Version classiqueVersion mobile

Du bailliage des montagnes d’Auvergne au siège présidial d’Aurillac

 | 
Béatrice Fourniel

Deuxième partie. Conflits de pouvoirs et stratégies sociales

Avant-propos

Texte intégral

1Le pouvoir des officiers royaux a progressé en même temps que croissaient leur nombre et l’autorité du souverain dans le royaume. L’évolution vers la patrimonialisation des offices a permis aux titulaires de charges de judicature de poursuivre l’ascension sociale de leur famille. L’achat de ces offices participait donc d’une réelle stratégie. Les familles de bourgeois enrichis choisissaient bien souvent les études juridiques pour leurs enfants qu’elles destinaient au barreau puis à la magistrature. Le but poursuivi, parfois atteint, était l’anoblissement de la famille par l’acquisition d’une charge conférant la noblesse héréditaire.

2Durant les xviième et xviiième siècles principalement, les officiers royaux du bailliage et siège présidial occupèrent une place centrale à Aurillac, comme dans la plupart des villes petites et moyennes dotées de pareilles juridictions. Cette position dominante les conduisit parfois à en abuser et le dépérissement relatif des offices coïncida avec le soulèvement des habitants contre un certain « despotisme » des magistrats de la juridiction présidiale, auquel participaient également les avocats de la ville.

  • 1 Voir les travaux réalisés sur les officiers « moyens », principalement : M. Cassan (dir.), Y.– M. B(...)
  • 2 S. Mouysset, Le pouvoir dans la bonne ville : les consuls de Rodez sous l’Ancien Régime, Rodez, Soc (...)

3Les ambitions sociales se dégagent des attitudes de ces officiers. Leurs alliances et leur positionnement dans chaque institution importante de la ville mettent en lumière des manœuvres familiales plus que personnelles. Il n’est pas nouveau de constater que l’ascension sociale se fait alors lentement, durant plusieurs générations, mais il est utile pour l’étude de notre juridiction de souligner son rôle de moteur de progression sociale. Un courant d’étude sur les officiers « moyens » permet, depuis plusieurs années, d’affiner la connaissance que l’on peut avoir des magistrats des juridictions royales de province1. Leur active participation à l’administration municipale a également était mise en lumière par de récents travaux2.

  • 3 La conception de l’hôpital en tant que service public ne cesse de se développer depuis le milieu du (...)

4 Les officiers accaparèrent progressivement les postes clefs dans la gestion de la ville, ce qui souleva parfois l’exaspération des habitants. Au travers de cette omniprésence des officiers de judicature dans la vie de la cité, c’est la naissance de dynasties familiales du monde judiciaire de province qui apparaît. Les réseaux professionnels et personnels multiformes, patiemment tissés, comprenant officiers et auxiliaires de justice, impliquent finalement la majeure partie de la société des notables de la ville d’Aurillac sous l’Ancien Régime. Les enjeux, quelle qu’en soit la matière, étaient bien souvent financiers et honorifiques. Les magistrats du bailliage et siège présidial se trouvaient au premier rang de toutes les activités urbaines. Ils étaient investis de missions d’aides aux nécessiteux, d’abord dévolues aux institutions religieuses, puis aux organes municipaux, et qui furent finalement réunies aux compétences du bailliage et siège présidial. Ce dernier aspect ne fera pas l’objet d’un développement particulier car il ne pouvait s’insérer dans la logique de l’étude des rapports conflictuels avec les consuls que de manière anecdotique. Nous pouvons cependant rappeler que, à Aurillac comme bien souvent ailleurs, ce devoir d’aide aux nécessiteux comprenait essentiellement l’administration de l’hôpital de la ville et l’entretien des enfants abandonnés. Cette mission d’utilité publique3 a été assurée, soit en collaboration avec le seigneur, les consuls et les officiers royaux, soit par les seuls membres du baillage et siège présidial. Source de dépense, elle était aussi porteuse d’honneur et de quelques revenus.

5Deux aspects se dégagent principalement de l’étude de la société des officiers et auxiliaires de judicature : la volonté de domination du corps présidial et les conflits qui en ont découlé (chapitre I) ; l’apparition d’un mode de vie commun aux magistrats du siège présidial et à la plupart des avocats de la ville (chapitre II).

Notes

1 Voir les travaux réalisés sur les officiers « moyens », principalement : M. Cassan (dir.), Y.– M. Berce (préf.), Les officiers « moyens » à l’époque moderne. Pouvoir, culture, identité, actes du colloque, Limoges, 11-12 avril 1977, Limoges, PULIM, 1998 ; M. Cassan (dir.), Offices et officiers « moyens » en France à l’époque moderne : profession, culture, Limoges, PULIM, 2004 ; V. Meyzie, « Les officiers « moyens », l’Etat, la ville : l’identité des magistrats présidiaux dans le Limousin et dans le Périgord : vers 1665-vers 1810 », Thèse, Limoges, Faculté des Lettres et Sciences humaines, 3 vol., 2004 ; Les illusions perdues de la magistrature seconde : les officiers « moyens » de justice en Limousin et en Périgord : vers 1665-vers 1810, PULIM, 2006 ; F. Consandey (dir.), Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, Paris, Ed. EHESS, 2005 ; W. Reinhard (dir.), R. Descimon (éd. scientifique), Les élites du pouvoir et la construction de l’état en Europe, PUF, 1996 ; N. Bulst, R. Descimon, A. Guerreau, L’Etat ou le roi : les fondations de la modernité monarchique en France, XIVème-XVIIème siècles, Ed. Maison des sciences de l’homme, Paris, 1996.

2 S. Mouysset, Le pouvoir dans la bonne ville : les consuls de Rodez sous l’Ancien Régime, Rodez, Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron ; Toulouse, CNRS, Université de Toulouse-Le Mirail, 2000 ; F. Garnier, Un consulat et ses finances : Millau, 1187-1461, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2006 ; P. Bonin, Bourgeois, bourgeoisie et habitanage dans les villes du Languedoc sous l’Ancien Régime, PU d’Aix-Marseille, 2005.

3 La conception de l’hôpital en tant que service public ne cesse de se développer depuis le milieu du xvième siècle jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. J. Imbert, L ’hôpital français, Paris, PUF, 1972 ; du même auteur, Les hôpitaux en France, Paris, PUF, 1974, coll. Que sais-je ?, p. 24.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search