... Torcerd lo guardo, e segnerô la morte, jure le consul Valerius à Fabius dont la fille, sa fiancée, est accusée (à tort) d’empoisonnement. À Pompéi (où on est évidemment entre citoyens romains), le magistrat Sallustio se force à faire enterrer vive son épouse Ottavia, faussement accusée d’adultère et de détournement de mineur, Il suo destino io vado A pronunciar, Vedrà la patria, il mondo, Come in mezzo al dolor che lo tormenta, Sempre Sallustio il suo dover rammenta. Dans les affaires de Vestales séduites, pères et confidents rappellent au respect des lois : lo custodisco, Non distruggo le leggi, proclame le consul Licinio, et Publio rappelle à Decio Deve a Roma un cor Romano Immolar qualunque affetto ; Sempronio, père d’Emilia, affirme Mi troverà Romano, Non sentirò pietà. Même les Vestales coupables admettent de se sacrifier : O paternelles lois ! Puisqu’un crime et les dieux ont voulu que je sois, Vivante, la Défaite, et morte, la Victoire, J’accepte comme un don cette heure expiatoire84.

  • 85 Les opéras les concernant sont jusqu’ici inaccessibles. Sur Camille, Eurio Camillo, Perti 1692, Pac (...)
  • 86 Hasse, Lucio Papirio dittatore 1742.
  • 87 D. Puccini, Il trionfo di Quinto Fabio, Prunetti, Bologne 9.1 1.1811. Sur le même sujet, sur ou d’a (...)

30Même si la cité condamne à tort, le Romain doit obéir et renoncer à toute vengeance, tel Camille ou Coriolan85. Rome peut et en principe doit sacrifier à la discipline les traîtres ou les vrais criminels, mais aussi ceux qui sont coupables d’avoir agi pour son bien en désobéissant. Parfois néanmoins l’opéra remédie à cet excès de rigueur : le dictateur Papirius condamne son maître de cavalerie Q. Fabius qui a livré malgré ses ordres un combat victorieux ; il oppose aux prières l’offense à la patrie et à son honneur, Dell’onor mio rammenti, Pensa alla patria off’esa86 ; sa fille Emilia, fiancée de Fabius, proteste contre cette « tyrannie », Il dittator tiranno Non sente, o Dio, pietà87 ; Fabius sera sauvé par la prouocatio ad populum. À ce sauvetage rapporté par Tite-Live (VIII 30-35), l’opéra ajoute parfois malgré l’Histoire celui de Manlius, de bien subversive façon : le Manlius de Nicoiini repousse avec indignation le secours de ses troupes révoltées et Torquatus approuve, Manlio è figlio di Roma, io son contento. Chez Vivaldi, le dénouement est tout autre et bien peu romain : Tito Manlio rejette un premier ultimatum des légions, Chi da legge a Roma ? Chi è console ? Chi regge ? Son io, son io. Del Romano popolo in quest’ora Padre e giudice sono, e ilfiglio mora, son fils s’oppose à toute révolte, mais le centurion Decio, à la tête des mutins, proclame Nostro è Manlio guerrier, non più di Roma... Non si dee, gran Tito, a chi merta l’allor, la scure infame, et Tito cède, è il voler delle squadre legge alla legge, in mano Chi tiene Roma, impero ha sul Romano.

  • 88 Legrenzi, Germanico sut Reno, Conradi, janvier 1676, introduzione.
  • 89 Haendel, Germanico, an., cp Venise v. 1706, découvert en 2007 à Florence. Voir O. Tenerani, « Hande (...)
  • 90 Donizetti, Poliuto, Cammarano, SC 30.11.1848, Fausta, Gilardoni et cp, SC 12.1.1832 (le fait que le (...)

31Sévère, Rome sait aussi récompenser ceux qui l’ont bien servie. L’opéra présente volontiers des triomphes, qui permettent de déployer des mises en scène fastueuses et de saluer les vainqueurs du moment : Il valor d’eroe latino Scriva Roma in bronzi e in carmi, ordonne la Gloire88. Dans le Germanico de Haendel, où Germanicus voit en rêve la future nouvelle Rome du saint empire, ses prophéties de victoire concernent évidemment la guerre de succession d’Espagne, qui vers 1706 favorise les Habsbourg89, Porterà il trono suo nel sud germano L’alto Impero Romano... Veder mi parve, maestoso in viso, Il gran Romano Impero Del Danubio guerriero Presso le sponde in alto soglio assiso... Si vedrà tornar nel monda L’età d’oro in quella età. Mais l’accueil de Tibère pourrait servir à d’autres triomphes, Germanico, la gloria Di si nobil vittoria a te sol resti, lo t’imposi il pugnar, ma tu vincesti... Sieno in ordine appese E Parmi e le bandiere, Le tue felici imprese Ciascun potrà vedere In queste eccelse mura, Nella présente e nell’età futura. La Vestale de Spontini, à Paris en 1807, célèbre Napoléon derrière Licinius, Le trépas ou l’esclavage Allait être le partage Des enfants de Romulus, Licinius de l’aigle altière Ranime l’audace première, Et nos ennemis sont vaincus (mais pourquoi ce Licinius imaginaire est-il vainqueur des Gaulois ? D’autres peuples auraient mieux convenu à une œuvre patriotique), Mars a guidé nos pas aux champs de la victoire, Nos étendards sont triomphants, Les Romains sont encor les enfants de la gloire, L’honneur des nations et l’effroi des tyrans... Magnanime héros, La paix est en ce jour le fruit de vos conquêtes, Jouissez en son sein de vos nobles travaux, Et comme à nos destins présidez à nos fêtes. Prévue pour Austerlitz, l’œuvre salua le retour de Pologne. Mais en 1810, Pucitta triomphe à Londres avec la version italienne, Viva di Roma L’eroe guerriero, Del grande Imperio Vendicator, Viva Licinio il vincitor... Guidò Marte i nostri passi, Là nel campo délia gloria, Egli è il dio della vittoria, De’Romani il difensor ! Meco a combattere Verrete ognor E Roma libéra esistera. Ce Licinio triomphant, c’est Arthur Wellesley, vicomte Wellington depuis septembre 1809 après Talavera : un triomphe sur les Gaulois sied mieux à Londres qu’à Paris. Pas de sous-entendus pour le triomphe de Severo, Plauso all’inclito Severo, Lauri eterni alla sua chioma, Egli è vita dell’impero, Scudo e brando egli è di Roma. Crispo, fils de Constantin, rêve d’épouser sa princesse captive tandis que les chœurs célèbrent sa gloire, Dio dell’arme, in lui splendevi, Corne Stella che sfavilla, Onde in campo... al par del lampo Seppe il prode trionfar. Per te, Gallia prigioniera Vide l’aquila più altera Dispiegar le invitte piume90. Massenet montre à la fin de Roma un triomphe prémonitoire : après le désastre de Cannes, quand le sacrifice de Fausta a purifié la cité, au fond apparaît le consul Scipion, à cheval, entouré de ses légionnaires, couverts de sang, de poussière, et brandissant leurs armes. Les aigles romaines dominent ce triomphe, prescrivent les indications scéniques, et le chœur acclame Le consul Scipion ! Gloire ! Hannibal est vaincu ! Rome commande au monde ! Cette revanche fut en fait plus longue à venir, mais l’image est belle.

  • 91 I Hervé, Le Joueur de flûte, Jules Moinaux (père de Courteline), Paris 1864.
  • 92 Pavesi, / Baccanali di Roma, Buonavoglia, Livourne 1806. Même sujet, I Baccanali di Roma, Nicolini, (...)
  • 93 Il y a pourtant bien peu de ressemblance entre Sempronio, corrompu, fratricide et prêt à tuer son n (...)

32Parfois la pompe romaine est traitée sur un mode burlesque. Le sénat ordonne que Duilius, consul vainqueur de Carthage, soit partout escorté d’un joueur de flûte qui devra aussi chanter Je célèbre la gloire immense Du grand consul Duilius, Le digne fils de Romulus : auteur de la mesure, le sénateur Cucurbitus, craignant à juste titre l’intérêt de Duilius pour son épouse Tulipia, a imaginé cet expédient pour être averti de toute approche91. Mais la cité doit protéger les bonnes mœurs : quand Ebuzio, poussé par son oncle le perfide Sempronio vers le culte de Bacchus, se précipite a iniziar (si) ne’tremendi misteri di quel Nume, le consul prévenu par l’amante d’Ebuzio découvre le scandale des Bacchanales92, sauvant Rome des turpitudes et de la guerre civile qu’envisageaient Sempronio et son complice le prêtre Minio (Se a nostro danno mai Squillasse infausta tromba, Roma, tremar dovrai, Sol fra le tue ruine Aver potrò la tomba ! Di Coriolano i giorni Saprò rinovellar93) ; l’impitoyable répression décrite par Tite-Live (XXXIX 8-19) est remplacée par une amnistie générale, à condition que les Bacchants retrouvent la voie de l’honneur, Siate Romani, e Roma Il fallo scorderà, promet le consul.

  • 94 Pavesi, Le Danaidi romane. Mozart, Il Sogno di Scipione, Métastase, cp 1772, créé Salzbourg 1979. M (...)

33Le premier devoir du Romain, et presque l’unique, tant il résume les autres, est bien d’être digne de la cité, dont l’édile Q. Fabio Massimo dit l’austère vertu : Roma felice, Se povera, sarà ; coll’opulenza Non alberga virtù... Se le madri e le spose I talami giocondi e i patri lari Illuminate da pudiche faci, Riscalderan con fervorosi baci... Virtù, ti sclama in petto Genio roman feroce ! Del sangue tuo la voce Virtù ti suona in cor. L’ombre de Scipion l’Africain, avec celle de Paul-Émile, apparaît en songe à Scipion Émilien pour le guider sur cette voie et lui faire préférer la Constance à la Fortune, Quelle che vedi Lucide eterne sedi, Serbansi al merto, e la più belle è questa In cui vive con me qualunque in terra La patria amò, qualunque offri pietoso Al pubblico riposo i giorni sui, Chi sparse il sangue al benefizio altrui. Fabius Cunctator rappelle à l’honneur la foule effrayée par l’annonce du désastre de Cannes et prête à suivre un vieillard qui incite à la fuite : Vous écoutez ce lâche et vous êtes Romains ! Hors d’ici, toi qui dis de déserter la ville Et de fuir le combat comme un troupeau servile. Peut-on être un grand peuple et se croire perdu ?... Ce n’est point où je suis qu’Hannibal est vainqueur, Il ne passera pas, si vous avez du cœur ! Paul-Émile expirant a exhorté Rome à continuer le combat, dans l’ultime message légué à Lentulus, Vingt blessures n’ont pu ternir l’ardente flamme Qui brille en son regard où transparaît son âme ! « Va vers Rome, dit-il, Va vers ses murs sacrés Par mes fatales mains aux Barbares livrés ! Armez-vous ! Chassez-les ! Enfantez un Camille ! Ou du moins dans sa chute imitez Paul-Émile ! La gloire du vaincu, Romains, c’est de mourir ! » Il m’éloigna du geste, et je le vis couvrir De sa toge en lambeaux sa figure virile Pour attendre la mort, intrépide, immobile. Fabius promet, avec les sénateurs, Nous suivrons ton exemple, ô noble Paul-Émile, Quand demain l’aube en se levant Viendra nous découvrir Hannibal campant Devant nos murs. Mais apprenant que les Carthaginois s’attardent à piller, Fabius rappelle au combat, trouve des hommes et des armes, mobilise les forces ancestrales, Le vainqueur d’aujourd’hui Peut être le vaincu de demain ! S’il n’est plus de Romains, libérez vos esclaves ! -Mais comment les armer ?...-Mais de leurs fers rompus, Mais des socs, des leviers, des marteaux, des balances, On peut faire des dards, des glaives et des lances ! Et quant aux boucliers, empruntez-les aux dieux ! Leurs temples en sont pleins, remplis par nos aïeux ! Cette fidélité à Rome et aux ancêtres, on la retrouve dans le dialogue entre Fabius et sa fille adoptive Fausta, quand la Vestale coupable comprend que sa mort seule assurera le salut de la cité : Sauras-tu bien mourir ? Le promets-tu, ma fille ? -Les Fabius n’ont pas de lâche en leur famille ! En vos bras je retrouve une âme de Romaine. De même, peu importe aux légionnaires de se savoir voués à la défaite et à la mort, quand l’honneur est sauf et les aigles protégées, Qu’importe de mourir, Si c’est le fer au poing, en regardant en face Son ennemi vainqueur ?94

  • 95 Mascagni, Nerone, Targioni- l’ozzetti, Sc. 16.1.1935.
  • 96 Pour « Suburre » : exigences de la métrique.
  • 97 De Lara, Messaline, Silvestre et Morand, Monte-Carlo 21.3.1899 (seul existe un ancien enr. de l’air (...)

34Parfois le Romain, avili, désespère de retrouver cette grandeur : ainsi Petronio, dans une taverne de Suburre, récusant l’espoir de renouveau de Nevio, E puoi pensare Che nuove sorgano Leggi, a risollevare questa pleba Tanto trista, affamata e sempre oppressa ? Le tableau dressé par Nevio lui-même est bien sombre, Corne si puo vivere ? Sentite... La tirannia, sistema... Vergogna, ozio, catene... Ogni virtù derisa... Sui rostri abbandonati Régna il vile silenzio Che i vivi ai morti uguaglia... Sepolcro tetro è l’Urbe ! Chi può dalla rovina Salvar Roma e il mondo ?95 Le poète Harès dénonce, Empereur Claude, bonne nuit ! Dans Subur96, quand le jour s’enfuit, Auprès de Lycisca la blonde, César est César-tout-le-monde, et le chœur complète Peuple romain, que ta tête s’incline ! Salue aux bras d’un amant de hasard L’Impératrice Messaline, L’auguste épouse de César. Le peuple romain et les chœurs sacrés couvrent Néron de louanges hyperboliques, Tu snidi il Nilo, fendi l’Istmo, Instauri la terra e il mar ! Trionfator d’Armenia !... Ave, Nerone, voce di Ciel !... Canta, Apollo, canta L’ode d’amore non prima udita... Gioia ! Apollo torna ! Evion ! Almo Sol ! Alma Roma ! Ave, Neron ! Mais le Romain qui a perdu sa dignité dans ces turpitudes la retrouve par la mort : ainsi Myrrhon, qui dit à sa maîtresse de jolis riens Qui feront au jardin rougir toutes les roses, mais qui est de ceux-là, sans peur du lendemain, Qui, lorsque le sort les terrasse, S’ouvrent tranquillement les veines dans leur bain, Et meurent en lisant quelques beaux vers d’Horace ; ainsi Sénèque, Amici, è giunta l’hora Di praticare in fatti Quella virtù che tanto celebrai ; ainsi Pétrone qui veut faire de sa mort une apothéose sur laquelle le jour mourant effeuillera ses roses, tandis que Vesper allume enfin son flambeau d’hyménée... Astre pur et radieux, Vesper qui luis aux deux...97

  • 98 Presque tous les rois de Rome et une majorité d’empereurs (souvent peu connus) paraissent à l’opéra (...)
  • 99 Britten, The Rape of Lucretia, R. Duncan d’ap. A. Obey, Le viol de Lucrèce (1931), Glyndebourne 12. (...)
  • 100 D. Porte, Roma Diva, p. 189.
  • 101 Tite-Live II 2, 3-11. Sur l’oracle, I 56, 10-12. Sur la famille de Brutus, I 56, 7. Sur celle de Co (...)
  • 102 Terminée par Eisa Respighi après la mort de son mari. Liv. Guastalla, Sc. 24.2.1937.

