Version classiqueVersion mobile

Les Facultés de droit de province aux xixe et xxe siècles. Tome 3

 | 
Jean-Christophe Gaven
, 
Frédéric Audren

Première partie. La conquête de l’éspace

Le Jésuite, l’universitaire et le politique : stratégies de recrutement du corps enseignant de l’école Française de droit de Beyrouth (1913-1939)

Catherine Fillon

Texte intégral

  • 1 Catherine FILLON, « La Faculté de droit de Lyon et l’expansion universitaire sous la Troisième Répu (...)

1L’Ecole française de droit de Beyrouth a été conçue entre 1909 et 1913 à l’instigation de Paul Joubin, recteur de l’Université de Lyon, particulièrement soutenu au sein de celle-ci par les représentants de sa jeune Faculté de droit. Cette dernière répondait ainsi à l’appel du ministère de l’Instruction publique, désireux de voir ses Universités rénovées fidéliser au bénéfice de la France d’importantes clientèles étrangères. Je ne referai pas ici l’histoire de cette conception et des raisons diverses qui ont poussé l’Université de Lyon, assez naturellement, à choisir l’Orient pour cette nouvelle expérience de diplomatie culturelle, puisque l’Ecole avait pour finalité politique supérieure de conforter les positions de la France dans cette région de l’Empire ottoman dont la plupart des grands puissances européennes attendaient la décomposition finale pour s’en partager les restes1. L’une des grandes originalités de cet établissement d’enseignement supérieur à l’étranger n’en reste pas moins qu’il a fonctionné avec l’active collaboration de la Compagnie de Jésus. Les Jésuites étaient, en l’occurrence, des alliés précieux et pour tout dire imposés : non seulement parce que, pêle-mêle, ils étaient bien implantés dans le pays via leur réseau scolaire secondaire et leur Faculté de médecine, possédaient des locaux susceptibles d’être rapidement mis à disposition, mais par-dessus tout parce qu’ils disposaient d’un précieux firman de l’empire ottoman leur permettant de se livrer à l’activité d’enseignement. Or, compte tenu d’un contexte international en pleine dégradation, il n’était pas douteux que l’Université lyonnaise mettrait sans doute beaucoup plus de temps à obtenir de Constantinople une telle autorisation d’enseigner, à un moment où il était pourtant urgent de donner corps à son projet, sous peine de voir les Américains la devancer et implanter avant elle un enseignement juridique supérieur. Que cette collaboration entre l’Université de Lyon et la Compagnie de Jésus orientât dès l’abord les destinées de l’œuvre et l’enfermât dans une image, certes réductrice mais non complètement infondée, d’institution de prédilection de la fraction maronite de la population est un constat que l’historien, avec le recul propre à sa démarche, ne peut que dresser mais que nul, dans cette première décennie du XXe siècle, ne semble avoir entrevu.

  • 2 L’historien du droit Paul Huvelin (1873-1924) ne nourrissait pas de sentiments viscéralement hostil (...)

2Il n’en reste pas moins que, eu égard au contexte métropolitain encore fortement marqué par les séquelles de la séparation de l’Eglise et de l’Etat et de la crise des inventaires, cette alliance originale tenait, à bien des égards, du mariage de la carpe et du lapin. Et si l’Université lyonnaise l’accepta, ce ne fut pas sans craindre les réactions hostiles de son ministère de tutelle, beaucoup moins habitué que celui des Affaires étrangères à considérer ordres religieux et congrégations comme de très efficaces agents et relais de l’influence française à l’étranger. En outre, que l’alliance fût nécessaire au Liban était surtout une évidence de raison, intellectuellement admise par les principaux protagonistes, ce qui ne signifiait nullement que son fonctionnement serait harmonieux, tant la culture de défiance réciproque était fortement enracinée. Aussi, sans surprise, les relations premières ont-elles été marquées du sceau de la suspicion. Pour l’Université lyonnaise, moins à cause des convictions personnelles du professeur Paul Huvelin2 qui fut, pour la Faculté d’Etat métropolitaine, la cheville ouvrière de l’Ecole libanaise de droit, qu’en raison de la nécessité d’obtenir l’appui d’un ministère de l’Instruction publique hostile à l’enseignement congréganiste, il n’était pas question de laisser aux Jésuites l’opportunité de donner un caractère confessionnel très marqué à l’Ecole, en somme d’en faire ouvertement une Faculté catholique de droit au Liban. Du point de vue des Jésuites, il était tout aussi impensable d’apporter un aussi considérable soutien logistique à l’Université lyonnaise sans obtenir, pour la Compagnie, expulsée depuis 1880 de la métropole, le moindre bénéfice, que celui-ci soit d’ordre spirituel ou plus prosaïquement d’ordre politique, d’aucuns ayant manifestement caressé l’espoir que cette collaboration pût être payée de retour par une reconnaissance officielle de l’Etat français.

3Les occasions de friction entre les deux partenaires ont donc été nombreuses et, parmi elles, la procédure de choix des professeurs et les qualités que l’on devait attendre de leurs personnes n’ont pas représenté les moindres sources de tensions, moins en pratique qu’en droit, dans la mesure où la procédure définie de fait dès 1913 pour les premiers recrutements dut attendre de bien longues années avant d’être juridiquement consacrée et donc officialisée. Si l’on avait d’emblée accepté, du côté de la Faculté de droit de Lyon, de respecter une condition suspensive de catholicité du personnel enseignant, il était clair que l’on se refuserait à choisir des catholiques trop ostensiblement militants. L’entre-deux-guerres, qui correspondit probablement à l’âge d’or de l’Ecole et fut en tout cas la période de collaboration sinon la plus harmonieuse, du moins la plus dépourvue de calculs et d’arrières pensées de la part des deux partenaires, a vu une nette évolution des positions et, de part et d’autre, une disparition des préventions initiales. Cette détente inespérée a rendu possibles des recrutements qui eussent parus absolument inconcevables avant 1914.

4Il était toutefois un point que nul n’avait soulevé, ni en 1914 lorsque l’on avait discuté et finalement arrêté le règlement de l’Ecole, ni en 1919 lorsque la première convention entre les deux partenaires avait été enfin signée : la nationalité des professeurs. Il paraissait sans doute évident aux yeux des différentes autorités tutélaires que les enseignants ne pourraient être que français. Mais, dès la seconde moitié des années vingt, devant des candidatures émanant de Libanais, alors que le pays passé sous mandat français était destiné à plus ou moins brève échéance à accéder à son indépendance, il fallut bien s’interroger sur l’opportunité d’ouvrir le corps enseignant de l’Ecole aux autochtones.

I – Les modalités de recrutement du corps professoral beyrouthin : une pomme de discorde entre Université lyonnaise et Compagnie de Jésus

  • 3 Archives départementales du Rhône, 1 T 338, Rapport adressé par M. Huvelin, professeur à la Faculté (...)
  • 4 Né le 20 novembre 1880 à Lyon, décédé à Beyrouth le 27 décembre 1961, ce fils de négociant était pa (...)
  • 5 Deux écoles en effet, puisque, en sus de l’Ecole de droit, le projet de l’Université lyonnaise comp (...)
  • 6 Archives de la Compagnie de Jésus (ACJ), Collection Prat 282.

