Version classiqueVersion mobile

Les Facultés de droit de province aux xixe et xxe siècles. Tome 3

 | 
Jean-Christophe Gaven
, 
Frédéric Audren

Première partie. La conquête de l’éspace

Jurisconsultes et professeurs de droit à l’université catholique de Lyon

Réseaux sociaux et cultures politiques (1870-1940)

Bruno Dumons

Texte intégral

  • 1 Frédéric CHAUVAUD, « Le droit », Vincent DUCLERT et Christophe PROCHASSON (dir.), Dictionnaire crit (...)
  • 2 Claude LANGLOIS et François LAPLANCHE (dir.), La science catholique. L’encyclopédie théologique de (...)
  • 3 Philippe NELIDOFF (dir.), Les Facultés de droit de province au XIXe siècle. Bilan et perspectives d (...)
  • 4 Catherine FILLON, « La Revue Catholique des Institutions et du Droit, le combat contre-révolutionna (...)

1A la veille du mouvement de républicanisation de la société française des années 1880 au cours duquel s’affirment les principes d’une science juridique et d’un droit positif conformes aux valeurs de la République, le camp adverse se veut résolument attaché à promouvoir une autre société, d’essence contre-révolutionnaire, fondée sur la légitimité du pouvoir dynastique et clérical1. Le temps de l’Ordre moral qui s’ouvre en 1873, constitue une occasion unique d’instaurer dans le paysage universitaire des institutions capables de promouvoir le vieil idéal d’une « science catholique », répondant aux injonctions du rationalisme et du positivisme qui irriguent la pensée du XIXe siècle2. Pour cela, la création d’Universités, chargées de dispenser un enseignement catholique dans les domaines de la théologie, du droit, des sciences et des lettres, répond directement à cet objectif. La loi du 12 juillet 1875 lui en fournit le cadre légal. Cette liberté de constituer un enseignement supérieur est très vite saisie par certains évêques français qui autorisent la fondation de cinq Universités à Paris, Angers, Lyon, Lille et Toulouse, celles-ci seront d’ailleurs contraintes de renoncer à leur titre en 1880. Dans chacun de ces nouveaux établissements, la première Faculté à ouvrir est celle de droit. C’est dire l’importance accordée à la reconquête de l’espace intellectuel du juridique et à sa « recatholicisation », notamment dans le paysage des Facultés provinciales3. Cette mission revient pour l’essentiel aux juristes catholiques soucieux de renouer avec les sources d’un droit ancien, fondé sur des principes chrétiens. Puisant dans la pensée contre-révolutionnaire, les idées leplaysiennes en vogue sous le Second Empire ont nourri bon nombre de juristes catholiques qui s’affichent désormais au grand jour, grâce à une revue (1872) et une association (1873), et acquièrent une influence de premier ordre dans la société française jusqu’en 19144. Parmi leurs multiples initiatives, il y a celle qui consiste à mettre en œuvre des Facultés de droit au sein des nouvelles Universités catholiques et à dispenser un enseignement juridique conforme à la loi divine. Il en résulte très rapidement la naissance d’un corps professoral dont la mission est de diffuser une science juridique « catholique », capable de défendre le magistère de l’Eglise et de résister aux assauts de la République laïque. Un portrait d’ensemble de ces professeurs permettrait donc de mieux saisir les milieux et les itinéraires de ces promoteurs d’une conception traditionnelle du droit qui va perdurer jusqu’au milieu du XXe siècle. L’approche que nous suggérons s’inscrit dans cette perspective mais se limitera à une seule Faculté catholique de droit, celle de Lyon. De plus, notre regard sera celui d’un historien du social et du religieux cherchant principalement à repérer les réseaux et les cultures auxquels appartiennent ces professeurs d’un nouveau genre.

La constitution d’un corps professoral

  • 5 Sur la fondation de l’Université catholique de Lyon : Stéphanie MONTIBERT, La Naissance des Faculté (...)
  • 6 Hugues FULCHIRON (dir.), La Faculté de droit de Lyon : 130 ans d’histoire, Lyon, ELAH, 2006.

2Un mois après la promulgation de la loi Dupanloup sur la liberté de l’enseignement supérieur, s’ouvrent les portes de la Faculté de droit de la toute nouvelle Université catholique de Lyon grâce à l’action d’un comité chargé de cette réalisation dont la personnalité du moment la plus en vue est l’avocat Lucien Brun, député à l’Assemblée nationale depuis 18715. Le bureau du comité comprend deux autres figures importantes du barreau lyonnais : Amédée Chaurand, député lui aussi, et Paul Brac de la Perrière, ancien bâtonnier. Au secrétariat, se distinguent également deux autres avocats : Charles Jacquier et André Gairal de Sérezin. Enfin, se sont joints à cette entreprise de fondation un magistrat Pierre Ravier du Magny et un banquier Prosper Dugas. Tous ces noms résonnent de la fidélité monarchique et de l’intransigeance catholique. La promotion du nouvel établissement est rapidement menée à son terme puisque la Faculté est inaugurée le 20 novembre 1875. Le soutien des élites catholiques lyonnaises aura été des plus actifs dans la mesure où elles ont largement participé à la souscription lancée par le comité et contribué à trouver des locaux dans le quartier d’Ainay, entre Saône et Rhône. Elles lui ont également fourni les premiers étudiants, recrutés directement depuis les collèges jésuites de Lyon et de Saint-Etienne mais également au sein des Facultés d’Etat lyonnaises et grenobloises. Elles offrent également l’essentiel du corps professoral. La rentrée 1875 se fait donc avec dix chaires et 141 étudiants, le plus fort contingent de l’Université, ce qui constitue un certain succès dans la mesure où la concurrence est vive avec la fondation simultanée de la Faculté d’Etat6.

  • 7 146 étudiants (année 1877-1878) : Bulletin de l’Université Catholique de Lyon, 1879, p. 4 ; 147 étu (...)
  • 8 Henri BEAUNE, Droit coutumier français : introduction historique, Paris, Delhomme et Briguet, 1894. (...)
  • 9 Joseph RAMBAUD, Cours d’économie politique, Paris, Sirey, 1911.

