Version classiqueVersion mobile

Les Facultés de droit de province aux xixe et xxe siècles. Tome 3

 | 
Jean-Christophe Gaven
, 
Frédéric Audren

Première partie. La conquête de l’éspace

« Nous ne formons qu’une avant-garde »1

La refondation d’une faculté de droit Française à Strasbourg en 1919 : des professeurs en terre de mission

Céline Pauthier

Texte intégral

  • 1 Extrait de l’allocution de rentrée du professeur Robert Beudant, reproduit dans « La Faculté de dro (...)
  • 2 Le centenaire des Ecoles de droit, Paris, 1905, p. 34 et s. Jacques Poumarède rappelle qu’Emest Gla (...)
  • 3 C’est en 1877 que l’Université inaugurée le 1er mai 1872 prend le nom de Kaiser-Wilhelms-Universita (...)

1Au début du XXe siècle, sollicité pour les célébrations du centenaire des Ecoles de droit, Ernest Glasson livre un commentaire comparé des discours d’ouverture prononcés lors des rentrées solennelles2. Il insiste, en conclusion, sur une certaine unité académique et souligne des divergences qui résident essentiellement dans la forme, le style des orateurs. Il propose avec une nette assurance une explication climatique à ces différences : aux élans chauds et passionnés du sud de la France, il oppose la netteté et la précision, le ton de la modération, celui du centre et du nord. Mais les spécificités germaniques de l’Ecole de droit de Strasbourg, pourtant très présentes dans le discours d’ouverture de 1806, ne font l’objet d’aucun commentaire particulier. Un tel silence occulte délibérément la question des modèles : si l’influence germanique avait permis que se développe à Strasbourg une singularité remarquée lors de la période française de la Faculté, il n’est plus opportun de souligner un tel caractère, alors qu’il est désormais celui de la Faculté allemande. En effet, au moment du centenaire des Ecoles de droit, il existe bien une Faculté de droit à Strasbourg, elle porte le nom de Juristische und staatswissenschaftliche Facultdt et fait partie de la Kaiser-Wilhelms-Universitat, créée par rescrit impérial au mois d’avril 18723.

  • 4 Georges DELAHACHE, Les débuts de l’administration en Alsace et en Lorraine, Paris, Hachette, 1921, (...)
  • 5 Cf. les deux volumes de l’Organisation politique et administrative et législation de l’Alsace-Lorra (...)
  • 6 Cf. [Comité alsacien d’études et d’information], L’Alsace depuis son retour à la France, Strasbourg (...)

2La célébration du centenaire des Ecoles de droit précède de quelques années ce moment où l’on prépare le retour à la souveraineté française de l’Alsace-Lorraine. Reconquête militaire, puis administrative, c’est presque toujours dans cet ordre qu’est présenté le recouvrement des trois départements de l’Est dans ces petites brochures à destination du grand public, lesquelles ont vocation à expliquer le problème alsacien aux Français de l’intérieur, sans exclure une forme de propagande nationale à l’intention des Alsaciens-Lorrains. Les soldats ont « bien taillé », aux administrateurs de « recoudre »4. Une telle présentation n’est cependant pas tout à fait exacte. Dans les trois départements d’Alsace et de Moselle, la reconquête militaire a été largement précédée par une reconquête administrative, tant le retour a été préparé, pensé, pesé, mesuré depuis longtemps. Déjà en 1915, paraissent, sous l’égide du ministère de la Guerre, avec le concours de l’Office de législation étrangère et de droit international, les premiers recueils décrivant l’organisation politique, administrative et législative de l’Alsace-Lorraine5. En 1917, au sein du ministère de la Guerre, le service d’Alsace-Lorraine a institué une sous-commission à l’enseignement supérieur. Pour l’Université, les questions essentielles ont été posées, elles ont trait au choix des moyens humains et matériels mis au service de la refondation d’une institution française6.

  • 7 C’est l’opinion commune dans les brochures participant à la pédagogie du retour, par exemple, Georg (...)
  • 8 Georges DELAHACHE, ibid., met en garde contre les traductions simplistes, impropres à permettre une (...)

3C’est d’abord à des hommes de la vieille France qu’on fera appel, on les sélectionnera pour leur patriotisme, leur attachement indéfectible à la cause nationale. Mais ne serait-il pas opportun et surtout prudent d’y inclure des autochtones, de ceux qui depuis longtemps font acte de résistance et préparent sur place le retour à la souveraineté française ? La connaissance du terrain pourrait en effet se révéler essentielle dans ce qui ressemble parfois à une entreprise de conquête coloniale. Les hommes en charge de reconstruire un enseignement à la française doivent-ils être des savants, d’éminentes personnalités scientifiques, pour assurer et accélérer le rayonnement de la Faculté de droit, ou bien plus prosaïquement des administrateurs ? Car étant donnée l’ampleur de la tâche, il est assez peu probable que les premiers professeurs aient le loisir de se livrer à des travaux doctrinaux. Ces questions immédiates concernant l’identité du corps enseignant ne sont bien évidemment pas sans incidence sur la nature de l’institution que l’on refonde. La première ambition consiste à reconstruire une Faculté de droit dans le cadre d’une Université scientifique, qui égalerait ou mieux, dépasserait l’Université allemande dont on reconnaît presque toujours qu’elle a été brillante même si on ajoute « pour des raisons qui ne sont pas entièrement scientifiques », pour finir par dire qu’elle a été « victime de sa grandeur »7. Mais n’est-il pas plus opportun de reconstruire d’abord, et plus modestement, une école professionnelle de droit ? Certes, l’enjeu intellectuel constitué par une Université scientifique n’est plus à démontrer au lendemain de la Grande guerre, mais il faut aussi prendre en considération l’aspect pratique et plus immédiat, former des juristes, des fonctionnaires. Or les commissions mises en place pour faciliter le retour ont insisté sur l’absence d’identité des métiers. L’Empire allemand a installé à Strasbourg des magistrats, des avocats, des notaires, mais les titres ainsi traduits n’impliquent pas l’identité des fonctions et surtout pas celle des statuts8.

  • 9 Le terme est employé dans l’allocution de rentrée de l’administrateur provisoire de la Faculté, « L (...)
  • 10 Charles Aubry et Frédéric-Charles Rau sont cités en exemple dans presque tous les discours d’ouvert (...)
  • 11 Le président Poincaré viendra rappeler au recteur l’essentiel de ces réformes lors de son discours (...)

4Reste enfin la délicate question du modèle. L’Université allemande ne peut constituer un modèle, elle sera même énoncée comme un contre-modèle. Le concert est presque unanime : c’est l’Université des barbares9. C’est alors dans l’histoire française de Strasbourg qu’on ira puiser des références. Elles ne manquent pas, et en premier lieu on évoquera l’Université d’avant 1870, celle de la période d’Aubry et de Rau10, même si le modèle apparaît un peu suranné, parce qu’antérieur aux réformes essentielles de la Troisième République11. Cette question des modèles entraîne les refondateurs de la Faculté dans des contorsions rhétoriques délibérées sans être parfaitement assumées, puisqu’au fond, l’Université qu’on reconstruit emprunte davantage au modèle allemand qu’au modèle français d’avant 1870, sans qu’on puisse jamais l’énoncer.

  • 12 Avec grandiloquence, le recteur Charléty rappelle que l’« Université française de Strasbourg ne fut (...)
  • 13 Les réflexions préparant la réinstallation d’une Université française à Strasbourg ont permis aux A (...)

5Pour cette période du retour, la littérature abonde : aux innombrables procès-verbaux des discussions en commission s’ajoutent les récits postérieurs, qui, même tardifs, sont encore auréolés d’une émotion toute patriotique. Mais assez rapidement, les écrits sur le retour prennent un tour politique, et viennent répondre aux questions posées par une autre littérature, celle produite par les autonomistes. Des questions politiques effacent alors les institutions ordinaires, et on ne lit plus que peu de choses sur le fonctionnement de la Faculté, l’intégration des fonctionnaires venus de l’intérieur ou encore la vie des étudiants. Si on sait très exactement ce qu’on a voulu faire de la Faculté de droit de Strasbourg en 1919, il est beaucoup moins aisé de savoir ce qu’elle a réellement représenté dans la décennie qui a suivi, pour les Alsaciens qui l’ont fréquentée, pour les professeurs qui l’ont constituée, ou encore pour les autres Facultés de province. En 1919, la Faculté de droit de Strasbourg n’a rien d’une création ex nihilo12, mais l’empreinte nationale, patriotique, est tellement forte qu’il est assez difficile de la qualifier de Faculté provinciale. Ils sont nombreux à Strasbourg à refuser cette qualification13 et la mission des professeurs consiste d’abord à effacer toute spécificité régionale. C’est pourtant une administration et des professeurs venus de l’intérieur qui donneront une identité provinciale à cette Faculté, dans leur activité d’enseignement, comme dans leur forte implication dans l’élaboration d’un droit spécifique, local. Pour ces professeurs venus de toutes les provinces, la mission évolue sensiblement dans les années qui suivent la refondation de l’Université. Expressément mandatés pour faire de la Faculté de droit de Strasbourg une institution nationale, française (I), ils ont finalement accompagné et peut-être encouragé, l’émergence d’une identité propre, provinciale (II).