5Dès qu’ils avaient été approchés en 1911-1912, les Jésuites avaient mis à leur éventuelle collaboration plusieurs conditions : ils entendaient être pleinement associés à la procédure de recrutement des futurs professeurs, en fournir eux-mêmes éventuellement quelques-uns, et ils avaient fait savoir sans détours qu’ils n’accepteraient jamais qu’on leur imposa des professeurs qui leur seraient hostiles. En d’autres termes, il n’était pas question à leurs yeux, qu’à côté de l’unique professeur jésuite chargé en première année du cours d’introduction au droit, les professeurs laïques appartinssent à l’espèce alors fort répandue en France métropolitaine des anticléricaux. L’on avait bien compris et admis, du côté du négociateur de l’Université, Paul Huvelin, qu’il faudrait trouver des professeurs catholiques3. Cette sorte de loi fondamentale de catholicité des professeurs était invoquée comme la condition sine qua non pour que règne une bonne entente quotidienne entre laïcs et religieux, qui allaient devoir vivre ensemble à Beyrouth. Il était évident aussi pour les Jésuites, bien que la chose ne soit dite clairement que dans la correspondance entre les pères, que la catholicité des professeurs recélait l’espoir que ces derniers orienteraient leur enseignement dans un sens chrétien et qu’ils contribueraient ainsi à cet apostolat qui constitue l’objet même de la Compagnie de Jésus. Les Jésuites étaient d’autant plus sensibles à la question du choix des professeurs que l’on est resté pendant la première année d’existence de l’Ecole dans l’incertitude quant aux modalités précises de sa direction. Que le poste de chancelier doive revenir à un père jésuite était admis sans difficulté et la fonction avait été attribuée au père René Mouterde. Lyonnais d’origine, certes dépourvu de formation juridique, mais petit-fils de magistrat et neveu de professeur de droit à la Faculté catholique et, à ce titre, accoutumé aux us du milieu juridique, de surcroît déjà familier de l’Orient4 : l’on comprend que René Mouterde ait pu apparaître comme un excellent candidat à cette fonction de chancelier de l’Ecole de droit, fonction qu’il devait d’ailleurs occuper jusqu’en 1942. Toutefois l’on avait également créé un poste de directeur qui n’était pas destiné aux Jésuites et le partage des responsabilités respectives est demeuré pendant la première année scolaire bien peu clairement défini, sauf sur un point : le chancelier ne saurait avoir le moindre contrôle sur la direction scientifique de l’établissement, la lettre ministérielle émanant de l’Instruction publique, qui avait permis de lancer l’entreprise, ayant été très ferme sur ce point. Dès lors qu’une fois recrutés les professeurs ne pourraient plus subir le contrôle du chancelier, la procédure de choix des professeurs et les qualités qu’on allait pouvoir exiger d’eux devenaient des points absolument cruciaux pour les Jésuites. Aussi attendaient-ils avec beaucoup d’impatience que les pratiques qui avaient eu cours en 1913 en vue de l’ouverture de l’Ecole et qui les satisfaisaient pleinement, fussent enfin inscrites noir sur blanc dans la convention qui devait régler leurs relations avec l’Université de Lyon. Or, la signature de cette convention toujours promise était régulièrement différée. Il ne semble pas qu’il faille analyser ces retards à répétition comme l’expression d’une mauvaise volonté lyonnaise, mais bien plutôt comme la manifestation de l’embarras de l’Université, recteur en tête, à rappeler à son autorité de tutelle le mariage de raison conclu en 1913 avec la Compagnie de Jésus. C’est qu’en l’espace d’un an, la situation politique métropolitaine avait beaucoup changé. Le projet de l’école de droit de Beyrouth avait commencé à prendre corps en 1912 sous les auspices du gouvernement Poincaré, Barthou étant aux Affaires étrangères. En décembre 1913, le nouveau gouvernement Doumergue au sein duquel le portefeuille de l’Instruction publique était confié au socialiste indépendant René Viviani pouvait déjà apparaître comme un interlocuteur moins conciliant. Il est peu de dire que le gouvernement qui se constituait le 13 juin 1914 apparaissait encore moins ouvert à la discussion : il était présidé par un René Viviani qui avait décidé de prendre personnellement le portefeuille des Affaires étrangères et avait confié celui de l’Instruction publique à un autre socialiste indépendant que les Lyonnais connaissaient bien, puisqu’il n’était autre que Victor Augagneur, leur ancien maire, dont ils ne pouvaient ignorer l’anticléricalisme viscéral... Patienter dans l’espoir que le Parlement veuille bien une nouvelle fois redistribuer la donne gouvernementale, si possible dans un sens moins hostile aux Jésuites, pour entreprendre dans un climat plus détendu les négociations autour de la convention sont les considérations prudentes qui ont dicté la ligne de conduite lyonnaise. Cette solution d’attente de jours meilleurs était probablement une solution de sagesse, mais elle a surtout eu pour effet de porter à son plus haut point l’exaspération du R.P. provincial Claudius Chanteur. Excédé par les atermoiements de ses partenaires métropolitains, humilié par le silence que l’Université lyonnaise gardait au sujet de son alliance avec les siens, il adressait le 25 juin 1914 un ultimatum au recteur Joubin : « Le Gouvernement et l’Université de Lyon nous ont ignorés. A Paris et à Lyon, les orateurs officiels n’ont pas même osé risquer une allusion aux collaborateurs sans lesquels les deux écoles5 seraient encore à l’état de projet et peut-être pour longtemps. Vous avez des opportunités à préserver, mais nous avons des principes à défendre. Notre honneur de Français, notre dignité de religieux expulsés ne nous permettent pas d’accepter plus longtemps une situation et des procédés que je m’abstiendrai de qualifier. (...) ou bien vous trouverez et ferez accepter une formule qui ménage la part qui nous revient dans la direction de l’établissement des deux écoles, ou à partir du 1er août nous annoncerons que nous nous retirerons. »6

6Il est peu de dire que l’on s’agita beaucoup au Quai d’Orsay durant le mois de juillet 1914 pour surmonter cette crise que l’intransigeance du R.P. Chanteur avait fait naître. Les siens, d’ailleurs, s’ils comprenaient aisément qu’il pût être exaspéré par cet enlisement des négociations et cette sorte de honte de l’Université à reconnaître son partenariat avec les Jésuites, ne lui donnaient toutefois pas entièrement raison et le R.P. Paul Dudon, qui représentait alors la Compagnie de Jésus dans les négociations de l’été 1914, se montra beaucoup plus conciliant. Une issue avait été trouvée dans les derniers jours du mois de juillet, mais la convention ne fut pas pour autant signée. La conclusion de l’accord était une nouvelle fois repoussée, mais cette fois-ci en raison du déclenchement de la première guerre mondiale. Ce n’est, au final, qu’en janvier 1919, alors que l’Ecole entreprenait hâtivement, après quatre années de fermeture contrainte, de rouvrir ses portes que l’accord si longtemps différé put être enfin scellé.

  • 7 ACJ, RP061, Lettre de P. Huvelin du 27 janvier 1919 au R.P. Chauvin, Provincial des missions de la (...)

7Les Jésuites avaient montré leur capacité à faire des concessions, puisqu’ils n’avaient pas obtenu la satisfaction demandée. En effet, ils n’apparaissaient toujours pas comme partie prenante dans la procédure de sélection du corps enseignant et ils avaient dû se contenter de l’engagement solennel pris par Paul Huvelin : « Je tiens enfin à vous donner l’assurance suivante : Je m’engage, comme Président de l’Association Lyonnaise et au nom de mes successeurs éventuels, à n’arrêter la liste des candidatures aux enseignements vacants dans les Ecoles de droit et d’ingénieurs de Beyrouth, qu’après vous avoir soumis ces candidatures, et m’être assuré qu’elles ne soulèvent de votre part aucune objection. En ce qui concerne la nomination des chanceliers et professeurs fournis par l’Université St Joseph, il est entendu que cette nomination sera faite par vous. Mais elle ne pourra être rendue publique qu’après présentation desdits chanceliers et professeurs au président de l’Association, et au Haut Commissariat français en Syrie. »7

8Il faudra attendre la signature d’une nouvelle convention le 12 septembre 1939 pour que le droit soit enfin mis en conformité avec les faits et que la participation, bien réelle pourtant depuis 1913, de la Compagnie de Jésus dans le processus de choix des enseignants soit officiellement reconnue et établie.

  • 8 A propos de cette dernière qui a été le modèle de référence de Paul Huvelin, voir Catherine FILLON, (...)

9En effet, en vue de l’ouverture de l’Ecole, il avait bien fallu opérer les premiers choix. Lorsqu’il s’était agi de définir les critères scientifiques du futur personnel de l’Ecole libanaise, c’est spontanément du côté de l’Egypte et de l’Ecole française de droit du Caire8, ouverte depuis 1891, que l’Université lyonnaise avait porté ses regards. L’Ecole cairote ayant recruté des docteurs en droit pour assurer ses enseignements, son homologue au Liban ne pouvait faire moins que de faire appel à son tour à de jeunes docteurs. Mais, entre les deux écoles, il était une différence de taille : celle du Caire avait dû son existence aux seuls efforts du Quai d’Orsay et du personnel diplomatique en poste en Egypte, alors que l’Ecole de Beyrouth s’apprêtait à voir le jour, certes sous le patronage des Affaires étrangères, mais avec la collaboration de la Compagnie de Jésus qui ne pouvait être tenue pour quantité négligeable.

  • 9 Aucune candidature conjointement choisie par Paul Huvelin, puis par son successeur Paul Roubier, et (...)
  • 10 « ... tout ce qui concerne l’enseignement nous échappe. Nous avons vu, parce que M. Huvelin a bien (...)
  • 11 « Que la crainte de difficultés quant à l’enseignement ne soit pas toute chimérique, l’état actuel, (...)
  • 12 II s’agit du cas du Régis Revol, nommé en décembre 1927. Il est vrai que Revol avait été recruté da (...)

