Version classiqueVersion mobile

La décentralisation 30 ans après

 | 
Serge Regourd
, 
Joseph Carles
, 
Didier Guignard

Préface

Jean-Pierre Bel

Texte intégral

1Depuis la loi du 2 mars 1982, le mouvement de décentralisation a apporté aux collectivités territoriales la “respiration” démocratique qui leur faisait défaut. Il a permis aux assemblées locales de trouver leur place et d’exercer pleinement leurs missions. La décentralisation a fait avancer notre pays vers des objectifs essentiels : donner une liberté d’action et des capacités d’initiative à des élus locaux encouragés à écouter leurs concitoyens et à imaginer des solutions innovantes, renforcer la démocratie locale, qui fait de l’électeur le juge régulier des politiques conduites par les collectivités, et rapprocher les instances de décision des citoyens.

2Les contributions rassemblées dans le présent ouvrage, écrites par des experts et des acteurs qui ont observé et vécu de près cette réforme structurelle, en analysent les ressorts profonds, la portée et les conséquences pour l’État, pour notre démocratie, pour notre organisation juridique et administrative et pour les citoyens.

3“La France est diversité”, écrivait Fernand Braudel et nous ne pouvons la concevoir autrement que diverse et unie. La France ce sont ses territoires, ses communes, ses départements, ses régions, au sein desquelles la décentralisation a créé une nouvelle citoyenneté et libéré des énergies.

4Trente ans après la promulgation de la loi portée par Pierre Mauroy et par Gaston Defferre, les Français n’ont pas perdu le goût de l’unité nationale, mais vivent dans une République décentralisée.

5En 1982, Pierre Mauroy souhaitait que la décentralisation permette d’“enraciner l’unité de la République dans la diversité et l’autonomie des collectivités locales”. Nous constatons aujourd’hui que notre cohésion nationale repose aussi sur ces communautés concrètes que sont les collectivités territoriales et sur les services publics de proximité dont elles assurent la pérennité.

6Il fallait reconnaître à chaque collectivité la capacité de conduire une action d’intérêt général pour renforcer la cohésion nationale. C’est en cela que la décentralisation constitue une forme de révolution démocratique et un levier désormais essentiel de la réforme de l’Etat.

7S’ils se concentrent sur ces “trente ans de décentralisation”, les auteurs montrent que ce mouvement s’est articulé en plusieurs étapes dans notre pays. Ce fut un long et difficile chemin depuis la Révolution française pour construire une véritable démocratie territoriale. Aussi cette organisation décentralisée, inscrite depuis 2003 dans notre Constitution, exprime-t-elle sans doute une certaine maturité démocratique.

8Centralisation et décentralisation, ce sont bien les deux faces d’une dialectique profondément française, tant l’État a joué un rôle essentiel dans la construction de ce qui fait la Nation, dans la promotion et la défense de l’égalité de droits qui fait une communauté de citoyens.

9Comme le démontrent les contributions réunies dans cet ouvrage, les dialectiques se situent au cœur de la décentralisation. En adoptant le prisme de la discussion, cet ouvrage apporte un regard renouvelé sur ce processus, dont il permet de mieux mesurer l’impact. Il invite le lecteur à engager la discussion et à poursuivre la réflexion sur une action qui a profondément transformé notre République.

Auteur

Président du Sénat

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search