I – L’empreinte nationale et patriotique

  • 14 Voir notamment le Journal d’Alsace et de Lorraine, qui annonce puis commente abondamment les fêtes (...)
  • 15 Fernand Faure, un des cinq professeurs formant l’« avant garde » de janvier 1919, est directeur de (...)

6Dans l’immédiate après-guerre, la ville de Strasbourg apparaît comme un espace particulièrement stratégique et toute institution française remplaçant une institution allemande doit y avoir une visibilité qui s’étend bien au-delà des trois départements recouvrés. La Faculté de droit de Strasbourg paraît toute entière tournée vers ce qui s’apparente à une mission civilisatrice. C’est ce qu’elle donne à voir d’elle-même, ce qui s’énonce dans les journaux locaux14, et au-delà de l’espace local, ce que relatent quelques-unes des grandes revues d’alors : la Revue politique et parlementaire15, ou encore la Revue internationale de l’enseignement. L’empreinte nationale et patriotique est celle des hommes invités à reconstruire un enseignement du droit à la française (A), elle est également portée par l’institution, régulièrement mise en scène dans le cadre de la fête universitaire (B).

A – Un corps professoral caution scientifique d’une politique de dégermanisation

  • 16 Selon les termes employés par Christian Pfister, administrateur de la Faculté des lettres de l’Univ (...)
  • 17 Le recrutement et l’installation des professeurs de droit se sont déroulés en trois phases. Une pre (...)
  • 18 L’expression est encore employée près de dix ans après la rentrée de 1919. Cf. Discours du recteur (...)
  • 19 « Il y a dès aujourd’hui à l’Université française plus de maîtres que n’en comptait avant la Guerre (...)
  • 20 Extrait de l’allocution de rentrée du professeur Robert Beudant, art. cit., p. 169.
  • 21 Cf. Rapport de Robert Beudant, dans [Travaux de l’Université de Strasbourg pendant l’année scolaire (...)
  • 22 « Venus de toutes les parties de la France, les maîtres qui ont le grand honneur de professer à Str (...)

7C’est avec une petite cohorte de professeurs « prélevés au préjudice de l’intérieur »16 que la Faculté de droit française débute ses enseignements au mois de janvier 1919. Les cinq pionniers sont ainsi empruntés à Caen pour Louis Debray, à Grenoble pour Robert Beudant, à Dijon pour Eugène Gaudemet, à Nancy pour Raymond Carré de Malberg ou encore à Paris pour Fernand Faure. Quelques mois plus tard, ils sont rejoints par une quinzaine de leurs collègues venus de toutes les provinces, vingt-deux chaires ont été créées par décret du président de la République17. En réalité, l’emprunt n’a duré -de jure- qu’assez peu de temps puisqu’en quelques mois le détachement provisoire cède la place à des décrets de nomination en bonne et due forme, lesquels doivent permettre aux Facultés prêteuses de recruter des remplaçants. Mais les termes de « professeurs empruntés » sont alors devenus d’un usage courant, persistant, comme s’il était absolument fondamental de souligner une sorte d’incorporation18. On vient, en 1919, greffer à Strasbourg quelques-uns des meilleurs éléments des Facultés françaises pour s’assurer de la parfaite identité nationale de ce qu’on est en train de construire, dans l’enceinte même du palais que l’Empire allemand avait fait édifier pour la grande Université du land d’Alsace-Lorraine19. C’est à ce prix que la « vie française » pourra « recommencer dans cette maison germanique »20. Et quand la greffe semble prendre, on s’en félicite publiquement : comme lorsque Joseph Duquesne refuse à la fin de l’année universitaire 1920-1921, une chaire de droit romain offerte par la Faculté de Paris. Pour le doyen de la Faculté de droit, qui souligne ce « bel exemple de dévouement » dans son rapport, à n’en pas douter, le professeur de droit romain a considéré que Strasbourg pouvait être un « théâtre d’activités scientifiques aussi enviable que Paris », mais surtout, l’option strasbourgeoise de Joseph Duquesne lui permet de poursuivre cette « haute mission de décentralisation scientifique »21. Il est alors sensible, dans certains discours, que l’espace à conquérir, la terre de mission, est devenu terre d’accueil22.

  • 23 Sur l’engagement catholique des professeurs grenoblois et leur implication dans les questions relig (...)
  • 24 Le doyen Aubry ne disait-il pas que la Faculté de Strasbourg -toute française-était la « gardienne (...)
  • 25 Il n’est pas sans intérêt de relever que l’importance symbolique de la lignée Beudant est soulignée (...)
  • 26 Dans le Dictionnaire des juristes français (op. cit.), Jean-Louis Halpérin ne mentionne pas la péri (...)
  • 27 Le Journal d’Alsace et de Lorraine (25 novembre 1919, p. 1) rappelle ainsi que « Monsieur Robert Be (...)

8Pour gouverner la Faculté de droit, la sous-commission à l’enseignement supérieur a choisi le professeur Robert Beudant, celui que la presse locale appelle « le commandant Beudant » puisque c’est en uniforme militaire qu’il ouvre les portes de la Faculté à la petite centaine d’étudiants venue écouter la première leçon d’Eugène Gaudemet le 20 janvier 1919. Le choix de la sous-commission à l’enseignement supérieur, confirmé par les collègues de Robert Beudant qui l’éliront doyen le 15 octobre 1919, juste devant Carré de Malberg, n’est pas anodin. Robert Beudant est emprunté à la très catholique Faculté de droit de Grenoble23, et c’est d’abord dans les milieux catholiques qu’on est allé chercher des francophiles convaincus pour réinvestir le terrain juridique dans une ville dans laquelle la question des équilibres confessionnels est historiquement si importante. Ces professeurs viennent faire pendant à l’image persistante d’une Université du Kulturkampf caractérisant les débuts de l’Université allemande à Strasbourg. Mais il est peut-être un élément plus tangible encore qui justifie le choix de Robert Beudant pour diriger la Faculté. Charles Beudant, son père, a exercé à Strasbourg avant de réussir le concours d’agrégation en 1857, et de poursuivre une carrière parisienne. On devait parler de Strasbourg dans la famille Beudant. Peut-être avec un peu de nostalgie, le père évoquait-il ses premières années à la Faculté de Strasbourg en tant que suppléant provisoire, pendant cette période où l’on aimait, en Alsace, à se définir entre France et Allemagne24. Robert Beudant est certes un professeur de l’intérieur, mais c’est un homme lié au passé strasbourgeois par son père. La lignée revêt une importance symbolique singulière lorsqu’elle vient, comme ici, relier deux périodes séparées par un demi-siècle d’occupation étrangère, ainsi Robert Beudant, le fils, vient enseigner dans une Faculté à nouveau française, soixante ans après son père25. Assurément, un tel élément de continuité est affirmé de manière un peu artificielle, car dans les Facultés de droit de l’intérieur, le passage à Strasbourg de Charles Beudant est peu connu, trop court, effacé par sa brillante carrière parisienne26. Mais pour les Alsaciens, cela a son importance et c’est précisément dans la presse locale qu’on trouve un certain nombre d’allusions à la continuité personnifiée par Robert Beudant27.

  • 28 Ce que déplorent certains : « Pour que l’Université eut un caractère nettement alsacien, il aurait (...)
  • 29 Toute autre est la situation d’un autre Alsacien : Robert Redslob. Le difficile retour en Alsace de (...)
  • 30 Voir la notice biographique que lui consacre François Igersheim (NDBA, p. 734- 736). Quinze années (...)

9Après une année de fonctionnement, la composition du corps enseignant de la Faculté de droit laisse apparaître le caractère fortement minoritaire des autochtones. Au mois de novembre 1919, lorsque paraissent les décrets portant création de chaires et nomination de professeurs pour toute l’Université, Clemenceau mentionne dans son rapport la possibilité pour de nombreux maîtres alsaciens de faire valoir le doctorat obtenu à l’Université allemande et de compléter leur formation par un stage d’enseignement afin d’être nommés enseignants titulaires. Il est précisé dans les commentaires sur ce décret qu’une telle disposition ne vaut que pour les « Alsaciens de naissance et Français de sentiments ». Mais ce qui est prévu pour l’ensemble des Facultés composant l’Université ne vaut peut-être pas pour la Faculté de droit. Sur les dix-huit professeurs nommés en 1919, un seul est Alsacien28. Frédéric Eccard est docteur de l’Université allemande, mais possède également un titre de docteur de la Faculté de Paris, il est avocat et obtiendra la chaire de droit civil comparé. Parfait francophile, Eccard voit son engagement pour la cause française récompensé29. Mais de tous les professeurs nommés en 1919, Frédéric Eccard est peut-être celui qui a le moins réussi son intégration à la Faculté de droit. Il est d’ailleurs permis d’envisager qu’il ne l’a pas souhaitée. C’est assez rapidement qu’il opte pour une carrière politique, sera élu sénateur en 1920 et conserve son siège jusqu’en 1935. Dès lors il est en congé, conserve le titre de professeur mais n’enseignera jamais à la Faculté. Au Sénat, il mènera de longs combats pour le maintien en Alsace d’une législation dérogatoire en matière d’instruction publique, en matière cultuelle ainsi qu’en matière d’assurances sociales. Il est possible que ses convictions décentralisatrices, voire régionalistes, heurtaient quelque peu ses collègues de la Faculté qui lui rendront un hommage convenu lorsqu’il donne sa démission en 193630.