10L’attitude de Paul Huvelin avait été, d’entrée, très soucieuse de ménager la susceptibilité de l’autre partie qui, en conséquence, avait été associée à égalité au processus de choix des enseignants : le R.P. Chanteur avait été tenu informé des démarches, encouragé à recueillir des renseignements sur les docteurs en droit auxquels pensait Huvelin, à exprimer son opinion sur eux et à proposer lui-même des candidatures. Toutefois, les échanges de correspondance indiquent qu’un partage des rôles s’était fait jour naturellement. Au représentant de l’Université appartenait l’évaluation de la valeur scientifique et pédagogique du candidat, alors que les qualités personnelles et morales du même étaient jaugées par le Père provincial. Ce n’est que lorsque le professeur pressenti réunissait des appréciations favorables des deux parties que débutait la procédure de nomination proprement dite. L’élu devait être successivement présenté au conseil de la Faculté de droit, puis au conseil de l’Université, et il était finalement nommé par le ministère des Affaires étrangères sur les fonds duquel il était rétribué. Ces présentations successives semblent avoir été largement formelles, ce qui ne signifie pas que tous les universitaires lyonnais aient accepté de gaité de cœur l’intervention des Jésuites dans le choix des enseignants9. Pour sa part, en dépit de son évidente frustration de ne pouvoir contrôler étroitement le contenu des enseignements dispensés par ces professeurs laïcs10, le R.P. Mouterde, chancelier de l’Ecole, devait admettre en janvier 1914 que les premiers choix n’avaient pas été malheureux et que la cohabitation à Beyrouth se déroulait aussi harmonieusement qu’il était possible entre des éléments qui n’étaient pas issus du même moule politique et religieux11. Sur le plus long terme, c’est-à-dire jusqu’en 1939, mise à part une exception qui vient opportunément confirmer la règle12, la procédure a donné des résultats satisfaisants, dans la mesure où les enseignants recrutés se sont visiblement bien adaptés au milieu beyrouthin en général et aux étudiants en particulier, sans que l’on fasse jamais mention de la moindre tension sérieuse entre les Jésuites et le personnel laïc.

II – Profils d’enseignants : entre doctorat en droit et certificat de catholicité

11Les premiers choix... et les premiers refus sont très significatifs de ce que l’Université lyonnaise entendait concéder aux Jésuites et des limites qu’elle ne dépasserait pas : elle voulait bien recruter des catholiques, mais pas des catholiques trop militants et encore moins des catholiques issus de « la maison d’en face », comme le disent volontiers les correspondances pour ne pas nommer clairement la Faculté catholique lyonnaise. La Faculté d’Etat de Lyon lui devait pourtant beaucoup, si l’on veut bien considérer que c’est l’annonce de la création de sa rivale qui avait décidé le gouvernement de la République à satisfaire enfin la revendication lyonnaise d’avoir un établissement juridique d’enseignement supérieur public. Et probablement ces conditions si particulières de création de la Faculté de droit d’Etat à Lyon ont-elles lourdement pesé sur les relations entre les deux établissements et expliquent-elles leur caractère longtemps acrimonieux, dont les quelques registres de correspondance du doyen de la Faculté d’Etat ayant survécu au passage au temps et à l’incurie des autorités universitaires en matière de conservation des archives contiennent les traces.

  • 13 Né en 1903 à Toulouse, pouvant faire valoir lui aussi un frère jésuite, Jean Ferrand offrait encore (...)

12Pour la première année de fonctionnement, trois jeunes gens, frais émoulus du doctorat, avaient rallié les suffrages : Claude Blanc, Benoît Arène et Bernard Dubruel. Les deux premiers étaient de formation lyonnaise ; ils avaient soutenu leur doctorat en sciences juridiques en 1912 et étaient proposés par Paul Huvelin. Le dernier, en revanche, Bordelais d’origine et de formation universitaire, était proposé par les Jésuites. Comme les cordonniers, on le sait bien, sont les plus mal chaussés, il faut bien avouer que nous ne savons que très peu de choses sur le profil et les motivations des candidats de Paul Huvelin. Il est vrai aussi, qu’étant lyonnais de formation, il n’a pas été utile de recourir à leur propos à une quelconque procédure de renseignements qui aurait laissé ses habituelles traces sous forme d’échange de correspondance. Aussi, pour cette première équipe enseignante, c’est sur le candidat bordelais que nous sommes le mieux renseignés. Âgé de 27 ans en 1913, dernier d’une famille de neuf enfants, il était doté d’une caution très efficace comme les recrutements futurs le démontreront, à savoir que l’un de ses frères était lui-même jésuite. Marié depuis 18 mois, père d’un enfant de neuf mois au moment où il posait sa candidature, Bernard Dubruel était titulaire du doctorat en droit mention sciences juridiques obtenu en juin 1911, couronné par le prix de thèse de la Faculté de Bordeaux. Après un détour de courte durée dans le contentieux des assurances maritimes, il était vite revenu à ses premières amours universitaires. L’année universitaire 1913 s’achevait pour lui par l’obtention du second doctorat mention sciences politiques et économiques et sur le projet de passer le concours d’agrégation auquel, toutefois, il avait fait savoir qu’il renoncerait définitivement si on voulait bien de lui à Beyrouth. Il n’y eut, évidemment, aucune difficulté à envisager la nomination d’un candidat qui présentait pour les uns la caractéristique d’être issu d’une famille chrétienne et pour les autres la garantie d’un solide bagage juridique, doublée d’une compétence en économie qui devait le destiner à ces enseignements au Liban. C’est un profil en tous points identiques que présentera en 1927 Jean Ferrand13, appelé à remplacer Dubruel après que celui-ci eut manifesté de son désir de regagner la métropole, tant pour préserver sa santé ébranlée par le climat du pays que pour parfaire l’éducation de son fils.

  • 14 Emmanuel GOUNOT, Le Principe de l’autonomie de la volonté en droit privé, contribution à l’étude cr (...)
  • 15 Le recteur Joubin, visiblement tétanisé par le couple Viviani-Augagneur qui régnait au sommet de l’ (...)

13Toutes les candidatures proposées en 1913 par les Jésuites ne rencontrèrent pas un assentiment aussi enthousiaste : Emmanuel Gounot en fit l’expérience. Très proche du R.P. Chanteur qui était son directeur de conscience, le jeune juriste, né en 1885, docteur en droit depuis 1912 et auteur d’une thèse en son temps très remarquée soutenue devant l’Université de Dijon14, Emmanuel Gounot possédait le solide bagage juridique et les aptitudes intellectuelles recherchés par Paul Huvelin, lequel lui accordait bien volontiers son estime. Mais, quand bien même le jeune homme se démarquait des professeurs de la Faculté catholique de Lyon où il avait fait ses études, en ce qu’il adhérait déjà à un catholicisme social bien éloigné des convictions monarchistes légitimistes et réactionnaires partagées par la plupart de ses maîtres, il avait le tort d’appartenir depuis cette même année 1913, en qualité de maître de conférences, au corps enseignant de la Faculté catholique de Lyon. Cette appartenance constituait un motif de rejet sans appel de sa candidature. Tant Huvelin que le recteur Joubin15 devaient dire et répéter au R.P. Chanteur combien cette candidature, incontestable sur le plan intellectuel, était indésirable, compte tenu tant du contexte politique général que de la susceptibilité de la Faculté d’Etat lyonnaise à l’égard de sa rivale. Paul Huvelin l’avouait sans détours :

  • 16 Souligné dans la version originale.
  • 17 Idem, Lettre de Paul Huvelin au R.P. Claudius Chanteur du 15 juillet 1913.

14« ... il n’y a aucune16 chance de faire agréer sa candidature par l’Université de Lyon. C’est pour cette raison que, malgré les grandes qualités que je lui reconnais, je n’ai jamais arrêté ma pensée sur lui pour Beyrouth. La raison est facile à deviner : M. Gounot est attaché à une Faculté qui fait directement concurrence à la nôtre. Il serait attaché à la Faculté libre de Paris ou d’Angers que l’Université examinerait sa candidature avec sympathie. Mais à la Faculté libre de Lyon, c’est une autre affaire. Je sais assez la conscience que M. Gounot a de son devoir pour ne pas craindre qu’il préfère sa Faculté d’origine à sa Faculté d’adoption. Mais de cela je ne persuaderai ni la Faculté de droit, ni le Conseil de l’Université ; j’y userai mon crédit, sans résultat utile. »17 .

  • 18 « ... Pour moi, il me faudrait avoir au moins figuré sur la liste officielle, arrêtée par le minist (...)

15La candidature Gounot était donc considérée comme beaucoup trop provocatrice en 1913. Pour Paul Huvelin, le meilleur moyen de la faire un jour accepter était que l’intéressé présentât l’agrégation de droit. Ce dernier préféra pourtant renoncer, tant il était sans illusion sur les haines tenaces que lui vaudrait au sein de son établissement d’origine une telle démarche qui n’aurait pas manqué d’être perçue pour ce qu’elle était bel et bien, à savoir une manifestation d’allégeance à l’enseignement supérieur public, laquelle serait du plus mauvais effet dans les milieux catholiques lyonnais18.

16Les réactions devant cette candidature sont éclairantes : elles reflètent tout à la fois le climat politique général régnant en métropole, les difficultés rencontrées par les divers protagonistes à faire accepter, y compris dans leur propre camp, leur étonnante alliance et elles constituent encore un bon indicateur de la tonalité des relations pour le moins tendues entre les deux Facultés de droit rivales à Lyon.

17La crispation, toutefois, n’a visiblement pas résisté au choc de la première guerre mondiale et l’entre-deux-guerres laisse entrevoir des relations beaucoup plus confiantes, ainsi qu’un relâchement réciproque des exigences, non pas scientifiques -il en allait plus que jamais de l’image de la France dans un pays désormais placé sous son mandat-, mais politico-religieuses.