3Une dizaine d’années plus tard, plus de cinq cents étudiants (535) ont suivi la formation juridique de l’établissement catholique, de la capacité au doctorat, embrassant pour la plupart les carrières du barreau, de la magistrature et des offices ministériels7. Ce cursus n’apparaît donc pas comme négligeable dans l’ensemble des professions juridiques de la grande région lyonnaise. Cette nouvelle science juridique « catholique » est promue par une quinzaine d’enseignants, cumulant le plus souvent la charge de cours magistraux avec la plaidoirie ou le jugement au palais. La fonction de doyen est ainsi exercée par l’avocat Paul Brac de la Perrière qu’il exerce jusqu’à son décès en 1894. En première année, l’enseignement se répartit entre quatre domaines : le droit romain qui revient à Emmanuel Perrin, le propre gendre du doyen, le droit civil à l’avocat Alexandre Poidebard, le droit criminel à l’ancien magistrat Charles de Lajudie et l’histoire du droit à Henri Beaune, ancien procureur général révoqué en 18798. En deuxième année, les avocats René Mouterde et Sébastien Wies enseignent respectivement la procédure civile et le droit civil tandis que Joseph Rambaud, également directeur du grand quotidien, dispense l’économie politique9. En troisième année, quatre avocats sont chargés des enseignements : Charles Jacquier pour le droit civil, Gilbert Boucaud pour le droit commercial, Antoine Saint-Girons pour le droit administratif, André Gairal de Sérézin pour le droit international.

  • 10 Bulletin des Facultés Catholiques de Lyon, septembre-décembre 1900, p. 118 ; Bulletin des Facultés (...)
  • 11 Association amicale des anciens élèves des Facultés Catholiques de Lyon, Lyon, Imprimerie du Nouvel (...)
  • 12 Roland CATY, Eliane RICHARD et Pierre ECHINARD, Les Patrons du Second Empire, tome 5, Paris, Picard (...)
  • 13 Bruno DUMONS et Catherine PELLISSIER, « Famille Lucien-Brun », Xavier de MONTCLOS (dir.), Dictionna (...)

4Dans les premières années du XXe siècle, les effectifs d’étudiants ont connu une certaine érosion, tombant à 132 en 1900 et à 105 en 190310. Le contexte difficile de la bataille anticléricale fait craindre à certaines familles les conséquences d’une formation suivie aux Facultés catholiques. Malgré cela, le nombre de chaires demeure stable. De nouvelles disciplines appliquées de l’économie politique se font jour à l’image des cours de législation industrielle et financière. Le corps professoral s’est étoffé avec l’arrivée de jeunes enseignants, cooptés parmi les nouveaux docteurs en droit de la Faculté, partageant tous la même culture combattante comme Auguste Rivet, un spécialiste du droit des congrégations, Joseph Hostache qui reprend le cours de droit romain, Emmanuel Voron chargé du droit criminel et de la législation rurale. L’ensemble des professeurs, dirigé par le doyen Henri Beaune, ancien magistrat et historien du droit, se veut plus que jamais uni dans le combat pour la défense de l’Eglise et la promotion en faveur d’une science juridique « catholique ». La centaine d’étudiants qui suivent leurs cours dans les bâtiments de la place Saint-Michel, sont eux aussi le plus souvent de jeunes militants en herbe, sortis des collèges jésuites ou des familles catholiques traditionnelles. Il en résulte une forte sociabilité étudiante permettant de nouer de solides liens de fraternité et d’entraide. La création dès 1889 d’une association d’anciens élèves contribue d’ailleurs à entretenir les relations amicales entre les membres et à perpétuer cette culture de combat antirépublicain. Elle compte environ deux cents adhérents en 1900, ce qui témoigne de la forte influence intellectuelle de cet établissement universitaire parmi les élites catholiques de la région lyonnaise et stéphanoise11. Les grands noms de la bourgeoisie traditionnelle de la robe y sont représentés. On y remarque en particulier les quatre fils Lucien-Brun, Augustin Crétinon et Henri Duquaire mais également des membres de la noblesse du Lyonnais et du Forez comme Pierre de Saint-Victor et le comte Just de Villechaize. La vitalité de cette association est telle qu’elle double ses effectifs en dix ans. En 1911, l’essentiel des quatre cents adhérents exerce des professions juridiques mais aussi industrielles et financières. On les retrouve certes à Lyon mais également dans tous les autres départements du Sud-Est de la France. Ainsi, la Faculté rayonne jusqu’à Marseille avec la présence du secrétaire de la chambre de commerce Louis Bergasse, fils du négociant Henry, à la forte sensibilité royaliste12. Les études de droit ont aussi permis une ouverture en direction de la bourgeoisie d’affaires avec notamment les Coste, Neyrand, Permezel et Saint-Olive. Une sociographie approfondie des anciens élèves permettrait de mieux souligner la diversité des influences exercées par l’enseignement juridique dispensé aux Facultés catholiques de Lyon avant 1914. Les valeurs transmises sont alors pétries de tradition et de conservatisme. L’esprit de fidélité et de légitimité à la dynastie des Bourbons qui anime les professeurs, contribue aussi à fabriquer des militants pour la cause monarchiste, notamment à l’image des fils Lucien-Brun et d’Antoine Lestra, le fils de la fondatrice de la Ligue des femmes françaises13.

  • 14 116 étudiants sont inscrits à la Faculté de droit en 1923 : Bulletin des Facultés Catholiques de Ly (...)
  • 15 Les Facultés Catholiques de Lyon. Notice et programme des cours, Lyon, Vitte, 1921, p. 54-56.
  • 16 Livret de l’étudiant pour 1931-1932, Lyon, Secrétariat des Facultés catholiques, 1931, p. 38-41.
  • 17 En 1934, 231 étudiants sont recensés dont 138 en licence, 33 en doctorat et 60 en capacité : Bullet (...)
  • 18 Livret de l’étudiant pour 1937-1938, Lyon, Secrétariat des Facultés Catholiques, 1937, p. 45-48 ; 2 (...)