  • 31 Des dépenses importantes ont été engagées pour moderniser les laboratoires, pour maintenir au sein (...)

10Dans les années 1920, le recteur Charléty reconnaît que le recrutement du personnel a été fait avec un zèle un peu hâtif, mais il indique qu’il a abouti à doter l’Université d’un « luxe de professeurs de premier ordre » et qu’il a permis la création « d’un très grand, très savant, très beau centre de culture française ». Il est vrai que les moyens matériels de l’Université sont considérables, et ils suscitent parfois des remarques acides de la part des Alsaciens au sein des commissions du retour, dénonçant les doubles chaires, ou encore le peu d’étudiants31. Qu’importe, du côté des autorités françaises, on se félicite de ce niveau de recrutement tout à fait exceptionnel, la mission a bien commencé, elle n’est pas terminée et sera longue. Le terme de mission est omniprésent, on le trouve dans presque tous les textes officiels, décrets de nomination, précisions statutaires, on le trouve également dans les discours, il permet de grandes envolées sur l’héroïsme de la petite cohorte venue donner les premiers cours. Les professeurs n’auront de cesse de décliner le contenu de la mission qui leur a été assignée. Pour les premiers, « l’avant-garde », puis pour les suivants, qui n’ont rien d’une arrière-garde, la mission se décline selon deux versants : enseigner bien sûr, mais pas seulement, on attend de ces éminents universitaires une active participation à l’introduction définitive du droit français dans les départements recouvrés. C’est assez tôt que nombre d’entre eux seront nommés à la tête des commissions qui tentent de démêler l’imbroglio législatif en matière civile, pénale, ou commerciale.

  • 32 Aux termes de l’article 28 de la loi du 31 mars 1926, les personnels de l’Université de Strasbourg (...)
  • 33 Selon les termes utilisés par Scheer, rapporteur au nom de la quatrième commission dans [Conseil co (...)

11Pour les fonctionnaires français envoyés à Strasbourg, la mission emporte des conséquences financières non négligeables. Au Conseil consultatif d’Alsace et de Lorraine, les discussions sont assez vives lorsqu’il est question d’harmoniser la quotité de l’indemnité destinée à attirer du personnel scientifique à Strasbourg. Le personnel enseignant de l’Université reçoit, outre les émoluments prévus par la règlementation en vigueur dans les autres départements, une allocation spéciale non soumise à retenue, en raison des difficultés et des charges spéciales afférentes au service effectué en Alsace. En 1923, alors que des consultations sont menées pour préparer la loi du 22 juillet relative au statut des fonctionnaires, et que des différences de traitement qualifiées de « profonde injustice » subsistent entre les professeurs arrivés avant 1920 et les autres arrivés plus tardivement, le recteur Charléty plaide pour un taux unique de trente-trois pour cent, taux qui sera finalement retenu pour les cinq années à venir. Alors qu’un décret de 1924 vient rendre applicables, dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle, les dispositions réglementaires du droit français concernant l’enseignement supérieur public, le principe d’une indemnité spéciale est maintenu. A partir de 1925, l’ensemble du personnel enseignant et scientifique de l’Université de Strasbourg bénéficie d’une indemnité spéciale de fonctions égale au quart du traitement brut32. Il est apparu, au cours des discussions au Conseil consultatif d’Alsace et de Lorraine, qu’il était essentiel de veiller à « retenir à Strasbourg, des professeurs de premier choix et contrebalancer (...) l’attrait qu’exerce naturellement la capitale de la France »33. Ainsi, l’établissement d’une communauté enseignante à l’identité homogène, non suspecte, sera complété par des dispositions statutaires destinées à favoriser une implantation durable. Mais là où la mission civilisatrice est peut-être la plus perceptible, la plus éclatante, c’est dans les manifestations festives que l’Université organise à grand renfort d’invitations prestigieuses, de processions, de costumes et de discours.

B – Les usages identitaires de la fête universitaire

  • 34 Extrait de l’allocution de rentrée du professeur Robert Beudant, art. cit., p. 169.
  • 35 Propos extraits du discours du président Poincaré du 22 novembre 1919, « Inauguration de l’Universi (...)
  • 36 « Sans doute toute Université est une école nationale, en ce sens qu’elle travaille au bien du pays (...)

12La fête universitaire, qu’elle inaugure ou qu’elle commémore, est l’un des forts éléments constitutifs de l’identité nationale revendiquée par la Faculté de Strasbourg. Alors que les cours en français ont repris depuis le mois de janvier 1919, c’est le 22 novembre suivant qu’a lieu l’inauguration officielle de l’Université, jour anniversaire de l’entrée des troupes françaises dans la ville. Par la suite, chaque 22 novembre est l’occasion d’une rentrée universitaire à laquelle sont associées, outre l’armée et les autorités de tutelle, un grand nombre de personnalités du monde scientifique. Outre la mise en scène, toujours particulièrement soignée, les discours sont redondants à force de pédagogie. On y souligne le caractère étranger de l’Université allemande, avec un peu de condescendance on plaint les étudiants alsaciens obligés de subir des « barbares qui [les] ont tenus 48 ans en servitude »34. On promet que plus jamais on n’entendra autour de l’Université « le cliquetis des éperons et des rapières » et qu’une Université fraternelle, celle du génie français, vient remplacer l’Université allemande, militante, entièrement vouée à la propagande germanique. L’Université de Strasbourg doit être « le phare intellectuel de la France, dressé sur la rive où vient expirer le flot germanique »35. Peu de place pour une singularité provinciale dans ces discours, même si le président Poincaré avait fait la promesse d’une construction qui, tout en étant nationale, préserverait l’identité alsacienne36. Sans doute est-il nécessaire d’entretenir la ferveur patriotique, mais les discours, avant de faire l’objet de publications à caractère national, s’adressent à des Alsaciens inquiets de voir leur Université étouffée par le centralisme administratif. Il convient donc de les ménager par des paroles rassurantes. Il est également essentiel de ne pas laisser à l’occupant d’hier, le monopole de la glorification d’une identité provinciale alsacienne.

  • 37 Lors de l’inauguration de l’Université allemande en 1872, on avait inscrit l’Université impériale d (...)
  • 38 [Travaux de l’Université de Strasbourg pendant l’année scolaire 1920-1921], op. cit., p. 15.

13Comme un écho lointain aux paroles de Poincaré, de l’autre côté de la frontière, la question identitaire est posée plus brutalement lorsqu’à Berlin, on célèbre, le 19 février 1921, le tricentenaire de la fondation de l’Université de Strasbourg par Ferdinand 1137. C’est un des anciens professeurs de l’Université allemande de Strasbourg qui ouvre son discours par une question : « la nouvelle Université de Strasbourg adoptera-t-elle le caractère français ou alsacien ? ». Et la réponse qui suit est sans ambages : « nous espérons que les Alsaciens s’efforceront de s’assurer la possession de l’Université »38. Rapporté par le vice-président du Conseil de l’Université, le discours berlinois est entendu comme une provocation, ou au moins comme un encouragement au mouvement autonomiste qui commence à poindre en Alsace. Il donne la mesure de l’ampleur des craintes suscitées par les revendications régionalistes dans le cadre d’une politique de reconquête.

  • 39 Inauguration d’un monument à la mémoire d’Aubry et Rau, op. cit., p. 9.
  • 40 L’année 1922 ne correspond en effet à aucun anniversaire particulier. Rappelons qu’Aubry et Rau son (...)
  • 41 Inauguration d’un monument à la mémoire d’Aubry et Rau, op. cit., p. 12.
  • 42 Sur l’« illusion de la permanence » permise par la célébration des maîtres : Pierre BONIN et Nader (...)