  • 19 Les candidatures proposées par Huvelin de Jules Roman et de Louis Berthoumeau avaient été retenues (...)

18La réouverture de l’Ecole de Beyrouth a eu lieu en 1919 avec un personnel qui reconduisait deux des enseignants de la première heure : Benoît Arène et Bernard Dubruel. Il avait fallu remplacer le jeune Claude Blanc, tombé au champ d’honneur dès 1914, et revoir toutes les prévisions faites à la veille de la guerre, puisque deux des trois enseignants19 auxquels l’on avait pensé en 1914 en vue de l’ouverture de la seconde année du cursus à Beyrouth étaient, eux aussi, décédés dans l’intervalle.

  • 20 Paul Roubier était né en 1886, Charles Fabia en 1889 et Maxime Nicolas en 1890.

19Outre Paul Roubier, qui aurait dû gagner Beyrouth dès l’automne 1914 et auquel les responsabilités directoriales étaient remises en 1919, deux nouveaux professeurs de formation lyonnaise, choisis dans la précipitation, Charles Fabia et Maxime Nicolas prenaient eux aussi le chemin du Liban. Il nous faut une nouvelle fois regretter que Paul Huvelin ait considéré comme des archives personnelles les éventuels courriers relatifs à ces recrutements sur lesquels, à partir des données brutes disponibles, nous ne pouvons faire que des hypothèses et des suppositions. L’on peut subodorer que ces trentenaires20 avaient, pour différentes raisons, un besoin urgent d’une situation professionnelle après quatre années d’une guerre qui avait sans nul doute contrarié leurs projets personnels initiaux. Roubier, brillant sujet de la Faculté de Lyon, plusieurs fois lauréat de celle-ci, possédait le double doctorat en sciences juridiques et en sciences politiques et économiques depuis 1914, alors que Fabia, fils d’un professeur de la Faculté de lettres de Lyon, venait de décrocher son doctorat en sciences juridiques en novembre 1918. Nicolas, quant à lui, n’était même pas encore docteur et ne devait le devenir qu’en 1921, mais ce jeune homme qui avait perdu son père en 1909 et venait de passer quatre années au front dont il était revenu avec la croix de guerre, avait probablement plus encore que les autres, dans cet après guerre où l’inflation rongeait à vive allure les revenus du patrimoine, un urgent besoin de se constituer une situation.

20Dès 1922 toutefois, il a fallu trouver un remplaçant à Paul Roubier lequel, ayant réussi le concours d’agrégation, était nommé à Aix-en-Provence, en attendant de rejoindre Lyon en 1924 et de succéder à Paul Huvelin à la tête de l’Association lyonnaise pour le développement à l’étranger de l’enseignement supérieur et technique qui administrait depuis Lyon les écoles libanaises. Le choix de la Faculté de droit, à l’unanimité des quinze votants du Conseil, s’est alors porté sur une candidature totalement inconcevable quelques années auparavant : celle d’Antoine Mazas, professeur à la Faculté catholique de Lyon. Dans une lettre du 22 juin 1922, le doyen Josserand la présentait en ces termes :

21« M. Mazas appartient à une vieille famille de notre ville ; il est considéré comme un bon professeur et comme un homme consciencieux, d’une parfaite honorabilité. Son bagage juridique est considérable ; son âge (...) lui donnera, sur ses élèves et sur ses collègues, l’autorité qui convient. De plus -et cette considération n’est point négligeable- il partira avec la détermination de faire en Orient un séjour continu et de longue durée ; la nombreuse famille qui l’accompagnera à Beyrouth (il est le père de dix enfants) ne lui permettra pas de passer en France les mois de vacances qu’il pourra donc consacrer aux intérêts de l’Ecole et au développement de l’influence française dans le Proche-Orient.

  • 21 AFDL, Beyrouth, Candidatures (1914-1939). Il s’agit très précisément du brouillon de la lettre que (...)

22En regard de ses titres, une seule objection pouvait être apposée : M. Mazas est actuellement professeur à la Faculté libre (catholique) de droit : aura-t-il, dans l’exercice de ses fonctions professorales et directoriales, l’indépendance d’esprit et d’action nécessaire ? Ceux d’entre-nous qui le connaissent depuis longtemps -et ils sont nombreux- répondent sans hésiter par l’affirmative : ils se portent garant du dévouement du candidat à la cause qui lui serait confiée ; ils estiment que son loyalisme serait au-dessus de toute suspicion. Il est bien entendu que M. Mazas, aussitôt investi de ses nouvelles fonctions, donnerait sa démission comme professeur de la Faculté libre. »21

23Agé de 45 ans au moment il présentait sa candidature, Antoine Mazas était indiscutablement plus âgé que les professeurs que l’on avait jusqu’alors envoyés à Beyrouth et il était aussi, assurément, un notable lyonnais. Fils d’un ancien magistrat épuré dans les années 1880, neveu de Maurice Piaton, polytechnicien, administrateur de sociétés, conseiller municipal et président de la très influente Société d’économie politique de Lyon, Antoine Mazas avait été formé à la Faculté catholique de Lyon. Comme tous ses condisciples avaient pris l’habitude de le faire pour bien marquer leur hostilité à la Faculté d’Etat locale, c’était devant la Faculté de droit de Grenoble qu’il avait soutenu sa thèse en 1901. La même année, il avait épousé sa cousine germaine, la fille du futur bâtonnier Tavernier. Ce que le doyen Josserand ne disait pas dans la présentation qu’il faisait au recteur, c’est que si l’on connaissait si bien Antoine Mazas à la Faculté d’Etat, c’est probablement parce que l’une de ses sœurs avait beaucoup contribué au rapprochement entre les deux Facultés rivales, en épousant le professeur de la Faculté d’Etat, Jean Perroud... Nous sommes ici donc en famille et c’est sans difficulté, d’autant que nous sommes simultanément sous le second ministère Poincaré, que Mazas a été nommé aux fonctions de professeur et de directeur de l’Ecole de droit de Beyrouth, fonctions qu’il a durablement exercées jusqu’en 1945. La promesse d’un établissement durable de sa personne et de sa famille au Liban a été parfaitement respectée. C’est à Beyrouth qu’Antoine Mazas s’est éteint en 1951, son fils Pierre, entré dans la Compagnie de Jésus, ayant assumé à partir de la seconde guerre mondiale les fonctions de chancelier de l’Ecole de droit auxquelles René Mouterde avait renoncé.

24L’assouplissement des positions n’a pas été seulement le fait de la Faculté de droit lyonnaise et l’on prendra, pour juger de l’ouverture d’esprit des jésuites dans l’entre-deux-guerres, le cas de l’économiste Ernest Teilhac, recruté en 1935.

  • 22 L’œuvre économique de Jean-Baptiste Say, Paris, Alcan, 1927 ; L’évolution juridique des trusts et s (...)
  • 23 23AFDL, Beyrouth, Candidatures (1914-1939), Lettre d’Ernest Teilhac à Paul Roubier, 1er décembre 19 (...)
  • 24 « Quand même ne serais-je pas catholique pratiquant, l’attitude que vous me recommandez devrait m’ê (...)

25Né le 25 octobre 1901 à Montauban, d’un père conservateur des hypothèques, il avait accompli ses études secondaires au gré des mutations paternelles, soit successivement au collège Saint Romain de Château-Chinon et aux lycées de Montauban et d’Aurillac. Bachelier es lettres de l’Université de Toulouse en 1919, licencié en droit de la Faculté de Bordeaux en 1922, chaque année lauréat des concours de cette même Faculté, il avait soutenu devant celle-ci sa thèse de doctorat en droit en 1927. Boursier de la Fondation Rockefeller en 1924, 1925 et 1926, chargé de cours d’économie politique, histoire des doctrines économiques à la Faculté de Poitiers de 1928 à 1932, il avait abondamment publié et autre chose que sa thèse ou de maigres articles22. Ce candidat au parcours universitaire impeccable, très soutenu par son maître Gaétan Pirou, possédait a priori toutes les caractéristiques du futur agrégé. Mais, après un second échec dû à des raisons de santé qui l’avaient contraint à interrompre les épreuves, il s’était à jamais fermé les portes du concours d’agrégation en publiant un article violent contre le jury et l’institution sacrée du concours. Cette incartade ne lui avait toutefois pas aliéné tous ses appuis et il était chaleureusement soutenu, à Lyon en particulier, par les Lambert père et fils, lesquels ne le connaissaient toutefois que par ses travaux23. Bien que Teilhac pût faire état d’une rassurante parentèle, indiscutablement catholique24, l’habituelle procédure de prise de renseignements avait fait surgir du côté des jésuites des réticences que, le 18 décembre 1935, le R.P. Christophe de Bonneville, supérieur de la mission au Proche Orient, exprimait en ces termes :

  • 25 Idem.