35Nous sommes là sous l’Empire. Mais l’opéra évoque toutes les étapes constitutionnelles, sans toujours nuancer selon les époques, de la royauté archaïque à l’empire déjà byzantin98. Les Tarquins sont rejetés comme tyrans et comme Étrusques et étrangers, ce qui semble revenir au même : Rome is now ruled by the Etruscan upstart, Tarquinius Superbus. How did Tarquinius reach the throne ? By making his own virtues and his will Bend to the purpose of determined evil... So he climbed and married the king’s own daughter, Whom he murdered, then married her sister, The self-seeking, self-appointed widow Who’d poisoned her first husband, the heir. Once joined in holy wedlock, they throttled the king, And now rule Rome by force and govern by sheer terror, Whilst their son Tarquinius Sextus... Treats the proud city as if it were his whore. When the Etruscan Princes conquered Rome, They founded the Imperial city, Building it in stone. And the Etruscan builders Watched the proud Romans sweat Av they toiled in mountain quarry... And the whole city sulked in discontent, Hating the foreign aristocrats With their orgies and auguries And ejfete philosophies99. Et c’est au cri de Romans, arise ! See what the Etruscans hâve doue ! que Brutus appelle à l’insurrection. Le Brutus de Britten n’est pas le modèle des vertus civiques de l’historiographie : mari trompé, il hait Lucrèce pour sa vertu et jalouse Collatin ; ambitieux, il suggère l’attentat à Tarquin pour saisir le pouvoir à la faveur des troubles, Destroyed by beauty, their throne will fall. I will rule ! Cette conception a pu choquer : Si Brutus s’était vraiment livré à ces menées sournoises pour s’arroger le trône, il semble que ses actes auraient été davantage ceux d’un tyran, tandis qu’il se comporta en parfait observateur de la légalité républicaine100. Mais Tite-Live révèle l’ambition de Brutus par sa réaction à l’oracle de Delphes. Sa façon d’évincer Tarquin Collatin du consulat et de Rome même, sous prétexte que le sang des rois au pouvoir entrave la liberté, et de faire exiler tous les membres de la famille des Tarquins (alors que sa propre mère Tarquinia était sœur du Superbe) donne des doutes101. Rien de tel dans Lucrezia de Respighi102. Brutus l’idiot (stoltissimo, brutissimo, disent ses cousins royaux) suggère que les épouses princières ne fdent pas la laine en attendant leur mari et proclame la chasteté de Lucrèce, suscitant le drame involontairement. Mais ce n’est pas un hasard si Lucrèce, avant l’arrivée de Sextus, narre à ses suivantes l’histoire de Didon et la fuite d’Énée a nuova patria, a più splendido imperio, se lo vogliono i Numi. Venilia soupire sur Didon, senza amore non poteva vivere, mais Lucrèce rectifie, No, senza onore ; è più grande miseria. Les sacrifices de la reine et de la citoyenne romaine sont reliés à travers le temps, mais si Didon restait sans vengeur, le souhait de vengeance de Lucrèce (date le destre e la fede che voi mi farete vendetta) sera exaucé. Brutus le premier jure de combattre la race du Superbe, nè patirò che un Tarquinio o altri in Roma più regni. Conduits par la Voix de Rome et du destin, Collatin, Valerius et le père de Lucrèce élisent Brutus chef pour chasser les tyrans : Libertà ! A Roma !

  • 103 Porsenna, Lotti, Venise 1712. Muzio Scevola, Cavalli, Venise 1665, G. Bononcini 1710, Amadei, Bonon (...)
  • 104 Haendel, Muzio Scevola, III 2 et II.

36Rome défend sa liberté nouvelle face à Porsenna, allié de Tarquin. Horatius Codés, Clélie, Mucius Scaevola rivalisent d’héroïsme103, surmontant leurs sentiments pour l’honneur de Rome : mio cor, pria ti ricordi d’esser Romano, adempi aile leggi d’onor ; pria con la patria usa il dover di cittadino. Ils impressionnent si bien l’envahisseur que, malgré sa victoire, il renonce à soumettre Rome et s’allie à elle : Eccessi di virtù son quest’alme Romane !... Su quel ara fumante implacabil sdegno, giuro a Tarquinio e alla sua stirpe ! E giuro a voi, Romani invitti, pace, difesa e libertà !104

  • 105 Mercadante, Virginia, Cammarano, Naples 7.4.1866. Casella, Virginia. Romanelli, Sc. 26.12.1811. Mer (...)

37Mais les Romains se déchirent, patriciens et plébéiens s’affrontent. La plèbe rend hommage à Siccius Dentatus assassiné, Quai frangono Caere mestissime note !... Di Siccio Dentato al cenere muto L’estremo si rende funereo tributo, tandis que le décemvir Appius Claudius, véritable maître de Rome, convoite la plébéienne Virginie, Non basta a me del Tebro Curva la fronte e doma, Virginia al par di Roma Piegar si deve a me. Il ne craint pas la colère du peuple, i susurri del volgo non pavento, et tente d’éloigner le fiancé de Virginie, le tribun Icilius, en l’envoyant à l’armée, illégalement, comme préteur, feignant de vouloir récompenser sa valeur par cette nomination interdite, Si opporrebbe, è ver, la legge, L’uom plebeo d’alzar cotanto, Pur talvolta puo chi regge La virtù guardar soltanto. Icilius déjoue le piège et refuse, Non a Roma, ch’egli adora, A te nega d’obbedir L’uom plebeo che fe’talora Il patrizio impallidir. Le décemvir le fait tuer et prétend que ses amis l’ont frappé, car il aspirait à la royauté : nul n’y croit, Re di Roma ? Ah no ! Straniero Era ad esso il rio pensiero ! Sol per Roma, sol per noi Tutto ei disse105. Verginius devra tuer sa fille pour la sauver du déshonneur, mais les décemvirs seront renversés et leur chute rendra aux citoyens leurs droits.

  • 106 Haendel, Silla, Rossi, Londres 1713. Mozart, Lucio Silla, da Gamerra, Milan 26.12.1772 (sur Sylla, (...)
  • 107 L’opéra se passe en 63, année de la conjuration de Catilina, Spartacus étant mort en 71...

38À mesure qu’on avance dans l’Histoire, le citoyen est entraîné dans les luttes pour le pouvoir. Sylla ainsi triomphe, Vinto Mario e serva Roma, doppio alloro alla mia chioma or mi vedo a scintillar, mais conduits par la fille de Marius, ses adversaires (bizarrement changés en nobili) invoquent les ancêtres, Fuor di queste urne dolenti, Deh n’uscite, aime onorate, E sdegnose vendicate La Romana libertà ; Sylla finit par renoncer à son pouvoir, Più dittator non sono, son vostro uguale. Ecco alla patria resa La libertade. Il apparaît, dans ses derniers jours (et au mépris de toute chronologie), dans un curieux Spartaco106 : moribond mais tyrannique, il jette à sa femme E tu chi sei, che ardisci al mio cospetto Leggi dettar, e non ti uccisi ancor ? Dans son dernier souffle, il affirme sa puissance, Io son Silla ancor ! Di Roma, della terra io son Signor ! Le librettiste fantaisiste, non content d’avoir allongé de quinze ans la vie de Sylla, a fait de Catilina un allié de Spartacus107, Detesto anch’io GU oligarchi di Roma. Io pur desio Quel tiranni scacciar, anch’io nel core Dell’aima libertà son gladiatore. À la fin, on entend au loin l’hymne des gladiateurs, Libertà, santa Dea, che il petto accendi De’più fiacchi mortali A magnanime imprese, Libertà, santa Dea, tu le grand’ali Sovra noi protendi ! Spartacus alors expire, dans un mot d’espoir, Almen la santa causa Meco non muoia, e sia Chi possa un giorno spegnere L’infâme oligarchia, Che affoga sua libidine Nel sangue di chi muor. En 1886 à Trieste, terra irredenta, le Risorgimento semble plus vivant que l’histoire romaine...

  • 108 Sarro, Le gare generose tra Cesare e Pompeo, v. 1706.
  • 109 Haendel, Giulio Cesare in Egitto, Haym, Londres 20.2.1724, I 11 et III 2. Même sujet : Giulio Cesar (...)
  • 110 Graun, Cesare e Cleopaira, Bottarelli, Berlin 7.12.1742 (inauguration de l’Opéra royal).
  • 111 Corneille, Sertorius, 1662, III 1, Rome n’est plus dans Rome, elle est toute où je suis.
  • 112 Métastase, Catone in Utica, voir « La liberté d’expression » n. 6. Vinci, Catone in Utica, Rome 172 (...)

39Même dans le tumulte des guerres civiles et des triumvirats108, les Romains n’oublient leur qualité ni face aux autres partis ni face aux étrangers. Cornélie, veuve de Pompée, repousse avec dédain les avances d’Achillas et de Ptolémée, Una Romana sposa a un vil Egizio109 ? César, prenant sous sa protection les fils de Pompée, leur rappelle qu’un Romain est digne dans la douleur, L’ombra vagante Coll’onor del sepolcro plachero di Pompeo. D’esser Romani Ripensate però110. À Utique, Caton retrouve les mots de Sertorius111 dans un cri d’hybris, Roma non sta fra quelle mura, Ella è per tutto Dove ancor non è spento Di gloria e libertà l’amor natio. Son Roma i fidi miei, Roma son io. Il prétend dicter à César d’impossibles termes, Lascia dell’armi L’usurpato comando, il grado eccelso Di dittator deponi, e corne reo Rendi in carcere angusto Alla patria, ragion di tuoi misfatti... Non dubitar ch’allora Sard tuo difensore ; il se veut, même seul, défenseur de la liberté et seul digne du nom de Romain, Va, ritorna al tuo tiranno, Servi pur al tuo sovrano, Ma non dir che sei Romano Fin che vivi in servitù. César veut rétablir paix et concorde, et malgré l’Histoire pardonne à ses ennemis, romains ou non, pour la grandeur de Rome, Con mille e mille abbiamo II trionfar comune, Il pardonar non già, questa è di Roma Domestica virtù, Io general perdono A ’nemici concéda, Nè fuor che fede, altro di lor richiedo. Avant même d’être Auguste, Octave aussi saura pardonner, pour ramener la concorde, A giusta morte Condannarlo io dovrei, Se giudice sol fossi, e delle leggi Esecutor severo, ma in rammentar che sono Di Cesare figliuolo, io gli perdono : la rigueur romaine cède devant l’horreur des guerres civiles112.

  • 113 A. Scarlalti, Marc’Antonio e Cleopatra, anon., sd, et pour soprano, contralto et continuo (le nom d (...)

40Auparavant, les triumvirs s’affrontent et s’accusent mutuellement de rabaisser la dignité de Rome et de ses citoyens. Pour le Marc-Antoine de Scarlatti, è scritto in ciel l’alto decreto, Non puo petto gentil soffrir l’ingiusto Oprar d’Ottavio, che s’appella Augusto ; fumano ancor le ceneri di Julio, E di Crasso e Pompeo sospiran l’urne... Ei superbo s’abusa E, senza fede, La gloria degl’eroi calca col piede. L’Antoine de Massenet est d’abord Romain fidèle, Des colonnes d’Hercule aux montagnes d’Asie, le soleil rayonnant n’éclaire désormais que des terres romaines. Le triumvir Octave a vaincu l’Occident, moi, j’ai dans l’Orient asservi la victoire... Vaincus, obéissez, car Rome est la plus forte et sa gloire à jamais rayonne sur le monde. Asservi par Cléopâtre, il renie sa patrie, Que le monde romain s’ensanglante et périsse, que je sois traître à Rome, à ma gloire, au devoir, J’accepte tout pour garder Cléopâtre. Même métamorphose chez La Rosa Parodi, io sono soldato di Roma cède à non ricordarmi più d’essere Antonio. L’Antoine de Cimarosa est prêt à affronter Octave, A farmi guerra Seco Ottavio conduce L’Ausonia armata, Ma il valor usato Se in voi non langue, Il suo potere io sftdo, mais hésite devant les larmes de Cléopâtre, Abbandonar l’impero o lasciarti convien, Son di te degno se m’affretto a pugnar, Vile divengo se resto in questi lidi, Pensaci, o cara, e il mio destin decidi. Il retrouve une vaillance peu romaine quand Cléopâtre choisit de l’accompagner, Il mondo intero quando teco son io Più non pavento, Della vittoria io prenderd gli auspici Da quei bei lumi, onde d’amor deliro, E vinto non sarò finchè li miro. Chez Rossi, il déchire l’ordre du sénat le rappelant à Rome et le jette à la tête du messager ; après Actium, il se repent, Azio, tremendo nome !... Nel nulla son caduto ! Ottavio, vincitore ! E del mondo signore ! Un abbietto son io, che il ferro osai Brandir contro la patria. Il meurt en Romain, Io sono ancora libero Se un brando a me restò, Vedrà la patria, vedran gli Dei Che da Romano saprò morir. Octave, lui, murmure durant les noces de sa sœur et d’Antoine, Non basta a me l’impero d’Occidente, Che ho di Cesare il sangue e insieme il cor. I miei sguardi son fissi all’Oriente, Di sua gran luce attratti allo splendor ! In quella vaga ragion beata Spiegare il suo poter Roma non può Se la spada fatal non sia spezzata Che a doppia punta due rivali armò ! Imen che fausto a noi sorride già, Imen la spezzerà. Après Actium son ambition éclate, Sulla quadriga eburnea Di bronzo adorna e d’oro, Siede in purpurea clamide Cinto un guerrier d’alloro... O gaudio inesprimibile ! Quell’aureo carro è il mio. Lépide, semble-t-il, n’a pas tenté l’opéra. Mais Sextus Pompée rêve de détruire l’hydre tricéphale du triumvirat, O perchè non poss’io Di quest’idra triforma Tutti troncare ad un sol colpo i capi113

  • 114 Iri prosperità..., I 6, La cadutà.... II 15, La prosperità..., II 13 et I 10. Biber, Arminio, Raffa (...)

41Sous l’empire, les luttes pour le pouvoir continuent. Déterminer le titulaire de l’empire ou son successeur peut être délicat. Melani, dans La Prosperità d’Elio Seiano puis La Cadutà d’Elio Seiano, suit avec fantaisie le destin de Séjan. Tibère y médite sur la vanité du pouvoir qu’il rêve de quitter, Vive sempre un uom che regna Tra le guardie de’sospetti, Prigioniero del decoro, Ha legati insin gli affetti, Cinto ognor di ceppi d’oro E si trova esposto sempre A censura rigorosa Del malevolo plebeo... I diademi a chi ben mira Son d’or per chi v’aspira, Ma di bronzo a chi le regge... Lo scettro vuol depor la stanca mano E le mie veci sosterrà Seiano. Séjan se voit déjà empereur et le dit à Livia, qu’il compte alors épouser, Tiberio è già canuto, e tu non vedi Che tutto a mio favor il ciel dispone Che mi seguon gli scettri e la corone ? Démasqué, emprisonné, il se tue dans sa prison en voyant apparaître l’ombre de Drusus, le fils de Tibère qu’il a empoisonné. Biber114 décrit les intrigues de Séjan contre Germanicus qui revient vainqueur. Germanicus est docile, fidèle à l’empereur, Mi son leggi i tuoi cenni, E ben del regno Se m’eleggesti tu, mi stimo degno, Ma sol mi presti Giove Sana mente al consiglio, Fermo core al periglio, Acciò delle tue glorie lo n’accresca il splendor con più vittorie. Modeste, il attribue à l’aide divine sa victoire, qui a vengé la défaite de Varus par la récupération des aigles, Quello che tu rimiri Sopra cerchi dorati Angel Tonante, Fu di Varo il vessillo, Che barbaro furor toise, e rapillo. Ma a favor de ’numi, Che stirnan gloria Il secondar tuoi cenni, Tra nemici il rinvenni (I I). Séjan entreprend de le décrier, attribuant sa victoire à l’impétuosité de la jeunesse et à un excès d’ambition, Di giuvenil furore Furon questi gl’ejfetti, E forse crese Con un finto valore De suoi soldati accattivarsi il core, Ma ben per altre imprese, Ch ’ha il diadema real troppo splendore... Pensa Cesare solo, Che col esser preposto 11 dominio supremo a lui togliesti. Ne lusingarti devi, Ch ’in Germanico altero Ira, sdegno, e vendetta ora non resti (I 5). Tibère loue la fidélité de Séjan, mais hésite à se méfier de Germanicus. Séjan répète Quanto disse Ritenni alla mente, o Signore, E ben mi pare Che per soverchio ardire, O sia, oppur cominci a superbire (II 6). Tibère, non convaincu, favorise Germanicus et lui donne pour son fils une magistrature anticipée, à la fureur secrète de Séjan. Celui-ci n’agit plus dans le livret que dans un rôle de policier : il capture Arminius et sa femme fugitifs mais n’en retire rien, car la réconciliation est générale. Le livret reste « ouvert », Séjan n’est pas disgracié.

  • 115 Perti 1693 et 1695, A. Scarlatti 1695, Vivaldi 1715. Cf. H. Leclerc, Venise baroque et l’opéra, Par (...)
  • 116 Pallavicino, Il Vespasiano, Corradi, Venise 20.1.1678.
  • 117 En fait, Domitien, alors âgé de 18 ans, s’est réfugié dans le Capitole avec son oncle Sabinus penda (...)