14Toute autre est la cérémonie initiée, puis organisée par la Faculté de droit pour célébrer la mémoire d’Aubry et de Rau. A la fin de l’année 1922, un monument doit être érigé dans l’enceinte du Palais universitaire. Il s’agit pour la Faculté, selon les mots du doyen Beudant, de « renouer la chaîne des temps que de funestes événements avaient interrompue »39. Il y a pourtant quelque étrangeté dans ce choix d’honorer la mémoire de ces deux illustres professeurs de droit en 1922. Certes, la cérémonie permettra d’évoquer deux glorieuses figures du XIXe siècle, deux « optants », comme on appelle ceux qui ont fait le choix de la France en 1871, et une fois encore, on pourra faire vibrer la corde patriotique. Mais l’année 1922 n’évoque rien de particulier concernant les deux civilistes, pas plus que le Palais universitaire où ni l’un, ni l’autre n’a jamais enseigné40. Il faut alors comprendre que le souvenir de l’œuvre d’Aubry et Rau permet d’illustrer et par là-même de justifier, le second caractère de la mission des professeurs nommés en 1919, celui consistant à réintroduire le droit français en Alsace. Aubry et Rau s’étaient fait les interprètes d’un code civil qui ne s’applique plus depuis un quart de siècle, or, comme le dira le doyen de la Faculté, « nous sommes à la veille du jour où le droit civil de la France va faire enfin sa rentrée en Alsace. Quand les juristes d’Alsace demain auront besoin de guide pour reprendre contact avec le droit français, c’est à Aubry et Rau qu’ils iront (...) Aubry et Rau reviennent parmi nous pour rapporter à l’Alsace sa législation maternelle »41. A l’automne 1922, nombreux sont les professeurs de la Faculté de droit à être sollicités pour cette grande œuvre consistant à réintroduire le droit français en Alsace-Moselle. Ils sont, comme jadis Aubry et Rau, les interprètes d’un droit qu’ils vont devoir expliciter, comparer, avant de le réimplanter puis de l’enraciner dans l’espace recouvré. Célébrer Aubry et Rau comme des maîtres42 n’exclut peut-être pas, chez les professeurs en mission, une forme d’identification qui leur permet d’acclimater leur mission au terrain alsacien, de concilier une commande politique insistante avec la tension qu’elle a pu susciter alors.

  • 43 Voir par exemple : « La journée des toges » (Journal d’Alsace et de Lorraine, 22 novembre 1919).
  • 44 Sur l’inscription des savoirs juridiques dans un cadre provincial, Frédéric AUDREN, « Qu’est-ce qu’ (...)

15De tels événements publics occupent une place importante dans la presse locale. Entre la mise en scène, les costumes et les discours, on tente de façonner, tantôt une communauté patriotique, tantôt une mémoire collective qui met davantage en exergue le caractère alsacien de la Faculté43, et de ce point de vue, le fait d’honorer Aubry et Rau, trois années après la refondation d’un enseignement français du droit, marque peut-être, pour les professeurs venus en mission, un ancrage désormais plus local. Telle commémoration inscrit, enracine la toute nouvelle et très française Faculté dans son espace provincial44.

II – L’émergence d’une identité provinciale

  • 45 En 1997, Jean Gaudemet anticipe le 80e anniversaire dans « Les débuts de la Faculté de droit et des (...)
  • 46 La référence aux Archives de la Faculté -sans qu’il soit fait précision de cotes-correspond à une v (...)

16L’ampleur des cérémonies célébrant le retour et l’exceptionnelle qualité du corps enseignant envoyé en mission participent de la construction, au sein de la Faculté de Strasbourg, d’une mémoire quelque peu idéalisée, sans doute encouragée par l’article que Jean Gaudemet publia dans la Revue d’histoire des Facultés de droit pour le 80e anniversaire du retour45. Ainsi on évoque aujourd’hui encore, à Strasbourg, l’immédiate après-guerre comme un âge d’or, avec un discours heureusement moins exalté mais finalement peu éloigné de cette légende construite au moment du retour. Les archives de la Faculté46 laissent une impression toute différente. En fait d’âge d’or, on y observe parfois une Faculté dans un grand dénuement, un doyen harcelé par la demande de statistiques, enfin une institution où toutes les questions pédagogiques et scientifiques sont envisagées dans le cadre contraignant d’une intégration parfois malaisée (A). C’est par leur active participation à l’émergence d’un droit particulier que les professeurs en mission viendront finalement concilier le national et le local à la Faculté de droit de Strasbourg (B).

A – Le cadre contraignant d’une intégration difficile

  • 47 Rapport du doyen Beudant pour l’année universitaire 1919-1920, op. cit., p. 26
  • 48 « pour éviter toute difficulté provenant de l’emploi du français » comme l’explique le doyen, ibid.(...)
  • 49 Rapport du doyen Beudant pour l’année universitaire 1920-1921, op. cit., p. 42.
  • 50 Le recteur Charléty est beaucoup plus optimiste : « A la Faculté de droit (...) l’usage du français (...)
  • 51 Rapport du doyen Beudant pour l’année universitaire 1919-1920, op. cit., p. 37- 38.

17Lorsqu’on sort de ces grands moments de ferveur et de communion que sont les fêtes universitaires, une fois le rideau retombé sur le spectacle de la fraternité retrouvée, la rencontre quotidienne des professeurs avec leurs étudiants révèle bien des embarras. La langue tout d’abord, car on ne se comprend pas, ou si peu. Le doyen Beudant insiste dans son rapport annuel, sur la nécessité de parler avec lenteur, d’articuler avec une extrême netteté et d’employer un vocabulaire réduit à la plus stricte simplicité47. La plupart des cours sont répétés, deux, voire trois fois. Lors des épreuves de fin d’année, le temps de la prestation orale des étudiants sera réduit de moitié48. On déplore le retard pris dans le cursus universitaire, on insiste sur les difficultés que les étudiants « éprouvent encore à se mouvoir au milieu de choses françaises »49 tout en se félicitant d’avoir évité la langue allemande50. Bien au-delà de la langue, le doyen s’émeut des habitudes allemandes de ces jeunes étudiants qui peinent à intégrer l’enseignement universitaire à la française. Si à la fin de l’année 1919, on se félicitait de l’enthousiasme et du travail considérable qu’ils avaient pu fournir, l’année suivante révèle un certain nombre de désillusions et l’embarras des professeurs face à l’attitude des étudiants, si peu conforme à ce qu’on devrait attendre dans une Faculté de droit française. Et les mots sont assez durs pour qualifier l’attitude de ces jeunes gens qui ont exprimé « une répugnance marquée pour tout ce qui constitue un contrôle sur leurs études ». Ils n’aiment pas être jugés, encore moins classés, et désertent les conférences pour lesquelles leur sont demandés des travaux écrits, dans lesquelles on leur attribue des notes. Il ne s’agit plus comme dans le régime allemand de choisir, tous les cours sont désormais obligatoires et Robert Beudant affirme que « le temps allemand, où la liberté académique était un principe sacro-saint » est terminé51. Selon l’administrateur de la Faculté, les résultats des examens et des concours de fin d’année auraient sans doute été meilleurs si les étudiants avaient été plus assidus. On perçoit ici le souci de justifier une statistique qui demeure faible en termes de diplômes délivrés.

  • 52 Cette correspondance très administrative et dominée par la statistique est caractéristique du décan (...)
  • 53 La requête du recteur a été annotée à la main par Beudant afin que le secrétariat pense à indiquer (...)
  • 54 « Les résultats des examens ont été excellents, supérieurs à ceux que donne une Faculté de l’intéri (...)
  • 55 Les demandes sont systématiquement rédigées d’une manière très concise : « On serait obligé à Monsi (...)
  • 56 C’est ce que révèlent les échanges de correspondance administrative entre Beudant et le rectorat (A (...)
  • 57 Rapport du doyen Beudant pour l’année universitaire 1919-1920, op. cit., p. 48.
  • 58 Ibid., p. 9 et p. 49.
  • 59 Bourcart préside le jury des concours d’agrégation de droit privé et de droit criminel ouverts à Pa (...)
  • 60 Rapport du doyen Beudant pour l’année universitaire 1919-1920, op. cit., p. 46.

18Travail fastidieux que ces réponses statistiques aux multiples demandes émanées du rectorat, mais également du Commissariat général de la République en Alsace-Lorraine, ou encore directement du ministère de l’Instruction publique52. Le doyen y répond avec patience, prenant soin d’expliciter chaque anomalie statistique, qu’il s’agisse des doubles ou triples inscriptions justifiées par la nécessité de répéter certains cours, ou qu’il s’agisse d’expliquer le petit nombre d’étudiants présentés à l’examen53. La statistique est souvent utilisée pour former un élément de comparaison avec l’Université allemande, laquelle doit évidemment tourner à l’avantage de l’Université française. Parfois mais c’est plus rare, on se risque à la comparaison avec d’autres Facultés françaises54. Et la Faculté de droit et des sciences politiques de Strasbourg présente alors le visage d’une Faculté provinciale comme les autres, pouvant soutenir la concurrence avec les autres. Cette dernière approche permet au doyen Beudant de sortir du cadre passablement étroit imposé par le contexte alsacien, de dépasser la continuelle et inévitable comparaison avec l’Université allemande, tout en remplissant les exigences de la mission ordonnée par les pouvoirs publics. Au cours de l’année 1920, alors que l’épuration est à son faîte et que les sinistres commissions de triage sont à l’œuvre, nombre de requêtes concernent le recensement des étudiants : combien d’Alsaciens, combien de Français de l’intérieur parmi les étudiants de la Faculté de droit55 ? Les réponses de Beudant sont systématiques et complètes, mais plus que cela, elles n’omettent jamais d’y ajouter le recensement des étudiants étrangers, de plus en plus nombreux à la Faculté56. Car la gouvernance de la Faculté ne se limite pas à la stricte observance des multiples requêtes des autorités de tutelle. Il s’agit pour lui de mettre en avant l’ouverture à l’international de sa Faculté. Comme d’autres Facultés, mais peut-être plus encore que les autres, il appartient à la Faculté de Strasbourg de « faire rayonner la science juridique française »57. De la même manière, Robert Beudant aura soin d’indiquer que sa Faculté « essaime des colonies », il en va ainsi de l’Ecole de droit de Mayence, ouverte en 1920, « filiale de la Faculté et sentinelle avancée du droit français sur la rive gauche allemande du Rhin »58. En outre, la participation des professeurs de la très jeune Faculté française aux jurys du concours national d’agrégation est systématiquement mentionnée59. Le doyen peut alors dépasser le caractère particulier d’une demande spécifique au contexte local pour s’insérer dans une politique universitaire plus ordinaire, semblable à celle conduite dans d’autres Facultés de droit. Dans les rapports annuels, la place de plus en plus importante accordée aux activités extra-locales des professeurs indique que la Faculté de Strasbourg ne doit plus seulement être mesurée à l’aune de la Faculté allemande à laquelle elle est venue se substituer. La réussite de la mission repose largement sur cet exercice de comparaison étendue, sur ce déplacement de l’unité de mesure de l’activité de la Faculté. C’est avec zèle et constance que Robert Beudant répond aux demandes répétitives de renseignements statistiques, ou rédige son rapport annuel qu’il qualifie de « sorte d’examen de conscience »60.