26« ... les renseignements qui me parviennent sur M. Teilhac me donnent peu de cœur : d’un côté l’on m’écrit : après son second échec à l’agrégation, M. Teilhac a publié un article sur les Facultés de droit et les concours d’agrégation. Article assez violent qui sentait un peu le dépit. On dit que M. Teilhac n’était pas très clair dans ses livres et ses articles ; il est aussi un peu paradoxal. (...). D’autre part, à Poitiers fut un collègue des plus sympathiques, à idées personnelles et originales, mais socialistes. Frayait au point de vue intellectuel avec les socialistes de la Faculté. Par ailleurs grande dignité de vie. (...) Il semble donc, pour le milieu paisible de Beyrouth, qu’il y ait à redouter quelque chose du point de vue du caractère et des idées. »25

27La plaidoirie de Roubier en réponse est doublement savoureuse, d’abord en ce qu’elle garde un complet silence sur des éléments de vie privée qui, portés à sa connaissance, n’étaient à l’évidence pas parvenus à celle de ses partenaires jésuites et auraient pu nuire au candidat, et, ensuite, en ce qu’elle transforme d’autorité le sympathisant socialiste en chrétien social :

28« (...) Teilhac est un grand idéaliste, peut-être un peu chimérique, mais la vie se chargera de le former, si ce n’est déjà fait ; au point de vue intellectuel, c’est une valeur de premier ordre et je ne puis pas vous dissimuler que je ne retrouverai jamais rien d’aussi bien ; dans l’opinion unanime il aurait certainement été reçu au concours sans son état de santé ; il passe pour un esprit d’élite. Dans la note donnée aux candidats, si je donne 10 à Teilhac, je ne puis donner plus de 4 à celui qui vient après lui. Il y a là de quoi réfléchir. Pensez que le Haut Commissariat attend de nous des esprits de valeur, comme professeur à plein temps.

  • 26 ACJ, RPO 51, Lettre de Paul Roubier au R.P. de Bonneville, 23 décembre 1935.

29J’aurais été assez anxieux de vous indiquer Teilhac, si je n’avais été rassuré absolument sur ses tendances politiques ou religieuses. Certes, il est favorable à l’économie dirigée comme on dit aujourd’hui, mais combien de jeunes candidats à l’agrégation sont dans son cas ! Si ses opinions sont socialisantes, il s’agit plutôt de christianisme social, car je n’ai point entendu dire qu’il ait été un adhérent du parti socialiste. Des hommes très modérés, de jugement et d’expérience comme François Perroux ou Trévoux, qui le connaissent, estiment qu’il réussira particulièrement bien à Beyrouth et se rencontrera fort bien avec Arène comme de la même famille spirituelle. »26

30A-t-on été vraiment convaincu du côté des Jésuites ? Il est permis d’en douter, mais du moins s’est-on incliné devant l’indéniable excellence scientifique d’Ernest Teilhac, d’autant que le candidat qui avait alors la faveur des Jésuites, s’il était irréprochable sur le plan religieux, était bien connu à Lyon pour sa médiocrité intellectuelle, unanimement admise tant par la Faculté d’Etat que par la Faculté catholique laquelle, d’ailleurs, avait préféré se débarrasser de ses services.

31La bonne volonté réciproque en matière de recrutement des professeurs n’était toutefois pas sans limite. En effet, il restait un point sur lequel le représentant de l’Université et son interlocuteur de la Compagnie de Jésus n’étaient pas parfaitement en accord : l’opportunité d’ouvrir les rangs du personnel de l’Ecole aux Libanais, fussent-ils de confession chrétienne.

III – L’ouverture parcimonieuse des cadres enseignants de l’Ecole aux docteurs en droit libanais

32La question de l’intégration dans le personnel enseignant de docteurs en droit libanais s’est posée avec une acuité grandissante dans l’entre-deux guerres. Bien qu’elle fût prévisible, puisqu’une école de droit qui préparait au doctorat depuis les années vingt pouvait s’attendre à ce que d’aucuns de ses anciens élèves manifestent le désir de gagner les rangs du corps professoral, il ne semble pas qu’elle ait été anticipée. C’est donc au cas par cas que des solutions ont été apportées.

  • 27 Ces informations sont tirées de l’ouvrage de son fils, Camille ABOUSSOUAN, De la montagne du Liban (...)

33Le premier Libanais -Négib Aboussouan- qui a été appelé à enseigner n’a suscité aucune difficulté, parce que l’on avait besoin de sa compétence très spécifique en droit musulman et, plus encore, parce qu’il n’a jamais été professeur titulaire, mais qu’il est demeuré simple chargé de cours. Né en 1875 à Jérusalem, fils du 1er drogman du patriarche latin de Jérusalem, il avait fait toutes ses études secondaires au collège des frères des Ecoles chrétiennes, puis ses études supérieures à la Faculté impériale de Constantinople dont il était docteur en droit. Etabli comme avocat à Jérusalem, marié à une Française, il avait été déporté avec sa famille de 1915 à 1918 par les autorités ottomanes. Devenu à la fin de la guerre l’un des plus hauts magistrats libanais, il était appelé aux fonctions de président de la Cour d’appel de Beyrouth, puis à celles de président du Tribunal de cassation27. La collaboration a été tout à fait durable et sans souci d’aucune sorte.

34Quelques années plus tard, un autre Libanais faisait son entrée à l’Ecole, toujours dans le costume du chargé de cours : Choucri Cardahi, né en 1889 à Beyrouth, fils d’un professeur de langues sémitiques auprès de la Propagande de la Foi. Ce grec catholique avait fait ses études juridiques à Paris et avait exercé dans un premier temps la profession d’avocat. Celle-ci étant, au Liban comme en France, un tremplin vers la vie politique, c’est donc sans surprise que l’on retrouve Cardahi en 1921 membre du comité directeur du parti progressiste qui venait de se créer avec la devise « pour le Liban, avec la France ». Passé du barreau à la magistrature, il devenait en 1927 ministre de la Justice dans le cabinet Emile Eddé. Deux ans auparavant, il avait entamé une carrière de chargé de cours à l’Ecole française de droit de Beyrouth où il enseignait le droit comparé (droit musulman et droit français). Tant que les Libanais se contentaient de cette situation statutairement inférieure à celle des professeurs titulaires, il n’était fait nul obstacle à leur collaboration. Mais qu’ils réclament, comme Choucri Cardahi le fera le premier, une titularisation comme professeur, ou bien qu’ils postulent directement à un tel emploi, comme l’a fait en 1927 un certain Antoine Hajje, ils sont alors confrontés à de sérieuses réticences. S’il y en eut alors du côté de l’Université lyonnaise, on n’en trouve pas de traces très explicites. Elles sont, en revanche, très clairement exposées par le partenaire jésuite. Le R.P. Louis Jalabert écrivait ainsi le 3 novembre 1927 à Paul Roubier :

  • 28 Souligné par le R.P. Jalabert.
  • 29 AFDL, Beyrouth, Candidatures (1914-1939), Lettre du R.P. Jalabert à Paul Roubier, 3 novembre 1927.

35« Je persiste à croire que l’Ecole de droit n’aurait pas d’avantages à s’ouvrir plus largement qu’elle n’a fait aux professeurs indigènes. Pour garder tout son caractère et toute son influence, j’estime qu’elle doit rester strictement française, comme la Faculté de médecine. Je serai donc, par principe28, hostile à toute candidature d’indigène. Evidemment, ce que je vous livre là n’est qu’une impression personnelle ; je crois, cependant, que cette manière de voir s’inspire exclusivement de l’avenir d’une œuvre à laquelle nous sommes, l’un et l’autre, dévoués. »29

  • 30 Idem, Lettre du 30 janvier 1926, adressée au recteur de l’académie de Lyon et transmise à Paul Roub (...)

36En dépit de cette opposition, Cardahi a obtenu satisfaction en cette année 1927 qui le voit remplacer Maxime Nicolas, de retour en métropole. Cardahi avait des soutiens hors de la Faculté de Lyon, notamment celui du professeur nancéen de droit public Henri Lalouel, qui faisait valoir au début de l’année 1926 les inconvénients politiques d’une pure et simple transposition du statut de l’enseignement supérieur français dans les pays de mandat. Il en résulterait, estimait le professeur nancéen, tôt ou tard une concurrence qui ferait échapper à l’influence française des écoles aussi importantes et le même de prophétiser : « Inutile d’insister sur les répercussions que cela peut avoir, en matière de droit principalement »30.

  • 31 Idem, Lettre de Louis Josserand à Paul Roubier, 24 novembre 1927.

37Cardahi avait, en effet, pour lui sa situation de ministre de la Justice, précisément à l’heure où s’amorçait la codification du droit libanais. Le doyen lyonnais Louis Josserand, qui venait de faire passer les examens à Beyrouth en novembre 1927, écrivait d’ailleurs à Roubier : « Si nous ne lui donnons pas satisfaction, je crains de sa part une résolution extrême qui produirait le plus fâcheux effet. Je crois que nous serons obligés de lui donner satisfaction »31. Et, peut-être pour pousser un peu Josserand à prendre sa décision, le doyen lyonnais a eu la satisfaction d’être désigné à la fin de cette même année 1927, codificateur du droit libanais des obligations par le ministre de la Justice, Choucri Cardahi...