5Au lendemain de la Grande Guerre, la Faculté de droit semble aller vers son apogée. Des locaux plus vastes et mieux aménagés ont été trouvés en 1919 avec l’acquisition de l’hôtel Yémeniz, au 30 de la rue Sainte-Hélène, toujours dans le quartier d’Ainay. Le nombre de chaires demeure cependant le même (une quinzaine), autant de professeurs titulaires et une centaine d’étudiants14. Si Charles Jacquier s’est assis dans le fauteuil de doyen après le décès d’Henri Beaune en 1906, la plupart des professeurs étaient déjà en fonction à la Belle Epoque à l’image de René Mouterde, Pierre Ravier du Magny et Alexandre Poidebard. En 1921, quelques nouveaux enseignants ont toutefois succédé à certains départs. Chargé du cours de droit romain, Charles Boucaud a succédé à son père Gilbert. Félix Garcin a remplacé son mentor Joseph Rambaud à l’économie politique ; Charles Bertucat s’est vue confier le cours d’histoire du droit15. Dix ans plus tard, subsiste un même nombre de chaires, de professeurs et d’étudiants. Le renouvellement demeure modeste. Les disciplines enseignées restent identiques. Les cours de doctorat sont cependant plus nombreux, se subdivisant en quatre domaines classiques : le droit romain et l’histoire du droit, le droit privé, le droit public et l’économie politique. En 1931, le doyen est Auguste Rivet, le spécialiste du droit des congrégations qui s’était illustré autrefois à l’heure de la défense religieuse et du combat anticlérical. Quelques noms nouveaux émergent cependant parmi le corps enseignant comme Emmanuel Gounot au droit commercial, Antoine Petit en procédure civile et Emmanuel Lucien-Brun en économie politique, l’un des quatre fils du sénateur inamovible16. La Faculté devient quelque peu plus attractive, comptant une réelle augmentation des effectifs étudiants17. Reste qu’à la veille de 1940, rien n’a vraiment changé parmi les professeurs18. Auguste Rivet occupe toujours la fonction de doyen. Pierre Ravier du Magny, le fidèle de la première heure, enseigne encore le droit international. Autour d’eux, s’affirment des professeurs respectés et reconnus comme Emmanuel Lucien et Félix Garcin, Charles Bertucat et Charles Boucaud mais apparaissent également des visages nouveaux comme Paul Savey-Casard et Maurice Chavrier qui incarneront la génération suivante des professeurs confrontés à la crise que connaîtra la Faculté dans les années soixante.

  • 19 Bruno DUMONS, « La politique sociale sous la Troisième République : une vieille tradition à l’Unive (...)

6Depuis 1875, le corps professoral de cette Faculté catholique de droit a donc regroupé une trentaine d’enseignants titulaires dont la plupart ont d’abord cumulé des fonctions au barreau et à la magistrature avant de se professionnaliser dans cette carrière. A l’image de leur doyen respectif, Henri Beaune, Charles Jacquier et Auguste Rivet, ils ont presque tous appartenu à cette communauté des jurisconsultes catholiques réunis en association, tenant des congrès et s’exprimant dans la Revue Catholique des Institutions et du Droit. Unis autour d’un même système de pensée, d’inspiration contre-révolutionnaire et leplaysienne, se rattachant au catholicisme intransigeant de l’école d’Angers, tous ces professeurs ont été les héritiers d’une culture politique traditionnelle et conservatrice, que l’on pourrait qualifiée de « blanche »19. Ayant abandonné les anciennes formes de mobilisation comme le volontariat militaire dans les zouaves, ils ont alors utilisé l’institution universitaire, au même titre que le syndicalisme agricole ou l’entreprise de presse, pour perpétuer cette culture « blanche » jusqu’au milieu du XXe siècle, en façonnant des générations d’étudiants et en puisant dans ce vivier pour leur recrutement. Notre regard se portera maintenant sur les différents réseaux qui composent le ciment de cette culture politique « blanche ».

L’appartenance à des réseaux « blancs »

  • 20 Henri BEAUNE, Lucien Brun, Paris, Lecoffre, 1901 ; Jean-Marie MAYEUR et Alain CORBIN (dir.), Les Im (...)
  • 21 Prosper Dugas, Paul Brac de la Perrière et Lucien Brun seront tour à tour président de la Commissio (...)
  • 22 Bruno DUMONS et Catherine PELLISSIER, « Laïcat bourgeois et apostolat social : la Société Saint-Vin (...)
  • 23 Catherine PELLISSIER, Loisirs et sociabilités des notables lyonnais au XIXe siècle, Lyon, ELAH, 199 (...)

7Le fondement principal sur lequel est assise la culture commune qui réunit la première génération de professeurs de la Faculté catholique de droit est avant tout d’essence politique. En effet, ce sont d’abord des « blancs » qui ont conçu le projet d’Université catholique à Lyon en 1875. Son initiateur Lucien Brun incarne à lui seul le parti « blanc » dans la capitale des Gaules20. Il appartient au réseau légitimiste de la ville, déjà très actif sous le Second Empire, au sein duquel se distinguent les « Messieurs » de la Commission de Fourvière et les fondateurs des conférences Saint-Vincent de Paul à Lyon, Amédée Chaurand et Paul Brac de la Perrière, des amis proches de Frédéric Ozanam21. Depuis que la Société a été placée en 1861 sous contrôle par la circulaire Persigny, ces deux notables catholiques ont épousé des causes parallèles. Le premier s’est tourné vers la défense du souverain pontife qui l’anoblira en 1864, le second a présidé jusqu’à sa mort au développement de la Société à Lyon22. Quant à leur ami Prosper Dugas qui avait fondé avec Amédée Chaurand le journal monarchiste La Gazette de Lyon, interdit en 1860, il s’est lui aussi tourné vers la cause pontificale avec le Denier de Saint-Pierre et la fondation du Cercle de Lyon en 1868 qui prend le nom officieux de Cercle du Syllabus23. Lucien Brun rejoint très vite les deux fondateurs de ce cercle qui renoue officiellement en 1870 avec le combat pour la restauration monarchique. Il n’a donc aucun mal à les convaincre d’entrer dans le comité de fondation de la nouvelle Université. Ainsi, l’attachement à la branche légitime des Bourbons, parfois dissimulé un temps derrière la cause pontificale, permet de créer les conditions d’une solide culture d’opposition, d’abord contre l’Empire puis contre la République. Celle-ci constituera un héritage commun à l’ensemble des professeurs de droit des Facultés catholiques.

  • 24 Pour une première présentation des œuvres lyonnaises liées à la défense religieuse à la fin du XIXe(...)
  • 25 Pierre RAVIER du MAGNY, Charles Jacquier. L’éloquence fait homme (1845- 1928), Lyon, Vitte, 1930, p (...)
  • 26 Annuaire du Cercle de Lyon, 1894.
  • 27 Compte-rendu et procès-verbaux des séances de l’Assemblée Provinciale du Lyonnais, Forez et Beaujol (...)

8La perpétuation de cette culture politique « blanche » s’opère grâce à l’activisme de ces réseaux monarchistes et catholiques à l’heure du combat anticlérical des républicains au pouvoir24. Lorsque décède Prosper Dugas en 1875, le député Lucien Brun accède à la présidence du Cercle de Lyon qui réunira tous les grands noms du légitimisme à Lyon. A ses côtés, se retrouve comme vice-président son fidèle ami Charles Jacquier. Cet avocat est un fidèle du comte de Chambord, s’étant même rendu à Frohsdorf lors de son voyage de noces en 187225. Il ne s’est jamais départi de ses convictions monarchistes. Le Cercle de Lyon, installé place Bellecour, s’affiche désormais comme un haut-lieu de la légitimité et de la fidélité. Les professeurs de droit des Facultés catholiques comptent parmi les membres les plus influents comme Alexandre Poidebard, Auguste Rivet, Pierre Ravier du Magny, Emmanuel Lucien-Brun, accompagné de ses trois frères, poursuivant l’héritage intellectuel reçu de leur père26. Presque tous participent d’ailleurs à l’assemblée provinciale qui fait office de célébration du contre-centenaire de la Révolution en 188927. C’est dire si la culture contre-révolutionnaire est unanime au sein de ce corps professoral.