  • 61 « Je ne puis fournir aucun renseignement sur la classification des étudiants d’après leur religion  (...)

19Cette constance, cette forme d’obéissance à la commande publique connaît pourtant quelques limites. Au mois d’octobre 1921, c’est avec une grande fermeté que Beudant refuse de délivrer à la direction de l’instruction publique la classification des étudiants d’après leur religion, au motif qu’il n’entre pas dans les traditions françaises de poser une telle question aux étudiants et encore moins d’établir une telle classification61. Si le motif du refus exprimé par le doyen de Faculté est qu’une telle demande porte atteinte à la liberté religieuse, celle-ci n’est bien sûr pas seule en cause ici, l’appartenance religieuse a été l’un des éléments utilisé dans les commissions de triage pour dégermaniser l’Alsace, et là s’arrête peut-être pour Beudant le complet dévouement à sa mission, il le manifeste dans un refus d’obéissance d’une grande fermeté. Dans les départements recouvrés conservant le régime concordataire, la requête du recteur peut sembler relativement ordinaire. Mais en invoquant la tradition française à l’appui de son refus, le doyen Beudant s’écarte une fois encore résolument du cadre local et fournit une réponse très conforme aux exigences de la Troisième République, tenant à distance de l’administration universitaire, les questions confessionnelles.

20A ces questions portant sur la manière d’enseigner, la manière de gouverner la Faculté se superpose une difficulté qui déborde largement le cadre universitaire : quel droit enseigner ? Car au début des années 1920, et tant que n’est pas réglée la question de l’introduction du droit national dans les nouveaux départements français, le droit français fait figure de droit étranger en Alsace.

B – Le national et le local, la conciliation réussie

  • 62 Cf. arrêté instituant à la Faculté de droit de l’Université de Strasbourg un certificat de droit lo (...)
  • 63 De telles conférences avaient été initiées par Raymond Carré de Malberg et Eugène Gaudemet dès l’an (...)
  • 64 Rapport du doyen Beudant pour l’année universitaire 1919-1920, op. cit., p. 35.

21Dans les mois qui suivent la rentrée de 1919, la Faculté organise des enseignements de droit civil local, de procédure civile locale, de droit commercial local. On crée même un diplôme de droit local62, parfois dans des conditions difficiles, parce qu’à lire les multiples requêtes de Beudant, il semble que les autorités de tutelle tardent à répondre en termes financiers aux spécificités d’un enseignement du droit en Alsace. La Faculté s’est dotée d’un Institut de droit comparé et d’économie comparée, qui comprend un Institut de droit local. Bientôt on ouvre, sous le nom d’Ecole pratique d’administration, des cours de formation et de perfectionnement pour les employés des administrations départementales et communales. Par ailleurs, la Faculté multiplie les conférences d’« extension universitaire » à Strasbourg et dans d’autres villes alsaciennes. Il s’agit d’initier les juristes locaux au droit français, dans l’enceinte même du tribunal63, et plus souvent encore, d’aller à la rencontre d’une population alsacienne présentée comme aussi ignorante que curieuse des institutions françaises. La Faculté de théologie catholique a initié le mouvement en proposant au grand public des conférences sur les relations entre les Églises et l’Etat, telles qu’elles résultent, à l’intérieur, de la loi de 1905. Quant à la Faculté de droit, elle enverra Robert Redslob exposer le droit public français à la population alsacienne. Et peu à peu, les professeurs se mettent à publier, ou à diriger des thèses, sur les institutions locales. Les rapports du doyen Beudant, qui fourmillent de renseignements sur l’investissement des professeurs de droit dans l’explicitation des particularismes locaux, laissent parfois entrevoir une forme de réticence. Prenant appui sur la désaffection des étudiants pour les études de droit local, Robert Beudant n’omet jamais de rappeler que ce qui relève d’un cadre imposé par les pouvoirs publics ne correspond pas toujours à l’exigence pédagogique des professeurs, ni aux besoins réels des étudiants. Mais il promet de persévérer, et puisqu’il constate que les pouvoirs publics semblent enclins à maintenir plus ou moins longtemps l’application du droit allemand dans les provinces désannexées, il se fait fort de convaincre les étudiants qui manquent d’empressement pour l’étude d’un droit « qui participe dans leur esprit, à la défaite d’un passé historique à jamais aboli »64. Ainsi, le droit local constitue bientôt un élément essentiel de l’activité de la Faculté, et si Beudant et ses collègues l’avaient d’abord envisagé comme un élément de transition, leur investissement dans les commissions chargées de préparer l’introduction du droit civil en Alsace-Moselle contribuera à rendre définitive cette spécificité de l’enseignement du droit à Strasbourg.

  • 65 C’est pourtant avec détermination que le doyen affirme le caractère parfaitement indépendant des de (...)
  • 66 Ibid. p. 2-3.
  • 67 Sur ce point, l’analyse d’Eric SANDER, « Le rôle de la Faculté de droit dans l’élaboration du droit (...)

22Les difficultés rencontrées par les professeurs dans leur mission d’enseignement ne sont rien au regard de ce qui les attend dans le second versant de leur mission. On sait le caractère passionnel du débat sur la conservation d’un droit dérogatoire à la législation nationale dans l’Alsace de l’immédiate après-guerre, lequel est intimement lié au conflit confessionnel65. Au sein de ces commissions législatives, les professeurs ont su éviter le terrain politique, affirmant que c’était « une erreur étrange que de vouloir ramener le problème de l’unification des lois à une querelle de partis ». Convenant de la pertinence de certains projets de mise en commun d’intérêts économiques pour l’Alsace et la Lorraine, la Faculté prend soin de préciser qu’« on commet une singulière confusion lorsqu’on réunit sous un même vocable deux choses aussi différentes que le régionalisme économique et le particularisme juridique »66. Les professeurs de la Faculté de droit de Strasbourg se sont alors engagés dans une longue discussion technique sur la valeur juridique des institutions locales – débat dont on reconnaît aujourd’hui qu’il n’a qu’une pertinence relative67. Mais cette réponse en terme technique leur a permis d’éviter des prises de position qui auraient rendu leur long séjour en Alsace sans doute plus difficile.

  • 68 « Il y a un intérêt d’ordre national devant lequel les Alsaciens redevenus Français doivent s’incli (...)
  • 69 La loi du 1er juin 1924 pose le principe de l’introduction de la législation civile française en Al (...)

23En réalité, il est assez difficile de mettre en relation les textes conservés dans les archives de la Faculté et les documents officiels, procès-verbaux des débats en commission. Les premiers, non destinés à la publication, constituent de vibrants plaidoyers en faveur du centralisme législatif68, or le travail finalement réalisé en commission aboutira trois années plus tard à la conservation d’un certain nombre d’institutions alsaciennes au titre de ce qu’on appellera le droit local69. Témoignages apparemment contradictoires, sauf à considérer que l’immersion de ces hommes de l’intérieur en terre alsacienne ait fait basculer quelques-unes de leurs préventions en matière de régionalisme. On peut également formuler une autre hypothèse, celle d’une demande politique à laquelle il n’a pas été possible de résister. Quoiqu’il en soit, c’est en termes très techniques qu’un tri est réalisé entre les institutions qui seront conservées, et celles qui devront disparaître au profit d’une uniformisation législative. Une chose est certaine : la forte implication de ces professeurs, pour la plupart non Alsaciens, permettra de donner une légitimité à ce droit local. Grâce à cette caution scientifique, le droit local n’est plus un droit germanique. Il n’est pas seulement une concession aux Alsaciens et ne doit pas s’analyser comme une défaite du principe d’unité législative, il puise sa raison d’être dans des considérations plus scientifiques. Plus que le terme de « provincial », repoussé par les Alsaciens, rejeté par les autorités de tutelle, c’est le terme de « local » qui fait son apparition à la Faculté de droit, s’imposant dans les cours, les programmes, les diplômes, les publications, les instituts rattachés à la Faculté, et enfin venant qualifier le droit spécifique qui s’installe en Alsace-Moselle. Fortement incités à effacer à Strasbourg toute trace d’un provincialisme mal distingué du germanisme, les professeurs nommés en mission ont finalement participé à la conservation et à la consolidation de spécificités locales.