42Agrippina de Haendel, à Venise en 1710, présente une étourdissante ronde d’intrigues à la cour de Claude, les divers Nerone fatto Cesare (sujet cher à Venise) combinent complots et éducation du prince115. Pallavicino116 s’intéresse à la fin de 69, l’année des quatre empereurs : le jeune Domiziano (Domitien) renverse Vitellio, « libérant » Rome, Al vibrar di questo brando Cada oppressa l’empietà Ch’ai tiranni il cor piagando Riede Roma in libertà. Il fait jeter Vitellio dans le Tibre sans autre forme de procès, Libertà, libertà, Nelfar guerra al ciel di Roma, Arse il lauro a la sua chioma Il Tifeo de l’empietà117. On croit qu’il a agi pour son père Vespasiano et l’officier Sergio se réjouit de cet avènement, Vespasiano l’invitto Eletto è al trono ad impor leggi al Lazio... Atterrato, Debellato, Sia l’orgoglio Che al soglio Lacerando altri s’en va. Domiziano agit pour lui-même, car Roma, il senato, Il popolo, l’Italia, il mondo tutto, Vide sol da mia destra La libertà nel regno. Sergio et Licinio l’acceptent, mais il se conduit en tyran, enlève la femme de son frère Tito et prétend l’épouser, et veut liquider quiconque ne lui cède pas, Cada, pera, Roma altera, Spiri l’anima al mio piè. Sergio et Licinio passent à Vespasiano dont Sergio chante la gloire, Eccoti, o Roma, al fine II tuo verace e sospirato nume, Questi è’I Giove del Lazio, Di quel Giove favello, ... Viva Vespasiano ! Mêlant aux complots de Domiziano les aventures de Tito entre sa femme et une courtisane, l’intrigue s’embrouille. Domiziano arrêté est gracié par son père enfin arrivé à Rome, mais avec un ferme avertissement, Si sovvenga che Vespasiano alla cui mente Astrea Della ragion giusti dettami inspira, Saprà con egual sorte Esse padre all’amor, giudice ail’ira. La leçon est complétée par la représentation à l’amphithéâtre de la chute de Phaéton. Domiziano cependant continue ses complots contre son père et Tito, dont il tente de se débarrasser ; précipité avec ses gladiateurs dans une prison souterraine à l’instant où il croit saisir le pouvoir, il est finalement pardonné.

  • 118 Métastase, Ixt clemenza di Tito : Caldara, Vienne 4.11.1734, Galuppi, Venise 1760, Mozart, liv. rev (...)

43Des citoyens parfois naïfs sont entraînés dans ces luttes, tel Sesto manipulé par l’ambitieuse et rancunière Vitellia, È la gloria il tuo voto ? lo ti propongo la patria a liberar. Sei d’un illustre ambizion capace ? Eccoti aperta une strada all’impero118. Chez Métastase, Sesto est un triste sire : ayant échangé avec Annio son manteau ensanglanté (avec le ruban insigne des conjurés), il laisse accuser Annio ; seuls les aveux de Lentulo sauvent l’innocent et révèlent le vrai coupable. Mozart a supprimé l’épisode, rendant quelque noblesse au personnage. Parce que le prince doit être digne de Rome et d’autant plus généreux que les traîtres ont été nombreux et proches de lui, Titus pardonne, dans des vers où Métastase s’est inspiré de Corneille (Cinna, V), Ma che giorno è mai questo ? Al punto istesso che assolvo un reo, ne scopro un altro ! E quando trovero, giusti numi, un’anima fedel ? Congiuran gli astri, cred’io, per ohhligarmi a mio dispetto a diventar crudel. No, non avranno questo trionfo. A sostener la gara già s’impegnò la mia virtù. Vediamo se più costante sia l’altrui perfidia o la clemenza mia. O là, Sesto si sciolga, abbian di nuovo Lentulo e i suoi seguaci e vita, e libertà ! Sia noto a Roma ch’io son Eistesso, e ch’io tutto so, tutto perdono, e tutto oblio.

  • 119 On sait que Titus a été surnommé les délices du genre humain.
  • 120 Selon Suétone, Titus aurait dit un jour où il n’avait pas accordé de bienfait, J’ai perdu ma Journé (...)
  • 121 Il consacra à la reconstruction des villes détruites la fortune des victimes sans héritiers (Suéton (...)
  • 122 Métastase, La clemenza di Tito (ou Tito Vespasiano) : voir « La liberté d’expression », n. 6.
  • 123 Voir « La liberté d’expression », n. 11, pour diverses versions.
  • 124 Legrenzi 1683, D. Scarlatti 1703, Albinoni 1711, Vivaldi 1724...
  • 125 Donizetti, Belisario, Cammarano, Venise 4.2.1836.

44Titus est un prince modèle, comme Sesto veut en persuader Vitellia, Non togliamo in Tito La sua delizia al mondo119, il padre a Roma, L’amico a noi (1 1). Il est digne des panégyriques antiques, semble presque avoir lu les Pères de l’Église et ne cherche que le bien commun, Del più sublime soglio l’unico frutto è questo. Tutto è tormento il resta, E tutto è servitù Che avrei se ancor perdessi Le sole ore felici Ch’ho nel giovar gli oppressé120 ? Métastase montre sa charité dans un autre passage coupé chez Mozart, où il consacre les tributs annuels des provinces aux survivants de Pompéi, alors que le Sénat voulait lui construire un temple, Romani, unico oggetto È dei voti di Tito il vostro amore, Ma il vostro amor non passi Tanto i confini suoi, Che debbano arrossirne e Tito e voi. Udite. Oltre l’usato Terribile il Vesuvio ardenti fumi Dalle fauci erutto, scosse le rupi, Riempiè di ruine i campi intorno E le città vicine. Le desolate genti fuggendo van, Ma la miseria opprime Quei che al fuoco avanzar. Serva quell’oro Di tanti afflitti a riparar lo scempio, Questo, o Romani, è fabbricarmi il tempio (I 4)121. Il mérite pleinement les voeux que Rome fait pour lui, Serbate, o dei custodi Délia Romana sorte, In Tito il giusto, il forte, L’onor di nostra età. Voi gl’immortali allori Su la cesarea chioma, Voi custodite a Roma La sua felicità. Fu vostro un si gran dono, Sia lungo il dono vostro, L’invidi al monda nostro II mondo che verra (I 4). Il mérite encore les éloges qui saluent sa clémence, Che dei Ciel, che degli dèi Tu il pensier, l’amor tu sei, Grand’eroe, nel giro angusto Si mostro di questo di122. Mais un tel prince est rare et même lui n’échappe pas aux rivalités. Autour des bons empereurs ou des mauvais, la trahison continuera de rôder, les complots de menacer le pouvoir. Dans Fausta, Maximien conspire pour reprendre le trône à son gendre Constantin et précipite la mort de Crispus, que Constantin voulait gracier. Ezio de Métastase123 décrit les pièges tendus à l’empereur et à son général vertueux par un ambitieux. Giustino de Haendel à Londres en 1737 offre une restauration de la légitimité et la désignation d’un César grâce au mérite : ce thème est apprécié sous les Hanovre, mais le sujet avait été traité déjà dans d’autres contextes124. Dans ces complots, l’empire peut être troublé ou affaibli. Mais nous n’assistons pas à la chute de Rome. Et dans Belisario, Justinien glorifie le Dieu des armées pour la reconquête de l’Italie, O Nume degli eserciti, A te sia laude eterna. Guida ne’campi italici L’aita tua superna II duce formidabile Che i Goti debellà. À cette date, des Romains devenus « byzantins » restent fidèles aux antiques principes : un songe a révélé à Bélisaire que son fils ébranlerait l’empire et il a donné l’ordre d’immoler le bébé, Della patria Crudo mi fè il periglio, Mandò natura un gemito... E caddè estinto il figlio ! Accusé à tort de trahison, aveuglé, exilé, il reste inébranlable dans sa fidélité : Alamir, le prisonnier devenu officier (son propre fils, sauvé), veut le venger en attaquant l’empire (Tréma, Bisanzio, sterminatrice Su te la guerre discenderà !), mais le héros s’indigne, D’ingiusta guerra far strumento il mio nome ! E Greco sei tu125 !

  • 126 Pistocchi, Il martirio di Sant’Adriano, Modène 1692. Robbiani, Roma dei Cesari, cp, E1AR 28.10.1940

45D’un bout à l’autre de l’Histoire, la virtus romaine doit triompher. Dans un seul cas, le Romain peut légitimement désobéir à la loi : lorsqu’il devient chrétien. Dunque tiranno è Auguste) ? demande Claudio à Adriano, qui rétorque È idolatro), e cio basti. Mais il accepte sa mort, qui seule peut résoudre le conflit de devoirs. Le chrétien n’est pas ennemi de Rome, mais de l’idolâtrie : Nazareno Sono, ma pur Romano, proclame Acilio, E rispondo all’insulto Morendo bene, a Cesare sia noto Che due volte Romano è il Cristiano126.

Hors de Rome

  • 127 J. Carcopino, Les étapes de l’impérialisme romain, Paris 1934, p. 15.
  • 128 Pergolèse, Adriano in Siria, 1 I. Rossini, Aureliano in Palmira.
  • 129 Rossini, Aureliano in Palmira. J. Ch. Bach, La clemenza di Scipione, an., Londres 4.4.1778 (sur les (...)

46Dégoûtée d’une puissance qui ne serait pas légitime et renversant les bases de son impérialisme, Rome a mis délibérément sa force au service de la justice, selon les paroles de César dans la harangue qu’il adressa en 49 av. J.-C. aux mutins de Plaisance... C’est la raison pour laquelle, seul empire entre tous, son empire s’est enraciné dans les cœurs127. Hors de Rome, il faut réaliser la mission virgilienne, parcere subjectis et debellare superbos, commentée, paraphrasée, traduite : Rome gli oppressi esalta ed i superbi opprime. Aurélien proclame Romani, ... Come in battaglia prodi, Pronti l’ire a depor, se cessan l’armi, Il vinto si risparmi, E si faccia par voi nota alla terra Che Roma è grande in pace e grande in guerra. Cara patria, il mondo trema Se coll’armi abbatti i troni, Ma t’adora allor che doni Pace ai vinti e libertà128. Rome perdona ai vinti E a debellar s’accinge Solo i superbi, et Questi fur sempre I dolci del mio cor voti primieri, Amar gli oppressi e debellar gli alteri, affirme Scipion l’Africain. La citation n’est pas propre aux héros, Marzio, le tribun de Mitridate, l’adapte aussi, Da chi ti voile oppressa Già la superbia è doma, Mercè il valor di Roma129.

  • 130 Caio Popilio, M.A. Ziani, Venise 9.6.1704. Caio Fabrizio, Caldara, Vienne 1727, Hasse 1732, Haendel (...)
  • 131 Isouard et R. Kreutzer, Flaminius à Corinthe, Paris 1801. Jannoni, Paolo Emilio, Romanelli, Sc. 2.2 (...)

47Debellare superbos : Rome impressionne même ses ennemis. La droiture de Fabricius fit plus, dit-on, que la fortune des armes pour faire quitter l’Italie à Pyrrhus qu’il avait refusé d’assassiner et qui lui rendit des prisonniers sans rançon. Popilius Laenas, portant un ultimatum à Antiochos, exige une réponse immédiate et en attendant enferme le roi dans un cercle tracé avec sa canne : l’opéra les a évoqués dans des œuvres oubliées130. Mais Rome se veut aussi libératrice : le consul T. Quinctius Flamininus (qu’une erreur tenace appelle Flaminius) proclame à Corinthe, aux Jeux Isthmiques de 196, la liberté de la Grèce, le peuple grec exempt de garnisons, libre, dispensé d’impôts, indépendant sous ses lois nationales. En 1801, quand le Premier Consul se pose en libérateur, l’opéra célèbre « Flaminius ». Parcere subjectis : Paul-Émile tient à peu près le même langage, Divenga un nome sol Di Roma e Grecia il suolo, Nè sia fra noi distinto Dal vinto il vincitor131.

  • 132 Nicolini, Traiano in Dacia, Prunctti, Rome 3.2.1807. Même titre, Blangioni, Munich 1814. Haendel, S (...)

48Le conquérant romain veut aussi conquérir les cœurs, même si son affection est parfois impérative et menaçante : Se voi sprezzate II mio pietoso amore, Nel giusto mio rigore Io vi farò tremar, dit Trajan à Décébale. Mais Lucejo, à qui Scipion a rendu sa fiancée Bérénice, accepte l’alliance romaine, In testimon io chiamo Giove e gli eterni Numi, Che la mia vita e il regno A Scipione e a Roma In guerra e in pace impegno. César libère l’Égypte en donnant le trône à Cléopâtre, Goda pur or l’Egitto In più tranquillo stato, la prima libertà : Cesare brama Dall’un all’altro polo Ch’il gran nome di Roma spanda lafama. Lucide, la reine connaît sa véritable position d’« amie et alliée du peuple romain », Cesare, questo regno è sol tuo dono, Tributaria regina, Imperator t’adorero di Roma. Claude fait grâce aux Bretons de Caractacus, By the Gods, they shall not die, Their blood would curse the ground to which it grew. We grant you grace... Brave chieftain, ail thy suff’rings are o’er, Dwell here in Rome, and by the Emperor’s side Find safety, peace and rest for evermore. Caractacus accepte cette paix et ces chaînes dorées, en contraste avec l’attitude en pareil cas des Romains, Grace from the Roman ! Peace and rest are ours, Freedom is lost, but peace and rest remain : Britain, farewell ! thro ’all the ling’ring hours, Hope, mem’ry, love shall hide our golden chain. Aurélien rappelle à Arsace que Rome, dont il fut l’allié, est prête à l’accueillir à nouveau, Pensa che festi a Roma Tal giuramento in prima, Che il Tebro lo sentia, Nè il Tebro lo scordô. Arsace dénonce cette alliance imposée, Roma rammenti ancora Corne l’ottenne e quando ! Lo domandò col brando, Col sangue lo segnò, mais la clémence d’Aurélien prévaut, Liberi siete ed a regnar tomate, Copra un eterno oblio Ogni passato error, Arsace revient à son alliance ancienne, Amico a te son io, Sarò Romano in core, Serbi il gran voto amore Che le nostr’alme uni. Un dialogue analogue oppose Hadrien au roi parthe Osroa, Oppressa e vinto T’invite, t’ojferisco Di Roma l’amistà -Si, questo è il nome, Empi, con cui la tirannia chiamate, Ma poi servi ne siam, e voi regnate ; Osroa se tait devant la clémence impériale, Ad Osroa io dono E regno e libertà. Prisonnière de Constantin qui l’aime, la Franque Ildegonde va le tuer, car Maximien (pour reprendre le trône) l’a persuadée que l’empereur trame la mort d’Ascaric, son époux. Mais Constantin domine son amour, pardonne et rend à Ascaric son trône ancestral, Tu non conosci Appieno il cor di Costantino... Va ! Ti rendo patria e trono ! Torna in bracchia a chi t’adora... Quà giunto, I suoi lacci sciorrò, sul trono avito Forse regnerai con Ascarico. A conoscer impara il tuo nemico. La princesse à son tour le sauve du complot132.

  • 133 Pcrgolèse, Adriano in Siria, I 1. Bcllini, Norma, Romani, Sc. 26.12.1831. Donizetti, Eausta (sur Cr (...)

49Bien avant l’édit de Caracalla de 212 généralisant la citoyenneté romaine, Hadrien à l’opéra appelle Rome sinon la patrie commune (comme on dira au Ve siècle), au moins la mère commune, Madré comune D’ogni popolo è Roma, e nel sua grembo Accoglie ognun che brama Farsi parte di lei. GH amici onora, Perdona a’vinti e con virtù sublime, GH oppressi esalta ed i superbi opprime. On rêve de nouvelles fusions par mariage. Le proconsul Pollion se voit épousant la Gauloise Adalgisa, Meco all’altar di Venere Era Adalgisa in Roma, Cinta di bende candide, Sparsa di fior la chioma, Udia d’imene i cantici, Vedea fumar gli incensi. Confiant ses enfants à Adalgisa, Norma imagine les fils de celle-ci accédant aux faisceaux du consulat, Deh con te, con li prendi, Li proteggi, li difendi, Non ti chiedo onori e fasci, A tuoi figli ei fian serbati. Crispo obtient d’épouser une princesse gauloise captive, Figlia di prence è Irelia... Costei consorte io bramo, Donala a me in tal di. Généraux ou empereurs rêvent de s’unir à des alliées ou des ennemies vaincues : Varus voudrait épouser Tusnelda quand elle sera veuve d’Arminius et Tullius promet ce mariage à Ségeste, père de Tusnelda, s’il se débarrasse de son gendre : Colle nozze di Varo Rasciugherà il suo pianto -E sperar devo ? -Ei di Tusnelda è amante. Caligula délaisse Giulia pour épouser la veuve présumée d’Arminius (nommée ici Segesta). Titus ou Mucien rêvent d’Éponine. Lucius Verus, pourtant fiancé à Lucilla, fille de Marc-Aurèle, soupire pour Bérénice, femme du roi parthe Vologèse, Hadrien en Syrie (malgré ses fiançailles avec Sabine) s’éprend d’Emirena, fille d’Osroa et fiancée de l’Assyrien Famaspe. Bien sûr, Titus rêve de Bérénice, car tout l’éclat d’un triomphe romain Ne vaut pas le baiser de deux êtres qui s’aiment. Chez Graun, César épouse Cléopâtre dans la liesse générale : E ti prometto Sotto il ciel Romano Un impero maggior nella mia mano, Resta sol che l’Egitto Sua regina e mia sposa t’onori, déclare l’imperator et tous de répondre E i nuovi suoi monarchi il mondo adori. Que César et Cléopâtre soient déjà mariés, chacun de son côté, ne semble gêner personne. Il est vrai que, poussé peut-être par un vague souvenir de droit romain, le librettiste a imaginé une lettre de César au sénat, In ceppi Tolomeo, sol Cleopatra A superar restava. Unico mezz.o Per si grand ’acquisto È la fallace speme Che le dono di sposo. Il Tebro dunque Ambi in breve vedrà co’lor tesori Seguir il mio trionfo ; tombée aux mains de Cléopâtre, cette lettre suscite une querelle, mais César dit avoir voulu tromper le sénat et le mariage est célébré133.