  • 32 Au-delà des considérations amicales, Charles Fabia disait soutenir cette candidature pour le bien d (...)

38Emile Tyan n’avait pas dans sa manche des atouts politiques aussi convaincants, voilà sans doute pourquoi le docteur en droit de l’Université de Lyon, couronné du prix de thèse de cette Université en 1926 et ancien élève d’Edouard Lambert, dut prolonger son stage dans les fonctions de chargé de cours pendant onze longues années. Originaire de Jaffa en Palestine où il est né en 1901, Tyan exerçait par ailleurs des fonctions judiciaires, mais son goût le portait bien davantage vers la recherche et l’enseignement. Ce n’est qu’en 1938, alors que Benoît Arène s’apprêtait à quitter l’Ecole pour se consacrer totalement à la magistrature, que Tyan, chaudement recommandé par son collègue Fabia32 et porté par la parution de son maître ouvrage Histoire de l’organisation judiciaire en pays d’Islam, voyait enfin réalisé son rêve de titularisation.

  • 33 Les Portalis du côté maternel.
  • 34 AFDL, Beyrouth, Candidatures (1914-1939), Lettre du 4 décembre 1935.

39En 1939, la mobilisation de la plupart des professeurs titulaires et des chargés de cours français a rendu possible l’agrégation au corps enseignant, en qualité de chargé de cours, de nouveaux Libanais qui, depuis des années déjà, avaient frappé à la porte de l’Ecole : François Debbané et Bichara Tabbah. Le premier, issu d’une double dynastie franco-libanaise de soyeux33, était tout à la fois un ancien élève de l’Ecole et de la Faculté de droit de Lyon et il avait postulé dès 1933, puis à nouveau en 1935. Transmise par Roubier au R.P. de Bonneville, cette candidature avait alors suscité l’habituelle manifestation de défiance : « Je crois vous avoir déjà manifesté ma sympathie personnelle pour ce candidat. Cependant je ne pense pas qu’il faille faire de lui, d’emblée, un professeur de plein temps. Il ne répondrait donc pas à notre recherche actuelle. Il faudrait peut-être retenir cette bonne volonté pour la première charge de cours qui serait disponible »34.

  • 35 Bichara TABBAH, Du heurt à l’harmonie des droits, essai doctrinal sur les fondements du droit, suiv (...)
  • 36 II venait de publier, en 1947, un ouvrage notable consacré à la propriété privée au registre foncie (...)

40Le second, ancien élève de l’Ecole française de droit du Caire, avait été successivement journaliste et avocat en Egypte, magistrat au Liban et, parvenu à l’âge de 44 ans, il avait soutenu en 1935 sous la direction de Roubier une thèse remarquée35. Marié à une française, il présentait, comme nombre de ses prédécesseurs libanais, cette caractéristique d’être en réalité franco-libanais, soit par alliance, soit par naissance. Au regard de ses titres intellectuels indiscutables et de ses publications reconnues36, sa demande d’accession au statut de professeur à plein temps lui fut volontiers accordée, tant par la Faculté de droit de Lyon que par la Compagnie de Jésus, lorsqu’une fonction de professeur à plein-temps fût libérée au début de l’année 1948, du fait de la nomination de Tyan aux plus hautes fonctions judiciaires de la jeune République libanaise.

  • 37 ACJ, RPO 51, Lettre du chancelier Pierre Mazas du 24 septembre 1945.

41Car les traditionnelles préventions des Jésuites à l’endroit des candidatures libanaises s’étaient volatilisées à la faveur de la seconde guerre mondiale. Il est vrai que celle-ci a emporté dans son sillage l’indépendance du pays et que cette situation neuve bouleversait la donne politique. Il était finalement fort heureux pour l’avenir, qu’en ce moment délicat à traverser, l’Ecole de l’ancienne puissance mandataire comptât dans ses rangs quelques enseignants libanais. L’on en était bien convaincu à Beyrouth, comme en témoigne cet extrait d’une lettre adressée par le chancelier Pierre Mazas au R.P. provincial de Lyon en septembre 1945 : « il faut veiller au choix, car la compétence seule ne saurait suffire... Je crois tout d’abord qu’il faut éviter de trop dépouiller nos professeurs libanais, qu’ils soient professeurs de plein temps ou non, car il faut avoir des assises solides au Liban en admettant des professeurs libanais et en gardant autant que possible la proportion actuelle. C’est une question de vie ou de mort ! »37

42Il ne faudrait pas croire que, pour autant, la progressive appropriation de l’Ecole de droit de Beyrouth par les Libanais, en marche depuis l’entre-deux-guerres, fût devenue inéluctable. Elle devait au contraire connaître un net coup d’arrêt à la fin des années 1940 et c’est précisément l’indépendance acquise par le Liban qui, après avoir semblé l’encourager dans un premier temps, l’a finalement contrariée.

43Au lendemain du second conflit mondial, l’ère des pères fondateurs – sans jeu de mots...– et des professeurs pionniers était bel et bien révolue et l’Ecole, bientôt transformée en Faculté de droit, entrait dans une phase de son existence pour le moins complexe, particulièrement tourmentée et incertaine, dès lors qu’en 1951 le jeune Etat libanais annonçait la création d’une Université publique nationale qui, deux années plus tard, devenait réalité.

  • 38 L’Association lyonnaise pour le développement à l’étranger de l’enseignement supérieur et technique (...)

44Les années cinquante ont mis fin, en effet, à l’appréciable situation de quasi-monopole des enseignements juridiques que l’Ecole française de droit de Beyrouth avait détenu jusqu’alors, non seulement dans le pays, mais plus largement dans cette région du monde. Car après l’Université libanaise, dans laquelle elle allait en partie s’intégrer, il lui fallait encore compter avec le développement intensif de l’Université américaine et, en clôture de la décennie, avec la création de l’Université arabe. Dans ce paysage universitaire recomposé, marqué par une inédite concurrence, et dans un contexte politique national et international à bien des égards aussi tendu qu’incertain, on ne vit, du côté des autorités françaises, d’autre solution pour défendre le prestige de son enseignement supérieur, que d’appeler en renfort un personnel de professeurs agrégés, tout droit venus de métropole38 et, à ce titre, échappant largement au contrôle des Jésuites.

45La Faculté de droit de Beyrouth devait certes conserver bien des spécificités, mais celles-ci tiendraient désormais essentiellement au contexte politique dans lequel elle s’efforçait de poursuivre son activité, et non plus au singulier profil de ses enseignants, juristes catholiques conjointement choisis par l’Université et la Compagnie de Jésus.

Notes

1 Catherine FILLON, « La Faculté de droit de Lyon et l’expansion universitaire sous la Troisième République : La Fondation de l’Ecole de droit de Beyrouth », in Le renouvellement des sciences sociales et juridiques sous la IIIe République – La Faculté de droit de Lyon, (Actes du colloque tenu à Lyon les 4 et 5 février 2004), Contributions réunies par David DEROUSSIN, Paris, Editions La Mémoire du droit, 2007, p. 303-331.

2 L’historien du droit Paul Huvelin (1873-1924) ne nourrissait pas de sentiments viscéralement hostiles à l’égard des Jésuites qui, entre eux, reconnaissaient volontiers ses bonnes dispositions à leur égard. Il n’est pas douteux non plus que si les rapports entretenus par Huvelin à l’égard de la religion catholique s’étaient probablement distendus dans la première partie de sa vie, sa fréquentation soutenue des représentants de la Compagnie de Jésus à partir de 1912 a contribué à le ramener dans le giron de l’Eglise catholique dans les dernières années de sa vie.

3 Archives départementales du Rhône, 1 T 338, Rapport adressé par M. Huvelin, professeur à la Faculté de droit de Lyon, à Monsieur le Ministre de l’Instruction Publique, juillet 1912.