*
* *

  • 70 Sur ce point Julien BONNECASE, La Faculté de droit de Strasbourg (4e jour complémentaire An XII-10  (...)
  • 71 Cette question est discutée par Fabrice MELLERAY, « L’école de Strasbourg, mythe ou réalité ? », L’ (...)

24La complète refondation d’une Faculté de droit à Strasbourg en 1919 invite à la comparaison avec l’installation dans cette même ville d’une Ecole de droit un siècle plus tôt. La création de l’Ecole de droit de Strasbourg avait toléré, malgré le cadre napoléonien, une forme d’exception locale justifiée par la proximité géographique et l’empreinte historique de l’Allemagne70. Mais assez vite, l’influence allemande était allée diminuant, et la logique nationale avait fait disparaître toute spécificité à la Faculté strasbourgeoise. La refondation d’une Faculté française en 1919 traduit une logique inverse. L’empreinte locale doit disparaître, et un certain nombre de moyens réels ou d’artifices sont mis en place pour faire sortir la Faculté de son cadre local, pour l’éloigner de l’Allemagne, et même pour lui nier toute coloration régionale ou provinciale. Cependant, très rapidement, la Faculté renoue avec une forme de particularisme, ne construisant peut-être pas une école de pensée particulière71 mais développant quand même un certain nombre de spécificités. Pour autant, il faut reconnaître qu’à Strasbourg, le climat politique des années 1920 n’incite pas la Faculté à participer à la construction d’une identité provinciale. En premier lieu, et ceci est bien évidemment lié aux origines multiples des professeurs, la Faculté de Strasbourg apparaît davantage comme la Faculté de toutes les provinces. En second lieu, parce qu’à Strasbourg, dans les années 1920, on ne se mesure que peu à la capitale, et on insiste davantage sur une vocation internationale, retrouvant là quelque chose qui rappelle la longue et vieille histoire de cette Faculté de droit.

  • 72 Sur les multiples sens de la « Faculté de province », Frédéric AUDREN, « Qu’est-ce qu’une Faculté d (...)

25Si la Faculté de Strasbourg revêt bien les caractères d’une Faculté de province72, c’est le résultat de l’activité de professeurs venus d’autres provinces. L’identité locale, alsacienne, résulterait ainsi à Strasbourg de l’investissement scientifique de professeurs qui, pour la plupart, n’entretenaient aucun lien particulier avec l’Alsace avant leur arrivée. Et là est probablement la raison du succès de leur entreprise, on s’était préalablement assuré du parfait patriotisme de ces professeurs, il n’est pas certain que les autorités françaises auraient laissé se développer une forme de particularisme à la Faculté si celle-ci avait été le fait d’un corps professoral aux origines plus locales.

Notes

1 Extrait de l’allocution de rentrée du professeur Robert Beudant, reproduit dans « La Faculté de droit et des sciences politiques de l’Université de Strasbourg », Revue politique et parlementaire, t. 98, n° 291, 10 février 1919, p. 167-177.

2 Le centenaire des Ecoles de droit, Paris, 1905, p. 34 et s. Jacques Poumarède rappelle qu’Emest Glasson a fait ses études de droit à Strasbourg et qu’il y a enseigné en qualité de suppléant provisoire avant de réussir le concours d’agrégation en 1865, et de poursuivre une carrière parisienne (Patrick ARABEYRE, Jean-Louis HALPERIN, Jacques KRYNEN, Dictionnaire historique des juristes français, Paris, PUF, 2007).

3 C’est en 1877 que l’Université inaugurée le 1er mai 1872 prend le nom de Kaiser-Wilhelms-Universitat.

4 Georges DELAHACHE, Les débuts de l’administration en Alsace et en Lorraine, Paris, Hachette, 1921, 331 p., avant-propos.

5 Cf. les deux volumes de l’Organisation politique et administrative et législation de l’Alsace-Lorraine. Documents mis à jour jusqu’au 31 juillet 1914 pour la législation et jusqu’en 1913-1915 pour la statistique, Paris, impr. nat., 1915. Chaque institution y est décrite avec une grande précision et la législation allemande est intégralement reproduite dans une traduction française.

6 Cf. [Comité alsacien d’études et d’information], L’Alsace depuis son retour à la France, Strasbourg, 1932, t. 1, p. 355-368.

7 C’est l’opinion commune dans les brochures participant à la pédagogie du retour, par exemple, Georges DELAHACHE, op. cit., avant-propos.

8 Georges DELAHACHE, ibid., met en garde contre les traductions simplistes, impropres à permettre une exacte transposition des titres et fonctions, en particulier pour les professions judiciaires et médicales.

9 Le terme est employé dans l’allocution de rentrée de l’administrateur provisoire de la Faculté, « La Faculté de droit et des sciences politiques de l’Université de Strasbourg », art. cit., p. 169.

10 Charles Aubry et Frédéric-Charles Rau sont cités en exemple dans presque tous les discours d’ouverture. On les évoque parfois en compagnie d’autres figures alsaciennes dont l’activité d’enseignement à Strasbourg a également été brutalement interrompue en 1871, celles d’Heimburger (1795-1881), de Lederlin (1831-1912) ou encore de Destrais (1811-1875), « professeurs émérites » et « alsaciens, fidèles à leur patrie ». Cf. Cours de droit romain. Allocution de M. Debray, professeur, dans « La Faculté de droit et des sciences politiques de l’Université de Strasbourg », art. cit., p. 172.

11 Le président Poincaré viendra rappeler au recteur l’essentiel de ces réformes lors de son discours d’inauguration de l’Université en novembre 1919 : « La loi de 1893 vous donne les moyens de réaliser ces objectifs ; telles qu’elles ont été fondées en 1896, les Universités ne sont pas des vaines abstractions ; ce sont des corps vivants ». Discours intégralement reproduit dans « La Grande journée de Strasbourg », Journal d’Alsace et de Lorraine, 23 novembre 1919. Venant clore un long régime transitoire, ce sont les décrets du 30 mai 1924 qui réalisent l’introduction définitive du droit de l’enseignement supérieur français en Alsace et en Lorraine (BOAL, 1924, p. 419 et s.).

12 Avec grandiloquence, le recteur Charléty rappelle que l’« Université française de Strasbourg ne fut jamais une froide création administrative », dans « Inauguration de l’Université de Strasbourg (21-23 novembre 1919) », Revue internationale de l’enseignement, 1919, p. 396.

13 Les réflexions préparant la réinstallation d’une Université française à Strasbourg ont permis aux Alsaciens d’exprimer une inquiétude : « Et maintenant, il [l’Alsacien] se demandait avec un peu d’angoisse si la France voudrait maintenir l’Université de Strasbourg à un niveau élevé, lui accorder les sommes dont elle a besoin pour s’étendre et se développer, si la centralisation administrative si grande en France ne lui enlèverait pas son autonomie. Des maladroits avaient prononcés devant lui le nom d’« Université de province ». Cf. « La première année de la nouvelle Université française de Strasbourg (1918-1919) », Revue internationale de l’enseignement, 1919, p. 338. Aux Alsaciens qui plaident pour que l’Université refondée « soit autre chose qu’une Université de province », nombre de discours répondent que l’Université de Strasbourg est une « œuvre nationale », [Conseil consultatif d’Alsace et de Lorraine], Procès-verbaux – Session de novembre 1920, Strasbourg, impr. nat., 1920, p. 172.

14 Voir notamment le Journal d’Alsace et de Lorraine, qui annonce puis commente abondamment les fêtes d’inauguration de l’Université entre le début du mois d’octobre et la fin du mois de novembre 1919.

15 Fernand Faure, un des cinq professeurs formant l’« avant garde » de janvier 1919, est directeur de la Revue politique et parlementaire qui fera paraître in extenso les discours de rentrée de 1919.

16 Selon les termes employés par Christian Pfister, administrateur de la Faculté des lettres de l’Université de Strasbourg, dans son rapport du 1er octobre 1919. Cf. « La première année de la nouvelle Université française de Strasbourg (1918-1919) », art. cit., p. 326.

17 Le recrutement et l’installation des professeurs de droit se sont déroulés en trois phases. Une première organise le détachement temporaire à partir de janvier pour les cinq premiers professeurs, pourvus de décrets de nomination en avril suivant. Une deuxième phase, à partir d’avril, permettra le recours aux ressources locales ainsi qu’à des chargés de cours, professeurs, agrégés ou simples docteurs mobilisés. Seront ainsi appelés à la Faculté de droit, Degand, avocat à la Cour d’appel de Douai, provisoirement réfugié à Strasbourg, Fonlupt, détaché du haut-commissariat de la République à Strasbourg, Julliot de la Morandière, professeur à la Faculté de droit de Rennes, mobilisé en qualité de lieutenant d’artillerie et en congé de convalescence après blessure, Laferrière, professeur à la Faculté de droit de Lille, attaché en qualité de sous-lieutenant d’infanterie au haut-commissariat de la République à Colmar, Niboyet, chargé de cours à la Faculté de droit d’Alger, attaché comme officier interprète à l’Etat-major de la VIIIe armée. La troisième phase, en novembre, consiste en la création de vingt-deux chaires et nomination de dix-huit professeurs, par décrets entrés en vigueur peu avant le premier anniversaire de l’entrée des troupes françaises à Strasbourg. Cf. décrets du 19 novembre 1919 portant création de chaires et nominations de professeurs dans les Facultés de droit, de médecine, des sciences, des lettres et de l’Ecole supérieure de pharmacie de l’Université de Strasbourg (BOAL 1919, p. 2969 et s.).