  • 28 Bruno DUMONS, « Exils jésuites, réseaux romains et mémoires “blanches”. La naissance d’une fraterni (...)
  • 29 Sur la Province de Lyon, ses activités et ses responsables : Lettres de Fourvière, 1936, n° spécial (...)
  • 30 Maurice de BOISSIEU, Alexandre Poidebard. Sa vie et ses travaux, Lyon, Société des Bibliophiles Lyo (...)
  • 31 Louis de VAUCELLES, Le Nouvelliste de Lyon et la défense religieuse (1879- 1889), Paris, Les Belles (...)
  • 32 Christian PONSON, Les Catholiques lyonnais et la Chronique sociale (1892- 1914), op. cit. ; Denis B (...)
  • 33 Catherine PELLISSIER, La Vie privée des notables lyonnais au XIXe siècle, Lyon, ELAH, 1996, p. 64.

9Son origine puise incontestablement dans l’éducation commune reçue par tous ces professeurs. Elle est l’œuvre directe de la Compagnie de Jésus rétablie en France en 1814. Recevant dans leurs pensionnats les fils de nombreuses familles contre-révolutionnaires européennes, les jésuites leur enseignent la théologie politique d’Ancien Régime et l’esprit de fidélité à la légitimité dynastique. Certains élèves vivront l’exil en Suisse comme Lucien Brun au collège de Fribourg entre 1835 et 183828. Réinstallés sur Lyon, les jésuites de la province ouvrent deux institutions majeures avec l’internat de Mongré et l’externat Saint-Joseph au sein desquels seront façonnées plusieurs générations de juristes catholiques29. Parmi eux, se constitue le vivier des professeurs de droit des Facultés catholiques. Ils ont en commun l’esprit militant pour la défense de l’Eglise et le combat contre les institutions républicaines. Les futurs doyens de la Faculté en seront les héritiers puisque Charles Jacquier et Auguste Rivet sortiront respectivement de Mongré et de Saint-Joseph. Parmi les anciens mongréens, Alexandre Poidebard qui enseigne le droit civil, est un collaborateur régulier de la Revue Catholique des Institutions et du Droit. Amoureux de littérature et d’histoire, il se montre un érudit passionné cherchant à comprendre Les causes du siège de Lyon en 179330. Professeur d’économie politique, Joseph Rambaud a lui aussi été façonné par les pères de Mongré. Il se passionne pour les doctrines économiques, étudie de près les textes sociaux du magistère et se réfère aux théories leplaysiennes31. Proche de l’école d’Angers, libérale en économie et intransigeante en politique, il s’attache à promouvoir que l’idée de Dieu doit régir l’ordre économique, méfiant sur le rôle de l’Etat, ce qui le distingue radicalement des spécialistes du droit social de la Faculté d’Etat comme Paul Pic et des catholiques sociaux de la Chronique comme Marius Gonin32. Il n’aura de cesse d’assurer la promotion de ces principes économiques dans ses cours mais également dans le grand quotidien régional qu’il met sur pied en 1879. Mongré est alors une pépinière de futurs « croisés » dont les pères jésuites assurent la floraison. Les liens de fraternité politique sont d’ailleurs particulièrement entretenus grâce à la sociabilité très active qui en découle avec l’association des anciens élèves33. L’externat Saint-Joseph fabrique lui aussi des militants zélés comme le seront, à l’heure de la Séparation, les fils Lucien Brun et leur ami Antoine Lestra dont le royalisme se rapprochera de l’Action française.

  • 34 Bruno DUMONS, « Prédicateurs et directeurs spirituels des élites catholiques lyonnaises (1890-1950) (...)
  • 35 Antoine LESTRA, Histoire secrète de la Congrégation de Lyon (1801-1831), Paris, NEL, 1967 ; Jean-Cl (...)
  • 36 Bruno DUMONS, « Jésuites lyonnais et catholicisme intransigeant (1880-1950) », Etienne FOUILLOUX et (...)
  • 37 Bruno DUMONS et Catherine PELLISSIER, « La Congrégation des Messieurs et la Société de Saint-Vincen (...)
  • 38 Richard DREVET, Laïques de France et missions catholiques au XIXe siècle. L’Œuvre de la Propagation (...)

10L’influence des pères de la Compagnie auprès des élites catholiques lyonnaises ne se limite pas à l’éducation de leur jeunesse. Ils continuent d’exercer un véritable magistère sur leurs anciens protégés entrés dans la vie active34. Depuis 1802, ils assurent la direction spirituelle d’une organisation secrète de laïcs, appelée la « Congrégation des Messieurs «35. Elle regroupe les grandes figures de la noblesse et de la bourgeoisie catholique de la ville, autrefois passées par leurs collèges. Les pères peuvent ainsi continuer à diffuser leur théologie politique faite d’intransigeance et de combat36. Ce sont eux qui incitent d’ailleurs les congréganistes à pénétrer les milieux les plus divers de la société française, déplaçant ainsi les espaces d’influence des « blancs » du politique au social. On retrouve parmi eux l’essentiel des personnalités qui composent le corps professoral de la Faculté catholique de droit. Le champ universitaire est alors un univers à conquérir. Le comité de constitution de l’Université catholique de Lyon est ainsi composé en 1875 de six congréganistes influents : Lucien Brun, Amédée Chaurand, Prosper Dugas, Charles Jacquier, André Gairal de Sérezin et Pierre Ravier du Magny. Seul Paul Brac de la Perrière n’en est pas membre. Par la suite, Charles Jacquier et André Gairal de Sérézin exerceront la fonction de préfet de cette congrégation, de même qu’Alexandre Poidebard. Au tournant du siècle, d’autres professeurs auront été accueillis tous aussi secrètement comme Joseph Rambaud, Gilbert Boucaud et Auguste Rivet, renforçant ainsi le milieu juridique qui atteint le tiers des membres. La Congrégation est alors devenue un « haut lieu » particulièrement influent de la culture catholique intransigeante et monarchiste à Lyon37. Celle-ci se déploie dans les œuvres sociales et religieuses les plus diverses de la ville, de la mobilisation des comités catholiques et de la Ligue des femmes françaises où collaborent Charles Jacquier et Auguste Rivet jusqu’à l’engagement missionnaire de la Propagation de la Foi où Lucien Brun et Charles Jacquier siègent au conseil central38.