4 Né le 20 novembre 1880 à Lyon, décédé à Beyrouth le 27 décembre 1961, ce fils de négociant était par ailleurs le petit-fils de Gaspard Berthaud, conseiller à la Cour d’appel de Lyon, et le neveu de Marie, René Mouterde, avocat au barreau de Lyon et professeur de procédure civile à la Faculté catholique. René Mouterde était entré à l’âge de 18 ans au noviciat de la Compagnie de Jésus à Aix-en-Provence, où il avait passé deux ans en bonne compagnie, celle de Pierre Teilhard de Chardin, d’Auguste Valensin, mais aussi d’un Lyonnais comme lui, Antoine Poidebard. Il avait accompli ensuite deux années d’études littéraires et trois années de philosophie à Laval, puis à Jersey. Son premier contact avec l’Orient avait eu lieu en 1905. Il avait commencé l’étude de l’arabe, suivi certains cours de la Faculté orientale, notamment ceux des P. Sébastien Ronzevalle- spécialiste de l’histoire des cultes sémitiques et en particulier syro-phéniciens- et Louis Jalabert -épigraphie grécoromaine- Reparti en 1908 pour l’Angleterre, il y acheva sa formation religieuse et revint à Beyrouth en 1913 en qualité de chancelier de l’Ecole française de droit. A partir de 1933, il organisait les « Leçons des Lettres orientales » qui devaient, en 1937, donner naissance à l’Institut des lettres orientales, avec l’accord et l’appui de la Faculté des lettres de l’Université de Lyon, dont le nouvel Institut adoptait certains programmes et certains diplômes. Il devait diriger jusqu’en 1955 l’institut des lettres orientales et y enseigner jusqu’à sa mort l’histoire et l’archéologie de la Phénicie et de la Syrie. La grande œuvre scientifique de sa vie reste la publication des inscriptions grecques et latines de la Syrie. L’essentiel de ces informations est tiré de la notice nécrologique consacrée à René Mouterde par le P. Cl. MONDESERT, S. J, Mélanges de l’Université Saint-Joseph, t. XXXVIII, Beyrouth Imprimerie catholique, 1962.

5 Deux écoles en effet, puisque, en sus de l’Ecole de droit, le projet de l’Université lyonnaise comportait aussi une école d’ingénieurs qui fut, elle aussi, créée en collaboration avec les Jésuites.

6 Archives de la Compagnie de Jésus (ACJ), Collection Prat 282.

7 ACJ, RP061, Lettre de P. Huvelin du 27 janvier 1919 au R.P. Chauvin, Provincial des missions de la Compagnie de Jésus en Syrie.

8 A propos de cette dernière qui a été le modèle de référence de Paul Huvelin, voir Catherine FILLON, « L’enseignement du droit, instrument et enjeu de la diplomatie culturelle française : l’exemple de l’Egypte au début du XXe siècle », Mil Neuf Cent, Revue d’histoire intellectuelle, à paraître.

9 Aucune candidature conjointement choisie par Paul Huvelin, puis par son successeur Paul Roubier, et par les représentants de la Compagnie de Jésus n’a ensuite été rejetée par les conseils. Toutefois, certaines lettres de Paul Huvelin laissent entendre que, même s’il n’y a pas eu de vote sanction du conseil de la Faculté, il a pu rencontrer certaines hostilités de la part de collègues qui n’appréciaient guère l’association avec les Jésuites. Ainsi le 23 juillet 1914, Huvelin écrivait au R.P. Chanteur : « La séance a débuté par une charge à fond de train de M. Lambert contre l’Ecole et contre moi-même. J’ai fait ensuite justice des griefs dont il m’avait chargé. Et nos candidats ont été ratifiés à une très grosse majorité : quatre voix seulement se sont éparpillées sur d’autres noms. » ACJ, Collection Prat 282.

10 « ... tout ce qui concerne l’enseignement nous échappe. Nous avons vu, parce que M. Huvelin a bien voulu me le passer, le programme détaillé de chaque cours ; mais cela ne renseigne pas sur le ton du professeur, ni même sur une foule de ses idées. Le seul moyen de contrôle que M. Huvelin m’ait engagé à prendre en main (d’ailleurs sans que les règlements en disent mot), c’est la visite au cours des professeurs. Mais ce moyen est vite odieux et avec un homme mal intentionné inefficace : c’est si facile de changer la matière d’un cours, ou d’interroger, le jour où le chancelier est présent à la leçon. » Idem, Lettre du R.P. Mouterde au R.P. Chanteur, du 28 janvier 1914.

11 « Que la crainte de difficultés quant à l’enseignement ne soit pas toute chimérique, l’état actuel, très satisfaisant dans l’ensemble, le montre. M. Blanc, en abordant les questions de droit relatives au mariage, a bien voulu sur mon conseil aller voir le P. Gonthier et par deux ou trois fois ils ont conféré ; non sans nécessité, me disait le Père (questions du mariage civil, du divorce). Nous sommes d’ailleurs avec M. Blanc dans les termes d’une entière confiance de part et d’autre. Quant à M. Arène et M. Dubruel, ils ont sans doute en économie politique (M.D.) et en histoire du droit (M.A.) à toucher bien des questions délicates (socialisme, intervention de l’Etat, les légistes français, le droit de régale, les querelles de l’Eglise et de l’Etat), leurs idées sont en partie -c’est-à-dire dans les choses qui ne vont carrément pas contre le dogme- celles qu’on leur a inculquées aux Universités de l’Etat, et ils ne sentent aucunement, à ce qu’il semble, l’opportunité de s’informer un peu auprès de nous. » Idem.

12 II s’agit du cas du Régis Revol, nommé en décembre 1927. Il est vrai que Revol avait été recruté dans une inhabituelle précipitation, après qu’un candidat qui avait rencontré toutes les faveurs des deux parties se fût finalement désisté à la dernière minute. Docteur en droit et lauréat de l’Université d’Aix-en-Provence, très soutenu par son doyen, Revol devait s’avérer, une fois qu’il fût parti pour Beyrouth, être bien proche de l’Action française. Mais ce ne sont pas tant ses opinions politiques qu’il a dû réussir à mettre en sourdine que son tempérament qualifié « d’excessivement méridional » qui semble lui avoir lui avoir joué quelques mauvais tours auprès de ses étudiants et plus encore dans ce que Benoît Arène appelle volontiers « notre étroit milieu beyrouthin ».

13 Né en 1903 à Toulouse, pouvant faire valoir lui aussi un frère jésuite, Jean Ferrand offrait encore un même visage de sujet jeune autant que prometteur intellectuellement : licencié es lettres (philosophie), diplômé de l’Ecole des sciences politiques en 1925 (section finances publiques) dont il était sorti 10e sur 150, il était encore en train d’accomplir son doctorat en droit à Toulouse, lorsqu’il fut recruté en qualité de chargé de cours, en attendant l’année suivante d’accéder au professorat à temps complet, une fois sa thèse soutenue. Avocat stagiaire au barreau de Toulouse, secrétaire de la conférence du stage pour l’année 1927-1928, il apparaissait encore à Bernard Dubruel apte à hériter de l’important cabinet d’avocat que celui-ci avait constitué à Beyrouth : « ce cabinet réunit maintenant la clientèle du Haut-Commissariat, celle de l’Etat de Syrie, de l’Office national du commerce extérieur et de sa filiale l’Office commercial français du Levant, celle des Messageries maritimes, des assureurs maritimes français, de la Cie « la Prévoyance » etc. Il produit annuellement environ quatre-vingt mille francs nets. Il n’est ce qu’il est, évidemment, que parce que le titulaire est Français. Pour qu’il ne disparaisse pas, il faudrait donc adjoindre à Me Georges Josbeck, qui est décidé, je crois, à rester dans l’affaire un titulaire français. » Archives de la Faculté de droit de Lyon (AFDL), Lettre de Bernard Dubruel à Paul Roubier, 21 août 1927.

14 Emmanuel GOUNOT, Le Principe de l’autonomie de la volonté en droit privé, contribution à l’étude critique de l’individualisme juridique, Paris, A. Rousseau, 1912, 470 p. Gounot avait en 1913 obtenu son doctorat de sciences politiques et économiques avec une seconde thèse consacrée aux Réformes professionnelles par le referendum patronal, Paris, A. Rousseau, 1913, 171 p.

15 Le recteur Joubin, visiblement tétanisé par le couple Viviani-Augagneur qui régnait au sommet de l’Etat, plaidait la prudence la plus grande en ces termes : « Veuillez considérer, Monsieur le Provincial, que si vous avez à négocier avec Rome, de mon côté je suis fonctionnaire public, j’ai à côté de moi des conseils que je dois convaincre, au-dessus de moi des chefs à qui je dois rendre des comptes, un Parlement dont je sollicite le concours. D’une part, je ne puis proposer que des noms qui soient susceptibles d’être agréés, d’autre part, nous allons ouvrir, à la rentrée, deux établissements avec la seule garantie d’une demande de crédits inscrite au budget de 1914. Demande qui peut être âprement discutée. Vis-à-vis de mes conseils et de vous même, dans l’intérêt de l’œuvre même à laquelle nous nous dévouons, nous ne saurions être trop prudents. » ACJ, Collection Prat 282. Lettre du recteur Joubin au R.P. provincial Claudius Chanteur, 26 juillet 1913.