  • 134 Graun, Cesare e Cleopatra, I 8 et II 8. Jommelli, Vologeso. Magnard, Bérénice. Métastase : Caldara, (...)

50Tout cela, quand il s’agit de iustae nuptiae, est juridiquement fantaisiste et les réserves de Rome sont parfois exprimées fermement : Pensa soltanto Che Roma non accorde a’cittadini Le regine sposar, dit Arsace à Cléopâtre et Lentulo fait à César le même rappel, Non soffrira il senato Che una Barbara ottenga II tuo soglio. Flavio rassure l’inquiète Lucilla, Lucio Vero ne pourra épouser Berenice, car Roma non soffre al suo inisto sangue straniero. Mais il faut une rébellion des troupes, l’inébranlable fidélité de Berenice à Vologeso et l’intervention de Lucilla pour que tout s’arrange, lo cedo a lui delle nozze l’arbitrio, e su quel trono, onde come dal cor fu discacciata io stessa, lo rimetto. Lucio revient à Lucilla et Flavio l’accepte à nouveau comme empereur, Il riconosco suddito ossequioso, per Cesare di Roma, e per tuo sposo : la traduction française accompagnant le livret lors de la création est plus explicite politiquement, Je le reconnais dans cette dignité en retrouvant en lui la qualité d’un Romain et de votre époux. La populace romaine chante, sous les fenêtres de Titus, Deux rois ont passé dans sa couche, Et, par Hercule, ils en sont morts, pour manifester son hostilité à Bérénice. On connaît l’issue, Tito ha l’impero E del mondo e di se, Già per suo cenno Berenice parti ; la reine a pour consolation che adorata partiva, e che al suo caro Men che a lei non costava il colpo amaro ; la Ville même s’attendrit, Roma ne piange Di meraviglia e di piacere, mais n’envisage jamais de changer sa règle et Titus se résigne, Il nome di regina Troppo Roma abborisce. Una sua figlia Vuol veder sul mio soglio 134. Les Romains n’épousent pas des princesses sujettes. Bien que Cléopâtre et Bérénice aient eu la citoyenneté romaine, leur double qualité de reines et de vaincues en faisait à jamais aux yeux de l’opinion d’impossibles épouses pour César, Antoine ou Titus (sans même parler de leur fâcheuse réputation).

  • 135 Annibale, Porpora, Venise 1731. Annibale in Capua, P.A. Ziani 1661, Terradellas, Londres 1746, Sali (...)
  • 136 Sofonisba, Caldara 1708, Gluck 1744, Jommelli, Venise 1746, Tractta (Verazi d’ap. Zeno, Scipione ne (...)
  • 137 Mitridate, Caldara, Vienne 1728, Porpora, Rome 1730 et 1736, Terradellas, Londres 1746, Graun 1750, (...)
  • 138 Carattaco, J. Ch. Bach, Bottarelli, Londres 14.2.1767, Catalani, Peretti, Modène 1.11.1841. Caracta (...)
  • 139 Rossini, Aureliano in Palmira. Zenobia regina de’Palmireni, Albinoni 1696, Zenobia in Palmira, Leo (...)
  • 140 Attila, Von Seyfried, liv. Wemer, Vienne 1809, Generali, Bologne 1812, C. Mosca, Sografi, Palerme 1 (...)
  • 141 Saint-Saëns, Les Barbares. Paër, Sofonisba, D. Rossetti, Bologne, inauguration du théâtre du Corso, (...)

51Les sujets de Rome peuvent être rebelles ou du moins réticents. L’opéra s’est intéressé aux grands ennemis de Rome, Hannibal, Brennus, Viriate le Lusitanien ou les héros de Numance en Espagne135, Sophonisbe136, Mithridate, Cléopâtre (après la mort de César), Vercingétorix, Arminius137, Caractacus, Boadicée138, Sabinus, Zénobie139, Attila140, il a donné un nom, Hildebrath, à l’un des chefs des Cimbres, criant sa haine contre Rome, La mort, le sang, le feu, la hache ! Périsse tout le peuple lâche ! Rome l’infâme qui se cache Derrière les monts et les mers ! Ces œuvres sont aujourd’hui très inégalement connues. Sophonisbe fait passer Massinissa de l’alliance romaine à celle de Carthage en un instant, Ed io dovrei Vedermi sposo a lato Un amico di Roma ? -Or se contro di Roma E in favor di Cartago Io rivolgessi il brando ? Allor potrebbe Sofonisba esser mia ? -Si, la sarebbe -Su questo brando io giuro Odio eterno ai Romani Ed eterna amistà giuro a Cartago. Mithridate, venant à peine de venger son père et de conquérir son trône, promet Grande inimico eterno Sarô di Roma e d’ogni man rapace Che ardisca di turbar la vostra pace ; au soir de sa vie, il gronde Il terribil acciaro riprendo, ofigli, E da quest’erme arene cinto d’armi e di gloria, L’onor m’affretto a vendicar del soglio, Ma non già su Pompeo, sul Campidoglio. Vercingétorix refuse l’amitié de César et l’alliance romaine, La Louve, même en minaudant Montre les dents, Et menace !... Depuis six ans déjà, Sans répit, Rome ravagea nos villes et nos champs et pilla nos javelles ; Et sans remords elle égorgea Femmes, vieillards, guerriers, enfants à la mamelle, Par milliers et milliers !... (la paix) Ah ! J’en connais l’implacable formule, Obéir Ou périr. C’est la paix sinistre de l’ergastule Ou le silence des déserts Que Rome étend comme un linceul sur l’univers. À Gergovie, il nargue Rome dans son chant de guerre, Tu vois le sang couler comme une rivière ! Il te monte jusqu’au genou ! Courage ! Gaulois ! Frappe, frappe plus fort ! Tu vois le sang couler comme un lac ! Il te monte jusqu’à la poitrine ! Et en mourant, il crie à César Tu triomphes, César, mais je suis plus grand que toi ! Les druides de Boadicée implorent (en vain) les dieux de Bretagne, Hear, ye Gods of Britain, Hear us this day, Let us not fall the Roman eagle’s prey, Clip their wings, chase them home, And check the tow ’ring pride of Rome... Divine Andate, president of war, The fortune of this day declare, Shall we to the Romans yield, Or shall each arm that wields a spear, Strike it through a massy shield, And dye with Roman blood the field ? Attila menace, Vanitosi ! Che abbietti e dormenti Pur del mondo tenete la possa, Sovra monti di polvere e d’ossa II mio baldo corsier volerà, Spanderd la rea cenere ai venti Delle vostre superbe città, et si, vaincu, il feint d’accepter la paix et l’amitié offertes par le vainqueur, c’est pour préparer sa revanche, Poi vedrai chi sono, ma sarà tardi allor141 !

52Ces ennemis peuvent se réconcilier avec Rome, parfois au mépris de l’Histoire. Zénobie, chez Albinoni, refuse l’amour d’Aurélien ; condamnée à mort, elle refuse qu’on assassine l’empereur pour la sauver, ce qui lui vaut grâce et restauration. Chez Rossini, quand Aureliano lui offre sa liberté et son royaume en échange d’un serment de fidélité à Rome, elle accepte, Vincesti, a Roma Giuro salda amistà... Il giuramento mio Portera sempre in core, Lo custodisca amore, Che le nostr’alme uni. Sophonisbe, chez Paër, s’indigne à l’idée de paraître au triomphe de Scipion, Degg’io, figlia d’Asdrubale, nata in Cartago, stretto tra lacci il piede, il regio crin reciso, Scipione seguire, ed al suo carro avvinta in Roma entrar (I 6). Elle exhale fréquemment son amour de Carthage et sa haine de Rome, O patria amata, Tu gl’ispira coraggio. 1 superbi Romani abbiano alfine Perdita, e infamia, e allora appieno, o Dei, Esauditi saranno i voti miei (I 5), O Del custodi Della punica sorte, Proteggete i miei voti, E se morire io deggio, Sempre a Cartago sia Grata la morte, e la memoria mia (I 6), Son del sangue d’Annibale... Fino ai respiri estremi, Io libéra sarò, Roma ne fremi... Con le mie man vorrei I suoi figli, il Senato, Trucidare, annientar, fiaccar nel Tebro L’insano fasto, l’insolente orgoglio, E incenerir perfino il Campidoglio, Io saprei con aima forte Affrontar perigli e morte, E d’allor la fronte cinta Trascinare al carro avvinta La Romana libertà (I 12), Io ne’respiri estremi Odio a Roma rinnovo, e la mia morte sia Alla mia patria un vanto, a me sollievo. Oltre la tomba a plaçar l’ombra mia, Il Genio di Cartago, o Marte, aspetto, Ei di Roma aile chiome sfrondi l’alloro, E ne disperda il nome (II 11). Mais après son faux empoisonnement, quand Scipion emporté par l’admiration lui rend trono e libertade, la haine cède, Oh in quanti modi e quanti Oggi, Scipione, vincesti ! Sempre di Roma i figli Fu il mio core africano a suo dispetto Costretto ad ammirar, vinto non mai, Ma tu, che agli occhi miei Or comparisci, e sei Degli altri figli suoi, figlio maggiore, Trionfi alfin dell’african mio core. I miei sdegni e l’ire obblio, Roma odiar più non poss’io. Ah che troppo in te risplende La clemenza e la pietà (II 12). Un lieto fine de fantaisie, célébrant, au-delà de Scipion, Napoléon.

  • 142 G. Giordani, Epponina, Florence 1779, Cherubini, Giulio Sabino, Londres 1786, et Epponina, Trieste (...)
  • 143 Tacite, Histoires, IV 55 et 67. Dion Cassius, Histoire romaine, LXVI, 16, 2.
  • 144 Giulio Sabino, P. Giovannini, Venise 1781.
  • 145 Titus, en fait était en Judée lors de la révolte de Civilis et Sabinus. Sabinus fut vaincu par les (...)

53Sabinus a inspiré plusieurs opéras142. Le chef lingon Julius Sabinus s’est allié dans les troubles de 69 au Batave révolté Civilis. Vaincu en 70, il a survécu caché pendant neuf ans, grâce à sa femme Éponine (ou Épponine, Epponina), mais a été finalement exécuté. Éponine, pour partager son sort, insulta Vespasien qui la condamna à mort143. Dans l’opéra de Sarti144, le seul aujourd’hui enregistré, des relations amoureuses complexes embrouillent la situation politique. Tito (Titus, fils de Vespasien), s’est épris d’Epponina145, mais reçoit de son père l’ordre de l’amener à Rome pour la faire traîner en triomphe. Epponina est horrifiée, È ver ch’io deggio Strascinare il vil peso Di catena servit (I 4), et Tito voudrait la sauver. En fait, l’ordre est un faux forgé par Annio, faux ami de Tito et lui aussi amoureux d’Epponina. Le gouverneur de Langres Arminio ( !) est en réalité un ami de Sabino, dont il aime la sœur Voadice, qui semble vivre en liberté chez les Romains et ne se gêne pas pour dire son fait à Tito quand Sabino et ses enfants ont été capturés, E Tito avrà tal core D’incrudelir contro un eroe che vinto Fu dalle frode, e di volerlo estinto ? Questo nonfu il costume Del popolo Roman... Tu vendichi te stesso, Non la ragion del trono o Roma offesa. Quell’ira che invano Celar tu pretendi D’un core romano II pregio non è. È degno un sovrano E allora del regno Che frena lo sdegno, Che accorda mercè (II 9). Tito propose sans succès à Sabino de se soumettre à Rome : Sabino, È giunto alfin quel tempo Di piegare la fronte Al romano poter -Ch’io pieghi la fronte Ai tiranni del mondo ? Epponina défie à son tour Tito, qui n’a plus qu’une solution, A morte vi condanno (II 11). Annio révèle qu’Arminio a été capturé parmi les amis de Sabino et pousse Tito à en finir, Finchè vivo è Sabino, dura il periglio... Rammenta Cio che tu devi alle romane squadre, Ai comandi di Rome, al mondo, al padre. Tito s’interroge sur cet excès de zèle, Un altro traditore io temo in lui. Il propose à Epponina de lui rendre sa liberté et ses fils et de lui donner un meilleur époux, lui-même, che dà leggi aile Gallie, al mondo, a Roma. Comme elle refuse avec dédain, il veut faire exécuter Sabino devant elle (III 1). Sabino et Epponina méprisent la mort, Apprenda Tito Con suo rossor, da noi, Che nelle Gallie ancor nascon gli eroi (III 5). Mais Tito refuse d’être vaincu en vertu : Ecco, ti rendo I figli tuoi e la tua diletta sposa. Dell’atto generoso Non chiedo altra mercede Se non che giuri a Roma ossequio efede. Sabino fait alors sa paix avec Rome, Vinto di tal virtù, chiedo perdono Del mio lungo fallir. Sarà di Roma, Deposto l’odio antico, Dell’Impero e di te servo e amico. Tito pardonne à Arminio et le marie à Voadice, pardonne à Annio dont il a compris les trames et chacun conclut II Gallo, il Germano, Del Lazio nemico, A Cesar amico La fè giurerà, Dell’aquila il volo Fermar con tal duce Da questo a quel polo Nessuno ardirà. Di Tito s’adori La bella pietà ! Contraire à l’histoire, ce dénouement s’explique par le goût vénitien du lieto fine et le désir de Venise d’être une nouvelle Rome (d’où les ralliements).

  • 146 Le fils d’Arminius fut ainsi élevé à Ravenne, Tacite, Annales, I 28, 6.
  • 147 D’après Tacite, il reprochait à Arminius d’avoir enlevé sa fille déjà promise à un autre, mais la j (...)
  • 148 Alan Curtis, plaquette de l’enr. de 2001.
  • 149 En dehors des opéras, voir par exemple le Hermannschlacht de Kleist, 1809.

54L’opéra a parfois mêlé les épisodes de l’histoire d’Arminius. À sa victoire de Teutoburg sur les légions de Varus s’ajoutent avec quelque confusion chronologique sa longue lutte d’influence avec son beau-père Ségeste, allié de Rome, qui livra à Germanicus sa fille alors enceinte146, les nouveaux combats entre Arminius et Germanicus et la victoire de celui-ci. Chez Haendel, Arminio a été capturé par Varo qui s’est épris de son épouse Tusnelda. Segesto, père de celle-ci, hait son gendre147 et le remplacerait volontiers par Varo. Il prétend rompre les fiançailles de son fils Sigismondo (historiquement allié instable de Rome) avec Ramisa, sœur d’Arminio. Sigismondo refuse, mais n’admet pas la tentative de Ramisa de tuer Segesto. Arminio refuse toute soumission à Rome, Prima che Arminio pieghi La fronte al latin soglio, e che rineghi E patria, e sangue, e Dei, morrà fra strazi ; Ségeste, passé aux Romains, ne voit de chance de paix que dans l’élimination d’Arminio si celui-ci ne plie pas, Se Arminio oggi non piega A ricever di Roma e legge e pace, Colla sua testa pagherà l’orgoglio, Che aver non puo, mentre che Arminio vive, Pace con la Germania il Campidoglio. Varo reçoit une missive d’Auguste, Grate mi sono al somma O Varo l’opre tue. Si perda Arminio. Estinto Questo capo dell’idra, abhiamo vinto. Mais il hésite à affliger Tusnelda. Segesto incite Arminio à se soumettre à Rome, car c’est sa dernière chance. Tous deux opposent leurs visions de la politique et de l’honneur : Opportuno è il consiglio, Al monarco romano Chinati, e schiverai grande un periglio -Ah traditor ! Con queste indegne voci A me parla Segesto ? E crede forse, Ch’io voglia consacrar a vil memoria E patria, e sangue, e nome, e trono e gloria ? -Il dar pace alla patria, eh ! fia tua gloria -Gloria ? Il renderla schiava Ad un giogo tiranno ? – Morrai dunque -Famoso In libertà. Su, su, senz’altro esame Corriamo a morte, e viva II vil Segesto in servitude infame (II 3). Décidé à mourir, Arminio veut confier Tusnelda à Varo, ella è ben di te degna e tu di lei, mais la jeune femme refuse. Arminio affirme son mépris de la mort, Sono le vostre pompe il mio trionfo, Sprezzo morendo quel romano orgoglio Ed è per me nel palco un Campidoglio. Segismero, frère de Segesto mais fidèle à Arminio, attaque les Romains. Varo prend le commandement, laissant à Segesto la garde du castello. Sigismondo empêche Tusnelda et Ramisa de se tuer ; il hésite, par fidélité à son père, à libérer Arminio, mais les deux femmes le persuadent. Segesto furieux veut le mettre à mort avec Ramisa, mais Tullio vient annoncer qu’Arminio est vainqueur. Généreux, Arminio pardonne à Segesto et marie Sigismondo à Ramisa. Mais le chœur final, qui devrait célébrer la joie, est en sol mineur : Haendel entendait-il nous faire réfléchir à l’injustice de la mort de Varus, lequel nous est présenté sous les traits d’un être admirable se comportant en homme d’honneur (que l’on entend pour la dernière fois dans un air plein de charme avec cors et hautbois) tandis que Ségeste, esprit du mal, survit148 ? Si le sujet de l’opéra est anti-romain, comme il convient dans l’Angleterre du temps, la façon dont Haendel l’a traité ne l’est pas. Un livret de Salvi, lui-même italien, ne pouvait d’ailleurs pas donner à Arminius la sauvagerie brutale qu’on trouvera chez des auteurs allemands149 : est-ce la raison de l’échec de l’œuvre ? En fait, Arminio et Varo luttent en gentilshommes, dans un monde où cette noblesse semble dépassée, entre les ordres réalistes d’Auguste et la veulerie féroce de Segesto. Un opéra qui « finit bien » selon les canons habituels mais laisse quelque amertume et où l’image de Rome reste noble.