18 L’expression est encore employée près de dix ans après la rentrée de 1919. Cf. Discours du recteur Christian Pfister pour la rentrée universitaire 1928-1929 (L’Alsace depuis son retour à la France, op. cit., p. 355).

19 « Il y a dès aujourd’hui à l’Université française plus de maîtres que n’en comptait avant la Guerre l’Université de l’empereur Guillaume, et tous ces maîtres, dont la plupart ont été désignés par leurs pairs, ont été choisis parmi les meilleurs », extrait du discours du président Poincaré du 22 novembre 1919, « Inauguration de l’Université de Strasbourg (21-23 novembre 1919) », art. cit., p. 414.

20 Extrait de l’allocution de rentrée du professeur Robert Beudant, art. cit., p. 169.

21 Cf. Rapport de Robert Beudant, dans [Travaux de l’Université de Strasbourg pendant l’année scolaire 1920-1921], Rapports présentés par le Conseil de l’Université et par les Doyens des Facultés, Strasbourg, impr. alsacienne, 1922, p. 27.

22 « Venus de toutes les parties de la France, les maîtres qui ont le grand honneur de professer à Strasbourg se sont penchés avec sollicitude sur l’âme de tous les chers retrouvés. Pris par le charme de cette douce terre d’Alsace, ils s’attachent également à la jeune Université, je n’en veux pour preuve que le refus opposé par Monsieur Duquesne, Professeur de droit romain à la Faculté de droit, à l’offre flatteuse d’une chaire à Paris ». Cf. Rapport de Jadin, vice-président du Conseil de l’Université, ibid., p. 13.

23 Sur l’engagement catholique des professeurs grenoblois et leur implication dans les questions religieuses qui agitent la Troisième République, Frédéric AUDREN, « La belle époque des juristes catholiques (1880-1914) », Revue d’histoire des idées politiques, n° 28, 2008, p. 263-264. C’est un autre Grenoblois, Joseph Duquesne, lui aussi nommé professeur à Strasbourg en 1919, qui viendra succéder à Robert Beudant comme doyen de la Faculté, à partir de 1925 et jusqu’en 1938.

24 Le doyen Aubry ne disait-il pas que la Faculté de Strasbourg -toute française-était la « gardienne des antiquités germaniques » ? Propos extraits du rapport du doyen Aubry pour l’année 1855, rapportés par Eugène Gaudemet, dans [Faculté de droit de Strasbourg], Inauguration d’un monument à la mémoire de Aubry et Rau [21 novembre 1922], Paris, Librairie du recueil Sirey, 1923, p. 31.

25 Il n’est pas sans intérêt de relever que l’importance symbolique de la lignée Beudant est soulignée par Jean Gaudemet qui s’est trouvé dans une situation comparable lorsqu’il vint enseigner à Strasbourg peu avant la Seconde guerre mondiale ainsi qu’après la Libération en 1945, alors que son père, Eugène, avait fait partie de la petite cohorte venue réinstaller une Faculté française en 1919. Cf. « Les débuts de la Faculté de droit et des sciences politiques de Strasbourg au lendemain de la première guerre mondiale (novembre 1918 – novembre 1919) », Revue d’histoire des Facultés de droit et de la science juridique, 1997, n° 18, p. 95-124.

26 Dans le Dictionnaire des juristes français (op. cit.), Jean-Louis Halpérin ne mentionne pas la période strasbourgeoise de Charles Beudant, évoque rapidement son fils Robert, mais ne lui consacre pas de notice. Dans le Nouveau dictionnaire de biographies alsaciennes (NDBA), Marcel Thomann consacre une très courte notice à Charles et omet également Robert.

27 Le Journal d’Alsace et de Lorraine (25 novembre 1919, p. 1) rappelle ainsi que « Monsieur Robert Beudant, précédemment professeur à Grenoble, qui retrouve aujourd’hui l’école où son père Charles Beudant, doyen de la Faculté de droit de Paris, fit ses études comme professeur de 1853 à 1857 ».

28 Ce que déplorent certains : « Pour que l’Université eut un caractère nettement alsacien, il aurait fallu faire appel dans la plus large mesure possible au personnel enseignant du pays. Ce n’est malheureusement pas ce qui a été fait », [Conseil consultatif d’Alsace et de Lorraine], Procès-verbaux – novembre 1920, op. cit., p. 171.

29 Toute autre est la situation d’un autre Alsacien : Robert Redslob. Le difficile retour en Alsace de Robert Redslob permet de mesurer les hésitations quant à la place à faire aux enseignants d’origine alsacienne. Ancien étudiant de la Kaiser-Wilhelms-Universitat, considéré comme suspect pour avoir commencé sa carrière à Rostock, Robert Redslob revient enseigner à Strasbourg dès le début de l’année 1919, mais comme simple chargé de cours, ce n’est qu’en 1922 qu’il est nommé professeur titulaire. Sur les vicissitudes de son retour en Alsace : Armel LE DIVELLEC, « Robert Redslob, juriste alsacien entre la France et l’Allemagne », dans Bicentenaire de la Faculté de droit de Strasbourg, Annales de la Faculté de droit de Strasbourg, n° 9, 2008, p. 137-140.

30 Voir la notice biographique que lui consacre François Igersheim (NDBA, p. 734- 736). Quinze années plus tard, le doyen de la Faculté de droit rappelle cet engagement francophile absolu de l’Alsacien Eccard. Cf. Notes préparatoires du rapport du doyen Duquesne pour l’année universitaire 1935-1936 qui tracent brièvement les points forts de la carrière politique de Frédéric Eccard, Archives de la Faculté de droit de Strasbourg (cf. infra, note 46).

31 Des dépenses importantes ont été engagées pour moderniser les laboratoires, pour maintenir au sein et autour de l’Université les instituts et séminaires, héritage de l’enseignement supérieur allemand. Cf. [Conseil consultatif d’Alsace et de Lorraine], Procès-verbaux – Session de novembre 1920, op. cit., p. 169-170.

32 Aux termes de l’article 28 de la loi du 31 mars 1926, les personnels de l’Université de Strasbourg bénéficieront de cette indemnité non soumise à retenue pour pensions civiles de manière rétroactive, à partir du 1er juillet 1925. Sur les traitements et avantages attribués aux personnels de l’Université de Strasbourg, voir Jean-Paulin NIBOYET, Répertoire pratique de droit et de jurisprudence d’Alsace et de Lorraine, Paris, Sirey, 1925, t. 1, n° 47 et s.

33 Selon les termes utilisés par Scheer, rapporteur au nom de la quatrième commission dans [Conseil consultatif d’Alsace et de Lorraine], Procès-verbaux – Session de janvier 1923, Strasbourg, impr. nat., 1923, p. 174.

34 Extrait de l’allocution de rentrée du professeur Robert Beudant, art. cit., p. 169.

35 Propos extraits du discours du président Poincaré du 22 novembre 1919, « Inauguration de l’Université de Strasbourg (21-23 novembre 1919) », art. cit, p. 406-416.

36 « Sans doute toute Université est une école nationale, en ce sens qu’elle travaille au bien du pays, et qu’elle doit enseigner à la jeunesse les intérêts permanents de la patrie ; sans doute aussi est-elle une école universelle, en ce sens qu’elle est ouverte à toutes les sciences (...) mais toute Université est en même temps une école régionale, qui doit tenir compte des aspirations particulières de la contrée où elle vit, des habitudes locales, du milieu économique, de tout ce qui donne à une vieille province française sa physionomie et son caractère. L’Université de Strasbourg sera donc une grande Université nationale, mais elle restera, pour l’honneur et la joie de la France, une Université nettement alsacienne », ibid., p. 415

37 Lors de l’inauguration de l’Université allemande en 1872, on avait inscrit l’Université impériale dans la longue durée en associant au buste de Guillaume 1er celui de Ferdinand II qui, en 1621, avait transformé l’ancienne Académie de Strasbourg en Université. Voir le chapitre consacré aux fêtes et à la symbolique urbaine dans Stéphane JONAS, Marie-Noëlle DENIS, Annelise GERARD, Francis WEIDMANN, Strasbourg, capitale du Reichsland Alsace-Lorraine et sa nouvelle Université (1871-1918), Strasbourg, Oberlin, 1995, p. 80 et s

38 [Travaux de l’Université de Strasbourg pendant l’année scolaire 1920-1921], op. cit., p. 15.