  • 39 Installé à Grenoble durant quarante-deux ans, le père Jules Sambin, un proche du père Olivaint, a f (...)
  • 40 Louis de VAUCELLES, Le Nouvelliste de Lyon et la défense religieuse (1879- 1889), op. cit., p. 63.
  • 41 Bruno DUMONS, « Félix Garcin », Xavier de MONTCLOS (dir.), Dictionnaire du Monde Religieux de la Fr (...)
  • 42 Bruno DUMONS, « Réseaux identitaires et élites agrariennes. Les administrateurs de l’Union du Sud-E (...)
  • 43 A. ROSETTE, Un Catholique d’action : André Gairal de Sérézin, Lyon, Camus et Carnet, 1928, p. 170-1 (...)

11C’est donc elle qui incite certains de ses membres à saisir l’opportunité de pénétrer des secteurs nouveaux comme le droit, la presse ou le syndicalisme agricole qu’il s’agit de « recatholiciser » au moment où les républicains s’efforcent de se les approprier. Ainsi, le congréganiste Lucien Brun a été en première ligne de la constitution de l’Association des jurisconsultes catholiques en 1872 et de la Revue Catholique des Institutions et du Droit en 1873. Son conseiller aura été pour l’occasion le père jésuite Jules Sambin de Grenoble dont l’influence exacte reste encore mal connue39. Ici, les professeurs de droit congréganistes seront des artisans efficaces de cet essai de « catholicisation » de la science juridique. C’est encore un autre congréganiste, Joseph Rambaud, professeur de droit romain en 1876, à qui revient l’initiative de fonder une grande entreprise de presse avec le quotidien Le Nouvelliste de Lyon. Il y trouve une fantastique tribune pour les idées catholiques intransigeantes et un monarchisme à peine voilé. Soutenu par les patrons catholiques de Lyon, son journal va s’affirmer comme un titre incontournable de la presse locale, diffusant les valeurs conservatrices et traditionnelles sur une quinzaine de départements du Sud-Est de la France40. Véritable patron de presse, il n’abandonne pas son enseignement à la Faculté de droit qui demeure pour lui une référence et une source. Lors de son décès en 1919, Joseph Rambaud est remplacé par un autre congréganiste, Félix Garcin, qui a été désigné comme son héritier spirituel41. Ancien étudiant de la Faculté de droit, il reprend la chaire d’économie politique occupée par son maître. Il professe les mêmes idées sur le libéralisme économique et l’intransigeance religieuse. Proche des milieux agrariens de la région lyonnaise comme Emile Duport et Gabriel de Saint-Victor, ancien conseiller politique du comte de Chambord, il accède en 1923 à la fonction de président de l’Union du Sud-Est des syndicats agricoles. Véritable machine de guerre contre la républicanisation du monde paysan, cette organisation connaît un réel succès en proposant toute une gamme de services techniques et d’assurances agricoles. Son influence s’étend sur un espace semblable à celui du Nouvelliste qui s’étend du Brionnais au Vivarais, du Chablais au Briançonnais. Elle s’appuie en particulier sur un réseau d’administrateurs locaux qui sont pour la plupart issus de l’armorial de France et qui demeurent convaincus de la supériorité du modèle politique d’Ancien Régime42. Le professeur Félix Garcin est aussi un membre actif du conseil de la Société des agriculteurs de France, la grande organisation agrarienne conservatrice de la « rue d’Athènes ». Ce lieu est un authentique instrument de reclassement social des « blancs » dans la France républicaine. L’influence exercée par ce professeur est telle que lui revient en 1932 la direction du Nouvelliste, après la mort prématurée de Régis Rambaud, le fils du fondateur. Ainsi, se perpétue avec Félix Garcin une vieille culture politique du XIXe siècle qui se déploie largement dans l’opinion publique régionale grâce au rayonnement d’organes de presse puissants et à l’efficacité de syndicats agricoles. D’ailleurs, il n’est pas le seul enseignant de la Faculté de droit à avoir proposé ses compétences de juriste à des organisations catholiques. Ainsi, le professeur de droit international André Gairal de Sérézin, issu d’une famille éprouvée par la Terreur et demeurée profondément monarchiste, est aussi le gendre d’un des fondateurs de l’Union du Sud-Est, François Donat, dont les propriétés foncières sont situées au sud de Lyon. C’est ainsi qu’il prend une part active à la fondation de l’organisation agrarienne en 188843. Il préside un temps le comité du contentieux et assure régulièrement l’Union de sa culture juridique. Quant à son collègue de droit criminel, Emmanuel Voron, congréganiste lui aussi, il s’est fait une spécialité en législation et économie rurale, ce qui lui vaut d’être sollicité pour une fonction d’administrateur puis de vice-président (1906) au sein de l’Union du Sud-Est.

  • 44 Bruno DUMONS, « Ainay, le quartier “blanc” de Lyon », Bruno DUMONS et Hilaire MULTON (dir.), “Blanc (...)
  • 45 Jean-Luc PINOL, Les Mobilités de la grande ville. Lyon à la fin du XIXe siècle, Paris, FNSP, 1991, (...)
  • 46 Tout-Lyon Annuaire, 1911.
  • 47 Tout-Lyon Annuaire, 1938 et 1949.