  • 150 Arminio ovver Chi la dura la vince, sc. fin.

55Biber, dans son seul opéra conservé, s’intéresse à Germanicus, donc à la revanche de Rome. Mais Arminius, prisonnier incognito à Rome, n’a pas le premier rôle dans cette œuvre complexe. Calligola (Caligula), épris de Segesta, l’épouse d’Arminius, emploie celui-ci, sous le nom d’Eraste, pour envoyer des déclarations à la jeune femme qui les repousse et insulte le messager (qu’elle n’a pas reconnu !). Arminius peut se féliciter de la vertu de sa femme, puis lui révéler son identité et fuir avec elle. Quand Séjan les ramène devant Tibère, Arminius explique fièrement qu’il a suivi sa femme sans se faire connaître, pour la protéger. Tibère impressionné décide de manifester la grandeur romaine, Per dimostrarti, Arminio, Quai benigna clemenza Con i Cesari regni, Quel che tu fra le battaglie E tra le squadre in campo Ottener non potesti, S’esser fido mi vuoi Senza rischi e senz’armi ottener puoi. Biber n’hésite pas à montrer Arminius vaincu par cette générosité et faisant hommage à Tibère, lo ravviso, o Tiberio, Ch’è volere de’Numi Ch’abbia Roma l’imperio, Il tutto cede Arminio A quelle), e ancora gli giurafede, un hommage que Tibère récompense, Per amici vi prendo, E libertà col regno ecco vi rendo150. Ce dénouement « impérial » s’explique à Salzbourg, terre d’empire, même s’il est contraire à l’histoire.

  • 151 Arminius, Cüppers, Barmen 4.12.1875, rév. Zurich 21.1.1877.
  • 152 M. Schwarzer, plaquette de l’enr. CPO de 2009.

56Dans l’empire allemand naissant, Max Bruch consacre un oratorio à Arminius151. Les Germains s’étonnent de l’approche d’une armée menaçante, Arminius reconnaît les Romains, Es sind die Schaaren Latiums..., Ce sont les armées du Latium, quel mauvais sort les amène ici ? Je ne suis pas coupable envers eux ! Je n’ai pas de guerre avec clan ou tribu, je garde les foyers et les autels de mes pères. Le chœur des Romains est un résumé d’impérialisme, Nous sommes les fils du puissant Mars, nés des dieux et des héros ! Devant nos armes invaincues s’effondrent les tribus de la terre... Nous avons pris Athènes et vaincu dans les plaines d’Asie, et devant les portes de Carthage ! Sur tout le cercle de la terre, nous portons nos aigles d’or en triomphe. Mais Arminius et Siegmund refusent le joug étranger et l’esclavage pour les fils de Wotan. Dans la forêt sacrée, la prêtresse promet l’aide des dieux. Face aux atrocités romaines, Arminius appelle les tribus de Germanie, Chérusques, Marses, Sicambres, Chauques et Frisons : Frères, aux armes ! Nous les attirerons dans la sombre forêt où ils trouveront une tombe désolée ! Aux armes, car juste est notre cause, Que s’élève haut la bannière de la liberté ! La bataille fait rage, la prêtresse voit les Walkyries en robe blanche se pencher sur ceux qu’elles ont choisis, les portes du Walhalla s’ouvrir aux héros, le vent apporte l’écho de ces réjouissances divines. Arminius proclame la victoire, la puissance de Rome est entamée par le bras vainqueur du seigneur des batailles, les fils de la Germanie seront glorieux. À l’appel de la prêtresse, tous vont à l’autel de Wotan avec des branches et des fleurs, le célébrer avec des chants et des danses, et chanter un hymne solennel à la Liberté, glorieux trésor ! Par le personnage d’Arminius, Bruch voulait mettre en mots et en musique l’idéal de liberté et d’autodétermination du peuple allemand..., des héros qui empoignent le destin qui s’abat sur eux pour le façonner à leur idée, qui deviendront les fondateurs de la nation allemande... Il s’agit aussi de défendre les dieux de la patrie, et par là l’identité culturelle, spirituelle, du peuple... Le lien étroit avec la nature est la métaphore du lien avec l’aspect métaphysique... L’apparition de Dieu dans le murmure de la nature, accessible aux seuls initiés, est pour les Germains le signe qu’ils sont élus. Le parallèle avec les oratorios de Haendel sur le thème d’Israël et leurs prédictions d’une Grande-Bretagne bénie des Dieux est manifeste... « Arminius » n’est pas une épopée héroïque (Arminius n’a pas de solo)... L’oratorio devient une œuvre chorale patriotique, ce n’est pas l’individu qui a fait l’histoire, mais bien la masse du peuple152. Dans ce contexte où monte le pangermanisme, Arminius opère sans le dire une translatio Imperii, de Rome à la Germanie. Le Germanico haendélien célébrait par un héros romain la future grandeur d’un empire transporté en Germanie sur les rives du Danube. Dans les premières années du nouvel empire allemand, l’utilisation de l’histoire romaine est différente, mais le but est le même : le Kaiser n’est-il pas César ? Même les ennemis irréconciliables empruntent à Rome.

  • 153 Massenet, Roma, III (l’imaginaire Vestapor vient de Gaule cisalpine, l’œuvre se passant pendant la (...)

57Avec le même intérêt, voire la même sympathie, l’opéra présente les ennemis vaincus devenus des sujets malcontents. Vestapor le Gaulois veut sauver la Vestale pour empêcher le salut de Rome, Moi... qui fus témoin du crime et qui pourrais tout dire, je subirais le martyre Plutôt que de livrer la Vestale aux Romains... De son destin Dépend le destin de la guerre, Le salut des Romains à sa perte est lié ; il a deux fils, deux héros, dans l’armée africaine et attend la victoire d’Hannibal, Peuples vaincus, levez la tête ! Rome est en pleurs ! Rome est défaite ! Eveillez d’un cri triomphal Les révoltés et l’espérance, Voici le jour de la vengeance ! Brennus renaît dans Hannibal !... Rome enfin doit périr. Orovèse et les druides appellent la colère des dieux pour purger la Gaule des aigles romaines, Dell’aura tua profetica, Terribil dio, l’informa, Sensi, o Irminsul, le inspira D’odio ai Romani e d’ira, Sensi che questa infrangano Pai e per noi fatal, Si, parlerà terribile Fra queste quercie antiche, Sgombre farà le Gallie dall’aquile nemiche, E dal suo scudo il suono, Par al fragor del tuono, Nella città dei Cesari Tremendo echeggerà... La Stella di Roma, Sbigottita si copre d’un vélo, Irminsul corre i campi del cielo Quai cometa foriera d’orror. Norma ne les retient qu’en prophétisant l’échec d’une rébellion, mais aussi l’inéluctable chute de Rome, V’ha chi présumé Dettar responsi alla veggente Norma E di Roma affrettar il fato arcano ? Ei non dipende, no, Da poter umano !... lo ne’volumi arcani leggo del cielo, In pagine di morte Délia superha Roma è scritto il nome, Ella un giorno morrà, Ma non per voi, Morrà pei vizi suoi, Qual consunta morrà ! L’ora aspettate, l’ora fatal Che compia il gran decreto. Mais l’attente est lourde aux druides et aux guerriers, déçus d’apprendre qu’un autre proconsul remplace Pollion et qu’ils doivent encore ronger leur frein, Ah ! del Tebro al giogo indegno Fremo pur e all’armi anelo, Ma nemico è sempre il cielo. Ma consiglio è il simular. Ma il furor in se si covi, Divoriam in cor lo sdegno, Tal che Roma estinto il creda, Di verrà, si, che desto ei rieda Più tremendo a divampar. Guai per Roma allor che il segno Dio dell’armi il sacro altar. Leur fureur explose, joyeuse, quand Norma fait enfin résonner le « bronze d’Irminsul » pour les appeler à la guerre, Guerra, guerra ! Le galliche selve Quant’han quercie producon guerrier, Qual su gregge fameliche belve Sui Romani van essi a cader. Sangue, sangue ! Le galliche scure Fino al tronco bagnate ne son, Sovra i jlutti del Ligeri impuri Ei gorgoglia con funebre suon, Strage, strage, sterminio, vendetta ! Già comincia, si compie, s’affretta, Corne biade da falci mietute Son di Roma le schiere cadute, Tronchi i vanni, recisi gli artigli, Abbattuta ecco l’aquila al suol, A mirare il trionfo de’figli Ecco il Dio sovra un raggio di sol153 !

  • 154 Tacite, Histoires, IV 55, 3. Sabinus, comme tous les Gaulois devenus citoyens romains sous les Juli (...)

58Toujours en Gaule, Sabinus et son épouse Éponine paraissent dans les opéras italiens mais aussi chez Gossec. Sabinus s’y prétend descendant de César (dont sa bisaïeule aurait été la maîtresse au temps de la guerre des Gaules), ce qui ne l’empêche pas d’être l’ennemi des Romains. Cette hostilité va d’abord à Mucien, qui lui dispute Éponine, mais s’étend à Rome154 : ses desseins sont d’affranchir la Gaule asservie, De rendre son pouvoir redoutable aux Romains. Un songe l’incite à la révolte mais semble annoncer un sort funeste, Soudain à mes yeux s’est montré Des Gaulois le dieu tutélaire, Triste, pâle, défiguré, Couvert de cendre et de poussière. Ses rayons pâlissants s’éteignaient sur son front, Il soulevait ses fers, il pleurait son affront... À ses lugubres cris, Du séjour des ténèbres, Mes aïeux sont sortis. J’ai vu leur troupe conjurée Me saisir, m’entraîner dans d’horribles cachots, Là promenant ma vue incertaine, égarée, Je me suis trouvé seul au milieu des tombeaux (I 1). Il devra en effet, sur l’ordre du Génie de la Gaule, se cacher dans ces tombeaux et passer pour mort, après la victoire des Romains et la destruction des bois sacrés par Mucien. L’opéra se consacre largement à la fidélité d’Éponine et à sa résistance à Mucien. Pour la sauver, Sabinus soulève à nouveau les Gaulois, Éveille-toi, peuple fidèle, Peuple dans tes fers endormi, À mon courage unis ton zèle, Reprends une force nouvelle Pour écraser notre ennemi (V 1). Victorieux, il proclame Mucien par mes coups vient de perdre la vie. Braves Gaulois, c’en est assez, Épargnons les vaincus que la crainte a glacés (V 7), ... La liberté vient de renaître, Liberté, liberté, que ce cri répété Brave de nos tyrans la puissance inhumaine (V 8). C’est, semble-t-il, la première fois que se montre à l’opéra en France la tendance anti-romaine développée au XVIIIe siècle, à la suite de Fénelon, par Montesquieu et d’autres. Dans un opéra commandé pour des noces princières, on se demande s’il y a là l’indication d’un changement chez les souverains mêmes (alors que Bossuet avait vu en Rome l’instrument de la Providence, préparant les voies à la France).

  • 155 Lauro Rossi, Cleopatra. E. Rincon d’Astorga, E pur Cesare ha vinto, an., et 1708. Massenet, Cléopât (...)

59Cléopâtre, d’alliée devenue ennemie, maudit Rome au mariage d’Antoine, Trema, o Roma, il tuo sole splendente Quando un giorno eclissar si vedrà, Dalla terra, tua schiava fremente, Maledetto il tuo nome sarà ; mourante, elle croit sa malédiction accomplie par l’accession d’Octave, lo libéra m’alzo sull’ali délia morte ! Tu avrai da un superbo servaggio e ritorte, O Roma, paventa, sfrondar ei saprà Lo splendido serto di tua libertà ! Après Actium, elle craint d’être traînée au triomphe du vainqueur, E pur Cesare ha vinto E l’aquile Romane nella regia d’Egitto Ferman superbe il nobil volo altéra. Dunque al latino impero Andrà Cleopatra ad illustrai- gl’allori ? Idée qui la fait frémir d’horreur, Des licteurs impudents mettraient la main sur moi, Je rendrais plus fameux le triomphe d’Octave... Les mains chargées d’entraves, nue, les cheveux épars, enchaînée à son char, je serais la risée des populaces viles, moi Cléopâtre, ou Saucy lictors Will catch at us like strumpets, and scald rhymers Ballad us out o ’tune Shall they hoist me up And show me to the shouting varletry Of censuring Rome ? Rather a ditch in Egypt Be gentle grave unto me ! À son dernier moment, elle exulte d’avoir trompé Octave, Pur, nel morir, deludere Passa un Romano ancora, Contro gli estinti, Cesare Incrudelir non puo. Égyptien lui aussi, Arbacès a la nostalgie de l’indépendance des Pharaons, délia corona egizia Roma s’ornà fastosa, Balda sulle piramidi Or l’aquila si posa, Ma se degli anni il turbine Quella corona ha sperso, Per tutto l’universo Sudditi Arbace avrà155.

  • 156 Massenet, Hérodiade, Millet, Grémont et Zanardini, Bruxelles 19.12.1881.
  • 157 Ce passage vient d’une communication au colloque de l’AFHIP à Lyon en 2003.

60Évoquons enfin à la fois l’autosatisfaction des Romains et les acclamations peu sincères de la foule sujette dans Hérodiade156 : Romains ! Nous sommes Romains ! À ce nom seul le monde entier frémit de crainte, Devant Jérusalem, devant la cité sainte, Arrêtons-nous en souverains ! Nos aigles d’un coup d’aile étendent notre gloire À travers la plaine et les mers, Et nous parcourons l’univers En marquant tous nos pas avec une victoire ! Nos fronts ont l’auréole Des Césars triomphants ! Nous monterons au Capitole ! Romains ! Nous sommes Romains ! La foule des Juifs qui peu d’instants plus tôt s’apprêtait à la révolte (Aux Romains orgueilleux de nous avoir soumis Faisons une guerre sacrée !), face aux légions acclame Hérode, gloire à toi ! Gloire à toi, Vitellius ! Pompier ? Assurément. Mais en montrant l’orgueil du conquérant et la feinte soumission des sujets, cette scène permet, en jouant sur la pluralité des Capitoles, de saluer Toulouse et aussi Lyon157, si l’exil d’Hérode et Hérodiade se fit bien au Lugdunum du Rhône et non à celui des Convènes....

  • 158 Landi, texte G. Guidiccioni d’ap. Baldassare Castiglione. Mercadante, Orazi e Curiazi, Cammarano, S (...)

61Landi en 1620 s’affligeait sur les ruines de Rome, Superbe colli, e voi, sacre ruine, Ch’il gran nome di Roma ancor tenete, Ahi, che reliquie miserand’havete Di tante opéré eccelse e pellegrine. Colossi, archi e theatri, opre divine, Trionfal pompe gloriose e liete, In poca polve hornai converse siete E fatte al mondo vil’favola al fine... Mais d’autres propos paraissent mieux conclure : Rome... Rome, immortelle ! prédisait Didon. Eterna è Roma, il fato In ciel ne fu segnato, Ad essa i Numi apprestano II trionfale onor, affirmaient avec une calme certitude les chœurs romains avant le combat suprême contre Albe. Après la mort de Domitien, Agricola annonçait l’espoir en citant le Carmen saeculare d’Horace, Che mai tramonti non conosca l’almo sole di Roma, e mai non veda gloria maggior di Roma158. Et en 1924, la IVe partie du poème symphonique de Respighi I Pini di Roma évoque, sous les pins de la Via Appia, le pas des légions triomphantes.

