Version classiqueVersion mobile

Opéra, politique et droit

 | 
Marie-Bernadette Bruguière

Quelques explications

Texte intégral

1L’idée première d’une étude politique des opéras est née, au début des années 1970, de mon exaspération (qui n’a guère eu l’occasion de diminuer, au contraire !) devant les « explications historiques » d’un metteur en scène qui visiblement ignorait l’histoire comme l’opéra ; Carmen se passait alors dans l’Espagne de Franco, on n’a jamais compris pourquoi, et le malheureux Don José, affublé d’un uniforme de guardia civil et étranglé par sa jugulaire était obligé pour chanter de se décoiffer et de rester empêtré de son casque, ce qui lui donnait l’air encore plus sot que ne l’exige le rôle (l’ignorance de l’histoire ayant augmenté depuis lors, j’ai pu lire récemment dans un programme, à propos de la Caecilia de Charpentier, que sainte Cécile était un sujet emprunté à l’Ancien Testament et que son histoire se situait vers le IIIe siècle avant Jésus-Chrisf, heureusement il s’agissait d’une version de concert et le commentateur n’avait pas tenté d’interprétation politique...).

2Une telle étude avait alors assez peu de matériaux à utiliser, le répertoire courant étant assez mince en France, où la chape de plomb post-wagnérienne commençait à peine à se lever, assez peu encore chez les critiques, mais de plus en plus dans le public, grâce au disque : Maria Callas, peu à peu et non sans mal, imposait Bellini. D’autres suivirent. Puis vint la renaissance du « baroque ». D’une centaine d’opéras vers 1970, essentiellement du XIXe siècle, le matériel disponible est passé aujourd’hui à près de quatre mille œuvres lyriques, opéras, oratorios, opérettes, scènes lyriques, cantates scéniques, disponibles intégralement ou en extraits. Il est en outre possible d’accéder assez souvent aux livrets d’œuvres non enregistrées.

3Un plan d’étude avait été élaboré vers 1985, pour un livre qui ne vit jamais le jour après la rupture entre le directeur de la collection et le responsable financier. Il serait aujourd’hui impossible à suivre tel quel, devant la surabondance des documents, bien que le projet subsiste sous une autre forme. Mais grâce à l’Association française des historiens des idées politiques depuis sa fondation, puis à la revue Études d’Histoire du Droit et des Idées Politiques, divers articles de détail ont paru et contribué à susciter des colloques, Droit et Musique à Aix-en-Provence en 2000, Droit et Opéra à Paris et Poitiers en 2007 et 2008. Il ne paraît plus incongru de faire pour l’opéra la recherche qui a été entreprise depuis longtemps pour la littérature.

4Mes collègues et amis ont aujourd’hui souhaité m’offrir la réunion des principales de ces études, publiées depuis 1977. Il a fallu bien évidemment procéder à une révision, à une mise à jour et à des compléments, parfois à une refonte complète pour les travaux les plus anciens. Il était aussi nécessaire de fusionner certains articles dont les thèmes étaient relativement proches (mais pour faciliter la lecture séparée des articles, quelques brèves redites ont été laissées). La correspondance entre les articles publiés et les seize articles de ces Mélanges s’établit ainsi :

5 « I. La liberté d’expression » : révision de « La liberté d’expression à l’Opéra », Droit et Opéra.

6« II. Opéra, Nature et Droit » : « Le droit naturel à l’opéra », AFHIP XX (en partie).

7« 111. Religion, politique et droit » : à partir de « État, pouvoir et gouvernants dans les opéras de jeunesse de Mozart (à l’occasion du bicentenaire de L’Enlèvement au Sérail), AFHIP, Il (en partie), « De la Glorious Révolution aux prodromes de la Révolution française : Dioclesian et Tarare, opéra, tyrannie et révolutions (1688- 1787) », Revue des Sciences Politiques, 24, « Montségur : l’opéra de Marcel Landowski, tentative de rénovation du mythe », Mythe et politique, « Le pluralisme religieux et l’opéra », Libertés, pluralisme et droit, une approche historique, « La mémoire de la Terreur à l’opéra », Études d’Histoire du Droit et des Idées politiques, 1, « Apostasie, amour et trahison, de La prise d’Orange à Sancia di Castiglia », Méditerranées 17, « Contrat, politique et opéra », AFHIP XIX (en partie) et « Le droit naturel à l’opéra » (en partie), AFHIP XX, tous revus et complétés.

8« IV. Théorie et droit de la guerre » : révision de « Théorie et droit de la guerre à l’opéra », CERHIIP, 2007.

9« V. L’exploitation de l’histoire » : à partir de « L’exploitation politique de l’histoire à l’opéra », AFHIP XVII, « De la Glorious Révolution aux prodromes de la Révolution française : Dioclesian et Tarare, opéra, tyrannie et révolutions (1688- 1787) », Revue des Sciences Politiques, 24 (en partie), « Le droit à l’empire vu par les musiciens : une propagande oubliée », Actes du Congrès « Droit et Histoire » d’Alicante, 1995 (en partie), « Verdi et le patriotisme », Revue des Sciences Politiques, 13, « Les villes et leurs libertés dans l’opéra risorgimentale », Recueil de Mémoires et Travaux..., « De la Révolution au Risorgimento : patrie, nationalisme et liberté dans La battaglia di Legnano », AFHIP VII et « Grand opéra et politique : l’énigme de Charles VI », Études offertes au professeur Jean-Arnaud Macères.