12Enfin, cette culture politique « blanche » dont sont héritiers les professeurs de la Faculté catholique de droit, est inscrite dans l’espace de la ville de Lyon. Elle est circonscrite à un territoire, à un quartier, celui d’Ainay, situé entre Rhône et Saône, de la place Bellecour à la gare de Perrache. Cette citadelle retranchée, en plein cœur du Lyon républicain, abrite tout ce qui contribue à forger une identité « blanche ». Les locaux de la Faculté de droit n’ont jamais été situés en dehors de ce quartier, de la place Saint-Michel à la rue Sainte-Hélène. La plupart des autres institutions à coloration monarchiste et catholique y sont également installées, qu’il s’agisse du cercle de Lyon (place Bellecour), de la résidence des pères jésuites (rue Sala), de l’externat Saint-Joseph (rue Sainte-Hélène), du Nouvelliste (rue de la Charité), de l’Union du Sud-Est (rue Bellecour), à tel point que la mémoire locale le considère comme le quartier « blanc » de la ville44. Quant aux professeurs, ils ont élu domicile dans cet espace résidentiel des élites lyonnaises traditionnelles, là où ils possèdent l’ensemble de leurs réseaux sociaux et familiaux45. Les annuaires mondains du Tout-Lyon, parus annuellement à partir de 1902, renseignent sur les adresses des familles bourgeoises de la ville. Presque tous les professeurs y sont mentionnés46. Ainsi, en 1911, Charles Jacquier réside dans un appartement « vieille France » de la rue Sala (n° 25) tandis que Pierre Ravier du Magny loge dans la rue Sainte-Hélène voisine (n° 2). Tout à côté, au début de la rue Vaubecour (n° 3), le doyen Henri Beaune côtoie dans le même immeuble Charles de Lajudie. La rue Jarente, toute proche, abrite également Charles Bertucat (n° 13) et Alexandre Poidebard (n° 18). Sur le quai Tilsitt, le long de la Saône, demeurent Emmanuel Lucien-Brun (n° 14) et Gilbert Boucaud (n° 24). Le domicile de son fils Charles est à une centaine de mètres, place Gensoul (n° 3). Quant à André Gairal de Sérézin, il est installé au plus près de la basilique sur la place d’Ainay (n° 4), comme le tout jeune Paul Savey-Casard. Son collègue Emmanuel Gounot habite lui, rue Alphonse Fochier, près de la place Bellecour. La génération suivante n’est donc pas plus mobile. Quant elle l’est, c’est à contre sens de la mobilité résidentielle de la bourgeoisie. Maurice Chavrier qui réside en 1938 dans le 6ème arrondissement, cours Vitton (n° 16), émigrera après la guerre dans le 2ème, rue Vaubecour (n° 8)47.

  • 48 Bulletin des Facultés Catholiques de Lyon, mars-juillet 1930, p. 3-19.
  • 49 Henri BEAUNE, Lucien Brun (1822-1898), Paris, Lecoffre, 1901.
  • 50 Charles JACQUIER, Henri Beaune, notes intimes sur sa vie et ses œuvres, Lyon, Rey, 1917.
  • 51 Pierre RAVIER du MAGNY, Charles Jacquier. L’éloquence faite homme (1845- 1928), op. cit.
  • 52 Maurice CHAVRIER, Emmanuel Gounot (1885-1960), s.l., s.e., 1960.
  • 53 Bruno DUMONS, « La “romanisation” des élites catholiques françaises au XIXe siècle. Ordres et décor (...)

13Les professeurs de droit des Facultés Catholiques de Lyon appartiennent donc, pour la très grande majorité d’entre eux, à cet univers clos du quartier d’Ainay, replié sur ses réseaux sociaux et sa culture politique « blanche ». Ils en ont été des promoteurs actifs et des héritiers bienveillants, au moins jusqu’en 1940. Ainsi, tout juste dix ans auparavant, la Faculté de droit n’hésite pas à inaugurer un monument à la mémoire du doyen Charles Jacquier décédé en 1928, incarnant les valeurs de la monarchie et de la catholicité48. Le médaillon à son effigie, apposé dans les locaux de la Faculté, a d’ailleurs été réalisé par Eugène Gairal de Sérézin, fils d’André, son ami proche. Cet attachement aux principes juridiques et sociaux d’Ancien Régime constitue bien le ciment intellectuel de ce corps professoral qui s’est transmis sur au moins trois générations d’enseignants. Le genre biographique en témoigne. Au décès du fondateur Lucien Brun, sa biographie est l’œuvre du doyen Henri Beaune49. A la mort de ce dernier, c’est son successeur Charles Jacquier qui est chargé de la sienne50. A son tour, celui-ci fait l’objet d’une biographie détaillée par Pierre Ravier du Magny, toujours attaché à la fidélité dynastique51. Lorsque décède en 1954 le doyen Auguste Rivet, c’est un descendant du fondateur, Pierre Lucien-Brun qui lui offre un dernier hommage tandis qu’à la disparition d’Emmanuel Gounot, son fils spirituel Maurice Chavrier, devenu doyen, rappelle en 1960 la mémoire de ce pionnier du droit de la famille, si cher aux jurisconsultes catholiques52. Par conséquent, ces nécrologies successives soulignent combien cette culture politique « blanche » a façonné le système de représentation de tout ce corps professoral dont la mission était de promouvoir une science juridique conforme à la théologie politique du magistère. Plusieurs d’entre eux ont d’ailleurs reçu à ce titre les honneurs pontificaux, décorés de l’ordre de Pie IX ou de Saint-Grégoire le Grand53. Si la soumission au Saint-Siège a progressivement remplacé celle qui était attachée au trône, il reste que les principes du droit qu’ils défendent, sont ceux qui prévalaient dans l’ancien royaume de France. Ce corps professoral des Facultés catholiques de droit constitue donc un espace intellectuel largement méconnu de la pérennisation des valeurs traditionnelles et conservatrices dans la France républicaine. Il convenait donc de l’éclairer d’un jour nouveau pour qu’il sorte de la confidentialité et du désintérêt dans lequel il était tombé avec la victoire de la République et de ses fondements juridiques.

Notes

1 Frédéric CHAUVAUD, « Le droit », Vincent DUCLERT et Christophe PROCHASSON (dir.), Dictionnaire critique de la République, Paris, Flammarion, 2002, p. 829-834 ; Nader HAKIM et Fabrice MELLERAY (dir.), Le Renouveau de la doctrine française. Les grands auteurs de la pensée juridique au tournant du XXe siècle, Paris, Dalloz-Sirey, 2009.

2 Claude LANGLOIS et François LAPLANCHE (dir.), La science catholique. L’encyclopédie théologique de Migne (1844-1873) entre apologétique et vulgarisation, Paris, Cerf, 1992.

3 Philippe NELIDOFF (dir.), Les Facultés de droit de province au XIXe siècle. Bilan et perspectives de la recherche, Toulouse, Presses de l’Université Toulouse I, 2009.

4 Catherine FILLON, « La Revue Catholique des Institutions et du Droit, le combat contre-révolutionnaire d’une société de gens de robe (1873-1906) », Hervé LEUWERS (dir.), Elites et sociabilité au XIXe siècle, Lille, CRHENO, 2001, p. 199- 218 ; Frédéric AUDREN, « Les mondes leplaysiens du droit (1856-1914) », Les Etudes Sociales, 2002, n° 135-136, p. 175-213 ; Frédéric AUDREN, « La Belle époque des juristes catholiques (1870-1914) », Revue Française d’Histoire des Idées Politiques, 2008, n° 28, p. 233-271.

5 Sur la fondation de l’Université catholique de Lyon : Stéphanie MONTIBERT, La Naissance des Facultés Catholiques de Lyon {1875-1880), mémoire de maîtrise, Université Lyon II, 1994 ; Cédric GAUDIN, Les Facultés Catholiques de Lyon (1875-1885), mémoire de maîtrise, Université Lyon II, 1999.