Notes

1 Caccini, M. da Gagliano et Péri, intermèdes d’Il Giudizio di Paride de M. Buonarotti, Florence 1608. Venise : Monteverdi, Le nozze d’Enea con Lavinia 1641, L’incoronazione di Poppea 1642. Cavalli, Didone 1641, Scipione Affricano 1664, Mutio Scevola 1665, Pompeo Magno 1666, Eliogabale 1667/68. Cesti, Cesare amante 1664, Il Tito 1666. P.A. Ziani, Annibale in Capua 1661, Attila 1672. M.A. Ziani, Caio Popilio 1704. Boretti, Eliogabalo 1668, Marcello in Siracusa 1670, Claudio Cesare 1672. Legrenzi, Germanico sul Reno 1676, Publia Elio Pertinace 1684. P.S. Agostini, Il ratto delle Sabine 1680. Rome : G. Bononcini, Tullo Ostilio 1694, Muzio Scevola 1695. Landi, Il Sant’Alessio 1632. A. Scarlatti, Pompeo 1683. Tenaglia, Il Giudizio di Paride 1656. Naples : Monteverdi revu par Cirillo, Il Nerone (rév. de L’incoronazione di Poppea) 1651. Cirillo, Il ratto d’Elena 1655. Provenzale, Il martirio di San Gennaro 1664. A. Scarlatti, Nerone fatto Cesare 1695, Scipione nelle Spagne 1714. D. Scarlatti, Ottavia restituita al trono 1703. Milan : Lonati, Scipione Africano 1692. G. Bononcini, L’arrivo délia gran madré degli Dei in Roma 1713. Pise : J. Melani. Enea in Italia 1670. Ferrare : Albinoni, Lucio Vero 1713. Bassani, Alarico re de’ Goti 1685, Il Cocceio Nerva 1691. Florence : Pollarolo, Tito Manlio 1696. Pratolino : A. Scarlatti, Lucio Manlio l’imperioso 1705. Mantoue : Caldara, Paride sull’Ida ovvero GU amori di Paride con Enone 1704, Arminio 1705.

2 Innsbruck : Cesti, La Cleopatra (rév. de Cesare amante) 1654. Dresde : Bontempi, Il Paride 1662. Vienne : Cesti, Il Pomo d’oro 1667. Draghi, Gli amori di Clodio e Pompea 1669, Il ratto delle Sabine 1674, Il fuoco eterno custodito dalle Vestali 1674, Turia Lucretia 1675, Adriano sul Monte Casio 1677. Caldara, Caio Marzio Coriolano 1717, Lucio Papirio dittatore 1719. Augsbourg : J.H. Kusser, Julia 1678. Hambourg, Marché aux Oies : J.W. Franck, Aeneas der trojanischen Fürsten Aukunge in Italien 1680, Vespasianus 1681, Diocletianus 1682. Keiser, Der beidem allgemeinem Welt-Eriede und dem grossen Augustus geschlossene Tempel des Janus (La fermeture du temple de Janus par le grand Auguste à l’occasion de la paix du monde : pour fêter la paix de Ryswick, l’opéra narre les noces de Tibère et Julie) 1698, Die verdammte Staats-Sucht oder Der verführte Claudius 1703, Die römische Unruhe oder Die edelmüthige Octavia 1705, Der die Festung Siebenbürgisch-Weissenburg erobernde und über Dacien triumphirende Kayser Trajanus 1717. Mattheson, Porsenna 1702, Die unglüekselige Cleopatra 1704. Munich : Steffani, Marco Aurelio 1681, Servio Tullio 1686. Brunswick : Schürmann, Das verstôhrte Troja 1706, Porsenna 1718. Caldara, Gasparini et Fux, Teodosio ed Endossa 1716/18. Düsseldorf : Steffani, Arminio 1707. Londres : Purcell, Dioclesian 1690. L’Opéra de Moscou ouvre en 1742 sur La Cletnenza di Tito de liasse, avec prologue en russe. Araia écrit Scipione en 1740 à Saint-Pétersbourg. Arvid von Höpken, premier compositeur suédois, écrit Catone in Utica en 1753. En 1776, le premier opéra joué à La I lavane est Didone abbandonata (liv. Métastase) d’un musicien inconnu.

3 Cf notre « Images de Rome dans la littérature française du XVIIe siècle », Études d’Histoire du Droit et des Idées politiques n° 3 (Droit romain, « lus Civile » et droit français, dir. J. Krynen), 1999, p. 17-47.

4 Colasse (ou Collasse), Énée et Lavinie 1690, Canente (protohistoire latine) 4.11.1700. Desmarest, Didon 1693. Campra, Hésione 1700. Rameau, Dardanus 1739 rév. 1744. Dauvergne, Énée et Lavinie 1758, Canente 11.11.1760. Piccinni, Didon 1783. Sacchini, Dardanus 1784.

5 Il trionfo di Camilla, regina dei Volsci, liv. Stampiglia : Draghi, Vienne 1690, A.M. Bononcini, Venise 1698. Plus tard, Vinci, Frugoni, Parme 1725, Leo, Rome 1726, Porpora, Stampiglia, Naples 1740 rév. 1760, Ciampi, Londres 1750, Guglielmi 1795....

6 Avec Lully, l’opéra a finalement absorbé le ballet de cour et pris ses caractéristiques de spectacle total, y compris les « machines ».

7 Voir « La liberté d’expression », n. 3, 8,4, 7.

8 Perti, Nerone fatto Cesare 1693, A. Scarlatti, Nerone fatto Cesare, Naples 1695, Vivaldi, Nerone fatto Cesare (rév. de Perti), Venise 1715, Haendel, Agrippina, Venise 1710, Graun, Britannica 1751, Pollarolo, Il ripudio d’Ottavia 1699, Legrenzi, L’anarchia nell’impero, Venise 1683/4. Voir aussi « La liberté d’expression », n. 4.

9 Porsile, Spartaco, Vienne 1726, Foroni, Spartaco ovvero 1 Gladiatori, Milan 1851, Sinico, Spartaco, Trieste 20.11.1886, De Ferrari, Catilina, Amsterdam 1852 Mais Catilina de Salieri (d’ap. Voltaire, Rome sauvée), composé en 1792, n’a été créé qu’en 1994 à Darmstadt !

10 Au XIXe siècle en revanche, les maîtresses royales triomphent rarement. On connaît le sort non historique mais tragique, chez Donizetti (La Favorite, Paris 2.12.1840), d’Éléonorc de Guzman, (en fait assassinée après la mort d’Alphonse XI). La Maria Padilla de Donizetti (Sc. 26.12.1841) mourut de joie ( !) et ne retrouva son triomphe historique qu’à la révision pour Trieste (1.2.1842).

11 Quelques exemples : Giunia fille de Marius et Celia sœur de Cinna (Mozart, Lucio Silla), Argelia et Leontina filles de Murena (Donizetti, L’esule di Roma), Fausta fille de Fabius (Massenet, Raina), Emilia et Fulvia filles de Dccio (Nicolini, / Manlii, Sc. 1802), Licinia fille de Genuzio (Capotorti, Marco Curzio, Naples 1813), Mencnio fils de Sallustio et d’Ottavia (Pacini, L’ultimo giorno di Pompei), Decio prénom du fils de Licinio Murena (Mercadante, La Vestale). Un cas amusant de purisme partiel : Sografi (Cimarosa, Gli Orazii e gli Curiazii) corrige Corneille en rebaptisant Camille Orazia, mais conserve Sabine, qui devrait se nommer Curiazia !

12 Gluck, L’innocenta giustifîcata, Durazzo d’ap. Métastase, Vienne 1755. Mercadante, La Vestale, Cammarano, Sc. 10.3.1840. Mercadante, Virginia, II 6. Spontini, La Vestale, de Jouy, Paris 15.12.1807. Boito, Nerone, cp, Sc. 1.5.1924 (posth.). Donizetti, L’esule di Roma, Gilardoni d’ap. Caigniez (Androclès ou le lion reconnaissant), SC 1.1.1828. Poliuto, Cammarano d’ap. Corneille, SC. 30.11.1848 (posth.), Les Martyrs, Scribe, Paris 10.4.1840. Gounod, Polyeucte, Barbier et Carré, Paris 7.10.1878.

13 R. Folz, L’idée d’empire en Occident du Ve au XIVe s., Paris 1953, p. 12 s.

14 Enéide, V 726-737.

15 Cf notre « Mythes de fondation et mission de la France : la légende troyenne », L’influence de l’Antiquité sur la pensée politique européenne, CER1111P IX, Aix-en-Provence 1996, p. 51-75.

16 The Judgement of Paris, Weldon, Londres 1701, Daniel Purcell, Londres 1701, Arne, Londres 1742. Il Giudizio di Paride, Tenaglio 1656, Graun 1752. L’incendio di Troia, Cafaro, Naples 1757. Achille all’assedio di Troia, Rome 1797. Polyxène et Pyrrhus, Colasse, Paris 1706.

17 Bontempi, Il Paride, cp, Dresde 3.11.1662, pour le mariage du prince héritier. Cesti, Il Pomo d’Oro, Sbarra, Vienne 1667/8, pour les noces de Léopold 1er et de l’infante Marguerite-Thérèse. Tous les opéras consacrés à Thétis et Pélée ne concernent pas cet épisode.

18 Sur Troie et les Habsbourg, M. Tanner, The Last Descendant of Aeneas, Yale 1993.

19 Rameau, Dardanus, La Bruère, Paris 1739. Même sujet pour Sacchini, Versailles 1784.

20 Campra, Danchet, Paris 21.12.1700.

21 La mythologie ignore ces péripéties : les noces d’Hésione, sauvée du monstre par Hercule, qui la marie à Télamon, sont liées aux trahisons de son père. On connaît en revanche à Anchise une épouse mortelle, Eriopis, dont il eut plusieurs filles : l’aînée, Hippodamie, fut mariée à Alcathoos, à qui Anchise confia l’éducation d’Énée quand celui-ci, âgé de cinq ans, arriva à Troie (P. Grimal, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine. Paris 1963, p. 35 et 137).

22 Voir « Rose ou noir à l’opéra ».

23 M. Tippett, King Priam, cp, Coventry, 29.5.1962.

24 Cesti, Il Porno d’oro, Sbarra, Vienne 1668. Caldara, Enone 1734 (un air enregistré), Morlacchi, Enone e Paride, Livourne 1808...

25 Il Paride I I (la Discorde). Gluck, Paride ed Elena, Calzabigi, Vienne 1770, prophétie de Pallas (sur le rapt d’Hélène, Cavalli, Elena rapila da Paride 1659, F. Cirillo, Il Ratto d’Elena 1655, G. Freschi, Helena rapita da Paride 1677, Winter, Helena und Paris 1782, etc). Lully et Colasse, Achille et Polixène, Campistron, Paris 7.11.1687. Manfroce, Ecuba 1812.

26 Berlioz, Les Troyens, II 2.

27 Les Troyens, I : coupée par Berlioz lui-même pour abréger l’œuvre, la scène de Sinon a été rétablie notamment par Charles Dutoit (enr. Decca 1993).

28 Cavalli, Didone, Busenello, Venise 1641, pr., (Fortuna) et I 6 E. Karaindrou, mus. sc. pour Les Troyennes d’Euripide (adapt. en grec moderne, K.X. Myris), Épidaurc 31.1.2001. Gnecchi, Cassandra, cp et Illica d’ap. Eschyle, Bologne 5.12.1905, Il Rossini, Ermione, Tottola d’ap. Racine, Naples 1819. Sur Andromaque, Andromaca, Caldara, Vienne 1724, F. Feo 1730, L. Leo, Naples 1742, Perez, Vienne 1750, Pampani, Rome 1753, Jommelli, Londres 1755, Sacchini, Naples 1761, Bertoni 1771, Martin y Soler 1780, Paisiello, Naples 1797, Pavesi 1804. Andromaca e Pirro, G. Tritto, Rome 1807. Andromaque, Grétry, liv. L.G. Pitra, Paris 1780. Astianatte (liv. Salvi), A.M. Bononcini, Pratolino 1701, Gasparini 1719, Vinci, Naples 1725, G. Bononcini 1727, Jommelli, Rome 1741, Uttini, Bologne 1748, Pampani, Venise 1755.

29 R. Kreutzer, Astyanax, Paris 1801, II 4. Rossini, Ermione, 1 4. Grétry, Andromaque, fin. I et acte IL

30 La tradition antique est obscure. Virgile fait naître Albe et Rome du fils de Lavinia, mais César et les lulii sont censés descendre d’Ascagne dit Iule. Cavalli ou Berlioz préfèrent voir en Ascagne l’héritier.

31 Les Troyens, cp. 1856-58, cr. partielle (l-es Troyens à Carthage) 1863, cr. int. en all., Karlsruhe 1890, en fr. Nice 1891.

32 Cassandre et ses compagnes, fin. II, nymphes des bois durant la chasse royale et l’orage, IV I, Mercure après le duo Énée-Didon, IV 2, les ombres à l’annonce du départ par Panthée, V 1, Énée et les Troyens avant et après le dernier duo des amants.

33 Énéide 1 12-22 (craintes de Junon) et 257-283 (réponse de Jupiter à Vénus sur le destin) : de la postérité d’Énée doit naître Rome, qui doit ruiner Carthage. Cavalli, La Didone, II 1, montre Junon, furieuse contre les restes de Troie, ordonnant à Éole de lâcher les Vents, mais cette fureur n’est qu’une ultime vengeance contre le jugement de Pâris, il n’est pas question de Carthage.

34 Tr. de M. Suzuki, Métamorphosés of Ilelen : Authority, Différence and the Epic, Ithaca, New York 1989, p. 11. Cf. M. Desmond, Reading Dido : Gender, Textuality and the Médieval Aeneid, Minneapolis-Londres 1994.

35 Tr. de C. Perkell, « On Creusa, Dido, and the Quality of Victory in Virgil’s Aeneid », Reflexions of Women in Antiquity (dir. H.P. Foley), New York 1981, p. 370-371.

36 Tr. de R.D. Williams, The Aeneid, Londres 1987, p. 108.

37 Tr. de B. Otis, Virgil : A Study in Civilized Poetry, Oxford 1963, p. 90-91.

38 V. Pöschl, « L’épopée romaine », Actes du Xe Congrès de l’Association Guillaume-Budé (Toulouse 8- 12 avril 1978), Paris 1980, p. 144-145.

39 J. Morel, « Le Poème héroïque au XVIIe siècle », Actes du Xe Congrès..., p. 252.

40 Cf H. Cadrieu, En marge de la légende troyenne : Hector (1604) d’Antoine de Montchrestien (aspects politiques), mémoire de DEA, Toulouse I 1994.

41 Louis Herland, Horace ou Naissance de l’Homme, Paris 1952, p. 92-93.

42 C. Chumside, plaquette de l’enr. Hypérion, 2009.

43 L’Énéide, IV 195-218, montre larbas demandant vengeance à Jupiter. Métastase, mêlant Justin à Virgile, le fait rival d’Énée et lui fait incendier Carthage après le départ des Troyens. La guerre victorieuse menée contre lui par Énée apparaît chez Piccinni, Didon, et Berlioz, Les Troyens, III.

44 Voir « La liberté d’expression », n. 9. Didon et Énée ont inspiré Cavalli, Didone, Venise 1641, Purcell, Dido and Aeneas, Londres 1689, Desmarets, Didon, Paris 1693, A. Scarlatti, Didone délirante, Naples 1696, Graupner, Dido Königin von Karthago, Marché aux Oies 1707, Pepusch, The Death of Dido, Londres 1716, Haydn, Dido 1776 (perdue), Holzbauer, La morte di Didone 1779, Kraus, Aeneas i Carthago (Dido och Aeneas), Stockholm 1799 (posth.), Capotorti, Enea in Cartagine, Naples 1800, Liverati, Enea in Cartagine, Prague 1808, Danzi, Dido, Stuttgart, 1809/11, Umlauff, Aeneas in Cartagine, Vienne 1811, Neitzel, Enea e Didone, Brême 1884. Cantates sur Didon : Campra, Colin de Blamont, B. Marcello (rév. Respighi), Rossini (La morte di Didone, cp vers 1811 pour E. Mombelli, cr. 1818), ou G. Charpentier (1887).

45 Piccinni, Didon, III 3 (cf Enéide IV 379-387 et 607-629), et Berlioz, Les Troyens, V.

46 Berlioz, Mémoires, ch. 37.

47 Berlioz, au lieu de l’apothéose romaine, avait d’abord prévu une prédiction de l’empire français en Afrique (déconseillée par Pauline Viardot). Une version plus brève (reprise à Paris en 2003 au Châtelet) concluait par ces mots de Clio, Fuit Troia ! Stat Roma !

48 Voir É. Gillon, « Les lois des Troyens », Droit et opéra, Paris-Poitiers 2008, p. 179-196.

49 Cavalli l’a fait aussi, mais en mariant Didon à larbas, il a affadi la fin et oublié le destin des Troyens. Au moins sa Didon fait-elle son devoir.