16 Souligné dans la version originale.

17 Idem, Lettre de Paul Huvelin au R.P. Claudius Chanteur du 15 juillet 1913.

18 « ... Pour moi, il me faudrait avoir au moins figuré sur la liste officielle, arrêtée par le ministère de l’instruction publique, des candidats à l’agrégation de droit, ou mieux encore, avoir été admissible à ce concours. M.H me conseille donc, et même me presse très vivement de préparer l’agrégation de droit, sans pour autant abandonner ma charge de maître de conférences à la Faculté catholique de Lyon. La chose, dit-il, est parfaitement possible. Il en a vu des exemples : c’est ainsi que M. Duquesne, professeur à Grenoble, était maître de conférences à l’institut catholique de Lille lorsqu’il a été admis (en 1899) à l’agrégation de droit. Pour me préparer au concours, il me suffirait de participer aux travaux de la conférence d’agrégation de l’Université de Lyon. M.H. me garantit, ou peu s’en faut, le succès, peut-être au premier concours (octobre 1914), en tout cas au second (1916). Voilà le conseil qu’il m’avait dit vouloir me donner et au sujet duquel il m’a demandé la discrétion. Aussi, est-ce à mon directeur que j’en fais part, et non pas au Père Provincial... J’ai laissé entrevoir à M.H. les difficultés possibles et lui ai dit qu’à mon retour à Lyon (vers le 1er décembre) je lui ferai savoir la décision prise. Les difficultés sont sérieuses, j’en vois au moins trois : 1°) M.H. a beau me dire que le travail entraîné par la préparation à l’agrégation serait relativement simple et peu pénible, je me permets d’en douter, et je me demande s’il ne vaudrait pas mieux ménager davantage mes forces cérébrales, qui peut-être ont bien besoin d’être ménagées. 2°) En cas d’insuccès soit pour l’agrégation, soit pour Beyrouth je me retrouverais finalement dans ma situation actuelle, avec mon maigre traitement (dont, pour me punir, on me ferait attendre plus longtemps l’augmentation) et il me faudrait de nouveau me remettre en campagne pour y trouver des compléments. 3°) Enfin, dans le milieu des Facultés Catholiques, je crois qu’à tort ou à raison, on n’accepterait pas que je me prépare et me présente à l’agrégation, ni surtout que pour m’y préparer, je participe aux travaux de « la maison d’en face ». Il en serait autrement à Paris, où l’esprit est plus large, et les relations entre les deux Facultés plus libres et plus cordiales. Mais à Lyon....! Ma situation à la Faculté catholique deviendrait très délicate, sinon intenable. Je m’attirerais les critiques de mes collègues (bien que – entre nous soit dit- il y en ait peut-être beaucoup parmi eux, qui, à ma place...) et l’effet moral produit dans le milieu catholique lyonnais ne serait pas heureux. En somme, je crains de n’avoir eu tort en m’engageant dans les Facultés catholiques. On ne peut y être le professeur qu’on doit y être pour qu’elles remplissent leur mission que si on se consacre tout entier à l’étude et à l’enseignement du droit et des sciences sociales. Or, on ne peut le faire que si l’on possède une fortune que je suis loin d’avoir... Mais en fait, j’y suis engagé. Et sans doute vaut-il mieux maintenant ne plus songer à fréquenter la maison d’en face et à quitter un jour l’une pour l’autre. » Idem, Lettre du 8 octobre 1913.

19 Les candidatures proposées par Huvelin de Jules Roman et de Louis Berthoumeau avaient été retenues en 1914. Le premier, docteur en droit et avocat à Aix-en-Provence, avait été à répétition un candidat malheureux au concours d’agrégation. Cependant, admissible au même concours, il avait été chargé de cours à Alger et à Aix-en-Provence où Huvelin avait été lui-même détaché en 1905-1906. On peut supposer que Paul Huvelin connaissait et appréciait d’autant mieux Jules Roman que comme lui et à la même époque, il avait suivi les enseignements de l’Ecole pratique des hautes études. Réformé en 1914 pour cause de tuberculose pulmonaire, Jules Roman a été emporté par cette dernière maladie le 18 juillet 1918. Louis Berthoumeau était, pour sa part, un tout jeune docteur de la Faculté de droit de Dijon. Mobilisé en 1914, il est décédé des suites de ses blessures le 12 octobre de la même année.

20 Paul Roubier était né en 1886, Charles Fabia en 1889 et Maxime Nicolas en 1890.

21 AFDL, Beyrouth, Candidatures (1914-1939). Il s’agit très précisément du brouillon de la lettre que Louis Josserand envisageait d’adresser au recteur.

22 L’œuvre économique de Jean-Baptiste Say, Paris, Alcan, 1927 ; L’évolution juridique des trusts et sa portée, Paris, Alcan, 1927 ; Histoire de la pensée économique aux Etats-Unis au XIXe siècle, Sirey, 1928 ; Les fondements nouveaux de l’économie, rationalisation et monnaie dirigée, Rivière, 1932.

23 23AFDL, Beyrouth, Candidatures (1914-1939), Lettre d’Ernest Teilhac à Paul Roubier, 1er décembre 1935. Il fait état des « amitiés que je compte dans votre Faculté, quoique (et c’est précisément le cas de mes rapports avec M. Jacques Lambert et son père) ce sont parfois des amis que je n’ai pas eu, jusqu’ici, le grand plaisir de rencontrer ». Il semble par ailleurs qu’il ait été lié également à François Perroux et à Jean Perroud qui étaient des cautions politiques nettement plus conservatrices.

24 « Quand même ne serais-je pas catholique pratiquant, l’attitude que vous me recommandez devrait m’être dictée par la plus élémentaire correction. Mais mon père et mes oncles ont été élevés à Sarlat, j’ai reçu moi-même au collège Saint-Romain ma première éducation, j’ai une sœur religieuse et je compte plusieurs pères jésuites dans ma famille. C’est vous dire que le milieu dans lequel vous voulez bien projeter de me faire entrer n’est pas pour moi un milieu nouveau » Idem, Lettre de Ernest Teilhac à Paul Roubier, 28 décembre 1935.

25 Idem.

26 ACJ, RPO 51, Lettre de Paul Roubier au R.P. de Bonneville, 23 décembre 1935.

27 Ces informations sont tirées de l’ouvrage de son fils, Camille ABOUSSOUAN, De la montagne du Liban à la Bastide royale de Fleurance, Mémoires et souvenirs, Beyrouth, Les Cahiers de l’Est, 2009.

28 Souligné par le R.P. Jalabert.

29 AFDL, Beyrouth, Candidatures (1914-1939), Lettre du R.P. Jalabert à Paul Roubier, 3 novembre 1927.

30 Idem, Lettre du 30 janvier 1926, adressée au recteur de l’académie de Lyon et transmise à Paul Roubier.

31 Idem, Lettre de Louis Josserand à Paul Roubier, 24 novembre 1927.

32 Au-delà des considérations amicales, Charles Fabia disait soutenir cette candidature pour le bien de l’Ecole « 1e, parce qu’elle se trouve bien de celle (la collaboration) de Cardahi et que les titres de Tyan sont supérieurs à ceux de Cardahi, et, à mon sens, ses travaux juridiques plus profonds et plus originaux. 2e, parce que Tyan n’aurait pas à opérer cet effort d’adaptation de l’enseignement à la mentalité et aux possibilités des étudiants libanais que devrait faire tout nouveau à l’Ecole. » Idem, Lettre de Charles Fabia à Paul Roubier du 10 mars 1938.

33 Les Portalis du côté maternel.

34 AFDL, Beyrouth, Candidatures (1914-1939), Lettre du 4 décembre 1935.

35 Bichara TABBAH, Du heurt à l’harmonie des droits, essai doctrinal sur les fondements du droit, suivi d’exemples tirés des systèmes juridiques du Levant (Liban, Syrie, Egypte), thèse pour le doctorat, Paris, A. Pedone, 1935, 1050 p. L’édition de 1936 paraîtra avec une préface de Louis Josserand.

36 II venait de publier, en 1947, un ouvrage notable consacré à la propriété privée au registre foncier.

37 ACJ, RPO 51, Lettre du chancelier Pierre Mazas du 24 septembre 1945.

38 L’Association lyonnaise pour le développement à l’étranger de l’enseignement supérieur et technique prenait ainsi le 1er juin 1951 une délibération sans équivoque : « Le Conseil d’administration, ému de l’évolution actuelle du Liban et du vote récent de la loi créant une Université libanaise, est d’avis que les institutions françaises doivent impérieusement améliorer la qualité de leur enseignement et plus particulièrement à la Faculté de droit, en faisant appel à un plus grand nombre d’agrégés. Dès maintenant s’impose la question d’un second agrégé de droit privé. » AFDL, Registre des délibérations de l’ALDEE (1950-1965) Le même réflexe avait prévalu quelques décennies plus tôt en Egypte, lorsqu’au milieu des années vingt, l’Université égyptienne s’était constituée. L’Ecole française de droit du Caire avait reconsidéré les exigences scientifiques qu’elle attendait de son personnel et placé à sa tête un professeur agrégé, détaché de la Faculté de droit de Bordeaux, André Boyé. De la même manière, l’habitude se prit à Beyrouth de confier la direction de l’établissement à des professeurs agrégés : Jean Chevallier et Albert Chavanne. Furent successivement appelés à enseigner, entre autres, les professeurs Gaston Leduc, Francis-Paul Bénoit, André Gervais, Pierre Catala...

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search