10« VI. Rose ou noir à l’opéra : le tragique est-il subversif ? » : révision complète de « Le rose et le noir dans l’opéra : le tragique est-il subversif ? », AFHIP IV, « L’opéra de Rameau et le pouvoir », AFHIP III et « Corneille et l’opéra », MAIT, 145.

11« VII. Stendhal et l’opéra italien : critique ou propagande ? » : révision de « Stendhal et l’opéra italien : critique musicale ou propagande politique ? », AFHIP V.

12« VIII. La majesté de Rome » : développe « Le droit à l’empire vu par les musiciens : une propagande oubliée », Actes du Congrès « Droit et Histoire » d’Alicante, 1995 (en partie), « Citoyens et sujets de Rome : une vision lyrique », AFHIP XVI, « Raisons du cœur et raison d’État dans les mythes fondateurs (XVIe-XVIIIe siècles) », Méditerranées, 13.

13 « IX. La monarchie des Lys » : développe « L’empire du roi vu par les musiciens (XVIIe-XVIIIe siècles), AFHIP XII, « La représentation royale et les muses du Soleil », AFHIP XV et « L’Auberge du Lys d’Or : Rossini, la France et l’Europe des Bourbons », AFHIP IX.

14« X. Temporel et spirituel chez Verdi : conflits et convergences » : révision de « Spirituel et temporel chez Verdi, conflits et convergences », AFHIP VIII.

15« XI. La démocratie dans l’opéra du XIXe siècle : rêves inachevés » : complète l’article du même nom, AFHIP XI.

16« XII. « Les mythes de fondation dans un opéra « national-républicain » : Vercingétorix de Canteloube » : révision de l’article du même nom, AFHIP X.

17« XIII. Blanche d’Aquitaine et Ugo conte di Parigi : d’un drame politique orléaniste à une tragédie passionnelle légitimiste ? » : complète « Ugo, conte di Parigi de Donizetti : un opéra légitimiste ? », AFHIP VI et « La source oubliée d’un opéra de Donizetti : de Blanche d’Aquitaine à Ugo, conte di Parigi », MAIT, 151.

18« XIV. Venise » : augmente considérablement « Venise et l’opéra », MAIT, 142 et « Marino Faliero entre Byron et Donizetti : la Liberté et le Lion », Études offertes à Jacques Mourgeon.

19« XV. Suisse, opéra et politique » : augmente l’article du même nom, AFHIP XVIIL « XVI. Le droit privé » : complète « Le droit civil à l’opéra », Droit et musique, « Argent, commerce et droit à l’opéra », Actes des Journées Internationales de la Société d’Histoire du Droit (Dijon 2007), « Contrat, politique et opéra », AFHIP XIX (en partie) et « Le droit naturel à l’opéra », AFHIP XX (en partie).

20Il me reste à dire ici ma vive reconnaissance à mon vieil ami Jacques Krynen et à Olivier Devaux et Boris Bernabé, le premier et le dernier de mes anciens étudiants à être devenus des collègues (Olivier le fidèle allié dans les batailles universitaires, sans lequel ces Mélanges n’auraient jamais vu le jour, mon filleul Boris, dernier et si efficace chargé de T.D., qui partage avec moi la passion de l’archéologie, de l’opéra et de Jules Verne) pour leur si amicale préface, aux membres de la section d’Histoire du Droit de Toulouse, mes camarades d’études ou anciens étudiants, qui ont voulu m’offrir ces Mélanges, à André Cabanis, mon équipier d’agrégation, qui fait vivre les Presses de l’Université et a complété la préface, à Michel Ganzin qui a encouragé mes recherches en acceptant des communications parfois marginales par rapport aux thèmes des colloques de l’AFHIP et qui a publié dix-neuf de mes articles sur « opéra et politique », à mes amis aixois et aux membres de l’AFHIP pour leur écoute fidèle, à mes maîtres toulousains grâce auxquels j’ai appris à scruter les textes, fussent-ils des livrets d’opéra et non des documents juridiques, historiques ou politiques. Ma reconnaissance va aussi à Sophie Koch, qui a bien voulu prendre le temps de poser sur ces pages le regard d’une professionnelle, tour à tour Cherubino, Sesto, Idamante, Dorabella, Charlotte, Cenerentola, Octavian, le Compositeur, Margared, Néron, Adalgisa, Brangäne, Vénus, Fricka, Adriano de Rienzi, Alceste, bientôt Didon et Léonore la Favorite... Merci à son mari, mon ancien étudiant Didier Laclau-Barrère, qui a négocié avec le théâtre du Capitole l’autorisation de reproduire les photos de la couverture ; merci à Fabrice Nin le photographe qui a su éterniser des instants inoubliables et merci au Capitole qui a autorisé l’utilisation de ces photos : Néron de L’incoronazione di Poppea, Margared du Roi d’Ys et Octavian le Chevalier à la rose incarnent à des degrés divers des éléments de politique et de droit qu’on retrouvera dans les pages qui suivent.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search