50 David Caims, « Histoire et caractère de l’œuvre », plaquette de l’enr. 1969 (dir. C. Davis).

51 Liv. Ulloa, d’ap. Ovide, Métamorphoses XIV 372 s.

52 Enea in Italia, .1. Melani, Pise 1670. Draghi, Vienne 1678. I trionfî del falo (Enea in Ilalia), Stefïani 1695. Enea net Lazio, Perez, Lisbonne 1759, Porpora, Londres 1734, Jommelli, Stuttgart 1755 et 1766, Righini, 1793. Antonio Puccini, Lucques 1795. Enea e Lavinia, Traetta, Parme 1761, Sacchini, Londres 1779, P.A. Guglielmi 1785. L’arrivo d’Enea nel Lazio, Galuppi, Florence 1763. Autres opéras sur les aventures d’Énée : Amor vien dal destina ovvero Il Turno, Steffani, Düsseldorf 1707. Enea negli Elisi, Fux, Vienne 1731, Lajanu, Parme 1807. Aeneas in der Hölle, Stegmayer, Vienne 1800. Enea in Caonia, Hasse 1727. Enea in Cuma, Piccinni, Mililotti, Naples 1755.1 Troiani in Laurento, Barbirolli 1836.

53 Colasse, Énée et Lavinie, Paris 7.11.1690.

54 Enea nel Lazio, F. Moretti, Saint-Pétersbourg 1799.

55 Il Trionfo di Camilla, regina dei Volsci, liv. Stampiglia, cf n. 5. Camille épouse un fils de Latinus.

56 Sarti, Enea nel Lazio, I 7 et 8, et II 8.

57 Fux, lulo Ascanio. re d’Alba 1708. Mozart, Ascanio in Alba, Parini, Milan 17.10.1771, pour les noces de l’archiduc Ferdinand et Marie-Béatrice d’Este (Vénus est Marie-Thérèse, allégorie transparente d’un empire à l’autre). Liv. repris en 1785 par A. Moreira, beau-frère de Portogallo.

58 D. Porte, Roma Diva, Paris 1987, p. 57.

59 Nous devons avant tout songer à la Justice. Avec elle la force des armes peut tout espérer. Sans elle rien n’est solide, disait César aux mutins de Plaisance (Dion Cassius, XLI 32, 5).

60 Rossini, Aureliano in Palmira, Romani, Sc. 26.12 1813, II 1 I.

61 IM confederazione dei Sabini con Roma, an., Lucques 1765.

62 G. Puccini, Ixi confederazione dei Sabini con Roma, an., Lucques 1765. Ces deux « journées » ont été reprises à Lucques en 1997 (Puccini) et 1998 (Boccherini).

63 Florian, Numa Pompilius, Paris 1786. L’influence de Fénelon y est manifeste (Cérès d’ailleurs dit en songe à Numa que, même aidé par Minerve, il n’égalera pas le divin Télémaque), mêlée à celle de la franc-maçonnerie et à un pot-pourri des idées du temps.

64 Hersilie était l’épouse, non la fille, de Romulus.

65 Paër, Numa Pompilio, an., Paris 1808 (même sujet, Sousa Carvalho, Numa, an., Lisbonne 24.6.1789). Balducci, Tazia, L. Ricciuti, SC I 1.1.1826, unique représentation (avec Lablache, David, A. Chomel, C. Ungher), sans doute à cause d’une cabale [Numa Pompilio de Paër se consacre à Numa et Anaïs (complications autour de la coalition), après de brefs rappels du passé. Tazia traite la rupture avec Hersilie et les fiançailles avec Tatia], Paër, Numa Pompilio, fin. 111 (célébration tardive du Code Civil).

66 Valère Maxime, II 7.

67 Mercadante, Orazi e Curiazi, Cammarano, SC 10.1 1.1846, III 2. Sur Horace, Auletta, L’Orazio, Naples 1737 (rév. sous divers titres). Les Horaces, Salieri, Versailles 1786, Porta, Paris 1800. Gli Orazi e i Curiazi, Zingarelli, Naples 1795, Portogallo, Naples 1798, Capotorti, Naples 1800. Cimarosa, Gli Orazii e i Curiazii, Sografi, Venise 26.12.1796.

68 Verdi, Attila, Solera et Piave, Fen. 17.3.1846.

69 Métastase, Attilio Regolo, sc. finale.

70 D. Porte, Roma Diva, p. 58.

71 Mercadante, Orazi..., III 2.

72 Capotorti, Marco Curzio, Schmidt, Naples 15.3.1813. Halévy a compose un Marco Curzio en 1822, en Italie après son prix de Rome.

73 Un air de Marco Attilio Regolo d’A. Scarlatti (avec fin heureuse) a été enregistré. Il n’est pas chanté par Régulus et ne concerne pas son sacrifice.

74 Attilio Regolo, Hasse, Dresde 1750, Jommelli, Rome 1751 et Londres 1753, etc.

75 Métastase, Attilio Regolo, Il I, Il 4, III sc. fin., I 7.

76 Cimarosa, Gli Orazii.., I 5. Saint-Saëns, Les Barbares, Sardou et Gheusi, Paris 23.10.1901.

77 Fuss, Romulus und Remus, Treitschke, Pest 9.9.1816, Berck, Romulus und Remus, Brême 1829. Sur Romulus, Il ratto delle Sabine, Draghi 1669, P.S. Agostini, Bussani, Venise 1680, Zingarelli, Rossi, Venise 1799. La cautela en la amistad y robo de las Sabinas, Courcelle (dit Corselli), Madrid 1735. L’Enlèvement des Sabines, Piccinni 1787 (non représenté). Le Sabine, Lauro Rossi, Sc. 1852. Romolo, Ziani 9.6.1702, Latilla et Terradellas, Rome 1739. La eadutà d’Amulio, Pampani, Venise 1747. Romolo ed Ersilia (Métastase), Basse, Innsbruck 1765, Myslivecek, Naples 1773. Romolo e Numa, B. di Dominici, Brescia 1805 (d’ap. Florian ?).

78 Mercadante, Orazi..., I 2.

79 Mercadante, Orazi..., Il 2. Cimarosa, Gli Orazii..., I 9.

80 Cf.!.. Herland, Horace ou naissance de l’homme.

81 Nicolini, I Manlii, Sc. 1802. Sur le même sujet (avec parfois un lieto fine), Tito Manlio, voir « La liberté d’expression », n. 17.

82 C’est presque la formule de la constitution Digna vox (C 1, 14, 4, Théodose II, 429) dite lex digna. Cf A. Leca, « La place de la lex digna dans l’histoire des institutions et des idées politiques », L’influence de l’Antiquité.... Aix-en-Provence 1996, p. 131-158.

83 Biber, Chi la dura la vince, ovver Arminio, Raffaelini, Salzbourg 1691/2 (?).

84 Pavesi, Le Danaidi romane, Sografi (d’ap. Tite-Live VIII 18), Fen. 1816 (l’aveu des vraies coupables permet un lieto fine). Pacini, L’ultimo giorno di Pompei, Tottola, Naples 19.11.1828 (la terreur suscitée par l’éruption amène l’aveu du coupable. Sallustio et Ottavia sont sauvés par leur fils, sur son char). Mercadante, La Vestale, Cammarano, SC 10.3.1840 (également Pavesi, Arminia la Vestale, Landi, Sc. 3.2. 1810. Pucitta, La Vestale, Romanelli, tr. de Jouy, Londres 3.5.1810. K. Guhr, Die Vestalin, Casse ! 3.6.1814. Pacini, La Vestale, Romanelli, Sc. 6.2. 1823. Fry, Aurelia the Vestal 1841, inach.). Pavesi, Il trionfo d’Emilia, G. Rossi, Sc. 9.2.1805 (en pleine fantaisie historico-juridique, Emilia, bien que Vestale, est fiancée à Scipion l’Africain. Elle se disculpe en dégageant du sable le navire qui apportait Cybèle à Rome. Sur ce vaisseau ensablé, Gluck, L’innocenza giustificata, Paisiello, La Claudia vendicata 1769, Andreozzi, Il trionfo di Claudia, an., Florence 8..9.1803). Massenet, Roma, H. Cain, Monte-Carlo 17.2.1912.

85 Les opéras les concernant sont jusqu’ici inaccessibles. Sur Camille, Eurio Camillo, Perti 1692, Pacini, Ferretti, Rome 26.12.1839. Sur Coriolan, Caio Marzio Coriolano, Perti 1683 (perdu), Caldara, Vienne 1717. Coriolano, Ariosti 1723, Treu, Wroclaw 1726, Pulli 1741, Maggiore 1744, Graun 1749, Lavigna, Turin 1806, Radicati, Amsterdam 1809. Nicoiini, Coriolano o l’assedio di Roma, Romanelli, Sc. 26.12.1808. Caracciolo, Il trionfo di Veturia ovvero Coriolano in Roma, Naples 1811. Coriolanus, Seidel, Berlin 1811.

86 Hasse, Lucio Papirio dittatore 1742.

87 D. Puccini, Il trionfo di Quinto Fabio, Prunetti, Bologne 9.1 1.1811. Sur le même sujet, sur ou d’ap. le liv. d’A. Zeno, Lucio Papirio dittatore, voir « La liberté d’expression », n. 19.

88 Legrenzi, Germanico sut Reno, Conradi, janvier 1676, introduzione.

89 Haendel, Germanico, an., cp Venise v. 1706, découvert en 2007 à Florence. Voir O. Tenerani, « Handel’s debut in Italy ? », plaquette de l’enr. DHM, et « L’exploitation de l’Histoire ».

90 Donizetti, Poliuto, Cammarano, SC 30.11.1848, Fausta, Gilardoni et cp, SC 12.1.1832 (le fait que les vaincus de Fausta soient gaulois ne semble pas masquer d’arrière-pensée).

91 I Hervé, Le Joueur de flûte, Jules Moinaux (père de Courteline), Paris 1864.

92 Pavesi, / Baccanali di Roma, Buonavoglia, Livourne 1806. Même sujet, I Baccanali di Roma, Nicolini, Romanelli, Sc. 21.1.1801, Generali, Venise 14.1.1816, C. Romani, Florence 1854. I Baccanali abolili, Belloli, Sc. 23.8.1823.

93 Il y a pourtant bien peu de ressemblance entre Sempronio, corrompu, fratricide et prêt à tuer son neveu, et Coriolan.

94 Pavesi, Le Danaidi romane. Mozart, Il Sogno di Scipione, Métastase, cp 1772, créé Salzbourg 1979. Massenet, Roma I et IV. Chélard, Les Aigles de Rome, Du Casse, Paris 1853, et v. it. De Marcello, Le Aquile Romane, Sc. 10.3.1864.

95 Mascagni, Nerone, Targioni- l’ozzetti, Sc. 16.1.1935.

96 Pour « Suburre » : exigences de la métrique.

97 De Lara, Messaline, Silvestre et Morand, Monte-Carlo 21.3.1899 (seul existe un ancien enr. de l’air d’Harès, Ô nuit d’amour, par Dathané). Boito, Nerone, cp, Sc. 1.5.1924 (posth.). Lara, Messaline. Monteverdi, L’incoronazione di Poppea. Nouguès, Quo Vadis ? H. Cain, Nice 9.2.1909 (Mattia Battistini a enregistré en 1912 en it. la mort de Pétrone et 2 autres airs, et Aline Vallandri, Pair d’Eunice. Le roman de Sienkiewicz a inspiré notamment Bezzi, Quo Vadis ? Ancône 1901, Chapi, Quo Vadis ? Madrid 1901, cf D. Porte, Roma Diva, p. 600-603).

98 Presque tous les rois de Rome et une majorité d’empereurs (souvent peu connus) paraissent à l’opéra. Outre Romulus et Numa déjà cités, Tullo Ostilio, M.A. Ziani 1685, G. Bononcini, Morselli, Rome 1694, Pescetti, Venise 1740. Anco Marzio, Pavesi, Naples 1822. Servio Tullio, Steffani 1686. Ottaviano Cesare Auguste, Legrenzi, Mantoue 1682. Ottaviano in Sicilia, Poissl, Munich 1812. Agrippina moglie di Tiberio, Porpora, Naples 1708, Sammartini, Milan 1743. Caligola, Sportonio 1675, Braga, Lisbonne 1873. Claudio Cesare, Boretti 1672. L’ingresso alla gioventù di Claudio Nerone, Pistocchi, Modène 1692. Nero, Haendel, Venise 1705 (perdu). Nerone, Duni 1735, Rasori, Turin 1888. Néron, Rubinstein, Hambourg 1.11.1879. Ottone in villa, Vivaldi, Viccnce 1713. Vespasiano, Sarro 1707, Ariosti 1724. Titus l’empereur, Haendel 1731, inach. Il trionfo di Tito, P. Raimondi, Turin 1814. Les multiples versions de La clemenza di Tito. Il Cocceio Nerva, Bassani, Ferrare 1691. Il Trajano, Mancini 1723. Le retour de Trajan ou Rome triomphante, Bochsa, Lyon 1805. Le triomphe de Trajan, Lesueur et Persuis, Paris 1807. Il trionfo di Traiano, Naples 1818. Kayser Hadrian. Wcigl, Vienne 1807. Les multiples versions d’Adriano in Siria et de Lucio Vero. Marco Aurelio, Steffani, Munich 1681. Comodo Antonino, A. Scarlatti 1698. l’ublio Elio Pertinace, Legrenzi, Venise 1684. Marco Albino in Siria, G. Tritto, Naples 1810. Eliogabalo, Cavalli, Venise 1667, Boretti 1688. Héliogabale, Déodat de Séverac, Béziers 1910. Alessandro Severo, Mancini 1718, Haendel (pasticcio), Londres 1738, Bernasconi 1738, Sacchini, Venise 1763. La Salustia (d’ap. A. Zeno, Alessandro Severo), Pergolèse, Naples 1732. Massimo Pupieno, A. Scarlatti 1695. Massenzio, Caldara, ach. Sartorio, Venise 1673. Il Costantino, Caldara, Lotti et Fux 1716. Costantino imperator, Stuntz, Venise 1720. Costantino in Arles, Persiani, Venise 1830. Il Gordiano Pio, M.A. Ziani, Vienne 1700. Il Teodosio, A. Scarlatti, Grimani, Naples 1709. Theodosius, Purcell, mus. sc., Londres 1680. L’Atenaide, Vivaldi, Florence 1728. A. Zeno et P. Pariati, Flavio Anicio Olibrio, Porpora, Naples 1711 et 1722, Vinci 1728, Bernasconi 1737 ; Genserico ovvero Olibrio, Haendel 1728, inach. (cet intérêt pour Olybrius surprend : les livrets s’inspirent-ils de certains épisodes de l’Astrée, ou sc rappellent-ils que depuis au moins le Lignum Vitae de Wion pour Philippe II -Venise 1595- et l’Arbor Aniciana de Seifried pour Philippe III -Vienne 1613-, Olybrius est, en tant qu’Anicius, un ancêtre officiel des Habsbourg et donc de tous les princes d’Europe ?). Zenone, imperatore d’Oriente, Albinoni, Venise 1696. Il Giustino, D. Scarlatti, Naples 1703, Albinoni, Venise 1711, Vivaldi, Rome 1724. Haendel, Londres 1737. La Teodora Augusta, A. Scarlatti, Naples 1692. Tiberio imperatore d’Oriente, A. Scarlatti, Naples 1702, etc.

99 Britten, The Rape of Lucretia, R. Duncan d’ap. A. Obey, Le viol de Lucrèce (1931), Glyndebourne 12.7.1946.

100 D. Porte, Roma Diva, p. 189.

101 Tite-Live II 2, 3-11. Sur l’oracle, I 56, 10-12. Sur la famille de Brutus, I 56, 7. Sur celle de Collatin (petit-neveu de Tarquin l’Ancien, donc parent plus éloigné du Superbe), I 34, 1-3 et I 57, 6. Les fils de Brutus, qu’il fait exécuter (Tite-Live II 4-5), voulaient rétablir non une royauté abstraite, mais Tarquin : Brutus perdrait le pouvoir, sa sévérité s’explique ainsi autant que par l’attachement à la liberté. Sur la transmission de la royauté à Rome en ligne féminine, P.M. Martin, L’idée de royauté à Rome, 2 vol., Clermont-L’errand 1982-1994.

102 Terminée par Eisa Respighi après la mort de son mari. Liv. Guastalla, Sc. 24.2.1937.

103 Porsenna, Lotti, Venise 1712. Muzio Scevola, Cavalli, Venise 1665, G. Bononcini 1710, Amadei, Bononcini et Haendel, Londres 1721, Galuppi 1762. Le gare dell’amor eroico, ovvero L’Orazio, o Code sul ponte, Stradella 1679. Horatius Codés, Méhul 1794. Amor aumenta el valor, De Nebra, Madrid 1728. Clelia, Keyser, Hambourg 1695. Métastase, Il trionfo di Clelia : Hasse 1762, Gluck 1763, Āysliveček 1767, Bertoni 1769, Jommelli, Lisbonne 1774, Tarchi 1786, Portogallo (liv. revu par Sografi), Lisbonne 1802.

104 Haendel, Muzio Scevola, III 2 et II.

105 Mercadante, Virginia, Cammarano, Naples 7.4.1866. Casella, Virginia. Romanelli, Sc. 26.12.1811. Mercadante, Virginia. Vaccai, Virginia, Giuliani, Rome 14.1.1845.