39 Inauguration d’un monument à la mémoire d’Aubry et Rau, op. cit., p. 9.

40 L’année 1922 ne correspond en effet à aucun anniversaire particulier. Rappelons qu’Aubry et Rau sont tous deux nés en 1803 et que le Palais universitaire est une construction de l’Université allemande de 1884, très postérieure au départ d’Aubry et de Rau.

41 Inauguration d’un monument à la mémoire d’Aubry et Rau, op. cit., p. 12.

42 Sur l’« illusion de la permanence » permise par la célébration des maîtres : Pierre BONIN et Nader HAKIM dans leurs conclusions des Rencontres de Toulouse de novembre 2008, dans Philippe NELIDOFF (dir.), Les Facultés de droit de province au XIXe siècle. Bilan et perspectives de la Recherche, Presses de l’Université de Toulouse 1 Capitole, 2009, p. 547.

43 Voir par exemple : « La journée des toges » (Journal d’Alsace et de Lorraine, 22 novembre 1919).

44 Sur l’inscription des savoirs juridiques dans un cadre provincial, Frédéric AUDREN, « Qu’est-ce qu’une Faculté de province au XIXe siècle ? », dans Philippe NELIDOFF (dir.), Les Facultés de droit de province au XIXe siècle, op. cit., particulièrement p. 42-58.

45 En 1997, Jean Gaudemet anticipe le 80e anniversaire dans « Les débuts de la Faculté de droit et des sciences politiques de Strasbourg au lendemain de la première guerre mondiale », art. cit., p. 95-124.

46 La référence aux Archives de la Faculté -sans qu’il soit fait précision de cotes-correspond à une vingtaine de boites conservées dans un grand désordre au sous-sol du bâtiment principal de celle-ci (Place d’Athènes à Strasbourg). Ce fond, qui fera prochainement l’objet d’un dépôt aux Archives départementales du Bas-Rhin, comporte, selon un vague classement thématique, sans que la chronologie soit parfaitement respectée, des documents concernant l’administration de la Faculté durant la période 1919-1955.

47 Rapport du doyen Beudant pour l’année universitaire 1919-1920, op. cit., p. 26

48 « pour éviter toute difficulté provenant de l’emploi du français » comme l’explique le doyen, ibid., p. 29.

49 Rapport du doyen Beudant pour l’année universitaire 1920-1921, op. cit., p. 42.

50 Le recteur Charléty est beaucoup plus optimiste : « A la Faculté de droit (...) l’usage du français n’a constitué d’obstacle pour aucun des candidats ».

51 Rapport du doyen Beudant pour l’année universitaire 1919-1920, op. cit., p. 37- 38.

52 Cette correspondance très administrative et dominée par la statistique est caractéristique du décanat de Robert Beudant. A partir de 1925, le décanat de Joseph Duquesne laisse apparaître des archives plus riches et plus diversifiées.

53 La requête du recteur a été annotée à la main par Beudant afin que le secrétariat pense à indiquer le nombre de certificats de droit local délivrés. En effet, au cours de cette deuxième année de fonctionnement, la Faculté de droit n’a délivré que deux attestations d’études, un certificat supérieur d’études, un doctorat et huit certificats de droit local. Dans sa réponse au recteur datée du 7 décembre 1921, le doyen indique que « la Faculté encore à ses débuts n’a pas eu le temps de délivrer les diplômes, sauf pour le droit local » (Archives de la Faculté). Dans les premières années, les sessions d’examens sont presque systématiquement différées jusqu’en novembre.

54 « Les résultats des examens ont été excellents, supérieurs à ceux que donne une Faculté de l’intérieur de la France, sans que les juges aient fait preuve d’aucune indulgence », dans « La première année de la nouvelle Université française de Strasbourg (1918-1919) », art. cit., p. 329.

55 Les demandes sont systématiquement rédigées d’une manière très concise : « On serait obligé à Monsieur le Doyen de vouloir bien faire connaître d’urgence le nombre d’étudiants français de sa Faculté, distingués en deux colonnes 1° : les Français de l’intérieur ; 2° : les Alsaciens (renseignements demandés d’extrême urgence par la présidence du Conseil), Note du Commissariat général de la République en Alsace et en Lorraine à Monsieur le Doyen de la Faculté de droit et des sciences politiques de Strasbourg, du 19 juillet 1920 (Archives de la Faculté).

56 C’est ce que révèlent les échanges de correspondance administrative entre Beudant et le rectorat (Archives de la Faculté). Ces pièces éparses se trouvent bien souvent mêlées aux papiers du doyen suivant : Joseph Duquesne. Il est alors possible de penser qu’elles ont été utilisées par Duquesne pour mesurer une évolution statistique, à moins qu’il ne s’agisse d’un des effets du désordre généré par les déménagements successifs de ces archives.

57 Rapport du doyen Beudant pour l’année universitaire 1919-1920, op. cit., p. 48.

58 Ibid., p. 9 et p. 49.

59 Bourcart préside le jury des concours d’agrégation de droit privé et de droit criminel ouverts à Paris en novembre 1919 et en septembre 1920. Roux siège comme membre du jury dans le concours de 1919. Duquesne est membre du jury pour le concours d’agrégation en histoire du droit ouvert en octobre 1920.

60 Rapport du doyen Beudant pour l’année universitaire 1919-1920, op. cit., p. 46.

61 « Je ne puis fournir aucun renseignement sur la classification des étudiants d’après leur religion ; il n’entre pas dans les traditions françaises de demander aucune indication de ce genre aux étudiants et vous estimerez sans doute avec moi que ces traditions sont de celles dont il importe au premier chef de ne pas se départir », extrait de la Réponse du Doyen de la Faculté de droit à Monsieur le Recteur d’Académie, octobre 1921 (Archives de la Faculté).

62 Cf. arrêté instituant à la Faculté de droit de l’Université de Strasbourg un certificat de droit local (BOAL 1919, p. 2130 et s.)

63 De telles conférences avaient été initiées par Raymond Carré de Malberg et Eugène Gaudemet dès l’année 1919, elles se poursuivent en 1920 avec Jean-André Roux pour le droit pénal et Albert Chéron pour la procédure civile.

64 Rapport du doyen Beudant pour l’année universitaire 1919-1920, op. cit., p. 35.

65 C’est pourtant avec détermination que le doyen affirme le caractère parfaitement indépendant des deux questions : « qu’on ne se méprenne pas sur le sens et la portée de nos déclarations, que le problème de l’introduction des lois françaises en Alsace et en Lorraine n’est en aucune façon lié aux questions d’ordre confessionnel qui, à l’heure actuelle, préoccupent si gravement le public alsacien », Note dactylographiée du doyen Beudant adressée au Président de la Société de législation comparée sur l’introduction des lois françaises en Alsace et en Lorraine, datée du 25 mai 1921, p. 1 (Archives de la Faculté).

66 Ibid. p. 2-3.

67 Sur ce point, l’analyse d’Eric SANDER, « Le rôle de la Faculté de droit dans l’élaboration du droit local alsacien-mosellan », dans Bicentenaire de la faculté de droit de Strasbourg, op. cit., p. 87-100.

68 « Il y a un intérêt d’ordre national devant lequel les Alsaciens redevenus Français doivent s’incliner (...). La dualité de législations qui existe actuellement ne doit être considérée -et cela dans tous les domaines- que comme un état provisoire destiné à cesser », Note dactylographiée du doyen Beudant adressée au Président de la Société de législation comparée, op. cit., p. 2.

69 La loi du 1er juin 1924 pose le principe de l’introduction de la législation civile française en Alsace-Moselle et du maintien du droit local notamment dans le domaine des cultes, des associations, de la protection sociale ou encore des baux. Elle est entrée en vigueur le 1er janvier 1925. Cette même année 1925, la Faculté de droit et des sciences politiques de Strasbourg fait paraître à Paris et à Strasbourg un ouvrage collectif intitulé L’introduction du droit civil français en Alsace et en Lorraine (Etudes d’histoire et de droit par un groupe de magistrats, d’avocats et de professeurs), Paris (LGDJ), Strasbourg (Librairie Istra), 1925, 167 p. Il regroupe notamment les contributions d’Ernest Champeaux, Joseph Duquesne, Raymond Carré de Malberg, Eugène Gaudemet, Georges Bourcart, Frédéric Eccard, Albert Chéron, Jean-Paulin Niboyet, ou encore Henri Capitant.

70 Sur ce point Julien BONNECASE, La Faculté de droit de Strasbourg (4e jour complémentaire An XII-10 mai 1871), ses maîtres et ses doctrines, sa contribution à la science juridique française du dix-neuvième siècle, Toulouse, 1916, 286 p.

71 Cette question est discutée par Fabrice MELLERAY, « L’école de Strasbourg, mythe ou réalité ? », L’esprit des institutions, l’équilibre des pouvoirs. Mélanges en l’honneur de Pierre Pactet, Paris, Dalloz, 2003, p. 319-338.

72 Sur les multiples sens de la « Faculté de province », Frédéric AUDREN, « Qu’est-ce qu’une Faculté de province au XIXe siècle ? », art. cit., p. 17-60.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search