6 Hugues FULCHIRON (dir.), La Faculté de droit de Lyon : 130 ans d’histoire, Lyon, ELAH, 2006.

7 146 étudiants (année 1877-1878) : Bulletin de l’Université Catholique de Lyon, 1879, p. 4 ; 147 étudiants (année 1878-1879), 163 étudiants (année 1879-1880) : Bulletin des Facultés Catholiques de Lyon, novembre-décembre 1880, p. 3 ; Les Facultés Catholiques de Lyon. Notice et programme des cours, Lyon, Vitte et Perrussel, 1886, p. 31-32.

8 Henri BEAUNE, Droit coutumier français : introduction historique, Paris, Delhomme et Briguet, 1894. Révoqué en 1879, ce monarchiste convaincu Henri Beaune est accueilli l’année suivante à la Faculté de droit sur une chaire de droit coutumier et constitutionnel et devient un collaborateur actif de la Revue Catholique des Institutions et du Droit.

9 Joseph RAMBAUD, Cours d’économie politique, Paris, Sirey, 1911.

10 Bulletin des Facultés Catholiques de Lyon, septembre-décembre 1900, p. 118 ; Bulletin des Facultés Catholiques de Lyon, novembre-décembre 1903, p. 76.

11 Association amicale des anciens élèves des Facultés Catholiques de Lyon, Lyon, Imprimerie du Nouvelliste, 1900.

12 Roland CATY, Eliane RICHARD et Pierre ECHINARD, Les Patrons du Second Empire, tome 5, Paris, Picard, 1999, p. 77-80.

13 Bruno DUMONS et Catherine PELLISSIER, « Famille Lucien-Brun », Xavier de MONTCLOS (dir.), Dictionnaire du Monde Religieux de la France Contemporaine, vol. 6, Paris, Beauchesne, 1994, p. 281-283 ; Bruno DUMONS, Les Dames de la Ligue des Femmes Françaises (1901-1914), Paris, Cerf, 2006.

14 116 étudiants sont inscrits à la Faculté de droit en 1923 : Bulletin des Facultés Catholiques de Lyon, juillet 1923-juin 1924, p. 8.

15 Les Facultés Catholiques de Lyon. Notice et programme des cours, Lyon, Vitte, 1921, p. 54-56.

16 Livret de l’étudiant pour 1931-1932, Lyon, Secrétariat des Facultés catholiques, 1931, p. 38-41.

17 En 1934, 231 étudiants sont recensés dont 138 en licence, 33 en doctorat et 60 en capacité : Bulletin des Facultés Catholiques de Lyon, août 1934-février 1935, p. 7.

18 Livret de l’étudiant pour 1937-1938, Lyon, Secrétariat des Facultés Catholiques, 1937, p. 45-48 ; 230 étudiants en 1937 : Bulletin des Facultés Catholiques de Lyon, août-décembre 1937, p. 44-45.

19 Bruno DUMONS, « La politique sociale sous la Troisième République : une vieille tradition à l’Université Catholique de Lyon », Bulletin de l’institut Catholique de Lyon, juillet-septembre 1988, n° 87, p. 51-62.

20 Henri BEAUNE, Lucien Brun, Paris, Lecoffre, 1901 ; Jean-Marie MAYEUR et Alain CORBIN (dir.), Les Immortels du Sénat (1875-1918), Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 77 et 236-239 ; Gersende LE JARIEL, Lucien Brun ou le légitimisme absolu (1822-1898), thèse de doctorat, Université Lyon III, 2000.

21 Prosper Dugas, Paul Brac de la Perrière et Lucien Brun seront tour à tour président de la Commission : Régis LADOUS et Gersende LE JARIEL, La Commission de Fourvière, Lyon, Editions des Traboules, 1995, p. 5 ; Bruno DUMONS, « Elites catholiques et engagement social. Frédéric Ozanam et les premières conférences de Saint-Vincent de Paul à Lyon (1836-1840) », Frédéric Ozanam, Paris, Bayard, 2001, p. 25-50.

22 Bruno DUMONS et Catherine PELLISSIER, « Laïcat bourgeois et apostolat social : la Société Saint-Vincent de Paul à Lyon sous la Troisième République », Jean-Dominique DURAND, ... (dir.), Cent ans de catholicisme social à Lyon et dans la région, Paris, Editions Ouvrières, 1992, p. 291-305 ; Bruno DUMONS, « Servir Rome et le Pape. Des nobles pontificaux en Forez et en Lyonnais à la fin du XIXe siècle », Hilaire MULTON et Christian SORREL (dir.), L’Idée de Rome. Pouvoirs, représentations, conflits, Chambéry, Institut d’Etudes Savoisiennes, 2006, p. 125- 136.

23 Catherine PELLISSIER, Loisirs et sociabilités des notables lyonnais au XIXe siècle, Lyon, ELAH, 1996, p. 160.

24 Pour une première présentation des œuvres lyonnaises liées à la défense religieuse à la fin du XIXe siècle : Christian PONSON, Les Catholiques lyonnais et la Chronique sociale (1892-1914), Lyon, PUL, 1979, p. 25-37.

25 Pierre RAVIER du MAGNY, Charles Jacquier. L’éloquence fait homme (1845- 1928), Lyon, Vitte, 1930, p. 63-70.

26 Annuaire du Cercle de Lyon, 1894.

27 Compte-rendu et procès-verbaux des séances de l’Assemblée Provinciale du Lyonnais, Forez et Beaujolais tenue à Lyon, les 3, 4 et 5 mai 1889 à l’occasion du centenaire de 1789, Lyon, Pitrat, 1890, p. 167-187.

28 Bruno DUMONS, « Exils jésuites, réseaux romains et mémoires “blanches”. La naissance d’une fraternité politique au collège Saint-Michel de Fribourg en Suisse (1827-1847) », Colloque international “Libéralisme et contre-révolution. Réseaux internationaux et exils politiques en Europe au XIXe siècle”, Centra de Estudos de Historia Contemporânea Portuguesa ISCTE, Instituto Universitário de Lisboa, Lisbonne, 13 et 14 mai 2010 (à paraître).

29 Sur la Province de Lyon, ses activités et ses responsables : Lettres de Fourvière, 1936, n° spécial ; Philippe ROCHER, « De l’enseignement à l’éducation jésuite en région lyonnaise (1850-1950) », Etienne FOUILLOUX et Bernard HOURS (dir.), Les Jésuites à Lyon (XVIe-XXe siècle), Paris, ENS Editions, 2005, p. 131-143.113- 130.