106 Haendel, Silla, Rossi, Londres 1713. Mozart, Lucio Silla, da Gamerra, Milan 26.12.1772 (sur Sylla, Lucio Silla, Mancini 1703, Anfossi 1774. J. Ch. Bach, Mannheim 1775. Silla dittatore, Vinci, Naples 1723. Silla, Graun 1753). Giuseppe Sinico, Spartaco, Palermi, Trieste, 20.1 1.1886 (on aimerait mieux connaître Sinico, 1836-1907, fils de compositeur, neveu d’un ténor, qui fit son premier opéra, Marinella, récemment repris, à 18 ans, et semble avoir affectionné les romans de cape et d’épée : I Moschetlieri, 1859 d’ap. A. Dumas, Aurora di Nevers, 1859, sans doute d’ap. Le Bossu de P. Féval).

107 L’opéra se passe en 63, année de la conjuration de Catilina, Spartacus étant mort en 71...

108 Sarro, Le gare generose tra Cesare e Pompeo, v. 1706.

109 Haendel, Giulio Cesare in Egitto, Haym, Londres 20.2.1724, I 11 et III 2. Même sujet : Giulio Cesare in Egitto, Sartorio, Venise 1676, Pollarolo, sd. Cesare in Egitto, Jommelli, Rome 1751, Sarti, Copenhague 1763, Piccinni 1770, G. Tritto, Rome 1803, Pacini, Rome 1821. Sur César, La gioventù di Cesare, Pavesi 1817, Cesare in Farmacusa, Salieri, Vienne 2.6.1800, Il trionfo di Cesare, Liverati, Londres 1814, Giulio Cesare nelle Gallie, Nicolini, Rome 1819, Giulio Cesare, Malipiero, Gênes 8.2.1936.

110 Graun, Cesare e Cleopaira, Bottarelli, Berlin 7.12.1742 (inauguration de l’Opéra royal).

111 Corneille, Sertorius, 1662, III 1, Rome n’est plus dans Rome, elle est toute où je suis.

112 Métastase, Catone in Utica, voir « La liberté d’expression » n. 6. Vinci, Catone in Utica, Rome 1728. Vivaldi, Catone in Utica, III 12. Graun, Cesare e Cleopatra, III 13. Soliva, Giulia e Sesto Pompeo, Perotti, Sc. 24.2.1818. Sur la clémence d’Auguste, La clemenza d’Augusto, G. Bononcini, Pollarolo et S. de Lucca, 1696. Cinna, Graun 1748, Portogallo 1793, Paër 1795, Bianchi 1798, Asioli 1801.

113 A. Scarlalti, Marc’Antonio e Cleopatra, anon., sd, et pour soprano, contralto et continuo (le nom d’Auguste date de 27, quatre ans après la mort d’Antoine). Massenet, Cléopâtre, Payen, Monte-Carlo 23.2.1914 (posth.). La Rosa Parodi, Cleopatra. Meano, Turin 16.4.1938. Cimarosa, Cleopatra, Moretti, Saint-Pétersbourg1789,1 I. Lauro Rossi, Cleopatra, d’Arienzo, Turin 5.3.1876 (l’air d’Octave, acte II, est de Nannetti). Soliva, Giulia e Sesto Pompeo.

114 Iri prosperità..., I 6, La cadutà.... II 15, La prosperità..., II 13 et I 10. Biber, Arminio, Raffaelini, Salzbourg 1691 /92 (?).

115 Perti 1693 et 1695, A. Scarlatti 1695, Vivaldi 1715. Cf. H. Leclerc, Venise baroque et l’opéra, Paris 1987.

116 Pallavicino, Il Vespasiano, Corradi, Venise 20.1.1678.

117 En fait, Domitien, alors âgé de 18 ans, s’est réfugié dans le Capitole avec son oncle Sabinus pendant les combats contre Vitellius, mais après l’incendie du Capitole il se cache chez le gardien du temple, puis s’enfuit déguisé en prêtre d’Isis, soigneusement caché chez la mère d’un de ses condisciples jusqu’à la victoire complète des partisans de Vespasien. Alors, proclamé César, il devient préteur urbain avec pouvoirs consulaires et se conduit en tyran. Vespasien et Titus sont alors encore en Orient. Les complots de Domitien contre son père et son frère furent multiples (Suétone, Les Douze Césars, Domitien, 1 et II).

118 Métastase, Ixt clemenza di Tito : Caldara, Vienne 4.11.1734, Galuppi, Venise 1760, Mozart, liv. revu Mazzolà, Prague 6.9.1791,1, 4 (seules versions pour le moment enregistrées).

119 On sait que Titus a été surnommé les délices du genre humain.

120 Selon Suétone, Titus aurait dit un jour où il n’avait pas accordé de bienfait, J’ai perdu ma Journée.

121 Il consacra à la reconstruction des villes détruites la fortune des victimes sans héritiers (Suétone, VIII).

122 Métastase, La clemenza di Tito (ou Tito Vespasiano) : voir « La liberté d’expression », n. 6.

123 Voir « La liberté d’expression », n. 11, pour diverses versions.

124 Legrenzi 1683, D. Scarlatti 1703, Albinoni 1711, Vivaldi 1724...

125 Donizetti, Belisario, Cammarano, Venise 4.2.1836.

126 Pistocchi, Il martirio di Sant’Adriano, Modène 1692. Robbiani, Roma dei Cesari, cp, E1AR 28.10.1940.

127 J. Carcopino, Les étapes de l’impérialisme romain, Paris 1934, p. 15.

128 Pergolèse, Adriano in Siria, 1 I. Rossini, Aureliano in Palmira.

129 Rossini, Aureliano in Palmira. J. Ch. Bach, La clemenza di Scipione, an., Londres 4.4.1778 (sur les Scipions, Farinelli, La caduta della Nuova-Cartagine, Venise 1803. La conquista délia Spagna di Scipione Africano, A.M. Bononcini, Minato, Reggio 1717. I gloriosi presagi di Scipione Africano, Ariosti 1704. Scipione nelle Spagne, A. Scarlatti, Naples 1714, Caldara, Vienne 1722, Ferrandini 1732, Bertoni 1768. Puhlio Cornelio Scipione, Vinci, Naples 1722. Scipione, Haendel, Londres 1726. Scipio Africanus, Graun 1732. Scipione Africano il maggiore, Caldara, Vienne 1725. Scipione in Cartagine, Galuppi, Londres 1742, Sacchini, Munich et Padoue 1770, Cercia, Naples 1801, Farinelli, Turin 1815, Mercadante, Rome 1820. Scipion en Cartagena, Rodriguez de Hita 1770. Scipione Africano, Bianchi, Minato, Naples 1787. Il sogno di Scipione, Mozart 1772). Mozart, Mitridate, Cigna-Santi d’ap. Racine (pour Q. Gasparini, 1767), Milan 26.12.1770.

130 Caio Popilio, M.A. Ziani, Venise 9.6.1704. Caio Fabrizio, Caldara, Vienne 1727, Hasse 1732, Haendel (pasticcio), Londres 1733, Graun 1746, Jommelli, Mannheim 1760.

131 Isouard et R. Kreutzer, Flaminius à Corinthe, Paris 1801. Jannoni, Paolo Emilio, Romanelli, Sc. 2.2.1807.

132 Nicolini, Traiano in Dacia, Prunctti, Rome 3.2.1807. Même titre, Blangioni, Munich 1814. Haendel, Scipione, Rolli, Londres 12.3.1726. J.C. Bach, Ixi clemenza di Scipione. Haendel, Giulio Cesare in Egitto, 1119. Elgar, Caractacus, Acworth, Leeds 1898. Rossini, Aureliano in Palmira. Métastase, Adriano in Siria (1732) : voir « La liberté d’expression », n. 15. Persiani, Costamino in Arles, Pola, Venise 26.12.1829.

133 Pcrgolèse, Adriano in Siria, I 1. Bcllini, Norma, Romani, Sc. 26.12.1831. Donizetti, Eausta (sur Crispus, Crispo, Heinichen 1720, inach., Bononcini 1721 rcv. 1722). Haendel, Arminio, A. Salvi, Londres 1736, Il I. Biber, Arminio. Sarti, Epponina, P. Giovannini, Turin 1777, rév. Giulio Sabino, Venise 1781. Gossec, Sabinus, Michel Paul Guy de Chabanon de Maugris, Versailles 4.12.1773 (noces du comte d’Artois) et Paris 22.2.1774. A. Zeno (revu par Verazi), Vologeso ou Lucio Vero : voir « La liberté d’expression », n. 14. (seule version disponible pour l’instant, Jommelli 1766). Magnard, Bérénice, cp, Paris 15.12.1911 (même sujet, Tito e Bérénice, Caldara, Rome 1714, Nasolini 1793, Bérénice in Roma, Mellara, Vérone 1805, P. Raimondi, SC 1824). Graun, Cesare e Cleopalra, III 4.

134 Graun, Cesare e Cleopatra, I 8 et II 8. Jommelli, Vologeso. Magnard, Bérénice. Métastase : Caldara, La clemenza di Tito, I 2. Galuppi, La clemenza di Tito, I 2. Mozart, La clemenza di Tito, 1 Caldara ou Galuppi, Clemenza..., I 2 et 4.

135 Annibale, Porpora, Venise 1731. Annibale in Capua, P.A. Ziani 1661, Terradellas, Londres 1746, Salieri, Sografi, Trieste 1801, Cordella, Sografi, SC 21.10.1809, Farinelli, Romanelli, Milan 26.12.1810. Annibale in Torino, Paisiello, Turin 1771, Zingarelli, Turin 1792, L. Ricci, Romani, Turin 26.12.1830. Annibale in Bitinia, Nicolini, Prividali, Padoue 1821. Brenno, Reichardt 1789. Brenno all’assedio di Chiusi, Formaglia, Venise27.11.1851. Viriate, Galuppi 1762. Numance, H. Barraud, Paris 1955.

136 Sofonisba, Caldara 1708, Gluck 1744, Jommelli, Venise 1746, Tractta (Verazi d’ap. Zeno, Scipione nelle Spagne), Mannheim 4.11.1762 (fin tragique), Galuppi 1764, Vento, Londres 1765, Neefe 1778, Portogallo, Del Marc, Lisbonne 1803, Federici, Zanetti, Turin 1805, Angeli, Marcello, Lucques 1883. Siface e Sofonisba, Porpora, Milan 1725, Cocchi 1749, Moreira 1782, P.A. Guglielmi, Tottola, SC 30.5. 1802, Petrali, Marcello, Sc. 6.2.1844. Siface re di Numidia, Feo, Métastase, Naples 1723.

137 Mitridate, Caldara, Vienne 1728, Porpora, Rome 1730 et 1736, Terradellas, Londres 1746, Graun 1750, Sacchini 1781, Tadolini, Rossi, Fen. 26.12.1827, Serrano y Ruiz, Capdepon, Madrid 14.1.1882. Antonio e Cleopatra, Hasse 1725, Malipiero, Florence 1938. Cleopatra, Anfossi 1779, Danzi, Mannheim 1780, Cimarosa, Saint-Pétersbourg 1789. lut morte di Cleopatra, Nasolini 1791, P.A. Guglielmi 1796, Bianchi, Londres 1801. Antoine et Cléopâtre, Bondeville, Rouen 8.3.1974. Vercingétorix, Kowalski. Sidney 1881, Fourdrain (Bemède et Choudens), Nice 31.1.1912, Canteloube, Paris 1933. Arminio, A. Scarlatti, Pratolino 1703, Caldara, Mantoue 1705, Steffani, Düsseldorf 1707, Pollarolo, Venise 1722, Hasse, Milan 1730 et Dresde 1746, Cocchi 1749, Tarchi 1785. I Cherusci, Mayr 1801, Pavesi 1807. Arminio ovvero I’eroe germanico, Pavesi 1831. La foresta d’Hermannstadt, Fioravanti 1812, Pacini 1839

138 Carattaco, J. Ch. Bach, Bottarelli, Londres 14.2.1767, Catalani, Peretti, Modène 1.11.1841. Caractacus, Balle, Planché, Drury Lane 6.11.1837. Baodicea, Pucitta, Bordese, Londres 1813, Morlacchi, Bordese, Naples 13.1.1818.

139 Rossini, Aureliano in Palmira. Zenobia regina de’Palmireni, Albinoni 1696, Zenobia in Palmira, Leo 1725, Anfossi 1789, Paisiello 1790. Zénobie étant aussi une reine d’Arménie épouse de Rhadamiste, on ignore de laquelle il s’agit dans des Zenobia oubliées dont le titre ne nomme pas le royaume.

140 Attila, Von Seyfried, liv. Wemer, Vienne 1809, Generali, Bologne 1812, C. Mosca, Sografi, Palerme 1818, G. Mosca, Sografi, Messine 1824, Ferr-Tuczek, liv. Wemer, Pest 13.12.1819, Persiani, Sografi, Parme 31.1.1827, F. Malipiero, Venise 15.11.1845, Lindpaintner, Rustige, Stuttgart 1853, Bordese, Paris 1882.

141 Saint-Saëns, Les Barbares. Paër, Sofonisba, D. Rossetti, Bologne, inauguration du théâtre du Corso, 19.5.1805 (avec lieto fine : Sophonisbe boit un faux poison, elle revient à Syphax et Scipion leur rend leur trône). A. Scarlatti, Mitridate Eupatore, Roberti, Venise 1707. Mozart, Mitridate, II 10. Canteloube, Vercingétorix, I 6. Fourdrain, Vercingétorix. Purccll, Bonduca, d’ap. Fletcher, mus. sc., II. Verdi, Attila, pr. sc. 6. Farinelli, Attila, an., Livourne 1806.

142 G. Giordani, Epponina, Florence 1779, Cherubini, Giulio Sabino, Londres 1786, et Epponina, Trieste 1791, Tarchi, Giulio Sabino 1790, De Luca, Giulio Sabino, SC 1809, Hoffmann, Julius Sabinus, mus. sc. 1810, inach., Del Fante, Tito in Langres, Rome 1812, Trento, Giulio Sabino in Langres, Bologne 1824, Viviani, Giulio Sabino, Florence 1827.

143 Tacite, Histoires, IV 55 et 67. Dion Cassius, Histoire romaine, LXVI, 16, 2.

144 Giulio Sabino, P. Giovannini, Venise 1781.

145 Titus, en fait était en Judée lors de la révolte de Civilis et Sabinus. Sabinus fut vaincu par les Séquanes, restés fidèles à Rome (Tacite, Histoires, IV 57).

146 Le fils d’Arminius fut ainsi élevé à Ravenne, Tacite, Annales, I 28, 6.

147 D’après Tacite, il reprochait à Arminius d’avoir enlevé sa fille déjà promise à un autre, mais la jeune femme partageait les sentiments de son mari plutôt que ceux de son père.

148 Alan Curtis, plaquette de l’enr. de 2001.

149 En dehors des opéras, voir par exemple le Hermannschlacht de Kleist, 1809.

150 Arminio ovver Chi la dura la vince, sc. fin.

151 Arminius, Cüppers, Barmen 4.12.1875, rév. Zurich 21.1.1877.

152 M. Schwarzer, plaquette de l’enr. CPO de 2009.

153 Massenet, Roma, III (l’imaginaire Vestapor vient de Gaule cisalpine, l’œuvre se passant pendant la IIe guerre punique et la conquête de la Transalpine ne commençant qu’au siècle suivant. Il y avait bien des Gaulois de Cisalpine dans l’armée d’Hannibal). Norma, Il 5 et 7, et I 4.

154 Tacite, Histoires, IV 55, 3. Sabinus, comme tous les Gaulois devenus citoyens romains sous les Julio-Claudiens, avait reçu le nom de Julius, ce qui lui inspira peut-être l’idée de cette parenté. Le choix de Mucien comme amoureux passionné d’Eponine est inattendu : selon Suétone, il avait notoirement d’autres goûts (/itre.v Douze Césars, Vespasien, XIII).

155 Lauro Rossi, Cleopatra. E. Rincon d’Astorga, E pur Cesare ha vinto, an., et 1708. Massenet, Cléopâtre, IV. Barber, Antony and Cleopatra, Shakespeare adapt. Zeffirelli, New York 16.9.1966, 111 2. Combi, Cleopalra, Bertrami, Gênes 22.6.1842. Petrella, Jone ovvero l’ultimo giorno di Pompei, Peruzzini d’ap. Bulwer-Lytton, Sc. 26.1. 1858, III 2.

156 Massenet, Hérodiade, Millet, Grémont et Zanardini, Bruxelles 19.12.1881.

157 Ce passage vient d’une communication au colloque de l’AFHIP à Lyon en 2003.

158 Landi, texte G. Guidiccioni d’ap. Baldassare Castiglione. Mercadante, Orazi e Curiazi, Cammarano, SC 10.1 1.1846, I I. Robbiani, Roma dei Cesari, cp, El AR 28.10.1941.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search