30 Maurice de BOISSIEU, Alexandre Poidebard. Sa vie et ses travaux, Lyon, Société des Bibliophiles Lyonnais, 1926, p. 6-9.

31 Louis de VAUCELLES, Le Nouvelliste de Lyon et la défense religieuse (1879- 1889), Paris, Les Belles Lettres, 1971, p. 52-55.

32 Christian PONSON, Les Catholiques lyonnais et la Chronique sociale (1892- 1914), op. cit. ; Denis BAYON et Ludovic FROBERT, « Paul Pic (1862-1944) et les lois ouvrières », Revue d’Histoire des Facultés de Droit et de la Science Juridique, 1997, n° 18, p. 69-94 ; Frédéric AUDREN, « Comment la science sociale vient aux juristes ? Les professeurs lyonnais et les traditions de la science sociale (1875-1930) », David DEROUSSIN (dir.), La Faculté de droit de Lyon et le renouvellement de la science juridique sous la Troisième République, Paris, La Mémoire du droit, 2007, p. 3-50.

33 Catherine PELLISSIER, La Vie privée des notables lyonnais au XIXe siècle, Lyon, ELAH, 1996, p. 64.

34 Bruno DUMONS, « Prédicateurs et directeurs spirituels des élites catholiques lyonnaises (1890-1950) », Revue Historique, juillet-septembre 1994, n° 591, p. 95- 122.

35 Antoine LESTRA, Histoire secrète de la Congrégation de Lyon (1801-1831), Paris, NEL, 1967 ; Jean-Claude BAUMONT, « Une association de laïques catholiques : la Congrégation de Lyon. Aspects et limites de son action lyonnaise (1817-1840) », Mélanges offerts à M. le Doyen André Latreille, Lyon, Audin, 1972, p. 511-532.

36 Bruno DUMONS, « Jésuites lyonnais et catholicisme intransigeant (1880-1950) », Etienne FOUILLOUX et Bernard HOURS (dir.), Les Jésuites à Lyon (XVIe-XXe siècle), op. cit., p. 131-143

37 Bruno DUMONS et Catherine PELLISSIER, « La Congrégation des Messieurs et la Société de Saint-Vincent de Paul de Lyon sous la Troisième République. Sociologie comparée », Revue d’Histoire de l’Eglise de France, tome 78, janvier-juin 1992, p. 35-56.

38 Richard DREVET, Laïques de France et missions catholiques au XIXe siècle. L’Œuvre de la Propagation de la Foi, origines et développement lyonnais (1822- 1922), thèse de doctorat, Université Lyon II, 2002 ; Bruno DUMONS, Les Dames de la Ligue des Femmes Françaises (1901-1914), op. cit., p. 149-151 ; Daniel MOULINET, Laïcat catholique et société française. Les comités catholiques (1870- 1905), Paris, Cerf, 2008, p. 302.

39 Installé à Grenoble durant quarante-deux ans, le père Jules Sambin, un proche du père Olivaint, a fondé en 1869 un groupe d’étudiants en droit qui a pris le nom de cercle « Expilly » : Lettres de Fourvière, 1936, n° spécial, p. 651 ; Auguste DEMOMENT, « Jules Sambin », Paul DUCLOS (dir.), Dictionnaire du Monde Religieux de la France Contemporaine, vol. 1, Paris, Beauchesne, 1985, p. 240.

40 Louis de VAUCELLES, Le Nouvelliste de Lyon et la défense religieuse (1879- 1889), op. cit., p. 63.

41 Bruno DUMONS, « Félix Garcin », Xavier de MONTCLOS (dir.), Dictionnaire du Monde Religieux de la France Contemporaine, vol. 6, op. cit., p. 194-195.

42 Bruno DUMONS, « Réseaux identitaires et élites agrariennes. Les administrateurs de l’Union du Sud-Est des Syndicats Agricoles (1888-1940) », Pierre CORNU et Jean-Luc MAYAUD (dir.), Au nom de la terre. Agrarisme et agrariens en France et en Europe du XIXe siècle à nos jours, Paris, La Boutique de l’Histoire, 2007, p. 235- 255.

43 A. ROSETTE, Un Catholique d’action : André Gairal de Sérézin, Lyon, Camus et Carnet, 1928, p. 170-171.

44 Bruno DUMONS, « Ainay, le quartier “blanc” de Lyon », Bruno DUMONS et Hilaire MULTON (dir.), “Blancs” et contre-révolutionnaires en Europe. Espaces, réseaux, cultures et mémoires (fin XVIIIe-début XXe siècles). France, Italie, Espagne, Portugal, Rome EFR, 2011, p. 107-131.

45 Jean-Luc PINOL, Les Mobilités de la grande ville. Lyon à la fin du XIXe siècle, Paris, FNSP, 1991, p. 55-56 et 135-136 ; Yves GRAFMEYER, Quand le Tout-Lyon se compte. Lignée, alliances, territoires, Lyon, PUL, 1992, p. 185 ; Pierre-Yves SAUNIER, L’Esprit lyonnais (XIXe-XXe siècle), Paris, CNRS Editions, 1995 ; Catherine PELLISSIER, Loisirs et sociabilités des notables lyonnais au XIXe siècle, op. cit. ; Catherine PELLISSIER, La Vie privée des notables lyonnais au XIXe siècle, op. cit. ; Bruno DUMONS, « Ainay, le quartier noble et catholique de Lyon ? », Annie FOURCAUT (dir.), La Ville divisée. Les ségrégations urbaines en question, France (XVIIIe-XXe siècles), Grâne, Créaphis, 1996, p. 376-393.

46 Tout-Lyon Annuaire, 1911.

47 Tout-Lyon Annuaire, 1938 et 1949.

48 Bulletin des Facultés Catholiques de Lyon, mars-juillet 1930, p. 3-19.

49 Henri BEAUNE, Lucien Brun (1822-1898), Paris, Lecoffre, 1901.

50 Charles JACQUIER, Henri Beaune, notes intimes sur sa vie et ses œuvres, Lyon, Rey, 1917.

51 Pierre RAVIER du MAGNY, Charles Jacquier. L’éloquence faite homme (1845- 1928), op. cit.

52 Maurice CHAVRIER, Emmanuel Gounot (1885-1960), s.l., s.e., 1960.

53 Bruno DUMONS, « La “romanisation” des élites catholiques françaises au XIXe siècle. Ordres et décorations du Saint-Siège », Bruno DUMONS et Gilles POLLET (dir.), La Fabrique de l’honneur. Médailles et décorations en France (XIXe-XXe siècles), Rennes, PUR, 2009, p. 85-97.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search